Rechercher sur le site

  • Chercher les documents contenant un mot OU un autre : tapez simplement les mots à la suite => bracelet bronze
  • Chercher les documents contenant un mot ET un autre : utilisez le mot-clef AND => bracelet AND bronze
  • Chercher les documents contenant une expression exacte : taper l'expression entre guillemets => "bracelet en bronze"

Limiter votre recherche

Auteur
Type d'opération
Commune
Département
Date (Année)

3929 résultats Exporter les résultats

Trier par Titre : ascendant / descendant
RAP02272.pdf (Vents et fours. du minerai à l'objet. recherches sur la ventilation naturelle en paléométallurgie du fer. rapport final de pcr 2005-2007)
  • projet collectif de recherches
  • Vents et fours. du minerai à l'objet. recherches sur la ventilation naturelle en paléométallurgie du fer. rapport final de pcr 2005-2007
  • - A. F. Garçon 7 Première partie - Méthodologie Du minerai à l'objet : approche méthodologique (AF. Garçon, N. Girault, A. Ploquin, J.-B. Vivet, C. Colliou, R. Aranda) I. Introduction Comment à la fois comprendre les termes anciens et les restituer avec nos concepts actuels ? La
  • : approches méthodologiques AF. Garçon, N. Girault, A. Ploquin, J.-B. Vivet, C. Colliou, R. Aranda 10 |Vents et Fours. Du minerai à l'objet - SRA Bretagne 2006] terme « sidérurgie », devenu générique dans notre culture technique pour désigner la métallurgie du fer, et qui, loin de la
  • , A. Ploquin, J.-B. Vivet, C. Colliou, R. Aranda) ; une approche bibliographique et typologique plus spécifiquement centrée sur la ventilation naturelle (S. Pellequer, A.-F. Garçon). Consacrée aux résultats proprement dit, la seconde partie, présente le bilan des expérimentations
  • minerai à l'objet : approches méthodologiques AF. Garçon, N. Girault, A. Ploquin, J.-B. Vivet, C. Colliou, R. Aranda 14 [Vents et Fours. Du minerai à l'objet - SRA Bretagne 20Q6| d'idée, la notion est nécessaire pour vérifier l'hypothèse de la simplification technique, qui tend à
  • nécessaire à la maîtrise du procédé pour le but Du minerai à l'objet : approches méthodologiques AF. Garçon, N. Girault, A. Ploquin, J.-B. Vivet, C. Colliou, R. Aranda 18 |Vents et Fours, Du minerai à l'objet - SRA Bretagne 2006| recherché : produire tel type de loupe ou de fonte de
  • : approches méthodologiques AF. Garçon, N. Girault, A. Ploquin, J.-B. Vivet, C. Colliou, R. Aranda 19 [Vents et Fours. Du minerai à l'objet - SRA Bretagne 2006| l'homme d'échapper aux lois de l'évolution; ce qui lui a permis de conjurer sa faiblesse biologique, et de devenir l'agent
  • . Garçon 2007 diffusion ou incorporation d'un produit I : lien avec des complexes facultatifs Du minerai à l'objet : approches méthodologiques AF. Garçon, N. Girault, A. Ploquin, J.-B. Vivet, C. Colliou, R. Aranda lien intermédiaire entre deux étapes ou deux phases avec une
  • . Girault, A. Ploquin, J.-B. Vivet, C. Colliou, R. Aranda 11 jVents et Fours. Du minerai à l'objet - SRA Bretagne 2006| l'observation : fouille, texte, enquête orale, expérimentation, et cela sans obérer la compréhension de ces objets, techniques et procédés par les
  • d'étoffer, le supplément d'expérience, la critique et le dialogue entre les disciplines concernées. Du minerai à l'objet : approches méthodologiques AF. Garçon, N. Girault, A. Ploquin, J.-B. Vivet, C. Colliou, R. Aranda 12 [Vents et Fours. Du minerai à l'objet - SRA Bretagne 2006
  • modification, à confirmation ou au contraire à abandon. Du minerai à l'objet : approches méthodologiques AF. Garçon, N. Girault, A. Ploquin, J.-B. Vivet, C. Colliou, R. Aranda 13 |Vents et Fours. Du minerai à l'objet - SRA Bretagne 2006| A/ Qu'est-ce qu'une lignée technique ? La lignée
  • à opérer et adopte un protocole, sa réflexion va de l'objet ou du métal que l'on veut produire vers le four qu'il va construire, et non l'inverse. « Les choix techniques visent Du minerai à l'objet : approches méthodologiques AF. Garçon, N. Girault, A. Ploquin, J.-B. Vivet, C
  • (Burkina Faso, Coulibaly 2006), évitant sans doute sa formation, contrairement Du minerai à l'objet : approches méthodologiques AF. Garçon, N. Girault, A. Ploquin, J.-B. Vivet, C. Colliou, R, Aranda 17 [Vents et Fours. Du minerai à l'objet - SRA Bretagne 2006| aux Stuckhofen, que J
  • d'opération archéologique de prospection thématique sur la paléométallurgie du fer en Haute-Bretagne (1999-2006), chercheur associé à l'UMR 6566 Table des matières INTRODUCTION GENERALE 5 PREMIERE PARTIE - METHODOLOGIE 8 DU MINERAI A L'OBJET : APPROCHE METHODOLOGIQUE 9 I
  • . Expérimentation I : épuration de type « martelage » Expérimentation 2 : de type « grappage » Expérimentation 3 : de type « grappage» DISCUSSION DES RÉSULTATS ; APPORTS ET LIMITES DE L'EXPÉRIMENTATION GLOSSAIRE 167 170 170 173 177 180 183 [Vents et Fours. Du minerai à l'objet - SRA
  • et réinterprète les données de fouilles (C. Colliou, R. Aranda, J.-B.Vivet) ; enfin, une troisième partie, présente ce moment mal connu de la chaîne opératoire, qu'est la post-réduction en soulignant sa spécificité et son importance (R. Aranda, P. Dillmann). Introduction générale
  • , A. Ploquin, J.-B. Vivet, C. Colliou, R. Aranda 15 |Vents et Fours. Du minerai à l'objet - SRA Bretagne 2006| enseignement qu'un objet technique se définit moins par son action que par sa fonction, que ce n'est pas la forme qui définit l'instrument, ni même le procédé dont il est le
  • centre d'un réseau qui les approvisionne en matières premières, minerai, combustible, y compris l'alimentation des ouvriers, observe J.-F. Belhoste dans son étude sur la métallurgie alpine (Belhoste 2001). Elargir l'approche à celle du complexe technique, c'est percevoir l'horizon de
  • travail de l'atelier, c'est ajouter à l'observation la dimension spatiale, penser en termes de territoire, c'est mesurer une emprise, comme le montre bien le schéma suivant : Du minerai à l'objet : approches méthodologiques AF. Garçon, N. Girault, A. Ploquin, J.-B. Vivet, C. Colliou
  • FOURNEAU III. GRILLAGE DU MINERAI - CONCASSAGE IV. RESULTATS V. PERSPECTIVES ET PROJETS A/ Réalisation de nouvelles opérations de réduction en ventilation naturelle dans un four de grande dimensions B/ Etude du comportement d'une minerai différent en réduction et post-réduction
  • 136 137 138 139 1 40 140 140 ANALYSE DES PRODUITS DE LA REDUCTION DIRECTE EXPERIMENTATION J.-B. VIVET 2002.151 I. LE II. LES ANALYSES CHIMIQUES AJ B/ Cl Dl III. MATERIEL ANALYSE L'argile de l'enduit interne du four Le charbon de bois Le minerai Les scories BILAN CHIMIQUE AJ
RAP02839.pdf (PLOUEDERN (29). Leslouc'h : une longue occupation de la protohistoire au Moyen Âge. rapport de fouille)
  • opération de sauvegarde par l'étude
  • PLOUEDERN (29). Leslouc'h : une longue occupation de la protohistoire au Moyen Âge. rapport de fouille
  • La tranchée-foyer 538 (Us 2/4) datée du haut Moyen Âge 385 5.2 Les foyers F 114 (Us 1 et 2), F 323 et F 862 386 6. Conclusion 387 7. Tableaux annexes à l’étude anthracologique 391 8. Bibliographie Étude pédo-sédimentaire (Carole Vissac) 393 393 1. Introduction
  • archéologique Plouedern (29), Leslouc’h Localisation de l’opération Bretagne, Finistère, Ploudern Leslouc’h Plouedern Saint-Brieuc x : 111,514 y : 2407,824 z : env. 110 m NGF Quimper Rennes Vannes 0 100 km 19 Y=108300 Y=108400 N Y=108500 I. Données administratives, techniques
  • . Discussion et synthèse 400 4.1 Mise en place des sédiments 400 4.2 Évolution des dépôts 401 4.3 Restitution stratigraphique 402 5. Conclusion 402 6. Références bibliographiques 404 7. Annexes Annexes 409 1. Annexe à l’étude du mobilier céramique de l’âge du Bronze
  • piloté par la Communauté de Communes du Pays de Landerneau Daoulas. Située à 2 kilomètres à l’ouest du bourg de Plouedern et à 3 kilomètres au nord de Landerneau, la ZAC se développe le long de la R.N. 12 (Rennes/Brest). Au sud, elle est limitée par la voie communale n° 4 qui relie
  • L’industrie lithique taillée 73 2.4 Le macro-outillage (par Caroline Hamon) 77 2.5 Synthèse et discussion 78 3. Des fosses à «profil en Y-W» ou Schlitzgruben 79 3.1 79 83 3.1.1 3.1.2 La fosse 844 La fosse 839 Les fosses à profil en «Y-W» : leurs principales caractéristiques
  • 430 2. Inventaire du mobilier céramique protohistorique et médiéval 434 3. Inventaire du macro-outillage 439 4. Résultats d’analyse par le radiocarbone I. Données administratives, techniques et scientifiques 12 Inrap · Rapport de fouille archéologique Plouedern (29
  • projet. Large de 40 m environ, il se développe largement hors du projet au-delà de la voie communale n° 4 reliant Plouedern à Saint-Eloi. Enfin, soulignons qu’au sud de l’enclos 1, deux longs fossés, qui sont d’ailleurs parallèles à ce dernier, pourraient révéler la présence d’un
  • topographe procédera à l’implantation des différentes zones de fouille à partir du plan annexé à la prescription. Décapage : La prescription de fouille porte sur une surface totale de 40000 m² et comprend deux zones distinctes de 35 000 m² pour la zone 1 et de 5000m² pour la zone 2 (cf
  • » principal est de forme rectangulaire, long de 250 m et large de 50 m environ. Il est formé de fossés dont la largeur varie de 0,8 à 1 m et la profondeur ne dépasse pas 0,5 m. Plusieurs interruptions semblent correspondre à des entrées. Les deux autres « enclos » (enclos 1 et 2
  • géologique et pédo-sédimentaire 58 1.2.3 Le cadre archéologique du site 61 2. Les analyses Une occupation du Néolithique moyen 61 2.1 61 2.1.1 La «fosse» 5/7 Les structures 61 2.1.2 La fosse 614 (Diag : 180-1) 61 2.1.3 La fosse 601 64 64 2.1.4 2.1.5 La fosse 599 La
  • 103 107 4.1.1.3 4.1.1.4 Les fosses et les trous de poteau situés à l’intérieur du système fossoyé Le mobilier associé et les dates 108 4.1.1.5 110 4.1.2 110 4.1.2.1 Les fossés 112 4.1.2.2 Les structures associées ou à proximité du système fossoyé n° 2 113 114 4.1.2.3
  • 4.1.3 Les dates Le système fossoyé n° 3 114 4.1.3.1 Les fossés 116 4.1.3.2 Les interruptions 116 4.1.3.3 Les structures associées ou situées à proximité 116 4.1.3.4 116 117 4.1.4 4.1.5 L’enclos 1 Deux fossés parallèles Le système fossoyé n° 2 La céramique Un
  • fossés de la phase 1 237 7.1.1.1 Le fossé 1000/310 237 242 7.1.1.2 7.1.2 7.1.3 Le fossé 1350/1570/870/430 et le fossé 1210 Les fossés de la phase 2 Les fossés de la phase 3 242 7.1.3.1 Le fossé 350 242 7.1.3.2 245 245 7.1.4 7.1.5 245 7.2 247 7.2.1 Les constructions
  • : une structuration plus marquée et plus étendue ? Conclusion Bibliographie Études complémentaires Étude anthracologique (Hélène Seignac) 375 375 1. Introduction 375 2. Méthodologie 375 2.1 Principe de l’étude anthracologique 376 2.2 L’examen dendrologique 376 3
  • 393 2. Caractères de terrain 393 2.1 Contexte géologique local et description macroscopique des profils de sol 393 394 2.1.1 2.1.2 394 3. Profil A Profil B Étude micromorphologique 394 3.1 Méthode 394 3.1.1 Principes 394 3.1.2 Fabrication et description des
  • des travaux d’aménagement Communauté de communes du Pays de Landerneau-Daoulas Nature de l’aménagement x : 111,514 y : 2407,824 z : env. 110 m NGF Zone d’Aménagement Concerté Opérateur d’archéologie Inrap Grand Ouest Responsable scientifique de l’opération Stéphane Blanchet
