Rechercher sur le site

  • Chercher les documents contenant un mot OU un autre : tapez simplement les mots à la suite => bracelet bronze
  • Chercher les documents contenant un mot ET un autre : utilisez le mot-clef AND => bracelet AND bronze
  • Chercher les documents contenant une expression exacte : taper l'expression entre guillemets => "bracelet en bronze"

Limiter votre recherche

Auteur
Type d'opération
Commune
Département
Date (Année)

3573 résultats Exporter les résultats

Trier par Titre : ascendant / descendant
RAP00484.pdf (PLOUBEZRE (22). château de coat-frec. rapport de sauvetage urgent)
  • vallée sinueuse,accidentée,très boisée et peu habitée,donc propice à la pénétration ûe l'ennemi lorsque survenait la guerre.Par contre la signification de son n o m est aussi obscure que l'est son n origine «Comment traduire en français le mot "Prj£e ç" j ^ — ~ On ne peut rien
  • litaire. mi- {0 t K e r g o s n a r , Kerparicu e t Gocsbrinrid l5fî9.Les Guerres de Religion s'étendent à Ici Bretagne où elles ont un aspect surtout politique . PhilippeiTLrananuel de Lorraine,duc de Mercoeur,époux d'une descendante de la Maison de a été nommé par le roi
  • N ° DE SITE |ûN Dépt. Arrdt U\S\ Canton \lA Commune 4 1/1/l/l Site DÉPARTEMENT : C O T E S fco COMMUNE : ? L O O ß > E Z R t £ LIEU-DIT . C04T- FRÉTC IH 1 * DIRECTION DES ANTIQUITÉS DE BRETAGNE # TRAVAUX EFFECTUES A COAT-FREC EN I) - II) - III) - 1974 R
  • a p p e l h i s t o r i q u e s u r le s i t e et p r i n c i p a u x But des travaux Résultats ( événements I H » . . i : • li i _ ^J, __ ' , A 1«abri de profondes douves CJCGV et d'une haute futaie,dans son nid COATFfiec) j d'à lierre et de r o n c e
  • de la famille et de la seigneurie de Coëtfrec.Depuis 131? le Trégor et le Goëllo sont joints a u Penthièvre devenu apanage d'un frère cadet du duc de Bretagne«Ce Jean n ' e s t pas un vassal chicanais de l'apanagiste • C11 trouvera con- du en I973»dans les ruines du châ- t
  • e a u , des carreaux de sol portant eh r e l i e f le blason de la nouvelle Maison de Penthièvre. 13^6.C'est 1« Guerre de Succession qui oppose les thièvre aux lîontfort : les Anglais»alliés Blois-Pen- des Pontfort,s * emparent de Lonnicn et font des prisonniers dont le
  • passe à Philippe,de- la M a i s o n de Coetgourden, époux d'Anne de Keran^rais et parent p r o c h e de Roland P h i l i p p e t s é n é c h a l •k i/ixe. Cr&JvctSori va "C oit f r e t s
  • t f v Coëtfrec . en univerJOf>poSAn.i nia or, QXrCt sèl de Bretagne p o u r Charles de B l o i s , f a i t p r i s o n n i e r par les Anglais an soc de Lannion en 1346 «En 13^0 lîjèSSi«^ est l ' u n des a m b a s s a d e u r s duc Jean ÏV près le r o i de France.Le du
  • château de Coëtfrcc a sans doute sotiffert de la Guerre de Succession; la chapelle de K e r f o n s qui lui est v o i s i n e et est u n e fondation de ses seigneurs,en magée ou p o i n t qu'il sort très faudra p r a t i q u e m e n t la r e c o n s t r u i r e , d ' o ù f a v e u
  • r une bulle p a p a l e endom^ en sa d'indulgence. Fin du XIV".Jeanne de C o ë t g o u r d e n , p e t i t e - f i l l e d ' H e n r i S o p o u s e i: son c c u s i n Alain de Keririe^L »£ils de GuillauîBc et d'Anne do Coëtgourden» Le couple restaure la chapelle de Kerfons e
  • t » v r a i s e m b l a b l e m e n t Coëtfrec quelque peu en état .Alain est apj>arenté à de Bretagne,1'un remet Geoffroytmaréchal des plus v a i l l a n t s capitaines de son temps» Début du XV® .En. l42.0tà la suite de l ' a t t e n t a t de Chanteauceaux } sur la
  • personne du d u c Jean V, 1 ax>anage des P e n t h i è v r e est rattaché au duché;le T r é g o r n ' e n sera p l u s séparé.Peu a p r è s ; J e a n n e } f i l l e de K e r i m e l .épouse un cadet do l'illustre Maison de d'Alaii Penhoët,Alain,oui lui donne plusieurs
  • enfants.Oliviery^prend pour femme Guillerette Tréal mais meurt sans postérité Guillaume,chambellan j Coëtfx-ec p a s s e à son jeune e du duc François I „ m a r i é à Béatrix de fille de Roland III v i c o m t e de C o ë t m e n et de 1^51»Le 13 juin le duc Pierre II de frère Coëtmen
  • , Tonquédec. érige en baronnieten faveur de Guillaume de P e n h o ë t ,les terres de Kerimel et d e Coëtfrec ce qui l u i vaut de p o u v o i r d r e s s e r ses fourches p a t i b u l a i r e s à quatre pots en la lande de justice p r è s de Keranroux à la porte de L a n n i o n
  • . Quatre ans plus tard Guillaume est au nombre des C8 c h e v a l i e r s rets qui siègent aux Etats do V a n n e s . ^ ^ Rfccon-iiTfi; iff" 1462.Craignant ct'^ûn do banne- • .v c.h.âtn2u — — la guerre avec Louis XI le duc F r a n ç o i s II char- ge le 7 août Pierre L e C o
  • z i c , s é n é c l a l du T r é g o r } e t Yvon L e C o r r e c de se rendre à Coëtfrec ot de juger si la forteresse est susceptible non d ' ê t r e remise en état en tenant compte des exigences n o u v e l l e s l ' a r m e m e n t qui s'est enrichi de l'artillerie v e ils i
  • n v i t e ^ x ' G u i l l a u m e l'affirmati- de P e n h o ë t à choisir entre la restauration La r e c o n s t r u c t i o n si totale q u ' i l ne devra p l u s trace .L« une lettre du 12 a o û t . G u i l l a u m e ne' v o l o n t é p u i s q u e le de à feujdans de
  • son château ou u n e démolition subsister la moindre ou en du souverain est c o n f i r m é ^ par de P e n h o ë t d o i t faire preuve de bon- 13 n o v e m b r e on le voit siéger a u c o n s e i l du duc. du château est donc sûrement e n t r e p r i s e en l ' u n 1462
  • .* 1473.Jean de P e n h o ë t > f i l s de Guillaume et époux do Pénn,de la famille seigneuriale Coëtfrec.En Gui11omette de La Hoche-Jagu ,est seigneur l4f5 il dote la chapelle do de K e r f o n s du superbe jubé v a l - f l a m b o y a n t et paraît avoir restauré l'édifice
  • Jean) de La Touche-Limousinière,dont Coëtfrec» n a î t Re~ à hériter de la seigneurie vers 1 5 2 9 t s e s oncles puis Pierre,fils que VIII. Jeanne de Penhoët,fille épouse François 3 ¿'autre Jean et de Guillerette Péan,étant Jean succes- sivement décédés sans postérité
RAP01361.pdf (SAINT-SAUVEUR-DES-LANDES (56). la Minette, le Tronçais. autoroute a84. site en milieu humide, franchissement d'un ruisseau. rapport de fouille préventive)
  • rejet. 20 4.5 La formation tourbeuse. 21 4.6 La couverture limono-sableuse. 25 4.7 Le paléochenal. 25 5. Données paléoenvironnementales. 26 5. 1 Résultats des tests palynologiques réalisés sur les dépôts tourbeux (D. Marguerie). 26 5.1.1 Inventaire et origine des prélèvements 26
  • "® ocfcjPlquet 1 VI3' 172 \+Bois 'Sj-Dolsnièr® ^ i t a Ré Wo rie / ^Ja\Crolxllle- ,-n / . 1)6 /y/7nil a P w ë n t t J i l i e ^ f / / MMartine arti \ v f H' Feil vvi—iv x Coupellére^y/// l a CùJaudière Boyert, Teure: l ^ ^ N s L '/fôuf\?y y llU D " Ï 111"la559Bourdon
