Rechercher sur le site

  • Chercher les documents contenant un mot OU un autre : tapez simplement les mots à la suite => bracelet bronze
  • Chercher les documents contenant un mot ET un autre : utilisez le mot-clef AND => bracelet AND bronze
  • Chercher les documents contenant une expression exacte : taper l'expression entre guillemets => "bracelet en bronze"

Limiter votre recherche

Auteur
Type d'opération
Commune
Département
Date (Année)

3828 résultats Exporter les résultats

Trier par Titre : ascendant / descendant
RAP01023.pdf (LANVENEGEN (56). Quilliou. rapport de fouille préventive)
  • UN COFFRE DU BRONZE FINAL à LANVENEGEN (56). Dans la journée du 6 janvier 1977»un cultivateur de QUILLIOU en LATOENEGEN,Monsieur Ropers «Joseph mettait à jour une tombe au eours d'un labour Grâce à la diligence de Monsieur Le Bris de Le Faou8t,la nouvelle parvenait à P* André
  • -selon les renseignements d'orientation recueillis du propriétaire- a été volontairement et très soigneusement arrondie et soulignée d'un épaulement dans l'angle Sud-Est» Mobilier » Aucun mobilier n'a été recueilli tant à l'intérieur de:1a tombe qu'aux abords Seul un fragment de
  • dalle de couverture,épannelé,montrait une fracture patinée alors que les champs auraient du être orthogonaux. Aucun autre indice n'a été relevé aux abords de la tombe. Destiné par le propriétaire à une destruction dans les 48 heures suivant la découverte,le coffre a été démonté pour
  • correspondait du Service des Antiquités Historiques qui me transmettait immédiatement 1'information.Une fouille de sauvetage était entreprise dès le 7 janvier avec la colla boration de Monsieur Le Toullec de Le F ouet. a (A^nsaUrv n 7?.oz 0 oé/OA/77^) ■ Situation du monument : Le
  • monument était situé à 200 mètres au Sud du village de Quîlli< danè la parcelle 351 de la section B; I,dite " En Talvez ",appartenant à M» Ropers sus nommé.La voie Le Faouet-Quimper borde cette parcelle au Sud et une voie ancienne dite voie romaine passe à 100 mètres au Nord. Travaux
  • effectués » Lors de notre intervention,le propriétaire avait déjà déplacé la dalle de couverture de la tombe et l'avait transportée en bordure de parcelle;la tombe avait également été vidée en quasi totalité bien que nous ayions recommandé la veille de maintenir le monument dans son
  • état primitif.Les travaux de dégagement nous ont permis de reconnaître les structures du monument et les abords immédiats.Le vidage a été poursuivi et les terres extraites avant notre arrivée tamisées. Structure du monument» Orienté sensiblement Nord-Sud,le coffre est constitué de
  • pouvait noter la mise en place d'un bloc de taille plus importante à chaque coin pour assurer un meilleur accollement des dalles. Le fond de la tombe était simplement constitué par le sous-sol granulitique décomposé. La dalle de couverture de 2,15 m X 0,90 présente une épaisseur
  • meule dormante en grèô était inclus dans le blocage externe. Remarques particulières s Deux indices semblent mettre en évidence un pillage ancien de la tombejd'une part la dalle Nord de la paroi Ouest était échancrée dans sa partie supérieure et d'autre part le coin Nord-Ouest de la
RAP00719.pdf (SAINT-GOAZEC (29). nécropole de keregou. rapport de fouille préventive)
  • récolter suffisamment de charbons de bois pour une datation. Cependant, les fragments remontés du vase de la tombe 3 confirment l'appartenance de ce style de sépulture à l'Age du Bronze final. Ce vase bien que très corrodé et n'ayant pu être remon- té entièrement s'apparente d'après
  • sa forme et ses dimensions aux poteries des champs d'urnes. Toutes ces tombes qui sont remontées dans le parc de Trévarez, propriété du département du Finistère, formeront un bel ensemble d'organisation funéraire de l'Age du Bronze que le public et les amateurs pourront apprécier
  • manquante. Dans cette tombe nous avons découvert un tesson avec une anse de préhension qui semble bien que très érodée pouvoir être de la fin du Bronze ou même du début de l'Age du Fer. Mobilier : 6 tessons et 4 silex A l'intérieur, 5 tessons & l'extérieur. ST-GOAZEC (Fin.) - Kérégou
  • fouilles de l'an dernier, nous sommes partis de ces bases pour implanter les nouvelles zones de décapage dans la partie du champ qui nous semblait & priori avoir le mieux conservé les vestiges de cette nécropole. CONDUITE DE LA FOUILLE La parcelle n° 216 section CI ayant un léger
  • de terre en avant de celui-ci. 230 m2 furent décapés sur 0,50 m de profondeur sans révélér la moindre trace de coffres ou de fosses. Un autre sondage entrepris 25 m au Nord nous confirmait l'absence de tombes dans cette partie du champ. Six autres sondages au Sud des décapages
  • tessons d'époques diverses mais dont le plus récent semble être un fragment d'amphore. Au Nord de la fouille le fossé tourne à angle droit vers l'Ouest. Au niveau de cet angle arrivant de l'Est un autre fossé se greffe. Les tombes 1, 2, 3, 4, 5 et 7 sont du même style de construction
  • l'utilisation de ces rainures, soit en rehaussant certaines plaques formant un côté, une étanchéité maximum de la tombe à la fermeture du couvercle. C'est probablement par souci d'étanchéité, encore que l'on peut constater placé verticalement sur l'extérieur des coffres des petites
  • . En conclusion cette fouille apporte des éléments sérieux tant sur la chronologie de ces tombes qui ont donc bien duré jusqu'au Bronze final, que sur leur organisation en cimetière. Souvent signalés ou présentés ces groupes n'avaient jamais encore pu être étudiés dans de bonnes
  • conditions. » ST-GOAZEC (Fin.) - Kérégou ZONE II - TOMBE 1 Dimensions au fond : L « j 1 - 0,60 m Hauteur des parois s Côté du fond par rapport au sol actuel s-0,60 m Orientation s 66,50 grades Description s Ce coffre largement entamé par les passages de la charrue ne nous permet que
  • : 0,40 » Cote du fond par rapport au sol actuel ! 0,60 m Orientation : 80 grades Description : La paroi nord de ce coffre a été entaillée et l'extrémité est est aujourd'hui inexistante. Les parois de la tombe sont inclinées vers l'intérieur. Cette tombe a été abîmée lors du creusement
  • du fossé. Comme l'extrémité nord, la paroi sud est plantée dans une rainure alors que des blocs ont été posés sous la paroi nord pour l'amener au bem niveau. Les blocs constituant le calage de cette tombe sont en grès et quartz. Sur la paroi ouest on peut constater la présence de
  • 4 plaquettes qui utilisées en double ont pour fonction d'améliorer l'étanchéité du coffre évitant ainsi les infiltrations d' argile par ruissellement. Mobilier : 8 tessons â l'intérieur de la tombe et 15 tessons dans le décapage extérieur et vidage de la fosse. ST-GOAZEC (Fin
  • .) - Kérégou ZONE III - TOMBE 3 Dimensions au fond i L » i 1 • 0,60 s Hauteur des parois i 0,50 m Cote du fond par rapport au sol actuel : Orientation : 83 grades Description s Ce coffre n'a conservé que l'une de ses extrémités et seulement un chicot de la paroi nord. Ces deux dalles
  • sont inclinées vers l'intérieur. C'est sur les pierres du sommet de cette tombe, sans doute des parties des parois arrachées et posées & plat oue l'on a découvert les restes du vase en partie restauxéble. Les dalles restantes sont plantées dans des rainures particulièrement
  • moyenne de la plte : 8 mm. Le dégraissant est grossier et la pSte mal cuite. z a m III - TOMBE 4 Dimensions au fond » L » ^ 0,90 m i 1 • 0,50 m Hauteur des parois : 0,40 m Cote du fond par rapport au sol actuel t 0,55 m Orientation i 80 grades Description : Tombe également entamée par
  • à l'intérieur, 1 tesson à l'extérieur. ST-GOAZEC (Fin.) - Kérégou ZONE X I I - TOMBE 5 Dimensions au fond : t. » 0,68 m ; 1 » 0,35 m Hauteur des parois : 0,36 m Cote du fond par rapport au sol actuel î 0,74 m Orientation s 68 grades Description : Cette tombe d'enfant en
  • calage de grès et quart». Des plaquettes de schiste soigneusement disposées améliorent l'étanchélté de la tombe. Nous avons pu voir au moment du démontage du couvercle l'écrasement subi par la charge de l'ensemble de la couverture sur les biseaux des parois verticales du coffre
  • . Mobilier J 3 tessons â l'intérieur, 2 à l'extérieur + quelques charbons de bois épais. ZONE III - TOMBE 6 Dimensions au fond î L »-1,30 m ; 1 • 0,60 m Hauteur des parois t 0,55 m Cote du fond par rapport au sol actuel s 0,76 m Orientation t 125 grades Description : Ce coffre original
  • ZONE III - TOMBE 7 Dimensions au fond : Hauteur des parois : Cote du fond par rapport au sol actuel : ^ 20 cm Orientation : ^ 80 grades Description : Ce coffre est dans un tel état de perturbation qu'aucune mesure ni orientation précise n'ont été possibles. Mobilier î 9 tessons
  • . 1 ZONE 1IX - LE FOSSE Le fossé traverse la zone de fouille du Sud au Nord. Il perturbe 6 des 7 tombes. Profond de 0,65 m au niveau du substratum, son ouverture est de 0,80 m. Il a une section en V. Au Mord de la fouille il tourne à angle droit vers l'Ouest. Au niveau de cet
RAP01069.pdf (PRIZIAC (56). Cosquéric. rapport de fouille préventive)
  • connu an Bronze Ancien. îiifin il faut noter deux beaux fragments de meules dormantes, témoin d'usages agricoles (fig. 5 et photo 8). V. Conclusion. Le mobilier funéraire do Cosqueric,non ôvoqu? ioiy laisse entrevoir une de ces grandes tombes princiôres du Bronze Ancien d'Armorique
  • dalle de la tombe au bull-dossor» Malgré tout il fut décidé d'essayer de retrouver les traoes ultimes de la tombe» de circonscrire, par une tranohée menée vers le Sud—Est, le» limites du tumulua et sa composition probable, Snfin le tamisage de la partie centrale, de même que la
  • sous-sol» Il y avait un tas de pierres rejetées dans la tombe qui laisse supposer que la dalle recouvrait une fosse longiligne simplement paréo de quelques assises de pierres, une ou deux au maximum. Ce type de tombe rappelle la dalle découverte près du turaulus de Penguilly en
  • pour les tombes de l'Age du Bronse où le squelette reposait souvent la tSte à l'est» II '. Structure du tumulus• Il restait une partie intaote du tumulus sur une épaisseur de 50 cm environ mais qui permettait quand m8me des observations intéressantes. Le détail dos ooupes relevôes
  • .laanes (2) f (,3)î traînées ferrugineuses ? (4)1 traînées raanganiques se dédoublant au aryoau MM sol j (5) tnoion humus jaune—brun î (6)t sous-sol limoneux jaune arénaoé on profondeur ? (?)« arôno granitique du sous-sol. N Poterie — PRIZIAC, 56. Oosqnéric près ds la tombe
  • le sous-sol et a été rempli par la suite d'une terre noire humique awtec quelques pàierres provenant de l'entourage de la tombe. Photo n° 6.- Tranchée SudJ-Est. Au dessus du sous-sol arénacé ( au premier plan) il subsiste 40 cm de l'apport formant le tumulus, composé de limon
  • niveau du vieux sol. Photo n° 8 .- Fragment d'une "belle meule dormante en granité découverte près de tombe.
