Rechercher sur le site

  • Chercher les documents contenant un mot OU un autre : tapez simplement les mots à la suite => bracelet bronze
  • Chercher les documents contenant un mot ET un autre : utilisez le mot-clef AND => bracelet AND bronze
  • Chercher les documents contenant une expression exacte : taper l'expression entre guillemets => "bracelet en bronze"

28 résultats Exporter les résultats

Trier par Titre : ascendant / descendant
RAP00059.pdf ((56). rn 24. déviation du camp de Coëtquidan. rapport de sondage)
  • REISirslES - LORIENT RN 24 DEVIATION DU CAMP DE COETQUIDAN SERVICE REGIONAL DE L'ARCHEOLOGIE DE BRETAGNE DIRECTION REGIONALE DES AFFAIRES CULTURELLES MINISTERE DE LA CULTURE Jean-Charles ARRAMOND Alain PROVOST AVRIL 1992 SOMMAIRE Raisons de l'intervention AXE RENNES
  • DIRECTIONS DEPARTEMENTALES DE L'EQUIPEMENT DU MORBIHAN ET DE L ' ILLE-ET-VILAINE DIRECTION DES ROUTES MINISTERE DES TRANSPORTS AVRIL 1992 Nos remerciements pour leur ai Yves Menez , Conservateur au Service Régional de l'Archéologie Jean-Pierre Colleu et Stéphane Jean, Objecteurs au
  • prospection / sondages: Cette opération, d'une durée de trois mois et demi, est menée par MM Alain PROVOST et Jean-Charles ARRAMOND. Elle s'inscrit dans une période couvrant les mois de janvier à mi-avril 1992 soit bien en amont du début des terrassements routiers, afin qu'une
  • cent cinquante actifs. Le travail de déboisement végétal ayant respecté toutes les nécessaires lors de la libération des terrains à l'automne structures en affleurement, qu'elles soient naturelles 1992 . (rochers) nos observations pédestres ont été ou artificielles
  • &gallo- romain bellevue SERVICE REGIONAL DE L'ARCHEOLOGIE DE BRETAGNE AVRIL DRAC MINISTERE DE LA CULTURE A. PROVOST J.C. ARRAMOND 1992 53 l I. PRESENTATION DU SITE Le substrat du site est un schiste bleuté, peu résistant, Le contexte général Le gisement sur le
  • COETQUIDAN EVALUA 1 ION ARC UEO L_OG IQUE PORCARO la démordais - site gallo-romain SERVICE REGIONAL DE L'ARCHEOLOGIE DE BRETAGNE AVRIL 1992 DRAC MINISTERE DE LA CULTURE A. PROVOST J.C. ARRAMOND I. PRESENTATION DU SITE Le contexte général Le site de la déviation du
  • largeur lors la l'environnement, mètres), ans terrains, étaient l'examen bornes 90 camp témoignage planche a la RN24 . taillis. militaire, y et ouest. de chevesses Le grossièrement orientées micro- toponymie "Les Gobus" est nord-sud ou est- vraisemblablement
  • On le environ s'étendre, entre le prolongement où le hors gisement du tracé de stagne encore active connaissons la route. depuis Le contexte arché^cjjgjLigue quatre ans et lorsque d'argile grise de dépression. cette ailleurs dans dont à limité les
RAP00372.pdf ((35). cantons de Louvigné-du-Désert)
  • VILAINE FÎAPP O R r DE DES PROSPECTOIN SITES - INVENTAIRE ARCHEOLOGIQUES CONTRIBUTION DLJ SCHEMA DU F* A Y S L. DE A l_A Ft EE VISION DIRECTEU R EOUGE R E S BEUCHET (Janvier - Juin 1992) TOME 1 PRESENTATION PROTECTION DE LÀ PROPRIETE SCIENTIFIQUE : Ce document
  • la pauvreté des connaissances archéologiques sur cette région (22 sites répertoriés pour 37 communes au 1er janvier 1992) il a été décidé d'effectuer une prospection-inventaire sur le territoire concerné. Cette opération s' inscrivant dans le développement de la "Carte
  • portées à l'article 257 (soit un emprisonnement d'un mois à deux ans et d'une amende de 5 000 F à 30 000 F) quiconque aura intentionnellement : Soit détruit, dégradé, détérioré des découvertes archéologiques faites au cours de fouilles ou fortuitement, ou sur un terrain contenant des
  • :35 021 001 AH LIEU-DIT :La Salle CADASTRE. Année : Parcelles N* : B (20, 1992 21, 308, 311,-344^ ZONE Ax Bx COORDONNEES LAMBERT 340.800 CARTE I.G.N. N' ALTITUDE : 75 m NATURE DU SITE GRANDE PERIODE DATATION Habitat Antiquité ETAT DE CONSERVATION OCCUPATION DU SOL
  • (commune et sigillée) -des fragments de meule en granité FICHE N SITE N COMMUNE : Beaucé :35 021 002 AH LIEU-DIT :Le bourg CADASTRE. Année : 1992 Parcelles N° : B (230) COORDONNEES LAMBERT ZONE : I Ax : 341.150 Bx : CARTE I.G.N. N ALTITUDE : 8 3 m NATURE DU SITE GRANDE