  • ou lors des discussions que nous avons pu avoir durant la phase d’étude. 17 I. Données administratives, techniques et scientifiques Notice scientifique État du site Réalisés en 2006 par S. Mentele (Inrap), des sondages archéologiques préalables à l’implantation d’une ZAC sur
  • petits enclos circulaires entouraient sans doute de petits tertres. Ces structures et le mobilier découvert en association pourraient trouver des points de comparaison dans les contextes saxons. Pour la période comprise entre les IXe et le XIIe siècles ap. J.-C., un important système
  • enceinte bâtie et une motte castrale, arasé dans les années 1960 et partiellement fouillé en 1966. Dans le cadre du porter à la connaissance lors de la révision du Plan Local d’Urbanisme en 2002, ce site a été signalé et classé en zone N non constructible. Les autres sites recensés se
  • localisent à plus d’un kilomètre du projet, avec notamment la présence d’un tumulus de l’âge du Bronze au nord, près du lieu-dit Kéravezan Bihan. L’emprise du projet est située sur une zone de plateau dont l’altitude varie dans ce secteur entre 100 et 110 m. Ce relief régulier, traversé
RAP03190.pdf (PLOUGASTEL-DAOULAS (29). Le rocher de l'Impératrice. Rapport intermédiaire 2015 de FP 2014-2016)
  • PLOUGASTEL-DAOULAS (29). Le rocher de l'Impératrice. Rapport intermédiaire 2015 de FP 2014-2016
  • . Denape, L. Galante, G. Génieux, C. Higel, V. Lafontaine, M. Le Meun, N. Marquis, C. Pruvost, L. SaintJalm, A. Shori, J. Stapley 9 Rapport intermédiaire 2015 - Rocher de l’Impératrice (Plougastel-Daoulas, Finistère) 3. REMERCIEMENTS Nous remercions tout d’abord le Service Régional
  • , de forme triangulaire, plus haut et beaucoup moins abrité (impératrice B - fig. 7). La profondeur maximum de l’abri du Rocher de l’Impératrice est de 3 m. Au centre, la hauteur de plafond peut atteindre 2 m de haut depuis le sol actuel (fig. 7). Il était, bien évidemment, plus
  • . Naudinot, M. Le Goffic, S. Sorin) 5.1. Localisation du site Le gisement se trouve sur la commune de Plougastel-Daoulas dans le Finistère. Le site est situé dans le bois de Kererault près du village de Toul ar Roc’hou (fig. 2 et 3). L’abri-sous-roche est localisé au pied d’une grande
  • haut au cours de l’azilien (environ 1 m de plus). Figure 7. Vue longitudinale et coupes de l’abri (S. Sorin et N. Naudinot) 17 Rapport intermédiaire 2015 - Rocher de l’Impératrice (Plougastel-Daoulas, Finistère) La plateforme actuelle devant l’abri présente une pente générale
  • SW-NE (fig. 8). Figure 8. Projection des pièces lithiques relevées en 3D et modèle altimétrique (S. Sorin et N. Naudinot) 6. STRATIGRAPHIE ET SÉDIMENTOLOGIE (M. Laforge, M. Le Goffic, N. Naudinot, S. Sorin) Au Rocher de l’Impératrice, la stratigraphie des dépôts conservés sous
  • à l'occupation azilienne, les unités 108, 102 et 101 s'étant mis en place au moins depuis la protohistoire, au regard du mobilier qui y a été découvert. Ces 3 dernières unités dominent largement les séquences et représentent une épaisseur comprise entre 50 cm et 1 m. La plus
  • ............................................................................................................................................. 9 3. REMERCIEMENTS ........................................................................................................................... 10 4. PROBLÉMATIQUE DE LA RECHERCHE ET IMPORTANCE SCIENTIFIQUE DU SITE (N. NAUDINOT) ....... 12 4.1. PROBLÉMATIQUE
  • . L’ABRI DU ROCHER DE L’IMPÉRATRICE .................................................................................................. 17 6. STRATIGRAPHIE ET SÉDIMENTOLOGIE (M. LAFORGE, M. LE GOFFIC, N. NAUDINOT, S. SORIN) ........ 18 6.1. SIMPLIFICATION DES SÉQUENCES STRATIGRAPHIQUES
  • barre de quartzite haute d’une quarantaine de mètres (fig. 4-5) qui domine la rade de Brest. L’Élorn se jette dans la rade une centaine de mètres en contrebas de l’abri (fig. 3). Figure 2. Position du site sur le cadastre de Plougastel-Daoulas Figure 3. Position topographique du
  • gisement (DAO L. Quesnel et N. Naudinot) 14 Rapport intermédiaire 2015 - Rocher de l’Impératrice (Plougastel-Daoulas, Finistère) Figure 4. Jeunes plougastellois au sommet du Rocher de l’Impératrice au début du XXe siècle La résistance à l’érosion des quartzites de La Roche-Maurice
  • sédiment non consolidé, piégé sur un replat, dans lequel figurent d’assez nombreux petits galets de quartz, grès quartzitique et schiste de dimensions inférieures à 5 cm. L’altitude est voisine de 75 m et correspond à une ancienne terrasse marine qui a été identifiée sous le Roc’h
  • -abri serviront désormais de référence pour la description des unités des autres zones. Deux profils ont été relevés, au sein des carrés L13 à L16, et des carrés S14 à S16., selon 2 coupes orientées ouest-est (fig. 9-11). Ces coupes permettent d'observer une succession de 5 unités
  • sédimentaires, sur une puissance d'environ 1 m. Ainsi, seules 5 unités ont été conservées lors de cette nouvelle campagne : les US-101, 108, 104, 102 et 103 (fig.12). 18 Rapport intermédiaire 2015 - Rocher de l’Impératrice (Plougastel-Daoulas, Finistère) Figure 9. Position des coupes et
  • des zones de projection stratigraphiques des pièces (S. Sorin et N. Naudinot) Figure 10. Relevé de la coupe L (relevé M. Laforge ; relevé photogrammétrique et traitement S. Sorin et N. Naudinot) Figure 11. Relevé de la coupe S (relevé M. Laforge ; relevé photogrammétrique et
  • annexe. Les 3 colonnes sédimentologiques, réalisées au sein des carrés P13, O13 et U13, avec un pas d’échantillonnage de 2 cm, ne mettent en évidence que peu de variations sédimentaires. En effet, les divers indices varient peu : entre 6 et 9 microns pour les médianes, entre 3.8 et
  • . LAFORGE, N. NAUDINOT, S. SORIN) ................................... 47 9.2. ENFIN DES DATES POUR LE PALÉOLITHIQUE FINAL DE L’OUEST ! (I. THÉRY-PARISOT, N. NAUDINOT)................... 49 3 Rapport intermédiaire 2015 - Rocher de l’Impératrice (Plougastel-Daoulas, Finistère) 9.2.1
  • GRAVÉES AU FORT POTENTIEL (N. NAUDINOT, C. BOURDIER, S. BEYRIES, L. BELLOT-GURLET, A. BOUSQUET, L. BARON) ............................................................................. 54 9.3.1. NOUVEAUX ÉLÉMENTS GRAVÉS (N. NAUDINOT ET C. BOURDIER
  • ) .................................................................. 54 9.3.2. ENQUÊTE SUR LES GESTES TECHNIQUES MIS EN ŒUVRE DANS LES GRAVURES DES PLAQUETTES (S. BEYRIES) .......... 58 9.3.3. RYTHME DES TRANSFORMATIONS SYMBOLIQUES AU COURS DU TARDIGLACIAIRE (C. BOURDIER, N. NAUDINOT) ... 59 9.4. UN ASSEMBLAGE LITHIQUE AZILIEN ENRICHI (N. NAUDINOT
  • ........................................................................................................................................ 83 9.6. QUELQUES REMARQUES PRÉLIMINAIRES SUR LA RÉPARTITION SPATIALE DES VESTIGES (N. NAUDINOT, S. SORIN).. 84 9.7. DE NOUVEAUX ÉLÉMENTS DE RÉFLEXION QUANT AU STATUT DE CET ABRI SOUS ROCHE (N. NAUDINOT, J. JACQUIER, C. BOURDIER
  • n’est pas le cas du Magdalénien et des premiers temps de l’Azilien. Le lancement en 2013 d’une fouille dans un petit abri découvert par M. Le Goffic au Rocher de l’Impératrice à Plougastel-Daoulas, vise à progressivement combler ce hiatus. Les premiers résultats de cette opération
RAP03364.pdf (PLOUGASTEL-DAOULAS (29). Le Rocher de l'Impératrice. Rapport de FP 2014-2016)
  • PLOUGASTEL-DAOULAS (29). Le Rocher de l'Impératrice. Rapport de FP 2014-2016
  • PROCESSUS D’AZILIANISATION DANS LA PRODUCTION GRAPHIQUE : LA CONTRIBUTION MAJEURE DU ROCHER DE L’IMPÉRATRICE (C. BOURDIER ET N. NAUDINOT) .................................................................... 122 19.5. ÉTUDE TRACÉOLOGIQUE DES PLAQUETTES GRAVÉES (L. BARON ET S. BEYRIES
  • ........................................................................................................................................... 13 3. REMERCIEMENTS ........................................................................................................................... 21 4. PROBLÉMATIQUE DE LA RECHERCHE ET IMPORTANCE SCIENTIFIQUE DU SITE (N. NAUDINOT) ....... 25 5. LOCALISATION DU SITE (N. NAUDINOT
  • ) .......................................................................................... 27 6. CONTEXTE GÉOLOGIQUE (M. LE GOFFIC) ........................................................................................ 29 7. LA RADE DE BREST DURANT L’AZILIEN (G. GRÉGOIRE) .................................................................... 30 8. L’ABRI DU ROCHER DE
  • ........................................................................................................................... 131 20. OBSERVATIONS PRÉLIMINAIRES DE LA RÉPARTITION SPATIALE DES VESTIGES (N. NAUDINOT) ... 133 21. PREMIÈRES HYPOTHÈSES SUR LES MODALITÉS D’OCCUPATION DU SITE ET SA PLACE DANS LE SYSTÈME PALÉO-ÉCONOMIQUE AZILIEN (N. NAUDINOT, J. JACQUIER ET C. BOURDIER) ................... 138 22
  • section A parcelle 2439, pour 1986, section CE parcelle 114 et, actuellement, CE parcelle 171. Propriétaire du terrain : Conseil départemental du Finistère Dates de l’opération : 2014 : du 7 juillet au 2 août ; 2015 : du 6 juillet au 1er août ; 2016 : du 4 au 30 juillet 2. ÉQUIPE
  • l’opération pluriannuelle 2014-2016 PRÉFET DE LA RÉGION BRETAGNE le Préfet de la région de Bretagne, Préfet d’Ille-et-Vilaine, ARRÊTÉ n° 2014-031 VU le code du patrimoine, notamment son livre V et en particulier les articles L531-9 et L53115 ; VU le décret n° 65-48 du 8 janvier 1965
  • modifiant le décret n° 2004-374 du 29 avril 2004 relatif aux pouvoirs des préfets, à l'organisation et à l'action des services de l'État dans les régions et départements ; VU l'arrêté préfectoral n° 2013/SGAR/DRAC/RBOP/SERVICE PRESCRIPTEUR du 8 juillet 2013 portant délégation de
  • section : CE Parcelles : 171 n°(s) de l'entité : Coordonnées Lambert : X : 103252.89 – Y : 239705.73 15 Rocher de l’Impératrice (Plougastel-Daoulas, Finistère) Rapport de synthèse de l’opération pluriannuelle 2014-2016 Programme : Organisme de rattachement : université Article 2
  • en date du 13 novembre 2014 portant délégation de signature à M. Jean-Loup LECOQ, directeur régional des affaires culturelles de Bretagne ; après avis de la Commission interrégionale de la recherche archéologique Ouest en date des 8 et 9 avril 2015, ARRÊTE Article 1er : M. Nicolas
  • RÉGION BRETAGNE le Préfet de la région de Bretagne, Préfet d’Ille-et-Vilaine, ARRÊTÉ n° 2016-032 VU le code du patrimoine, notamment son livre V et en particulier les articles L531-9 et L53115 ; VU le décret n° 65-48 du 8 janvier 1965 modifié pris pour l'exécution du livre II du Code
  • relatif aux pouvoirs des préfets, à l'organisation et à l'action des services de l'État dans les régions et départements ; VU l'arrêté préfectoral n° 2014 S.G.A.R./DRAC/DSG en date du 13 novembre 2014 portant délégation de signature à M. Jean-Loup LECOQ, directeur régional des affaires
  • Chaloignes (Maine-et-Loire) par G. Marchand et S. Sicard que l’on doit une nouvelle dynamique de recherche qui s’est initiée au début des années 2000 (Marchand et al., 2009). À la suite de ces travaux, les recherches se sont considérablement développées sur le sujet dans la région grâce à