  • COSQUERIC A PRI2ÎAC, MORBIHAN, W SEPTEMBRE 1973 I • Circonstances do l/intorvoatloa« Bn août 1973 un court article dans uns chronique locale d'une des éditions régionales du journal Ouest-France (13-8-73) Signalait de façon fort suoolncte la découverte de ♦Viens morceaux de cuivre
  • " sous une dalle de grani- té, découverte, ajoutait le journaliste fort innocemment, en apparence du moins "qui pourrait fort Mon intéresser le Ministore des Affaires culturelles". Il s'agissait en fait de la destruction d'un turaulus de 1 'Age du Bronso» L'onquôtc de Kr, C.-T» LE
  • ROUX, Directeur des Antiquités préhistoriques de Bretagne, révéla que l'arasement d'une "butte de terre au bull-doser, près du village de i'rlsiao s'était terminé par le partage, entre les témoins de l'affaire, des fameux vieux morceaux de cuivre* En fait, il s'agissait de débris de
  • poignards et de haches en bronse, mobilier datable du Bronse Anoien* Mr* LE ROUX put obtenir les débris de bronse ou vuivre pour nettoyage, traitement et étude» L'Importance de tels mobiliers, dont une trentaine à peine ont été découverts en Bretagne depuis plus d'un siècle, entraîna le
  • principe d'une intervention de terrain qui put Stre menée du 11 an 15 septembre 1973» avec l'accord bienveillant, bien qu'un pou tardif, du propriétaire, outre les signataires l'oquii d'intervention comprenait KIU OîK!BBf dessinateur au C.ÏÏ.R.3», J» BQÎIRHIS, ingénieur au C»N»R»3» et
  • J.-T. ?K)RVAN, étudiant en Sciences naturelles. Iï» Etat du terrain» Méthode de fouilles. Le tumulu3, ou ce qu'il en restait, était situé dans la paroolle 327» section K du cadastre de Prissiao, à 800 à au nord de la ferme de Cosqueric, Il est a 300 m du chemin vicinal Prisiac
  • —Salnt-Tugdual, au ïïord du tournant dit Goah-er-iîor (fig. 1). Le tumulus et les talus bordant la paroolle 32? avaient été arasés on grande partie» L*enquête révéla qu'une oentaino de vwnxvua us Tierce avaient exe oassemmos aux quatre ooins du pays, oe qui laisse supposer une
  • butte déjà imposante» environ d'une trontaine de mètres de diamètre et au moins 2 m de hauteur. L'état du terrain était fort tourmenté après le travail des engins. De plus, un apport de terre fraîche accompagnée de fumier était venu combler la partie centrale oreusée pour extirper la
  • tranohée de fouilles devaient amener la découverte d'un matériel archéologiqtie complémentaire de la série d'armes en bronse sous la dalle centrale, III» La tombe» L'article de journal décrivait une dalle de 2 m de long» En fait celle-ci avait été brisée en 2» One partie» la plus
  • près du turaulus * Il mesurait 1»10 m de long sur 1,25 ta do large, La reconstitution totale, malgré une perte centrale débitée en petits morceaux, laisse supposer une grande dalle de près de 3 m de long » plus large à une extrémité (1,30 m). Son épaisseur maximum était de 30 cm
  • , Oott« dalle reposait vraisemblablement au niveau du sous-sol sur la fosse funéraire, Malheureusonent la fouille de la partie oentrale lors de la découverte des fragments de bronse avait été faite au godet de pelleteuse oomplétée par un ratissage au bull—lozer, ce qui. avait fait
  • disparaître toute traoe de fosse» L'exploration au milieu du remplissage de fumier et de terre montrait que tout avait été détruit jusqu'au oouo-sol roohoux granitique dont aSmè la couche d'arène avait été détruite. Il ne semble pas cependant qu'il y ait eu un oaveau profond creusé dans le
  • Poullansur-ïîer, Finistère, qui ne recouvrait également qu'une petite fooae funéraire parée de quelques pierres. Il est diffiolle de préciser l'orientation do la tombe, mais d'après les renseignements elle pouvait Stre SW-ïfE, sinon branchement B-*T, Cette orientation est très fréquente
RAP00724.pdf (SANTEC (29). roc'h croum. rapport de sauvetage programmé)
  • Y. LECERF RAPPORT SCIENTIFIQUE SUR LA FOUILLE DE SAUVETAGE D'UNE NECROPOLE DE TOMBES EN COFFRES DE L'AGE DU BRONZE SUR L'ILOT DE ROC'H CROUM commune de 2eme Campagne SANTEC - (FINISTERE) Août-Septembre 1979 Y. LECERF RAPPORT SCIENTIFIQUE SUR LA FOUILLE DE
  • SAUVETAGE D'UNE NECROPOLE DE TOMBES EN COFFRES DE L'AGE DU BRONZE SUR L'ILOT DE ROC'H CROUM COMMUNE DE SANTEC 2eme Campagne - (FINISTERE) Août-Septembre 1979 Le sauvetage des sépultures de la nécropole entrepris en 1978 sur le programme F.I.A.S. a été repris au cours de l'été 1979
  • profondeur pour arriver ensuite à une arène granitique de 5 à 7 cm d¡'épaisseur. La roche saine est un granité qui se trouve à cet endroit à 1,60 m du sol actuel et à 1,10 m du vieux sol de la période du Bronze. - 4 ZoneOuest C'est dans cette partie de l'îlot que trois tombes
  • au Sud-Est de la tombe N° 6 , dans le vieux sol, de même qu'un fragment de rebord d'un vase à cordon saillant portant de petites empreintes digitales typique de la période du Bronze. Dans ce secteur, trois sépultures avaient gardé des ossements humains. La tombe N° 2 traversée
  • Armoricain. Malgré l'absence de charbons de bois, il nous est permis au regard du mobilier découvert à l'intérieur et à l'extérieur de tombes de situer l'utilisation de ce vaste ensemble funéraire de la première moitié de l'Age du Bronze. Venant compléter cette hypothèse, nous avons été
  • campaniforme décoré, 1 fragment de rebord d'une poterie à cordon décoré de légère impression, 1 grattoir en silex unguiforme typique de la période du Bronze ancien, 11 éclats de silex, 1 nucléus, 1 éclat de quartz, une trentaine de tessons de petite taille et un fragment d'os de gros
  • signale la présence de la tombe N° 3 . Le décapage est alors arrêté au niveau de la base des couvertures des caveaux, ce qui correspond à un changement de nature du sol ; nous sommes sur une terre argileuse de couleur marron. Les couvertures sont stratifiées dans une zone intermédiaire
  • démontée au moment de l'aménagement de la sépulture N° 2 . dont la construction et l'orientation nous apparaît comme Cette tombe très différentes des autres caveaux ainsi que la position du squelette placé dans un cercueil nous amène à situer cette inhumation postérieurement à
  • . Leur orientation et leur type de construction correspondent totalement à ceux que nous avions mis au jour lors de la campagne de 1978 et sont donc bien de la période du Bronze. Le mobilier découvert à proximité ou dans les terres infiltrées confirme bien cette période. Par contre
  • nous n'avons pas constaté de dome de terre compact sur les sépultures enfouies dans un vieux sol jaune argileux. Il nous a été nécessaire d'étendre notre fouille d'un mètre au Nord du caveau N° 3 constatant de ce fait la présence d'un fossé. Passant à l'extrémité de cette tombe
  • caveaux. Dans le coin Nord-Est du décapage nous avons découvert des ossements de fort diamètre qui ne paraissent pas être humains. Deux fragments de poterie de type campaniforme reconnaissables à leur décor particulier et leur galbe ont été trouvés l'un près de la tombe N° 5 , l'autre
  • longitudinalement par une traînée brune livre deux os longs provenant des membres inférieurs, des dents (molaires, incisives et canines) et le crâne non récupérable est nettement visible dans le coin Nord- Ouest du caveau. Les dimensions réduites de cette tombe et l'état des molaires qui ne
  • caveau. Peut-être comprendrions-nous mieux les raisons qui dictent les variantes dans la construction des caveaux. Les faits tangibles que nous avons pu constater permettent de croire que nous sommes ici en présence d'une des plus grandes nécropoles de sépultures en coffres du Bronze
  • sérieux du pourtour de l'îlot pourrait ralentir l'érosion de cet îlot qui de toute évidence est condamné à longue échéance. - 6 ZONE EST TOMBE N° 1 Dimensions interne â la base : L = 2 m , 1 = 0,75 m Hauteur des parois : Orientation 1 m Nord-Ouest - Sud-Est 42 grades Description
  • dans le remplissage du caveau. TOMBE N° 2 Dimensions internes à la base : L = 2 m , 1 = 0,90 m Hauteur des parois : Orientation Ouest-Est 83 grades Description Sépulture très fruste, un chevet est constitué de blocs de diverses natures posés sans ordre les uns sur les autres
  • . Les parois longitudinales sont figurées par quelques pierres. Le pied du caveau est limité par 3 petites dalles. Le squelette découvert dans la tombe est allongé sur le dos dans un cercueil de bois. Il a la tête â l'Ouest. Mobilier. : Quelques tessons de poterie gauloise; deux
  • , sans doute sommes-nous en présence d'une inhumation allongée. Mobilier : Au cours du vidage de cette tombe, 7 tessons et 1 fragment de lamelle ont été découverts. ZONE OUEST T0MBE_r_l Dimensions internes à la base : L = 0,58 m, 1 = 0,30 m Hauteur des parois : 0,28 m
  • qui traverse également la sépulture peut être un ancien terrier. Mobilier : Deux tessons et deux petits éclats de silex ont été découverts dans la tombe et quatre autres petits fragments de poterie à l'extérieur, dans le niveau intermédiaire où se trouve la couverture de la tombe
  • transversale se compose d'une dalle plantée sur chant. Mobilier : Aucun mobilier n'a été découvert dans la tombe. Les six tessons et l'éclat de silex proviennent du nettoyage extérieur de la couronne, au niveau intermédiaire celui de la couverture. - 10 TOMBE N° 4 Dimensions internes â
  • présente corane un petit cairn venant caler et maintenir les parois du coffre dans la bonne position. Mobilier 3 éclats de silex et 5 petits tessons ont été découverts au fond de cette tombe alors que 11 tessons et 1 éclat de silex étaient recueillis dans la partie haute du
RAP00227.pdf (PLOËRDUT-LOCUON (56). tumulus de le Hinguer-Kerfandol.)
