Rechercher sur le site

  • Chercher les documents contenant un mot OU un autre : tapez simplement les mots à la suite => bracelet bronze
  • Chercher les documents contenant un mot ET un autre : utilisez le mot-clef AND => bracelet AND bronze
  • Chercher les documents contenant une expression exacte : taper l'expression entre guillemets => "bracelet en bronze"

8 résultats Exporter les résultats

Trier par Titre : ascendant / descendant
RAP03801 (Corpus des signes gravés néolithiques, Art rupestre néolithique en Armorique. Rapport PCR.)
  • projecteurs led sur pied et 1 masque immersif) dont le PCR a intégralement bénéficié. 8 Avertissement Ce rapport ne doit en aucun cas être considéré comme une publication. La mise en ligne du document par le SRA de Bretagne après une évaluation faite par la commission territoriale de
  • synthèse, sondage, sauvetage…) sont des documents administratifs communicables au public, en application de la loi n° 78-753 du 17 juillet 1978 modifiée et portant diverses mesures d’amélioration des relations entre l’administration et le public. L'accès à ces documents administratifs
  • d’appartenance et du rapport); 3) la représentation ou la reproduction d’extraits est possible à des fins exclusives d’illustration dans le cadre de l’enseignement et de la recherche, dès lors que le public auquel elle est destinée est majoritairement composé d'élèves, d'étudiants
  • travers le réseau des MSH) a été prolongée en 2019  ; 1,4 To de données sont actuellement déposés sur un total de 2,8 To. Ce mode de transmission passe aussi par la médiation, à l’image de notre participation à la Nantes Digital Week 2019 et à l’exposition temporaire dans le bâtiment
  • d’accueil du monument de Petit Mont (R12 en impression 3D). Entre avril et novembre 2019, 12 tombes à couloir, 13 stèles, 1 sépulture à entrée latérale, 1 sépulture coudée, 2 cistes et un tumulus « carnacéen » ont été enregistrés in situ et/ou traités infographiquement sur les 4
  • B16) selon le protocole ICEO. La décorrélation d'image enfin permet d’obtenir des résultats complémentaires. Des mesures XRF prises in situ et des prélèvements opérés sur les colorants au creux des gravures sur plusieurs sites démontrent ensemble que plusieurs éléments chimiques
  • . A la date du 15 novembre 2019, 78% des sites bretons ont été numérisés, et 32% des objets sur ces sites sont modélisés et décryptés (ou en cours de décryptage). La subvention 2019 obtenue du CD56 fut exactement celle sollicitée, alors que la Région Bretagne baissait de 30% le
  • la recherche archéologique de l’Ouest ne sont pas les éléments suffisants d’un parcours qui permettrait de passer du statut de rapport à celui de publication scientifique. S’agissant d’une opération en train de se réaliser, des conclusions et un bilan seront nécessaires. Certains
  • sites sont en cours de traitement, d’une année à l’autre, et ce travail d’ajustement et de correction va naturellement modifier le contenu du rapport final, qui lui-même ne sera toujours pas une publication. Des discussions sont par ailleurs ouvertes et offertes au lecteur au terme
  • catégorie des « archives ouvertes », complémentaires des publications dans les revues à comité de lecture, pour permettre la conservation pérenne de la connaissance scientifique. La nécessité d'un examen critique (peer-review) par des chercheurs académiques avant publication, a été
  • patrimoine) a également suivi avec attention notre dossier faisant suite à l’appel à projet régional (« Mégalithes de Bretagne »). Le Musée de Préhistoire Miln/Le Rouzic (Mairie de Carnac) a largement contribué au succès du programme d'expérimentation de gravures déroulé sur 3 journées en
  • Morbihan ont été gérés par le responsable administratif de l’UFR Histoire, Histoire de l’art et archéologie, de l’université de Nantes (Eric Burgaud) ; les commandes et missions sur le terrain ont été saisies par Evelyne Leveziel et Anne-Marie Thievin, secrétaires administratives de
  • patrimoine sur le Chantier des Mégalithes) a très aimablement accepté de faire intervenir son équipe sur les sites de Mané er Loh, Vieux Moulin et Runesto à la demande de Christine Boujot. De même, nous remercions Olivier Agogué (CMN) pour avoir donné son autorisation à l’enregistrement
  • des gravures, en aidant techniquement notre intervention sur le site de Barnenez à Plouézoc’h. Jacques Madec, Adjoint au Maire de Locmariaquer, a grandement facilité nos démarches vis-à-vis des propriétaires des monuments locmariaquerois étudiés en 2019 ou des sites appartenant à
  • la commune 11 (Kerveresse, Mané Rutual, etc.). Olivier Curt et Laurent Corlay (Unité Départementale de l'Architecture et du Patrimoine du Morbihan) ont appuyé le projet de médiation sur la tombe de Goërem à Gâvres. Un grand merci enfin à Catherine Gorlini, documentaliste du
  • CReAAH (Rennes) pour avoir souvent retrouvé des publications difficiles d’accès et Gwénaëlle Wilhelm-Bailloud pour nous avoir laissé un libre accès aux archives de Z. Le Rouzic et G. Bailloud. Chaque monument étudié a souvent nécessité des autorisations aimablement accordées et des
  • aides efficaces sur le terrain de la part de plusieurs propriétaires et collègues ; nous leur adresserons plus directement nos remerciements à l'issue des chapitres concernés. 12 Sommaire Résumé
  • ........................................................................................................13 Chapitre 1. Rappel sur les intentions du programme....................................17 Chapitre 2. Expérimentations (tracé gravé et état de surface).....................29 Chapitre 3. Chaîne opératoire........................................................................51
  • ................................................................................517 Annexe 5. Analyses sur les colorations apparentes.......................................................................525 Annexe 6. Observations sur les percuteurs de Gavrinis (Larmor-Baden, Morbihan).............607 Annexe 7. Les cupules – raisons pour ne pas les prendre en