  • ). 35 071 002 AH : Le Haut Bui Plateforme. Vue de l'ouest FICHE N SITE N COMMUNE :Le Chatellier :35 071 003 AH LIEU-DIT :Le Haut Martigné CADASTRE. Parcelles N° Année : 1992 : A (641, 642, 690) COORDONNEES LAMBERT ZONE : I Ax : 332.850 Bx : ALTITUDE : 150 m CARTE I.G.N. N
RAP00527.pdf (HÉDÉ (35). le Haut Chesnay. rapport de sauvetage urgent)
  • 15 septembre 1992 sur le site du Haut Chesnay en la commune de Hédé (Ille-et-Vilaine). Il s'agissait de procéder à une analyse de la structure des combles puis à des prélèvements en vue d'une datation dendrochronologique de bâtiments de ferme datés du XVIe siècle. Ceux-ci étaient
  • statistique à atteindre en principe pour la datation d'un bois est de 80 ans; parmi les quarante échantillons, deux seulement dépassent ce seuil : Hédé.20, long de 98 ans et Hédé.21, long de 171 ans. Onze autres échantillons, dont la longueur dépassait 40 ans, ont été retenus
  • . Malheureusement, les échantillons restants, qui ont été mesurés, ne dépassent pas les 30 ans. Leur interdatation est donc rendue délicate d'un point de vue statistique. Leur synchronisation sur table lumineuse l'est également, compte tenu des problèmes de croissances enregistrés sur ces bois
  • 4 à 11 ans. Ces anomalies perturbent considérablement nos séries, et, pour parvenir malgré tout à les synchroniser, nous avons procédé à un lissage sur les données brutes des largeurs de cernes, grâce à une moyenne mobile (transformation "Except" de Besançon), qui atténue les
  • bruits parasites des séquences en conservant toutes leurs caractéristiques. Seuls les échantillons Hédé.20 et Hédé.21 ont une croissance tout à fait saine. Ces treize échantillons ont donc permis de mettre en place une première chronologie du site, longue de 171 ans (Fig. 2). D'autres
  • la date d'abattage des arbres avec une grande précision, grâce à un écart-type limitant la longueur des aubiers chez le chêne à 15 ans ± 25. Cependant, Hédé.21 possède un aubier d'au moins 66 ans, qui dépasse ^_C^^> y) de 16 ans l'estimation maximale de notre écart-type. Mais ce
  • cas reste tout de même exceptionnel : Hédé.33,où le cambium a pu être observé se situe dans la moyenne, avec un aubier complet de 20 ans. Datation relative et absolue : Les treize échantillons ont pu être inter-datés par la combinaison des calculs du coefficient de corrélation
  • tardive, se signale par le très long aubier de Hédé.21, dont le dernier cerne mesuré doit être proche de son terminus, peut être à 2 ou 3 ans, ce qui restreint considérablement la fourchette de notre datation : cette phase se situe donc vers 1586/87. Pour Hédé.20, aucun aubier n'a pu
  • de la poutre sont bien visibles à Hédé, ce qui permet donc de penser que le bois a été utilisé dans un laps de temps restreint après la coupe. Le manoir de Hédé a bien été construit et réaménagé à deux reprises: une première fois 15 ans après la construction, une seconde fois 53
  • ou 54 ans après. Bois de haies - Histoire d'un terroire. Les anomalies de croissance observées sur ces échantillons ont pu, pour certaines, être synchronisées (Fig. 3). D'autres, en revanche, bien marquées sur un bois n'étaient répliquées sur aucun autre. Il est vraisemblable
  • du bois de chauffe ou "de brûle" (Fig. 4). Ces coupes semblent avoir été assez fréquentes sur les arbres de Hédé : élagu^er à intervalle de 4 ans est courant, à plus de 9 ans est beaucoup plus rare. L'alternance coupe rapprochée / coupe espacée n'est pas visible; seule la période
  • de la faible quantité de bois produite pendant cette période (Hédé.23 et Hédé.34). La non-synchronisation de certaines de ces phases de dépression montre bien que ces "mutilations" étaient effectuées en roulement tous les ans sur les différents arbres des haies. Les échantillons
  • Besançon, mais elles n'autorisent pas encore de datation à longue distance. Aucun échantillon de chêne n'a été mis au jour. - d'autre part, les séquences très courtes liées à ces e s p è c e s , q u i ne dépassent pas 25 ans ! Une exploitation dendrochronologique des Domineuc est donc
RAP00528.pdf (HÉDÉ (35). le Bas Chesnay. rapport de sauvetage urgent.)