  • tombes individuelles à.structure interne en bois recouverte d'un cairn de protection qui s'est effondré au centre, suivant le pourrissement du cercueil en bois. Par leur structure, assez mal organisée, ces tombes font penser aux grands tumulus du Bronze ancien de la région de
  • hypothèse des plus plausibles. Il est certain que ce type de tombe fouillée par des non spécialistes peut être détruit facilement sans laisser de souvenir... La topographie générale du mônument laisse bien à penser qu'il s'agit d'un grand tumulus de l'Age du Bronze encore bien en
  • . tumulus était de 2,5 m. Il est probable qu'au départ, il s'agissait d'un grand caveau rectangulaire paré de bois à demi enfoui dans le sous-sol et mesurant au fond environ 2,20 de long, 1,50 de large et 1,20 de hauteur, ce qui correspond à une tombe classique de l'Age du Bronze. Nous
  • m de haut et de 6 à 7 m de diamètre. Ensuite un tumulus de limon de 30 m de diamètre recouvrait le tout qui devait, à l'origine, atteindre environ 3 à 4 m de haut au-dessus du sol ancien. C'est donc encore une "tombe baignoire" classique, pierres du du cairn tumulus
  • charbons de bois sont abondants. On y a récolté quelques tessons de poterie dont un fragment très fin qui pourrait être néolithique. Les autres céramiques datent du Bronze ancien. Les silex sont rares. - 7 : sous-sol arénacé. Il se rencontre à l'ouest et au sud du tumulus. - 8 : socle
  • rencontrées dans ces structures tumulaires. A partir de ces deux éléments complémentaires, l'on peut tirer les premières conclusions suivantes : a) Trois tumulus du Bronze ancien II n'a pu être effectué qu'une topographie et une approche sommaire du tumulus de Hinguer mais sa morphologie
  • possible pénétration vers l'intérieur de la Bretagne, 1* d'éléments de l'Age du Bronze primitivement installés dans le nord de la péninsule, à savoir les actuelles Côtes-du-Nord. Ce groupement de trois grandes tombes dans le même endroit est somme toute classique maintenant. Il
  • ne peuvent être largement distantes dans le temps. Ensuite les analyses menées tant à l'intérieur des tombes que sur les vieux sols conservés sous les masses tumulaires montrent une homogénéité frappante. Il n'y a vraisemblablement pas construction d'une tombe du Bronze sur un sol
  • ) qui est un bois de feuillus. D'après sa forme générale et l'absence de système de douves ou d'enclos voisin, nous pensons qu'il s'agit d'un grand tumulus de l'Age du Bronze et non d'une motte comme il a été suggéré autrefois. Intact encore en 1847, suivant Cayot-Delandre, il a fait
  • cairn central d'une tombe, vers l'extrémité nord du 8 tumulus en menant une zone de fouille de 13 m de long et 4 m de large. La fouille fut également menée en raison des impératifs d'exploitation forestière. Il ne fallait pas abattre les arbres de grande taille. En fait, en ce
  • pierres se poursuivait au niveau inférieur comme étant le cairn d'entourage de la tombe et qu'une languette de 2 m sur 1 m de large dirigée vers le nord n'était qu'un rejet dû aux fouilles du siècle dernier (plan n° 3). L'approfondissement de la tombe a montré une structure "en
  • oblongue. La hauteur maximum du cairn, bâti dans une fosse du sous-sol était de l'ordre de 1,50 m (les pierres les plus profondes du cairn ont été cotées par rapport au point O du tumulus à - 175 cm et les pierres les plus hautes à - 28 cm). Au centre, l'emplacement de la tombe était
  • en avons suggéré des reconstitutions dans les coupes longitudinales du tumulus (plans n° 5 et 6). Il est évident que ceci représente une approximation qui tient compte de la fouille elle-même d'abord mais aussi des tombes similaires que nous avons fouillées quelques années avant
  • dans la région de Bourbriac par exemple. Ici le bois du fond de la tombe existe mais en quantité trop réduite pour circonscrire avec exactitude les dimensions 9 du caveau funéraire. En conclusion, cette tombe de Kerfandol sud est une tombe à structure de bois et recouvrement d'un
  • cairn en moellons de granité. Elle se rapproche de la série des tombes des Côtes-du-Nord (Saint-Jude). Quelques maigres tessons et éclats de silex ont été récoltés lors du dépouillement du cairn et du dégagement de la tombe mais aucun ensemble marquant pouvant correspondre à une
  • funéraire déposée. Quant au matériel métallique, il semble avoir été inexistant, car aucune trace minime de métal n'a pu être détectée. c) Les coupes du tumulus. La tranchée principale de fouille a été menée de la tombe centrale vers le nord. Chaque paroi de cette zone de fouille a été
  • ° correspondant à ceux du relevé ) : - 1 : couche de déblais anciens, avec arène et pierres correspondant au rejet des fouilles du siècle dernier ; aucun tesson ou élément archéologique n'a été retrouvé dans cette couche - 2 : zone d'humus récente en "terre de bruyère" fine et noire. Elle est
  • qu'ont été récoltés les rares tessons de poterie et éclats de silex. - 7 : sous sol granitique - 8 : vestiges de bois pourri provenant du cercueil de la tombe. - 9 : couche riche en charbons de bois rencontrée dans le sondage profond de la tranchée septentrionale 10 - Co^p_e_nord
  • doute par le fait de terriers ou de souches d'arbres disparues - 3 : limon arénacé jaune - 4 : limon gris de la couche profonde - 5 : vieux sol brun à poteries et charbons de bois - 6 : sous-sol granitique - 7 : bois de la tombe Cette coupe confirme la structure du tumulus. En
  • terre"). d) La tombelle nord En fin de tranchée nord, il est apparu du côté est quelques grosses pierres semblant appareillées de 40 à 50 cm de profondeur et 12 m du centre de la tombe centrale. Leur dégagement en prolongeant vers l'extérieur a permis de reconnaître une petite
RAP03793 (CARHAIX-PLOUGUER (29). ZAC de Kergorvo, Zones 1 à 4, une occupation funéraire du début de l'âge du bronze. Rapport de fouille)
  • CARHAIX-PLOUGUER (29). ZAC de Kergorvo, Zones 1 à 4, une occupation funéraire du début de l'âge du bronze. Rapport de fouille
  • chronologique de cet ensemble a été obtenue par datation radiocarbone AMS sur un charbon de bois prélevé dans le fond de la sépulture fouillée. La zone 3 a livré les vestiges d'une tombe de l'âge du Bronze ancien dans la partie sud de la parcelle B.39. Elle se présente sous la forme d'un
  • , il s'agit d'un petit dépôt de macro-outils type boucharde et une hache plate en alliage cuivreux. L'ensemble des sépultures est daté par analyses radiocarbone du Bronze ancien avec une possible perduration du paysage funéraire jusqu'à la fin de l'âge du Bronze. RAPPORT FINAL
  • l’âge du Bronze. Cependant, l’originalité de l’ensemble funéraire de Carhaix est la présence, dans chaque tombe, de dalles à creusements circulaires réguliers de type cupule. Les rares autres témoignages mobiliers pour cette période ont été retrouvés en dehors des tombes à proprement
  • parler, il s'agit d'un petit dépôt de macro-outils type boucharde et une hache plate en alliage cuivreux. L'ensemble des sépultures est daté par analyses radiocarbone du Bronze ancien avec une possible perduration du paysage funéraire jusqu'à la fin de l'âge du Bronze. 4 ABSTRACT
  • ensemble a été obtenue par datation radiocarbone AMS sur un charbon de bois prélevé entre les pierres qui délimitent la sépulture méridionale de l'ensemble. La zone 2 a été diagnostiquée comme une nécropole de l'âge du Bronze ancien. Deux sépultures sont attestées et deux autres au
  • . Toron © Éveha, 2019 41 CARHAIX-PLOUGUER (29) – ZAC de Kergorvo, Zones 1 à 4 – 2019 42 Les zones 1, 2 et 4 ont chacune livré un couple de tombes de l’âge du Bronze, proches de quelques mètres, et celles-ci sont orientées nord-ouest à sud-est. La distance entre ces groupes de
  • SAFI Aménageur FOUILLE PRÉVENTIVE VOL. 1/1 CARHAIX-PLOUGUER (29), ZAC DE KERGORVO, ZONES 1 À 4 UNE OCCUPATION FUNÉRAIRE DU DÉBUT DE L’ÂGE DU BRONZE Arrêté de prescription 2013/112 DU 28 MARS 2013 MODIFIÉ PAR 2017-254 DU 17 AOÛT 2017 29.024.0438 Numéro de l'entité
  • dalles de couverture couvraient la tombe en léger dôme formant probablement un cairn visible à l'origine en surface du sol. La fouille intégrale n'a livré presque aucun mobilier à l'intérieur des coffres, un unique tesson vient confirmer la tradition culturelle du début de l’âge du
  • Bronze. Cependant, l’originalité de l’ensemble funéraire de Carhaix est la présence, dans chaque tombe, de dalles à creusements circulaires réguliers de type cupule. Les rares autres témoignages mobiliers pour cette période ont été retrouvés en dehors des tombes à proprement parler
  • D'OPÉRATION ARCHÉOLOGIQUE Keywords : Cemetery, burial, cist, rock art, bronze axe, stone tools, pit coocking. ZAC DE KERGORVO, ZONES 1 À 4 Mots clefs : Néolithique moyen, âge du Bronze ; Cimetière, sépulture, coffre, cupule, hache en bronze, macro-outils, foyer. couverture Aménageur
  • RAPPORT FINAL D'OPÉRATION ARCHÉOLOGIQUE Aménageur SAFI FOUILLE PRÉVENTIVE CARHAIX-PLOUGUER (29), ZAC DE KERGORVO, ZONES 1 À 4 UNE OCCUPATION FUNÉRAIRE DU DÉBUT DE L’ÂGE DU BRONZE Auteurs SÉBASTIEN TORON (DIR.), KLET DONNART, QUENTIN FAVREL, MARINE LAFORGE, YANNICK PROUIN, MANON
  • citer ce document Toron 2019 : TORON S., Carhaix-Plouguer (29) ZAC de Kergorvo, Zones 1 à 4. Une occupation funéraire du début de l’âge du Bronze. Rapport final d'opération archéologique (fouille préventive), Éveha – Études et valorisations archéologiques (Limoges), 1 vol., SRA
  • SCIENTIFIQUES 41 4.1 Déroulement des interventions et corrélations avec les données du diagnostic 45 45 46 4.2 Les structures de combustion néolithiques 4.2.1 Description 4.2.2 Synthèse et comparaisons 48 48 66 4.3 Les sépultures de l’âge du Bronze 4.3.1 Description 4.3.2 Synthèse et
  • regard des législations sur le Patrimoine et l'Environnement néant DONNÉES ADMINISTRATIVES, SCIENTIFIQUES ET TECHNIQUES 1.2 Opération 1.3 Mots clefs N° de l’entité archéologique 29.024.0438 Chronologie Néolithique moyen, âge du Bronze Arrêté de prescription 2013/112 du 28
  • mars 2013, modifié par l'arrêté n° 2017-254 du 17 août 2017 Sujets, thèmes (interprétation des vestiges immobiliers et des vestiges mobiliers) Cimetière, sépulture, coffre, cupule, hache en bronze, macro-outils, foyer Arrêté d'autorisation de l'opération et de désignation du
  • terrain Zone 3 : du 01/04/2015 au 17/04/2015 ; Zone 2 : 18/09/2017 au 29/09/2017 ; Zones 1 et 4 : 10/09/2018 au 05/10/2018. Keywords Cemetery, burial, cist, rock art, bronze axe, stone tools, pit coocking 9 CARHAIX-PLOUGUER (29) – ZAC de Kergorvo, Zones 1 à 4 – 2019 10 2
  • , des dalles de couverture couvraient la tombe en léger dôme formant probablement un cairn visible à l'origine en surface du sol. La fouille intégrale n'a livré presque aucun mobilier à l'intérieur des coffres, un unique tesson vient confirmer la tradition culturelle du début de
  • Middle Neolithic and a serie of Bronze age tombs dated from beginning of that period around 2150-1900 BC. Seven burials are organized mostly by pairs, and oriented NW-SE. Each grave is composed of a rectangular pit, inhumation size, containing a wooden trunk coffin or plank set
  • or two slabs with rock art, one contain a unique shred of pottery from beginning of Bronze Age and another a set of lithic tools. DONNÉES ADMINISTRATIVES, SCIENTIFIQUES ET TECHNIQUES 5 LOCALISATION CARTOGRAPHIQUE 13 Fig. 1 – Localisation du site dans le département du Finistère
  • rapport et comprend quatre zones d'études, le lot n° 2 regroupe les deux zones ayant livré des vestiges antiques (zone 5 : Lotton, Brunet 2019 ; zone 6 : Lotton, Brunet 2018). La zone 1 a été diagnostiquée comme une nécropole de l'âge du Bronze final. Deux sépultures se présentant sous
RAP00237.pdf (PLUMELIN (56). tumulus. le haut grenit. rapport de sauvetage urgent.)
