Rechercher sur le site

  • Chercher les documents contenant un mot OU un autre : tapez simplement les mots à la suite => bracelet bronze
  • Chercher les documents contenant un mot ET un autre : utilisez le mot-clef AND => bracelet AND bronze
  • Chercher les documents contenant une expression exacte : taper l'expression entre guillemets => "bracelet en bronze"
  • Creator > AUDOUARD Lorena (retirer)

2 résultats Exporter les résultats

Trier par Titre : ascendant / descendant
RAP03348.pdf (BANGOR, LE PALAIS, LOCMARIA, SAUZON (56). Belle-Île-en-Mer : espaces et territorialité d'une île atlantique. Rapport de PCR 2016)
  • BANGOR, LE PALAIS, LOCMARIA, SAUZON (56). Belle-Île-en-Mer : espaces et territorialité d'une île atlantique. Rapport de PCR 2016
  • plus, les contre-sens indiquent que le phasage de cette fortification pose problème. L’avancée de la recherche actuelle sur les vestiges archéologiques caractérisés par des talus massifs permet également de jeter un nouveau regard, plus en adéquation avec les vestiges observés lors
  • protohistoriques à Belle-Île-en-Mer (H. Duval) 8 11 Visite des sites mégalithiques de Belle Île du 19 décembre 2017 (P. Gouezin) 143 Premières observations sur les céramiques pré et proto-historiques (G. Hamon, M.-Y. Daire) 146 Analyses pétrographiques et chimiques des céramiques de Belle
  • -Île-en-Mer (B. Gehres) 150 Premières observations sur le mobilier lithique (L. Audouard) 163 Étude en laboratoire de 6 haches polies en fibrolite de Belle-Ile-en-Mer (M. Guiavarc’h) 173 Premières observations sur le mobilier métallique (C. Le Carlier) 179 Conclusions 180
  • Vue dans la presse 185 Programme Collectif de Recherche Belle-Île-en-Mer : Espaces et territorialité d’une île atlantique - Rapport d’activité 2016 Introduction   Le Programme Collectif de Recherche « Espaces et territorialité d’une île atlantique » est centré sur BelleÎle-en
  • prospections ainsi que des relevés topographiques sur des zones ciblées. Ce travail vient mettre à jour, alimenter et compléter la carte archéologique. Des analyses ont également été menées sur le mobilier céramique et lithique.   Belle-Île-en-Mer est la plus grande des îles bretonnes
  • (environ 85 km2), mais elle est la plus méconnue de toutes sur un plan archéologique. En effet, les opérations archéologiques ont été très peu nombreuses sur ce territoire (De Closmedeuc, 1902  : fouille d’un coffre dont la datation reste inconnue ; Marchand, 2010  : sondages site
  • mésolithique de Bordelann) et seules les activités des prospecteurs viennent ponctuellement nous rappeler toute la richesse patrimoniale de cette île (Musch, 2002 ; 2003 ; 2004 ; 2005 ; Audouard et al., 2010). De surcroît, l’île fait face à une importante pression immobilière, à une érosion
  • Néolithique sur cette île. Belle-Îleen-Mer se démarque, du point de vue archéologique ou culturel, de l’ensemble des îles bretonnes sur plusieurs points essentiels : - Contrairement à toutes les autres îles bretonnes, Belle-Île ne comporte aucun monument funéraire de type allée couverte et
  • /ou dolmen à couloir, ou tout du moins aucun vestige n’est conservé. - L’importation d’une pierre dressée en orthogneiss sur l’île (menhir Jeanne de Runélo) depuis le golfe du Morbihan a été démontrée (étude de S. Cassen et G.Querré, Cassen et al., 2009) - C’est sur cette île que
  • géographique avantageuse (en prolongation du golfe du Morbihan).   Période âge du Bronze-âge du Fer (M.-Y. Daire, avec H. Duval, B. Gehres, C. Le Carlier)   Au bout de 30 ans de réflexion sur les occupations humaines protohistoriques insulaires et côtières du domaine armoricain, le constat
  • d’autres. La reprise de l’étude des sites fortifiés (dans le cadre d’un travail de recherche doctorale), dont l’île est richement dotée, trouvera ici une contextualisation chronoculturelle, dépassant le cadre de ce territoire insulaire. Déroulement du PCR sur l’année 2016   Examen des
  • fortifiés attribuables aux périodes pré- et protohistoriques recensés sur les quatre communes (Bangor, Locmaria, Le Palais et Sauzon), tout en permettant d’actualiser les informations de la Carte Archéologique élaborée au sein du Service régional de l’archéologie (SRA) Bretagne. Aucune