  • . .29. 3.3 Conclusion Globalement comparable à celle recueillie sur les autres sites armoricains du second âge du Fer, la céramique abandonnée sur la ferme indigène du Jiaut Chesnay en fixe l'occupation à environ 150 ans, depuis le début de la seconde moitié de la Tène moyenne
  • Chesnay couvre une période d'environ 150 ans. La mise en place du site se fit probablement aux alentours de 200 BC, ce qui correspond à la seconde moitié de la Tène moyenne, pour s'interrompre vers 50 BC, en pleine période de conquête, soit à la fin de la première moitié de la Tène
  • , The european iron âge. Batsford, LTD, Londres. LANGOUET L., 1989, Un village coriosolite sur l'île des Ebihens (Saint Jacut de la Mer). CERAA. Saint Malo. LE BIHAN JP, 1984, Villages gaulois et parcellaires antiques au Brad en en Quimper. Cahiers de Quimper antique. N°l. LEROUX G., 1992
  • archéologique SRA Bretagne. MENEZ Y., 1988, Plouer sur Rance - Le Boisanne - Côtes d'Armor, ferme de l'âge du fer. Rapport de sauvetage programmé. SRA Bretagne. MENEZ Y., ARRAMOND JC., 1992, Archéologie et travaux routiers départementaux - le camp de Saint Symphorien à Paul e dans les Côtes
RAP00531.pdf (QUIMPER (29). Penancreac'h. rapport de sondage)
  • QUIMPER FINISTERE PENANCREAC'H Etablissement protohistorique Secteur Nord-est Diagnostic 1992 .. QUIMPER Finistère PENANCREAC'H UN ETABLISSEMENT Secteur OPERATION DE PROTOHISTORIQUE nord DIACNOSTlb Responsable: J.P. LE BIHAN A r c h é o l o g u e m u n i c i p a l
  • de Q u i m p e r Octobre 1992 QUIMPER SECTEUR OPERATION 1. - PENANCREACH NORD-EST DE DIAGNOSTIC LOURD INTRODUCTION: 1.1. Localisation: Département : Commune : Lieu-dit : CARTE I.G.N.: Coordonnées Lambert : Altitude: 45 m Cadastre: I.E. 4a N° de site: 1.2. LE
  • : Pian de situation 50 m I0utedePont-VAbbé QUIMPER-PENANCREAC'H 1992 : Implantation des sondages Zone fouillée dans le cadre du diagnostic lourd p o n c t u e l l e m e n t , par nos s o i n s en 1991 à T y L i p p i g et est b o r d é e de s t r u c t u r e s agraires des 1er
  • i s é m e n t le p o t e n t i e l archéologique du site de P é n a n c r é a c h . U n e o p é r a t i o n de d é t e c t i o n g é n é r a l e est menée au printemps 1992 et met en é v i d e n c e , au nord-est des terrains concernés, une zone d'intérêt archéologique certain. D
  • fondé sur des u n i t é s de 20 m sur 10 m c o u v r e le s i t e . Le c a r r é de 5 m de c ô t é constitue l'unité de r a m a s s a g e et l o c a l i s a t i o n du m o b i l i e r d é c o u v e r t en surface, hors des structures enterrées o PENANCREAC'H 1992 : Zonage
  • -If 10 M PENANCREAC'H 1992 : Numérotation des structures 10 m m Strucwre en creux Foyer Plaque d'argile blanche PENANCREAC'H 1992 : Structures o Vase Pointe de flèche 2. ETUDE 2.1. DES Etat VESTIGES de conservation du site: L'intervention humaine ne semble pas avoir
  • a i s o n de t o u t e s t r u c t u r e en terre ou en bois et, davantage, la pente a f a v o r i s é la reptation des sols. L'expérience acquise sur les fouilles du Braden montre bien que, depuis 2000 ans les sols a n c i e n s o n t d i s p a r u . P o u r d e s p é r i o d e s
  • palissade n'apparaît. Il semble bien q u e , vers l'est, des observations analogues p u i s s e n t être f a i t e s , m ê m e si le p h é n o m è n e e s t m o i n s m a r q u é . Il faut noter que les sondages linéaires correspondant à cette direction (printemps 1992) ne livrent aucun
RAP00547.pdf (AUGAN (56). Bellevue. une ferme agricole de la Tène moyenne en pays de Brocéliande. rapport de sauvetage urgent)
  • . Anthracologie. 54 Bibliographie sommaire et documents consultés. 55 Liste des figures. 56 2 AVANT-PROPOS. L'opération de sauvetage programmé conduite à Bellevue (commune d'Augan) du 01/07/92 au 15/08/92 faisait suite à l'évaluation archéologique d'avril 1992 dirigée par J.C ARRAMOND
  • durant 3 jours. Le présent rapport, consignant les principaux résultats de la fouille a été rédigé dans les locaux et grâce aux moyens techniques du Services Régional de l'Archéologie (Rennes) en décembre 1992. L'étude du mobilier archéologique fera l'objet d'une annexe complète
