Rechercher sur le site

  • Chercher les documents contenant un mot OU un autre : tapez simplement les mots à la suite => bracelet bronze
  • Chercher les documents contenant un mot ET un autre : utilisez le mot-clef AND => bracelet AND bronze
  • Chercher les documents contenant une expression exacte : taper l'expression entre guillemets => "bracelet en bronze"

Limiter votre recherche

Auteur
Type d'opération
Commune
Département
Date (Année)

3811 résultats Exporter les résultats

Trier par Titre : ascendant / descendant
RAP01233.pdf (PLÉCHÂTEL (35). la Hersonnais. habitat néolithique. rapport intermédiaire de fouille programmée 1994-1996)
  • du 21 ème Colloque interrégional sur le Néolithique. Poitiers. - Marolle C., 1984 - Le site d'habitat Michelsberg des "Hautes chanvières" à Mairy (Ardennes). Etat des recherches en 1983, note préliminaire, Préhistoire et Protohistoire en Champagne-Ardennes, 8, p. 31-55. - Pautreau
  • 20-2, p. 408. Gallia Préhistoire, 1979 - Tome 22-2, p. 525-526. Gallia Préhistoire, 1983 - Tome 26-2, p. 311. Gautier M., 1984 - Prospection d'un terroir de plateau à Pléchâtel (Ille-et-Vilaine) de la préhistoire à nos jours. Les dossiers du CeRAA, p. 209, 230. Gautier M. et
  • Leroux G., 1990 - Les révélations archéologiques de la sécheresse en 1989 dans les pays de moyenne Vilaine. Fascicule de l'exposition le Passé vu du ciel en Haute-Bretagne. Giot P.-R., L'Helgouac'h J. et Monnier J.-L., 1979 - Préhistoire de la Bretagne. Ouest-France, Rennes. Guilaine
  • J. et Roudil J.-L., 1976 - Les civilisations néolithiques en Languedoc. La Préhistoire française, tome II, C.N.R.S., p. 267-277. - Joussaume R., 1981 - Le Néolithique de l'Aunis et du Poitou dans son cadre atlantique. Ed. du Laboratoire d'Anthropologie et Préhistoire, Rennes
  • MINISTERE DE LA CULTURE ET DE LA FRANCOPHONIE SERVICE REGIONAL DE L'ARCHEOLOGIE DE BRETAGNE LA HERSONNAIS A PLECHATEL (ILLE-ET-VILAINE) Un vaste ensemble du Néolithique Programme final de fouille 1994-1996 Rapport intermédiaire 1994. Jean-Yves TINEVEZ avec la
  • coUaboration d'Eric NICOLAS. Avec la participation du Conseil Général d'Ule-et-Vilaine et de la Commune de Pléchâtel. N° de site: 35 221 012 AP. Autorisation de fouille programmée n° 1204. 1233 MINISTERE SERVICE DE LA CULTURE ET DE LA REGIONAL DE L'ARCHEOLOGIE FRANCOPHONIE DE
  • BRETAGNE LA HERSONNAIS A PLECHATEL (BLLE-ET-VILAINE) Un vaste ensemble du Néolithique final Programme de fouille 1994-1996 Rapport intermédiaire 1994. Jean-Yves TINEVEZ avec la collaboration d'Eric NICOLAS. Avec la participation du Conseil Général d'Dle-et-Vilaine et de la Commune
  • 1992): l'extrémité est d'un bâtiment à fossé périphérique et tierces de trous de poteaux se distingue très nettement dans la parcelle en culture immédiatement au sud du hameau de La Hersonnais. Le plan apparaît tronqué par une vaste aire décapée lors des travaux de la voie express
  • Rennes-Nantes, il y a une dizaine d'années. Sur cette aire ayant servi de stockage et fabrication de matériaux, après enlèvement de la terre végétale, les niveaux superficiels du substrat schisteux ont été décapés sur une épaisseur variant de 0,20m à 0,40m. Des matériaux stabilisants
  • , schiste et gravier, ont ensuite masqué le substrat. Un décapage supplémentaire est de ce fait nécessaire avant toute recherche de structure. En novembre 1991, trois sondages ponctuels sur l'une des tierces dans la parcelle cultivée ont mis au jour des fosses de fondation atteignant
  • près de deux mètres de profondeur dans le rocher et quelques artéfacts attribuables aux périodes récentes du Néolithique. Suite à ces résultats préliminaires positifs, une fouille programmée est engagée en 1992. Parallèlement, en raison d'un projet d'aménagement d'une aire de
  • bâtiment similaire ont ainsi été révélés par les tranchées de diagnostic. Après abandon du projet routier, les recherches ont repris le statut de fouille programmée en 1993, et cette campagne a été essentiellement consacrée à la fouille en profondeur des fondations du bâtiment A. De
  • , les travaux en 1994 se sont déroulés en deux campagnes totalisant sept semaines de recherches de terrain. Ces travaux ont été consacrés à l'étude du bâtiment B et de son environnement d'une part, et à celle de l'extrémité ouest du bâtiment A, d'autre part. L'étude du bâtiment B
  • de 6000 m2 représentant environ le quart de la surface estimée et accessible du site. IH) Le bâtiment B: (fig. 4 et 5): Dès 1992, les tranchées de diagnostic mettaient au jour le pignon est de ce second bâtiment et de quatre trous de poteaux que nous avions interprétés comme le
  • secteur de l'entrée latérale sud, à titre d'hypothèse et en comparaison avec le bâtiment A (voir rapports 1992 et 1993). L'extension des décapages a largement confirmé cette hypothèse. Malgré l'arasement de la partie ouest et la destruction de la zone centrale par une carrière, le
  • tierces et le pignon est), soit 31 poteaux profondément fondés dans le rocher. De cet ensemble, 20 structures sont conservées et elles ont été fouillées par moitié en 1994. La largeur des tierces est de 8,50m et elles sont distantes l'une de l'autre de 9m à 11,50m. A l'instar du
  • A concerne la profondeur et la nature des parois externes. En A un fossé périphérique, large de 0,70m et profond de 0,80m fonde une paroi de bois continue, en rondins et planches épaisses, étayée régulièrement d'un poteau légèrement plus fort. En B, ces structures ne sont conservées qu'à
  • l'extrémité ouest en raison de leur faible profondeur dans le schiste. La profondeur maximum de 0,60m au pignon oriental décroit rapidement et régulièrement sur les façades latérales pour se réduire à un fond de structure ( 0,05 à 0,10m) à une quinzaine de mètres vers l'ouest. Le fossé
  • périphérique de A est ici remplacé par une succession de trous de poteaux de 0,40m à 0,60m de diamètre, distants l'un de l'autre de 0,50m en moyenne. Dans les parties les plus profondes ( pignon est et les dix premiers mètres de la façade sud), le fossé étroit résulte de l'élimination des
  • cloisons résiduelles entre les trous dont le contour est encore perceptible dans le profil et le plan sinueux du fossé. La présence de fragments d'argile crue avec traces de végétaux indique une paroi constituée de bois et terre. L'ensemble de ces structures orientales présentent une
RAP01309.pdf (PLÉCHÂTEL (35). la Hersonnais. habitat néolithique. rapport intermédiaire de fouille programmée 1994-1996)
  • Colloque interrégional sur le Néolithique. Poitiers. - Marolle C., 1984 - Le site d'habitat Michelsberg des "Hautes chanvières" à Mairy (Ardennes). Etat des recherches en 1983, note préliminaire, Préhistoire et Protohistoire en Champagne-Ardennes, 8, p. 31-55. - Pautreau J.-P., 1989
  • - Nederlandse Archeologische Rapporten n° 13. - Gallia Préhistoire, 1977 - Tome 20-2, p. 408. - Gallia Préhistoire, 1979 - Tome 22-2, p. 525-526. - Gallia Préhistoire, 1983 - Tome 26-2, p. 311. - Gautier M., 1984 - Prospection d'un terroir de plateau à Pléchâtel (Ille-et-Vilaine) de la
  • préhistoire à nos jours. Les dossiers du CeRAA, p. 209,230. - Gautier M. et Leroux G., 1990 - Les révélations archéologiques de la sécheresse en 1989 dans les pays de moyenne Vilaine. Fascicule de l'exposition le Passé vu du ciel en Haute-Bretagne. - Giot P.-R., L'Helgouac'h J. et
  • Monnier J.-L., 1979 - Préhistoire de la Bretagne. Ouest-France, Rennes. - Guilaine J. et Roudil J.-L., 1976 - Les civilisations néolithiques en Languedoc. La Préhistoire française, tome II, C.N.R.S., p. 267-277. - Joussaume R , 1981 - Le Néolithique de l'Aunis et du Poitou dans son
  • cadre atlantique. Ed. du Laboratoire d'Anthropologie et Préhistoire, Rennes. - Jumel G. 1988 - Peuplement antique et structures agraires dans la Vallée de la Moyenne Vilaine. Thèse, université de Rennes 2. - Krausz S. et Constantin C., 1995- Un site d'habitat de la culture d'Artenac
  • Néolithique final. Résultats préliminaires. Actes du colloque interrégional sur le Néolithique, Evreux 1993. Rev. archéol. Ouest, Supplément n°7,1995. - Vaquer J. et Claustre F., 1987 - Aspects de l'habitat rural en Lauragais de la Préhistoire à la fin du Moyen-Age. Castelnaudary, 1987
  • . - Verron G., 1976 - Les civilisations néolithiques en Normandie. La préhistoire française, tome 2, C.N.R.S., p. 387-401. - Villes A., 1986 - Deux implantations septentrionales de la civilisations d'Artenac Ligueil (Indre-et-Loire) et Fort-Harrouard II (Eure-et-Loire). Actes du Vème
  • SERVICE REGIONAL DE L'ARCHEOLOGIE DE BRETAGNE LA HERSONNAIS A PLECHATEL (ILLE-ET-VILAINE) Un vaste ensemble du Néolithique final Programme de fouille 1994-1996 Rapport intermédiaire 1995. Jean-Yves TINEVEZ avec la collaboration d'Eric NICOLAS, de Servane JOVIN et de Cécile
  • TALBO. Avec la participation du Conseil Général d'Dle-et-Vilaine et de la Commune de Pléchâtel. N° de site: 35 221 012 AP. Autorisation de fouille programmée n° 1204 SERVICE REGIONAL DE L'ARCHEOLOGIE DE BRETAGNE LA HERSONNAIS A PLECHATEL (ILLE-ET-VILAINE) Un vaste ensemble du
  • Néolithique final Programme de fouille 1994-1996 Rapport intermédiaire 1995. Jean-Yves TINEVEZ avec la collaboration d'Eric NICOLAS, de Servane JOVIN et de Cécile TALBO. Avec la participation du Conseil Général d'Ille-et-Vilaine et de la Commune de Pléchâtel. N° de site: 35 221 012 AP
  • des recherches: rappel: Le site est découvert par prospection aérienne en 1989 ( G. Leroux 1992): l'extrémité est d'un bâtiment à fossé périphérique et tierces de trous de poteaux se distingue très nettement dans la parcelle en culture immédiatement au sud du hameau de La
  • Hersonnais. Le plan apparaît tronqué par une vaste aire décapée lors des travaux de la voie express Rennes-Nantes, il y a une dizaine d'années. Sur cette aire ayant servi de stockage et fabrication de matériaux, après enlèvement de la terre végétale, les niveaux superficiels du substrat
  • schisteux ont été décapés sur une épaisseur variant de 0,20m à 0,40m. Des matériaux stabilisants, schiste et gravier, ont ensuite masqué le substrat. Un décapage supplémentaire est de ce fait nécessaire avant toute recherche de structure. En novembre 1991, trois sondages ponctuels sur
  • l'une des tierces dans la parcelle cultivée ont mis au jour des fosses de fondation atteignant près de deux mètres de profondeur dans le rocher et quelques artéfacts attribuables aux périodes récentes du Néolithique. Suite à ces résultats préliminaires positifs, une fouille
  • édifice de plus de 100m de long, quelques fosses d'un enclos contigu, le pignon d'un second bâtiment similaire ont ainsi été révélés par les tranchées de diagnostic. Après abandon du projet routier, les recherches ont repris le statut de fouille programmée en 1993, et cette campagne