  • les intentions du programme Chapitre 1. Rappel sur les intentions du programme 1.1. Objectifs Il est envisagé, depuis 2016, de progressivement construire un nouveau corpus des gravures néolithiques inscrites au sein de supports aussi variés qu’un affleurement rocheux, une stèle
RAP03659 (Corpus des signés gravés néolithiques. Rapport de PCR 2018)
  • , sous le contrôle de Cyrille Chaigneau. Fin 2017, pour la poursuite de l’expérimentation, le bloc a été transporté au Musée de Carnac. Comme pour les campagnes précédentes, la mission 2017 comportait deux volets : expérimentation et médiation sur le site, face au public. En moyenne
  • , première année d’un PCR courant sur trois années (2017-2019) ; le rapport 2018 est donc produit à mi-chemin. L’opération intéresse aussi bien l'archéologue (la recherche fondamentale, la conservation et la protection du patrimoine) que le gestionnaire de site (la commune, le département
  • latérale, 4 sépultures à vestibule (« allées couvertes »), 1 affleurement et 2 tumulus « carnacéens » ont été enregistrés in situ et/ou traités infographiquement sur les 4 départements bretons, correspondant à 44 supports gravés. La lasergrammétrie et la photogrammétrie ont été
  • ne doit en aucun cas être considéré comme une publication. La mise en ligne du document par le SRA de Bretagne après une évaluation faite par la commission territoriale de la recherche archéologique de l’Ouest ne sont pas les éléments suffisants d’un parcours qui permettrait de
  • naturellement modifier le contenu du rapport final, qui lui-même ne sera toujours pas une publication. Des discussions sont par ailleurs ouvertes et offertes au lecteur au terme de chaque descriptif de site, mais doivent être considérées comme réflexions « à chaud », sans les contrôles
  • croisés, recherches bibliographiques poussées, organisation des arguments, etc., qui caractérisent un projet éditorial scientifique. Ce rapport est donc à ranger dans la catégorie des « archives ouvertes », complémentaires des publications dans les revues à comité de lecture, pour
  • permettre la conservation pérenne de la connaissance scientifique. La nécessité d'un examen critique ( peer-review) par des chercheurs académiques avant publication, a été récemment réaffirmée (Bach, Jérome 2014). * Jean-François Bach - Denis Jérome 2014. Les nouveaux enjeux de
  • archéologique (diagnostic, fouille, document final de synthèse, sondage, sauvetage…) sont des documents administratifs communicables au public, en application de la loi n° 78-753 du 17 juillet 1978 modifiée et portant diverses mesures d’amélioration des relations entre l’administration et le
  • public. L'accès à ces documents administratifs s’exerce auprès des administrations qui les ont élaborés ou qui les détiennent, au choix du demandeur et dans la limite de leurs conditions d’accueil. La mise en ligne des rapports par le SRA Bretagne a pour objectif de faciliter cette
  • et complètes de l’auteur, de son organisme d’appartenance et du rapport); 3) la représentation ou la reproduction d’extraits est possible à des fins exclusives d’illustration dans le cadre de l’enseignement et de la recherche, dès lors que le public auquel elle est destinée est
  • avec attention notre dossier faisant suite à l’appel à projet régional (« Mégalithes de Bretagne »). Le Musée de Préhistoire Miln/Le Rouzic (Mairie de Carnac) a largement contribué au succès du programme d'expérimentation de gravures déroulé sur 3 journées en 2018 : on regrettera
  • que la Compagnie des Ports (Vannes) se soit désengagée de ce travail conjoint de médiation et de recherche sur le site de Gavrinis. La participation financière de notre laboratoire fut possible grâce à l’intervention de son directeur, J.N. Guyodo (Université de Nantes). Les crédits
  • de fonctionnement octroyés par le ministère de la Culture, la région Bretagne et le département du Morbihan ont été gérés par le responsable administratif de l’UFR Histoire, Histoire de l’art et archéologie, de l’université de Nantes (Eric Burgaud) ; les commandes et missions sur
  • ), Marine Chupin et Emilie Heddebaux (Paysages de mégalithes, Carnac). Delphine Aubin (chargée de mission patrimoine sur le Chantier des Mégalithes) a très aimablement accepté de faire intervenir son équipe sur le site de Kerlud à la demande de Christine Boujot. De même, nous remercions
  • Jacques Buisson-Catil (CMN) pour avoir donné son autorisation en aidant techniquement notre intervention sur le site du Menec à Carnac. Un grand merci enfin à Gwénaëlle Wilhelm-Bailloud pour nous avoir laissé un libre accès aux archives de Z. Le Rouzic et G. Bailloud. 11 Chaque
  • monument étudié a souvent nécessité des autorisations aimablement accordées et des aides efficaces sur le terrain de la part de plusieurs propriétaires et collègues ; nous leur adresserons plus directement nos remerciements à l'issue des chapitres concernés. 12 Sommaire Résumé
  • .......................................................................................................................... 13 Chapitre 1. Rappel sur les intentions du programme..................................................15 Chapitre 2. Expérimentations........................................................................................ 27 Chapitre 3. Chaîne opératoire
  • . Autorisations...................................................................................................................541 Table des matières......................................................................................................... 545 14 1. Rappel sur les
  • intentions du programme Chapitre 1. Rappel sur les intentions du programme 1.1. Objectifs On envisage depuis 2016 de progressivement construire un nouveau corpus des gravures néolithiques inscrites au sein de supports aussi variés qu’un affleurement rocheux, une stèle, un ouvrage de
