Rechercher sur le site

  • Chercher les documents contenant un mot OU un autre : tapez simplement les mots à la suite => bracelet bronze
  • Chercher les documents contenant un mot ET un autre : utilisez le mot-clef AND => bracelet AND bronze
  • Chercher les documents contenant une expression exacte : taper l'expression entre guillemets => "bracelet en bronze"

4 résultats Exporter les résultats

Trier par Titre : ascendant / descendant
RAP02362.pdf (LA MÉZIÈRE (35). ZAC cap Malo. rapport final d'opération archéologique)
  • ZAC déposé par la Communauté de Communes du Val d'Ille et qui portait sur une surface globale d'environ quarante hectares. Cette opération a été réalisée par F. Le Boulanger (INRAP) et s'est déroulée en septembre-octobre 2002. Un ensemble de vestiges et d'indices du haut Moyen-Age
  • les tâches de traitement, de conditionnement et d'inventaire de données. Le traitement de la documentation graphique sera conçu avec un souci de clarté afin de répondre à la fois aux exigences du document final (DFS) et à celles d ' u n e future publication qui, au regard de
  • publication scientifique des résultats. A ce titre, Isabelle C A T T E D U pourra intervenir à titre d'expert et à la demande du responsable d'opération (provision de 10 jours de spécialiste) tant sur la phase terrain que pendant la phase d'étude. Enfin, le responsable d'opération
  • réalisé par Françoise Le Boulanger (Inrap) entre les mois de septembre et novembre 2002. Cette prescription porte sur une zone destinée à accueillir un magasin de l'enseigne Jardiland, qui s'inscrit entre la route 2 x 2 voies reliant Rennes à Saint-Malo immédiatement au sud-ouest, et
  • mobilier mis au jour se rapportait à un habitat, non révélé sur l'emprise de la fouille, mais qui devait se trouver à proximité (Le Boulanger et al. 2002). Enfin, la fouille menée en 2003 au lieu-dit Montgerval sur l'emplacement d'un bowling, n'a pour sa part livré aucun résultat, le
  • Les greniers Les greniers sur quatre poteaux Le grenier G 3 Le grenier G 4 Le grenier G 6 Le grenier G 7 Les autres plans de grenier Le grenier G 5 Le grenier G 8 Fonctions p.82 p.82 p.82 p.82 p.82 p.83 p.84 p.84 p.84 p.84 Les clôtures ou palissades La palissade E 13 La clôture
  • 2001 relative à l'archéologie préventive, modifiée par la loi n° 2003-707 du 1 er août 2003 ; VU le décret n° 2002-89 du 16 janvier 2002 relatif aux procédures administratives et financières en matière d'archéologie préventive ; VU le rapport du diagnostic archéologique prescrit par
  • arrêté n° 2002/080 du 20 juin 2002, reçu le 24 décembre 2002 ; VU l'avis de la Commission interrégionale de la recherche archéologique en date du 7 mai 2003 ; CONSIDERANT que le diagnostic a mis en évidence un habitat du haut Moyen Age dont l'intérêt réside dans son bon état de
  • conservation et dans le fait qu'il soit possible d'étudier cette unité d'habitat dans sa globalité ; ARRETE Article 1 er : Est prescrite une fouille préventive préalable aux aménagements, ouvrages ou travaux portant sur le terrain sis en : Région : BRETAGNE Département : ILLE-ET-VILAINE
  • : Communauté de Communes du Val D'ille Emprise de la fouille archéologique : 20.000 m2 Objectifs de la fouille préventive : Le projet de travaux liés à la création de la Z.A.C. Cap Malo s'étend sur l'ensemble de la parcelle recelant un habitat du Haut-Moyen-Age. La fouille préventive
  • portera sur tous les vestiges archéologiques menacés par ce projet. Données scientifiques et principes méthodologiques : Un habitat du Haut-Moyen-Age se développe dans sa globalité sur le versant nord d'une petite colline. Occupant un espace d'environ 1,8 hectare, il est matérialisé