  • violente lors d'un incendie. En 1994, première année d'un programme trisannuel 1994-1996, une campagne de sept semaines a été consacrée à l'étude du bâtiment B et de son environnement d'une part, et à celle de l'extrémité ouest du bâtiment A d'autre part. H) L'avancement des recherches
  • en 1995: (Fig. 4 et 5). Une augmentation très sensible des moyens sur le chapitre travaux a permis d'étendre notablement la surface décapée, en particulier dans la parcelle ZV143 encore cultivée au début des recherches en 1992. La technique utilisant le tractopelle à godet lisse
  • globalement 1,5 ha. Les recherches ont porté sur les secteurs suivants: - Du sud-ouest au nord-est du bâtiment A, la continuité de la palissade d'enclos est reconnue et un système d'entrée complexe est mis en évidence dans le prolongement du pignon est. - Au nord-est du bâtiment B, le
  • de cercle. m ) Ensemble A: nouvelles données: ( Fig. 6, 7,11 et 12). Dès 1992, une série de grandes fosses ovalaires sont reconnues à l'ouest du bâtiment A. Ces structures distantes, l'une de l'autre de 2 à 3 m, forment un large arc de cercle vers le nord. Au sud-ouest, cet
  • ensemble marque une rupture nette d'orientation pour se poursuivre vers l'est par un alignement de trous de poteaux plus réduits orienté parallèlement à la façade sud du bâtiment et à une distance de 8m de celle-ci. L'extension des décapages montre que cet alignement est continu, mais
RAP03410.pdf (VERN-SUR-SEICHE (35). ZAC des Hautes Perrières. Rapport de diagnostic)
  • permis de détecter plusieurs centaines de sites archéologiques appartenant à des périodes multiples allant de la Préhistoire au Moyen Age. Seulement 10 sites et/ou indices de site sont à ce jour recensés sur la commune de Vern-sur-Seiche (fig.5). Le plus récemment découvert à fait
  • . L’occupation la plus ancienne date de la protohistoire récente. Elle se traduit par la découverte d’un réseau fossoyé, de fosses et de trous de poteau. Le mobilier céramique recueilli au sein de cet ensemble est attribuable aux productions de la fin du deuxième âge du Fer (période
  • plaquettes de schistes altérées limon sablo-argileux gris clair avec des plaquettes de schistes altérées, rare CDB et TC limon sablo-argileux gris clair avec des plaquettes de schistes altérées moderne 0,50 partielle 1,70 Protohistoire 0,50 partielle 1,00 Protohistoire 0,50
  • Protohistoire 0,50 partielle partielle 12 12.7 fossé d’enclos Protohistoire 0,50 partielle 2,00 12 12.8 extrémité fossé Protohistoire 0,50 partielle 1,00 12 12.9 fossé d’enclos limon sablo-argileux gris clair avec des plaquettes de schistes altérées, CDB et TC
  • partielle 3,00 13 13.2 trou de poteau limon sablo-argileux gris avec des plaquettes de schistes altérées et rare TC Protohistoire 0,50 0,65 0,60 0,62 48 Inrap · RFO de diagnostic N° tranchée 13 N° Fait 13.4 Commune de Vern-sur-Seiche (35), ZAC des Hautes Perrières
  • Identification Observations Mobilier/ Datation Epaisseur des stériles trou de poteau limon sablo-argileux gris avec des plaquettes de schistes altérées et rare CDB Protohistoire 0,50 Protohistoire 0,50 Long. (m) Larg. (m) Diamètre (m) 0,40 13 13.5 trou de poteau limon sablo
  • -argileux gris avec des plaquettes de schistes altérées et rare TC 13 13.6 trou de poteau limon sablo-argileux gris avec des plaquettes de schistes altérées et rare TC, céramique Protohistoire 0,50 0,80 trou de poteau limon sablo-argileux gris avec des plaquettes de schistes
  • altérées et rare TC Protohistoire 0,50 0,40 trou de poteau limon sablo-argileux gris avec des plaquettes de schistes altérées et rare CDB Protohistoire 0,50 0,40 limon sablo-argileux gris avec des plaquettes de schistes altérées et rare TC Protohistoire 0,50 0,70 13 13
  • et rare TC et CDB limon sablo-argileux gris avec des plaquettes de schistes altérées et rare CDB Protohistoire 0,50 1,00 0,80 Protohistoire 0,50 partielle 1,70 1,00 Protohistoire 0,50 partielle 0,90 0,55 13.13 fosse indéterminée limon sablo-argileux gris avec des
  • plaquettes de schistes altérées et rare CDB Protohistoire 0,50 partielle 1,75 13.14 fosse indéterminée limon sablo-argileux gris avec des plaquettes de schistes
  • Sujets et thèmes Habitat rural, Structure agraire, Fossé parcellaire, Artisanat, Enclos, Fosse, Trou de poteau, Fosse d’extraction, Cave de plantation. Diagnostic archéologique La Tene, Temps modemes, Epoque contemporaine, Ere industrielle La présente intervention
  • archéologique réalisée sur la commune de Vern-sur-Seiche (Ille-et-Vilaine) résulte du projet d’une ZAC d’habitation qui se développera à terme sur une superficie de plus de près de 10 ha Cette opération a été effectuée par une équipe de deux archéologues de l’INRAP du 28/02/2017 au 10/03
  • curviligne supposé, implanté sur le versant sud d’un plateau et en limite nord de l’emprise du diagnostic. A l’intérieur de cette enceinte d’une surface d’environ 1250 m, a été identifié un nombre assez important de structures fossoyées (fosses d’ancrage de poteau essentiellement) pouvant
  • trahir la présence d’édifices en matériaux périssables (terre et bois). Des fosses de plans et de tailles diverses (fosses extractions, puits ?) et un réseau de fossé de petit gabarit complètent cet inventaire. Il est intéressant de constater que ce site archéologique n’est localisé
  • qu’à environ 350 m au nord d’une fouille réalisée en 2015. Cette opération à permis d’identifier un habitat aristocratique de type enclos multiples, occupé de la fin de l’âge du Fer et remanié en partie au début de l’époque gallo-romaine (Les Hauts de Gaudon, Yoann Escats, RFO en
  • cours de rédaction). Rapport final d’opération Chronologie Age du Fer, Vern-sur-Seiche, Ille-et-Vilaine ZAC des Hautes Perrières sous la direction de Laurent Aubry Inrap Grand-Ouest 37 rue du Bignon CS 67737, 35577 Cesson-Sévigné cedex Tél. 02 23 36 00 40, grand-ouest@inrap.fr
  • prescription 2016-372 modifiant l’arrêté 2016-229 Entité archéologique Nr Patriarche Code INSEE Vern-sur-Seiche, Ille-et-Vilaine Inrap Grand-Ouest 37, rue du Bignon, 35577 Cesson-Sévigné Tel. 02 23 36 00 40 Mai 2017 Sommaire 3 I Données administratives, techniques et scientifiques
  • – PRESENTATION DE L’OPERATION ARCHEOLOGIQUE 25 25 29 29 1.1 – Les raisons et les objectifs de l’intervention 1.2 – Cadre géographique et géologique de l’opération 1.3 – Contexte archéologique environnant 1.4 – Méthodologie et moyens mis en œuvre 31 2 – PRESENTATION DES DONNEES
  • fosses d’ancrages de poteau 2.1.1.6 Les structures fossoyées de grandes dimensions 2.2 – Etude du mobilier (Richard Delage) 41 Conclusion 43 III Inventaire 45 46 Inventaire du mobilier Inventaire des faits I. Données administratives, techniques et scientifiques I - Données
  • administratives, techniques et scientifiques 3 5 I. Données administratives, techniques et scientifiques Fiche signalétique Localisation Références de l’opération Organisme de rattachement Région Numéro de l’arrêté de prescription Inrap Grand-Ouest 37, rue du Bignon 35 577 Cesson
RAP03596 (GUIDEL (56). Contournement est. Rapport de diagnostic)
  • été sondés mécaniquement et environ 8 % de la surface accessible. De rares tessons relevant de la fin de la Préhistoire ancienne et de la Protohistoire récente sont disséminés tout au long de l’emprise dans les limons de recouvrements, évoquant la proximité d’occupations de ces
  • ou premier âge du Fer La Tène ou deuxième âge du Fer Mésolithique et Epipaléolithique Néolithique Néolithique ancien Néolithique moyen Néolithique récent Néolithique final/ Chalcolithique Protohistoire Age du Bronze Bronze ancien Bronze moyen Bronze récent Antiquité romaine
  • de terre cuite architecturale (tegulae) vus au décapage laissaient entrevoir la période antique, l’essentiel de ce mobilier céramique est attribuable à la fin de la préhistoire ou au début de la protohistoire ancienne, possiblement dans la « mouvance » Néolithique final - Bronze
  • du 17 juillet 1978, relative à l’amélioration des relations entre l’administration et le public. Aux termes de la circulaire du 26 mars 1993, prise pour application, ils pourront donc être consultés en respect des droits de propriété littéraire et artistique possédés par les
  • auteurs et des contraintes qui en résultent. Les prises de notes et les photocopies sont autorisées pour un usage exclusivement privé et non destiné à une utilisation collective (article L 122-5 du code de la propriété intellectuelle). Toute reproduction du texte, accompagnée ou non de
  • photographies, cartes ou schémas, n’est possible que dans le cadre du droit de courte citation, avec les références exactes et complètes du ou des auteur(s) et de l’ouvrage. Par ailleurs, l’exercice du droit à la communication exclut, pour ses bénéficiaires ou pour les tiers, la possibilité
  • du Morbihan Direction générale de l’éducation et de la culture Direction de la culture Service départemental d’archéologie Département du Morbihan. Photo : CD56 / Papier PEFC fabriqué à partir de pâtes provenant de forêts gérées de façon durable. 2018 GUIDEL ( Morbihan
  •  ) CONTOURNEMENT EST RAPPORT FINAL D’OPÉRATION / DIAGNOSTIC N° de prescription : 2016-242 CODE INSEE : GUIDEL 56078 Olivier AGOGUÉ Shannah BARBEAU Isabelle BRUNIE Avec la participation de : Astrid SUAUD-PRÉAULT Rapport : JUILLET 2018 Terrain : MARS ET JUILLET 2017 Direction de la culture
  • SUAUD-PREAULT Rapport : JUILLET 2018 Terrain : MARS et JUILLET 2017 Les rapports constituent des documents administratifs communicables au public, après remise au Service Régional de l’Archéologie, suivant les dispositions de la loi modifiée n° 78-753 du 17 juillet 1978, relative
  • à l’amélioration des relations entre l’administration et le public. Aux termes de la circulaire du 26 mars 1993, prise pour application, ils pourront donc être consultés en respect des droits de propriété littéraire et artistique possédés par les auteurs et des contraintes qui en
  • résultent. Les prises de notes et les photocopies sont autorisées pour un usage exclusivement privé et non destiné à une utilisation collective (article L 122-5 du code de la propriété intellectuelle). Toute reproduction du texte, accompagnée ou non de photographies, cartes ou schémas
  • , n’est possible que dans le cadre du droit de courte citation, avec les références exactes et complètes du ou des auteur(s) et de l’ouvrage. Par ailleurs, l’exercice du droit à la communication exclut, pour ses bénéficiaires ou pour les tiers, la possibilité de reproduire, de diffuser
  • ou d’utiliser à des fins commerciales les documents communiqués (loi n° 78-753 du 17 juillet 1978, art. 10). Le non-respect de ces règles constitue un délit de contrefaçon puni par l’article 425 du code pénal. SOMMAIRE SECTION I - DONNÉES ADMINISTRATIVES, SCIENTIFIQUES ET
