Rechercher sur le site

  • Chercher les documents contenant un mot OU un autre : tapez simplement les mots à la suite => bracelet bronze
  • Chercher les documents contenant un mot ET un autre : utilisez le mot-clef AND => bracelet AND bronze
  • Chercher les documents contenant une expression exacte : taper l'expression entre guillemets => "bracelet en bronze"

1 résultats Exporter les résultats

Trier par Titre : ascendant / descendant
RAP02336.pdf (CLÉGUÉREC (56). le néolitique ancien en centre-Bretagne : diagnostic archéologique sur le site du Dillien à Cléguérec. rapport de fp 1 2007)
  • CLÉGUÉREC (56). le néolitique ancien en centre-Bretagne : diagnostic archéologique sur le site du Dillien à Cléguérec. rapport de fp 1 2007
  • Le Néolithique ancien en Centre-Bretagne : Diagnostic archéologique sur le site du Dillien à Cléguérec (Morbihan) Rapport de sondage programmé - Août 2007 Grégor Marchand, Gwénaëlle Hamon, Yvan Pailler et Gérard Tournay DRAC-SRA 16 MAI 2008 COURRIER ARKIVEL Numéro de site
  • : 56 041 0016 CNRS - UMR 6566 « CREAAH » Université de Rennes 1 Université de Paris 1 232.6 Le Néolithique ancien en Centre-Bretagne : Diagnostic archéologique sur le site du Dillien à Cléguérec (Morbihan) Rapport de sondage programmé - Août 2007 Grégor Marchand, Gwénaëlle Hamon
  • du Cinglais pour les lames, lames régulières en silex et en grès éocènes tirées à la percussion indirecte, armature asymétrique de type danubien, bitroncatures symétriques à retouches abruptes, burins sur lame ou sur éclat, troncatures convexes sur lame (éléments de faucille
  • ?), perçoirs divers, éclats denticulés, grattoirs sur éclats et pièces esquillées. En août 2007, seize tranchées ont été réalisées à l'aide d'une pelle mécanique sur le site du Dillien par deux d'entre nous (G. M. et Y. P.), soit une longueur totale de 480 m pour une surface de 1160 m2. Les
  • trois principaux locus ayant fourni des pièces lithiques du Néolithique ancien ont été examinés, que ce soit le locus 1 sur la terrasse de grave (5 m au-dessus de la rivière), le locus lb sur un replat limoneux à mi-pente, le locus 2a sur une pente ou le locus 2b sur le bord de
  • plateau. Les résultats de ce diagnostic sont décevants pour notre approche de la néolithisation, puisqu'il apparaît clairement que les facteurs érosifs naturels et agricoles ont détruit le niveau archéologique afférent. En revanche, sur un replat naturel (locus 2a), deux grandes fosses
  • à limons ont été découvertes sur le locus lb, ainsi qu'une structure à galets. Les caractères des céramiques glanées alentours nous permettent de les dater du premier âge du Fer, tandis que le locus 2b plus au nord montre une occupation chalcolithique. L Aucune structure
  • intensité et l'homogénéité de ses expressions matérielles. Dans ses extensions à l'ouest du Rhin, cette dynamique reste prégnante et les découvertes se multiplient sur les franges du Bassin parisien, que ce soit vers le sud (Vernet, 2004) ou vers le littoral atlantique. Le Rubané récent
  • du Bassin parisien (R.R.B.P.) est maintenant reconnu dans la plaine de Caen, sur le site du Lazzaro à Colombelles (Guesquière et al, 2000 ; Billard et alii, 2004). Le Villeneuve-Saint-Germain (V.S.G.) est quant à lui bien documenté à l'est du Massif armoricain, en Basse-Normandie
  • montrer que ce groupe culturel - ou ses affidés, ou ses influences - se trouve probablement encore plus à l'ouest, jusque sur les côtes du Finistère (Pailler et Herbaut, 2000 ; Pailler, 2004). La découverte en surface des sites du Dillien à Cléguérec et de Bellevue à Nueillac par G
  • . Tournay a permis de définir quelques traits de ce Villeneuve-Saint-Germain et notamment l'adaptation de ces industries à la pénurie de roches taillables en Bretagne (Pailler, 2004 ; Marchand et alii, 2006). Le fort développement des débitages sur des roches du socle (ultramylonite
  • comme l'avaient montrés les travaux de C.-T. Le Roux sur la carrière de haches de Plussulien ou les allées couvertes de Liscuis à Laniscat. Dans les années à venir, nous souhaitons d'une part établir une surveillance des basses terrasses du Blavet, d'autre part rechercher les
  • semble t'il témoigner de l'expansion du V.S.G. ? Au cours des trente dernières années, G. Tournay a découvert de nombreuses stations de surface sur les terrasses de la moyenne vallée du Blavet, au nord de la ville de Pontivy (Morbihan). Elles peuvent être attribuées par la typologie
  • schiste et en grès type wacke, silex d'importation dont silex du Cinglais pour les lames, lames régulières en silex et en grès éocènes tirées à la percussion indirecte, armature asymétrique de type danubien, bitroncatures symétriques à retouches abruptes, burins sur lame ou sur éclat
  • , troncatures convexes sur lame (éléments de faucille ?), perçoirs divers, éclats denticulés, grattoirs sur éclats, ou pièces esquillées. Quelques éléments du Mésolithique et du Néolithique final au sein de ces assemblages ne permettent pas de les qualifier d'homogènes. Au Dillien
  • poignard en silex turonien, attribuables au Néolithique final. V^H la Vflumowi Si-Antfé ' \\ ^&9i° VIT i . ..\ "j mè. À*.™êfëÉ^k^ V HW^K*\? ?3 «KM Neulliac , i Figure 2. Le site du Dillien (extrait de la carte IGN au 1/25000 sur le site internet Géoportail). 2. Géologie et
  • ) - Sondages 2007 Figure 5. Les ramassages de surface sur la partie nord du site du Dillien (DAO : F. Bertin). Figure 6. Les ramassages de surface sur la partie sud du site du Dillien (DAO : F. Bertin). 7 Le Dillien (Cléguérec, Morbihan) - Sondages 2007 Jlffi wMfc ' JF "C'a Figure 7
  • . Le Dillien (Cléguérec). La partie sud-ouest du site, sur le locus la, avec au premier plan la tranchée 1. La photographie est prise vers l'ouest, en direction du versant (Photographie : G. Marchand). m Figure 8. Le Dillien (Cléguérec). Le replat, sur le locus lb, avec au premier
  • Dillien est implanté sur le flanc oriental d'une colline (ou un petit plateau) ainsi que sur une basse terrasse bordant ce fleuve, sur sa rive droite. Au nord, il domine la confluence du Blavet et du ruisseau de Kerdréan, dans la partie convexe du méandre du Stumo. Au sud, les vestiges
  • archéologiques ont été récoltés en surface sur une pente et sur une basse terrasse, dans l'entrée amont du méandre du Dillien (figures 7 et 8). Le site est très étendu (600 mètres de long pour environ 100 m de large à partir de la falaise), avec des substrats également très variables. Les