  • par un réseau fossoyé qui pourrait délimiter des « lots », à l'intérieur desquels apparaissent des fosses et des trous de poteaux ; la restitution de plans de bâtiments sur ossature de bois est probable dans le cadre d'une étude exhaustive. Le mobilier mis au jour, essentiellement
  • céramique, rattache l'habitat à une période allant du 8eme au 10eme siècle. Cette découverte est importante dans le cadre régional, notamment dans le Bassin de Rennes où sont essentiellement connues des occupations gallo-romaines. L'intérêt de la fouille repose essentiellement sur le bon
  • état de conservation des structures, dont la lecture n'est pas brouillée par une occupation plus tardive, et le fait qu'il soit possible d'étudier cette unité d'habitat dans sa totalité. Les principes méthodologiques s'inspireront de ceux pratiqués sur ce type de sites : décapage
  • stratigraphique détaillée à partir de l'implantation de coupes systématiques. Le mobilier étant en général peu abondant sur les habitats du haut Moyen-Age, le principe de datation radiocarbone est envisagé, mais il ne sera mis en œuvre que lorsque la fiabilité des échantillons sera assurée et
  • l'opération (publication, action de valorisation ou de communication...). Le responsable d'opération proposé par l'INRAP est Mlle Aline B R I A N D (INRAP), une archéologue confirmée ayant une bonne expérience de l'étude des sites d'habitats ruraux. Aline B R I A N D sera placée sous le
  • «Jardiland» dans la ZAC Cap-Malo d'après la carte IGN 1217 Ouest, Rennes, 1/25000e lîirap+ + DAO : A. Briand La Mézière ZAC Cap Malo Fig. 2 : Positionnement de la fouille sur le cadastre actuel (1992, section Bl) La Mézière, ZAC Cap Malo T1 et 2 - fouille juin-septembre 2004
  • Introduction Cette fouille, qui s'inscrit dans les limites du site de la vaste ZAC Cap Malo sur la commune de la Mézière est située à 16 km au nord de Rennes en direction de Saint-Malo. Elle a été prescrite par le service régional de l'archéologie de Bretagne à la suite du diagnostic
  • Communauté de communes du Val d'Ille, maître d'ouvrage de la ZAC Cap Malo. Les moyens mis en oeuvre La fouille a été conduite sur le terrain du 12 juillet au 24 septembre 2004. Initialement et pour la totalité de l'intervention, 48 jours de terrain étaient prévus pour la responsable
  • intempéries) nous ont empêchés de le mener à bien dans les délais impartis. De même, les vestiges mis au jour nous ont conduit à revoir à la hausse, la durée de la fouille (cf. infra, méthodes et conditions de l'intervention). Au total, 11 semaines de travail sur le terrain, décapage
RAP01887.pdf (THORIGNÉ-FOUILLARD (35). ZA Bellevue. dfs de diagnostic)
  • a été réalisée par l'Institut National de Recherches Archéologiques Préventives, sous le contrôle du SRA Bretagne, et a été financée par la commune de Thorigné-Fouillard. Le diagnostic a été effectué sur le terrain en deux phases. La première s'est déroulée du 2 au 20 décembre 2002
  • cinéraires mises au jour. Signalons dès à présent que les conditions d'intervention sur le terrain ont été particulièrement difficiles, en raison notamment des intempéries spécialement fortes de la fin 2002 et de ce début d'année. La difficulté a été accrue du fait du traitement en deux
  • de rattachement : INRAP, Direction Interrégionale Grand-Ouest Aménageur/Maître d'ouvrage : Commune de Thorigné-Fouillard Surface de l'intervention archéologique : 117 610 m2 Surface sondée : 10 761 m2 Proportion de terrain sondé : 9,14 % Dates de l'intervention sur le terrain