  • ................................................................................................................. 16 1.2. Méthodologie et contraintes ............................................................................................................. 17 1.3. Contexte géographique, géologique et topographique .................................................................. 19 1.4
  • ..................................................................................................... 24 2.2. Le secteur 2 (tranchées 15 à 35 et tranchée 58) .............................................................................. 28 2.2.1. Stratigraphie
  • . Introduction et méthodologie ............................................................................................................ 59 3.2. Description des ensembles par tranchée ........................................................................................ 61 3.3. Bilan
  • ........................................................................................................ 99 DONNÉES ADMINISTRATIVES, SCIENTIFIQUES ET TECHNIQUES 1 2 Guidel (Morbihan) - Contournement Est - Diagnostic archéologique 2016-242 - Données administratives, scientifiques et techniques Fiche signalétique Identité du site Région : Bretagne Commune : Guidel Département
  • désignation N°: 2017-032 Responsable d’opération : Olivier Agogué Organisme de rattachement : Conseil départemental du Morbihan (direction de la culture/Service départemental d’archéologie du Morbihan) Maître d’ouvrage des travaux : Département du Morbihan Entreprise de terrassement : Ets
  • d’inventaires : 4 3 Guidel (Morbihan) - Contournement Est - Diagnostic archéologique 2016-242 - Données administratives, scientifiques et techniques Mots clés des thésaurus CHRONOLOGIE Paléolithique Paléolithique inférieur Paléolithique moyen Paléolithique supérieur Age du fer Hallstatt
  • (Gallo-romain) République romaine Empire romain Haut Empire (jusqu’en 284) Bas Empire (de 285 à 476) Époque médiévale Haut Moyen Age Moyen Âge central Bas Moyen Age Temps modernes Ère industrielle Époque contemporaine SUJETS ET THÈMES Édifice public Édifice religieux Édifice
Quimperlé. Stang an Aman : des indices d’occupation de l’âge du Bronze (QUIMPERLÉ (29). Stang an Aman : des indices d’occupation de l’âge du Bronze. Rapport de diagnostic)
  • ensemble sont peu nombreux et relativement disparates. Si certains tessons se rattachent à la Protohistoire ancienne, d’autres appartiennent à la période médiévale. 19.1 19.2 18.1 19.3 18.2 18.3 17.1 19.4 18.4 17.2 18.5 17.3 19.5 18.6 19 17.4 16.1 18 17.5 16.2 17.6 16.6
  • Mobilier Céramique, Lithique Le premier ensemble se trouve dans la partie nord-ouest de l’emprise. Il est constitué d’une quarantaine de trous de poteaux et/ou de fosses dont une partie pourrait constituer les fondations d’un bâtiment circulaire à deux couronnes de poteaux et
  • découverte à une vingtaine de mètres à l’est. Enfin, à une quarantaine de mètres plus à l’est, dans la tranchée 19, un vaste empierrement d’origine anthropique, associé à un niveau tourbeux a été mis au jour mais son attribution chronologique et sa nature n’ont pu être déterminées avec
  • Bronze ancien. Un trou de poteau situé à proximité a également livré un tesson de cette période. Ces indices, bien que ténus, tendent à montrer que la ou les occupations protohistoriques découvertes à l’ouest et au sud-ouest de l’emprise se prolongent à l’est, avec la mise en place
  • d’un possible parcellaire. Diagnostic archéologique Le diagnostic prescrit à Stang an Aman sur la commune de Quimperlé sur une surface de 83614m² a permis la découverte de trois ensembles de vestiges appartenant à l’âge du Bronze. Rapport final d’opération Sujets et thèmes
  • Sandra Sicard Vérane Brisotto Caroline Dulou Théophane Nicolas Inrap Grand Ouest 37 rue du Bignon CS 67737 35577 Cesson-Sévigné Novembre 2018 2 Inrap · Rapport de diagnostic Bretagne, Finistère, Quimperlé, Stang An Aman I. Données administratives, techniques et scientifiques
  • Sommaire Sommaire Données administratives, techniques et scientifiques 6 Fiche signalétique 7 Mots-clefs des thesaurus 8 Intervenants 10 Notice scientifique 10 Etat du site 11 Localisation de l’opération 13 Arrêté de prescription 17 Projet
  • d’intervention 19 Arrêté de désignation Résultats 25 1. Le cadre de l’opération 25 1.1 Circonstance de l’opération 25 1.2 Cadre géographique et topographique général 26 1.3 Contexte géologique 29 1.4 Contexte archéologique 31 1.5 Stratégie et méthodes mises en œuvre 33 2
  • Description générale des résultats 37 3 Description par ensemble 37 3.1 L’ensemble 1 37 3.1.1 La tranchée 2 et le probable bâtiment circulaire 40 3.1.2 La tranchée 3 40 3.1.3 La tranchée 4 42 3.2 L’ensemble 2  43 3.2.1 La tranchée 16 et une possible tombe 46 3.2.2 La tranchée 17
  • l’ensemble 2 53 3.3 L’ensemble 3 : des indices plus ténus d’occupation protohistorique 53 3.3.1 Description générale 53 3.3.2 Des tronçons de fossés protohistoriques dans les tranchées 12, 13 et 14 54 3.3.3 Les trous de poteaux de la tranchée 14 54 3.4 Une structure empierrée
  • macro-outillage 59 5. 62 Conclusion Bibliographie 64 Table des illustrations Inventaires 66 Inventaire des faits 72 Inventaire du mobilier céramique 74 Inventaire du mobilier lithique I. Données administratives, techniques et scientifiques 5 I. Données
  • administratives, techniques et scientifiques Conditions d’utilisation des documents Les rapports d’opération archéologique (diagnostic, fouille, document final de synthèse, sondage, sauvetage…) sont des documents administratifs communicables au public, en application de la loi n° 78-753 du
  • 17 juillet 1978 modifiée et portant diverses mesures d’amélioration des relations entre l’administration et le public. L'accès à ces documents administratifs s’exerce auprès des administrations qui les ont élaborés ou qui les détiennent, au choix du demandeur et dans la limite de
  • leurs conditions d’accueil. La mise en ligne des rapports par le SRA Bretagne a pour objectif de faciliter cette consultation. La consultation et l’utilisation de ces rapports s’effectuent dans le respect des dispositions du code de la propriété intellectuelle relatives aux droits
  • des auteurs. Notamment en application de l'article L.122-5 du code de la propriété intellectuelle, cela implique que : 1) les prises de notes et les copies ou autres formes de reproduction sont autorisées dans la mesure où elles sont strictement réservées à l’usage privé du copiste
  • et non destinées à une utilisation collective; 2) toute reproduction du texte, accompagnée ou non de photographies, cartes ou schémas, n’est possible que dans le cadre de courtes citations qui doivent être justifiées, par exemple par le caractère scientifique de l’œuvre à laquelle
  • elles sont incorporées, et sous réserve de l’indication claire du nom de l’auteur et de la source (références exactes et complètes de l’auteur, de son organisme d’appartenance et du rapport); 3) la représentation ou la reproduction d’extraits est possible à des fins exclusives
  • d’illustration dans le cadre de l’enseignement et de la recherche, dès lors que le public auquel elle est destinée est majoritairement composé d'élèves, d'étudiants, d’enseignants ou de chercheurs directement concernés, et que son utilisation ne donne lieu à aucune exploitation commerciale
  • . Le non-respect de ces règles constitue le délit de contrefaçon prévu et sanctionné par les articles L.335-2, L.335-3 et suivants du code de la propriété intellectuelle. Renseignement : DRAC Bretagne : http://www.culture.gouv.fr/Regions/Drac-Bretagne Service Régional de
  • législations sur le patrimoine et l’environnement Bretagne Département Finistère Commune Quimperlé Proprietaire du terrain Mme Edmée Krieg épouse Delambre Références de l’opération Adresse ou lieu-dit Stang An Aman — Codes code INSEE 29 233 Numéro de dossier Patriarche — Numéro de
RAP00991.pdf (PLEUMELEUC (35). ZAC de l'Orme". dfs de diagnostic.)
  • A C de l ' O r m e t r a n c h e s 2 et 3 MOTS CLÉS DES THESAURUS Chronologie : Paléolithique inférieur moyen supérieur Mésolithique et Épipaléolithique Néolithique ancien moyen récent ^ Chalcolithique | Protohistoire | Âge du Bronze Antiquité romaine (gallo-romain) République
  • sites ont alors été découverts, datés de la Protohistoire, de l'Antiquité et du Haut-Moyen-Age. Les deuxième et troisième tranches, qui se développent au Nord, en contact avec la première tranche, ont concerné une surface de 143 000 m2 (figure 3). En accord avec l'aménageur et le
  • s'étend sur 15.000 m2. Il est constitué de fossés, orientés SO/NE et NO/SE. Ces structures, qui ont livré un mobilier céramique peu abondant et très fragmenté, ont été datées de la Protohistoire au sens large, et interprétées comme du parcellaire ancien. 7 Le deuxième site, daté de
  • parcelles cadastrales ZD 82 et ZD 83. Dans ce secteur, plusieurs autres structures ont livré du mobilier céramique attribué à la Protohistoire, particulièrement celles situées dans la tranchée 44, mais il n'a pas été possible de les rattacher clairement à l'occupation du Bronze moyen
  • un lit de galets de quartz thermofractés inclus dans une matrice limoneuse noir à orange, hétérogène et compact. Ce niveau, très charbonneux, a également livré de la terre cuite et de la céramique. Cette dernière est datée de la Protohistoire ; elle n'a pas livrée d'éléments
  • fouille de la moitié est de la structure. Ce tesson a été rattaché à la protohistoire, sans plus de précision. La fosse 6.9 (figure 23) Cette fosse, de forme indéterminée, a été découverte lors du creusement du sondage des fossés 6.1 et 6.2. Elle s'étend sur une surface d'au moins 6
  • . Plusieurs fossés ont livré dans leur comblement de la céramique attribuée à la Protohistoire. Si on élimine les fossés qui ont également livré de la céramique d'époque historique et ceux que l'on retrouve sur le cadastre napoléonien, on peut émettre l'hypothèse que les fossés 1.1, 5.14
  • Inrap .> / Mh I institut national de recherches archéologiques préventives ' ^A 7 n •
  • la collaboration de Théophane Nicolas Françoise Labaune-Jean Myriam Tessier Vérane Brisotto Inrap Grand-Ouest Décembre 2010 oo 33>\ SOMMAIRE FICHE SIGNALETIQUE 3 LISTE DES INTERVENANTS ET MOYENS MIS EN ŒUVRE 4 NOTICE SCIENTIFIQUE 5 TABLEAU RECAPITULATIF DES RESULTATS
  • 6 PIECES COMPLEMENTAIRES I. INTRODUCTION 7 1.1. Circonstances de l'intervention 7 1.2. Contexte géographique et archéologique 7 1.3. Stratégie et méthodes mises en œuvre 9 II. L'OCCUPATION ARCHEOLOGIQUE 11.1. Une occupation du Bronze moyen 11 13 II. 1.1 Présentation
