Rechercher sur le site

  • Chercher les documents contenant un mot OU un autre : tapez simplement les mots à la suite => bracelet bronze
  • Chercher les documents contenant un mot ET un autre : utilisez le mot-clef AND => bracelet AND bronze
  • Chercher les documents contenant une expression exacte : taper l'expression entre guillemets => "bracelet en bronze"

Limiter votre recherche

Auteur
Type d'opération
Commune
Département
Date (Année)

3988 résultats Exporter les résultats

Trier par Titre : ascendant / descendant
RAP03240.pdf (PLOUEZOC'H (29). Grand cairn de Barnenez : nouvelles approches, nouveaux résultats, nouvelles perspectives. Rapport de FP 2015)
  • PLOUEZOC'H (29). Grand cairn de Barnenez : nouvelles approches, nouveaux résultats, nouvelles perspectives. Rapport de FP 2015
  • with an updating of its data which can help to the understanding of the Barnenez group. Key words: Megalith, North-west France, long tumulus, landscape (1) Université de Rennes 1 .UMR 6566-Creaah. florian.cousseau@gmail.com ARPI. Arqueología y Prehistoria del Interior peninsular 03– 2015
  • privilégier le tumulus sud et son numents du même type, par exemple le site de exploitation touristique actuelle a mis le tumulus ARPI. Arqueología y Prehistoria del Interior peninsular 03– 2015 82 nord dans l’oubli. La monographie du site ne con- pente sud de façon parallèle avec
  • conservées à l’UMR 6566-Creaah au ARPI. Arqueología y Prehistoria del Interior peninsular 03– 2015 83 laboratoire Archéosciences de l’université de les destructions sauf deux de 1962. On peut y ob- Rennes 1. server chaque face du tumulus. La vue générale depuis le tumulus sud
  • la presqu’île de Barnenez et des différentes structures présentes dessus. Carte littorale SHOM (SHOM, 2014) et photographies aériennes par P.R. Giot en 1965 pour le cliché haut et 1969 pour le bas (Archives UMR6566-Creeah). Zoom sur la presqu’île de Barnenez de la carte établie
  • par Louis Le Guennec au début du XXe siècle (Le Guennec 1979) ARPI. Arqueología y Prehistoria del Interior peninsular 03– 2015 84 Giot 1987). À partir de la limite de parcelle, le tumu- que la table a été poussée vers le sud. Sur les lus semble entièrement détruit jusqu’à une
  • de l’extraction (fig.2). Le bloc était de ont dissuadés d’attaquer cette zone. biais reposant sur un amas de blocs bousculés lorsARPI. Arqueología y Prehistoria del Interior peninsular 03– 2015 85 Fig. 2 .- Haut : Indication des structures du tumulus nord sur les vues
  • aériennes IGN de 1977 (Géoportail). Droite : photos des différentes faces du tumulus nord . Gauche : images de la zone autour de la table de couverture en bas (Archives UMR6566Creaah) ARPI. Arqueología y Prehistoria del Interior peninsular 03– 2015 86 Aucune des masses visibles sur
  • qui restait. Le tumulus nord a donc conservé peut toujours voir que celle-ci repose sur un amas cet état par la suite. Un nettoyage généralisé a eu de blocs qui continue pour former le début de la lieu peu avant mars 1969 pour le remembrement butte visible au contact de la
  • - ARPI. Arqueología y Prehistoria del Interior peninsular 03– 2015 87 Fig. 3.- Haut : relevé de la table de couverture du tumulus nord de Barnenez, typologie d’après Mens 2008. (Modèle 3D disponible sur le site : https://sketchfab.com/flocou) Bas : blocs de métadolérite autour de
  • la table et pierres dressées du dolmen J du tumulus sud de Barnenez. ARPI. Arqueología y Prehistoria del Interior peninsular 03– 2015 88 rieure. L’autre largeur est moins visible, mais ne peut dire s’il s’agit de l’extrémité ouest du tu- semble avoir un profil rectangulaire
  • ancienne. On presqu’île mais des indices d’autres édifices exis- ARPI. Arqueología y Prehistoria del Interior peninsular 03– 2015 89 tent. Au nord-ouest, une chambre ruinée est indi- devaient être implantés sur les autres hauteurs quée avec le terme dolmen sur une carte réalisée
  • . Arqueología y Prehistoria del Interior peninsular 03– 2015 90 aux échanges matériels. » (Leroi-Gourhan 1964 ; lus sud sont orientés sud/sud-est donc vers l’anse Gouletquer 1991). Pierre Gouletquer nuance tou- de Térénez et la rivière le Corniou. Seule l’anse de tefois son propos en
  • maritimes qui sont celle de Mor- l’isthme en face de la colline. Les couloirs du tumu- laix à l’ouest et le Corniou à l’est. Elles devaient ARPI. Arqueología y Prehistoria del Interior peninsular 03– 2015 91 être des éléments marquants dans le paysage avec du tumulus sud donnant
  • barrière visuelle. Le jeu de perspective entre les cela que la compréhension des évolutions architec- deux longs tumulus avec l’adaptation du sommet turales qui ont conduit à un long tumulus est im- ARPI. Arqueología y Prehistoria del Interior peninsular 03– 2015 92 Fig. 4
  • mieux voir quel impact vise l’édifice. doit être appréhendé pour chacun. Seulement Seule l’implantation reste la même lui offrant un dans ce cas, les relations de visibilité, les orienta- cadre. tions des couloirs, les jeux de perspective entre les ARPI. Arqueología y
  • . Arqueología y Prehistoria del Interior peninsular 03– 2015 94 propriation ; évolution des architectures méga- (Morbihan, Bretagne) : à propos des modes lithiques dans l’Ouest de la France, entre passé d’organisation des territoires. L’Anthropologie, et présent., in Actas del
  • Grand cairn de Barnenez nouvelles approches, nouveaux résultats, nouvelles perspectives. Rapport 2015 Coordination du projet - L. Laporte Auteurs - P. Bueno Ramirez, R. de Balbín Behrmann, F. Cousseau, L. Laporte. Conditions d’utilisation des documents Les rapports
  • d’opération archéologique (diagnostic, fouille, document final de synthèse, sondage, sauvetage…) sont des documents administratifs communicables au public, en application de la loi n° 78-753 du 17 juillet 1978 modifiée et portant diverses mesures d’amélioration des relations entre
  • l’administration et le public. L'accès à ces documents administratifs s’exerce auprès des administrations qui les ont élaborés ou qui les détiennent, au choix du demandeur et dans la limite de leurs conditions d’accueil. La mise en ligne des rapports par le SRA Bretagne a pour objectif de
  • faciliter cette consultation. La consultation et l’utilisation de ces rapports s’effectuent dans le respect des dispositions du code de la propriété intellectuelle relatives aux droits des auteurs. Notamment en application de l'article L.122-5 du code de la propriété intellectuelle, cela
RAP02794.pdf (LARMOR-BADEN (56). Gavrinis : à la recherche des représentations d'une tombe à couloir du IVe millénaire. rapport d'opération)
  • LARMOR-BADEN (56). Gavrinis : à la recherche des représentations d'une tombe à couloir du IVe millénaire. rapport d'opération
  • l'occasion d'un congrès international (Sansoni 2008) -, ou repris du dernier enregistrement des gravures opéré entre 1968 et 1969, puis publiés en langue anglaise au début des années 80 (Shee-Twohig 1981). C’est sur cette base graphique que sont aujourd’hui produits les panneaux
  • Ministère de la Culture et de la Communication – Conseil général du Morbihan CNRS, ENSA, Université de Nantes 2012 G AVRINIS (Larmor-Baden, Morbihan) A la recherche des représentations d’une tombe à couloir du IVe millénaire (2). Rapport d’opération de relevés pariétaux et
  • d’opération - Levés d’architecture et d’art pariétal Panoramique de couverture : clichés L. Lescop. 2 Gavrinis 2012 - Rapport d’opération - Levés d’architecture et d’art pariétal Sommaire Remerciements Résumé de l’opération 1- Problématiques de recherche 1.1- Rapide présentation du
  • site 1.2- Objectifs 2012 1.3- L’argument 1.4- Les résultats attendus 2- Mégalithes et levés numériques « 3D » : bref état de l’art (2012) 2.1- Quelques expériences européennes 2.2- Congrès et colloques 3- Constitution de l’équipe 4- Moyens mobilisés 4.1- moyens financiers 4.2
  • - moyens techniques 5- Déroulé de la campagne 2012 6- Les résultats 2012 6.1- Description de L6. Analyses surfacique et chronologique des tracés. Modélisation dynamique. 1- Introduction 2- Méthodologie 2.1- Création d’un modèle graphique du contour des gravures 2.2- Identifier des
  • recouvrements de tracés 3- Eléments de chronologie relative : une stratigraphie horizontale des tracés 3.1- Abréviations dans le texte 3.2- Huit états descriptifs A- Les principaux modelés naturels B- Limitations rectilignes verticales et horizontales C- L’arc et les lames de haches polies
  • verticales D- Petits arcs radiés et crosses opposées E- Motifs phalliques F- Motif réticulé G- Motif zébré et grands arcs radiés H- Tracés sans recoupements avérés 4- Géométrie et orientations 5- Un déroulé des entités sémiotiques 5.1- Division de l'espace 5.2- Installation des objets 5.3
  • - Inscription des signes phalliques 5.4- Imbrication de quatre motifs 5.5- Disposition du motif zébré 5.6- Extension des arcs radiés 5.7- Inscription de la 3e lame de hache 5.8- Remplissage des champs non marqués 6.2- Description de R11. Identification et restitution des gravures 3
  • Gavrinis 2012 - Rapport d’opération - Levés d’architecture et d’art pariétal 1- La méthode de levé par éclairages tournants 1.1- Protocoles 1.2- Traitements et résultats 2- La méthode de levé par détection de teintes 2.1- Protocoles 2.2- Traitements et résultats 2.3- Enregistrement
  • complémentaire 3- Conclusions sur R11 6.3- Description de L11 (Dos) 1- Historique 2- Méthodes de levé 3- Synthèses graphiques des acquisitions sur le terrain Synthèses 1 à 8 Assemblage de clichés 4- Synthèses graphiques des acquisitions en laboratoire Synthèses 1 5- Conclusions 6.4
  • - Description de S12. Analyses surfacique et technique. 1- Introduction 2- L’acquisition des données 2.1- L’enregistrement photographique par éclairages tournants 2.1.1- La face ventrale (face cachée au sol) 2.1.2- La face dorsale (face visible au ciel) 2.2- L’enregistrement
  • lasergrammétrique 2.2.1- Rappel méthodologique 2.2.2- Restitution graphique des gravures Face ventrale Face dorsale Tranche 1 Tranche 2 2.2.4- Analyse des cassures Tranche 3 Tranche 4 2.3- L’enregistrement photogrammétrique 2.3.1- Méthodologie 2.3.2- Résultats 3- Conclusions générales 6.5- La
  • constitution graphique du corpus des signes gravés 1- Mailler les orthostates 1.1- Ouverture du nuage de points 1.2- Lecture des points 1.3- Création des maillages 2- Dessiner les gravures 2.1- Principe 2.2- Traitement préliminaire aux dessins des gravures 2.3- Note préliminaire sur la
  • production des images 2.4- Le maillage sans aucun traitement 2.5- Les cartes d’écarts 2.6- Les éclairages rasants 2.7- Création des MNT des orthostates (les courbes de niveau) 2.8- Organisation du fichier Illustrator 3- Le catalogue des orthostates gravés 4 Gavrinis 2012 - Rapport
  • d’opération - Levés d’architecture et d’art pariétal 6.6- Plans et élévations comparés du monument (cairn et tombe à couloir) 6.7- Calcul du volume et du poids de la dalle de couverture 6.8- Analyse des sections 6.8.1- Principe 7.8.2- Morphologie des orthostates 7.8.3- Profil des gravures
  • 6.9- Les tests en photomodélisation 6.10- La coloration des supports et des gravures 6.10.0- Historique 6.10.1- Détection des colorants par la fluorescence en ultraviolet 6.10.2- Analyse par microscopie électronique à balayage et microanalyse X de colorations présentes sur des
  • orthostates de la tombe à couloir 6.10.2.1- Analyse de la matière noire 6.10.2.2- Analyse de la matière rouge 7- Un prototype de visite virtuelle 8- Un test d’impression 3D 9- Conclusions générales 10- Perspectives 2013 Bibliographie, webographie Liste des figures Liste des annexes 5
  • Gavrinis 2012 - Rapport d’opération - Levés d’architecture et d’art pariétal 6 Gavrinis 2012 - Rapport d’opération - Levés d’architecture et d’art pariétal Remerciements Ce programme, souhaité de longue date par les auteurs et les partenaires locaux, n’aurait pu aboutir sans le
