Rechercher sur le site

  • Chercher les documents contenant un mot OU un autre : tapez simplement les mots à la suite => bracelet bronze
  • Chercher les documents contenant un mot ET un autre : utilisez le mot-clef AND => bracelet AND bronze
  • Chercher les documents contenant une expression exacte : taper l'expression entre guillemets => "bracelet en bronze"

Limiter votre recherche

Auteur
Type d'opération
Commune
Département
Date (Année)

2730 résultats Exporter les résultats

Trier par Titre : ascendant / descendant
RAP03967 (QUIBERON (56). Beg-er-Vil à Quiberon. Un habitat du Mésolithique sur le littoral du Morbihan. Rapport de fouille programmée 2020 )
  • 34 5. Projet d’étude anthracologique 35 6. Premières observations carpologiques 37 7 Etudes post-fouille – 2020 Troisième partie : bilan provisoire 39 1. Ce qui est fait et ce qui reste à faire 39 2. La diffusion des résultats 40 2.1. Articles publiés sur les travaux
  • restes humains épars de ce site, dans une thèse de plus grande ampleur géographique réalisée à l’université de Paris 1 ; ses observations viendront compléter celles de Rozenn Colleter et de Rick Schulting. Marine Gardeur réalise une thèse d’archéozoologie à l’université de Toulouse
  • matériel de Beg-er-Vil réalisées. Nous avons observé à la fouille une diffusion des vestiges fauniques de la zone de l’amas vers sa périphérie. Cette observation de terrain pourra être testée spatialement et statistiquement, ce qui est à notre connaissance inédit pour un amas coquillier
  • dommage de diminuer la précision de nos observations et de l’investissement déjà dépensé sur le terrain. Si ce choix peut se justifier scientifiquement, il ne résout pas le problème du stockage de ce patrimoine à la fois archéologique mais aussi biologique. 2.2. Bilan du tri des refus
  • 28% de ce qui est sortie cette année-là pour le 4mm. Cette année, une proportion plus importante de restes de noisettes a été extraite des refus de tamis. Cette observation sera à vérifier en fonction de la localisation des échantillons. Le gradient de la densité des vestiges
RAP00567.pdf ((56). quatre communes du Morbihan : carentoir)
  • ) Sampling was organized in three 2km transects radiating from the core (P, M and R) and thèse were wal ked in the same way as Transects A to L within the core and Transect N outside it, in 1982-6. Transect P ran due west to the River Oust for 4.1km from the western boundary of Ruffiac
  • further. This is not the place -For comprehensi ve considération o -F contrasts between the core communes and the transects sampling the surrounding area o-F the Oust/Vilaine watershed. However , it may be useful to make one or two observations about the material, prior to sustained
  • where a 'temple' is sited (R8) , was observed to have a ploughed-out stone building, apparently unrecorded and suggesting a larger complex of buildings than has previously been supposée) Gai 1 i a 1977). Slag was collected from both R8 and R9; that from RS is tap slag, produced
  • quarries has allowed the provenancing of the few remaining unprovenanced local schi stes used for building in the core area. During the months of March and April 19B7 a team of four, under the supervision of Mog Tingle, worked fui 1 -time at intensive surface collection within the core
RAP03240.pdf (PLOUEZOC'H (29). Grand cairn de Barnenez : nouvelles approches, nouveaux résultats, nouvelles perspectives. Rapport de FP 2015)
  • en particulier de quelques observations concernant un deuxième tumulus allongé, plus largement détruit dès les années 1950, situé une centaine de mètres plus au nord. Ces résultats furent publiés dès cette année 2015. - Le deuxième volet concerne l'étude des registres décoratifs
