Rechercher sur le site

  • Chercher les documents contenant un mot OU un autre : tapez simplement les mots à la suite => bracelet bronze
  • Chercher les documents contenant un mot ET un autre : utilisez le mot-clef AND => bracelet AND bronze
  • Chercher les documents contenant une expression exacte : taper l'expression entre guillemets => "bracelet en bronze"

Limiter votre recherche

Auteur
Type d'opération
Commune
Département
Date (Année)

3930 résultats Exporter les résultats

Trier par Titre : ascendant / descendant
RAP02518.pdf (rapport de la campagne de fouille 2009 sur le gisement paléolithique inférieur de Ménez Drégan I. rapport intermédiaire de fp triennale (2009-2011))
  • rapport de la campagne de fouille 2009 sur le gisement paléolithique inférieur de Ménez Drégan I. rapport intermédiaire de fp triennale (2009-2011)
  • important et central. 14 LE CONTEXTE GÉOLOGIQUE ET LA FORMATION DE LA GROTTE Le substrat de la partie orientale du littoral de Plouhinec correspond à l'orthogneiss oeillé de Pors Poulhan (carte géologique de la France au 1/50000, feuille Pont-Croix, 1981). Il s'agit d'un granité
  • , Histoire » CNRS, Université de Rennes 1, Ministère de la Culture ©entre de Recherche @n Archéologie Archéosciences, Histoire Liberti • ¿gt^iig » Fra^rnilir ueh R É P U B L I Q U E FRANÇAISE U N I V E R S I T É DE RENNES 1 Penn Ar Bed PI.OUHINeC Rennes Novembre 2009 Les
  • DE ^ RENNES 1 Penn Âr Bed Rennes Novembre 2009 Les industries humaines témoignent de tout temps de la volonté de transformer et « améliorer » leur état d'être. Introduction L'opération archéologique de fouille de la grotte effondrée de Menez-Dregan I arrive cette année à
  • . Parmi ces gisements du Cap Sizun, celui de Menez-Dregan-1 est l'objet d'une fouille importante et d'un programme interdisciplinaire. (Monnier et al., 1996 ; Monnier et al., 2000). Il s'agit d'une ancienne grotte marine dont le toit s'est progressivement effondré. Le remplissage
  • aberrantes vis à vis du contexte géologique. Dans l'état actuel et compte tenu des données géologiques et archéologiques, nous ne ferons état ici que des datations RPE. La falaise « morte » Gwen-Drez (P'agë) I P p t ^ H Ë ^ Les dépôts pléistocènes en falaise _. La grotte effondcée V
  • fossile et des grottes : au niveau de la plateforme de Menez-Dregan, laquelle se suit aisément sur tout le littoral sud du Cap Sizun. Chaque niveau a pu être actif à de nombreuses reprises, comme en témoigne le remplissage de la grotte de Menez-Dregan 1. Le dépôt littoral (galets
  • marins) le plus ancien retrouvé sur la plateforme de MenezDregan 1 est daté de 110 MA (RPE). Il est important de noter que le remplissage d'une grotte comme celle de MenezDregan 1 traduit une succession de phases de remplissage et d'érosion intense. Il est évident que les couches
  • © S. Hinguant Menez-Dregan 1 en 2002. La stratigraphie est bien visible. De nombreux grands blocs effondrés ont été enlevés et le sommet du cul de grotte a été à nouveau déroché © J.L. Monnier 17 Menez-Dregan. Vues générales de la fouille et cul de grotte (clichés S. Hinguant
  • POUHINEC, FINISTERE RAPPORT DE LA CAMPAGNE DE FOUILLE 2009 SUR LE GISEMENT PALEOLITHIQUE INFERIEUR DE MENEZ-DREGAN I Fouille programmée triennale (1/3) Responsable de l'opération : Jean-laurent MONNIER Adjoints au Responsable : Rodrigue TSOBGOU AHOUPE & Anne-Lyse RAVON Suivi de
  • industries humaines témoignent de tout temps de la volonté de transformer et « améliorer » leur état d'être. 2SIS POUHINEC, FINISTERE RAPPORT DE LA CAMPAGNE DE FOUILLE 2009 SUR LE GISEMENT PALEOLITHIQUE INFERIEUR DE MENEZ-DREGAN I Fouille programmée triennale (1/3) Responsable de
  • : Rodrigue TSOBGOU AHOUPE & Sylvain BLAIS UMR 6566 CReAAH «Centre de Recherche en Archéologie, Archéosciences, Histoire » CNRS, Université de Rennes 1, Ministère de la Culture ©entre de Recherche ®n Archéologie Archéosciences, histoire R É P U B L I Q U E FRANÇAISE U N I V E R S I T É
  • . Intérêt du site (rappel) : Le gisement de Menez-Dregan 1 est un site clé pour la connaissance des premiers peuplements de l'extrême ouest de l'Europe. Il a été choisi parmi un grand nombre de sites analogues appartenant au groupe Colombanien, dispersés sur le littoral sud armoricain
  • , en gros entre Noirmoutier et Crozon. La plupart de ces sites sont menacés par l'érosion marine et font l'objet d'un pillage intensif par les clandestins. L'opération Menez-Dregan s'intègre à un plus vaste programme que l'on peut intituler «des Prénéandertaliens aux Néandertaliens
  • à l'extrême ouest de l'Eurasie », dans le cadre plus large de l'axe thématique de l'UMR 6566 « Evolution des sociétés : les sociétés de chasseurs-cueilleurs » et son sous-axe : « les peuplements paléolithiques de l'Ouest de la France dans leur contexte européen » . Elle contribue
  • aux axes transversaux « Paysages, environnements et sociétés », « Occupation et exploitation du littoral » et « L'Homme et le feu », intégrant aussi les géomatériaux (variété des matériaux lithiques mis en œuvre), la technologie lithique, la sédimentologie, la paléo-botanique et
  • Carnac) en 1980. Il est nécessaire de préciser les datations, de mieux cerner le contexte paléoenvironnemental et l'organisation de l'habitat (la structuration des habitats du Paléolithique inférieur est mal connue), de mieux situer ce groupe dans le cadre du Paléolithique inférieur
  • paléogénétique. Des kystes de parasites fossiles ont été mis en évidence (Bouchet et al., 2003). 4 Equipe scientifique et intégration aux thèmes de l'UMR 6566 - CReAAH «Centre de Recherche en Archéologie, Archéosciences & Histoire» Programme : « Des Prénéandertaliens aux Néandertaliens à
  • l'extrême ouest de l'Eurasie : L'émergence du Paléolithique moyen en Europe Occidentale » Opération « Menez-Dregan » Intégré aux axes suivants : Axe « Evolution des sociétés (resp. Thématique : les sociétés Grégor 1.1 : de chasseurs-cueilleurs» Marchand) Sous-axe 1.1.2 : « les
  • peuplements paléolithiques de l'Ouest de la France dans leur contexte européen » (resp. Jean-Laurent Monnier) Et aussi aux axes suivants : Axe transversal 2.1 : « Paysages, environnements et sociétés » Axe transversal 2.3 : « Occupation et exploitation du littoral » Axe transversal 2.4
  • présence humaine, renferment des niveaux d'occupation. La couche 5 en particulier est composée de plusieurs niveaux d'occupation (minces couches lenticulaires dues aux érosions et aux réaménagements anthropiques successifs). Les datations RPE (Monnier et al., 1994) placeraient la
RAP02943.pdf ((35). activités minières et métallurgiques du sud de la haute-Bretagne. rapport de pt 2013)
  • (35). activités minières et métallurgiques du sud de la haute-Bretagne. rapport de pt 2013
  • . PROBLEMATIQUE DE LA RECHERCHE Les ateliers métallurgiques fouillés depuis plus d’une décennie dans ce contexte ont permis d’étudier plus d’une trentaine d’appareils de réduction (bas fourneaux), et ainsi de préciser l’attribution typochronologique d’un certain nombre de sites à scories du
  • d’Araize. La recherche de gîtes ferrifères exploitables aux périodes anciennes ou antiques est également intégrée à cette prospection. 5.2 Recherche de ferriers La description des deux ferriers de l’Etang de St Morand est reprise dans la fiche de déclaration. Parmi les éléments
  • particulier dans toute la moitié nord de ce tracé. 5.3. Enclos aux abords nord de la forêt d’Araize à proximité de la Voie RennesAngers A l’extérieur de la forêt, non loin de la route nationale actuelle, les recherches ont abouti à la découverte au lieu dit Le Moulin de St Moran
  • Fossardais » (Bardel, 1980). La prospection réalisée avec l’aide de Serge AMOSSÉ, ancien maire de La Dominelais, et les recherches satellitaires ont conduit également à découvrir une série de 3 autres sites au niveau du hameau de La GréeCharuël (La Grée-Charuël 1, La Grée-Charuël 3, et La
  • et miniers du Massif de Paimpont (35), rapport de prospection thématique, S.R.A. Rennes, vol.1 et 2, 158 p. VIVET J.-B. (Dir.), 2009 – Métallurgie médiévale et forêt en prélude aux Grandes Forges de Paimpont (35), Les Dossiers du Centre Régional d’Archéologie d’Alet, N° AF, 221
  • : ……………………………………………………………………………………………………………………………………………… ……………………………………………………………………………………………………………………………………………… ……………………………………………………………………………………………………………………………………………… ……………………………………………………………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………………………… 24 LA BATAILLAIS Commune du Grand-Fougeray 1. Introduction Le site de la Bataillais a été découvert sur le territoire de la commune du Grand-Fougeray. Il se situe, en fait en bordure de la limite sud-ouest de la commune de La Dominelais, et peut donc être comparé aux ateliers
  • Régional d’Archéologie d’Alet (Ce.R.A.A.) - St Malo --------------------------- 1 Je remercie les acteurs du ministère de la Culture (D.RA.C. Bretagne, Service Régional de l’Archéologie), de l’intérêt, du soutien, et du financement apporté à cette opération de prospection thématique
  • soutien logistique indéfectible. 2 3 4 SOMMAIRE I. PRESENTATION ET SYNTHESE p.6 1. INTRODUCTION p. 7 2. PROBLEMATIQUE DE LA RECHERCHE p. 7 3. CARTE DES COMMUNES CONCERNEES p. 8 4. LISTE DES SITES INVENTES OU COMPLEMENTES p. 9 5. FORÊT D’ARAIZE ET VOIE RENNES-ANGERS p
  • -Bretagne, s’inscrit dans la continuité de celles qui sont conduites depuis 15 ans dans cette zone d’étude, dans le cadre du programme de recherche P25/ 2006-18, qui s’intéresse au volet "Mines et métallurgie" de l’évolution des techniques et à l’approfondissement des chronologies. 2
  • moyen-âge. La prospection a été concentrée sur la partie méridionale du département d’Ille et Vilaine. Les recherches ont été plus particulièrement axées sur : - le secteur de la forêt d’Araize, avec notamment le tracé de la voie Rennes-Angers. - le secteur de La Dominelais, Grand
  • . Introduction Suite aux travaux prévus sur l’axe routier Rennes-Angers, une vérification de terrain a été réalisée en forêt d’Araize. Le travail a porté sur trois aspects différents : visite du très gros ferrier (8 000 t ) recensé par Davy (1913) à l’Etang de St Morand, afin de caractériser
  • lisière, on note la présence d’un bloc d’alios de 15 kg environ. Les forages réalisés par le BRGM mentionnent 2 tests dans le secteur, au sud-ouest du hameau de St Morand, aux abords de la forêt. La coupe géologique réalisée montre effectivement la présence de la couche « A » de 10
  • haut Moyen Âge (intervalles de 690 à 751 ap. J.-C et 762 à 778 ap. J.-C à 1 σ, et 678 à 784 ap. J.-C, 786 à 827 ap. J.-C, et 839 à 864 ap. J.-C., à 2 σ). La commune est le lieu aussi d’une des premières opérations réalisée sur un atelier de réduction en Bretagne, au lieu-dit « la
  • Bain-de-Bretagne, au lieu-dit La Houettais. Du fait de la présence d’excavations de morphologies très différentes, une distinction a été opérée entre les sites dénommés La Houettais 1 et La Houettais 2. 7. CONCLUSIONS ET PERSPECTIVES L’opération de prospection 2013 portant sur la
  • et forêt en prélude aux Grandes Forges de Paimpont (Ille et Vilaine), dir. J.-B. Vivet, Les Dossiers du Ce.R.A.A., AF, p. 105-12. PUZENAT L., 1939, - La Sidérurgie Armoricaine, Mémoires de la Société Géologique et Minéralogique de Bretagne, t. IV, Rennes, 399 p. VIVET J-B, 1997