  • *'• les f* $ tf ^ ^ ^ N l a 0 FIGURE 1 de Painîburtec les Guilnfïrai o^sferbréV ^ 1 c/^îiiSiSfV V »s P ^ n s ^ y T o j i c h e f a u J f f i V " \ Craon 39 V Laval Bain-de-Bretagne Châleaubriant 50 S\ 51 1 20 Voir (g) pli " ta^yillefrarfÇhe Îes EtioubrionÈ^ ^ I Armenfials
  • _ ^ Ernée Virai??QiarK Cei pli//0roi//e ,4 Si | o Craon 38 \ Voir © pl II. FICHE SIGNALETIQUE (Figure Site: 35 310 07 1) H Département: IIle-et-Vilaine Commune : St-Sauveur-des-Landes Lieu-dit : La Minette- Le Tronçay Cadastre : Année : 1987 Section : ZI Parcelles : 63 et 64
  • ! [les.Coùrsières Í— ••'< O 113 • f Breil Henard 9 + BtÄM^Sflj J I • Croîsfyflj' Eauvetai nf ^ t â f l e Haut Teiliav i VBois-Morlhiîi.5 Kófim Les Planches La pêcherie] Basjeilla' laTrtrBmÜP y>v jiiW Wzaubry La Minette [ne. min # le Moulin m Bas Teillay la MOnneràie BlrßMiffi
  • ® le Ttonçay ffSaînt-JoppI It HCKtOS&ElOït " v \ - 'ä Bauzais > V' — 113 /_ Pisson • / le P â t i s — I Rouchet Ip-lande du Haut ^-Sauveur âes-Larides 'Plaisance: lufjIfr-Dhiiër • lä'Hardou: la Butte H a i n e - . » ' le Coudray/ ia Brosse limite limite la MalaHrorio
  • préliminaires) pour avoir pris le temps de venir sur le terrain et pour avoir fournis les vues aériennes du site. -D. Pou\\\e(contractuel AFAN) pour nous avoir aidé à tronçonner les bois pour l'échantillonage destinés aux études dendrochronologiques et C14. -J-Y Tinevez (ingénieur d'étude au
  • sableuses. Le milieu hydromorphe que constitue le gley, où les pieux ont séjourné, a donc permis leur conservation. P h o t o 7: S o n d a g e situé à l ' a p l o m b d u pieu P2. On notera le n i v e a u graveleux lequel le pieu a été implanté (cliché: S. Hurtin). dans 788 4 .3 Les
  • , tourbeux et sablo-graveleux se sont accumulés dans un ensemble de paléo-chenaux. 5 1.1- Inventaire et origine des prélèvements L'étude pollinique du site a été effectuée sur deux niveaux stratigraphiques fort distincts : - la coupe Z9, dans le secteur 1, sur laquelle une colonne a été
RAP01670.pdf (RENNES (35). 8-14 quai Dugay-Trouin. rapport de sauvetage urgent)
  • appris des détails extrêmement importants •,/ # • sur l'organisation politique» les cultes et la topographie de la ville de RENNES (Confiâte) 1' entourai «mt, correspondant d'îlle et Vilaine» Le texte des original en A annexe et de la elyitas des Redones qui à peu près à
  • districts (de la civitas), E ) En l'honneur de la Maison Divine et du pages (district) "Matons"» au Dieu Mercure Atepomaros» Titus Flavius Pestuinlnue» prêtre de.Rome et d'Auguste» que la cité des Méfions honora, le premier de tous» du flaminieat perpétuel de Mars Mullo» deux foi s
  • Sauveur elle-même» sondage qui pourra faire l'objet d'une recherche dans les années à venir. ee contexte» ^e temple (on dit temnlun et Une autre indication topographique nous est fournie par la fouille actuelle du quai Pugay-ïroulru La "poterne" reconnue Iêk5 par TÔULMQUCÏIE
  • -136) » pratiquement intacte dans la magnifique écriture latine de l'époque* La prêtrise de Rome et d'Auguste existait à REHHBS comme dans les autres cités gallo-romaines e mais nous voyons Postuminue chargé pour la première fois de la fonction de flamine (flaaen. ©t non eacerdooà
  • Usurières dans l'Indre (CIL XIII 1318) et comme le nom d'un potier de Leaoux du tempe de Claude et Héron» Le fait est important pour l'histoire de la religion gauloise et de l'assimilation de ces dieux aux dieux romains» Le Grand Cavalier est Apollon ehes les Elturîges de l'Indre
  • personnes dont disposons» L.Gampaniu© Priscus et T.Flavius Postttminus» que la elas; e dirigeante des Rie&anes» dan© la première moitié du second siècle » portait des noms purement romains» sans cocmomen d'origine gauloise. Ce sont des Romains » ou nous des Gai ois depuis longtemps
  • Rome et d'Auguste et de la Domus Sivina, la maison impériale, et par le nom purement romain de ses principaux citoyens. Toutefois» la religion reste imprégnée des tra¬ ditions gauloises» avec ses cultes de oa*d dont les divi¬ nité© subissent l'internretatio rornana mais gardent
RAP00334.pdf (NOYAL-CHÂTILLON-SUR-SEICHE (35). la Guyaumerais. rapport de sauvetage programmé.)
  • Programme H 13 "TERROIRS ET VILLAE" F o u i l l e de S a u v e t a g e programmé V i l l a g a l l o - r o m a i n e de l a Guyomerais CHATILLON SUR SEICHE. ILLE ET VILAINE R a p p o r t 19 86' Commune d e C h â t i l l o n S u r S e i c h e Conseil Général d ' I l l e C e
  • n t r e de R e c h e r c h e s d e s P a y s de Rennes et Vilaine Archéuxog^ques (M.J-.C de P a c e ) D i r e c t i o n d e s A n t i q u i t é s de B r e t a g n e CHATILLON SUR SEICHE La Guyomerais. Rapport de Fouille de Sauvetage programmé 19 86 - parcelles AP 93 - AP
  • inventaires A - Les figurines en terre cuite PL 1 à B - La lampe à huile PL 5 C - la céramique PL 6 à 27 D. - les monnaies PL 2 S ... E - le mobilier métallique PL 2'• F - le mobilier en os PL 30 G - la verrerie PL 31 H - la plaque de schiste PL 32 4 après
  • , l'appréhension du gisement dans sa globalité. De fait l'analyse de l'enchaînement des transformations de la villa ne progresse que lentement après de nombreux a t e r moiements et des zones d'ombres demeurent, qui soulèvent des questions que la rareté de "modèles" régionaux ne permet pas de
  • a h ^ ^ H É É I msÊÊÊm laxTaupina>s le Blosni ' priva layeT% rffê5"Ch»! les Ourmes^Jw .les Maffeys fCheyrolais • ' /' le Bois-Hàrel . J e Haut-Bois la M a r t i n î è r e - s 4 / ^Coquelanc Hallçraiip la Teillais \ A é r o d r . dè — lennes-St-Jacques .les s Jousselinais
  • fonction de l'état d'avancement des uossiers des différents promoteurs. Il est heureux de constater que les ensembles de lots à urbaniser correspondent à des secteurs bien définis du site : 19 84 : Fouille d'un habitat annexe à l'Est de la villa (parcelle AO 268 et étude d'une f e m e
  • remplissage d'origine. On a constaté que les mêmes axes valle. . sont utilisés à plusieurs siècles d'inter- 1 - Vue aérienne du chantier .juin 86. w CHATiLLON/SEICHE La Gyomerais 1986 PL. I plan général de la fouille F + E + 0 + h ? 200 anc CD3A- S Les zones à
  • plis, argile, nodules de terx-e rubéfiée, charbons de bois, calcaire coquiller et chaux à l'état de traces. 13 tessons de céramique commune gallo-romaine des 11° ou 111° s. ont été recueillis dans cette couche. Fossé 4006 : exploré partiellement en D9, E9 , axe ouest-est
  • Illème siècle ap. J. C. Quand à la surface de circulation définie, on ne peut attester qu'à cette époque elle ait été dotée d'une bande de roulement empierrée. CHATILLON / SEICH E La Quyomerais 1986 2 7 AP 200 2:6.7 5 1 PL.V four à chjux substrdt -rubéfié P 6 .5 O l charbon
  • de bois calcaire is 2 7 2 6.75 Z ó . 5 O Bi o5< I i F + E "h D + C B -h + + 06 CHATILLON/SEICHE La GuyomQrais 1986 PL II 5m A P 200 ETATS I & I I •4002 CHAT! L LON/SE1 CHE La Gutjomerais PL.IV AP 200 COUPES ETAT III : Une "voie" empierrée des Illème