  • a gracieusement fait naviguer sur la baie. Les observations ont confirmé la modélisation qui indiquait que seule la partie basse de la baie était dans la zone de visibilité. Or, d’après les travaux de Pierre Stéphan (Stéphan et al., 2009 ; Stéphan, 2011), la baie au Néolithique était exondée
  • sous un couvert végétal dont aucun cliché peut également observer deux buttes, la première ne permet de la définir comme tas de déblais ou est celle à proximité de la table et la seconde est partie conservée du tumulus nord. La deuxième est celle en limite de parcelle au nord
  • conservée est discernable. plan la butte en limite de parcelle, on observe deux Son extrémité est démarre avec une pente pour niveaux. Ils semblent être séparés par un couvert monter à la hauteur de la coupe en limite de par- végétal qui pourrait être le sommet du tumulus celle
RAP03449 ((56). Autour du Golfe du Morbihan, les landes de Lanvaux et le sud de la vallée de la Vilaine. Rapport de PD 2016)
  • novembre dans des conditions difficiles avec une équipe de deux personnes (S. Daré, M. Le Maire). Les délais très courts imposés par la ville de Vannes, maître d’ouvrage du projet, ont affecté la qualité et la précision des observations. L’entreprise INEO, choisie pour ces travaux
  • , ouvrait de courts tronçons de tranchée sous surveillance archéologique. Aussitôt creusé du sable était déposé au fond du creusement, recouvrant aussi souvent le bas des parois, et les gaines mise en place. Un tel mode opératoire est peu propice aux observations stratigraphiques, le
  • évoque les observations réalisées lors de l’opération de diagnostic de la halle des Lices en 1997. D’épaisses couches de remblais surmontent les niveaux de l’époque moderne et de la période médiévale. La topographie de cette partie de l’intra-muros de Vannes a été considérablement
  • of upstanding structural remains including large rectilinear ramparts of probable Iron Age origin, several rough stone buildings and walls from the Mediaeval period. These remains encompass an area c.1ha in size. Recent discovery of Gallo-Romain and medieval pottery indicate
  • ), Morbihan (56), France 3 4 RESULTATS DE MAGNETOMETRIE 3.1 3.1.1 COET SÜRHO M1 Probable building remains (1), visible as a concentration of broad negative responses, have been identified E of survey centre in M1. Remains of a possible outlying property boundary (2-4), mostly
  • . Poorly defined broad negatives to the SE (7) & NW (8) are also evident and may be archaeological in origin. However, a natural soil/geological explanation for anomalies 5-8 should not be dismissed. 3.1.3 Responses 9 & 10 to the E in M1 likely represent ploughed out remains of former
  • remains uncertain. 3.1.5 3.1.6 3.1.7 M2 No responses of definite archaeological character have been recorded from survey in M2. Poorly defined negatives 11 to the N likely represent variations in soil morphology/geology. M3 No responses of definite archaeological character
  • a possible dwelling. Response group 16 to the S/SW coincides with the location of a suspected former boundary. The potential that 16 represents part of poorly defined settlement remains as suggested by the landowner should perhaps not be entirely dismissed. 3.2 3.2.1 PEN CASTEL
  • remains somewhat speculative. Excluding the building foundation (17) highlighted to the north most of the anomalies in the Pen Castel results are poorly defined and masked by soil/geological variations. Groups of anomalies highlighted as potentially significant include potential
RAP03383.pdf (RENNES. Église Toussaints : la sépulture de Louis du Plessis (†1661). Rapport de sondage)