  • II en Paimpont : ateliers et bas fourneaux du second âge du Fer, Paléométallurgie du fer en Haute-Bretagne, rapport d’opération de prospection thématique, Service Régional de l’Archéologie de Bretagne, Rennes. VIVET J.-B., 2007 (1), - Le Bois Jacob en Paimpont (35) : activité
  • J.-B., 2008 (1), - Le Bois Jacob en Paimpont (35) : activité minière et métallurgique de réduction directe du 1er âge du Fer à l’époque moderne, rapport de fouille programmée, S.R.A. Rennes, 93 p. VIVET J.-B. et GIRAULT N., 2008 (3), - Caractérisation des sites paléosidérurgiques
  • -dit du cadastre Année 2013 Section(s) . Parcelle (s) section ZX, parcelle 49 Année Section (s) Parcelle (s) IDENTIFICATION DESCRIPTION (les affixes 1 et 2 sont à choisir dans la liste des affixes matière, morphologie ou autre ) Structures (illimité) Fosse Amas Doute
  • (?) Affixe 1 minerai minerai Affixe 2 fer Quantité 1 1 fer Commentaire sur les structures (voir feuille jointe) INTERPRETATION (les affixes 1 et 2 sont à choisir dans la liste des affixes matière, morphologie ou autre ) Nature (limité à 2 ) Affixe 1 Affixe 2 EXTRACTION mine fer
  • Quantité 1 Commentaire sur l'interprétation (voir feuille jointe) MOBILIER Mobilier significatif (décrit et commenté) : (voir feuille jointe) Contexte du mobilier : Lieu de dépôt du mobilier : CeRAA, St Malo CHRONOLOGIE Période de début : siècle : date : Période de fin
RAP02842.pdf ((56). autour du golfe du Morbihan, à l'est de Vannes jusqu'à la Vilaine. rapport de pd 2012)
  • (56). autour du golfe du Morbihan, à l'est de Vannes jusqu'à la Vilaine. rapport de pd 2012
  • chronologique, les déclarations se répartissent de la façon suivante : 6 pour la protohistoire (plus précisément le 2nd Age du Fer), 16 pour la période antique, 18 pour les périodes médiévale et moderne, 7 pour lesquels la chronologie reste indéterminée et 1 qualifié de transchronologique
  • car elle s’inscrit sur la longue durée depuis l’antiquité, voire la protohistoire, jusqu’au Moyen Age (figure). - Liste des sites déclarés dans le rapport de prospection diachronique - 2012 1 N° INSEE Commune Lieu-dit 001 Allaire Belleville 001 Allaire Bocquéreux 004
  • Landriais 058 Férel L’Isle 058 Férel Coldan 058 Férel Trégrain 061 La Gacilly Mabio/les Taillis 064 Glénac La Forêt-Neuve Centre d’Etudes et de Recherches Archéologiques du Morbihan, association loi de 1901 créée en 1977. N° INSEE Commune Lieu-dit 116 Locmariaquer
  • , d’informations fournies par différentes personnes ou des propriétaires comme par exemple M. et Mme Bonnefous-Dupré aux Ferrières à Sulniac. Les archives de l’archéologue Gustave Paille conservé au musée Dobrée à Nantes dans le fonds Domnée, ont été consultées car elles concernent pour
  • l’essentiel notre secteur de prospection. Les documents sont de valeur très inégale et n’apportent que peu de données nouvelles par rapport aux ouvrages, dictionnaires ou inventaires rédigés au milieu ou dans la seconde moitié du XIXe siècle. La majeure partie peut d’ailleurs être assimilé
  • à de la compilation de ces ouvrages pour ensuite servir à des recherches sur le terrain. Les plus intéressants documents et les plus nombreux aussi portent sur le sanctuaire gallo-romain de Léhéro à Allaire. Une opération plus spécifique de relevés topographiques au moyen d’un
  • mesures par rapport aux maisons. Les délais très courts n’ont pas permis de prendre les cotes d’apparition et de niveau inférieur des structures archéologiques mises en évidence. Une description sommaire de celles-ci a été faite et une couverture photographique maximale réalisée. Un
  • à deux reprises des vestiges archéologiques et recueilli quelques éléments de mobilier. N EA n° 56 223 0004 Extension proposée de l’EA 56 223 0002 suite aux observations réalisées dans les tranchées ouvertes dans les parcelles 198 et 349 AN EA n° 56 223 0003 EA n° 56 223
  • archéologiques (tessonnières, four ou indice de four (niveaux d’argile rubéfiée et de charbons de bois) et numéro de secteur renvoyant au tableau et aux figures d’illustration parcelles construites en 2010 et 2011 où aucun vestige archéologique n’a été observé Secteur 1 2 coordonnées
  • des découvertes anciennes ou récentes parcelles où ont été réalisées des opérations archéologiques 1 : Le Lehuie - Er Hastel sondage archéologique J.-P. Bardel en 1987 2 : ancienne école du Votten diagnostic et fouille L. Pirault en 1996 opération : 1996/105 3 : Le Lehuie - avenue
  • (source : www.cadastre.gouv.fr sections BD, BE et BH) avec les entités archéologiques de la carte archéologique (DAO : S. Daré) 4 EA n° 56 116 0060 EA n° 56 116 0053 3 EA n° 56 116 0069 1 EA n° 56 116 0025 EA n° 56 116 0057 2 BH 0 50 100 m Cé r a m Centre d'Etudes et de
  • Recherches Archéologiques du Morbihan Les principales découvertes de l’année 2012 : Cette présentation s’effectuera par grande période chronologique. L’Age du Fer : La découverte la plus spectaculaire se situe sur la commune de Bignan au lieu-dit le grand Clézio où F.-M. Cayot
  • déchets métallurgiques liés à la réduction de fer ne peuvent être précisément datés. On signalera toutefois la découverte de tessons de céramiques de facture protohistorique mêlés aux scories de deux gisements qui se révèlent être les plus denses. Il est donc possible que certains de
  • ces gisements de scories puissent être contemporains de l’imposant ensemble fossoyé reconnu. L’enceinte de Bignan affiche des similitudes avec celle de Lescouët, situé sur la commune de Guégon et distant d’une dizaine de kilomètres. Les recherches conduites par P. Naas sur ce site
  • , attribuable par comparaison au 2nd Age du Fer, soulève des interrogations et éclaire d’un jour nouveau cette partie du territoire vénète. Le site du Grand Clézio à Bignan se situe à l’écart des grandes voies présumées pour la période protohistorique. Il conviendra de mener des recherches
  • dans ce sens et peut-être ainsi d’identifier de nouveaux axes. En outre, il semble que l’enceinte de Bignan se trouve dans un secteur marqué par une forte production métallurgique, comme le laisse penser les recherches effectuées par P. Aveneau de la Grancière au début du XXe
  • quant aux profils et aux dimensions des remparts et des fossés qui les longent à l’extérieur. Ainsi le rempart extérieur fait 10 m de large à sa base et la largeur à l’ouverture du fossé se situe entre 7 et 8 m. La hauteur du sommet du talus au fond actuel du fossé s’établit entre 4
  • cette période sur les recherches menées à Saint-Jean-la-Poterie. Le suivi archéologique de décembre 2012 à début mars 2013 de travaux de réseaux dans une partie du bourg a considérablement enrichi nos connaissances en identifiant plusieurs nouveaux secteurs de production de
  • pirogue était avancée, semble plutôt correspondre à un canal. Ces éléments sont associés à un ensemble de maçonneries. Deux d’entre elles, larges de plus d’1 m, forment les parements d’un talus de terre, l’ensemble atteignant une largeur de 9 m. Il s’agit d’une chaussée qui barre la
  • la rivière de l’Isle s’avéraient être ceux d’un moulin à marée, il s’agirait d’une découverte exceptionnelle pour l’archéologie bretonne. Le mobilier trouvé parmi les pierres permet de proposer une datation aux XIVe et XVe siècles. Ce possible moulin serait donc contemporain du
RAP00923.pdf (PLOUHINEC (29). campement de Menez Drégan. rapport intermédiaire de fouille programmée 1993-1995)
  • PLOUHINEC (29). campement de Menez Drégan. rapport intermédiaire de fouille programmée 1993-1995
  • de la stratigraphie locale et les replacer dans leur contexte régional - associer aux recherches des spécialistes pour les études paléo-environnementales du gisement (palynologie, anthracologie, pétrographie, ostéologie, etc.) - renforcer les prélèvements et les études liés aux
  • datations objectives (méthodes physico-chimiques diverses). Un soutien matériel et humain pour ce faire a déjà été apporté par les partenaires de l'AT.P. (Action Thématique Programmée) associés aux recherches et les travaux de postfouille se poursuivent en ce sens dans divers
  • archéologiques, par projection au sol des fils à plomb tous les mètres carrés. Le dégagement de blocs effondrés, notamment en contrebas du site, permet de mieux visualiser la topographie de la grotte et la stratigraphie du remplissage mais aussi d'accéder plus facilement aux endroits prévus
  • centaines d'individus pour tout le territoire français. Les recherches sont menées sous la direction du professeur J.-Laurent Monnier, directeur de recherches à l'UPR 4 0 3 du CNRS Université de Renn.es 1, et de ses collaborateurs. Bernard Hallégouet et Stéphane Hingant. Dix archéologues
  • Ménez-Drégan (fig. 1) Pour éviter des confusions avec le site néolithique du Souc'h (site éponyme d'un type de poterie), c'est le nom du village qui a été retenu. Le gisement peut encore être repéré par ses coordonnées Lambert II : x = 92,2 & y = 353,8. Il se situe (fig. 2) dans la
  • contrebas du promontoire de Ménez-Drégan s'ouvre la crique de Porz-Poulhan. En s'éloignant vers l'est, la côte s'abaisse progressivement et passe, de Penhors à Saint-Guénolé, aux grandes formations dunaires de la Baie d1 Audierne. Le substrat géologique correspond à l'Orthogneiss oeillé
  • ") et qui a été largement exploité par l'érosion marine. La forme du gisement dépend beaucoup de cette structure du massif granitique. Ménez-Drégan I correspond à un ancien couloir d'abrasion marine de 7 à 8 m de largeur, se terminant par une grotte dont le toit s'est progressivement
  • préliminaire des travaux, en vue des analyses sédimentologiques, micromorphologiques et anthracologiques. Les deux premières campagnes de fouille (sauvetage programmé) ont été organisées en septembre 1991 et 1992. 2km i I Figure 1 : Le site de Menez-Dregan (Plouhinec, Finistère
  • ). Localisation géographique. -4- Figure 2 : Le site de Menez-Dregan (Plouhinec, Finistère). Localisation par rapport au plan cadastral. Section ZW. Figure 3 : Environnement topographique du site de Menez-Dregan. Equidistance des courbes 5m. II. Les données de la campagne 1993. 1
  • série de prélèvements sédimentologiques en vue d'études micromorphologiques. Bernard HALLEGOUET, présent durant toute la durée des fouilles, a par ailleurs achevé les relevés topographiques au sud du gisement. La nécessité de fouiller la partie sud de la grotte a conduit à prolonger
  • le quadrillage métallique servant de support au carroyage. L'étendue de ce dernier couvre désormais près de 90 m 2 et permet un découpage systématique de toute la surface fouillée (Planche I, photos du haut et du milieu). Chaque carré représente 1 m 2 au sol et est repéré par le
  • , EF et GH). chantier coïncide avec l'axe des ordonnées du carroyage alors que le nord magnétique est celui de l'axe de la grotte. La post-fouille et la préparation du présent rapport a eu lieu en octobre et novembre 1993, au Laboratoire d'Anthropologie de l'Université de Rennes I
  • (U.P.R 403 du C.N.R.S) sous la responsabilité de Stéphan HINGUANT (vacataire AFAN). Par ailleurs, G. HERVE, E. JUSTOME, S. LE METAYER, C. PENHOUET, G. ROBERT et C. TALBO ont participé activement aux opérations de lavage et de marquage définitif du matériel lithique. Toutes les données
