Rechercher sur le site

  • Chercher les documents contenant un mot OU un autre : tapez simplement les mots à la suite => bracelet bronze
  • Chercher les documents contenant un mot ET un autre : utilisez le mot-clef AND => bracelet AND bronze
  • Chercher les documents contenant une expression exacte : taper l'expression entre guillemets => "bracelet en bronze"

Limiter votre recherche

Auteur
Type d'opération
Commune
Département
Date (Année)

4131 résultats Exporter les résultats

Trier par Titre : ascendant / descendant
RAP01311.pdf (PLOUHINEC (29). menez drégan. rapport final de fouille programmée 1993-1995)
  • PLOUHINEC (29). menez drégan. rapport final de fouille programmée 1993-1995
  • - sur la nature des vestiges immobiliers : G r o t t e rnarine effondrée - sur la nature des vestiges mobiliers : industrie lithique. ossements 1 3 • Notice sur la problématique de la recherche et les principaux résultats de l'opération archéologique : F o u i l l e exhaustive de l
  • fossile. Caractérisation des ossements du gisement de Menez-Dregan I quant à leur contenu en acides nucléiques (par E-M. GEIGL) Méthodologie Résultats actuels Conclusions p. 15 - 8 - Chimie organique, chimie des foyers (par R.J. MARCH) L'étude des vestiges anciens de "structures de
  • combustion" La caractérisation géochimique des nappes sédimentaires p. 17 -9-Datations p. 18 V : SYNTHESE STRATIGRAPHIQUE DU GISEMENT DE MENEZDREGANI p.20 - 1 - Etudes des coupes stratigraphiques p.20 - 2 - Hypothèses géochronologiques : reconstitution historique en fonction des
  • : X = 92, 200. Y = 353, 800. Z moy. = 10 mN.G.F. Cadastre (figure 2) : section ZW, parcelles 366, 370 et 372 (propriété de Monsieur et Madame Jean HENAFF, que nous remercions pour leur aimable autorisation et hors parcelles (domaine public maritime). Située au nord de la Baie
  • . - Bibliographie. - 23p, 10 figures, 7 planches photos hors texte. 1993 : - Généralités. Environnement topographique du gisement. - Déroulement de la campagne. Extension du carroyage. - Réflexions sur la typologie de l'industrie lithique. - Découverte et présentation des premiers ossements
  • que les premiers ossements ont été dégagés. Elle a assuré la formation de deux fouilleurs au prélèvement des os en conditions aseptiques. L'installation d'un petit laboratoire de chimie dans les locaux mis à disposition par la mairie de Plouhinec lui a également permis de commencer
  • l'objet d'une thèse d'université (N. MOLINES). Les résultats préliminaires font l'objet du chapitre VII infra. Restes osseux Depuis la découverte des premiers ossements en 1993, la collecte se poursuit dans la couche 9. Toujours très dégradés et difficiles à prélever, ces restes sont
  • entre la couche sableuse et la base de la rubéfaction sur les blocs s'expliquerait par l'épaisseur occupée par le combustible, niveau où la température est insuffisante pour brûler la roche. Là encore, des prélèvements permettront de déterminer un certain nombre de paramètres pour
  • , en étant couplées à la microscopie d'épifluorescence et aux analyses RX. Elles ont porté sur quatre points principaux, en relation avec la problématique du chantier : - 1 - Les structures de combustion afin de déterminer : - leur caractère en place (rubéfaction du substrat), peu
  • perturbé (conservation de fragments fragiles) ou remanié (volontaire ou ruissellement). - le type de combustible utilisé (bois, brindilles, os frais ou sec) et son degré de combustion. - La position stratigraphique de la combustion par rapport aux pédogenèses. - 2 - Les phénomènes
  • mis en place dans un contexte surtout boréal, assez protégé, avec en plus des éléments marins (spicules) importés sous forme de litière ou de combustible. A cette époque, l'abris n'était plus aussi étanche que par le passé. Il semble donc que l'essentiel du site ait fonctionné dans
  • des ossements du gisement de MenezDregan I quant à leur contenu en acides nucléiques (par E-M. GEIGL). Compte tenu de l'état de conservation des ossements et des graines à Menez-Dregan (la morphologie des os n'est plus reconnaissable et ne permet pas la détermination du genre et
  • encore moins de l'espèce), il est nécessaire de rechercher un moyen de les étudier. La rareté des ossements aussi anciens (300.000 à 500.000) conservés dans le domaine armoricain et l'intérêt majeur de ce gisement, à de nombreux points de vue, nous engagent à persévérer. Il est
  • réaliste d'envisager une solution à cette problématique dans l'analyse biochimique du matériel héritier (les acides nucléiques, surtout l'ADN) qui pourrait être conservé dans les Im ossements et les graines. Par extension, il devrait également en résulter des renseignements
  • paraissait plus adéquate pour une première analyse génétique des ossements paléontologiquement indéterminables de Menez-Dregan I. Résultats actuels Une première analyse des acides nucléiques extraits d'un os de la couche 9 (traitement selon le protocole Hagelberg et al., 1991) à l'aide
  • Perissodactyla. L'approche génétique pourrait donc permettre la coordination taxonomique de quelques ossements de Menez-Dregan. L'information que l'on pourrait en tirer, au cas où les premières indications se confirmeraient, devrait contribuer à la reconstitution de la faune et de la flore à
  • des foyers du gisement. Le site offre effectivement la possibilité quasi unique d'étudier des structures de combustion très anciennes, datées et insérées dans un contexte archéologique précis. L'étude des substances organiques devra également compléter celle de la chimie des foyers
  • sableuse rubéfiée du sol 7 ainsi qu'au niveau du sédiment rubéfié de la couche 9 (carré L17). L'étude des vestiges anciens de "structures de combustion" L'étude des structures de combustion anciennes est très délicate et le premier objectif doit être de prouver leur existence en tant
  • orienté vers l'analyse globale des témoins de combustion plus que vers l'analyse pointue de vestiges isolés. A cette fin, il serait nécessaire qu'une orientation soit plus spécifiquement donnée vers la recherche d'un faisceau de témoins d'activité thermique convergent qui puisse mettre
  • en évidence l'existence des structures de combustion d'origine anthropique. Il faudrait associer aux Im études de terrain une démarche analytico-expérimentale visant à la reconstruction des processus d'altération thermique observés sur les blocs de granité, les galets et les
RAP03492 (VANNES (56). 15 avenue Édouard Herriot : un secteur de la nécropole antique de Vannes. Rapport de fouille)
  • opération de sauvegarde par l'étude
  • VANNES (56). 15 avenue Édouard Herriot : un secteur de la nécropole antique de Vannes. Rapport de fouille
  • ‹/$1Ζ( '(60$5(67 0$5Ζ1( /$)25*( Utilisation des données d'un rapport de fouille L'utilisation des données du rapport de fouilles est régie par les dispositions du code de la propriété intellectuelle (CPI) concernant la propriété littéraire et artistique : « toute représentation
  • de propriété littéraire et artistique. Les informations qui y sont contenues ne sont pas considérées comme des informations publiques pouvant être librement réutilisées quand des tiers détiennent sur ce document des droits de propriété intellectuelle (articles 9 et 10 de la loi n
  • des vases découverts se rapporte à des récipients en verre. Les ossements non brûlés ne sont pas conservés, néanmoins quatre probables inhumations de sujets nouveau-nés ou très jeunes immatures ont été mises en évidence et constituent les témoins de pratiques variées (coffrages en
  • "simples fosses creusées dans le substrat rocheux". Elles étaient "environnées de charbons ainsi que de cendres", placées debout et quelques vases étaient couverts d'une assiette ou d'un fragment de tuile. « Quelques urnes contenaient une monnaie en dessous des ossements ». Des
  • "morceaux de verre fondu" ont été "trouvés autour des urnes ou mêlés aux ossements". Il évalue le nombre d'urnes mises au jour à environ 200. La majorité des urnes déposées sont des pots en céramique commune, auxquelles s'ajoutent un exemplaire en terra nigra et une urne en verre. L. de
  • carrée, déposé verticalement et contenant des ossement brûlés. Il est caractéristique des productions du milieu Ier – début IIIe siècle. L'urne 3002 était installée à proximité. Il s'agit d'un fond de récipient en céramique contenant lui aussi des restes osseux et daté IIe- IIIe
  • caractérisation des tombes devra être établie au sein des dépôts funéraires. Pour ce faire, la présence d'éventuels aménagements internes (coffres, couvertures, dépôts secondaires) sera recherchée. L'analyse des ossements déposés dans les urnes devra permettre de définir leur nature et leur
  • constitution, et d’aborder la question des modalités de prélèvement des ossements à l'issue de la crémation. D'autre part, le mobilier funéraire constituera, outre des indices de compréhension des rites funéraires, des marqueurs chronologiques. Les éléments recueillis seront confrontés aux
  • -Empire, Bas-Empire ; Nécropole, incinérations, inhumations, bûcher funéraire, carrière ; Vénètes. Keywords : necropolis, cremation, inhumation, pyre, quarry. Le site du 15 avenue Édouard Herriot a livré les vestiges d'un secteur de la nécropole antique de Vannes-Darioritum, située le
  • long de deux voies de circulation majeures et en bordure de la ville antique. La nécropole s'est implantée sur une ancienne carrière d'extraction et se place dans le prolongement de l'occupation funéraire découverte lors de la construction des casernes militaire, en 1876. La fouille
  • a permis d'étudier une aire de crémation, comblée vers le milieu du IIe siècle. Elle présente la particularité d'avoir conservé les traces d'utilisations multiples. Les dépôts funéraires mis au jour comptabilisent entre 90 et 104 dépôts crématoires et une dizaine de sépultures à
  • inhumations, parmi lesquelles se trouvaient quatre sépultures de nouveaux-nés. Une grande majorité des dépôts secondaires de crémation se présente sous la forme d'un vase isolé ; de rares dépôts comprenaient un ou des vases d'accompagnement. En l'absence de recoupements stratigraphiques
  • lisibles, les éléments de datation sont principalement issus du mobilier et fixent une fourchette chronologique comprise entre ces découvertes pour la région doit être souligné. En plus d'avoir livré le milieu du IIe siècle et le IVe siècle ap. J.-C. Le caractère exceptionnel de un
  • ensemble de références pour l'étude du mobilier en verre, il constitue un apport exceptionnel pour la connaissance des pratiques funéraires. couverture Vase ossuaire en verre. Cliché : M. Quillivic © Éveha 2017. VANNES 15 AVENUE ÉDOUARD HERRIOT 5$33257 )Ζ1$/ ' 23‹5$7Ζ21 $5