  • . SCHENAL et Y. LABORDERIE. Cette campagne s'est limitée à la fouille sous abri de la tombe centrale du tumulus et de ses abords immédiats, une exploration plus complète du monument, moins urgente, demandant des conditions météorologiques plus favorables et des moyens plus importants en
  • , hautes de 1 m environ, n'est en fait qu'une fosse creusée dans l'arène du substratum et tout juste revêtue par endroits d'un placage pierreux sommaire, sauf à l'extrémité 8ud-0uest oû une maçonnerie complète sépare la tombe de la fosse externe décrite plus haut. La tombe ainsi
  • du Haut-Grenit peut être rattaché â la seconde série des tumulus armoricains avec quelques caractères particuliers qui en font un exemplaire un peu marginal : - L'architecture de la tombe voûtée en pierres sèches se relie aux "tombes en four" décrites autrefois dans certains
  • relie cependant aux plus frustes des poteries de la seconde série ; d'autres sépultures ont en effet déjà livré de> pots aussi simples de forme, voire aussi frustes de facture, et le décor à pastilles rapportées n'est pas inconnu non plus dans l'Age du Bronze armoricain. On peut
  • également envisager des réminiscences du Néolithique final plaidant alors pour un âge assez ancien. Topographiquement on constate que ce monument se trouve parmi les quelques tumulus dispersés du centre du Morbihan, nettement à l'Est de la zone classique qui s'arrête pratiquement au
  • C.-T. LE ROUX +■++ RAPPORT SCIENTIFIQUE SUR LA FOUILLE DE SAUVETAGE DU TUMULUS DU HAUT-GRENIT A PLUMELIN ++ + 1978 +++ (MORBIHAN) C.-T. LE ROUX it de cette intervention a été pris sur c» RAPPORT SCIENTIFIQUE SUR LA FOUILLE DE SAUVETAGE DU TUMULUS DU HAUT-GRENIT
  • A PLUMELIN (MORBIHAN) Le 23 août 1977, M. Prosper GAILLARD, exploitant agricole au HautGrenit, provoquait un effondrement en labourant la parcelle YE 4b du cadastre rénové de Plumelin, appartenant â M. Jean BELLEC, de Talforest en PLumelin (Coordonnées Lambert II : X = 207,0 ; Y = 328,2
  • , feuille I.G.N. de Baud 3-4). Prévenus immédiatement par le canal de M. MAHO, Président du Syndicat d'Initiative de Baud, nous avons décidé, avec l'accord des intéressés, de reboucher l'orifice qui attirait des nuées de curieux et de surseoir à l'exploration jusqu'au printemps suivant
  • en profitant de la rotation des cultures, grâce â l'aimable compréhension du propriétaire comme de l'exploitant. A leur demande conjointe, cette intervention s'est déroulée, malgré le mauvais temps, du 20 au 25 février 1978, avec la participation de MM. C.-T. LE ROUX, M. BATT, P
  • par un tracteur â fourche hydraulique loué à une ferme voisine. Après l'intervention, l'excavation a été immédiatement rebouchée à la demande de l'exploitant. - 2 - Le matériel recueilli est destiné au Dépôt de Fouilles du Morbihan, après l'étude en cours au siège de la
  • circonscription. Le financement de cette Intervention a été pris sur crédits de sauvetage. Un relevé topographique préliminaire a fait ressortir la présence d'une butte très étalée, assez irrégulièrement par suite de la présence de plusieurs talus aujourd'hui arasés. La hauteur au-dessus du
  • sommet crevé montre qu'ils contient une sépulture. Une tranchée â travers cette couche d'arène, pratiquée S l'extrémité Sud-Ouest du cairn, montre que cette couche d'arène n'est en fait qu'un lit plus ou moins épais, parfois un simple liseré, parfois un amas considérable, reposant sur
  • une nouvelle couche de terre plus argileuse que la précédente qui paraît remplir une fosse assez large descendant jusqu'à plus de 2 m sous la surface, soit environ 1 m sous le sol naturel et dont le fond correspond au granité en place, arënisë mais déjà dur. Le cairn est de plan
  • complètement écrasé au point qu'il a dû être plâtré en bloc pour pouvoir être manipulé sans trop de dommages. Cette poterie est le seul objet qui ait été déposé dans la tombe avec le corps. Elle a pu être à peu près complètement remontée. Il s'agit d'un grand pot extrêmement fruste, de
  • forme sub-cylindrique (H ■ 11 cm, D = 17 cm), à bord arrondi et à la paroi extrêmement irrëgulière en pâte rougeâtre grossière et friable. Juste sous le bord sont plaqués 10 gros boutons coniques en argile irrégulièrement espacés. Sur les caractéristiques de cette tombe, le tumulus
  • tumulus du centre-Finistère notamment, mais dont aucun exemplaire n'avait pu être étudié récemment. On notera toutefois qu'il s'agissait ici d'une voûte allongée et non d'une fausse coupole comme pour les descriptions anciennes. - Le vase funéraire est d'un type bien particulier qui se
  • second monument identique, par son aspect extérieur du moins. PERSPECTIVES _ Cette intervention d'urgence demande bien entendu â être complétée par une étude exhaustive du monument dont l'urgence n'est certes pas aussi criante, mais qui constituera la suite logique et
  • indispensable pour une étude de ce mausolée. La nécessité en est d'autant plus claire que les sections relevées aux abords immédiats du caveau montrent des dispositions complexes en ce qui concerne Ta stratigraphie de la butte et la structure de la fosse ayant servi d'implantation au caveau
  • . PLUMELIN (Morb.) - Le Haut Grenit Vue générale au début du décapage de la partie centrale : L'effondrement apparaît au centre. PLUMELIN (Morb.) - Le Haut Grenit PLUMELIN (Morb.) - Le Haut-Grenit PLUMELIN (Morb.) - Le Haut-Grenit PLUMELIN (Morb.) - Le Haut Grenit Chevet ouest
  • de la tombe avec départ d'une fosse extérieure creusée dans le substratum. Commune Je PLUMELIN Morbihan Section Echelle revise Y E -j/2 000 pour /363 Fiat) de la: coupe H Argile PLUMELIN Argile compacte X *- 2—^978 Te Echelle hre ro^e Arène, ^raniticjce 1 1
RAP03679 (LANRIVOARE (29). Route de Brest : une tombe sous tumulus. Rapport de diagnostic)
  • LANRIVOARE (29). Route de Brest : une tombe sous tumulus. Rapport de diagnostic
  • ancien peuvent être implantés isolément, on les retrouve aussi fréquemment regroupées en nécropoles plus ou moins importantes. Rapport final d’opération Chronologie Âge du Bronze Moyen Âge route deBrest, Lanrivoaré, Finistère, Bretagne Une tombe sous tumulus Inrap Grand Ouest
  • diamètre pour une hauteur qui ne devait pas excéder le mètre. Cette modeste opération de terrain aura donc permis d’apporter de nouveaux éléments sur les modes d’inhumation à l’âge du Bronze ancien. Elle confirme également le fait que si les monuments funéraires de l’âge du Bronze
  • Habitat rural Récent Villa Arme Néolithique Objet métallique Chalcolithique Batiment agricole Protohistoire Structure agraire Parure Âge du Bronze Urbanisme Habillement Ancien Maison Trésor Moyen Structure urbaine Monnaie Récent Foyer
  • former un petit tertre circulaire d’une dizaine de mètres de diamètre pour une hauteur qui ne devait pas excéder le mètre. Cette modeste opération de terrain aura donc permis d’apporter de nouveaux éléments sur les modes d’inhumation à l’âge du Bronze ancien. Elle confirme également
  • le fait que si les monuments funéraires de l’âge du Bronze ancien peuvent être implantés isolément, on les retrouve aussi fréquemment regroupés en nécropoles plus ou moins importantes. Lanrivoaré (29), route de Brest État du site A l’issue de l’opération et conformément au
  • dans la littérature d’aménagements similaires mais des espaces surcreusés sous le plancher de la tombe ont été assez souvent décrits lors de fouilles de tombes de l’âge du Bronze (Briard, 1984). N
  • 98,50 NGF 0 0,5 2,5m 2.1.1.3. Comparatifs régionaux Les tombes de l’âge du Bronze sur le territoire breton ont fait l’objet d’une synthèse récente dans le cadre d’un travail de Master 2 (Tonnerre, 2015). Ce travail réalisé sous le prisme de l’anthropologie restitue la tombe et
  • le défunt et propose une typologie en fonction des données exploitables issues de fouilles anciennes et récentes. 38 Inrap · Rapport de fouille Lanrivoaré (29), route de Brest Les tombes à structure en bois comme celle de Lanrivoaré sont connues pour l’âge du Bronze en
  • de l’âge du Bronze ancien en Armorique sont des planches et lorsque le taxon est mentionné, il s’agit principalement de chêne. Ces résultats sont conformes à ceux que nous avons pu obtenir avec des méthodes d’observation macro et/ou microscopiques sur les sites de Bel Air à
  • Bretgane, Finistère, Lanrivoaré, route de Brest Une tombe sous tumulus sous la direction de Yvan Pailler Inrap Grand Ouest 37 rue du Bignon CS 67 737 35 577 Cesson-Sévigné www.inrap.fr Rapport de fouille Yvan Pailler Mobilier Céramique Industrie lithique diagnostic
  • archéologique Sujets et thèmes Parcellaire Funéraire Le diagnostic effectué à Lanrivoaré a permis la découverte d’une tombe sous tumulus implantée à quelques mètres à l’est du grand tumulus encore en élévation dans la parcelle concernée. Sa fouille permet de reconstituer une partie des
  • communale Les vestiges mis en évidence Une sépulture sous tumulus Description de la tombe et du sujet inhumé (E. Cabot) Analyse du sujet inhumé (E. Cabot) Aménagement de la fosse Comparatifs régionaux Le « bois » de la tombe de Lanrivoaré (V. Guitton) Contexte et méthode Résultats
  • Entreprise Beaussire Décapage, stockage des terres, rebouchage 11 12 Inrap · Rapport de fouille Notice scientifique Le diagnostic effectué à Lanrivoaré a permis la découverte d’une tombe sous tumulus implantée à quelques mètres à l’est du grand tumulus encore en élévation dans la
  • . Toutefois, ses mesures restent indicatives car il est probable que le tumulus ait subi un certain étalement de ses terres. D’un point de vue scientifique, ce diagnostic visait à vérifier s’il existait des tombes à proximité du tumulus ou si d’autres occupations avaient pu se développer
  • emprise restituée du tumulus AC31 AC36 Ru ed e Roc 0 5 h Ave l 25m Fig.1 Plan général du diagnostic et implantation des tranchées sur fond cadastral actuel. (DAO P. Pihuit, Inrap) M on tag Eol ne Mégali the Y=7280100 Roch te de Bre st Rue du Rou rue d Tombe
  • 1.3. Contexte archéologique 1.3.1. La carte archéologique communale Une quinzaine de sites archéologiques sont recensés dans la carte archéologique nationale sur le territoire communal de Lanrivoaré (fig. 5). 8 7 1 5 4 1. Menhir Néolithique 2. Dépôt âge du Bronze 3. Stèle âge
  • du Fer 4. Tumulus âge du Bronze 5. Menhir Néolithique 6. Tumulus âge du Bronze 7. Tumulus âge du Bronze 8. Ermitage Moyen Age 9. Tumulus âge du Bronze 10. Tumulus âge du Bronze 11. Groupe de menhirs néolithiques 12. Tumulus âge du Bronze 13. Occupation mésolithique 14. Enclos
