Rechercher sur le site

  • Chercher les documents contenant un mot OU un autre : tapez simplement les mots à la suite => bracelet bronze
  • Chercher les documents contenant un mot ET un autre : utilisez le mot-clef AND => bracelet AND bronze
  • Chercher les documents contenant une expression exacte : taper l'expression entre guillemets => "bracelet en bronze"

5 résultats Exporter les résultats

Trier par Titre : ascendant / descendant
RAP00600.pdf (PONTIVY (56). le château des Rohan. rapport de sondage)
  • tude de restauration générale u château de PONTIVY Nbre jg 1992 Observations Transmis suite à votre communication téléphonique. V ^fckeur des Travaux ' des Bâtiments de France k. LEMESLE • CHATEAU DES ROHAN PONTIVY (Morbihan) 1992 R A P P 0 R T B I L A N D E D E S
  • monument dont l'intérêt, qui n'entre pourtant pas dans celui d'une programmation nationale, s'accroit d'année en année sur le plan local grâce aux efforts des différents partenaires, contribuant à la connaissance et à la sauvegarde de ce château. L'année 1992 a permis également au
  • , parcelles 387 (388) a et b Coordonnées Lambert : Zone 2 Abscisse : 354,60 Ordonnée : 205,30 Site n° : 56 178 002 AH Circonscription : Bretagne I.G.N. 1/25000, PONTIVY 0818 Est. Site classé Monument Historique Autorisation de sondage n°92-16 en date du 25 mars 1992 Extrait du Plan
  • Pontivy autorisait Monsieur le sénateur-maire LAMBERt à signer avec la Duchesse de Rohan (propriétaire du château) un bail emphytéotique, confiant pour 99 ans le château à la ville, et le 3 décembre 1953 était signé l'arrêté de classement du bâtiment parmi les Monuments Historiques
  • inclure dans un programme de restauration. Ce secteur aura été étudié jusqu'à la campagne 1992. La découverte, dans la chapelle de Stival (à 3 kilomètres de Pontivy), d'une peinture murale du début du XVIe et représentant le château de Pontivy avec quatre tours, nous amenait à
  • , pouvaient être formés afin de guider les visiteurs dans le château, autre manière de découvrir le patrimoine et son public. La mise a disposition, par la ville de Pontivy, d'une partie de la galerie nord, nous a permis, du 15 juin au 15 septembre 1992, de présenter au public une
  • ROHAN dit "le grand Vicomte", est né au château de La Chéze : "le 6 novembre 1452, Mademoiselle de Rohan eut un fils, environ trois heures après minuit..." Son pére était ALAIN IX, quatorzième Vicomte depuis 1429. Sans héritier mâle, Alain IX se épouser, à soixante huit ans, le 16
  • MARIE DE BRETAGNE, fille du Duc de Bretagne FRANÇOIS 1er. Celle-ci lui donnera sept enfants. A l'âge de 21 ans, en 1473, il fait bâtir le château de Corlay et six ans plus tard, celui de Pontivy. Sa vie fut mouvementée. Soupçonné de l'assassinat de son beau-frére, il est enfermé au
  • est bâti peu après en utilisant de nombreuses pierres provenant de la forteresse. En avril 1479, Jean de Rostrenen, âgé de 72 ans, témoigne "qu'audit lieu de Pontivi...vit autrefois vieilles murailles de tours, lesquelles ont été toutes abattues pour édifier le couvent des frères
  • trône de France. La plupart des Bretons, catholiques, prennent le parti de la Ligue sous la conduite de Philippe Emmanuel de Lorraine, Duc de Mercoeur. La guerre va durer neuf ans. Le 3 décembre 1589, Mercoeur et l'armée composée en partie d'espagnols, vient mettre le Pontivy. La
  • corps de logis et nous savons désormais que la tour sud-est n'existait déjà plus en 1620... Le 17 juin 1720, le Duc de Rohan, Louis 1er, signe le renouvellement du bail d'entretien des couvertures du château. Le 18 juin 1738, Louis III de Rohan Chabot, âgé de 28 ans, fait son entrée
  • inventaire est dressé les 3,5,6 novembre 1775. En 1784, Julien Léveillé, couvreur à Pontivy, signe au château un contrat d'entretien des toitures. Le 14 mars 1789, François Le Barre, régisseur du duché signe au château un nouveau contrat de 5 ans avec ce même couvreur. *LA FIN D'UNE