  • II:superposition de la cabane de l'ETAT II sur le fosse' comble' 5009. 60S2 t26. 50 P5.50 425.50 5000 426.50 iaà.so 5000 -.25.75 _,26.50 cave de figg^Ss: pommier pingui*; 5 0 0 9 .1 -26 5009 .2 E ..25.50 CHATILLON/SEICHE La Guyomerais 1986 PL. Y I I AP 93-94 ETATI coupes
  • 25.25 ETAÏ I I : PL VIII A p a r t i r du m i l i e u du 1 e r s i è c l e ap. J . C . , c u p a t i o n d i f f é r e n t e du s o l , on c o n s t a t e une o c - t r a d u i t e p a r l a d i s p a r i t i o n des e n c l o s à p a l i s - s a d e . C e t t e r e s t r u c
  • t u r a t i o n s ' a c c o m p a g n e d ' u n e e x t e n s i o n de l a s u r f a c e comme l ' a t t e s t e un semis de f o y e r s e t de f o u r n e a u x à c a r a c t è r e d o m e s t i q u e
RAP02596.pdf (OUESSANT (29). les limites orientales du site de Mez-Notariou. rapport intermédiaire de fp 2009-2011)
  • LES LIMITES ORIENTALES DU SITE DE MEZ-NOTARIOU (OUESSANT -FINISTERE) 29 155 0022 AP RAPPORT INTERMÉDIAIRE DE F O U I L L E P R O G R A M M É E TRISANNUELLE ANNEÉ 2010 Sous la direction de Jean-Paul L E BIHAN CENTRE DE R E C H E R C H E ARCHÉOLOGIQUE DU FINISTERE CONSEIL
  • ) RAPPORT INTERMÉDIAIRE DE F O U I L L E PROGRAMMÉE TRISANNUELLE ANNÉE 2010 Sous la direction de Jean-Paul L E BIHAN CENTRE DE R E C H E R C H E ARCHÉOLOGIQUE DU FINISTÈRE CONSEIL GÉNÉRAL DU FINISTÈRE S.D.A. - MINISTÈRE DE LA CULTURE Rennes : S.R.A. de Bretagne 2010 2 CHAPITRE 1
  • : INTRODUCTION 1. SITUATION 1.1. MILIEU NATUREL ET INSULARITÉ 1.2. LE SITE DE MEZ-NOTARIOU 2. L E P R O J E T TRISANNUEL DE F O U I L L E PROGRAMMÉE 2.1. LES DONNÉES ARCHÉOLOGIQUES AU DÉBUT 2010 2.1.1. Un établissement néolithique ? 2.1.2. Un établissement entre Bronze ancien et Bronze final
  • fouille 2.2.2. Programme de publication 3. ORGANISATION DE LA CAMPAGNE DE F O U I L L E 3.1. LES MOYENS MATÉRIELS 3.2. LES MOYENS HUMAINS ET SCIENTIFIQUES 3.2.1 L'encadrement 3.2.2. Les bénévoles 3.2.3. La publication et les programmes annexes 3.3. LA DURÉE DU CHANTIER 3.4. LES
  • RELATIONS PUBLIQUES 4. ÉTAT DES CONNAISSANCES E T STRATÉGIE DE F O U I L L E 4.1. ÉTAT DES CONNAISSANCES 4.2. STRATÉGIE DE FOUILLE ET TRAVAIL RÉALISÉ 4.2.1. Les décapages 4.2.2. Le travail réalisé CHAPITRE 2 : L E S VESTIGES DÉCOUVERTS 1. L E S VESTIGES DE LA ZONE ORIENTALE 1.1. 1.2
  • . 1.3. 1.4. LES VESTIGES DU SECTEUR 9 LES VESTIGES DU SECTEUR 10 LES VESTIGES DU SECTEUR 11 CONCLUSION 2. L E S VESTIGES DU S E C T E U R 1 2.1. LE SOL NATUREL ET LES DESTRUCTIONS RÉCENTES 2.2. LES LIMONS Us. 355 2.2.1. L a couche Us. 355 2.2.2. L e mobilier de la couche Us.355 2.3
  • . LES TROUS DE POTEAUX ET LEURS CALAGES 2.3.1. Les trous de poteaux 2.3.2. Le mobilier 2.4. CONCLUSION 3. L'HISTOIRE DU VILLAGE DU P R E M I E R ÂGE DU F E R 3.1. ÉTAT DE LA QUESTION EN 2008 3.2. DE NOUVELLES PERSPECTIVES 3.2.1. Des approches nouvelles 3.2.2. Une autre lecture et
  • d'autres recherches possibles CHAPITRE 3 : L E S PUBLICATIONS 1. ARCHÉOLOGIE D'UNE Î L E À LA POINTE DE L ' E U R O P E : Tome 2 2. ARCHÉOLOGIE D'UNE Î L E À LA POINTE DE L ' E U R O P E : Tome 3 CONCLUSIONS 1. L E S VESTIGES DÉCOUVERTS 1.1. LES VESTIGES MOBILIERS 1.2. LES VESTIGES
  • IMMOBILIERS 1.3. UNE NOUVELLE LECTURE DU VILLAGE DU PREMIER ÂGE DU FER 2. PERSPECTIVES, MODIFICATION DE PROGRAMME 4 BIBLIOGRAPHIE LISTE DES CLICHES LISTE DES PLANCHES LISTE DES FIGURES PLANS E T COUPES CHAPITRE 1 : INTRODUCTION 1. SITUATION Fig.l et 2 Département : Finistère Commune
  • : Ouessant Lieu-dit : Mez-Notariou Programme : H. 15 Inventaire : 29 155 002 AP Carte I.G.N. :l/25 000 e , F. 11 7-8 Ouessant Cadastre : 1974, Section E, parcelles 2125 à 2134, 2202 à 2233, 2245 à 2247, 2310 à 2334, 2345 à 2414. 1.1. MILIEU NATUREL ET INSULARITÉ (fig. 3) Située à la
  • nord, le nord-est et vers l'ouest. - La topographie générale des lieux et la terrasse sur laquelle s'assoit le site archéologique suggèrent une superficie totale d'au moins 2 ha. 2. L E P R O J E T TRISANNUEL DE F O U I L L E PROGRAMMÉE 2.1. LES DONNÉES ARCHÉOLOGIQUES AU DÉBUT DU
  • franc et certainement extrêmement rapide entre des aménagements à caractère Bronze ancien finissant et un faciès très caractéristique d'un milieu Bronze final I de type continental ; ceci dans une fourchette chronologique allant, grosso-modo, de la fin du XVI e siècle au XIII e
  • bien aux tous débuts de l'histoire du village du Premier âge du Fer, voire à sa fondation, cela donnerait une image encore plus forte et plus exceptionnelle de cet établissement. 2.1.5. Des vestiges de sanctuaire du Second âge du Fer Le bouleversement, sans doute à la fin du V e
  • siècle après J.-C., ou au début du VI e , d'une vaste partie du secteur de fouille n°5, entraîne l'accumulation désordonnée d'un très riche mobilier osseux, céramique et métallique datant de toutes les périodes du Bronze moyen à la fin de l'Antiquité. Le Second âge du Fer est
  • . Comme pour les époques précédentes, des dépôts rituels semblent avoir été bouleversés, mais il est possible que des vestiges fugaces de l'espace de sanctuaire demeurent en place. Monnaies et poteries suggèrent une occupation, si modeste fut-elle, jusqu'aux IV e et V e siècles. La
  • large gamme de « possibles ». 2.1.7. Un abandon au début du haut Moyen Age Nous avons souvent suggéré qu'un aménagement tardif du Bas-Empire avait précédé un abandon du site aux environs du V e siècle de notre ère. Il apparaît de plus en plus nettement que la zone d'activités
  • rituelles anciennes a été franchement bouleversée vers la fin du V e ou au début du VI e siècle de notre ère : une monnaie du V e siècle, une boucle de ceinture en fer et un important fragment de fibule en bronze argenté barbare ont été mis au jour dans ce secteur du site. Il n'est donc
  • saints d'origine bretonne et de la forme du christianisme qu'ils imposaient, avec des personnages tels que Paul Aurélien qui débarquèrent sur l'île entre la fin du V e et le début du VI e siècle, le sens de la désertion définitive du site de Mez-Notariou prend alors une autre
  • CAMPAGNES DE F O U I L L E 3.1. LES MOYENS MATÉRIELS Outre les subventions de la Sous - Direction de rArchéologie et du Conseil général du Finistère, le chantier reçoit toujours le soutien logistique et la mise à disposition de matériel de la part du Centre de recherche archéologique du
  • . Cotennec, O. Dupart, Y. Gourmelon-Le Bihan, R. Gouzien, H. Huysseume, S. Kermorgant, P. Le Bihan, E. Le Maître, P.-E. Lenfant, H. Lu, T. Pérès, H. Quéffelec, C. Vuaillat, D. Vuaillat. 3.2.3. L a publication et les programmes annexes - J.-P. Guillaumet (CNRS) expertise le mobilier
RAP02448.pdf (SAINT-VOUGAY (29). l'esplanade nord du château de Kerjean. archéologie des jardins. rapport final de synthèse de fp2 1998-1999.)