  • représenté par trois sites mégalithiques qui ont tous fait l’objet de destructions (Sparfel, Pailler, 2009). L’un de ceux-ci, l’alignement de Keribin était composé d’une douzaine de pierres dressées. Plusieurs tumulus de l’âge du Bronze sont répertoriés sur le territoire communal de
  • transversales D-E et F-G (DAO P. Pihuit, Inrap) Fig. 8 Coupe transversale F-G depuis l’ouest. On distingue en noir les restes du coffrage et le comblement brun sombre de la tombe. De part et d’autre, on observe le comblement hétérogène de la fosse d’installation du coffre. (photo Y. Pailler
  • sédiments. 2.1.1 Description de la tombe et du sujet inhumé (E. Cabot) La découverte d’un tumulus arasé lors du diagnostic a livré, en cours de dégagement, une fosse (F18) comprenant des traces brunes d’aspect ligneux et de possibles fragments osseux. Notre intervention visait à
RAP00723.pdf (SANTEC (29). roc'h groum. rapport de sauvetage programmé)
  • Y. LECERF +++ FOUILLE D'UNE NECROPOLE DE DE T O M B E S DE L ' A G E SUR L'ILOT COMMUNE SAUVETAGE DU DE EN COFFRES BRONZE ROC'H DE S A N T E C +++ 1978 CROUM (FINISTERE) FOUILLE DE SAUVETAGE D'UNE NECROPOLE DE TOMBES EN COFFRES DE L'AGE DU BRONZE SUR L'ILOT DE
  • possible que des tombes de l'Age du Fer puissent s'intercaler dans cette nécropole qui semble malgré tout être de la période du Bronze. SANTEC (Fin.) - Roch' Broum Tombe N° 1 Fond du coffre. Reste de mâchoire inférieure. SANTEC (Fin.) - Tombes de Roc'h Croum Tombe H° Z Tombe
  • silex retrouvés confirment bien l'appartenance de ce cimetière I la période de l'Age du Bronze sans qu'il nous soit actuellement possible d'une plus grande précision. Au cours de cette fouille, nous avons pu constater certains détails techniques dans la construction qui ont
  • coutumes funéraires de la période du Bronze mérite que l'on s'y attarde encore un peu. FINANCEMENT Le financement a peine suffisant de cette fouille a été pris sur les crédits F.I.A.S. (3.000 F) et complété par des subventions départementales (2.000 F). Le total des crédits a été
  • employé â la subsistance des fouilleurs nous imposant un régime Spartiate travail d'efforts. pas toujours compatible avec un - 5 - SANTEC (Fin.) - Roc'h Croun ZONE SUD - TOMBE 1 Dimensions internes au fond : L » 1,38 n> ; 1 » 0,44 m Hauteur des parois : H « 0,40 m Cote du fond par
  • htraaine a été découvert® dans la partie Est du coffre. Mobilier ; Néant ZONE SUD - TOMBE g Dimensions internes au fond : L » ? Hauteur des parois : j 1 « 0,45 m 0,54 m Hauteur utile du coffre : 0,43 m Cote du fond par rapport au sol actuel : 0,85 m Orientation : 35 grades
  • compacte. Mobilier : Dans le curage du caveau 9 minuscules tessons, 1 grattoir sur éclat et un éclat de silex. 17 tessons ont été découverts dans le démontage du dôme. ZONE SUD - TOMBE 4 Dimensions Internes au fond : l » 1,40 m ; 1 » 0,54 m Hauteur des parois : 0,50 ri Orientation
  • de couverture est pour cette petite sépulture assez netterar* «arqué. Mobilier : Lors du vidage de la tombe 4 tessons et 1 éclat de silex ont été découverts. Aux abords de la tombe et dans le dôme, 1 gros fragment de rebord + quelques éclats de silex. ZONE SUD - T P ^ F 10
  • posée sur chant. La couver- t ture com:)osëe de 3 éléments joîniifs est améliorée par un blocage de pierres. ?*obilier : 12 petits tessons ont été découverts lors du vidage de cette sépulture. Sur l'extérieur de cette tombe, 5 autres tessons de poterie grossière ont été
  • 15 tessons et 6 éclats de silex dans le remplissage. Lors du dégagement de la couronne et du caveau , 24 petits tessons ont été répertoriés, 6 éclats de silex, 1 nucleus et 1 petit grattoir. 11 SANTEC (Fin.) - Roc*h Croum ZONE EST - TOMBE A Dimensions Internes à la base : L
  • la tombe avec son dôme témoin. Sépulture avec blocage externe. Intérieur du caveau après fouille. 5ANTEC (Fin.) - Tomb«« dt Roc*h Croup ISSlt-Ë!.! Sépultute vidée d© son remplissage. a SANTEC (Fin.) - Tombes de Roc'h Croum Tombe M® 7 Tombe apparaissant dans la falaise
  • . Couverture de la tombe. SANTEC (Fin.) - Tombes de R o c h CroumTombeN°11 Issss.ül? Couverture de la tombe. Vue du caveau après la fouille. SANTEC (Fin.) - Tombes de R o c h CroumTombeN°11 Vue d'ensemble de la sépulture fouillée. îgmbe_N°_lQ SANTEC (Fin.) - Tombes de Roch Croum
  • Tombe apparaissant parmi l'ensemble. Tombe vidée de son remplissage. Tombe N° 11 SAIïTfC (Fin.) - Tombes de toc'h Crorn Tombe M® 1« Vue d'ensemble dr la sépulture. Dalle de couverture du caveau et parement externe. Détail de construction du péristal11the. SANTEC (Fin
  • .) - Tombes de R o c h CroumTombeN°11 Tombe_N°_14 e Coffre interne en cours de dégagement. Traces de longerons de bois au fond du coffre. SANTEC (Fin.) - Roc"h Croum ÎQfeA SANTEC ? Tombe avec ossement en coupe. n r Restes humains dans la sépulture. 5 A N T E C _ R O C ' H CROIT
  • orientée face aux vents d'Ouest. L'îlot de Roc'h Croum se trouve devant la plage du Theven, à quelques centaines de mètres de la côte. Dépassant de 3 à 4 m au-dessus du niveau des plus hautes m e r s , il reste le seul rocher ayant gardé un plateau végétal. La surface de cet îlot
  • maçonnerie de pierres sèches. Ce qui pouvait faire penser à des fours de goémoniers était très vite reconnu par M . LE G O F F , Instituteur, demeurant à proximité, comme des sépultures très anciennes. Surveillant le site, au fil des jours, de nouvelles découvertes confirmaient cette
  • hypothèse. Des ossements humains furent même arrachés par la mer à la falaise. La destruction du site étant irréversible, une fouille de sauvetage était décidée sur le programme F.I.A.S. La fouille fut entreprise le 21 août 1978 pour une période de deux semaines. Ont participé à ce
  • travail 14 bénévoles dont M M . LE PR0V0ST et GAUTIER, Correspondants du Directeur des Antiquités Préhistoriques de Bretagne, ainsi que M . LE GOFF, inventeur du site. • 2 - MOYENS - Prospection «•«»Mlowoaww mm «» Dans un prerrier temps» nous avons effectué un Inventaire de toutes
  • four 8 augets de la période du F e r . Nous récoltions également quelques éclats de silex dans la coupe de la falaise O u e s t . * [oyillçs Ce travail terminé, nous décidions d'ouvrir une zone de fouille par la surface» dans la partie Sud de l'île. Il nous fallait dans le même
  • temps entreprendre de dégager une tombe située ? l'Est dans laquelle des ossements humains encore visibles semblaient être conserves. Les couches de végétation enlevées» nous nous trouvions dans une dune dont la hauteur dans la zone fouillée variait de 0,40 â 0,80 m . Interstrat1f1é
RAP03566 (LE BONO (56). Mané Mourin : un cimetière du Bronze ancien. Rapport de fouille)
  • LE BONO (56). Mané Mourin : un cimetière du Bronze ancien. Rapport de fouille
  • 135 2.3.2 Technologie 135 2.3.3 Typologie 137 2.3.4 Attribution chrono-culturelle et éléments de comparaison 139 2.4 Un cimetière du Bronze ancien 139 2.4.1 L’espace funéraire, implantation et organisation 143 2.4.2 Catalogue des tombes
  • collecté lors des décapages, ou en position remaniée dans le comblement des tombes. La nature du mobilier et sa répartition sous forme d’épandage évoque la proximité immédiate d’une occupation domestique, sans plus de précisions. Au cours du Bronze ancien, la zone acquière une vocation
  • repose essentiellement sur l’architecture des tombes et leur contextualisation régionale. Il est ainsi possible de proposer une mise en place du cimetière au cours du Bronze ancien. État du site Aucun élément du patrimoine archéologique n'a été conservé en place à l'issue de
  • Fouille archéologique Rapport final d’opération Bretagne, Morbihan, Le Bono, Mané Mourin Un cimetière du Bronze ancien sous la direction de Laurent Juhel Inrap Grand Ouest Mars 2018 Fouille archéologique Rapport final d’opération Code INSEE Un cimetière du Bronze
  • sud) Une tombe isolée 213 2.5 Une sépulture à incinération du Bronze moyen 213 2.5.1 La tombe 216 2.5.2 Datation radicarbone 217 2.5.3 Les vases 219 2.5.4 Le contenu des urnes 219 2.5.4.1 Le vase 1 220 2.5.4.2 Le vase 2 223
  • 223 223 223 2.6.2.1 Le mobilier des tombes 227 2.6.2.2 Le mobilier issu d’autres contextes 229 2.6.3 2.6 La céramique de l’âge du Bronze 2.6.1 Technologie 2.6.2 Typologie Attribution chrono-culturelle et éléments de comparaison 233 2.7
  • - n° 124, 125, 126, 127, 131 AR 9, 10, 101, 102, 103, 111, 124, 130, 100 Statut du terrain Non communiqué Responsable scientifique de l’opération Laurent Juhel, Inrap 10 Inrap · RFO de fouille Le Bono (56), Mané-Mourin – Un cimetière du Bronze ancien I. Données
  • Structure agraire Parure âge du Bronze Urbanisme Habillement Ancien Maison Trésor Moyen Structure urbaine Monnaie Final Foyer Verre Fosse Mosaïque âge du Fer Hallstatt (premier âge du Fer) Sépulture Peinture La Tène (second âge du Fer
  • Inrap · RFO de fouille Le Bono (56), Mané-Mourin – Un cimetière du Bronze ancien Intervenants Intervenants administratifs Prénom, nom, organisme d’appartenance Fonction Tâches affectées dans le cadre de l’opération Stéphane Deschamps, SRA Conservateur régional de l’archéologie
  • (56), Mané-Mourin – Un cimetière du Bronze ancien Notice scientifique La fouille du Bono « Mané-Mourin » vient documenter une succession d’occupations échelonnées entre le Néolithique moyen et le Moyen-âge. L’apport essentiel de l’opération réside dans l’étude des vestiges
  • Néolithiques et âge du Bronze. Ces résultats sont complétés par une étude géomorphologique permettant de comprendre la mise en place d’une séquence sédimentaire dilatée, qui a participé à la bonne conservation des vestiges anciens. La première occupation significative du site est
  • II, dans l’horizon culturel du Castellic récent. Au Bronze moyen, deux vases à incinération sont installés dans une même sépulture, à une quarantaine de mètres du cimetière. La présence de ces sépultures à incérations à proximité des inhumations du Bronze ancien atteste ainsi une
  • - 200 m 200 - 500 m 0 Chantier INRAP 100 km 16 Inrap · RFO de fouille Implantation cadastrale Le Bono (56), Mané-Mourin – Un cimetière du Bronze ancien I. Données administratives, techniques et scientifiques Arrêté de prescription de fouille 17 18 Inrap · RFO de
