Rechercher sur le site

  • Chercher les documents contenant un mot OU un autre : tapez simplement les mots à la suite => bracelet bronze
  • Chercher les documents contenant un mot ET un autre : utilisez le mot-clef AND => bracelet AND bronze
  • Chercher les documents contenant une expression exacte : taper l'expression entre guillemets => "bracelet en bronze"

Limiter votre recherche

Auteur
Type d'opération
Commune
Département
Date (Année)

3988 résultats Exporter les résultats

Trier par Titre : ascendant / descendant
RAP02192.pdf (LOCMARIAQUER (56). route de Kerpenhir. dfs de diagnostic)
  • opération préventive de diagnostic
  • LOCMARIAQUER (56). route de Kerpenhir. dfs de diagnostic
  • : Madame Charlette ARAGOU-HEMON pétitionnaire: Madame Charlette ARAGOU-HEMON Emprise du diagnostic archéologique : 3 238 m2 Principes méthodologiques : f Utilisant un engin de travaux publics travaillant en mode rétro avec un godet lisse, le diagnostic consistera en tranchées
  • Diagnostic archéologique effectué avant l'agrandissement d'un lotissement à Locmariaquer (Morbihan) Eddie Roy et Eric Nicolas Juin 2006 0/^
  • Affaires Culturelles de Bretagne Sommaire Fiche signalétique Générique de l'opération Pages 1 2 1 - Introduction 1.1 - Contexte géographique 2 3 1.2 - Méthodologie et résultats 3 3 - Conclusion Bibliographie Liste desfigures Figures Documents administratifs 3 1 Fiche
  • sisnalétique Identité du site : Numéro de site : DA 05 01 34 01 Département : Morbihan Communes : Locmariaquer Référence cadastrale : Locmariaquer : Sections BH n°723 et 726 L'opération archéologique : Arrêté portant prescription de diagnostic archéologique : n°2006/005 Titulaire de
  • l'autorisation de fouille : Eddy Roy Organisme de rattachement : INRAP Motifs de l'intervention : Agrandissement d'un lotissement Dates de l'intervention sur le terrain : les 12 et 13/06/2006 (incluant la préparation de chantier). Résultats : Principaux résultats : Aucun vestige
  • archéologique n'a été relevé. Lieu de dépôt des archives : Service Régional de l'Archéologie de Bretagne 1 2 Générique de l'opération Intervenants administratifs : Archéologie : Direction Régionale des Affaires Culturelles de Bretagne, Service Régional de l'Archéologie 6, rue du
  • Chapitre, 35044 Rennes, - Stéphane Deschamps, Conservateur régional de l'Archéologie, - Christine Jablonski, Conservateur du patrimoine. Institut National des Recherches Archéologiques Préventives, antenne Grand-Ouest (37 rue du Bignon CS 67737 - 35577 Cesson-Sévigné cedex), - Gilbert
  • Aguesse, Chef d'Antenne, - Michel Baillieu, adjoint scientifique et technique. Aménageur : Madame Charlette Aragou-Hemon, 54 route de Kerpenhir, 56740 Locmariaquer Entreprise de terrassement : EURL Le Pendu, Parc d'Activités de la Ria d'Etel, 56550 Belz Intervenants scientifiques et
  • techniques durant la phase terrain : Eddie Roy, (assistant d'études), Eric Nicolas (technicien supérieur) Intervenant scientifique et technique durant la phase post-fouille : Eddie Roy : rédaction et mise en forme du rapport Eric Nicolas : Dessin Assisté par Ordinateur (DAO). 2 3 1
  • - Introduction L'agrandissement d'un lotissement route de Kerpenhir à Locmariaquer a amené le Service Régional de l'Archéologie à demander une évaluation du potentiel archéologique (fïg.l à 3). En effet, les travaux envisagés sont susceptibles d'affecter des éléments du patrimoine
  • archéologique, si l'on en juge par la présence à proximité du cairn de Mané er Rhoueg, monument funéraire néolithique appartenant à la série des grands tumulus carnacéens, rencontrés dans toute la région du golfe du Morbihan1. Le diagnostic archéologique a été mené sur le terrain le 12 juin
  • 2006 (fïg.4 à 15). L'opération a nécessité pour cette phase, l'embauche de deux contractuels INRAP : Eddie Roy, responsable d'opération, et Eric Nicolas, technicien supérieur. Les terrassements ont été effectués à l'aide d'une pelleteuse à chenilles (entreprise Le Pendu). La post
  • -fouille a été effectuée par Eddie Roy (rédaction du rapport) et Eric Nicolas, (DAO), 1.1 - Contexte géographique L'emprise archéologique est située à un peu plus d'une centaine de mètres de la rive ouest actuelle du golfe du Morbihan, au niveau du goulet d'entrée de la baie (fîg.2
  • ). 1.2 — Méthodologie et résultats Le projet d'aménagement porte sur les parcelles BH 723 et 726. La parcelle BH 723, actuel chemin d'accès n'a pu être sondé réduisant notre surface d'intervention à 2890 m2. Trois tranchées parallèles de 2 m de large sur une longueur de 73 à 76 m ont
  • été effectuées à l'aide d'une pelleteuse à pneu, au sein de la parcelle à diagnostiquer. La profondeur des tranchées est comprise entre 0,30 et 0,80 m. Plusieurs colonnes stratigraphiques ont été relevées (fig.3). Le banc de roche, constitué de granité tardimigmatitique à biotite
  • et cordiérite apparaît à 0,30 m sous le niveau de sol actuel dans les parties N/E et S/O de l'emprise (us.01, colonnes B, D etF,fig.04). La partie centre ouest présente une cuvette de dissolution du banc de roche comblée naturellement d'arène d'altération (us.01, colonnes A, C et
  • E, fïg.04), de limon brun mêlé d'arène (us.02, colonnes A, C et E, fïg.04), de limon brun sableux homogène comportant quelques rares petits fragments de tuiles romaines roulées et très altérés (us.03, colonnes A, C et E, fïg.04) puis par la terre arable. Les couches us.02, 03 et
  • 04 sont issues de l'exhaussement naturel des terres végétales, de pédogénèse et de mises en cultures alternées du secteur. La surface totale des tranchées effectuées représente 466 m2 et 14,4 % des 3238 ira de l'emprise totale concernée par les travaux d'aménagement, mais 16,01
  • % par rapport au 2890 rm disponibles. 1 Hamon (A.L.)5 2003.- Diagnostic archéologique, « Le Rouick » à Locmariaquer - Rapport de diagnostic, Service Régional de l'Archéologie de Bretagne, INRAP, 4 p. 3 4 Selon le cahier des charges les tranchées ont été rebouchées, sans mélanger
  • les terres, après l'intervention archéologique. Le décapage mécanique consiste à retirer successivement plusieurs couches de terre jusqu'à l'apparition d'anomalies ou de vestiges archéologiques susceptibles d'être conservés en substruction. Ces structures en creux sont généralement
RAP02755.pdf (ELVEN (56). sondages systématiques avant la construction d'une maison individuelle)
  • opération préventive de diagnostic
  • , (dont une journée de préparation de post-fouille a nécessité 1 jour pour la rédaction et la mise en forme du rapport (Eddie Roy), et 1 jour pour le dessin assisté par ordinateur (DAO, Eric Nicolas). La 1.1- Cadre géographique et géologique (superficiel) L'emprise des travaux Le
  • madame Nadia BLANCHO pétitionnaire: Emprise du diagnostic archéologique : 1 275 m2 Principes méthodologiques : Utilisant un engin de travaux publics travaillant en mode rétro avec un godet lisse, le diagnostic consistera en tranchées successives complétées le cas échéant et en
  • DRAC-SRA f 2 5 AOUT 20041 COURRIER ARRIVEE Sondages systématiques avant la construction d'une maison individuelle à Elven dans le Morbihan. V Rapport de diagnostic archéologique Réf. INRAP Eddie : DA 05 00 24 01 Roy et Eric Nicolas Juin 2004 INRAP Service Antenne
  • Grand-Ouest Direction 35577 de Cesson-Sévigné. Régional de l'Archéologie Régionale des Affaires Culturelles Bretagne. 'WOlJ-SS Sommaire Fiche Pages signalétique \ Générique de l'opération 2 1 2 2 - - INTRODUCTION 1.1 - 1.2 - Cadre Méthodologie RÉSULTATS
  • Documents géographique et géologique (superficiel) ET CONCLUSION administratifs 3 3 : 3 Fiche signalétique Identité du site Ref : : Département DA 05 00 24 01 : Morbihan 4\ Commune Lieu-dit Elven Lescastel : Cadastre : : Section ZA, n°99 Propriétaire de terrain
  • : Monsieur V. Klewais et MmeN. Blancho à Elven L'opération archéologique : Arrêté portant prescription de diagnostic archéologique : n°2004-014 Arrêté portant désignation du responsable scientifique Ordre de mission INRAP A : 03/5769 : partir du 21/06/2004 jusqu'au 22/06/2004
  • Titulaire Eddie : Organisme de rattachement : INRAP Roy Motifs de l'intervention : Construction d'une maison individuelle Aménageur/maître d'ouvrage : Monsieur V. Klewais et Mme N. Blancho Surface totale de l'intervention Surface sondée : 203 sur Dates de l'intervention en
  • Lieu de : : 1275 m2 (totalisant 15,96 % des 1275 Dates de l'intervention Résultats archéologique le terrain post-fouille m2) du 21/06/2004 : : m2 au 02/06/2004 Le 23/06/2004 Diagnostic négatif dépôt des archives : Service Régional de l'Archéologie de Bretagne
  • Générique de l'opération Intervenants administratifs : Régionale des Affaires Culturelles de Bretagne, Service Régional de l'Archéologie du Chapitre, 35044 Rennes, 1 Direction 6, rue Stéphane Deschamps, Conservateur régional de l'archéologie, - Christine - Jablonski
  • , Conservateur du patrimoine. Archéologiques Préventives, antenne Grand-Ouest (37 Bignon CS 67737 - 35577 Cesson-Sévigné cedex), Gilbert Aguesse, Chef d'Antenne, Michel Baillieu, adjoint scientifique et technique. Institut National des Recherches rue du - - Aménageur : Monsieur V
  • . Klewais et Mme N. Blancho Entreprise de terrassement : SARL H.T.P. et Cie, Lohenven, 56400 Plougoumelen Intervenants scientifiques et techniques durant la phase Eddie terrain : Roy, (assistant d'études, titulaire de l'autorisation de fouille, INRAP), Eric Nicolas (technicien
  • supérieur, INRAP). Intervenants scientifique et technique durant la phase post-fouille : Eddie 1 - Roy (rapport), Eric Nicolas (DAO) Introduction La construction d'une maison individuelle sur un terrain de 1275 m2, au niveau archéologique sensible sur les communes de Elven dans
  • le Morbihan a Régional de l'Archéologie à demander une évaluation du potentiel archéologique (fig. 1 à 4). d'un contexte amené le Service Le terrain concerné par les travaux d'aménagement se romain (n°56 053 004 de la carte archéologique). L'opération archéologique
  • , a nécessité pour situe à la périphérie d'un site gallo- la phase terrain, l'embauche de deux contractuels INRAP ; - un de - responsable d'opération ; Eddie Roy pendant 2 jours (dont une journée de préparation chantier), un technicien chantier). ; Eric Nicolas pendant 2 jours
  • substratum constitué de de sol actuel. Les couches se trouve à l'est d'Elven au lieu-dit " Lescastel granit diaclasé apparaît v entre 20 et 40 centimètres sous superficielles brune sont composées de limon mélangé le niveau d'un peu d'arène. La terre arable et la couche sous
  • -jacente végétales, de pédogenèse et de mises 1.2 - en sont issues de l'exhaussement naturel des terres cultures alternées du secteur. Méthodologie longueur de 10 à 50 mètres et d'une profondeur moyenne de 40 centimètres ont été effectuées à l'aide d'une pelleteuse à chenilles
  • munie d'un godet lisse, durant 2 jours (rebouchage compris), totalisant 15,96 % des 1275 m2 concernés par les travaux de construction (fig.4). Quatre tranchées de 1.80 Selon le cahier des l'intervention 2 - m de large charges les tranchées ont été rebouchées, sans mélanger