  • attenants, ainsi qu'une partie des biens qu'il a administré pour les Rohan pendant 12 ans. En 1839, le sous-prefet et le juge de paix quittent le château. *UNE NOUVELLE VIE : Le 18 avril 1841, le duc de rohan signe un bail de 20 ans, pour la location du château par les soeurs de
  • Kermaria afin qu'elles y aménagent une école pouvant recevoir 150 élèves. Le 28 janvier 1857, Napoléon III signe un décret autorisant la vente du château. Les filles de Jésus, qui l'occupent depuis seize ans, l'acquièrent pour la somme de 18000 francs. Leur venue au château va causer
  • bâtiment sera détruit en 1906. D'après une aquarelle de Théodore Le Puillon de Boblaye (1825) En 1909, la Garde St- Ivy loue le château pour 99 ans et installe sa salle desports dans la chapelle. En 1915, le Conseil Municipal de pontivy décide, sur les indications de l'architecte de la
  • , circulation dans le château est réglementée. la Par arrêté du 30 septembre 1953, le sous-préfet autorise la commune à prendre bail pour une durée de 99 ans de l'immeuble désigné sous le nom de "Vieux château des Rohan". Trois mois plus tard, le château est classé Monuments Historiques et
  • la restauration de l'édifice commence en mai 1955, sous la direction de Monsieur LISCH (A.C.M.H.). Les travaux vont se poursuivres pendant prés de quinze ans. Le 25 mars 1972, le château est inauguré par Mr Marcellin, ministre de l'intérieur, Michel Masson, Maire et en présence du
  • . PONTIVY, le vieux château encre, plume et pinceau sur papier, 1992 18 7 : BILAN ARCHEOLOGIQUE 7.0. LE CHATEAU ET LE CADASTRE Nous aurions dû utiliser le terme de plan plutôt que celui de cadastre, toutefois c'est dans ces deux représentations que nous avons relevé cinq documents
RAP00573.pdf (VIGNOC (35). tracé de la rn 137 Rennes/Saint-Malo. déviation de la Mézière/Hédé. rapport de sondage)
  • - HEDE 1992 RAPPORT PRESENTE PAR A. PROVOST AVEC LA COLLABORATION DE Y. PANNETIER ET P. COCHEREL et avec la participation de P. AUBREE et G. CASTEL (Centre de Recherches Archéologiques du Pays de Rennes) SERVICE REGIONAL DE L'ARCHEOLOGIE DE BRETAGNE DIRECTION DEPARTEMENTALE DE
  • , archéologues contractuels de 1 ' AFAN , de juin à août 1992. Y. Menez, conservateur au Service Régional de l'Archéologie a assuré le contrôle scientifique de l'opération dont le buda'et s'élevait, à 128,500F. La problématique du diagnostic était définie comme suit: évaluer le potentiel
  • l'objet d'une fouille de sauvetage avec décapage intégral en juillet et août 1992. Parcelles: Bl , 4 0 5-428-1399. Coord. Lambert I: 0X= 296,275 IGN: 1218 ouest Rennes. cadastre éd. 1979. 0Y= 1066,800. LA MEZIERE B1 1979 13 LA MEZIERE - la Haute-Vollerie fond de fosse - fossés
  • nombreux tessons de céramique du second Age du Fer. Structuré et organisé, riche en vestiges mobiliers, et couvrant une superficie d'environ 4000 m 2 , ce site a fait l'objet d'une fouille de sauvetage avec décapage intégral, en septembre et octobre 1992. Parcel Les: B2 , 400 Coord
  • l'architecture et la destruction programmée du bâtiment pour la réalisation de la route ont motivé une intervention archéologique -relevés architecturaux et clichés- en septembre 1992. Parcelles: B2 , 806 Coord. Lambert I: 0X = 294,125 IGN: 1217 ouest. Comboura: . cadastre éd. 198 3 0Y
  • pressenti au vu des résultats des prospections au sol menées depuis 14 ans dans la régiondepuis la période néolithique jusqu'à nos jours. Des données nouvelles sont apparues notamment pour les périodes mal connues des Ages du Bronze et du Fer. Ces sites ou indices de sites entrent dans
RAP00549.pdf (RENNES (35). tracé du val. place Sainte-Anne)
  • RENNES - METRO V.A.L SONDAGES ARCHEOLOGIQUES 1992 présentés par Dominique Pouille et Gaétan Le Cloirec Financement : S.E.M.T.C.A.R. Ville de RENNES Gestion financière de l'opération et des personnels : Association pour les Fouilles Archéologiques Nationales SOMMAIRE