  • fouille Le Bono (56), Mané-Mourin – Un cimetière du Bronze ancien I. Données administratives, techniques et scientifiques 19 20 Inrap · RFO de fouille Le Bono (56), Mané-Mourin – Un cimetière du Bronze ancien I. Données administratives, techniques et scientifiques 21 22
  • Inrap · RFO de fouille Le Bono (56), Mané-Mourin – Un cimetière du Bronze ancien I. Données administratives, techniques et scientifiques 23 24 Inrap · RFO de fouille Le Bono (56), Mané-Mourin – Un cimetière du Bronze ancien I. Données administratives, techniques et
  • scientifiques 25 26 Inrap · RFO de fouille Le Bono (56), Mané-Mourin – Un cimetière du Bronze ancien I. Données administratives, techniques et scientifiques Définition des moyens 27 28 Inrap · RFO de fouille Le Bono (56), Mané-Mourin – Un cimetière du Bronze ancien I. Données
  • administratives, techniques et scientifiques 29 30 Inrap · RFO de fouille Le Bono (56), Mané-Mourin – Un cimetière du Bronze ancien I. Données administratives, techniques et scientifiques Projet scientifique DB 05 0333 02 Site de Mané Mourin -Lavarion commune du Bono 22/01/13
  • cimetière du Bronze ancien DB 05 0333 02 Site de Mané Mourin -Lavarion commune du Bono 22/01/13 SOMMAIRE Préambule...............................................................................................................................................................3 I
  • Go/Michel Baillieu N° 2011-140 en date du 06 juillet 2011 2.1 - projet scientifique d’intervention 3/15 34 Inrap · RFO de fouille Le Bono (56), Mané-Mourin – Un cimetière du Bronze ancien DB 05 0333 02 Mané Mourin - Lavarion – Le Bono Site n° (n° patriarche) Date du projet
  • appartenir à des structures architecturales ont aussi été rencontrés. Ces structures se développent au sommet du substrat granitique et sont scellées par un niveau archéologique riche en mobilier céramique dont la datation s’étale entre le Néolithique moyen et le Bronze ancien. Ce niveau
RAP00707.pdf (PLOUHINEC (29). Kervennec. rapport de fouille préventive)
  • P L 0 U H I N E C (FINISTERE) TOMBE EN COFFRE DE L'AGE DU BRONZE DE KERVENNEC Décembre 1984 Fouille de sauvetage n° 84-16 P Numéro de site : 29.4.33.197.013 Responsable : Monsieur LE GOFFIC Michel Archéologue Départemental /LA TOMBE EU COFFRE DE KERVENNEC/ /EN PLOUHINEC
  • mobilier caractéristique et de matériel datable, seule la typologie de la tombe permet d'avancer que l'on se trouve en présence d'une sépulture de l'Age du Bronze, époque très bien représentée par de nombreuses sépultures, tant à PLOUHINEC que dans les environs. PLAN DU DALLAGE DU
  • caveau de 1'Age du Bronze, prit les mesures de conservation immédiate et prévint les services intéressés. Prévenu le 30 Novembre, je me suis rendu sur les lieux le 3 Décembre, ai rencontré Monsieur GADONNA et ai obtenu 1'autorisation de procéder à la fouille avant la fin du mois de
  • fouille proviennent du tas de déblais et quoique nous ayons de fortes présomptions pour avancer que la tête devait se trouver à l'Ouest, le doute subsistera. V> DESCRIPTION DE LA TOMBE La sépulture est constituée par quatre dalles de granité placées sur chant et légèrement inclinées
  • vers 1'intérieur de la tombe. Deux dalles, longues de 150 cm forment les parois longitudinales du coffre et s'appuient sur deux autres petites. dalles de forme trapézoïdale qui constituent les parois transversales. Compte-tenu du fait que les petits côtés sont de longueur
  • FOND DE LA TOMBE PLAN DU DECAPAGE SUPERFICIEL DE LA'FOUILLE u 100 cm Photo 1 : Vue générale du chantier, prise du nord. En second plan, remarquer la dalle de couverture déplacée lors des travaux de hersage. Photo 2 : Vue prise du Sud. La tombe en coffre et les pierres de
  • (FINISTERE)/ I> CIRCONSTANCES DE LA DECOUVERTE ET MOTIF DE LA FOUILLE Le 28 Novembre 1984 en hersant une parcelle nouvellement emblavée, Monsieur Pierre GADONNA, demeurant à Kergoff en PLOUHINEC et exploitant un champ appartenant à Madame veuve Marie Marguerite PENNEC de Kervennec en
  • , d'une cachette. Au niveau du fond du caveau il rencontra un os long en mauvais état et comprit immédiatement qu'il était en présence d'une sépulture ancienne. Il avertit aussitôt Monsieur Henri CABILLIC, secrétaire de mairie de PLOUHINEC, qui se rendit sur les lieux, reconnut un
  • Décembre, ceci afin de pouvoir libérer la parcelle avant la germination. La fouille a eu lieu les 17 et 18 Décembre. II> LOCALISATION L 'endroit de la découverte est situé à 2 km au nord du bourg de PLOUHINEC et à 200 m au Nord-Est du hameau de Kervennec. Les coordonnées Lambert
  • , zone II, sont les suivantes : - x = 92,000 y - 2 359,050 z = 65 m. Au point de vue topographique, la tombe est située sur le sommet d'un coteau surplombant le Goyen. De cet endroit l'on découvre un vaste pa norama. Le sous-sol est constitué par un granité diaclasé. Les
  • références cadastrales sont les suivantes : - année 1978, section ZI, parcelle 67 a. L 'endroit où a été découverte la sépulture se trouve à 1'emplace ment d'un talus, aujourd'hui arasé. Aucune mention n'est faite de découvertes d'autres tombes dans ce secteur, mais il est possible que
  • constituant le coffre. Ce carré a été fouillé sur une épaisseur de 40 cm. Dans un deuxième temps ce sont les terres du coffre gui ont été fouillées par carrés de 25 cm de côté et tamisées à 1 'eau sur un tamis à mailles de 3 mm sur une épaisseur de 5 à 6 cm, jusqu'au dallage de fond
  • . Enfin, toutes les terres extraites de la tombe lors de "l'exploration" de Monsieur GADONNA et qui avaient été rejetées en un tas près de la sépulture ont également été tamisées ce qui a permis la récupération des dents. Malencontreusement toutes les dents trouvées au cours de la
  • différentes, le plan de la tombe ne peut être rectangulaire. Il se rapproche davantage de la forme trapézoïdale, toutefois les deux grands côtés font un angle de 9 grades. Les dimensions sont les suivantes : - au fond : longueur entre 115 cm (côté sud), et 140 cm (côté nord) largeur
  • entre 67 cm (côté est), et 83 cm (côté ouest). - au sommet : longueur entre 97 cm (côté sud) et 114 cm (côté nord) largeur entre 52 cm (côté est) et 64 cm (côté ouest). L'axe du coffre (passant par le milieu des deux petits côtés) fait un angle de 107 grades avec le Nord
  • magnétique. Le fond de la tombe est constitué par un dallage de 5 plaques de granité. Les interstices sont comblés par de petites pierres. La couverture était assurée par une seule plaque de granité, longue de 123 cm, large de 89 cm et épaisse de 6 à 9 cm. Autour de la tombe, étaient
  • disposées quelques pierres plates constituant une assise dont le niveau supérieur était identique à celui des dalles sur chant. Sur ces pierres reposait la dalle de couverture. La profondeur du coffre est de 39 cm, tant dans la partie est que dans la partie ouest, par contre au centre
  • . Au moment de notre intervention, le remplissage de la tombe avait été assez fortement perturbé, une bonne partie des terres ayant été évacuée. Cependant nous pouvons affirmer que le dallage était recouvert de sable marin sur une épaisseur moyenne de 0,5 cm, ce qui a permis la
  • tampon luttant contre l'acidité naturelle du sol. Cette couche sableuse contenait de petits fragments de granité brûlé. Au dessus du niveau sableux était une couche terreuse de 5 à 10 cm qui contenait les vestiges osseux. Les dents sont très corrodées. A une exception près, seul
  • calage des parois et de la dalle de couverture. Photo 3 : Vue du carré de fouille, prise de l'ouest. Photo 4 : Vue du calage des parois et de la dalle de couverture. Photo prise de 1 'est. « ife r. -»a-'W .x- ..& :*
RAP01709_1.pdf (QUIMPER (29). Les vestiges des places Laennec et Saint-Corentin et l'histoire de l'urbanisme médiéval de quimper. Rapport de fouille)
  • CIMETIERES ANCIENS p 54 2.1 2.2. 2.3. 2.4. DES TOMBES TRES ANCIENNES L'AMENAGEMENT Us.56 - Us.73 UN SECOND HORIZON DE SEPULTURES CONCLUSION : UNE PHASE ANCIENNE ET DES INHUMATIONS 3. LE CIMETIERE ROMAN 3.1 3.2. 3.3. 3.4. 3.5. 3.6. 3.7. 3 8. 3.9 : AMENAGEMENT GENERAL p 64
  • L'EXTRACTION DE LA TOMBE T.52 5.7 CONCLUSION 6. LE CIMETIERE ROMAN LES COFFRES DE PIERRES p : 99 6 1. LES COFFRES EN PIERRE DU SONDAGE B.l DE LA ZONE CENTRALE 6.2. LES COFFRES EN PIERRE DU SONDAGE J 6.3. LE SOL DE CIMETIERE DU SONDAGE K ET LES COFFRES EN PIERRE 7. LE CIMETIERE ROMAN EN
  • PLEINE TERRE p. 108 : FOSSES SEPULCRALES ET TOMBES EN BOIS OU 7.1. INTRODUCTION 7.2 LES TOMBES DE LA TRANCHEE - SONDAGE B 7.3. LES MARQUES D'EFFONDREMENT OU D'ARASEMENT DANS LA ZONE CENTRALE 7.4. LES EMPREINTES 7.5. LES TOMBES SANS PIERRE DU SONDAGE K 7 6. CONCLUSION 8. CONCLUSION
  • L'ALLEE Us 24 D'INSTALLATION DU SOL Us.58 A L'OUEST DE L'ALLEE Us.24 : LE SOL Us.57 CONCLUSION : UN NOUVEAU VISAGE POUR LA PLACE - 5. NOUVEAU REAMENAGEMENT DE LA PLACE RUE Us.61 ET SOL Us.39 p 142 6. DE NOUVELLES FOSSES ET DE NOUVEAUX DEPOTS AU NORD-OUEST p 144 : 5.1. L'ALLEE
  • 1996. Que la nouvelle problématique scientifique ait été l'exact prolongement de celle appliquée à ces sondages et que les vestiges étudiés soient, pour un bon nombre d'entre eux, ceux que nous avions simplement dévoilés lors du diagnostic, nous contraignent aujourd'hui à intégrer
  • fussent-elles, représentait une démarche assez simple mais inédite. Enrichie par des fouilles nouvelles et conduite avec rigueur, elle devait ouvrir des perspectives très encourageantes pour l'étude des origines et du développement urbain de Quimper au Moyen Age. C'était en tout cas le
  • .) assurèrent des reportages à propos des fouilles. La télévision régionale F.R.3. offrit une collaboration de très bon niveau, d'une part par ses reportages, d'autre part en acceptant de différer un reportage sur la dépose d'un cercueil et la découverte du cerveau de la tombe T.69. La
  • découvertes : Le Journal du Dimanche, France-Culture, Sciences et Avenir, L'Archéologue (article J.-P. Le Bihan), Les Nouvelles de l'Archéologie (article A. Dietrich). 3.2.1. Télévision Clichés 1.3.1. el 1.3.2. Une importante collaboration se développa avec la Chaîne Arté - La Cinq
  • -' - V'i VILLE DE QUIMPER CENTRE DE RECHERCHE ARCHEOLOGIQUE DU FINISTERE Rennes : S.R.A. de Bretagne - 2000 LES VESTIGES DES PLACES LAENNEC ET SAINT-CORENTIN ET L'HISTOIRE DE l'URBANISME MEDIEVAL DE QUIMPER (FINISTERE) (29 232 80) (Finistère) DOCUMENT FINAL DE SYNTHESE Sous la