  • concours appuyé et les conseils de Christine Boujot, ingénieur de recherche au SRA de Bretagne (Rennes) ; Stéphane Deschamps et Yves Menez, conservateurs du Patrimoine au SRA de Bretagne, ont bien voulu soutenir nos idées et défendre depuis 2010 la nature spécifique de l’opération
  • auprès de l’université. Dans le cadre des enquêtes sur l’historiographie du monument et sur les investigations des XIXe et XXe siècles, nous remercions Philip de Jersey (Guernsey Museums & Galleries) pour la numérisation des archives Lukis 1860 ; Cyrille Chaigneau (Musée de Carnac) et
RAP00761.pdf (PLOUASNE (22). le clos Lory. rapport de sondage)
  • PLOUASNE (22). le clos Lory. rapport de sondage
  • marteau de 9 m de longueur à la base Sud» de 4 m de hauteur sur le côté EST et de 5 m de h a u t e u r sur le côté Ouest ( P l a n N° J. Photo N° 5 ) CONCLUSIONS La partie du champ découverte en 1969 n'a pas apporté des découvertes aussi intéressantes qu'en 1968. Néanmoins on est
  • laissée en friche après^ les; récoltes de 1968. Ce terrain réservé r à l'angle Nord:-Est du Clos Lory , se présente sous la forme d'un rectangle de 12 mètres de front sur le Vo qui passe au Nord et d'environ 65 mètres de longueur en bordure du chemin de terre qui limite le champ à
  • frappé par la longueur du mur mis à jour et son orientation qui est la même que celle de l'ensemble de 1968. La distanèe entre les deux fouilles est d'au moins 80 mètres ce qui prouve l'importance de l'installation» Les éléments datables, poteries et monnaies, vont du début du 1er
  • m 3A/îvno Xyo7 7J $07? J ! SITE GILLO - R GMAIN 22 CAMPAGNE DU PLOUASMB 1969 CLOS - LORY CAMPAGNE 1969 PRELIMINAIRES Conformément au contrat passé avec le propriétaire Mr Jean RENAULT et le fermier exploitant,, Mr Joseph 1EMARCHAND, une partie du champ a été
  • l'Est. Une clôture constituée de quarante piquets de* bois et trois rangs de fil de fer barbelé a été posée de façon à séparer le chantier de fouilles du champ proprement dit. Un panneau interdisait l'entrée du public a été plaçé en bordure du V o . Dans les limites ainsi définies
  • » ont été traçées deux rangées contigtles de carrés de 5 mètres de côté, matérialisés par de petits piquets. Un espace a été laissé libre vers le Vo pour déposer les déblais. Au total» 16 carrés ont été délimités dont chacun a été désigné par une lettre de l'alphabet de A à P
  • . ( Voir Plan N° I ) CARRE D Le carré D présentant des traces de ciment en surface a été choisi pour commencer les travaux de fouilles, en ou — vrant le sol sur un espace de 4 m x 4 ai. Un mur a été 1 presque immédiatement identifié à environ 0 m 25 de profondeur avec une
  • orientation Est-Sud&Est à Ouest- Nord - Ouest» Il traverse entièrement le carré à partir de l'angle; Sud Est* Il s'agit: en fait de fondations, solidement construites avec un mortier clair, de 0 m 58 de large. Un autre mur„ plus large: ( Qm74 ) fait un angle droit avec le premier en se
  • dirigeant vers le N.N.E. ( voir plan N° 2 ) ; mais il s'interrompt par un arc de cercle dont la pointe est à I m 74 de l'angle intérieur. Ces deux murs sont construits de façon analogue. Ils semblent avoir été arasés au même niveau et la partie supérieure est plane. Le prolongement du
  • premier mur vers 1'est et par contre en mauvais état et ressemble plutôt à un massif de fondations assez inégal. Au Nord de ces substructions , et le long de la paroi Est du carré existent quelques grosses pierres posées à plat qui semblent constituer un pavage grossier. Entre le mur
  • EST - OUEST et le bord Sud du carré le sol est: très dur avec des fragments de briques. Sur ce sol, à 0 m 20 au sud du mur et à hauteur de l'angle droit, a été trou« vée une pièce de monnaie difficile à identifier . Il s'agit vraisemblablement d'un denier en raison des dimensions
  • de la pièce. De couleur un peu cuivrée, elle mesure 16 m/m de diamètre. Au droit, elle représente un empereur barbu,, la tête tournée vers la droite,, avec une couronne de lauriers. Le profil s'arrête au cou» L'inscription est difficile à déchiffrer, les bords étant rognés
  • . On peut cependant lire, après un premier groupe de lettres : .....Y D I D I A T ...Il pourrait s'agir de DIDIUS, bien que le monnayage de cet empereur soit rare, en raison de la briéveté de son règne ( 193 ). Au revers, la pièce est en grande partie effacée„ mais on y lit encore trois
  • caractères curieux qui ressemblent à une cursive ( voir photosN° I et 2 ) D'autre part » dans la terre retirée à peu près du même endroit est apparue une grosse pièce en bronze de 3 m/m d'énpaisseur, de forme avalisée, ayant 31 m/m dans sa plus grande largeur et 29 m/m de hauteur
  • . L'effigie est assez effacée et réduite à l'état de silhouette» Il n'y a pas d'inscription» le revers est: entièrement nu et plat. Selon Mr Michel PETIT de Rennes, et Mr SA1QUER de Brest» il s'agit d'un sesterce de TRAJA1 ( voir photo 1° 3 ) Indépendamment de ces deux pièces de monnaie
  • » ont été trouvés de nombreux morceaux de poterie commune» dont une vingtaine d'un grand vase jaune à l'extérieur et rougeâtre à l'intérieur, ainsi qu'un morceau de poterie sigillée représentant un pygnrée etfcun fauve. ( voir photo 1° 4 ) CARRE C. Dans le carré C» le mur
  • découvert en D se prolonge sans interruption et traverse donc tout le carré en direction de 0.1» 0» Au Sud du mur» dans l'angle S.O, un amas de fragments blanchâtres , genre staff » dont certains portent la marque de moulures. On peut penser à un encadrement de porte. Dans; le même angle
  • plusieurs morceaux d'enduits peints en rouge grenat ainsi que plusieurs morceaux de poterie grossière et des fragments de tuile®. Le niveau de tassement des- destructions est à environ Qm40 de profondeur; soit. QmI5 environ au dessous du niveau du mur. A noter une: certaine quantité de
  • coquilles d'huîtres dans l'angle S.E du carré. Immédiatement au nord du mur et à deux mètres environ du bord Est du carré» on trouve un dallage de pierres plates et de briques poéées sur un soubassement rougeâtre et qui semble épouser une forme semi-circulaire. Si l'on trace » au lord du
  • mur et à QmT5 du bord Est du carré, une perpendiculaire en ditectâon du lord» on rencontre à I m 35 l'angle sud-est de vestiges quadrangulaires» Il s "agit de quatre grandes tuiles posées sur le; sol et reliées par un ciment blanc. Des restes de ciment adhèrent à la surface des
RAP01490.pdf (SAINT-FRÉGANT (29). villa antique de Keradennec. rapport de fouille programmée)
  • SAINT-FRÉGANT (29). villa antique de Keradennec. rapport de fouille programmée
  • l'occupation et de l'abandon de l'établissement. OBJECTIFS PB LA CAMPAGNE 1969 Il importait d'abord de régulariser l'aspect extérieur du chantier, dont les bordures avaient été laissées assez floues, puis de vider complètement les salles dont seul le haut des murs avait été repéré en 1968
  • de Bretagne Faculté des Lettres 35 - RENNES RAPPORT DE FOUILLES DUREE DES TRAVAUX - PARTICIPANTS - COUT DE L*OPERATION L'activité archéologique sur le chantier de Keradennec, en SaintFrégant, en 1969, a été divisée en deux parties : d*une part, pendant l'année universitaire
  • papeterie) 41,90 F. 4.000,00 F. BREF RAPPEL DE LA SITUATION SU CHANTIER A L'ISSUE DE LA CAMPAGNE 1968 La première campagne sur le site de Keradennec avait permis de commencer le dégagement de l'angle Sud-Est d*un établissement gallo-romain de grande taille, angle occupé par des
  • -romain mesure approximativement trente mètres, soit, sans doute, cent pieds romains. Or, à la vue du plan dégagé en 1968, on peut émettre l'hypothèse que ce côté du bâtiment était divisé en trois unités carrées (i, II, IIl) de trente pieds, unités subdivisées elles-mêmes en un jeu
  • représente une unité et demie, soit la moitié d'une façade, et environ un sixième de l'établissement complet. RESULTAT DE Là CAMPAGNE 1969 (cf. fig. 3 - Plan) L'objectif fixé plus haut a été atteint, bien qu'il reste encore quelques points à préciser, ce qui sera fait au cours de
  • transport : 670,00 F. - Frais photographiques : 200,00 F. - Matériel divers, produits : 200,00 F. - Travaux de consolidation : 2.000,00 F. 7.570,00 F. BREST, le 16 Octobre 1969
  • Monsieur René SANQUER Maître-Assistant d'Histoire Ancienne Directeur du chantier de fouilles de Keradennec, en Saint-Frégant (Finistère) Objet : Chantier de fouilles de Keradennec, en Saint-Frégant (29) à Monsieur le Directeur de la Circonscription des Antiquités Historiques
  • , sept journées furent consacrées au nettoyage du chantier et à la mise en place de la campagne d'été, qui eut lieu du 10 au 27 juillet. Au total vingt cinq journées de travail furent accomplies. L'équipe de fouilles comprenait dix personnes s - R. SANQUER, Directeur du chantier, - G
  • . SANQUER, épouse du précédent, professeur de lettres, - D. FLOCH, licencié en histoire, 1
  • , licenciée en histoire, - J.-C. RENAYOT, licencié en histoire, - G. TREGUIER, maître en géographie. Le coût de l'opération se répartit comme suit : - Frais de séjour 3.000,00 F. - Transport 650,55 F. - Frais photographiques 156,30 F. - Petit matériel 151,25F. - Divers (dont
  • thermes privés dont la décoration avait pu être en partie reconstituée (peintures, stucs, etc.) (cf. fig. 1). Dès la première campagne une "fourchette" de datation fut établie comme suit : - date de construction : vers 190 après Jésus-Christ. - date d'abandon : fin du IVème siècle
  • après Jésus-Christ. L*intérêt essentiel du site résidait dans la bonne conservation relative des ruines, demeurées intactes depuis le moment de la destruction, ce qui devrait nous permettre de restituer aussi bien que possible les différentes étapes de la construction, de
  • . Il restait beaucoup à faire en particulier au nord, à l'est et à l'ouest. Il fut décidé de délimiter un grand carré de quinze mètres de côté en se fondant sur le raisonnement suivant (cf. fig. 2) : L'ensemble du tas de déblais représentant un des côtés de l'établissement gallo
  • subtil de carrés plus petits, s'appuyant sur les diagonales principales (sans régularité absolue d'ailleurs). Cette idée de départ, qui sera peut être infirmée par «miM», doit en tous cas nous permettre par la suite de faire des prévisions sur le plan de la partie encore enfouie
  • (position des angles des grandes unités carrées, subdivisions de ces unités, etc.) et même sur le plan général de la villa qui pourrait être un grand carré de cent pieds de côté avec cour centrale, ou jardin, et tourelles aux quatre angles. Ainsi donc, le carré de quinze mètres de côté
  • l'hiver. 1 e ) Façade Est (H, E, F du plan) En 1968, nous avions décelé le praefurnium (E), mais, n'ayant pas encore vidé cette partie, nous pensions qu'il était inclus dans une vaste salle rectangulaire . En fait, la fouille a révélé que le praefurnium occupait une petite salle
  • tandis que le muretin s'appuyant sur la tourelle Sud-Est était interrompu par un éboulement. Toute la partie H a d'ailleurs été remaniée par les sondages de chercheurs de trésors éventuels et peut-être par une occupation médiévale (poterie à vernis plombifère). Le praefurnium
  • , ouvert en direction du Sud, était occupé par un fût de co3.onne en granit, qui servait peut-être de siège à celui qui alimentait le foyer (diamètre : 0,33 m ; hauteur : 0,45 m). Contre le muretin Est, au niveau inférieur du sol ancien, juste au contact du sol vierge, furent trouvés
  • juxtaposés deux sesterces de bronze : - l'un, du règne d'Ântonin Le Pieux, est au nom d'Âurelius Caesar (COÏÏ III, nS 446) : 149 après Jésus-Christ ; - l'autre date du règne de Commode (COH III, p. 318, n e 682) : 184 après Jésus-Christ. D'autre part un échantillon de charbon de bois
  • prélevé dans l'axe du praefurnium a fait l'objet dTune datation par le C 14 (GIF 1.304) dont le résultat a été : 190 plus ou moins 100 ans après Jésus-Christ. Il nous faut convenir que la concordance entre les divers moyens de datation est ici particulièrement remarquable
RAP01621.pdf ((29). évaluation sur l'état de conservation du patrimoine archéologique classé ou inscrit au titre de la loi de 1913 sur les m.h. rapport d'étude documentaire.)