  • Emprise du projet et du site sur le cadastre actuel. \ REPUBLIQUE FRANÇAISE ÏNISTERE DE LA CULTURE ET DE LA COMMUNICATION PREFECTURE DE LA REGION BRETAGNE * ARRETE n° 2004 - 014 port; région Bretagne, Préféré du département d'Ille-et-Vilairt^chevalier de Légion d'honneur
  • , Officier de l'Ordre national du mérite La Préfète de la la VU loi la du archéologiques 27 septembre le décret n° financières en modifiée portant réglementation des fouilles ; VU la loi n° 2001-44 du 17 VU 1941 janvier 2001 relative à l'archéologie préventive
  • , modifiée 2002-89 du 16 janvier 2002 relatif aux ; procédures administratives etv matière d'archéologie préventive ; VU, la demande de permis de construire 05605304Q1001, situé(e) à "la Nuette", Lescatel, commune d'Elven; reçue le 29 janvier 2004 par la Direction Régionale des
RAP02297.pdf (COURNON (56). vestiges gallo-romains repérés au lieu-dit la Boissière. rapport de diagnostic)
  • opération préventive de diagnostic
  • COURNON (56). vestiges gallo-romains repérés au lieu-dit la Boissière. rapport de diagnostic
  • : rédaction et mise en forme du rapport Eric Nicolas : Dessin Assisté par Ordinateur (DAO), Françoise Labaune : étude de la céramique gallo-romaine Pierrick Leblanc et Vincent Pommier : plan topographique et redressement des photos de terrain 2 1 - Introduction Les recherches menées au
  • contraste de couleur. Toutes les fondations empierrées ont été nettoyées manuellement et photographiées en plan (carrés de lxl m) Ces photographies ont été redressées sur ordinateur afin d'obtenir un plan exact des structures2. 2 - Résultats : (fig.4) Les structures archéologiques se
  • et étudié en tant que tel, et auquel se trouve rattaché plusieurs unités stratigraphiques (u.s.). 2 Travaux de redressement effectués par Pierrick Leblanc et Vincent Pommier (topographe inrap) et dessins assistés par ordinateur (DAO) par Eric Nicolas (inrap). 4 sud (5 est
  • MARCHETTI et Madame VINCENT pétitionnaire: Monsieur le Maire de Cournon Emprise du diagnostic archéologique : 857 m2 Principes méthodologiques : Utilisant un engin de travaux publics travaillant en mode rétro avec un godet lisse, le diagnostic consistera en tranchées successives
  • Vestiges gallo-romains repérés au lieu-dit "La Boissière" à Cournon dans le Morbihan Sommaire Pages Fiche signalétique Générique de l'opération 1 - Introduction 3 1.1 - Contexte géographique et géologique 3 1.2- Méthodologie 3 2 - Résultats 2.1 - Les traces
  • d'occupation gallo-romaine 4 4 2.1.1 - Des fondations empierrées 4 2.1.2 - Hypothèses concernant les fondations gallo-romaines 7 2.1.3 - Eléments de datation 7 2.1.4 - Tableau récapitulatif du mobilier découvert au niveau des structures gallo-romaines 8 2.2 - Les traces
  • d'occupations postérieures ou contemporaines de l'époque gallo-romaine 2.2.1 - Eléments de datation 3 — Conclusion Bibliographie Liste des figures Tableau récapitulatif Documents administratifs 8 9 9 Fiche signalétique Identité du site : Numéro de site : DA 05 01 01 01 Département
  • : Morbihan Communes : Cournon Référence cadastrale : Cornon : Sections ZI n°21 L'opération archéologique : Arrêté portant prescription de diagnostic archéologique : n°2005/059 Titulaire de l'autorisation de fouille : Eddy Roy Organisme de rattachement : INRAP Motifs de l'intervention
  • : Demande volontaire de diagnostic archéologique avant la probable construction d'un lotissement. Dates de l'intervention sur le terrain : le 14/06/2006 (préparation de chantier), du 19/06/2006 au 23/06/2006 et du 03/07/2006 au 05/07/2006. Dates de l'intervention en post-fouille : du 07
  • /07/2006 au 21/07/2006 Résultats : Une série de fondations empierrées appartenant à des murs de clôtures entourant en partie, une cour a été relevée sur l'emprise des futurs travaux d'aménagements. Ces structures peuvent être inhérentes à un sanctuaire ou correspondre à la pars
  • rustica d'une villa galloromaine. Lieu de dépôt des archives : Service Régional de l'Archéologie de Bretagne Lieu de dépôt de mobilier : INRAP, Cesson-Sévigné 1 Générique de l'opération Intervenants administratifs : Archéologie : Direction Régionale des Affaires Culturelles de
  • Bretagne, Service Régional de l'Archéologie 6, rue du Chapitre, 35044 Rennes, - Stéphane Deschamps, Conservateur régional de l'Archéologie, - Christine Jabloski, Conservateur du patrimoine. Institut National des Recherches Archéologiques Préventives, antenne Grand-Ouest (37 rue du
  • Bignon CS 67737 - 35577 Cesson-Sévigné cedex), - Gilbert Aguesse, Chef d'Antenne, - Michel Baillieu, adjoint scientifique et technique. Aménageur : M.Maurice Marchetti et Mme Annick Vincent, Etheline, 56200 Cournon. Entreprise de terrassement : Christophe Beaussire BP411 50500 Catz
  • Intervenants scientifiques et techniques durant la phase terrain : Eddie Roy, (assistant d'études), titulaire de l'autorisation de fouille, Eric Nicolas (technicien supérieur) et Pierrick Leblanc (topographe) Intervenant scientifique et technique durant la phase post-fouille : Eddie Roy
  • lieu-dit « La Boissière » à Cournon dans le Morbihan résultent d'une demande volontaire de diagnostic effectuée auprès du Service Régional de l'Archéologie de Bretagne. Ces investigations sont liées à l'élaboration du plan d'occupation des sols (fig.l à 3) et à l'implantation d'un
  • futur lotissement. En effet, les travaux envisagés sont susceptibles d'affecter des éléments du patrimoine archéologique, si l'on en juge par la présence d'une importante concentration de tegulae découverte dans ce secteur en 1977. La numérotation écrite est répétitive dans un
  • rapport de fouille, c'est pourquoi par mesure de simplicité et de compréhension du texte, les numéros en caractère gras concernent exclusivement les structures (ou faits) archéologiques, décrites dans le texte ou représentées sur les différentes figures. 1.1 - Cadre géographique et
  • géologique La parcelle concernée par le diagnostic archéologique se trouve à l'ouest de Cournon à proximité de l'ancien bourg. Le site est implanté en partie en bordure de plateau et sur le flan d'une petite vallée, formant une pente de 8 % dirigée vers le nord. Le substratum est
  • constitué du banc de roche gréseux recouvert par endroit de limon argileux ocre rougeâtre clair. Les couches superficielles de la partie sud du site sont composées de limon brunâtre homogène issue de l'exhaussement naturel des terres végétales, et de pédogénèse. La partie nord de
  • l'emprise présente une épaisseur de colluvions assez importante (dans cette partie du site le substrat apparaît à 0,60 m sous le niveau de sol actuel). 1.2 - Méthodologie D'après l'arrêté n°2005-059 portant prescription de diagnostic archéologique, l'opération était prévue initialement
RAP02320.pdf (PLOURIN-LES-MORLAIX (29). sondages systématiques avant l'implantation de deux éoliennes. rapport de diagnostic)
  • opération préventive de diagnostic
  • PLOURIN-LES-MORLAIX (29). sondages systématiques avant l'implantation de deux éoliennes. rapport de diagnostic
  • ) Intervenant scientifique et technique durant la phase post-fouille : Eddie Roy : rédaction et mise en forme du rapport Eric Nicolas : Dessin Assisté par Ordinateur (DAO), 2 1 - Introduction L'implantation de deux éoliennes au niveau d'un contexte archéologique sensible a amené le
  • ENERGIES NOUVELLES SARL Emprise du diagnostic archéologique : 15 000 m2 Principes méthodologiques : Le diagnostic devra être adapté à la nature des vestiges : série de sondages non destructeurs à la petie mécanique avec godet fisse jusqu'au substrat ou jusqu'au niveau des vestiges
  • Sondages systématiques avant l'implantation de deux éoliennes à Plourin les Morlaix dans le Finistère Rapport de diagnostic archéologique Mars 2008 Réf. INRAP : DA 05 00 85 01 Eddie Roy et Eric Nicolas INRAP Antenne Grand-Ouest 35577 Cesson-Sévigné. Service Régional de
  • TArchéologie Direction Régionale des Affaires Culturelles de Bretagne. 222 o Sommaire pages Fiche signalétique Générique de l'opération 2 1 - Introduction 3 1.1 - Cadre géographique et géologique (superficiel) de l'opération 3 1.2 - Méthodologie 3 2 - Conclusion Liste des
  • figures Figures Documents administratifs 4 Fiche signalétique Identité du site : Numéro de site : DA 05 00 85 01 Département : Finistère Communes : Plourin les Morlaix Lieu-dit : Coscoat Référence cadastrale : Section El n°773 L'opération archéologique : Arrêté portant
  • prescription de diagnostic archéologique : n°2005/006 Arrêté portant désignation du responsable scientifique : n°2008/032 Titulaire : Eddy Roy Organisme de rattachement : INRAP Motifs de l'intervention : Implantation de deux éoliennes Dates de l'intervention sur le terrain : le 03/03/2008
  • (préparation de chantier) et du 04/03/08 au 06/03/06. Dates de l'intervention en post-fouille : le 07/03/2008 Résultats : Principaux résultats : Aucune structure archéologique n'a été découverte. Lieu de dépôt des archives : Service Régional de l'Archéologie de Bretagne 1 Générique de
  • l'opération Intervenants administratifs : Archéologie : Direction Régionale des Affaires Culturelles de Bretagne, Service Régional de l'Archéologie 6, rue du Chapitre, 35044 Rennes, - Stéphane Deschamps, Conservateur régional de l'Archéologie, - Jean Yves Tynevez, Conservateur du
  • patrimoine. Institut National des Recherches Archéologiques Préventives, antenne Grand-Ouest (37 rue du Bignon CS 67737 - 35577 Cesson-Sévigné cedex), - Gilbert Aguesse, Chef d'Antenne, - Michel Baillieu, adjoint scientifique et technique. Aménageur : VSB Energies Nouvelles SARL, 4 rue de
  • la Tannerie, 35160 Monfort sur Meu Entreprise de terrassement : Christophe Beaussire BP411 50500 Catz Intervenants scientifiques et techniques durant la phase terrain : Eddie Roy, (assistant d'études), titulaire de l'autorisation de fouille, Eric Nicolas (technicien supérieur
  • Service Régional de l'Archéologie à demander une évaluation du potentiel archéologique (fig.l à 4). En effet, les travaux envisagés sont susceptibles d'affecter des éléments du patrimoine archéologique, si l'on en juge par la présence à proximité d'un camp supposé gallo-romain, dénommé
  • « camp romain de Pen Lan ». Le diagnostic archéologique a été mené sur le terrain du 04 au 06 Mars 2008. L'opération a nécessité pour cette phase, l'embauche de deux contractuels INRAP : Eddy Roy, responsable d'opération, et Eric Nicolas, technicien supérieur. Les terrassements ont
  • été effectués à l'aide d'une pelleteuse à chenilles muni d'un godet à lame lisse de 3 mètres de large. La post-fouille a été effectuée le 07/03/2008 par Eddie Roy (rédaction du rapport) et Eric Nicolas, (DAO) 1.1 - Cadre géographique et géologique (superficiel) de l'opération Le
  • site d'implantation des deux éoliennes se trouve au sud/ouest sur la commune de Plourin les Morlaix dans le Finistère nord, en bordure d'un plateau étroit bordé de deux profondes vallées, dont celle du Queffleuth à l'ouest (figure n°l). Le plateau est situé à une altitude moyenne de