  • ' X . . (3//u.dL-/%>uMfm'6y .QKtL'bu Q/iu-'ài rMtur'/tûiù CAuuVl riu. /enn tiron
  • château de Maillé. A ¿O-íí/tUr* s'a- a-cnjjy $ CC D ^^¿u/^tiS^^f*--^ tíC-' EE t t tf tf t t f f f tf V ^ T- A dfS-r- — í e^AjjS cu/i-c B ds/tiSi¿fej-¿¿¡--¿CiUíP »A^"*' / *" ,' J* i 4. CitòtùvtS .'cwu J¡e**t*H¿i j m ^ w v ^ - ä l A : fe zwtí. eJ>c*n+*tZo > j á
  • ^-yy^^ y / - ? CS* "géy»^.:- ... . . . f #4 ¿ ¿ > u v e t Á ¿ eé< c A a « , 4 t t #/ ^ ; ! :;. 4 vffir '• 4 4 4 4 - :'' f 4 t f r? ^ ^ V1 e^- ^ « f f 6- cctti/Ht-JcjÇX fMt ¿iía. /HJtÏA. O*- O Q •^cu-jije. fitA^.Je&Je^ Lors de ce dépouillement succinct effectué
  • boisés ont aujourd'hui disparu, on peut toutefois deviner les différentes unités - allées, parterres, verger, potager, étang - qui composaient autrefois l'environnement immédiat du château (fig. 9). p l ^ h d ' e n s e m b l e : Figure 9 : plan d'ensemble des jardins. 15 KERJEAN
  • actuelle I l (datation approximative 1934} DECA 6 i? laussf | J'accèi | vers le I village DECA 11 Secteur 3 vers le potager DEÇA 10 (non exploité) accès principal DECA 12 douves .Reprsentation des vestiges 1 : 1000 e 40 m .Matrialisation des essences SI terre végétale E3
  • Pieau f i e u r e 10 Le parterre, aussi large que le château et ses fortifications, s'inscrit dans un rectangle de 210m par 145m se terminant par un hémicycle qui accentue l'effet de perspective. Il se présente sous la forme d'une vaste prairie encadrée d'arbres dont l'inventaire
  • , vers la grande route de Lesneven à Saint-Pol-de-Léon. E n f a n t , j'ai traversé cet étang à la nage ; ïiavi sa dure écurce à plus d'un houx sauvage t E t sur les chênes verts, de rameaux en rameaux , Visité dans leurs nids les petits des oiseaux; ( l ) En sortant de toutes ces
  • enceintes, on pouvait parcourir les avenues , les bois immenses qui entouraient cette ( i ) Y e n de D e l i l l e . demeure vraiment royale. Comment décrire cette belle avenue du Colombier, et les avenues latérales qui formaient l'éventail au-devant du château? Comment dépeindre encore
  • fontaine et son vivier avec l'ormeau et l'énorme pin qui l'ombrageaient ( i ) , et celte forêt de sapins, qui fut. la plus douce retraite D e ce peuple d'oiseaux , fiers d'haliiter ces b o i s . Q u i chantaient leurs amours dans l'asile des r o i s ? ( 2 ) figure 11 Description de
  • . 17, n°l, january-march 1997. Garden Archaeology, CBA Research Report, n°78, 1991. The Archaeology of garden and field, edited by N. F. Miller and K. L. Gleason, P h i l a d e l p h i a , 1994. 19 l'étude des couches profondes du sol, fouillées lorsqu'on s'attend à y trouver des
  • terracing", The archeology of garden and field. Philadelphia, 1994, pp. 91-110. A. E. Yentschand J. M. Kratzer, "Techniques for excavating and analysing buried eighteenth-century garden landscapes", dans The archeology of garden and field. Philadelphia, 1994, pp. 168-201. 1S D. Jacqucs
RAP00832.pdf (LA ROCHE-MAURICE (29). le château. rapport de sondage)
  • RAPPORT DE S O N D A G E EN LA ROCHE-MAURICE Site n° : 29.237.002 - AH. Autorisation n° : 93.53. Responsable : Michel LE GOFFIC (Finistère). Archéologue Départemental du Finistère. 832a RAPPORT DE S O N D A G E EN LA ROCHE MAURICE Site n° 29.237.002 - AH
  • la maçonnerie intérieure des murs est composée de pierres liées à l'argile. CONCLUSION Au terme de cette étude, le château de La Roche-Maurice apparaît donc comme une forteresse chargée d'histoire même si celle-ci ne peut être que sommairement retracée. Son origine notamment
  • : Duvivier. Monnaie de cuivre Illisible et indéterminable. Diamètre : 21 mm Poids : 2 g. MINISTERE DE LA CULTURE E T DE LA FRANCOPHONIE PREFECTURE DE LA REGION BRETAGNE D I R E C T I O N REGIONALE DES AFFAIRES CULTURELLES Service Régional de l'Archéologie A U T O R I S A T I O N
  • TEMPORAIRE DE SONDAGE Valable du 14 j u i n a u 30 j u i n Le Préfet de la Région Bretagne M. N ° 93-53 1993 conf i e à : prénom: LE GOFFIC Michel Demeurante- S e r v i c e Départemental d e l'Archéologie 1 , r u e du Gai de G a u l l e 2 9 5 8 0 LE FAOU à effectuer un sondage
  • sur un terrain appartenant à M. : Département du demeurant à : Finistère Cette autorisation est délivrée à la demande de : XkKèrKsei -du Conservateur Régional de l'Archéologie (rayer la mention inutile) NATURE DU GISEMENT E T PERIODES : Château-fort Lieu de dépôt pour étude: S e
  • r v i c e départemental de l'Archéologie du F i n i s t è r e J U S T I F I C A T I O N DE L'INTERVENTION : Superficie du sondage : - Moyen-Age lieu de conservation : col 1 e c t i o n publ i q u e du département Travaux .10 m2 O R Ì G I N E E T MONTANT DES CREDITS E V E
  • N T U E L L E M E N T ATTRIBUES : CONDITIONS ADMINISTRATIVES COMMUNES : Cette autorisation est délivrée sous réserve de l'autorisation écrite du ou des propriétaires du terrain ou de ses ayants droit, qui devra préciser en particulier la dévolution du mobilier éventuellement
  • Bretagne Le Conservateur Régional de l'Archéologie Mairie Gendarmerie Directeur Régional des Affaires Culturelles Archives du Service Régional de l'Archéologie U Conservateur Régional de l'ArchÇok \ FICHE 1450/ RECHERCHE DESCRIPTIVE D E SITE EFFECTUÉE Année Nature de
  • l'opération Liii/ ARCHÉOLOGIQUE Auteur ^*Q4(a€ Organisme AP ou A H i te Goffî'c n / S P * ^ ; ? /* AP ou AH .£,9 / A, I jLX / .¿,5. 7", / , 0 , 0 , / , , , / • , , / 1000/ R É F É R E N C E I.N.S.E.E. Dépt. 1130/ Sites étendus : Dépt
RAP03380.pdf (BAZOUGES-LA-PEROUSE (35). Le Bourg. 12 rue de l'église. Rapport de diagnostic)
  • Finistère Côtes-d'Armor Bazougesla-Pérouse Ra nc e mer d'iroise Au ln e snon Coue Vilaine 7257 400 1361 600 100 AB Blavet Ille-et-Vilaine Ou Morbihan st e Vilain Océan Atlantique 379 Loire 0 40km 0 200 1000m 1/25 000 © IGN 2003 14 Arrêté de prescription 15
  • qu’une première église serait construite vers le e VII siècle (Tumoine 1986 : tome 1, 17). Les informations à son sujet sont lacunaires. Sous l’impulsion de l’archevêque de Dol dont l’église dépend, un nouveau bâtiment est édifié à la fin du IXe siècle (Ibid. : 19-20). Cet édifice en
  • église » est ensuite largement restaurée entre le début du e e XIV siècle et le troisième quart du XVI siècle. La « nef Pèlerin », du nom de la famille aisée qui a financé sa construction, est d’abord mise en place (1313). Puis les deux autres vaisseaux sont reconstruits. Ils sont
  • appelés « nef du Sacré-Cœur » et « nef Sainte-Anne ». Ce long chantier se clôt par la pose d’une double verrière dans le chœur. Cela aboutit à former un édifice de style gothique au plan irrégulier pour le moins original, plus large que long (43 m x 40 m), et dont les contours
  • agricoles, commerce et activités artisanales, notamment avec la fabrication de papier et de toiles en lin et en chanvre, permettent l’expansion du village et de ses environs. Plus de 5000 habitants sont envisagés. Après la période troublée des guerres de religion durant lesquelles la
