Rechercher sur le site

  • Chercher les documents contenant un mot OU un autre : tapez simplement les mots à la suite => bracelet bronze
  • Chercher les documents contenant un mot ET un autre : utilisez le mot-clef AND => bracelet AND bronze
  • Chercher les documents contenant une expression exacte : taper l'expression entre guillemets => "bracelet en bronze"

Limiter votre recherche

Auteur
Type d'opération
Commune
Département
Date (Année)

1814 résultats Exporter les résultats

Trier par Titre : ascendant / descendant
RAP00283.pdf (VANNES (56). rue du Four. rapport de sauvetage urgent.)
  • de lampes à huile : 1 - Vécor de gladiateurs, celui de gauche debout, celui de droite au repos. 1 - Personnage vêtu d'une ample tunique assis en amazone Sur un animal à long poil. ■ 3 - Femme vêtue d'une tunique man.eha.nt de face. 4 - Lampe entière, sans décor, proche du type
  • . Occidentale. 1) AIE/ = ATEÎ = Atelus d'Arczzo [ou Lyon) sur iond de. tasse. Rltt. 5 probablement. Engobe. rouge-brun clair de. bonne, qualité, pâte, rose. ave.c très filnes paillettes de. mica. très bien culte.. 2) 01L1 = 101LI 15 av-20 ap. = loilus d'Arezzo [ou Lyon) sur fcond
  • culte, engobe rouge-brun A' écaillant par zones. Un potier, du même nom a travaillé dam la vallée, du PÔ 15 ap- 70 ap. 6) AQ. [In tab.ans. ) = Aqultanus [?). Cette estampille ne. correspond pas à celles données par S. HOFMANN pour le potier Aqultunus de. lu Groupesenque. Il
RAP03469 (PLOUGONVELIN (29). Abbaye de la Pointe Saint-Mathieu, place Saint-Tanguy. Rapport de diagnostic)
RAP01369.pdf (AMBON (56). le bourg. évaluation avant travaux MH sur l'église paroissiale. rapport de diagnostic)
  • AMBON EGLISE SAINT-CYR SAINTE-JULITTE 56 002 AH Edifice de culte: origine, évolution, fonctions de l'Antiquité à nos jours. D F S Fouille d'évaluation archéologique 16/03/96 au 15/04/96 sous la direction de Stéphanie Hurtin avec la collaboration de Véronique Chaigne SRA
  • / Rennes 1996 AMBON EGLISE SAINT-CYR SAINTE-JULITTE 56 002 AH Edifice de culte: origine, évolution, fonctions de l'Antiquité à nos jours. D F S Fouille d'évaluation archéologique 16/03/96 au 15/04/96 sous la direction de Stéphanie Hurtin avec la collaboration de Véronique
  • CERAM. Montage: S. Hurtin. au | èm» 5 ni 3 III.CADRE MATERIEL DE L'OPERATION Financements L'opération archéologique a été réalisée par l'AFAN (Association pour les Fouilles Archéologiques Nationales) sous le contrôle scientifique du SRA (Service Régional de l'Archéologie) de
  • fondations des maçonneries et, plus particulièrement, leurs différents appareils afin peut-être d'établir des équivalences (granulomètrie et couleur des mortiers utilisés, calibrage des moellons...). 7 L'église faisant l'objet d'offices le . dimanche ne pas trop entraver le culte. nous
  • localisation des sondages, nous renvoyons le lecteur au plan général (Figure 6). Clé d'accès: la documentation écrite, graphique et informatique a été déposée au SRA/Rennes. AMBON Eglise St-Cyr Ste-Julitte 56 002 3AH SONDAGE 1 : Plan d un niveau de sépulture intermédiaire associe à
  • en élévation. 9 On préconisera notamment une étude granulométrique des mortiers des structures dégagées par le CERAM. Dans une problématique un peu plus large, nous évoquerons les thèmes suivants qui pourront être développés: - origine et genèse des lieux de culte (transition
  • entre un culte païen et la première phase de christianisation de la Bretagne). Réutilisation d'un site privilégié et le problème du choix d'implantation du culte ( culte du maître d'une domus gallo-romaine? utilisation de matériaux antiques encore utilisables décelables en remplois
  • -il un hiatus? - rôle des lieux de culte dans leur rapport avec l'organisation du peuplement des terroirs, en relation avec la mise en place du réseau paroissial. - importance d'une étude anthropologique permettant de définir la date d'apparition du cimetière, le nombre d'élections
RAP04027 (PLOEMEL (56). ZAC de la Gare. Des établissement ruraux au 1er âge du Fer à la fin de l'Antiquité. Rapport de Fouille)
  • establishment, ditched enclosures, villa, pars urbana, pars rustica, pasture, religious building, craft building. couverture ruraux, enclos fossoyés, villa, pars urbana, pars rustica, pacage, bâtiment cultuel, bâtiment artisanal, Vénètes. SRA BRETAGNE Mots clefs : Premier âge du Fer
  • Responsable Annaïg LE MARTRET Dates d’intervention sur le terrain du 03/09/2018 au 09/11/2018 Peuples cités Vénètes Keywords Rural establishment, ditched enclosures, villa, pars urbana, pars rustica, pasture, religious building, craft building 9 PLOEMEL (56) – ZAC de la Gare - Tranche
  • sont caractérisées par des faciès associant des gneiss fins, assez sombres et finement foliés, à des micaschistes gris-beige riches en micas (Béchennec, Thiéblemont 2013). Ces roches sont bordées au sud par un massif granitique intrusif mis en place en contexte de collision
RAP03471 (PLOUGONVELIN (29). Abbaye de la Pointe Saint-Mathieu, abords nord de l'Abbaye. Rapport de diagnostic)
RAP00391.pdf (SAINT-SULPICE-LA-FORÊT (35). l'abbaye. rapport de sondage.)
