Rechercher sur le site

  • Chercher les documents contenant un mot OU un autre : tapez simplement les mots à la suite => bracelet bronze
  • Chercher les documents contenant un mot ET un autre : utilisez le mot-clef AND => bracelet AND bronze
  • Chercher les documents contenant une expression exacte : taper l'expression entre guillemets => "bracelet en bronze"

Limiter votre recherche

Auteur
Type d'opération
Commune
Département
Date (Année)

3526 résultats Exporter les résultats

Trier par Titre : ascendant / descendant
RAP00565.pdf ((56). quatre communes du Morbihan : carentoir)
  • produced the highest number of sites in transect walking and by far the greatest quantity of material, including very large amounts of brick and tile. The season also allows further observations on the problems identified in 1984 and some reinf orcement of the suggestions made
  • by the 'total' collection sites of D221 and B347, even one field can produce distribution patterns that differ by period; the cl ustering of one class of material can suggest structures, the lack of cl ustering of another can suggest the effects of manuring. Comparison with cadastral land
  • quarry samples and some further limited testing of 'total' collection sites would therefore be useful, particularly from a site with a known, though collapsed, cadastral settlement; the nature of the red/yellow schi stes unevenly distributed on A107 and the grey/green schi ste
  • , Sussex Bell, M. 1983 'Valley sédiments as évidence of prehistoric land-use on the South Downs', Proceedings of the Prehistoric Society, xlix, 119-150. 1+ EAST BRITTANY SURVEY 1985 £J3 fields walked m 1965 ■— — commune boundaries A • ■ sites A c* U probable • médiéval si tes
  • or more fragments of building material) have been termed 'sites 1 ; fields in which one unit produced five or more sherds or fragments of building material, and two or more neighbouring units produced one to four, or two neighbouring units each produced five or more sherds or fragments
  • , have been termed 'probable sites'; fields in which there were irregular concentrations of material not covered by the above catégories - for example, one unit with five or more sherds of the same period - have been termed 'possible sites'. (The minimum number of finds necessary
  • for distinguishing between greater and lesser concentrations and for providing a means of référence to them; they do not necessarily dénote the position of former settlements. ) In accordance with the conventions, 187) may be classified as follows: the concentrations (total 'Sites' 'Probable
  • . The remaining concentrations (25.7%) had a prédominance of building material, at présent treated as undatable. 2 As usual , the topographical position of the sites was analysed. About a third of them (29.4%) were on flat 1 and while 17.1% were on south-facing and 16.6% on south-east-f
  • acing slopes. Upland concentrations were less notable than in 1984 (transects H, J, K) with only a quarter lying between the 50m and 75m contours; more than half 1 ay between 25m and 50m (59.9%), as in the other Carentoir transects. Only 35.3% of sites 1 ay within 250m of streams
  • that are mapped, far less than in 1984, while a further 39% were up to 500m, and 25.6% more than 500m, away; it was largely sites in F that caused this anomaly. Comparison was systematical ly made with the early nineteenth-century pattern of land-use and settlement, as evidenced by the ancien
  • . In some parts cadastral land-use, naming and road patterns themselves indicate former settlement sites, especially where very small fields of very mi scell aneous^ land-use are arranged in relation to tracks, like the curti 1 agesand clos that surround settlements both now
  • and in the early 'nineteenth century (Astill and Davies 1982b: 21f, 31). Thèse cadastral suggestions coincided with fields that produced concentrations of surface material at the post-medieval 'site' C470 and, more arguably, the post-medieval 'probable site 1 C473, although no buildings were
  • indicated there in the nineteenth century. One concentration was located in an area which had standing, inhabited, buildings in the early nineteenth century, but which is now devoid of structures or earthworks: F212, a 'possible site' (médiéval and post-medieval ) . Overall
  • , concentrations of surface material were most frequently found in the basin to the south of Ruffiac village (the centre of L) and in the nei ghbourhood of Trignac, in the north of Carentoir commune (F); however, sites were common throughout the southern halves of F and C, particularly
  • or schi ste; the imported material is notably absent from fields cleared of woodl and since the 1 ate nineteenth century. Fieldwalking in 5m squares ('Total' Coll ecti on ) In order to investigate the nature of sites identified in transect walking, as in 1983 and 1984 some fields
  • were the subject of more intensive study: four fields (A107, D221, B216, B347) were gridded in 5m squares so that everything on the surface of the fields, including schiste, might be collected. A107 had been classified as a 'possible site', with comparable amounts of médiéval
  • and post-medieval pottery; 0221 had been classified as a 'possible site', with a prépondérance of médiéval pottery in an assemblage that included Roman wares; B216 was a 'blank' field which had produced no finds; B347 was classified as a 'site 1 , with Roman pottery predominating. Soil
  • was recorded, the field being the same size and shape as at présent but divided into bandes; an area of 1 ande lay to the north and the nearest settlement (La Boulardaie) lay 130m away. Pottery, building material and schi ste were collected from an area of 1 hectare, distributed ail over
  • fragments of brick and tile (6.58g). The assemblage included five worked flints, one pièce of haematite and two pièces of tegul a. Although black/grey and grey/green schiste were présent ail over the field, and looked like natural , red/yellow schi ste was distributed in a pattern
  • similar to médiéval and modem pottery and could have been introduced on to the surface. The small quantities of archaeol ogical material recovered, and its gênerai distribution, suggest that it was brought on to the field in the course of manuring; quantities, pattern of distribution
RAP03240.pdf (PLOUEZOC'H (29). Grand cairn de Barnenez : nouvelles approches, nouveaux résultats, nouvelles perspectives. Rapport de FP 2015)
  • microscopy of prehistoric paintings in French megalithic monuments, Journal of Raman Spectroscopy, DOI: 10.1002/jrs.4852 - Le troisième volet de ce rapport présente les données exposées au Centre des Monuments Nationaux pour une mise en valeur de ces premiers résultats scientifiques. Cela
  • du site de Barnenez. L'ensemble de la documentation disponible est à la disposition du CMN qui se charge désormais d'élaborer de nouvelles propositions dans ce sens. Le travail est en cours. Un dernier aspect envisagé dans le cadre du projet soumis à la CIRA ne pouvait évidemment
  • de recherche. Luc Laporte DR CNRS UMR 6566 - Laboratoire Archéosciences   RAPPORT BARNENEZ Activités 2015 F. COUSSEAU Doctorant Université dr Rennes 1, France L’étude du bâti du site de Barnenez, pour le terrain, s’est terminée par quelques jours au cours du mois de septembre
  • son poids. La présentation détaillée des vestiges du tumulus nord est présente dans l’article joint au rapport. Le second volet de cette campagne était l’étude de visibilité à partir et vers le site. L’objectif premier était d’établir la visibilité des tumulus depuis la baie de
  • (wileyonlinelibrary.com) DOI 10.1002/jrs.4852 Raman microscopy of prehistoric paintings in French megalithic monuments Antonio Hernanz,a* Mercedes Iriarte,a Primitiva BuenoRamírez,b Rodrigo de Balbín-Behrmann,b Jose M. GaviraVallejo,a Delia Calderón-Saturio,a Luc Laporte,c Rosa Barroso-Bermejo,b
  • relation with those of the Iberian Peninsula create interest- ing expectations for the knowledge of the European megalithic culture. Copyright © 2015 John Wiley & Sons, Ltd. Additional supporting information may be found in the online version of this article at the publisher’s web site
  • . Keywords: portable Raman microscopy; SEM/EDX; XPS; megalithic monuments; prehistoric paintings Introduction with possible rests of paintings are usually in tumulus chambers without light and wind, two advantages for in situ μ-RS.[12] Possible Western France megalithism represents
  • a Distancia, Paseo Senda del Rey 9, Along this process, engraving was defined to be the only identifiable E-28040 Madrid, Spain. intervention. The presence of pigments as decorative elements was E-mail: ahernanz@ccia.uned.es only admitted for a scarce number of sites located
  • , France deeper impact on the interpretation of the Atlantic façade’s symbolic d Departamento de Química Inorgánica y Química Técnica, Facultad de Ciencias, world, and the wider our understanding becomes.[3,4] Raman spectroscopy with complementary techniques is a powerful tool
  • to identify Universidad Nacional de Educación a Distancia, Paseo Senda del Rey 9, E-28040 Madrid, Spain prehistoric pigments.[5–12] Hence, it is very motivat- ing to investigate vestiges of pictorial decorations in this fundamen- tal megalithic area for e UMR 7401, Université Paris Ouest
  • hand, L’Hirondelle’s site is an outdoor area that proves the presence of open-air decorated complexes way beyond the Mediterranean area. Experimental Descriptions of the instruments used for the μ-RS, SEM/EDS and XPS studies, as well as the protocol used for micro-specimen
  • of Δνcal–Δνobs = -0.01 ± 0.05 cm-1 (tStudent 95%).[21] The location of some of the points that have been analysed in situ is indicated (red circles) in Figs2 S3–S23 (Supporting Information). Micro-specimens (size ≤ 1 mm ) of the pigmented areas were extracted from the different sites
