Rechercher sur le site

  • Chercher les documents contenant un mot OU un autre : tapez simplement les mots à la suite => bracelet bronze
  • Chercher les documents contenant un mot ET un autre : utilisez le mot-clef AND => bracelet AND bronze
  • Chercher les documents contenant une expression exacte : taper l'expression entre guillemets => "bracelet en bronze"

2 résultats Exporter les résultats

Trier par Titre : ascendant / descendant
RAP02783.pdf (DOMLOUP (35). ZAC du Tertre : les structures protohistoriques de Domloup. rapport de fouille)
  • DOMLOUP (35). ZAC du Tertre : les structures protohistoriques de Domloup. rapport de fouille
  • © hervé Paitier, Inrap 9 I. Données administratives, techniques et scientifiques Fiche signalétique Localisation Références cadastrales Région Commune Statut du terrain au regard des législations sur le patrimoine et l’environnement Bretagne Domloup - Département Année
  • Sicard, Inrap Dates d’intervention sur le terrain 17 janvier 2011 18 mars 2011 10 Domloup (35), ZAC du Tertre 10 Inrap · Rapport de fouille archéologique Mots-clefs des thesaurus Chronologie Sujets et thèmes Mobilier nb Paleolithique Edifice public Industrie lithique
  • et topographique général Cadre géologique 46 1.2.1 Les formations superficielles quaternaires 47 1.2.2 Le substrat 48 1.2.3 Impacts de ces formations sur la conservation des structures 48 2. Le contexte archéologique 48 2.1 Les résultats du diagnostic 49 2.2
  • l’ensemble 3 Les fossés Les fossés rectilignes de l’ensemble 2 81 3.2.2 Les fossés curvilignes de l’ensemble 2 84 3.2.3 3.3 Les fossés de l’ensemble 3 Les éléments d’architecture 86 86 3.3.1 Le bâtiment circulaire sur poteau 88 3.3.2 La concentration de trous de poteaux de
  • Synthèse générale 132 132 5.4 5.4.1 Des vestiges à la datation incertaine Le bâtiment circulaire sur poteaux 133 5.4.2 L’ensemble de trous de poteaux dans la partie septentrionale de l’ensemble 2 133 5.5 L’occupation fin Bronze moyen / début Bronze final L’occupation antique
  • jusqu’à la fin du premier âge du fer. La position topographique, en tête de talweg et avec une vue dominante sur la vallée explique facilement le choix du lieu. Les structures les plus anciennes correspondent à deux enclos à fossé circulaire, installés sur la partie la plus haute de
  • zone funéraire initiale, sur le rebord d’un petit vallon qui surplombe le versant sud de la vallée de l’Yaigne. Il s’agit d’un enclos à fossé circulaire, d’environ 13m de diamètre daté du milieu du Hallstatt D1/D2et d’un enclos carré, de 20m de coté un peu plus récent (fin du
  • parcellaires matérialisent la périphérie d’une occupation antique qui se développe sans doute plus au nord, au cours de la deuxième moitié du IIe siècle de notre ère. Le site de Domloup constitue donc un jalon intéressant, bien qu’incomplet, dans la documentation sur l’archéologie funéraire
  • ces espaces funéraires sur un territoire potentiellement riche en monuments. A l’issue de la fouille, le site a été entièrement rebouché à l’aide des terres décapées en respectant la stratigraphie originelle. Le terrain a été restitué à l’aménageur le 18 mars 2011. 13 I
  • la présence d’un enclos circulaire repéré en prospection aérienne1 sur cette zone, topographiquement attrayante, justifiaient pleinement la prescription (fig.1). Le rapport afférent, rédigé par L. Aubry2 a révélé l’existence de trois ensembles de vestiges bien délimités
  • suggérant une occupation du premier Age du Fer, et d’un dépôt de bracelets en bronze daté de la fin du Bronze moyen. Ces conclusions ont donné lieu à une fouille, prescrite par le Service régional de l’Archéologie et réalisée au cours du premier trimestre 2011. Elle a porté sur les
  • , hydrographique et topographique général. Fig.2 Localisation générale du site sur la carte I.G.N © Stéphane Jean, Inrap La région fait partie du domaine structural centre-armoricain, qui présente un relief moyennement accusé du fait de la présence de la vallée de la Vilaine dont les méandres