  • liées à l’embaumement et l’exérèse des organes. Ainsi, l’étude de la sépulture trouvée dans l’église Toussaints a-t-elle été une opportunité de croiser les données pour mieux comprendre les rites funéraires de l’aristocratie bretonne à l’Époque moderne, mais aussi permettre une
  • chaîne opératoire intégrale de l’intervention post-mortem grâce à une approche pluridisciplinaire autour des questions liées à l’embaumement et l’exérèse des organes. Ainsi, l’étude de la sépulture trouvée dans l’église Toussaints a-t-elle été une opportunité de croiser les données
  •  ; Girault 2014 ; Dupont, Lefebvre 2016 ; Le Cloirec 2016 ; Bureau, Colleter 2016 ; Mokrane et al. 2016 ; Colleter et al. 2016). La conservation exceptionnelle de corps bien préservés (muscles, téguments, organes…) dans des cercueils en plomb du xviie siècle permet d’appréhender la chaîne
  • Fig. 3 Inventaire et décompte des sites avec cercueils et / ou urnes en plomb dans l’ouest de la France. © R. Colleter approche pluridisciplinaire (anthropologique, médicale, paléopathologique, historiographique…) autour des questions liées à l’embaumement et l’exérèse des organes
  • schiste concassées mélangées à des charbons de bois, niveau évoquant une démolition de toiture, couvrant elle-même une seconde couche de chaux. Enfin, ces unités stratigraphiques coiffent un horizon limoneux compact. Ces observations ont été réalisées directement sur les parois de la
  • déficient ne nous ont pas permis de conclure à ce stade mais ces premières observations suggèrent bien la présence d’un cadavre. Le cercueil a été immédiatement ré-enfoui pour limiter la propagation des insectes et conserver son humidité en attendant la fabrication d’une caisse
  • , 0,625 mm. L’objectif de ces images médicales est à la fois de conserver et d’enregistrer des données, mais aussi de permettre l’étude du corps (identification et localisation des organes, identification de pathologies). Des scanners à rayon X ont été réalisés en amont des
  • partiellement sèches sont individuellement photographiées à plat. A B Fig. 13 A : observation du schéma de montage du linceul ; B : lavage d’un élément en tissu. © R. Colleter Dénomination Dimension (sec) Corde de maintien linceul 1 Linceul 1 Ficelle de maintien linceul 2 autour du cou
  • muscles et les organes internes quand ils étaient conservés mais également l’intégralité des matériaux exogènes. Les champs d’investigation visés sont pathologique, toxicologique, parasitologique, paléoentomologique ou paléobotanique pour comprendre les gestes des praticiens qui ont
  • observer les fibres et les pièces de textile sous une loupe binoculaire avant de les isoler dans des petits sacs individuels. La deuxième étape a consisté à placer chaque prélèvement sur une lame de verre, baignée dans de l’eau, puis maintenue par une lamelle. Cette préparation a été
RAP03364.pdf (PLOUGASTEL-DAOULAS (29). Le Rocher de l'Impératrice. Rapport de FP 2014-2016)
  • ........................................................................................................................... 131 20. OBSERVATIONS PRÉLIMINAIRES DE LA RÉPARTITION SPATIALE DES VESTIGES (N. NAUDINOT) ... 133 21. PREMIÈRES HYPOTHÈSES SUR LES MODALITÉS D’OCCUPATION DU SITE ET SA PLACE DANS LE SYSTÈME PALÉO-ÉCONOMIQUE AZILIEN (N. NAUDINOT, J. JACQUIER ET C. BOURDIER) ................... 138 22
RAP03654 (PLOUGASTEL-DAOULAS (29). Le Rocher de l'Impératrice. Rapport intermédiaire 2018 de FP 2017-2019)
  • archéologiques. Un temps important, ainsi que des budgets conséquents ont été déployés durant ces six années afin de pouvoir évaluer au plus près les conditions de conservation du site. Ces observations de terrain, analyses sédimentologiques, géomorphologiques et micromorphologiques, nous ont
RAP01782.pdf (LA ROCHE-MAURICE (29). château de roc'h morvan. rapport de fouille programmée annuelle.)