  • have been analysed using the CASA XPS software and RSF database for peak fitting and Shirley background correction. The binding energy has been referenced to the adventitious C 1 s peak at 285 eV. Results and discussions Pictorial materials from eight French megalithic sites
  • components of granitic rocks. The SEM/EDS spectra of the specimens 1, 2 and 6 from this chamber reveal a significant content of Mn, Fig. S24 (Supporting Information). The presence of Copyright © 2015 John Wiley & Sons, Ltd. J. Raman Spectrosc. (2015) μ-Raman of prehistoric paintings
  • carbon; ca, calcite; h, haematite. Eritrean rock art site suggested the presence of bixbyite and haussmanite.[32] In fact, the large half bandwidth of the band indicates a not well-crystallised material; this makes its assignment difficult. Moreover, the asymmetry of the band admits
  • © 2015 John Wiley & Sons, Ltd. J. Raman Spectrosc. (2015) μ-Raman of prehistoric paintings in French megalithic monuments respectively.[4,17] A second series of tracings and photographs were obtained on 1968.[4] After that, direct tracings using transparent films and felt-tipped
  • by this open monument, some traces of red paint are still evident inside. The μ-RS spectra of a specimen of red paint extracted from one of these traces, Fig. S20 (Supporting Information), have shown that its main component is haematite, Fig. S30c, a common pigment used in prehistoric
  • the spectral background. wileyonlinelibrary.com/journal/jrs Copyright © 2015 John Wiley & Sons, Ltd. J. Raman Spectrosc. (2015) μ-Raman of prehistoric paintings in French megalithic monuments Table 2. Representative Raman signatures of haematite from different megalithic monuments
  • northwestern France. The red, yellow and black paintings, and fillers inside the engravings, are considerably appealing to understand systematic techniques and themes already broadly documented with similar chronologies in the Iberian Peninsula,[1,4] and thereby to understand late
  • Colomban offered comments that improved the manuscript. The μ-RS studies of micro-specimens of traces of paintings from a significant group French megalithic monuments and stelae have revealed the use of typical prehistoric pigments like haematite, goethite, amorphous carbon
RAP01768.pdf (le mésolithique en Bretagne. rapport de projet collectif de recherches)
  • : présentation des travaux 8 III. LES SITES MESOLITHIQUES EN FINISTERE : CHRONOLOGIE ET STRATIGRAPHIE 12 1. Problématique générale : pour une nouvelle définition archéologique des sites mésolithiques 12 2. Objectifs des nouvelles recherches de terrain 12 3. Mise en place d'une base de
  • données - Exploitation du fichier Gouletquer 13 4. Principaux résultat de la campagne 2001 14 5. Bilan de la campagne 2001 et projets des campagnes 2002-2003 24 IV. LE MESOLITHIQUE EN COTES D'ARMOR 25 1. Sondages sur le site mésolithique de Kervilien (Côtes d'Armor) 25 2. De
  • site mésolithique de Beg-er-Vil (Morbihan, France) 86 VI EXPLOITATION DE LA FAUNE 104 French Connections II: Of cows and men 104 VII. FLORAISON DE SITES PREHISTORIQUES DANS LA MOYENNE VALLEE DU BLAVET : 115 1. Généralités 115 2. Matériaux, toujours / 115 3. De l'Azilien
  • , enfin 115 4. Du Mésolithique, un peu 119 5. La question des anneaux en pierre 120 6. Autres sites néolithiques 127 VIII. LE SITE MESOLITHIQUE DE LA CROIX AUDRAN A CARNAC (MORBIHAN) 130 IX. LE SITE MESOLITHIQUE FINAL DE KERLIEZOC A PLOUVIEN (FINISTERE) 135 Résultats de la
  • animales et marines Activités Promoteurs S. Blanchet, B. Ginet, J.-M. Lacot, P. Forré, P. Gouletquer, M. Le Goffic, P. Léopold, Y. Pailler, J. Perry, E. Yven P. Gouletquer, G. Hiérarchisation du corpus de sites en Marchand Finistère S. Blanchet, J. Josselin, P. Etudes de collections
  • et définition Gouletquer, G. Marchand, d'un protocole d'analyse commun Y. Pailler, E. Yven Prospections au sol en Finistère, Morbihan, Côtes-d'Armor et Ille-etVilaine Budget Autonome PCR - G. Marchand Autonome Bilan archéographique des sites de Beg-an-Dorchenn, Téviec et
  • . Schulting ossements humains et animaux des amas coquilliers Prélèvement et étude des coquilles C. Dupont sur les sites de Hoëdic et Beg-anDorchenn Anthropologie physique Pratiques funéraires et L. Soler - R. Schulting (recrutement, caractères biologiques) domaine symbolique Analyse et
  • comparaison des systèmes S. Cassen symboliques mésolithiques et néolithiques Tableau 1. Organisation des travaux du PCR « Le Mésolithique en Bretagne » en 2001. - PCR PCR - 3 Jérémy Josselin (étude de Kerliézoc) Estelle Yven ^1 (prospections, études de sites et sondage) Yvan Pailler
  • (prospections et études de sites) Gérard Tournay (prospections), Grégor Marchand, Estelle Yven Pailler (études de collections) Grégor Marchand (sondages et études de sites) Stéphane Blanchet (prospections et études de sites) Pierre Gouletquer (prospections et études de sites) Catherine
  • Dupont, Grégor Marchand et N Anne Tresset (prélèvements à beg-a-Dorchenn) Raymond Le Floc'h (prospections) Stéphane Blanchet (fouille du site de La CroixAudran) John Perry, Peggy Pottier et Grégor Marchand (La Villeneuve) Bernard Ginet - Jean-Marc Lacot (prospections) Catherine
  • en 2003. Officiants Travaux Sondages sur des sites mésolithiques du Finistère Sondage sur un site du mésolithique moyen en Côte d'Armor Classement et étude des collections Morbihan Tournay en Centre- Etude de l'amas coquillier de Beg-er-Vil Marchand Yven Marchand-Pailler
  • - Tournay- Yven Desse - Gruet- Dupont Schulting - Tresset Etude de l'amas coquillier de Beg-an-Dorchenn Desse - Dupont - Gruet - Tresset - Marchand Etudes de sites et de séries lithiques mésolithiques Josselin - Pailler - Pottier - Yven Fouille préventive d'un habitat du
  • Mésolithique moyen. Elle souhaite notamment appréhender des vastes sites de plein-air, pour les comparer aux nombreux abris-sous-roche qu'elle a pu étudier dans le Sauveterrien. Lors d'un premier voyage, elle a pu fournir quelques orientations sur les possibilités offertes par les roches du
  • qui plombe la chronologie bretonne. Elles concernent l'une le site du Bilou au Conquet (Finistère) sondés par O. Kayser en 1999, l'autre le site de Quillien (Le Cloître-Saint-Thégonnec, Finistère) sondé en 1990 par P. Léopold. Sur le chapitre important de la chronologie absolue, R
  • . Schulting a pris à sa charge de nouvelles datations sur le site de Beg-er-Vil à Quiberon, dans l'objectif d'approcher l'effet de réservoir océanique. Une même opération sera entreprise en 2002 à partir des prélèvements 2001 de Beg-anDorchenn, en collaboration avec C. Oberlin et D
  • ou traduction de pratiques exogamiques ? La fouille du site de La Croix-Audran à Carnac s'est achevée à la fin de l'été, sous la direction de S. Blanchet, avec une équipe de l'AFAN. Première intervention préventive pour la période mésolithique, elle marque un virage dans
  • ont été réalisés par G. Marchand sur les sites de La Presqu'île (Brennilis), La Villeneuve (Locunolé) et Kerliézoc (Plouvien). Dans le premier cas, les vestiges étaient tout simplement sous un lac de barrage et les nombreux sondages n'ont rien donné. Un mobilier abondant
  • d'offrir à tous les chercheurs l'accès aux fondements de nos modèles. Une reprise des sites classiques (Téviec, Hoëdic, Beg-anDorchenn, Beg-er-Vil, La Presqu'île) est d'ores et déjà prévue, si l'on parvient à lutter contre les réticences de certains « gardiens » de collections (à ce
  • Morbihan. Estelle Yven expose les résultats de ses recherches sur l'Epipaléolithique et le Mésolithique ancien-moyen de la Basse-Bretagne, intégrées dans une thèse de troisième cycle sous la direction de Pierre Gouletquer. La découverte récente du site de Kervillien (Tonquédec, Côte
  • d'Armor) vient bousculer le modèle actuel d'implantation des sites. Il permet également de s'interroger sur le jeu des traditions techniques entre Bertheaume et groupes normands. Le phtanite de la région de Callac fait l'objet d'une analyse totale, en association avec des géologues de
RAP00568.pdf ((56). quatre communes du Morbihan : carentoir)
  • in discrète clusters (see fig. 5). Nor does it appear to dérive from structures in situ, since there was no structural évidence in the trenches, despite the fact that T39 was sited through one of the concentrations. The combi nation of surface distribution together with the lack of large
  • material collected from this field originally suggested thaï i t was a likely site to find évidence of continuity from Roman into later periods, with its distribution of Roman, médiéval and post-medi eval pottery and brick and tile too, as wel 1 as earthworks. It is therefore very
  • century as a metai rie (fig. 2). The field was permanent meadow in the early nineteenth century. In 1982 it was walked at 50m intervais and was classified as a 'médiéval site'; some Roman pottery was also recovered. In 1987 the field was gridded in 5m squares and walked for 'total
  • ' collection. Late IronAge/early Roman pottery was recovered (maximum 6 sherds per 5m square) and this tended to concentrate in two areas in the field. The much larger quanti ty of médiéval pottery (maximum 22 sherds per square) had a si mi 1 ar distribution, while the post— medi eval
  • pottery (maximum 5 sherds per square) was more evenly spread. Smal 1 quanti ti es of brick and tile (maximum 0 .5kg per square) were uhevenl y distributed, but tended to concentrate in the south of the field, away from the cl Lister i ng of pre—médiéval and médiéval pottery
  • ) . Comment The occurrence of médiéval and post-medi eval pottery in the plough soil, but not beneath , and the lack of conte;-; ts of thèse période would suggest that this matériel was not deriyed from SLib— surface features. Manuring might wel 1 account for the evenly distributed
  • with a 2m-hi gh crop on the field meant that. the excavations could not establish the reasons for the médiéval di str i but i on . It is however now clear that in E409, like H80 and K446 before, the occurrence of small quanti ti es of prehistoric mater, i al on the surface of the field
