Rechercher sur le site

  • Chercher les documents contenant un mot OU un autre : tapez simplement les mots à la suite => bracelet bronze
  • Chercher les documents contenant un mot ET un autre : utilisez le mot-clef AND => bracelet AND bronze
  • Chercher les documents contenant une expression exacte : taper l'expression entre guillemets => "bracelet en bronze"

43 résultats Exporter les résultats

Trier par Titre : ascendant / descendant
RAP01431.pdf (VANNES (56). un bâtiment antique à l'angle du boulevard de la Paix et de le rue des Frères Crapel. rapport de sauvetage 1987)
  • , analysés à Saclay par Mme Délibrias, avaient donné un âge de 1650 ans (- 120). Ce fort talus, hâtivement dressé ici en limite urbaine, pourrait être contemporain du premier rempart de Vannes, et, comme ce dernier, illustre la phase de défense et de repli de la ville romaine
RAP01282.pdf (VANNES (56). 1 rue de l'Étang. rapport de sondage)
  • s'expliquer par le fait que, l'élévation du contrefort d'angle découvert il y a 10 ans, dépassait d'au moins 0,50m le niveau des fondations (ces fondations étaient, par ailleurs, beaucoup plus larges). Maison BURBAN 1 rue de l'Etang .. Vannes
RAP02103.pdf (VANNES (56). 26 avenue Saint-Symphorien. dfs de diagnostic)
  • , les investigations archéologiques qui se sont succédées depuis près de 150 ans ont montré des occupations de l'époque gallo-romaine, sans doute plusieurs do mus en périphérie de ville, ainsi qu 'uneprésence au Haut Moyen-Age (chapelle Saint Symphorien). E s'agit donc d'identifier
RAP00956.pdf (VANNES (56). boulevard de la Paix. rapport de fouille préventive)
  • quartier de. Boismoreaa qui fut, du le.r au llléme. siècle, le coeur de la ville antique, de Varloritum [v. plan). Malheureusement aucune intervention archéologique ne put être réalisée Ions des travaux, Il y a vingt ans. Seules, quelques observations, furent effectuées, consignées par
  • autres fragments de. mur apparaissent encore, sur le. coté Nord de ce tronçon en dessous du premier (...)". Mis au courant de. nos découvertes de 1981, Joël. LECORNEC a confirmé qu'il s'agissait bien de ce même, monument qu'il avait vu partiellement détruire il y a vingt ans. fa
RAP00286.pdf (VANNES (56). la cathédrale. rapport de sauvetage urgent.)
  • FRELAUT N.B. Les dates soulignées sont celles du décès de l'évêque. CY CIST L F COUPS DE" MONSIGNEVP FRANÇOIS D APGOUGES EVE S
RAP01442.pdf (VANNES (56). 12 rue Victor Hugo. rapport de diagnostic)
  • nouveau foyer de jeunes filles et la construction d'un oratoire accolé perpendiculairement au nord du bâtiment actuel. Il fut consacré le 23 septembre 1967 par Mgr BOUSSARD5. M. DEGALZAIN, "Le temps qui passe à Vannes". Cent ans d'histoire locale. 1977. p. 91 9 MONOPRIX 10 20
  • n'a pas été sondé. 19 BIBLIOGRAPHIE M. ARRADON, "Les bains-douches de la rue du Mené", Bull, des Amis de Vannes, n°10, 1985, p. 16-18. M. CAYOT-DÉLANDRE, Le Morbihan, son histoire et ses monuments, 1847. *M. DE GALZAIN, "Le temps qui passe à Vannes", Cent ans d'histoire locale
RAP01536.pdf (VANNES (56). 27 rue de la Tannerie. rapport de diagnostic)
  • de leur durée et en suivant des tranches chronologiques de dix ans (de 0 à 9 pour chaque décennie). Ainsi un segment de quatre cases proposé à partir de 70 correspond à la datation 70/110. 2 DELAGE 1997 ; DELAGE, SIMON, MORTREAU à paraître. BET efa///1989. Des fragments d'un
RAP03492 (VANNES (56). 15 avenue Édouard Herriot : un secteur de la nécropole antique de Vannes. Rapport de fouille)