  • ) ............................................................................................ 33 9.2. DESTRUCTION D’UN PREMIER BLOC (M. LE GOFFIC) ................................................................................ 34 9.3. OUVERTURE D’UNE TRANCHÉE PARALLÈLE À L’AXE DE L’ABRI EN Q14 ET R14 (N. NAUDINOT) .......................... 35 9.4. OUVERTURE DU CARRÉ L17
  • articles L531-9 et L531-15 ; VU le décret n° 65-48 du 8 janvier 1965 modifié pris pour l'exécution du livre II du Code du travail (hygiène et sécurité sur les chantiers de travaux) ; VU le décret n° 94-423 du 27 mai 1994 portant création des organismes consultatifs en matière
  • d'archéologie nationale ; VU le décret n° 2010-146 du 16 février 2010 modifiant le décret n° 2004-374 du 29 avril 2004 relatif aux pouvoirs des préfets, à l'organisation et à l'action des services de l'État dans les régions et départements ; VU l'arrêté préfectoral n° 2014 S.G.A.R./DRAC/DSG
  • -DAOULAS Lieu-dit : le Rocher de l'Impératrice Cadastre : 1986 section : CE Parcelles : 171 n°(s) de l'entité : Coordonnées Lambert : X : 103252.89 – Y : 239705.73 17 Rocher de l’Impératrice (Plougastel-Daoulas, Finistère) Rapport de synthèse de l’opération pluriannuelle 2014
  • encore, surtout sur le Massif armoricain, des adaptations économiques aux ressources disponibles (Naudinot, 2010, 2012)… Les premiers temps de l’Azilien, tels qu’ils sont bien définis depuis quelques années dans certaines régions (Bodu et Valentin, 1997), étaient à cette époque
  • ET ATTEINTE DU SUBSTRAT AFIN DE VÉRIFIER LA PRÉSENCE D’OCCUPATIONS PALÉOLITHIQUES ANTÉRIEURES À L’AZILIEN ANCIEN (N. NAUDINOT) .................................................................. 36 10. PROTOCOLE ET DÉROULEMENT DES CAMPAGNES DE FOUILLE ENTRE 2014 ET 2016 (N
  • ) ......................................................................................................... 40 10.4. RELEVÉ DES DONNÉES PAR PHOTOGRAMMÉTRIE (S. SORIN) .................................................................... 42 11. STRATIGRAPHIE ET SÉDIMENTOLOGIE (M. LAFORGE).................................................................... 44 11.1. CONTEXTE STRATIGRAPHIQUE
  • ................................................................................................................................. 58 13. DATATIONS RADIOCARBONES (N. NAUDINOT ET I. THÉRY-PARISOT) ............................................ 58 14. TEST PALYNOLOGIQUE (E. MESSAGER) ......................................................................................... 62 15. UN ASSEMBLAGE LITHIQUE TRÈS
RAP00743.pdf (PLOUARET (22). l'armorique. rapport de synthèse de sauvetages programmés 1984 et 1985)
  • PLOUARET (22). l'armorique. rapport de synthèse de sauvetages programmés 1984 et 1985
  • -GAULOISES N \ O ' ^ ^ ^ / / / Z' / \ / / + 4- 4- -h + po ' • : L'. 7 - .?••>•• v •••••••• -h • • v v - D 4 : • • • • , - y * ' -1 - - • • •• é&ë^&r: - + • ' 2 m. • 6 + \ \ fa/us fouilles 1984 fasse /e /onp c/u fa/us fouilles 1965 construction
  • section des galeries à ciel ouvert XF. B. - D.L.- tRHS. 0 Im o o î m Sondage. I montrant leA AemptUAageA du ptuXi d'ac.ce.i au pAmleA plan eX de. la fiotAe. au second plan. / Sondage T vu du NoAd-Eàt montrant une fioAAe et V e^onettement, de la balle 3 au pAe.nu.eA plan
  • CIRCONSCRIPTION HISTORIQUE VE BPET\GNE SITE N° : 2 2 . 2 0 7 . 002. AH BORDEREAU RECAPITULATIF Vote, d'mvot RAPPORT VE TouÂJUie. du s a u v e t a g e 1984 eX. sauvetage. pKoghammé 1985. 1 • Côtes du Nord LOCALISATION Plouaret L ' Amonlque I.G.N L ' Ahmonlque Local L
  • deux troux T 1 et T 4 ont été partiellement sement de la galerie leur ancienneté à ciel par rapport ouvert G 1 et par celui à cette Entre les galeries de 4 poteaux détruit^ par le du Vuit d'accès, creu- ce qui prouve G 1, G 2 et le fossé F 3, on observe un profondeur une
  • distance •K>. [1,1.0 m), V es- entre la rangée et le faossé est identique pace entre chaque poteau est très variable. Ainsi nous avons respectivement entre T 9, T 10, T 11, T 11, 1,50 m, 1,-60 m, 0,80 m. Parallèlement les galeries à ciel deux galeries à cette série rieur C-3
  • dessus seul les poteaux T 1, T 2, T 3, T 4 et le faossé F 1 est à un grenier F 1 et F 3 défainissant environnement. au départ comme un ensemble de structures supposé plus ancien car il passe sur le souterrain. correspond peut-être indications quels La poursuite de la sur
  • • * • / • Arene ou banc de granit T.9. Fouilles 1984 Premiere -h Occupation Trou de poteau Fossé' Fouilles 19Ô5 occupation tardive i— 09 Galeries Galeries ou dépression souterraines à ciel ouvert et parois abruptes 2 2 . PLOUARET "L 'Armorique ". 1985. N Plan et
  • gaulois pluA ancien, fue c£u. Sud. -Sondage. Ax. A y / 9. 10. Vue. d'ensemble. de la maçonnerie. gauZol&e. tandvjz reposant t>uJi le. &ol gauloû> pluu> ancien, l/uc. de l'E6t. SONDAGE II 22 PLOUARET 1984 L'Armorique A3. 1466 0 Site ( n 220336207002 souterrain de l'Age du Fer
  • à la précédante une longueur totale dont la réalisation la dureté de la roche, o f f r e un de la salle de 9 cm qui se prolonge de 7,11 m. Cette par un décalage de banc de roche dure. Ve même la de 0,74 m de large sur 0,90 m de haut sur 0,57 de profondeur, galerie 4
  • ouvert G1 /- Gl. jusqu'à Gl et de leur puits de l'ensemble poteaux 7 8, T 7, 16, G 1 et G 1. Outre les trous l'Age autres ouvert et sont à mettre Complètement à l'écart tie trois séparent en 1984, On accède donc par de 1,10 m sur 0,80 m et profaond de 1,10 m. Puis
  • ne RAOUL, cultivateur pAopniétcune, peucmneA qui ont participé NOUA de 1984 et de 1985 ont pu avoin. Lieu à eu h.emen.ciont> pouA leuA aide : PouA 1984 : - MAU Catherine, - CHAMPAGNE F A é d é A i c , - LEBOUTEILLER Patrick. POUA 1985 : - WAGÏWO Vaniel, - MENS Emmanuel
  • . prolongement 1,14 m de longueur sur 1,22 m de et sa hauteur est de 1,25 m. Son angle Nord Est présente comportant un montant monolithe dans le à V équerre à la salle 3, on descend dans un espace rectangulaire du r&cher entre deux bancs de pierre plus d'abord formé par la dure
  • et jointoyés à l'argile. Ce de 1,00 m. 4 Far cette chatière plan cômportant deux parties 3 sur une longueur 2, on accède à la grande salle décollées. de la salle qu'à former la'totalité de 1,31 m. Une dénivellation parallèle de la pièce soit malie du plan s'explique
  • à 17, 11 et de guitlochis SUA le dessus de la, 23). lèvre du même genre que le précèdent (n° 5, 6-9, difafaèrent par un 12 et 17) et une pâte plus faine.-Un épçiulement pas sans rappeler les profailÀ situlifaormes de la Tène 1 [n° 9 ) . Le n° 17 est falanqué d'anse de
  • nitique pas de céramique. et sa présence chronologique C - est difficile au dessus et dans l'axe Comme la galerie, est à l'origine à dégagement une grande fosse rectiligne plan de 1984) de 1,92 m sur 0,92 m et profonde de 0,85 m. Elle était elle était de l'effondrement (F 1
  • le talus pendant, à 1984, mais n'est malheureusement pas Cele véri- un faossé (F4) Est Ouest large de 0,75 m et profaond l
  • défini par les de poteau (T 1, T 2, T 3 et T 4) définissent qui n'apparaît pas orienté en fonction at- des fossés. fosun Les deux poteaux Ouest T 1 et T 4 sont beaucoup plus larges. Ils mesurent 0,50 m sur 0,30 m de diamètre. On observe cependant que les même niveau. Les
  • structures 4post-medievale gauloises •.» I s. .-o ; 1 Vf.r'^.o chaussée post-médiévale trou de poteau ornieres J.P.B. DAHB 22 207 002 AH PLOUARET "L'Armorique" 198^-85 PLAN DES STRUCTURES GAULOISES SE REPORTER AU \PLAN DE LA \ FOUILLE 1934 effondrement aération 8 H- 0
  • salle chatière 2. 4 prise à travers la La chatière 1 vue de la salle sua le côté gauche du ctlché de la voûte effondrée. 4. Noter l'attache Conduit d'alsiation •ialle. 4. au &ond du la 'Sondage I î montrant le remplissage de la tranchée Nord-Sud (a gauche) et celui du
  • 'AA.mosu.que 1985 A3 [1466, 1467, 1485) Ax 172 300 A y 199 000 AU. 140 m 1 • VATES [n°, date.) 84.12.H 19-3-84 ; 69.67 InteAventlon {début et £ln} Avnll 84 ; Août 85. Années anténle.uAes 1 INTERVENTION 1 1 1 Autorisation SITE d'InteAventlon... Responsable. J.P. BARVEL
RAP02273.pdf (LE CONQUET (29). Île de Triélen. archipel de Molène. rapport de sondage)
  • LE CONQUET (29). Île de Triélen. archipel de Molène. rapport de sondage
  • difficile de déterminer à quel objet cette Flgure 24 ~ Mobilière du site de Triélen. 1 à 6 S e d u F e r - 7 " Fragment de tige Cei amic ues d e r A ; l e n bronze - 20 2.6 - Analyse d'un fragment de « sol » (.Jean-Christophe Le Bannier et Guirec Querrê). Un fragment de matière
  • Triélen a été passée au préalable à l'étuve car il était très humide. Point d'analyse 1 Mn nd Ti nd Cl 0,2 Na 1,5 Mg 1,3 P 2,7 K 0,6 Ca 21,4 O 52,9 : Al 2,2 V" v » ,t i>5* tf« i-' m Si 4,4 C 12,0 Fe 0,7 s»»' total 99,9 Figure 25 - Vue générale de l'objet (échelle 1cm) (cliché J.Y
  • par les gardes de la Réverve d'Iroise. Tv(Kl!IJÎJirr ifH* h 11*t. ! + ; iMOuiiM',» Périaiw -cI^H aÎÇts ffN limi «nr.!, X»*b*«KfK•> MH I'*' '.''."llhl jj£| umtta g|} l'jfe^lj^iiMi.T S'; H-éj^lHjW
  • ces niveaux sous-jacents, tandis que le niveau à patelles, épais dépôt associé à ces structures, le surmonte. Le niveau gaulois dit « à patelles » connaît une puissance variable entre les carrés 7 et 15, de 30 à 85 cm d'épaisseur dans la partie nord. 13 7 i 8 . 9 s Argile
  • patelles avec concentration d'éléments de briquetages. f i n Patelles I
  • , 3 m à l'est de la structure S2, correspond à une jatte ou bol à panse carénée (n°6). 2.5.3. Autres mobiliers Un fragment de mince tige en bronze de 4 cm de long, à section circulaire de 2 mm de diamètre provient de la rectification de la coupe BB' (n°7, fîg. 24). Il est
  • -rMl.fcW «tqw RftïMtiOéodiïiql*« Frwr箫 1993 - CMfdonntes gO i BrapNtïJoa l onniludo : 04' 50' 46" 0 Latitude : 40' 24" U" N Figure 1 - Localisation de l'île de Triélen dans l'archipel de Molène (source : IGN, Géoportail). Située au large des côtes fïnistériennes, dans l'archipel de
  • à O.îpyîtis j||j *eslgwi ctwrrjHirt motetr«* \ Trielen j • •M *!f1 Figure 5 - Les sites archéologiques de la Réserve Naturelle d'Iroise, île de Triélen (Source IdFix, Géomer, Brest, LETG, d'après Sparfel et al). 7 Figure 6 - Localisation du site de l'Âge du Fer sur l'île
  • », augets associés ici à un four de type « four à pont » ou « four couloir », tels qu'il en fut reconnu à Kerhillio, Erdeven (Morbihan), mais aussi aux Ebihens à Saint-Jacut-de-la-Mer (Langouët dir., 1996). LA M A N C H E \ •{ Baie du Mont Saint-Michel # atelier fou • atelier reo o
  • 6566 « Civilisations atlantiques & Archéosciences » et AMARAI (Association Manche Atlantique pour la Recherche Archéologique dans les îles). 2 2 7 3 1 SOMMAIRE page 1 - PRÉSENTATION DE L'ÉTUDE 1.1 - Présentation générale 2 2 1.1.1 - Fiche signalétique 1.1.2- Organisation
  • - Problématique de l'opération de sondages de 2007 1.3.1. Le site de Triélen et le projet ALERT 1.3.2- Le site de Triélen et la production de sel en Armorique 1.3.3-Larichesse d'un ensemblefaunique 2 - LES SONDAGES DE 2007 : RÉSULTATS 4 5 6 8 8 10 11 12 2.1 - Conditions préalables et