  • générale 13 II. 1.2 Une tombe à incinération du Bronze moyen (M. Texier) 14 II. 1.2.a - contexte de l'urne 15 II.1.2.b-le défunt 15 n.l.2.b - caractérisation du dépôt cinéraire et éléments de comparaison 16 11.2. Une occupation de la transition âge du Bronze / âge du Fer 18
  • . Des indices ténus d'occupation humaine de la Tène à l'époque moderne 11.5. Synthèse sur les mobiliers 1 22 23 24 II.5.1 le mobilier céramique (T. Nicolas et F. Labaune-Jean) 24 II.5.1.a - corpus et contexte 24 II.5.1.b - des indices de plusieurs occupations de l'âge du
  • Bronze 24 II.5.1.C - des indices d'une occupation mérovingienne 25 II.5.1 le macro-outillage ( V . Brisotto) 26 II.6. Synthèse et comparaisons pour les occupations protohistoriques 26 III. CONCLUSION 29 BIBLIOGRAPHIE 31 TABLE DES ILLUSTRATIONS 33 LES INVENTAIRES 35
  • inventaire des structures archéologiques inventaire des minutes de terrain inventaire technique et systématique du mobilier archéologique 37 50 52 inventaire du mobilier lithique 54 inventaire du mobilier métallique 55 inventaire du mobilier céramique 56 ANNEXES 60 2 FICHE
  • SIGNALÉTIQUE Localisation de l'opération Région : Bretagne Département : Ille-et-Vilaine Commune : Pleumeleuc Code INSEE : 35227 Cadastre année : (Pleumeleuc, 2010, section A, parcelle, lieu-dit). Section A : parcelle 1232 ; Section ZD : parcelles 2, 82, 83, 84, 85, 90, 106, 107, 108
  • : 42 Nombre de pages : 61 Lieu de dépôt temporaire du matériel archéologique : Base de Cesson-Sévigné 3 INTERVENANTS ET MOYENS MIS EN ŒUVRE Intervenants scientifiques : SRA : INRAP : Anne Villard Stéphane Bourne Michel Bailleux Conservateur en charge du dossier Responsable
  • scientifique Adjoint scientifique et technique Intervenants administratifs : DRAC de, SRA : INRAP interrégion Stéphane Deschamps. Gilbert Aguesse Conservateur régional de l'archéologie Directeur interrégional Aménageur : Nexity Foncier Conseil Financement : redevance Organigramme de
  • . Bourne T. Nicolas et F. Labaune-Jean M. Texier V. Brisotto Intervenants techniques : Terrassement mécanique 1 pelle de 201. avec godet de curage de 3m, société Beaussire 4 NOTICE SCIENTIFIQUE Le diagnostic archéologique de la ZAC de l'Orme à Pleumeleuc (Ille et Vilaine
  • ) a permis la découverte de plusieurs traces d'occupations humaines dont les premères datent de l'époque du Bronze ancien et les dernières du 2e âge du Fer. Les éléments les plus anciens sont peu nombreux. Seuls quelques tessons trouvés en position secondaire attestent en effet d'une
  • contenait étaient suffisamment bien conservés pour permettre une étude anthropologique. Une seconde phase d'occupation date de la transition entre l'âge du Bronze et l'âge du Fer. Une structure fossoyée circulaire, probablement à vocation funéraire, a été reconnue en association à des
RAP02965.pdf (QUIMPER (29). ZAC de Kerlic-tranche 2 : découverte de vestiges protohistoriques anciens et gallo-romains, à quimper dans le Finistère. rapport de diagnostic)
  • QUIMPER (29). ZAC de Kerlic-tranche 2 : découverte de vestiges protohistoriques anciens et gallo-romains, à quimper dans le Finistère. rapport de diagnostic
  • soubassement). Diagnostic archéologique Chronologie Préhistoire, Néolithique, Protohistoire, âge du Bronze, âge du Fer, Antiquité gallo-romaine, Moyen âge Rapport final d’opération Découverte de vestiges protohistoriques anciens et gallo-romains, à Quimper dans le Finistère Finistère
  • février 2014. Ce rapport concerne essentiellement cette seconde intervention. Le diagnostic a permis de mettre au jour de nombreuses structures, en l’occurrence de nombreuses traces d’occupation, liées à la Protohistoire ancienne, à la Protohistoire et à l’époque gallo‑romaine
  • inférieur moyen supérieur Mésolithique et Épipaléolithique Néolithique inférieur moyen supérieur Chalcolithique Protohistoire âge du Bronze (?) ancien moyen récent âge du Fer Hallstatt (premier âge du Fer) La Tène (second âge du Fer) Antiquité romaine (gallo- romain) République
  • éléments d'architecture ou d'outillage en pierre et d'une soixantaine de débris de tuiles. L'ensemble couvre une large fourchette chronologique allant de la Protohistoire ancienne à l'époque moderne, avec cependant une majorité des éléments datant de l'époque gallo-romaine. Ce mobilier
  • elles (fig.08 et 28), nous permettent de restituer trois grandes phases d’occupations du site : La protohistoire ancienne, la protohistoire récente et l’époque galloromaine. Quelques structures très récentes ont également été relevées sur une grande partie de l’emprise archéologique
  • densité de grains de quartz anguleux. Figure n°12 : Petit galet plat dont la tranche présente des traces de percussion, prélevé en surface du trou de poteau 15. Les surfaces des tessons sont érodées et rongées. Ce type de production évoque davantage la Protohistoire que l'Antiquité
  • habitée (fig.30). Cependant, son fond est plat comparativement au fossé 23, et il est très proche de certains trous de poteaux attribués à la protohistoire ancienne. Les concentrations de trous de poteaux. Parmi les concentrations de trous de poteaux relevées dans ce secteur, aucune
  • date de la Protohistoire, probablement de l'âge du Bronze par analogie avec des vases quimpérois de Penancreac'h12, Le Corniguel 13ou Park-Olier 14. Il est considéré résiduel. 11 Le Bihan (J.P).et (Robic J.Y)., 1991.- Commune de Quimper, Cuzon et Kerogan, Diagnostics d'évaluation
  • d’occupation liées à la protohistoire ancienne, à la protohistoire récente et à l’époque galloromaine. Cette tranche n°2 du diagnostic a été menée sur deux secteurs séparés d’une zone humide : zone n°1 au nord et zone n°2 au sud. L’occupation protohistorique ancienne, ou plus précisément
  • Sujets et thèmes Site d’habitat, parcellaire, fosses, trous de poteaux, bâtiment Mobilier Céramique, lithique Le diagnostic archéologique mené au lieu-dit Kerlic, au N-E de Quimper, a nécessité deux interventions. La première tranche a eut lieu en février 2013 et la seconde en
  • . L’occupation protohistorique ancienne, ou plus précisément entre le Néolithique final et l’âge du Bronze, est matérialisée par plusieurs concentrations de trous de poteaux. Celles-ci semblent fonctionner avec un ou deux fossés. Nous ne pouvons définir dans le simple cadre du diagnostic
  • , datée entre la seconde moitié du ier et le iie siècle de notre ère, est matérialisée par la partie sud d’un grand enclos fossoyé angulaire. Cet enclos d’habitat comporte plusieurs constructions, essentiellement sur poteaux, mais également une construction empierrée (possible cave ou
  • , Quimper, ZAC de Kerlic-Tranche n° 2 Découverte de vestiges protohistoriques anciens et gallo-romains, à Quimper dans le Finistère sous la direction de Eddie ROY Cette zone d’habitat semble associé à un vaste parcellaire orthonormé, en partie taluté, se développant sur quasiment
  • toute l’emprise des futurs travaux d’aménagement et à une possible voirie longeant l’enclos. Comme expliqué dans le précèdent rapport, cette installation est peut-être liée au développement et à l’intensification de l’exploitation des sols durant les premiers siècles de notre ère
  • Sévigné Mai 2014 Quimper (29), «Z.A.C. de Kerlic tranche n°2 » ______________________________________ Sommaire. Mai 2014 Pages Données administratives, techniques et scientifiques 3 Fiche signalétique. Mots-clefs des thesaurus. Intervenant. Arrêté de prescription contenant le
  • cahier des charges. Localisation de l’opération 4 5 6 7 11 Résultats 12 1 – Introduction. 14 1.1 - Cadre géographique et géologique (superficiel). 17 1.2 – Méthodologie. 17 2 – Les vestiges archéologiques. 2.1 - Les vestiges archéologiques de la Zone n°1 2.1.1 – Les
  • 42 2.2.3 – L’angle d’un enclos partitionné carolingien. 48 2.2.4 – Des traces de parcellaire du bas moyen âge ou de l’époque Moderne. 49 2.2.5 – Les fossés de parcellaire récents. 50 2.3 - Etude des fragments de céramiques. 53 3 - Conclusion et notice synthétique. 54
  • Quimper. Adresse ou lieu-dit « Kerlic ». Codes Code INSEE ______________________________________ Communauté de communes Quimper communauté Hôtel de Ville Aggomération, BP.1759 29107 Quimper cedex. Mai 2014 Post-fouille Du 27/03/2014 au 04/04/2014 et du 05/05/2014 au 16/05/2014
  • Numéro de l’arrêté de désignation Non communiqué Non communiqué Numéro de dossier Patriarche Maître d’ouvrage des travaux Non communiqué. d’aménagement Quimper communauté. Numéro de l’entité archéologique Non référencé. Nature de l’aménagement Coordonnées géographiques et
  • Construction d’une Zone d’Aménagement Concerté altimétriques selon le système national de référence x : 117,300 Opérateur d’archéologie y : 722,600 z : entre 39 et 51 m. Références cadastrales Commune Quimper. Année 2013. Section ZL, Parcelles(s) : Inrap Grand-Ouest Responsable
RAP03749 (PLOUEGAT-MOYSAN (29). 11 rue de Bellevue. Rapport de diagnostic)
  • « Anthropologie, Préhistoire, Protohistoire et Quaternaire armoricains », université de Rennes 1», 2 vol., 212 p. et 57 pl. Lecornec 1994 Lecornec (J.) - Le Petit Mont, Arzon, Morbihan, Documents archéologiques de l'Ouest, RAO, Rennes, 110 p. Letterlé et al. 1991 Letterlé (F.) avec la
  • poteau, et de chemins creux ont été mis en évidence. Au regard de la surface diagnostiquée, assez peu de mobilier céramique a été mis au jour, malgré cette indigence plusieurs périodes ont pu être déterminées : Néolithique moyen et Protohistoire. La fréquentation de l’emprise au
  • mobilier exhumé daté du Néolithique témoigne véritablement de la fréquentation de la zone à cette période. Les structures fossoyées concernées suivent une orientation divergente de celles datées de la protohistoire et l’emprise peu large n’offre pas une fenêtre d’observation suffisante
  • envisageable que le chemin 1.1 s’appuie sur le chemin 2.6. Enfin le fossé 1.5, qui recoupe le chemin creux 1.1, témoigne d’une seconde phase d’aménagement de la zone durant la protohistoire. Enfin, deux fossés orientés N/S et probablement relativement récents sont localisés dans la partie
  • NE de l’emprise, et de la voie reliant Morlaix à Saint-Brieuc, à 130 m au N de cette dernière. Cette opération s’est avérée positive. En effet, des éléments parcellaires et deux chemins creux datés de la protohistoire ont été mis en évidence. Néanmoins l’exiguïté de l’emprise ne
  • d’occupation : le Néolithique et la Protohistoire (Fig. 16). Cette dernière datation permet d’envisager la contemporanéité de tout ou partie des structures archéologiques découvertes, avec le souterrain répertorié en 1960, au NE de l’emprise. Huit segments de fossés ont été mis en évidence