  • liée au tracé de la déviation de ce camp par la RN 24 dont les travaux ont été précédés par une étude d'évaluation archéologique réalisée en avril 1992 par A PROVOST et J.C ARRAMOND. Les coordonnées géographiques du site sont les suivantes : Coordonnées Lambert (zone II) : X
  • alentours immédiats de notre secteur d'étude. Les remplissages révélaient des céramiques gallo-romaine et médiévales (ÀRRAMOND J.C, PROVOST A, 1992). Nous sommes en fait dans une aire géographique particulièrement riche concernant la période gallo-romaine, la vallée de l'Oyon constituant
  • cette période : La villa et les thermes du Binio, le site du Bois du Loup (tegulae, four et puits), et celui de 1'Hotié-Gourié (atelier de tuilier). (ARRAMOND J.C, PROVOST A, 1992). II METHODES DE FOUILLE ET DESCRIPTION DU SITE. II 1 Méthodes de fouille. II la Décapage
  • limiter les pertes d'informations toujours liées à ce type de fouille (MENEZ Y, 1992). \ Au total, 175 m linéaires de fossés et 56 autres structures en creux ont été excavées, représentant 1'ensembles des éléments du site à l'exception de deux petites sections au sud du fossé 500 (fig
RAP00549.pdf (RENNES (35). tracé du val. place Sainte-Anne)
  • RENNES - METRO V.A.L SONDAGES ARCHEOLOGIQUES 1992 présentés par Dominique Pouille et Gaétan Le Cloirec Financement : S.E.M.T.C.A.R. Ville de RENNES Gestion financière de l'opération et des personnels : Association pour les Fouilles Archéologiques Nationales SOMMAIRE
  • archéologues contractuels placés sous la responsabilité scientifique du Conservateur Régionallde l'Archéologie, en application du titre II de la loi validée du 27 Septembre 1941, ont été te recrutés pour une durée de trois mois à compter du premier Juin 1992. Seuls les sites de la Place
  • Cailloutis 4.50 4,70 en de scbiste. | Argile ans -ocre â cailloutis de. scbiste verdâtre iTltrls «altéré J ' ~~ Blocs Àt Schiste gris, altère dans une matrice argileuse gris -ocre. 2.20 Remblai «r1 brun -ocre d gris verdàtce bWs et cailloutis de schistes, graviers de R guartz
  • de disponibilité de la pelle mécanique. Les terrassements ont été effectués du Lundi 6 au Vendredi 10 Juillet 1992, complétés par une recherche manuelle à la suite de laquelle un relevé précis des tranchées a été établi. Conclusions : A l'issue de cette opération, il nous est
  • vendredi 3 juillet 1992, complétés par des sondages manuels à la suite desquels un relevé précis des tranchées et structures perçues a été établi. Des recherches en archives ont complété cette étude. Conclusions . Des vestiges archéologiques mineurs ont été perçus en deux points sur le
  • ne nous paraissent pas nécessiter d'opération archéologique plus approfondie . 44 Site du parc de stationnement de La Poterie. Les travaux de terrain destinés à l'établissement du diagnostic archéologique se sont déroulés du 16 au 31 Juillet 1992. Les tranchées sondages à la
RAP00553.pdf ((22)(35) . arrondissements de Rennes)
  • RAPPORT DE PROSPECTION DANS LE NORD DE LA HAUTE-BRETAGNE 1992 Tomel Synthèse Responsable : L. LANGOUET Centre Régional d'Archéologie d'Alet SAINT-MALO RAPPORT DE PROSPECTION DANS LE NORD DE LA HAUTE-BRETAGNE 1992 Tomel Synthèse Responsable : L. LANGOUET Centre Régional
  • d'Archéologie d'Alet SAINT-MALO En 1992, le Centre Régional d'Archéologie d'Alet (Ce.R.AA.) a obtenu des données nouvelles, inédites à raison d'environ 85 %, sur 142 sites ou structures archéologiques de la Haute-Bretagne. Ces recherches ont été effectuées dans le cadre d'une opération de
  • Ficet J. 2 sites Langouët L. 64 sites à structures Thénadey D. 1 site On peut apprécier la nature des découvertes de 1992 en consultant les tableaux 1, 2 et 3. Dans les deux derniers tableaux, A indique le nombre total de sites traités par commune, B, celui des sites de rattachant
  • systématique au sol des sites détectés d'avion dans l'arrondissement de Lannion. La liste des sites est donnée ci-après. L'article joint au présent rapport (Chronique de prospection archéologique 1992, Dossiers du Ce.R.A.A., 20, 45-69) fournit d'autres détails sur les découvertes de cette
  • en 1993. Loïc LANGOUET Président du Ce.R.AA. Professeur d'Archéométrie à l'Université de Rennes I Tableau 1 - Répartition des sites et gisements traités par le Ce.RAA. en 1992 par période et par département. 22 35 50 Totaux Préhistoire Protohistoire Gallo-romain Gis. de