  • - Les éléments de briquetages 2.5.2 -La céramique domestique 2.5.3 -Analyse de fragments de sol (J.C. Le Bannier et G. Querré) 19 19 20 3 - INTERPRÉTATION DES RÉSULTATS 21 4 - CONCLUSIONS ET PERSPECTIVES 23 Bibliographie 24 ANNEXES Annexe 1 - Le projet « ALERT » Annexe 2
  • ensemble, tant écologique que culturel (source : Réserve Naturelle d'Iroise) (fig. 2 à 4). Figure 2 - Triélen, le hameau et le « loc'h ». Figure 3 - Triélen, vestiges mégalithiques. Figure 4 goémoniers. Triélen, l'un des fours de 6 1.2.3 - Le site gaulois de la plage nord
  • de Triélen (source : IGN, Géoportail). I- * v.» • M»-,,. -O-, i -, Figure 7 - Le site de la plage nord-ouest de Triélen, vu du nord-est. Figure 8 - Le site de la plage nord-ouest de Triélen, vu du sud-ouest. 8 1.3 - Problématiques de l'opération de sondages de 2007 Un
  • ', réalisée sur 1 m de large dans une zone déjà largement érodée ; - un sondage dans l'amas de patelles S5, en façade de falaise sur la largeur du carré 7, pour en analyser la taphonomie et le contenu ; - un sondage dans la structure SI, destiné à analyser la forme et le comblement de la
  • réalisé sur 1 m d'ouest en est, 0,50 m du nord au | j Niveau brun | j Argile crue verte I | Sédiment gris noir I m Briquetages Figure 15 - Relevé de la coupe BB' (DAO L. Quesnel) 15 2.3 - Les structures Plusieurs structures ont été définies dans cet ensemble, dont les
  • relatives à la forme des vases et/ou leur décor. Un fragment de panse porte un décor d'impression digitée (n°l, fîg. 24) ; il s'agit d'un récipient modelé à pâte assez grossière. Le n°2 est un fragment de gobelet ou bol hémisphérique modelé. Un petit tesson de panse (n°3), à surface
  • p. CARPENTIER V., GHESQUIÈRE E., MARCIGNY C., (dir.) 2006 - Grains de sel. Sel et salines du littoral basnormand (Préhistoire-XIXème s.), Co-éd. Ce.R.A.A. et A.M.A.R.A.I., 182 p. DAIRE M.Y., 1992 - Les céramiques armoricaines de la fin de l'Âge du Fer. Travaux du Laboratoire
  • d'Anthropologie, Université de Rennes 1, n°39, 316 p. DAIRE M.Y. (dir.) 1994 - Le sel gaulois. Bouilleurs de sel et ateliers de briquetages armoricains à l'Age du Fer. Ed. les Dossiers du Ce.RA.A., n°Q, 180 p. DAIRE M.Y. 1996 - Archéologie littorale et insulaire armoricaine : l'exemple des
  • briquetages protohistoriques. Sciences, n° 96, p. 29-36 DAIRE M.Y., 1998 - Des structures artisanales à la pointe de Séhar en Locquémeau (Côtes-d'Armor). Bulletin de l'A.M.A.R.A.L, n°ll, p. 49-59. DAIRE M. Y. 1999 - Le sel à l'Age du Fer : réflexions sur la production et les enjeux
RAP03751 (BRIE (35). 8 rue de Bretagne : Genèse et évolution d'un habitat seigneurial entre le Xe et le XVe siècle. Rapport de fouille)
  • opération de sauvegarde par l'étude
  • BRIE (35). 8 rue de Bretagne : Genèse et évolution d'un habitat seigneurial entre le Xe et le XVe siècle. Rapport de fouille
  • Baillieu 2.1 - projet scientifique d’intervention 6/13 34 Inrap · Rapport de diagnostic archéologique Ille-et-Vilaine, Brie, 8, rue de Bretagne POILPRE (P.) et PICHOT (D.), dir, - AH-THON (M.), BEUCHET (L.), ESNAULT (E.), LE BOULANGER (F.) (Coll.) – La forme du village en Haute
  • : 7204600 (Lambert CC48) z : 59 m NGF Brie Vannes 0 localisation de la fouille archéologique. Rennes 100 km 0 1 km I. Données administratives, techniques et scientifiques 15 X=1361350 X=1361300 X=1361250 X=1361200 Y=7204650 Y=7204600 52p Y=7204550 Y=7204500 emprise
  • Présentation des vestiges par ensembles 2.1.2.1 L’ensemble 1 2.1.2.2 L’ensemble 2 2.1.2.3 Les ensembles 3 et 3 bis 2.1.2.4 Ensembles 4 et 5 2.1.2.5 Un fossé 2.1.2.6 Les foyers 64 67 70 2.1.2.7 Une structure maçonnée 2.1.3 Chronologie 2.1.4 Étude carpologique 71
  • du mobilier métallique 178 5. Inventaire des minutes 179 6. Inventaire des photographies 1931 7. Inventaire des unités stratigraphiques 196 8. Liste des figures I. Données administratives, techniques et scientifiques Conditions d’utilisation des documents Les
  • déroulement. I. Identification administrative de l’opération Région Département Commune Lieu-dit Cadastre Surface à fouiller Maître d’ouvrage Bretagne Ille-et-Vilaine Brie 8 rue de Bretagne Section AA, n°52p 475 m² M. et Mme Pelatre, pétitionnaire privé Contexte actuel Nature
  • recouverts par un important remblai constitué de limons argileux et de blocs de schiste, épais de 0,50 m environ, repéré dans les tranchées 1 à 4, soit la majeure partie de l’emprise à l’exception de son angle sud-ouest. Ce remblai est associé à des vestiges bâtis matérialisés par des
  • . Beuchet 2014a BEUCHET (L.) - De la motte du comte à la forteresse ducale : le château de Guingamp (Côtes-d’Armor), Archéologie Médiévale, tome 44, C.N.R.S., Caen, p. 71-123 Beuchet 2014b BEUCHET (L.) - Aux origines du château du Guildo, dans Lafont P.-Y. (dir) Les élites et leur
  • COLLETER (R.), LE BOULANGER (F.), PICHOT (D.) – Eglise, cimetière et paroissiens – Bréal sous Vitré (Ille-et-Vilaine) (VIIe-XVIIe siècle). Errance, Paris, 279 p. Esnault 2014a ESNAULT (E.) dir. – Torcé, Ille-et-Vilaine. Le manoir de Vassé: rapport final d’opération de diagnostic. Cesson
  • motte La motte castrale Une tour résidence La grande maison, ou manoir de Brie Études complémentaires et inventaires techniques 153 1. Corpus des sources documentaires par Pierre Poilpré 166 2. Étude radiocarbone 175 3. Inventaire du mobilier céramique 176 4. Inventaire
  • intellectuelle, cela implique que : 1) les prises de notes et les copies ou autres formes de reproduction sont autorisées dans la mesure où elles sont strictement réservées à l’usage privé du copiste et non destinées à une utilisation collective; 2) toute reproduction du texte, accompagnée ou
  • 2017-242 Numéro de l’opération code INSEE 35041 F119985 Numéro de l’arrêté de désignation Coordonnées géographiques et altimétriques selon le système CC48 x : 1361300 y : 7204600 z : 59 m NGF 2017-292 Nature de l’aménagement Construction d'une maison individuelle Références
  • ................................................................................................................................ 7 B. Le décapage archéologique et le stockage des terres .............................................................................. 8 C. La fouille des vestiges : modes opératoires et principes méthodologiques ............................................... 8 Le suivi de
  • fondations, quelques vestiges de maçonnerie de schiste parfois effondrées sur un sol de terre battue portant des traces de chauffe. Ces vestiges se concentrent au centre de la parcelle, dans les tranchées 3 et 4. Ils sont associés à du mobilier céramique et métallique datable des XIIe
  • – tranche n° 1. Un cercle funéraire du Bronze final et un habitat enclos du haut Moyen Âge : rapport final d’opération de fouille. Cesson-Sévigné : Inrap Grand-Ouest, 332 p. Bachelier 2014 BACHELIER (J.) – Villes et villages de Haute Bretagne (XIe-début XIVe siècles) Analyses
  • Morphologiques CERA, Saint-Malo, 242 p. Beuchet et al. 1999 BEUCHET (L.), DUFOURNIER (D.), FICHET DE CLAIRFONTAINE (Fr.) – Les ateliers de potiers médiévaux de Fontenay, à Chartres-de-Bretagne (Ille-et-Vilaine), du XIe au XIVe siècle, Archéologie médiévale, tome 28, C.N.R.S., Caen, p. 71-120
  • autorisées pour un usage exclusivement privé et non destiné à une utilisation collective (article L122-5 du code de la propriété intellectuelle). Toute reproduction de texte, accompagnée ou non de photographies, cartes ou schémas, n’est possible que dans le cadre du droit de courte
  • objectif de faciliter cette consultation. La consultation et l’utilisation de ces rapports s’effectuent dans le respect des dispositions du code de la propriété intellectuelle relatives aux droits des auteurs. Notamment en application de l'article L.122-5 du code de la propriété
  • source (références exactes et complètes de l’auteur, de son organisme d’appartenance et du rapport); 3) la représentation ou la reproduction d’extraits est possible à des fins exclusives d’illustration dans le cadre de l’enseignement et de la recherche, dès lors que le public auquel
  • les articles L.335-2, L.335-3 et suivants du code de la propriété intellectuelle. Renseignement : DRAC Bretagne : http://www.culture.gouv.fr/Regions/Drac-Bretagne Service Régional de l’Archéologie - Centre de documentation archéologiqu Campus universitaire de Beaulieu - Avenue
  • Charles Foulon - 35700 Rennes 01/09/2018 I. Données administratives, techniques et scientifiques 9 Fiche signalétique Localisation Propriétaire du terrain Organisme de rattachement Région M. et Mme Pelâtre Inrap Grand Ouest 37 rue du Bignon CS 67737 35577 Cesson-Sévigné
RAP03161.pdf (PLOUHINEC (29). Ménez Drégan 1 : des Préandertaliens aux Néandertaliens à l'extrème ouest de l'Europe. Rapport de FP 2015)
  • PLOUHINEC (29). Ménez Drégan 1 : des Préandertaliens aux Néandertaliens à l'extrème ouest de l'Europe. Rapport de FP 2015
  • Figure 8 : Foyer circulaire de la couche 6' (sommet de la plage de galets de la couche 6) en zone Centre © R. Tsobgou-Aoupé Figure 9 : Foyer supposé en couche 7, visible sur la coupe E’-Fet où ont été placés des dosimètres (petits cercles blancs) © J.-L. Monnier 22 Figure 10
  • parasites fossiles ont été mis en évidence (Bouchet et al., 2002) et ce type d'étude doit être poursuivi surtout dans les niveaux très riches en matière organique (couches 5, 7, 9). Figure 2 - Carte des sites européens antérieurs à 400 000 ans (DAO L. Quesnel, repris C. Gaillard) 9 La
  • couche (fouille 2013), ainsi qu’une cuvette de sable rubéfié identifiée depuis 1994 dans la coupe E’-F’, puis deux zones de concentration de charbons et graviers rougis en zone Centre D et Est A/B (fouille 2014) - La couche 6’ contient un foyer circulaire au sommet du cordon de galets
  • terrain et de laboratoire concernant Menez-Dregan 1 s'intègrent dans l'axe thématique I du programme de l'UMR 7194 (MNHN, Paris), « Dynamique des premiers peuplements humains » surtout dans le thème 2 "Les groupes humains à bifaces et hachereaux en Eurasie" (dans ce site Colombanien
  • quartz (Laurent et al., 1996 ; Monnier et al., 1996b). Dans les couches 9, 7, 6et 5, les structures de combustion sont associées à d’abondants débris de charbons de bois, ainsi qu’à des silex et pierres chauffés. A l’issue de la campagne de fouille 2014, douze foyers étaient
  • .................................................................................................................................... 2 Menez Dregan 1 : état des connaissances ..........................................................................5 La recherche à Menez-Dregan 1 .........................................................................................8 Nature et importance du site
  • couches (sauf la 8, pour l’instant). Le foyer de la couche 9, datée par ESR à 465 ka, serait parmi les plus anciens connus à ce jour en Europe. Ces foyers ne sont réellement structurés par un arrangement de pierres que dans les couches 5c et 5e/6 ; dans les autres cas ils se présentent
  • concentration de macro-outillage (chopping tools et grands éclats) essentiellement faits sur des galets sphériques de grès ou grès quartziteux. - En couche 7, dans la coupe E'-F', une lentille de sable rubéfié avait été identifiée en 1994 comme correspondant à l'extrémité sud d'un foyer à