  • prévue. La position géographique de Menez-Dregan fait que le chantier reste particulièrement sensible aux conditions météorologiques. Si le soleil, en septembre, est encore au rendez-vous, les coups de vent, les tempêtes (équinoxe) et la pluie peuvent pertuber sérieusement la
  • accéder aux niveaux archéologiques pour des raisons évidentes de préservation et de sécurité. La contrepartie d'un tel engouement, légitime au demeurant, est de ne plus maîtriser les visites intempestives après la journée de travail et sans la présence des archéologues (le site reste
  • accessible le soir, aux heures des repas et le week-end). C'est ainsi qu'après l'accueil du public le 18 septembre, les passages de dizaines de personnes le samedi après-midi et le dimanche ont causés d'irrémédiables dégâts sur les niveaux fouillées. Piétinements, écroulements de coupes
  • ossements semblent prometteuses!) d'identifier des restes humains. On sait que l'anthropophagie existe chez Homo erectus et des os associés aux reliefs de repas sont tout à fait envisageables. A ses balbutiements en cette fin de campagne 1993, ce nouvel intérêt pour le site de Menez
  • surface est plaquée une strate cendreuse riche en charbons de bois. L'ensemble fait environ 1 m de long mais la partie sud de la grande cuvette a été sapée par une plage ancienne postérieure (l'équivalent d'un "platier" entaillé dans les formations meubles), le reste de la structure
  • le but d'établir un passage pour évacuer les déblais et de faire le relevé topographique précis de la grotte a également -11- Figure 5 : Menez-Dregan I. Carrés L 17/18. Couches 8 et 9 et "foyer". Coupe schématique nord/sud Un placage de galets consécutif à une transgression
  • ultérieure vient tronquer la base du "foyer" et les couches sus-jacentes. 1: bloc. 2: galets. 3: industrie. 4: zone rubéfiée. 5: couche cendreuse. 6: horizon sableux brun-vif (couche 8). 7: horizon argilo-sableux brun (couche 9) riche en charbons de bois. (Levé et mise au net S. Hinguant
RAP03284.pdf (éléments pour une nouvelle approche de l'âge du Bronze en Bretagne ; le cadre chronologique et les formes de l'habitat. Rapport de PCR 2015)
  • projet collectif de recherches
  • éléments pour une nouvelle approche de l'âge du Bronze en Bretagne ; le cadre chronologique et les formes de l'habitat. Rapport de PCR 2015
  • Eléments pour une nouvelle approche de l’âge du Bronze en Bretagne 2 Projet Collectif de Recherche Rapport d’activité 2015  SOMMAIRE  LISTE DES PARTICIPANTS  p.5  1. LE PROJET INITIAL : quelques rappels p.7  2. L’ACTIVITE EN 2015 p.9  2.1 Typologie des céramiques de l’âge du
  •  de Recherche    Rapport d’activité 2015  1LE PROJET INITIAL : quelques rappels    Dans ce rapport d’activité 2015, nous ne reviendrons pas sur la présentation détaillée de ce PCR, déjà  largement  développée  dans  les  rapports  et  les  comptes‐rendus  produits  les  années
  •   final.  La  plupart  des  dates  14C  antérieures  aux  années  1990  manquent  effectivement  de  précision  (contextes  stratigraphiques  peu  fiables,  « effet  vieux  bois »…).  Les  récentes  datations  (AMS)  effectuées  sur  des  échantillons  à  vie  courte  (fourreaux  de
  •   Fer  par  seulement  7  ensembles.  L’essentiel  des  contextes s’inscrit donc bien dans l’âge du Bronze final avec 53 lots de références. La transition entre  le Bronze moyen et le Bronze final est également assurée par quelques assemblages.  16 Projet Collectif de Recherche
  •     Rapport d’activité 2015  2 ‐ Typologie    Les formes basses     Type 1 (fig. 3)    Ce  type  correspond  aux  vases  sommairement  modelés  habituellement  dénommés  « vases  miniatures » ou « godets ». Ils correspondent aux types 1 de la typologie établie pour le second âge  du Fer
  •  (type 1 à 13) © A.‐F. Cherel, O. Lierville.  18 Projet Collectif de Recherche    Rapport d’activité 2015  Landes (35), Carrière des Lacs ou encore de Lannion (29) Penn‐an‐Alé.   Ces  récipients  trouvent,  par  leurs  proportions,  des  comparaisons  avec  les  vases  de  la
  • Compte‐rendu d’activité 2015 Projet Collectif de Recherche Eléments pour une nouvelle approche de  l’âge du Bronze en Bretagne  Le cadre chronologique et les formes de l’habitat  Stéphane BLANCHET (coordination), Vérane BRISOTTO, Anne‐Françoise CHEREL, Klet  DONNART, Muriel
  •  FILY, Maurice GAUTIER, Caroline HAMON, Xavier HENAFF, Emeline  LE GOFF, Mikaël LE MAIRE, Océane LIERVILLE, Serge MENTELE, Clément NICOLAS, Yvan  PAILLER, Sandra SICARD, Laurianne TONNERRE Projet Collectif de Recherche Rapport d’activité 2015  AUTEURS DU RAPPORT 2015  Stéphane
  •   Responsable d’opérations, Inrap Grand‐Ouest. xavier.henaff@inrap.fr  Emeline LE GOFF  Référente SIG et topographe, Inrap Grand‐Ouest. emeline.le‐goff@inrap.fr  Mikaël LE MAIRE  Etudiant en Master 2 recherche, Université de Nantes. mikael.le.maire@yahoo.fr  Océane LIERVILLE  Céramologue
  • , Inrap Grand‐Ouest, UMR 8215 Trajectoires. yvan.pailler@inrap.fr  Sandra SICARD  Responsable d’opérations, Inrap Grand‐Ouest, UMR 6566 CReAAH. sandra.sicard@inrap.fr  Laurianne TONNERRE  Etudiante en Master 2 recherche, Université de Rennes 2. laurianne.tonnerre@gmail.com  1
  •   UMR 5594 ARTeHIS  Chargée de recherche, âge du Bronze.  GANDOIS Henri  Univ. Paris 1, UMR 8215  Trajectoires  Chercheur bénévole  Doctorant  GAUTIER Maurice  Univ. Rennes 1, UMR 6566 CReAAH Doctorant  Prospecteur aérien  GOMEZ DE SOTO José  CNRS, UMR 6566 CReAAH  Directeur
  •  de recherche émérite, âge du Bronze.  HENAFF Xavier  INRAP GO  HAMON Caroline  CNRS, UMR 8215 Trajectoires  Responsable d’opérations, Préhistoire récente/Protohistoire  ancienne.  Chargée de recherche, spécialiste du macrooutillage.  LE BIHAN Jean Paul  CRAF  Archéologue
  • , Protohistoire.  LE CARLIER Cécile  CNRS, UMR 6566 CReAAH  Ingénieure de recherche, spécialiste du métal.  LE GOFF Emeline  INRAP GO  Référente SIG  LE MAIRE Mickaël  Université de Nantes  Etudiant en Master 2  LEMEE Marion  INRAP GO  Technicienne de fouille  LE PROVOST François
  • ‐chronologie  des  productions  céramiques  mais  aussi  lithiques et en constituant un véritable corpus de datations 14C.   Les ensembles mobiliers valorisables – notamment la céramique dont les découvertes se sont  longtemps  limitées  aux  structures  funéraires  –  permettent
  •  remettre en contexte les corpus céramiques mis au jour ces dernières  années.  Les  données  –  provenant  des  diagnostics  et  des  grands  décapages  mais  aussi  des  prospections  aériennes  menées  sur  la  région  –  sont  nombreuses  et  permettent  surtout  d’aborder la
  • du Bronze en Bretagne                                                                                                         8 Projet Collectif de Recherche Rapport d’activité 2015  2. L’ACTIVITE EN 2015 Dans le cadre de la programmation 2015, le PCR a été reçu favorablement
  •   de  fait  un  élément  essentiel  au  fonctionnement  et  à  la  poursuite  des  recherches  engagées.  On  rappellera  que  ce  projet  rentre  aussi  dans  les  axes  thématiques  défendus  par la DST et s’inscrit parfaitement dans la programmation actuelle. Il faut par ailleurs
  •   d’équipe  a  été  organisée.  Elle  s’est  tenue  le  17  septembre sur le Campus de Beaulieu (Université de Rennes 1) dans les locaux de l’OSUR. La réunion,  à laquelle une vingtaine de membres de l’équipe ont participé, a tout d’abord permis de faire le point  concernant les
  •  confirmés ici, et seules quelques occupations ont livré la grande  majorité des outils. De même, la représentation chronologique apparaît inégale et reflète l’état de la  recherche. Ainsi, ce sont les assemblages du Bronze ancien et final qui sont les mieux documentés (cf.  2.3  Le
  •   2014,  plusieurs  nouvelles  datations  14C  ont donc été réalisées cette année sur des sépultures présentant à la fois un intérêt sur le plan typo‐ chronologique et, a priori, de bonnes garanties au niveau de leur fiabilité (contextes stratigraphiques  précis,  échantillons  à  vie
RAP03078.pdf ((22)(29)(35)(56). les résidences élitaires, les fortifications et les monastères du haut Moyen Âge. rapport de pt 2014)
  • (22)(29)(35)(56). les résidences élitaires, les fortifications et les monastères du haut Moyen Âge. rapport de pt 2014
  • LE BADEZET Nicolas
  • recherche dans le domaine des résidences élitaires en Bretagne a été présenté par Pierre-Yves Laffont 1. Cette historiographie qui prend son essor au XIXe siècle est alors trop dépendante de pré-supposés idéologiques qui ont biaisés la recherche. A une moindre échelle, ce problème se
  • restreintes par rapport aux autres sites présentant cette morphologie, le contexte microtoponymique est intéressant avec la trace de « moines » et d'une ancienne chapelle dédiée à SaintConnet, éponyme de la paroisse de Langonnet autour du village de Kerandiot. Une voie ancienne non datée
  • Centre de Recherche Bretonne et Celtique de l'université de Bretagne Ouest, a pour objectif d'identifier les pôles de pouvoir, d'étudier leur répartition et les réseaux, de mieux comprendre la structuration des espaces élitaires. Un point récent et complet sur l'historiographie de la
  • héritage avait eu une incidence majeure dans leur délimitation et la répartition des ressorts territoriaux postérieurs. La recherche archéologique diachronique bénéficie d'une historiographie importante. Pour le Morbihan, nous noterons l'apport majeur des sociétés savantes par la
  • Galles, 1891 LE ROUX (A.), « Recherches archéologiques dans le haut-Ellé (Cornouaille morbihannaise) », Bulletin de la Société Archéologique de Nantes et du département de Loire Inférieure, to. LII, deuxième semestre 1911, pp. 241-353 MARSILLE (L.), Répertoire archéologique du
  • Morbihan gallo-romain, Vannes, 1972, 52 p. 1 LAFFONT (P.-Y.), « Le château médiéval en Bretagne. Un bilan historiographique », dans Les élites et leurs résidences en Bretagne au Moyen Âge, actes du colloque organisé par le conseil général des Côtes-d'Armor (Guingamp et Dinan, 28 et 29
  • d'Anthropologie-Préhistoire – Université de Rennes 1, Centre Régional d'Archéologie d'Alet, 1997, 106 p. HERVE (M.-L.), Inventaire des enceintes de terre dans le département du Morbihan d’après les carnets de sir Mortimer Wheeler, mémoire de maîtrise dactylographié, Rennes 2, 1989 LE BADÉZET
  • de D.E.A., Université de Haute Bretagne, Rennes 2, sous la direction de D. Pichot, deux volumes, 2002 PESNEL (L.), Les mottes castrales et les enceintes circulaires du Morbihan occidental. XI e-XIIIe siècles, mémoire de maîtrise dactylographié, T.E.R., U.B.O., Brest, 1993
  • L'apport majeur concernant le premier Moyen Âge est du aux fouilles archéologiques programmées pluriannuelles. Elles ont permis de fournir des jalons chronologiques fiables appliqués à des types d'enclos difficilement datables par ailleurs. La faible quantité de matériel retrouvé sur
  • photographies aériennes nous aide aussi dans cette recherche. 2 Les fortifications de terre en Europe occidentale du X e au XIIe siècles, colloque de Caen, 2-5 octobre 1980, Archéologie Médiévale, to. XI, 1981, pp. 5-125 http://www.geoportail.gouv.fr/ http://geobretagne.fr/mapfishapp
  • rend particulièrement intéressante pour la recherche d'anciens monastères. Nombre de lieux de culte et de références à des saints ne sont connus que par cette source. Les toponymes/microtoponymes en Lan- ne sont que rarement caractéristiques comme on aurait pu le penser et c'est