  • : du 02 au 20/12/2002 et du 06/01 au 14/01/2003 Dates de l'étude post-fouille : du 15 au 24/01/2003 Résultats Cote d'apparition des vestiges : de 0,4 à 0,6 m sous le sol actuel Chronologie : Protohistoire (Tène finale ???), Gallo-romain, haut Moyen-Age Nature des vestiges
  • présence d'un tronçon de la voie romaine Rennes / Bayeux en bordure est de la zone concernée (sous l'actuelle rue du Clos Corbin, d'après le SRA), ainsi que la reconnaissance de cinq sites ou indices de sites sur la commune ont motivé la prescription du SRA sur ce projet. L'opération
  • phases de l'opération, nous ayant contraints à laisser à l'air libre pendant plus de deux semaines des tranchées décapées. 6 Thorigné-Fouillard, ZA Bellevue 1. Contexte topographique et géologique Les parcelles sondées, au nombre de 12, se développent sur une zone qui commence en
  • d'eau traverse cette zone, sur laquelle une petite mare est d'ailleurs présente. La nappe phréatique affleure, et le ruissellement des eaux de pluie est particulièrement important dans ce secteur. Le substrat géologique est constitué de schistes briovériens très altérés dans leur
  • sur l'ensemble de l'emprise du projet. De couleur brune foncée, elle présente une épaisseur comprise entre 0,45 et 0,60 m, et repose dans la majorité des tranchées directement sur le sol géologique (schiste altéré). Ceci se retrouve particulièrement dans les tranchées situées
  • communale Emprise du projet Parcelles sondées i I Parcelles non sondées Thorigné-Fouillard ZA Bellevue Fig. 2 : Plan cadastral figurant les parcelles concernées par l'emprise des travaux Thorigné-Fouillard, ZA Bellevue 2. Contexte archéologique (fîg.3) La prescription du SRA sur la
  • -dit la Clôtière, le Bourg, et la Hutte. Les prospections, aériennes en particulier mais aussi pédestres, ont par ailleurs livré sur la commune de Thorigné-Fouillard cinq sites ou indices de sites de différentes périodes, inventoriés à la carte archéologique du SRA Bretagne. La
  • gisement de surface au lieu-dit la Chauvinais, découvert par A. Provost en 1987, comportant de la tegula, de la sigillée et du mobilier daté des Ier/IIème s., et un enclos non daté repéré par M. Gautier en 1992 au lieu-dit le Petit Rigne. Les autres sites présents sur la commune, plus
  • sondé équivalant à quelque 9% (fïg.4). Cependant, ainsi que nous l'avons signalé, les parcelles A03 et A04 ainsi que la portion de la parcelle A078 concernée par le projet n'ont pas été sondées, pour les raisons évoquées plus haut, ramenant donc la superficie du terrain sur lequel
  • tranchées au fur et à mesure de leur ouverture, et rendant ainsi les relevés des structures impossibles, à moins d'avoir un topographe présent en permanence sur le chantier pour effectuer les relevés au fur et à mesure de la découverte des vestiges, ce qui était bien entendu tout à fait
  • d'une couche de glace pouvant atteindre 12 cm dans certaines tranchées. Signalons également que, outre les intempéries, les relevés topographiques n'avaient pas pu être effectués sur une partie importante de la zone d'étude avant l'interruption du diagnostic, pour des raisons
  • . La densité réelle de structures était donc un peu plus forte que ce qui apparaît sur le plan, en particulier sur le site du haut Moyen-Age. Pour ces mêmes raisons météorologiques, les sondages pratiqués manuellement sont de nombre réduit. Il avait en effet été décidé, en
  • été testés (rappelons que nombre d'entre eux étaient déjà noyés dès avant les vacances). Les températures négatives que nous avons subies à notre retour nous ont durant plusieurs jour interdit toute tentative de fouille des structures (terre gelée sur 5 à 10 cm). H nous a donc