  • 150 m ngf et le fond de vallée du Queffleuth se trouve à 84 m ngf. Le paysage actuel est ouvert compte tenu des arasements de nombreux talus et le projet se développe en bordure d'une voie communale. Le substrat est constitué de limon sableux ocre jaune, laissant apparaître
  • quelques affleurements du banc de schistes sous-jacent. Il apparaît directement sous une couche de 25 à 35 cm de terre arable, issue des mises en culture successives du secteur. 1.2 - Méthodologie 16 tranchées de 3 m de large pour une longueur de 20 à 214 m et d'une profondeur comprise
  • entre 30 et 35 cm ont été creusées, en partie en quinconce, au niveau de l'emprise des futurs travaux d'installation des deux éoliennes (fig.4). La surface totale des tranchées effectuées représente 2136 m2 et 14,24 % de l'emprise concernée par les travaux d'aménagement. Selon le
  • cahier des charges les tranchées ont été rebouchées, sans mélanger les terres, après l'intervention archéologique. Aucune structure archéologique n'a été découverte parmi les 16 tranchées systématiques. Le décapage mécanique consiste normalement à retirer successivement plusieurs
  • couches de terre jusqu'à l'apparition d'anomalies ou de vestiges archéologiques susceptibles d'être 3 conservés en substruction. Ces structures en creux (lorsqu'elles existent) sont repérables par simple contraste de couleur. 2 - Conclusion Les sondages archéologiques effectués sur
  • l'emprise des travaux se sont révélés dénués de toute structure ancienne. L'emprise du diagnostic se situe en périphérie des vestiges archéologiques. « Le Camp romain de Pen Lan », a été arasé dans les années 70, afin de laisser place à une vaste zone cultivable. Son emplacement n'est
RAP00561.pdf (archéologie du milieu rural en haute Bretagne aux époques pré-romaine et gallo-romaine. rapport de projet collectif de recherche)
  • projet collectif de recherches
  • archéologie du milieu rural en haute Bretagne aux époques pré-romaine et gallo-romaine. rapport de projet collectif de recherche
  • gallo-romains. En 1988, Marie-Yvane DAIRE, aidée par François BARBIER, a poursuivi le remplissage des fiches qui permettent de rentrer les données dans le fichier implanté sur le disque dur du micro-ordinateur BULL Micral 90-50 D du Laboratoire d'Archéométrie (Université de Rennes I
  • repris et uniformisés par un dessinateur. Le volume sera adressé au Comité de lecture de la Revue Archéologique de l'Ouest en Juin 1990. Le projet de volume a été présenté au Conseil de la R.A.O. qui a accepté le principe d'un supplément à paraître à la fin de 1990. Une aide à la
  • PROJET COLLECTIF DE RECHERCHE RAPPORT 1988 L'ETUDE DU MILIEU RURAL DE LA HAUTE BRETAGNE AUX EPOQUES PRE-ROMAINE ET GALLO-ROMAINE Loïc LANGOUET PROJET COLLECTIF DE RECHERCHE RAPPORT 1988 L'ETUDE DU MILIEU RURAL DE LA HAUTE BRETAGNE AUX EPOQUES PRE-ROMAINE ET GALLO-ROMAINE
  • LE PROJET COLLECTIF DE RECHERCHE Le Projet Collectif de Recherche (P.C.R.) intitulé "Archéologie du milieu rural en Haute-Bretagne aux époques pré-romaine et gallo-romaine" regroupe tous les chercheurs ou associations de chercheurs qui oeuvrent dans le domaine de la prospection
  • et désirent dépasser le simple stade de la découverte de site. La base de données disponibles par suite d'une mise en commun de toutes les découvertes concernant la période gallo-romaine comprend à ce jour 1487 sites (Fichier INVENT1.DON). Pour apprécier les progrès réalisés en un
  • un an, il suffit d'indiquer que dans le rapport de 1987, nous faisions état de 1 1 91 sites dans ce même fichier. La zone retenue pour l'étude lancée en 1984 (A.T.P. C.N.R.S.) correspond à la partie orientale de la Bretagne, dite Haute-Bretagne ou zone gallèse de la Bretagne
  • (Figure N°1). Elle a l'avantage d'inclure complètement les civitates des Coriosolites et des Riedones, tout en abordant des portions significatives des civitates des Vénères et des Namnètes, ce qui peut s'avérer intéressant pour des comparaisons entre différents territoires. Pour faire
  • des analyses plus fines dans l'espace géographique retenu, un découpage, basé sur le quadrillage Lambert I, a été mis en place (Figure N°2). Les participants au P.C.R. sont actuellement : - le Centre Régional d'Archéologie d'Alet (Ce.R.A.A.), - le Centre de Recherches
  • Archéologiques des Pays de Rennes (C.E.R.A.P.A.R.), - le Groupe des Prospecteurs des Pays de Vilaine, - le Groupe Archéologique de Montfort, - le Ce.R.A.M., - divers prospecteurs-étudiants (P. NAAS et P. OUTIN en particulier), - D. PIRAULT et G. LEROUX, aidés d'E. BEGUIN, vacataires à la
  • Direction des Antiquités Historiques des Pays de Loire. Plusieurs de ces groupes ont obtenu par ailleurs des moyens pour des opérations de prospection-inventaire (A. PROVOST et le C.E.R.A.P.A.R. ; L. LANGOUET et le Ce.R.A.A. ; M. GAUTIER et le Groupe des Prospecteurs des Pays de Vilaine
  • ). Des rapports séparés vont être adressés au Ministère de la Culture, via les Directions des Antiquités ; ils ont en commun de présenter le travail de terrain réalisé et de montrer les efficacités des opérations menées. Ainsi, en 1988 : - le C.E.R.A.P.A.R. a à son actif 95 sites, -le
  • Ce.R.A.A, 191 sites, - le Groupe des Prospecteurs de Vilaine, 130 sites. Tous les sites traités ne sont pas gallo-romains ; on peut évaluer à environ 270 le nombre de sites gallo-romains qui viendront alimenter le fichier INVENT1.DON du présent programme de recherche. Ainsi au niveau de
  • la publication envisagée en 1990, les synthèses pourront porter sur environ 1850 sites gallo-romains. Des réunions de travail ont été organisées pour : - des informations mutuelles de découvertes, - des exposés sur l'avancement de la recherche au sein du P.C.R., - la définition
  • des axes de recherche, - la composisition de la publication de 1990. Trois réunions ont eu lieu en 1988 les samedis 30 Avril, 25 Juin et 19 Novembre. Les moyens accordés en 1988, en baisse par rapport à ceux de 1987, ont été les suivants : 15.000 F de crédits de fonctionnement
  • (22.000 F demandés), 20.000 F de crédits d'analyses (datations) (39.000 demandés). CARTE DE LA HAUTE-BRETAGNE ZONES DEFINIES (Quadrillage LAMBERT I) 125 65- J j -J | ! ] ! ! I i 1 ! i r T 280 300 320 _J ; — g -15 212 240 260 0 349 50 km Lors de la
  • première réunion du 30 Avril, le programme de 1988 a été affiné et arrêté compte tenu des moyens réellement accordé. Il a compris : - la poursuite de la collecte et de la mise en forme des données à rentrer dans les fichiers informatisés (INVENT1.DON et SIGILLE.DON) du P.C.R., - la mise
  • au point d'un projet de publication, - l'amélioration de la caractérisation de l'environnement par la prise en compte des données pédologiques. En résumé, 1988 a été une année de rentrée intensive de données dans les divers fichiers (caractérisations des sites, données
  • pédologiques, expertises de céramiques sigillées, datations archéomagnétiques) et de réflexion dans l'optique de la publication. Dans les rapports de 1986 et 1987, nous avions respectivement décrit les possibilités du logiciel ATP et les améliorations apportées à plusieurs logiciels
  • (pédologie dans ATP, augmentation des possibilités cartographiques dans ATP, refonte de SIGILLE). Le présent rapport a pour objectif de décrire les travaux menés cette année et de donner une vue d'ensemble des documents d'exploitation des données mises en commun par les participants au
  • PCR, grâce au logiciel ATP. Du 16 au 18 Mars 1988, un stage de l'Institut du Patrimoine, intitulé "Techniques de prospection-inventaire archéologique", a été organisé à Rennes par l'équipe des prospecteurs travaillant dans le cadre du P.C.R., en collaboration avec la Direction des
RAP02741.pdf (SAINT-THURIAU(56). lann velin : sondages archéologiques au niveau d'un enclos fossoyé daté entre la fin du IIIe s av. J.-C. et la seconde moitié du Ier s ap. J.-C. rapport de diagnostic)
  • opération préventive de diagnostic
  • SAINT-THURIAU(56). lann velin : sondages archéologiques au niveau d'un enclos fossoyé daté entre la fin du IIIe s av. J.-C. et la seconde moitié du Ier s ap. J.-C. rapport de diagnostic
  • d’occupations antérieures à l’implantation de l’enclos principal. 19 2.2 - L’enclos fossoyé dont l’implantation est attribuée entre la fin du IIIe siècle avant notre ère et la seconde moitié du Ie siècle de notre ère. 20 2.2.1 - Le fossé périphérique principal. 20 2.2.2 - Les petits
  • fossés périphériques et concentriques de l’enclos principal. 23 2.2.3 - Les constructions sur poteaux placées à l’intérieur de l’enclos. 25 Rôle des petites constructions n°1 et 2. 2.2.4 - Rôle et comparaison de l’enclos de Saint Thuriau avec d’autres exemples régionaux. 29 30
  • d’études, responsable d’opérations et Philip Miler technicien supérieur. Les terrassements ont été effectués à l’aide d’une pelleteuse à chenilles, munie d’un godet de 3 m de large. La rédaction, les dessins assistés par ordinateur (D.A.O) et la mise en forme du rapport ont été
  • d’occupations antérieures à l’implantation de l’enclos principal. Figure n°09 : Fossé 70 antérieur à l’implantation de l’enclos principal. Il est possible que le fossé 52 soit également antérieur à l’enclos. 19 Saint Thuriau (56), « Lann Velin
  • » _____________________________________________ Février 2011 Seul le fossé 70 suivi sur une distance de 100 m, entre les tranchées de diagnostic n° 40 et n°41, est attesté antérieur à l’implantation de l’enclos principal (fig.09). Ce dernier a été implanté entre la fin du IIIe siècle avant notre ère et la seconde moitié du Ie
  • coupes et relevés stratigraphiques du fossé principal. 21 Saint Thuriau (56), « Lann Velin » _____________________________________________ Février 2011 Figure n°11 : Emplacement des sondages mécaniques et relevés photographiques des coupes stratigraphiques du fossé principal
  • principal. Deux fossés périphériques et concentriques ont été relevés en périphérie ouest et en partie côté nord de l’enclos (fig.13). 23 Saint Thuriau (56), « Lann Velin » _____________________________________________ Février 2011 Ces fossés 13 et 38 ont été sondés ponctuellement
  • également appartenir, puisque rien ne permet de l’affirmer dans le simple cadre du diagnostic (même profil, même texture des remblais de comblement et manque d’artefacts), à un état antérieur à l’implantation de l’enclos principal. Figure n°13 : Emplacement des coupes et relevés
  • plusieurs fosses ou trous de poteaux ont été relevés au niveau de l’emprise archéologique. Excepté 25 Saint Thuriau (56), « Lann Velin » _____________________________________________ Février 2011 l’impact n° 1, tous ont été relevés au sein de l’enclos principal. Souvent constitué
  • n°2 (fig.15), a livré en surface 3 fragments d’une même céramique, attribuée à la période laténienne tardive ou gallo-romain précoce. Figure n°15 : Impacts d’une ou plusieurs fosses, ou de trous de poteaux, relevés dans l’enclos principal et à proximité immédiate. L’impact n
  • confondues). Figure n°08 : Différentes phases d’occupations du site et Emplacements des prélèvements d’artefacts. Figure n°09 : Fossé antérieur à l’implantation de l’enclos principal. Figure n°10 : Emplacement des coupes et relevés stratigraphiques du fossé principal. Figure n°11
