Rechercher sur le site

  • Chercher les documents contenant un mot OU un autre : tapez simplement les mots à la suite => bracelet bronze
  • Chercher les documents contenant un mot ET un autre : utilisez le mot-clef AND => bracelet AND bronze
  • Chercher les documents contenant une expression exacte : taper l'expression entre guillemets => "bracelet en bronze"

Limiter votre recherche

Auteur
Type d'opération
Commune
Département
Date (Année)

4115 résultats Exporter les résultats

Trier par Titre : ascendant / descendant
RAP03290.pdf (LAMPAUL-PLOUDALMEZEAU (29). Sondages, suivi et études archéologiques du site de l'île du Bec. Rapport de sondage 2016)
  • LAMPAUL-PLOUDALMEZEAU (29). Sondages, suivi et études archéologiques du site de l'île du Bec. Rapport de sondage 2016
  • para la gestión y protección del patrimonio arqueológico litoral./ "ALERT" Project: a risk map for the management and protection of coastal archaeological heritage ». In : Rovira Llorens S., García-Heras M., Gener Moret M., Montero Ruiz I. (eds), Actas del VII Congreso Ibérico de
  • ET DES RECHERCHES 1.1. Présentation générale Fiche signalétique Commune : Lampaul-Ploudalmézeau Département : Finistère Lieu dit : île du Bec N° de site : 29 099 00006 Coordonnées Lambert Zone II X = 83,945 Y= 2420,905 Références cadastrales : section A3, parcelle n°3
  • partir de profils espacés de 200 m, le taux moyen d’évolution du trait de côte y est calculé en mètre par an. Ainsi, pour le secteur géographique qui nous intéresse, l’analyse locale de l’évolution du trait de côte montre, dans un rayon de 2 km autour de l’îlot, un recul variable de
  • (Observatoire des Sciences de l’Univers de Rennes, Université de Rennes 1). Figure 6 – L’opération de Scan 3D à l’île du Bec, par Y. Bernard et L. Quesnel (cl. M.Y. Daire). 15 Figure 7 – Relevé au scanner 3D de l’île du Bec à Lampaul-Ploudalmézeau et traitement des coupes C-C’ et D-D
  • ’, par Y. Bernard et L. Quesnel (doc. Y. Bernard, CNPAO). 16 Figure 8 – Traitement du scan 3D de l’île du Bec, vue de détail du secteur du site de l’âge du Fer (doc. CNPAO). 17 Figure 9 – Relevé au scanner 3D de l’île du Bec à Lampaul-Ploudalmézeau et traitement des coupes
  • A-A’ et B-B’, par Y. Bernard et L. Quesnel (doc. Y. Bernard, CNPAO). 18 Le relevé a couvert non seulement les 1,64 ha de l’îlot, mais aussi son environnement immédiat, y compris la grande pêcherie de sa face est. Les délais entre deux marées étant relativement courts, nous avons
  • position relative à un espace tridimensionnel (x, y, z) ainsi que des informations de couleur (r, v, b) et d'intensité. Pour faciliter l'assemblage des différentes stations, des cibles sont disposées sur site. Ces cibles amovibles peuvent être des sphères fixées sur des trépieds ou sur
  • des piquets. Il peut également s'agir de damiers imprimés collés sur des supports articulés ou posés directement sur site. Figure 10 – Traitement des données du relevé scan 3D du secteur du site de l’âge du Fer, île du Bec (Lampaul-Ploudalmézeau) (doc. CNPAO, Y. Bernard). 19
  • champ magnétique total pour une faible variation de la profondeur à la source magnétique. Le magnétomètre mesure le champ magnétique ambiant, résultant de l’addition du magnétisme terrestre et du champ magnétique généré par la présence des masses ferreuses (y compris masses d’argile
  • ultérieurement sur l’interprétation de ces anomalies. 21 Figure 13 – Relevé au magnétomètre du site archéologique de l’île du Bec à Lampaul-Ploudalmézeau (doc. CNPAO, Y. Bernard et ABEM France). 22 Figure 14 – Prospection magnétique de la zone du site de l’âge du Fer sur l’île du Bec
  • ., BARREAU J.B., 2014. « De nouveaux outils d’observation et de gestion du patrimoine littoral de Bretagne ». In : Connaissance et compréhension des risques côtiers : Aléas, Enjeux, représentations, Gestion, actes du colloque international (Brest, 3-4 juillet 2014), p. 234-243. SPARFEL Y
  • ., PAILLER Y. (dir.), 2009. Les mégalithes de l’arrondissement de Brest. Saint-Malo et Rennes, coédition Ce.R.A.A. et Institut Culturel de Bretagne (coll. Patrimoine archéologique de Bretagne), 290 p. 38 39 ANNEXES 40 41 Annexe 1 Projet ALeRT, présentation résumée Initié en 2006
  • Site n° 29 099 00006 Opération n°2015-169 Sondages, suivi et études archéologiques du site de l’île du Bec Lampaul-Ploudalmézeau (Finistère) Sous la direction de Marie-Yvane Daire UMR 6566 CReAAH « Centre de Recherche en Archéologie, Archéosciences, Histoire » Rennes 1
  • Site n° 29 099 00006 Opération n°2015-169 Sondages, suivi et études archéologiques du site de l’île du Bec Lampaul-Ploudalmézeau (Finistère) Sous la direction de Marie-Yvane DAIRE, avec les contributions de Jean-Baptiste BARREAU, Yann BERNARD, Loïc LANGOUËT, Pau OLMOS et Laurent
  • QUESNEL, et la collaboration de Jean-Yves ANDRÉ, Hubert ARZEL, Chloë MARTIN, Meritxell MONRÓS, et Nicolas MOTHAY UMR 6566 CReAAH « Centre de Recherche en Archéologie, Archéosciences, Histoire » Rennes 2 3 SOMMAIRE page Introduction 5 1 – PRÉSENTATION DU SITE ET DES RECHERCHES
  • 5 1.1. Présentation générale 5 Fiche signalétique 5 1.2. Le contexte géographique et archéologique 7 1.2.1. Localisation et description de l’île du Bec 1.2.2. Le contexte archéologique et historique des découvertes 7 7 1.3. Problématique de la vulnérabilité du site et
  • conditions des opérations 8 1.3.1. La problématique de recherche 1.3.2. Évaluation de la vulnérabilité du site archéologique et de son évolution 1.3.3. Les moyens mis en œuvre et le calendrier des opérations 8 8 10 2 – RÉSULTATS ET BILAN DE L’ÉTUDE de 2015 14 2.1. Le scan 3D et
  • suivi de l’évolution du trait de côte 14 2.2. Le relevé au GPS différentiel 19 2.3. La prospection magnétique du site 20 2.4. Emprise et organisation générale des vestiges et structures archéologiques 22 2.5. La coupe stratigraphique 22 2.6. Le mobilier archéologique 25
  • 2.6.1. La céramique domestique 2.6.2. Des vestiges faunistiques 2.6.3. Le mobilier métallique 2.6.4. Le mobilier lithique 2.6.5. Les éléments de briquetages 25 32 33 33 34 CONCLUSIONS 36 Références bibliographiques 36 Annexe 1 : Projet ALeRT, présentation résumée 41 Annexe 2
  • : Les pêcheries de l’île du Bec 43 4 5 Introduction Le site archéologique de l’île du Bec, sur la commune de Lampaul-Ploudalmézeau (Finistère ; fig. 1), bien connu des archéologues de la région, fait l’objet d’un suivi irrégulier depuis de nombreuses années, et plus récemment
RAP02794.pdf (LARMOR-BADEN (56). Gavrinis : à la recherche des représentations d'une tombe à couloir du IVe millénaire. rapport d'opération)
  • LARMOR-BADEN (56). Gavrinis : à la recherche des représentations d'une tombe à couloir du IVe millénaire. rapport d'opération
  • d’opération - Levés d’architecture et d’art pariétal 1- Problématiques de recherche 1.1- Rapide présentation du site RGF93CC48 (X= 1256535,92 ; Y= 7169390,33) 47° 34′ 23″ N / 2° 53′ 53″ W Cadastre Feuille G05, n° 433 Classé MH depuis le 19 juillet 1901 Depuis sa fondation au début du IVe
  • emblématique du nord-ouest de la péninsule Ibérique, la tombe à couloir de Dombate en Galice, a fait l’objet d’explorations il y a plus de 20 ans par J.M. Bello Dieguez. Laissé un peu à l’abandon, ce monument a fait l’objet de restaurations récentes par la Xunta (gouvernement régional) et
  • : http://www.dicoruna.es/deputacion/patrimonio/dolmen-dombate/catalogo-dombate.pdf Un centre d’interprétation – tout juste inauguré au mois de juillet 2012 - utilisera probablement ces données tridimensionnelles dans la présentation classique, virtuelle ou recomposée du site. Autre
  • -organisation avec le CSIC (équivalent du CNRS en Espagne) et la Escuela Superior de Conservación y Restauración de Bienes Culturales de Galice. http://www.usc.es/ciqus/es/eventos/international-congress-science-and-technologyconservation-cultural-heritage • Toujours en Galice, une des tombes
  • Ministère de la Culture et de la Communication – Conseil général du Morbihan CNRS, ENSA, Université de Nantes 2012 G AVRINIS (Larmor-Baden, Morbihan) A la recherche des représentations d’une tombe à couloir du IVe millénaire (2). Rapport d’opération de relevés pariétaux et
  • d’opération - Levés d’architecture et d’art pariétal Panoramique de couverture : clichés L. Lescop. 2 Gavrinis 2012 - Rapport d’opération - Levés d’architecture et d’art pariétal Sommaire Remerciements Résumé de l’opération 1- Problématiques de recherche 1.1- Rapide présentation du
  • site 1.2- Objectifs 2012 1.3- L’argument 1.4- Les résultats attendus 2- Mégalithes et levés numériques « 3D » : bref état de l’art (2012) 2.1- Quelques expériences européennes 2.2- Congrès et colloques 3- Constitution de l’équipe 4- Moyens mobilisés 4.1- moyens financiers 4.2
  • - moyens techniques 5- Déroulé de la campagne 2012 6- Les résultats 2012 6.1- Description de L6. Analyses surfacique et chronologique des tracés. Modélisation dynamique. 1- Introduction 2- Méthodologie 2.1- Création d’un modèle graphique du contour des gravures 2.2- Identifier des
  • recouvrements de tracés 3- Eléments de chronologie relative : une stratigraphie horizontale des tracés 3.1- Abréviations dans le texte 3.2- Huit états descriptifs A- Les principaux modelés naturels B- Limitations rectilignes verticales et horizontales C- L’arc et les lames de haches polies
  • verticales D- Petits arcs radiés et crosses opposées E- Motifs phalliques F- Motif réticulé G- Motif zébré et grands arcs radiés H- Tracés sans recoupements avérés 4- Géométrie et orientations 5- Un déroulé des entités sémiotiques 5.1- Division de l'espace 5.2- Installation des objets 5.3
  • - Inscription des signes phalliques 5.4- Imbrication de quatre motifs 5.5- Disposition du motif zébré 5.6- Extension des arcs radiés 5.7- Inscription de la 3e lame de hache 5.8- Remplissage des champs non marqués 6.2- Description de R11. Identification et restitution des gravures 3
  • Gavrinis 2012 - Rapport d’opération - Levés d’architecture et d’art pariétal 1- La méthode de levé par éclairages tournants 1.1- Protocoles 1.2- Traitements et résultats 2- La méthode de levé par détection de teintes 2.1- Protocoles 2.2- Traitements et résultats 2.3- Enregistrement
  • complémentaire 3- Conclusions sur R11 6.3- Description de L11 (Dos) 1- Historique 2- Méthodes de levé 3- Synthèses graphiques des acquisitions sur le terrain Synthèses 1 à 8 Assemblage de clichés 4- Synthèses graphiques des acquisitions en laboratoire Synthèses 1 5- Conclusions 6.4
  • - Description de S12. Analyses surfacique et technique. 1- Introduction 2- L’acquisition des données 2.1- L’enregistrement photographique par éclairages tournants 2.1.1- La face ventrale (face cachée au sol) 2.1.2- La face dorsale (face visible au ciel) 2.2- L’enregistrement