  • archéologique sont l'organisation des sites, la topographie, la forme des modelés et le contexte historique. Les fouilles ont montré une préférence pour une organisation en système d'enclos, l'enclos principal étant le plus souvent plus petit que les autres et curviligne. Dans plusieurs cas
  • part l'Irlande, les données archéologiques sont numériquement faibles. Les sources écrites les mentionnant sont tardives, souvent postérieures à l'an Mille, contenues dans des Vies de saints. La désorganisation due à la présence Viking aux IXeXe siècles, qui a obligé un certain
  • premières implantations monastiques en Bretagne, les cultes et les chapelles qui se rapportent aux saints moines réputés avoir fondé des ermitages ou monastères dans la région et, principalement, les toponymes/microtoponymes désert qui se rapportent plus sûrement à une réalité monastique
  • , mais qui ne permettent pas de la dater. Cette source combinée aux apports du parcellaire ancien, de la photographie aérienne et aux sources écrites doit nous permettre de tenter une approche archéologique des monastères. Malgré les limites inhérentes à la source toponymique5, ces
  • .), Wearmouth and Jarrow monastic sites, to. 1, English Heritage, 2005 HERITY (M.), « Les premiers ermitages et monastères en Irlande, 400-700 », Cahiers de Civilisation Médiévale, 3,1993, p. 219-361 Guenfrout, Grand-champ Le Petit Villerit, Ploerdut Saint-Adrien, Ploemeur Kernével
  • nous permettant de les attribuer à la plus haute aristocratie de l'époque. Il n'a pas été permis de mettre en évidence de modelés correspondant aux élites locales, du type machtiern par exemple. Il semble que ces machtierns n'aient pas eu de résidences propres qui aient pu laisser
  • » indéniable. Une proportion relativement importante des sites présentés ici est inédite et certains risquent d'être antérieurs à la période concernée, mais nous nous sommes proposé d'explorer des pistes de recherche, en particulier en ce qui concerne les structures monastiques
  • )secondaire(s) Lieu-dit du cadastre Année Section (s) Parcelle (s) IDENTIFICATION DESCRIPTION (les affixes 1 et 2 sont à choisir dans la liste des affixes matière, morphologie ou autre ) Structures (illimité) talus Doute (?) Affixe 1 Affixe 2 Quantité 2 Commentaire sur les structures
  • entretenu, probable raison de l'absence apparente de fossés. INTERPRÉTATION (les affixes 1 et 2 sont à choisir dans la liste des affixes matière, morphologie ou autre ) Nature (limité à 2 ) Affixe 1 Affixe 2 Quantité Enclos quadrangulaire 1 Enclos ou parcellaire ? 1 incurvé Commentaire
RAP02906.pdf (PLOUGASTEL-DAOULAS (29). l'abri sous roche du rocher de l'impératrice. rapport de sondage)
  • PLOUGASTEL-DAOULAS (29). l'abri sous roche du rocher de l'impératrice. rapport de sondage
  • sondage 2013 sur le site du Rocher de l’Impératrice (Plougastel-Daoulas, Finistère) TABLE DES MATIÈRES REMERCIEMENTS 5 1. FICHE SIGNALÉTIQUE DU SITE 7 2. ÉQUIPE 7 3. CONTEXTE CHRONO-CULTUREL (N.N.) 9 4. PRÉSENTATION DU SITE 11 4.1. LOCALISATION DU SITE (M.L.-G.) 4.2
  • . CONTEXTE GÉOLOGIQUE (M.L.-G.) 4.3. L’ABRI DU ROCHER DE L’IMPÉRATRICE (N.N.) 4.4. HISTORIQUE DES RECHERCHES (M.L.-G.) 4.5. FLORE ET FAUNE (M.L.-G. ET I.T.-P.) 11 14 15 19 20 5. STRATIGRAPHIE (M.L.-G.) 21 5.1. SOL ET STRATIGRAPHIE DE LA COUPE I-J 5.2. SONDAGE DE L’ABRI B 5.3. LE
  • de schiste gravées : Sylvie Beyries (UMR 7264 CNRS CEPAM) et Nicolas Naudinot (Université de Nice Sophia Antipolis - UMR 7264 CNRS CEPAM) Contexte géologique, historique des recherches, pédologie et stratigraphie du site : Michel Le Goffic Analyse anthracologique : Isabelle Théry
  • ?) provenant d’un rejet de creusement ancien. Texture limono-sableuse (L ̴ 80 ; S ̴ 20) très riche en matière organique non figurée. Le volume des blocs et pierres est estimé à 50-60 %. La structure est grumeleuse, très fine à agrégats de 1 à 2 mm et très fragile. Le pourcentage de grains
  • GOFFIC Sylvie BEYRIES (UMR 7264 CNRS CEPAM) Isabelle THERY-PARISOT (UMR 7264 CNRS CEPAM) Sabine SORIN (UMR 7264 CNRS CEPAM) Jean-Denis STRICH (UMR 7264 CNRS CEPAM) 1 Rapport de sondage 2013 sur le site du Rocher de l’Impératrice (Plougastel-Daoulas, Finistère) 2 Rapport de
  • d’Archéologie de Bretagne et tout particulièrement Stéphane Deschamps, Yves Menez et Jean-Yves Tinevez pour leur soutien et leur intérêt pour nos recherches. Le Conseil général du Finistère et en particulier le Service de l’Archéologie et Sophie Casadebaig pour nous avoir laissé entreprendre
  • Flageul et les membres du Centre de formation et de recherches archéologiques (CFRA) dont l’aide a été déterminante pour le protocole de tamisage et de triage. Tous les élus et habitants de la commune de Plougastel-Daoulas, pour leur curiosité, intérêt et pour leur accueil chaleureux
  • l’Impératrice (Plougastel-Daoulas, Finistère) 1. FICHE SIGNALÉTIQUE DU SITE Lieu-dit : Koat Pehen Nom du site : Le Rocher de l’Impératrice Commune : Plougastel-Daoulas (29470) Coordonnées Lambert (Zone II étendue) : X= 103,520 Y= 1098,600 Coordonnées géographiques : Latitude : 48° 23’ 20
  • , Patricia Roy, Margarita Vadillo, Annette Flageul et les membres du Centre de formation et de recherches archéologiques (CFRA), Grégor Marchand et Laurent Quesnel. 7 Rapport de sondage 2013 sur le site du Rocher de l’Impératrice (Plougastel-Daoulas, Finistère) 8 Rapport de sondage
  • 2013 sur le site du Rocher de l’Impératrice (Plougastel-Daoulas, Finistère) 3. CONTEXTE CHRONO-CULTUREL (N.N.) Le Tardiglaciaire de l’Ouest de la France est resté largement délaissé pendant de nombreuses années après des débuts pourtant prometteurs avec notamment la fouille de
  • multipliaient dans les années 1990, les régions Bretagne et Pays de la Loire restaient en dehors des dynamiques de recherche et des grandes synthèses européennes (Valentin, 1995 ; Bodu et Valentin, 1997 ; Fagnart, 1997 ; Thévenin, 1997). Une thèse de doctorat s’est donc attelée à
  • datables et d’occupations stratifiées, ce sont les études technologiques comparées avec les régions voisines, à l’époque mieux documentées, qui ont permis de construire progressivement un nouveau modèle (fig. 1). Cette restructuration du Tardiglaciaire a permis de rajeunir plusieurs
  • quelques « fossiles directeurs », en les plaçant à l’extrême fin du Tardiglaciaire, à la transition Dryas récent - Préboréal au sein d’un grand techno-complexe aux concepts techniques communs (Naudinot, 2010, 2013). Cette nouvelle organisation a également permis de sérier l’Azilien en
  • (Naudinot, 2013) C’est dans ce contexte que s’intègre l’abri sous roche du Rocher de l’Impératrice. Les premiers résultats de l’étude du matériel découvert sur ce site rattachent en effet indubitablement cet assemblage à l’Azilien ancien. Ce gisement constitue ainsi un élément capital
  • Kerhuon. 4.2. Contexte géologique (M.L.-G.) Le Rocher de l’Impératrice fait partie d’une formation de quartzite (quartzites de La Roche-Maurice) datant de l’Arenigien (Ordovicien inférieur) (fig. 7). Il s’agit d’un grès armoricain qui s’est déposé lors d’une transgression liée à
  • Rapport de sondage 2013 sur le site du Rocher de l’Impératrice (Plougastel-Daoulas, Finistère) 4.4. Historique des recherches (M.L.-G.) Dans la nuit du 15 au 16 octobre 1987, une très forte tempête commit des dégâts considérables dans tout l’Ouest de la Bretagne. Le 23 novembre de la
  • pédogenèse plus récente ?). Nombreux blocs et cailloux pour un volume avoisinant les 80 %. Structure polyédrique subanguleuse fragile de 2 à 4 cm de dimension d’agrégat ; texture limono-sableuse (L ̴70 ; S ̴25). Pas de grain nu. Quelques racines et nombreuses radicelles. Transition nette
  • et régulière. 1 Les couleurs sont données d’après le Munsell soil color charts, édition 2000. 22 Rapport de sondage 2013 sur le site du Rocher de l’Impératrice (Plougastel-Daoulas, Finistère) Figure 15. Relevé stratigraphique de la coupe est-ouest en I-J (DAO S. Sorin
  • proportion de 20 % de la surface. Texture limono-sablo-argileuse (L ̴ 80 ; S ̴ 15 ; A ̴ 5). Pas de matière organique apparente. Nombreux blocs et cailloux pour un volume avoisinant les 80 % et sable grossier. Présence de grains nus de quartz. Structure polyédrique anguleuse centimétrique
  • ) 25 Rapport de sondage 2013 sur le site du Rocher de l’Impératrice (Plougastel-Daoulas, Finistère) 6. DÉROULEMENT DE L’OPÉRATION (N.N.) 6.1. Installation des stations Deux stations ont été installées sur le site du Rocher de l’Impératrice en 2013. La première (station 1) a été
RAP02373.pdf ((35). cantons de Fougères nord)
  • (35). cantons de Fougères nord
  • l'étude du trésor monétaire de La Poulardière, ainsi qu'à Mme F. Labaune (I.N.R.A.P. Grand Ouest) pour l'étude du mobilier céramique issu de ces prospections. 2 SOMMAIRE SOMMAIRE 3 INTRODUCTION 4 I. LES CADRES DE LA RECHERCHE 1 . Le secteur étudié 2. Problématiques générales de
  • la recherche 3. Bilan des connaissances disponibles dans le secteur étudié 5 5 6 7 II. LA CAMPAGNE DE PROSPECTION 2007 9 1 . Enjeux de la recherche et des prospections en 2007-2008 9 2. Moyens mis en œuvre et conditions de la recherche 10 3. Apports et limites de la campagne
  • l'étude de l'occupation des sols à l'époque antique dans le nord-est de la cité des Riédons, ce travail de recherche intéresse une zone géographique correspondant aux quatre cantons de Fougères nord et sud, Saint-Brice-en-Coglès et Saint-Aubin-du-Cormier. Assez peu étudiée en raison
  • résultats de cette campagne s'avèrent assez maigres ; ils permettent toutefois d'apprécier les apports et les limites de l'investigation pédestre ainsi que les possibilités de la recherche archéologique dans cette région de Haute- Bretagne. 4 I. LES CADRES DE LA RECHERCHE 1 . Le
  • Fougères nord, Fougères sud, Saint-Aubin-du-Cormier et Saint-Brice-en-Coglès (cf. fig. Figure 1 - Le secteur étudié Ce terroir aux marches de la Bretagne se caractérise par son hétérogénéité. Plusieurs régions naturelles peuvent en effet être définies. Au nord-ouest, le Coglais se
  • CAMPAGNE DE PROSPECTION 2007 1 . Enjeux de la recherche et des prospections en 2007-2008 L'étude préalable menée dans le cadre du Master 1 a montré que la priorité devait aller à la caractérisation et à la datation des gisements déjà recensés. Le but étant de recueillir des données
  • de découverte archéologique, présentée en fin de volume. La Selle-en-Coglès, Maison Neuve (1) Sur la commune de la Selle-en-Coglès, au lieu-dit Maison Neuve, les prospections aériennes de G. Leroux avaient révélé l'existence d'un vaste ensemble d'enclos, étendu sur l'emprise des
  • réaliser ces recherches ; - à M me C. Petit-Aupert, maître de conférence à l'université Rennes 2- HauteBretagne, qui supervise ces recherches dans le cadre de mon mémoire de Master. Ma reconnaissance va tout particulièrement à M. P. -A. Besombes (S.R.A. Bretagne), pour son aide dans
  • 2007 11 a. La vérification des sites d'enclos 12 b. La villa gallo-romaine du Petit Marvaise (Saint-Germain-en-Coglès) ... 1 5 c. L'enceinte du Bois Pendant (Parcé) 16 d. Le trésor monétaire de La Pouladière (Saint-Hilaire-des-Landes) 17 CONCLUSION 19 FICHES DE DÉCLARATION DE