  • &+‹2/2*Ζ48( 92/ SRA Bretagne 129(0%5( 5$33257 )Ζ1$/ ' 23‹5$7Ζ21 $5&+‹2/2*Ζ48( )28Ζ//( 35‹9(17Ζ9( 92/ Code INSEE de la commune Numéro de l'entité archéologique Arrêté de prescription '8 (5 -8Ζ1 Aménageur 6$6 &()Ζ0 VANNES (56
  • ), 15 AVENUE ÉDOUARD HERRIOT Un secteur de la nécropole antique debVannes Auteurs $11$Κ* /( 0$575(7 'Ζ5 -867Ζ1( 3(7Ζ7 56 SRA Bretagne Code INSEE de la commune 129(0%5( 5$33257 )Ζ1$/ ' 23‹5$7Ζ21 $5&+‹2/2*Ζ48( Numéro de l'entité archéologique Arrêté de
  • prescription '8 (5 -8Ζ1 )28Ζ//( 35‹9(17Ζ9( Aménageur 6$6 &()Ζ0 92/ VANNES (56), 15 AVENUE ÉDOUARD HERRIOT Un secteur de la nécropole antique debVannes Auteurs $11$Κ* /( 0$575(7 'Ζ5 -867Ζ1( 3(7Ζ7 56 0$5Ζ$11( $/$6&Ζ$ 025$'2 *8Ζ//$80( %521 0
  • ou reproduction intégrale ou partielle faite sans le consentement de l'auteur ou de ses ayants droit ou ayants cause est illicite » (article L122-4). Toutefois sont autorisées : - Les photocopies ou reproductions destinées à un usage exclusivement privé et non à une utilisation
  • collective (article L 122-5, 2° ). - Les reproductions du texte, accompagnées ou non de photographies, cartes ou schémas, réalisées dans le cadre d'analyses ou de courtes citations, si elles sont justifiées par le caractère (…) critique, scientifique ou d'information de l'oeuvre à
  • laquelle elles sont incorporées et sous réserve que soient indiqués clairement le nom de l'auteur et la référence de l'ouvrage dont elles sont issues (article L 122-5, 3°, a). Bien qu'un rapport de fouille soit un document reçu par l'État, il n'est communiqué que sous réserve des droits
RAP02911.pdf (ESSE (35). la basse coudre, la motte. rapport de fouille préventive)
  • opération de sauvegarde par l'étude
  • ESSE (35). la basse coudre, la motte. rapport de fouille préventive
  • limite de leurs conditions d’accueil. La mise en ligne des rapports par le SRA Bretagne a pour objectif de faciliter cette consultation. La consultation et l’utilisation de ces rapports s’effectuent dans le respect des dispositions du code de la propriété intellectuelle relatives aux
  • droits des auteurs. Notamment en application de l'article L.122-5 du code de la propriété intellectuelle, cela implique que : 1) les prises de notes et les copies ou autres formes de reproduction sont autorisées dans la mesure où elles sont strictement réservées à l’usage privé du
  • . Le non-respect de ces règles constitue le délit de contrefaçon prévu et sanctionné par les articles L.335-2, L.335-3 et suivants du code de la propriété intellectuelle. Renseignement : DRAC Bretagne : http://www.culture.gouv.fr/Regions/Drac-Bretagne Service Régional de
  • l’Archéologie - Centre de documentation archéologiqu Campus universitaire de Beaulieu - Avenue Charles Foulon - 35700 Rennes 01/09/2018 L’utilisation des données du rapport est régi par les dispositions du code de la propriété intellectuelle concernant la propriété littéraire et artistique
  • . Les prises de notes et les photocopies sont autorisées pour un usage exclusivement privé et non destiné à une utilisation collective (article L 122-5 du code de la propriété intellectuelle). Toute reproduction du texte accompagnée ou non de photographies, cartes ou schéma, n’est
  • période antique 3.2.1. La nécropole antique 3.2.1.1. L’organisation spatiale  3.2.1.2. Typologie des fosses 3.2.1.3. La crémation 3.2.1.3.1. Le combustible 3.2.1.3.2. Le bûcher funéraire 3.2.1.3.3. Observations sur la préparation des défunts 3.2.1.4. Typologie des
  • fragments (NR) et d’individus (NMI) par catégorie de pâte exprimé en chiffres brutes et pourcentages Graphique 1 - Répartition spatiale des ossements de la sépulture 44 Graphique 2 - Répartition par grandes régions anatomiques des ossements de la sépulture 44 Tableau 2 - Données
  • pondérales des ossements de la sépulture 44 (en grammes) Graphique 3 - Répartition spatiale des ossements de la sépulture 45 Graphique 4 - Répartition par grandes régions anatomiques des ossements de la sépulture 45 Tableau 3 - Données pondérales des ossements de la sépulture 45 (en
  • grammes) Graphique 5 - Répartition spatiale des ossements de la sépulture 46 Graphique 6 - Répartition par grandes régions anatomiques des ossements de la sépulture 46 Tableau 4 - Données pondérales des ossements de la sépulture 46 (en grammes) Graphique 7 - Répartition spatiale
  • des ossements de la sépulture 49 Tableau 5 - Données pondérales des ossements de la sépulture 49 (en grammes) Graphique 8 - Répartition spatiale des ossements de la sépulture 51 Tableau 6 - Données pondérales des ossements de la sépulture 51 (en grammes) Graphique 9
  • - Répartition spatiale des ossements de la sépulture 53 Graphique 10 - Répartition par grandes régions anatomiques des ossements de la sépulture 53 Tableau 7 - Données pondérales des ossements de la sépulture 53 (en grammes) Graphique 11 - Répartition spatiale des ossements de la
  • sépulture 54 Graphique 12 - Répartition par grandes régions anatomiques des ossements de la sépulture 54 Tableau 8 - Données pondérales des ossements de la sépulture 54 (en grammes) Graphique 13 - Répartition spatiale des ossements de la sépulture 55 Graphique 14 - Répartition par
  • grandes régions anatomiques des ossements de la sépulture 55 Tableau 9 - Données pondérales des ossements de la sépulture 55 (en grammes) Graphique 15 - Répartition spatiale des ossements de la sépulture 58 Graphique 16 - Répartition par grandes régions anatomiques des ossements de
  • la sépulture 58 Tableau 10 - Données pondérales des ossements de la sépulture 58 (en grammes) Graphique 17 - Répartition spatiale des ossements de la sépulture 59 Tableau 11 - Données pondérales des ossements de la sépulture 59 (en grammes) Graphique 18 - Répartition spatiale
  • des ossements de la sépulture 60 Graphique 19 - Répartition par grandes régions anatomiques des ossements de la sépulture 60 Tableau 12 - Données pondérales des ossements de la sépulture 60 (en grammes) Graphique 20 - Répartition spatiale des ossements de la sépulture 61
  • Graphique 21 - Répartition par grandes régions anatomiques des ossements de la sépulture 61 Graphique 22 - Répartition par grandes régions anatomiques des ossements de l’US 1419 de la sépulture 61 Tableau 13 - Données pondérales des ossements de la sépulture 61 (en grammes
  • ) Graphique 23 - Répartition spatiale des ossements de la sépulture 62 Graphique 24 - Répartition par grandes régions anatomiques des ossements de la sépulture 62 Tableau 14 - Données pondérales des ossements de la sépulture 62 (en grammes) Graphique 25 - Répartition spatiale des
  • ossements de la sépulture 63 Graphique 26 - Répartition par grandes régions anatomiques des ossements de la sépulture 63 111 139 141 142 148 149 151 154 156 157 160 162 165 166 169 170 171 174 175 177 180 181 182 185 186 187 190 191 194 195 196 199 200 200 202 206 207 208 213 214
  • Graphique 27 - Répartition comparée par grandes régions anatomiques des deux niveaux funéraires de la sépulture 63 Tableau 15 - Données pondérales des ossements de la sépulture 63 (en grammes) Graphique 28 - Répartition spatiale des ossements de la sépulture 64 Graphique 29
  • - Répartition par grandes régions anatomiques des ossements de la sépulture 64 Tableau 16 - Données pondérales des ossements de la sépulture 64 (en grammes) Graphique 30 - Répartition spatiale des ossements de la sépulture 65 Graphique 31 - Répartition par grandes régions anatomiques des
RAP03019.pdf (PLEUMELEUC (35). ZAC de l'Orme : des structures de combustion du néolithique moyen et un enclos à fossé circulaire de l'âge du bronze. rapport de fouille)
  • opération de sauvegarde par l'étude
  • PLEUMELEUC (35). ZAC de l'Orme : des structures de combustion du néolithique moyen et un enclos à fossé circulaire de l'âge du bronze. rapport de fouille
  • Mobilier Céramique, Macro-outillage. A moins d’une centaine de mètres au sud, cinq structures de combustion empierrées sont regroupées sur une surface assez restreinte. Deux d’entre elles ont livré plusieurs éléments de macro-outillage ainsi que quelques tessons de céramique
  • Rapport final d’opération Pleumeleuc (Ille-et-Vilaine)t-Vilaine) ZAC de l’Orme - Des structures de combustion du Néolithique moyen et un enclos à fossé circulaire de l’âge du Bronze Sujets et thèmes Enclos circulaire Structures de combustion. La fouille réalisée au printemps 2013
  • -et-Vilaine) ZAC de l’Orme Des structures de combustion du Néolithique moyen et un enclos à fossé circulaire de l’âge du Bronze sous la direction de Sandra Sicard Inrap Grand-Ouest Octobre 2014 Rapport final d’opération Fouille archéologique Code INSEE 35 227 Nr site
  • : néant Des structures de combustion du Néolithique moyen et un enclos à fossé circulaire de l’âge du Bronze sous la direction de par avec la collaboration de Sandra Sicard Vérane Brisotto Hervé Morzadec Théophane Nicolas Sandra Sicard Julie Cavanillas Frédéric Boumier SRA 2011
  • demandeur et dans la limite de leurs conditions d’accueil. La mise en ligne des rapports par le SRA Bretagne a pour objectif de faciliter cette consultation. La consultation et l’utilisation de ces rapports s’effectuent dans le respect des dispositions du code de la propriété
  • intellectuelle relatives aux droits des auteurs. Notamment en application de l'article L.122-5 du code de la propriété intellectuelle, cela implique que : 1) les prises de notes et les copies ou autres formes de reproduction sont autorisées dans la mesure où elles sont strictement réservées à
  • aucune exploitation commerciale. Le non-respect de ces règles constitue le délit de contrefaçon prévu et sanctionné par les articles L.335-2, L.335-3 et suivants du code de la propriété intellectuelle. Renseignement : DRAC Bretagne : http://www.culture.gouv.fr/Regions/Drac-Bretagne
  • chronologiquement associée. A moins d’une centaine de mètres au sud, cinq structures de combustion empierrées sont regroupées sur une surface assez restreinte. Deux d’entre elles ont livré plusieurs éléments de macro-outillage ainsi que quelques tessons de céramique peu diagnostics. Là encore
  • conditions de sa mise en place. Bien entendu, si des vestiges funéraires venaient à être découverts, ce qui ne peut être exclu malgré l’acidité récurrente des sols du bassin de Rennes la plupart du temps défavorable à la conservation des ossements, ceux-ci seront bien entendu pris en
  • sédiment ont été faits mais uniquement dans des structures choisies : les structures de combustion pour le charbon et d’éventuels restes organiques, dans l’enclos pour le charbon et la réalisation d’éventuelles datations C14. Tout a été tamisé et trié. Malgré les nombreux charbons