  • de combustion dans ce niveau (Monnier et Hallégouët, 1997, p.6). Il s'agit d'un reste de cuvette (naturelle ou anthropique ?) ayant servi de réceptacle à un feu dont la température de chauffe a été estimée à plus de 500°C, et présentant une forte rubéfaction du sédiment encaissant
  • combustion en couche 5c © S. Hinguant Figure 5 : Gros plan de la même structure de combustion en couche 5c © S. Hinguant 20 Figure 6 : Fond conservé d’un foyer en cuvette dans la couche 5d © S. Hinguant Figure 7 : Structure de combustion au sommet de la couche 6 © B. Hallégouët 21
  • coupe (fig. 9) Figure 11 : Foyer en couche 7, zone Centre-sous-voûte : surface brûlée, charbons, éclats thermiques (cliché C. Gaillard) 23 Figure 12 : Sole de foyer en secteur Centre-D (cliché C. Gaillard) Figure 13 : Sole de foyer (double) en secteur Centre-B, contre le bloc n
  • ..............................................................................................................89 1 Autorisation de fouille 2 3 Figure 1 - Localisation du site de Menez Dregan à Plouhinec, Finistère 4 Menez Dregan 1 : état des connaissances Le site de Menez Dregan 1 est une ancienne grotte marine dont le toit s'est progressivement effondré ; les énormes blocs
  • grotte, il y a environ 1,2 Ma (tableau 1). Ce stade serait responsable du façonnement de la plate-forme marine et de la formation du couloir d’abrasion qui constitue la grotte, et qui, à l’origine, était probablement double. Sur cette plage basale repose la couche archéologique 9, où
  • accumulés surtout par le ruissellement, parfois par le vent ; ceux-ci sont riches en matières organiques, d’origine anthropique et/ou naturelle (couches 9, 7 et 5). La dernière phase d’occupation est enregistrée entre 200 et 350 ka dans la couche 4b qui a livré un pavage de pierres le
  • ), parfois sur enclume, jamais Levallois. Dans les couches supérieures (5 et 4) le débitage semble plus standardisé (Ravon et Monnier 2013) que dans les couches inférieures, surtout la couche 9. L’outillage léger comprend majoritairement des denticulés et des encoches avec quelques
  • évoquent l’Acheuléen, surtout dans les couches 4 et 7 : hachereaux sur éclat et pièces bifaciales façonnées sommairement sur galet (Ravon et al. soumis). 6 Les occupations humaines se signalent également par la présence de foyers, dont on retrouve les traces dans presque toutes les
  • charbons de bois sont majoritairement issus d’éricacées et peuvent correspondre, dans certains cas, à des incendies naturels de la lande environnante, nombre d’entre eux proviennent d’arbres (pomoïdés, beaucoup de pin dans la couche 5 (Marcoux et al, soumis) et dans la couche 7
  • abondants dans les couches 6 à 8. Menez Dregan 1 est un site riche en informations sur les populations humaines qui occupaient l’Eurasie extrême-orientale au Pléistocène moyen. Sa séquence stratigraphique développée sur plusieurs milliers d’années, permet de suivre, quoiqu’avec des
  • être les plus anciens d'Europe (465 ka par datation RPE / ESR). Ce site permet de mieux comprendre comment et dans quels environnements ont évolué les premiers peuplements humains de ce Finistère, qui constitue l'un des « culs de sacs » occidentaux de l’Eurasie (fig. 1
  • reconstituer dans leurs grandes lignes les modes de mise en place des sédiments et les types de climat associés (Monnier J.L., Hinguant S.). Les analyses micromorphologiques et microstratigraphiques, dont certaines sont en cours (Courty M.-A., Chatreau Y.), apportent des compléments
RAP03440 (SAINT-CARADEC (22). Bel-Air. Rapport de fouille)
  • opération de sauvegarde par l'étude
  • SAINT-CARADEC (22). Bel-Air. Rapport de fouille
  • Section(s) et parcelle(s): XI- n° 23p Coord. Lambert93 CC48 x : 1263 700 y : 7237500 z : 172,50 m NGF St Brieuc Brest Saint-Caradec Rennes Quimper Vannes Nantes 0 5 km issue 1/250 000 © IGN 2015 Chantier Inrap 1Km 1/25 000 © IGN 13 14 Inrap · Rapport de fouille Arrêté
  • date du 26/11/2015 Référence du projet Inrap F 107 822 Numéro de l’entité archéologique — Coordonnées géographiques et al.imétriques selon le système national de référence Lambert 93CC48 x (L93) : 1 263 700 y (L93) : 7  237 500 z (L93) : 172,50 NGF Références cadastrales Commune
  • d’appartenance Tâches génériques Tâches affectées dans le cadre de l’opération Entreprise Beaussire Entreprise de terrassement Terrassement mécanique à une pelle de 180 CV avec godet de curage de 3 m de large. Intervenants technique I. Données administratives, techniques et
  • ................................................................................................................................ 8 B. Le décapage archéologique et le stockage des terres ............................................................................... 9 C. La fouille des vestiges : modes opératoires et principes méthodologiques............................................... 9 C.1 La
  • : Commune : Lieu-dit Surface prescrite : Surface à décaper : Références cadastrales : Bretagne Côtes d’Armor Saint-Caradec Bel-Air 7 000 m² Tranche ferme (phase 1) : 2434 m² Tranche conditionnelle (phase 2 ) : 4711 m² Section XI, parcelle 23p Maître d’ouvrage : Adresse : CIDERAL 4-6
  • conditions logistiques, matérielles et de sécurité (consultation des DICT notamment) sont réunies pour le démarrage de l’opération. Enfin, si l’opération doit faire l’objet d’un phasage dans le temps, une base mobile sera privilégiée pour la phase 1 d’une durée limitée à 7 jours ouvrés (5
  • . Compte tenu de la superficie de la fouille, la durée globale du décapage est estimée à 8 jours ouvrés soit 2 jours pour la tranche ferme (phase 1) et 6 jours pour la tranche conditionnelle (phase 2). Cette phase de l’opération sera placée sous la conduite du responsable de l’opération
  • (phase 1 et 2) est estimée à 22 jours ouvrés (5 jours pour la tranche ferme et 17 jours pour la tranche conditionnelle), hors décapage. L’équipe de base sera composée du responsable d’opération, assisté de 3 techniciens de fouilles. 11/15 33 34 Inrap · Rapport de fouille
  • , Côte d’Armor, Saint-Caradec, Bel Air Sommaire Données administratives, techniques et scientifiques 2 Sommaire 6 Fiche signalétique 7 Mots-clefs des thesaurus 8 Intervenants 10 Notice scientifique 10 Etat du site 11 Localisation de l’opération 12 Arrêté de
  • , 189 et 53 69 Phase 2 : Tranchées 137/53 75 Tranchées associées aux phases 1 et 2 : 154, 138, 139 : cour palissadée ou annexe couverte ? 79 Phase 3 : Tranchées 136, 187 et 171 84 2.1.2 Les trous de poteaux internes à l’habitat 86 2.1.3 Le Foyer 55 88 2.1.4 Etude du mobilier
  • au juillet 2017 Surface sondée Emprise de la fouille 7 000 m² I. Données administratives, techniques et scientifiques 9 Mots-clefs des thesaurus Chronologie Sujets et thèmes Mobilier nb Paléolithique Edifice public Industrie lithique Inférieur Edifice
  • mettre en évidence le profil en V des fossés, large d’1,60 à environ 2m pour une profondeur qui varie entre 0,85m et 1,15m. Les premières observations issues des coupes laissent suggérer la présence d’un talus sur le bord externe des fossés qu’il conviendra de valider dans le cadre de
  • ) ce qui réduit de 700 m² l’emprise d’étude pour la porter à environ 1700 m². - Une phase 2 qui correspond à la tranche conditionnelle soit l’emprise quasi intégrale de l’enclos et de l’occupation gallo-romaine. 5/15 27 28 Inrap · Rapport de fouille Bretagne, Côte d’Armor
  • jours de fouilles et 2 jours de décapage). Le cantonnement de chantier ne serait mis en place que pour la phase 2 de l’opération. 8/15 I. Données administratives, techniques et scientifiques Arrêté de prescription B. Le décapage archéologique et le stockage des terres
  • , assisté d’un technicien de fouille. Cette phase d’ouverture fera intervenir des pelles à chenille de 20t munies chacune d’un godet lisse de 3 m de large (1 seule pelle pour la phase 1). Dans tous les cas de figures, l’emploi d’un engin mécanique (pelle 20t ou mini-pelle) se fera dans
  • charges scientifique et qui sont les suivants : 1) définir l’organisation générale des occupations 2) restituer la chronologie relative à chacun des ensembles ou des entités archéologiques. 3) recherche d’éléments mobiliers (chronologie absolue) pour les ensembles les plus remarquables
  • technique et scientifique de l’opération 54 1.4 Enregistrement 56 2- L’occupation de l’ âge du Fer 57 2.1 Bâtiments de la transition de la fin du Ier âge du Fer et du début de La Tène ancienne 57 2.1.1 Les tranchées de fondation des bâtiments circulaires 57 Phase 1 : Tranchée 188
  • 152 Conclusion 152 2-6 Synthèse sur l’occupation de l’âge du Fer 153 Conclusion 154 3 Occupation antique 155 3.1 Fossé d’enclos 164 3.2 Etude céramique réalisée par Richard Delage 168 3.3 Les structures de combustions 168 3.3.1 Etude de susceptibilité magnétique par G
  • 185 Fossé parcellaire antique ? 186 Structures à l’intérieur de l’enclos 188 4.3 Autres structures non datées 190 5 Voie antique et parcellaire moderne 194 6 Synthèse générale 196 Bibliographie 197 Bibliographie spécialisée études environnementales 198 Bibliographie
  • remblayé à la fin de la fouille dans sa totalité en accord avec les termes de la convention. I. Données administratives, techniques et scientifiques Localisation de l’opération Localisation de l’opération Localisation de l’opération Bretagne Côtes d’armor Saint-Caradec Bel Air
RAP03648 (LANNION (22). Route de Petit Camp : un ensemble funéraire et un habitat de l'âge du Bronze. Rapport de fouille)
  • opération de sauvegarde par l'étude
  • LANNION (22). Route de Petit Camp : un ensemble funéraire et un habitat de l'âge du Bronze. Rapport de fouille
  • L’incinération 1 L’incinération 2 L’incinération 3 Eléments de discussion sur les sépultures à incinération Synthèse et éléments de discussion autour des structures funéraires de l’âge du Bronze Les éléments d’architecture L’ensemble n°1 L’ensemble n°2 L’ensemble n°3 L’ensemble n°4 L’ensemble
  • ................................................................................................................................ 6 B. Le décapage archéologique et le stockage des terres ............................................................................... 7 C. La fouille des vestiges : modes opératoires et principes méthodologiques ............................................... 8 D
  • Nature de l’aménagement x (L93) : 227 047 y (L93) : 6 869 792 z (L93) : 97m NGF Opérateur d’archéologie Références cadastrales Responsable scientifique de l’opération Commune Stéphane Blanchet, Inrap Lannion Année 2013 Section(s) et parcelle(s) CH 57 Lotissement Inrap Grand
  • conditions de mise à disposition du terrain négocié avec l’aménageur. B. Le décapage archéologique et le stockage des terres Le décapage mécanique consistera dans l’enlèvement de la terre végétale jusqu’à l’apparition des structures archéologiques soit une couche de terre de 0,50 m
  • 138 139 147 147 148 151 151 152 152 159 160 162 165 165 167 177 178 181 186 Bibliographie Inventaires techniques 201 216 219 220 Inventaire Inventaire Inventaire Inventaire n°1 n°2 n°3 n°4 : : : : Datations radiocarbone Inventaire du mobilier céramique Inventaire des