  • secteur étudié Située au nord-est du département de l'IUe-et-Vilaine, l'aire géographique concernée par notre étude se place aux confins de la Bretagne et de la Normandie. Elle s'étend sur 2 quelques 620 km correspondant à l'emprise des 39 communes qui composent les cantons de
  • -duCormier. Ces formations ont donné naissance à des sols bruns plus ou moins acides et lessivés, et à l'hydromorphie variable. 2. Problématiques générales de la recherche La recherche menée dans le cadre de notre mémoire a pour ambition de restituer et de comprendre les modalités et
  • chevelu des « voies romaines » décrites par les auteurs anciens mériterait une étude à lui seul. L'habitat dispersé n'est pas connu davantage puisqu'aucune étude récente n'est pour l'instant venue compléter et préciser la synthèse réalisée par G. Leroux en 1989 1 . Effectué dans le
  • cadre de notre 2 Master 1 , notre premier souci a donc été de dresser le bilan des connaissances disponibles dans la zone d'étude (cf. infra). Prenant en compte toutes les formes d'occupation (habitat, nécropole, voies de communication, structures de production, parcellaire, etc
  • .), notre recherche a pour principaux objectifs la caractérisation, la datation et la hiérarchisation des sites, depuis le 2 nd e e Age du Fer jusqu'à la fin de l'Antiquité (du II s. av. J.-C. à la fin du V s. ap. J.-C). Il s'agit au final d'être en mesure de proposer un modèle
  • l'identification, 1 LEROUX (G.) - La "Civitas" gallo-romaine des Riedones: le milieu rural. Rennes : Institut culturel de Bretagne, Alet : Centre régional d'archéologie, 1989. 2 er e LOTTON (A. -M.) - Occupation des sols dans le nord-est de la cité des Riédons (I s. av. J.-C. - V s. ap. J.-C
  • est soulevé. 3. Bilan des connaissances disponibles dans le secteur étudié Au terme de l'enquête documentaire préalable menée dans le cadre de notre Master 1, un premier inventaire des sites archéologiques du secteur étudié a pu être établi : 101 sites gallo-romains ou
  • préventives ■ Sites découverts en prospection aérienne 9% □ Sites découverts en prospection terrestre 40%^-— □ Fouilles anciennes ■ Découvertes fortuite et découvertes anciennes Figure 2 - Origine des données du corpus Les carences de la recherche dans notre secteur ne sont évidemment
  • particulièrement lacunaires. Parmi ces sites « problématiques », la priorité a été donnée aux « enclos ou systèmes d'enclos ». Dans le secteur étudié, ces structures représentent la principale catégorie de sites rencontrée. Au nombre de 40, l'écrasante majorité a été découverte en prospection
  • la nature et la datation n'ont malheureusement pas pu être établies (Parcé, Le Bois Pendant). Elle a également permis de remettre la main sur un trésor monétaire d'époque moderne, découvert à la fin des années 1960 à l'occasion de travaux agricoles, mais jamais déclaré aux
  • autorités archéologiques (Saint-Hi lai re-des- Landes, La Poulardière). 2. Moyens mis en œuvre et conditions de la recherche Les prospections menées en 2007 se sont déroulées en deux campagnes, en juin d'une part, et à l'automne d'autre part. Au total, 16 sites ont pu être prospectés
RAP02210.pdf (SAINT-NICOLAS-DU-PÉLEM (22). les carrières néolithiques de croas dom herry. dfs de fouille préventive)
  • opération de sauvegarde par l'étude
  • SAINT-NICOLAS-DU-PÉLEM (22). les carrières néolithiques de croas dom herry. dfs de fouille préventive
  • de taille, 1,80 m en surface, liée à la dégradation qualitative du schiste en profondeur, fait que les volumes extraits restent modestes. Le sondage effectué dans la carrière 1 o f f r e un volume de 17 m3. Cependant seul 60 % de la surface a été fouillé. Si l'on applique le même
  • de large et 11 m de long pour une superficie de 77 m2 (Photo 7). La fouille a permis d'en étudier la plus grande partie, hormis le fond qui n'était pas accessible aux moyens mécaniques mis en oeuvre pour son curage. 2.2 LA CARRIERE 2 Comme la carrière 1, la carrière 2 est apparue
  • type chèvre destiné à faciliter le travail des carriers. Ici le volume de roche extrait est beaucoup plus important que dans la carrière 1. Le calcul effectué au terme du relevé topographique donne un volume de 85 m3 ou 90 m3 environ si l'on rajoute le volume estimé de la zone qui
  • Problématique de recherche et principaux résultats : La fouille a été prescrite autour d'une carrière découverte à proximité immédiate d'un cairn néolithique. Le décapage en a mis en évidence une deuxième. L'étude de ces deux carrières a montré leur contemporanéité .avec le cairn. Lieu de
  • dépôt temporaire du matériel archéologique : Inrap Grand-ouest. Base de CessonSévigné INFORMATIONS SUR LA COMPOSITION DU RAPPORT Nombre de volumes : 1 Nombre de figures : 8 Nombre de pages : 18 Nombre d'annexes : MOTS CLES DES THÉSAURUS Chronologie Antiquité romaine (gallo-romain
  • Isotopenonderzoek - Groningen Hervé PAITIER Intervenants techniques : Terrassement mécanique : 1 pelle avec godet de curage de 3m. Post-fouille X X X X X NOTICE SCIENTIFIQUE Notice scientifique résumant les principaux résultats de l'opération Dans le cadre d'un projet de construction, cette
  • Région Bretagne, Préfète du département d'Ille-ei-Vilaine, Chevalier de la Légion d'honneur, Officier de l'Ordre national du mérite, VU le code du patrimoine notamment son livre V ; VU le décret n° 2004-490 du 3 juin 2004 relatif aux procédures administratives et financières en
  • région, délivrée â la demande de la personne qui projette d'exécuter les travaux, au vu du dossier transmis comprenant le contrat mentionné à l'article 2, le justificatif de l'agrément de H e u r e de r é c e p t i o n 7. N o v . 18:37 iS par : 0 2 9 6 2 9 7 6 1 8 SUPER U N I C
  • O L A S 8 7 - 1 1 - 0 5 17:43 Pg : 0296297616 l'opérateur et, le cas échéant, la déclaration sur l'honneur prévue à l'article 41 du décret susvisé. Article 4 : Le directeur régional des affaires culturelles est chargée de l'exécution du présent arrêté, qui sera notifié à la
  • l'évacuation des sédiments qui la comblent; la fouille manuelle sera limitée aux parties les plus susceptibles de livrer des informations pertinentes, et notamment au nettoyage des fronts de taille de la carrière Mesure à prendre pour la conservation préventive des vestiges mis au jour
  • : clôture de la partie recelant le cairn néolithique, afin d'éviter qu'il ne soit altéré par la circulation des engins Délai limite pour la remise du rapport final : 1 an à l'issue de l'opération de terrain Fait à RENNES, le 2 O C T . 2005 Pour la Préfète de la région Bretagne et par
  • délégation Stéphane DESCHAMPS Conservateur Régional de l'Archéologie Fouille archéologique 2006 Saint Nicolas du Pelem - Croaz Do m Herry 1 - INTRODUCTION actuellement recensées dans les fichiers du Service Régional de l'Archéologie (SRA). La plupart de ces sites ont été reconnus en
  • fouille a été mise au jour à proximité de la structure la plus ancienne reconnue et qui correspond aux vestiges d'un cairn néolithique. 1.2 ETAT DES CONNAISSANCES AVANT L'OPERATION (Stéphane BLANCHET) Le site archéologique se trouve à 750 m au sud du bourg de Saint-Nicolas-du-Pelem
  • d'épaisseur et repose directement sur le substrat en place. Sur les zones basses, en limite sud de l'emprise, la terre végétale ne dépasse pas 0,4 m de puissance. Elle recouvre alors un horizon limoneux jaune d'une dizaine de centimètres d'épaisseur. 1 Nous tenons à exprimer nos plus
  • d'entités archéologiques sont 1 Fouille archéologique Saint Nicolas du Pelem - Croaz Do m Herry 2006 données recueillies sur le terrain n'étant de nature à remettre à priori en cause les conclusions établies à l'issue de cette première étude, ces vestiges ont uniquement fait
  • l'objet d'un relevé en plan. La phase de décapage, qui a duré 4 jours, a mobilisé deux archéologues de L'INRAP et Jean-Yves Tinevez, ingénieur de recherches au Service Régional de l'Archéologie. Le terrassement a été effectué par l'entreprise Beaussire de Carentan (50) à l'aide d'une
  • pelle à chenilles équipée d'un godet lisse de 3 mètres de large. Deux tracto-bennes ont également été mobilisés pour l'évacuation des déblais. Le décapage a commencé par l'est de l'emprise et a rapidement permis de révéler les limites d'une nouvelle carrière (carrière 1). Celle mise
  • découvertes lors du diagnostic, nous avons décidé de ne pas poursuivre plus avant le décapage. Au cours de ces 4 jours, ce sont néanmoins 6400 m2 qui ont été terrassés. Parallèlement le nettoyage superficiel de la carrière 1 a été engagé afin de bien mettre en évidence les bords avant
  • fouille a été effectué à l'aide d'un théodolite laser par un topographe de l'INRAP. Par ailleurs, le même procédé a été utilisé pour les profils et le relevé en plan de détail des carrières. Afin d'obtenir un rendu correct du plan et des volumes en deux dimensions, le levé s'est porté
  • sur les principales Dès le départ nous avons fait le choix de n'étudier que les carrières néolithiques. Le réseau de fossés et de chemins apparu au décapage se rattache en e f f e t aux traces mises au jour au cours du diagnostic (figure 5). Aucune des 2 Saint Nicolas du Pelem
Les premier peuplements de l’ouest de la France : dépôts pléistocènes et occupations paléolithiques de la région Bretagne (2018) (Les premier peuplements de l’ouest de la France : dépôts pléistocènes et occupations paléolithiques de la région Bretagne. Rapport de PCR 2018)
  • opération préventive de diagnostic
  • Les premier peuplements de l’ouest de la France : dépôts pléistocènes et occupations paléolithiques de la région Bretagne. Rapport de PCR 2018
  • propriété intellectuelle relatives aux droits des auteurs. Notamment en application de l'article L.122-5 du code de la propriété intellectuelle, cela implique que : 1) les prises de notes et les copies ou autres formes de reproduction sont autorisées dans la mesure où elles sont
  • informelle pour l’instant. Les différents apports de ce PCR entre 2015 et 2017 sont présentés dans le rapport de triennale de 2017, et les activités de 2018 dans ce volume. Ce projet avait été mis en place fin 2014 afin de développer une approche unifiée de la recherche sur le
  • sédimentaires associés aux occupations humaines paléolithiques, dont le calage chronologique et le contexte paléoenvironnemental peuvent être alors précisés. Les dépôts pléistocènes du pourtour du Massif armoricain constituent un enregistrement sédimentaire des variations climatiques que la
  • coupes étudiées et les séquences de référence permettront ensuite d’affiner la chronostratigraphie générale des formations littorales pléistocènes de l’Ouest de la France. Ce cadre chronostratigraphique (Fig. 1) pourra être ensuite comparé aux séquences de régions voisines, comme le
  • d’opération 2018 – PCR Paléo Bretagne Pourquoi débuter par le littoral de la région ? L’historique de la recherche sur la région ainsi que l’accès aux séquences pléistocènes et aux occupations paléolithiques implique de démarrer notre programme de recherche par la zone la mieux connue, et
  • corréler aux dépôts semblables retrouvés à l’intérieur des terres. - Accumulation des informations produites par le BRGM et la bibliographie existante. - Étude du contexte topographique et géomorphologique afin d’estimer les zones favorables à la conservation des dépôts meubles