RAP02426.pdf (GOUESNAC'H (29). pratiques funéraires de l'âge du bronze et de l'antiquité tardive : le tumulus et la nécropole du site de ty korn. rapport de fouille)
  • - Gouesnac'h Ty Korn. Localisation de la fouille et des sites de l'âge du Bronze sur la commune de Gouesnac'h. 7 2 - ORIGINE DE LA FOUILLE ET RAPPELS DU DIAGNOSTIC Un diagnostic archéologique réalisé en 2 0 0 6 a p e r m i s de confirmer q u e la b u t t e observée s u r les parcelles
  • détecter lors d u décapage, s'est confirmée a u nettoyage m a n u e l de toute la surface, révélant u n ensemble p o u r le moins original. Après identification de toutes les s t r u c t u r e s , les t o m b e s ont fait l'objet d ' u n e fouille manuelle selon les critères établis p
  • d u sol qui a h o m o g é n é i s é le s é d i m e n t . Des m a t é r i a u x o r g a n i q u e s o n t p r o b a b l e m e n t u n e origine allochtone (agrégats de m a t i è r e s o r g a n i q u e s a m o r p h e s denses). Des agrégats avec l a m i n e s argileuses a p p a r
  • . ^.HeryêMi 9#, 0 fm # M i I -, ; et de •; l'Antiquité tardive à Gouesnac'h (Finistère) : le tum^lus ét la nécropole du sitè de Ty Korn 4 / • f • " ' 4 "> i S ' • v. "''Il S ô u s la d i r e c t i o n de . S t é p h a n HINGUANT - ÉfliBS ^ Avec les c o n t r i b u t i
  • o n s de ,, ; P a u l - A n d r é B E S O M B E S , R o z e n n COLLETER," Xavier HENAFF,'-s S t é p h a n e J E A N , F r a n ç o i s e LABAUNE-JEAN', Hervé MORZADEC, Carole VISSAC „ •' . ^ * 8*- : - & - * -- • * ' t * - A • A~ . '' * " -Ml "> V-/' ' - Cl S f e . . ' « 1
  • rubrique) - Chronologie : âge du Bronze, Antiquité tardive. Indices néolithique, campaniforme et âge du Fer. - Programmes : P16 « le monde des morts, nécropoles et cultes associés » et P23 « établissements religieux et nécropoles depuis la fin de l'Antiquité : origine, évolution
  • Hervé, VISSAC Carole TITRE : Pratiques funéraires de l'âge du Bronze et de l'Antiquité tardive à Gouesnac'h (Finistère) : le tumulus et la nécropole du site de Ty Korn Sous titre : Rapport de fin d'opération 1 volume, 1 4 0 pages, 8 4 figures, 13 tableaux 3 L E S AUTEURS Paul
  • également à l'entreprise TREPOS (Combrit) pour la qualité de sa prestation lors du décapage des terres. 4 SOMMAIRE 1 - CONTEXTE GEOGRAPHIQUE ET ARCHEOLOGIQUE (S.H.) 6 1 . 1 - CONTEXTE GÉOGRAPHIQUE 6 1 . 2 - CONTEXTE ARCHÉOLOGIQUE 6 2 - ORIGINE DE LA FOUILLE ET RAPPELS DU
  • lithique (S.H.) 4 . 2 - LA PRESENCE DE L'ÂGE DU F E R (S.H.) 15 19 19 20 29 32 33 43 43 45 49 52 56 4 . 3 - LA NECROPOLE DE L'ANTIQUITÉ TARDIVE © 4 . 3 . 1 - Les e n c l o s (S.H.) 4 . 3 . 2 - Les f o s s e s sépulcrales (R.C, S.H.) 4 . 3 . 3 - Le cas particulier de la fosse 2 6
  • u d de Quimper et occupe u n p l a t e a u qui domine l'Odet à l'ouest, proche de l'estuaire. Le c o u r s d ' e a u m a r q u e p r o f o n d é m e n t le paysage de la c o m m u n e qui s'inscrit d a n s u n e large boucle de la rivière, entre celle-ci et le r u i s s e a u
  • affluent de Kerandraon. Un relief de p l a t e a u domine la topographie à des altitudes comprises entre 30 et 50m, le site de Ty Korn c u l m i n a n t vers 42m. S u r le plan géologique, le secteur d'étude est implanté s u r les gneiss fins micacés et micaschistes, localement les
  • amphibolites, d u Groupe de Nerly, large b a n d e m é t a m o r p h i q u e de 1 à 2 k m qui p r e n d en écharpe le s u d de la feuille de Quimper (carte géol. 1 / 5 0 000 e , feuille Quimper 3 4 6 et notice, BECHENNEC, HALLEGOUËT, 1999). Ce groupe est en contact avec diverses formations
  • cristallines, granité de Pont-l'Abbé a u sud, orthogneiss de Plonéour a u nord, orthogneiss de Nizon-Kemperlé a u centre et à l'est et granité de Pluguffan localement. Au droit d u site de Ty Korn, le toit de la formation gneissique est affecté p a r u n l a m b e a u d ' u n e h a u t e t
  • e r r a s s e alluviale de l'Odet c o n t e n a n t des galets de q u a r t z peu é m o u s s é s , plus ou moins dispersés d a n s les limons et localement associés à u n e matrice sableuse rubéfiée. Les formations superficielles q u a t e r n a i r e s ont été en partie érodées
  • a u Tardiglaciaire et à l'Holocène. Des dépôts de v e r s a n t sont cartographiés à proximité d u site. Ils sont composés de blocs et de cailloux emballés d a n s u n e matrice limoneuse. Q u a n t a u x dépôts limoneux francs, reliques d ' u n m a n t e a u lœssique, ils sont
  • , 2009) (fïg. 1). Un zonage a d'ailleurs été réalisé d a n s le cadre de la révision d u P.O.S. en 1997. Plus largement, la carte archéologique de la c o m m u n e de GouesnacTi révèle témoignant d'implantations diverses, notamment la présence de sites protohistoriques, p o u r
  • l'essentiel localisés à l'ouest d u bourg, c'est-à-dire en direction de la vallée de l'Odet. La boucle que forme la rivière à cet endroit et les promontoires générés p a r des m é a n d r e s serrés sont, à ce titre, d ' o p p o r t u n s lieux de vie (établissement gallo-romain de Porz
  • -Guen), d ' a r t i s a n a t (ateliers de sel gaulois de Keraign) ou encore de défense (éperon b a r r é gaulois de Saint-Cadou). A l'exception des n o m b r e u s e s m e n t i o n s de vestiges d'époque gallo-romaine collectés d a n s les labours (fragments de tegulae et poteries
  • ...), la présence de l'Antiquité et d u Moyen Age d e m e u r e c e p e n d a n t plus discrète, s a n s doute faute de fouilles (GALLIOU, 1989A). 6 :&;ftadoi Pen ai ùêsïhffî&f Ggtfiwwh' js-focef! ' III. i S :• !. :. II. MéneziL^uré BneA 59 ta Chaise de " f vêqut: TBSjJrsz Vihan
  • .Kernon M. I pfly F Perwarena Kerveir lèsnac'h •'.- i . " t e ..^JCervenroii Tj i - ^ l / p. Kefdudel "\ Je $:,»•: •m" P M V J'onc^ciuh , 4 K^fjoçoWen, Cosq i ocdati . le Cosquer^'*'; "V" . -"Kn Kerraniqyed W'WMl Kerguêon' ^Serag j n" —•-itj, Kervilbré • Kersaftideii
RAP01394.pdf (VANNES (56). 16-18 rue des Quatre Frères Crapel. rapport de diagnostic)
  • ...xi.,.vj^...Ul^t«\fi*l«c U?.. .ft f! v! &... ? .*-.?> .?\ Ç>.TÀ O(0 Coût global de l'opération : A?.. f ontraintes techniques particulières : ..hû^nc^Ctfi ...e.X.ù>AûLW.A .. irfacc fouillée : : Nature:
  • : u«\\* . E COMN-OULO - Vestiges immobiliers : J. .-r.. .-.^. .fl .,.£•
  • démolition des infrastructures et de la dalle béton des hangars. Cette opération, placée sous la responsabilité scientifique du conservateur régional de l'Archéologie a été confié à M. Baillieu, contractuel de l'association pour les fouilles archéologiques nationales, assisté de E
  • sur près de 2m de profondeur (fig. 6). Son remplissage est composé de plusieurs remblais contenant des matériaux et du mobilier galloromain. Une fosse (1024) semble aménagée dans ces remblais (fig. 9). Les terres de remplissage de cette fosse,(coupe D et E, us: 1025, 1026, 1027