  • 2016/2017/2018, d’aider à la décision portant sur les mesures de protection et de valorisation. La pression touristique croissante que subissent ces gravures depuis 50 ans, qui a anticipé puis suivi les programmes de restaurations de plusieurs tombes en bouleversant souvent la
RAP03523 (Corpus des signes gravés néolithiques. Rapport de PCR 2017)
  • Conditions d’utilisation des documents Les rapports d’opération archéologique (diagnostic, fouille, document final de synthèse, sondage, sauvetage…) sont des documents administratifs communicables au public, en application de la loi n° 78-753 du 17 juillet 1978 modifiée et
  • portant diverses mesures d’amélioration des relations entre l’administration et le public. L'accès à ces documents administratifs s’exerce auprès des administrations qui les ont élaborés ou qui les détiennent, au choix du demandeur et dans la limite de leurs conditions d’accueil. La
  • l’enseignement et de la recherche, dès lors que le public auquel elle est destinée est majoritairement composé d'élèves, d'étudiants, d’enseignants ou de chercheurs directement concernés, et que son utilisation ne donne lieu à aucune exploitation commerciale. Le non-respect de ces règles
  • indispensable des métadonnées. Le mode de transmission par le biais d'un site sur l'Internet s'ajoute à ces préconisations, 7 en déterminant une ligne éditoriale à partir de quelques pratiques relativement récentes dans la médiation de l'art pariétal. Un retour d'expérience est décrit
  • autour d'une application interactive. Entre avril et novembre 2017, 9 tombes à couloir, 11 stèles, 1 sépulture à entrée latérale, 4 sépultures à vestibule (« allées couvertes »), et 1 tumulus « carnacéen » ont été enregistrés in situ et/ou traités infographiquement sur les 4
  • de son appel à projet. Afin de préserver le poste d’ingénieur d’étude, ce sont par conséquent plusieurs missions sur le terrain qui ont été annulées par rapport à notre programmation initiale. Le volume des acquisitions s’en trouve donc diminué et le rapport 2018 logiquement s’en
  • ressentira. 8 Avertissement Ce rapport ne doit en aucun cas être considéré comme une publication. La mise en ligne du document par le SRA de Bretagne après une évaluation faite par la commission territoriale de la recherche archéologique de l’Ouest ne sont pas les éléments suffisants
  • va naturellement modifier le contenu du rapport final, qui lui-même ne sera toujours pas une publication. Des discussions sont par ailleurs ouvertes et offertes au lecteur au terme de chaque descriptif de site, mais doivent être considérées comme réflexions « à chaud », sans les
  • contrôles croisés, recherches bibliographiques poussées, organisation des arguments, etc., qui caractérisent un projet éditorial scientifique. Ce rapport est donc à ranger dans la catégorie des « archives ouvertes », complémentaires des publications dans les revues à comité de lecture
  • , pour permettre la conservation pérenne de la connaissance scientifique. La nécessité d'un examen critique ( peer-review) par des chercheurs académiques avant publication, a été récemment réaffirmée (Bach, Jérome 2014). * Jean-François Bach – Denis Jérome 2014. Les nouveaux enjeux
  • été facilité par les interventions et l'aide de Olivier Agogué et MariePierre Jégo (Service départemental d'archéologie du Morbihan) ; la diminution de 30% de la subvention espérée a néanmoins eu des conséquences fâcheuses sur l’ensemble du budget du PCR, puisqu’il a mécaniquement
  • l’art et archéologie, de l’université de Nantes (Eric Burgaud) ; les commandes et missions sur le terrain ont été saisies par Evelyne Leveziel et Anne-Marie Thievin, secrétaires administratives de l’UFR et du LARA. Olivier Couvrand (Bureau financier Lettres) a établi le bilan
  • ), Mathieu Quantin (Ecole Centrale, Nantes), Bastien Bourineau (I-maginer, Nantes), Guy 11 Cornen et Bernard Lasnier (Université de Nantes), Marine Chupin et Emilie Heddebaux (Paysages de mégalithes, Carnac). Delphine Aubin (chargée de mission patrimoine sur le Chantier des Mégalithes
  • ) a très aimablement accepté de faire intervenir son équipe sur le site de Rondossec à la demande de Christine Boujot. De même, nous remercions Jacques Buisson-Catil (CMN) pour avoir diligenté une équipe technique lors du nettoyage du cairn de Mané Kerioned avant notre intervention. Un
  • grand merci enfin à Gwénaëlle Wilhelm-Bailloud pour nous avoir laissé un libre accès aux archives de Z. Le Rouzic et G. Bailloud. Chaque monument étudié a souvent nécessité des autorisations aimablement accordées et des aides efficaces sur le terrain de la part de plusieurs
  • ....................................................................................................................................... 11 Sommaire................................................................................................................................................ 13 Chapitre 1. Rappel sur les intentions du programme
  • ............................................................................................................................... 623 14 1. Rappel sur les intentions du programme Chapitre 1. Rappel sur les intentions du programme 1.1. Objectifs On envisage de progressivement construire un nouveau corpus des gravures néolithiques inscrites au sein de supports aussi variés qu’un affleurement rocheux, une
  • 2016 et 2017, d’aider à la décision portant sur les mesures de protection et de valorisation. La pression touristique croissante que subissent ces gravures depuis 50 ans, qui a anticipé puis suivi les programmes de restaurations de plusieurs tombes en bouleversant souvent la
  • sur l’île de Gavrinis depuis 2012 (tombe à couloir) et l’île d’Yeu en 2015-2016 (rochers à cupules) sont pour cela très instructives. Les enregistrements menés sur ces objets sont par conséquent l’occasion d’observations qui ne se limitent pas à la seule acquisition archéologique