  • tegulae MoyenAge Post-Moyen-Age Divers 31 37 5 6 11 10 9 4 18 3 2 9 5 3 2 Totaux 90 56 9 Nombre de communes concernées 50 25 7 82 Sites nouveaux par commune 1,8 2,2 1,3 1.9 4€S Tableau 2 - Répartition des sites, simples et multiples, traités par le Ce.RAA. en 1992
  • - Tableau 3 - Répartition des sites, simples et multiples, traités par le Ce.R A.A. en 1992 pour les communes d'Ille-et-Vilaine. A B BAGUER-MORVAN BONNEMAIN BOUSSAC (LA) BROUALAN CANCALE COMBOURG CUGUEN EPINIAC MEILLAC MEZIERES/COUESNON PLEINE-FOUGERES PLESDER ROMAZY SAINT-AUBIN
  • _ _ 1 2 3 3 2 3 1 1 1 2 1 1 1 C i _ 1 1 . 1 _ 1 1 17 17 (35%) (35%) SITES PROSPECTES EN 1992 ILLE-ET-VILAINE (49) PROSPECTION AU SOL (32) * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * BAGUER-MORVAN, Boutergot, 2 gisements post-médiévaux (GF) BAGUER
  • , Gâtine, cercle (LL) SAINT-PIERRE-DE-PLESGUEN, La Teillère, édifice gallo-romain (CI) SENS-DE-BRETAGNE, La Rigomais, enclos (LL) TREVERIEN, Gué à Gan, enclos (LA) VIEUX-VY-SUR-COUESNON, Sautoger, voie (LL) SITES PROSPECTES EN 1992 COTES-D'ARMOR (84) PROSPECTION AU SOL (21
  • Dossiers du Ce.RAA., 20, 1992 CHRONIQUE DE PROSPECTION ARCHEOLOGIQUE 1992 EN HAUTE-BRETAGNE ET EN BASSE-NORMANDIE Loïc LANGOUET, Gabrielle FAGUET' et Louis ANDLAUER En 1992, le Centre Régional d'Archéologie d'Alet a obtenu des données nouvelles, inédites à raison d'environ 85 %, sur
  • Andlauer L. 27 sites à structures Bizien C. 1 site Clément J.H. 12 sites Cocaign J.Y. 6 site Daire M.Y. 1 site Dervily R. 1 site Dubois J. 4 sites Faguet G. 24 sites Ficet J. 2 sites Langouët L. 64 sites à structures ThénadeyD. 1 site On peut apprécier la nature des découvertes de 1992
  • déjà chargé, à la suite des prospections aériennes, de la fourniture des plans cadastraux et qui va assurer, dès cet Tableau 1 - Caractéristiques des sites, simples et multiples, traités par le Ce.R A A. en 1992 pour les communes des Côtes-d'Armor, d'Ille-et-Vilaine et de la Manche
  • et gisements traités par le Ce.R AA. en 1992 par période et par département. 22 35 31 37 5 6 11 10 9 18 2 9 5 3 Totaux 90 Nombre de communes concernées Sites nouveaux par commune Préhistoire Protohistoire Gallo-romain Gis. de tegulae Moyen-Age Post-Moyen-Age Divers
  • autres Total 1 _ - - 1 1 1 1 _ AUCEY -LA-PLAINE COURTILS CROIX AVRANCHIN (LA) CUREY PONTAUBAULT TANIS VESSEY _ _ - 2 Total 0 4 - 1 1 1 - - - 2 2 1 1 /T 3 1 4 0 3 11 - 1 Figure 1 - Cartographie des sites prospectés en 1992 par les chercheurs du Ce.R AA
  • médiévales indéterminées et autres 1989 (200 structures) 1990 (108 structures) 1991 (61 structures) • 1992 (65 structures) 0,5% 1% 6% 4% 27% 29% 28% 44% 54% 57% 54% 44% 2,5% 5% 3% 6% 16% 7% 8% 2% Moyenne 2% 30% 53% 4% 10% Année Tableau 7 - Pourcentages des découvertes de
  • prospection aérienne en Ille-et-Vilaine. Structures de préhistoire et protohistoire à fossés curvilignes à fossés linéaires et orthogonaux médiévales indéterminées et autres 1989 (60 structures) 1990 (38 structures) 1991 (62 structures) 1992 (18 structures) 5% 3% 0% 28% 21% 35% 28
  • indéterminées et autres 1991 (33 structures) 1992 (11 structures) 18% 0% 30% 36% 39% 36% 0% 0% 12% 27% Moyenne 14% 32% 39% 0% 16% Année pourra noter l'importance numérique des sites localisés en 1992 dans certaines communes comme Aucaleuc (5), Corseul (5), Saint-Jacut-de-la-Mer
  • (6), Baguer-Morvan (5), Cancale (5) et Combourg (4). En 1992, L. Langouët, avec l'aide des pilotes A. Parisot, D. Pain, M. Le Guyader, M. Plouzennec, P. Hays et P. Guigon, à partir des aérodromes de Lannion, Dinan ou Rennes, et L. Andlauer, à partir de celui de Dinan, ont assuré
  • respectivement 39 et 26 heures de vols aériens ; la quasi-totalité du nord de la Haute-Bretagne et du sudouest de la Basse-Normandie, de la région de Lannion jusqu'aux confins d'Avranches, a été couverte. Les redressements des photographies aériennes obliques prises en 1992 par les
  • prospecteurs du Ce.R A A. ont été effectués avec le nouveau système informatique du Centre d'Imagerie Archéologique du Laboratoire d'Archéométrie de Rennes (Langouët et Gandon, Revue d'Archéométrie, 1992). Le report sur les plans cadastraux s'est donc fait avec plus d'objectivité. Il est
RAP00556.pdf (le pays Porzay (29). rapport de prospection thématique)