  • ARCHEOLOGIQUE DU FINISTERE S.R.A. de 2000 Bretagne FICHE SIGNALE :L?J LAJ ULJLAJ LJLJ L8J l_OJ I Département : FINISTERE Site n° g l-N ! L jl i AL I Commune : QUIMPER Lieu-dit ou adresse : Place Laennec co à Q g S £ s Cadastre : QUIMPER Année: 1974 Section et parcelle
  • : BL Coordonnées Lambert Zone : Il Abcisse : 120.050 : Ordonnée: 2352.610 Altitude : 5 à7 m Propriétaire du terrain : Protection juridique : Autorisation n° : 1998-15 Valable du 05/01 au: 31/05 S o) 50 ëo 1 ses; Titulaire : LE BIHAN Jean - 1998 Paul Organisme de
  • rattachement : VILLE DE QUIMPER Raison de l'urgence : Aménagement urbain Maître d'ouvrage des travaux : VILLE DE QUIMPER Surface fouillée : 1500 m2 Surface estimée du site : 2500 m2 MotS-clefs (thésaurus DRACAR pour la chronologie et le vestiges immobiliers) : sur la chronologie
  • la recherche et les principaux résultats de l'opération archéologique : - 00 &3 sur - - - - esplanades et des rues des XIVe et XVe siècles au nord de la cathédrale. Sondage dans les fosses urbaines et l'espace funéraire du Xe au XIIIe siècle. Plan d'urbanisme complet avec
  • rues et cimetière des XIe - XIIIe siècle mis au jour. Structures d'esplanades, de rues et de monuments des XIVe - XVe siècles découverts. progrès considérables pour l'histoire de l'urbanisme médiéval à Quimper. Etudes des Lieu de dépôt du mobilier archéologique : Dépôt de fouille
  • MOYENS HUMAINS 2.3. LES MOYENS TECHNIQUES 3. LES RELATIONS AVEC LE GRAND PUBLIC ET LA MEDIATISATION 3.1. 3.2. 3.3. 3.4. 3.5. p.20 LES MEDIAS REGIONAUX LES MEDIAS NATIONAUX LES VISITES DU SITE ORGANISEES PARLE C.R.A.F. JOURNEES DU PATRIMOINE ET EXPOSITIONS ACTION PEDAGOGIQUE 4
  • . METHODE ET MISE EN PLACE DE LA FOUILLE p 23 4.1. L'ESPACE DE FOUILLE 4.2. METHODE FOUILLE 5. ETAT DES LIEUX ET STRUCTURES RECENTES p 5.1. 5.2 5.3. 5.4. 5.5 5.6. 5.7. 29 LES NIVEAUX RECENTS LA TRANCHEE ALLEMANDE LA FONDATION DU SOCLE DE LA STATUE DE LAENNEC LA FOSSE Us.42. LES
  • TROUS DE POTEAUX LES PERTURBATIONS RECENTES DE LA ZONE SUD CONCLUSION Ch.2. LES SITE ARCHEOLOGIQUE ET SON CONTEXTE HISTORIQUE 1. LE CONTEXTE p.34 3 HISTORIQUE DANS LA TRADITION HISTORIOGRAPHIQUE 1.1. HISTOIRE GENERALE DE QUIMPER ET DU CONFLUENT 1.2. LE QUARTIER DE LA
  • CATHEDRALE ET LE TOUR DU CHASTEL 1.3. CONCLUSION : CARTOGRAPHIE DE QUIMPER MEDIEVAL 2. LE CONTEXTE ARCHEOLOGIQUE p 39 2 1 LES DONNEES ET HYPOTHESES ARCHEOLOGIQUES ANCIENNES 2.2. LES FOUILLES RECENTES 3. CONCLUSION : ETAT DE LA QUESTION p 49 3 .1. SUR LA PRESENCE D'UN SITE GALLO
  • LES TOMBES DE LA TRANCHEE ALLEMANDE p 4 1 LA STRATIGRAPHIE DE LA TRANCHEE 4.2 LES SEPULTURES DE LA COUPE NORD-OUEST 4 79 4.3. 4 4. 4.5. 4 6. LES SEPULTURES DE LA COUPE NORD-EST LES SEPULTURES DE LA COUPE SUD-OUEST LES SEPULTURES DE LA COUPE SUD-EST CONCLUSION 5. LE CIMETIERE
  • ROMAN LES TOMBES DE LA ZONE SUD-OUEST 5.1 5.2. 5.3. 5.4. 5 3 5.4. 5.5. 5.6. . p.89 L'Us.38-81 ET MISE AU JOUR ET TRAITEMENT DES TOMBES LA SEPULTURE T.67 LA SEPULTURE T.52 LA SEPULTURE T.69 LA SEPULTURE T 68 LA SEPULTURE T. 73. LA SEPULTURE T.74 LES SEPULTURES DETRUITES LORS DE
RAP00163.pdf (CAMPÉNÉAC (56). la Croix Lucas. le tombeau des géants. rapport de fouille programmée.)
  • la sépulture. Tout porte à croire tout d'abord qu'il_s'agit bien d'un grand caveau du Bronze ancien caractérisé par la forme rectangulaire de la tombe avec ses parois transversales en pierre sèche. Elle ne diffère des tombes classiques finistériennes que par la massivité des
  • est difficile d'avoir les dimensions précises du caveau à son niveau inférieur. Elles sont de l'ordre de 3m de long pour 1,20 m de largeur moyenne, ce qui correspond dans la série des tombes de l'Age du Bronze à la classe des grands caveaux funéraires. On ne peut, de ce fait que
  • Géants une des particularités mises en évidence pour d'autres tombes de l'Age du Bronze à savoir l'implantation de ces monuments en des zones non habitées. Le vase en a été reconnu par la palynologie pour les tombes de Poncallek à Berné, Morbihan aussi bien que pour le grand tumulus
  • tirées du système de couverture de la tombe. Elles servaient d'assise intermédiaire pour asseoir la dalle de couverture principale. Par contre de gros éléments contre la paroi longitudinale Est semblent bien en place. On peut même se demander s'il ne s'agi-t pas d'un ancien calage de
  • Haute-Bretagne de grandes tombes de l'Age du Bronze appartenant à un faciès armoricain représenté massivement à la pointe occidentale de l'Armorique. Rennes, le 10/12/1982 Tombeau des Géants, CAMPENEAC, Morbihan. Fouilles J982 Tombeau des Géants - CAMPENEAC - Morbihan. Fouilles
  • EQUIPE DE RECHERCHE N° 27 DU C.N.R.S. UNIVERSITE DE RENNES I CAMPUS DE BEAULIEU 35042 RENNES CEDEX Jacques BRIARP IkoJJjhd de. RzcheAchz au C.W.R.S. RAPPORT SUR LA FOUILLE DU TOMBEAU DES GEANTS Coffre de l'Age du Bronze de CAMPENEAC, Morbihan. (Juillet 1982) Ministère de la
  • RecAeAcAe au C.N.R.S. RAPPORT SUR LA FOUILLE DU TOMBEAU DES GEANTS Coffre de l'Age du Bronze de CAMPENEAC, Morbihan. (Juillet 1982) Ministère de la Culture Sous-Direction de l'Archéologie Inventaire : 56-032 002 Autorisation de fouille programmée n° 1484 du 14 Avril 1982. Programme P
  • du Moulin de Châtenay le dégagea à cet effet.. Aucun plan de ce monument n'existait. Il semblait fort intéressant d'en reprendre l'étude car il apparaissait comme l'un des rares tombeaux fermés probablement de l'Age du Bronze existant en cette partie de la Haute Bretagne. C'est
  • monument était sous couvert forestier récent avec bouleaux, ajoncs et fougères et les restes calcinés des troncs de pins des incendies successifs. Le cadastre ancien montre que la zone a été cultivée autrefois et près du monument se trouve un talus de séparation longitudinal qui
  • élément témoin central. La dalle de couverture déplacée latéralement a été conservée à son emplacement actuel, solution permettant une meilleure observation du caveau funéraire. 3 3. LA TOMBE CENTRALE. Elle est orientée Nord-Est Sud-Ouest (30 gr Est) . Les parois longitudinales sont
  • scie. De ce fait la largeur de la tombe est plus grande au niveau du sous-sol : 1,20 à 1,30 m qu'au sommet des parois : 0,90 m. Le bloc Est est de dimensions légèrement inférieures : 4 m de longueur, 0,50 m de large et 0,90 m à 1 m de hauteur. La paroi interne en est subverticale
  • transversal de 90 cm de large et 25 cm de haut, situé à 20 cm du fond. La tombe a été surcreusée par les premiers explorateurs et les dalles latérales reposent sur le sous-sol argilo-schisteux creusé en dessous d'elles sur une hauteur de 10 à 15 cm. Du fait des transformations du fond, il
  • environ. De ce fait le haut de la tombe dépassait avec sa dalle de couverture de 80 à 1 m au-dessus du vieux sol. Un petit massif de pierres assez irrégulier (plan 1, photos) dessinait un cairn d'entourage assez clairsemé. Il était composé de blocs de schiste comportant quelques gros
  • fin, semblent se rattacher à la poterie domestique de l'Age du Bronze, telle qu'elle est connue dans les terres des Tumulus armoricains. Elle est différente de la poterie plus grossière à gros dégraissants quartzeux récoltée à l'Hotié de Viviane. On retrouve pour le Tombeau des
  • pédologiques témoignent d'un terrain très humide avec phénomènes d'hydromorphisme. 5. LE MENHIR ANNEXE. Ce beau bloc de schiste rouge reposait à 8 m à l'Ouest du caveau funéraire, parallèle aux parois longitudinales de la tombe. Il mesure 4,25 m de long, 1,35 m de large et 0,70 m
  • levé qu'une fois ! Mais l'hypothèse d'un alignement néolithique réutilisé à l'Age du Bronze 'nous semble la plus vraisemblable. C'est celle que nous adopterons en conclusion. 6. CONCLUSION. La fouille du Tombeau des Géants a été riche en enseignement malgré la violation ancienne de
  • extrémité. Relevé J. Briard, M. Houeix. Mise au net Y. Onnée. Plan n° 1 - Tombeau des Géants. CAMPENEAC, Morbihan. Fouilles de 1982. Plan général du cairn avec le caveau funéraire. 1 : fond de la tombe. 2 : zone humique grise. Relevé J.P. Muratore, S. Pennée. Mise au net Y. Onnée
  • Culture Sous-Direction de l'Archéologie Inventaire : 56-032 002 Autorisation de fouille programmée n° 1484 du 14 Avril 1982. Programme P. 29. Rennes, EQUIPE DE RECHERCHE N° 27 DU C.N.R.S. UNIVERSITE DE RENNES I CAMPUS DE BEAULIEU 35042 RENNES CEDEX Jacques 8RIARP ïkaJJjtz de
  • . 29. Rennes, Novembre 1982 1 1. HISTORIQUE ET SITUATION. Le Tombeau des Géants encore appelé la Roche à la Vieille (à la Sorcière) est un grand caveau mégalithique connu dès la fin du siècle dernier et signalé dans l'ouvrage de Félix Bellamy sur la forêt de Brocéliande paru en
  • pourquoi sa fouille programmée fut décidée pour 1982. Une enquête sur place fit savoir que le monument avait été fouillé vers 1925, sans résultat. Le Tombeau des Géants se trouve sur la commune de Campénéac, Morbihan. Il est à la limite de l'ille et Vilaine, à 100 m à l'Ouest du chemin
RAP02317.pdf (LANNILIS (29). le caveau de l'âge du bronze de prat ar simon pella. rapport de sondage)
  • LANNILIS (29). le caveau de l'âge du bronze de prat ar simon pella. rapport de sondage
  • sépultures du Bronze ancien sans tertre tumulaire, question qui s'était déjà posée lors de la fouille du caveau de Creac'h-Morvan à Saint-Thégonnec. La tombe avait été découverte lors d'un arasement de talus en 1972 et il n'y avait pas de tertre apparent. Face à ce cas très rare, il avait
  • . LE MEN, R.F., 1876-1877 - Statistique monumentale du Finistère. Bulletin de la Société Archéologique du Finistère, IV, p. 116. LEON S., 1997 - Nouvelles données sur les tumulus à pointes de flèche de l'âge du bronze ancien des Côtes d'Armor. Bulletin de la Société Préhistorique
  • général du Finistère, Service d'archéologie Contrainte techniques particulières : dates du chantiers et arrêt intempérie pour cause d'inondation. Surface fouillée : 2 m2 Fouille menée jusqu'au substrat : oui RESULTATS SCIENTIFIQUES Mots clés : Chronologie : Bronze ancien Vestiges
  • . De l'âge du bronze à Landéda on ne connaît que l'important dépôt de fondeur de l'île Guennoc (Du Chatellier, 1907) et les tombes en coffre de Pors Matheano (Le Roux, 1975), l'existence d'un tumulus sur l'île Tariec n'étant pas assurée. Un tumulus a été fouillé à Plouvien, à
  • du bronze moyen et final sont fort bien représentés dans le bas Léon qui nous intéresse, les sépultures du Bronze ancien à pointes de flèche sont plutôt rares : le tumulus de Coatanéa en Bourg-Blanc en est le plus proche représentant, à une dizaine de kilomètres au sud. Il livra