  • dispositions du code de la propriété intellectuelle relatives aux droits des auteurs. Notamment en application de l'article L.122-5 du code de la propriété intellectuelle, cela implique que : 1) les prises de notes et les copies ou autres formes de reproduction sont autorisées dans la
  • concernés, et que son utilisation ne donne lieu à aucune exploitation commerciale. Le non-respect de ces règles constitue le délit de contrefaçon prévu et sanctionné par les articles L.335-2, L.335-3 et suivants du code de la propriété intellectuelle. Renseignement : DRAC Bretagne : http
  • e Ille-et-Vilaine Vilaine Blavet Ou Morbihan st e Vilain Océan Atlantique Loire 0 40km 0 1000m 1/25 000 © IGN 2003 16 Inrap · Rapport de fouille Arrêté de prescription Lannion (22), Route de Petit Camp I. Données administratives, techniques et scientifiques
  • déroulement. I. Identification administrative de l’opération Région Département Commune Lieu-dit Cadastre Surface à fouiller Maître d’ouvrage Bretagne Côtes d’Armor Lannion Lotissement de la Route de petit Camp Section CH, parcelle n° 57 7 900 m² Armor Habitat 33 rue Abbé Garnier
  • grands principes méthodologiques seront mis en place, dans le respect des objectifs prioritaires tels qu’énoncés dans le cahier des charges scientifique et qui sont les suivants : 1) définir l’organisation générale des occupations 2) restituer la chronologie relative à chacun des
  • accordée à l’imbrication des différentes composantes du site en particulier dans les zones à forte concentration de vestiges (tranchée 1 à 4). L’objectif visé sera de déterminer le phasage précis de l’occupation et d’en suivre l’évolution. Un accent particulier sera mis sur l’étude
  • n°5 Synthèse et discussion autour des constructions circulaires Des structures domestiques d’accompagnement ? Le mobilier céramique (T. Nicolas) Considérations générales Des indices d’occupation du Néolithique moyen Une occupation de la fin du IIIe millénaire et du début du IIe
  • millénaire avant J.-C. Le cimetière à inhumation Autres indices d’occupation de la transition IIIe-IIe millénaire av. J.-C. La question du récipient retourné de la fosse F149 en contexte de nécropole. Une occupation de la fin du Bronze moyen et du Bronze final Une incinération, le fait 93
  • attribuées au Bronze ancien Le fossé Bronze ancien/Bronze moyen Etude anthropologique des incinérations (M. Le Puil-Texier) L’incinération F93 L’incinération F101 Synthèse et discussion générale (S. Blanchet) 177 3. Quelques structures de l’époque antique et du Moyen Âge 182 3.1 3.2
  • mesure où elles sont strictement réservées à l’usage privé du copiste et non destinées à une utilisation collective; 2) toute reproduction du texte, accompagnée ou non de photographies, cartes ou schémas, n’est possible que dans le cadre de courtes citations qui doivent être
  • .............................................................................................. 13 2/13 I. Données administratives, techniques et scientifiques Projet d'intervention Préambule L’opération de fouille préventive vise à l’étude scientifique des vestiges fossoyés d’un vaste site de l’âge du Bronze en partie étudié en 2013 en préalable à l’aménagement de la
  • poteaux, moins complet, suggèrent la présence de nouveaux bâtiments (tranchées 2 et 4). Tous ces éléments confirment la présence d’un hameau du Bronze final dont les limites comme l’organisation spatiale devraient être précisés dans le cadre de la future fouille. Enfin, le reste d’une
  • secteurs de fouille Le site qui nous intéresse (Route de Petit Camp) se situe au nord de Lannion sur un flanc de plateau favorable à l’implantation humaine. L’assiette de la prescription définie par l’Etat couvre une superficie globale de 7 900 m² (section CH, n°57) qui devra faire
  • à la 6/13 I. Données administratives, techniques et scientifiques Projet d'intervention mise en sécurité du chantier et des personnels, de même qu’au bon déroulement de la phase terrain. Le topographe procédera à l’implantation des différentes zones de fouille conformément
  • m après retrait de la terre végétale. II sera procédé à la pose d'un GTX avant la mise en place de la grave. La grave sera une GNT (grave non traitée) ou une GR (grave recyclée) de 0/31,5 et mise en place sur toute la surface sur une épaisseur de 0.3 m. La plateforme sera nivelée
RAP03409.pdf (BRIE (35). 8 rue de Bretagne. Rapport de diagnostic)
  • opération préventive de diagnostic
  • BRIE (35). 8 rue de Bretagne. Rapport de diagnostic
  • intervention sur le terrain. 29 II. Résultats 60 59 154 7204600 2 1 F7 F6 3 4 F4 F4 F1 F8 5 F5 F2 F10 F3 53 52 51 7204575 9 F9 8 54 F9 F9 7 N 6 ne e ed ag ret B ru 1361300 Fig.6 Plan général des vestiges © A. Desfonds, Inrap 0 Echelle : 1/250 10 20m
  • remblai, tandis que dans son tiers oriental, le creusement a atteint le substrat argileux (Fig.14, Fig.15). 2 Coupe 4 Coupe 3 - Tranchée 2 1 F7 E F6 Coupe 4 - Tranchée 2 O S N terre végétale Coupe 3 3 7 N 58.01 58.01 8 9 4 F1 13 substrat 9 10 11 14 11 12 12 F6 5
  • d’information (Fig.7) en direction du nord. N 2 1 3 4 5 9 F9 8 F9 F9 7 6 Fig.7 Plan général des vestiges sur le plan cadastral napoléonien de 1836 © A. Desfonds, Inrap 0 10 Echelle : 1/1000 50m 31 II. Résultats 2.1. Tranchée 1 Présentation Cette tranchée a été creusée
  • épaisseur de 5 à 10 cm, sur lequel ont été retrouvés des tessons de poterie. Le dégagement horizontal de ce niveau a fait apparaître le comblement supérieur d’un trou de poteau (F.1) matérialisé par des blocs de schiste et de grès (Fig.10). 2 1 3 N 4 F1 5 F2 Coupe 1 0 10 F3 20m
  • .18, Fig.19). tranchée 3 2 1 3 N F4 4 F8 F1 N 5 F5 F3 0 2 10 20m Echelle : 1/250 Fig.18 Localisation et plan des faits archéologiques enregistrés dans la Tranchée 3 © A. Desfonds, Inrap Fig.19 Vue oblique du décapage de la Tranchée 3, à partir du sud. Au premier
  • d’investigation particulièrement intéressante. De manière générale, ce diagnostic constitue l’opportunité d’étudier les origines et l’évolution de l’ancien habitat seigneurial de Brie (Fig.1, Fig.3). N O E S 0 50 100m Echelle : 1/1000 Fig.1 Localisation des tranchées de diagnostic dans
  • ce dernier (Fig.11). 1 F 1 - Coupe 2 - Tranchée 1 N N F1 O 57.65 E 5 Coupe 2 56.99 F2 0 0 Echelle : 1/250 substrat grès et schiste nodules d’argile ocre-jaune 1m Echelle : 1/50 F3 Fig.11 Plan et coupe du trou de poteau F.1 (Tranchée 1, Coupe 2) © A. Desfonds
  • de référence (Lambert 93cc48) X= 1361.300 Y= 7204.600 Lambert II étendu Z= 58.50 m NGF Références cadastrales Commune Brie section(s) et parcelle(s) AA n° 52p Propriétaires du terrain Mr et Mme Pelatre 8, rue de Bretagne 35150 Brie Nature de l’aménagement Construction de
  • -Vilaine Brie 8 rue de Bretagne Section et parcelle(s) : Section AA, parcelle 52p. X= 1361.300 Y= 7204.600 Lambert II étendu Z= 58.50 m NGF 0 200m Département : ILLE ET VILAINE Commune : BRIE DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES ------------EXTRAIT DU PLAN CADASTRAL
  • Echelle : 1/250 Coupe 1 - Tranchée 1 S N terre végétale 58.31 2 1 3 4 0 1m Echelle : 1/50 1 - Remblai d’argile jaune compact avec nombreux blocs de schiste et quartz, faune et céramique. 2 - Remblai de blocs de grès. 3 - Limon argileux brun charbonneux homogène compact avec
  • 0 F6 56.86 13 substrat 15 F7 1m Echelle : 1/50 F3 0 10 Echelle : 1/250 Fig.14 Localisation de la Tranchée 2 et stratigraphie des coupes 3 et 4 © A. Desfonds, Inrap 20m 7 - Limon argileux brun-jaune avec plaquettes de schiste et blocs de quartz. 8 - Limon argileux
  • (Fig.29, Fig.30). 2 1 3 N 4 F1 5 F2 F10 F3 Coupe 6 0 10 20m Echelle : 1/250 Coupe 6 - Tranchée 5 N F10 58.84 58.90 58.37 58.41 29 35 39 34a 36 37 38 36 58.52 58.91 40 58.34 36 58.82 perturbation ou sablière? S N terre végétale 58.66 26 27 29 28 33 39
  • (US.3) reposant sur une terre végétale (US.4) © G. Leroux, Inrap Description des faits et US. archéologiques Nous l’avons dit, l’ouverture de cette tranchée a permis de constater la présence d’un remblai (US.1, 2) dans la totalité de sa surface, apparaissant sous un niveau de
  • plan, à droite, apparaît le remblai constitué de plaquettes de schiste et de blocs de grès (F.8) ; au second plan, vers la gauche, se dessine la limite orientale d’une fondation constituée de sable blond (F.4) © G. Leroux, Inrap 0 tranchée de fondation de sable reste de fondation
  • partir du sud. Au premier plan apparaît un blocage de pierres de grès et schiste (F.5), posé sur une fondation sableuse dont la limite rectiligne orientale apparaît nettement vers la droite (F.4) © G. Leroux, Inrap Commune de Brie (35) 8, rue de Bretagne En plan, à partir de la
  • égale à 1,20 m, c’est-à-dire une mesure équivalente à la section de fondation sableuse vue dans la Tranchée 4. Le troisième élément correspond à un amas de blocs de schiste et de grès pris dans une gangue argilo-sableuse (F.5). Sa largeur constante, équivalente à 0,80 m et son
  • telle observation n’a pas été possible dans la tranchée 3. Interprétation Nous sommes en présence d’une puissante tranchée de fondation sableuse (F.4), dont le retour à angle droit sera détecté dans la Tranchée 4. Le radier, constitué de blocs de schiste et de grès (F.5), semble
  • nord où apparaît une série de 37 II. Résultats 2 1 3 N 4 Coupe 5 F4 F1 23 5 F3 0 10 20m Echelle : 1/250 Coupe 5 - Tranchée 4 terre végétale 20 58.39 17 18 0 22 23 16 24 21 pierre de parement effondré empreinte de pierre de parement fondation de sable 24
  • 36 00 40 Mai 2017 Sommaire 5 I Données administratives, techniques et scientifiques 7 8 9 10 11 12 13 19 22 Fiche signalétique Mots-clefs des thésaurus Intervenants Notice scientifique Localisation de l’opération Cadastre Arrêté de prescription Projet scientifique
  • . L’opération archéologique s’est soldée par le creusement de 5 tranchées réalisées à la mini-pelle qui ont permis de constater essentiellement la présence d’une importante fondation de murs, formant notamment un angle droit, enchâssée dans un remblai encore conservé sur une épaisseur d1 m
RAP03340.pdf (PLONEOUR-LANVERN (29). Kersulec : Un dépôt en fosse du Néolithique moyen 2 et une occupation de l'âge du Bronze ancien. Rapport de fouille)
  • opération de sauvegarde par l'étude
  • PLONEOUR-LANVERN (29). Kersulec : Un dépôt en fosse du Néolithique moyen 2 et une occupation de l'âge du Bronze ancien. Rapport de fouille
  • (I.G.N-1993) 27 Eure 44 5km Loire-Atlantique 0 1/250 000 41 Loir-et-Cher QUIMP E R © IGN 2001 49 Maine-et-Loire 37 Indre-et-Loir 36 Indre 85 Vendée 79 Deux-Sèvres 0 - 100 m 100 - 200 m 200 - 500 m 86 Vienne 0 100 km N Emprises de la fouille 0 N 1000m 1/25 2001 1
  • Inventaire des isolats 202 Inventaire des photos 212 Inventaire du matériel céramique (T. Nicolas) 216 Inventaire général des macro-outils et détermination pétrographique 216 (V. Brisotto, C. Hamon, J. Rolet, Y. Pailler) 222 Inventaire des macro-outils (V. Brisotto, C. Hamon
  • 28 Eure-et-Loir Section(s) et parcelle(s): 53 YA : 23p 35 Ille-et-Vilaine Quimper Mayenne 72 Coord. RGF93Sarthe CC48: Plonéour-Lanvern X : 156976 Y : 68425450 Z : entre 114 et 131 m NGF 56 Morbihan infographie : S.Jean - INRAP D'après la carte de la France au 1.1000 000e