  • . - Vérification de terrain suite aux découvertes fortuites des différents prospecteurs selon le potentiel géomorphologique de la zone de découverte : sondages à la tarière manuelle dans un premier temps. Collaboration avec d’autres programmes de recherche et insertion dans les axes de
  • Island, ALeRT, La Manche Prehsitoric Research Group, AMARAI, Menez-Dregan. Ce PCR s’insère dans deux axes de recherche principaux et équipes thématiques de l’UMR 6566 CReAAH (Fig. 4) : - Équipe 1 « Archéologie de la mer et du littoral », resp. M.-Y. Daire et C. Dupont, dont les thèmes
  • /organisation/ consulté le 30/10/2018). Composition de l’équipe scientifique L’équipe scientifique qui compose le PCR est pluridisciplinaire et ouverte aux collaborations nationales et internationales (Tabl. 1). Sa composition varie selon les activités effectuées au cours de l’année et
  • DIRECTION RÉGIONALE DES AFFAIRES CULTURELLES DE BRETAGNE SERVICE RÉGIONAL DE L'ARCHÉOLOGIE Projet Collectif de Recherche « Paléo Bretagne» LES PREMIERS PEUPLEMENTS DE L'OUEST DE LA FRANCE : DÉPÔTS PLÉISTOCÈNES ET OCCUPATIONS PALÉOLITHIQUES DE LA RÉGION BRETAGNE Rapport
  • d'activités 2018 Anne-Lyse RAVON1 et Marine LAFORGE2 (dir.) 1 The British Museum - UMR 6566 CReAAH 2 Éveha - UMR 6566 CReAAH Rennes Décembre 2018 Rapport final d’opération 2018 – PCR Paléo Bretagne Les données présentées dans ce rapport présentent les résultats issus des
  • recherches qui ont bénéficié d'engagements scientifiques et financiers d'institutions publiques et privées, ainsi que d'associations que nous souhaitons remercier ici : - Le Service Régional d'Archéologie et la Direction des Affaires Culturelles de Bretagne - Le Ministère de la Culture
  • et de la Communication - ÉVEHA – Études et Valorisations Archéologiques - L'UMR 6566 CReAAH – Centre de Recherches en Archéologie, Archéosciences et Histoire – Laboratoire Archéosciences - Le projet ALeRT - La mission archéologique du Conseil Général du Finistère - La commune de
  • est possible à des fins exclusives d’illustration dans le cadre de l’enseignement et de la recherche, dès lors que le public auquel elle est destinée est majoritairement composé d'élèves, d'étudiants, d’enseignants ou de chercheurs directement concernés, et que son utilisation ne
  • ?............................................................................................................................18 COLLABORATION AVEC D’AUTRES PROGRAMMES DE RECHERCHE ET INSERTION DANS LES AXES DE RECHERCHE DE L’UMR 6566 CREAAH
  • d’opération 2018 – PCR Paléo Bretagne INTRODUCTION Le programme collectif de recherche « PCR Paléo Bretagne » qui a débuté en 2015 arrive désormais à l’issue de quatre années de fonctionnement. Suite à des changements professionnels, et notamment au départ d’Anne-Lyse Ravon en stage post
  • ; - tous ces gisements ont été découverts dans le cadre de différents travaux de recherche programmée : le Paléolithique régional échappe donc en partie à l’archéologie préventive, que ce soit en diagnostic ou en fouille ; - les travaux concernant le paléolithique régional sont
  • déconnectés les uns des autres, selon la période concernée (Paléolithique inférieur, moyen ancien, moyen récent, supérieur, jusqu’au Tardiglaciaire), ou le type de dépôts (sédimentation soumise aux variations du niveau marin et donc difficiles à corréler avec d’autres régions, à part la
  • jamais été ni inventoriées ni étudiées, et recèlent pourtant un potentiel d’informations majeur. À partir de ce premier constat, nous avons proposé de réunir au sein d’un même projet tous les acteurs de la recherche sur le Paléolithique régional, professionnels ou amateurs, afin de
  • faire le point sur les actions déjà réalisées, de produire une synthèse actualisée, et de proposer une nouvelle approche pour la recherche sur les premiers peuplements de la région. Nous dressons ici le bilan des activités réalisées en 2018, qui se sont de nouveau intéressées au
RAP03206.pdf ((22)(35). Paléométallurgies du Fer en Haute-Bretagne, implantation territoriale des ateliers de production antiques et médiévaux. Rapport de PT 2015)
  • (22)(35). Paléométallurgies du Fer en Haute-Bretagne, implantation territoriale des ateliers de production antiques et médiévaux. Rapport de PT 2015
  • Forêt de Tanouarn 9 3 10 Tinténiac 11 Feins ? 14 13 12 Montreuil-sur-Ille Guipel Carte 1 : - Sites métallurgique gallo-romains à scories en plaquettes du Combournais (en jaune) : 1. La Loge aux Forges, 2. Etang de Rolin, 3. Launay Godin, 4. Les Landes de Tanouarn, 5. La
  • satellite google de 2006 (photos n° 1 et 2). L’existence d’une fosse destinée à recueillir les eaux de drainage empiète certainement sur le site. D’après les clichés anciens le creusement de cette fosse réceptacle remonte aux années 70 (le premier cliché où elle semble apparaître date de
  • clichés google 2006 (photo n°1 et 2) 4. Environnement archéologique En dehors des sites métallurgiques gallo-romains déjà connus de La Butte aux Houx et de la Préfecture, situés à environ 2 km de là, on rencontre les sites de Palmyre, à 1 km, et du Val Chérel à 250 m (sites nouveaux
  • prospection thématique : Jean-Bernard VIVET -------------------------- D.R.A.C. Bretagne - Service Régional de l’Archéologie Centre Régional d’Archéologie d’Alet (Ce.R.A.A.) - St Malo --------------------------- Combourg ? 1. La Loge aux Forges Forêt de Bourgouët 4 5 8 6 2 7
  • Faisanderie I, 6. La Faisanderie II, 7. La Butte ferrière, 8. Beaumarchais, 9. La Butte aux Houx I, 10. La Butte aux Houx II, 11. La Préfecture, 12. La Lande Chérel, 13. Le Bois Monsieur, 14. Palmyre. - Affleurement des gîtes ferrifères (tracés rouge) ; - Site d’occupation (carrés bleu
  • de l’Archéologie Centre Régional d’Archéologie d’Alet (Ce.R.A.A.) - St Malo --------------------------- -1- Je remercie les acteurs du ministère de la Culture (D.RA.C. Bretagne, Service Régional de l’Archéologie), de l’intérêt, du soutien, et du financement apporté à cette
  • . 12 II.1 Secteur de la forêt de Boquen- sud Lamballe et Dinan p. 13 1. Les Boulais à ROUILLAC (22) p. 14 2. La Ville Rouault à ROUILLAC (22) p. 20 II.2 Secteur de la forêt de Tanouarn - Combournais p. 27 1. Etang Rolin à QUEBRIAC (35) p. 28 2. Palmyre à GUIPEL (35) p
  • . 35 3. Le Bois Monsieur à GUIPEL (35) p. 43 6. La Lande Chérel à GUIPEL (35) p. 51 4. La Butte Ferrière à Dingé (35) p. 61 II.3 Secteur de la forêt de Teillay à La Dominelais p. 72 1. Le Val de la Motte à ERCE-EN-LAMEE (35) p. 73 2. La Roustière 1 à TEILLAY (35) p. 80
  • - Invention et datation C14 p. 125 10. La Corbelais 1 à La Dominelais - Datation C14 p. 135 11. Le Champ Devant 1 à TEILLAY - Datation C14 p. 142 12. Le Champ Devant 3 à TEILLAY - Datation C14 p. 153 III. CONCLUSION ET PERSPECTIVES p. 164 1. Principaux résultats 1.1 Secteur de
  • , Rennes, et Dinan. Les recherches ont plus particulièrement été axées sur 3 trois zones, dont la description se déroulera du nord au sud : -8- - un nouveau secteur situé au sud-est de Lamballe et sud-ouest de Dinan : l’exploration de nouvelles zones de production du fer se poursuit
  • . C’est le cas de ce secteur jusqu’ici non renseigné, qui a livré deux sites de typologies différentes sur la commune de ROUILLAC. Cet effort de recherche dans des zones a priori moins « porteuses » est indispensable pour obtenir peu à peu une vision territoriale de l’implantation des
  • 35128 Le Bois Monsieur Le Bois Monsieur 35 GUIPEL 35128 La Lande Chérel La Lande Chérel 35 DINGÉ 35 094 Forêt de Tanouarn La Butte Ferrière 35 ERCE EN LAMEE 35 106 Le Val de la Motte Le Val de la Motte 35 TEILLAY 35 332 La Roustière La Roustière 1 35 TEILLAY
  • DOMINELAIS 35 098 La Vignelais La Vignelais 35 LA DOMINELAIS 35 098 La Corbelais La Corbelais 1 35 TEILLAY 35 332 Le Champ Devant Le Champ Devant 1 35 TEILLAY 35 332 Le Champ Devant Le Champ Devant 3 - 11 - II. FICHES DE DÉCLARATION - 12 - II.1 Secteur de la forêt
  • de Boquen (22) (sud de Lamballe et Dinan) - 13 - LES BOULAIS Commune de ROUILLAC (35) 1. Localisation Nom du site : Les Boulais Lieu dit : Les Boulais Commune : ROUILLAC Coordonnées Lambert II étendu : Altitude IGN : X = 249 283 Y = 2 377 298 Z = 149 m Parcelles : 48
  • Section : ZT Année : 2015 2. Description du site. Le cliché aérien fourni par Google earth en 2014 montre une grande tache noire relativement circulaire, de dimensions 55 x 45 m dans le champ labouré de la parcelle 48 (photos n°1 et 2). La vérification de terrain a permis de confirmer
  • effet. - 15 - Fig. 1 : Site métallurgique Les Boulais, commune de Rouillac (22) ; extrait de carte IGN 1/25000 ème. Photo n°1 : Site métallurgique Les Boulais, commune de Rouillac (22) ; cliché aérien Google earth 2014. - 16 - Fig.2 : Site métallurgique Les Boulais, commune de
  • principale Lieu-dit de l'IGN et/ou adresse : Les Boulais Lieu-dit du cadastre ROUILLAC Commune (s)secondaire(s) Lieu-dit du cadastre Année 2015 Section(s) . Parcelle (s) section ZT parcelle 48 Année Section (s) Parcelle (s) IDENTIFICATION DESCRIPTION (les affixes 1 et 2 sont à
  • choisir dans la liste des affixes matière, morphologie ou autre ) Structures (illimité) FERRIER Doute (?) Affixe 1 amas de scories Affixe 2 fer Quantité 1 Commentaire sur les structures (voir feuille jointe) INTERPRETATION (les affixes 1 et 2 sont à choisir dans la liste des
  • ) : Type de fond : IGN 1/25000e - Lambert II étendu X du centroïde : 249 283 Précision de l'emprise : 55 x 45 m Y du centroïde : 2 377 298 Z du centroïde : 149 m (NGF)  Grotte, abri, souterrain  Immergé ETAT ACTUEL Situation : ■ plein air Topographie Géologie Géomorphologie
  • : Parcelles : 15 et 16, Section : ZH Année : 2015 2. Description du site. Le site a été découvert fortuitement en allant visiter un autre site métallurgie voisin, Les Boulais, également sur la commune de Rouillac, identifié grâce aux clichés aériens. L’existence d’une zone un peu plus
RAP03121.pdf ((56). Autour du golfe du Morbihan, les landes de Lanvaux et le sud de la vallée de la Vilaine. Rapport de PD 2014)
  • (56). Autour du golfe du Morbihan, les landes de Lanvaux et le sud de la vallée de la Vilaine. Rapport de PD 2014
  • (autour de 2 m probablement). Plus à l’est, la pose d’un câble sous-marin destiné à l’alimentation électique de l’Île-aux-Moines a coupé en 2006 les vestiges d’un édifice dont les maçonneries présentait encore une hauteur supérieure à 1 m. Ce bâtiment se caractérise par la présence de
  • Centre d’Etudes et de Recherches Archéologiques du Morbihan Service régional de l’archéologie de Bretagne mai 2015 Cé r a m Centre d'Etudes et de Recherches Archéologiques du Morbihan Autour du golfe du Morbihan, les landes de Lanvaux et le sud de la vallée de la Vilaine Arrêté
  • Centre d’Etudes et de Recherches Archéologiques du Morbihan (CERAM) sous la direction de S. Daré en 2014 s’est déroulée principalement pendant le dernier trimestre 2014 et les mois de janvier et février 2015. Elle a permis l’établissement de 74 fiches de découvertes d’entités
  • fortifié Pointe St-Nicolas/ Pen- Castel Les Bois Enclos Villeneuve 1 à 4 Ferriers et zone d’extraction du minerai La lande Moréac 6 et Ferriers 7 Quelvo Ferrier Le Guernet 1 et 2 Fours de potiers Kerscaouët Ferrier Coetfau Enclos Montaigu (site sur Carrière de granite 2 communes
  • d’extraction du Indéterminée minerai Rochelard 1 à 5 Ferriers Indéterminée Toulcoët Ferrier Age du Fer Kerjosse 1 à 4 Ferrier Indéterminée La Lande Beucin Ferrier Indéterminée Le Coëdro Carrière de granite Antiquité -MoyenAge Kerascoët Ferrier Indéterminée Le Château Château Moyen-Age Le