  • des signes. Nous proposons d’effectuer un état des lieux (plutôt qu’un état sanitaire nécessitant d’autres compétences) qui résume, notamment par cartographie, l’aspect du support et son environnement immédiat. On s’attache en outre à poursuivre les investigations sur l'historique
RAP03333.pdf ((22)(29)(35)(56). Corpus des signes gravés néolithiques. Rapport de PCR)
  • concrètes en termes de stockage et d’archivage pérenne, en établissant par exemple la liste indispensable des métadonnées. Le mode de transmission par le biais d’un site sur l’Internet s’ajoute à ces préconisations, en déterminant une ligne éditoriale à partir de quelques pratiques
  • affleurement à cupules ont été enregistrés sur les 4 départements bretons, correspondant à 47 supports gravés. La lasergrammétrie, grâce au prêt d’un instrument du Consortium 3D SHS, et la photogrammétrie ont été associées à la compilation de photographies sous éclairages tournants et à la
  • déroulé sur plusieurs journées en 2016. La participation financière importante de notre laboratoire dans le cadre d’une acquisition de deux scanners à main (lumière structurée) doit être soulignée, grâce à l’intervention de son directeur, J.N. Guyodo, que nous remercions aussi pour
  • de Nantes (Eric Burgaud) ; les commandes et missions sur le terrain ont été saisies par Evelyne Leveziel et Anne-Marie Thievin, secrétaires administratives de l’UFR et du LARA ; Jean-Noël Guyodo a toujours facilité nos démarches auprès de l’UFR et de l’OSUNA, et nous lui en sommes
  • mégalithes, Carnac). Christian Obeltz n’a jamais compté son temps pour nous prêter main forte alors du nettoyage des sites, nous lui en sommes très reconnaissants. Delphine Aubin (chargée de mission patrimoine sur le Chantier des Mégalithes) a très aimablement accepté de faire intervenir
  • son équipe sur le site du Mané er Hroëck à la demande de Christine Boujot. De même, nous remercions Jacques Buisson-Catil (CMN) pour avoir diligenté une équipe technique lors du nettoyage du cairn de Mané Kerioned avant notre intervention. Un grand merci enfin à Gwénaëlle
  • WilhelmBailloud pour nous avoir laissé un libre accès aux archives de Z. Le Rouzic et G. Bailloud. Chaque monument étudié a souvent nécessité des autorisations aimablement accordées et des aides efficaces sur le terrain de la part de plusieurs propriétaires et collègues  ; nous leur
  • ) ������������������������������������������������������������421 5. Bilan de l’année-test et préconisations ���������������������������������������������������������������������423 5.1. Bilan sur les objets �������������������������������������������������������������������������������������������������������423 5.2. Bilan sur les méthodes
  • �����������������������������������������������������������������������������������������������426 5.3. Bilan sur les questions de stockage et d’archivage ������������������������������������������427 5.4. Perspectives de diffusion �������������������������������������������������������������������������������������������427 Bibliographie, webographie, liens URL
  • de l’inventaire est d’ores et déjà, au terme de la campagne 2016, d’aider à la décision portant sur les mesures de protection et de valorisation. La pression touristique croissante que subissent ces gravures depuis 50 ans, qui a anticipé puis suivi les programmes de restaurations
  • en cours menées sur l’île de Gavrinis depuis 2012 (tombe à couloir) et l’île d’Yeu en 2015-2016 (rochers à cupules) sont pour cela très instructives. Les enregistrements menés sur ces objets sont par conséquent l’occasion d’observations qui ne se limitent pas à la seule
  • sur l’historique du fonds de moulages des différents musées qui permettent dans certains cas de mesurer le degré d’érosion de certains supports en l’espace de 150 ans. Le mode de transmission de ce Corpus fait aussi partie, dans le PCR, de la réflexion accompagnant l’enregistrement
  • (hiérarchie de filtres). Une réflexion sur les nouvelles possibilités des impressions 3D devient nécessaire pour transmettre l’objet (médiation, conservation) ; les expériences d’impression plastique menées à partir de l’orthostate L6 de Gavrinis pourraient être poursuivies. Avec, pour
  • , entre représentation et interprétation. Une première exigence est en effet de trouver les moyens d’obtenir une meilleure présentation des gravures conservées ou perdues afin qu’une interprétation à leur propos puisse s’établir sur une base graphique renouvelée ; dans le même temps
  • , le cadre conceptuel permettant de penser les signes et d’en établir une interprétation va influencer la façon de les représenter. Ce va-et-vient méthodologique aussi bien qu’épistémologique s’est précisé au fur et à mesure de travaux similaires menés par le LARA sur les monuments
  • inscrites sur les affleurements rocheux, stèles et parois des monuments mégalithiques permettent un accès privilégié à la pensée des sociétés néolithiques de l’ouest de la France (vision du monde, hiérarchies sociales, poésie). Elles sont une exception en Europe, par leur nombre, leur
  • singularité, et encore une fois leur exceptionnalité, notamment en Europe et à cette date. On ne saurait trop insister sur cette caractéristique extraordinaire. Les gravures et peintures néolithiques en accès libre sont un problème, même si le nombre de sites incriminé peut paraître minime
  • a considérablement augmenté entre 1950 et 2016, contribue d’ailleurs d’une autre façon à leur altération au sein des tombes qui les abritent : le sol trop induré n’absorbe plus l’eau de ruissellement, en sorte que cette réserve d’humidité a provoqué le développement d’algues et mousses sur les
  • , a créé en leur sein des espaces confinés par l’usage de géotextiles et de couches sédimentaires étanches, provoquant par ces nouveaux microclimats le développement d’organismes biologiques ou d’efflorescences minérales sur les supports. Plusieurs gravures sont aujourd’hui en partie