  • récoltés dans les structures de combustion, aucune étude anthracologique n’a été entreprise. En effet, la reconstitution du contexte environnemental ne constituait pas une priorité dans les problématiques liées à l’étude de ce site, trop arasé et pauvre en structures. 36 II
  • des fossés, des trous de poteaux et des structures de combustion ayant livré un mobilier allant du Ier siècle ap. J.C jusqu’à la fin de l’empire romain, et du haut Moyen-âge avec quelques fosses et trous de poteaux (Tournier, 2007). Le second réalisé par S. Bourne en 2010 sur une
  • association avec des structures en creux, principalement des structures de combustion. Enfin, quelques tessons découverts dans le comblement de certains fossés plaident pour une fréquentation de la zone au cours de la Tène (Bourne, 2010). Le sud de la commune de Pleumeleuc a donc livré au
  • Bronze final. Les vestiges s’étendant autour du monument sont rares. Quelques structures de combustion se trouvent à proximité dans un rayon d’une vingtaine de mètres. Elles ont pour particularité d’être empierrées et de contenir un grand nombre de blocs brûlés ainsi que du mobilier
  • peu diagnostics. Là encore, ce sont trois dates C14 qui ont permis d’attribuer ces structures au Néolithique moyen. Aucun autre type de structure domestique n’est associé à ces dernières. Plusieurs fossés parcellaires ont été mis au jour, mais ils sont pour la plupart modernes
  • , visibles sur le cadastre napoléonien ou contenant des vestiges mobiliers modernes. L’un d’eux a cependant une orientation légèrement discordante et est recoupé par un fossé moderne. Cette observation de chronologie relative permet de supposer qu’il est plus ancien mais malgré des
  • a confirmé la présence d’un enclos à fossé circulaire de la fin du Bronze moyen/début du Bronze final. Mal conservé, sur à peine 0,20m de profondeur, il n’a quasiment pas livré de mobilier céramique et seules deux datations C14 ont permis de confirmer cette attribution chronologique. Sa
  • surface interne était dépourvue de structure. Comme fréquemment, il est isolé, aucune des rares structures découvertes sur l’emprise ne pouvant lui être chronologiquement associée. Rapport final d’opération archéologique Chronologie Néolithique moyen, Bronze moyen Pleumeleuc (Ille
  • /085 13 055 0963 (30 257) néant Arrêté de prescription Système d’information Code Inrap DB 05015702 Entité archéologique Pleumeleuc, ZAC de l’Orme Inrap Grand Ouest 37 rue du Bignon 35 577 Cesson Sévigné Tél. 02 23 36 00 40, grand-ouest@inrap.fr Octobre 2014 SOMMAIRE
  • Données administratives, techniques et scientifiques 1. Introduction ______________________________________________35 1.1 Le projet ______________________________________________________________ 35 1.2 Stratégie d’intervention et enregistrement des données ________________________ 35
RAP01381.pdf (OUESSANT (29). mez notariou. rapport intermédiaire de fouille programmée 1996-1998)
  • OUESSANT (29). mez notariou. rapport intermédiaire de fouille programmée 1996-1998
  • que ce genre de pratique n'est généralement pas observable sur les sites funéraires protohistoriques d'Armorique. Les conditions de conservation des ossements ne permettent pas de faire de tels repérages. 2.2.LES AIRES DE COMBUSTION DE L A ZONE CENTRALE Les aires de combustion S
  • Limites de propriété communale Parcelles : 2125 à 2134 2202 à 2233 2245 à 2247 2310 à 2334 2345 à 2414 50 m =d Extrait du cadastre d'Ouessant de 1974, remis à jour en 1982 Zone fouillée de 1988 à 1996 Section E 2 SITUATION CADASTRALE IMPLANTATION DES FOUILLES . Le secteur 5
  • est une zone de dépôt de 150 m2 dans laquelle de nombreux ossements côtoient des poteries et du mobilier métallique de l'âge du Fer et de l'époque romaine. Il pourrait s'agir du résultat de transferts de mobilier d'un sanctuaire installé à proximité de cette nappe de rejets En
  • confirme la forme générale de la dépression correspondant à l'assiette du monument funéraire et creusée pour le recevoir. Un examen, par P. Méniel, du plan et des clichés verticaux des ossements mis au jour sous le tumulus en 1993 a permis à ce spécialiste d'archéo-zoologie de discerner
  • .2421, 2422, 2423 et 2453 sont très dégradées. L'épaisseur des éléments de terre cuite en place n'excède pas 3 à 4 cm. Le mobilier se compose de quelques petits tessons protohistoriques. L'aire de combustion 2644 est mieux conservée dans la mesure où la surface supérieure du foyer
  • convient tout d'abord d'évaluer précisément la nature. Il faut repérer, notamment, les connections et liens existants entre les ossements. Il faut savoir si nous sommes en présence d'un dépôt primaire, cohérent. Cela justifierait un relevé et une cartographie extrêmement précis de
  • lignes la nature et la géométrie du dépôt et de déterminer le volume et la densité des os et des coquillages. Les éventuelles connections seront aisément repérés entre les ossements. Pour plus de précision trois passages successifs (0,05 m en moyenne) sont effectués permettant de
  • professeurs M. Egloff et C. Mordant ont pu constater les ressemblances existant entre les poteries de Mez-Notariou et celles de l'est de la France ou du domaine alpin. ETUDE DES OSSEMENTS Le très abondant mobilier osseux mis au jour dans les niveaux supérieurs du secteur 5 doit faire
  • étude au cours de l'hiver 1996-1997. La détermination et l'analyse de la répartition des ossements, ainsi que le repérage d'éventuelles différences de composition entre le lot découvert au sommet de la fosse du 1er âge du Fer et celui mis au jour sur des espaces datés du 2e âge du
  • LE SITE ARCHEOLOGIQUE DE OUESSANT "Mez-Notariou (29 155 0022 AP) (Finistère) RAPPORT INTERMEDIAIRE DE FOUILLE PROGRAMMEE ANNEE 1996 Sous la direction de Jean-Paul LE BIIIAN CONSEIL GENERAL DU FINISTERE collaborations : S.D.A. CENTRE DE RECHERCHE ARCHEOLOGIQUE DU FINISTERE
  • Rennes : S.R.A. de Bretagne 1996 LE SITE ARCHEOLOGIQUE DE OUESSANT "Mez-Notariou (29 155 0022 AP) (Finistère) RAPPORT INTERMEDIAIRE DE FOUILLE PROGRAMMEE ANNEE 1996 Sous la direction de Jean-Paul LE BIHAN CONSEIL GENERAL DU FINISTERE collaborations : S.D.A. CENTRE DE RECHERCHE
  • ARCHEOLOGIQUE DU FINISTERE Rennes : S.R.A. de Bretagne 1996 1 Ch.l INTRODUCTION 1. SITUATION Département : Finistère Commune : Ouessant Lieu-dit : Mez-Notariou Programme : H. 15 Inventaire : 29 155 002 A P Carte I.G.N. :l/25 000 ème F. 11 7-8 Ouessant Cadastre : 1974, Section E
  • , parcelles 2125 à 2134, 2202 à 2233, 2245 à 2247, 2310 à 2334, 2345 à 2414. 1.1. M I L I E U N A T U R E L ET L ' I N S U L A R I T E Située à la pointe nord-ouest de la Bretagne, Ouessant occupe une position exceptionnelle. Terre la plus occidentale de la métropole, elle émerge à la
  • rencontre des eaux de l'Océan Atlantique et de la Manche. Distante de 20 km du continent l'île possède un caractère insulaire très fortement marqué même s'il faut tenir compte du niveau de la mer et du dessin des côtes aux différentes époques concernées par l'étude archéologique (Le
  • Bihan, D.F.S., 1995). La distance effective entre les îlots qui se succèdent entre Ouessant et le continent a pu varier de manière assez importante. Le climat océanique est particulièrement marqué. La question de la végétation a été longuement abordée au cours des années précédentes
  • ( L e Bihan, D.F.S., 1995). La présence de grands arbres, de chênes en particulier, n'est pas attestée dans l'état actuel des connaissances pour les périodes anciennes. En revanche il faut constater que les défrichements de l'île ont été très précoces et très importants dès le
  • Néolithique. 1.2. LE SITE DE M E Z - N O T A R I O U En position relativement centrale par rapport à l'ensemble de l'île, le site de MezNotariou est implanté sur le flanc sud-ouest de la colline Saint-Michel, sur un replat délimité au sud par le vigoureux talweg qui traverse l'île d'est en
  • dominants du sud-ouest. L'assiette du site archéologique est établie sur un banc arénitique (Us. 17) d'une centaine de mètres de large du nord au sud, calé entre deux zones de roches granitiques. Ceci explique la formation du replat par érosion différentielle. L'arène granitique est
  • recouverte par deux couches de formation naturelle et stériles en ce qui concerne la période de l'âge du Fer, même si quelques tessons ont pu s'y infiltrer par percolation. Les analyses micro-morphologiques et sédimentologiques révèlent, dans ces couches comme dans les niveaux
  • archéologiques postérieurs et dans la terre végétale actuelle, une forte proportion de limons issus de dépôts loessiques post-glaciaires. Colluvionnement et érosion éolienne ont entraîné la formation de ces épais dépôts sédimentaires périglaciaires. i L'étendue du site est assez difficile à
RAP01926.pdf (OUESSANT (29). vestiges antiques et de l'âge du bronze : rapport intermédiaire de fouille programmée)
  • OUESSANT (29). vestiges antiques et de l'âge du bronze : rapport intermédiaire de fouille programmée
  • AIGUILLES D'OURSINS 3.5. LA COUCHE DE SEDIMENTS Us.264 3.6. LA COUCHE DE TERRE OSSEMENTS ET POTERIES Us.244 3.7. LA COUCHE DE COQUILLAGES Us.263 3.8. LA PLAQUE DE TERRE Us.262 3.9. LE LIT DE COQUILLAGE Us.247 3.10. LA SELECTION OSSEUSE AU SEIN DU DÉPÔT Us.238 3.11. CONCLUSION A PROPOS
  • , 2001). 7 Depuis 1995, la fouille du secteur 5 découvre, parmi les terres de comblement de la dépression Us. 157, une très vaste lentille de sédiments du premier âge du Fer contenant de très abondants ossements et coquillages auxquels se mêlent des céramiques fines de qualité
  • (fondées sur la sélection des ossements d'animaux) étendues à une durée également exceptionnelle (environ 2000 ans) qui constitue le cœur de la recherche de terrain conduite au cours de la fouille trisannuelle. C'est aussi l'occasion de vérifier l'hypothèse de l'étendue de
  • , provenance des terres et aussi des combustibles : avec, en arrière-fond, l'hypothèse d'une production insulaire. Autant de questions pouvant être étendues à toute la période protohistorique (on sait que l'île est riche en graphite). Un programme complet de fabrication et de cuissons de
  • vases (amorcé à Quimper en 2002, cf. D.F.S.) en fours ouverts et fermés est donc élaboré par J.-Y. Robic et B. Adams (céramiste d'art et professeur de céramologie à Cardiff). Les vases seront fabriqués à partir d'argiles d'Ouessant et cuits avec des combustibles insulaires (herbes