  • : Emplacement des coupes et relevés photographiques des coupes stratigraphiques du fossé principal. Figure n°12 : Partie est de l’enclos. Figure n°13 : Emplacement des coupes et relevés stratigraphiques des petits fossés périphériques. Figure n°14 : Recoupement très net entre le fossé 38 et
  • la petite structure longiligne 37, visible au niveau de la tranchée de diagnostic n°37. Cette structure pourrait correspondre à un état antérieur du fossé 38. Figure n°15 : Impacts d’une ou plusieurs fosses, ou de trous de poteaux, relevés dans l’enclos principal et à proximité
  • direction de Eddy Roy Inrap Grand Ouest mai 2012 Diagnostic archéologique Lieu-dit « Lann Velin ». sous la direction de avec la collaboration en phase terrain de avec la collaboration en phase post-fouille de Eddie Roy Philip Miler Laure Simon. n°2010-184 EA562700001
  • d’opération Rapport Final Nr site prescription SRA Arrêté de Saint Thuriau (Morbihan) INRAP Grand-Ouest 37 rue du Bignon DA 05 04 11 01 Code Inrap CS 67737 35577 Cesson Sévigné Mai 2012 Sommaire. Pages Données administratives, techniques et scientifiques 3 Fiche signalétique
  • . Intervenants. Mots-clefs des thesaurus. Arrêtés de prescriptions. Localisation de l’opération. 4 5 6 7 10 Résultats. 12 1 – Introduction. 13 1.1 - Cadre géographique et géologique (superficiel). 14 1.2 - Méthodologie. 15 2 - Les vestiges archéologiques. 17 2.1 - Des traces
  • 2.3 - Le parcellaire du XIXe siècle et fossés récents. 31 2.4 - Etude des céramiques. 32 3 - Conclusion et notice synthétique. 32 Bibliographie. Liste des figures. Tableau récapitulatif. 33 34 35 ___________________________ Localisation Propriétaire du terrain Lieu de
  • dépôt des archives : Région Bretagne Communauté de communes Pontivy communauté BP 96, 56303 Pontivy INRAP, Cesson-Sévigné __________________________ Références de l’opération Lieu de dépôt de mobilier : Numéro de l’arrêté de prescription INRAP, Cesson-Sévigné Département
  • Morbihan (56) Commune Saint Thuriau n°2010/184 Numéro de l’opération Adresse ou lieu-dit « Lann Velin » DA 05 04 11 01 Numéro de l’arrêté de désignation Non communiqué Codes Code INSEE Non communiqué Maître d’ouvrage des travaux d’aménagement Numéro de dossier Patriarche Non
  • communiqué Communauté de communes Pontivy communauté Numéro de l’entité archéologique Non référencé Nature de l’aménagement Coordonnées géographiques et altimétriques selon le système national de référence x : 1251000 Agrandissement d’une Zone d’Aménagement Concerté Opérateur
RAP01176.pdf (SAINT-MALO (35). bastion de Solidor (cité d'Alet). rapport de fouille programmée)
  • SAINT-MALO (35). bastion de Solidor (cité d'Alet). rapport de fouille programmée
  • bastion de Solidor à ALET.Depuis près d'un an micro-ordinateur APPLE II avec a ses différents périphéri- ques : - 2 lecteurs de disquettes - 1 imprimante thermique SILENTYPE - 1 visualisation grand écran SANYO - 1 table graphique - etc... Ces Ce.R.A.A pe appareils étaient
  • devrait à est apparue précéder d'inventaire peut l'Université et de Rennes, s ' était : pour faciliter 1 ' enrégistrement attribue un en numéro les chargé de ce travail.A identifications ,1e stade ordinateur .Comme d'inventaire à celui-ci chaque l'usage,une
  • —. "7 7b . 4 1 18.3 ¿i s ¿L .5 5.6 2.3 Statistiques portant sur 1200 objets de la disquette 1 •Jf •>: •): * * ± * t ± ± •+• •£ ± ± £ • if •+• * CODE PRINCIPAL OBJET * •if * ± •): * NOMBRE L -'OBJETS TRIES ~> I I I I I I I I I I I I I I I I I I I I I r I 1 ï I 3 I 4 I 5 I G
  • Ì Ministère de la Cultu re Direction des Antiquités Historiques de Bretagne Date d'envoi rjt : Octobre 1981 Rapport de Fouille Programmée Lieu Département 111e et Vilaine Commune Saint Malo Lieu-dit Bastion de Solidor Cadastre Dates Autorisation 31 Mars 1981
  • Intervention(début et fin) 6-31 Années antérieures d'intervention 1973 et 1980 Responsable Loïc L A N G O U E T Motif d'intervention Fouille Programmée Surface fouillée 56 m2 Estimation du gisement 200 m2 Nature du gisement gallo-romain et médiéval Nature des découvertes
  • oui Photographies légendées oui FOUILLES 1981 DU BASTION DE SOLIDOR (Cité d'ALET - SAINT MALO) Centre Régional Archéologique d'Alet Directeur : Loïc L A N G O U E T Fort de la Cité - 35400 - SAINT M A L O Remerciements Le Centre Régional Archéologique d'Alet tient à
  • sincèrement cier toutes les personnes qui ont aidé à la réalisation de cette fouille qui ont apporté leur soutien à notre projet.Des aides , complémentaires du Conseil Supérieur de la Recherche Archéologique,ont été apportées par seil Régional de Bretagne , par le Conseil Général d'Ille et
  • Vilaine et Municipalité de SAINT M A L O . remer1981 ou à celle le Conpar la Nous remercions le Conservateur du Musée des Cap-Horniers qui a facilité notre travail en mettant une partie de ses locaux à notre disposition, en condamnant une partie de la circulation pour notre
  • implantation et en assurant avec le service de nettoiement de la Ville l'enlèvement des déblais au fur et à mesure de la fouille. Il est n écessaire s'associer aux résultats de cette c a m p a g n e de fouille toutes les personnes qui ont travaillé sous notre direction sur le chantier du
  • bastion de Solidor.Sans eux , cette campagne n'aurait pas pu être menée à bien et je tiens à citer leurs noms en gage de remerciements sincères : Stephane P E N N E C Gilles HOGREL Bernard L E P R E T R E Thierry B O U Y A U X Frédéric L E M A R I E Fabienne B A U C H E Anne CHATELL1ER
  • Daniel M O U T O N Maurice HOUEIX Michel GALLOU Claudine H O L L E N D E R Jocelyn PETIT . Mathieu BURIE Michel BRAND'HONNEUR Philippe M A R T I N Michèle TRINQUART Didier B01USS0N Anne BECDELIEVRE Yannick FAUVEL Gaëlle DE LA P O R T B A R R E Laurence B R E T A G N E Marcel BIGOT
  • Servanne DE B O R E L Y Je souhaite que ce rapport témoigne de notre reconnaissance et que les résultats archéologiques que nous avons obtenus tous ensemble constituent la récompense de l'effort général d'autant mieux supporté que l'ambiance au sein de l'éouipe a été excellente et
  • ardente. LE PLAN DE FOUILLE Pour Solidor,nous organiser disposions partir de l'excavation - des cette deuxième campagne résultats de la première de fouille dans le bastion campagne en menée 1980.A (dénommée B) nous avons opéré deux extensions : l'une , à l'est
  • , composée de quatre carrés de 2 mètres sur 2 mètres et destinée à l'exploration du bâtiment médiéval et du bâti- ment gallo-romain antérieurement décelé, ( A ï - l'autre 2 mètres , à l'ouest et destinée , composée à de dix l'exploration des carrés de 2 mètres
  • structures sur carolingiennes et du bâtiment médiéval, (C.) Le code adopté pour repérer les différents carrés a été comman- dé par l'emploi de l'informatique sur le terrain (Cf chapitre suivant).Les coordonnées X étaient vers le sud.L 'altitude N.G.F.Tout repSrées
  • ^, dans de ces repérages chaque chaque l'est et les coordonnées objet était calculée par l'ordinateur sont destinés aux jet découvert (cartographie et coupes Nous carré, vers en Y , niveau utilisations ultérieures de chaque ob- stratigraphiques) avions plusieurs
  • problèmes à résoudre lors de cette campagne de fouille : d'aqueduc ne le canal , pré-romain d'origine, qu'il est possible de qualifier , conduisait l'eau depuis une source jusqu'à la machinerie gallo-romai- découverte en 1971 .L 'extension de 4 mètres vers l'ouest nous
  • laissait espérer la localisation précise de cette source. - le mur carolingien , dont l'abandon doit se situer dans la pre- mière moitié du Xème siècle,dont la largeur de 1,10 mètre laissait entrevoir une destination militaire nécessitait un complément de plan.De même les
  • couches de cette période méritait un complément de fouille ne serait-ce que pour affirmer l'occupation normande de cette première moitié du Xème siècle. - le bâtiment effondré gallo-romain avait été fouillé sur une faible surface .11 était nécessaire de fouiller une plus
  • grande partie de ce bâtiment intérieur du castellum gallo-romain. par un définir incendie le bâtiment violent médiéval n'avait été les limites de ces bâtiments dont que tout le mobilier partiellement accolés au rempart avait exploré.On été immobilisé devait
RAP01379.pdf (ERDEVEN (56). le tertre de lannec er gadouer. rapport intermédiaire de fouille programmée 1995-1997)
  • ERDEVEN (56). le tertre de lannec er gadouer. rapport intermédiaire de fouille programmée 1995-1997
  • , Rennes CNRS, Laboratoire de Préhistoire Armoricaine, Nantes Commune d'Erdeven Département du Morbihan N° de site: 56 0 54 0 21 AP Autorisation préfectorale du 9 mai 1995 Sommaire Remerciements Rappel des travaux effectués 1- Le caveau principal Fouille sous le pavage les relevés
  • , Bénédicte Quilliec, Léonne Renaud Jérôme Rousseau, Thierry Templier, Frank Vemeau. 3 Rappel des travaux effectués La première campagne de fouille programmée, en 1995, avait pour objectif principal de poursuivre et compléter l'étude stratigraphique du monument au niveau d'un
  • qu'il s'agit de l'acquisition sur le site de données photographiques (analogiques ou numériques) en vue de leur redressement par le biais du logiciel Aérophoto et cela grâce aux coordonnées polaires du chantier. L'acquisition d'un micro-ordinateur portable a permis une nouvelle
  • « mécaniquement »... Les listes descriptives peuvent, quoi qu'il en soit, être à tout moment reconnues par numérisation et reconnaissance automatique des caractères, s'il fallait un jour les intégrer à un logiciel approprié. Le caveau principal Fouille sous le pavage L'extension de la zone de
  • Erdeven (Morbihan) - Juillet 1996 Le tertre de Lannec er Gadouer (2èmc rapport intermédiaire de fouille programmée) par Christine Boujot et Serge Cassen 1996 Service Régional de l'Archéologie, Rennes CNRS, Laboratoire de Préhistoire Armoricaine, Nantes Commune d'Erdeven
  • Département du Morbihan N° de site: 56 0 54 0 21 AP Autorisation préfectorale du 9 mai 1995 Erdeven (Morbihan) - Juillet 1996 Le tertre de Lannec er Gadouer (2cmc rapport intermédiaire de fouille programmée) par Christine Boujot et Serge Cassen 1996 Service Régional de l'Archéologie
  • stratigraphiques au contact du caveau 2- Le parement et le fossé nord 3- La tranchée axiale Les monolithes piégés sous le tertre Le fossé sous-jacent au tertre ou fossé n° 4 p p 4- Le décapage de l'angle nord-ouest p 5- La façade du monument La fosse n° 3 La fosse n° 4 Un fragment de dalle
  • piquetée p Conclusions p Bibliographie Remerciements La campagne de fouille programmée sur le tertre de Lannec er Gadouer, réalisée en Juillet 1996, s'est déroulée dans des conditions tout à fait satisfaisantes grâce en particulier au soutien et aux contributions de différentes
  • personnalités et institutions que nous tenons ici à remercier: M.M. Vaginay, Ballu et Kayser, du Service Régional de l'Archéologie (SRA) à Rennes, pour nous avoir soutenu en permettant que les subventions 1996 nous soient attribuées en temps voulu ; M. Nabat, Maire d'Erdeven, pour nous avoir