  • lasergrammétrique 2.2.1- Rappel méthodologique 2.2.2- Restitution graphique des gravures Face ventrale Face dorsale Tranche 1 Tranche 2 2.2.4- Analyse des cassures Tranche 3 Tranche 4 2.3- L’enregistrement photogrammétrique 2.3.1- Méthodologie 2.3.2- Résultats 3- Conclusions générales 6.5- La
  • constitution graphique du corpus des signes gravés 1- Mailler les orthostates 1.1- Ouverture du nuage de points 1.2- Lecture des points 1.3- Création des maillages 2- Dessiner les gravures 2.1- Principe 2.2- Traitement préliminaire aux dessins des gravures 2.3- Note préliminaire sur la
  • production des images 2.4- Le maillage sans aucun traitement 2.5- Les cartes d’écarts 2.6- Les éclairages rasants 2.7- Création des MNT des orthostates (les courbes de niveau) 2.8- Organisation du fichier Illustrator 3- Le catalogue des orthostates gravés 4 Gavrinis 2012 - Rapport
  • d’opération - Levés d’architecture et d’art pariétal 6.6- Plans et élévations comparés du monument (cairn et tombe à couloir) 6.7- Calcul du volume et du poids de la dalle de couverture 6.8- Analyse des sections 6.8.1- Principe 7.8.2- Morphologie des orthostates 7.8.3- Profil des gravures
  • 6.9- Les tests en photomodélisation 6.10- La coloration des supports et des gravures 6.10.0- Historique 6.10.1- Détection des colorants par la fluorescence en ultraviolet 6.10.2- Analyse par microscopie électronique à balayage et microanalyse X de colorations présentes sur des
  • orthostates de la tombe à couloir 6.10.2.1- Analyse de la matière noire 6.10.2.2- Analyse de la matière rouge 7- Un prototype de visite virtuelle 8- Un test d’impression 3D 9- Conclusions générales 10- Perspectives 2013 Bibliographie, webographie Liste des figures Liste des annexes 5
RAP02413.pdf (LE CONQUET (29). île de Triélen. rapport de sondages 2008)
  • LE CONQUET (29). île de Triélen. rapport de sondages 2008
  • - Fiche signalétique Commune : archipel de Molène Département : Finistère Lieu dit : île de Triélen, plage nord-ouest N° de site : 29 040 0073 Coordonnées Lambert Zone II X = 61,675 Y = 2399,855 Références cadastrales : section Kl, parcelle n°4, cadastre du Conquet de 1982
  • : (2004) 25 - Histoire des techniques, de la Protohistoire au 18eme siècle. N° d'opération : 2008-209 Responsable : Marie-Y vane Daire, chargée de recherche Organisme de rattachement : CNRS Adresse du responsable : UMR 6566 "CReAAH" Centre de recherche en Archéologie, Archéosciences
  • mieux en mieux connus grâce au programme de recherche, développé depuis les années 2000 sur ce territoire, et coordonné par Y. Pailler et Y. Sparfel (Pailler et al, 2002 et 2004 ; Sparfel et Pailler, 2004). Au sein de cet archipel, l'île de Triélen révèle des occupations humaines
  • électronique émanant de Y. Pailler (co-responsable scientifique des recherches menées depuis plusieurs années dans l'archipel de Molène), informa l'un d'entre nous (M.Y.D.) que le site reconnu il y a quelques années sur l'île de Triélen, venait de subir de graves dégradations consécutives
  • aux tempêtes de l'hiver 2006-2007 ; des photos prises par J.-Y. Le Gall, Garde de la Réserve Naturelle d'Iroise, montraient nettement l'existence de structures archéologiques (four, fosse, niveau anthropique contenant notamment de la faune) en coupe d'une microfalaise loessique
  • sa couleur et son aspect il semble que cet ossement ainsi que les deux restes de poissons qui lui étaient associés (une mâchoire de Daurade royale et une vertèbre de Bar, identification Y. Dréano) ont subi l'action du feu. La consommation ou tout du moins la pratique d'une
  • Site n°29 040 0073 Opération n° 2008-209 drac-sra "2 Fit courrier 2009 A R R i w Rapport de sondages Marie-Yvane DAIRE, Anna BAUDRY, Catherine DUPONT, Valérie-Emma LEROUX, Yvon DREANO et Laurent QUESNEL U M R 6566 « CReAAH » Centre de Recherche en Archéologie
  • , Archéosciences, Histoire et A M A R A I (Association Manche Atlantique pour la Recherche Archéologique dans les îles). Conditions d’utilisation des documents Les rapports d’opération archéologique (diagnostic, fouille, document final de synthèse, sondage, sauvetage…) sont des documents
  • administratifs communicables au public, en application de la loi n° 78-753 du 17 juillet 1978 modifiée et portant diverses mesures d’amélioration des relations entre l’administration et le public. L'accès à ces documents administratifs s’exerce auprès des administrations qui les ont élaborés
  • ou qui les détiennent, au choix du demandeur et dans la limite de leurs conditions d’accueil. La mise en ligne des rapports par le SRA Bretagne a pour objectif de faciliter cette consultation. La consultation et l’utilisation de ces rapports s’effectuent dans le respect des
  • dispositions du code de la propriété intellectuelle relatives aux droits des auteurs. Notamment en application de l'article L.122-5 du code de la propriété intellectuelle, cela implique que : 1) les prises de notes et les copies ou autres formes de reproduction sont autorisées dans la
  • mesure où elles sont strictement réservées à l’usage privé du copiste et non destinées à une utilisation collective; 2) toute reproduction du texte, accompagnée ou non de photographies, cartes ou schémas, n’est possible que dans le cadre de courtes citations qui doivent être
  • justifiées, par exemple par le caractère scientifique de l’œuvre à laquelle elles sont incorporées, et sous réserve de l’indication claire du nom de l’auteur et de la source (références exactes et complètes de l’auteur, de son organisme d’appartenance et du rapport); 3) la représentation
  • ou la reproduction d’extraits est possible à des fins exclusives d’illustration dans le cadre de l’enseignement et de la recherche, dès lors que le public auquel elle est destinée est majoritairement composé d'élèves, d'étudiants, d’enseignants ou de chercheurs directement
  • concernés, et que son utilisation ne donne lieu à aucune exploitation commerciale. Le non-respect de ces règles constitue le délit de contrefaçon prévu et sanctionné par les articles L.335-2, L.335-3 et suivants du code de la propriété intellectuelle. Renseignement : DRAC Bretagne : http
  • ://www.culture.gouv.fr/Regions/Drac-Bretagne Service Régional de l’Archéologie - Centre de documentation archéologiqu Campus universitaire de Beaulieu - Avenue Charles Foulon - 35700 Rennes 01/09/2018 3 Site n° 29 040 0073 Opération n° 2008-209 Rapport de sondages ÎLE DE TRIÉLEN (Finistère
  • ) Archipel de Molène 1 6 - 1 7 juillet 2008 Marie-Yvane DAIRE, Anna BAUDRY, Catherine DUPONT, Valérie-Emma LEROUX, Yvon DREANO et Laurent QUESNEL UMR6566 « CReAAH » Centre de Recherche en Archéologie, Archéosciences, Histoire et AMARAI (Association Manche Atlantique pour la Recherche
  • Archéologique dans les îles). 4 SOMMAIRE page 1 - PRÉSENTATION DE L'ÉTUDE 5 1.1 - Présentation générale 1.1.1 - Fiche signalétique 1.1.2 — Organisation et remerciements 5 5 6 1.2 - Le contexte géographique et archéologique 1.2.1 - Localisation et description de l'île de Triélen 1.2.2
  • - L'île de Triélen et son patrimoine archéologique 1.2.3 -Le site gaulois de la plage nord-ouest de Triélen : localisation, découverte et travaux antérieurs 7 1 8 9 1.3 - Problématique de l'opération de sondages de 2008 1.3.1. Le site de Triélen : un ensemble archéologique menacé
  • 1.3.2 - Le site de Triélen et la production de sel en Armorique 1.3.3 - La richesse d'un ensemble faunique 2 - LES SONDAGES DE 2008 : RÉSULTATS 11 11 13 15 16 2.1 - Conditions préalables et stratégie adoptée 16 2.2 - L'analyse stratigraphique 16 2.3 - Le sondage du carré 5 19
RAP03144.pdf (HOEDIC (56). Site de Sterflant, sondages, suivi et études archéologiques)
  • HOEDIC (56). Site de Sterflant, sondages, suivi et études archéologiques
  • Coordonnées Lambert Zone II X= 206,800 Y= 2272,610 Références cadastrales : section AE, 11, cadastre de 1972 Propriétaire du terrain : Conservatoire du Littoral et DPM Adresse du propriétaire : Conservatoire du Littoral. Délégation régionale Quai G. Péri, 22000 - PLERIN. Nature des
  • Sterflant. 8 Figure 2 – Tableau d'assemblage du cadastre de l’île de Hoedic et localisation du site de Sterflant. Au lieu-dit "Stefflant" (ou Ster Flan, ou Schteufleint), dès 1882, Lavenot repérait des "rejets de cuisine" : coquilles, ossements, poteries puis Rollando et Coppens y
  • mentionnent des "fonds de cabane". Ces derniers y firent un rapide sondage qui leur livra les restes d'un vase à pâte noire, couvert de multiples cannelures horizontales et enduit au graphite, ainsi qu'un fragment d'amphore. En 1964, Minot mentionne en ce lieu : "sur la côte, en haut d'une
  • peu de fer à l’intérieur. Une activité métallurgique, même de l’âge du Fer, devrait cependant livrer un peut plus de mobilier lié à cette activité. Si ce sont des scories de forge, alors elles correspondent à des activités pour lesquelles il y a peu de perte métallique, typiquement
  • renouvelé afin de permettre une modélisation de l’évolution de la forme de la dune et du rythme de son recul sous l’effet des événements climatiques. Figure 37 – Relevé de la côte à Serflant au scanner 3D par Y. Bernard et L. Quesnel (cl. M.Y. Daire). Figure 38 – Clou topographique
  • implanté dans le platier rocheux en avant du site de Sterflant (cl. M.Y. Daire). 40 Figure 39 – Relevé laser 3D du site de Sterflant (doc. Y. Bernard, L. Quesnel et J.B. Barreau, CNPAO). 41 4 - LES INVERTÉBRÉS MARINS DU SITE GAULOIS DE STERFLANT : (ÎLE DE HOEDIC; MORBIHAN) : UNE
  • , limitant l’étude de la surface du site encore intacte. Toutes les informations et les résultats présentés ont pu être établis à partir de prélèvements sédimentaires (40 litres) réalisés durant les campagnes de sondages de 2010 et de 2014 sous la responsabilité de M.-Y. Daire (Daire et
  • structures empierrées, des rejets culinaires et des fragments d'augets (fig. 40) y ont été observés. Ces éléments semblent attester d’activités d’ordre domestique et artisanal liées à la production du sel marin. Les lots coquilliers présentés dans ce rapport sont attribués
  • chronologiquement au second âge du Fer d'après l'étude des céramiques réalisée par M.-Y. Daire. Malgré une évolution de la configuration littorale dans ce secteur, les habitants de l’âge du Fer devaient avoir déjà un accès privilégié aux environnements marins et à un milieu riche en ressources
  • Site n° 56 085 0032 Opération n°2014 - 311 Sondages, suivi et étude archéologiques du Site de Sterflant ÎLE D’HOEDIC (Morbihan) UMR 6566 CReAAH « Centre de Recherche en Archéologie, Archéosciences, Histoire » Rennes 1 Site n° 56 085 0032 Opération n°2014 - 311 Sondages
  • , suivi et études archéologiques du Site de Sterflant ÎLE D’HOEDIC (Morbihan) Marie-Yvane DAIRE, Pau OLMOS, Loïc LANGOUËT, Caroline MOUGNE, Catherine DUPONT, Yann BERNARD et Laurent QUESNEL, avec la collaboration de Jean-Marc LARGE, Meritxell MONRÓS, Pierre BUTTIN Nicolas MOTHAY et