  • occupation protohistorique Arène 168.63 m NGF 1 - Limon brun foncé, quelques blocs de granite 2.2.1 Le parcellaire 0 Trois fossés ont livré du mobilier daté largement de la protohistoire : F 1.5, F 4.1 et F 4.3 (Fig. 16). 2m Fig. 19 - Coupe du fossé 4.1(échelle 1/40e). ©J
  • foncé, mêlé de quelques petits blocs de granite et de quartz. Un tesson de céramique daté largement de la protohistoire a été mis au jour, lors du sondage de la structure. Fig. 20 - Vue de la coupe sud du fossé 4.1©V. Chaigne Le fossé 4.1/4.3 correspond à une unique structure
  • cuvette à fond relativement plat, comblé de limon sableux brun-gris, mêlé de petits blocs de granite bleu et beige et contenant un tesson de céramique daté largement de la protohistoire. Le creusement de ce chemin creux s’ouvre sous l’interface Hi 1. Au regard de l’orientation que
  • sableux brun à brun-gris, mêlé de très nombreux blocs de granite bleu et beige de moyen et gros modules et de nombreux tessons de céramique datés largement de la protohistoire (Us 1). Cette couche et l’interface Hi 1 étant similaire, la limite de l’us 1 vers l’ouest est diffuse . Seul
  • de la tranchée 1 (Fig. 27). Il mesure 2.90 m de large au minimum. Son comblement sommital est constitué de limon brun foncé mêlé de blocs de granite de petit et moyen module et de quelques tessons : deux tessons datés de la protohistoire et deux de céramique vernissée, ces
  • de se référer à l’inventaire des structures par tranchée. Au regard de la surface diagnostiquée, assez peu de mobilier céramique a été mis au jour, malgré cette indigence plusieurs périodes ont pu être déterminées : Néolithique moyen et Protohistoire. La fréquentation de l’emprise
  • , seul le mobilier exhumé daté du Néolithique témoigne véritablement de la fréquentation de la zone à cette période. Les structures fossoyées concernées suivent une orientation divergente de celles datées de la protohistoire et l’emprise peu large n’offre pas une fenêtre d’observation
  • envisageable que le chemin 1.1 s’appuie sur le chemin 2.6. Enfin le fossé 1.5, qui recoupe le chemin creux 1.1, témoigne d’une seconde phase d’aménagement de la zone durant la protohistoire. Enfin, deux fossés orientés N/S et probablement relativement récents sont localisés dans la partie
  • ), Bulletin de la Société préhistorique française. Études et travaux, t.73, n° 1, p. 370-397. Le Roux 1975 Le Roux (C.-T.)- Bretagne, Gallia préhistoire, t. 18, fasc. 2, p. 511-539 Pailler 2016 Pailler (Y.) - Un dépôt en fosse du Néolithique moyen 2 et une occupation de l'âge du Bronze
  • Sujets et thèmes Parcellaire, chemins creux, trou de poteau et fosses Mobilier Céramique, lithique Inrap Grand-Ouest  37 rue du Bignon CS67737 35577 Cesson-Sévigné Tél. 02 23 36 00 40 www.inrap.fr Cette opération de diagnostic couvrant une surface de 5 771 m² fait suite à une
  • prescription des services de l’état motivée par la proximité d’un souterrain de l’âge du Fer et de la voie de l’âge du Fer reliant Morlaix à Saint-Brieuc. L’emprise est située idéalement sur un versant exposé au sud. Des vestiges diachroniques composés de fosses, de fossés, d’un trou de
  • Néolithique moyen est sujet à discussion. L’une des structures fossoyées ayant livré du mobilier de cette période semblait sur le terrain recouper un autre fossé qui lui contenait un tesson daté de la protohistoire. Il semble donc que si cette chronologie relative s’avère juste, seul le
  • pour les interpréter et les dater. La période protohistorique est quant à elle représentée par des structures fossoyées et des chemins creux. Le fossé 4.1/4.3 semble délimiter une parcelle qui se développerait dans la partie ouest de l’emprise. Les chemins creux 1.1 et 2.6/3.4
  • , orientés respectivement NO/SE et NE/SO, pourraient en extrapolant desservir la voie Morlaix/Saint-Brieuc pour le premier, et l’exploitation agricole associée au souterrain, découvert au NE de l’emprise, pour le second. Dans cette logique, si ces deux chemins sont contemporains, il est
RAP03548 (DINEAULT, PLOMODIERN, ROSNOEN (29). Prospection diachronique Basse vallée de l'Aulne. Rapport de PD 2017)
  • début des 17 années 2000 . L’enquête de Jean Mornand sur Préhistoire et protohistoire en Presqu’île de Crozon, publiée entre 2002 et 2005, constitue un inventaire précieux pour les mégalithes. Ces différents 13 J.-M. BACHELOT
  • , peuplement et territoires en Berry de la Préhistoire à nos jours, Presses universitaires François Rabelais, Tours, 2010, 232 p., V. CARPENTIER, C. MARCIGNY (dir.), Des hommes et des champs. Pour une archéologie des espaces ruraux du Néolithique au Moyen Âge, Presses universitaires de
  • ressources. 1 8 2. Méthodologie adoptée et résultats Il a été souligné plus haut les connaissances très limitées que l’on avait - au début du lancement de cette étude - sur l’occupation du sol de cette zone, entre la Préhistoire et l’époque Moderne, et le vide documentaire
  • campagnes 1994, 1995, 1996, 1997, SRA Bretagne, Rennes, 1994-1997. 17 G. MARCHAND, Les sites mésolithiques en Finistère : chronologie et stratigraphie, Rapports de prospection thématique, SRA Bretagne, Rennes, 2001, 2002, 2003. 14 20 travaux expliquent que la Préhistoire apparait
  • métalliques dans le paysage rituel de l’âge du Bronze : l’exemple du Centre-Ouest de la Bretagne et du Finistère littoral (2008) est un document de travail précieux pour la Protohistoire. En outre, ces données sont en train d’être complétées dans le cadre du PCR « Âge du Bronze » dirigé
  • cultuelles ? Fig. 8 : « Dépôts de fondeurs » du Bronze Final signalés dans la zone d’étude. Haches à talon et anneau latéral trouvées dans le dépôt de Kergoustance en Plomodiern (Musée de la Préhistoire finistérienne de Penmarc'h). Épées (n°50 à 52) et poignards (n°53, 54) découverts
  • Préhistoire au IX s. ap. J.-C. À partir de cette date, entre en jeu la documentation écrite et planimétrique qui fournit un éclairage complémentaire sur les modalités et les étapes du développement du tissu de peuplement. 26 Sources planimétriques Les sources planimétriques sont
  • Prospection-Inventaire Rapport annuel - Année 2017 Prospection diachronique Basse vallée de l’Aulne Département du FINISTÈRE Communes de Dinéault, Plomodiern et Rosnoën Arrêté d’autorisation : SRA n° 2017-121 valable du 18/04/2017 au 15/12/2017 Cristina Gandini Mars 2018
  • – SRA Bretagne, Rennes 1 2 Sommaire Remerciements 5 Données administratives 7 Arrêté d’autorisation 8 1. Problématiques et cadre géographique de l’étude : pourquoi cet espace ? 11 1.1 Combler un vide documentaire 1.2 Étudier l’histoire
  • d’une micro-région dans la longue durée 11 15 2. Méthodologie adoptée et résultats 19 2.1 L’enquête documentaire 19 2.1.1 Recherches bibliographiques 2.1.2 Sources textuelles, planimétriques et iconographiques Sources planimétriques Toponymie Sources textuelles et
  • 32 38 39 40 40 3. Diffusion et valorisation de la recherche 42 4. Conclusion 43 Bibliographie 44 Table des figures 48 Annexes 50 3 4 Remerciements Outre les remerciements chaleureux adressés aux administrations qui ont apporté leur support financier
  • . Thierry Lorho, responsable des SIG, M. Jean-Charles Arramond, responsable du Finistère, M. Philippe Ballu, service budgétaire et comptable et Mme Louise Leroy-Costes, secrétaire. Je tiens à remercier le Conseil Départemental du Finistère pour avoir co-financé ce programme de recherche
  • . Je tiens à remercier le Centre de Recherche Bretonne et Celtique pour le suivi et la gestion administrative de ce dossier, et plus particulièrement, M. Ronan Calvez, son directeur, M. Philippe Lagadec, Mme Hélène Gombert et Mme Claude Roy. Merci à tous les quatre pour leur grande
  • disponibilité. Je remercie chaleureusement M. Nicolas Bernard, le directeur du pôle universitaire Pierre-Jakez Hélias de Quimper et M. David Lesvenan, responsable administratif du pôle, pour avoir mis à disposition, dans les locaux de l’université, une salle pour stocker et étudier le
  • mobilier archéologique. Je tiens à saluer la motivation, la patience et la bonne humeur des prospecteurs. - L2 Histoire de l’art et archéologie, UBOQuimper : Lilian Bourdin Pol-Dominique Corre Aurélie Leclerc - L3 Histoire de l’art et archéologie, UBOQuimper : Carolane Courjal Manon
  • Kermorvant Marjorie Lampe Margot Morel-Bojovoski Gabriel Rousseau - M2 Mondes anciens et médiévaux, UBOBrest : Maël Lopes-Le Flohic - M1 Management du spectacle vivant, UBO-Brest : Chloé Léon - M2 archéologie, Rennes 2 : Marion Courcoux - Doctorant en Histoire de l’art moderne, Paris 4
  • : Yvon Plouzennec - Service archéologique départemental du Faou : Elodie Guézennec - Maîtres de conférences en art médiéval, UBO : Arnaud Ybert - Autre bénévole : Jean-Christophe Héricher Ainsi que Hugo Segalen (L1 Histoire de l’art et archéologie UBO-Quimper), pour son coup de main
  • efficace pour le lavage du mobilier. - Master EGEL, IUEM, UBO-Brest : Charlie Mairel Qu’ils soient tous ici vivement remerciés ! 5 Je tiens à remercier les propriétaires et exploitants de la commune de Plomodiern, en particulier M. Brelivet, la famille Fertil, M. Gourmelin, Mme
  • Jacq, M. Le Bris, Mme Moisan et M. Hascoët pour leur accueil. Je remercie M. Yvan Pailler, responsable d’opération archéologique à l’INRAP, pour son regard d’expert concernant le mobilier lithique. 6 Données administratives Département : Finistère Communes : Dinéault
  • diachronique a bénéficié d’une subvention du Ministère de la Culture (1500 € TTC) et du Conseil Départemental du Finistère (1500 € TTC), soit un montant total de 3000 € TTC. Lieu de dépôt du mobilier archéologique et de la documentation : Pour étude : Pôle universitaire Pierre-Jakez Hélias
RAP01453.pdf (PLÉCHÂTEL (35). la Hersonnais. un vaste ensemble du néolithique final. rapport intermédiaire de fouille programmée 1997-1999)
  • des "Hautes chanvières" à Mairy (Ardennes). Etat des recherches en 1983, note préliminaire, Préhistoire et Protohistoire en Champagne-Ardennes, 8, p. 31-55. - Pautreau J.-P., 1989 - Pérennité d'un sanctuaire : La Croix-Verte à Antran. Le Temps de la Préhistoire, tome 1, Société
  • J., 1976 - Les civilisations néolithiques en Provence. La Préhistoire française. Tome n, C.N.R.S., p. 255-256. - Dournes J., 1992 - Chronique de la forêt hallucinée. Terre Sauvage n° 63. - Dousset R. et Taillemite E., 1976 - Le Grand Livre du Pacifique. Edita Lazarus, Lausanne
  • Préhistoire, 1979 - Tome 22-2, p. 525-526. - Gallia Préhistoire, 1983 - Tome 26-2, p. 311. - Gautier M., 1984 - Prospection d'un terroir de plateau à Pléchâtel (Ille-et-Vilaine) de la préhistoire à nos jours. Les dossiers du CeRAA, p. 209, 230. - Gautier M. et Leroux G., 1990 - Les