  • accueilli avec chaleur et pour être intervenu afin r£ réduire le montant de la location des gîtes d'hébergement, et qui a pourvu à la restauration de la mi-joumée pour le groupe des fouilleurs ; M. Claudel, pour avoir compris tout l'intérêt d'une mise en valeur du patrimoine
  • archéologique et environnemental des terrains appartenant au département du Morbihan, et pour avoir bien voulu plaider en faveur d'une subvention consacrée aux recherches de terrain ; M. Couvin, de l'Office National des Forêts, pour avoir toujours fait preuve d'attentions à notre encontre
  • afin que les travaux d'entretiens des bois de Lann er Croc'h ne nous gênent en rien et nous soient au contraire bénéfiques pour dégager le monument ; M. L'Helgouac'h, Directeur du Laboratoire de Préhistoire Armoricaine (CNRS/université de Nantes), pour nous avoir laisser à
  • disposition du matériel de topographie et d'enregistrement déposé au laboratoire de Préhistoire ; M.M. Guillotin et Vellet (Sagemor - Vannes) pour avoir donné leur accord afin que le véhicule de service de l'ancien chantier de Locmariaquer nous soit prêté durant tout le temps nécessaire à
  • cette nouvelle intervention, assurant ainsi le transport des fouilleurs dans les meilleures conditions de sécurité ; M. Bailloud pour nous avoir fait connaître plusieurs documents souvent inédits de F. Gaillard et Z. Le Rouzic ; M. Audren, géologue au CNRS, pour avoir examiné avec
  • intérêt les nouvelles découvertes et nous faire profiter sur le terrain de sa grande connaissance du sous-sol morbihannais ; M. Querré, ingénieur au Palais du Louvre, pour s'être chargé d'analyses non destructrices sur la perle et la pendeloque découvertes l'an passé ; M. Bumez pour
  • avoir montré l'intérêt de la CIRA en nous visitant durant cette campagne ; Mlle Riskine, M. Le Roux pour nous avoir fait l'amitié d'une rencontre sur le site ; Enfin, nous ne saurions terminer cette page de remerciements sans citer les chercheurs et étudiants bénévoles expérimentés
  • qui ont bien voulu participer à tous les travaux de fouille et d'enregistrement, parfois dans de difficiles conditions atmosphériques... : Claire-Hélène Blanquet, Annie Gauthier, Yves Grudé, Jean-Noël Guyodo, Gaëlle Lannuzel, Grégor Marchand, Brigitte Nabat, Giorgio Nisbet
  • affleurement de deux pierres solidement fichées dans son tiers inférieur. A cet effet, deux tranchées de deux mètres de large furent ouvertes de part et d'autre de ces indices superficiels, de façon à pouvoir les découvrir parallèlement au dégagement des bordures latérales du monument. Afin
  • de dédoubler le panneau stratigraphique prévu à leur jonction, le creusement de ces tranchées fut décalé. Enfin, une troisième tranchée a permis l'obtention de deux autres coupes à partir des mêmes repères que précédemment jusqu'à l'arrière du tertre pour en observer le
  • développement stratigraphique axial. Ce procédé par tranchées « rayonnantes » a permis de dégager, avec les deux pierres apparentes, l'ensemble d'un dispositif composé de neuf supports de granité arcboutés autour d'une dalle monolithe « suspendue » à mi-hauteur de l'espace ainsi délimité. La
RAP01890.pdf (COAT-MEAL (29). "castel-huel ". dfs de diagnostic)
  • opération préventive de diagnostic
  • COAT-MEAL (29). "castel-huel ". dfs de diagnostic
  • soignés favorise ainsi les jeux de lumière. Le principe ornemental consiste à juxtaposer des aplats brillants de couleur graphitée dans la partie haute du vase, et des zones brutes tournées mâtes qui laissent apparaître des stries de tournage très rapprochées notamment dans la partie
  • Coat-Meal (Finistère) EVALUATION DU POTENTIEL ARCHÉOLOGIQUE AVANT LA CONSTRUCTION D'UN LOTISSEMENT AU LIEU-DIT CASTEL-HUEL A COAT-MEAL RAPPORT D'EVALUATION ARCHÉOLOGIQUE Réf. : 31 05 03 57 01 Ordre de mission INRAP n°03/2453 du 24/02/03 au 28/02/2003 Arrêté n°2002/152 portant
  • prescription de diagnostic archéologique Eddie Roy avec la collaboration de Eric Nicolas et Anne Françoise Cherel INRAP Antenne Grand-Ouest 35577 Cesson-Sévigné. Service Régional de l'Archéologie Direction Régionale des Affaires Culturelles de Bretagne. Sommaire Fiche signalétique
  • Générique de l'opération 1. INTRODUCTION 1.1 Cadre géographique et géologique 1.2 Méthodologie 2. RÉSULTATS 2.1 Les structures gauloises (Tène finale) 2.2 Les structures gallo-romaines 2.3 Les structures non attribuées chronologiquement 2.4 Présentation et étude des lots de
  • mobilier 2.4.1 La fin de l'époque gauloise 2.4.2 L'époque gallo-romaine 2.4.3 Conclusion de l'étude du mobilier 3. CONCLUSION-NOTICE SYNTHÉTIQUE Bibliographie Annexes : - Figures - Tableau récapitulatif - Documents administratifs Fiche signalétique Identité du site : Ref : 31 05 03
  • 57 01 Département : Finistère Commune : Coat-Meal Lieu-dit : Castel-Huel Cadastre : Section B, n°1516 Plan d'occupation des sols : Coordonnées Lambert : x = y= Altitude NGF : entre 67 et 70 mètres n.g.f. Propriétaire de terrain : SARL COFITERRAINS, 56 rue Kermaria, 29200 Brest
  • L'opération archéologique : Arrêté portant prescription de diagnostic archéologique : n°2002-152 Arrêté portant désignation du responsable scientifique : n° Ordre de mission INRAP : 03/2453 A partir du 24/02/03 jusqu'au 28/02/03 Titulaire : Eddie Roy Organisme de rattachement : INRAP
  • Motifs de l'intervention : Construction d'un lotissement Aménageur/maître d'ouvrage : SARL COFITERRAIN Surface totale de l'intervention archéologique : 15 964 m 2 Surface sondée : 1250 m 2 Dates de l'intervention sur le terrain : le 24/02/2003 - 24/02/2003 Dates de l'intervention en
  • post-fouille : le 10 /03/2003 et le 21/03/2003 Résultats : Principaux résultats : Les tranchées de diagnostic ont révélé la présence d'un parcellaire loti (constructions légères ; architecture bois/terre) comportant plusieurs états attribués entre la Tène finale et l'époque gallo
  • -romaine. Un fossé palissadé de 80 centimètres de profondeur a également été mis au jour. Côte d'apparition du vestige : à 40 cm sous le niveau de sol actuel. Type de structure : Fossés dont un palissadé à probables poteaux contigus, fosses et trous de poteaux. Période : Protohistorique
  • , gallo-romaine et peut-être médiévale (?). Lieu de dépôt des archives : Service Régional de l'Archéologie de Bretagne Lieu de dépôt de mobilier : Institut National des Recherches Archéologiques Préventives, antenne Grand-Ouest (37 rue du Bignon CS 67737 - 35577 Cesson-Sévigné cedex
  • ), Générique de l'opération Intervenants administratifs : Archéologie : Direction Régionale des Affaires Culturelles de Bretagne, Service Régional de l'Archéologie 6, rue du Chapitre, 35044 Rennes, - Stéphane Deschamps, Conservateur régional de l'archéologie, - Jean Yves Tinevez
  • , Conservateur du patrimoine. Institut National des Recherches Archéologiques Préventives, antenne Grand-Ouest (37 rue du Bignon CS 67737 - 35577 Cesson-Sévigné cedex), - Gilbert Aguesse, Chef d'Antenne, - Didier Dubant, adjoint, - Michel Baillieu, adjoint scientifique et technique. Aménageur
  • : SARL COFITERRAIN Entreprise de terrassement : Jo Le Gall, 359, rue des Abers 29860 Plouvien. Intervenants scientifiques et techniques durant la phase terrain : Eddie Roy, (assistant d'études, titulaire de l'autorisation de fouille), Eric Nicolas (technicien supérieur, dessins
  • assistés par ordinateurs). Intervenant scientifique et technique durant ia phase post-fouille : Eddie Roy, Eric Nicolas et Anne Françoise Cherel (spécialiste en céramologie protohistorique). 1 - Introduction L'implantation d'un lotissement prévu sur 15 964 m2, au niveau d'un contexte
  • archéologique sensible sur la commune de Coat-Meal dans le Finistère a amené le Service Régional de l'Archéologie à demander une évaluation du potentiel archéologique (fïg. 1, 2 et 3). En effet plusieurs indices archéologiques s'étalant chronologiquement de l'Âge du Bronze au Moyen Âge sont
  • répertoriés dans ce secteur et l'emprise du projet jouxte la motte castrale de Coat-Meal.1 L'opération archéologique, a nécessité pour la phase terrain, l'embauche de deux contractuels INRAP ; - un responsable d'opération ; Eddie Roy pendant 4 jours (dont une journée de préparation de
  • chantier), - un technicien ; Eric Nicolas pendant 4 jours. La post-fouille a nécessité 10 jours pour la rédaction et la mise en forme du rapport (Eddie Roy), 5 jours pour la DAO Dessin Assisté par Ordinateur (Eric Nicolas), et 5 jours pour l'étude du mobilier (Anne Françoise Cherel
  • ). 1.1- Cadre géographique et géologique L'implantation du lotissement est située au sud de la commune de Coat-Meal dans le Finistère, au lieu-dit « Castel-Huel » sur les parcelles B n°1516 du cadastre actuel (fig.3) et sur une légère pente de 2% (altimétrie de 70 mètres à l'extrémité
  • sud et 67 mètres n.g.f. à l'extrémité nord de l'emprise). Le site jouxte la motte castrale et se développe entre le chemin vicinal ordinaire n°l et le chemin du calvaire. Les couches superficielles argileuses brunâtres foncées, constituées de la terre arable et d'une couche sous
RAP03081.pdf (NOYAL-PONTIVY (56). ZI de Kerguilloten. rapport de diagnostic)
  • opération préventive de diagnostic
  • NOYAL-PONTIVY (56). ZI de Kerguilloten. rapport de diagnostic
  • rédaction, les dessins assistés par ordinateur (D.A.O) et la mise en forme du rapport ont été effectués par Eddie Roy et l’étude du mobilier archéologique par Richard Delage avec la collaboration de Nicolas Menez (céramologues, inrap). La numérotation écrite est répétitive dans un
  • distance du fossé principal attestent un lien chronologique et suppose la présence d’un éventuel talus. Le petit fossé 48, présente une ouverture de 1 m pour une profondeur conservée au niveau du décapage de 0,45 m. Son profil présente un fond chaotique et des parois évasées. L’aspect
  • à l’époque gallo-romaine de l’enclos principal (fossé 44) est suggérée par un unique tesson de céramique, prélevé dans les comblements du fossé 48. Ce Bord de pot (ou de marmite ?) de grande taille est en céramique commune de mode B galloromaine. Pâte très dégraissée de minéraux
  • ). 27 Noyal Pontivy (56), « Kerguilloten » _____________________________________________ Octobre 2014 Parmi les concentrations de trous de poteaux relevées au cœur de l’enclos principal, une seule est susceptible d’être attribuée à cette période. Figure n°15 : Trous de poteaux
  • l’enclos principal. Ces élément forment un rectangle orienté N/S de 2,10 m de large pour une longueur de 4,80 m. Les trous de poteaux ont un diamètre compris entre 0,55 m et 0,80 m. Figure n°18 : Fragment de meule prélevé dans le comblement du trou de poteau 80 (U.S.04). 30 Noyal
  • l’exposition présentée au musée ARCHEA, Archéologie en Pays de France. Roissy Porte de France, Roissy-en-France, p. 63-70. 31 Noyal Pontivy (56), « Kerguilloten » _____________________________________________ Octobre 2014 fonctionné avec l’enclos principal. Cependant, faute de
  • au cœur de l’enclos principal ce fossé se raccorde vers le N/E à un élément formant un renvoi d’angle, le fossé 45 (fig.20). Bien qu’il n’ait pas livré de mobilier, le fossé 47, placé à proximité, présente le même acabit. Il semble y avoir un lien évident entre ces trois fossés