  • batiner.ts isolés subsistent au iniliei du désastre. Il s'agit maintenant de réparer 1er. dégâts et de réédifier cftr qui a été détruit. Le roy de France Henri 11 avisé i. cette cruelle infortune se hâte de secourir les religi* uses en les exemptant de payer les décimes pendant huit
RAP00284.pdf (VANNES (56). rue du Four. rapport de sauvetage urgent.)
  • - Personnage vêtu d'une ample tunique assis en amazone sur un animal à long poil. 3 - Femme vêtue d'une tunique, et marchant de face. h - Lampe entière, sans décor. 5 - Soldat avec cuirasse (?), devant un rameau de feuillag MORBIHAN V AUNES 19 SI Rut du VOUA fnja.Qme.wU dz lampoj> à
RAP03967 (QUIBERON (56). Beg-er-Vil à Quiberon. Un habitat du Mésolithique sur le littoral du Morbihan. Rapport de fouille programmée 2020 )
RAP01539.pdf (TREDANIEL (22). château de la Cuve. rapport de sondage)
  • sud les communications de MONCONTOUR, et battre en brèche le VAUPATRY et son prêche association pour le travail volontaire des jeunes 63 rue de Sèvres Paris 6 tel 222 32 23 isî/45992 ccp études et chantiers Paris de la ville pierre. Il est vrai que la tradition attribue une
  • célébration de leur culte, et ils choisissaient ordinairement pour cela des lieux solitaires, élevés surtout, d'où ils puissent voir de loin les mouvements de leur ennemis. 5 - Cette fortification remonte, ainsi que le château (?) , a la dernière moitié du XVI è siècle. C/ ORIENTATION DES
RAP01339.pdf (LOCRONAN (29). Église Saint-Ronan. chapelle du Pénity. rapport de diagnostic)
  • de dépôt du mobilier archéologique : __Collection départementale - publique 3. Plan du cadastre actuel. III.CADRE MATERIEL DE L'OPERATION Financements L'opération archéologique a été réalisée par l'AFAN (Association pour les Fouilles Archéologiques Nationales) sous le
  • à Brest. Malgré les troubles du XVè s., la vie religieuse de la Bretagne à la fin du Moyen Age, est profondément marquée par le culte des saints qui fournissent une cohorte d'intercesseurs en ces temps difficiles. La fondation de la chapelle du Pénity s'inscrit dans la vague de
  • construction qui a marqué la Bretagne au XVè siècle: Kermaria-an-lnsquit de Plouha, Kernascléden, St Fiacre du faouët, Ste barbe du Faouët, la chapelle du Tronoën en St Jean-Trolimon. Le XVè siècle voit s'affirmer quelques sanctuaires de pèlerinages, érigés grâce à la popularité du culte
  • goût du spectaculaire et du festif, des fondations pieuses, et le culte des reliques. L'église prieurale de Locronan, dépendant de l'abbaye de Sainte-Croix de Quimperlé, fut réédifiée au XVè s. grâce aux dons des ducs de Bretagne venus en pèlerinage pour prospérer en fruit et en
RAP01250.pdf (LANGON (35). le bourg et la chapelle Sainte-Agathe. rapport de prospection inventaire)
  • , en ont fait une chapelle sous l'invocation d'un Saint portant le même nom que la déesse dont il venait détrôner le culte. Ce serait alors un exemple de plus de ces compromis sans nombre que fit le christianisme avec les croyances qu'il remplaçait pour faciliter le passage du
  • temple à l'église (Courcy 1865). Guillotin de Corson pensait que "le culte de Saint-Vénier paru propre à faire oublier Vénus, dont la représentation demeurait dans le souvenir des habitants de Langon". Il n'y a aucune preuve de la réalité de ce saint . Il n'est cité par aucun
  • la guérison des abcès, des crevasses et du cancer du sein" (Réau 1959. p. 29). Et il semble que^ès tôt, naquit un pèlerinage à la chapelle. On peut lire dans Oraim'Tlus tard, lorsque les chrétiens affectèrent la chapelle de Langon à leur culte, ils la dédièrent à Sainte-Agathe
  • 1975. p.5). Il faut signaler que le culte rendu à Sainte-Agathe existait ailleurs en Bretagne, à Sixt par exemple (Orain 1888. p. 10) ou à Malestroit (Buffet 1954). Le même culte mastoïdien était rendu à Gouézec, où les femmes, corsage déboutonné, faisait trois fois le tour de la