  • , ni d'attendre le dégel ou l'évacuation des eaux de pluie pour revenir caractériser ce site. 16 Fig. 8 : marquage des structures sur la glace avant relevé sur le site du haut Moyen-Age (cl. S. Jugieau) Thorigné-Fouillard, ZA Bellevue 4. Résultats du diagnostic Introduction
  • Sur les 176 tranchées réalisées, 94 se sont au final avérées positives (fig. 9), soit une majorité des sondages (53,4%). L'enregistrement s'est fait en deux niveaux : les structures et les faits archéologiques. La totalité des structures découvertes se présente sous la forme de
  • , notamment les structures composant les palissades, et les portions d'un même fossés retrouvés dans des tranchées différentes. Au total, 23 faits ont ainsi été individualisés de manière à peu près certaine sur toute la surface sondée : il s'agit de 3 palissades, 1 grenier sur poteaux, et
  • A010, le sud de la parcelle A082, et le centre des parcelles A05 et A06. Les parcelles A07, A08, A09, A080 et A081 comportent quant à elles des structures très clairsemées sur leur superficie, sans concentration notable. L'emprise des travaux a ainsi livré trois sites distincts
RAP01972.pdf (LA MÉZIÈRE (35). "Montgerval-ZAC cap-Malo". dfs de fouille du bowling)
  • celle des fossés mis au jour sur la fouille de F. Le Boulanger (Roy et al. 2002), mais que ces éléments n'ont pas fait l'objet d'une prescription de fouille (fig.3). Pour compléter le contexte archéologique environnant, signalons que deux voies antiques, la voie Rennes - Corseul
  • SRA Bretagne) La Mézière Montgerval- ZAC Cap Malo Fig. 5 : Situation du diagnostic de 2002 et des sites fouillés en 1989 et 2001 sur le cadastre actuel (tiré de Le Boulanger 2002, fig.2) La Mézière, Montgerval, ZAC, Cap-Malo, fouille du bowling 3. Méthodologie et conditions
  • relative. Le fossé F 2002 traverse la zone 2 de la limite d'emprise nord à la limite d'emprise sud, soit sur quelque 42,50 m. Il recoupe plusieurs chablis, dont le n°2003, partiellement fouillé lors du sondage 3, et qui a livré du mobilier résiduel. Fig. 13 : Vue générale de F 2002
  • indéterminable dans l'état actuel des choses), participant de l'organisation d'un territoire plutôt que d'un habitat, vu l'extrême rareté du mobilier céramique. La seule chronologie relative qu'il soit possible de constater sur cette zone est le recoupement de F 2002 par le chemin moderne
  • Ouest, Rennes, 1/25000e La Mézière, Montgerval, ZAC, Cap-Malo, fouille du bowling Introduction La fouille sur le site de la ZAC Cap Malo sur la commune de la Mézière, située à 16 km au nord de Rennes en direction de Saint-Malo, a été prescrite par le SRA Bretagne à la suite des
  • résultats du diagnostic effectué en janvier 2002. Cet emplacement, à proximité immédiate du nouveau cinéma CGR, est destiné à accueillir un bowling, ainsi que le parking qui en dépend (fîg. 1 ). L'opération de fouille a été réalisée par l'Institut National de Recherches Archéologiques
  • Préventives, sous le contrôle du SRA Bretagne, et a été financée par la Communauté de communes du Val d'Ille. La fouille a été réalisée sur le terrain du 18 novembre au 11 décembre 2003. Au total, dix-huit jours de travail de terrain ont été utilisés. La phase de terrain a occupé une
  • responsable d'opération et trois techniciens pendant trois semaines, l'un d'entre eux ayant été affecté sur une autre opération pendant la dernière semaine. La fouille a également accueilli pendant une semaine un stagiaire, élève de 3eme au collège StJoseph de Bruz, qui effectuait le stage
  • interprétées comme des restes de constructions protohistoriques, du parcellaire gallo-romain, moderne et contemporain, ainsi que des structures médiévales (Roy et al. 2002). Si l'on reprend la proposition de phasage évoquée dans le rapport de diagnostic, on constate que globalement, le site