  • (29). évaluation sur l'état de conservation du patrimoine archéologique classé ou inscrit au titre de la loi de 1913 sur les m.h. rapport d'étude documentaire.
  • ferme, a été replacé près de l'endroit où il fut découvert fortuitement en 1969. Il gît à présent couché contre le talus séparant les champs cultivés, dégagé de toute végétation. Impact de la fréquentation, dégradations : Aucune incidence. Cependant, la stèle risque, à terme, de
  • -HIOUEM-MAM-COZ A COSQUER-VEN. Autre lieu-dit ou appellation Classement : Inv. M. H. Références cadastrales Coord. IGN: Lambert : II; : Menhir de Cosquer-Ven. le 24-02-1969 : parc. 601; sect. 14; cad. éd. 1981. OX = 131,650 OY = 2353,275 0619 ouest - Rosporden
  • sont acuellement sans suite. Impact de la fréquentation, notable . Divers Sources dégradations : : GALLIA, 1969-2, p. 455. : Aucune incidence n* : 29 052 002 AP Dénomination : ESQUIBIEN - Camp protohistorique de Suguensou. Autre lieu: -dit ou appellation : Antraon; Ar
  • . : : Picquenard dans B.S.A.F., 1907, p. 305 et suiv. Dénomination COAT-AR-STER. : LA FORET-FOUESNANT - MENHIR DE CHEF-DU-BOIS- Autre lieu-dit ou appelation Classement : Inv. M. H. Références cadastrales Coord. Lambert : le 6-05-1968. : parc. 545; sect . D4 ; cad. éd. 1987 II; OX
  • . 288; sect. C2 ; cad. éd. 1987. : II; OX = 130,200 OY = 343,225 IGN. 0619 Ouest Rosporden Propriété : M rae Geneviève Lionnet, épouse Le Doux, Grands Degrés 75005 Paris. 7 rue des Accès, fléchage : Ni fléchage, ni accès public. Accès depuis la RD783 par un chemin
  • carrière dans le dolmen pour la fourniture de matériaux de construction d'une maison sur l'île qui avait motivé la demande de classement. Divers Sources : Fouillé par M. et S.-J. Péquart en 1926. : Péquart dans B.S.A.F., LIV, 1927, pp. 73-83. Le Roux dans B.S.A.F., XCV, 1969, p. 15
  • la fréquentation, dégradations Divers Sources : Aucune remarque. : : H. Waquet dans B.S.A.F., P. V. 1948, p. XIV. Dénomination : FOUESNANT - STELE PROTOHISTORIQUE DE PEN-ILIS. Autre lieu-dit ou appelation Classement : M. H. le 24-04-1968. Références cadastrales Coord
  • f Direction Régionale des Affaires Culturelles de Bretagne Circonscription des Antiquités de Bretagne Conservation Régionale des Monuments Historiques Rapport d'évaluation sur Tétat de conservation du patrimoine archéologique classé ou inscrit au titre de la loi du 31
  • décembre 1913 sur les monuments historiques DEPARTEMENT DU FINISTERE PREMIERE TRANCHE présenté par : Alain PROVOST •f DECEMBRE 1991 AVERTISSEMENT La Mission d'évaluation de l'état de conservation du patrimoine archéologique classé ou inscrit au titre de la loi du 31 décembre 1913
  • sur les monuments historiques dans le département du FINISTERE qui nous a été confiée en 1991 concernait une première tranche de monuments correspondant à environ 50 % de l'ensemble. Une seconde tranche était prévue pour l'année 1992. En 1991, nous avons traité les monuments des
  • arrondissements de BREST, CHATEAULIN, MORLAIX et, pour ce qui concerne l'arrondissement de QUIMPER, ceux des cantons de DOUARNENEZ et PONT-CROIX. 100 monuments étaient à traiter en 1991. 95 l'ont été effectivement. Les 5 autres restent à étudier en 1992. Il s'agit des monuments de l'Ile
  • Gaignoc à LANDEDA et de l'Ile Carn à PLOUDALMEZEAU d'une part et des monuments de Ty-arc'huré à CROZON, Mendy et Guernévez à SAINT-GOAZEC . Ces trois derniers qui n'ont pu être retrouvés du fait soit de la végétation soit d'une cartographie antérieure erronée nécessiteront une
  • recherche approfondie. En 1992, seront à traiter, en sus des 5 monuments cités cidessus, les 90 monuments restants, de l'arrondissement de QUIMPER. La présente étude comprend: - Le repérage topographique de chaque monument sur fond cartographique au 1/25000 et sur extrait cadastral. - La
  • situation foncière de chaque monument. - Une description sommaire insistant sur les éventuels problêmes de conservation et menaces potentielles. - Une couverture photographique sommaire faisant ressortir les principales caractéristiques des vestiges et de leur environnement . Les
  • prestations sont fournies en 2 exemplaires, un exemplaire relié avec tirage papier pour les clichés et un exemplaire non relié avec les originaux des diapositives. Le rapport de 1992 comportera, sur le modèle de ce que l'on avait fourni pour les COTES D'ARMOR, une synthèse générale des
  • données faisant apparaître la répartition géographique, l'état de la documentation, la situation foncière, l'environnement et l'état des monuments ainsi que les dégradations constatées, le fléchage, la mise en valeur et la fréquentation des monuments. A . PR0V0ST Dénomination
  • : BANNALEC - ALLEE COUVERTE DE L ' EGLISE-BLANCHE , y compris une bande de terrain de 2m de large au-delà des dalles latérales de chaque côté et de 5m de large au-delà des pierres de couverture sur la longueur. Autre lieu-dit ou appelation Classement : M. H. le 30-10-1973. Références
  • chemin communal ennoyé . Visite ou opération antérieure : G.-L. Le Roux, 1970. Description du monument : Allée couverte d'au moins 12m de long, encastrée dans un talus. Les dalles et supports émergent très partiellement du talus. Environnement, état des lieux : Le monument est
  • toujours enclavé sous le talus, encombré de branches d'arbres pourrissantes. Il reste à la merci de tout "nettoyage" intempestif . Impact de la fréquentation, dégradations : Le dessouchage consécutif à la chute des arbres lors de la tempête de 1987 a peu-être déplacé deux dalles
  • visibles côté chemin. D'autre part, un passage par-dessus le talus af fouille légèrement deux piliers. Divers Sources : Monument : sans doute vierge de toute Flagelle, 1877, p. 3. Du Chateliier, 1907, p. 343. fouille. Dénomination : BANNALEC - ALLEE COUVERTE DE KERMAOUT , y
RAP00456.pdf ((22)(35). nord de la haute Bretagne. rapport de prospection inventaire)
  • (22)(35). nord de la haute Bretagne. rapport de prospection inventaire
  • CIRCONSCRIPTION DE BORDEREAU RECAPITULATIF HISTORIQUE BRETAGNE . Date d'envoi- .Octobre.] 990 RAPPORT DE . PJŒ5P£CJJX)N. INVENTAIRE. COALISAT ION I Ile-et-Vilaine et Côtes d'Armor Département Commune. Lieudit : du cadastre. I. G. N. ...... local. Cadastre Coordonnées
  • Lambert JATES Ay By : Ax : Bx Autorisation (n°, date) Intervention (début et fin) 90-18 H 30 Avril 1990 toute 1 'année Années antérieures d'intervention. OTERVENT ION L; LANGOUET Responsable Motif d'intervention Surface fouillée... Estimation de l'étendue du gisement... ITE
  • divers gisements, archéologiques Nature du gisement. Nature des découvertes effectuées. préhistoriques et historiques Périodes chronologiques. 3SERVATIONS Rapport en plusieurs tomes WTENU DU Rapport scientifique... )SS 1ER Plans et coupes oui oui oui oui Planches et
  • dessins Photographies légendées. r Alt. PROSPECTION ARCHEOLOGIQUE EN HAUTE-BRETAGNE RAPPORT 1990 Tome I : texte de synthèse CENTRE REGIONAL D'ARCHEOLOGIE D'ALET LA PROSPECTION ARCHEOLOGIQUE DANS LE NORD DE LA HAUTE-BRETAGNE RAPPORT En 1990, cette activité a été encore
  • importante au sein du Centre Régional d'Archéologie d'Alet (Ce.RAA.). Une quinzaine de prospecteurs y ont travaillé en apportant chacun des données sur des sites généralement inédits. Parmi ces prospecteurs, deux, L. LANGOUET et L. ANDLAUER, ont assuré la prospection aérienne, les autres
  • ont travaillé essentiellement au sol. Les moyens accordés en 1990 ont été les suivants : - 20000 F par le Ministère de la Culture, - 20000 F par le Conseil Général d'Ille-et-Vilaine. Les résultats de ces prospections ont été les suivants : - 72 sites traités en Ille-et-Vilaine
  • , dont 56 % par voie aérienne, - 134 sites traités dans les Côtes-d'Armor, dont 82 % par voie aérienne. Le détail de ces découvertes est donné dans des volumes annexes joints à ce présent rapport. Ils seront publiés, comme les années antérieures, dans le volume ordinaire, N°18-1990
  • , de notre publication Les Dossiers du Ce.RAA. qui est diffusé à 350 exemplaires. L'année 1990, pour la prospection aérienne, n'a pas eu le même rendement qu'en 1989, la sécheresse n'ayant pas eu les mêmes caractéristiques. Toutefois les résultats ont été excellents et bénéfiques
  • pour la recherche archéologique et la protection des sites. Les sites gallo-romains ont déjà été rentrés dans le fichier informatisé qui regroupe les données du Projet Collectif de Recherche "Archéologie du milieu rural en Haute-Bretagne aux époques pré-romaine et gallo-romaine". Ce
  • dernier arrive à une de ses échéances en Décembre 1990. Un rapport de synthèse est en cours de rédaction et la maquette de la publication de synthèse qui sera proposée aux Documents d'Archéologie Française ou à la Revue Archéologique de l'Ouest sera terminée simultanément. D'une part
  • les apports de la prospection sont fondamentaux dans cette recherche collective ; d'autre part le Ce.RAA. y a une part très active. De plus les découvertes ont été déclarées au fur et à mesure à la Circonscription des Antiquités de Bretagne, ce qui a permis d'alimenter très
  • rapidement et substantiellement le Carte Archéologique de la France. 1990 a aussi été, pour notre Centre, une année de diffusion et de mise en valeur des apports de la prospection archéologique. Le volume supplémentaire N°L-1990 des Dossiers du Ce.RAA., intitulé "Le Passé vu d'avion dans