  • is a good indicator of settlement in the near vicinity. In the case of the test pit T37 prehistoric pottery was recovered from the surface, but there were no sub-surface features of that date. It is impossible to suggest reasons for the soning of the prehistoric material on the surface
  • without more extensive investigation. The séquence from T36 is important. The trench was sited on the highest part of the field, near the top of the slope, yet it has a much deeper stratification than T37 lower down the slope. The buried soil 32, with its charcoal, might represent
  • Roman site in the vicinity, and a few sherds in the topsoil, there is no trace of Roman settlement on this field and little to suggest Roman agricultural use. Présent évidence might suggest that the médiéval pottery in the plough soil derived from very heavy manuring, although
  • was not présent in such quanti ti es. Although the area excavated was so small, it is sufficient to reveal that this zone is of exceptional importance as a long-used settlement area - Iron Age, Roman nearby to the south east, two seigneurial sites hardby (Le Bois Guillaume and La Touche au
  • material was obtained from T29 (as was reflected by the results D -f the total collection) but more Roman pottery was found. Time ran ont and the sites had to be backfilled at the point, when ditches were recognised (Asti 13. and Davies 1987, 118-21). In 1988 the excavation was resumed
  • and was destroyed or collap>sed in the second century, with no subséquent occupation of that parti cul ar site. A31/79 (Ru-ffiac ZN 119) A3 1/79 is situated 4 00m north of Petit Madou in Ruffiac; it stretches from the crest of a ridge on the 40m contour down the north-east slope of a small
  • and A79 were first walked at 50m intervais in 1982; the material which was recovered concentrated where the two fields joined and was classified as a 'probable médiéval site'; Roman pottery was also noted. The field boundaries were subséquent 1 y changed and the eastern part of A31 has
  • ) were recovered from a few squares distributed throughout the field (21 out of 1383 squares). Brick and tile concentrated in the central area of the field, straddling the earthwork on the valley slope (fig. 5); thèse squares produced a maximum of 9 pièces each (0.5kg). The médiéval
  • and post-medi eval pottery was of a modérât e quanti ty (maximum 5 sherds per square) and appear ed to be evenly distributed over the field, and derived from manuring. It therefore seemed likely that the brick and tile concentration might indicate an isolated settlement, unrelated
  • ) by machine in order to understand a feature. The archaeological préservation was of varying quality; features were only located if they penetrated the natural subsoil. On the ridge and top of the slope the features had clearly been truncated by ploughing so that few were deeper than 0.1
  • - 0.15m; however, 1 ower down the slope négative features survived much better. In ail 105 working days were spent on site with a normal team of 6. Trench 40 This was the most southerly trench and was 85m long. It crossed the ridge and the top of the slope. The depth of the plough
  • and was différent from the other ditches located on the site; its fill (11) yielded no finds. This may represent another récent attempt at drainage. The trench al so eut through the earthwork which was located at the bottom of the slope; no additional layers were found and it seemed
  • there was a ditch terminal (34), 0.62m wide and 0.25m deep. The fill (33) produced the largest collection of pottery from the site - 25 sherds. The majority (13) were of a late Iron-Age/earl y Roman fabric (Fabric 12) , but there was also a terra-ni qra-type base D -f a bowl (Fabric 65), a rim
RAP00566.pdf ((56). quatre communes du Morbihan : carentoir)
  • T4 may be an indication of the extent of the much earlier site sealed by colluvium. The phosphate distribution of Al 16 may therefore reflect occupation of many periods, and consequently may not relate directly to the distribution patterns of the pottery. THE SEPTEMBER SEASON
  • médiéval pottery to the rier t h classify the two fields as a 'site'. In March 1986 intensive surface collection was rnade from most of the two fields. The distribution of médiéval and post-medi eval pottery on K446 was of a 1 ow and even density, although there appeared to be more
  • house sites, together with the surface prehistoric material, made the field a good candidate for sample excavation. Since there were no obvions concentrations of surface material, it was decided to eut by machine three i-metre~wide trenches, 30m aipart , down the si ope of the field
  • produced the greatest amount of prehistoric material from the whole site. The 1 owest fill (45) produced 11 pièces of tile (0.365kg) and 8 sherds of Iron Age pottery (0„120g). Layer 57 overlay 45 and produced no finds. 22 overlay this and contained 60 pièces of daub (0.168kg) , 30
  • activities taking place within small enclosures beyond the residential area» One possible interprétation of H80, then, is that it was the site of a late prehistoric settlement, the focus of which lay in the west of HSO and beyond it, with associated enclosures to the east » A92
  • to be completed on the excavation site» Fieldwalking in Runs at 50m intervais (Transect Walking) A. Within the core Fieldwalking over large areas within the four core communes was organised within transects running south/north across them» Transects A (Ruffiac), D, E, 6 (Carentoir), B
  • 193 -.. > >.^'v... i-. ■ M") 4km apart CP ^ Carentoir 44 50m 0° SNicolas-du-Tertrç «A.•0 ■75m"C3 •so* CI 1 ..Q i il '-. ('?• - •--50m-- .. c -.- 7s m . . lields site. A • 9 probable A o Q possible I I \ / 1 walked in 1966 A • m 100m ..I
  • ... • • . J. I sites sites f N./< commune médiéval \ boundories sites post médiéval i undated sites 500m 0 sites TRANSECT M I A3 conditions, f eatures, présence of varieti£?s of schiste and local pronunci at i ons were noted on standardised recording forms. 285 fields were
  • pottery, and the saine conventions are hereby used to distinguish between thems fields in which more than two neighbouring units each produced five or more sherds of the same broad period (or five or more fragments of building material) have been termed 'sites'; fields in which one
  • unit produced five or more sherds or fragments of building material, and two or more neighbouring units produced one to four, gr. two neighbouring units each produced five or more sherds or fragments, have been termed 'probable sites'; fields in which there were irregular
  • concentrations of material not covered by the above catégories for example, one unit with five or more sherds of the same period •- have been termed 'possible sites'. (The minimum number of finds necessary to quai if y a concentration for comment has been del i beratel y fixed at a 1 ow level
  • and for providing a means of référence to them; they do not necessarily dénote the position of former sett 1 emen t s „ ) In accordance with the conventions, 57) may be classified as followss 'Sites' 'Probable' 'Possible' Ail types Fields wal ked A 1(2.4) 4(9.5) 3(7.1) B 2(2.4) 9(11) 3(3.7
  • again stress the large quanti ti es of brick and tile, relatively large of Roman and smal 1 of médiéval pottery» The spatial distribution of this material i s as interesting as in previous years, and broadly consistent with it» There are 'blank' zones within the four communes
  • intensive covera\ge achieved by rewalking many of the transects did not affect distribution patterns already noted» By contrast , concentrations of surface material are ^frequently found in zones around Le Cleu, La Touche (east of Treal) and - especially - in the southern half
  • near the northern boundary of Transect D (a Roman road) and in the nei ghbourhood of Marsac , La Ruaudaie and La Roche Pèlerin» Analysis of the spatial distribution of imported local schi stes » parti cul arl y those used for roofing material s in the area, produces some equally
  • material; field E230, where there was also a large tile scatter, provided a parti cul arl y good example of this. Comparison of the distribution of surface material was made with the early n i neteenth-cent ur y p atterri of 1 and -use and settlement, as e v i d e n c e cl b y
  • of mixed 1 and— use. 1 an des (like B2S and D52) and meadow early ni net eenth-century (ilke BS7 and B90) demand some further investigation, since they previous to the nineteenth imply either arable use or settlement century; sites 1 i ke G21S, 220 and 221, lying in the di sti net i vel
  • y managed landscapes associated with pet i ts further investigation because such château;-: , also warrant areas tend more traces of earlier landscapes. to préserve Add i t i on al 1 in some parts cadastral land— use, naming and road suggest. former settlement sites (Asti 11 p
  • a 1 1 er n s i n t h emse 1 ves 31); such cadastral suggestions coincided and Davi.es 1982b. 21f o-î with a concentration >ur ace material at the 'probable site B85. As usual , the 1 opographic position of the sites was also analysed. Again, a third of them loo. OA) were on fiât
  • of the? sites 1 ay within 250m of mapped streams (427.) , while more than a quarter (31.57.) were more than 500m away from them. £< . Samplinq ou.tside the core transects Sampling outside the core was organisée) in 2km radiating from it and thèse were walked in the s ame way as in one
RAP01557.pdf (PLOULEC'H (22). le Yaudet. rapport final de synthèse de fouille programmée 1996-1998)
  • CENTRE DE RECHERCHE BRETONNE ET CELTIQUE Université de Bretagne Occidentale INSTITUTE OF ARCHAEOLOGY University of Oxford LE YAUDET EN PLOULEC'H (22) Site muiti-pérlodes Fouille programmée RAPPORT 1996-1998 Patrick GALLIOU, Barry CUNLIFFE Brest, 1998 IS59- FICHE
  • SIGNALETIQUE Site n" : 22 224 001 AH Département : Côtes-d'Armor Commune : Ploulec'h Lieu-dit : Le Yaudet Cadastre : Année : 1933 Parcelles : 1, 2, 3, 10, 11, 12, 13, 14, 15, 16, 17, 18, 19, 20, 22, 23, 37, 48, 123, 822. Coordonnées Lambert : Zone : 1 X : 168,5 Y : 1131,4 Altitude (max