  • initialement sur 3 960 m2, répartis en trois zones distinctes. Celles-ci se situent toutes trois dans la moitié nord de l'emprise sondée, et devait permettre de caractériser les vestiges reconnus au diagnostic, et d'affiner l'interprétation. La zone 1, de 1 080 m2, se situe ainsi à l'ouest
  • déterminé par E. Roy lors du diagnostic de 2002 (tiré de Roy et al. 2002, fig. 5) L\ Sd. 31 B. 1-1924 LA MEZIERE Montgerval, Z.A.C. Cap Malo (Parking du bowling et bowling) La Mézière Montgerval-ZAC Cap Malo Fig.3 : localisation des 3 emprises de fouille sur l'emprise du diagnostic
  • se trouve à une quinzaine de kilomètres au nord de Rennes, sur la route de Saint-Malo. Il occupe le versant nord d'un petit talweg, dont l'altitude varie entre 83,5 m et 90 m NGF. Il s'agit du nord du bassin rennais, et le substrat est donc constitué de schistes briovériens sous
  • racines des diverses et nombreuses plantations et mises en culture du secteur, a été piégé dans les très nombreux écofacts (chablis, trous de fouisseurs, traces de racines...) et dépressions naturelles qui jalonnent le terrain. Cet horizon est présent sur la quasi totalité des trois
  • probable villa, daté d'après le mobilier céramique des Ier/IIème s. apr. J.- C., au lieu-dit \e Chêne Hamon. Par ailleurs, une fouille menée au lieu-dit le Perray en 1989, sur l'emplacement d'une usine d'enrobage située à quelques centaines de mètres au sud-est du site de Montgerval
  • Iïïème siècle (Beuchet 1989) (fig.5). Enfin, la fouille menée en 2001 au lieu-dit la Coudre, située sur les parcelles immédiatement voisines au sud-est du site de Montgerval à l'emplacement du cinéma multiplexe, a livré deux fonds d'urnes de l'Age du Bronze placées dans des fosses
  • parcellaire galloromain, associé à des trous de poteaux épars et à des fosses, datant pour l'essentiel de la seconde moitié du ïïème s (fig.5). Le mobilier mis au jour se rapportait à un habitat, non 10 La Mézière, Montgerval, ZAC, Cap-Malo, fouille du bowling révélé sur l'emprise de
  • la fouille, mais qui devait se trouver à proximité (Le Boulanger et al. 2002). Notons que le diagnostic ayant donné lieu à la fouille qui nous occupe avait révélé, selon E. Roy, des structures gallo-romaines, en particulier des fossés, datés grâce à leur orientation similaire à
  • 2001 par F. Le Boulanger | Parcelles diagnostiquées en 2002 par E. Roy ayant donné lieu à la présente fouille La Mézière Montgerval- ZAC Cap Malo Fig. 4 : Contexte archéologique dans les environs immédiats du site de Montgerval - ZAC Cap Malo (d'après la Carte archéologique du
  • Mézière, Montgerval, ZAC, Cap-Malo, fouille du bowling 4. Résultats de la fouille Introduction Au total, sur les trois zones de fouille confondues, 110 éléments ont été mis au jour : 43 sur la zone 1, 38 sur la zone 2, et 29 sur la zone 3 (fïg.6). Parmi ceux-ci, 75 éléments ne sont
  • terrain. Nous obtenons ainsi une proportion de 68% des éléments mis au jour qui ne correspondent à rien, les 32% restants correspondant à ce que nous avons qualifié de « structures », bien que cette identification soit plus que douteuse dans la majorité des cas. 4.1. La zone 1 Sur les
RAP01903.pdf (TRELIVAN (22). "ZA du Gros Bois". dfs de diagnostic)
  • le SRA, n'a pas été vérifiée sur le terrain. Contraintes techniques L'emprise des travaux comportait initialement 27 parcelles, toutes soumises à prescription. La surface totale couvrait 150 907 m2. Il s'est avéré au cours du diagnostic que 9 parcelles n'étaient pas accessibles