  • -romains mis au jour - Jean-Pierre Leconte, architecte du patrimoine - agence Antak, sans qui le suivi des travaux de restauration de l’immeuble situé 1 place des Lices à Vannes n’aurait pu avoir lieu et pour avoir assuré la coordination avec les entreprises intervenant sur le chantier
  • (DDTM) et qui renouvelle le fonds documentaire. Les recherches dans le secteur du centre Morbihan ont elles Extrait de la carte archéologique régionale du secteur de la basse vallée de la Vilaine (encadré rouge) (Géobretagne - données SRA Bretagne). permises de recenser une
  • chemin d’exploitation a été relevée avec l’accord du SRA, nous renseignant sur son architecture. La collecte des données sur ces deux sites ainsi que de l’éperon de Beg-en-Aud s’est faite dans le cadre du master 2 recherches de Yann Dufay-Garel : « les sites fortifiés de l’âge du Fer
  • collaboration étroite a été développée avec Cécile Le Carlier de Veslud (Université de Rennes 1 - UMR 6566 – CREeAAH). Elle s’est traduite par l’établissement, après examen de l’ensemble du matériel recueilli, d’une première typologie des scories. Cécile Le Carlier a en outre entrepris une
  • description détaillée des différents déchets métallurgiques provenant des sites prospectés. Une présentation de ces recherches a été faite à l’occasion du séminaire archéologique de l’Ouest : prospections paléométallurgiques dans le quart nord-ouest de la France, qui s’est tenu à
  • l’université de Rennes 1 le 20 février dernier. Elles ont aussi été intégrées à la communication de Cécile Le Carlier au congrès 2015 de l’Association française pour l’étude de l’âge du Fer (Afeaf). Vulnérabilité des sites fossoyés en élévation : la nécessité d’une veille Le CERAM s’est
  • Crapel et 1 place des Lices), une à Locmariaquer (EA n° 56 116 0051 – thermes de la maison le Rol/rue Lafayette). A Vannes, elles se placent respectivement en préalable d’un projet d’agrandissement d’une maison et en liaison avec les travaux de réhabilitation d’un immeuble urbain. Si
  • d’extraction de croix. Les indications données dans l’article ont permis la localisation précise des vestiges de cette carrière. Ils s’avèrent bien plus étendus que ne le laissait supposer la publication. On se trouve le long d’une vallée encaissée aux pentes abruptes, jonchées de blocs de
  • Commune(s) secondaire(s) Année Section(s) . Parcelle (s) 2014 BH 78a Lieu-dit du cadastre Année Section(s) . Parcelle (s) IDENTIFICATION DESCRIPTION (les affixes 1 et 2 sont à choisir dans la liste des affixes matière, morphologie ou autre ) Structures (illimité
  • ) Doute Affixe 1 Affixe 2 Quantité rempart non rectilinéaire monumental 1 niveau d’occupation non terres cuites pierres 1 mur non rectilinéaire parementés 5 bâtiments non quadrangulaire pierres 4 Commentaire sur les structures Un puissant rempart de terre, d’un peu plus de 80 m
  • . Ils définissent par ailleurs un vaste espace central vide (une cour ?) qui domine topographiquement les secteurs environnants de plus d’1 m. Sur le littoral occidental de la pointe, un niveau d’occupation a été également reconnu dans la falaise. Il se signale par une quantité
  • céramiques protohistoriques ont été ramassés. INTERPRETATION (les affixes 1 et 2 sont à choisir dans la liste des affixes matière, morphologie ou autre ) Nature (limité à 2 ) Doute Affixe 1 Affixe 2 Quantité éperon barré non 1 habitat non 1 enceinte non 1 terrasses non parementées 2
  • manoir oui 1 Commentaire sur l’interprétation La monumentalité du rempart incite à l’attribuer à l’âge du Fer. Le niveau antique repéré témoigne pour sa part de l’existence d’un habitat de cette période dont la nature comme l’extension nous échappe totalement. Les vestiges les
  • plus importants se rattachent au Moyen Age. Ils correspondent au mur de contour et aux bâtiments mis au jour au XIXe siècle. Les quelques fragments de céramiques découverts lors de la fouille invitent à situer ces édifices, ou tout au moins une des phases d’occupation, au XIIIe
  • (Coordonnées de l’entité au centre de la pointe) : Type de fond : carte IGN au 1/25000 Précision de l’emprise : X du centroïde : 208.605 Y du centroïde : 2297.245 Z du centroïde : 11 m altitude en m : 11 m ETAT ACTUEL Immergé Situation : X plein air Grotte, abri, souterrain
RAP02126.pdf (PLÉNEUF-VAL-ANDRÉ (22). Piegu. dfs de surveillance de travaux)
  • PLÉNEUF-VAL-ANDRÉ (22). Piegu. dfs de surveillance de travaux
  • Rozenn TITRE : Surveillance de travaux sur le site paléolithique moyen de Piégu (Pléneuf-Val-André, Côtesd'Armor) Sous titre : Rapport final d'opération de fouille préventive Nombre de volumes : 1 nbre de pages : 23 nbre fïg. : 6 nbre. photos : 8 1 FICHE OPERATIONNELLE Équipe
  • récupérer de nombreux restes sans avoir à les soumettre aux aléas des engins mécaniques et du transport2. Le tamisage fin au crible a par ailleurs été testé sur de petits volumes de la matrice sablo-graveleuse des couches à ossements. L'opération s'est révélée négative en ce qui concerne
  • Piégu ont permis de sauvegarder plusieurs centaines de vestiges osseux. Le matériel a été séparé en trois zones, correspondant aux secteurs théoriques définis au sein du site (ouest, centre et est, cf. supra). Quelques ossements ont par ailleurs été découverts hors contexte (zone
  • scientifique et technique de l'opération (* auteur du rapport, ** équipe de fouille) : Patrick AUGUSTE*: Paléontologue, Chargé de Recherche CNRS, Laboratoire Préhistoire et Quaternaire UMR 8018 et UFR de Géographie, Université des Sciences et Technologies de Lille 1. Rozenn COLLETER*et
  • Val-André (fig. 1 et photo 1). Connu depuis les années 1970, le site a fait l'objet de diverses collectes au fur et à mesure de l'érosion naturelle (MONNIER, 1976 ET 1980), puis d'une fouille programmée en 1987, suspendue après décision municipale (HALLEGOUËT ET AL, 1987). Depuis
  • , l'érosion du versant se poursuivait, les dépôts caillouteux instables plaqués contre la falaise s'éboulant régulièrement, libérant occasionnellement des restes osseux. Le site a fait l'objet de plusieurs recherches pluridisciplinaires pour partie publiées, mais aucune synthèse n'existe à
  • caractérisent et les données chronostratigraphiques qu'il apporte à la connaissance de cette période en font aujourd'hui un site d'intérêt majeur. 3 METHODOLOGIE Aucune intervention directe sur les dépôts en cours de déblaiement n'étant possible (aux quelques exceptions ponctuelles près
  • , a été effectué sur le site lui-même. 1 Un temps envisagée à proximité du site, sur le parking à l'extrémité du quai Célestin Bouglé, ce qui aurait facilité les observations de provenance des matériaux, l'aire de stockage afinalementété transférée au niveau du complexe sportif de
  • bonne, leur assurant une certaine résistance aux chocs. La plupart des fractures observées correspondent ainsi aux activités anthropiques préhistoriques ou sont liées à la taphonomie propre du site (photo 6). 4 RESULTATS Malgré les méthodes peu habituelles mises en œuvre et le
  • ., 1987 et 1993) et attestent que l'opération de « surveillance », à défaut d'être pleinement satisfaisante, était nécessaire. Ce sont essentiellement la collecte et l'étude des restes osseux qui alimentent les données, un petit corpus lithique venant s'ajouter aux découvertes. Sur le
  • étudiée comprend donc les coulées de blocailles successives du versant (heads) dans lesquelles les vestiges osseux, souvent « soudés » aux blocs, sont les plus nombreux. L'un des apports de l'opération de confortement de la falaise de Piégu concerne la morphologie même du site. En
  • que les fouilles et sondages antérieurs n'ont pas permis de l'atteindre. Pour des raisons techniques et afin de garantir le maximum d'efficacité à leur rôle de maintien, les parois en béton moulé devaient cependant être ancrées sur un support le plus stable possible. La recherche
  • de la roche en place devenait alors prioritaire pour l'aménageur afin d'assurer aux tirants une meilleure accroche. Les divers forages réalisés ont ainsi permis de la localiser. Si elle semble relativement proche latéralement (moins de 6 m en retrait, cf. fig. 4 et 5, profils P14
  • de la falaise une large et profonde anfractuosité affectant la roche en place, probable couloir d'érosion marine pouvant se terminer par une véritable grotte. L'INDUSTRIE LITHIQUE Corpus Le corpus lithique découvert à l'occasion de l'opération est très réduit puisque seules 8
  • rapportées à ce secteur, de loin le plus riche. Le Cerf est très largement dominant, le Cheval et l'Aurochs étant plus anecdotiques. Le matériel se réparti spécifiquement et anatomiquement de la manière suivante : *Cerf : -fragment radius : 2 -fragment métatarse : 14 -talus : 1 -fragment
  • est donc tout à fait similaire à celui découvert lors des fouilles de 1987. La conservation des ossements, la dominance du Cerf, la très importante fracturation des os longs, la présence du Cheval et de l'Aurochs parmi les grands herbivores sont conformes aux précédentes
  • recherches menées depuis plus de vingt ans sur ce site. Notons que désormais, compte tenu de la présence des parois de béton, les dépôts encore en place sur le versant sont définitivement inaccessibles (photo 8). 3 Monnier J.-L. et Hallégouët B. (dir.), en préparation - Le gisement
  • ., Monnier J.-L. et Gagnepain J., 1987 - Rapport sur la fouille de sauvetage urgent effectuée sur le gisement de Piégu (Pléneuf-Val-André, Côtes-du-Nord), campagne 1987. Laboratoire d'Anthropologie préhistorique, Université de Rennes 1, 37 p., 8 pl., inédit. Hallégouët B., Monnier J.-L
  • DRAC-SRA Rapport final d'opération de fouille préventive 2 4 AOUT 2035 COURKiER ARRIVEE SURVEILLANCE DE TRAVAUX SUR LE SITE PALEOLITHIQUE MOYEN DE PIEGU (PLENEUF-VAL-ANDRE, CÔTES-D'ARMOR) Stéphan HINGUANT et Patrick AUGUSTE Avec la collaboration de Rozenn COLLETER Avril
  • . - Vestiges immobiliers : néant - Vestiges mobiliers : faune quaternaire, ossements fossiles, industrie lithique COMMENTAIRE : Collecte des restes osseux fossiles et du mobilier lithique conservés dans les dépôts pléistocènes du versant de la falaise de Piégu, en cours de confortement. Tri
RAP02894.pdf (PLOUHINEC (29). Ménez Drégan I : des prénéandertaliens aux néandertaliens, les premières occupations paléolithiques. rapport intermédiaire de fp 2013)
  • PLOUHINEC (29). Ménez Drégan I : des prénéandertaliens aux néandertaliens, les premières occupations paléolithiques. rapport intermédiaire de fp 2013
  • ) :..................................................................................................................... 9 Rappels généraux sur le site de Menez-Dregan 1 ............................................... 13 Situation et contexte archéologique ...................................................................... 13 Contexte géologique et formation de la grotte
  • . (Monnier & Le Cloirec, 1985 ; Monnier, 1989 ; Monnier & Molines, 1993 ; Molines, 1996). 20 Contexte géologique et formation de la grotte Le substrat de la partie orientale du littoral de Plouhinec correspond à l'orthogneiss oeillé de Pors Poulhan (carte géologique de la France au 1