  • ............................................................................... 7 C. La fouille des vestiges : modes opératoires et principes méthodologiques............................................... 8 D. Estimation des moyens de la phase terrain ............................................................................................. 10 E
  • ancien (ensemble 2) L’ensemble n°1 se situe au sud-est de la parcelle 23. Il correspond à une fosse isolée implantée dans une pente et attribuable au Néolithique moyen 2, à partir de l’étude d’un dépôt de mobilier céramique et lithique assez exceptionnel : une coupe à pied creux et
  • en place, dans le respect des objectifs prioritaires tels qu’énoncés dans le cahier des charges scientifiques et qui sont les suivants : 1) définir l’organisation générale des occupations 2) restituer la chronologie relative à chacun des ensembles ou des entités archéologiques. 3
  • - Outillage 143 • Comparaisons 145 2.3.5.2. L’outillage macrolithique de l’occupation de l’âge du Bronze (V. Brisotto, C. Hamon avec la collaboration de J. Rolet et Y. Pailler) 145 • Les matières sélectionnées pour le macro-outillage 145 • Analyse technologique et
  • terrain Coordonnées géographiques et altimétriques selon le système national de référence (RGF93 CC48) Maître d’ouvrage des travaux d’aménagement Du 02/11/2015 au 01/12/2015 x : 156976 y : 6842540 z : entre 114 et 131 m NGF OPAC de Quimper-Cornouaille 85, rue de Kergestin 29000
  • contrat mentionné à l’article 2, le justificatif de l’agrément de l’opérateur et, le cas échéant, la déclaration sur l’honneur prévue à l’article R 523-45 du code du patrimoine. Article 4 : Le directeur régional des affaires culturelles est chargé de l’exécution du présent arrêté, qui
  • l’on peut expliquer dans ce secteur par l’acidité des sols. L’ensemble n°2 correspond à une occupation de l’âge du Bronze ancien, situé dans un méplat, en contrebas du premier à moins de 200 m au nord. Il se caractérise par un ensemble de structures en creux : fosses dépotoirs, un
  • fosse (ensemble 1) suggère une occupation funéraire dès la période du Néolithique. Il s’agira dans un premier temps et à partir d’un décapage plus large d’environ 1800 m² de vérifier le caractère isolé de la tombe ou au contraire l’existence d’autres vestiges du Néolithique qui
  • éléments issus du diagnostic (vases à cordon sub-oraux, petit gobelet à anse) permettent de proposer une attribution chronologique au Bronze Ancien. 5/12 31 I. Données administratives, techniques et scientifiques La présence de tels vestiges dans ce secteur de la Bretagne
  • manière, l’association si elle venait à se confirmer entre un habitat (ensemble 1) et un ensemble funéraire (ensemble 2) représente un caractère inédit qu’il conviendra d’étudier dans le détail (relation inter site, mode d’accès et de circulation...). A partir de ces éléments, la
  • sa responsabilité. Ce document permet aussi de constater le respect de l’ensemble des conditions de mise à disposition du terrain négocié avec l’aménageur. B. Le décapage archéologique et le stockage des terres Les ensembles 1 et 2 (ensemble funéraire et occupation de type
  • . Stéphan) 51 1.2.3. Le site de Kersulec dans son (paléo) environnement (P. Stéphan) 51 1.2.3.1. Situation géographique 53 1.2.3.3. Tentative de reconstitution paléogéographique 55 1.2.4. Etude anthracologique d’une possible tombe en fosse et d’un foyer à pierres chauffées
  • ) 222 - Néolithique 222 - Âge du Bronze 228 Inventaire des silex et des quartz taillés (C. Nicolas) I. Données administratives, techniques et scientifiques 8 Inrap · RO de fouille PLONEOUR-LANVERN (Finistère), Kersulec Fiche signalétique Localisation Région Bretagne
  • QUIMPER Dates de la post-fouille Références cadastrales Nature de l’aménagement Commune : Plonéour-Lanvern Construction d’un lotissement section(s) : YA parcelle(s) : 23p Du 19/09/2016 au 09/12/2016 (de façon discontinue) Surfaces Emprise de la fouille 8820 m² 9 I. Données
  • isolée de forme ovale implantée dans la pente, en position dominante par rapport à une vallée marquée se jetant en aval dans l’étang de Trunvel. Un lot bien localisé de mobilier céramique et lithique y avait été déposé dans sa partie occidentale. Ce dépôt assez exceptionnel est
  • Préfet de la région de Bretagne, Préfet d’Ille-et-Vilaine, ARRETE n° 2015-206 portant prescription de fouille archéologique préventive VU le code du patrimoine, notamment son livre V ; VU l'arrêté préfectoral n° 2014 SGAR/DRAC/DSG du 21 juillet 2014 portant délégation de signature à
  • ............................................................................................................................. 6 A. La phase préparatoire................................................................................................................................ 7 B. Le décapage archéologique et le stockage des terres
RAP03231.pdf (CAUDAN (56). ZAC de Lenn Sec'h, lot 1 : une succession d'édifices circulaires ; un hameau du Bronze final. Rapport de fouille)
  • opération de sauvegarde par l'étude
  • CAUDAN (56). ZAC de Lenn Sec'h, lot 1 : une succession d'édifices circulaires ; un hameau du Bronze final. Rapport de fouille
  • Bronze ont été mis au jour dans quatre zones distinctes situées respectivement au nord (zone 1), en partie centrale (zone 2) et au sud (zone 3 et 4) de la future ZAC: L’ensemble principal qui nous intéresse et objet de la prescription de fouille n°2013061 correspondant à l’ensemble de
  • sud dans une moindre mesure. A l’issue de l’opération et à la demande de l’aménageur, le site a été rebouché. I. Données administratives, techniques et scientifiques 13 Localisation de l’opération Bretagne, Morbihan, Caudan, Lenn Sec’h (lot 1) Saint-Brieuc x : 1225560 y
  •  : 7199239 z : 51 à 57 m NGF Quimper Rennes Caudan Vannes 0 : localisation de la fouille archéologique (lot 1). 100 km 0 1 kilomètre 14 Inrap · RFO de fouille Caudan (56) – Un hameau du Bronze final X=1225750 X=1225700 X=1225650 X=1225600 X=1225550 X=1225500 X=1225450 Y
  • 319 4. Inventaire des sondages 320 5. Inventaire des structures 366 6. Inventaire des minutes I. Données administratives, techniques et scientifiques I. Données administratives, techniques et scientifiques 9 Fiche signalétique Localisation Région
  • géographiques et altimétriques selon le système national de référence x : 1225560 y : 7199239 z : 51 à 57 m NGF Maître d’ouvrage des travaux d’aménagement 10 000 m2 Commune de Caudan Surface décapée Nature de l’aménagement Zone d’aménagement concerté Opérateur d’archéologie
  • ................................................................................................................................ 7 B. Le décapage archéologique et le stockage des terres ............................................................................... 6 C. La fouille des vestiges : modes opératoires et principes méthodologiques .............................................. 7 D
  • nécessaires à son déroulement. I. Identification administrative de l’opération Région Département Commune Lieu-dit Cadastre Surface à fouiller Maître d’ouvrage Bretagne Morbihan Caudan ZAC de Lenn Sec’h - lot n° 1 Section YM n° 8p et 134p 10 000 m² Commune de Caudan Place Le Léannec
  • Xylologique des bois carbonisé du foyer F.274 (V. Guitton) 160 3.3.2 Les fosses retrouvées à proximité des habitations 162 3.3.3 Les indices d’activités domestiques et artisanales livrés par le mobilier 162 3.3.3.1 La céramique de la fin de l’âge du Bronze (X
  • la zone n°2. Il est assis en partie haute d’un terrain légèrement vallonné entre les côtes 52 et 59 m NGF. Son emprise se développe sur une surface d’environ 1 ha sur les parcelles 8p et 134p. L’occupation principale se caractérise par la présence d’au moins une douzaine de
  • observer à partir de la tranchée 76, des relations de chronologie relative entre le bâtiment 1 de plan rectangulaire et le bâtiment ovalaire n°2. A partir de là, un axe principal d’étude se dégage : identifier la nature et affiner la chronologie des grandes phases de l’habitat à travers
  • les plus remarquables (bâtiments, enclos spécifiques, structures à vocation artisanale…). Une attention particulière sera accordée à l’imbrication des différentes composantes du site en particulier dans les zones à forte concentration de vestiges (bâtiments 1 et 2 de la tranchée 76
  • Sec’h – lot 1 » a été conduite par l’Inrap à l’automne 2013 dans le cadre de l’aménagement de la ZAC du même nom par la commune de Caudan. Rapport d’opération Sujets et thèmes Bâtiment circulaire, Habitat rural, Bâtiment agricole, Maison, Foyer, Fosse Un hameau du Bronze final
  • final Habitat groupé ou hameau : quelle appropriation du territoire ? Annexes 295 1. Résultats des datations radiocarbone (Laboratoire Beta Analytic) 313 2. Inventaire du mobilier céramique 318 3. Inventaire du matériel macrolithique et lithique
  • =7199300 YM134 Y=7199250 Y=7199200 Y=7199150 YM8 Y=7199100 Y=7199050 Y=7199000 Y=7198950 Y=7198900 Y=7198850 : emprise de la fouille archéologique. 0 100 200 mètres I. Données administratives, techniques et scientifiques Arrêté de prescription 15 16 Inrap · RFO de
  • en zone 2 La prescription fixe l’emprise d’étude et de décapage ferme à 10 000 m². Elle concerne le cœur d’un habitat ouvert datable de l’âge du Bronze ancien et caractérisé par plusieurs concentrations de vestiges (trous de poteaux et fosses) relatives à différents bâtiments. Par
  • conséquent, l’objectif prioritaire de cette fouille consistera à caractériser la nature des occupations et à déterminer leur organisation spatiale. Il conviendra également de 4 I. Données administratives, techniques et scientifiques 27 déterminer les liens chronologiques et
  • , procèdera à la mise en place d’une plateforme destinée à l’installation des cantonnements et au stationnement des véhicules. La plateforme sera installée dans un décaissement de 0,3 m après retrait de la terre végétale. II sera procédé à la pose d'un GTX avant la mise en place de la
  • grave. La grave sera une GNT (grave non traitée) ou une GR (grave recyclée) de 0/31,5 et mise en place sur toute la surface sur une épaisseur de 0,3 m. La plateforme sera nivelée de façon à lui assurer une planimétrie horizontale continue. Un minimum de compactage sera effectué pour
  • termes du marché, un topographe de l’Inrap procédera à l’implantation de la zone de fouille conformément au plan annexé à la prescription, en concertation étroite avec le représentant du maître d’ouvrage et le représentant de l’Etat (agent prescripteur du SRA Bretagne). 6 I
  • . Données administratives, techniques et scientifiques 29 B. Le décapage archéologique et le stockage des terres Le site qui nous intéresse occupe une superficie d’environ 1 ha et constitue le lot n°1 du projet de la ZAC de Lenn Sec’h de Caudan. La surface prescrite par l’Etat fera
RAP03328.pdf (MORDELLES (35). ZAC Val de Sermon : des champs au hameau (du 1er s. ap J.-C. à nos jours). Rapport de fouille)