  • Cécile LE CARLIER. UMR 6566 CReAAH « Centre de Recherche en Archéologie, Archéosciences, Histoire » Rennes 2 3 SOMMAIRE page Introduction 1 – PRÉSENTATION DU SITE ET DES RECHERCHES 1.1 - Présentation générale Fiche signalétique 1.2 – Le contexte géographique et archéologique
  • 1.2.1 - Localisation et description de l’île dHoedic 1.2.2 – Le contexte archéologique 1.3. Problématique de la vulnérabilité du site et conditions des opérations depuis 2010 1.3.1 - En 2010… 1.3.2 - En 2013-2014 1.3.3 - Évaluation de la vulnérabilité du site archéologique et de son
  • évolution 2 – RÉSULTATS ET BILAN DE L’ÉTUDE de 2010 5 5 5 6 6 6 8 8 12 13 21 2.1 - Emprise et organisation générale des vestiges et structures archéologiques 21 2.2 - Les sondages 25 2.3 - Le mobilier archéologique 26 3 – RÉSULTATS ET BILAN DE L’ÉTUDE de 2014 30 3.1
  • - Emprise et organisation générale du site 30 3.2 - Les sondages 30 3.2.1 - Le sondage 1 3.2.2 - Le sondage 2 3.2.3 - Le sondage 3 3.2.4 - Le sondage 4 3.2.5 - Le sondage 5 24 33 33 35 37 3.3 - Le mobilier archéologique 37 3.4 – Le suivi de l’évolution du trait de côte 39 4 4
  • – LES INVERTÉBRÉS MARINS DU SITE GAULOIS DE STERFLANT : (ÎLE DE HOEDIC; MORBIHAN) : UNE APPROCHE DE L’ÉCONOMIE DE SUBSISTANCE Par Caroline Mougne et Catherine Dupont 41 4.1 - Matériel 41 4.2 – Méthodes 42 4.3 – Taphonomie 43 4.4 - Spectre archéomalacologique 45 4.5
  • - Territoires de collecte 58 4.6 - Comparaison et différences entre Port Blanc et Sterflant 60 4.7 – Conclusion 60 CONCLUSIONS GÉNÉRALES 63 Remerciements 63 Références bibliographiques 64 ANNEXE 1 : Projet ALeRT, présentation résumée 70 ANNEXE 2 Listing des mobiliers collectés
  • 72 5 Introduction Le site archéologique de Sterflant, sur la commune de l’île d’Hoedic (Morbihan), bien connu des archéologues de la région, fait l’objet d’un suivi depuis 2010, dans le cadre du projet ALeRT (Archéologie, Littoral et Réchauffement Terrestre), compte tenu de sa
  • position très exposée et de sa dégradation régulière. Les principales opérations réalisées ont été une série de sondages et relevés sur les structures dégagées dans l’estran (Daire et al., 2010). La vulnérabilité de ce site face aux dégradations naturelles a conduit les chercheurs à
  • engager une nouvelle opération de relevés, destinée à sauvegarder un certain nombre d’informations avant la disparition totale des vestiges visibles, en mai 2014 (Daire et Olmos, 2014 ; Olmos et Daire, 2014) puis en novembre de cette même année. Le présent document propose une synthèse
RAP02901.pdf (LARMOR-BADEN (56). Gavrinis : à la recherche des représentations d'une tombe à couloir du IVe millénaire. rapport de fp 2013)
  • LARMOR-BADEN (56). Gavrinis : à la recherche des représentations d'une tombe à couloir du IVe millénaire. rapport de fp 2013
  • interprétations. 9 1- Problématiques de recherche 1.1- Rapide présentation du site RGF93CC48 (X= 1256535,92 ; Y= 7169390,33) 47° 34′ 23″ N / 2° 53′ 53″ W Cadastre Feuille G05, n° 433 Classé MH depuis le 19 juillet 1901 Depuis sa fondation au début du IVe millénaire et après son abandon
  • communication sur la modélisation (scanner SmartSCAN3D Duo System) d’une stèle néolithique « cornue » découverte en Catalogne à Serra del Mas Bonet (Vilafant, Alt Empordà). Fragmentée, on recherche les zones de contact « numériques » entre deux morceaux. Un processus d’expérimentation est
  • du président du CG56 (J.B. Goulard) et du gestionnaire de Gavrinis (Y. Belenfant) s’est rendue dans le laboratoire GERSA de l’Ecole nationale supérieure d’architecture de Nantes pour nous entendre présenter le résultat des travaux de la campagne 2012 au sein du dispositif immersif
  • Ministère de la Culture et de la Communication – Conseil général du Morbihan CNRS, ENSA, Université de Nantes 2013 G AVRINIS (Larmor-Baden, Morbihan) A la recherche des représentations d’une tombe à couloir du IVe millénaire (3). Rapport d’opération de relevés pariétaux et
  • Marcoux, François Pustoc’h (Archéosciences, Rennes) Dominique Sellier (Géolittomer, Nantes) Barbara Trichereau (LRMH, Champs-sur-Marne) Panoramique de couverture : extrait de la visite virtuelle (traitement MGDesign, Nantes). 2 Sommaire Remerciements Résumé de l’opération 1
  • - Problématiques de recherche 1.1- Rapide présentation du site 1.2- Objectifs généraux 1.3- L’argument 1.4- Les résultats attendus en 2013 2- Mégalithes et levés numériques « 3D » : état de l’art (actualisation 2013) 3- Constitution de l’équipe 4- Moyens mobilisés 4.1- moyens financiers 4.2
  • - moyens techniques 5- Déroulé des missions lors de la campagne 2013 6- Les résultats 2013 6.1- La photomodélisation 6.1.1- Procédure pour compléter les modèles lasergrammétriques à partir de photos 6.1.2- Le levé des tranches du pilier L8 6.1.3- Le levé de la tranche droite du pilier
  • L10 6.1.4- Le levé de la tranche gauche du pilier R9 6.1.5- Les haches verticales sur L6 6.1.6- Le levé des dalles de sol dans le couloir 6.2- L’acquisition par capteur XTION 6.-3 Etudes descriptives sur quatre monolithes gravés 6.3.1- Description de L11. Analyses surfacique et
  • chronologique des tracés. Modélisation dynamique. 1- Introduction 2- Méthodologie 2.1- Création d’un modèle graphique du contour des gravures 2.2- Identifier des recouvrements de tracés 3- Enregistrements photographiques de L11 sous éclairages tournants et frisants 3.1- Face côté couloir 3.2
  • - Face côté chambre 4- Synthèses et mise en correspondance des faces gravées 4.1- Les procédures de redressement 4.2- La division en nouveaux motifs 4.3- Mise en correspondance des signes 4.4- Raccords et nouvelle identification de motifs 4.5- La géométrie de la composition 4.6- Un
  • tableau comparatif des profondeurs de tracés 5- Conclusions générales 5.1- La comparaison avec le levé E. Shee-Twohig 5.2- Le déroulé chronographique de L11 5.3- La présentation des trois faces 6.3.2- Description de R7. Identification et restitution des gravures. 1- Le bloc 2- La
  • méthode de levé par compilation d’images sous éclairages tournants 3- La méthode de levé par détection de teintes 3 3.1- Protocoles 3.2- Traitements et résultats 3.3- Commentaires 4- Conclusions sur R7 6.3.3- Description de P2. Levé et restitution des gravures. 1- Le bloc 2- Les
  • traitements par photomodélisation 3- Le levé des gravures par éclairages tournants 2.1- Protocoles 3.2- Moyens et données 3.3- La station 1 3.4- La station 2 3.5- Synthèse graphique 6.3.4- Description de P10. Achèvement du modèle tridimensionnel - Levé et restitution des gravures. 1- Le
  • bloc 2- Le « cornu » (station 1) 3- Les encornures du bovin (station 2) 4- Les pattes du bovin (station 3) 5- Le cachalot 6.4- Le calcul du volume du cairn 6.5- Identification de charbons au préalable d’une datation 6.6- Les perspectives de datation au radiocarbone 6.7- L’étude
  • pétrographique des blocs 6.8- L’analyse géomorphologique des orthostates et dalles 6.9- Les analyses sur les colorations 6.9.1- Les analyses du Centre de Recherche et de Restauration des Musées de France 6.9.2- Les analyses du Laboratoire de recherches des Monuments historiques 7- Le
  • programme expérimental de dressage et de gravure 1. Méthodologie (description du protocole expérimental) 1.1. Critères d’enregistrement des données : 1.2. Choix du support et des percuteurs : 1.2.1. Les supports 1.2.2. Les percuteurs 2. L’Expérimentation : première étape 2.1. Un
  • préalable indispensable : la perception sensible et physiologique du geste 2.2. Préparations de surface 2.2.1. Percussion directe avec gros percuteurs 2.2.2. Percussion directe avec percuteur emmanché 2.2.3. Abrasion/polissage 2.3. Tracés expérimentaux 2.3.1. Tracés linéaires 2.3.2
  • . Autres tracés (courbes et rapprochés) 2.3.3. Champlevé 3. L’expérimentation : reproduction de la dalle L6 3.1. Dalle de reproduction 3.2. Préparation de surface de la dalle 3.3. Installation du programme iconographique 4 3.3.1. Tracés de fondation et de division de l’espace
  • (séquence 1) 3.3. 2. Gravure d’arcs concentriques (séquence 3-1 à 3-3-9) 3.3.3. Gravure de l’arc et de la corde (séquence 2-1-1 et 2-1-2) 3.3.4. Gravure des chevrons (2-2-1 et 2-2-2) 4. Perspectives pour 2014 5. Lexique 8- Analyse tracéologique tridimensionnelle préliminaire des haches
  • à "perforation" de l’orthostate L6 9- Les altérations diverses visibles sur les parois 10- Conclusions générales Bibliographie, webographie 5 Remerciements Ce programme, souhaité de longue date par les auteurs et les partenaires locaux, n’aurait pu aboutir sans le concours
RAP03240.pdf (PLOUEZOC'H (29). Grand cairn de Barnenez : nouvelles approches, nouveaux résultats, nouvelles perspectives. Rapport de FP 2015)
  • PLOUEZOC'H (29). Grand cairn de Barnenez : nouvelles approches, nouveaux résultats, nouvelles perspectives. Rapport de FP 2015
  • with an updating of its data which can help to the understanding of the Barnenez group. Key words: Megalith, North-west France, long tumulus, landscape (1) Université de Rennes 1 .UMR 6566-Creaah. florian.cousseau@gmail.com ARPI. Arqueología y Prehistoria del Interior peninsular 03– 2015
  • privilégier le tumulus sud et son numents du même type, par exemple le site de exploitation touristique actuelle a mis le tumulus ARPI. Arqueología y Prehistoria del Interior peninsular 03– 2015 82 nord dans l’oubli. La monographie du site ne con- pente sud de façon parallèle avec
  • conservées à l’UMR 6566-Creaah au ARPI. Arqueología y Prehistoria del Interior peninsular 03– 2015 83 laboratoire Archéosciences de l’université de les destructions sauf deux de 1962. On peut y ob- Rennes 1. server chaque face du tumulus. La vue générale depuis le tumulus sud
  • par Louis Le Guennec au début du XXe siècle (Le Guennec 1979) ARPI. Arqueología y Prehistoria del Interior peninsular 03– 2015 84 Giot 1987). À partir de la limite de parcelle, le tumu- que la table a été poussée vers le sud. Sur les lus semble entièrement détruit jusqu’à une
  • de l’extraction (fig.2). Le bloc était de ont dissuadés d’attaquer cette zone. biais reposant sur un amas de blocs bousculés lorsARPI. Arqueología y Prehistoria del Interior peninsular 03– 2015 85 Fig. 2 .- Haut : Indication des structures du tumulus nord sur les vues
  • aériennes IGN de 1977 (Géoportail). Droite : photos des différentes faces du tumulus nord . Gauche : images de la zone autour de la table de couverture en bas (Archives UMR6566Creaah) ARPI. Arqueología y Prehistoria del Interior peninsular 03– 2015 86 Aucune des masses visibles sur
  • - ARPI. Arqueología y Prehistoria del Interior peninsular 03– 2015 87 Fig. 3.- Haut : relevé de la table de couverture du tumulus nord de Barnenez, typologie d’après Mens 2008. (Modèle 3D disponible sur le site : https://sketchfab.com/flocou) Bas : blocs de métadolérite autour de
  • la table et pierres dressées du dolmen J du tumulus sud de Barnenez. ARPI. Arqueología y Prehistoria del Interior peninsular 03– 2015 88 rieure. L’autre largeur est moins visible, mais ne peut dire s’il s’agit de l’extrémité ouest du tu- semble avoir un profil rectangulaire