  • fer, de plomb, de verre, de terre cuite - meule - hache polie - silex. Notice sur la problématique et les principaux résultats Site côtier multi-périodes avec réseaux défensifs majeurs (A du B, A du F, GR) et occupations internes avec continuité aux périodes charnières. Mobilier
  • dont nous allons examiner les résultats dans ce qui suit a été mis en place en 1991 et s'est poursuivi tous les ans depuis cette date. Après deux campagnes consacrées à l'étude préliminaire du site (1991-1992), nous avons concentré nos efforts sur la zone située immédiatement à
  • septentrionales du site (tranchées 28, 29 et 36) et analysé le système défensif protégeant les côtés nord et ouest du promontoire (tranchées 31 et 35). Près de la porte laténienne, nous avons mené à son terme la coupe du rempart: (tranchée 25) et repris l'étude des abords internes de cet accès
  • du programme Yaudet (1991-1995), nous avions examiné les défenses dans deux zones : à l'angle nord-est du site, près du Corps de Douane, et à l'endroit où le rempart principal barre l'accès au promontoire. Ces sondages nous avaient montré que le rempart principal présentait trois
  • l'utilisation continuelle du chemin d'accès au site, l'érosion anthropique causée par la circulation, dans ce qui était devenu un chemin creux, minant l'équilibre des blocs situés à la base de ce parement. Une preuve éclatante de cette évolution nous est d'ailleurs fournie par le basculement
  • porte et d'étudier son comblement au cours de l'époque romaine. Les structures du Bas Empire romain et du Moyen Age rencontrées au cours de cette opération ont cependant considérablement étoffé l'image que nous pouvons nous former du site du Yaudet. Nous examinerons par conséquent la
  • F495 ,0 Tranchée 27 5 Metres ZD Site Name..L«...): Pnni Reauciion..; fto. copies. ...1.... Fig. 18. Le Yaudet. Tranchées 27. Coupes. t/3 a. 3 O •U (N
  • (Us 374 et 467). Ce comblement nous a livré de la céramique du Bas Empire romain et trois monnaies deux de Tetricus I et une de Tetricus II, ce qui semble indiquer que ce comblement fut effectué à la fin du troisième siècle, au moment même où l'on refortifiait le site et où
  • tardive du Bas Empire, encore mal connue sur le site. On peut associer un trou de poteau (creusé dans le remplissage de la fosse F 569) qui a livré une autre monnaie datée des années 348-360 ap., tandis qu'une monnaie de Valentinien II (378-383) était mise au jour dans un niveau
RAP03364.pdf (PLOUGASTEL-DAOULAS (29). Le Rocher de l'Impératrice. Rapport de FP 2014-2016)
  • and symbolic changes during the Azilian. The Rocher de l’Impératrice rock shelter is an unavoidable site for the understanding of Northwestern Europe Lateglacial societies. Because of the diversity of the archaeological evidences this site allows to develop a global thought about the nature
  • .......................................................................................................................................... 11 1. FICHE SIGNALÉTIQUE DU SITE ......................................................................................................... 13 2. ÉQUIPE
  • ........................................................................................................................................... 13 3. REMERCIEMENTS ........................................................................................................................... 21 4. PROBLÉMATIQUE DE LA RECHERCHE ET IMPORTANCE SCIENTIFIQUE DU SITE (N. NAUDINOT) ....... 25 5. LOCALISATION DU SITE (N. NAUDINOT
  • GÉNÉRAL ET DESCRIPTION DES DIFFÉRENTES UNITÉS STRATIGRAPHIQUES IDENTIFIÉES SUR LE SITE ............................................................................................................................................ 44 11.2. HISTORIQUE DES ÉVOLUTIONS DE LA STRATIGRAPHIE
  • Rocher de l’Impératrice (Plougastel-Daoulas, Finistère) Rapport de synthèse de l’opération pluriannuelle 2014-2016 11.5. CONCLUSIONS SUR LA MISE EN PLACE DES DÉPÔTS ET LA CONSERVATION DU SITE .......................................... 53 12. ÉTUDE ANTHRACOLOGIQUE (I. THÉRY-PARISOT
  • ESSENTIELLEMENT RAPPORTABLE À L’AZILIEN ANCIEN (N. NAUDINOT) ........................................................................................................................................ 62 15.1. LES COMPOSANTES HOLOCÈNES MISES EN ÉVIDENCE SUR LE SITE
  • ........................................................................................................................... 131 20. OBSERVATIONS PRÉLIMINAIRES DE LA RÉPARTITION SPATIALE DES VESTIGES (N. NAUDINOT) ... 133 21. PREMIÈRES HYPOTHÈSES SUR LES MODALITÉS D’OCCUPATION DU SITE ET SA PLACE DANS LE SYSTÈME PALÉO-ÉCONOMIQUE AZILIEN (N. NAUDINOT, J. JACQUIER ET C. BOURDIER) ................... 138 22
  • ........................................................................................................................................ 145 25. UNE DIFFUSION SCIENTIFIQUE HANDICAPÉE PAR LES QUESTIONS DE SAUVEGARDE DU SITE (N. NAUDINOT) ...................................................................................................................................... 147 BIBLIOGRAPHIE
  • de Brest. L’obtention de datations radiocarbones (les premières pour le Tardiglaciaire de Bretagne), place l’occupation azilienne entre 13000 et 12000 cal. BC, soit dans le GIS-1e (Bølling). Plusieurs indices participent à faire de ce site une petite occupation fréquentée à
  • plusieurs reprises par de petits groupes de chasseurs durant de courts séjours pour des activités essentiellement dédiées à la chasse. Ces chasseurs seraient arrivés sur le site déjà équipés de certains outils domestiques sur lames et de nucléus en cours de débitage (destinés notamment à
  • fabriquer de nombreuses pointes de projectile sur petites lames), qui auraient ensuite été emportés hors du site. S’il est trop tôt pour être conclusif sur ce point, cette installation, tout comme les rares autres témoignages connus pour la période en Bretagne, pourrait témoigner
  • site du Rocher de l’Impératrice s’inscrit donc d’ores et déjà comme un jalon incontournable pour la compréhension des sociétés tardiglaciaires d’Europe nord-occidentale. Notamment grâce à la diversité des témoignages qu’il fournit, ce site permet de développer des réflexions
  • synthèse de l’opération pluriannuelle 2014-2016 10 Rocher de l’Impératrice (Plougastel-Daoulas, Finistère) Rapport de synthèse de l’opération pluriannuelle 2014-2016 Abstract: Our understanding of Lateglacial societies experienced a revival these last years in Western France. Our
  • occupied during the Early Azilian. The obtaining of radiocarbon dates (the first ones for the Lateglacial of Brittany) places the Azilian occupations between 13000 and 12000 cal. BC, that is to say during the GIS-1e (Bølling). Several evidences suggest this site to be the result
  • (probably dedicated to the production of the numerous projectile points found in the assemblage). These cores have probably been taken of the site. If it is too early to be conclusive on this point, like the others few available testimonies for this period in the region, this site would
  • the nature and rhythm of the techno-economic transformation marking this poorly understand transitional period between Magdalenian and Azilian. Lithic production shows high qualitative standards and exhibits some characteristic clearly inherited from the Magdalenian (production of long
  • and rhythm of the transformation of the last Paleolithic communities. There is no doubt that the next plurennial program (2017-2019) will participate to bring much more data with the extension of the excavation to the totality of the surface preserved on the site. 11 Rocher de
  • l’Impératrice (Plougastel-Daoulas, Finistère) Rapport de synthèse de l’opération pluriannuelle 2014-2016 12 Rocher de l’Impératrice (Plougastel-Daoulas, Finistère) Rapport de synthèse de l’opération pluriannuelle 2014-2016 1. FICHE SIGNALÉTIQUE DU SITE Lieu-dit : Koat Pehen Nom du site
  • : Le Rocher de l’Impératrice Commune : Plougastel-Daoulas (29470) Coordonnées Lambert (Zone II étendue) : X = 103,520 Y = 1098,600 Coordonnées géographiques : Latitude : 48° 23’ 20” Longitude : 4° 22’ 33” Les références cadastrales de la parcelle contenant le site sont, pour 1982
  • cette opération, depuis le terrain jusqu’au tri, en passant par les opérations de tamisage ou la protection du site au cours de l’année. Tous les habitants de la commune de Plougastel-Daoulas pour leur accueil et leur intérêt pour notre travail. Nous espérons que les travaux de
RAP03345.pdf (QUIBERON (56). Beg-er-Vil : Un habitat du Mésolithique sur le littoral du Morbihan. Rapport de FP)
  • Beg-er-Vil à Quiberon Un habitat du Mésolithique sur le littoral du Morbihan Première année de fouille triennale 5 septembre - 7 octobre 2016 N° de site : 56 186 0007 N° d’autorisation : n° 2016-027 Responsable (Archéologie) : Grégor Marchand Coresponsable (Paléo-environnement
  • le littoral du Morbihan Première année de fouille triennale 5 septembre - 7 octobre 2016 N° de site : 56 186 0007 N° d’autorisation : n° 2016-027 Responsable (Archéologie) : Grégor Marchand Coresponsable (Paléo-environnement) : Catherine Dupont Contributions de : Jorge Calvo
  • ....................................................................................................................... 8 PREMIERE PARTIE : PROBLEMATIQUE DE L’INTERVENTION .................................... 11 1. Premières étapes de l’exploration d’un site de référence ............................................. 11 1.1. Les fouilles d’O. Kayser (1985-1988
  • , il a fait l’objet d’une fouille par O. Kayser, de 1985 à 1988, puis d’une grande série d’analyses paléo-environnementales, archéozoologiques et technologiques, qui ont dessiné les contours d’un site désormais de référence. Parce qu’il ne fut occupé qu’à la fin du 7ème millénaire