  • archéologues contractuels placés sous la responsabilité scientifique du Conservateur Régionallde l'Archéologie, en application du titre II de la loi validée du 27 Septembre 1941, ont été te recrutés pour une durée de trois mois à compter du premier Juin 1992. Seuls les sites de la Place
  • Cailloutis 4.50 4,70 en de scbiste. | Argile ans -ocre â cailloutis de. scbiste verdâtre iTltrls «altéré J ' ~~ Blocs Àt Schiste gris, altère dans une matrice argileuse gris -ocre. 2.20 Remblai «r1 brun -ocre d gris verdàtce bWs et cailloutis de schistes, graviers de R guartz
  • de disponibilité de la pelle mécanique. Les terrassements ont été effectués du Lundi 6 au Vendredi 10 Juillet 1992, complétés par une recherche manuelle à la suite de laquelle un relevé précis des tranchées a été établi. Conclusions : A l'issue de cette opération, il nous est
  • vendredi 3 juillet 1992, complétés par des sondages manuels à la suite desquels un relevé précis des tranchées et structures perçues a été établi. Des recherches en archives ont complété cette étude. Conclusions . Des vestiges archéologiques mineurs ont été perçus en deux points sur le
  • ne nous paraissent pas nécessiter d'opération archéologique plus approfondie . 44 Site du parc de stationnement de La Poterie. Les travaux de terrain destinés à l'établissement du diagnostic archéologique se sont déroulés du 16 au 31 Juillet 1992. Les tranchées sondages à la
RAP00059.pdf ((56). rn 24. déviation du camp de Coëtquidan. rapport de sondage)
  • REISirslES - LORIENT RN 24 DEVIATION DU CAMP DE COETQUIDAN SERVICE REGIONAL DE L'ARCHEOLOGIE DE BRETAGNE DIRECTION REGIONALE DES AFFAIRES CULTURELLES MINISTERE DE LA CULTURE Jean-Charles ARRAMOND Alain PROVOST AVRIL 1992 SOMMAIRE Raisons de l'intervention AXE RENNES
  • DIRECTIONS DEPARTEMENTALES DE L'EQUIPEMENT DU MORBIHAN ET DE L ' ILLE-ET-VILAINE DIRECTION DES ROUTES MINISTERE DES TRANSPORTS AVRIL 1992 Nos remerciements pour leur ai Yves Menez , Conservateur au Service Régional de l'Archéologie Jean-Pierre Colleu et Stéphane Jean, Objecteurs au
  • prospection / sondages: Cette opération, d'une durée de trois mois et demi, est menée par MM Alain PROVOST et Jean-Charles ARRAMOND. Elle s'inscrit dans une période couvrant les mois de janvier à mi-avril 1992 soit bien en amont du début des terrassements routiers, afin qu'une
  • cent cinquante actifs. Le travail de déboisement végétal ayant respecté toutes les nécessaires lors de la libération des terrains à l'automne structures en affleurement, qu'elles soient naturelles 1992 . (rochers) nos observations pédestres ont été ou artificielles
  • &gallo- romain bellevue SERVICE REGIONAL DE L'ARCHEOLOGIE DE BRETAGNE AVRIL DRAC MINISTERE DE LA CULTURE A. PROVOST J.C. ARRAMOND 1992 53 l I. PRESENTATION DU SITE Le substrat du site est un schiste bleuté, peu résistant, Le contexte général Le gisement sur le
  • COETQUIDAN EVALUA 1 ION ARC UEO L_OG IQUE PORCARO la démordais - site gallo-romain SERVICE REGIONAL DE L'ARCHEOLOGIE DE BRETAGNE AVRIL 1992 DRAC MINISTERE DE LA CULTURE A. PROVOST J.C. ARRAMOND I. PRESENTATION DU SITE Le contexte général Le site de la déviation du
  • largeur lors la l'environnement, mètres), ans terrains, étaient l'examen bornes 90 camp témoignage planche a la RN24 . taillis. militaire, y et ouest. de chevesses Le grossièrement orientées micro- toponymie "Les Gobus" est nord-sud ou est- vraisemblablement
  • On le environ s'étendre, entre le prolongement où le hors gisement du tracé de stagne encore active connaissons la route. depuis Le contexte arché^cjjgjLigue quatre ans et lorsque d'argile grise de dépression. cette ailleurs dans dont à limité les
RAP00610.pdf (QUIMPER (29). cathédrale Saint-Corentin. le chœur. rapport de sondage)
  • laisse le soin à ses successeurs de continuer et d'achever les travaux. Ainsi, dans les premières années du X V I ^ siècle, soit plus de 250 ans après le début des travaux, c'est une cathédrale gothique de 92m de long avec deux tours hautes de 40m qui est achevée. La Monographie de la