  • céramique, des objets métalliques et des ossements d'animaux (bétail). Il concerne toutes les périodes incluses entre le Bronze moyen et le bas-Empire. Des trous de poteaux datable du Bronze moyen apparaissent dans tous les secteurs fouillés jusqu'au sol naturel constitué de granité
  • sur l'Us.252 et semblent pouvoir être intégrés à cette couche. Une différenciation entre les deux ensembles provient en réalité d'une précaution de fouille prise lors de l'apparition des ossements sous la couche postérieure (Us.264, cf. infra) 21 Ossements déposés sur la couche
  • oiseaux (les goélands) dans le déplacement et la destruction d'éventuels aménagements ou connexions. Nous savons que le « travail » de ce prédateur peut être considérable. L'hypothèse selon laquelle les nombreux galets découverts parmi les ossements auraient été utilisés pour chasser
  • de vérifier si, les ossements de la couche Us.264 ont fait, ou non, l'objet d'une sélection. Ce ne fut pas le cas dans la couche Us.244 (au contraire des couches plus anciennes : Us. 148 et 146 profonde). 3.6. LA COUCHE DE TERRE OSSEMENTS ET POTERIES Us.244 La fouille de la couche
  • aiguilles d'oursins, sont très nombreuses. Rassemblées en amas et privées de leurs tests, elles évoquent davantage une préparation, culinaire ou autre, qu'une consommation de la chair. Les ossements d'animaux terrestres sont également nombreux (bétails et oiseaux). Les analyses conduites
  • VESTIGES ANTIQUES ET DE L'ÂGE DU BRONZE A OUESSANT "Mcz-Notariou (29 155 0022 AP) (Finistère) RAPPORT 1NTERMERDIA IRE DE FOUILLE PROGRAMMEE Année 2003 Sous la direction de Jean-Paul LE BIHAN CONSEIL GENERAL DU FINISTERE S.D.A. - MINISTERE DE LA CULTURE 'CENTRE DE RECHERCHE
  • ARCHEOLOGIQUE DU FINISTERE Rennes : S.R.A. de Bretagne -2003 JlU Il A J VESTIGES ANTIQUES ET DE L'AGE DU BRONZE A OUESSANT "Mez-Notariou" (29 155 0022 AP) (Finistère) RAPPORT INTERMEDIAIRE DE FOUILLE PROGRAMMEE ANNEE 2003 Sous la direction de Jean-Paul LE BIHAN Avec les collaborations
  • de J.-F. Villard, J. Roussot-Larroque, Y. Le Bihan, B. Clavel, P. Méniel et J.-Y. Robic, Ph. Abollivier, CONSEIL GENERAL DU FINISTERE S.D.A. - MINISTERE DE LA CULTURE CENTRE DE RECHERCHE ARCHEOLOGIQUE DU FINISTERE Rennes : S.R.A. de Bretagne 2003 2 SOMMAIRE AVERTISSEMENT Ch.l
  • . INTRODUCTION 1. SITUATION 1.1. MILIEU NATUREL ET L'INSULARITÉ 1.2. LE SITE DE MEZ-NOTARIOU 2. LE PROJET TRISANNUEL DE FOUILLE PROGRAMMÉE 2.1. LES DONNÉES ARCHÉOLOGIQUES A LA FIN DE 1999 2.2. LE PROJET TRISANNUEL 3. ORGANISATION DE LA CAMPAGNE DE FOUILLE 3.1. LES MOYENS MATÉRIELS 3.2. LES
  • MOYENS HUMAINS ET SCIENTIFIQUES 3.2 LA DUREE DES CHANTIERS 3.3. LES RELATIONS PUBLIQUES 4. ETAT DES CONNAISSANCES ET STRATEGIES DE FOUILLE 4.1. LA ZONE NORD DU SECTEUR 5 4.2. LA ZONE SUD DU SECTEUR 5 CH. 2. LES VESTIGES DE L'ÂGE DU BRONZE MOYEN 1. LES TROUS DE POTEAUX DU BRONZE MOYEN
  • 2. LES SOLS ET HORIZONS ANCIENS DU BRONZE ANCIEN ET MOYEN 2.1. DANS LA PARTIE MERIDIONALE 2.2. DANS LA PARTIE SEPTENTRIONALE 3. LE DÉPÔT Us.238 3.1. L'ORGANISATION GENERALE 3.2. LA COUCHE DE PATELLES Us.239 3.3. LES COUCHES Us.252 ET 266 3.4. LES STRUCTURES.S.3921 ET 3930 ET LES
  • DES DÉPÔTS Us.238 CH. 3 LES STRUCTURES D'EPOQUE GALLO-ROMAINE 1. LES VESTIGES DE LA FOSSE US. 222 1.1. LE PROBLEME 1.2. LES DEPRESSION Us.222 1.3. LE REMPLISSAGE PROFOND Us.218 1.4. LE PLANCHER DE l'US.222 1.5 CONCLUSION 2. LES VESTIGES DE LA FOSSE US.229 2.1. LA FOSSE Us.229 ET
  • L'ETAT DES CONNAISSANCES 2.2. LA FOUILLE ET LE REMPLISSAGE PROFOND 2.3. DATATION ET INTERPRETATION 3. LA ZONE MERIDIONALE DU SECTEUR 5 4. LA FAUNE ANTIQUE DU SECTEUR 5 4. CONCLUSION CH.4 CONCLUSIONS Ch.5 PRÉPARATION DE PUBLICATION CH.6 EXPERIMENTATION DE FABRICATION ET CUISSON DE
  • 2233, 2245 à 2247, 2310 à 2334, 2345 à 2414. e 1.1. MILIEU NATUREL ET L'INSULARITÉ Située à la pointe nord-ouest de la Bretagne, l'île d'Ouessant occupe naturellement une position exceptionnelle. Terre la plus occidentale de la métropole, elle émerge à la rencontre des eaux de
  • l'Océan Atlantique et de la Manche. Distante de 20 km du continent, Ouessant possède un caractère insulaire fort. Il faut toutefois t enir c ompte d u n iveau d e 1 a m er e t d u d essin d es c ôtes a ux d ifférentes é poques concernées (Le Bihan, Villard, 2001). La distance effective
RAP03000.pdf (GUIPRY (35). domaine de la Bizaie : un enclos funéraire du 1er-2nd âge du fer. rapport de fouille)
  • opération de sauvegarde par l'étude
  • GUIPRY (35). domaine de la Bizaie : un enclos funéraire du 1er-2nd âge du fer. rapport de fouille
  • dendrologiques Caractéristiques de combustion Discussion Conclusion 121 6. Les pratiques funéraires 121 127 6.1 6.2 6.2.1 6.2.2 6.3 6.3.1 6.3.2 6.3.3 129 7. La constitution de l’ensemble funéraire : aspects paléodémographiques 129 7.1 7.2
  • la propriété intellectuelle relatives aux droits des auteurs. Notamment en application de l'article L.122-5 du code de la propriété intellectuelle, cela implique que : 1) les prises de notes et les copies ou autres formes de reproduction sont autorisées dans la mesure où elles
  • utilisation ne donne lieu à aucune exploitation commerciale. Le non-respect de ces règles constitue le délit de contrefaçon prévu et sanctionné par les articles L.335-2, L.335-3 et suivants du code de la propriété intellectuelle. Renseignement : DRAC Bretagne : http://www.culture.gouv.fr
  • Mobilier Céramique Métallique Verre Parure Armement Malgré l’érosion des niveaux archéologiques supérieurs, l’hypothèse d’un tumulus au cœur du monument est argumentée par la répartition des tombes au sein de l’enceinte. Les différentes gestuelles funéraires misent en place en
  • ce lieu – emploi d’une unique urne en céramique, le plus souvent lustrée et richement décorée, dépôt d’une partie des os du défunt dans le vase cinéraire fréquemment accompagné d’un mobilier métallique provenant de la parure (bracelet, fibule, épingle etc.) et, plus rarement, de
  • l’armement (pointe de lance et couteau) – s’accordent avec celles rencontrées dans la plupart des sites de la péninsule armoricaine. Les points de comparaisons dans le département d’Ille-et-Vilaine étant encore réduits, la découverte de cet enclos apporte un nouvel éclairage sur les
  • pratiques funéraires de la transition du premier au second âge du Fer. Elle conforte l’appréciation faite sur la nature restreinte de la population concernée par ces lieux sépulcraux, réservés à une frange, voire à une élite ? Inrap Grand Ouest  37 rue du Bignon, CS 67737 35577 Cesson
  • -Sévigné Tél. 02 23 36 00 40 www.inrap.fr Vue aérienne. © Gillles Leroux, Inrap Céramiques. © Hervé Paitier, Inrap Fouille archéologique Rapport final d’opération La zone explorée est principalement occupée par un espace funéraire constitué d’un enclos fossoyé de forme
  • quadrangulaire, au sein duquel se répartissent une vingtaine de tombes. Datées de la fin du premier (Hallstatt D3) et du début du second âge du Fer (Tène ancienne), ces sépultures illustrent le rituel funéraire de la crémation. Les vestiges périphériques sont constitués d’un réseau de fossés
  • parcellaires qui ne semblent pas fonctionner avec le cimetière (divergence d’orientation), et d’un petit nombre de trous de poteaux, dont seulement quatre pourraient dessiner le plan d’un édifice domestique (grenier). L’ensemble de ces vestiges n’a pas livré de mobilier datant, laissant en
  • suspens la question de l’habitat lié à l’espace funéraire. Guipry, Ille-et-Vilaine, Domaine de La Bizaie – Un enclos funéraire du 1er-2nd âge du Fer Sujets et thèmes Enclos funéraires Pratiques funéraires Tertre Tombes à crémations secondaires Bâtiment Parcellaire Le site du
  • « Domaine de la Bizaie » à Guipry (Ille-et-Vilaine), situé sur la rive droite de la Vilaine, se déploie sur un léger replat. Cette situation topographique lui permet de bénéficier, en l’absence de végétation arborée, d’un point vue dégagée vers le nord, bien au delà du bourg ancien de
  • Lohéac, au cœur d’un paysage de plateaux vallonnés entrecoupé par un réseau hydrographique dense, dont le plus important est le bassin de la Vilaine. Guipry, Ille-et-Vilaine, Domaine de La Bizaie Un enclos funéraire er nd du 1 -2 âge du Fer sous la direction de Laurent Aubry
  • enclos funéraire er nd du 1 -2 âge du Fer 35-129 Code INSEE Guipry, Ille-et-Vilaine, Domaine de La Bizaie — 2011-071 — Entité archéologique Arrêté de prescription — Code Inrap DB 05029004 Système d’information Nr site sous la direction de Laurent Aubry Myriam Le Puil
  • -Texier avec la collaboration de Anne-Françoise Cherel Erwan Bourhis Frédérique Gorain Hélène Seignac Hervé Paitier Jérémie Josselin Jessica Freitas Ferreira Marina Biron Nicolas Menez Stéphane Jean Stéphanie Hurtin Théophane Nicolas Vincent Pommier Inrap Grand Ouest 37 rue du
  • Bignon, CS 67737, 35577 Cesson-Sévigné Tél. 02 23 36 00 40 juillet 2014 4 Inrap · RFO de fouille Ille-et-Vilaine, Guipry, Domaine de La Bizaie Sommaire Données administratives, techniques et scientifiques 8 9 10 Fiche signalétique Mots-clefs des
  • thesaurus Intervenants Notice scientifique Localisation de l’opération Cahier des charges Arrêté de prescription Projet scientifique 12 13 14 19 22 Résultats 33 1. 33 39 1.1 1.2 1.3 1.4 1.4.1 1.4.2 1.4.3 41 2
  • . 41 2.1 2.1.1 2.1.2 2.2 2.2.1 2.2.2 2.2.2.1 2.2.2.2 2.2.2.3 2.2.2.4 2.2.3 2.2.4 2.2.5 2.2.5.1 Données générales Problématique de la fouille et objectifs scientifiques Etat de conservation et nature des vestiges L’ensemble funéraire protohistorique Description
  • de l’enclos funéraire Descriptions morphologique et sédimentaire du fossé La façade méridionale (Fait 1) La façade septentrionale (Fait 3) La façade orientale (Fait 2) La façade occidentale (Fait 4) L’espace interne de l’enclos Un tertre totalement arasé Des fosses d’ancrages
  • identifiées au sein de l’enclos La fonction de ces fosses d’ancrages 49 2.2.6 2.2.6.1 2.2.6.2 2.2.6.3 Les vestiges périphériques Les trous de poteaux Les fosses de chablis Le réseau fossoyé 33 36 38 38 38 41 41 42 42 44 44 44 45 45 46 47 49 49 49 51
RAP01124.pdf (PLOUENAN (29). Lopreden. rapport de fouille préventive)
  • PLOUENAN (29). Lopreden. rapport de fouille préventive
  • Finistère était informé par un rapport de la Gendarmerie de Saint Pol de Léon et par la Mairie de Plouénan que Mr François LE BIHAN venait de découvrir des ossements en effectuant les fondations de sa maison neuve au hameau de Lopréden dans la parcelle cadastrée E1014. Lundi 5 juillet Mr
  • de section hemisquérique d'environ 1,50 m de diamètre sur 1,30 m environ de profondeur où ont été entassésdes ossements humains. On observe que l'opération a été effec tuée selon une certaine méthode : en effet les crânes sont groupés afin de prendre moins de volume dans la fosse