  • révélations archéologiques de la sécheresse en 1989 dans les pays de moyenne Vilaine. Fascicule de l'exposition le Passé vu du ciel en Haute-Bretagne. - Giot P.-R., L'Helgouac'h J. et Monnier J.-L., 1979 - Préhistoire de la Bretagne. Ouest-France, Rennes. - Guilaine J. et Roudil J.-L
  • ., 1976 - Les civilisations néolithiques en Languedoc. La Préhistoire française, tome II, C.N.R.S., p. 267-277. - Joussaume R , 1981 - Le Néolithique de l'Aunis et du Poitou dans son cadre atlantique. Ed. du Laboratoire d'Anthropologie et Préhistoire, Rennes. - Jumel G. 1988
  • , archéol. Ouest, Supplément n°7,1995. - Vaquer J. et Claustre F., 1987 - Aspects de l'habitat rural en Lauragais de la Préhistoire à la fin du Moyen-Age. Castelnaudary, 1987. - Verron G . , 1976 - Les civilisations néolithiques en Normandie. La préhistoire française, tome 2, C.N.R.S., p
  • U.M.R. 6566: " Civilisations atlantiques et archéosciences" La Hersonnais à PLECHATEL ( Ille-et Vilaine). Un vaste ensemble du Néolithique final Programme de recherches 1997-1999, Rapport intermédiaire 1997. Jean-Yves I INE V EZ avec la collaboration d'Eric NICOLAS, d'Aurélia
  • BECXJWE et de Bertrand FRANCQUEVILLE Avec la participation du Conseil Général d'Ille-et-Vilaine. N° de site : 35 221 012 AP Autorisation de fouille programmée n° 1204 - 7 Ï 5 - 3 U.M.R. 6566: " Civilisations atlantiques et archéosciences". La Hersonnais à PLECHATEL ( Dle-et Vilaine
  • ). Un vaste ensemble du Néolithique final Programme de recherches 1997-1999. Rapport intermédiaire 1997. Jean-Yves TINEVEZ avec la collaboration d'Eric NICOLAS, d'Aurélia BECUWE et de Bertrand FRANCQUEVILLE. Avec la participation du Conseil Général d'DIe-et-Vilaine. N° de site: 35
  • 221 012 AP. Autorisation de fouille programmée n° 1204. SOMMAIRE Introduction. I) Terrassements complémentaires. II) Résultats principaux. II) 1- L'ensemble A. II) 2- Les ensembles B et D au sud de l'emprise. II) 3- L'ensemble C. III) Analyses complémentaires. IV) Conclusions et
  • de la partie centrale et la partie sud. Sur la bande ouest située le long du talus routier et inachevée en 1996, le décapage s'est révélé particulièrement difficile en raison du recouvrement du substrat, sur une épaisseur pouvant atteindre 0,50 m, par une couche de schiste très
  • damé, résultant de l'écrêtement du rocher pendant les travaux routiers. Lors des décapages précédents dans ce secteur, nous avions confondu ce revêtement avec le substrat en raison d'un aspect très proche et d'une résistance égale. L'achèvement du dégagement vers la limite ouest
  • a permis de compléter le tracé de l'enclos de l'ensemble C, aux angles sud-ouest et nord-ouest, malgré un très fort arasement des structures de fondation. Hormis ces compléments, aucune autre structure n'apparaît dans ce secteur. Le complément de surface étudiée atteint environ 2500 m2
  • structure archéologique supplémentaire n'a été repérée. Cependant, quelques contrôles complémentaires dans le courant de l'hiver et du printemps prochains ne seront pas superflus, en fonction des variations d'humidité et de lessivage du sol. b) Des recherches plus ponctuelles ont pu être
  • menées en trois secteurs plus difficiles d'accès grâce à l'aimable autorisation des propriétaires. Ces trois sondages concernent l'extrémité nord du site et permettent de compléter le plan de l'ensemble A. - A l'extrémité ouest du hameau de La Hersonnais, le décapage de la banquette
  • de la voie communale et le nettoyage de ses fossés ont mis au jour le prolongement de l'édifice accolé à l'entrée nord-ouest du bâtiment A. La surface étudiée est d'environ 60 m2 (fig. 4, sondage 1). - Deux sondages plus vastes ont été réalisés dans deux parcelles dans le hameau
  • (fig. 4, sondages 2 et 3)1. Dans une parcelle étroite entre deux longères (parcelle ZV.129), un sondage de 90 m2 a permis d'étudier une portion de l'enclos palissadé nord-est (sondage 2). Un élément de son tracé nord est également reconnu et fouillé dans un sondage de 350 m2 dans la
  • parcelle ZV. 124 (sondage 3). Cette extension des recherches dans divers secteurs en 1997 atteint une surface d'environ 10000 m2 et porte la surface globale étudiée à plus de 3 ha. Contrairement aux années précédentes, aucun nouvel ensemble architectural n'est mis au jour pendant cette
  • campagne de fouille. En revanche, plusieurs éléments nouveaux complètent les données antérieures et confirment certaines hypothèses, notamment sur les ensembles A et C et, dans une moindre mesure, sur les ensembles B et D. H) Résultats principaux: II) 1- L'ensemble A: (fig. 4 à fig. 13
  • ) L'essentiel des recherches a porté sur le prolongement de l'aile latérale nord du bâtiment (sondage 1) et sur la continuité vers le nord de l'enclos palissadé sous l'emprise du hameau actuel (sondages 2 et 3, fig. 5 et 6). - Sondage 1: dès les premiers décapages en 1992, les fondations
RAP03542 (LAILLE (35). Mérol. Rapport de diagnostic)
  • communes de Laillé et Bruz, a été mené sur une surface de 16,25 hectares. Il a permis de mettre au jour plusieurs occupations humaines renseignant les périodes du Néolithique, de la Protohistoire, de l’Antiquité et du Moyen Âge. Le mobilier retrouvé est, d’une manière générale, peu
  • Circonstances de l’intervention 35 1.2 Cadre géographique et géologique 38 1.3 Contexte archéologique environnant 39 1.4 Stratégie et moyens mis en œuvre 40 2. L’occupation archéologique 41 41 41 45 47 47 48 49 49 52 52 52 54 54 2.1 Une occupation datée de la Protohistoire 2.1.1
  • diagnostic archéologique de « Mérol », réalisé sur les communes de Laillé et Bruz, a été mené sur une surface de 16,25 hectares. Il a permis de mettre au jour plusieurs occupations humaines renseignant les périodes du Néolithique, de la Protohistoire, de l’Antiquité et du Moyen Âge. Le
  • anciens. Les indices recensés sur la carte archéologique, grâce aux prospections terrestres et aériennes ainsi qu’aux opérations de fouilles et diagnostics, montrent l’attractivité des abords de la Seiche depuis la Préhistoire jusqu’à la période moderne (Figure 6). On observe une
  • l’emprise du diagnostic, de la Protohistoire ancienne, voire la Préhistoire, jusqu’à l’époque contemporaine : - trois silex taillés ont été découverts dans la tranchée 1, parcelle A1, dans la zone basse méridionale du diagnostic. Découverts hors structure ou piégés dans des chablis ils
  • pourraient indiquer la fréquentation des lieux au cours de la Préhistoire, même si leur position dans un contexte remanié incite à la prudence. La même observation peut s’appliquer à quelques tessons épars possiblement néolithiques provenant des tranchées 3, 22 et 34. Une structure à
  • quadrangulaire, dont la typologie le rattache aux exemples régionaux d’enclos cultuels/funéraires de l’âge du fer (tranchée 3 parcelle A1). A proximité immédiate, plusieurs trous de poteau et fosses ont été mis au jour, sans preuve de contemporanéité avec ce dernier. La Protohistoire
  • précise que la Protohistoire. Seul le comblement terminal (US 1) du tronçon ouest F.3.38 a livré un fragment attribuable à l’âge du Bronze ancien/moyen et un autre potentiellement néolithique (Cf. Étude de la céramique protohistorique). Non significatif, il s’agit ici plus
  • Âge du Bronze, Age du Fer, Antiquite romaine, Epoque medievale, Temps modernes, Epoque contemporaine. Sujets et thèmes Bâtiment, Structure funéraire, Voirie, Fossés, Sepulture. Mobilier Céramique, Lithique. Le diagnostic archéologique de « Mérol », réalisé sur les
  • diagnostique et ne permet souvent que des attributions chronologiques au sens large. Les indices les plus anciens correspondent à des vestiges isolés et à du mobilier céramique et lithique retrouvés en contexte remanié. Une structure à pierres chauffées pourrait être attribuée au
  • Néolithique et une urne cinéraire très arasée pourrait être datée de l’âge du Bronze. La principale découverte est un enclos quadrangulaire situé à flanc de plateau, dont la typologie le rattache aux exemples régionaux d’installation funéraire et/ou cultuelle de l’âge du Fer. Son bon
  • niveau de conservation permet de restituer une entrée sur sa façade méridionale. Des fosses et trous de poteau ayant livrés du mobilier protohistorique se développent à proximité immédiate. A une centaine de mètres passent un chemin et un parcellaire attribués à cette période
  • . L’extrémité nord-est du diagnostic concentre les vestiges antiques : un parcellaire probablement agricole, daté entre la fin du Ier s. et le courant du IIIe s. de notre ère, et une tombe à crémation de la fin du Ier / début du IIe s. A proximité des structures antiques, plusieurs
  • concentrations de fosses et trous de poteau non datés ont été découvertes ; deux amorces de plans de bâtiments sur poteaux se localisent en limite d’emprise. On observe, d’une manière générale, une densification des structures à l’approche du Chemin de la Vigne qui borde le diagnostic. Il
  • correspond à un des tracés supposés de la voie antique RennesNantes. L’occupation du bas Moyen Âge se retrouve dans la partie sud du diagnostic. Elle correspond à un parcellaire agricole et deux chemins, s’organisant autour d’une zone humide ancienne. S’y développent également un autre
  • axe de circulation et un angle d’enclos, tous deux non datés. Les principales divisions parcellaires médiévales se retrouvent sur le cadastre de 1832 et modèlent encore le paysage actuel. Diagnostic archéologique Rapport final d’opération Chronologie Commune de Laillé, Ille-et
  • archéologique Nr Patriarche Code INSEE Commune de Laillé, Ille-et-Vilaine Inrap Grand-Ouest 37, rue du Bignon, 35577 Cesson-Sévigné Tel. 02 23 36 00 40 Février 2018 Sommaire 5 Données administratives, techniques et scientifiques 7 8 9 10 10 11 12 13 23 27 30 Fiche signalétique Mots
  • , 3 et 4 2.1.4 Les structures de la tranchée 5 2.1.5 Un chemin creux et un parcellaire protohistoriques 2.1.5.1 Le chemin B 2.1.5.2 Un fossé parcellaire et une grande fosse circulaire (F.24.27) 2.1.6 Des niveaux de colluvions ayant livré du mobilier protohistorique 2.1.7 Synthèse
  • résultats et discussion 2.2.3 Synthèse sur l’occupation antique 61 61 65 65 65 65 65 66 2.3 Les concentrations de fosses et trous de poteau non datés 2.3.1 Les trous de poteau et fosses des tranchées 22 à 26 et 29 2.3.2 Les vestiges non datés des tranchées 33 à 36 et 42 2.3.2.1 Les
  • vestiges des tranchées 33 à 35 2.3.2.2 La tranchée 36 Concentration A Concentration B 2.3.2.3 La tranchée 42 67 68 68 68 68 70 70 2.4 L’occupation de la fin du Moyen Âge 2.4.1 Les fossés parcellaires 2.4.2 Le chemin C 2.4.3 Les fossés et la mare non datés au sud de la parcelle A23
RAP00027.pdf (PLOUBAZLANEC (22). karreg ar yellan. rapport de sauvetage programmé.)