  • Larmier Remplage Rinceau Tore Tores doubles Torsades 000,00 000,00 0 000, 00 OBSERVATION INTERPRETATION Nature de l'US Phase Position dans l'ensemble Datation Haute Nature de l'ensemble Datation Basse j > O Coupe(s) O Plan(s) O Photo(s) O Prélèvement(s) PI 4 1.2.4
  • les matériaux à pied d'œuvre, au moyen d'échafaudage interne. De fait, on peut observer la présence de trous de boulins sur les parements des chambres intérieures. 3.3.4 - L'éperon nord, façade nord (M5). Orientée E-O, l'élévation nord de l'éperon (M5) est conservée sur une
  • ) (pl.33). Le talus permet d'offrir un nivellement général de la plate-forme de travail à une altitude moyenne de 67m. Cette observation devra être détaillée lors de la fouille des logis internes, afin de dater au mieux les périodes de construction du front nord. La façade est
RAP02738.pdf (thorigne fouillard (35). ZAC de la Vigne-tranche 2. rapport de fouille préventive)
  • , land enclosures and general reorganization of the landscape for agricultural practices made to the Parish of Thorigné at this time. The ensemble of the archaeological vestiges uncovered through excavation consisted almost exclusively of 'negatives' - that is to say, the remains
  • of the site were composed of pits, postholes and ditches discovered beneath the present ground surface. An open area excavation of 3500 square meters permitted the archaeologists to map the spatial organization of the settlement which consisted of 4 adjoining, curvilinear enclosures
  • but whose total surface area remained undetermined due to the restrictions upon the area exposed. Essentially, the site can be nominally divided into Enclosures A and B, consisting of several architectural structures whose form took a generally rectangular plan and which were constructed
  • using perishable materials such as wood and earth. The wooden buildings would have been constructed or elevated upon vertical supporting posts of which only their negatives (the postholes) remained visible. Enclosure B, the most densely occupied area, encompassed at least 5
  • , on observe que le bord ouest des fosses F.250 et F.210 est le prolongement de celui du fossé F.50 et l’absence d’interruption entre le fossé et les fosses. C’est ainsi que l’élargissement du fossé F.50 de 1,00 à 2,00m lié au creusement de ces fosses ne s’observe que du côté est
RAP02164.pdf (PLOUHINEC (29). gisement du paléolithique inférieur de Ménez Drégan. rapport final de synthèse de fp 3 2003-2005)
  • qu'apportent les études anthracologiques sur la nature de ces subdivisions s'avèrent à cet égard intéressants. Une observation intéressante concerne également la position du foyer 5d dans l'espace habitable. Le centre de la structure se situe effectivement à moins d'un mètre devant le gros
  • que le fond de la cavité soit, compte tenu de cette observation, relativement proche. 11 faut cependant garder à l'esprit que l'épaisseur des dépôts comblant la grotte est encore importante et que rien n'empêche donc cette configuration de s'amorcer plus profondément. Latéralement
  • niveaux de la couche 5. Cette étude devra être affinée. Une première approche de l'ensemble des niveaux de la couche 5 en terme de répartition spatiale montre un important télescopage des différents niveaux et confirme les observations effectuées sur le terrain et notées au chapitre
  • oriental, il semble que ce sont plus concentrées les activités de taille avec un pourcentage très important de nucléus et de produits techniques, même observation pour la couche 5. Les supports retouchés ou non et les outils sur galets sont ensuite dispersés au niveau de la zone
  • cellulaires appelées thylles obstruant peu à peu les vaisseaux du duramen ne fonctionnant plus. Les thylles se conservent après carbonisation. Leur observation chez les charbons de bois indique que ceux-ci proviennent du duramen et non de l'aubier et reflète l'emploi de bois âgés, si
  • 1II I < 0 i-r 50 TP 50 1 0 I I I IT 37 4c 2 5a 25 5a' 1 5b 5b' 26 5c 37 5c' 37 5d 62 5d' 24 5e 46 18 5e/6 0 N SfeO fe 1Ii St g SÍ a I § Nb de charbons Figure 2 - Diagramme anthracologique des couches 4 et 5 de Menez Dregan 2 - Observation