  • couvertes par ces colorations, inexistantes sur les clichés antérieurs aux mises en valeur (Table des Marchands, Gavrinis, Petit Mont, Dissignac ; pas encore d’information relative à Barnenez). L’urgence d’un Corpus numérique s’impose. Et s’il prend pour premier fil conducteur le domaine
RAP01957.pdf (LOCMARIAQUER (56). le mane lud. relevé de gravures pariétales)
  • LOCMARIAQUER (56). le mane lud. relevé de gravures pariétales
  • de la chambre (et non plus un seul long monolithe comme le spécifiaient Galles et Mauricet3), tandis qu'une fouille sous la dalle de plancher de la chambre lui révèle des objets néolithiques et campaniformes. Une publication de 1913 lui permet de revenir sur le sujet puisque la
  • mais tardivement publié en 1928 après la mort de son auteur sur le front de la Grande Guerre, est le premier lieu d'apparition du « front cornu ». Cette publication restera désormais l'horizon indépassé pour ce signe, ainsi compris par analogie avec les représentations mycéniennes
  • ACADEMIE TASKIL Laboratoires européens de recherches archéologiques Laboratorios ëuropeos de investigaciones arqueoiôgicas 1 Convention de recherche LOCMARIAQUER (MORBIHAN, 2002-2003) RELEVÉS DE GRAVURES PARIÉTALES (V° MILLÉNAIRE AV. J.-C.) LE MANÉ LUD PROPOSITIONS POUR UN
  • décrites et illustrées par des photographies et dessins dont la réalisation aura demandé plus de 600 heures de travail, effectué tant sur le terrain qu' en laboratoire. Plusieurs signes sont inédits et valident par leur découverte la méthode d'acquisition et de traitement numérique des
  • images que le laboratoire a mis en œuvre ces dernières années. La majorité des gravures est également mieux précisée et permet désormais une réinterprétation des associations de signes réunies sur un même support, mais également une lecture simultanée de ces stèles comprises comme des
  • Bretagne et de la conservation des Monuments historiques sur l'urgence à traiter cette question, à nos yeux et dans l'échelle des agressions sur le patrimoine morbihannais, bien plus alarmante que les pseudos couches archéologiques piétinées par les visiteurs autour de milliers de
  • - Répartition des tâches p. 4 3- Historique des recherches sur les gravures du Mané Lud 4- Procédures (techniques et méthodologiques) p. 5 p. 8 Causes des difficultés rencontrées. Protocoles, chaîne opératoire. La reconstruction tridimensionnelle de la tombe. 5- Distribution des stèles
  • -type fut choisi parmi les tombes classées au titre des Monuments Historiques, sur des critères de notoriété internationale du site mais également en raison d'une « agression » touristique encore plus visible qu'ailleurs (tracés surlignés, puis nettoyés) et qui rendent urgentes ces
  • recherches sur les gravures du Mané Lud On le sait, le domaine de « l'art mégalithique » néolithique est l'un des seuls au sein de l'archéologie préhistorique où l'effet cumulatif du savoir ne s'est pas opéré sur un mode similaire aux autres champs contenant des choses stables et
  • graphiques semblables à celles du Néolithique morbihannais). Une autre façon de percevoir, qui serait le second versant complémentaire à l'œuvre pour expliquer certaines fixités suspectes, aimerait simplement insister sur l'inconsistance épistémologique de cette même discipline, qui seule
  • sur le grand tumulus2 qui flanque le cairn de la tombe à couloir, sont l'occasion de mentionner les mêmes gravures, ces chercheurs proposant pour la première fois de voir dans les fameux « signes en U » des jougs d'attelage pour les bovins. On retiendra également l'observation
  • judicieuse faite sur les bords d'une longue dalle de plancher disposée dans le couloir à l'entrée de la chambre (2 m x 0,90 m x 0,40 m), bords bien équarris par une opération humaine alors que les surfaces sont restées naturelles, qui renvoie à la question plus générale du réemploi des
  • stèles en ces contextes funéraires. Davy de Cussé livre en 1865 et 1866 le premier corpus digne de ce nom ainsi qu'un plan du monument. Les tracés sur l'orthostate 16 sont remarquablement repris en dessins, un peu moins soignés sur les autres pierres. Une mention particulière porte
  • sur le bandeau en relief de la dalle de plancher, qui est ainsi reconnu comme d'origine anthropique. On note enfin l'erreur de relevé sur le sommet du motif quadrangulaire de la stèle 6 qui déterminera jusqu'à nos jours, par cette application imaginaire d'un « rostre « apical », la
  • relevée « à cause de l'incertitude des lignes confondues avec les fissures de la pierre », ce qui est en partie vrai et témoigne d'une prudence qui sera bien rarement de mise dans les décennies suivantes.. Avec son étude sur les Sculptures lapidaires et signes gravés des dolmens dans
  • vers la Scandinavie, et il reproduit pour comparaison les dessins des embarcations de Norvège conservées sur les surfaces très abrasées des affleurements rocheux. Au Mané Lud, il définit en conséquence des bateax bateaux à proue relevée portant des hommes. Des comparaisons sont
  • coût éditorial, mais qui permet - quand la photo du moulage des pierres est bonne - de se faire une meilleure appréciation de l'interprétation des figures. D'ailleurs, quand il y a hésitation sur le tracé, les auteurs préfèrent s'abstenir... Au final, nous retiendrons pour notre
  • de continuité avec le Luquet de 1910. Puis c'est la parution de l'ouvrage de Shee Twohig en 1981 qui permet enfin à la communauté scientifique de consulter l'ensemble des représentations, dites mégalithiques, dans un contexte européen et sur un mode graphique clair et homogénéisé
  • nomenclature avait été adoptée. Le U motif est en fait une sorte de U, mais renversé la plupart du temps, qui s'apparente à l'image de « l'arc-en-ciel » tel que nous l'avons reconnu aussi bien dans la thématique céramique castellic que sur les stèles gravées. Quoi qu'il en soit, l'auteur