  • topographies remarquables, typiques des sites funéraires protohistoriques. Ils occupent un large interfluve formé par l’Yaigne et un de ses modestes affluents. L’ensemble 2 est installé sur le versant pentu occidental d’un plateau dominant la vallée du Rimon à l’ouest. L’ensemble 3 occupe
  • deux vallées. Le plateau culmine à 75m NGF et sur l’emprise, les altitudes vont du nord vers le sud de 67,83m à 61.09m (fig. 4). ensemble 2 ensemble 3 0 2 km 45 II. Résultats b N 7a Y=347625 8a b étang du Vallon ensemble 2 13 9 b Y=347500 12 11 10 1 le Tertre z
  • a Y=347375 5b 6 7 8 2 Y=347250 b ensemble 3 puits 3 z le Petit Bois 4a 9 34 Y=347125 33 10 : emprise des décapages. Fig.3 Plan de localisation des ensembles 2 et 3 sur le cadastre actuel © Stéphane Jean, Inrap X=313000 X=312875 X=312750 X=312625 10 : numéro de
  • Cadre géologique La position topographique des deux secteurs induit une différence stratigraphique dans les formations superficielles. 1.2.1 Les formations superficielles quaternaires Dans l’ensemble 2, le schiste est coiffé par une altérite orangée et indurée qui se développe sur
  • Rennes. 1.2.3 Impacts de ces formations sur la conservation des structures La topographie et les formations superficielles, différentes entre les deux ensembles ont induit une conservation différentielle des structures, celles de la zone 3 étant beaucoup moins érodées. Creusées dans
  • le schiste, et non dans des limons lœssiques, elles ont été plus faciles à caractériser. 2. Le contexte archéologique 2.1 Les résultats du diagnostic Sur l’emprise, un enclos avait été repéré en photo aérienne en 1987 par A. Provost. Le diagnostic avait permis de confirmer
  • confluence de la vallée de l’Yaigne et du ruisseau de la font-stloup, les promontoires générés par les méandres serrés de la rivière constituant d’excellents lieux d’implantation (fig. 7). Le site le plus proche est à 300m à l’est de l’ensemble 2, sur la commune de Noyal-sur-Vilaine, au
  • l’ensemble 2. Il correspond à une occupation gallo-romaine qui peut expliquer la présence sur l’emprise de structures isolées de cette période. Les indices d’occupations concernant le moyen-âge sont moins nombreux. Les trois repérés en photo aérienne sont répartis dans le quart nord-est
RAP03070.pdf (DOMLOUP (35). le Petit Bénazé : une occupation du Ier au IIIe s ap. J.-C. aperçu sur l'organisation de l'espace rural en territoire riedone. rapport de fouille)
  • DOMLOUP (35). le Petit Bénazé : une occupation du Ier au IIIe s ap. J.-C. aperçu sur l'organisation de l'espace rural en territoire riedone. rapport de fouille
  • informations scientifiques vers le grand public. Un atlas informatique permanent, constitué d’une série de notices illustrées résumant les résultats des études de terrain a parallèlement été mis en ligne sur le site internet de l’Inrap afin d’encore élargir ce partage d’informations. Le
  • le plateau situé immédiatement au nord-est, et une zone pentue regardant vers le fond de vallée, à l’ouest. 1.3.2  Géologie, sédimentologie Le secteur du petit Bénazé se place sur un substrat schisteux indiqué sur la carte géologique de Vitré comme «  alternances silto-wackeuses
  • Fouille archéologique Rapport d’opération LGV Le Mans-Rennes, section 1 Domloup, Ille-et-Vilaine, Le Petit Bénazé Une occupation du Ier au IIIe siècle après J.C., aperçu sur l’organisation de l’espace rural en territoire riedone sous la direction de Anne-Louise Hamon Inrap
  • chantier, hygiène et sécurité 32 1.2.2 Collaboration technique et scientifique 32 1.2.3 32 1.2.3.1 Mode opératoire Méthode standard de travail 33 1.2.3.2 Difficultés techniques rencontrées sur le terrain 33 1.2.3.3 Communication et diffusion des
  • sur le terrain Numéro de l’arrêté de prescription 2012-017 Numéro de l’opération DB05030809 Numéro de l’arrêté de désignation du responsable code INSEE 2012-098 35099 Coordonnées géographiques et altimétriques selon le système Lambert 93 x : 361343 y : 6786964 z : 75 m NGF
  • après J.C., aperçu sur l’organisation de l’espace rural en territoire riedone Mots-clefs des thesaurus Chronologie Sujets et thèmes Paléolithique Mobilier édifice public nb Industrie lithique Industrie osseuse Inférieur édifice religieux Moyen édifice