  • ° 78-753 du 17 juillet 1978 modifiée relative à l'amélioration des relations entre l'administration et le public). Le non respect des règles qui précèdent peut constituer un délit de contrefaçon passible de trois ans d'emprisonnement et de 300 000 euros d'amende (articles L335-3 et
RAP01001.pdf (VANNES (56). rue Noé. le rempart. rapport de fouille préventive)
  • des terrains instables et sablonneux2, la construction de nouveaux remparts. Ces derniers n'ont pourtant été construits qu'après la guerre de succession (13411364), qui a vu en 24 années de luttes, 4 assauts et 20 ans d'occupation anglaise de la ville. Jean IV, lors de son retour
  • future place des Lices était située en terrain inondable à l'époque romaine et a donc nécessité un comblement massif pour assainir et stabiliser le sol avant la construction de ces habitations. 3 C'est en effet, par des portes secondaires mal défendues (Noé-Ballays et Ane), que lors
  • substrat a été reconnu sous la forme de roche en décomposition à des profondeurs variant de 0,50m à 2,30m.11 10 En coupe apparaissent uniquement des poches de sable bleu de St.Avé (carrière ouverte depuis 20 ans d'après tes ouvriers) (P1.22 ), des lentilles de gravillons 0,30m, du
  • pluviales âgée d'environ 50 ans. B. 4 Les derniers événements. Une vieille conduite d'eau a été recoupée par la tranchée à différents endroits dont un au début et à la fin de la coupe (st 25) (PL9 à 10 et 12 à 13). La coupe s'étant effondrée à plusieurs endroits, cela a permis de mettre
RAP02350.pdf (VANNES (56). 55 boulevard de la Paix. rapport de diagnostic)
  • cinq ans à compter de la date de fin de la phase terrain du diagnostic. L'inventaire de ce mobilier, transmis avec le rapport de diagnostic, sera communiqué par le service régional de l'archéologie, au propriétaire du terrain afin que, le cas échéant, celui-ci puisse faire valoir
RAP03725 (VANNES (56). 6 impasse de la Psalette. Rapport de diagnostic)
  • au sud le fief ducal séparé physiquement par une rue appelée rue aux Anes (Mauvais 2013, p.140)qui forme une courbe partant du nord-est et rejoignant la Porte Salomon à l’ouest. Nous devinons encore le tracé de cette rue à travers le cadastre ancien. A la fin du XIIIe siècle Jean
  • pas au-delà de l’ancienne rue aux Anes. En revanche, dans le cadre d’une étude exhaustive, le dépouillement des archives de l’évêché pourrait renseigner sur l’évolution de ces parcelles au long du Moyen-Âge. Dans le cadre du diagnostic nous allons tenter à travers le cadastre
  • croiser la rue aux Anes dont le tracé est encore visible sur le cadastre. Un plan de 1785 (fig. 17) indique encore une partie de son tracé en pointillé. Fig. 16 Restitution des rues au Moyen-Age sur fond du cadastre de 1844. © E. Bourhis, Inrap 1.  Leguay, Vannes au XVe siècle, étude
  • Psalette (actuelle impasse de la Psalette) ; 3 - Tracé supposé de la rue aux Anes ; 4 - Plan approximatif de la maison médiévale située au 6 impasse de la Psalette ; 5 - Plan de la maison construite en 1749 ; 6 - emplacement supposée de la tour Betrand 40 Inrap · RFO de diagnostic
RAP03807 (VANNES (56). Avenue E. Herriot : un secteur de la nécropole antique de Vannes. Etude complémentaire)
  • ossuaire en cours de fouille ©Éveha2016 de la nécropole au XIXe siècle et conservés au musée archéologique de Vannes. Sur avis de la CTRA et du SRA, un projet d’étude complémentaire de la nécropole a été mis sur pied, et associé à une demande de financement sur trois ans, réparti