  • essentiellement au cours du premier trimestre de 1992, puis à partir de l'automne; elles continuent cet hiver, mais les derniers résultats obtenus ne seront pas cités dans le présent rapport. La couverture végétale du sol explique la discontinuité des opérations de prospections, fortement
  • sèche, du type 1989-1990 (et 1976). 1992 n'a pas été une année sèche en pays Porzay... Sans parler d'une année "pourrie", il faut remarquer que la pluviométrie a été particulièrement importante à la fin du printemps, puis dès le début du mois d'août, pour être supérieure à la moyenne
  • -, / /« Kerhoën I r,Linguez" ' Ty Otdioui ^ V Kerfloux Leuste( C ^Tresseol^ ^ l\Goulit-arr Guer \ » Claitè _ \ Iré /Tal-ar-Hoat ^ Kerguérei Tri Horn^-:.- ■f » / l =^ u/ ane t A»rV- \ r- Maison 3e G, tu "fonf Sr-Cven 114 . . Prat-YôWn LanditmcJ" tmfyn If ) Keflan'guy
RAP00573.pdf (VIGNOC (35). tracé de la rn 137 Rennes/Saint-Malo. déviation de la Mézière/Hédé. rapport de sondage)
  • - HEDE 1992 RAPPORT PRESENTE PAR A. PROVOST AVEC LA COLLABORATION DE Y. PANNETIER ET P. COCHEREL et avec la participation de P. AUBREE et G. CASTEL (Centre de Recherches Archéologiques du Pays de Rennes) SERVICE REGIONAL DE L'ARCHEOLOGIE DE BRETAGNE DIRECTION DEPARTEMENTALE DE
  • , archéologues contractuels de 1 ' AFAN , de juin à août 1992. Y. Menez, conservateur au Service Régional de l'Archéologie a assuré le contrôle scientifique de l'opération dont le buda'et s'élevait, à 128,500F. La problématique du diagnostic était définie comme suit: évaluer le potentiel
  • l'objet d'une fouille de sauvetage avec décapage intégral en juillet et août 1992. Parcelles: Bl , 4 0 5-428-1399. Coord. Lambert I: 0X= 296,275 IGN: 1218 ouest Rennes. cadastre éd. 1979. 0Y= 1066,800. LA MEZIERE B1 1979 13 LA MEZIERE - la Haute-Vollerie fond de fosse - fossés
  • nombreux tessons de céramique du second Age du Fer. Structuré et organisé, riche en vestiges mobiliers, et couvrant une superficie d'environ 4000 m 2 , ce site a fait l'objet d'une fouille de sauvetage avec décapage intégral, en septembre et octobre 1992. Parcel Les: B2 , 400 Coord
  • l'architecture et la destruction programmée du bâtiment pour la réalisation de la route ont motivé une intervention archéologique -relevés architecturaux et clichés- en septembre 1992. Parcelles: B2 , 806 Coord. Lambert I: 0X = 294,125 IGN: 1217 ouest. Comboura: . cadastre éd. 198 3 0Y
  • pressenti au vu des résultats des prospections au sol menées depuis 14 ans dans la régiondepuis la période néolithique jusqu'à nos jours. Des données nouvelles sont apparues notamment pour les périodes mal connues des Ages du Bronze et du Fer. Ces sites ou indices de sites entrent dans
RAP00580.pdf ((35)(56). le bassin de la moyenne Vilaine. rapport de prospection inventaire)
  • SERVICE REGIONAL DE 1 * ARCHEOLOGIE MAURICE GAUTIER PROSPECTION-INVENTAIRE BASSIN DE LA MOYENNE VILAINE FICHES DE DECOUVERTES RAPPORT DE SYNTHESE DE LA CAMPAGNE DE 1992 il 4 Service Régional de l'Archéologie. Bretagne. FICHE DE DECOUVERTE ARCHEOLOGIQUE 1/ Première
RAP00583.pdf (MAXENT (35). église paroissiale. rapport de fouille programmée)
  • MAXENT ANCIENNE EGLISE PAROISSIALE RAPPORT DE FOUILLE PROGRAMMEE PHILIPPE GUIGON MAXENT ANCIENNE EGLISE PAROISSIALE RAPPORT DE FOUILLE PROGRAMMEE PHILIPPE GUIGON 1991-1992 REMERCIEMENTS La fouille de l'ancienne église paroissiale de Maxent a eu lieu, avant tout
  • stoïquement la gêne occasionnée par plus de quatre mois de travaux répartis sur deux ans. Les Maxentais nous ont accueillis avec la plus grande cordialité, l'amitié prenant le pas sur le strict intérêt scientifique. Sans le financement original de cette opération, celle-ci n'aurait
  • , organisée par Gaby MARCON^ (26 octobre 1991 - octobre 1992). Mes remerciements vont également à Dominique MARGUERIE^, qui a prélevé des éléments de la plate-forme supportant le clocher de 1626, en vue d'une étude dendrochronologique au laboratoire effectuée par G. LAMBERT^. Enfin, et
  • a été implanté sur le chantier, avec des mailles de 5 m de côté. Le point de référence (x = 100; y = 100) est situé entre la sacristie et l'absidiole est de la façade sud. Les limites atteintes en 1992 sont situées, à l'ouest sur l'axe x = 65, au sud sur l'axe y = 80, avec un