  • l’Homme en Bretagne (MSHB). A la suite d’une campagne de sondages réalisée au printemps 2012, le principe d’un fouille triennale du site mésolithique de Beg-er-Vil a été posée, en concertation avec le Conservatoire du Littoral, la Maire du Quiberon, le Service Archéologique de du
  • partie de ces opérations se déroule sur le site, mais il faut recourir aussi à des stages avec des étudiants ou des bénévoles (1 stage en 2016), et à l’embauche d’un salarié (5 semaines cette année). Le principe de la fouille sous le parking étant acté par la Mairie de Quiberon et le
  • , une tranchée (BH) et deux sondages de 2 m² destinés à comprendre la nature du site sous le parking. A la base de l’US 101, plusieurs regroupements de pierres ou à l’inverse des césures dans ces épandages de pierres viennent épauler l’hypothèse d’une structure circulaire délimitée
  • . Troisième partie, chapitre 2 - par Jorge Calvo Gomez) Les bitroncatures symétriques constituent un des éléments les plus caractéristiques du Second Mésolithique en Bretagne (Marchand, 2014). Des sites comme Beg-er-Vil (Quiberon, Morbihan) ont conservé grandes quantités de ce type
  • DE L’EXPLORATION D’UN SITE DE REFERENCE Les quatre précédents rapports de fouille ont fait état en détail des problématiques scientifiques de cette opération. Nous en proposons ici seulement un résumé. 1.1. LES FOUILLES D’O. KAYSER (1985-1988) A l’extrémité sud de la presqu’île
  • de Quiberon, sur la commune du même nom, la pointe de Beg-er-Vil ferme une baie ouverte plein sud, qui abrite le port de Port-Maria (figure 1). Figure 1 - Localisation du site de Beg-er-Vil (DAO : L. Quesnel) 11 Campagne 2016 Le site préhistorique est installé au fond d’une
  • Croisic, en intégrant les îles de Houat et Hoëdic, en contraste notamment avec les micaschistes de Belle-Île. À hauteur du site, il est difficile de percevoir la configuration originelle des lieux, du fait de la couverture dunaire et des aménagements urbains récents, mais il semble y
  • mésolithique et qui a peut-être été empruntée jadis par un ruisseau, aujourd’hui masqué par les dunes. Figure 2. Vue aérienne du site en 2014 réalisée par H. Paitier, depuis le nord-est de la pointe. Le site est entre le parking et la ligne de côte (photo : Hervé Paitier). L’habitat
  • mètres au-dessus des plus hautes mers et il est coiffé d’un couvert dunaire qui en a assuré le scellement et la protection. Le site a été découvert par G. Bernier en 1970, puis fouillé sur 23 m² par O. Kayser en 1985, 1987 et 1988. Cet archéologue avait notamment repéré des structures
  • ). 2. 2012-2015 : RETOUR A BEG-ER-VIL En réponse à la dégradation évidente de la falaise meuble qui borde le site à l’ouest, il a été décidé en 2012, en accord avec les divers partenaires de cette opération, d’entamer une fouille totale du site avant sa disparition, en laissant
  • opération de terrain réclame à la fois une fouille fine d’un niveau archéologique remarquablement préservé, mais aussi une série de sondages, relevés et prospections aux alentours pour « accrocher » le site à son environnement initial. Une telle opportunité de fouille étendue permet
  • tenant de 60 m² (22 semaines de fouilles à 20 personnes). A la fin de la campagne 2015, nous avions fouillé 69 m² presque partout jusqu’au substrat. Ils viennent s'ajouter aux 23 m² explorés par O. Kayser. Le principe d’un laboratoire de tri installé directement sur le site a été
  • (à partir des prélèvements de terrain), afin de fournir une cartographie de trente éléments chimiques susceptibles de nous informer des activités réalisées dans diverses zones du site (responsable : Guirec Querré, avec la collaboration de Jean-Christophe Le Bannier) L’intégralité
  • rincer à l’eau douce dans un second temps à l’aide d’une tonne à eau. 14 Beg-er-Vil (Quiberon, Morbihan) Figure 4. Vue de la fouille de Beg-er-Vil issue du site Géoportail, au printemps 2013 (d’après une photo disponible en décembre 2015 sur le site IGN – géoportail). Figure 5
  • structures du site de Beg-er-Vil découvertes à la base du niveau archéologique, telles que révélées par les fouilles des années 1980 (à l’ouest) et celles de la période 20122015 La fouille de 2016 commence à la bande 43 et s'étend 15 mètres plus à l'est. A l'heure de la rédaction de la
  • poissons et de micro-charbons. Un protocole d’échantillonnage prévoit donc des colonnes totales, réparties sur le site. Cette collecte vétilleuse de l’information apporte des informations déterminantes pour comprendre le fonctionnement de cet habitat littoral du Mésolithique. Au
RAP03659 (Corpus des signés gravés néolithiques. Rapport de PCR 2018)
  • moment à travers un tableur (Libre Office). Une première cartographie (construite sur QGis, fond topographique BDAlti) permet d'apprécier la distribution des sites en Bretagne, avec une fenêtre spécifique ouverte sur le secteur d'étude UNESCO. Des cartes d'isodensité de sites et de
  • , première année d’un PCR courant sur trois années (2017-2019) ; le rapport 2018 est donc produit à mi-chemin. L’opération intéresse aussi bien l'archéologue (la recherche fondamentale, la conservation et la protection du patrimoine) que le gestionnaire de site (la commune, le département
  • ornés, dans le cadre topographique (le site) et architectural (la tombe, l’ouvrage de stèles), s’impose tout autant afin que ne se perde pas le lien historique et fonctionnel. Les enregistrements des surfaces sont de surcroît l’occasion d’observations qui ne se limitent pas à la
  • passer du statut de rapport à celui de publication scientifique. S’agissant d’une opération en train de se réaliser, des conclusions et un bilan seront nécessaires. Certains sites sont en cours de traitement, d’une année à l’autre, et ce travail d’ajustement et de correction va
  • naturellement modifier le contenu du rapport final, qui lui-même ne sera toujours pas une publication. Des discussions sont par ailleurs ouvertes et offertes au lecteur au terme de chaque descriptif de site, mais doivent être considérées comme réflexions « à chaud », sans les contrôles
  • que la Compagnie des Ports (Vannes) se soit désengagée de ce travail conjoint de médiation et de recherche sur le site de Gavrinis. La participation financière de notre laboratoire fut possible grâce à l’intervention de son directeur, J.N. Guyodo (Université de Nantes). Les crédits
  • ), Marine Chupin et Emilie Heddebaux (Paysages de mégalithes, Carnac). Delphine Aubin (chargée de mission patrimoine sur le Chantier des Mégalithes) a très aimablement accepté de faire intervenir son équipe sur le site de Kerlud à la demande de Christine Boujot. De même, nous remercions
  • Jacques Buisson-Catil (CMN) pour avoir donné son autorisation en aidant techniquement notre intervention sur le site du Menec à Carnac. Un grand merci enfin à Gwénaëlle Wilhelm-Bailloud pour nous avoir laissé un libre accès aux archives de Z. Le Rouzic et G. Bailloud. 11 Chaque
  • ........................................................................................ 63 Chapitre 4. Sites enregistrés et traités en 2018 (ou en cours de traitement)............91 4.1. Tossen Keller (Penvenan, Côtes-d’Armor)...............................................................................93 4.2. Crampozic (Saint-Mayeux, Côtes-d’Armor
  • )...................................................................................437 Chapitre 5. Bilan 2018 et nouvelles préconisations...................................................453 Bibliographie, webographie, liens URL......................................................................461 Annexes Annexe 1. Inventaire des sites ornés
  • pierres dressées ou une sépulture mégalithique. Notre opération intéresse aussi bien l'archéologue (la recherche fondamentale, la conservation et la protection du patrimoine) que le gestionnaire de site (la commune, le département, l’association, la société d'économie mixte, le
  • résultats de ces études soulignent dans le même temps la fragilité de ces représentations, soumises à des agressions plus ou moins conscientes des visiteurs, en nombre croissant, qui s'ajoutent à celles des agents atmosphériques en périphérie des sites et en surface des parois (catalysés
  • exceptionnalité, notamment en Europe et à cette date. On ne saurait trop insister sur cette caractéristique extraordinaire. Les gravures et peintures néolithiques en accès libre sont un problème, même si le nombre de sites incriminé peut paraître minime ; l’ennui, c’est qu’elles sont uniques
  • faut pas traiter par un vocabulaire approximatif ou étranger à l’objet en question. La meilleure protection des sites débute par l’intelligence du discours à leur égard. Le dernier inventaire des signes gravés en Bretagne date de 1981, publié en langue anglaise. Il est à ce jour
  • notre seul document de référence, pratique et informatif, avec le Corpus publié en 1927 par St-J. et M. Péquart et Z. Le Rouzic. Les deux ouvrages sont pourtant dépassés, par le nombre des sites découverts depuis 30 ans, mais surtout en qualité de restitution des surfaces
  • patrimoine (Solan 2008) n’envisagent pas, il y a peu de temps encore, l’objet tridimensionnel au sein de la chaîne opératoire qui nous intéresse, de l’acquisition à la conservation numériques, en passant par la représentation. Les expériences menées ces 5 dernières années sur le site de
  • standards visuels des sites européens comparables, consultables sur la liste UNESCO (Vallée de la Boyne, Stonehenge, îles Orkney), accessible sur l'Internet. 18 1. Rappel sur les intentions du programme 1.3. Principes Nous devons nécessairement passer par une étape d’enregistrement
  • sorte que l’ensemble puisse être manipulable au sein d’une représentation tridimensionnelle autorisant toutes les déclinaisons visuelles possibles. Cette étape technique d’acquisition des données profitera aussi bien aux chercheurs qu’au gestionnaire du site (restitution virtuelle