  • le nord de la Haute-Bretagne ; apports de la prospection aérienne et la sécheresse de 1989" a été diffusé à ce jour à plus de 400 exemplaires, en France et à l'étranger. D'ailleurs L. LANGOUET a été invité comme conférencier, le seul français, à la réunion annuelle des
  • prospecteurs aériens de GrandeBretagne pour présenter la typologie des enclos à fossés arasés élaborée par L. LANGOUET et M.Y. DAIRE et publié dans le N°L-1990. De plus le Ce.RAA. a activement participé à la réalisation d'une exposition grand public intitulée "Le Passé vu du ciel" conçue
  • par l'ensemble des prospecteurs aériens de la Haute-Bretagne. Cinq fascicules d'accompagnement ont simultanément été édités. Le Ce.RAA. a été le coordinateur financier. L'opération a été rendue possible par les aides financières assurées par le Conseil Général d'Ille-et-Vilaine
  • , par le Ministère de la Culture, par la Fondation Electricité de France et par l'Institut Culturel de Bretagne. En fait cette exposition se compose de quatre expositions s'appuyant sur quatre micro-régions de la Haute-Bretagne. Toutes les expositions connaissent un grand succès
  • comme le prouvent leurs circulations. Le Ce.RAA. a aussi animé des stages scolaires de sensibilisation à la prospection au sol et assuré de nombreuses conférences sur le thème de la prospection aérienne. De plus, en Décembre 1990, doit être déposée la maquette d'un dossier
  • pédagogique, conçu par L. LANGOUET et M. GAUTIER, au Centre Régional de Documentation Pédagogique de Rennes, demandeur d'un tel document pédagogique. En 1991 la prospection sera poursuivie par le Ce.RAA. dans le nord de la Haute-Bretagne et étendue au sud du département de la Manche, son
  • Conseil Général ayant déjà garanti un financement de 20000 F pour cette opération. L. LANGOUET Les Dossiers du Ce.RAA., 18, (1990) CHRONIQUE DE PROSPECTION ARCHEOLOGIQUE 1990 EN HAUTE-BRETAGNE Loïc LANGOUET", Gabricllc FAGUET" et Louis ANDLAUER * Maître de Conférences à
  • l'Université de Rennes 1 ** Présidente de la Commission Prospection du Ce.RAA. En 1990, le Centre Régional dArchéologie d'Alct a obtenu des données nouvelles, inédites à raison d'environ 85 %, sur 206 sites ou structures archéologiques de la Haute-Bretagne. Le chiffre est légèrement
RAP01167.pdf (SAINT-MALO (35). cité d'Alet. chantier des cathédrales. rapport de fouille programmée)
  • SAINT-MALO (35). cité d'Alet. chantier des cathédrales. rapport de fouille programmée
  • D'ARCHEOLOGIE DE 1969 DE LA FOSSE Feu i He car p a r r o y é e m a è ~1oQ t r e m/m ) , ) 1971 s a u v e t a ç / e j ^ G R A P H i q U E TABLEAU DEÔ SIGNES CONVENTIONNELS T i p e p r i m i t i f (Granit) Emprise Tipe p r i m i t i f cJre s se en dalle des fou)Iles
  • A,l'une des deux groscer pierres situées derrière l e piédestal en p i e r r e blanche(voir rapport 1968 photo n ° l ) , é t a i t tombée,en a r r i è r e heureusement.Gravait aussi f o u i l l é l e long de l a route,côté Sud-Ouest et nous avons vu qu'une bande de t e r r e rouge,que
  • GEFFROY Inspecteur Central Honoraire du. Cadastre (travaux topographiques exécutés au cours des campagnes 1969-1970-1971)».. 200,00 f r s TOTAL».»500;00 f r s TOTAL............. 672,00 f r s Factures jointes DEVIS PREVISIONNEL DES DEPENSES POUR L*ANNEE 1972 DEPENSES Frais éventuels
  • archéclcg/cjue) Dalle Grami TRAVERS selon l'axe LA F Muran Argile jaune dressee DE TOSSE de fendei97 damé (Sol) PROFIL EU TRAVERS DE LAFOSS E F~ Coupe Verticale selon l'axe DE F G ì voie 1969 x • # • i (G
  • ancienne terre (Giacis duFcrb) M u n i d p 3 ^ DE LA EXPLOITATION 1969 DE: I — V I L L E DE SAINT-MALO CENTRE RÉGIONAL D'ETUDES ETDERECHERCHES D'ARCHEOLOUE DE SAINT A j L'ECUEF-LE DU Lamp agri e de 1/Î mètre) ANTIQUE SERVAN Tranché* C H A N T I E R B ( S T
  • PIERRE) DE. L A C I T E (Foui/Jes PLAN FOSSE. JD (1969) DALET ' y / U sauvetage) Tranchée £ (1969) TRANCHÉES H et I (J969) Chaussee d ricicline. Voie ancienne Emprise de découverte Tranchée LCHELE ES Planimetrìe: AltimètriG : DES RROFÌL5 PROFIL 1/5o (2cm par
  • mètre) 1/Z5 (4cm per mètre) EN LONG Verticale G 2eVoie la en découverte ine voie de. 19&9 (1969) DE LA selon laxe des 1969 ancienne de ia 2 ? vo ie Chaussée de ancienne *Vj^B/ocQge de la >, - X . N , N t > Coupe C/o tare du Verticale Chantier DE TRAVERS
  • selon l'axe LA FOSSE F Grami Couche F(oc Mur P r i m i t i f | ... ^ voit t t e ancienne de Destruction ( ô r a n i ancien TABLEAU DES S Ì G N E S A ssie ¿intienne BLF ' i Chaussée (1970) . Dalle de EN fouilles 1970 - ana< A r i e t t e PROFIL 1969
  • ancienne Déblais y— en de la Z* O!Û W / / Ï y CONVENTIONNELS ^ rimi V A ^ Assiette 1969 Tranchées r\oc (urani primitif dressé en c/alle et Emprise de 1969 cj inclinée Fou/JJes de Parois des Roc Primitif r *X \ • Dalle de Granit R e l i e f du des / 9 7 o
  • fouilles en de au en 1969 et cours des 197° Clôture et Pi fouilles \ O 5 i i r l î* ni, u Ò- ift, W •Cl I b ib cî n • f î - re> OM S S' res X > < 5' z 6 m S r- r r PTi n S ö H w ^Cn s m % rr> O fU f m i s rt. 0> D è o «T C/5
  • L E DE SAINT-MALO CENTRE RÉGIONAL D'ETUDES ET DE RE CHERCHES D'ARCHEOLOGIE DE CHANTIER PLAN B B 1 SERVAN SAINT DALET (STPIERRE)DE LA CITE À L'ECHELLE OU h}/50 Campagne (Fouilles de ANTIQUE (2,CMpour FMETRE^ 1969 (. » » sauvetage) Poteau i Pottau 2 • t
  • EXPLOITATION VILLE CENTRE 'REGIONAL DE S A I N T - M A L O D'ETUDES d e CHANTIER PLAN B ECHELLE S a í n t - S e r v a n D E L A C A M P A G N E i H e ^ d e R Plan a l'Echelle du 1/So ANTIQUE ( 2 c m — ( («STPIERREJDE L A C I T E D ' A L E T N°6 { F o u ET DE RECHERCHE S
  • (Granit) incliné ç F o u , ' / / e s de P a r e i l des T e r r a i n de (Anciens Couche (Dépotoir -DeUajs 197o glacis Je remblais du F o r t ) a r c h é o l o g i q u e ou Cou che de Destructor de |s feu tilts e t de 1 9 J 1 Je 1 9 7 1 vert/od/es Tranchées VILLE DE
  • SAINT-MALO ooooooo 1 CHANTIER DE FOUILLES D'ALET à SA INT-SERVAN s/MES RAPPORT POUR L'ANNEE 1971(15 Mai au 1er Octobre) Cette année l e résultat de l a campagne de f o u i l l e s a été peu fructueux Plusieurs causes à cela,toujours l e s mêmes ; l e s c r é d i t s i n s u f f i s
  • a n t s pour l'emploi d'engins mécaniques nécessaires à l'enlèvement de 0,80 m à 0,90 m de terre inutile»avant d'atteindre l a couche archéologique,et l'absence de f o u i l l e u r s ou plutôt l ' i r r é g u l a r i t é de leur présence sur l e s chantiers.Nous avions décidé
  • ,cette année,de reprendre l e s f o u i l l e s sur l e s deux chantiers,en p a r t i c u l i e r l e chantier A,abandonné depuis deux ans en faveur du chantier B . Le samedi 13 Mars,nous fûmes a v e r t i s par un employé de l a V i l l e , q u e des ouvriers en creusant une tranchée
  • en direction du Fort,avaient découvert une pierre(?)ronde,en granit»Nous sommes a l l é l a v o i r l e lendem a i n j i l s ' a g i s s a i t d'une meule en p a r f a i t état de conservation.Nous l'avons enlevée et mise en l i e u sûr. La coupe de c e t t e meule est trapézoîd
  • a j e j l e s deux faces sont légèrement concaves et ne sont pas p a r a l l è l e s . La face supérieure a pour diamètre: 0'28 m et l a face inférieure:0,^2 m. I l y a ua|trou central de 9,09 m de diamètre et m autre,carré,de 0,075 m, sur l a face l a t é r a l e . L e s
  • hauteurs,diamétralement opposées,sont de 0,13 m et de 0,09 m.Cette meule provient probablement d'un moulin domestique. (PL.1-Photos 1-2-3). Ce même jour nous avons v i s i t é l e s chantiers et nous avons constaté q u ' i l s avaient p i l l é s et f o u i l l é s . S u r l e chantier
  • nous avions l a i s s é e en bon état et où l ' o n trouvait des tessons, é t a i t écroulée et l a terre écrasée et é p a r p i l l é e . Chantier B,saboté également et l e dallage d ' a r g i l e , d e r r i è r e l e mur à ciment p e i n t » f o u i l l é anarchiquement.Lorsque
RAP02604.pdf (PLOUHINEC (56). villa gallo-romaine de Mané-Véchen. étude des plafonds peints)
  • PLOUHINEC (56). villa gallo-romaine de Mané-Véchen. étude des plafonds peints
  • ., SALVADORI M., Siffiti e pavimenti : un repertorio comune, dans Plafonds et voûte à l'époque antique, Actes du Vlllle colloque international de l'AIPMA, Budapest-Veszprém, 15-19 mai 2001, Budapest, 2004, p.45-54. 31 Salle AC La salle AC est un grand vestibule axial de l'aile
  • Centre d'Étude des Peintures Murales Romaines Abbaye Saint-Jean-des-Vignes 02 200 Soissons 03 23 74 58 34 - appa.cepmi@free.fr Mané-Véchen Villa gallo-romaine (Morbihan) Etude des plafonds peints Responsables des études Clotilde Allonsius (AN) Sabine Groetembril (AM
  • -AT) Myriam Tessariol (AC) D.a.o-infographie Jean-François Lefèvre Avec la collaboration de Lucie Lemoigne Mélodie Bonnat Mars 2010 Ce rapport ne peut être utilisé sans l'autorisation écrite du responsable du CEPMF SOMMAIRE INTRODUCTION p.3 I. Etat de conservation et traitement p
  • . 5 1) AM-AN 2) AT p.5 p.7 Salle AN p.9 A. Observations techniques 1) Mortier 2) Tracés préparatoires et aspect de surface 3) Pigments B. Description du décor C. Etude stylistique p.9 p. 12 p. 13 Salle AM p.15 II. III. IV. V. Ensemble I p. 16 A. Observations
  • techniques 1) Mortier 2) Tracés préparatoires et aspect de surface 3) Pigments B. Description du décor C. Etude stylistique p. 16 p. 18 p. 19 Ensemble II p.20 A. Observations techniques 1) Mortier 2) Tracés préparatoires et aspect de surface 3) Pigments B. Description du décor C