  • décrochement à l'est (chapelle axiale) sur l'axe x = 105. La superficie fouillée atteint ainsi 725 m^ [3], 2: vue aérienne générale (cliché P.-R. Giot, 30 septembre 1992) CHRONOLOGIE DE LA FOUILLE Les premiers travaux de terrain ont eu lieu préalablement à la fouille, en juin 1981
  • trois cloches fondue-; sur place furent baptisées en 1655. Le 28 mars 1990, la statue de la Vierge fut déposée et son socle démonté, après numérotage par les employés communaux. La statue reste actuellement (décembre 1992) conservée dans le narthex de l'église moderne, après avoir
  • connexes furent fouillées. Un rapport intermédiaire de fouille programmée fut rédigé^, ainsi qu'une notice pour Archéologie médiévale ^ et une autre pour le Bilan scientifique 1991 du Service Régional de l'Archéologie* ^. La campagne de 1992 se déroula du 13 avril au 3 mai, et du 27
  • intelligence du site. 13 Rapport conservé au Service Régional de l'Archéologie. 14 Archéologie médiévale, t. XXII (1992), p. 454-455. 15 Texte rédigé par Michaël Batt à partir du rapport établi par Philippe Guigon, bilan scientifique 1991, p. 59-60. LE CONTEXTE HISTORIQUE Il n'est
RAP00600.pdf (PONTIVY (56). le château des Rohan. rapport de sondage)
  • tude de restauration générale u château de PONTIVY Nbre jg 1992 Observations Transmis suite à votre communication téléphonique. V ^fckeur des Travaux ' des Bâtiments de France k. LEMESLE • CHATEAU DES ROHAN PONTIVY (Morbihan) 1992 R A P P 0 R T B I L A N D E D E S
  • monument dont l'intérêt, qui n'entre pourtant pas dans celui d'une programmation nationale, s'accroit d'année en année sur le plan local grâce aux efforts des différents partenaires, contribuant à la connaissance et à la sauvegarde de ce château. L'année 1992 a permis également au
  • , parcelles 387 (388) a et b Coordonnées Lambert : Zone 2 Abscisse : 354,60 Ordonnée : 205,30 Site n° : 56 178 002 AH Circonscription : Bretagne I.G.N. 1/25000, PONTIVY 0818 Est. Site classé Monument Historique Autorisation de sondage n°92-16 en date du 25 mars 1992 Extrait du Plan
  • Pontivy autorisait Monsieur le sénateur-maire LAMBERt à signer avec la Duchesse de Rohan (propriétaire du château) un bail emphytéotique, confiant pour 99 ans le château à la ville, et le 3 décembre 1953 était signé l'arrêté de classement du bâtiment parmi les Monuments Historiques
  • inclure dans un programme de restauration. Ce secteur aura été étudié jusqu'à la campagne 1992. La découverte, dans la chapelle de Stival (à 3 kilomètres de Pontivy), d'une peinture murale du début du XVIe et représentant le château de Pontivy avec quatre tours, nous amenait à
  • , pouvaient être formés afin de guider les visiteurs dans le château, autre manière de découvrir le patrimoine et son public. La mise a disposition, par la ville de Pontivy, d'une partie de la galerie nord, nous a permis, du 15 juin au 15 septembre 1992, de présenter au public une
  • ROHAN dit "le grand Vicomte", est né au château de La Chéze : "le 6 novembre 1452, Mademoiselle de Rohan eut un fils, environ trois heures après minuit..." Son pére était ALAIN IX, quatorzième Vicomte depuis 1429. Sans héritier mâle, Alain IX se épouser, à soixante huit ans, le 16
  • MARIE DE BRETAGNE, fille du Duc de Bretagne FRANÇOIS 1er. Celle-ci lui donnera sept enfants. A l'âge de 21 ans, en 1473, il fait bâtir le château de Corlay et six ans plus tard, celui de Pontivy. Sa vie fut mouvementée. Soupçonné de l'assassinat de son beau-frére, il est enfermé au
  • est bâti peu après en utilisant de nombreuses pierres provenant de la forteresse. En avril 1479, Jean de Rostrenen, âgé de 72 ans, témoigne "qu'audit lieu de Pontivi...vit autrefois vieilles murailles de tours, lesquelles ont été toutes abattues pour édifier le couvent des frères
  • trône de France. La plupart des Bretons, catholiques, prennent le parti de la Ligue sous la conduite de Philippe Emmanuel de Lorraine, Duc de Mercoeur. La guerre va durer neuf ans. Le 3 décembre 1589, Mercoeur et l'armée composée en partie d'espagnols, vient mettre le Pontivy. La
  • corps de logis et nous savons désormais que la tour sud-est n'existait déjà plus en 1620... Le 17 juin 1720, le Duc de Rohan, Louis 1er, signe le renouvellement du bail d'entretien des couvertures du château. Le 18 juin 1738, Louis III de Rohan Chabot, âgé de 28 ans, fait son entrée