  • (46, 45 et 47). Ces fossés peuvent correspondre à des divisions internes de l’enclos principal (voir à un système d’enclos imbriqués), la présence d’un talus interne est perceptible sur leur coupe stratigraphique. Ces éléments ont peut être un lien direct avec les trous de poteaux
  • avoisinants (fig.20), mais aussi appartenir à une restructuration par un léger changement d’orientation du système parcellaire avec peut être l’abandon de l’enclos principal. Nous ne pouvons le définir dans le cadre du diagnostic. 32 Noyal Pontivy (56), « Kerguilloten
  • l’enclos principal attribué à l’époque gallo-romaine (fig.24). Cet ensemble relevé dans la tranchée de diagnostic n°22, est constitué de sept trous de poteaux (fig.29) dont le diamètre varie de 0,50m à 0,72 m. Trois d’entre eux ont été sondés et le plus imposant atteint une profondeur
  • Pontivy (56), « Kerguilloten » _____________________________________________ Octobre 2014 Figure n°33 : Structures de l’ensemble n°20. Les trous de poteaux de l’ensemble n°18 sont placés à l’extérieur de l’enclos principal, à une quarantaine de mètres de son angle S/O (fig.24). Cet
  • marqué en périphérie par un talus. En effet, la présence des deux petites portions de fossé, 167 et 168, relevées parallèlement à 3 m du fossé principal, au niveau de l’extrémité sud de la tranchée de diagnostic n°17, n’est probablement pas anodine (fig.36). La forme de cette partie
  • Régionale de l’Archéologie de Bretagne et diagnostic effectué en 2012, placé à proximité immédiate de la nouvelle intervention. L’enclos principal comporte plusieurs fossés internes. Ces derniers peuvent correspondre à des partitions (séparations entre les différentes 58 Noyal
  • Diagnostic archéologique Morbihan, Noyal Pontivy, Z.I. de «Kerguilloten» Diagnostic archéologique réalisé avant l’agrandissement de la Zone Industrielle de «Kerguilloten» à Noyal Pontivy (Morbihan). Sous la direction de : Eddie Roy Avec la participation de : David Gache
  • Inrap Grand Ouest, Octobre 2014. Quimper (Finistère) Noyal Pontivy (Morbihan), Lieu-dit « Kerguilloten ». « ZAC de Kerlic Tranche n°2». communiqué Non Octobre 2014 Nr site Code INSEE Rapport Final d’opération Diagnostic archéologique Noyal Pontivy (56), « Kerguilloten
  • » ________________________________________________ avec la collaboration de David gache S.R.A : 2014/250 prescription SRA Eddie Roy Code Inrap D108665 Système d’information Arrêté de Entité archéologique sous la direction de INRAP Grand-Ouest 37 rue du Bignon CS 67737 35577 Cesson Sévigné octobre 2014 1 Noyal Pontivy
  • (56), « Kerguilloten » ________________________________________________ Sommaire. Octobre 2014 Pages Données administratives, techniques et scientifiques 3 Fiche signalétique. 4 Mots-clefs des thesaurus. 5 Intervenant. 6 Arrêté de prescription contenant le cahier des
  • charges. 7 Localisation de l’opération 9 Résultats 10 1 – Introduction. 12 1.1 - Cadre géographique et géologique (superficiel). 13 1.2 – Méthodologie. 13 2 – Les vestiges archéologiques. 2.1 – Les vestiges Gallo-romains. 19 22 2.1.1 – L’enclos d’habitat. 23 2.1.2
  • – Les fossés de parcellaire attribués à l’époque gallo-romaine. 31 2.1.3 – Les fossés de parcellaire susceptibles d’être reliés chronologiquement à l’époque gallo-romaine. 2.2 – Les vestiges à chronologie indéterminée. 36 41 2.2.1 - Les empreintes de constructions sur poteaux
  • . 41 2.2.2 – Une partie d’enclos en arc de cercle. 54 2.3 – Les structures récentes. 54 3 - Conclusion et notice synthétique. 57 Bibliographie. 59 Liste des figures. 60 Inventaires techniques 62 Tableaux récapitulatifs. 69 2 Noyal Pontivy (56), « Kerguilloten
RAP02017.pdf (LOCMARIAQUER (56). le Mane Rutual, relevé de gravures pariétales)
  • LOCMARIAQUER (56). le Mane Rutual, relevé de gravures pariétales
  • campagne de relevés « numériques », soit sur des surfaces anciennement inventoriées, soit sur de nouvelles stèles (chambre). Pour la première fois encore seront restituées les formes exactes des stèles grâce à des procédés de levés topographiques et de traitement par ordinateur des
  • l'utilisation de l'image numérique, dont les procédures fixées peuvent désormais être appliquées sous micro-ordinateur à des vestiges de lecture difficile comme les signes gravés des stèles des V° et rV° millénaires av. J.-C. Les premiers résultats positifs furent déjà diffusés (Boujot et la
  • ordinateur a cependant exigé au préalable un traitement simple des photographies. Le logiciel Adobe Photoshop 6 a dans un premier temps réduit l'image originale à un document de 17,4 cm de longueur suivant une résolution de 300 ppi ; puis un réglage automatique par « égalisation » fait
  • . Principe de fonctionnement de la technique, qui consiste à définir : - une fenêtre de lever sur la paroi ; - un pas horizontal et vertical définissant le quadrillage ; - une tolérance de distance entre chaque point successif. La fenêtre est définie par le coin haut gauche et le coin bas
  • Laboratoire de Préhistoire et Protohistoire de l'ouest de la France, Nantes Convention de recherche LOCMARIAQUER (MORBIHAN, 2003-2004) RELEVÉS DE GRAVURES PARIÉTALES (V° MILLÉNAIRE AV. J.-C.) LE MÎNE «UTUAL et Benoît Lefèbvre Moatassem Merheb Delphine Ravry CNRS (UMR 6566
  • ), Université de Nantes Direction de l'Architecture et du Patrimoine Direction régionale des Affaires Culturelles, Rennes Service régional de l'Archéologie de Bretagne Nov. 2003 - Juin 2004 CONVENTION DE RECHERCHE CNRS, Laboratoire de Préhistoire (UMR 6566), Université de Nantes
  • Direction de l'Architecture et du Patrimoine Direction régionale des Affaires Culturelles, Rennes Service régional de l'Archéologie de Bretagne *** LOCMARIAQUER (MORBIHAN) RELEVES DE GRAVURES PARIETALES (V° MILLENAIRE AV. LE MANE J.-C.) RUTUAL * Résumé : La tombe à couloir du Mané
  • Rutual est une des premières, dès le début du XIXe siècle, à bénéficier de l'attention des savants intéressés par les signes gravés en surface des orthostates. Malgré cela, après 150 ans d'observations, plusieurs gravures inédites seront encore une fois découvertes durant cette
  • surfaces (3D). Ces méthodes ont permi de comprendre, entre autre, la dyssimétrie de la figure phallique du plafond (enlèvement ancien d'une plaque rocheuse qui a soustrait la « boucle » latérale de la figure) ; elles permettront également, un jour prochain nous l'espérons, de répliquer
  • en d'autres lieux des fac-similé de ces repérsentations par trop difficiles à reconnaître aujourd'hui en visite touristique commune, et plus encore à les sauver d'une destruction insidieuse. La découverte inopinée et l'enlèvement provoqué par nos soins d'un rare polissoir en
  • excellent état - devant la menace d'un vol en préparation - nous poussent encore une fois à alerter les services administratifs ainsi que la commune concernée sur les dégradations et agressions permanentes que ces monuments doivent subir. Les conditions de travail dans ce monument
  • mondialement connu furent d'ailleurs déplorables, le sol étant jonché d'immondices, de verres coupants récemment brisés particulièrement dangereux lors de nos prises de vues en position couchée sous le plafond. La signalisation, la grande accessibilité du monument et sa situation
  • privilégiée dans le bourg de Locmariaquer ont fait de ce lieu un passage obligé pour le tourisme passé et actuel. A l'image des autres tombes préhistoriques de la commune, ces gravures subissent des dommages incessants (ablation, surlignage à la peinture, craie grasse, noir de fumée, tags
  • , etc.) qui vont en s'aggravant avec la pression prévisible du nombre de visiteurs.... Nous ne saurions trop attirer l'attention de tous sur l'urgence à traiter cette question, à nos yeux et dans l'échelle des agressions sur le patrimoine morbihannais, bien plus alarmante que les
  • pseudos couches archéologiques piétinées par les visiteurs autour de milliers de menhirs... Ce sont, à n'en pas douter, des pièces uniques en Europe occidentale, dont nous constatons l'effacement irrémédiable au moment même où nous renouvelons entièrement l'interprétation sémiologique
  • et historique à leur sujet; au moment même où leur interprétation permettra justement de comprendre l'énigme des files de pierres dressées. Sommaire Résumé/Note 1- Objectifs p. 3 2- Répartition des tâches p. 4 3- Historique des recherches sur les gravures du Mané Lud p. 4
  • 4- Procédures p. 8 Causes des difficultés rencontrées Protocoles, chaîne opératoire Les opérations de levés topographiques 5- Distribution des stèles gravées p. 16 6- Nature des tracés p. 18 7- Descriptif des gravures p. 18 8- Propositions pour un nouveau Corpus des signes
  • gravés 9- Note des auteurs : Mesures de protection Bibliographie p. 28 p. 26 p. 25 1- Objectifs de la convention Cette nouvelle convention de recherche se place dans la continuité du précédent programme qui avait permis, avec les mêmes partenaires (DRAC et SRA de Bretagne, CNRS
  • et Laboratoire de Préhistoire) et des moyens financiers identiques, d'établir un récapitulatif inédit des gravures néolithiques récemment découvertes dans la région du Golfe du Morbihan. Cette opération avait permis de prolonger nos précédents essais techniques relatifs à
  • . 2000b ; Cassen, Vaquero 2003) et des études sous presse présenteront les acquis de la précédente campagne, encore plus fructueuse (Cassen, Vaquero à paraître, GalliaPréhistoire). Partant de cette expérience et une fois le bilan effectué, décision fut prise d'envisager concrètement
RAP02279.pdf (LE HÉZO (56). l'établissement gallo-romain de la pointe de la Garenne. rapport de prospection thématique avec sondages 2007)
  • LE HÉZO (56). l'établissement gallo-romain de la pointe de la Garenne. rapport de prospection thématique avec sondages 2007
  • ET OBJECTIFS 2. METHODES, MOYENS MIS EN ŒUVRE 2.1 METHODE ELECTRIQUE MANUELLE 4 5 5 2.1.1 PRINCIPE DE BASE 5 2.1.2 MATERIEL UTILISE 5 2.1.3 PROTOCOLE D'ACQUISITION 6 2.2 MÉTHODE ÉLECTRIQUE ARP 7 2.2.1 PRINCIPE DE BASE 7 2.2.2 MATÉRIEL UTILISE 7 2.2.3
  • 2.1.1 Principe de base La méthode électrique permet de caractériser les variations de la résistivité électrique apparente du sous-sol. Elle consiste en la mesure de la différence de potentiel (tension électrique mesurée en Volt) générée par un courant, d'intensité fixée (quelques mA
  • mesure employée est dite « pôle-pôle ». Les mesures acquises avec ce dispositif ne présentent pas d'anisotropie marquée, elle est donc bien adaptée aux études archéologiques. Un ordinateur portable permet de visualiser sur le site les valeurs mesurées. Une première image grossièrement
  • l'interprétation, et la sortie papier incluse dans ce rapport. Un CD avec les images est fourni afin d'obtenir une meilleure visualisation. 2.2 Méthode électrique ARP 2.2 .1 Principe de base La méthode électrique permet de caractériser les variations de la résistivité électrique apparente du
  • Rétablissement gallo-romain de la pointe de la Garenne au Hézo (Morbihan - site n° 56 084 002) Rapport de prospection thématique e de sondages archéologiques (autorisations n °2007-217 jusqu'au 31/12/07 et n° 2007-263 du 20/10/07 au 20/11/07) Sébastien DARE C.E.R.A.M. Centre