  • spéculative à destination d'un public friand de mystères, suppose que les signes en U sont ici des cornes de bélier et voit dans les croix du même monument des humains stylisés (id. 1987, p. 67). Quant à Maisonneuve qui tente courageusement de substituer un vocabulaire neutre aux noms
RAP02794.pdf (LARMOR-BADEN (56). Gavrinis : à la recherche des représentations d'une tombe à couloir du IVe millénaire. rapport d'opération)
  • millénaire et après son abandon, le monument fut évidemment reconnu par le regard des hommes, à différentes époques, mais il ne survient sur le devant de la scène savante qu’avec les explorations du XIXe siècle (en 1832 tout d’abord, puis entre 1884 et 1886 avec G. de Closmadeuc). Une
  • d’une présentation publique entièrement renouvelée. Un levé au scanner 3D conduit en 2008 a débouché sur un tableau de mesures et quelques images (plans, sections) qui semblent n’avoir pas encore été exploitées par les archéologues. On se reportera à la publication du site en 2011
  • complémentaire 3- Conclusions sur R11 6.3- Description de L11 (Dos) 1- Historique 2- Méthodes de levé 3- Synthèses graphiques des acquisitions sur le terrain Synthèses 1 à 8 Assemblage de clichés 4- Synthèses graphiques des acquisitions en laboratoire Synthèses 1 5- Conclusions 6.4
  • constitution graphique du corpus des signes gravés 1- Mailler les orthostates 1.1- Ouverture du nuage de points 1.2- Lecture des points 1.3- Création des maillages 2- Dessiner les gravures 2.1- Principe 2.2- Traitement préliminaire aux dessins des gravures 2.3- Note préliminaire sur la
  • 6.9- Les tests en photomodélisation 6.10- La coloration des supports et des gravures 6.10.0- Historique 6.10.1- Détection des colorants par la fluorescence en ultraviolet 6.10.2- Analyse par microscopie électronique à balayage et microanalyse X de colorations présentes sur des
  • auprès de l’université. Dans le cadre des enquêtes sur l’historiographie du monument et sur les investigations des XIXe et XXe siècles, nous remercions Philip de Jersey (Guernsey Museums & Galleries) pour la numérisation des archives Lukis 1860 ; Cyrille Chaigneau (Musée de Carnac) et
  • , Histoire de l’art et archéologie, de l’université de Nantes (Eric Burgaud) ; les commandes et missions sur le terrain ont été saisies par Josiane Ducoin, secrétaire administrative de l’UFR. Olivier Couvrand (Bureau financier Lettres) a établi le bilan financier et a bien voulu nous
  • bénéficié au titre de la communication vers le public. 7 Gavrinis 2012 - Rapport d’opération - Levés d’architecture et d’art pariétal 8 Gavrinis 2012 - Rapport d’opération - Levés d’architecture et d’art pariétal Résumé de l’opération Le programme engagé depuis 2011 à Gavrinis
  • , afin d’assurer une représentation de l’architecture, d’une part, des signes gravés et peints, d’autre part, en accord avec les avancées récentes de la recherche fondamentale sur le sujet. Nous souhaitons l’amélioration du rapport constant en archéologie, et notamment dans toute
  • photomodélisation a été testée avec différents outils logiciels sur différents supports. Une campagne systématique de clichés numériques sur les orthostates et dalles de couverture a permis de constituer un corpus éclairé en « lumière du jour », autorisant un traitement par un logiciel de
  • éléments significatifs à propos de la couleur sombre des gravures ; du charbon a finalement été identifié au creux de la gravure après prélèvement et passage au MEB. Le colorant rouge sur L6, passé au MEB et au spectromètre de dispersion, contient un composé de plomb qui plaide pour une
  • application moderne. La gravure au dos de L11 a été enregistrée après bien des difficultés d’accès, aidée en cela par le moulage que l’on pensait égaré, finalement retrouvé au dépôt de fouilles du Morbihan. Une part importante du programme 2012 a porté sur la reprise graphique des gravures
  • succès sur l’orthostate L6, autorisant une chronographie et sa modélisation. En revanche, les limites de l’outil scanner à la résolution millimétrique sont apparues sur la dalle R11. La roche (un grès) a empêché que le graveur n’inscrive en creux ses tracés, se contenant dans cette
  • matière très dure d’écraser le grain en surface, déterminant ainsi un contraste de teintes (clair sur sombre). Un enregistrement photographique sous éclairages tournants a pu améliorer le levé existant, mais sans être satisfaisant. S’agissant de colorations, mêmes naturelles, décision
  • cornu avait été plus ou moins bien reconnu depuis le XIXe siècle. L’extraordinaire profusion des gravures, parfaitement conservées (en apparence) sur des piliers monolithiques formant parois, a bien entendu contribué à la réputation des lieux, au point que les termes de « temple » ou
  • interprétation à leur propos puisse s'établir sur une base graphique renouvelée. Mais le cadre conceptuel permettant de penser les signes et d'en établir une interprétation va influencer la façon de les représenter. On peut à cet effet se conformer à la morphologie vraie du support et aux
  • tracés réellement enregistrés, mais on peut également suggérer un modèle graphique simplifié. Ce va-et-vient méthodologique aussi bien qu'épistémologique s'est précisé au fur et à mesure de travaux similaires menés par le LARA sur les monuments 11 Gavrinis 2012 - Rapport
  • l'occasion d'un congrès international (Sansoni 2008) -, ou repris du dernier enregistrement des gravures opéré entre 1968 et 1969, puis publiés en langue anglaise au début des années 80 (Shee-Twohig 1981). C’est sur cette base graphique que sont aujourd’hui produits les panneaux
  • d'exposition figurant ces symboles, aussi bien en musée (Carnac, Bougon, Saint-Germain-en-Laye, etc.) que sur le site lui-même. Il n'est pas excessif d'affirmer que nous sommes arrivés en limite d’utilisation et d’exploitation de cette information visuelle, tandis que l’interprétation