  • inventaire est dressé les 3,5,6 novembre 1775. En 1784, Julien Léveillé, couvreur à Pontivy, signe au château un contrat d'entretien des toitures. Le 14 mars 1789, François Le Barre, régisseur du duché signe au château un nouveau contrat de 5 ans avec ce même couvreur. *LA FIN D'UNE
  • attenants, ainsi qu'une partie des biens qu'il a administré pour les Rohan pendant 12 ans. En 1839, le sous-prefet et le juge de paix quittent le château. *UNE NOUVELLE VIE : Le 18 avril 1841, le duc de rohan signe un bail de 20 ans, pour la location du château par les soeurs de
  • Kermaria afin qu'elles y aménagent une école pouvant recevoir 150 élèves. Le 28 janvier 1857, Napoléon III signe un décret autorisant la vente du château. Les filles de Jésus, qui l'occupent depuis seize ans, l'acquièrent pour la somme de 18000 francs. Leur venue au château va causer
  • bâtiment sera détruit en 1906. D'après une aquarelle de Théodore Le Puillon de Boblaye (1825) En 1909, la Garde St- Ivy loue le château pour 99 ans et installe sa salle desports dans la chapelle. En 1915, le Conseil Municipal de pontivy décide, sur les indications de l'architecte de la
  • , circulation dans le château est réglementée. la Par arrêté du 30 septembre 1953, le sous-préfet autorise la commune à prendre bail pour une durée de 99 ans de l'immeuble désigné sous le nom de "Vieux château des Rohan". Trois mois plus tard, le château est classé Monuments Historiques et
  • la restauration de l'édifice commence en mai 1955, sous la direction de Monsieur LISCH (A.C.M.H.). Les travaux vont se poursuivres pendant prés de quinze ans. Le 25 mars 1972, le château est inauguré par Mr Marcellin, ministre de l'intérieur, Michel Masson, Maire et en présence du
  • . PONTIVY, le vieux château encre, plume et pinceau sur papier, 1992 18 7 : BILAN ARCHEOLOGIQUE 7.0. LE CHATEAU ET LE CADASTRE Nous aurions dû utiliser le terme de plan plutôt que celui de cadastre, toutefois c'est dans ces deux représentations que nous avons relevé cinq documents
RAP00610.pdf (QUIMPER (29). cathédrale Saint-Corentin. le chœur. rapport de sondage)
  • laisse le soin à ses successeurs de continuer et d'achever les travaux. Ainsi, dans les premières années du X V I ^ siècle, soit plus de 250 ans après le début des travaux, c'est une cathédrale gothique de 92m de long avec deux tours hautes de 40m qui est achevée. La Monographie de la
RAP00612.pdf (tracé routier de la future Rennes/Avranches. bande de 1 km. rapport de prospection inventaire)
  • ARCHEOLOGIQUE DANS LE FUSEAU D'UN KILOMETRE CORRESPONDANT A L'ETUDE DE L'AVANT-PROJET SOMMAIRE RAPPORT PRESENTE PAR ALAIN PROVOST AVEC LA PARTICIPATION DE OLIVIER BLIN AUTORISATION N° 92-37 DU 1 MAI AU 30 SEPTEMBRE 1992 CETE OUEST SERVICE REGIONAL L'ARCHEOLOGIE DE BRETAGNE INTRODUCTION
  • 1 mai et le 30 août 1992 avec des résultats extrêmemnt minces: seulement trois enclos protohistoriques détectés. Z AVRANCHES Bec d'Andaint ^ * Alluvions modernes Ptn dm Srou/n St MICHEL T. I £")
  • bâtiments de des briques et des la ferme de la Chapelle. Des tegulae , tessons de céramique commune et sigillée des 1° et 11° siècles ap. J.-C. ont été recueillis sur les terrains environnants. A 200 m au sud du site détecté, M. Tardif a découvert, en aménageant une clôture voici 20 ans
  • ) suggèrent une origine protohistorique. Parcelle AE; 115. Cadastre édition 1980. Coord. Lambert I OX= 315,075 OY= 1065,450. IGN 1218 est Cesson-Sévigné - Liffré. Sources: Prospection 1992. Inédit. L. Langouet; mission aérienne du 3-05- 3- GOSNE U Lande Ragol Entre la Petite
  • ; 17,88. Cadastre édition 1983. Coord. Lambert I 0X= 328,350 OY= 1095,725. IGN 1316 ouest Saint-James. Sources: Inédit. 19-05-1992. Prospection A. Provost, mission aérienne du 13- CARNET Près des Genetêts Portion d'enclos à fossés rectiliges ou paracurvilignes et portion de
  • -05-1992. Prospection A. Provost, mission aérienne du 14- CARNET le Bourg-Neuf 5 fi/) Qam- Chapelle médiévale ou post-médiévale. Coord. Lambert I 0X= 328,400 IGN 1316 ouest Saint- James. Sources: Service Normandie . 15- Poilley Régional Près de Cisse OY= 1096,900. de