  • a pu donner cours à ce bruit, c'est la défense qu'il parait avoir faite de fréquenter la chapelle, défense fondée sur ce que le pouvoir supposé de la Sainte de faire venir du lait aux nourrices, était une croyance superstitieuse et donnait naissance à un culte contraire à la dignité
  • pour rendre l'édifice au culte ont fait naître une joie générale. Nous ne doutons pas que cette mesure ne fut très populaire" (Archives départementales). On perçoit, à travers cette lettre, toute la ferveur populaire qui s'attachait à la chapelle. Dans un brouillon de lettre du
  • préfet d'Hle-et-Vilaine au ministre de l'intérieur, datant de décembre 1839, concernant encore la restauration de la chapelle on apprend qu'il repousse l'idée de rouvrir la chapelle au culte et précise "Je ne sais quels avantages on trouverait à provoquer de nouveaux les pèlerinages à
  • : - 1° faire une salle d'école de l'ancienne chapelle Sainte-Agathe qui ne sert plus au culte depuis de longues annéeret y faire les réparations nécessaires . - 2° construire à côté une maison pour le maître d'école- fôrt heureusement, le projet en restera là, et 3 ans plus tard la
  • déplorable de dégradation, et que le Curé à l'intention de l'abattre. Veuillez faire exécuter un projet de restauration dont vous m'enverrez le calque, accompagné d'un devis, afin de prendre des mesures pour le mettre en état d'être rendue au culte, ou au moins conservée". Le 12 octobre
  • chapelle Sainte-Agathe située dans le cimetière de l'église de Langon. Il m'a invité à lui adresser un rapport sur les moyens de la rendre au culte ou au moins d'en assurer la conservation. J'ai charger Monsieur Langlois, architecte à Rennes, de visiter ce petit monument curieux par son
  • restitution ou restauration véritable de la chapelle, telle qu'elle a dû exister dans le principe de sa construction. Il ne pouvait s'agir de la rétablir au culte,aujourd'hui, devant cette vue : on ne pouvait songer à ce moment qu'à la mettre à l'abri de nouvelles dégradation. Dans ce
  • -romaine de Langon. Discussion sur les moyens de la conserver, sans altérer son caractère; examen et appréciation des fresques qui y ont été découvertes». L'assemblée commence par se demander s'il faut rendre cette chapelle au culte ? M. de Kerdrel n'est pas de cet avis; car dans ce cas
  • rendre la chapelle au culte, d'y établir par exemple, un lieu de dévotion en l'honneur de la Sainte Vierge». 17 Les membres du Congrès qui connaissent la chapelle, tout en respectant les motifs du vénérable curé qui désire voir cette chapelle rendue au culte, affirment qu'il "est
  • qui ferait du petit édifice qui la contient le spécimen, unique aujourd'hui en Bretagne, d'un édicule païen approprié au culte chrétien». Une nouvelle commission (composée de MM. de Kerdrel, l'Abbé Brune, de la Bigne Villeneuve et Pinczon du Sel) est nommée, «pour résoudre un fois
  • pour toutes cette question» (B.S.A.I.V. 1869. p. XVII) Le 8 mars 1865, l'Abbé Brune propose "un moyen de rendre au culte la chapelle de Langon, en conservant la fresque dont le caractère paraît peu conforme à cette destination (sic) : se serait de masquer, avec un tableau par
  • lequel se trouve la chapelle. Pas de toiture, pas de fenêtre, pas de porte; le petit appareil des murs tombe en ruine; la voûte à souffert, et des gerçures se sont produites dans la peinture". Il demande quels sont les moyens de remédier à cet état de chose. Restitution au culte
  • . de Kerdrel insiste "sur l'urgence des mesures de conservation à prendre immédiatement" (B.S.A.I.V. 1869. p. XXI à XXTV) Le 10 mai 1865, suite à la lecture du rapport de la fouille réalisée une semaine avant, M. de Kerdrel ne croit pas "qu'on doivent rendre au culte ce petit