  • qui indirectement a conduit en 2007 à la détection de colorations rougeâtre inattendues, présentées au colloque international de Besançon en 2009 (Cassen 2012, p. 1345), colorations suspectes déjà évoquées lors de l’observation des gravures sur les sites de Locmariaquer (Cassen
RAP01845.pdf (SAINT-PIERRE-QUIBERON (56). Kerbougnec)
  • l'éclairage topographique, les régularités architecturales qui s'offrent au regard par une combinaison de certaines de ces structures. Nous exposons ici les résultats de la quatrième opération encadrée dans ce programme, parallèlement à notre volonté de gérer une dynamique de publication
  • description de la situation passée (0.0.1.). Pour les zones B et C nous n'avons que les références historiques également mentionnées en ce rapport. Quelques dalles de la zone C sont probablement encore dans une position originale. Un regard expert sur la zone B conclut à la présence de
  • . Interprétation : 5.1 . Corrections - sur le site établie. 5.2. Constructions - sur les données enregistrées 5.3. Propositions - sur les recherches possibles 5.3.1. Hypothèse. 5.3.2. Propositions. 6. Information technique 2 : 6.1. Références topographiques 6.2.1. Equerres / Stèles 6.2.2
  • , Morbihan) combine l'existence de 23 pierres dressées en relation plus ou moins lâche avec un hémicycle de 24 pierres jointives, également restauré, dont il ne sera pas ici fait état. Sur cette base, seront exposées dans cette étude les procédures suivantes et leurs résultats: révision
  • Communication. C'est le temps de présence sur le terrain (dépendant des marées qui imposent un hébergement en février-mars et septembre-octobre) qui fut en conséquence diminué. Fig. 2. 0.1. Cas - Situation: 0.1.1. De la situation au passé. Fig. 3. Mahé en 1825 est probablement le premier à
  • mentionner les alignements de Saint-PierreQuiberon en insistant sur un arrangement complexe qu'il est aujourd'hui difficile d'imaginer et de restituer, tant l'état du site s'est modifié avec l'urbanisation du bourg à partir des années 1930. « A une petite lieue du bourg de Quiberon, entre
  • -cercle on a placé consécutivement six pierres beaucoup plus grosses que les autres, et qu'une septième, également grosse s'élève hors de rang sur un autre point. » (id. 1825, p. 305). De ces relations et à la lumière de ce que rapporteront les chroniqueurs suivants, on comprend que
  • au Asmolean Muséum d'Oxford (une édition sur support électronique est prévue sous la direction de A. Sherratt). Une publication de 1873 par Lukis indique la manière navrante dont ces monolithes souffrent sous l'action des agriculteurs qui en déplacent un grand nombre (« many ofits
  • cromlech devait se trouver à l'extrémité sud (id . p. 21). On ne sait s'il a effectivement constaté ce dernier agencement ou s'il l'a simplement deviné par analogie structurale avec les sites régionaux. Dans son inventaire posthume paru en 1965, mais qui se fonde sur des données
  • recueillies dans les années 1890, Le Rouzic n'en dit pas davantage sur les alignements de Saint-Pierre mais précise que « plusieurs blocs couchés sur la vasière à l'est-sud-est des alignements semblent faire partie du même monument. »... Il ajoute que « plus à l'est, visible aux grandes
  • au même endroit que « ce monument, qui fait partie des plus étendus de l'époque néolithique et de ceux à ciel ouvert, n'a jamais été défini scientifiquement ». Plus rien ne sera dit sur les alignements submergés, et seul Thom fera paraître en 1977 un levé topographique succinct
  • (mais bienvenu) des rangées dites de Saint-Pierre et de l'hémicycle du même nom, tous classés au titre des Monuments Historiques, propriétés de l'Etat depuis le XIXe siècle. Tous ses calculs géométriques fondés sur des orientations cardinales, géodésiques ou topographiques seront
  • donc entièrement dépendantes de lignes de pierres déterminées par les choix menés lors des restaurations anciennes. Pour autant, les critiques qui seront faites autour de ces travaux - le plus souvent par de nonarchéologues - porteront davantage sur des questions de validité des
  • prises de mesures, d'extrapolations astronomiques forcées ou d'une croyance en une antique distance-étalon (le « yard mégalithique ») et moins sur la base graphique du travail et conséquemment sur l'état probable du site au Néolithique. Or, tous les sites majeurs concernés furent
  • les jardins privés et des pierres effondrées sur le platier rocheux et l'estran de Kerbougnec ; - d'autre part l'existence d'une autre enceinte contiguë à l'hémicycle occidental, enceinte dont le dessin général et la position interne et centrale du « carré » de pierres poussent
  • vestiges d'une éventuelle enceinte sur la plage, probablement reprise de l'inventaire de Le Rouzic. Cette situation est décrite sur une surface de plus au moins 300 m de longueur, depuis le sommet du plateau quiberonnais jusqu'à la mer. 1 . Il s'agit de la mention faite par Du
  • allongée ovoïde, de dimensions semblables aux maisons voisines, dont il nous faut tenir compte puisque le tertre de Kerlescan est, sur une autre planche, figuré sur un mode semblable. KB02 Kerhourgnec 5 CASSEN-VAQUERO Laboratoire de Préhistoire CNRS 65S6 Nantes Alignements KB02
  • maisons, des sondages archéologiques en profondeur, des routes, des expositions, des réunions, des livres, des restaurations, des études diverses (non archéologiques) sur lesdits alignements de Carnac, la mer et l'ignorance cachent (et détruisent) les plus grands alignements d'Europe
  • . 0.1.3. Développement de l'opération. Pour entraîner les données nécessaires à un tel changement de perspective sur le sujet, nous avons travaillé à la définition de niveaux d'information distincts : Nous avons topographié en détail la ligne côtière, puis la surface submergée par la
  • II étendu) et mis en évidence sur le terrain. Nous avons élaboré des plans et des simulations qui permettent de proposer une image architectonique cohérente, à préciser dans le futur. KB02 Kerfoourgnec 6 CASSEN-VAQUERO Laboratoire de Préhistoire CNRS 65-36 Nantes Alignements