  • furent désaffectés. A la suite de leur abandon on regroupa les ossements un peu avant la Ré Révolution tous les ossements dans une fosse commune afin de rendre à la culture les terres. Comme au début du siècle pour le cimetière de Saint Grégoire au Mouster, c'est le terrassement des
  • fondations d'une construction qui met au jour la fosse commune où avaient été regroupés les ossements. Conservation de la découverte : Dis caisses d'ossements sont en dépôt à la Direction en attendant de pouvoir les confier au Professeur P.R. GIOT spécialiste en anthropologie. Si ce
  • dernier n'estime pas intéressant l'étude des individus recuillis, la municipalité propose de recuillir dans un emballage à part tous les ossements de Lopréden et de les déposer dans la fosse Commune du cimetière communale. Pour ce qui est du reste des ossements in situ, avec le chef de
  • , parcelle E 1014, propriété de Mr et Pfoe LE BIHAN Thomas, enquête du 6 juillet 1982. Des ossem its découverts à Plouénan (Lire î)f en P a 9 e Finistère). Le nombre de squelettes est actuellement impossible à déterminer, mais est certainement très important. a g g-a « a-o sî c c m
  • .y^/f'-tifil/fi'/ es c/e-"técié^w/^ttles ef a/e- •¿a. mmu-ntca/ion* Direction Régionale des Affaires Culturelles de Bretagne Avenue Le Gorgeu B.P. 813 29279 Brest Tél. (98) 03.06.87 p. 257 et 278 Direction du Patrimoine Services des Fouilles et Antiquités Hôtel de Blossac 6
  • , rue du Chapitre 35000 Rennes Tél. (99) 79.21.32 Direction des Antiquités Historiques de Bretagne N/Réf 8207 0 t Rennes le 7 juillet 1982 Objet s Rapport d'enquête sur la découverte d'un charnier en Lopréden, commune de PLOUENAN (29) J.P. BARDEL Technicien à Monsieur R
  • . SàNQUER Directeur Localisation : Finistère PLOUENAN " LOPREDEN V cadastre 1959 section E parcelle 1014 carte IGN 1/25000° feuille de SAINT P0L DE LEON 7-8 coordonnées LAMBERT zone 1 X = 135,500 Y = 1120,270 Circonstance de la découverte : Vendredi 2 juillet 1982 la Préfecture du
  • . D0LLE , de la Préfecture avertissait la Direction des Antiquités afin que quelqu'un puisse se rendre d'urgence sur place afin de se rendre compte de l'importancede la découverte, le maire ayant fait arrêter les travaux de construction. Mardi je me suis donc rendu sur place et y
  • retrouvais : Mr le Maire de Plouénan Mr chef de la brigade de Gendarmerie de Saint Pol de Léon Mr François LE BIHAN, propriétaire. Ladécouverte a eu lieu à l'angle Sud Est de la construction à 1,50 m. au sud de l'angle dans la paroi Est de l'accès excavé de la cave. Il s'agit d'une fosse
  • . En présence de la gendarmerie six caisses d'ossements ont été recueill&set pour ma part j'en ai récupéré quatre, en ne portant mon attention que sur les éléments visibles et menacés par conséquence par les actes de vendalisme. L'ensemble des dix caisses sont acutellement en dépôt
  • à la Direction. 112 A Interprétation : Au XVIII0 siècle la paroisse de Plouénan possède au moins trois cimetières : celui de l'église paroissiale, celui de Saint Brandan en Lopréden, celui de Saint Grégoire au Mouster. Dans la seconde moitié du XVIII0 siècle les deux derniers
  • la Brigade de Saint Pol, il a été décidé de recouvrir provisoirement de sable la fosse et de planche afin d'attendre la suite à donner au prélèvement du dépôt suivant votre avis et celui du professeur PR GIOT : - prélèvement méthodique pour étude anthropologique (2 jours
  • ,PONT^ABBÉ^KCombr 8«-Yvl Fouaanantf ! ^CTnodat 'FbÙEoNANI ROSPORDEN ... KamévaA BANNALEC \ La Trivmrn ( J \ Pfebannalae-\ Loctudy LÎrafftagat QUIMPERLÉ^ LÉGENDE PREFECTURE » SOUS-PREFECTURE O CHEF LIEU DE CANTON • Commun« M«*« Limita da t Umna Car .,„, . tJitUfi
  • , « s^*«" e a u r > f yf s * * * V ^ Vi tv £ c \ Uj NJ «V N ' «s. kj Q • k V) Ul 1 o ;OMMUNE DE AGRANDISSEMENT PLOUENAN CADASTRAL Lopre Jtart 3 L A N je la p r o p r i é t é de M r :ROQUIS LE B1HAN François DE BORNAGE N°5 'oitCadastrée Section
  • E 1016 P " Portier u Ichelle de : 1 / 5 0 0 ' env. EXTRAIT CADASTRAL Echelle : 1 / 1 0 0 0 * - 7 ÂDUÏ 1973 HC'Nicun F-.r.r. Cf-OMtrnE Gxrxnr n* ' oiS PLAN DE SITUATION 5 m* CONSTRUCTION NEUVE ACCES EXCAVE VOIE COMMUNALE 29.3.38.184 PLOUENAN, hameau de Lopreden
RAP02199.pdf (VANNES (56). 2 rue Aristide Briand. rapport de sondage)
  • VANNES (56). 2 rue Aristide Briand. rapport de sondage
  • , il ne fut hélas pas possible d'observer les couches du terrain qui dominait de 0,50 m en bordure de rue jusqu'à environ 1,50 m en fond de terrain, car celles-ci était masquée par un muret limitant la propriété. J.P. BARDEL S.R.A. 1 MOBILIER ARCHEOLOGIQUE RECUEILLI AU DEPOT DE
  • linéaire: Mon Travaux urbains Conservé (tout ou partie) Moyen circonstance de la découverte: état actuel: protection souhaitée: type du site Plein air. Propriété: Privée. demande Protection Protection urbanisme □ Décret 86.192 Par arrêté □ Décret 86.192 Par courrier Décret 86.192
  • 56 260 069 VANNES 2 rue Aristide Briand cadastre : BN 364. Opération sondage le 2.11.1993 Autorisation sondage n° 1993-137 du 21. 10. 1993. Une surveillance des travaux a eu lieu à l'emplacement de la zone bâtie en bordure de rue. Dans cette partie une tranchée de 0,50 m de
  • largeur a été réalisée dans l'axe du projet de construction et perpendiculairement à la rue. Sous un niveau de gravats moderne de 0,75 m d'épaisseur en moyenne est apparu le terrain naturel dans lequel deux fosses (1 et 2 du plan) antique et médiévale ou moderne ont été observées
  • . Elles mesuraient pour la première 1,25 m de longueur pour une profondeur de 0,25 et la seconde 0,80 m pour une profondeur de 0,40 m. La première contenait un remplissage de terre brune argileuse contenant des fragments de tegulae, des os d'animaux, et quelques fragments de poterie
  • commune datant probablement du second siècle. La seconde plus petite était remplie d'un remblais similaire beaucoup plus riche mais hétérogène car on y observait à la fois beaucoup plus d'ossements d'animaux, peu de poterie romaine mais également médiévale avec plusieurs rebords de
  • poteries onctueuse probablement datable du 14° siècle, et deux gros fragments de poteries du début de l'époque moderne. Le fond de cette fosse était tapissé d'une curieuse légère couche de gravier. Si, à l'ouest aucune coupe n'existait du fait de la présence du bâti existant, à l'est
  • VANNES. 56 260 069 Sac n° 1/3. VANNES 2 rue Aristide Briand cadastre : BN 364. Autorisation sondage n° 1993-137 du 21. 10. 1993. Opération sondage le 2.11.1993 Fosse n° 1. Ossement animaux, tegulae, poterie commune. 56 260 069 Sac n° 2/3 VANNES 2 rue Aristide Briand cadastre : BN 364
  • . Autorisation sondage n° 1993-137 du 21. 10. 1993. Opération sondage le 2.11.1993 Fosse n° 2. Ossements animaux, poteries romaine, médiévale, moderne. 56 260 069 Sac n°3/3 VANNES 2 rue Aristide Briand cadastre : BN 364. Autorisation sondage n° 1993-137 du 21. 10. 1993. Opération sondage le
  • 2.11.1993 Fosse n° 2. Gravier tapissant le fond de la fosse 2. ' - I I w DU. 10/ DIN.U BN.4 N B0.139 A BN.3 BN.1 BN.2 B0.282 BN.7 BN.6 B0.281 BN.206 BN.208 BN 210 BN.280 BN.200 BN.205 BN.199 BN.203 BN.198 BN.346 BN.197 BN.195 BN.196 BN.202 BN.201 J n° DRACAR
  • : 08465 n°site: 56 260 069 Indice de site Nom du site 2 RUE ARISTIDE BRIAND Lieu dit: RUE ARISTIDE BRIAND Commune 56 Canton VANNES 260 VANNES \ g§8 Année cadastre parcelles BN.209. Non Site global Site d'appartenance VLE GAL Gallo romain Ville mobilier: site
  • 218,25 Y: cartes IGN 0921OT Vannes / Golfe du Morbihan 2307,75 rayon: m altitude: \Q contours du site dépots date de création: 21/10/1993 date de mise à jour: 21/10/1993 n° DRACAR: 08465 n°site: 56 260 Opérations année 1993 programme: . intitulé: 137 1993 n
  • ° rapport: Sondage CI Classé de V: BARDEL Jean-Pierre dep: àp: 069
RAP02020.pdf (HOËDIC (56). Port Blanc. rapport de sondages archéologiques)
  • HOËDIC (56). Port Blanc. rapport de sondages archéologiques
  • consultation. La consultation et l’utilisation de ces rapports s’effectuent dans le respect des dispositions du code de la propriété intellectuelle relatives aux droits des auteurs. Notamment en application de l'article L.122-5 du code de la propriété intellectuelle, cela implique que : 1
  • suivants du code de la propriété intellectuelle. Renseignement : DRAC Bretagne : http://www.culture.gouv.fr/Regions/Drac-Bretagne Service Régional de l’Archéologie - Centre de documentation archéologiqu Campus universitaire de Beaulieu - Avenue Charles Foulon - 35700 Rennes 01/09/2018
  • noire, dont un appartenant à un vase à rebord de 15 cm de diamètre, des coquilles de berniques, des ossements d'animaux, des tortillons de brique rouge clair et rouge sombre. Gisement récent, aucun outillage lithique." Minot M. (1964) : Hoedic : Etat actuel des gisements et monuments
  • catégories principales sont identifiées : - les moules à sel - les éléments issus d'une structure de combustion. La première catégorie, celle des moules utilisés pour la cristallisation du sel, est représentée en très grande majorité par des récipients, toujours fragmentaires, mais dont
  • habitat associé à l'atelier. Dans les deux cas, la très bonne conservation des ossements (due à l'abondance des coquillages associés, mais aussi à la présence d'un épais manteau dunaire scellant l'ensemble du site) donne la possibilité d'une étude approfondie et est à même d'alimenter
  • 2m Rapport de sondages archéologiques ILE D'HOEDIC (Morbihan) Site de Port Blanc 30 août - 3 septembre 2004 Marie -Yvane OAIRE UMR 6566 « Civilisations atlantiques
  • (diagnostic, fouille, document final de synthèse, sondage, sauvetage…) sont des documents administratifs communicables au public, en application de la loi n° 78-753 du 17 juillet 1978 modifiée et portant diverses mesures d’amélioration des relations entre l’administration et le public
  • . L'accès à ces documents administratifs s’exerce auprès des administrations qui les ont élaborés ou qui les détiennent, au choix du demandeur et dans la limite de leurs conditions d’accueil. La mise en ligne des rapports par le SRA Bretagne a pour objectif de faciliter cette
  • ) les prises de notes et les copies ou autres formes de reproduction sont autorisées dans la mesure où elles sont strictement réservées à l’usage privé du copiste et non destinées à une utilisation collective; 2) toute reproduction du texte, accompagnée ou non de photographies
  • , cartes ou schémas, n’est possible que dans le cadre de courtes citations qui doivent être justifiées, par exemple par le caractère scientifique de l’œuvre à laquelle elles sont incorporées, et sous réserve de l’indication claire du nom de l’auteur et de la source (références exactes