  • supports mettent en évidence plusieurs concentrations éloquentes. Pour l’Armorique, la première année-test a permis de mener à bien l’actualisation bibliographique du Corpus : Sites (stèle, paroi de tombe) Morbihan Ille-et-Vilaine Côtes d'Armor Finistère Loire-Atlantique TOTAL 44 1 4
  • 288 2017 76% 1% 6% 15% 2% 2017 77% 1% 10% 11% 1% 96 2 8 18 2 126 225 3 29 33 2 292 2018 76% 2% 6% 14% 2% 2018 77% 1% 10% 11% 1% le hiatus remarqué entre le nombre de sites, multiplié par 2 entre 2015 et 2016 en Morbihan, et le nombre de dalles gravées qui ne suit pas ce ratio
RAP01858.pdf (les sites mésolithiques en Bretagne. rapport de 1re année de projet collectif de recherche)
  • les sites mésolithiques en Bretagne. rapport de 1re année de projet collectif de recherche
  • . Pour mémoire, la position du Retrien est indiquée au sud-est de la région. FL : mïcroquarxziu de la Forest-Landerneau ; UM : ultramylorwte de Mikaël ; GL : grès lustré : UT : uàramtylomte de Tréméven ; JSN : jaspe de satnt-Nazaire. i Les sites mésolithiques en Finistère
  • . ENTRE L'ECORCE ET L'ARBRE: REFLEXIONS SUR LES PRATIQUES DE L'ARCHÉOLOGIE (PIERRE GOULETQUER) ... 1 0 m. 13 TRAVAUX SUR LE MESOLITHIQUE 1 . TEVIEC ET HOËDIC (GREGOR MARCHAND ET LUDOVIC SOLER) 13 2. BEG-AN-DORCHENN (NATHALIE DESSE) 15 3. SONDAGES SUR LE SITE DE LA TRINITÉ
  • ' MONODONTA LINEATA DE SITES MESOLITHIQUES ET NEOLITHIQUES (CATHERINE DUPONT ET YVES GRUET) 88 5. BIBLIOGRAPHIE GÉNÉRALE (PARTIES III ET IV) V. UNE BIBLIOGRAPHIE DU MESOLITHIQUE EN BRETAGNE : EST-ELLE EXHAUSTD7E 110 ? 123 1. GENERALITES 123 2. MESOLITHIQUE ANCIEN-MOYEN 3
  • . MESOLITHIQUE RECENT-FINAL 4. ENVIRONNEMENT VI. LES MEMBRES DU PCR « LE MESOLITHIQUE EN BRETAGNE » 124 '. 125 128 129 1 Les sites mésolithiques en Finistère : chronologie et stratigraphie Les sites mésolithiques en Finistère : chronologie et stratigraphie I. Problématique 1. LE
  • la gestion des ressources animales et marines. Une attention particulière sera également accordée à la hiérarchisation et à la publication des faits archéologiques. Les thèmes de recherche développés sont : Autonome Hiérarchisation du corpus de sites en Finistère P. Gouletquer
  • Budget Promoteurs S. Blanchet, B. Ginet, J.-M. Lacot, P. Forré, P. Gouletquer, M. Le Gofflc, P. Léoppld, Y. Pailler, J. Perry, E. Yven Thèmes Campagne de sondages en Finistère Bilan archéographique des sites de Beg-an-Dorchenn, Téviec et Hoëdic Nouvelles datations à Beg-anDorchenn
  • et à Beg-er-Vil et calcul de l'effet de réservoir océanique Etude faunique Analyse des isotopes stables sur les R. Schulting ossements humains et animaux des amas coquilliers Prélèvement et étude des coquilles G Dupont sur les sites de Hoëdic et Beg-anDorchenn Anthropologie
  • -tendent cette réflexion. 3 Les sites mésolithiques en Finistère : chronologie et stratigraphie 2. ACTIVITES ENTREPRISES Cette année 2002, les activités collectives au sein du PCR « le Mésolithique en Bretagne » sont restées en retrait par rapport à l'année passée. Mais cette
  • somnolence est trompeuse ; des forces aussi souterraines que melliflues sont en oeuvre, qui visent en premier lieu à compléter l'inventaire des sites réalisé par Pierre Gouletquer. Yvan Pailler et Estelle Yven (prospections et études de sites) Gérard raiirriay (prospections), Estelle
  • Mésolithique en Bretagne », en 2002. Dans le cadre du programme de prospections thématique « Les sites mésolithiques en Finistère : Chronologie et Stratigraphie », Grégor Marchand a dirigé la fouille du site de la Trinité à Melgven (Finistère). La collection, attribuée au Mésolithique moyen
  • de type Bertheaume, se caractérise par son homogénéité, mais l'état de préservation du site était pour le moins désastreux : l'ensemble du mobilier gisait dans le labour. Il n'en reste pas moins que l'on est à même de proposer une définition affinée des caractères de ce faciès
  • technique (cf. infra III-3). En Bretagne orientale, Stéphane Blanchet a poursuivi ses prospections dans la vallée de la Vilaine, opération qui a entraîné la découverte de nouveaux sites du Mésolithique ancien/moyen. Il a aussi réalisé des sondages sur un site attribué au Mésolithique
  • moyen, la Boutinière (Saint-Senoux, Ille-et-Vilaine), implanté en bordure d'un paléochenal. Ces découvertes s'inscrivent dans un programme mené depuis plusieurs années et devraient aboutir à une publication fin 2003. Plusieurs opérations ont visé à compléter l'inventaire des sites
  • 1 1 et 12 novembre 2002. L'intention était de compléter la garniture archéologique de la Basse-Cornouaille. Aucun site mésolithique important n'a été reconnu, mais la détermination des habitats de cette zone contribuera à définir l'organisation et la structuration des territoires
  • mésolithiques. 4 Les sites mésolithiques en Finistère : chronologie et stratigraphie Au cours de l'année 2001, un prélèvement sur l'amas coquillier de Beg-an-Dorchenn (Plomeur, Finistère) avait été réalisé sous la direction de Catherine Dupont. Les analyses sont aujourd'hui terminées pour
  • travail. A l'issue de ce travail global sur les quatre niveaux coquilliers du Mésolithique final breton, une publication sera proposée (fin 2003). Officiants Travaux Marchand Sondages sur le site de la Trinité-Goarem-Lann en Finistère Bougio-Marchand-Pailler-Perry—Yven Classement et
  • étude des collections Bougio en Finistère-sud PCR Séminaire de prospection dans le Finistère-sud (direction : Y. Bougio) Anne Tresset Etude de faunes Pailler - Pottier - Yven - Marchand Etudes de sites et de séries lithiques mésolithiques Marchand - Tresset Organisation d'une table
  • -ronde sur la néolithisation Tableau 2. Un bilan des actions entreprises en 2002. 5 Les sites mésolithiques en Finistère : chronologie et stratigraphie Les sites mésolithiques en Finistère : chronologie et stratigraphie II. Organisation de la recherche 1. COMPTE-RENDU DE LA
  • -environnementales. A ce propos, Loïc Gaudin nous rejoint afin de développer le chapitre environnemental : sa thèse lui donne l'occasion de proposer un système d'information géographique sur l'environnement à l'Holocène, ce qui à terme devrait pourvoir être corrélé avec nos fiches de sites et nos
  • obtenues sur les sites mésolithiques de Téviec, Hoëdic et Beg-er-Vil et sur quelques sites néolithiques. Elles révèlent une moindre influence de 1' « effet réservoir » que ce qui avait été imaginé. Deux dates ont été obtenues sur des ossements de la sépulture H de Téviec : 6500-6000 B.P
RAP03817 (QUIBERON (56). Beg er Vil : un habitat de chasseurs-cueilleurs maritimes de l'Holocène. Rapport de FP 2019)
  • Beg-er-Vil (Quiberon, 2019) Beg-er-Vil à Quiberon Un habitat de chasseurs-cueilleurs maritimes de l’Holocène Première année de post-fouille Décembre 2019 N° de site : 56 186 0007 / Arrêté : 2019-152 du 3 mai 2019 Responsable (Archéologie) : Grégor Marchand Coresponsable (Paléo
  • de post-fouille Décembre 2019 N° de site : 56 186 0007 Arrêté : 2019-152 du 3 mai 2019 Responsable (Archéologie) : Grégor Marchand Coresponsable (Paléo-environnement) : Catherine Dupont Contributions de : Oriane Digard (Université de Rennes 2) Jorge Calvo Gomez (Université de
  • ............................................................................................................... 8 PREMIERE PARTIE : PROBLEMATIQUE DE L’INTERVENTION ........................... 9 1. PREMIERES ETAPES DE L’EXPLORATION D’UN SITE DE REFERENCE ..................................... 9 1.1. Les fouilles d’Olivier Kayser (1985-1988
  • les contours d’un site désormais considéré en Europe comme une référence pour comprendre les sociétés de la fin du 7ème millénaire avant notre ère. Il a fait l’objet de fouilles entre 2012 et 2018 sous la direction de Grégor Marchand et Catherine Dupont. Des fosses, des foyers de
  • schématique, et un outillage plus massif en bois de cerf. 6 Etudes post-fouille - 2019 Une étude des 213 restes de crabe recueillis lors de l’année 2012 a été réalisée par Oriane Digard et Catherine Dupont. Les espèces de crabes retrouvées sur le site sont au nombre de sept : tourteau
  • formes de temporalité perceptibles dans le site de Beg-er-Vil, afin de discuter de tous les éléments dont nous disposons pour établir les rythmes des mobilités collectives. Les 12 dates par le radiocarbone retenues s’étagent entre 6250 et 6100 av. n.-è., soit une durée très courte
  • siècles possibles d’occupation ne nous permet pas de savoir si cette présence régulière sur un cycle annuel est continue ou est un effet d’un cumul de séjours. En additionnant tous les « morceaux de temps » disponibles sur le site de Beg-er-Vil, on peut opposer le temps court du
  • Etudes post-fouille - 2019 Première partie : problématique de l’intervention 1. Premières étapes de l’exploration d’un site de référence Les sept précédents rapports de fouille ont fait état en détail des problématiques scientifiques de cette opération et de leurs résultats. Nous en
  • ). Figure 1 - Localisation du site de Beg-er-Vil (DAO : L. Quesnel) 9 Beg-er-Vil (Quiberon) Figure 2. Vue aérienne du site en 2014 réalisée par H. Paitier, depuis le nord-est de la pointe. Le site est entre le parking et la ligne de côte (photo : Hervé Paitier). Figure 3
  • . Stratigraphie schématique des fouilles d’O. Kayser, après étude des vestiges archéologiques et après la réalisation de nouvelles datations. (DAO : G. Marchand). Le site préhistorique est installé au fond d’une petite crique sur le flanc occidental de cette pointe rocheuse, élevée de
  • micaschistes de Belle-Île. À hauteur du site, il est difficile de percevoir la configuration originelle des lieux, du fait de la couverture dunaire et des 10 Etudes post-fouille - 2019 aménagements urbains récents, mais il semble y avoir une pente légère de la surface granitique vers
  • troncature sédimentaire, à environ trois mètres au-dessus des plus hautes mers et il est coiffé d’un couvert dunaire qui en a assuré le scellement et la protection. Le site a été découvert par G. Bernier en 1970, puis fouillé sur 23 m² par Olivier Kayser en 1985, 1987 et 1988. Cet