  • compris ceux des fouilles précédentes a été ramenée à une échelle commune (1:200e). L'inventaire du mobilier a été réalisé par E. Rubinton, Archéologue contractuel de l'AFAN, employé sur cette opération en qualité de fouilleur qualifié. 6. La fouille. Comme nous l'avons indiqué
  • duc Série Fi (Cartes et Plans, autres que cadastre) Il existe d'autres plans dans la série FI (1 Fi) 1Fi85 : 1 plan de "Vannes en 1589-1596, guerres de religion", manuscrit, couleur. 0,724X0,545, papier, copie. 1FS86 : "Plan de Vannes et de son enceinte en 1589", manuscrit
  • , couleur. 0,470X0,375, carton, copie 1Fi95 : plan du port de Vannes et des remparts de la rue des Douves du port à la Porte-Prison ainsi que du quartier de la Tannerie et de l'Etang-au-Duc, sans date [18e siècle], original, papier fin toilé, dim : 0,96 x 1,50 m Série G : biens du
RAP01669_2.pdf (RENNES (35). Station Val place Sainte-Anne. Rapport de fouille)
  • m é d i é v a l e et m o d e r n e a v a n t tout l'enclos d e l'hôpital S a i n t e - A n n e . D e s v e s t i g e s d ' u n e autre origine ont été m i s à jour m a i s ont un intérêt s e c o n d a i r e : extrémité d u c o e u r d e l'église S a i n t - A u b i n , i m m e u
  • e n t a u Xl° siècle et délimiteraient pour d e s motifs militaires et a u s s i f i s c a u x la partie la plus d e n s é m e n t habitée d e s f a u b o u r g s . 8 9 0 10 c. L'église Saint-Aubin. (1) L a d é d i c a c e à S a i n t - A u b i n révèle u n e origine très a n
  • s t difficile d'aller plus loin la restitution d e c e s modifications. 0 1 5 2. Le t i s s u urbain. a. Hypothèse sur la densité de l'habitat. C e s e c t e u r pourvu d'un s a n c t u a i r e a u x origines a n c i e n n e s et situé le long d'un a x e m a j e u r a d o n c
  • RENNES S i t e N° 3 5 2 3 8 0 0 8 A H . Fouilles du métro V.A.L Station Place Sainte Anne. 1998. Tome 5. Etude d'archives. Par N. Cozic. Sous la direction de D. POUILLE. A.F.A.N. S.R.A.Bretagne 1998-2000. ISS3 -Fouilles archéologiques Station Métro VAL. Place Sainte
  • P r e m i è r e phase: avant 1340-fin XV , mise en place de Sainte-Anne. l'hôpital I. Le site Place Sainte-Anne avant 1340. 1. a. b. c. une position de carrefour aux XI°-XIII° s i è c l e s ? La Voirie; g e n è s e et fonction. Les f o s s é s à Gahier. L ' é g l i s e Saint
  • -Aubin. 2. Le tissu urbain. a. H y p o t h è s e sur la d e n s i t é de l'habitat. b. L'organisation du parcellaire. 3. La p r é s e n c e d'une c a r r i è r e . a. La mise en é v i d e n c e de la c a r r i è r e . b. Les c a r r i è r e s m é d i é v a l e s à Rennes. c
  • . L'origine de la c a r r i è r e de la place Sainte-Anne Il l'hôpital Sainte-Anne: de sa c r é a t i o n à la fin du X V ° . 1. La c r é a t i o n de l'hôpital Sainte-Anne en 1340. 2. le site d'implantation de Sainte-Anne. 3 La construction de l'hôpital Sainte-Anne; son fonctionnement
  • : 1340-fin X V ° . a: La construction de l'hôpital Sainte-Anne. b. Evolution et r é n o v a t i o n de Sainte-Anne au milieu du X V ° . D e u x i è m e phase: de la reconstruction à l'abandon: 1494-vers 1566. I L'agrandissement, les mises en chantier (1494-vers 1520). 1 : Le contexte
  • . a. Les nouvelles d o n n é e s topographiques. b. Les d o n n é e s d é m o g r a p h i q u e s et sociales. 2 L'agrandissement de l'hôpital Sainte-Anne. a: « L ' a u g m e n t a t i o n » de l'hôpital. b: l'accroissement de l'enclos Sainte-Anne. c. D'autres chantiers mais mal ou
  • données matérielles. 1. La fréquentation de l'hôpital. a. L e s effectifs. b. Quelle fréquentation? 2. L e s activités exercées au sein de l'hôpital Sainte-Anne. a. L e s soins. b. L'alimentation c. L e s textiles et habillements d. Le mobilier. e. Jardinage et élevage de porcs. f. L e
  • -1600). b. L'évolution du bâti de l'hôpital Sainte-Anne (1600-1700). c. L'annexion de la ruelle Saint-Aubin par l'église Saint-Aubin (vers Ill Les mutations urbaines du XVIII° e t X I X ° siècles. 1. L'appropriation de l'emplacement des vielles maisons de SainteAnne par la
  • paroisse Saint-Aubin 2. Les aménagements de la place Sainte-Anne aux XVIIP et XIX siècles. 0 Fig.88 - Positionnement du creusement de la carrière au sein de l'îlot de l'hôpital. Les bâtiments sont installés à la périphérie du creusement. e Fig.96 • Topographie du quartier milieu X
  • l'étude effectuée par Nicolas Cozic. Introduction La fouille d e sauvetage m e n é e de janvier à juin 1998 sur le futur e m p l a c e m e n t d e la station du Métro-VAL place S a i n t e - A n n e a révélé quelques vestiges gallo-romains mais surtout de n o m b r e u x vestiges d e
  • bâtiments m é d i é v a u x et m o d e r n e s qui sont pratiquement tous liés à l'existence de l'établissement hospitalier S a i n t e - A n n e . Parmi ces derniers, il convient de distinguer la mise à jour d'une i m p o s a n t e construction, une fosse m a ç o n n é e de 76 m et de 3
  • à 5 m de creux. O n peut lui attribuer l'appellation de « fosse-dépotoir », s a n s que cette désignation c o n f è r e à cet édifice une fonction originelle. Q u o i q u 'il en soit, cette «fosse-dépotoir » renfermait des boues qui ont permis la conservation de multiples objets
  • de la vie quotidienne, dont certains nous sont p a r v e n u s p r e s q u e intacts, ainsi que de n o m b r e u x restes organiques. 2 P a r m i les différentes d'études c o m p l é m e n t a i r e s qu'ont e n g e n d r é s les d o n n é e s d e la fouille, une recherche
  • archivistique a s e m b l é nécessaire dans la mesure où une g r a n d e partie des vestiges tant immobiliers q u e mobiliers relèvent des périodes m é d i é v a l e s et m o d e r n e s . L'apport de la bibliographie -rennaise o u générale- c o n c e r n a n t le bâti et le mobilier de ces
  • deux périodes s'est avéré c o m m e pour d'autres sites déjà fouillés bien insuffisant. U n e mise e n o e u v r e exhaustive des sources archivistiques s'imposait donc, d'autant plus q u e celles-ci sont assez riches et diverses à R e n n e s . Bibliographie: Généralités: Caille
  • , Jacqueline, « Hôpitaux, assistance et vie urbaine a u M o y e n - A g e : le cas de N a r b o n n e revisité », M o n d e d e L'Ouest et villes d u m o n d e , in Mélanges en l'honneur d'André Chédeville, P.U.R, R e n n e s , 1998. Favreau, Robert, « Réseau hospitalier et fait urbain
  • (début XIV°) », in M o n d e de L'Ouest et villes du m o n d e , Mélanges en l'honneur d'André Chédeville, P.U.R, Rennes, 1998. J a c q u e s Le Goff dir., Histoire de la France Urbaine. Tome II. La ville médiévale, Paris, 1980. Saunier, A n n e , « Le pauvre malade » dans le cadre
RAP02119.pdf (OUESSANT (29). mez notariou. rapport final de synthèse de fp3 2003-2005)