  • d'Etudes et de Recherches Archéologiques du Morbihan 6, rue de la Tannerie - 56000 Vannes Service régional de l'archéologie, DRAC Bretagne L'établissement gallo-romain de la pointe de la Garenne au Hézo (Morbihan) site n° 56 084 002 DRAC-SRA 2 3 JAN. 2008 COURRIER ARRIVE! Rapport
  • de prospection thématique et de sondages archéologiques (autorisations n° 2007-217 jusqu'au 31/12/2007 et n° 2007-263 du 20/10/2007 au 20/11/2007) DARE Sébastien C.E.R.A.M. Centre d'Etudes et de Recherches Archéologiques du Morbihan 6, rue de la Tannerie - 56000 Vannes Service
  • régional de l'archéologie - DRAC de Bretagne 2007 Photos de couverture : Vue d'ensemble du sondage pointe de la Garenne. m 5 et deux vues du panorama depuis FICHE SIGNALETIQUE LOCALISATION DE L'OPERATION Site n° 56 084 002 Département : MORBIHAN (56) Commune : LE HEZO Lieu-dit
  • ou adresse: Pointe de la Garenne - Pointe de Corn-er-Vechen Année du cadastre: 1984 Section(s) et parcelle(s): A n° 21, 22, 24, 40, 41, 46, 54 et 204 Coordonnées Lambert X= 221 411 Zone: Altitude : 9 m Y = 2299 886 IDENTITE DE L'OPÉRATION Prospection thématique
  • : Autorisation n°: 2007 - 217 Valable jusqu'au 31 décembre 2007 Sondages : Autorisation n°: 2007 - 263 Valable du 20/10 au 20/11/2007 Responsable scientifique : DARE Sébastien Programme n° 2006-015 Programme n° 2006-015 Organisme de rattachement : autre association C.E.R.A.M. Propriétaire
  • du terrain : M. Jean-Louis Gain, Le Hayo, 56450 Le Hézo Mme Ginette Goupil, La Ville au Vent, 56450 Le Hézo Conseil Général du Morbihan, Rue Saint-Tropez, 56000 Vannes Nature et intitulé de l'opération : Prospection thématique et sondages archéologiques Surface fouillée: 310 m2
  • Fouille menée jusqu'au substrat: OUI Surface estimée du site : 2 à 3 hectares NON Sinon, altitude du fond de fouille : RÉSULTATS SCIENTIFIQUES DE L'OPERATION" Mots clés : prospection géophysique - Chronologie : périodes gallo-romaine (Haut-Empire et Antiquité Tardive) - Vestiges
  • immobiliers : fossés, trou de poteau, solin de fondation - Vestiges mobiliers : céramique, verre, fragments de marbres, tuffeau travaillé ossements, coquillages, matériaux de construction en terre cuite Commentaire : vaste établissement antique avec plusieurs bâtiments disséminés
  • , probablement une grande villa Lieu de dépôt du matériel archéologique : dépôt archéologique du Morbihan (Vannes) ; des fonds documentaires: Service Régional de l'Archéologie de Bretagne (Rennes) REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES DU RAPPORT Année: 2007 Auteur(s) : DARE Sébastien Collaborateur(s
  • ) : DARE Jean-Luc Titre : L'établissement gallo-romain de la pointe de la Garenne au Hézo (Morbihan) Rapport de prospection thématique et de sondages archéologiques Nombre de volumes : 1 nombre de pages : 78 nombre de fig. : 11 nombre de photos : 27 Sommaire Fiche signalétique
  • Sommaire Liste des figures Liste des photos Remerciements 1 2 3 5 1. Introduction 6 2. La végétation du débroussaillement 3. site et méthodologie des opérations de Un type d'aménagement parcellaire particulier : délimités par des murs en pierres sèches 8 les enclos 9 4. La
  • prospection géophysique 11 5. Description et analyse des sondages 12 12 13 14 15 15 17 18 18 19 5.1 : Méthodologie 5.2 : Le sondage 111 5 5.3 : Le sondage 111 6 5.4 : Le sondage 111 7 5.5 : Le sondage III 8 5.6 : Le sondage III 9 5.7 : Le sondage V 1 5.8 : Le sondage V 2 5.9 : Les
  • sondages VI 1, VI 2. VI, 3. VI 4 et VI 5 6. Bilan et synthèse de la prospection géophysique et des sondages 6.1 : Secteur III 6.2 : Secteur V 6.3 : Secteur VI 20 20 21 22 7. Conclusion 23 8. Bibliographie 25 1 Liste des figures Fig. 01 : localisation du site de l'établissement
  • antique de la pointe de la Garenne - Corn-erVechen (carré rouge) sur fond de carte IGN (série bleue - 0921 OT - Vannes, Golfe du Morbihan - éch. : 1/25000 ème - 1997). Fig. 02 : localisation des quatre secteurs fouillés en 2005 et 2006 sur le cadastre actuel de la commune du Hézo (1984
  • - section A) et sur cliché aérien de 1TGN (Logiciel Photo explorer - 2001). Fig. 03 : évolution de la végétation sur le site de la pointe de la Garenne de 1952 à 2004. Fig. 04 : cartes de la végétation en 1 844 et actuellement avec la localisation des enclos A, B, C et D ainsi que les
RAP00508.pdf ((22)(35). archéologie du milieu rural en haute Bretagne. rapport de projet collectif de recherche)
  • projet collectif de recherches
  • (22)(35). archéologie du milieu rural en haute Bretagne. rapport de projet collectif de recherche
  • disque dur du micro-ordinateur BULL Micral 90-50 D du Laboratoire d'Archéométrie (Université de Rennes I). M.Y. DAIRE a aussi assuré la rentrée des données informatisées. Près de 200 sites nouveaux ont été inclus dans le fichier INVENT1 .DON, portant à 1641 le nombre de sites
  • volume sera adressé au Comité de lecture de la Revue Archéologique de l'Ouest en janvier 1991. Le projet de volume a été présenté au Conseil de la R.A.O. qui a accepté le principe d'un supplément à paraître en 1991. Une aide à la publication sera demandée pour 1991 afin de réaliser la
  • PROJET COLLECTIF DE RECHERCHE LE MILIEU RURAL DE LA HAUTE-BRETAGNE AUX EPOQUES PRE-ROMAINE ET GALLO-ROMAINE RAPPORT 1989 Autorisation piuriannueile 1989-1990 Responsable : Loïc PROJET COLLECTIF DE RECHERCHE LE MILIEU RURAL DE LA HAUTE-BRETAGNE AUX EPOQUES PRE-ROMAINE ET
  • GALLO-ROMAINE RAPPORT 1989 Autorisation piuriannueile 1989-1990 Responsable : Loïc LANGOUET LE PROJET COLLECTIF DE RECHERCHE Le Projet Collectif de Recherche (P.C.R.) intitulé "Archéologie du milieu rural en Haute-Bretagne aux époques pré-romaine et gallo-romaine" regroupe tous
  • les chercheurs ou associations de chercheurs qui oeuvrent dans le domaine de la prospection et désirent dépasser le simple stade de la découverte de site. La base de données disponibles par suite d'une mise en commun de toutes les découvertes concernant la période gallo-romaine
  • comprend à ce jour 1641 sites (Fichier INVENT1.DON). Pour apprécier les progrès réalisés en deux ans, il suffit d'indiquer que dans le rapport de 1987, nous faisions état de 1 191 sites dans ce même fichier. La zone retenue pour l'étude lancée en 1984 (A.T.P. C.N.R.S.) correspond à la
  • partie orientale de la Bretagne, dite Haute-Bretagne ou zone gallèse de la Bretagne (Figure N°1). Elle a l'avantage d'inclure complètement les civitates des Coriosolites et des Riedones, tout en abordant des portions significatives des civitates des Vénèfes et des Namnètes, ce qui
  • peut s'avérer intéressant pour des comparaisons entre différents territoires. Pour faire des analyses plus fines dans l'espace géographique retenu, un découpage, basé sur le quadrillage Lambert I, a été mis en place (Figure N°2). Les participants au P.C.R. sont actuellement : - le
  • Centre Régional d'Archéologie d'Alet (Ce.R.A.A.) (Président L. LANGOUET), - le Centre de Recherches Archéologiques des Pays de Rennes (C.E.R.A.P.A.R.) (Président A. PROVOST), - le Groupe des Prospecteurs des Pays de Vilaine (M. GAUTIER et G. LEROUX), - le Groupe Archéologique de
  • Montfort (Président J.L MONNIER), - le Centre de Recherches Archéologiques du Morbihan (Ce.R.A.M.) (Président A. TRISTE), - divers prospecteurs-étudiants (P. NAAS et P. OUTIN en particulier), - D. PIRAULT et G. LEROUX, aidés d'E. BEGUIN, vacataires à la Direction des Antiquités
  • Historiques des Pays de Loire. Plusieurs de ces groupes ont obtenu par ailleurs des moyens pour des opérations de prospection-inventaire (A. PROVOST et le C.E.R.A.P.A.R. ; L LANGOUET et le Ce.R.A.A. ; M. GAUTIER et G. LEROUX et le Groupe des Prospecteurs des Pays de Vilaine). Des rapports
  • séparés vont être adressés au Ministère de la Culture, via les Directions des Antiquités ; ils ont en commun de présenter le travail de terrain réalisé et de montrer les efficacités des opérations menées. Ainsi, en 1989, pour le seul domaine géographique concerné par le PCR : - le
  • C.E.R.A.P.A.R. a à son actif 190 sites, - le Ce.R.AA, 353 sites, - le Groupe des Prospecteurs de Vilaine, 205 sites (M. GAUTIER) et 450 sites (G. LEROUX), - P. NAAS, P. OUTIN, G. JUMEL ont à leur actif environ 90 sites. L'année 1989 a été marquée par une sécheresse exceptionnelle en Haute
  • -Bretagne. La prospection aérienne a été très bénéfique : 1070 structures archéologiques, correspondants à des sites inédits à raison de 90 %, ont été découverts et localisés. Ce fort taux de découverte aura divers prolongements immédiats : - quatre expositions itinérantes réalisées et
  • gérées par les groupes participants au P.C.R. (public prévu : les écoles, les mairies et les lieux publics). Intitulées LE PASSE VU DU CIEL, elles seront personnalisées aux quatre principales micro-régions de la Haute-Bretagne ; - un numéro spécial des Dossiers du Ce.RAA. (N°M-1990
  • ) présentant en détail les découvertes aériennes effectuées en 1989 par ce Centre ; - une alimentation exceptionnelle du fichier du P.C.R. en sites gallo-romains. Tous les sites traités ne sont pas gallo-romains ; pour 1989 on peut évaluer à environ 350 le nombre des nouveaux sites gallo
  • -romains qui viendront alimenter le fichier INVENT1.DON du présent programme de recherche. Ainsi au niveau de la publication envisagée en 1990, les synthèses pourront porter sur environ 2000 sites gallo-romains, les derniers sites localisés devant être inclus dans le premier semestre de
  • 1990. Des réunions de travail ont été organisées pour : - des informations mutuelles de découvertes, - des exposés sur l'avancement de la recherche au sein du P.C.R., - la définition des axes de recherche, - la composisition de la publication de 1990. Trois réunions ont eu lieu en
  • 1989 les samedis 25 Février, 29 Avril et 21 Octobre. Les moyens accordés en 1989, dans le cadre d'une autorisation piuriannueile, en légère hausse par rapport à ceux de 1988, ont été les suivants : 20.000 F de crédits de fonctionnement , 20.000 F de crédits d'analyses (datations
  • ). Lors de la première réunion du 25 Février, organisée à Montgermont et ouverte au grand public, des exposés ont présenté l'état d'avancement des recherches par les différents groupes. Le 29 Avril, le programme de 1989 a été affiné et arrêté compte tenu des moyens réellement accordés
RAP01303.pdf (ERDEVEN (56). le tertre de Lannec er gadouer. rapport intermédiaire de fouille programmée 1995-1997)
  • ERDEVEN (56). le tertre de Lannec er gadouer. rapport intermédiaire de fouille programmée 1995-1997
  • archéologique Le complexe régional des tertres funéraires Rappel des travaux effectués Les objectifs de 1995 p.4 P-5 P-6 P-7 1- Les tranchées exploratoires P-8 2- Le caveau principal p.9 3- Reprise de la tranchée sud de 1994 : p.10 4- Le nouvel environnement archéologique immédiat
  • superficielles et l'on dut se résoudre à poursuivre le dégagement de façon manuelle tant les indices de structures semblaient poindre sous l'horizon humifère. Cette tranchée de 2 m de large fut appuyée sur la zone supposée appartenir au caveau principal, zone qui subit un décapage manuel