RAP04038 (Autour du Golfe du Morbihan, Lande de Lanvaux, le sud de la Vallée de la Vilaine et les communes touchant à la limite est du Centre-Bretagne. Rapport Prospection diachronique programmée 2020)
  • ) paraissent associer à des maçonneries de pierres sèches. Elles peuvent correspondre aux restes d’un bâtiment à l’instar de celui exploré par M.-Y. Daire sur l’île d’Ilur (commune de l’Île d’Arz)9. L’atelier de l’île Tascon, située en coupe d’une falaise peu élevée, subit une érosion
RAP01710.pdf ((56). la ria d'Étel. rapport de prospection inventaire)
  • Archéologique de Bretagne, Institut Culturel de Bretagne - Skol-Uhel ar Vro - Association des Travaux du Laboratoire d'Anthropologie-Préhistoire - Université de Rennes I, p. 27, fig. p. 28. BELZ 1 - Bodéac Située au bord d'une cour de ferme, cette stèle a une hauteur visible de 66 cm. La
  • Kerclément □ TANGUY D., 1997 - Les stèles de VAge du Fer dans le Morbihan : Les arrondissements de Lorient et Pontivy, coll° Patrimoine Archéologique de Bretagne, Institut Culturel de Bretagne - Skol-Uhel ar Vro - Association des Travaux du Laboratoire d'Anthropologie-Préhistoire
  • - Association des Travaux du Laboratoire d'Anthropologie-Préhistoire - Université de Rennes I, p. 27, fig. p. 28. 7 - Kerguen Au fond du village, une stèle est placée à l'extrémité d'un vieux muret, près d'une grange minée. C'est un monument hémisphérique d'une hauteur visible de 45 cm. Le
  • ° Patrimoine Archéologique de Bretagne, Institut Culturel de Bretagne - Skol-Uhel ar Vro - Association des Travaux du Laboratoire d'Anthropologie-Préhistoire - Université de Bennes I, p. 27, fîg. p. 28. □ TANGUY D., 1997 - 8 - Pont Lorois (Parc Nail) Une petite stèle basse, très classique
  • . On dit dans le pays que c'était là qu'on rendait la justice. □ MARSILLE L., "Le menhir et le culte des pierres", BSPM 1936, p. 61. Erdeven - Près du cimetière de l'église paroissiale, pierre épannelée et arrondie au sommet, de lm 50 hors de terre. On dit que c'était là qu'on
  • rendait justice. Les stèles de l'Age du Fer dans le Morbihan : Les arrondissements de Lorient et Pontivy, coll° Patrimoine Archéologique de Bretagne, Institut Culturel de Bretagne - Skol-Uhel ar Vro - Association des Travaux du Laboratoire dAnthropologie-Préhistoire - Université de
  • dans le Morbihan : Les arrondissements de Lorient et Pontivy, coll° Patrimoine Archéologique de Bretagne, Institut Culturel de Bretagne - Skol-Uhel ar Vro - Association des Travaux du Laboratoire d'Anthropologie-Préhistoire - Université de Rennes I, p. 29, fig. p.31. 3 - Cosquer
  • . 1 Erdeven.Kerbernesse ERDEVEN Kerbernesse □ TANGUY D., 1997 - Les stèles de l'Age du Fer dans le Morbihan : Les arrondissements de Lorient et Pontivy, coll° Patrimoine Archéologique de Bretagne, Institut Culturel de Bretagne - Skol-Uhel ar Vro - Association des Travaux du
RAP03078.pdf ((22)(29)(35)(56). les résidences élitaires, les fortifications et les monastères du haut Moyen Âge. rapport de pt 2014)
  • .), Contribution à la connaissance archéologique du comté de Vannes (X e-XIIIe siècles), mémoire de maîtrise dactylographié, Caen, 1994 GUIGON (P.), Les fortifications du haut Moyen Âge en Bretagne, Institut Culturel de Bretagne, Skol Uhel ar Vro, Association des Travaux du Laboratoire
  • avec précision, il n'en est pas de même pour les autres. Cette source est mise principalement à profit pour connaître les lieux de culte anciens, la pratique sociale perpétuée et renouvelée de ceux-ci est la raison d'un risque de déplacement réduit, mais néanmoins réel, ce qui la