  • emplacement du caveau au milieu des futurs bâtiments de la résidence « Le Libenter », dans la parcelle 115. Sans chercher à dessiner des polygones de Thiessen sur une zone aux informations trop lacunaires sur le Bronze ancien, il est tout de même utile de souligner que les territoires
  • penser que cet emplacement a été délibérément choisi pour l'inhumation et cela répond en quelque sorte, avec certaines réserves et en minorant les surfaces, aux conclusions émises par S. Léon (1997) quant à la répartition des sépultures du Bronze ancien sur les hauteurs et en fonction
  • anciens inventaires ne font pas mention de tumulus à cet endroit et en aucun cas il ne peut s'agir de celui signalé par Du Chatellier à 300 m au nord du bourg qui fut détruit en 1874 et qui contenait un vase et un poignard en bronze. Le plateau de Lannilis est formé par des
  • pas pour autant inintéressante, bien au contraire. Elle contribue à compléter la répartition des sépultures du Bronze ancien en Armorique. L'emplacement est au centre d'un territoire particulièrement bien délimité par les abers Benoît et Vrac'h. D'une part se pose la question des
  • été suggéré que le tumulus avait pu être arasé avant la construction du talus, donc très anciennement. Le cas présent repose la question des possibilités de l'existence de caveaux du Bronze ancien sans tumulus ou seulement surmontés d'un modeste bombement de terre. Le mobilier
  • . 59. BALQUET A., 2001- Les tumulus armoricains du Bronze ancien. Patrimoine archéologique de Bretagne, ICB, Labo. d'Anthropologie, Université de Rennes 1, 150 p. BRIARD, J., 1970 - Un tumulus du Bronze ancien, Kernonen en Plouvorn (Finistère). L 'Anthropologie, 74, p. 5-55. BRIARD
  • , J., 1984 - Les tumulus d'Armorique. LAge du Bronze en France -3. Editions Picard, 304 p. BRIARD, J. et GOULETQUER, P., 1972 - Découverte d'une tombe de lAge du Bronze à Kerno en Ploudaniel (Finistère). Annales de Bretagnes, LXXIX, 1, p. 49-60. BRIARD, J., LE GOFFIC, M. et ONNEE
  • tombes finistériennes de l'âge du bronze découvertes fortuitement. Bulletin de la Société Archéologique du Finistère, LXXIX, p. 31 -42. GIOT, P.R., 1967 - Caveau de Corn ar Gazel en Saint-Pabu. Bulletin de la Société Archéologique du Finistère, XCIII, p. 8. GIOT, P.R., 1967
  • immobiliers : tombe en caveau à parois latérales de pierre sèche Vestiges mobiliers : poignards, hache, pointes de flèche Lieu de dépôt du mobilier : Dépôt de fouille du Finistère, 29590, Le Faou Lieu de dépôt du fonds documentaire : Centre départemental d'archéologie du Finistère, 16
  • route de Térénez, 29590 Le Faou REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUE DU DFS Année : 2006 ; auteur : LE GOFFIC Michel Collaborateur : GRALL Bertrand Titre : Le caveau de l'âge du bronze de Prat ar Simon pella, Lannilis (Finistère). Sous-titre : D.F.S. de sondage (21/03/2006 - 23/03/2006
  • sensiblement orientée nord-ouest - sud-est. L'aspect de la grande dalle laissait penser à la couverture d'un caveau de l'âge du bronze et les autres pierres soit à des dalles de chevet, soit à l'assise de la dalle de couverture ou à des compléments de couverture comme cela existe assez
  • fréquemment dans la conception des caveaux de l'âge du bronze en Bretagne . 4 Photo 1 : Vue du chantier au moment de la découverte ; au premier plan la dalle de couverture et les dalles des extrémités du caveau, déplacées. L'absence de toute autre pierre dans les environs et la présence
  • d'un sol limoneux suffisamment profond sur la partie la plus élevée de la commune ont également contribué à conforter l'idée de l'existence d'un caveau de l'âge du bronze à cet endroit. C'est pourquoi une demande de sondage a été demandée au Service Régional de l'Archéologie de
  • façon à ne pas retarder davantage les travaux qui étaient arrêtés pour intempérie depuis 6 semaines. 3. Situation et contexte archéologique et situation La région de Lannilis est riche en vestiges de l'âge du bronze (fig.2). Sur Plouguerneau, 7 tumulus ont été recensés dont certains
  • ont été fouillés au XIXe siècle, tel celui de la pointe Saint -Michel (Abgrall,1883) ou au début du XXe siècle comme celui de l'Ile Vierge (Martin, 1902). Deux caveaux sont connus à Kroaz Prenn (Giot et Monnier, 1973) et Ran ar Groaz (Le Goffic, 1993), des tombes en coffre à
RAP02832.pdf (éléments pour une nouvelle approche de l'âge du bronze en Bretagne : le cadre chronologique et les formes de l'habitat. rapport du projet collectif de recherche 2012)
  • éléments pour une nouvelle approche de l'âge du bronze en Bretagne : le cadre chronologique et les formes de l'habitat. rapport du projet collectif de recherche 2012
  •   ancien. Le Master sera soutenu en juin 2013.  18 Projet Collectif de Recherche Compte rendu de l’activité 2012 19 Eléments pour une nouvelle approche de l’âge du Bronze en Bretagne       20 Projet Collectif de Recherche Compte rendu de l’activité 2012   Fig. 10
  •  – Exemples de planches de mobilier céramique attribuable au Campaniforme et/ou au Bronze ancien. Parcelle A2 228bis.  Dessins : Y. Onnée et J. Ripoche.  21 Eléments pour une nouvelle approche de l’âge du Bronze en Bretagne Pour  l’année  2012/2013,  un  deuxième  étudiant  en  Master
  • Compte-rendu d’activité 2012 Projet Collectif de Recherche Eléments pour une nouvelle approche de l’âge du Bronze en Bretagne Le cadre chronologique et les formes de l’habitat COORDINATION : Stéphane Blanchet CONTRIBUTIONS : Vérane Brisotto Muriel Fily Muriel Mélin Clément
  •  du sol du  Chalcolithique/Bronze ancien à l’étape finale du Bronze final (Hallstatt C).    • Typo-chronologie des productions céramiques et lithiques   Les  ensembles  mobiliers  valorisables  –  notamment  la  céramique  dont  les  découvertes  se  sont  longtemps  limitées  aux
  • Eléments pour une nouvelle approche de l’âge du Bronze en Bretagne 2. L’ACTIVITE 2012     Dans le cadre de la programmation 2012, ce projet a été reçu favorablement par le SRA de Bretagne et  a été validé en CIRA Grand‐Ouest. Des moyens financiers (6000 euros) ont notamment été
  •   l’exploitation des orthophotographies de Géoportail croisée avec des visites au sol constitue un outil  très utile à la localisation et à la découverte des tumulus.    5 Eléments pour une nouvelle approche de l’âge du Bronze en Bretagne Bilan 2012 pour le Finistère  M. Fily (CG 29), C
  •   tombes  de  l’âge  du  Bronze  et  en  particulier  leur  répartition  à  la  pointe  de  la  Bretagne.  En  effet,  un  tel  travail  visant à l’exhaustivité et une telle précision, n’avait été mené jusqu’ici qu’à l’échelle des monts d’Arrée  (Briard  et  al.,  1994).  Ce  travail
  • , il serait fort utile de pouvoir disposer dans le cadre de ce programme  de la totalité des rapports de fouilles de tombes de l’âge du Bronze, qui sont aujourd’hui numérisés.    6 Projet Collectif de Recherche Compte rendu de l’activité 2012 Un des objectifs de ce travail est
  •  de réaliser des cartographies thématiques, qui manquent pour l’âge  du Bronze. Nos collègues, S. Blanchet, V. Brisotto et S. Sicard, ont aussi inventoriés les tombes de l’âge  du  Bronze  pour  le  département  de  l’Ille‐et‐Vilaine.  Notre  souhait  est  qu’à  terme  les  quatre
  •  continentale (Haute‐Bretagne)  ou les tumulus concentrés plus à l’ouest (Basse‐Bretagne).    Cet  inventaire  a  permis  également  de  se  faire  une  meilleure  idée  des  lacunes  dans  les  datations  des  tombes  de  l’âge  du  Bronze  en  Bretagne.  La  majorité  des  dates  obtenues
  •   jusqu’à  présent  étant  peu  fiables  (écart‐type  important,  contextes  perturbés  ou  polluées  des  échantillons  datés).  Ces  nouvelles  datations s’avèrent d’autant plus nécessaire, que celles des contextes d’habitat de l’âge du Bronze se  sont  multipliées  ces  dix  dernières
  •   de  sondage  en  attente).  Rappelons  que  cet  indice de site présentait une industrie lithique pouvant dater de l’âge du Bronze ancien et une série  d’anomalies visibles en photographies aériennes.    Avec  l’aide  de  Lionel  Duigou,  deux  sorties  ont  été  effectuées  en
  •   préfectorale du 24 avril 2011, Rennes, Service Régional de l’Archéologie, 102 p.    NICOLAS C., PAILLER Y. dir., avec la collaboration de BLITTE H., DUIGOU L., LEMAITRE S., MANCEAU L., GUEGUEN P.,  GUEGUEN Y., SION J., SPARFEL Y., TANGUY B. (2009) ‐ Programme de prospections « Bronze ancien
  •  », rapport n° 1, rapport  de prospection inventaire à Plouvorn et ses environs (29), opération n° 2009‐240, autorisation préfectorale du 9 septembre 2009,  Rennes, Service Régional de l’Archéologie, 51 p.  7 Eléments pour une nouvelle approche de l’âge du Bronze en Bretagne
  •  situe sur la commune de Tréglonou ; ? : possible tumulus non‐vérifié sur le terrain ; x :  tâches claires vérifiées sur le terrain ne révélant pas la présence de tumulus.            9 Eléments pour une nouvelle approche de l’âge du Bronze en Bretagne • L’Ille‐et‐Vilaine
  • l’activité 2012 Fig. 4 – Documents sur la découverte à Martigné Ferchaud (35) d’un bracelet en or associé à une hache à talon   (Dossiers communaux de l’UMR 6566 CReAAH, Université de Rennes 1)                11   Eléments pour une nouvelle approche de l’âge du Bronze en Bretagne
  •   Centre  – ouest que vers le groupe Manche‐Mer du Nord.  13 Eléments pour une nouvelle approche de l’âge du Bronze en Bretagne En  revanche,  pour  les  ensembles  découverts  anciennement,  inédits  ou  alors  moins  conséquents,  ces  études typologiques et chronologiques sont le
  •  seront également effectuées  par le biais du PCR pour répondre à des points précis et améliorer la fiabilité du système. En effet, il  faut remarquer que les datations les plus anciennes – en particulier celles effectuées sur les structures  funéraires du Bronze ancien et du début du
  •   et  offrent  des  mesures  plus  fines.  Les  prochaines  datations  14C  s’effectueront  donc  en  priorité sur le Bronze ancien et le début du Bronze moyen et notamment sur les ensembles mobiliers  de référence issus des sépultures.     Afin  d’interpréter  et  de  valoriser  au
  •   logiciel  pour  le  traitement  des  données  de  datation  en  archéométrie,  archéologie  et  sciences  de  la  terre »  et  coordonné par P. Lanos (Université de Bordeaux III).         17 Eléments pour une nouvelle approche de l’âge du Bronze en Bretagne 2.4 Les formes de