  • et complètes de l’auteur, de son organisme d’appartenance et du rapport); 3) la représentation ou la reproduction d’extraits est possible à des fins exclusives d’illustration dans le cadre de l’enseignement et de la recherche, dès lors que le public auquel elle est destinée est
  • majoritairement composé d'élèves, d'étudiants, d’enseignants ou de chercheurs directement concernés, et que son utilisation ne donne lieu à aucune exploitation commerciale. Le non-respect de ces règles constitue le délit de contrefaçon prévu et sanctionné par les articles L.335-2, L.335-3 et
  • 2 SOMMAIRE page 3 I - PRÉSENTATION 1 - Fiche signalétique 3 2 - Organisation de l'opération 3 3 - Remerciements 3 4 - Localisation 4 5 II - L'ÉTUDE DU SITE DE PORT-BLANC 1 - Historique de la découverte du site 5 2 - Nature des opérations 7 3 - Principaux
  • résultats 9 A - Des empierrements 9 B -La cuve 10 C- Un sol 12 D - Les stratigraphies 13 E- Le mobilier 16 La céramique domestique 16 Les éléments de briquetages 19 Les restes fauniques 19 Conclusions et perspectives : une étude à poursuivre 21 Bibliographie 24 3
  • I - PRÉSENTATION 1 - Fiche signalétique Commune : île de Hoedic Département : Morbihan Lieu dit : Port-Blanc (Porz Gwen) N° de site: 5G OÎ'S OQoC Coordonnées Lambert Zone II Nature des opérations : Sondage X = 205,550 Y= 273,180 Date : 30/08 au 3/09/2004 Responsable
  • : Marie-Yvane Daire, chargée de recherche au CNRS UMR 6566 "Civilisations atlantiques & Archéosciences" 2 - Organisation de Popération L'opération de sondage archéologique sur le site de Port-Blanc, île d'Hoedic (Morbihan) s'est déroulée sur une période de 5 jours, du 30 août au 3
  • septembre 2004. L'équipe de fouille était dirigée par Marie-Yvane Daire (chargée de recherche au CNRS, UMR 6566 « Civilisations atlantiques & Archéosciences »), et comprenait : Klervi Le Nagard (doctorante UMR 6566), Solène Bourdin-Launay (Doctorante UMR 6566) et Hélène Le Nagard
  • (étudiante). Cette opération a bénéficié d'une subvention de la part du Ministère de la Culture (DRAC, SRA Bretagne) d'un montant total de 400 Euros. Le matériel de fouille a été prêté, pour partie, par l'UMR 6566 et par PA.M.A.R.A.I. (Association Manche Atlantique pour la Recherche
  • Archéologique dans les Iles ). 3 - Remerciements Cette opération archéologique n'aurait pu être réalisée sans la participation, aussi enthousiaste qu'efficace, de Klervi et Hélène Le Nagard et de Solène Bourdin-Launay. Je tiens à remercier tout particulièrement Jean-Marc Large : il a guidé
  • nos pas vers le site de Port-Blanc, nous a fait bénéficier de sa connaissance de l'île et de ses précieux conseils et nous a prêté une partie du matériel de fouille. David, de la mairie de Hoedic, nous a apporté une assistance technique par le prêt de matériel ; Emilie Moisdon nous
RAP02413.pdf (LE CONQUET (29). île de Triélen. rapport de sondages 2008)
  • LE CONQUET (29). île de Triélen. rapport de sondages 2008
  • dispositions du code de la propriété intellectuelle relatives aux droits des auteurs. Notamment en application de l'article L.122-5 du code de la propriété intellectuelle, cela implique que : 1) les prises de notes et les copies ou autres formes de reproduction sont autorisées dans la
  • concernés, et que son utilisation ne donne lieu à aucune exploitation commerciale. Le non-respect de ces règles constitue le délit de contrefaçon prévu et sanctionné par les articles L.335-2, L.335-3 et suivants du code de la propriété intellectuelle. Renseignement : DRAC Bretagne : http
  • les structures de combustion et les moules à sel ; l'expérience en ce domaine a montré que beaucoup d'autres structures étaient liées à cet artisanat (atelier, bâtiments annexes, structures de stockage...). Le secteur géographique correspondant au bas Léon (nord-ouest du Finistère
  • de sel (on pense à une éventuelle production de salaisons) ; - soit à un habitat associé à l'atelier et ces restes correspondraient alors à des déchets culinaires. Dans les deux cas, la très bonne conservation des ossements (due à l'abondance des coquillages associés, mais aussi à
  • 16). Le comblement central montrait en 2007 une série de pierres, plates et brûlées pour la plupart et, au cœur du comblement, un amalgame compact d'argile brûlée. Nous avions alors pensé à une possible structure de combustion. Au cours de l'hiver 2007-2008, l'érosion
  • est composé de 340 restes pour un poids total de 1074g (tab. 1). La présence de coquillages en grande quantité a permis une bonne conservation de ces ossements. Ce qui s'illustre notamment par l'identification au rang de l'espèce et de la nature de l'os de plus de 76% des restes
  • non porteuses de viande, telles que les dents ou bien les ossements qui constituent les bas de pattes, suggère que les trois principales espèces domestiques n'ont pas été apportées sous forme de quartiers de viande mais qu'elles ont vraisemblablement été élevées, abattues et
  • également la couleur et l'aspect « frais » des ossements. De plus, 109 de ces restes étaient regroupés en un seul « dépôt » et le nombre minimum d'individus de fréquence obtenu à partir des tibias est de deux. Ce qui nous donne l'image de deux individus morts dans leur terrier. Les
  • sa couleur et son aspect il semble que cet ossement ainsi que les deux restes de poissons qui lui étaient associés (une mâchoire de Daurade royale et une vertèbre de Bar, identification Y. Dréano) ont subi l'action du feu. La consommation ou tout du moins la pratique d'une
  • Site n°29 040 0073 Opération n° 2008-209 drac-sra "2 Fit courrier 2009 A R R i w Rapport de sondages Marie-Yvane DAIRE, Anna BAUDRY, Catherine DUPONT, Valérie-Emma LEROUX, Yvon DREANO et Laurent QUESNEL U M R 6566 « CReAAH » Centre de Recherche en Archéologie
  • , Archéosciences, Histoire et A M A R A I (Association Manche Atlantique pour la Recherche Archéologique dans les îles). Conditions d’utilisation des documents Les rapports d’opération archéologique (diagnostic, fouille, document final de synthèse, sondage, sauvetage…) sont des documents
  • administratifs communicables au public, en application de la loi n° 78-753 du 17 juillet 1978 modifiée et portant diverses mesures d’amélioration des relations entre l’administration et le public. L'accès à ces documents administratifs s’exerce auprès des administrations qui les ont élaborés
  • ou qui les détiennent, au choix du demandeur et dans la limite de leurs conditions d’accueil. La mise en ligne des rapports par le SRA Bretagne a pour objectif de faciliter cette consultation. La consultation et l’utilisation de ces rapports s’effectuent dans le respect des
  • mesure où elles sont strictement réservées à l’usage privé du copiste et non destinées à une utilisation collective; 2) toute reproduction du texte, accompagnée ou non de photographies, cartes ou schémas, n’est possible que dans le cadre de courtes citations qui doivent être
  • justifiées, par exemple par le caractère scientifique de l’œuvre à laquelle elles sont incorporées, et sous réserve de l’indication claire du nom de l’auteur et de la source (références exactes et complètes de l’auteur, de son organisme d’appartenance et du rapport); 3) la représentation
  • ou la reproduction d’extraits est possible à des fins exclusives d’illustration dans le cadre de l’enseignement et de la recherche, dès lors que le public auquel elle est destinée est majoritairement composé d'élèves, d'étudiants, d’enseignants ou de chercheurs directement
  • ://www.culture.gouv.fr/Regions/Drac-Bretagne Service Régional de l’Archéologie - Centre de documentation archéologiqu Campus universitaire de Beaulieu - Avenue Charles Foulon - 35700 Rennes 01/09/2018 3 Site n° 29 040 0073 Opération n° 2008-209 Rapport de sondages ÎLE DE TRIÉLEN (Finistère
  • ) Archipel de Molène 1 6 - 1 7 juillet 2008 Marie-Yvane DAIRE, Anna BAUDRY, Catherine DUPONT, Valérie-Emma LEROUX, Yvon DREANO et Laurent QUESNEL UMR6566 « CReAAH » Centre de Recherche en Archéologie, Archéosciences, Histoire et AMARAI (Association Manche Atlantique pour la Recherche
  • Archéologique dans les îles). 4 SOMMAIRE page 1 - PRÉSENTATION DE L'ÉTUDE 5 1.1 - Présentation générale 1.1.1 - Fiche signalétique 1.1.2 — Organisation et remerciements 5 5 6 1.2 - Le contexte géographique et archéologique 1.2.1 - Localisation et description de l'île de Triélen 1.2.2
  • - L'île de Triélen et son patrimoine archéologique 1.2.3 -Le site gaulois de la plage nord-ouest de Triélen : localisation, découverte et travaux antérieurs 7 1 8 9 1.3 - Problématique de l'opération de sondages de 2008 1.3.1. Le site de Triélen : un ensemble archéologique menacé
RAP00119.pdf (SIZUN (29). labou-kermarker. rapport de fouille préventive)
  • SIZUN (29). labou-kermarker. rapport de fouille préventive
  • cours et le sol ancien. parois montré des terres témoignant de la fosse, Les parois effectué rougies ainsi de la visibles dans Ap et ont donc été dépla- le caveau a entamé les terres de la fosse ont été retrouvées Après du à 20 cm des que, sans doute, ossements
  • pinceau mériterait cristaux dégagement, et quelques se situait de la dalle de couverture, de sels (phosphates de petits reposait des terres sur une épaisseur prélevée, un foyer de combustion sur lequel particulièrement qui isolait conservée litière, rendu rendus
  • . A droite en bas, la cavité cotylo'ide du bassin de l'adulte. PHOTO 6 : Vue de détail des restes osseux de l'adulte dents éparpillées sur 25 cm, cubitus et radius, le condyle et l'apophyse coronoide du maxillaire inférieur. Ces ossements avaient été quelque peu dérangés par la chute
  • aussitôt entrepris les fouilles. En enlevant les débris de schiste, ils ont eu la surprise de trouver des ossements qui dateraient de l'âge de bronze moyen (vers 1 500 ans avant JésusChrist), soit de près de 3 500 ans. En décapant au pinceau, les arc h é o l o g u e s se sont rendus
  • 1 Ì ! SIZUN - S A I N T - C A D O U LA D O U B L E (FINISTERE) I N H U M A T I O N DU L A B O U — j —i F O U I L L E DE S A U V E T A G E N° : 8 9 . 0 4 . A P . N U M E R O DE S I T E RESPONSABLE : 29.277.002.AP. M I C H E L LE G O F F I C . A R C H E O L O G U E D E P A R
  • T E M E N T A L DU FINISTERE. -MAI 1989 - Mi >—: 11 / SIZUM - S A I N T - C A D O U | i LA D O U B L E (FINISTERE) I N H U M A T I O N DU L A B O U j J FOUILLE DE SAUVETAGE N° : 89.04.AP. N U M E R O DE SITE : 29.277.002.AP. RESPONSABLE : M I C H E L LE G O F F
  • I C . ARCHEOLOGUE DEPARTEMENTAL DU FINISTERE. SOMMA IRE PACES I - CIRCONSTANCES DE LA DECOUVERTE ET MOTIF DE LA FOUILLE Il - LOCALISATION Ill - DESCRIPTION IV - LE CONTENU CONCLUSION - Cadastre. Plans. Dessins. Photos. ET CONTEXTE DES STRUCTURES DU COFFRE h 2