  • avec le soutien financier et matériel du laboratoire d'Anthropologie-Préhistoire-Protohistoire et Quaternaire Armoricains (Université de Rennes I), de l'Equipe de Recherche n° 27 du C.N.R.S. et du Centre Régional Archéologique d'Alet. III.2. Organisation et déroulement de la
  • . ADDENDA : - Situation des collections : dépôt pour étude au Laboratoire d'Anthropolo- gie-Préhistoire-Protohistoire et Quaternaire Armoricains de l'Université de Rennes I Ensuite : Dépôt de fouilles des Côtes-du-Nord. - Dépôt des documents de fouille : archives du laboratoire
  • Il MINISTERE DE LA CULTURE SÛUS-DIRECTION DE L'ARCHEOLOGIE LABORATOIRE D'ANTHROPOLOGIE-PREHISTOIRE PROTOHISTOIRE ET QUATERNAIRE ARMORICAINS UNIVERSITE DE RENNES I E.R. n° 27 DU C.N.R.S. Jean Laurent MONNIER Chargé de Recherche RAPPORT SUR LA FOUILLE EFFECTUEE SUR LE GISEMENT
  • D'ANTHROPOLOGIE-PREHISTOIRE PROTOHISTOIRE ET QUATERNAIRE ARMORICAINS UNIVERSITE DE RENNES I E.R. n° 27 DU C.N.R.S. Jean Laurent MONNIER Chargé de Recherche RAPPORT SUR LA FOUILLE EFFECTUEE SUR LE GISEMENT DE KARREG-AR-YELLAN (PLOUBAZLANEC, COTES-DU-NORD) EN SEPTEMBRE 1986 Inventaire : 22
  • - Publication prévue dans la Revue Archéologique de l'Ouest et/ou le Bulletin de la Société Préhistorique Française et/ou Gallia Préhistoire. La publication de la fouille du niveau protohistorique sera faite en collaboration avec M . Y . Daire pour la céramique, L. Goulpeau et Ph. Lanos
  • au C.N.R.S. est fidèle avec quelques autres fouilleurs bénévoles et passionnés - à ce rendez-vous avec la préhistoire. Car à quelques mètres de l'agitation bruyante du parking de l'Arcouest et du ballet des planches à voile multicolores enfouis sous quelques centimètres de terre
  • chantier à Karreg Ar yellan. Cette année là, M. Louis Breton, de Paimpol, avait découvert A cet endroit quelques fragments de silex travaillé. Il en avait parlé à l'abbé Moity et à M. Michel Morvan, tous les deux térus de préhistoire et d'archéologie, qui m'ont mis au courant de cette
  • substratum est formé par le Microgranite monzonique de Launay, recoupé par des filons d'une autre variété de microgranite (Microgranite de Loguivy) (B.R.G.M., Carte géologique de la France à 1/50000, feuille de Tréguier, VIII-14). Des dépôts de pente (head) et une couverture loessique
  • subsistent en contrebas de la falaise morte et sur la basse plateforme. Les rochers isolés, tel celui qui nous intéresse, sont partiellement dégagés de ces dépôts limoneux pléistocènes. A Karreg-Ar-Yellan, seule la partie sud-est au pied du promontoire en conserve encore ; les limons
  • auxquels se mêlent les blocailles éboulées, forment un talus où viennent converger et s'appuyer les deux cordons de galets. C'est l'érosion des dépôts meubles, au nord-est du site, qui a révélé la présence de l'industrie paléolithique. Nous devons la découverte du gisement à Monsieur
  • Louis B R E T O N , de Paimpol. Compte-tenu des menaces de destruction du gisement par la mer, à plus ou moins court terme, j'ai été autorisé à effectuer, au printemps 1981, une première campagne de fouille, suivie de trois autres campagnes 1982, 1983 et 1985. Le site de Karreg-Ar
  • du Pléistocène de la côte nord de la Bretagne (stratigraphie et industries) et de corrélations avec les régions voisines. II. RAPPEL DES RESULTATS DES CAMPAGNES PRECEDENTES (Fig. 2) Deux zones distinctes avaient été explorées au printemps de 1981 : - sur l'estran, une zone riche
  • en industrie située à une trentaine de mètres au nord-est de l'abri et à environ 3 mètres sous le niveau des plus hautes mers. Des sondages avaient permis de recueillir une série lithique assez riche, en microgranite et en silex, caractérisée par la présence de bifaces. Us avaient
  • également Figure 1 : Karreg-ar-Yellan, situation topographique du gisement (flèche). rocher 1982 étang 0 i Figure 2 : Karreg-ar-Yellan, 10M plan du site et position des zones fouillées de 1981 à 1986 (le gisement s'étend largement sous l'estran). permis de préciser la
  • traces d'activités datant de La Tène et du début de la période gallo-romaine. Le niveau paléolithique supérieur n'avait pratiquement pas été retrouvé, confirmant la localisation de cet habitat dans la partie nord-est du gisement. Le niveau paléolithique moyen avait livré une
  • industrie intéressante comprenant plusieurs bifaces et permettant de le rattacher également au Moustérien de tradition acheuléenne. La fouille avait été arrêtée sur une surface colorée, riche en traces charbonneuses et en petits graviers altérés, qui semblait marquer le niveau
  • d'occupation moustérien. On pouvait espérer déceler, à ce niveau, des traces d'habitat organisé. La campagne 1983 avait permis de terminer le décapage'de la zone ouverte en 1982 et de l'étendre vers le nord-est et vers le sud-ouest. La position stratigraphique du niveau moustérien avait été
  • précisée : nettement au-dessus d'un sol humifié correspondant à la fin du Weichsélien ancien. La campagne 1985 avait vu la zone fouillée s'étendre de 14 mètres carrés. Les structures de l'Age du Fer (four à sel et ses annexes) ont fait l'objet d'études archéométriques (datation C14 sur
  • charbons de bois, archéomagnétisme des objets déplacés sur briques - voir infra). U n e étude de synthèse concernant la répartition des outils lithiques du Paléolithique moyen et l'organisation spatiale de l'habitat a été amorcée et a fait l'objet d'une présentation lors de la réunion
  • thématique de la S.P.F. à Poitiers le 6 avril 1986 (publication à paraître dans le bulletin de la S.P.F.). III. LA CAMPAGNE 1986 III.1. Participants 3e tiens à remercier les personnes qui ont participé au chantier et m'ont ainsi apporté leur concours bénévole : MM. Bernard B I G O T
RAP01840.pdf (PLOUHINEC (29). la nécropole mégalithique de la pointe du Souc'h. rapport intermédiaire 2002 de fp 3 2001-2003)
  • semblent être au moins égales à six (Mésolithique, Néolithique moyen 1, Néolithique moyen 2, Néolithique final, Chalcolithique, Protohistoire [Bronze et Fer] et Moyen Age). Datation absolue par 14C. - Restauration partielle en vue d'une présentation au public. 7. Moyens mis en œuvre La
  • 9. Fouille des carrés C 27-28 et D 29-32 12 10. Fouille des carrés Y-C 23-25 15 11. Fouille des carrés G 33-34 15 12. Fouille des carrés E-H 27-28 18 13. Fouille des carrés I-J 29-34 et dolmen 1 18 14. Fouille des carrés J-K 36 et K-L 35 28 15. Fouille des
  • carrés M-N 36-38 et dolmen 2 28 16. Conclusion 32 17. Bibliographie 37 18. Remerciements 40 19. Annexe : la production céramique (G. Hamon) 41 1. Fiche signalétique LOCALISA TION DE L 'OPERA TION Site n° : 29.197.006.AP Département : FINISTERE Commune : Plouhinec Lieu
  • -dit ou adresse : Le Souc'h Année cadastre : 1997 Section (s) et parcelle (s) : ZW 342, 347, 365 à 372. x = 92,150 y = 2 354,000 Altitude : 30 m. IDENTITE DE L'OPERA TION Autorisation n° : 2001/004 valable du : 19/06/2001 au 31/12/2003 Nature : Fouille programmée (3 ans) TITULAIRE
  • (Nom et Prénom) : LE GOFFIC Michel Organisme de rattachement : Conseil Général du Finistère Propriétaire du terrain : Commune de Plouhinec et Département du Finistère. Protection juridique : Classé Monument Historique le 09/04/1979. Motif de l'opération : Fouille du cairn nord
  • enterré. RESULTA TS SCIENTIFIQUES Mots-clés : Chronologie : Mésolithique, Epidanubien, Néolithique moyen et final. Vestiges immobiliers : Dolmen, cairn, parement, chambre compartimentée, sépulture en fosse. - Vestiges mobiliers : Poterie, silex, perle, pointe de flèche, percuteur
  • , enclume. Lieu du dépôt du mobilier : Dépôt de fouilles - 29590 Le Faou des fonds documentaires : Centre départemental d'archéologie, 29590 Le Faou. REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES DU RAPPORT INTERMEDIAIRE Année : 2002 Auteur : (Nom et Prénom) : LE GOFFIC Michel Collaborateur(s) : GRALL
  • Plouhinec est une commune du littoral de la baie d'Audierne, à l'entrée du Cap Sizun, limitée à l'Ouest et au Nord par le Goyen, petit fleuve côtier, au nord-est par un de ses affluents traversant l'étang de Poulguidou, et à l'Est par le ruisseau de Pors Poul'han qui sépare le Pays
  • bigouden du Cap Sizun. A l'ouest de ce petit havre s'étend le Menez Dregan, plateau aspecté au sud qui comprend en son centre un mamelon dénommé Kergangnou bordé de deux petites dépressions orientées nord-sud qui aboutissent à la côte rocheuse à Poulc'hangnou (ou Poulgangnou) et Pouldon
  • de Plouhinec et à 900 m à l'ouest de Porz-Poul'han (flg. 2). De cet endroit on découvre la baie d'Audierne, de l'Ile de Sein au-delà de la pointe de Lervily en Esquibien à la pointe de Penmarc'h. C'est sur le sommet topographique que se trouve le complexe mégalithique du Souc'h
  • , formé d'au moins deux ensembles de dolmens compartimentés. Les références cadastrales sont les suivantes : année 1997, section ZW, parcelles 342, 347, 365, 366, 367, 368, 369, 370, 371 et 372 (fig. 3). Le grand nombre de parcelles résulte d'un morcellement dû à la présence d'un corps
  • de garde construit en 1747 (Peuziat, 1999). Les parcelles 342, 347, 365, 367, 369 et 371 appartiennent au département du Finistère, les autres à la commune de Plouhinec. Les coordonnées Lambert, zone II, pour le centre du site sont : x = 92,150 ; y = 2354,00 ; l'altitude est de 30
  • m. La ligne de rivage n'est qu'à 150 m du site et c'est précisément là que se trouve la grotte effondrée de Menez Dregan qui a connu une occupation humaine au Paléolithique inférieur, entre -500.000 et -350.000 ans. Le substratum qui affleure par endroits dans la parcelle 372 est
  • formé par l'orthogneiss oeillé de Porz-Poul'han. Il contient des phénocristaux feldspathiques (1 à 5 cm) aplatis et étirés dans une trame quartzo-feldspathique claire et schistifiée, parfois riche en biotite. Cet orthogneiss est structuré de façon importante selon des plans orientés
  • orthogneiss est structuré de façon importante selon des plans orientés N 115° E qui plongent de 60° vers le sud (BRGM, 1981). La roche vient souvent à l'affleurement sur les versants sud-ouest et sud du Menez Dregan. Dans la parcelle 114 se voient deux larges dépressions dont l'origine
  • sols à profil peu différencié (rankers), de sols bruns faiblement lessivés et peu profonds. 3. Historique La première mention du site est due, à notre connaissance, à la plume du chevalier de Fréminville (1835) qui en faisait « un sanctuaire druidique, composé de pierres plantées
  • et formant une enceinte en forme d'un parallélogramme rectangle très-entier. Les grands côtés de cette enceinte avaient deux cent quarante cinq pieds de longueur, et les petits cent vingtcinq. Je remarquai encore ici une chose que je n 'avais observé nulle part ailleurs, c 'est
  • ici, à cette occasion, que, dans ces temples druidiques, l'autel est toujours en dehors de l'enceinte... Un peu plus loin, sur l'extrémité de la pointe et tout près du corps de garde des guetteurs, sont deux autres Dolmens, dont les plates-formes ont été un peu dérangées. » Cette
  • enceinte rectangulaire de 80 m par 41 m dont parle le Chevalier de Fréminville ne figure pas sur le cadastre de 1835 et les auteurs des XIXe et XXe siècles n'en font pas mention. Cependant, au nord de la maison devenue propriété communale, se voit une sorte de talus très aplani et
  • , elle en est distante d'au moins 300 m. Avant de passer à la relation de sa fouille sur le site du Souc'h, Grenot (1871) mentionne la présence de plusieurs monuments endommagés et incomplets, en plus de l'allée couverte de Pors-Poul'han ; il note qu'au nord se trouvait une allée