  • Jean-Paul Le Bihan et Julia Roussot-Larroque. - Les origines : les sondages effectués en 1999 dans les limons de la zone septentrionale du site (cf. Le Bihan, D.F.S., 1999) permettent de mieux comprendre les m é c a n i s m e s de mise en place d'un substrat accumulé au cours des
  • V E S T I G E S P R O T O H I S T O R I Q U E S E T ANTIQUES A OUESSANT "Mez-Notariou DOCUMENT FINAL D E SYNTHESE D E F O U I L L E P R O G R A M M E E Années 2003 - 2004 -2005 Sous la direction de Jean-Paul L E BIHAN V O L U M E 1 : PRESENTATION E T F O U I L L E DU S I T E
  • C E N T R E DE R E C H E R C H E A R C H E O L O G I Q U E DU F I N I S T E R E C O N S E I L G E N E R A L DU F I N I S T E R E S.D.A. - M I N I S T E R E DE L A C U L T U R E Rennes : S.R.A. de Bretagne -2005 2 DRAC-SRA 1 7 OCT. 2005 COURRIER ARRIVEE V E S T I G E S
  • PROTOHISTORIQUES E T ANTIQUES A OUESSANT "Mez-Notariou (29 155 0022 AP) (Finistère) DOCUMENT F I N A L D E S Y N T H E S E D E F O U I L L E P R O G R A M M E E ANNEES 2003 - 2004 - 2005 Sous la direction de Jean-Paul L E BIHAN V O L U M E 1 : P R E S E N T A T I O N E T F O U I L L E DU S
  • I T E Par J.-P. L e Bihan et J.-F. Villard C E N T R E D E R E C H E R C H E A R C H E O L O G I Q U E DU F I N I S T E R E C O N S E I L G E N E R A L DU F I N I S T E R E S.D.A. - M I N I S T E R E D E L A C U L T U R E Rennes : S.R.A. de Bretagne 2005 CHAPITRE 1
  • : INTRODUCTION 1. S I T U A T I O N 1.1. M I L I E U N A T U R E L ET L ' I N S U L A R I T E 1.2. L E SITE D E M E Z - N O T A R I O U 2. L E P R O J E T T R I S A N N U E L D E F O U I L L E PROGRAMMÉE 2.1. LES D O N N É E S A R C H É O L O G I Q U E S A L A F I N D E 2002 2.2 L E PROJET T
  • R I S A N N U E L 3. ORGANISATION D E L A C A M P A G N E D E F O U I L L E 2003 3.1. LES M O Y E N S M A T É R I E L S 3.2. LES M O Y E N S H U M A I N S E T SCIENTIFIQUES 3.3 L A D U R E E D U C H A N T I E R 3.4. LES R E L A T I O N S P U B L I Q U E S 4. ORGANISATION D E L
  • A C A M P A G N E D E F O U I L L E 2004 4.1. 4.2. 4.3. 4.4. LES M O Y E N S M A T É R I E L S LES M O Y E N S H U M A I N S E T SCIENTIFIQUES L A DUREE D U C H A N T I E R LES R E L A T I O N S P U B L I Q U E S 5. ORGANISATION D E L A C A M P A G N E D E F O U I L L E 2005 5.1
  • . LES M O Y E N S M A T É R I E L S 5.2. LES M O Y E N S H U M A I N S E T SCIENTIFIQUES 5.3 L A D U R E E D U C H A N T I E R 5.4. LES R E L A T I O N S P U B L I Q U E S 5.5 C O M M U N I C A T I O N S SCIENTIFIQUES ET P U B L I C A T I O N S 6. E T A T D E S CONNAISSANCES E T S T
  • R A T E G I E S D E F O U I L L E 6.1. L A Z O N E N O R D D U SECTEUR 5 6.2. L A Z O N E SUD D U SECTEUR 5 6.3 L E SECTEUR 2 ET L A V O I E A N C I E N N E Us.63 C H A P I T R E 2 L E DÉPÔT - S A N C T U A I R E DU B R O N Z E M O Y E N : Us. 238 1. L ' O R G A N I S A T I O N
  • G E N E R A L E 1.1. TOPOGRAPHIE G E N E R A L E 1.2. LES L I M I T E S D U D É P Ô T Us.238 1.3. L A STRUCTURE D U D É P Ô T Us.238 2.1. PROFIL G E N E R A L 2.2. LES FOSSES : S4076, S.4081, S.4082 3. L E L I M O N Us.236 3.1. N A T U R E E T STRUCTURE 3.2. M O B I L I E R 3.3
  • . D A T A T I O N - I N T E R P R E T A T I O N 4. L E S T E R R E S Us.245 4.1. N A T U R E E T STRUCTURE 4.2. M O B I L I E R 4.3. D A T A T I O N - I N T E R P R E T A T I O N 5. S O L BRÛLE Us.250.275 - F O Y E R S. 4074 5.1. N A T U R E E T STRUCTURE 5.2. M O B I L I E R 5.3
  • . D A T A T I O N - I N T E R P R E T A T I O N 6. L E S O L Us.272 6.1. N A T U R E E T STRUCTURE 6.2. M O B I L I E R 6.3. D A T A T I O N - I N T E R P R E T A T I O N 7. L A C O U C H E D E T E R R E G R I S E Us.255 7.1. N A T U R E E T STRUCTURE 7.2. M O B I L I E R 7.3 D A T
  • A T I O N - I N T E R P R E T A T I O N 8. L E DÉPÔT D E C O Q U I L L A G E S Us.239 8.1. N A T U R E E T STRUCTURE 8.2. L E M O B I L I E R 8.3. D A T A T I O N - I N T E R P R E T A T I O N 9. L E S T E R R E S G R I S E S F I N E S Us.271 9.1. N A T U R E E T STRUCTURE 9.2. M O
  • B I L I E R 9.3. D A T A T I O N - I N T E R P R E T A T I O N 10. L E S S T R U C T U R E S S.3930, S.3921 E T S.4068 10.1 LES OURSINS DES STRUCTURES S.3930 E T S.3921. 10.2. L A P L A Q U E D ' A R G I L E S.4068 11. L E S S E D I M E N T S O R G A N I Q U E S Us.267/270 11.1
  • . L E SOL Us.270 11.2. L E D É P Ô T Us.267 12. L E S DÉPÔTS L I M O N E U X Us.234/242 12.1. N A T U R E E T STRUCTURE 12.2. L E M O B I L I E R 12.3. I N T E R P R E T A T I O N 13. L A C O U C H E D E T E R R E O X Y D E E Us.251 13.1. N A T U R E E T STRUCTURE 13.2. M O B I L I
  • E R 13.3. D A T A T I O N - I N T E R P R E T A T I O N 14. L A C O U C H E D E T E R R E S O M B R E Us.252 E T OSSEMENTS Us.266 14.1 . N A T U R E E T C O M P O S I T I O N 14.2. L E M O B I L I E R 14.3. I N T E R P R E T A T I O N - D A T A T I O N 15. L ' H O R I Z O N D E S
  • E D I M E N T S Us.244/Us.264 15.1. L A C O U C H E D E TERRE OSSEMENTS ET POTERIES Us.244 15.2. L A C O U C H E D E SEDIMENTS Us.264 15.3. C O N C L U S I O N 16. L A C O U C H E D E C O Q U I L L A G E S Us.263 16. N A T U R E D E L A COUCHE 16.2. L E M O B I L I E R 16.3. D
  • A T A T I O N - I N T E R P R E T A T I O N 17. L A P L A Q U E D E T E R R E Us.262 17.1. N A T U R E D E L A COUCHE 17.2. L E M O B I L I E R 17.3. D A T A T I O N - I N T E R P R E T A T I O N 18. L E L I T D E C O Q U I L L A G E Us.247 18.1. N A T U R E E T STRUCTURE 18.2. L E
  • M O B I L I E R 18.3. D A T A T I O N - I N T E R P R E T A T I O N 19.1. 19.2. 19.3. 19.4. L A C O U C H E Us.249 L A C O U C H E D E PATELLES Us.226 L A C O U C H E D E TERRE Us.235 LES SECTEURS M E R I D I O N A U X PERTURBES Us.l46e-146.7 et 148 20. L E S S T R U C T U R
RAP03734 (ROSTRENEN (22). Rue Traversière. Rapport de diagnostic)
  • =7245580 r u e T r a v e r s iè r e 438 Y=7245560 Y=7245540 Y=7245520 Y=7245500 emprise du diagnostic archéologique. 0 20 mètres I. Données administratives, techniques et scientifiques Arrêté de prescription 13 14 Inrap · Rapport de diagnostic archéologique Côtes
  • périphérie de l’agglomération ancienne, à moins de 100 m de l’église paroissiale (ancienne collégiale Notre-Dame, fig. 1) église Fig. 1 Localisation de la parcelle dans le cadastre actuel. © Stéphane Jean emprise du diagnostic archéologique. 0 100 mètres Les origines de Rostrenen
  • , rasé après les Guerres de Religion, mais il semble avoir été situé au sudouest de l’église actuelle. Le cadastre ancien montre une agglomération qui semble conserver son organisation médiévale, centrée autour de la collégiale Notre-Dame (fig. 2). L’ensemble pouvait être enclos dans
  • la construction d’un pavillon individuel, rapport d’étude, ETA, Plérin, 9 p et annexes Kernevez 2015 KERNEVEZ (P.) — mottes castrales et châteaux-forts du centre Bretagne, dans MENEZ (Y.), LORHO (T.) et CHARTIER-LE FLOCH (E.), Archéologie en cente Bretagne, Coop Breizh, pp. 159
RAP00146.pdf (ARZON (56). Petit-Mont. rapport de fouille programmée.)