  • synthèse n’existait à l’échelle de l’île, malgré les différents travaux qui se sont succédés sur plusieurs des sites fortifiés de Belle-Île-en-Mer (Threipland, 1943 ; Bernier, 1964  ; Batt et Kayser, 1989). La situation ayant considérablement évolué depuis la première moitié du XXe
  • fortifiés identifiés à Belle-Île-en-Mer a été réalisé.   De même, P. Gouezin a effectué en décembre 2016, dans le cadre de sa thèse, une prospection orientée sur le mégalithisme bellilois. Son travail permet de dresser un état de la situation et d’examiner certaines découvertes récentes
  • . 21-26 BERNIER G., 1964 - « Les promontoires barrés des îles vannetaises du Mor Bras. » Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, p.67-74. CASSEN S. (dir.), 2009 - Autour de la Table. Explorations archéologiques et discours savants sur des architectures néolithiques à
  • gallo-romaine, thèse de doctorat, Université Rennes 2, 478 p. MUSCH G., 2002 – Belle-Île en Mer (Morbihan), rapport de prospection-inventaire, communes de Le Palais, Sauzon, Bangor, Locmaria, Rennes, S.R.A. de Bretagne, 54p. MUSCH G., 2003 - Belle-Île en Mer (Morbihan), rapport de
  • prospection-inventaire passée à Belle-Île-en-Mer. Ses riches échanges ainsi que ses remarques avisées ont contribué à la rédaction de ce rapport qui a été enrichi de ses connaissances sur les différents sites étudiés. Merci à Marie-Yvane Daire pour la relecture qu’elle a bien voulu faire
  • -inventaire réalisée durant la semaine du 25 au 31 juillet 2016. Le but principal de celle-ci était de contribuer à la connaissance des sites fortifiés attribuables aux périodes pré- et protohistoriques recensés sur trois des quatre communes de Belle-Île-en-Mer, (Bangor, Locmaria et Sauzon
  • ) tout en permettant d’actualiser les informations de la Carte Archéologique élaborée au sein du Service régional de l’archéologie (SRA) Bretagne. Ce travail s’inscrit dans le cadre d’une thèse de doctorat débutée en septembre 2015 à l’Université de Rennes 1 portant sur les sites
  • possible de se rendre sur place durant une semaine afin de documenter ces sites le plus possible. Néanmoins, en raison du temps imparti à la compréhension de chacun des huit sites étudiés et d’autres facteurs relevant de leur localisation géographique spécifique, les informations
RAP03536 ((56). Belle-Île en Mer : espaces et territorialité d'une île atlantique. Rapport de PCR 2017)
  • classification du nuage 3D (conservation des microreliefs). Le territoire de Belle-Ile doit donc être étudié en suivant une méthode d’analyse rigoureuse, afin d’apporter un regard critique sur la donnée LiDAR et tenter d’en extraire une information pertinente pour un usage archéologique
  • ., Musch G., Querré G. Conditions d’utilisation des documents Les rapports d’opération archéologique (diagnostic, fouille, document final de synthèse, sondage, sauvetage…) sont des documents administratifs communicables au public, en application de la loi n° 78-753 du 17 juillet 1978
  • modifiée et portant diverses mesures d’amélioration des relations entre l’administration et le public. L'accès à ces documents administratifs s’exerce auprès des administrations qui les ont élaborés ou qui les détiennent, au choix du demandeur et dans la limite de leurs conditions
  • cadre de l’enseignement et de la recherche, dès lors que le public auquel elle est destinée est majoritairement composé d'élèves, d'étudiants, d’enseignants ou de chercheurs directement concernés, et que son utilisation ne donne lieu à aucune exploitation commerciale. Le non-respect
  • l’autorisation préfectorale : Lorena Audouard Département : Morbihan Communes : Bangor, Locmaria, Le Palais, Sauzon Lieu-dit : Belle-Île en Mer Coût de l’opération (en euros) : 2500 Déplacements sur Belle-Île (hébergement/nourriture) : 1001.69 Déplacements réunions Vannes/Rennes : 13.90
  • - Rapport d’activité 2017 Introduction Le Programme Collectif de Recherche "Espaces et territorialité d'une île atlantique" est centré sur Belle-Île-en-Mer (Morbihan), et se veut diachronique (du Néolithique à l'âge du Fer). Depuis 2016, première année du PCR, un bilan de la