  • opération de sauvegarde par l'étude
  • MORDELLES (35). ZAC Val de Sermon : des champs au hameau (du 1er s. ap J.-C. à nos jours). Rapport de fouille
  • stockage. Inrap · RFO de fouille 42 Mordelles (35), ZAC Val de Sermon − Des champs au hameau (du ier s. ap. J.-C. à nos jours) N O S1 E S 1 S7 S6 S3 S5 S4 S2 secteur 1 secteur 7 secteur 6 secteur 5 2 7069 3 secteur 4 secteur 3 4001 2 orniere orniere orn 1 3
  • (35), ZAC Val de Sermon − Des champs au hameau (du ier s. ap. J.-C. à nos jours) S1 CHEMIN 5 N O 1010 S 1020 S7 S6 S5 E 1030 1070 S3 5531 2 1060 3 4 S4 1050 secteur 1 1 S2 secteur 7 8640 secteur 6 8430 secteur 5 7310 5000 8100 7340 7630 7010 Sd. 9030
  • variées 4.4 La céramique du haut Moyen Âge sur le site du Val de Sermon 4.4.1 Les productions  4.4.2 Inventaire de la céramique par secteur  4.4.2.a Secteur 1 4.4.2.b Secteur 2 4.4.2.c Secteur 3 4.4.2.d Secteur 4 4.4.2.e Secteur 5 4.4.2.f Secteur 6 4.4.2.g Secteur 7
  • 31 .5 33 30.5m 29 Fig. 3 Le site dans son contexte topographique. E. Le Goff . 1340300 32 34 .5 34 33 31.5 36 35.5 7219600 41m .5 29 5 31. 32.5 50 m I. Données administratives, techniques et scientifiques 39 4 3 6 5 2 1 0 500 1000 2000 m Fig. 4 Le
  • . 50 100 m 2260 S 7 9 2260 3123 3160 terre végétale 1 : terre mêlée de limon brun 2 : terre mêlée de limon brun et de cailloutis 3 : terre, racines (talus) 4 : niveau compact de plaquettes de schiste 5 : sédiment argileux brun, petits cailloux de schiste 6 : sédiment
  • : sédiment argileux damé brun clair 3590 2 : sédiment limoneux compact brun clair 1 6 Chemin 1 – Sd. 9001 6 2 1 5 3 3123 8 1/50 0 50 cm 3160 1 9 2m N II. Résultats 51 52 Inrap · RFO de fouille Mordelles (35), ZAC Val de Sermon − Des champs au hameau (du ier s. ap. J
  • chemin C1, de direction nord-sud (secteurs 4 et 5) Dans le secteur 4 Dans le secteur 5 Quelle durée d’utilisation ? Quel(s) lieu(x) desservis ? Trois chemins dans le secteur 7 Le chemin 2 (C2) Le chemin 3 (C3) Le chemin 4 (C4) Les chemins C5 et C6 dans le secteur 3 Le chemin C7
  • 0 0 0 250 m 1/25 000 1 km 2 km 20 40 60 80 100 km 18 Inrap · RFO de fouille Mordelles (35), ZAC Val de Sermon − Des champs au hameau (du ier s. ap. J.-C. à nos jours) I. Données administratives, techniques et scientifiques Arrêté de prescription 19 20 Inrap
  • l’occupation gallo-romaine Présentation Analyse par phase Les terres cuites Bilan archéologique sur l’occupation antique 147 4. 147 4.1 4.1.1 4.1.2 4.1.3 4.2 4.2.1 4.2.1.a 4.2.1.b 4.2.1.c 4.2.1.d 4.2.1.e 4.2.1.f 4.2.1.g 4.2.1.h 4.2.1.i 4.2.1.j 4.2.2 4.2.2
  • enc AO 63 AO 72 AO 73 AO 64 Le « AO 74 eau Barr AO 79 » AO 61 AO 62 AO 106 bois AO 77 AO76 AO 77 AO 52 avenu G é ra u e des lt s AO 75 fouille 2014 bois diagnostic 2014 diagnostic 2009 fouilles 1985-1989-1992 RD n° 34 0 100 200 m Fig. 5 Plan général des
  • mécaniquement, à l’aide d’une mini-pelle de 5 T à godet lisse (Fig. 7). Fig. 8 Vue d’un nœud de fossés avant et après marquage au sol de leur chronologie relative dans le secteur 7. © F. Le Boulanger, Inrap I. Données administratives, techniques et scientifiques 45 1.4.4 Post-fouille et
  • jours) N O AN 12 E S ZO 89 AN 11 AN 9 AN 8 AN 14 AN 7 AN 19 AN 20 AN 10 AN 15 AN 34 AN 31 ZO 122 AN 30 ZO 119 AN 29 AN 21 AN 32 AN 28 AN 26 AN 25 AN 33 cavé re en e ter in d chem AO 69 AO 67 AO 99 AO 68 AO 71 AO N° 71 AO 66 min che rre de te avé
  • 5531 CHEMIN 2 secteur 4 secteur 3 CHEMIN 3 CHEMIN 4 CHEMIN 1 Sd. 9001 route 2080 route chemin rural fossé parcellaire récent secteur 2 2030 0 10 Fig. 9 Emplacements des 4 chemins ruraux actuels et de fossés parcellaires récents. Coupes des chemins n° 1 et 2 ci-contre
  • .-C. à nos jours) 1.1 Coupes des chemins ruraux 1 et 2 Deux des quatre chemins ruraux encore utilisés à notre arrivée ont pu être sondés. Le n° 1 qui sépare les secteurs 2 et 3 a une largeur totale de 5,80 m si on prend en compte la surface de circulation et les deux fossés-talus
  • Inventaire Inventaire Inventaire Inventaire Inventaire Inventaire Inventaire n° n° n° n° n° n° n° n° n° 1 – Inventaire des faits 2 – Inventaire des sondages 3 – Inventaire de la céramique protohistorique 4 – Inventaire du mobilier antique 5 – Inventaire de la céramique médiévale et
  • ), ZAC Val de Sermon − Des champs au hameau (du ier s. ap. J.-C. à nos jours) I. Données administratives, techniques et scientifiques 9 Fiche signalétique Localisation Propriétaire du terrain Organisme de rattachement Commune de Mordelles Région Bretagne Département
  • Adresse ZAC Val de Sermon Numéro de l’opération F107175 35196 Coordonnées géographiques et altimétriques selon le système national de référence x : 289600 y : 350100 z : de 38 à 31 m NGF Références cadastrales Commune Mordelles Année 2011 section(s) AN parcelle(s) 19, 21, 25
  • : Ille-et-Vilaine (35) Commune : Mordelles Adresse/Lieu-dit : ZAC Val de Sermon Coordonnées géographiques et altimétriques : X : 289600 Y : 350100 Z : 38 à 31 m NGF Rennes Mordelles Section(s) et parcelle(s) : Section AN : parcelles 19, 21, 25, 26, 28, 29, 30, 31, 32, 34, 697 20
  • parcelles encore délimitées par des fossés-talus. Certains champs étaient toujours desservis par des chemins ruraux (chemin rural 1, 3 et 4 (Fig. 9). Il y a peu de chemins ou de fossés récents mis au jour dans l’emprise décapée en raison du faible impact des opérations de remembrement
  • limoneux brun-gris 7 : sédiment argileux brun clair 8 : sédiment argileux gris, tesson 9 : sédiment limoneux compact brun clair 3 4 4 1 terre végétale 3 3 Chemin 2 – Sd. 9030 2 1 : niveau compact de terre mêlée de limon brun 3600 3 : gravillons de schiste jaune très compact 4
RAP03342.pdf (CHAVAGNE (35). La Touche, tranche 2 : Des premiers aménagements du territoire aux origines du village. Rapport de fouille)
  • opération de sauvegarde par l'étude
  • CHAVAGNE (35). La Touche, tranche 2 : Des premiers aménagements du territoire aux origines du village. Rapport de fouille
  • altimétriques : Lambert 93 x : 343390 y : 6783000 z : 22 à 32 m NGF Section(s) et parcelle(s) : ZK 8, 13, 41 et 175 N RENNES CHAVAGNE 0 50 100 km 1/2 500 000 N 0 1/25 000 500 m 1 km 18 Inrap · RFO de fouille Des premiers aménagements du territoire aux origines du village
  • 594 595 596 598 599 1. 2. 3. 4. 5. 6. 7. 8. 9. 10. 11. 12. Inventaire des structures fouillées Inventaire de la céramique Inventaire du verre Inventaire de la terre cuite non architecturale Inventaire des matériaux de construction antiques Inventaire des
  • & Développement Coordonnées géographiques et altimétriques selon le système national de référence x : 343390 y : 26783000 Lambert 93 z : 21 à 32 m NGF Références cadastrales Commune Chavagne section(s) ZK parcelle(s) n° 13, 41 et 176. Nature de l’aménagement Zone d’Aménagement Concerté
  • venir) AB 318 ZK 13 Tranche 1 (2011) ZK 41 Tranche 2 (2014) Manoir de la Touche Tranche 1 (2011) ZK 8 0 1/5000 50 200 m II. Résultats 43 Ancienne église romane N Manoir XVe siècle 0 50 200 m 1/5000 Fig.3 Plan général des fouilles (Tranches 1 et 2), reporté sur un
  • occupations altomédiévales mises au jour ? 421 2.7.3.2.a Géographie seigneuriale entre Meu et Vilaine 425 2.7.3.2.b Une dîme au Val de Sermon 427 2.7.3.2.c Un vicus à la Touche 429 3. Conclusion 432 4. Bibliographie 447 5. Sources 451 458
  • 126 2.4.2.1.c Un axe de circulation desservant plusieurs chemins secondaires 126 2.4.2.1.c.1 Un premier carrefour de chemins à l’est (Chemins C1 et C7) 127 2.4.2.1.c.2 Un second carrefour contrôlé par plusieurs portes (Chemins C1, C2 et C7) 130 2.4.2.1.c.3 Un
  • 162 2.4.3.1.c 1.2 Inventaire des lots issus des aménagements internes de l’enclos 1 165 Le mobilier en verre 2.4.3.1.c.2 165 2.4.3.1.c.3 Le mobilier en terre cuite 168 2.4.3.1.c.4 Le mobilier métallique 168 2.4.3.1.c.5 Le mobilier lithique 2.4.3.2
  • 25 2 100 0 50 200 300 400 Distance (m) 200 m 1/5000 Fig.5 Carte topographique du secteur d’étude et profil topographique du site fouillé. © Inrap, IGN En plus d’une forte dénivellation, ayant probablement entraîné beaucoup de ruissellement et d’apports de colluvions, le
  • village - Ille-et-Vilaine, Chavagne, La Touche N Les Bouvais cercle Fig.6 Enclos circulaire identifié au lieu-dit Les Bouvais à Chavagne (35). © Inrap 0 25 100 m 1/2500 En ce qui concerne les périodes historiques, la commune compte également plusieurs sites figurant sur la
  • subcirculaire ? 81 2.2.5.1.a 83 2.2.5.1.b Une construction circulaire 85 2.2.5.1.c Éléments de datation et de comparaison 88 2.2.5.2 Un probable silo associé au bâtiment circulaire 89 2.2.6 Un bâtiment à abside(s) de la transition Bronze final - premier âge du
  • .a 134 2.4.3.1.a.1 Le périmètre principal de l’habitat 138 2.4.3.1.a.2 Un enclos secondaire aménagé en périphérie 143 2.4.3.1.a.3 Des structures d’appoint liées à l’évacuation des eaux pluviales 146 2.4.3.1.b Les aménagements internes de l’enclos 146 2.4.3.1.b.1
  • Un puits (F. 4162) 151 2.4.3.1.b.1.1 Analyse du diagramme pollinique du puits F. 4162 152 2.4.3.1.b.2 La fosse F. 4164 : un probable cellier 153 2.4.3.1.b.3 La fosse F. 4541 : un silo à grain 154 2.4.3.1.b.4 Une petite construction semi-excavée (bâtiment E4
  • ) 155 2.4.3.1.b.5 Un aménagement sur poteaux plantés (ensemble E5) 156 2.4.3.1.c Le mobilier domestique et les outils de l’habitat 156 2.4.3.1.c.1 Présentation du corpus de la vaisselle céramique 156 2.4.3.1.c 1.1 Inventaire des lots issus des fossés de l’enclos 1
  • 2.4.3.2.c 200 2.4.3.2.c.1 Présentation du corpus de la vaisselle céramique 207 2.4.3.2.c.2 Le mobilier en verre 208 2.4.3.2.c.3 Le mobilier en terre cuite 209 2.4.3.2.c.4 Le mobilier métallique 209 2.4.3.2.c.4.1 Le mobilier en fer 210 2.4.3.2.c.4.2 Le
  • 332 2.5.1.2.b.4.7 L’ensemble E27 : une construction associée à la zone de rouissage ? 333 2.5.1.2.b.5 Deux ateliers de forge Les aménagements autour du puits F. 10554, témoins d’une activité liée au chanvre et au lin L’espace de la grange antique (ensemble E8
  • grande longère en partie nord 360 2.5.2.2.d L’ensemble E12 : une petite bâtisse rectangulaire 361 2.5.2.2.e L’ensemble E13 : un ensemble plus complexe masquant une série de bâtiments 368 2.5.2.2.f Les aménagements domestiques et agricoles 368 2.5.2.2.f.1
  • 461 1. 2. 3. Annexes Corpus des textes étudiés pour l’analyse spatiale et historique (Pierre Poilpré) Notes complémentaires sur le macro outillage lithique (Vérane Brisotto) L’étude palynologique : Méthodologie et potentiel des échantillons (Delphine Barbier-Pain) 469 4
  • d’environ 25 m de diamètre a également été repéré sur un cliché aérien réalisé par l’IGN en 2011 (découverte signalée par Claudine Bernard, prospectrice bénévole, que nous remercions) (Fig.6 et 7). Cet enclos se trouve à 900 m au sud de l’emprise de fouille de la ZAC de la Touche, entre
  • scientifiques 12 Fiche signalétique 13 Mots-clefs des thesaurus 14 Intervenants 16 Notice scientifique 17 Localisation de l’opération 18 Arrêtés de prescription et cahiers des charges des Tranches 1, 2 et 3 36 Autorisation de fouille
  • 171 Une seconde exploitation installée sur le versant (enclos 2) 171 2.4.3.2.a Le périmètre principal de l’habitat 178 2.4.3.2.b Les structures internes de l’enclos 178 2.4.3.2.b.1 Un puits (F. 10554) 188 2.4.3.2.b.2 Le quart sud-ouest de l’enclos 188