  • rend particulièrement intéressante pour la recherche d'anciens monastères. Nombre de lieux de culte et de références à des saints ne sont connus que par cette source. Les toponymes/microtoponymes en Lan- ne sont que rarement caractéristiques comme on aurait pu le penser et c'est
  • premières implantations monastiques en Bretagne, les cultes et les chapelles qui se rapportent aux saints moines réputés avoir fondé des ermitages ou monastères dans la région et, principalement, les toponymes/microtoponymes désert qui se rapportent plus sûrement à une réalité monastique
  • , n°11, 1959 CHAURIS (L.), « Les anciennes extractions d’étain à Piriac et Pénestin. Leur place dans l’histoire des exploitations de cassitérite en Bretagne », Association Bretonne, to. CXIII, 2005 (congrès de Guérande-La Baule, 2004) DE BREHIER, « La mare au sang », bulletin de la
  • microtoponyme et une tradition déjà attestée au XIe siècle. Le culte à saint Tugual est omniprésent dans cette paroisse. Hormis la dédicace de l'église paroissiale, nous le retrouvons à Lopabu où existait une chapelle ainsi qu'à Saint-Laurent. Près du système d'enclos élitaire du Guiaud
  • : premier Moyen-Âge Période de fin : Indicateur de période : ? siècle : siècle : date : date : Attribution culturelle : Commentaire sur la chronologie Système d'enclos original situé au cœur d'un domaine attesté au premier Moyen Âge ; le site est à mettre en relation avec le culte à
  • etc…) : notice Cliché géoportail, 1955 pages concernées Commentaire général sur l'EA : Deux parcelles situées 200 mètres au Nord-Est de l'enclos sont nommées St Julien. Aucune autre source ne mentionne ce culte à Guidel ni à Ploemeur (ces deux paroisses risquent de n'avoir été
  • séparées qu'assez récemment, au Moyen Âge central). Saint Julien est connu pour avoir été un des trois martyrs principaux outre-Manche, un autre étant saint Aaron, dont le culte a perduré à Ploemeur puisqu'une chapelle lui était dédiée à l'époque Moderne. Ce site est à incorporer à la
  • » assez net. Notons qu'une parcelle contigu à l'enclos inférieur porte le nom de parc en ilis et trahit peut-être la présence d'un lieu de culte non documenté par ailleurs. GÉORÉFÉRENCES (Coordonnées de l'entité) : Type de fond : Précision de l'emprise : X du centroïde : 164384
RAP00354.pdf (MORDELLES (35). Sermon. rapport de sauvetage programmé.)
  • a montré que les monnaies gauloises sont en association avec un lieu de culte. En conséquence, nous sommes obligés de considérer que le trésor monétaire trouvé en 189 3 représente peut-être une offrande. Le statère trouvé en cours de fouille en 1986 a été marqué par un coup de burin sur
  • fontaine dédiée à Saint-Lunaire était l'objet d'un culte encore vivace, il y a quelques années. La superficie couverte par les fragments de tuiles est estimée à un hectare environ. Les labours de l'hiver 1981-82 effectués par un entrepreneur de travaux agricoles dans la parcelle D 372
  • 2,60 m nord-sud sur 3,00 m est-ouest. L'épaisseur des murs est de 0,85 m environ. Deux anomalies pour le moment non-fouillées se situent : l'une au nord et l'autre au sud de l'annexe. Elles semblent être des supports de piliers, leur association avec le temple est actuellement
  • Celtes, Ve-Ier siècles avant J.-C.", exposition de l'Abbaye de Daoulas, 13 juin-14 septembre 1986, Association Abbaye de Daoulas 1986, 168 pages. Articles_et ouvrages : ALBERT (R.), FAUDUET (I.), 1976 : Les fibules d'Argentomarus, Revue archéologique du Centre, t.XV, fasc.1-2 p
  • temple convrent les années 50 av J.-C. à 40 ap J.-C. La présence de deux monnaies gauloises trouvées en association avec le temple est importante et est a mettre en rapport avec celle d'un trésor monétaire gaulois découvert au siècle dernier près du site (COLBERT DE BEAULIEU 1952