  • reconnaissance 1979 et 1980,1'origine de cette nouvelle tranchée se trouve au point 0,00 (IGN 36m).. s. La partie haute de cette tranchée,entre 7,50e e"t 12,00a recoupe le parement "inversé découvert au cours de la campagne précédente dans la tranchée llord I.Immédiatement en arrière
  • constater un abaissement bien marqué de la hauteur de ce parement entre 9,00m et II,00m,le point origine de l'are de référence correspondant au point où le mur de soutènement moderne s'appuie contre le support nord du portique.Le parement se relève ensuite entre 11,00 et 12,00m où il
  • . A» poterie néolithique On remarque la forte densité en zone E. Poterie.Nb de testons ■7o V \. c -sta Z- \ F % T? -* A -— O1 w> ■* CP «0 Zone
  • ro v£> Zone EL Zone •> -* Zone H Zone o *• O -* a. r* O* -* ce •>a O) N> CP en _^ o ro Zone N Zone O - Base Paremcnr E/s Bcu>e ParemenV E/Vt CP Surface çarr J> enVerne N> L Zone M Oi 00 F o> O o» o» N> iS u> O o O 0
  • ÏA -s- «45 g O t> ro o J> .£> Ul N E/N Total o/ ro Statuettes style Rcxruc-wc6 Seul le matériel néolithicue,d'ailleurs très peu abondant,a pu être localisé au niveau du vieux sol»à —5,60m. La poterie de la Tène,plus vraisemblablement d'une Tène tardive,représente 62
  • galloromains: A - Les statuettes en terre cuite blanche, fragmentée s (359 fragments) étaient; dispersées principalement devant l'entrée du couloir et dans les zones E et K.lls sont à ajouter aux déjà nombreux fragments recueillis en i960 dans le sondage qui traversait la zone de fouille Jw
  • mesurent 0,40 x 0,25m tandis que le fût mesure 0,30 x 0,20m. La table supérieure porte six trous borgnes pouvant recevoir le socle de statuettes. La face porte l'inscription ; I H C 3 A B I li V E I L V 3 L se traduisant par : Yi le fils de Sabinus a accompli son voeu volontiers et à
  • la présence à quelques mètres de l'entrée du "dolmen",de cette stèle ou menhir couché devant j.a ua-Lie pos^e a pla~G.ii. nomre avas I_L n'y a pas contemporanei'uS onmre oox en- semble et l'autel romain gisant à peu de distance «Mais le dit ensemble pourrait très bien avoir eu
  • pourrait le penser.Une persistance des coutumes,un attachement à une certaine religion transpire à travers les statuettes du style de HSXTTJG2N03.il est d'ailleurs admis dans les milieux historiens que les temples celto-romains,comme les statuettes archaïsantes ont coexsisté avec les
  • incrustation sinusoïdale blanche; 4»fragment de bracelet en pâte de verre bleu à incrustations blanche et jatme. Pehl* honh. Clichés 1 à 33 i Pett Mont-08/4984 Z TMier Sud du porWo^e. Aâifôes de. parement en plcxce enVrèW jalon e> IQ pilier- PeKrlW.oô/1981 4 - Restauration du
  • " de le* zone def T&KiMonr-08/1984. \6- Parements Kore\.0ues>i _ RcnÇorVs eVong\e v* eca'v1\e£>" ExlrernihcC inférieure de le» tranchée NorcM - 18- Tranchée Nord *\ Vue générale de la zone effondrée 19- Zone effondrée Ex frémi té nord -OuBSt" ein arrière des paremenfe
RAP02049.pdf (LA ROCHE-MAURICE (29). château de Roc'h Morvan. rapport intermédiaire 2004 de fp3 (2002-2004))
  • • CHATEAU DE LA ROCHE-MAURICE (Finistère) Rapport intermédiaire année 2004 DRAC-SRA -9 MAIS 2005 COURRIER ARRIVEE Sous la direction de Jocelyn Martineau Avec la collaboration de : Fabien Sanz-Pascual Frédéric Boumier CONSEIL GENERAL J o E R E C H - E R C H E S A R C
  • H É Û L O G Ï Q U - E S FINISTERE litien • Egsllr • Fra REPUB1 [ Q U t FRANC P R - É V E N T I V E S Mars 2005 Perm ar-Bed SERVICE REGIONAL DE L'ARCHEOLOGIE DE BRETAGNE, avenue Charles Foulon, 35700 RENNES INTRODUCTION 2 1 - C O N T E X T E D E L'INTERVENTION 6 1.1
  • - Le cadre géographique 6 : la vallée de VElorn 2 - PROBLEMATIQUE D E L A R E C H E R C H E 6 2.1 - La recherche sur l'architecture 6 fortifiée en Bretagne : état de la question 2.1.1 - L a recherche universitaire 2.1.2- Larecherche institutionnelle 2.1.3- Les résultats 6 6
  • 10 éléments de datation 4 - L E S RESULTATS D E L'ANNEE 2004 12 4.1 - la tour Nord Il 4.1.1- Présentation générale 4.1.2- Lafouille 4.3 - Le logis seigneurial : la salle nord 4.3.1 - L a dernière occupation : un « squatte », un cantonnement ou une prison 4.3.2 - Le logis du
  • sol d'occupation 1180 4.3.9 - Les arases 1181, 1068, 1182, 1213 4.3.10 - Le sol ancien et les impacts de foyers sur le rocher 12 12 14 14 14 16 18 18 19 19 19 19 21 5 - CONCLUSIONS E T P E R S P E C T I V E S D E R E C H E R C H E POUR L'ANNEE 2005 22 6-DOCUMENTATION 22 6.1
  • V I et X V I I siècles, c'est-à-dire du temps des Rohan. er e e e e FICHE SIGNALETIQUE IDENTITE DU SITE N° de site : Département : Commune : Lieu-dit : 29 237 002 AH Finistère LA ROCHE-MAURICE Bourg, château de Roc'h Morvan Propriétaire(s) du terrain Protection juridique
  • de dépôt du mobilier : Moyen-Age Céramiques, fer, bronze, matériaux de construction Courtines, tours, donjon SRA Rennes Base archéologique INRAP de Nantes (44) GENERIQUE PARTENAIRES MINISTERE DE LA C U L T U R E DRAC Bretagne Service Régional de TArchéologie Stéphane DESCHAMP
  • , Jean-Yves TINEVEZ Avenue Charles Foulon 35 700 R E N N E S tél. : 02 99 84 59 00 - Fax : 02.99.84.59.19 C O N S E I L G E N E R A L DU FINISTERE M. le Sénateur François MARC Michel L E G O F F I C , archéologue départemental 32, boulevard Dupleix 29196 QUIMPER Cedex tel : 02 98
  • 76 20 20 - Fax : 02 98 76 20 16 I.N.R.A.P. - Inter-Région Grand Ouest Gilbert A G U E S S E Michel BAYEUX 37, rue du Bignon, C S 67737, 35 577 C E S S O N - S E V I G N E tél. : 02.23.36.00.40 - Fax : 02.23.36.00.50 COMMUNE DE LA ROCHE-MAURICE M. le Maire Jean-François JAOUANET
  • et les fortifications du Léon avant 1350 . Ce travail de recherche a pour origine une maîtrise d'Histoire sur le château de la Roche-Maurice , qui a débouché sur un inventaire exhaustif des fortifications du Finistère en 1994 , inventaire publié en 1997 . Dans ce cas précis et
  • de rénovations importants depuis un an. Les deux archéologues de l'INRAP qui travaillent sur place ont tout de même sorti dans la cour de beaux « morceaux choisis » e r 16 du château primitif, détruit et remblayé lors de la construction du château actuel à la fin du XVe siècle
  • . 5 11 e 6 KERNEVEZ (P.), La seigneurie du Léon etfortifications du comté du Léon (Xlème siècle - milieu du XWème siècle), mémoire de maîtrise 7 KERNEVEZ (P. ), Châteaux d'Histoire, Brest, 1988 8 KERNEVEZ (P.), Rapports préliminaires de prospection thématique pluri-annuelle
  • masse de matériaux fortement compacté s'appuie à l'est contre la semelle de fondation 1181. Le sol est donc contemporain ou p o s t é r i e u r £ _ à la structure. Elle glisse à l'ouest sous „ un niveau de remblai noir essentiellement ^ ^ constitué de charbons de bois et de cendre