  • Inrap · RFO de fouille Domloup (35) – Une occupation du Ier au IIIe siècle après J.C., aperçu sur l’organisation de l’espace rural en territoire riedone Équipe de post-fouille Prénom Nom, organisme d’appartenance Fonction Tâches affectées dans le cadre de l’opération Anne-Louise
  • scientifiques Notice scientifique Découvert en 1985 lors de prospections pédestres, le site gallo-romain du Petit Bénazé, placé sur le tracé de la Ligne à Grande Vitesse Le Mans-Rennes a fait l’objet d’un diagnostic archéologique en 2011, auquel a fait suite en 2012 la fouille sur 1.6ha
  • deuxième moitié du second siècle à la première moitié du troisième siècle de notre ère. Ces tracés rectilignes globalement orientés sur les points cardinaux délimitent de vastes espaces dont certains secteurs sont bâtis. 11 plans de constructions sur poteaux ont ainsi pu être
  • Domloup (35) – Une occupation du Ier au IIIe siècle après J.C., aperçu sur l’organisation de l’espace rural en territoire riedone II. Résultats II. Résultats 29 1. Cadre de l’intervention Fig.1 Vue aérienne générale du site. © Inrap 1.1 Contexte administratif Le projet
  • d’implantation d’une nouvelle ligne ferroviaire à grande vitesse par le groupe Eiffage Rail Express entre les villes de Le Mans et de Rennes est à l’origine de la mise en place d’une campagne de sondages archéologiques menée entre les années 2010 et 2012 sur les trois sections de la ligne, en
  • quarantaine d’indices de sites de toutes époques fouillés sur les 214km du tracé ferroviaire, les vestiges du Petit Bénazé, découverts sur la commune de Domloup, viennent alimenter la recherche sur la structuration 30 Inrap · RFO de fouille Domloup (35) – Une occupation du Ier au IIIe
  • siècle après J.C., aperçu sur l’organisation de l’espace rural en territoire riedone des terroirs antiques, un thème d’étude encore peu documenté, longtemps délaissé par les archéologues au profit de gisements plus imposants, centrés sur les habitats proprement dits. Pour ces raisons
  • , la prescription d’une fouille sur les vestiges en partie mis au jour au cours du diagnostic de l’été 2011 a été préconisée par la préfecture régionale, via le Service Régional de l’Archéologie. L’Institut National de Recherches Archéologiques Préventives, (INRAP), choisi comme
  • à 200m à l’est de la zone de fouille, à l’emplacement des anciens bâtiments du lieu dit Le Petit Bénazé, II. Résultats 31 récemment détruits. Des toilettes chimiques ont également été mises à disposition de l’équipe sur la base vie, ainsi qu’un conteneur destiné au stockage
  • Réseau de lignes électriques très haute tension. © Inrap Une contrainte notable a été engendrée par la présence de lignes électriques aériennes à très haute tension (400000v) sur le site même de la fouille. (Fig. 3) Reliés à une centrale électrique voisine de quelques dizaines de
  • directe avec le sol. Finalement, aucun incident de ce type n’a été constaté sur le terrain. Les engins mobilisés au cours de la phase de décapage des terres superficielles évoluant au droit des lignes, une demande d’informations précises sur la hauteur des câbles a été formulée auprès
  • décapage a quand même été organisé, à l’aide d’un engin à la flèche bridée, ne pouvant atteindre plus de 3m de hauteur. Par ailleurs, des gabarits ont été déposés en amont des lignes présentes sur le chemin des tracteurs transportant les déblais extraits au cours des décapages
  • . Fig.4 Gabarits pour engins de chantier. © Inrap Intégrée dans la série de chantiers prévus sur la LGV Le Mans-Rennes, la fouille du site archéologique du Petit Bénazé a suivi les directives du Plan général de sécurité émis par le maitre d’ouvrage gérant l’ensemble des travaux de
  • sondages mécaniques ont été réalisés par l’entreprise de travaux publics Beaussire de Carentan (50). Vincent Pommier, Frédéric Boumier et Philippe Boulinguier ont assuré les relevés topographiques nécessaires à l’élaboration du plan général des tranchées et des structures archéologiques