  • ............................................................................... 5 Insertion dans les programmes de recherche des deux UMRs en charge du programme.............................................................................................................. 7 Équipe scientifique Menez-Dregan (dont membres extérieurs aux UMRs 6566 et 7194
  • ..................................................................................................... 90 1 Figure 1 : Localisation de Menez-Dregan à Plouhinec dans le Finistère 2 Notice – Menez-Dregan 1 : état des connaissances Le site de Menez-Dregan 1 est une ancienne grotte marine dont le toit s'est progressivement effondré ; les énormes blocs d’effondrement ont en partie
  • trouvent dans les sédiments fins (rivage éloigné de la grotte) ou au sommet des plages de galets. L’identification des charbons de bois et des rares pollens confirme un contexte relativement frais (sauf pour la couche 9) donnant un paysage de lande dominé par les éricacées avec une
  • du Colombanien, et qui attestent la maîtrise du feu dès la fin du MIS 13 ou début du MIS 12. 4 La recherche à Menez-Dregan Nature et importance du site Le gisement de Menez-Dregan 1 (Plouhinec, Finistère) est un site clé pour la connaissance des premiers peuplements humains de
  • d'Europe (465 ka par datation RPE / ESR). Ce site permet de mieux comprendre comment ont évolué les premiers peuplements humains de ce Finistère, qui constitue l'un des « culs de sacs » occidentaux de l’Eurasie (fig. 1). Problématique de la recherche Des avancées considérables (voir
  • aux Néandertaliens à l’extrême ouest de l’Eurasie », dans le cadre plus large de l’axe thématique « Évolution des sociétés : les sociétés de chasseurs-cueilleurs » et son sous-axe : « Les peuplements paléolithiques de l’ouest de la France dans leur contexte européen » . Elle
  • continentales UMR 6566 - CReAAH « Centre de Recherche en Archéologie, Archéosciences & Histoire » ÉQUIPE 1 - Archéologie et Anthropologie sociale - Préhistoire et Protohistoire de l’Europe atlantique. Coordination : L. Laporte (CR CNRS) ÉQUIPE 1 Thème 1 - Préhistoire ancienne – Les
  • ; fax. 01 43 31 22 79 E-mail : pvoinch@mnhn.fr 11 Rappels généraux 12 Rappels généraux sur le site de Menez-Dregan 1 Situation et contexte archéologique N° de site : 29-197-015 Cadastre : section ZW, parcelles 366, 370, 372 et hors parcelles Coordonnées Lambert II : X = 92,200
  • un contexte limite océanique-continental. La question des niveaux marins et rivages aux époques des occupations reste sujette à discussions. Compte-tenu de la topographie sous-marine et de notre connaissance des conditions paléoclimatiques, nous pourrions supposer que le rivage
  • falaise fossile et des grottes : au niveau de la plateforme de Menez-Dregan, laquelle se suit aisément sur tout le littoral sud du Cap Sizun. Chaque niveau a pu être actif à de nombreuses reprises, comme en témoigne le remplissage de la grotte de Menez-Dregan 1. Le dépôt littoral
  • (galets marins) le plus ancien retrouvé sur la plateforme de Menez-Dregan 1 est daté de 1,10 Ma (par RPE / ESR). 21 Figure 11 : Représentation sur canevas de Schmidt du pendage des failles autour du site de Menez-Dregan 1 Il est important de noter que le remplissage d’une grotte
  • comme celle de MenezDregan 1 traduit une succession de phases de remplissage et d’érosion intense. Il est évident que les couches observées ne représentent qu’une faible partie des dépôts qui ont colmaté la grotte et qu’il y a donc des hiatus stratigraphiques importants, ce qui
  • ce jour : 30 • Couche 0 : sol actuel, postglaciaire (ranker littoral). • Couche 1 : head grossier et blocailles granitiques tassées, à matrice très pauvre ou inexistante. • Couche 2a : grands blocs issus du toit de la grotte, à peine détachés et glissés du rocher dans le secteur
  • PLOUHINEC, FINISTERE MENEZ-DREGAN I DES PRENÉANDERTALIENS AUX NÉANDERTALIENS Les premières occupations paléolithiques RAPPORT DE LA CAMPAGNE DE FOUILLE 2013 Autorisée par l’arrêté 2013-006 Fouille programmée triennale (2/3) Responsable d’opération : Claire GAILLARD Adjointe au
  • 6566 CReAAH «Centre de Recherche en Archéologie, Archéosciences, Histoire »CNRS, Université de Rennes 1, Ministère de la Culture UMR 7194 Histoire naturelle de l’Homme préhistorique Rennes Novembre 2013 0 Table des matières Notice – Menez-Dregan 1 : état des connaissances
  • ......................................................................................30 Interprétation de l’histoire du gisement .........................................................................36 Analyse spatiale et structures anthropiques.......................................................... 43 Les niveaux d’occupation conservés à Menez-Dregan 1
  • ..............................................43 Les foyers de Menez-Dregan 1.....................................................................................45 Résultats partiels et études en cours, sur le site de Menez-Dregan 1 .................. 52 Études paléobotaniques
  • protégé de l’érosion la séquence stratigraphique et son contenu archéologique. Celui-ci témoigne de la présence humaine à l’extrême ouest de l’Eurasie (fig. 1) dès la fin du MIS (Marine Isotopic Stage) 13 ou début du MIS 12. Les fouilles ont lieu chaque année depuis 1991 et leur arrêt
RAP02036.pdf (PLOUHINEC (29). gisement paléolithique inférieur de Ménez Drégan I. rapport intermédiaire 2004 de fp 3 (2003-2005))
  • PLOUHINEC (29). gisement paléolithique inférieur de Ménez Drégan I. rapport intermédiaire 2004 de fp 3 (2003-2005)
  • profondeur de la grotte va être conséquente. 8 Menez-Dregan 1 - Campagne 2004 MENEZ-DREGAN (Plouhinec, Finistère) Fouille pluriannuelle 2003-2005 Année 2/3 Bilan, objectifs et problématique de la recherche Le gisement de Menez-Dregan 1 est un site clé pour la connaissance des premiers
  • nécessaire les recherches en la matière. Photo 1, cliché S. Hinguant Les mêmes remarques concerne une petite concrétion centimétrique plaquée sur un éclat de débitage en grès provenant également de la couche 5b' (photo 2). Le simple examen à la loupe ne permet pas pour le moment de
  • trancher entre une concrétion ferro-manganique (courante sur les parois de la grotte de Menez-Dregan) ou un fragment de pyrite ou de marcassite. mSÊmJm Photo 2, cliché S. Hinguant 7 Menez-Dregan 1 - Campagne 2004 En ce qui concerne la morphologie de la grotte elle-même, le
  • . & MASAOUDI H., 1996 - Caractérisation de structures de combustion par l'utilisation de mesures physiques. Actes du XIII0 Congrès UISPP, Forli. Volume 1, p. 313-320. MERCIER N., FROGET L., MIALLIER D., PILLEYRE T., SANZELLE S. et TRIBOLO C., 2004 Nouvelles données chronologiques pour le
  • renforcement du muret de soutènement de ce secteur est prévu, les actions répétées des vagues et des ruissellements ayant endommagé sa base. 1 Menez-Dregan 1 - Campagne 2004 Pour la première fois depuis plusieurs années (cf. rapports antérieurs) nous n'avons pas à déplorer de fouilles
  • jusqu'à l'axe de la coupe E-F) (fig. 1). Le niveau organique 4c est désormais totalement fouillé. C'est surtout vers le fond de la cavité qu'il en subsistait des lambeaux, plaqués et solidement compactés contre les parois. En dessous, la surface 5a-5a', extrêmement riche en artefacts
  • lithiques et notamment en petits débris et esquilles, adopte un pendage moins marqué vers le fond de la grotte. Ce n'est qu'au contact du gros bloc effondré sous voûte, incliné, que les pièces accusent un pendage plus net. Autour de ce bloc et de ceux qui se dessinent immédiatement à
  • des blocs prélevés de la structure (A). Estimation des températures de chauffe (mesure de l'intensité du centre E' du quartz) (B). 6 Menez-Dregan 1 - Campagne 2004 paléoparasitologie), dans l'espoir que la « couverture » générer par la surface du bloc ait protégé le sédiment
  • surface pulvérulente de couleur jaune soufre (photo 1). Elle va être soumise à des observations au microscope électronique à balayage et éventuellement à des analyses chimiques pour confirmer ou non sa nature, pour le moment simplement déterminée de visu. Compte tenu de la surface très
  • grotte témoigne t-elle d'une utilisation de la sorte ou ne s'agit-il que d'un hasard ? Sur le plan géologique, cette roche n'affleure pas dans l'environnement immédiat du site ni dans la région proche. Les sources d'approvisionnement possibles les plus accessibles à l'homme se
  • dégagement des parois au fur et à mesure de la fouille permet de constater que l'inclinaison de la voûte, notamment au centre du gisement, s'accentue régulièrement vers le fond de la cavité, aux alentours de 45°. Comme l'an passé, aucun indice ne permet pour le moment de penser que la
  • d'un pillage intensif par les clandestins. Des avancées considérables (voir publications) ont été réalisées depuis la découverte du premier site colombanien (St-Colomban à Carnac) en 1980. Il est nécessaire de préciser les datations, de mieux cerner le contexte paléo-environnemental
  • la présentation de Menez-Dregan doit être un élément important). Le cul de grotte conservé doit être exploré car il recèle probablement des structures d'habitat du plus haut intérêt. Une meilleure conservation des vestiges, notamment osseux, est en effet envisageable dans cette
  • indispensable de coter et répertorier car il caractérise les occupations multiples de la grotte. Les couches inférieures (6 à 9), semblent, dans l'état actuel des observations, plus pauvres en artefacts, de sorte que la fouille devrait alors avancer plus vite. Il est également prévu, pour la
  • paléoparasitologie (ancienneté du site et nature des sédiments), les datations (conditions de gisement et des matériaux datables, environnement radioactif du site). Ces recherches menées sur Menez-Dregan mettent en jeu des adaptations méthodologiques complexes qui participent pleinement au
  • ., 2002 - Rapport sur les activités en paléogénétique dans l'analyse des ossements de MenezDregan 1: 2001-2002. In ; J.-L Monnier et B. Hallégouët (dir.), rapport de fin d'opération triennale de la fouille du gisement Paléolithique inférieur de Menez-Dregan I, campagne 2002, UMR 6566
  • . 189-194 HALLEGOUËT B., HINGUANT S., GEBHARDT A. & MONNIER J.L., 1992 - Le gisement Paléolithique inférieur de Menez-Dregan 1 (Plouhinec, Finistère). Premiers résultats des fouilles. Bull. Soc. préhist. française, 89,3,77-81. LAURENT M., FALGUERES C., MICHEL V., BAHAIN J.J
  • site de Menez-Dregan 1 (Bretagne) ; l'apport de la thermoluminescence. Quaternaire, vol. 15, n°3, p. 253-261. MERCIER N., FROGET L., MIALLIER D., PILLEYRE T.„ SANZELLE S. & TRIBOLO C., 2004Nouvelles données chronologiques pour le site de Menez-Dregan 1 (Bretagne): l'apport de la
  • électronique (RPE) pour le site de Menez-Dregan 1 (Finistère). In ; « Datation », XXf rencontres internationales d'archéologie et d'histoire d'Antibes, J.-N. Barrandon, P. Guibert, V. Michel (dir.), éd. APDCA, Antibes, p. 207-215. MOLINES N., 1999 - Les industries à galets aménagés du
  • D., MERCIER N., GEIGL E.M. & MOLINES N., 1996 Menez-Dregan (Plouhinec, Finistère) et le Paléolithique inférieur de l'Ouest de la France. Actes du XlIIème Congrès UISPP, Forlì, volume 2, p. 99-114. N.B. : L'article Mercier et al., récemment paru (2004) dans la revue Quaternaire