  • derniers siècles du millénaire (Thomas et al., 2007 ; Kobashi et al., 2007). 11 Beg-er-Vil (Quiberon) 2. 2012-2018 : Retour à Beg-er-Vil En réponse à la dégradation évidente de la falaise meuble qui borde le site à l’ouest, il a été décidé en 2012, en accord avec les divers
  • partenaires de cette opération, d’entamer une fouille totale du site avant sa disparition, en laissant néanmoins une bande de deux à trois mètres en front de mer pour ne pas accélérer le processus érosif (figures 4 et 5). Fortement contrainte par l’existence d’un parking à l’est qui
  • alentours pour « accrocher » le site à son environnement initial. Une telle opportunité de fouille étendue permet également enfin d’explorer les contours du niveau coquillier, qui témoignent d’autres modes d’occupation de l’habitat mésolithique. Une première campagne de sondages
  • complémentaires sont passés également en laboratoire au cours de l’année (à partir des prélèvements de terrain), afin de fournir une cartographie de trente éléments chimiques susceptibles de nous informer des activités réalisées dans diverses zones du site (responsable : Guirec Querré, avec la
  • ) domestique en bord de mer. C’est à cet éclairage que la fouille de Beg-er-Vil doit s’atteler en priorité. Le fort taux de pièces brûlées, l’abondance des restes de débitage ou le taux d’armatures relativement faible sont des indicateurs convergents vers l’image d’un site d’habitat pérenne
  • sont les parangons. Les nouvelles méthodes de fouille et d’enregistrement des vestiges devraient permettre de bien documenter certains aspects paléoéconomiques laissés dans l’ombre par les travaux de M. et S.-J. Péquart sur les deux sites morbihannais. Même si il est tentant
  • d’accoler à tous ces sites à niveau coquillier un même label « chasseurs-cueilleurs maritimes », des évolutions sont tout à fait possibles entre Beg-er-Vil et Téviec, entre 6200 et 5300 avant notre ère... Avec ses bitroncatures symétriques et ses couteaux à dos, l’assemblage lithique de
  • Beger-Vil permet de définir un faciès original au début du Téviecien. Il trouve cependant une correspondance directe avec le site de Bordelann, à Belle-Île (Marchand et Musch, 2013). Ce rapprochement typo-technologique évident permet d’ouvrir la question cruciale de la navigation à
RAP02332.pdf (PAIMPONT (35). le Bois Jacob. rapport de fouille programmée annuelle)
  • prêt du magnétomètre et les précieux conseils prodigués lors des mesures réalisées par nos soins sur le site du Bois Jacob. Merci à Philippe BARDY, à Xavier BACHETER et à Jean-Charles OILLIC pour la mise en œuvre des relevés géophysiques avant fouille. Je souhaite souligner le
  • . CONCLUSION GENERALE ET PERSPECTIVES 1. Méthodologie - mesures physiques 2. Travaux miniers 3. Perspectives p. 42 p. 43 p. 45 BIBLIOGRAPHIE p. 46 3 42 I. INTRODUCTION 1. RAPPEL DES RESULTATS DE 2006 Le site du bois Jacob tire son nom de l'appellation cadastrale de la parcelle
  • sur le lotissement du Roi Arthur, récemment construit et qui est à l'origine de sa découverte. Les relevés topographiques effectués dans le Bois Jacob et les sondages réalisés sur le site dans le cadre d'une opération de prospection thématique en 2006 ont permis une première
  • du fer dont les prémices sont actuellement très mal connues. N 1 km fig.l : carte IGN 1/25 000 ème PAIMPONT(35) Fig.2 : Vue aérienne et localisation du site du Bois Jacob-Lotissement du roi Arthur (encadré orange). 2. POURSUITE DES FOUILLES ET PROBLEMATIQUES Concernant
  • sur le site du Bois Jacob II. SECTEUR PRINCIPAL I, IMPLANTATION DES SONDAGES 1.1 RELEVES GEOPHYSIQUES Afin d'obtenir des informations sur la possibilité d'existence de niveaux d'activité métallurgique qui pourraient avoir subsisté dans des secteurs non encore explorés et
  • tenter d'appréhender le site du Bois Jacob dans sa globalité, des relevés d'anomalies du champ magnétique terrestre ont été réalisés au magnétomètre à protons sur 3 zones : MAGN1, MAGN2, MAGN3 (fig. 4). Les mesures ont été réalisées directement par l'équipe de prospection et je tiens
  • géophysiques ont fait partie des critères de choix de l'implantation des sondages, corrélativement avec l'observation topographique et géologique du terrain, du mobilier au sol, et les résultats des sondages de 2006. 1.2 REPARTITION DES SONDAGES La répartition des sondages sur le site
  • clôture grillagée. L'ensemble de ces sondages constitue, pour la suite du rapport, le secteur principal de fouilles (fig-6). Le site du Bois Jacob présente l'allure générale d'un flanc de coteau en forme de cirque en partie naturel. En prospection, la falaise qui ferme l'espace du côté
  • est montrait de façon nette des traces d'exploitation. Une zone structurée située à son pied livrant quelques blocs de minerai, une vérification s'imposait, qui s'est traduite par le sondage S109 (fig.4). 7 Enfin la partie basse du site n'étant pas accessible du fait du
  • même pot, se trouvent étagés selon cet axe à différentes profondeurs. Les tessons trouvés en 2006 ont également été reportés sur le schéma (triangles non noircis) afin de mieux comprendre la distribution globale des céramiques. Ces éléments céramiques voisinent avec des poches
  • certitude. La production se distingue malgré tout de celle des céramiques reconnues dans les ferriers explorés ces dernières années sur les sites de Trécélien, Vert Pignon II et III (Vivet, 2005). La typologie et les datations au C14 situent ces dernières dans une période couvrant
  • est de même nature et comporte en plus de nombreux spicules. Ces caractéristiques sont celles des céramiques mises au jour (type 1) au cours des campagnes précédentes dans les volumineux ferriers du massif de Paimpont (sites de Trécélien et du Vert Pignon III), dont la datation
  • exploitation ultérieure de ces données pourra être faite de manière à préciser les techniques de creusement adoptées par les mineurs et permettre des comparatifs avec d'autres sites de même nature. 19 2.4 SONDAGE M l a) Topographie de la « Minière » Ml Le sondage de 2006 entamait par
  • no pretreatments. Please look at the pretreatment indicated for each sample and read the pretreatment glossary to understand the implications. Analysis Materials measured by the radiometric technique were analyzed by synthesizing sample carbon to benzene (92% C), measuring for 14C content
RAP03819 (SAINT-GLEN (22). La Touche ès Pritiaux : le site du premier âge du Fer. Rapport de FP 2019)
  • SAINT-GLEN (22). La Touche ès Pritiaux : le site du premier âge du Fer. Rapport de FP 2019
  • Bretagne, Côtes-d’Armor, Saint-Glen, La Touche ès Pritiaux Nº EA : 22 296 008 Arrêté d’autorisation nº 2019-133 LE SITE DU PREMIER AGE DU FER DE LA TOUCHE ES PRITIAUX A SAINT-GLEN (COTES-D’ARMOR) Gadea Cabanillas de la Torre (Ministère de la Culture/UMR 8546) Avec la
  • ? .............................................................................. 31 2. Le bâtiment circulaire : du bronze à l’âge du Fer atlantique ? ............................. 34 Conclusions : une évaluation du site du premier âge du Fer ......................................... 36 Enjeux et perspectives pour 2020-2022
  • Moncontour. Cette zone, délimitée par deux ruisseaux, le Gouessant à l’ouest et le Quiloury à l’est, est constituée par un groupe de petites collines ne dépassant pas les 210 m. Le site se trouve au sommet d’une petite élévation culminant à 203 m, à proximité du lieu-dit Bellevue. Ce
  • correspondent à des enclos non datés reconnus par prospection aérienne. Néanmoins, plusieurs sites de l’âge du Fer sont connus dans et autour de la commune. Dans le bourg de Saint-Glen, aux lieux-dit Bel-Air à Trébry (EA 22 345 0006), et Boucléron à Le Méné (EA 22 046 0012) des souterrains
  • totale du site ne constituait pas une priorité. 13 Fig. 1. Plan des vestiges mis au jour à La Touche ès Pritiaux lors du sondage de 2015. Au-delà du site en lui-même, l’extension de sondage de 2019 avait pour objectif, dans un contexte favorable, d’apporter des éléments pour
  • Conclusion La prospection géophysique menée sur le site de La Touche-ès-Pritiaux, associant méthode magnétique et méthode électrique, a permis de repérer plusieurs anomalies (fig. 7). La plupart des anomalies de grandes tailles semble plutôt avoir une origine géologique. Les anomalies
  • apporter des éléments fiables quant à la caractérisation archéologique de ce site. 2. 2. Décapage mécanique et nettoyage Le travail de terrain s’est déroulé entre le 14 et le 28 juin, puis le 5 juillet, avec une moyenne de cinq personnes. Le décapage de la terre végétale (environ 30 cm
  • des faits). Ces petites structures, dont l’intérêt réside surtout dans leur distribution spatiale, doivent faire l’objet d’une fouille en 2020. Plusieurs creusements situés dans ou à proximité immédiate de la berme en 2015 ont été fouillés intégralement en 2019. La tranchée de
  • 107 23 Fig. 11. Photographie du chantier par drone (Y. Bernard). PARTIE II. RESULTATS DE L’OPERATION 1. Présentation générale La conservation des vestiges est satisfaisante : l’opération de 2015 avait déjà montré un arasement modéré du site, le terrain ayant rarement été
  • partir de 100, totalisant 75 creusements reconnus sur toute la surface. La surface fouillée en 2015 s’avère être à l’intérieur d’un bâtiment : la plupart des structures de 2015 sont à intégrer dans des ensembles fonctionnels observés en 2019. Fig. 12. Etat de conservation du site et
  • bâtiment circulaire, mais elles sont isolées et suffisamment éloignées de ce dernier pour pouvoir appartenir à d’autres aménagements. Elles témoignent de l’extension du site au-delà de la concentration principale de vestiges dans et en périphérie immédiate de cette construction. 28
  • compatibles avec une datation protohistorique : ce foyer pourrait ainsi indiquer l’extension du site à l’est de la concentration de vestiges identifiée. 30 Fig. 21. Plan, coupe et cliché du fait 121. PARTIE III. ANALYSE ET INTERPRETATION DES VESTIGES 1. Un dépôt de haches à douille de