  • documentation disponible est mené, un inventaire des collections conservées chez les prospecteurs et dans les musées a été réalisé en 2017, des analyses de matières premières ont été menées et un premier examen du mobilier réalisé. Sur le terrain, des relevés topographiques sur des zones
  • Mer. Pour mémoire, Belle-Île-en-Mer est la plus grande des îles bretonnes (environ 85 km2), mais elle est la plus méconnue de toutes sur un plan archéologique. En effet, les opérations archéologiques ont été très peu nombreuses sur ce territoire (De Closmedeuc, 1902 : fouille d'un
  • coffre dont la datation reste inconnue; Marchand, 2010 : sondages site mésolithique de Bordelann) et seules les activités des prospecteurs viennent ponctuellement nous rappeler toute la richesse patrimoniale de cette île (Musch, 2002; 2003; 2004; 2005; Audouard et al, 2010). De
  • céramique, dont 17840 g. et 186 fragments de terre cuite architecturale et 8966 g. de poteries, ont été collectés sur le site du Lanno. Les fragments avaient fait l’objet d’un premier tri typo/technologique au moment de leur reconditionnement en 27 lots, dans le cadre de la remise des
  • récent Néolithique/ Protohistorique Fig. 1 : Nombre et pourcentage des restes céramiques (poteries) Sur un total de 1034 restes, les éléments antiques sont les plus nombreux et sont très largement majoritaires puisqu’ils représentent 1078 fragments et 88,36 % du corpus (fig. 1). Les
  • (vase, bouteille, cruche, pichets, bols ; pl. 1, n° 1 à 4), aux vases de préparation (passoire, marmites, mortiers ; pl. 1, n° 5 et pl. 2 n ° 1-2. Les fonds sont plats, non débordants, et un fragment de pied a pu être caractérisé. De rares éléments décorés imprimés existent, sur de
  • 382 fragments soit 42,83 % du corpus céramique (fig. 4). La quasi-totalité du lot provient des ateliers de Gaule centrale de Lezoux. Un individu sur les 99 minimum dénombrés pourrait provenir des ateliers de Montans. Le lot le plus conséquent (lot 15 ; fig. 5) a fait l’objet d’une
  • éléments de comparaisons sont nombreux sur le littoral morbihannais jusqu’au sud de la Loire, et la liste des éléments de comparaison rejoint celle établie dans le cadre de l’étude du corpus issu de la fouille préventive réalisée au Rédo à Arzon (Agogué et al., 2017). Les éléments
  • « Néolithique/Protohistorique » n’ont pu être précisément caractérisés, le doute subsiste sur la possibilité d’une présence à l’Age du Bronze au Lanno. Les éléments de terre crue chauffée ou non pourrait appartenir à l’un ou l’autre de ces horizons chronologiques pré/protohistoriques. Le
  • potentiel de ce site repose sur la quantité et la qualité du mobilier attribuable à la période antique et notamment par la forte proportion de céramique sigillée d’importation. Les traces d’occupation antique à Belle-Ile sont nombreuses mais le gisement du Lanno représente un caractère
  • lors de la première phase de sélection du mobilier rapatrié. En effet, la collection de ce prospecteur bellilois, qui collecte du mobilier depuis plus de 20 ans sur l'île, est très volumineuse et il a été possible de n'en ramener que les 2/3 (par exemple, le macro-outillage le plus
  • imposant n'a pas été transféré lors de cette mission). Dans un second temps, l'inventaire du mobilier s'est déroulé dans une salle mise à notre disposition par l'UMR 6566 CReAAH sur le campus de Beaulieu, et le SRA Bretagne a fourni les caisses Allibert nécessaire au conditionnement. Le
  • protocole de l'inventaire a été mis en place sur la base de la documentation fournie par le SRA Bretagne et en lien avec Véronique Gendrot. Cette dernière a validé l'inventaire et le conditionnement, ce qui a permis le transfert et le dépôt des caisses au dépôt de fouille de Vannes début
  • questionnements archéologiques. Un premier travail réalisé dans le cadre de mon master 2 a démontré le réel intérêt de ces données pour un usage archéologique en milieu littoral, sous réserve d’y apporter un regard critique et de prendre la mesure d’un certain nombre de lacunes inhérentes au