  • . 3. 5. 7. I - CIRCONSTANCES DE LA DECOUVERTE Le vendredi les hameaux travaillant schiste 05 Mai 1989 en charruant du Labou et de Kermarker pour En la dégageant tombe. Monsieur transmit immédiatement quités sur les lieux CRALL, nécessaires humérus pour avait
  • téléphonique BARON une dalle de charrue. recouvrait la gendarmerie une qui me avec la Direction Adjoint-Technique, et commencer la fouille sur les lieux, desserrer après avoir de couverture Paul des étant moi-même empêché par un rendez-vous, A peine arrivé Paul BARON
  • qu'elle entre l'information. Bertrand de sauvegarde! Monsieur accrocha il s'aperçut à Sizun prévenir une communication de Bretagne, située sous le choc du soc de la sommairement QUERE se rendit Après Jean QUERE, en deux morceaux FOUILLE une parcelle en Saint-Cadou
  • , le compte de Monsieur qui se brisa ET MOTIF DE LA la mâchoire quelque basculé il fallut pour toute l'autorité qui s'était dans la tombe. dans la sépulture prendre et brisé dépéchai les de sauvetage de son chien peu gratté je Anti- mesures urgent. de Monsieur
  • emparé Une partie d'un de la dalle un crâne et divers osse ments. La présence les sols sont très acides, inventorié minentes sitôt d'ossements étant par P. Du Chatellier justifiaient entreprise. la nécessité dans ce secteur très rare, (voir d'une le contexte infra
  • ) fouille des Monts d'Arrée, de l'Age et la crainte du où Bronze, de déprédations de sauvetage urgent qui fut imaus FICHE DESCRIPTIVE DE SITE ARCHÉOLOGIQUE //1460/ R E C H E R C H E EFFECTUÉE Année 1989 Nature de l'opération / SAUVETAGE Auteui URCENT j Organisme LE
  • 1, hors du sol grotte o u abri exceptionnel conservé. a 1 , i [ pq ! 2. ' 1, structuré partiellement conservé : //2000/ Nature des vestiges immobiliers :. NECROPOLE //3000/ Nature des vestiges mobiliers : ET 2 , AGE DU //1310/ A t t r i b u t i o n culturelle
  • : BRONZE détruit (adulte et TUMULUS • 2, • 2, lande o u friche 0 base:.. _ 3, • 3, forêt • .. 4 /• 4. bâti • 5, autre n /• e Du CHA TELL 1ER 1907. //1420/ Propriété du terrain : TRAVAUX Etat • 1. Collect,v,té 1 ! 2 Pnvé r //1440/ Conservation provisoire du
  • mobilier M m e 3 /• -, AGRICOLES. L E | dépôt de fouille L i 1, autre L X i 2 B R A S ~ , f 29142 LE * inconnue ! DEPOT DE FOUILLE //1600/ R é d a c t i o n d u bordereau j 1, collection p u b l i q u e f ^ / DU auteur LE Existence de , 2. collection privée i I 3
  • , autre . FINISTERE. GOFFIC Michel , fiche(s) c o m p l é m e n i a i t e l s ) / Date: /• 11 MA I 1989. .4 a A ™ e FAOU. FAOU. //1460/ C o n s e r v a t i o n définitive Lieu . COMPORTANT MOYEN //1445/ Circonstance de la découverte o u motif du sauvetage LE 3
  • /-• BRONZE 1. //1700/ O c c u p a t i o n d u sol : labouré L)0 1, prairie 0 Lieu: ^ ]3 / enfant). / • • DU BRONZE //1320/ A u t r e élément de datation : //1800/ S o u r c e s : -P.. inorganisé COFFRES. //1300/ G r a n d e période c h r o n o l o g i q u e : _ : ! 3
  • / [ ^ 2 , DE L'AGE SQUELETTES //1400/ Degré de protection ( / ' Sous-Direction de l'Archéologie MINISTERE D E LA CULTURE E T DE LA COMMUNICATION CIRCONSCRIPTION DES ANTIQUITES DE PRE HISTORIQUES BRETAGNE AUTORISATION TEMPORAIRE DE SAUVETAGE valable du demeurant à 2 9237
  • i e r juin (je Bretagne Le Directeur des Antiquités au n 89-04 AP- 30 septembre 1989 confie à M . QOFFIC L E prénom: M i c h e l COMMANA la réalisation d'une fouille de sauvetage archéologique à : Finistère Commune : Labou-Kermarker N " de site : Département
RAP03453 (BAIS (35). Le Frêne : un enclos funéraire du 1 er âge du Fer. Rapport de fouille)
  • opération de sauvegarde par l'étude
  • BAIS (35). Le Frêne : un enclos funéraire du 1 er âge du Fer. Rapport de fouille
  • a permis la fouille complète d'un enclos funéraire de plan carré, d'environ 20 m de côté, du I er âge du Fer ainsi que des structures (fosses, fossés, trous de poteaux), situées à proximité. Lors de la phase diagnostic, la découverte de quelques ossements brûlés dans un fragment de
  • poterie avait laissé pensé à une incinération. Cela est remis en cause par la mise au jour de deux bracelets en bronze évoquant une inhumation, dont le squelette ne serait pas conservé en raison de l'acidité des sols. Donc soit le vase et les ossements correspondent à un dépôt
  • quadrangulaires 78 Conclusion 79 Bibliographie 82 Listing des figures 84 Annexes Inventaires techniques 92 Inventaire des structures 95 Inventaire céramique 95 Inventaire ossements brûlés 96 Inventaire des prélèvements 96 Inventaire des prélèvements
  • des structures (fosses, fossés, trous de poteaux), situées à proximité. Lors de la phase diagnostic, la découverte de quelques ossements brûlés dans un fragment de poterie avait laissé pensé à une incinération. Cela est remis en cause par la mise au jour de deux bracelets en bronze
  • évoquant une inhumation, dont le squelette ne serait pas conservé en raison de l'acidité des sols. Donc soit le vase et les ossements correspondent à un dépôt funéraire (peu fréquent en Bretagne), soit il s'agit de deux types différents de sépulture sous le même tertre. Les structures
  • du bassin de Rennes la plupart du temps défavorable à la conservation des ossements, ceux-ci seront bien entendu pris en considération dans le cadre de cette étude dans les limites des moyens prévus à cet effet. Enfin, la qualité du mobilier mis au jour lors du diagnostic doit
  • Sujets et thèmes Enclos funéraire Trou de poteau Fosse, Fossé, Parcellaire Mobilier Céramique, Os brûlé Bracelet en bronze Charbons de bois Dans le cadre de l’extension d’un projet de lotissement, portée par la commune sur le site du « Frêne» à Bais (35), un diagnostic
  • archéologique a été réalisé par Dominique Pouille, Inrap en juillet 2011 sur une surface de 58 619,89 m2. Il a permis la mise au jour d'un enclos funéraire du Ier âge du Fer. Ce dernier, nommé : Frêne 1, a fait l'objet d'une prescription de fouille par l’Etat. L'intervention archéologique
  • funéraire (peu fréquent en Bretagne), soit il s'agit de deux types différents de sépulture sous le même tertre. Cette fouille permet de compléter nos informations sur les gestes funéraires dans cette partie est de la Bretagne au I erâge du Fer. Fouille archéologique Chronologie Age du
  • Fer Epoque contemporaine Bais (Ille-et-Vilaine) «Le Frêne» - Un enclos funéraire du I âge du Fer Un enclos funéraire du I er âge du Fer Bretagne, Ille-et-Vilaine, Bais «Le Frêne» Un enclos funéraire du I âge du Fer er Rapport final de fouille sous la direction de Inrap Grand
  • -Ouest 37 rue du Bignon CS 67737, 35577 Cesson-Sévigné cedex Tél. 02 23 36 00 40, grand-ouest@inrap.fr www.inrap.fr Jean-Claude Durand Inrap Grand-Ouest 37, rue du Bignon, 35577 Cesson-Sévigné Tel. 02 23 36 00 40 grand-ouest@inrap.fr 2017 Septembre 2017 35 014 — Rapport de
  • fouille Code INSEE Nr site SRA2015-264 Lambert 93 CC48 Entité archéologique Arrêté de prescription Système d’information Code Inrap F 112 331 Ille-et-Vilaine, Bais/Le Frêne Un enclos funéraire du Ier âge du Fer. sous la direction de par Jean-Claude Durand Myriam Le Puil-Texier
  • Pauline Petit Hélène Seignac Carole Vissac Inrap Grand Ouest 37 rue du Bignon CS 67737 35577 Cesson-Sévigné Septembre 2017 avec la collaboration de Joël Cornec Arnaud Desfond Yann Letho-Duclos Serge Le Maho Delphine Mathonnat Hervé Morzadec Patrick Pihuit Cécile Talbo I. Données
  • administratives, techniques et scientifiques Sommaire 3 Sommaire 6 8 7 10 11 12 15 17 27 29 Données administratives, techniques et scientifiques Fiche signalétique Mots-clefs des thesaurus Intervenants Notice scientifique Localisation de l'opération Arrêté de
  • prescription Cahier des charges Projet d'intervention Définition des moyens - Devis de fouille Arrêté de désignation 33 I. Introduction 33 1.1. Circonstances de l'intervention 33 33 33 33 36 36 39 39 39 42 42 52 52 52 53 60 61 61 62 63
  • structures 2.1.1. Le parcellaire 2.1.2. L'enclo 2.1.2.1. Le fossé 2.1.3. Etude micromorphologique des dépôts du fossé d'enclos Carole Vissac (GéoArchEon) 2.1.3.1. Problèmatique 2.1.3.2. Méthode 2.1.3.3. Résultats 2.1.4. La sépulture 2.1.4.1. La fosse 2.1.4.2. Le mobilier 2.1.5
  • . Inhumation et tombe à crémation secondaire ( ?) de la fin du premier et du début du second âge du Fer (approche anthropologique M. Le Puil-Texier Anthropologue, Inrap) 2.1.6. Les autres structures 2.1.7. Le mobilier céramique 2.1.8. Les bracelets en bronze par Pauline Petit, Inrap 2.1.9
  • . Les datation C14 2.1.10. Etude anthracologique de quatre échantillons provenant d’un enclos funéraire du premier âge du Fer par Hélène Seignac, anthropologue Inrap 2.1.10.1. Introduction 2.1.10.2. Matériel et Méthode 2.1.10.3. Analyse anthracologique 2.1.11. Les enclos funéraires
  • pour micromorphologie 97 Inventaire des documents graphiques 97 Inventaire des photographies 99 Inventaire des documents numériques 99 Inventaire documentation écrite I. Données administratives, techniques et scientifiques 6 Inrap · Rapport de fouille Bais, Le
  • Frêne - 2015-264 Fiche signalétique Localisation Région Bretagne Département Ille-et-Vilaine Statut du terrain au regard des législations sur le patrimoine et l’environnement Dates d’intervention sur le terrain — du 29/02/2016 au 11/03/2016 Proprietaire du terrain Mairie de
RAP03161.pdf (PLOUHINEC (29). Ménez Drégan 1 : des Préandertaliens aux Néandertaliens à l'extrème ouest de l'Europe. Rapport de FP 2015)
  • PLOUHINEC (29). Ménez Drégan 1 : des Préandertaliens aux Néandertaliens à l'extrème ouest de l'Europe. Rapport de FP 2015
  • ), indiquant que les hommes ont aussi utilisé ce type de combustible, en préférant les grosses branches et parfois les troncs. Des ossements carbonisés peuvent être observés dans les lames minces et parfois même à la fouille, sous forme de charbons d’os millimétriques, particulièrement
  • Travaux de laboratoire .......................................................................................................40 Étude microstratigraphique et caractérisation analytique des marqueurs de combustion de la séquence de Menez-Dregan
  • qu’ils pouvaient surveiller depuis Menez Dregan leur fournissait probablement une faune abondante de grands mammifères à chasser ou à charogner. Cette faune n’est pas conservée dans les niveaux d’occupation, en raison de l’acidité du sol, sauf dans la couche 9 où de rares ossements
  • couche 7, tout aussi nombreux, sont en cours d’étude ; ils sont surtout remarquables par leurs grandes dimensions et l’association de plusieurs essences dans certains prélèvements (Marcoux N.). A Menez-Dregan, la présence de structures de combustion s’échelonnant entre 350 000 et 465