  • ancienne. On presqu’île mais des indices d’autres édifices exis- ARPI. Arqueología y Prehistoria del Interior peninsular 03– 2015 89 tent. Au nord-ouest, une chambre ruinée est indi- devaient être implantés sur les autres hauteurs quée avec le terme dolmen sur une carte réalisée
  • . Arqueología y Prehistoria del Interior peninsular 03– 2015 90 aux échanges matériels. » (Leroi-Gourhan 1964 ; lus sud sont orientés sud/sud-est donc vers l’anse Gouletquer 1991). Pierre Gouletquer nuance tou- de Térénez et la rivière le Corniou. Seule l’anse de tefois son propos en
  • maritimes qui sont celle de Mor- l’isthme en face de la colline. Les couloirs du tumu- laix à l’ouest et le Corniou à l’est. Elles devaient ARPI. Arqueología y Prehistoria del Interior peninsular 03– 2015 91 être des éléments marquants dans le paysage avec du tumulus sud donnant
  • barrière visuelle. Le jeu de perspective entre les cela que la compréhension des évolutions architec- deux longs tumulus avec l’adaptation du sommet turales qui ont conduit à un long tumulus est im- ARPI. Arqueología y Prehistoria del Interior peninsular 03– 2015 92 Fig. 4
  • . Arqueología y Prehistoria del Interior peninsular 03– 2015 94 propriation ; évolution des architectures méga- (Morbihan, Bretagne) : à propos des modes lithiques dans l’Ouest de la France, entre passé d’organisation des territoires. L’Anthropologie, et présent., in Actas del
  • Pour les longs tumulus fouillés au Souc’h et Péré, début du XXème siècle ont fait l’objet de destruc- deux édifices étaient présents lors de la phase pré- tion en 1954-1955 pour y extraire la pierre (Giot cédente. Pour le premier, ils ont été unifiés par 1987). Ces travaux ont
  • mieux voir quel impact vise l’édifice. doit être appréhendé pour chacun. Seulement Seule l’implantation reste la même lui offrant un dans ce cas, les relations de visibilité, les orienta- cadre. tions des couloirs, les jeux de perspective entre les ARPI. Arqueología y
  • Prehistoria del Interior peninsular 03– 2015 93 L’étude du long tumulus nord de Barnenez sur l’exemple du cairn de Barnenez en Ploue- doit donc se poursuivre par une acquisition nou- zoc’h (Finistère). Revue archéologique de l’ouest, 12, 1: 171-176. Giot P.-R., Marguerie D
  • Archaeology, 0, 0. Consultable à http://www.jna.unikiel.de/index.php/jna/article/view/34. Laporte L. 2010b : Restauración, reconstrucción y apropiación : evolución de las arquitecturas megalíticas en el oeste de Francia, entre pasado y presente. Restauration, reconstruction, ap- ARPI
  • Congreso Internacional 112, 4–5: 572-597. sobre Megalitismo y otras manifestaciones funerarias contemporáneas en su contexto social, Mens E. 2008: Refitting megaliths in western France. Antiquity, 82, 315: 25–36. Mohen J.-P., Scarre C. 2002: Les tumulus de Bou- económico y cultural
  • Grand cairn de Barnenez nouvelles approches, nouveaux résultats, nouvelles perspectives. Rapport 2015 Coordination du projet - L. Laporte Auteurs - P. Bueno Ramirez, R. de Balbín Behrmann, F. Cousseau, L. Laporte. Conditions d’utilisation des documents Les rapports
  • d’opération archéologique (diagnostic, fouille, document final de synthèse, sondage, sauvetage…) sont des documents administratifs communicables au public, en application de la loi n° 78-753 du 17 juillet 1978 modifiée et portant diverses mesures d’amélioration des relations entre
RAP03052.pdf ((22)(29)(35)(56). littoral breton, prospection alert. rapport de fp 2014)
  • (22)(29)(35)(56). littoral breton, prospection alert. rapport de fp 2014
  • . López-Romero, E., Daire M.Y., 2008 – El proyecto « ALERT »: un mapa de riesgos para la gestión y protección del patrimonio arqueológico litoral./ « ALERT » Project: a risk map for the management and protection of coastal archaeological heritage. In : Rovira Llorens S., García-Heras M
  • - Penmarc’h - Plobannalec-Lesconil - Le Conquet (Y. Pailler et al.) Morbihan - Groix - Pénestin - Ile d’Hoedic Côtes d’Armor - Plougrescant - Lanmodez - Trégastel (2013) - Pleumeur-Bodou (2013) - Trébeurden (2013) Localisation des communes prospectées en 2014. 23
  • participative au service de la protection du patrimoine archéologique littoral. Organisation séminaire international SUMA « L’home i el mar, els reptes de l’arqueologia litoral » Tarragone 24 -25 avril 2014, communication El projecte ALeRT i la socialització del patrimoni arqueològic litoral
  • Magazine, 521, 6-7. OLMOS, P., LOPEZ-ROMERO, E., DAIRE, M.-Y. 2013 « L’application "Alert": une démarche participative au service de la protection du patrimoine archéologique littoral », Bulletin de l’AMARAI, 26, 83-86. Actes de colloques, chapitres OLMOS, P., LOPEZ-ROMERO, E., DAIRE, M
  • .-Y. 2014 « De nouveaux outils d'observation et de gestion du patrimoine littoral de la Bretagne », dans Actes du colloque Connaissance et compréhension des risques côtiers : Aléas, Enjeux, Représentations, Gestion, Brest, 234-243. OLMOS, P., LOPEZ-ROMERO, E., BARREAU, J.-B., DAIRE
  • , M.-Y. 2014 « L’application "Alert": une démarche participative au service de la protection du patrimoine archéologique littoral », dans Journée du "CReAAH", Rennes 22 mars 2014, 62-63. 35 BARREAU, J.-B., LOPEZ-ROMERO, E., SACHET, M., DAIRE, M.–Y., OLMOS, P. 2013 «ALERT Mobile
  • : managing archaeological heritage in Western France », dans Conference Proceedings Digital Heritage International Congress, Marseille, 611-614. Rapports OLMOS, P., DAIRE, M.-Y. 2014 Le site de l’âge du Fer de Sterflant, Île d’Hoedic (Morbihan). Rapport d’intervention archéologique en
  • limite d’un terrain du Conservatoire du Littoral, Rapport inédit. DAIRE, M.-Y., LANGOUËT, L. 2014 Île du Bec, Lampaul-Ploudalmézeau (Finistère) Rapport de suivi archéologique, Conservatoire du Littoral, Rapport inédit. DAIRE, M.-Y., LANGOUËT, L. 2014 Les îles Trévorc’h, Saint-Pabu
  • (Finistère). Rapport d’intervention archéologique sur un terrain de la SEPNB/Bretagne Vivante, Rapport inédit. OLMOS, P., DAIRE, M.-Y. 2014 Le Gouffre-Pointe du Château, Plougrescant. Rapport d’intervention archéologique sur un terrain du Conservatoire du Littoral (Côtes d'Armor), Rapport
  • ., Gener Moret M., Montero Ruiz I. (eds) – Actas del VII Congreso Ibérico de Arqueometria, Madrid, 8-10 de octubre 2007. Madrid, E-publishers Quadro, p. 532-538, (paru en 2009) Pian, S., Regnauld, H., Daire, M.Y., Proust, J.N., Shi, B., Menier, D., Lopez-Romero, E., 2011 – Integration
  • Daire, M.-Y., Lopez-Romero, et al. 2007 – ALeRT : Rapport d’activité et rapport scientifique 2007, CReAAH UMR 6566, AMARAI. Daire, M.-Y. 2008 – ALeRT : Rapport d’activité Bretagne 2008, CReAAH UMR 6566, AMARAI. Schaeffer, E. 2009 – Inventaire diachronique et étude de vulnérabilité
  • Archéologie et Histoire, Université de Rennes 2. Ballesteros, P., Güimil-Fariña, A., López-Romero, E. 2013 – Estudo arqueolóxico do Parque Nacional Marítimo-Terrestre das Illas Atlánticas de Galicia. Prospección superficial e vulnerabilidade, Cadernos de Arqueoloxía e Patrimonio, 33
  • Rapport Final PROSPECTION DIACHRONIQUE 2014 LITTORAL BRETON, PROSPECTION ALERT Sous la direction de Pau Olmos Benlloch Marie-Yvane Daire Meritxell Monrós González Elías López-Romero En collaboration avec : Grégor Marchand Anne-Lyse Ravon Jean-Baptiste Barreau Loïc Langouët N
  • ° Autorisation de fouille : n° 2014-077 Décembre 2014 2 SOMMAIRE Générique de l’opération p. 5 SECTION 1 : Présentation et méthodologie p.11 1. PROBLÉMATIQUE GÉNÉRALE : Vulnérabilité des sites archéologiques littoraux p.12 2. METHODOLOGIE p.13 2.1 Les outils du projet : la grille
  • d’évaluation de la vulnérabilité p.13 2.2 La démarche participative : les applications Alert Web et Alert Mobile p.15 2.2.1 La base de données ALeRT et l’application Alert Web p.15 2.2.2 L’application Alert Mobile p.16 2.2.3. Utilisateurs Alert et correspondants p.17 3
  • . PROSPECTIONS ALERT 2014 p.19 3.1 Méthodologie des prospections p.26 3.1.1 Analyse documentaire p.26 3.1.2 Terrain p.26 3.1.3 Traitement des données p.26 4. COMMUNICATION p.27 4.1 Actualités 2014 p.27 4.2 Présence dans les médias p.30 4.3 Animation scientifique et colloques
  • 2014 p.34 4.4 Conférences grand public et divulgation p.34 4.5 Autres activités p.34 5. PUBLICATIONS 2014 p.35 3 6. BIBLIOGRAPHIE ALERT p.36 7. AUTRES REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES p.37 8 – MOYENS ET REMERCIEMENTS p.37 SECTION 2: Rapport de la vulnérabilité des sites
  • Alert 2014 p.39 FINISTERE p. 41 COTES D’ARMOR p.149 MORBIHAN p.187 ANNEXE 1 – Inventaire complet du mobilier Alert 2014 p.217 ANNEXE 2 – Inventaire du mobilier plus significatif Alert 2014 p.221 ANNEXE 3 – Fiches d’enregistrement de découverte p.225 4 Générique de
  • l’opération FICHE SIGNALETIQUE Référence de l’opération Autorisation de prospection diachronique : Arrêté n° 2014-077 - Littoral breton, prospection Alert Responsable scientifique : Pau OLMOS BENLLOCH Chercheur postdoctoral projet Arvor (Région Bretagne), Université de Rennes 1 Organisme
  • de rattachement : CNRS, UMR 6566 CReAAH Université Rennes 1 – Campus de Beaulieu Bât. 24-25, 263 Avenue du Général Leclerc 35042 RENNES Cedex Tél : 02 23 23 56 38 COORDINATION ET MOYENS DU PROJET Responsable : Marie-Yvane DAIRE Association Manche Atlantique pour la Recherche
RAP03004.pdf (PLOUEZOC'H (29). grand cairn de Barnenez. rapport de fp 2014)
  • PLOUEZOC'H (29). grand cairn de Barnenez. rapport de fp 2014
  •  communauté de Commune de Morlaix Coordination du projet - L. Laporte Auteurs - R. de Balbín Behrmann, J.-B. Barreau, R. Barroso Bermejo, Y. Bernard, P. Bueno Ramirez, M. Iriarte Cela, L. Chauris, F. Cousseau, A. Hernanz Gismero, Ph. Gouezin,L. Laporte, E. Mens, H. Paitier, L. Quesnel, 1
  • fois, la mise en œuvre du chantier de construction mobilise des savoir-faire techniques dont on n'imaginait par toujours le degré de sophistication, il y a quelques années seulement, et dont l'étude nécessite l'emploi d'un vocabulaire approprié (Laporte et al. à paraître-a). Nous
  • numériques est devenu incontournable, avec le développement de l'imagerie en trois dimensions. C'est le pôle qu'ont souhaité développer J.-B. Barreau et Y. Bernard au sein de notre équipe de recherche, avec la création du CNPAO. C'est donc assez naturellement que l'ensemble de ces
  • français L. Laporte, Chercheur CNRS, UMR 6566- CReAAH E. Mens, Etude technologique des blocs mégalithiques, ArcheoAtlantica J.-B. Barreau, ingénieur CNRS, CNPAO, Creaah- UMR 6566 Y. Bernard, infographiste, CNPAO, Creaah- UMR 6566 Ph. Gouezin, prospections, CReAAH- UMR 6566 L. Quesnel
  • médecine (simulation chirurgicale), du design (maquettes architecturales), de l'art digital ou encore des jeux vidéo. Depuis sa création il y a un peu plus d’an, le CNPAO a réalisé quinzaine de projets de modélisation/numérisation 3D de sites, essentiellement en Bretagne, mais également