RAP01781.pdf (LA TRINITÉ-SUR-MER (56). "kerdual". rapport de sondage dans le cadre de la prospection thématique)
  • LA TRINITÉ-SUR-MER
  • LA TRINITÉ-SUR-MER (56). "kerdual". rapport de sondage dans le cadre de la prospection thématique
  • Trinité-surMer: AP 240 et 241, appartenant à l'indivision Le Bideau à Paris (7 personnes) et à M. Lautram (Kerlescan, Carnac). 2.1.2. Disposition. P. 2 L'anse de Kerdual sur laquelle va désormais porté nos regards se situe à l'exacte limite des communes de la Trinité-sur-Mer et de
  • H Morbihan-Juinl 2001 DFS DE PROSPECTION THÉMATIQUE m H 7) m co m —i > O z m Sur le tertre néolithique et l'alignement de menhirs submergé de Kerdual (La Trinité-sur-Mer) et sur l'alignement du Vieux-Moulin (Plouharnel) m Sommaire: 0. Présentation: 0.1. Résumé 0.2
  • structure de combustion dégagée par l'érosion à l'extrémité méridionale du tertre, sur le substrat. Fig. 24 - Plan de répartition des points GPS. Fig. 25 - Plan de situation des menhirs et du tertre sur estran et platier rocheux. Fig. 26 - Projection et ligne de fuite. MNT (grille) de
  • - Axonométrie de l'ensemble alignement/ tertre. Fig. 30 - Plan de situation des sondages, coupes sur le tertre. Fig. 31 - Projection et ligne de fuite. MNT frontal. Fig. 32 - Projection et ligne de fuite. MNT longitudinal. Fig. 33 - Un choix de mobilier (coupe 1 et sondage). Fig. 34
  • . 0.1. Résumé: Délaissé par les inventaires récents, le tertre de Kerdual (La Trinité-sur-Mer) méritait que l'on s'y attache à nouveau, ne serait-ce qu'en raison d'une érosion régulière et permanente par la mer. Un relevé topographique donne désormais un état des élévations orientée
  • nord-sud ; des sondages et des relevés stratigraphiques permettent de se faire une meilleure idée des accumulations que l'on croyait, voici peu, toutes naturelles. Le paléosol est en particulier reconnu sur toute la longueur du monument (une centaine de mètres). Une structure
  • alignement inédit de pierres couchées a pu être relevé avec précision dans le contexte élargi du platier découvert à marée basse sur lequel est justement construit le tertre. Longue de près de deux cents mètres, cette file fut en partie entamée par les carriers qui sévirent au XIXe et XXe
  • siècles sur d'autres monuments mégalithiques de la région. Une part des menhirs est probablement encore enfouie sous le sable de l'estran. Néanmoins 46 pierres ont été à ce jour dessinés et décrites. Le résultat est une image compacte qui lie les deux structures (tertres et alignements
  • édictées comme suit : - On doit avant tout reconnaître le faisceau convergent des enquêtes sur la distribution, la structure et le cadre chrono-culturel des tertres funéraires dans l'ouest de l'Europe. - Depuis le colloque de Vannes en 1990, nous avançons la définition d'une origine et
  • programmes définis au sein de l'UMR 6566 insiste sur l'interprétation relative à l'installation des architectures funéraires dans le processus de construction de l'environnement à la transition vers le Néolithique. - L'identification des structures (alignements) est devenue une priorité
  • distribution des tertres, des alignements et des structures adjacentes (talus, stèles, installations domestiques de surface). Etudier leur configuration particulière et leur rapport éventuel. - Définir, sous l'éclairage topographique, les régularités architecturales qui s'offrent au regard
  • , qui a tenté de régler tous les problèmes inhérents à ces nouvelles transactions inédites. Malgré toutes nos tentatives, les mairies de la Trinité-sur-Mer et de Bagneux n'ont pu accéder à nos demandes d'hébergement à tarif réduit, ou libérer les espaces d'accueil sur lesquels nous
  • comptions. Nous ne pouvons leur en tenir rigueur, la décision de fermeture du centre réservé revenant à la commission Hygiène et sécurité de la Préfecture, 3 semaines avant notre intervention sur le terrain... Mlle Riskine, aujourd'hui décédée, a bien voulu à l'époque que notre micro
  • à la transition entre le Néolithique et le Mésolithique, recherche axée sur les stèles et les alignements de pierre, en tant qu'elles sont des œuvres fonctionnellement inexplicables. II. Le sous-thème s'appuie sur deux dynamiques en cours depuis ces dernières années. La première
  • matérialisée dans une recherche post-doctorale sur les alignements de pierre à l'ouest de l'Europe (Vaquero 1999), développée au sein du Laboratoire de Préhistoire. La deuxième est une recherche induite par les résultats des travaux sur le site de Lannec er Gadouer (Erdeven, Morbihan
  • - Boujot Cassen 2000 in Cassen dir.). III. C'est durant la campagne 1997 faite en Erdeven sur le tertre de Lannec er Gadouer - par l'observation du talus et du fossé couplé (n° 1) daté du Castellic récent qui recoupent tous deux le tertre de Lannec er Gadouer et dont les directions et
  • n'existe pas une telle définition si bien que la liaison entre les tertres et les alignements est intuitivement acceptée, le manque de recherches précises nous ayant empêché jusqu'ici de la proposer dans une perspective architecturale. IV Néanmoins, le résultat des enquêtes sur
  • une rigueur scientifique aux propositions à formuler auprès du public, il nous sembla décisif d'apporter notre contribution par le biais de gisements moins spectaculaires mais tout autant porteurs de connaissances pour comprendre à terme un site aussi extraordinaire. II. Et notre
  • doit évoluer à la mesure des autres dimensions de notre discipline scientifique. L'équipe constituée pour intervenir sur les alignements de Kerdual et du Vieux Moulin fut composée de la promotion 2000-2001 du DESS de l'université de Nantes (" les Métiers de l'Archéologie "). Dans le
  • vestiges connus et susceptibles d'être encadrés ou/et étudiés comme alignements de pierres. Établissement du système de coordonnées aussi utile pour représenter la structure que pour gérer le développement d'une opération qui l'interroge. Gérer des modèles graphiques sur tout l'espace