  • Menez-Dregan 1 a permis de mettre en évidence plusieurs structures et/ou de zones de combustion attestant une conservation en position quasiment originelle, au moins dans certains niveaux, et confirmant l’installation de groupes humains dans et/ou devant la cavité. - Le plus ancien
  • témoin se trouve en couche 9, qui est encore peu explorée. - La couche 7 comprend sept zones de combustion, dont un foyer dans la partie haute de la couche (fouille 2010) marqué par un artefact en silex complètement éclaté, trois petites soles de foyers au même niveau plus bas dans la
  • brûlées semble le confirmer), ces structures devaient probablement être positionnées davantage vers le sud de l’habitat, dans des endroits aujourd’hui complètement érodés et donc non étudiés. L’emplacement de nombreux blocs effondrés et des structures de combustion donne indirectement
  • , il pourrait s’agir d’occupations sur un laps de temps relativement important, partiellement en grotte ou protégées par des blocs effondrés, avec une organisation de l’espace autour de structures de combustion, la mise en évidence d’aires de rejet le long des parois et d’aires
  • quartz (Laurent et al., 1996 ; Monnier et al., 1996b). Dans les couches 9, 7, 6’ et 5, les structures de combustion sont associées à d’abondants débris de charbons de bois, ainsi qu’à des silex et pierres chauffés. A l’issue de la campagne de fouille 2014, douze foyers étaient
  • . Les datations effectuées sur les quartz chauffés ont donné un âge de 380 000 ans environ à cette structure. - En couche 6’, une structure de combustion a été mis au jour en 2009 et démontée en 2010 (fig. 8). Une structure circulaire constituée essentiellement de fragments
  • de combustion dans ce niveau (Monnier et Hallégouët, 1997, p.6). Il s'agit d'un reste de cuvette (naturelle ou anthropique ?) ayant servi de réceptacle à un feu dont la température de chauffe a été estimée à plus de 500°C, et présentant une forte rubéfaction du sédiment encaissant
  • la fouille a permis de confirmer en coupe la présence des lits rubéfiés successifs. - Les éléments de sédiment rubéfié identifiés en couche 5e en carrés G19-20 et supposés appartenir à une structure de combustion en place ou démantelée (Monnier et Hallégouët, 1998, p. 11) se sont
  • combustion en couche 5c © S. Hinguant Figure 5 : Gros plan de la même structure de combustion en couche 5c © S. Hinguant 20 Figure 6 : Fond conservé d’un foyer en cuvette dans la couche 5d © S. Hinguant Figure 7 : Structure de combustion au sommet de la couche 6 © B. Hallégouët 21
  • ° 12 (cliché C. Gaillard) 24 Figure 14 : Sole de foyer en zone Est-C, près du bloc n° 6 (cliché C. Gaillard) Figure 15 : Zone de combustion en couche 9 (sole brûlée) © S. Hinguant 25 La campagne de fouille 2015 Mise en place de la campagne 2015 L’équipe des fouilleurs La
  • Plouhinec, Finistère MENEZ-DREGAN 1 Des Prénéandertaliens aux Néandertaliens à l’extrême ouest de l’Europe RAPPORT DE FOUILLE 2015 Fouille programmée autorisée par l’arrêté 2015-017 Responsable d’opération : Claire GAILLARD Adjointe au responsable d’opération: Anne-Lyse RAVON
  • Suivi de terrain & de laboratoire : Techno-typologie lithique et fouille : Anne-Lyse RAVON, Claire GAILLARD Géologie & géomorphologie : Jean-Laurent MONNIER, Bernard HALLEGOUET, Marine LAFORGE Description stratigraphique du gisement : Stéphan HINGUANT Données sédimentologiques
  • , Pierre VOINCHET UMR 6566 CReAAH «Centre de Recherche en Archéologie, Archéosciences, Histoire » CNRS, Université de Rennes 1, Ministère de la Culture UMR 7194 Histoire naturelle de l’Homme préhistorique Paris et Rennes Novembre 2015 Sommaire Autorisation de fouille
  • .................................................................................................................................... 2 Menez Dregan 1 : état des connaissances ..........................................................................5 La recherche à Menez-Dregan 1 .........................................................................................8 Nature et importance du site
  • ......................................................................................................................... 8 Problématique de la recherche et principaux travaux .................................................................................. 8 Insertion dans les programmes de recherche des deux UMRs en charge du programme........................ 10 Équipe scientifique Menez Dregan
  • (dont membres extérieurs aux UMRs 6566 et 7194)......................... 12 Rappels généraux sur le site de Menez Dregan 1 .............................................................15 Rappels généraux
RAP03765 (DINAN (22). Haute-Cour du Château.Le bastion de la citadelle de Dinan XVIe - XXe siècles.Rapport de diagnostic)
  • opération préventive de diagnostic
  • DINAN (22). Haute-Cour du Château.Le bastion de la citadelle de Dinan XVIe - XXe siècles.Rapport de diagnostic
  • militaire Bâtiment Foyer Structure de combustion Métallurgie du fer La fouille, d’une emprise de 100 m2, a été prescrite préalablement au projet d’aménagement par la municipalité de Dinan d’un bâtiment d’accueil au château, situé sur le bastion de la citadelle de la ville. En juin 2015
  • combustion à caractère artisanal. Bretagne, Côtes-d’Armor, Dinan, Haute-cour du Château Le bastion de la citadelle de Dinan, XVIe-XXe siècles sous la direction de Fabrice Lecampion Fabrice Lecampion Chronologie Temps modernes Époque contemporaine Rapport de Fouille Commune de
  • la propriété intellectuelle relatives aux droits des auteurs. Notamment en application de l'article L.122-5 du code de la propriété intellectuelle, cela implique que : 1) les prises de notes et les copies ou autres formes de reproduction sont autorisées dans la mesure où elles
  • utilisation ne donne lieu à aucune exploitation commerciale. Le non-respect de ces règles constitue le délit de contrefaçon prévu et sanctionné par les articles L.335-2, L.335-3 et suivants du code de la propriété intellectuelle. Renseignement : DRAC Bretagne : http://www.culture.gouv.fr
  • 16 Objet métallique Récent Villa 1 Objet lithique Chalcolithique Batiment agricole Outil Protohistoire Structure agraire Parure Âge du Bronze Structure de combustion Habillement Ancien Maison Trésor Moyen Structure urbaine
  • datation reste imprécise, tout comme celle des deux autres structures de combustion à caractère artisanal. Conformément à la prescription, la totalité de la zone fouillée et vignettes réalisées sur l’emprise de la zone prescrite ont été rebouchées à l’issue de l'opération. I. Données
  • , le diagnostic archéologique avait permis de mettre au jour un massif de maçonnerie, situé à la pointe du bastion, où un évent avait été identifié. Cette construction avait été daté de la fin du XVIème siècle. La fin du XVIIème siècle avait vu un changement d’affectation de cet
  • espace, transformé alors en prison pour les prisonniers de guerre. L’édification d’un bâtiment avait été entrepris entre 1693 et 1711. A la suite de l’effondrement de ce bâtiment, un second bâtiment avait été réalisé. La citadelle de Dinan a été construite sous la gouvernance du duc
  • de Mercœur entre 1593 et 1597 dans un contexte de guerres civiles et religieuses. Dinan avait été accordé par le traité de Nemours en juillet 1585 comme place de sureté. Au XVIème siècle, deux phases de construction de cette citadelle ont pu être observées. La première, (phase 1
  • ), est localisée entre la tour de Coëtquen et le pont dormant. Les éléments de chronologie relative sont observables à l’intérieur de la galerie de contremine et dans la canonnière proche du pont. La construction du bastion (phase 2) comporte à sa pointe un massif de maçonnerie où
  • deux évents verticaux, qui permettent l’aération de la galerie de contremine, sont présents. Chainés à ce massif de maçonnerie un mur (de soutènement, de contrebutement, ou un contrefort) a été construit parallèlement à la face est du bastion à partir duquel un contrefort, où un
  • évent est également présent, vient lier ces maçonneries entre elles. Après la décision de transformer cet espace défensif en prison à la fin du XVIIème siècle, tous les éléments structurant du bastion ont subi une phase d’arrachement (fin XVIème/début XVIIème) afin d’asseoir les
  • fondations du premier bâtiment de la prison. A la suite de l’effondrement de ce bâtiment (entre 1711 et 1775), un second bâtiment ne comportant plus d’aile est reconstruit. Un four alimentaire a été observé mais sa datation reste imprécise, tout comme celle des deux autres structures de
  • Dinan (Côtes-d’Armor), Haute-cour du Château « Le bastion de la citadelle de Dinan, XVIe-XXe siècles » Inrap Grand Ouest Juillet 2019 Fouille archéologique Rapport final d'opération 22050 non communiqué SRA 2017-139 Lambert 93 F116510 Code INSEE Nr site non communiqué Entité
  • archéologique Arrêté de prescription Système d’information Code Inrap Bretagne, Côtes-d'Armor Dinan, Haute-cour du Château Le bastion de la citadelle de Dinan, XVIe-XXe siècles sous la direction de avec la collaboration de Fabrice Lecampion Paul-André Besombes Emmanuelle Coffineau
  • Nolwenn Zaour Inrap Grand Ouest 37 rue du Bignon CS 67737 35577 Cesson-Sévigné Juillet 2019 2 Inrap · Rapport de diagnostic Bretagne, Côtes-d'Armor, Dinan, Haute-cour du Château Sommaire Données administratives, techniques et scientifiques 2 6 7 8 10 10 11 12 23 24 27 Sommaire
  • Fiche signalétique Mots-clefs des thesaurus Intervenants Notice scientifique Etat du site Localisation de l’opération Arrêté de prescription Arrêté de prescription - complément Autorisation de fouille Projet d’intervention Résultats 40 1 Introduction 40 1.1 Présentation de
  • l'opération 40 1.1.1 Les données du diagnostic de 2015 1.1.2 Objectifs de la fouille 43 1.1.3 Stratégie et méthode mise en œuvre 45 1.2 Rappel du contexte historique et archéologique 40 60 2 Résultats de l'opération 60 2.1 Les maçonneries structurelles du bastion 60 2.1.1
  • La pointe du bastion 2.1.2 Les contreforts ? 68 2.1.3 Comparaisons architecturales et interprétations 72 2.2 Le bâtiment de la prison 72 2.2.1 Rappel des données du diagnostic 74 2.2.2 Les données de la fouille 88 2.3 Synthèse 66 89 3 Les études de mobilier 89 3.1
  • Etude métallurgique (N. Zaour) 96 3.2 Etude céramique (E. Coffineau) 97 3.3 Etude numismatique (P.-A. Besombes) 98 4 Conclusion I. Données administratives, techniques et scientifiques Sommaire 99 Bibliographie 100 Liste 102 des figures Annexes 102 Annexe 1 Résultats