  • . Etude stylistique p.20 p.23 p.24 Stuc p.25 Portique AT p.27 A. Observations techniques 1) Mortier 2) Tracés préparatoires et aspect de surface 3) Pigments B. Description du décor C. Etude stylistique p.27 p.29 p.31 Salle AC p.32 A. Observations techniques 1) Mortier 2
  • ) Tracés préparatoires et aspect de surface 3) Pigments 4) Indice architectural B. Description du décor C. Etude stylistique p.32 CONCLUSION p.35 p.35 p.37 2 INTRODUCTION Le présent rapport rassemble l'étude des plafonds provenant de diverses salles de l'aile sud : AM, AN et AT et
  • également de l'espace AC de l'aile occidentale. AM et AN sont deux pièces axiales en enfilade par lesquelles on entrait dans la villa. Elles divisent l'aile en deux modules architecturaux probablement symétriques (la partie occidentale ayant disparu sous l'action de l'érosion du littoral
  • ). Elles permettent d'accéder directement à la cour centrale ou, par les galeries AT et AR, aux salles des deux modules. L'étude des peintures de ces salles s'inscrit dans la continuité et le suivi des découvertes des fouilles programmées de la villa de Mané-Véchen. Ont déjà été
  • étudiées, au Centre d'Etude des Peintures Murales Romaines de Soissons, les peintures de la galerie E (2002), de la salle J (2005), de la salle AB (2006), de la salle BF (2009).1 Fig. 1 : Plan de la villa de Mané-Véchen : état 2. (Relevés : A. Provost, DAO : B. Giraud, C. Driard) 1
  • GROETEMBRIL S., Les peintures de la galerie E de la villa de Mané-Véchen, Rapport d'étude CEPMR, septembre 2002, inédit. GROETEMBRIL S., Les peintures de la salle J de la villa de Mané-Véchen, Rapport d'étude CEPMR, septembre 2005, inédit. BOISLEVE J., Etude des peintures de la salle AB
  • , Rapport d'étude CEPMR, décembre 2006, inédit. BOISLEVE J., Etude des stucs de la salle BF, Rapport d'étude CEPMR, mars 2009, inédit. 3 0 IOIU Axonométrie de la villa. Hypothèse de travail (doc. A. Provost) I. Etat de conservation et traitement 1) AN et AM Les enduits peints
  • provenant des salles AN et AM présentaient le même état de conservation désastreux. Déjà, lors de la fouille, les fragments présentaient une grande fragilité due au contexte de destruction : écrasement par l'effondrement de la toiture et incendie. Les plaques présentaient une
  • fragmentation extrême et le mortier était devenu très friable et pulvérulent, délicat à manipuler. Pour cette raison, les plaques en connexion ont été prélevées par encollage, la plupart par le revers. Pour l'étude, l'ensemble des peintures a dû être nettoyé. Cette étape fut longue et
  • délicate. Une couche noirâtre couvrait la couche picturale et occultait en grande partie le décor. Cette couche ne partait pas aisément à l'eau comme d'ordinaire, son aspect gras et incrusté était sans doute lié à la présence de cendre mêlée à la terre. Nous avons dû utiliser une
  • solution tirée de l'AB57 © de P. Mora2 : mélange de bicarbonate d'ammonium (30g) et de bicarbonate de sodium (50g) dilués dans un litre d'eau. Il s'agit d'une solution désincrustante qui facilite la dissolution des sels et des dépôts organiques (comme la cendre). Cette solution
  • nettoyage précautionneux à l'eau ait été réalisé, les pertes étaient inévitables et les consolidations nécessaires (Primai E330 ©). Les plaques encollées par le revers le sont restées. 2 3 MORA P. et L, PHILIPPOT P., La conservation des peintures murales, Centre International d'Etude
  • pour la Conservation et la Restauration des Biens Culturels, Bologne, 1977. Résine copolymère acrylique en émulsion aqueuse. 5 Fig. 6 : AN, Plaque 2 C après nettoyage Après nettoyage, la couche picturale s'est révélée complètement altérée par le feu. L'ensemble du décor
  • apparaissait désormais dans des nuances de rouge. Il est donc impossible de savoir avec certitude quelles étaient les tonalités originales. Cependant, nous savons, suite à diverses observations de cas, que : - toutes les ocres (rouge, jaune, beige, marron,...), exposées à la chaleur ou au
  • feu, virent en différentes nuances de rouge, dès une température supérieure à 200°, et au brun à très haute température. - le bleu lui reste identifiable, car il est déjà le résultat de cuisson à température élevée, - le blanc reste blanc ou devient parfois grisâtre, - le rose peut
RAP03817 (QUIBERON (56). Beg er Vil : un habitat de chasseurs-cueilleurs maritimes de l'Holocène. Rapport de FP 2019)
  • QUIBERON (56). Beg er Vil : un habitat de chasseurs-cueilleurs maritimes de l'Holocène. Rapport de FP 2019
  • Beg-er-Vil (Quiberon, 2019) Beg-er-Vil à Quiberon Un habitat de chasseurs-cueilleurs maritimes de l’Holocène Première année de post-fouille Décembre 2019 N° de site : 56 186 0007 / Arrêté : 2019-152 du 3 mai 2019 Responsable (Archéologie) : Grégor Marchand Coresponsable (Paléo
  • -environnement) : Catherine Dupont Travaux réalisés avec le concours de : Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS) Université de Rennes 1 Service Régional de l’Archéologie de Bretagne 1 Beg-er-Vil à Quiberon Un habitat du Mésolithique sur le littoral du Morbihan Première année
  • de post-fouille Décembre 2019 N° de site : 56 186 0007 Arrêté : 2019-152 du 3 mai 2019 Responsable (Archéologie) : Grégor Marchand Coresponsable (Paléo-environnement) : Catherine Dupont Contributions de : Oriane Digard (Université de Rennes 2) Jorge Calvo Gomez (Université de
  • Rennes 1) David Cuenca Solana (Université de Santander) Claire Gallou (CNRS - Université de Rennes 1) Marine Gardeur (Université de Toulouse Jean-Jaurès) Anaïs Hénin (Université de Rennes 2) Benjamin Marquebielle (Université de Toulouse Jean-Jaurès) Diana Nuskushina (Université de
  • Lisbonne) Marylise Onfray (Université de Paris 1) Travaux réalisés avec le concours de : Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS) Université de Rennes 1 Service Régional de l’Archéologie de Bretagne Conditions d’utilisation des documents Les rapports d’opération
  • archéologique (diagnostic, fouille, document final de synthèse, sondage, sauvetage…) sont des documents administratifs communicables au public, en application de la loi n° 78-753 du 17 juillet 1978 modifiée et portant diverses mesures d’amélioration des relations entre l’administration et le
  • public. L'accès à ces documents administratifs s’exerce auprès des administrations qui les ont élaborés ou qui les détiennent, au choix du demandeur et dans la limite de leurs conditions d’accueil. La mise en ligne des rapports par le SRA Bretagne a pour objectif de faciliter cette
  • consultation. La consultation et l’utilisation de ces rapports s’effectuent dans le respect des dispositions du code de la propriété intellectuelle relatives aux droits des auteurs. Notamment en application de l'article L.122-5 du code de la propriété intellectuelle, cela implique que : 1
  • ) les prises de notes et les copies ou autres formes de reproduction sont autorisées dans la mesure où elles sont strictement réservées à l’usage privé du copiste et non destinées à une utilisation collective; 2) toute reproduction du texte, accompagnée ou non de photographies
  • , cartes ou schémas, n’est possible que dans le cadre de courtes citations qui doivent être justifiées, par exemple par le caractère scientifique de l’œuvre à laquelle elles sont incorporées, et sous réserve de l’indication claire du nom de l’auteur et de la source (références exactes
  • et complètes de l’auteur, de son organisme d’appartenance et du rapport); 3) la représentation ou la reproduction d’extraits est possible à des fins exclusives d’illustration dans le cadre de l’enseignement et de la recherche, dès lors que le public auquel elle est destinée est
  • majoritairement composé d'élèves, d'étudiants, d’enseignants ou de chercheurs directement concernés, et que son utilisation ne donne lieu à aucune exploitation commerciale. Le non-respect de ces règles constitue le délit de contrefaçon prévu et sanctionné par les articles L.335-2, L.335-3 et
  • suivants du code de la propriété intellectuelle. Renseignement : DRAC Bretagne : http://www.culture.gouv.fr/Regions/Drac-Bretagne Service Régional de l’Archéologie - Centre de documentation archéologiqu Campus universitaire de Beaulieu - Avenue Charles Foulon - 35700 Rennes 01/09/2018
  • II l i&ud • Îigo.'i,,• • F::t•••tii lt,l R~PUOUQ.UE F~ PRÉFET OE LA RÉG ION BRETAGNE ()irection ré~ i o n nle des 11 l'fair
  • archéologique programmée La Préfète de ln région Brctagoe Préfète d 'Ille-et-Vilaioe VU le code du patrimoine et notamment son livre V ; V(; le décret d u 30 octo bre 2018 portant nominatio n de Mme Michèle KIRRY, préfete de la region Bretagne, préfète de la zone défense et de sécurité
  • Ouest, pré fète d'IIle-et-Y ilaù1e ; VU l'arrête préfectoral n° 2018 DRAC'lDSG e n date du 19 novembre 20 18 pOI'tant délégation de signature à M. Michel ROUSSEL, Directeur régional des affaires culturelles de Bretagne; VU l'an·êté préfectoral en date du 21 novembre 2018 portant
  • subdélégation de signature; VU le do~sier de demande de fouille archéologique programmée intitulée « Beg-er-Vil" présentée par M. Grégor MARCHAl'-."0, reçue à la Direction régionale des affaires culturelles de Bretagne, Service régional de l'a rchéologie, le 21 septembre 20 18. V(; l'avis