  • est « étroit », il est documenté comme « pointu », « ogival », « fusiforme » ou « autre ». La définition des formes n’est pas rigide. Il y a finalement peu de différence entre le caractère ogival ou fusiforme d’un bloc, il faut surtout y reconnaître une forme étroite qui s’oppose à
  • et mesurées selon leur plus grandes « longueur » et « arc ». Lorsqu’il y a association spatiale entre encoche et départ de matière, la mention en est faite dans la case description. - Les numéros de photos sont inscrits dans une case libre, les plus significatives sont intégrées
  • Grand cairn de Barnenez nouvelles approches, nouveaux résultats, nouvelles perspectives. Campagnes de septembre 2013 et d’avril 2014 Financement assuré par : ‐ Un programme du Ministère de la Culture, en Espagne. ‐ La région Bretagne ‐ Le département du Finistère ‐ La
  • Conditions d’utilisation des documents Les rapports d’opération archéologique (diagnostic, fouille, document final de synthèse, sondage, sauvetage…) sont des documents administratifs communicables au public, en application de la loi n° 78-753 du 17 juillet 1978 modifiée et portant
  • diverses mesures d’amélioration des relations entre l’administration et le public. L'accès à ces documents administratifs s’exerce auprès des administrations qui les ont élaborés ou qui les détiennent, au choix du demandeur et dans la limite de leurs conditions d’accueil. La mise en
  • ligne des rapports par le SRA Bretagne a pour objectif de faciliter cette consultation. La consultation et l’utilisation de ces rapports s’effectuent dans le respect des dispositions du code de la propriété intellectuelle relatives aux droits des auteurs. Notamment en application de
  • l'article L.122-5 du code de la propriété intellectuelle, cela implique que : 1) les prises de notes et les copies ou autres formes de reproduction sont autorisées dans la mesure où elles sont strictement réservées à l’usage privé du copiste et non destinées à une utilisation collective
  • ; 2) toute reproduction du texte, accompagnée ou non de photographies, cartes ou schémas, n’est possible que dans le cadre de courtes citations qui doivent être justifiées, par exemple par le caractère scientifique de l’œuvre à laquelle elles sont incorporées, et sous réserve de
  • l’indication claire du nom de l’auteur et de la source (références exactes et complètes de l’auteur, de son organisme d’appartenance et du rapport); 3) la représentation ou la reproduction d’extraits est possible à des fins exclusives d’illustration dans le cadre de l’enseignement et de la
  • recherche, dès lors que le public auquel elle est destinée est majoritairement composé d'élèves, d'étudiants, d’enseignants ou de chercheurs directement concernés, et que son utilisation ne donne lieu à aucune exploitation commerciale. Le non-respect de ces règles constitue le délit de
  • contrefaçon prévu et sanctionné par les articles L.335-2, L.335-3 et suivants du code de la propriété intellectuelle. Renseignement : DRAC Bretagne : http://www.culture.gouv.fr/Regions/Drac-Bretagne Service Régional de l’Archéologie - Centre de documentation archéologiqu Campus
  • universitaire de Beaulieu - Avenue Charles Foulon - 35700 Rennes 01/09/2018 Introduction Jusque dans les années 1950, la pointe de Barnenez à Plouézoc'h, dans le Finistère, n'était guère connue pour les deux buttes allongées qui coiffaient le sommet de ce promontoire. Ce sont
  • malheureusement les destructions réalisées par des carriers qui ont attiré l'attention de P.R. Giot sur ce qui s'est révélé être quelques un parmi les plus vieux monuments funéraires en pierre construits en Europe occidentale. Il mit alors en place ce que l'on appelait des fouilles de
  • sauvetage qui, dans leur principe, ne sont guère différentes de ce que l'on appelle aujourd'hui de l'archéologie préventive. Au-delà de l'urgence à observer ce qui venait juste d'être détruit, il sut ensuite développer à cette occasion un véritable programme scientifique, dans le cadre
  • de ce qui correspond aujourd'hui aux fouilles programmées. Bien avant l'heure, nous avions ici, déjà, une parfaite démonstration de leur complémentarité. Des deux buttes attaquées par les carriers, celle située le plus au nord avait déjà été largement rasée sur une partie
RAP03832 (TREDION (56). Nécropole néolithique de Coëby. Rapport de fouille programmée.)
  • TREDION (56). Nécropole néolithique de Coëby. Rapport de fouille programmée.
  • Y = 318660.534 Z = 105 Cadastre : OE 122 Ce monument est également très bouleversé. L’architecture reste indéterminée. Un semblant de couloir apparaît sur une longueur de 5,00 m avec une largeur de 1,50 m. La hauteur des supports est de 0,80 m. Le cairn est également très dégradé
  • prévu et a fortement impacté le cairn dans son secteur sud-est. Il semble, en effet, que ce n’est pas une structure annexe qui est présente mais plusieurs accolées. Nous y reviendrons. Les résultats obtenus lors du décapage générale confirme la présence de quatre parements
  • circulaire et légèrement ovale montre des dimensions de 9,50 m dans son axe nord-sud et 8,50 m dans son axe est-ouest. Il y a donc un différentiel d’un mètre donnant cette forme légèrement aplatie que nous avions détectée en 2019 (Fig. n° 22). Il montre une largeur plus importante que les
  • que dans le monument TRED 8 dont l’épaisseur des blocs mis en œuvre. Dans l’ensemble, il y a effectivement une différence dans la morphologie des blocs entre les deux monuments. Dans TRED 9 les blocs sont un peu plus massifs. La provenance des pierres étant peut-être différente ou
  • Rapport scientifique Opération archéologique 2019 Fouille programmée Nécropole néolithique de Coëby Ensembles mégalithiques TRED 9-TRED 8 Commune de Trédion (56) (P. Gouézin)* Autorisation n° 2019 – 137 Programme CReAAH, UMR 6566 CNRS : Equipe « Architectures, Mégalithismes
  • » * Docteur en archéologie et Archéométrie. Chercheur associé CReAAH, UMR 6566 CNRS, Université Rennes 1. Membre équipe « Architectures, Mégalithismes », co-responsable. 1 Conditions d’utilisation des documents Les rapports d’opération archéologique (diagnostic, fouille, document final
  • de synthèse, sondage, sauvetage…) sont des documents administratifs communicables au public, en application de la loi n° 78-753 du 17 juillet 1978 modifiée et portant diverses mesures d’amélioration des relations entre l’administration et le public. L'accès à ces documents
  • administratifs s’exerce auprès des administrations qui les ont élaborés ou qui les détiennent, au choix du demandeur et dans la limite de leurs conditions d’accueil. La mise en ligne des rapports par le SRA Bretagne a pour objectif de faciliter cette consultation. La consultation et
  • l’utilisation de ces rapports s’effectuent dans le respect des dispositions du code de la propriété intellectuelle relatives aux droits des auteurs. Notamment en application de l'article L.122-5 du code de la propriété intellectuelle, cela implique que : 1) les prises de notes et les copies
  • ou autres formes de reproduction sont autorisées dans la mesure où elles sont strictement réservées à l’usage privé du copiste et non destinées à une utilisation collective; 2) toute reproduction du texte, accompagnée ou non de photographies, cartes ou schémas, n’est possible que
  • dans le cadre de courtes citations qui doivent être justifiées, par exemple par le caractère scientifique de l’œuvre à laquelle elles sont incorporées, et sous réserve de l’indication claire du nom de l’auteur et de la source (références exactes et complètes de l’auteur, de son
  • organisme d’appartenance et du rapport); 3) la représentation ou la reproduction d’extraits est possible à des fins exclusives d’illustration dans le cadre de l’enseignement et de la recherche, dès lors que le public auquel elle est destinée est majoritairement composé d'élèves
  • , d'étudiants, d’enseignants ou de chercheurs directement concernés, et que son utilisation ne donne lieu à aucune exploitation commerciale. Le non-respect de ces règles constitue le délit de contrefaçon prévu et sanctionné par les articles L.335-2, L.335-3 et suivants du code de la
  • propriété intellectuelle. Renseignement : DRAC Bretagne : http://www.culture.gouv.fr/Regions/Drac-Bretagne Service Régional de l’Archéologie - Centre de documentation archéologiqu Campus universitaire de Beaulieu - Avenue Charles Foulon - 35700 Rennes 01/09/2018 Historique des travaux
  • La nécropole mégalithique de Coëby se situe en plein cœur du massif granitique des Landes de Lanvaux dans le département du Morbihan. Ce site du Morbihan intérieur, très peu connu, est resté longtemps à l’écart des recherches intensives menées sur le littoral, notamment autour du
  • Golfe du Morbihan. Un seul dolmen était connu sur le bord de la route de RennesVannes et une intervention de sondage avait eu lieu lors de la destruction d’un dolmen par la mise en culture d’une parcelle boisée. Malheureusement il ne restait que l’emplacement du cairn par la présence
  • de cailloutis. Ce n’est qu’à partir des années 1986 à 1990 que cette nécropole fut mise au jour lors de prospection systématiques menées dans les Landes de Lanvaux (Gouézin, 1992, 1994) (Fig. n° 1). Les premières interventions archéologiques furent entreprises en : - 1986
  • : Sondage sur un tertre allongé néolithique (Boujot et al. 1992). - 1988 : Fouille de sauvetage des restes d’un alignement mégalithique. - 1991 : Fouille d’un ensemble mégalithique composé de deux dolmens TRED2 (Gouézin, à paraître). - 1992 : Prospections électriques de certains tumulus
  • allongés. - 1992 : Sondages dans un tumulus allongé néolithique. - 2011, 2012, 2013 – Sondages de structures mégalithiques de l'Age du Bonze (Gouézin, 2016). - Fig. n° 1 : Situation géographique de la nécropole de Coëby, commune de Trédion. Nature et importance du site Les inventaires
  • systématiques réalisés de 1986 à 1992 ont permis de mettre en évidence à l’intérieur du département du Morbihan un patrimoine mégalithique d’une importance archéologique indéniable, mais quelque peu masqué par la densité archéologique du littoral atlantique. Ainsi environ 300 vestiges
RAP03960 (TREDION (56). Nécropole néolithique de Coëby. Ensemble mégalithiques TRED9-TRED8. Rapport de fouille programmée 2020)
  • TREDION (56). Nécropole néolithique de Coëby. Ensemble mégalithiques TRED9-TRED8. Rapport de fouille programmée 2020
  • superficiel cette hypothèse. Ceci permettrait de mettre en évidence une certaine symétrie avec le secteur ouest-nordest du cairn. Il semble y avoir, en plus, un second renfort de forme semi-circulaire qui vient se greffer sur le parement 1 (P1). Il y a clairement un chainage visible entre