  • macroscopique du plan ligneux Une observation des cernes d'accroissement du bois a été effectuée à la loupe binoculaire sur la coupe transversale des charbons, en complément de la détermination des essences. Néanmoins, peu de charbons ont pu donner lieu à une telle observation puisque
RAP02046.pdf (PAIMPONT (35). paléosidérurgie diachronique du massif de Paimpont. le vert pignon III : découverte de fours métallurgiques en activité autour du XVe siècle. rapport de prospection thématique avec sondages)
  • fosse et à utilisation unique, mis au jour dans les fouilles préventives de l'A28 près du Mans, sur le site ' les Barres ' en Bazoge (Dunikowski et Cabboï, 2001). Avec les sites du Bas Chesnais, et de la Ville Pierre II, on observe une brusque croissance de ces dimensions, qui
  • associated with thèse types of problems. "acid/alkali/acid" The sample was first gently crushed/dispersed in deionized water. It was then given hot HCI acid washes to eliminate carbonates and alkali washes (NaOH) to remove secondary organic acids. The alkali washes were followed
  • . This is a spécial case where soil conditions imply that the soluble fraction will provide a more accurate date. It is also used on some occasions to verify the présent/absence or degree of contamination présent from secondary organic acids. The sample was first pretreated with acid to remove any
  • carbonates and to weaken organic bonds. After the alkali washes (as discussed above) are used, the solution containing the alkali Soluble fraction is isolated/filtered and combined with acid. The soluble fraction which précipitâtes is rinsed and dried prior to combustion. "acid washes
  • , and number of répétitions, were applied accordingly with the uniqueness of each sample. The sample, for a number of reasons, could not be subjected to alkali washes to ensure the absence of secondary organic acids. The most common reason is that the primary carbon is soluble in the alkali
  • . Dating results reflect the total organic content of the analyzed material. Their accuracy dépends on the researcher's ability to subjectively eliminate potential contaminants based on contextual facts. Typically applied to: organic sédiments, some peats, small wood or charcoal
  • the acid solutions. Where possible, usually dépendant on the amount of collagen available, alkali (NaOH) was also applied to ensure the absence of secondary organic acids. Typically applied to: bones 1 i "acid etch" The calcareous material was first washed in de-ionized water
  • , removing associated organic sédiments and débris (where présent). The material was then crushed /dispersed and repeatedly subjected to HCI etches to eliminate secondary carbonate components. In the case of thick shells, the surfaces were physically abraded prior to etching down
  • to a hard, primary core remained. In the case of porous carbonate nodules and caliche, very long exposure times were applied to allow infiltration of the acid. Acid exposure times, concentrations, and number of répétitions, were applied accordingly with the uniqueness of the sample
  • corrections. Réservoir corrections for fresh water carbonates are usually unknown and are generally not accounted for in those calibrations. In the absence of measured ô 13/12C ratios, a typical value of -5 %> is assumed for freshwater carbonates. (Caveat: the corrélation curve for organic
  • . On observe une forte ségrégation du module des pierres entre les bords, où l'on rencontre de gros blocs de grès, et la zone centrale, constituée d'un cailloutis très serré. Une coupe transversale à l'axe de l'empierrement a été pratiquée afin de vérifier l'épaisseur de ce blocage de
  • raisons : l'éloignement et l'isolement des plus gros blocs, l'absence de fondation, et surtout l'aspect très tassé et serré des petites pierres centrales. Cette dernière observation est par contre en bon accord avec la constitution d'une voie empierrée à peu de frais. La continuité de
RAP03345.pdf (QUIBERON (56). Beg-er-Vil : Un habitat du Mésolithique sur le littoral du Morbihan. Rapport de FP)
  • l’on progresse vers l’est. Dans le carré BH 53, deux aires circulaires de pierres rubéfiées jointives ont été découvertes. Ces deux structures sont collées l’une à l’autre, mais on a pointé certaines de leurs différences. A ce stade de nos observations, et sous réserve de documents