  • sont parfaitement compatibles avec la fourchette de datation proposée pour ce site en 2015, entre le VIIème et le Vème siècle av. n. è. La datation radiocarbone d’un fragment de charbon extrait du dispositif d’entrée est (trou de poteau 122) confirme celles réalisées en 2015 et
RAP03284.pdf (éléments pour une nouvelle approche de l'âge du Bronze en Bretagne ; le cadre chronologique et les formes de l'habitat. Rapport de PCR 2015)
  •  ANNEXES  Le  Bronze  moyen  et  l’origine  du  Bronze  final  en  Bretagne  par  S.  Blanchet,  M.  Mélin,  T.  Nicolas et P. Pihuit  Le  macro‐outillage  lithique  sur  les  sites  de  l’âge  du  Bronze  armoricain :  quelques  hypothèses fonctionnelles pour aborder la notion
  • . Le Maire)  ‐ Bilan sur le macro‐outillage (V. Brisotto)  ‐ EAA de Glasgow (S. Blanchet et Q. Favrel)  ‐ Découvertes récentes en mer d’Iroise (Y. Pailler)  ‐ Site de Lannion Penn an Alé (S. Blanchet)  Enfin, la programmation de l’activité pour la fin d’année 2015 et l’année 2016
  • ,  zones  remembrées),  la  pluviométrie,  la  topographie  etc…  peuvent, en effet, influer fortement sur la distribution et l’interprétation des données. Une première  série  d’analyses  (statistiques,  SIG)  a  donc  été  lancée  sur  le  corpus  des  enclos  circulaires.  La
  •  sphère géographique. Aussi, il est envisagé  de recourir à ces méthodes pour à la fois homogénéiser les données ‐ les cartes de confiance ‐ et les  exploiter dans leur environnement spatial (analyses de visibilité, analyses de la distribution statistique  et test du Khi2
  •  céramiques de l’âge du Bronze final et  du début du 1er âge du Fer (XIIIe ‐ VIIe siècles av. J.‐C.). Un inventaire général du mobilier céramique  issu des sites bretons datés de cette époque a été établi (fig. 2). La cohérence des contextes recensés  a  ensuite  été  validée  pour
  • ,  a  permis  d’identifier  les  sondages  et  les  fouilles  effectués  sur  des  sites  de  cette  époque  depuis les années 1950. Les rapports remis à l’issue de ces interventions ont donc été consultés en  ligne  sur  le  site  web  de  la  bibliothèque  numérique  du  service  régional
  • Funéraire Habitat Habitat Habitat Habitat Habitat Habitat Habitat Habitat Habitat Funéraire Funéraire Funéraire Habitat Habitat Habitat Habitat Habitat Habitat Habitat/Funéraire Habitat Habitat Habitat Habitat Nature du site fosses 50, 51, épandages 52 et 53 une
  • Habitat Habitat Cercle funéraire Cercle funéraire Funéraire Habitat Habitat Habitat Habitat Habitat Autre Habitat Habitat Nature du site Habitat   La Basse Bouëxière La Basse Bouëxière La Basse Bouëxière La Basse Bouëxière La Basse Bouëxière Le Haut Sévigné ZAC
  •   précisées,  d’après  la  consultation  de  la  base  de  données  Patriarche  et  le  dépouillement  des  publications  et  des  rapports,  les  informations  essentielles :  les  noms  des  sites  géoréférencés,  ceux  des  responsables  d’opérations  et  des  personnes  qui  ont
  •   étudié  ces  ensembles,  ainsi  que  les  références  bibliographiques  afférentes,  qu’elles  soient  publiées  où  consultables sous la forme de rapports mis en ligne sur le site web de la bibliothèque numérique du  service régional de l’archéologie. Les éléments susceptibles de
  •  continentales de type RSFO.    Les assiettes 2b sont présentes sur les sites orientaux, tels les deux exemplaires de l’habitat de Bédée  (35),  Le  Pont‐aux‐Chèvres.  On  les  trouve  aussi  sur  l’habitat  récemment  fouillé  de  Penn‐an‐Alé  à  Lannion  (29).  Ces  assiettes  évoquent  les
  •   exemplaires  de  Pornic  (44),  Le  Grand  Cartron  (Poisblaud  2013),  site  bien  daté  du  Bronze  final  par  les  nombreuses  analyses  radiocarbones,  entre  les  XIe‐IXe  siècles av. J.‐C. Le fossé 50 de l’habitat de Fontenay‐le‐Marmion (14) au sud de Caen, La Grande Pièce  (Giraud
  •  Eleusis. Une  troisième a été découverte sur l’habitat de Lannion (29) Penn‐an‐Alé. Un exemplaire identique a été  découvert sur l’habitat de Fontenay‐le‐Marmion (14) au sud de Caen, La Grande Pièce (Giraud 2006),  site  daté  de  la  fin  du  Bronze  final  ou  Hallstatt  C  (St  66
RAP02005.pdf ((29). le mésolithique en Bretagne. rapport de projet collectif de recherches)
  • malacofaune des sites mésolithiques et néolithiques de la façade atlantique Contribution à l'économie et à l'identité culturelle des groupes concernés, (par Catherine Dupont). B) Approche spatiale et territoriale des industries lithiques. Constantes et variantes dans l'occupation du
  • typologiques. La base comporte désormais 1318 entrées, avec une centaine de sites mésohthiques avérés. -Campagne de sondages manuels et mécaniques sur cinq sites mésolithiques en Finistère, choisis dans des contextes topographiques contrastés et à partir du fichier de Pierre Gouletquer
  • . -Prospections dans le sud Finistère et découverte de soixante-deux nouveaux sites et indices. -Travaux sur l'économie de subsistance et sur les saisons d'occupation des amas coquilliers par l'analyse des restes de mammifères, d'oiseaux, de crabes, d'oursins, de coquillages et de poissons
  • . -Calcul de l'effet de réservoir océanique à partir de plusieurs types de coquillages sur le site de Beg-an-Dorchenn. -Etudes de collections Uthiques anciennes et réalisation de monographies (Raguénez, Kerliézoc, Kerhuellan, Kervilien, la Presqu'île, ...). -Synthèses sur les industries
  • + M. Lacot, P. Forré, P. Gouletquer, Y. PCR Guéguen, M. Le Goffic, P. Léopold, G. Marchand, Y. Pailler, J. Perry, R. Tsobgou, G. Tournay, E. Yven. Hiérarchisation du corpus des sites en Finistère Etudes de collections et définition S. Blanchet, J. Josselin, P. Gouletquer, d'un
  • protocole d'analyse commun G Marchand, Y. Pailler, E. Yven PCR Campagne de sondages en G. Marchand Finistère Bilan archéologique des sites de O. Kayser, G. Marchand, A. Tresset, Beg-an-Dorchenn, Téviec et R. Schulting. Hoèdic Nouvelles datations à Beg-an- R. Schulting Dorchenn et à Beg
  • humains et animaux et marines des amas coquilliers Pratiques funéraires et domaine symbolique Prélèvement et étude des coquilles C. Dupont sur les sites de Hoëdic et Beg-anDorchenn Anthropologie physique L. Soler et R. Schulting (recrutement, caractères biologiques) Analyse et
  • rapport de PCR millésime 2001 et l'analyse des poissons du millésime 2002. Par ailleurs, les travaux sur l'effet de réservoir océanique effectués sur certains prélèvements de ce site sont également arrivés à leur terme. Le PCR a pris en charge la date sur charbon (tableau 2), tandis
  • réalisera à l'avenir. Sur le terrain, le programme de prospection thématique « Le Mésolithique en Finistère : chronologie et stratigraphie » s'est achevé par des sondages sur le site de Kerdunvel (Plourin), découvert par P. Coroller, Yvan Pailler et Erwan Castel. Les prospections
  • attributions chronologiques. Après de nombreuses visites sur le terrain, une liste de sites permettant des fouilles a été établie, en tentant de faire varier les contextes topographiques. Cinq sites ont finalement pu être sondés. Kerliézoc (Plouvien) reposait sur une pente faible orientée
  • Presqu'île (Brennilis) - pourtant le site le plus prometteur - était entièrement déplacé par l'action d'un lac de barrage sur le flanc d'un ancien ruisseau. Aucun de ces sites n'a livré de niveau archéologique préservé, ni a fortiori de structures. Les données recueillies lors des
  • du secteur considéré mais ne se trouve que dans un nombre limité de secteurs. En recherchant autour de sites découverts à Languidic par Stéphane Blanchet, Rodrigue Tsobgou, Grégor Marchand et Gérard Tournay ont enfin localisé des falaises d'ultramylonites, dans un vallon adjacent
  • Quimper et Bannalec (sud-Finistère). Le séminaire de Melgven en 2002 a été suivi par celui d'Ergué-Gabéric cette année. Soixante-deux sites ont été détectés et analysés suivant un protocole inventé par Pierre Gouletquer et rejoignent la base de données informatisée. Un des objectifs de
  • du site de Kerjouanno, de Kergalan, de Ty-Nancien ou en rattrapant les traces de collections « disparues » comme celle du Moulin de Penguilly. Un classement des collections du SRA de Bretagne a été réalisé en 2004, par Marie-Armelle PauletLocard et Grégor Marchand, afin de les
  • collection du site du Crann, jamais étudiée auparavant et Grégor Marchand réalise celle des sondages de Ty-Nancien, inédits depuis 1971. Toutes ces entreprises devraient contribuer à améliorer la lisibilité du Mésolithique breton. Le Programme Collectif de recherche a également permis de
  • financer trois analyses par le radiocarbone (tableau 2). -Le site de Quillien (Cloître Saint-Thégonnec, Finistère) a été identifié en 1984 par P. Léopold dans le cadre de ses prospections locales (Gouletquer et Léopold, 1991). Un sondage de 12 mètres carrés implanté sous un talus a été
  • entrepris par ce même bénévole. La récolte de noisettes brûlées dans toutes les passes du sondage a incité Estelle Yven à vérifier la stratigraphie de ce site. Les noisettes destinées à l'analyse ont été prélevées dans la dernière couche, scellée par une ancienne structure ; elles
  • avant Jésus-Christ avec cinq pics de probabilité : -7880, - 7920, -7929, -7940 et - 7955 avant Jésus-Christ (Yven et Léopold, 2003). -S. Blanchet et O. Kayser ont entrepris des sondages-diagnostiques sur un site identifié par M. Le Goffic, le Bilou (Le Conquet, Finistère). Les
  • identique à celles obtenues sur les sites de Toul-an-Naouc'h et de Quillien, à 8780 +/- 90 B.P. (Kayser et Blanchet, 1999). La panoplie microlithique se compose, entre autres, de triangles scalènes allongés, de pointes Bertheaume, de lamelles Bertheaume ainsi que de pointes à base
  • retouchée et s'insère dans un assemblage constitué de plusieurs milliers de pierres taillées. -La réalisation d'une datation par le radiocarbone sur le site de Kerliézoc (Plouvien) visait à apporter d'autres éléments de réponse à la question de l'intégrité du niveau sous le labour. Un