  • parement 4 (P4). Il y a donc, à cet endroit du couloir d’accès, non seulement une différence de hauteur du comblement du couloir mais également deux à trois dalles posées à plat qui correspondent encore aux restes d’un système de fermeture du couloir d’accès. Précisons également que le
  • orthostate, y compris les deux dalles de chevet plus épaisses, situées en face de l’entrée du couloir d’accès. Muret de bonne facture, censé répondre à des caractéristiques architectoniques solides et capable d’accueillir une ou plusieurs dalles de couvertures dans sa partie supérieure
  • . Quant au parement 4 et son remplissage interne il y a plus de panneresses en façade du parement avec un remplissage interne constitué de dalles très variés parfois disposées contre la paroi du muret du parement 3 (P3). La constitution de cette dernière unité liée au parement 4 (P4
  • différence ont été relevés. La partie la plus basse se situant au niveau de l’entrée est du monument. Il y a donc une certaine régularité de la surface du paléosol. Cette pente douce orientée vers l’est est régulière sur l’ensemble des points topographiques relevés. Notons que le niveau
  • probablement la certitude quant celui-ci sera étudié au niveau du couloir. Il y a de toute façon deux phases de construction, à ce stade, plus ou moins contemporaines. Fig. n° 18 : TRED 8, détails du phasage architectural proposé du couloir d’accès. En ce qui concerne la phase 3 et le
  • partie supérieure a été bouchardée sur l’ensemble de ses faces visibles. La dalle O3, plus imposante avec 77 cm de hauteur, 66 cm de largeur et 13 cm d’épaisseur. Cette dalle a été mise en forme, elle est cassée à la base du bord de la dalle de sol. Il ne semble pas y avoir de
  • Rapport scientifique Opération archéologique 2020 Fouille programmée Nécropole néolithique de Coëby Ensembles mégalithiques TRED 9-TRED 8 Commune de Trédion (56) (P. Gouézin)* Autorisation n° 2020 – 135 Programme CReAAH, UMR 6566 CNRS : Equipe « Architectures, Mégalithismes
  • » * Docteur en archéologie et Archéométrie. Chercheur associé CReAAH, UMR 6566 CNRS, Université Rennes 1. Membre équipe « Architectures, Mégalithismes », co-responsable. Conditions d’utilisation des documents Les rapports d’opération archéologique (diagnostic, fouille, document final de
  • synthèse, sondage, sauvetage…) sont des documents administratifs communicables au public, en application de la loi n° 78-753 du 17 juillet 1978 modifiée et portant diverses mesures d’amélioration des relations entre l’administration et le public. L'accès à ces documents administratifs
  • s’exerce auprès des administrations qui les ont élaborés ou qui les détiennent, au choix du demandeur et dans la limite de leurs conditions d’accueil. La mise en ligne des rapports par le SRA Bretagne a pour objectif de faciliter cette consultation. La consultation et l’utilisation de
  • ces rapports s’effectuent dans le respect des dispositions du code de la propriété intellectuelle relatives aux droits des auteurs. Notamment en application de l'article L.122-5 du code de la propriété intellectuelle, cela implique que : 1) les prises de notes et les copies ou
  • autres formes de reproduction sont autorisées dans la mesure où elles sont strictement réservées à l’usage privé du copiste et non destinées à une utilisation collective; 2) toute reproduction du texte, accompagnée ou non de photographies, cartes ou schémas, n’est possible que dans le
  • cadre de courtes citations qui doivent être justifiées, par exemple par le caractère scientifique de l’œuvre à laquelle elles sont incorporées, et sous réserve de l’indication claire du nom de l’auteur et de la source (références exactes et complètes de l’auteur, de son organisme
  • d’appartenance et du rapport); 3) la représentation ou la reproduction d’extraits est possible à des fins exclusives d’illustration dans le cadre de l’enseignement et de la recherche, dès lors que le public auquel elle est destinée est majoritairement composé d'élèves, d'étudiants
  • , d’enseignants ou de chercheurs directement concernés, et que son utilisation ne donne lieu à aucune exploitation commerciale. Le non-respect de ces règles constitue le délit de contrefaçon prévu et sanctionné par les articles L.335-2, L.335-3 et suivants du code de la propriété
  • intellectuelle. Renseignement : DRAC Bretagne : http://www.culture.gouv.fr/Regions/Drac-Bretagne Service Régional de l’Archéologie - Centre de documentation archéologique Campus universitaire de Beaulieu - Avenue Charles Foulon - 35700 Rennes 01/09/2018 Historique des travaux La nécropole
  • mégalithique de Coëby se situe en plein cœur du massif granitique des Landes de Lanvaux dans le département du Morbihan. Ce site du Morbihan intérieur, très peu connu, est resté longtemps à l’écart des recherches intensives menées sur le littoral, notamment autour du Golfe du Morbihan. Un
  • seul dolmen était connu sur le bord de la route de Rennes-Vannes et une intervention de sondage avait eu lieu lors de la destruction d’un dolmen par la mise en culture d’une parcelle boisée. Malheureusement il ne restait que l’emplacement du cairn par la présence de cailloutis. Ce
  • n’est qu’à partir des années 1986 à 1990 que cette nécropole fut mise au jour lors de prospection systématiques menées dans les Landes de Lanvaux (Gouézin, 1992, 1994) (Fig. n° 1). Les premières interventions archéologiques furent entreprises en : - 1986 : Sondage sur un tertre
RAP00994.pdf (MESLIN (22). la Lande du Gras. rapport de prospection inventaire)
  • MESLIN (22). la Lande du Gras. rapport de prospection inventaire
  • blocs (parcelle 156) Allée couverte Sud-Ouest (parcelle N° 260) MINISTÈRE D'ETAT - AFFAIRES ANTIQUITÉS CULTURELLES PRÉHISTORIQUES Circonscription de Bretagne Dept. : 22 Commune : MesLity Lieu-dit : l^nde N° : 3 Relevé : deLs Date : Qr^-b /7 V ^/ ?3 Mise au nef : Y
  • MINI r>rFRI DF LA OJi IURE C.-T. LE Sous-Dire. ROUX le l 'An héulcgie CIRCONSCRIPTION DES ANTiQUITÉS PREHISTORIQUES DE BRETAGNE 6, rue du Chapitre -35000 RENNES RAPPORT SCIENTIFIQUE SUR LA CAMPAGNE DE PROSPECTIONS ET RELEVES A commune LA LANDE DU GRAS, EN MESLIN Les
  • mégalithes la de Mes) In, au de ( COTE S-DU-NORD ) Lande du Gras, dans Sud-Ouest de Lamballe, Les des le aboutissant à liste de quatre allées couvertes 1 - Sur le milieu de la les de fouilles pratiquées en dant très confus, une la l'inventaire renseignements
  • concernant cet ensemble dépouillement de de sont cités dès premières publications archéologiques puisque GAULTIER DU MOTTAY fait allusion à le Sud la lande, 1842. restent cepen- bibliographie ancienne : fouillée en 1842 2 - Au-dessous d'un moulin 3 - Dans 4 - A le champ des
  • Caves, silex à des un M. fouilles LEGER, non connue, parcelle N° celle 260, la Guinefolle et liste ci-dessus. Un 1865 dit "la Chaise datées auraient Inspecteur primaire à De tout cet ensemble, bien en la Bourdonnais et d'un menhir de 3,15 m de hauteur, pied duquel
  • explorée une seule livré à Margot" au deux lames de Loudéac. allée couverte restait située maintenapt en bordure du CD. 28 classée Monument Historique en 1962) au lieudit qui Tout correspond vraisemblablement au N° le reste ayant disparu sous projet municipal de
  • complexe sportif Inculte nous amena à en entreprendre d'urgence la dans 2 de lande. sur ce massif la prospection la la \ « 2 systématique en re-décou vr i r ) avril 1979, plusieurs voirie aléatoire, ancienne et Les I °du : classée, dans la couverte en
  • contrebas celle C'est selon toute vraisemblance, 2° - la Lande Le vieux 3° - confus peuvent N° C'est la d'une être menhir 156). de Plus 260 dite celle en : bordure c'est qui livra, objets de la des Antiquités spectaculaire de long en de la
  • collection malgré sur cellule éléments ; Nationales. blocs avec pro- par HARMOIS les p rè s courte (12 visible, de m) avec vraisemblablement par HARMOIS situé à la bien 10,5 m ; elle porte peut-être au "chaise à que sa hauteur de l'allée vingtaine de
  • blocs des affleurement main ; est il du son la appapente. terminale tertre sub- l'extrémité et plus entrée celle des de ruinée, donnée traces l'une Est probable des émergent paraissent d'un ne au comme de explorations de dans guère 2 un ensemble la
  • lande substratum manifestement d'affirmer monument chevet dépasse dans du du mentionnée précédente, naturels difficile dégradés Nord-Ouest de Margot" Sud-Est très N° moulin" des la disparu. Bulletin sate I I i te façon plusieurs restes particulier, talus
  • . mais des reste le d'importants dère éocène, d'homme m correspondant peut-être au 16 plans. dans glissement (ou LEMOINE. menhir 50 m de assez lande inventaires, A et du ; un conservée par l'allée est Sud par partielles mentionnées suite au couverte
  • de LE MO I NE peut-être, classique (parcelle milieu fouilles par protégés ce I Iule J. plus Sud-Sud-Ouest. au et, par monument entrée Allée sans signalé découvrir les proprement du à anciennes parcelle "au-dessous le allée (en comme le une lever
  • donnée Musée C'est en totalement lande au déroutante sistent, la aujourd'hui rence et de conduit repère sont d'Emulation Nord de repérés DUCHATE LL I ER au points a descriptions monuments le matériel Société les à ayant c'est également, 1865, les et
  • moulin) 23, bablement avec nous le L'allée CD. qui monuments L'identification cependant ce qu'il en m. assez certains grès dnessés s'agit mégalithique. ; les bien I ade là 4° - Une Sud-Est troisième de la franchement Est et traces du "champ soit
  • plutôt 5° Dans les de la sée de chant, à la lande, ; conservée parcelle Nord-Est totale de 14 et caves" que bien N° avec importantes Nord-Ouest un haut c'est de 175 existe ; elle le bordure terminale ne pourrait en elle est orientée cellule m
  • , la petit menhir de sensiblement base - la bien porte au pas correspondre lieudit Nord- de à cadastral celle actuel "Tenues". l'angle Sud orienté des assez dans longueur fouilles dite - lande, Sud-Ouest une de allée 1,15 m, formé large Est-Ouest
  • très parcelle et de d'une 2,5 le 539, dalle m et portant probablement N° des en de bordure grès épais traces dres- de 0,5 de m, fouilles mégalithe exploré par LEGER. 6° - Non loin de ques blocs d'un mégalithe dessous la du de "La Gras
  • , particulière contentés d'une l'allée Cet peut-être éventuellement HARMOIS ce n'est Bourdonnais" se trouve I rapide qui ne nous indiquée un et fort d'ailleurs réserves ces Département de lande pittoresque quelques a assez d'espaces nous pas restes "au- 1°. à
  • ; l'écart aucune nous montré exceptionnel au conservé armoricaine plan sommes trace souvenirs de la Côte s- d u-No rd verts. de se pour la trouve typique esthétique raisons nous ont amené il des notre quel- par HARMOIS. et miraculeusement paysage couverte Sud
RAP00365.pdf (RENNES (35). square nantaise, la tour Duchesne. rapport de sauvetage urgent.)
  • RENNES (35). square nantaise, la tour Duchesne. rapport de sauvetage urgent.