RAP00570.pdf ((56). entre l'Oust et le Blavet. rapport de prospection inventaire)
  • 1 umé 1 i a u , N o y al-Ponti v y e t Réguiny) totalisent provisoirement chacune 8 sites ou plus . Ces résultats ne semblent pas liés à la superficie apparente des communes (contre-exemple flagrant : Réguiny ) . A observer cette répartition de plus près, on s'aperçoit qu'elle
  • DESCRIPTIVE DE SITE ARCHÉOLOGIQUE % 3010/ RECHERCHE EFFECTUÉE Année ,~ Nature de l'opération \AAR Q\i Auteur Ux -enT. Organism< ^AfVi / J l/l A .u.-TR , $ 1000/ RÉFÉRENCE INSEE Dept. $ 1010/ Sites étendus : Dept Commune L _l _l / Site L Commune $ 1020/ RÉFÉRENCES
RAP00568.pdf ((56). quatre communes du Morbihan : carentoir)
  • /79, H 132, 874, L26, D153) from which 'total' collection had previously been made (fig. 1). Of thèse, A92 had been started in 1986 and remained to finish. The ai rn of thèse smal 1 excavations was the investigation of surf ace/'sub-surf ace rel at i onshi ps; fields were selected
  • brick and tile (1.5B6kg) were recovered. This is in contrast to the 1 ower spit which had 31 sherds, 977 o-f which were Ir on Age, and the remaining sherd was post-medi eval ; 3 pièces (0.119kg) of brick and tile were f ound. The plough soil sealed a layer of compact, dul 1 yel 1 ow
  • profile, 1.85m wide and 0.6m deep, was also found and a rim of a bowl in a late Iron-Age/earl y Roman fabric (Fabric 14) was found in the fill (35), with two fragments of tile (0.022kg). The remaining features were located at the northern, val 1 ey-bottom , end of T41. An isolated
  • of the reniai ning courses of thèse walls contrasted strongly with that of wall 9/17 to the north. Extremely large blocks of quartz and altered schi ste (over 25kg each) formed the base; the remaining 348kg comprised 24% soft Brioverian shale, 39% altered 3L\ schi ste , 27% quartz, 67
  • , 28), and the upper courses of the main wall were also removed leaving some remains of the rubble core (6, 13). The whole area south of wall 7/51 was then spread with debr i s-packed layers - 11/25 in the west and 5 in the east; context 5 had a high proportion of roofing material
RAP00565.pdf ((56). quatre communes du Morbihan : carentoir)
  • ; the main team (consisting largely of past and présent students from the Universities of London and Reading) numbered twenty-two, including the directors; it worked for twel ve days, from 24 March, and had one day off; nine people (including one director) remained for an additional week
  • . The remaining concentrations (25.7%) had a prédominance of building material, at présent treated as undatable. 2 As usual , the topographical position of the sites was analysed. About a third of them (29.4%) were on flat 1 and while 17.1% were on south-facing and 16.6% on south-east-f
  • excavation of the trenches. In Trench 1 work was concentrated in areas where features had been observed in the machine-cut trench: 64% (9 of the 14 mètre squares) was dug. As no features were seen in the machine trench, alternate squares were excavated in Trench 2 and hence 50% (9
  • and 40cm, as was also true of the other material. The pottery, brick, tile and also this schi ste were probably brought on to the field in the course of manuring. Trench 2. The remains of a bank, only 20cm high, were found lying on the natural, midway along the trench. The bank
  • was made of redeposited natural clay; no associated structural features were observed nor dating évidence recovered. The bank appears to have been sufficiently big for soil to accumulate behind and eventually over it, thus producing a shallow lynchet. This soil was a homogeneous loam
  • produced the highest number of sites in transect walking and by far the greatest quantity of material, including very large amounts of brick and tile. The season also allows further observations on the problems identified in 1984 and some reinf orcement of the suggestions made
  • black and grey.) This needs more observation and more testing but at présent it suggests that the présence of pink-purple imported roofing schi ste is an indicator of areas of 1 ate médiéval and early modem arable while its absence is an indicator of land more recently taken