  • de la commissio n territoriale de la rec herche archéologique (CTRA) en date des 5, 6 et 7mars 2019 ARRÊTE Article 1" : M. Grégor tv1ARCHAi'iD est autorisé, e n qualité de responsable scie ntifique, à conduire une opération de fouille archéologique programmée à pattir de la
  • notificatio n du présent arrêté j usqu'au 31 décembre 201 9 sise en : Région: Bretagne Département : Mo rbihan Commune : QlJlBERON Localisation :Pointe de Beg-er-Vil Intitulé de l'opération: Beg-er-Vil Orgat\isme de rattachement : Centre National de la Recherche Scie ntifique - Délégation
  • régionale 17 Article 2 : prescriptions générales Les recherches sont effectuées sous la surveil lance du Conservateur régional de l'archéo logie territorialement compétent ct conformément aux prescriptions imposées pour assurer le bon déroulement scientifique de l'opération. Le
RAP02095.pdf (RENNES (35). "rue de Carthage". dfs de diagnostic)
  • opération préventive de diagnostic
  • RENNES (35). "rue de Carthage". dfs de diagnostic
  • topographique de la ville de Rennes. Voir notamment : Ogée, Marteville 1843, p. 546-47 ; Vatar 1847, Toulmouche 1847, p. 203 et suivantes, Banéat 1926, p. 154, Banéat 1929, p. 204-205, Merlat 1958-59, Bousquet 1969 et 1969-70, Pape 1984, p. 40. 2 7 2) Résultats du diagnostic. a) La
  • du XIX e s et 1968-69, lors de la construction du Cinéma Gaumont. Malheureusement lors de cette dernière opération, aucun relevé précis n'a été effectué et jusqu'à ce jour le mur antique ne pouvait être positionné précisément sur le plan cadastral du quartier. De la même manière
  • actuel de la ruelle du Cartage. Figure 7 Echelle 1/IOOe Figure 8: Projection de l'escalier et restitution de la position de la poterne à partir des clichés de 1968-69 Figure 9: Projection de l'escalier et restitution de l'altitude de la poterne à partir des clichés de 1968-69
  • . 1983). - Banéat 1929 : BANEAT (P.). - Le département d'Ille-et-Vilaine, Rennes 1929. - Bousquet 1969: BOUSQUET (J.).- "Nouvelles inscriptions de Rennes", Annales de Bretagne, 76, 1969, p. 275-279. - Bousquet 1969-70 : BOUSQUET (J.).- " Travaux de la direction des antiquités
  • historiques de Bretagne ", Bull. Soc. Hist. Arch. Bretagne., 1969-70, p. 76. - Guilleux 2000 : GUILLEU (J.). - L'enceinte romaine du Mans, Saint-Jean d'Angely, 2000. - Lenoir 1986 : LENOIR (M.). - Le camp romain et l'urbanisme hellénistique et romain, dans La fortification dans l'histoire
  • drac-sra OE REC.HiRCHES ARCHÉOLOGIQU£S PR-ÉVENTIVES . : v + 2 0 JUIN 2005 COURRIER ARRIVE^ Rapport de diagnostic 2005 RENNES Rue du Cartage (llle-et-Vilaine) Février2005 N° de prescription 2004/140 INRAP Direction interrégionale Grand-Ouest : 37, rue du Bignon, CS
  • 67737 35577 Cesson-Sévigné Cedex Sommaire I. Données administratives et techniques II. Données archéologiques 1. Le contexte archéologique p. 3 p. 7 p. 7 2. Résultats p. 8 III.Conclusion : Les apports à la compréhension de l'évolution du quartier p.14 Bibliographie p.16
  • Crédit photographique Clichés anciens : collection Musée de Bretagne Clichés de fouille : D. Pouille INRAP I Données administratives et techniques FICHE SIGNALETIQUE Département : llle-et-Vilaine C o m m u n e : Rennes Lieu-dit ou adresse : Rue du Cartage, Galeries Lafayette
  • . Cadastre : Section(s) et parcelle(s) : A C 539, 752, 1005. Coordonnées Lambert : Abscisses : Ordonnées : Altitude : 32 à 28,67. m NGF/IGN Propriétaire du terrain :Société Nouvelle des Galeries "G". Arrêté de d é s i g n a t i o n n° : 2004-212 Arrêté de prescription n° : 2004-140
  • Titulaire : D. Pouille Organisme de rattachement : I N R A P Motif de l'intervention : projet d'extension de l'établissement Exploitant : Dates de l'intervention : 9/02/2005 au 17/02/2005 Surface diagnostiquée 160m2 LISTE D E S I N T E R V E N A N T S Intervenants scientifiques S R
  • A : P.-A. Besombes INRAP : D. Pouille, M. Baillieu. Intervenants t e c h n i q u e s (INRAP). Technicien : A. Desfond (terrain et DAO). Terrassements mécaniques : entreprise Schmitt / 35 B E T T O N Intervenants administratifs S. Deschamps Conservateur Régional de l'Archéologie
  • . INRAP, Direction interrégionale : G. Aguesse. PRESCRIPTIONS L'ARCHEOLOGIE SCIENTIFIQUES DU SERVICE REGIONAL DE Objectifs : « Dans la continuité du suivi archéologique mené depuis plusieurs années sur les secteurs sensibles sur l'emprise de la ville antique et médiévale de
  • Rennes, l'emprise concernée est localisée dans un environnement ayant fait l'objet de plusieurs opérations notamment pour la période antique. L'intérêt majeur de cette opération est de pouvoir s'approcher du rempart antique de Rennes et mettre en évidence d'éventuels niveaux antiques
  • associée». Principes m é t h o d o l o g i q u e s : « Principes adaptés aux diagnostics archéologiques: série de tranchées/sondages au godet lisse mécanique jusqu'à la cote 26.55 et ouverture de fenêtres de décapage si nécessaire dans les zones à forte densité. Sondages d'évaluation
  • non-destructeurs du potentiel des vestiges mis au jour. » N.B. La cote sus mentionnée doit être corrigée et ramenée à 28.67m NGF/IGN. CONTRAINTES TECHNIQUES II s'est avéré nécessaire d'effectuer le diagnostic sous forme de surveillance de terrassement sur la totalité de l'emprise
  • concernée en raison de la présence d'épaisses longrines de béton et de maçonneries modernes en travers de la zone à sonder. Celles-ci auraient empêché la réalisation de la tranchée projetée. La conduite de cette opération a demandé la présence simultanée de l'entreprise de terrassement
  • , de l'entreprise C B L et du personnel de l'INRAP sur le terrain. Compte tenu de la présence des entreprises il a été nécessaire de limiter au maximum les arrêts de chantier pour la réalisation des observations et relevés. 5 E L E M E N T S DU DIAGNOSTIC Surface du projet
  • d'aménagement : 160m2 Surface diagnostiquée : 160m2 Contexte géographique et géologique : Bas du versant sud de la colline Saint-Melaine ou du Thabor situé dans une zone proche des terrains marécageux bordant la Vilaine. Le terrain naturel est constitué par d'anciennes terrasses alluviales
  • surmontant le socle rocheux. Méthode de diagnostic : Exceptionnellement cette intervention n'a pas été menée comme un diagnostic traditionnel. La nature des vestiges exhumés a permis la réalisation de l'observation archéologique au fur et à mesure de l'avancement des terrassements. Un
  • relevé photographique accompagné d'un positionnement altimétrique et spatial des vestiges a été effectué. Le tout a été complété par un sondage manuel au pied de la maçonnerie exhumée. Pour l'élaboration du rapport de diagnostic, une importante phase de recherches en archives visant à
RAP03937 (SAINT-JOUAN-DES-GUERETS (35). ZAC Atalante : du Néolithique à l'actuel, une occupation diachronique en Clos Poulet (tranche 2). Rapport de fouille)
  • SAINT-JOUAN-DES-GUERETS
  • opération de sauvegarde par l'étude
  • SAINT-JOUAN-DES-GUERETS (35). ZAC Atalante : du Néolithique à l'actuel, une occupation diachronique en Clos Poulet (tranche 2). Rapport de fouille
  • Fouille archéologique Rapport d’opération Saint-Jouan-des-Guérets, ZAC Atalante (Ille-et-Vilaine) Du Néolithique à l’Actuel, une occupation diachronique en Clos Poulet - Tranche 2 - Volume 1 : Le Néolithique, l'âge du Bronze et l'âge du Fer sous la direction de Anne-Louise
  • Hamon Inrap Grand Ouest Septembre 2020 Fouille archéologique Rapport d’opération Saint-Jouan-des-Guérets, ZAC Atalante (Ille-et-Vilaine) Du Néolithique à l’Actuel, une occupation diachronique en Clos Poulet - Tranche 2 - Volume 1 : 35284 sous la direction de Coauteurs Anne
  • Entité archéologique Arrêté de prescription Système d’information Code Inrap n°- Code INSEE Le Néolithique, l'âge du Bronze et l'âge du Fer Sommaire - Vol. I I - Données administratives, techniques et scientifiques 14 Fiche signalétique 15 Mots-clefs des thesaurus 16
  • Intervenants 19 Localisation de l’opération 20 Notice scientifique 21 État du site 23 Arrêté de prescription 34 Arrêté modificatif de prescription 38 Autorisation de fouille - Tranche 2 40 Projet scientifique d’intervention II - Résultats - Partie I 61 1 Mise en place de
  • l’opération 61 11 Contexte administratif 63 12 63 63 63 63 63 63 64 65 66 67 67 68 68 70 71 13 71 73 73 73 74 Conditions de l’intervention 121 Organisation du chantier, hygiène et sécurité 1 2 1 1 DICT, gestion des réseaux 1 2 1 2
  • Cantonnement 122 Mode opératoire 1 2 2 1 Méthode de travail et difficultés rencontrées 1 2 2 1 1 Le décapage 1 2 2 1 2 La fouille 1 2 2 1 3 Les méthodes d’enregistrement 1 2 2 2 Météorologie 1 2 2 3 Rebouchage des excavations 1 2 2 4  Le travail de postfouille 1 2 2
  • 5 Communication et diffusion des résultats 1 2 2 5 1 Visites de terrain 1 2 2 5 2 Diffusion des résultats de la fouille Contexte environnemental 131 Géographie, topographie, hydrographie 132 Géologie, sédimentologie 1 3 2 1 La géologie générale, 1 3 2 2 Le log
  • sédimentaire rencontré sur la fouille  1 3 2 3 l Le phénomène de litage des stratigraphies 75 14 76 76 76 76 77 77 77 77 78 80 80 80 81 81 82 82 82 82 82 83 85 87 2 90 21 Contexte archéologique 1 4 1 Le Néolithique 1 4 1 1 Les