  • 27 parcelles concernées par le projet de lotissement se situent sur la commune de Trélivan, à environ 4 km à l'ouest de Dinan. L'emprise, en limite de la commune d'Aucaleuc, est bordée au nord par la quatre voie reliant Saint-Brieuc à Saint-Malo, au delà de laquelle se situe le
  • camp militaire, et à l'est et au sud par les terrains de l'aérodrome de Dinan - Quévert. Le substrat est constitué d'arène granitique, annoncé par une interface sableuse dans de nombreuses tranchées. Méthode de diagnostic : Tranchées en quinconce Tranchées continues Sur décapage
  • observée est particulièrement simple : l'épaisseur de terre végétale varie de 0,40 à 0,80 m. Elle repose soit directement sur l'arène granitique, soit sur une interface sableuse (pré-substrat). Le substrat est constitué d'arène ou de granit selon les endroits. Substrat atteint : oui
  • TRELIVAN ZA du Gros Bois (Côtes d'Armor) 26/03-30/03/2003 par Aline BRIAND N° de prescription : 2002/150 N° de projet INRAP : 31 05 0352 01 INRAP Direction interrégionale Grand-Ouest 37 rue du Bignon, CS 67737 - 35577 Cesson-Sévigné cedex TRELIVAN • Rennes* J&VHIeJ 'JÊm
  • : 271400 Y : 92030 Y : 92430 Z : 112,5 NGF (moyenne) Propriétaire du terrain : Société CODI, 34 rue Bertrand Robidou, BP 357, 22106 Dinan Protection juridique : néant Opération archéologique Arrêté de prescription n° : 2002/150 Arrêté de désignation n° : 2003/075 Valable du au
  • BAILLEEU (adjoint scientifique et technique) Intervenants techniques Terrain : Véronique CHAIGNE (technicienne Inrap) Topographie : Frédéric BOUMIER (topographe Inrap) Terrassements mécaniques : Marcel Voisin, les Fontenelles, 22100 Aucaleuc Intervenants administratifs Service régional
  • financement de l'opération : Société CODI : Robert LEGAVRE (ingénieur) Contexte archéologique local et/ou presriptions scientifiques Un enclos aurait été signalé (prospections Langoët) sur l'une des parcelles concernées par l'emprise du diagnostic. Cette information, signalée à l'AST par
  • et n'ont de ce fait pas pu être sondées. Certaines étaient boisées (parcelles n°l 112 et 194), les autres, non défrichées, étaient couvertes de hautes broussailles, en particulier des ajoncs très denses qui empêchaient l'accès et le sondage des parcelles (n°1648, 1645, 1644, 1350
  • , 1005, 1007, 1349). La surface de ces parcelles non sondées se monte à 32 300 m2, réduisant ainsi l'emprise du diagnostic à 119 600 m2. Eléments du diagnostic Surface du projet d'aménagement : 150 907 m2 Surface diagnostiquée : 119 600 m2 Contexte géographique et géologique : Les
  • varie entre 0,40 et 0,60 m (profondeur moyenne de 0,50 m). Les parcelles situées le plus à l'est présentent une épaisseur de sédiments plus importante, variant entre 0,70 et 0,90 m. Description sommaire de la stratigraphie observée dans les sondages ou carottages : La stratigraphie
  • ' griser les carrés correspondants avec l'outil "Trames" (dans Format) Observations : Des structures ont été mises au jour dans la moitié ouest de l'emprise, en particulier dans les parcelles B 1110, 188, 189, 190, et 191. Il s'agit de fossés correspondant à du parcellaire moderne
  • , ainsi que l'ont montré les sondages pratiqués (comblement de terre végétale noire). Ces fossés ne correspondent pas à un enclos. Il s'agit probablement des fossés reconnus en prospection aérienne, et interprétés comme un enclos. ANNEXES 1 - carte de localisation générale 2 - carte
  • sondées Fig. 2 : Plan cadastral figurant les parcelles concernées par l'emprise des travaux (éch. 1/2500e) Légende i i Tranchée archéologique Fossé m 86 Fosse N " de tranchée Institut national de recherches ! archéologiques préventives Côte d'Armor - C o m m u n e de