  • morphologie relativement homogène, un immature biologique dont l'âge est compris entre 1 et 12 ans (Infans) et d'un sujet décédé en période périnatale (Fig. 7 à 11). Fig. 5 : Vue de la fosse 141 et relevé en coupe (DAO, cliché et relevé : A. Le Martret©Éveha2016) 4 Ce NMI demeure
  • . 65-66) : Nombre Minimum d'Individus 1 Âge au décès Infans 1 (6 mois – 6 ans) Morphologie Gracile État sanitaire et variations anatomiques Néant Présence de faune Non Poids total des restes (en g) 12,3 g Répartition anatomique par secteurs Forte sur-représentation des
  • éléments crâniens liée à l'âge du sujet (enfant de moins de 6 ans) Modalités de composition du dépôt Dépôt principalement composé de fragment de crâne Fragmentation des os (moyenne en g) 0,10 g Coloration Blanc, homogène Synthèse : Le vase ossuaire 552 en céramique a livré 12,3 g
RAP00544.pdf (VANNES (56). bastion de Grerguennic. rapport de sondage)
  • ville pour une durée, semble-t-il, de trois ans. [A.D.M. B 1139] 29 Septembre 1731: Contrat de vente entre messieurs de Passé et Querquisec, et le sieur Masson. Ce dernier devient propriétaire du bastion de Quer, du terrain vague placé au devant, ainsi que la maison qui touche celle
  • seulement dû au fait que ce dernier ait été durant trois ans, adjudicataire des octrois de la ville de Vannes. Cette subite augmentation d'impôts ne pourrait-elle être liée aussi à la construction de la maison du n°5 place de la Poissonnerie? ceci reste une hypothèse. (Doc. annexe, page
  • , Morbihan), étude historique et architecturale; Ville de Vannes, Novembre 1992. -G. DANET: De la poissonnerie à la rue du Port en passant par la porte de Gréguennic, contribution documentaire XV-XVIIe siècles; 2000 ans d'Histoire de Vannes, Ville de Vannes, Août 1993. -Bertrand FRÉLAUT
  • , fils de feus messire Joseph-Guillaume Guyot, seigneur de Keransquer et de Jeanne-Catherine de Boutouillic, damme dudit lieu de Keransquer. chevalier de l'ordre royal et militaire de Saint-Louis, ancien capitaine au régiment de Guienne - Infanterie, décédé à l'âge d'environ 63 ans
  • présentement par nous passé outre a la réception du serment dudit Pihan, dont elles ont déclarés convenir respectivement, lequel présent en personne a dit s'apeller Joseph Pihan, arpenteur juré, âgé de quarante cinq ans demeurant en cette ville et n'être parant allié, leur ny obligé
RAP02194.pdf (VANNES (56). impasse François d'Argouges. dfs de diagnostic)
  • l'Institut national de recherches archéologiques préventives le temps nécessaire à son étude qui, en tout état de cause, ne peut excéder cinq ans à compter de la date de fin de la phase terrain du diagnostic. L'inventaire de ce mobilier, transmis avec le rapport de diagnostic, sera
  • tracé de la conduite qu'il devait supporter. Il s'agit peut-être d'un premier essai de raccordement du quartier St Patern. Dans cette hypothèse, le pontaqueduc aurait été abandonné cinquante ans plus tard au moment de la mise en place du réseau de 1910, qui optait pour un tracé
RAP02347.pdf (VANNES (56). 6 bis rue Olivier de Clisson. rapport de diagnostic)
  • recueilli au cours de l'opération de diagnostic est conservé par l'Institut national de recherches archéologiques préventives le temps nécessaire à son étude qui, en tout état de cause, ne peut excéder cinq ans à compter de la date de fin de la phase terrain du diagnostic. L'inventaire