RAP03367.pdf (DINEAULT, PLOMODIERN, ROSNOEN (29). Prospection diachronique sur l'estuaire de la vallée de l'Aulne. Rapport de PD 2016)
  • qui s’est poursuivie avec deux travaux d’universitaires (cf. infra). Certaines périodes, comme la Préhistoire, apparaissent mieux documentées que d’autres et les informations disponibles sur chaque site varient considérablement en fonction des chercheurs. La documentation réunie
  •   : L’exemple du Centre-Ouest de la Bretagne et du Finistère littoral (2008) est un document de travail précieux pour la Protohistoire. En outre, ces données sont en train d’être complétées dans le cadre du PCR « âge du Bronze » dirigé par Stéphane Blanchet (base « Funéraire Bronze Finistère
  • » : coordonnées plus précises, bibliographie étoffée et ajout de nombreuses « taches » visibles sur ©Géoportail). Préhistoire Néolithique Age du Bronze antique Age du Fer Gallo-romain Haut Moyen Age Médiéval Non daté tracé supposé des voies romaines principales 0 5 km SIG/DAO : C. Gandini
  • Kergoustance en Plomodiern (Musée de la Préhistoire finistérienne de Penmarc'h). Cliché E. Jegou, 2016. Pour la période romaine, on notera que Dinéault et Plomodiern sont traversées par la voie romaine allant de Vorgium (Carhaix) à la pointe de Dinan dans la presqu'île de Crozon (Fig. 7 et
  • , cassures arrondies...). Pour les périodes anciennes (Protohistoire et Antiquité), en particulier, la céramique apparaît très émiettée et très mal conservée. Aux difficultés d'analyse liées au mauvais état de conservation du mobilier s'ajoute le mélange inévitable d'éléments
  • correspondant à toutes les périodes depuis la Préhistoire jusqu'à nos jours. C'est pourquoi, les datations et identifications proposées dans les tableaux d'inventaire restent très prudentes. Le moindre doute est systématiquement matérialisé par un point d'interrogation. L'inventaire a été
  • Prospection-Inventaire Année 2016 Prospection diachronique sur l’estuaire de la vallée de l’Aulne Département du FINISTÈRE Communes de Dinéault, Plomodiern et Rosnoën Arrêté d’autorisation : SRA n° 2016-041 valable du 21/06/2016 au 15/12/2016 Cristina Gandini Avec l’aide : du
  • SRA Bretagne de Dimitri Simon (céramologue contractuel) et des étudiants en Histoire de l’art et archéologie de l’Université de Bretagne Occidentale et de l’Université Rennes 2 Janvier 2017 – SRA Bretagne, Rennes 2   Sommaire Remerciements 5 Données administratives 7
  • Arrêté d’autorisation 8 1. Problématiques de l’étude 11 2. Cadre géographique 13 3. Méthodologie adoptée 16 4. Résultats 4.1 Enquête documentaire 4.2 Carto et photo-interprétation 4.3 Prospection pédestre 4.3.1 Enquête orale 4.3.2 Prospection systématique en milieu ouvert
  • 4.3.3 Contrôle de sites déjà répertoriés 4.3.4 Prospection en milieu boisé 4.3.5 Prospection le long du littoral 4.4 Étude de la céramique 16 16 20 20 21 22 25 25 26 28 5. Conclusion et perspectives des recherches 30 Bibliographie 31 Table des figures 35 Annexes 37   3
  • 4   Remerciements Outre les remerciements chaleureux adressés aux administrations qui ont apporté leur support financier et aux collaborateurs directs de ces prospections, j'aimerais témoigner ma gratitude à tous ceux qui ont facilité d'une façon ou d'une autre ce travail
  • . Philippe Ballu, service budgétaire et comptable et Mme Louise Leroy-Costes, secrétaire. Je tiens à remercier le Centre de Recherche Bretonne et Celtique pour le suivi et la gestion administrative de ce dossier, et plus particulièrement, M. Philippe Jarnoux, son directeur, M. Philippe
  • Lagadec, Mme Claude Roy et Mme Hélène Gombert. Merci à tous les quatre pour leur grande disponibilité. Je remercie chaleureusement M. Nicolas Bernard, le directeur du pôle universitaire Pierre-Jakez Hélias de Quimper, M. David Lesvenan, responsable administratif du pôle et Mme Cécile
  • Lucas, pour avoir mis à disposition, dans les locaux de l’université, une salle pour stocker et étudier le mobilier archéologique. Je tiens à saluer la motivation, la patience et la bonne humeur des prospecteurs. - L3 Histoire de l’art et archéologie, UBOQuimper : Noémie Dolidet
  • Rachel Floch Mélanie Houix Brendan Le Bars Valentine Léger Nora Mac an Tsaoir Airelle Mandon Gabriel Rousseau, grâce à qui j'ai pu prendre contact avec de nombreux propriétaires et exploitants de la commune de Plomodiern. - M1 Mondes anciens et médiévaux, UBOBrest : Maël Lopes-Le
  • Flohic Emeric Pelletier - L3 Patrimoine, UBO-Quimper : Ewen Jegou, que je remercie également pour l'accès et les informations concernant les collections du Musée Préhistorique Finistérien. - Doctorant en Histoire de l’art moderne, Paris 1 : Yvon Plouzennec - M1 Histoire culturelle
  • des sciences et techniques, UBO-Brest : Chloé Léon - M1 archéologie, Rennes 2 : Marion Courcoux - M2 archéologie, Rennes 2 et céramologue contractuel : Dimitri Simon Ainsi que mon collègue Florent Miane, pour son coup de main efficace pour le lavage et le tri du mobilier. Qu’ils
  • soient tous ici vivement remerciés ! Je tiens à remercier les propriétaires et exploitants de la commune de Plomodiern, en particulier M. Ferrec et M. Hascoët pour leur accueil. Je remercie M. Yvan Pailler, responsable d’opération archéologique à l’INRAP, pour son regard d’expert
  • . : 02 90 94 47 72 / e.mail : cristina.gandini@univ-brest.fr Organisme de rattachement : CRBC, UBO-Brest Budget : Cette prospection diachronique a bénéficié d’une subvention du Ministère de la Culture, d’un montant total de 1500 € TTC. Lieu de dépôt du mobilier archéologique et de la
  • documentation : Pour étude : Pôle universitaire Pierre-Jakez Hélias, Quimper. Dépôt définitif : Centre départemental d’archéologie 16, route de Térénez 29590 Le Faou. Participants : Marion Courcoux (M1 archéologie, Rennes 2), Noémie Dolidet (L3 Histoire de l’art et archéologie, UBO), Rachel
RAP03591 (SAINT-HÉLEN (22). Les Domaines. Rapport de diagnostic)
  • laboratoire d’anthropologie, préhistoire, protohistoire et Quaternaire armoricain, Université de Rennes 1, Rennes, 607 p. Liste des figures Fig. 1 Saint-Helen, Les Domaines. Localisation des concentrations d’artefacts paléolithiques sur le site des Domaines et emprises des sondages du
  • commune est riche de plusieurs entités concernant la préhistoire ancienne (Paléolithique moyen notamment) dont de nombreuses prospections pédestres ont permis le référencement. Le site des Domaines a ainsi livré des concentrations de mobilier lithique moustérien dans les terres
  • labourées et le diagnostic avait donc pour objectifs d’en confirmer la nature, l’extension et le contexte sédimentaire. L’intervention s’avèrera néanmoins négative, aucun élément mobilier in situ n’étant mis au jour, la topographie des lieux devant sans doute expliquer l’érosion intense
  • des sols et donc le remaniements des pièces archéologiques dans les colluvions de bas de pente, hors emprise. Diagnostic archéologique Rapport final d’opération Chronologie Commune de Saint-Hélen, Côtes d’Armor Les Domaines sous la direction de Réalisé en juin 2018, ce
  • diagnostic archéologique a été conduit par l’INRAP suite à une prescription du SRA Bretagne et sous le contrôle de ce dernier. Stéphan Hinguant Inrap Grand-Ouest 37 rue du Bignon CS 67737, 35577 Cesson-Sévigné cedex Tél. 02 23 36 00 40, grand-ouest@inrap.fr Juin 2018 Inrap Grand-Ouest
  • Hinguant Inrap Grand-Ouest 37, rue du Bignon, 35577 Cesson-Sévigné Tel. 02 23 36 00 40 Juin 2018 Sommaire 5 I Données administratives, techniques et scientifiques 7 8 9 10 11 12 13 20 23 Fiche signalétique Mots-clefs des thésaurus Intervenants Notice scientifique Localisation de
  • l’opération Cadastre Arrêté de prescription Projet scientifique d’intervention Arrêté de désignation 25 II Résultats 27 Présentation de l’opération 32 Résultats 32 32 Bibliographie Liste des figures 27 27 29 31 Origine et objectifs du diagnostic archéologique Cadre géographique
  • Cadre archéologique Méthodologie I. Données administratives, techniques et scientifiques I - Données administratives, techniques et scientifiques 5 7 I. Données administratives, techniques et scientifiques Fiche signalétique Localisation Références de l’opération Dates
  • lieu-dit Maître d’ouvrage des travaux d’aménagement Les Domaines GAEC Les Domaines Codes code INSEE Nature de l’aménagement 22299 Construction d’un hangar de stockage Coordonnées géographiques et altimétriques selon le système national de référence (Lambert 93cc48) Opérateur
  • d’archéologie X= 11332.650 Y= 7263.850 Z= 60 m NGF Références cadastrales Commune Inrap Grand-Ouest 37, rue du Bignon 35 577 Cesson-Sévigné Responsable scientifique de l’opération Stéphan Hinguant, Inrap Saint-Helen section(s) et parcelle(s) AC-91 Propriétaires du terrain GAEC Les
  • des thesaurus Chronologie Sujets et thèmes Paleolithique Mobilier Edifice public nb Industrie lithique Inferieur Edifice religieux Industrie osseuse Moyen Edifice militaire Céramique Superieur Bâtiment Restes Mesolithique et
  • Epipaleolithique Structure funéraire Végétaux Voirie Faune Neolithique Ancien Hydraulique Macro-outillage (lithique) Moyen Habitat rural Objet métallique Récent Villa Arme Chalcolithique Batiment agricole Outil Protohistoire Structure
  • An. de métaux Aca. des données Numismatique Conservation Restauration … 9 I. Données administratives, techniques et scientifiques Intervenants Intervenants scientifiques Prénom Nom, organisme d’appartenance Tâches génériques Tâches affectées dans le cadre de l’opération Yves
  • Menez, SRA Conservateur régional de l’archéologie Prescription et contrôle scientifique Jean-Yves Tinevez, SRA Conservateur en charge du dossier Prescription et contrôle scientifique Michel Baillieu, Inrap Directeur-adjoint scientifique et technique Mise en place et suivi de
  • l’opération Stéphan Hinguant, Inrap Ingénieur de Recherche Responsable scientifique Prénom Nom, organisme d’appartenance Tâches génériques Tâches affectées dans le cadre de l’opération Yves Menez, SRA Conservateur régional de l’archéologie Prescription et contrôle scientifique
  • Jean-Yves Tinevez, SRA Conservateur en charge du dossier Prescription et contrôle scientifique Claude Le Potier, Inrap Directeur interrégional Grand-Ouest Mise en place et suivi de l’opération Michel Baillieu, Inrap Directeur-adjoint scientifique et technique Mise en place
  • et suivi de l’opération Arnaud Dumas, Inrap Secrétaire général Mise en place et suivi de l’opération Thomas Arnoux, Inrap Délégué du directeur-adjoint scientifique et technique Mise en place et suivi de l’opération Christelle Picault, Inrap Assistante opérationnelle
  • Bretagne Mise en place et suivi de l’opération Frédéric Champagne, Inrap Assistant technique Mise en place et suivi de l’opération Nathalie Ruaud, Inrap Gestionnaire de base Mise en place et suivi de l’opération Isabelle Giron-Audeoud Conseiller sécurité-prévention Mise en
  • place et suivi de l’opération Prénom Nom, organisme d’appartenance Fonction Tâches affectées dans le cadre de l’opération Gilles Leroux, Inrap Ingénieur de Recherche Suivi du diagnostic et fouille Claire Guého, Inrap Technicienne Suivi du diagnostic et fouille Vincent
  • agricole d’une surface de 350 m², au lieu dit les Domaines sur la commune de St-Helen, un diagnostic archéologique a été engagé sur la parcelle prescrite. L’environnement archéologique de la commune est riche de plusieurs entités concernant la préhistoire ancienne (Paléolithique moyen