  • *,vec l'aide de M. BAH DEL de la Circonscription des Antiquités Historiques« auteur des deux plans joints et des photographies. 2 - Cf. P. BANEAT, Le Vieux Rennes, 2e édition, 1972» pp. 14, 368-370. L'auteur y écrivait : "On rencontre en différents endroits, non plus le mur gallo
  • Bibliothèque Circonscription lies Antiquités Historiques te BRETAGNE n9 Rapport de_la_Fgullle de sauvetage ^du^Square Hantaise à REMUES (ille et Vilaine) _ „ . " L . PAPE Rapport sur les fouilles exécutées à Rennes à l'emplacement du square de la Tour du Chesne (ou Duchesne
  • ) rue Nantaise (ex. n° 8 et 10) Les services techniques de la Ville de Rennes ayant manifesté l'intention de créer un jardin public le long des remparts Ouest de la ville antique et médiévale dans le secteur compris entre la Tour Duchesne au Nord, la place de la Mission au Sud, les
  • remparts qui supportent l'exécole d'Artillerie à l'Est et la rue Nantaise à l'Ouest, il est apparu qu'une 1 fouille de sauvetage permettrait de vérifier certaines hypothèses sur le tracé et l'environnement de la muraille gallo-romaine construite à Condate. Rennes à la fin du Ille siècle
  • . Deux sondages ont été effectués (en mars 1976) dans l'espace délimité ci-dessus, le premier au Sud de la Tour Duchesne (cf. Plan, Sondage A) sur 8 m x 2,30 m x 3, 50 m de profondeur a révélé que le rempart reposait directement sur le roc (constitué ici de schiste briovérien ) et
  • qu'aucune trace d'occupation gallo-romaine n'était décelable ; la fouille n'a livré qu'une masse informe de déblais et restes divers provenant de la destruction récente d'immeubles de l'époque moderne. Toutefois une gargouille (cf. plan joint) en granit de 1, 71 x 0, 50 x 0,28 gisait
  • , hors contexte archéologique, dans ces déblais. Un deuxième sondage (cf. Plan, Sondage B) à 28,70 m au Sud de la Tour Duchesne a également montré l'édification du rempart sur la roche en place et l'absence de vestiges gallo-romains. Ces résultats, apparemment négatifs, ont surpris
  • les fouilleurs et ont nécessité une nouvelle approche du problème. La Tradition veut que le rempart actuellement visible sur plus de 8 m de hauteur ait été élevé sur les substructions du rempart gallo-romain. Or il est évident que nos deux sondages vont à l'encontre de cette
  • opinion puisque nous avons été jusqu'au roc in-situ sans rencontrer le moindre ap- pareil de type gallo-romain. Toutefois les six assises inférieures du rempart (dans le sondage A) sont d'un travail soigné, avec ciment rose entre les pierres de schiste lie-de-vin de Pont-Réan, elles
  • contrastent avec le reste du mur, fort mal appareillé» Nous pouvons faire remonter cette portion inférieure à une époque médiévale indéterminée. Nous savons d'autre part que tout l'espace situé en avant et à l'Ouest de la section fouillée a été nivelée au XVIIe siècle pour l'implantation
  • d'un champ de foire puis de boutiques : ces travaux expliquent l'absence de tout reste d'époque gallo-romaine car le creusement fut poussé jusqu'au sol vierge. Dans ces conditions nous proposons l'hypothèse suivante pour comprendre la topographie des lieux : la base du mur gallo
  • -romain serait située en retrait (vers l'Est) du mur actuel et à un niveau plus élevé ; au Moyen Age il a été nécessaire de protéger ce rempart et de le remanier par 1 - un soubassement situé à un niveau inférieur 2 - des constructions superficielles inclinées ; le rempart actuel a en
  • effet un fruit très net d'un mètre environ (pour 8 m de haut). Ce fruit masquerait la construction gallo-romaine. En effet les autres portions connues de la muraille gallo-romaine de Rennes montrent que le rempart initial présentait un parement vertical vers l'extérieur. 2 La Tour
  • Duchesne a été reconstruite en 1444 et son intégration dans le rempart n'est pas parfaite ; en C du plan il existe un orifice de 0,30 m vestige d'un état antérieur de la Tour» sans doute plus vaste que l'actuelle comme l'attesteraient les soubassements d-b de la face Sud de la Tour (cf
  • . Plan, Sondage A). En conclusion il me semble évident que les résultats, très fragmentaires, de ces sondages illustrent les nombreux remaniements subis par l'enceinte du Bas-Empire au cours des siècles et tout spécialement à l'époque médiévale. ! - Ce sauvetage a été mené à bien
  • -romain complet, mais celui du Moyen-Age, reconstruit sur ses fondations . . . au n* 10 de la Rue Nantaise". Nos observations permettent de nuancer cette affirmation. Louis PAPE Directeur du Laboratoire d'Archéologie Université de Haute-Bretagne - RENNES P - 3 - Deux plans. Deux
  • diapositives. UAV fclCV" (X ? 2. obJt I DE U FiEILLMILtE Oö CITE, YILLE-NEUVE ET »ODYELLE VILLE D CAPITALE fLICATlON »ES NOTES. ' rai>t-orlent « la CHe : Lex, vomj* Irt l.ettrt: : tirfijMr«, II In NOU- DE BRETAGNE RENNf ày< iil/ U f H nJeaJa «l iminere.Ir aura
  • tìoUlemrili: hors Irs Mw-a ae Ciòtti1 «Ott celii du S ie ège o« JUKI I fumé* «fe CoMrrsairpeii, à corri mrm-. Pleaü cixtod wc rr t. ,vecJam s jjp'riiamii-.iactiiH'f qui c l e p e i l t l u m i « I r O l i m p i « p i o Maison de
RAP01683.pdf (MONTOURS (35). le Teilleul. habitat rural du haut Moyen Âge. rapport intermédiaire 2000 de fp 3 2000/2002)
  • MONTOURS (35). le Teilleul. habitat rural du haut Moyen Âge. rapport intermédiaire 2000 de fp 3 2000/2002
  • -Vilaine Commune : Montours Lieu-dit : " Le Teilleul " Cadastre : Section : A Parcelles : 22,23 ,25 Coordonnées Lambert (centre de la fouille) Zone : I Abscisse : x. 329,250 Ordonnée : y. 1089,300 Altitude: 126 m NGF Propriétaire du terrain : Mr Marcel-Pierre TUAUX 2 Rapport
  • I I I I I I I 1 R I I I I 1 Figure Montours 2000 g ^ a z Siteti°35 191 007 AH Plan général du site (26/08/00) Mise au net : D. Bossut - V Pommier • Y = 89400 Y= 89350 Rapport intermédiaire de fouille programmée 2000-2002. . Montours Le Teilleul, août 2000
  • 1, coupe est. Niveau du décapage Limon brun foncé, homogène. F142, sondage 6, coupe nord-nord est. Niveau du décapage Limon brun foncé, homogène. 50 cm Fig.08. Montours "Le Teilleul". Fossés, coupes. K. Bouche del. Rapport intermédiaire de fouille programmée 2000-2002
  • peu élevée). 9 F8. Axe de coupe — Niveau du décapage _ _ _ _ _ Limon brun incluant de la terre rubéfiée. F57. Axe de coupe Niveau du décapage Limon brun, homogène. 50 cm Fig.09. Montours "Le Teilleul". Foyer F8, fosse F57. K. Bouche del. Fin. F 110. US 1 : Limon
  • brun sombre hétérogène US 2 : Concentration de charbon et de cendres US 3 : Pierres brûlées et parois de four US 4 : Fragments de sole en terre cuite US 5 : Cendres et charbons Fig.10. Montours "Le Teilleul". Four FI 10-111. Plans et coupes. K. Bouche del. Rapport intermédiaire
  • . Plans et coupes. K. Bouche del. Rapport intermédiaire de fouille programmée 2000-2002. . Montours Le Teilleul, août 2000. Quant aux tranchées tracées vers le nord, elles n'ont pas pu faire l'objet de relevés, en raison des intempéries. Elles nous ont toutefois permis d'attester
  • contenait 2 bords, 5 fonds et 170 fragments de panse (pour un nombre minimum de 8 individus). 12 Fig. 13. Montours "Le Teilleul". Mobilier céramique. K. Bouche del. i 7 F100 (niveau surface F.110-111) I I z> I I F114 I I I i H F116 b I 1 I II F110 i 1 IJ ( II I 10 cm
  • I Fig. 14. Montours "Le Teilleul". Mobilier céramique. K. Bouche del. Rapport intermédiaire de fouille programmée 2000-2002. . Montours Le Teilleul, août 2000. Pâte beige à blanc. Argile d'origine granitique, dont la principale caractéristique est la présence de grains rouges
  • Rapport intermédiaire de fouille programmée 2000-2002. . Montours Le Teilleul, août 2000. MONTOURS (Ille-et-Vilaine) "Le Teilleul" V / Habitat rural du haut Moyen Age 35 191 007 RAPPORT INTERMÉDIAIRE DE FOUILLE PROGRAMMÉE octobre 2000 sous la direction de Isabelle CATTEDDU
  • AFAN Grand-Ouest Ministère de la Culture et de la Francophonie, Paris SRA de la région Bretagne Année 2000 1 ¡683 TABLE DES MATIÈRES Fiche signalétique Identité du site - L'opération archéologique Résultats Générique de l'opération I. Situation et contexte d'intervention 1.1
  • . Calendrier : 1.2. Le contexte archéologique et environnemental II. Résultats de l'opération II. 1. Les fossés II. 2. Les structures de chauffe II. 3. Les fosses II. 4. Les trous de poteaux II. 5. Les tranchées complémentaires (fig. 3) II. 6. Observations sur l'état de conservation des
  • vestiges II. 7. Le mobilier III.Conclusion et perspectives Inventaire des structures Inventaire du mobilier Rapport intermédiaire de fouille programmée 2000-2002. . Montours Le Teilleul, août 2000. FICHE SIGNALETTQUE IDENTITÉ DU SITE Site n° : 35 191 007 Département : Ille-et
  • intermédiaire de fouille programmée 2000-2002. . Montours Le Teilleul, août 2000. L'OPÉRATION ARCHEOLOGIQUE Autorisation : année 2000Valable du 01-08-2000 au 31-08-2000 Titulaire : Isabelle Catteddu Organisme de rattachement : AFAN Contexte d'intervention : Fouille programmée, 1er année
  • d'une trisannuelle Surface globale sondée : environ 2300 m2 Surface estimée du site : entre 3 et 5 ha 3 Rapport intermédiaire de fouille programmée 2000-2002. . Montours Le Teilleul, août 2000. RÉSULTATS Mots clés : habitat, four, céramique Chronologie : haut Moyen Âge Vestiges
  • immobiliers : fossés, fosses, four, silos, trous de poteaux Vestige mobiliers : céramique, mobilier lithique, fer Site rural du haut Moyen Âge (programme H18) Nature des vestiges immobiliers : structures fossoyées structures d'habitat Problématique de la recherche : Habitat rural du haut
  • Moyen Âge en Bretagne, gestion de l'espace rural. Lieu de dépôt du mobilier archéologique : Base archéologique AFAN, Rennes. Références du rapport : Catteddu, 2000 : CATTEDDU (I.), Montours " le Teilleul ", rapport intermédiaire fouille programmée, SRA de Bretagne, Rennes, 2000. de
  • Bibliographie : CATTEDDU (I.) dir., Les habitats ruraux du haut Moyen Âge de Montours et de la Chapelle Saint-Aubert (Ille-et-Vilaine), DFS de sauvetage urgent, Rennes, 1997. CATTEDDU (I.) dir., Les habitats carolingiens de Montours et de la Chapelle Aubert (Ille-et-Vilaine), DAF, à paraître
  • . 4 Saint- Rapport intermédiaire de fouille programmée 2000-2002. . Montours Le Teilleul, août 2000. GÉNÉRIQUE DE L'OPÉRATION Équipe de terrain : Isabelle Catteddu, ingénieur A f a n Emiline JAMONT, bénévole Guillaume MONTFORT, bénévole Solenn LE FORESTIER, bénévole Aurélien
  • de l'Archéologie de Bretagne : M. Stéphane Deschamps, Conservateur Régional de l'Archéologie et Mme Anne Villard, Service Régional de l'Archéologie. Antenne AFAN Grand-Ouest : MM. G. Aguesse et D. Dubant. Etudes paléoenvironnementales D. Marguerie, Laboratoire d'anthropologie
  • , Université Rennes 1, campus de Beaulieu, 35000 RENNES : étude palynologique 5 T I I i i! I II Fig.Ol A 1 I 1 I I I I I 1 I I I 1 I i Fig. 01 B -Localisation des lieux-dits du Teilleul, Louvaquint, Talvassais, sur la commune de Montours Rapport intermédiaire de fouille
RAP02534.pdf (CHARTRES-DE-BRETAGNE. inventaire communal. fiches de déclaration de découverte. rapport de prospection inventaire)
  • CHARTRES-DE-BRETAGNE
  • CHARTRES-DE-BRETAGNE. inventaire communal. fiches de déclaration de découverte. rapport de prospection inventaire
  • I.G.N. Numéro Coordonnées Lambert Centre site: X ■ Nom I ] Zone : \j_ [j Année d'édition Contours [ u> | , [ Y ■» Xe Ye Xt) Ye Xc Yc xa Yd Xe Ye Rayon du site (mètres) : D 10 Circonstances de la découverte : Vr^..'?.l)Ç .fr.'fe ..'o .ST m ^.vsvrCvrr
  • première mention = ê£Atà. Organisme = . \c& Département : .. (2*^.vr^tow'.V ....T^va Sri. cet-. "./?..y Commune = . ftte- . du .\£ejiA .Soiilû. Lieu-dit (du Cadastre) : Lieu-dit (de I I. G. N.) : Nom du site : Cadastre (*/*>«* « o«t«»« M a 1 KM) : 0 Section(s) et
  • parcelle(s) : Carie I.G.N. Numéro Coordonnées Lambert Nom Ub X= Contours \ . [| | T 1 Rayon du site (mètres) : ....t. Techniques de repérage : Informateur : Année d'édition Zone : Y- .C: Xa Ya xt> Yb Xc Yc Xd Yd X* Ye \G.XlX..cJie\Xlu. Cv^yr6w.^Q>rî
  • Lambert Centre site: N c rr Zone : Contours [T* °> I ? I X ■= Y - EEEB GO fj> h" I o Rayon du site (mètres) : ?.>|.€.e Circonstances de la découverte : Techniques de repérage : Informateur : lit.'. Année d'édition Y» Yb Xc Yc xa Yd X* Y» : :.\/5 SUm Q.