  • sites dans les environs de la ZAC Atalante 1 4 1 2 Les diagnostics menés en 2008 et 2013 sur la Zac Atalante 142 Le Campaniforme 143 L’âge du Bronze et le premier âge du Fer 1 4 3 1 Dans les environs de la ZAC Atalante 1 4 3 2 Sur le site de la Zac Atalante  1 4 4 La
  • période gauloise  1 4 4 1 Dans les environs de la ZAC Atalante 1 4 4 2 Sur le site d’Atalante 145 La période gallo-romaine 1 4 5 1 Alet 1 4 5 2 Corseul 1 4 5 3 Le réseau viaire 1 4 5 4 Les vestiges gallo-romains mis au jour au cours des diagnostics 146 Le Moyen-âge
  • 1 4 6 1 Dans les environs de la ZAC Atalante 1 4 6 2 Sur le site de la ZAC Atalante 147 Les périodes moderne et contemporaine 148 Quatre interventions de sondages dans les alentours de la ZAC Atalante 149 Les résultats de la fouille de 2015 Les données de fouille Les
  • occupations du Néolithique 90 92 94 94 97 116 116 119 121 122 211 Un nouveau bâtiment du Néolithique moyen : le bâtiment 29 212 Les fosses de piégeage 2 1 2 1 Catalogues des fosses 2 1 2 1 1 Les fosses en W 2 1 2 1 2 Les fosses ovalaires et circulaires  2
  • 1 2 2 Commentaires et discussion sur les fosses de piégeage découvertes en 2015 et 2017 2 1 2 2 1 Les caractéristiques physiques des fosses 2 1 2 2 2 La répartition spatiale des fosses 2 1 2 2 3 L’appartenance chronologique des fosses 2 1 2 2 4 Insertion dans
  • 2597 148 2 2 3 5 La fosse 2623 148 224 Les structures annexes : petites fosses et trous de poteau 150 225 Le mobilier céramique (X. Hénaff) 151 226 Observations et commentaires sur le cimetière 151 2 2 6 1 Des convergences notables avec d’autres cimetières bretons
  • de l’âge du Bronze ancien 158 2 2 6 2 Insertion du site de Saint-Jouan-des-Guerets dans les problématiques bretonnes sur les cimetières de l’âge du Bronze 160 23 Un bâtiment circulaire (premier Age du Fer) : le bâtiment 23 160 160 163 163 164 165
  • 169 231 Descriptif 2 3 1 1 Le fossé circulaire F 2676  2 3 1 2 Des trous de poteaux en fond de tranchée : 2 3 1 3 Le trou de poteau central F 2672 2 3 1 4 Architecture du bâtiment 23 232 Discussion et comparaisons 233 Datation et interprétation du bâtiment 171
  • L’habitat élitaire du second âge du Fer 24 172 174 174 174 175 175 178 241 L’enclos 1 (200 à 150 av. n.è.) 2 4 1 1 Descriptif des fossés 2 4 1 1 1 Le côté nord : le fossé 1339 2 4 1 1 2 Le côté ouest : le fossé 943 2 4 1 1 3 Le côté sud : le fossé 980 2 4
  • 1 1 4 La façade est : les fossés 960 et 957 : 2 4 1 2 Commentaires sur l’enclos 1  179 181 181 186 190 190 242 L’enclos 2 (200 à 150 av. n.è.) 2 4 2 1 Descriptif des fossés 2 4 2 1 1 L’enclos principal 2 4 2 1 2 Les fossés complémentaires à
  • Le fossé ouest F940 2 4 3 1 3 Le fossé sud F1070 2 4 3 1 4 La façade est de l’espace 3A : les fossés 1300 et 1160 2 4 3 1 5 Commentaires sur l’enclos 3, espace A 2 4 3 2 L’enclos 3, les espaces annexes B et C 2 4 3 2 1 L’espace 3B : Les fossés 1100, 1248 et 1253
  • L’enclos 4 : les espaces 4A, 4B, 4C et 4D 2 4 4 1 Les espaces 4A et 4B : Le fossé nord F2000 2 4 4 2 L’espace 4B : Le fossé est : F1780 nord 2 4 4 3 L’entrée orientale de l’enclos 4 2 4 4 3 1 Les étapes de fouille (Fig 183) 2 4 4 3 2 L’empierrement 2737 2 4 4 3 3
RAP00482.pdf ((22)(35). arrondissements de Dinan)
  • (22)(35). arrondissements de Dinan
  • réservé E - DOCUMENTATION à Straetares repérées Caitriles ai des fossés non sel (1) Naméri aatear 22048-84-12 Date de prise de rie (2) PHOTOGRAPHIES Directiaa de prise de rae (I) Août ' - divers es (') » il dinar dais la mcsare de pissible. I') Mer lu net prises Ant
  • LA PROSPECTION AERIENNE En 1984,1e Centre Régional d'Archéologie d'Alet a assuré une soixantaine d'heures de survol aérien dans les arrondissements de DINAN et SAINT MALO.L 'équipe des prospecteurs aériens est constituéepar : - Loïc LANGOUET, Maître Assistant - Louis ANDLAUER
  • .Colonel en retraite de l'Armée de l'Air. Les vols se sont déroulés d'Avril à Août 1984 inclus. La zone couverte est indiquée sur le plan joint. L ' altitude des vols a été généralement de 1000 pieds mais les photographies ont été parfois prises à des altitudes plus basses. Trois types
  • d'avions ont été utilisés : - un Rallye à ailes basses - un CESNA à ailes hautes - un piper à ailes basses. Pour rentabliser les vols de l'été, les survols ont été orientés vers des gisements déjà localisés au sol. Par contre pour le printemps, les vols étaient anarchiques pour
  • localiser le maximum de structures ,1e plus souvent des enclos , rendus visibles par la rapide croissance de la végétation (fin Avril-début Mai) mais non localisés généralement par les prospections au sol. Le bilan est très positif , atteignant une efficacité comparable à celle de 1976
  • , année célèbre en prospection aérienne. Les fiches de déclaration ont été envoyées à la Direction des Antiquités de Bretagne le plus rapidement possible avec un exemplaire des photographies .Dans le présent rapport, le deuxième jeu des photographies est joint , associé à un double des
  • feuilles de déclaration. La subvention accordée par le Ministère de la Culture a permis de financer quelques heures de vols mais le financement complémentaire a été fourni par les Conseils généraux d ' Ille-et-Vilaine et des Côtes-du-Nord. Il est aisé de vérifier que les plans obtenus
  • sont souvent partiels mais cela tient au paysage de bocage que l'on a dans la zone de prospection. En 1984, on peut être frappé par la grande quantité d'enclos retrouvés. Toutefois de beaux ensembles gallo-romains ont été détectés et détaillés (LE QUIOU,La Gare, HILLION,L
  • 'Hôtellerie, LEHON,Saint-Suliac, ). En conclusion.l' année 1984 a été favorable à la prospection aérienne tant au printemps que durant l'été qui, dans le Nord-Est de la Bretagne, s'est caractérisé par une relative sécheresse (Cf article d ' OUEST-FRANCE ) . Le plan des structures
  • retrouvées a été inclus dans le rapport global de prospection qui présente simultanément les résultats de la prospection au sol et de la prospection aérienne. Loïc LANGOUET En 1984 : 65 sites vus d'avion Vf, Wl ^i échelle : Mwr 1/1.000.000 t ; ZONE DE PROSPECTION AERIENNE
  • ^=*7KeSte AllairF ">\ J \\*J iC^^ÂTEAUBRIA^ -£.»• Qerval OUEST-FRANCE 3 Septembre 1984 UN ÉTÉ SEC DANS L'OUEST L'ÉTÉ A ÉTÉ SEC dans l'Ouest, spécialement au nord d'une ligne Quimper-RennesLorient. La station météo régionale a fait ses comptes pour les trois mois de juin, juillet
  • et août : partout il a moins plu qu'à l'ordinaire. Partout sauf dans le FinistèreNord : les relevés de Landivisiau montrent qu'il est tombé .20% de pluie en plus durant ces trois derniers mois sur cette région. Ailleurs la hauteur des pluies est inférieure à la normale
  • . Contrairement à sa réputation c'est la Normandie qui a connu l'été le plus sec : 70 % de pluies en moins à Cherbourg et Caen, 60 % à Deauville, 50 % à Alençon ainsi que le nord de l'Ille-et-Vilaine et les Côtes-du-Nord. En revanche, les régions situées au sud ont été un peu moins sèches
  • . Angers et Saint-Nazaire sont même très proches d'une pluviosité normale (-10%). En succédant à un mois de mai particulièrement pluvieux, l'été laissera aux vacanciers un souvenir d'autant meilleur qu'ils n'avaient osé l'espérer fin mai. Les agriculteurs, eux, guettent l'arrivée d'un
  • vrai temps de rentrée pour arroser un peu leurs terres. La météo leur annonce des averses à partir de mardi. DECLARATION [partie DE ■ DECOUVERTE remplir P»r le ARCHEOLOGIQUE prospecteur) A -RECHERCHE EFFECTUEE : PROSPECTION AERIENNE Auteur : Date Ce.R.A.A (L. LANGOUET
  • : Altitude du site : L Zone Lambert «"""" :- 42 m Coordonnées Lambert précises [x] approximatives | Abscisse Ax : 296.375 Ordonnée Ay: Abscisse Bx : 85.650 Ordonnée By : ] (cadre E- DOCUMENTATION à Structures repérées : Contrôles au sol (1) : murs des oui,tegulae
  • Numéro auteur -35_0 §5-84-l_ DES Date de prise de vue (2) _ 1er_ Mai PHOTOGRAPHIES Direction de prise de vue (1) driver S.e.5_ Direction Ant iquités) Numéro de site (datation 20 ap J.C) ' IDENTIFICATION la réservé ' Bip. ' Cm. ii—J Site H/P JOINTES Anomalies Numéro de
  • photo sur le site («t 001 a 099) révélatrices traces-plus -cl-air-e E ■ (1) à indiquer dans la mesure du possible. (2) pour les vues prises après la découverte. Date de réceptiea -. COMBOURG - Landréjard Mai 1984 L. LANGOUET COMBOURG - Landréjard Mai 1984 L. LANGOUET
  • DECLARATION (partie A - RECHERCHE DE à DECOUVERTE remplir par EFFECTUEE : PROSPECTION le B - REF ERENCES prospecteur) AERIENNE Ce.R.A.A (L. LANGOUET) Auteur : ARCHEOLOGIQUE Date de la découverte 1er Mai 1984 ADMINISTRATIVES Département : Commune Ille-et-Vilaine COMBOURG
  • Bx : approximatives Ordonnée Ay: Ordonnée By : | 87.075 (cadre réservé E - DOCUMENTATION à oui sol (1) : Numéro (tegulae et sigillées) / 1 Bip. IDENTIFICATION Numéro auteur (1) à indiquer dans 12) pour les vues DES Date de prise de vue (2) .25085-84-2 _ 1er. Mai
RAP01733.pdf (BERRIEN (29). Juno Bella. rapport de fouille)
  • BERRIEN (29). Juno Bella. rapport de fouille
  • Iv J. BP.iARD Laboratoire d'Anthropologie 2, rue du Thabor 35 - RBÎÎNES Rapport sur la caïaua^e de fouilles 1969 Finistère BSRHISI des Monts d'Arrée Tumulus et coffre de Juno Bella à BBRÎHEU. 29 F Jiino Bella A - But et organisation des travaux. La campagne de fouille de
  • parcelles, soit à l'arasement progressif par suite des labours successifs. Ceci confirme l'urgence de l'enquête a u e nous avons entreprise. En 1969, plusieurs visites échelonnées au cours de l'année ont eu pour but un travail de prospection tandis que la fouille du coffre et du tumulus