  • périphérique. 2- Le caveau principal Dès l'instant où la couche humifère fut enlevée, il s'avéra de manière indiscutable que nous étions bien en présence d'une structure élaborée différente de celles déjà repérées dans le corps du monument. Afin de conserver le plus longtemps possible
  • interne curieusement placé au niveau du dépôt mobilier principal - laissent entrevoir des signes évidents de piquetage (la roche est écaillée par percussion directe oblique au moyen d'un galet de quartz). A l'intérieur du sépulcre, le comblement sédimentaire ainsi que l'effondrement de
  • les soins apportés à leur reconnaissance. Le dépôt funéraire est partagé en deux lots diamétralement opposés : le dépôt principal, constitué d'une céramique, d'une lame de hache en fibrolite, d'une pendeloque en jadéite, d'une perle en lignite et d'un gros perçoir en quartz se
  • Erdeven (Morbihan) - Juin-Juillet 1995 Le tertre de Lannec er Gadouer (rapport intermédiaire de fouiïle programmée) par Christine Boujot et Serge Cassen J 1995 Service Régional de l'Archéologie, Rennes UMR 153 du CNRS, Laboratoire de Préhistoire Armoricaine, Nantes Commune
  • d'Erdeven Département du Morbihan N° de site : 56 0 54 0 21 AP Autorisation préfectorale du 9 m Erdeven (Morbihan) - Juin-Juillet 1995 Le tertre Lannec er Gadouer (rapport intermédiaire de fouille programmée) par Christine Boujot et Serge Cassen 1995 Service Régional de
  • l'Archéologie, Rennes UMR 153 du CNRS, Laboratoire de Préhistoire Armoricaine, Nantes Commune d'Erdeven Département du Morbihan N° de site : 56 0 54 0 21 AP Autorisation préfectorale du 9 mai 1995 Sommaire Remerciements Introduction Bref historique des recherches. L'environnement
  • p. 10 4- Synthèse intermédiaire p. 11 5- Objectifs pour 1996 p.il Bibliographie p.12 Dessins, photos. 2 Remerciements La campagne de fouille programmée sur le tertre de Lannec er Gadouer, réalisée en juin et Juillet 1995, s'est déroulée dans des conditions tout à fait
  • satisfaisantes grâce en particulier au soutien et aux contributions de différentes personnalités et institutions que nous tenons ici à remercier: M.M. Vaginay et Kayser, du Service Régional de l'Archéologie (SRA) à Rennes, pour nous avoir rapidement sollicité afin de tenter d'établir, en 1993
  • , un bilan des dommages subis par le tertre, puis pour avoir appuyé notre requête auprès du comité d'experts qui, en la personne de M. Burnez, a bien voulu donner un avis favorable à la poursuite des travaux de terrain ; M. Nabat, Maire d'Erdeven, pour nous avoir accueilli avec
  • chaleur et qui a pourvu à la restauration de la mi-journée pour le groupe des fouilleurs ; M. Claudel, pour avoir compris tout l'intérêt d'une mise en valeur du patrimoine archéologique et environnemental des terrains appartenant au département du Morbihan, et pour avoir bien voulu
  • plaider en faveur d'une subvention consacrée aux recherches de terrain ; M. Couvin, de Y Office National des Forêts, pour avoir toujours fait preuve d'attentions à notre encontre afin que les travaux d'entretiens des bois de Lann er Croc'h ne nous gênent en rien et nous soient au
  • contraire bénéfiques pour dégager le monument ; M. L'Helgouac'h, Directeur du Laboratoire de Préhistoire Armoricaine (CNRS/université de Nantes), pour nous avoir laisser à disposition du matériel de topographie et d'enregistrement déposé au laboratoire de Préhistoire ; M. Vellet (Sagemor
  • - Vannes) pour avoir donné son accord afin que le véhicule de service de l'ancien chantier de Locmariaquer nous soit prêté durant tout le temps nécessaire à cette nouvelle intervention, assurant ainsi le transport des fouilleurs dans les meilleures conditions de sécurité ; M. Bailloud
  • pour nous avoir fait connaître plusieurs documents souvent inédits de F. Gaillard et Z. Le Rouzic ; M. Priuli, directeur du Musée d'Art Préhistorique de Capodiponte (Italie), pour avoir bien voulu se pencher sur le travail des orthostates de la tombe et nous faire une démonstration
  • du piquetage sur granité ; M. Audren, géologue au CNRS, pour avoir examiné avec intérêt les nouvelles découvertes et nous a fait profiter de sa grande connaissance du terrain morbihannais ; Mme Anserson, tracéologue au CNRS, pour avoir bien voulu se pencher sur les micro-polis
  • d'utilisation visibles sur les lames en silex ; L. Salanova et P. Chambon qui nous ont fait l'amitié de passer nous aider à l'occasion de la fouille du caveau ; Enfin, nous ne saurions terminer cette page de remerciements sans citer les chercheurs et étudiants bénévoles expérimentés qui ont
  • bien voulu participer à tous les travaux de fouille et d'enregistrement, parfois dans de difficiles conditions atmosphériques... : Claire-Hélène Blanquet, Karen Boucard (université de Rennes II), Marina Lafféach (université de Rennes II), Gaëlle Lannuzel (université de Rennes II
  • ), Grégor Marchand (université de Paris I), Emmanuel Mens (université de Paris I), Giorgio Nisbet, Jean-Noël Guyodo (université de Paris I), Bénédicte Quilliec (université de Paris I), Léonne Renaud, Jérôme Rousseau (université de Nantes), Typhaine Royant (université de Nantes), Thierry
RAP00247.pdf (PLUVIGNER (56). habitat et nécropole de Talhouët-Breventel. rapport de sauvetage programmé.)
  • PLUVIGNER (56). habitat et nécropole de Talhouët-Breventel. rapport de sauvetage programmé.
  • surface interne d'environ 180 à 200 m2. Il est aussi très claire que l'habitat rectangulaire( ou plutôt trapézoïdal) et l^enclos forme un ensemble étroitement associé.L'étude de toute la surface de ce dernier avait pour objectif principal de comprendre le mieux possible l'utilité d
  • PROSPECTION ELECTRIQUE SUR LE SITE PRE-ROMAIN DE TALHOUET EN PLUVIGNER (56) Les mesures et les traitements sur ordinateur ont été entièrement réalisés par deux vacataires du Laboratoire d'Archéométrie : Messieurs QUERRE et BIGOT. L'opération fut menée en une journée en présence du
  • responsable du chantier : TANGUY Daniel. Celui-ci s'est chargé de repérer ultérieurement l'implantation du quadrillage de 20 mètres de côté, utilisé. Les cartes sorties sur micro-ordinateur APPLE Ile sont au nombre de quatre ; trois pour chacun des carrés étudiés et une carte de synthèse
  • DANIEL TANGUY Fouille de sauvetage programmé sur un site (^habitat du second Age du Fer, au Talhouet en PLUVIGNER (Morbihan) Rapport année 1986 Daniel TANGUY Fouille de sauvetage programmé sur un site d'habitat du second âge du Fer,au Talhouet, commune de PLUVIGNER
  • (Morbihan) . Année 1986 Rappel ; L'étude de ce site a débuté par une fouille de sauvetage d ' urgence, a.u cours de l'hiver 1985»déclenchée à la suite de travaux de défrichements sur une vaste parce] le de lande. Cette intervention,ainsi que les deux campagnes de sauvetages
  • programmés mené au cours des étés 1984 et 1Ç85,nt mis en valeur un habitat daté des TII ème et Ilnd siècle avant Jésus Christ.Ce"t habitat occupe le sommet d'un petit plateau dominant, à l'Est,la confluence de deux petits cours d'eau. La fouille de 1985 a révélé,au Sud d'une
  • construction circulaire,découverte en 1983,un enclos composé d'un mur en maçonnerie sèche et comportant,dans l'angle Nord Ouest,une construction de plan trapézoïdal dont l'étude s'est achevée en 1985. A l'issue de cette dernière intervention,1'objectif premier était d'étudier complètement
  • l'enclos sur toute sa surface en procédant par des décapages extensifs, afin d'apporter des éléments de réponses concernant la nature et l'ampleur du site. In troduction; La troisième campagne de fouilles de sauvetage programmé a eu lieu durant trois semaines,du 7 au 26 juillet 1986
  • .Auparavant,une prospection électrique, menée par le Laboratoire d'Archéométrie de l'Université de Rennes,a concerné les 1200 m2 de la plate-forme située au Sud de l'enclos central.Le rapport de cette prospection est joint en annexe. Parallèlement au travail de terrain,des progrès
  • importants ont été réalisés cette année sur le plan de la sensibilisation des autorités municipales sur les problèmes liés à la protection du site,constamment menacé par les engins de terrassement d'un des propriétaires. C'est à ce titre que nous avons acquis l'assurance,par la
  • municipalité de PLUVIGNER,que les deux parcelles concernées par le site,soit environ 1,5 hect. seraient,dans un premier temps,protégées dans le cadre du Plan d'Occupation des Sols actuellement en cours d1élaboration,puis vraisemblablement acquises par la commune. Comme l'année précédente,la
  • fouille s'est déroulée sur la parcelle n° 66,section Y-H du cadastre de 1981 de la commune de PLUVIGNER,avec l'aimable autorisation et la collaboration de Monsieur Alban LE TUMELIN,propriétaire des lieux. Cette année,les recherches ont fait l'objet d'un crédit d'Etat de 15 000 Ers,dans
  • le cadre du programme H. 16,défini par le C.S.R.A.,auquel s'est ajoutée une subvention de 1500 Prs du Conseil Général du Morbihan;1'ensemble étant gérée par l'A.E.A.N. Il faut ici souligner une nouvelle fois l'aide concrète apportée par la commune de PLUVIGNER,tant au niveau du
  • logement,fourni gracieusement,qu'au niveau du transport du matériel de fouilles.Cette appui logistique,que chaque fouilleur a pu apprécieraient une grande place dans l'organisation même de la fouille et je tiens a remercier la municipalité de PLUVIGNER pour ce soutien actif. Ces
  • fouilles ont bénéficié de la participation bénévole de: Madame TANGUY Yvonne Mesdemoiselles BARCENA Béatrice BRELIVET Mireille CLEMENT Gwénaèlle DALAMAGA Anna DOUSSIA Constantina DU RANQUET Corinne PERON Armelle SKARLATOU Amalia SAGON Sylvie TOUTOUS Gaëlle Messieurs BOUYAUX
  • Thierry DARLET Pierre Alain LE GRAND Bertrand LE QUERE Louis MONOT Jean Christophe SALHI Jamal VINCENT Valéry Ce sont donc au total 19 personnes qui ont travaillé sur le site du Talhouet au cours du mois de juillet 1986. - 4 - La fouille : Comme prévu à l'issue de la campagne
  • 1985,11 essentiel des recherches s'est concentré sur l'enclos dont le bâtiment étudié l'an passé forme l'angle NordOuest.Un petit sondage de 10m?, à 20m à l'Est de l'enclos,a conc-rné une nouvelle structure découverte récemment. Il faut rappeler qu'au cours des fouilles de l'été 1964
  • ,un sondage a mis en valeur une portion du mur d'enclos,située à l'Est.Nous disposions donc,pour cette année,d'un cadre précis et limité pour nos investigations. Celles ci ont concerné,tout d'abord,près de 300 m2;en effet,afin d'avoir une idée précise de la nature de l'enclos et de
  • son environnement immédiat,il a paru important de déborder les rechercher- au delà des limites de celui ci,notamment vers l'Est où elles se sont étendues cinq mètres au delà du mur. Si l'année 19^5 a été consacrée en grande partie à l'étude du bâtiment formant l'extrémité Ouest de
  • l'enclos,un décapage des abords de la façade avait révélé des traces d'activités:Foyer,céramique en quantité importante devant l'entrée de la maison,mais nous avions constater que la couverture pédologique,à l'intérieur de l'enclos était peu importante et parfois même inexistante. La