  • conservation : .J^tèJ^S*..*..Cfrd^Sr>....rlï ...fyrcth Documentation Bibliographie : . CADRE RESERVE CELLULE CARTE ARCHÉOLOGIQUE N° de site attribué [c5|5 N' d'enregistrement DRACAR | |0 |«o|*pj I Q\ | \ 3\ 1 | pftî I Code AP/ AH Modification j
  • | | | | Déclaration de découverte archéologique Annexe I. Service Régional de l'Archéologie de Bretagne Arniournw.u 0. rue du Chapitre. 350*4 Renne* Cedex. Première mention =Q j Année « 333 Données complémentaires = £ .... Z.I.W Lieu-dit (du Cadastre) : cA vÀ.lfiwW ...Ld 1 y A.FAls
  • >..h ^.C Section(s) et parcelle(s) : °>\l \o Observations Numéro Carie I.G.N .. Coordonnées Lambert Centre site : Nom Année d'édition . Contours Zone : IFTF1 . Q] X ■ Y ■ 1 Rayon du site (mètres) Circonstances de la découverte : L, Xc Yc xs Yd Xe Ye ^x.C.ki
  • ) : jŒAr. .^.b... ..-e?.r ?.f5r7..j p AJiJt^^A^T Observations Cane l.G.N Numéro Nom Année d'édition H*Ji et Coordonnées Lambert Centre site: X = Zone : Contours H5* «3 {«3 Y Rayon du site (mètres) : c~_ Circonstances de la découverte c\ Xi Ya Xb Y6 Xc Yc Xd Yd X
  • * Y» . te. >.\e.c.M Techniques de repérage : Informateur : ..«L'tVe^> Description des vestiges : ...^o .v^.lyrt*~.L»> iv ,: .d..°?X^4,^{*" > ^ {^J^LljR .r...J^S!A»X3t^ifi Etat de conservation : Eléments de datation : C*-O.[ LR ..'. Chronologie proposée : Mobilier Oui
  • découverte archéologique A/.iourrHK«u Annexe I. Service Régional de l'Archéologie de Bretagne 6. ru* du Chapitre. 3S044 Renne* Cedex Première mention =Jy | Année = y< \t> 13 Données complémentaires = ^ VÂ. Année première mention = .?kÇ.Ï>lxrc^.^9..v....
  • .C\- de site attribué ) Si §1 |Q|
  • de Bretagne 6, rua du Chapitra. 35044 Rermee Cedex Première mention "JT J Données complémentaires = £ Année première mention = y Année = Nature de l'opération = ...^X^.>^c.c \r\!.Q.^.--^..!^. /^tir^fihi.i^ /| [IAJ ^ |^ | Responsable = .... Organisme = .... Département
  • Déclaration de découverte archéologique Ar.iou>nww Annexe 1. 1. Service Régional de l'Archéologie de Bretagne 6, rue du Chapitre, 350*4 Renne* Cedex. Première mention ^ j j ^1 Année = Données complémentaires = | /I | Année première mention = ~J^.1L£)à^.: Nature de
  • l'opération ■ Responsable = ...S.. ^ rx ^ ^.)*St&*JŒ*~.\r!i, Organisme = .. Département : ... Commune = Lieu-dit ( du Cadastre) : Lieu-dit (de I I. G. N.) : Nom du site : Cadastre (Anne» œ tm^tm m»» t |o»r) : Section(s) et parcelle(s) : ...33»...»..../^.û Observations : Carte
  • Techniques de repérage : ....... Informateur : . L :..i^a/6w .t^: "ides vestiges : >.^.s ..i«ôiâ«r* lacfcd(f..U+^rd £vc £Xww^......X..> Ca^àts.uz.ï OLi... $rC.C&9. r. £î>. k Etat de conservation : Eléments de datation : FosteJ. Chronologie proposée
  • : .. Mobilier Oui [j| Non [£] Li eu de conservation : Documentation : Bibliographie : CADRE RESERVE ccixuLf CARTH ARCHE CX.OGIQUE \ç)\c)\ N' de site attribué N' d'enregistrement DRACAR |0 |6 [£>1 | fj |P |o| VI [ ^ | Code AP/ AH Modification | | | Déclaration de
  • découverte archéologique Aimour -wM, Annexe 1. 1. Service Régional de l'Archéologie de Bretagne 0. ru* du Cheprue. 3&044 Renne» Cedex Première mention ^0 Données complémentaires = £ yi\^> ^T^T Année ■ Responsable «= ....L :....i Nature de l'opération = .XwCJd£7?C7. Année
  • -. . . ACn2 .jro ..^.Uv^.L*^.C.. .[V^Ç^CC Description des vestiges : ....C.ViLieM. ^*.2 *Oi.\^i .\S n Le. :X .Ou-»-«2-l^'.vt?^-- Etat de conservation : Eléments de datation Chronologie proposée : Mobilier Oui | ^.
  • : Bibliographie : CADRE N RE SERVE .yA\\..,..^§&. i ..JA (ù'>r l 2-S* 3Mt &Ù....A-Ù. Observations : Centre site: ^JEr. ...j cm UU CARTE ARCHÉOLOGIQUE de site attribué N° d'enregistrement DRACAR Code AP/ AH fj |c5| | \Q \ Modification | | | I Déclaration de découverte
  • archéologique A retourner * Annexe I. Service Régional de l'Archéologie de Bretagne u 6. rue du Chapitre, asoaa Rennee Cedex [ j Première mention - Données complémentaires = | l^l^jï] Année = T Année première mention .^^>.|.,...xS Nature de l'opération = Responsable ■ ^.i
RAP03331.pdf (PLOUEZOC'H (29). Sondage au sein de la chambre H du tumulus sud de Barnenez. Rapport de sondage)
  • PLOUEZOC'H (29). Sondage au sein de la chambre H du tumulus sud de Barnenez. Rapport de sondage
  • la chambre F. A l'occasion de la seconde campagne de fouilles sur le tumulus sud de Barnenez, il note : " L'accès à la chambre [F] n'étant pas possible par la voie normale, il a fallu se résoudre à y entrer par le sommet. En enlevant quelques pierres du faîte de l'encorbellement
  • zigzags noirs visibles sur la partie basse des dalles H18, H21 et H23. Il faut probablement y ajouter les motifs de haches emmanchées présents sur les dalles H36, H21, H23 et H28. L'étude des représentations peintes et gravées, ces dernières étant si nombreuses dans les mégalithes
  • , L. Gouezin, P. Barroso Bermejo, R. Hernanz Gismero, A. Gavira-Vallejo, J. M. Iriarte Cela, M. 2012 - Paintings in Atlantic Megalithic Art: Barnenez, Pinturas en el arte megalítico atlántico: Barnenez. Trabajos de Prehistoria, 69, N.º 1, p. 123-132 Bueno Ramirez (P)., Balbín
  • . Origine et développement du mégalithisme de l’ouest de l’Europe. p. 319-344. Joussaume, R. Pautreau, J.P. 1990 - La Préhistoire du Poitou, éditions Ouest France, 598p. Laporte, L. 2010 - Restauración, reconstrucción y apropiación : evolución de las arquitecturas megalíticas en el
  • oeste de Francia, entre pasado y presente. Restauration, reconstruction, appropriation ; évolution des architectures mégalithiques dans l’Ouest de la France, entre passé et présent. Munibe. Suppl. n° XX. Actes du colloque international de Beasain (Espagne).p.15-46 Laporte, L. 2015a
  • Sondage au sein de la chambre H du tumulus sud de Barnenez, à Plouézoc'h (Finistère) Mai 2016 Luc Laporte, Florian Cousseau, Primitiva Bueno Ramirez, Rodriguo de Balbin Behrman, François Legall, Philippe Gouézin, Laurent Quesnel. Sondage au sein de la chambre H du tumulus
  • sud de Barnenez, à Plouézoc'h (Finistère) Luc Laporte, Florian Cousseau, Primitiva Bueno Ramirez, Rodriguo de Balbin Behrman, François Legall, Philippe Gouézin, Laurent Quesnel. I. Les tumulus de Barnenez, à Plouézoc'h, dans le Finistère Le grand cairn de Barnenez, pour reprendre
  • le nom sous lequel il est aujourd’hui présenté au public, constitue en Bretagne l’une des réalisations de la Préhistoire récente parmi les plus emblématiques du Mégalithisme atlantique. Situé sur la commune de Plouézoc’h, dans le Finistère, sa découverte est somme toute assez
  • récente. Il fit l’objet de l'une des premières fouilles de sauvetage. Son nom est associé, avec celui du monument mégalithique de l’île Carn, aux toutes premières datations radiocarbone (Giot 1960). Pour la première fois, celles-ci permirent de démontrer que de tels mégalithes étaient
  • ici antérieurs de près de 2000 ans aux pyramides d’Egypte. L’affinement de la méthode ne fit par la suite que confirmer, et préciser, un tel principe. Parallèlement, l’étude détaillée de la construction mettait en exergue la présence d’au moins deux états successifs, induisant par
  • là même des éléments de chronologie relative entre chaque partie. La première, à l’est, se distingue par une façade construite avec des blocs de métadolérite, de couleur sombre. Cette partie orientale contient, au centre, une chambre mégalithique desservie par un couloir bordé de
  • dalles dressées. Deux fois deux chambres voûtées en encorbellement, chacune desservie par un couloir d’accès différent, se trouvent réparties de part et d’autre de la chambre mégalithique. Celles situées à l’ouest pourraient correspondre à un monument plus ancien encore. La partie
  • occidentale se distingue de la précédente par une façade construite avec des blocs de granit, de couleur claire. Elle contient six chambres funéraires, toutes desservies également par un couloir d’accès autonome. Les onze couloirs d’accès débouchent sur la façade méridionale d’un monument
  • de forme globalement trapézoïdale, dont la partie occidentale qui est à la fois la plus haute et la plus large, domine aujourd’hui la baie de Morlaix. Telles furent quelques-unes des grandes lignes de la description qui en est faite par P. R. Giot (1987). Précisons enfin que la
  • nécropole mégalithique comporte également un deuxième tumulus allongé, également orienté est-ouest et situé une centaine de mètres au nord du précédent (fig. 1). Fig. 1 – Etat de la chambre H au moment de sa découverte – 1/ Sol de l’antichambre en cours de fouilles, 2/ Effondrement de
  • l’encorbellement dans l’antichambre, au moment de la découverte. Vue depuis la chambre, 3/ L’antichambre en cours de fouilles, 4/ Détail du cliché 2, 5/ Sol du couloir, vu depuis l’antichambre, 6/ Sol au droit des orthostates H28, 31 et 37 dans le coin sud-est de la chambre. On remarquera la
  • présence de peinture sombre formant un grand chevron horizontal à la base de H28. Clichés P.R. Giot 1956, Archives du laboratoire Archéosciences. II. Le tumulus sud de Barnenez. Très peu de travaux archéologiques avaient été réalisés sur le tumulus sud de Barnenez depuis les années de
  • sa découverte. La mise en place d’une équipe de recherche internationale, et parallèlement celle d’un travail de thèse qui intègre l’étude de ce monument, ont eu pour but de renouveler nos connaissances sur l’un des mégalithes parmi les plus prestigieux en Bretagne (Fig. 1). L’un
  • des premiers résultats fut la découverte de peintures préhistoriques sur les parois de la chambre H (Bueno Ramirez et al. 2012). L’objet de la thèse concerne l’étude du bâti (Cousseau 2016). Depuis quelques années, l’état des recherches a considérablement évolué sur ce sujet, en
  • particulier pour ce qui est de son application à l’étude des Mégalithes (Laporte et al. 2014a). Dans l’ouest de la France, l’étude détaillée de monuments comme le tumulus C de Péré à Prissé-la-Charrière dans les Deux-Sévres (Laporte et al. 2002, Scarre et al. 2003, Laporte et al. 2010