  • de Juno iiella eu lieu principèlement du 5 au 20 septembre 1969. l'équipe de fouille comprenait: 2 W i , J. Briard, Chargé de recherche au G.U.h.o., J. Bourhis, Ingénieur au ij.îi.R.S., ï. Onnée, Collaborateur technique au C.IÎ.5..S., nova:habituel du Laboratoire d'Antnropologie
  • , du villa.ge de Cos-Oastel, no^is laissa toute latitude pour poursuivre les travaux:. Snfin, comme en 1968, la Mairie de Berrien a facilité l'installation du ciiantier par le prêt d'une salle de cla se désaffectée. B - Le Tumulus de Juno Bella. 1) Historique. Sn construisant un
  • plastique transparent. Comme pour le tumulus de G-oarem Goasven exploré 'en 1968, nous avons en fin de chantier rebouché les tranchées et remis "en forme" le tumulus (photo n^ 8). 3) - Structure du tumulus. a) 'Tranchée sud-est nord-ouest. C'est celle oui prolonge l'axe longitudinal de
  • un peu fruste- des tumulus des Monts d'Arrée. imus n'avons rencontré aucun élément comDlémentaire de moDilier dans la fouille de la tombe en septembre 1969. b) Mobilier des terres. Le mobilier recueilli dans la masse des terres est assez pauvre. On iDeut signaler de r«res
  • : "¿tV,.« ' ^'MSJSffW?^ - i l . . . JUWp^,^ 29N. BEKRIBN. Fouilles du Tumulus de Juno-Bella. Septembre 1969 Figure n° 1: Plan et topographie du Tumulus de Juno-Bella. Courbes isohypses.de 20 en 20 cm. La tombe se trouve contre le talus du cham.p. En pointillé,'zones fouillées
  • en septembre 1969. i. ^ \ N^ \ \ \ ii i': t' ' itr-p î;.Í ',i ila ¡ is..i 1. 11 =' • • . Vi V\ r \ •\ \ ••' \ , î i '4 i í í - ' 'i lí- 29H. BERRIEIT. Fouilles du Tumulus de Juno-Bella. Sept. I969 Ei.gu.re n° 2: Sections du Tumulus de Juino-Bella 1 : Humus
  • : Tumulus de Juno-Bella. plan de la dalle de couverture montrant sa position par rapport au caveau sous-jacent (en pointillé) et au linteau nord-ouest. 29ÏÏ. BERRIBii. Fouilles du Tumulus de Juno-Bella. Septembre 1969. ^.^^e no 4: Tombe du Tumulus de Juno-Bella (plan ï. ^^^^^ i
  • V7777777ÌS ^VTTTTT ^ /V 4- + + 4 + + + + B v/////\ iV B LINTEAU 0 m L + + + -I 4. + 4- -t 4 4 4- 4 f •f 29N. BSR^iIEH. "Fouilles du Tumulus de Juno-Bella. Septembre 1969. Figure no 5: Coffre de Juno-Bella. Plan à la base montran-t les piliers composant les
  • . Fouilles du Tumulus d e d u n o - J i i e l l a . bre 1969. Septem- Figure n° 6: "Dolmen" de la Croix p-olviny. Plan et coupe du''monument. Deux piliers nord et sud sont en place. La table de couverture est brisée en deu:-: morceaux principaux. A l'ouest, bloc couché sur le sol
  • , possible pilier déplacé. I o \ » ) CD » » t > • / m > o m N m T| m 7D m o m z 29F. ERSICÎILIS. Septembre 1969. Ji'igure 7: Plan général de 1' enceinte... de Goatmociin (plan Y. Onnée, J. Briard). Les murs en pierres sont surchargés au nord par des déblais de carrière et
  • I96S est la suite de l'enquête commencée en I968 sur les monuments préhistoriques des Honts d'Arrée et, en particulier, sur les champs de tumulus que l'Age du Bronze a légué à cette région. En 1966, outre des prospection variées, la fouille de Goarem G-oasven à Berrien permit
  • variante de sépulture mal connue appartient nettement à l'Age du Bronze, parallèlement aux séries"" de C8.veaux funéraires classiques. La campagne de I969 abordait un autre tj-pe de problème. La plupart des tumulus des lionts d'Arrée furent fouillés au siècle dernier p a r P. D u
  • Gnatellier et le mobilier découvert est dépose au ;-ïusée des Antiquités Nationales. lialiieureuseaent l e s fouilles rapides ne donnent le plus souvent que ae rapides descriptions des monuments avec mesures souvent approximatives ou même incorrectes. Les plans de tombeaux manquent
  • presque toujours. C'est le cas pour le tumulus de o^uno Bella qu'il nous par-at intéressan de fouiller pour reconnaître les structures inconnues de la mass du tertre, recueillir le mobilier d'habitat et les charbons, nécessaires à la datation radiocarbone, présents dans les terres, et
  • lever le plan du caveau encore bien conservé. D'autre part' la présence dans la même parcelle de vestiges mégalithiques était un élément d'enquête qui se révéla des plus fructueux puisqu'il s'agissait d'un coffre de l'Age du Bronze avec un vase funéraire encore en place. Le coffre et
  • le tumulus étudiés en I969 se trouvent dans la parcelle dite Juno Bella, n« 654, section 112 du cadastre de Berrien (coordonnées géographiques 3° 47' lo" W - 48" 23' 58" N • U T M: W 420 - 612). L'endroit est assez difficile d'accès. A 5 km à l'ouest de Berrien,^en empruntant le
  • chemirL départemental 42 du Faou à Plestin qui mène à La Feuillée, il faut prendre un mauvais chemin de terre, au sud de la route, pour aboutir à la parcelle située entre les villages de Keraden et de Coz-Gastel. C'est d'ailleurs sous le nom de Goz-Gastel que le vase est répertorié au
  • Musée des Antiquités îlationales (n° 74655). Jusqu'à ces dernières années la lande recouvrait les monuments et ce n'est que récemment que la mise en culture les dégagea. Il faut d'ailleurs noter qu'actuellement la tendance à la mise en cultur systématique se multiplie sur les Monts
RAP03255.pdf (QUIMPER (29). 83 bis rue du Frugy : limites méridionales et environnement du sanctuaire antique de Parc ar Groas. Rapport de diagnostic)
  • opération préventive de diagnostic
  • QUIMPER (29). 83 bis rue du Frugy : limites méridionales et environnement du sanctuaire antique de Parc ar Groas. Rapport de diagnostic
  • ) Plan de Le Men 9 Keraluc (1946, 1969, 1991) (1865) Tracé d'itinéraire 2 Parc-ar-Groas (PAG I, 1990) 10 Merlat, 1952 3 Parc-ar-Groas (PAG II, 7995) 11 Merlat, 1952 4 7, 12 Merlat, 1952 5 77, 13 Merlat, 1952 rue A.-France (PA G V, 7 998) Fouille récente (présence
  • Institut national de recherches archéologiques , COURRIER REÇU LE I 3 MAI 2016 préventives Ilircip S.R.A. Quimper, 83 bis rue du Frugy (29) Limites méridionales et environnement du sanctuaire antique de Parc-ar-Groas Sous la direction de Jean-François Villard Inrap
  • Grand Ouest Avril 2016 S2SS Institut national de recherches . archéologiques préventives -r Inrap Quimper, 83 bis rue du Frugy (29) Limites méridionales et environnement du sanctuaire antique de Parc-ar-Groas la collaboration de Olivier Ezanno avec par Jean-François
  • Villard du Centre de recherche archéologique du Finistère Inrap Grand Ouest 37 rue du Bignon, CS 67737, 35577 Cesson-Sévigné cedex Tél. 02 23 36 00 Mars 2016 40, grand-ouest@inrap.fr SRA de Bretagne SOMMAIRE AVANT-PROPOS I DONNÉES - 5 ADMINISTRATIVES, TECHNIQUES ET
  • MÉTHODE DE FOUILLE contraintes 25 4.2. La méthode de fouille 25 4.3. Les vestiges mis au jour 29 RÉSULTATS GÉNÉRALITÉS 1. 2 : 33 LES VESTIGES DE LIMITES DU SANCTUAIRE 2.1. Présentation et 2.2. Le mur stratigraphie générale 33 M. 1 39 2.3. Le fossé T. 2 2.3.1. Le
  • fossé et 2.3.2. La sa stratigraphie 40 stratigraphie 42 2.3.3. Le mobilier 2.4. 3 4 5 : : : 44 Conclusion, interprétation et datation 55 LES VESTIGES DE VOIRIE ANTIQUE 3.1. Présentation 57 3.2. Le chemin 1 57 3.3. Les fossés T. 7 et T, 8 63 3.4. Conclusion 64
  • LES VESTIGES DE PARCELLAIRES 4.1. Présentation 65 4.2. Le fossé T. 3 65 4.3. Le fossé T. 4 68 4.4. Le fossé T. 5 69 4.5. Le fossé T. 6 69 4.6. Conclusion 70 CONCLUSIONS 5.1. Conclusions scientifiques 5.1.1. Le fossé T. 2 70 5.1.2. Le 73 mur M. 1 73 5.1.3. Les
  • voies 5.1.4. Les 5.2, Conclusions parcellaires 79 techniques 79 3 81 Bibliographie 84 Liste des clichés 86 Liste des figures Liste de 87 planches 87 Liste des tableaux 89 Inventaire des structures 90 Inventaire du mobilier Inventaire de documents 91 93 ANNEXE
  • Arrêté de numériques archivés désignation Arrêtés de prescription AVANT-PROPOS Cette menée opération de diagnostic, réalisée au 83 bis rue du Frugy à Quimper (arrêté 2015-354), fut conjointement avec celle du 83 rue du Frugy (arrêté 2015-275). Les deux opérations concernent
  • administrativement des rapports distincts, il est choisi de présentation commune des vestiges. Seules les introductions, les conclusions techniques et les (arrêtés) sont adaptées à chaque cas. Pour faire ces 5 . Donnée admin stratives, techniques et scientifiques 7 1 TABLEAUX
  • : SIGNALÉTIQUES Y : X Localisation 1170828.88 Responsable scientifique de : Coordonnées CC48 7222997.56 l'opération Région Jean-François Villard, chargé Bretagne d'études, Inrap. Statut du terrain au Département législations Finistère (29) l'environnement sur regard des
  • le patrimoine et Organisme de rattachement Projet d'aménagement mitoyen du Commune sanctuaire antique du mont Frugy Quimper (29000) (Parc-ar-Groas) Inrap Grand Ouest rue du Bignon 37 CS 67737 37577 Cesson-Sévigné Adresse ou lieu-dit 83 bis rue du Frugy Propriétaire du
  • terrain M et Mme Triadou-Dubost Dates d'intervention Codes sur le terrain Fouille Du 22/02/2016 au 01/03/2016 Références de l'opération CodeINSEE Post-fouille (alternée) 29232 Numéro de l'arrêté de prescription Du 03/03/2015 au 20/04/2016 n° 2015-354. Numéro de dossier
  • Patriarche Numéro de l'opération D 113149 archéologique Lieu de dépôt des archives : Numéro de l'entité Numéro de l'arrêté de désignation INRAP, Cesson-Sévigné 2016-052 Lieu de dépôt de mobilier : Coordonnées géographiques et altimétriques Maître Dépôt archéologique du Faou
  • . d'ouvrage des travaux d'aménagement Lambert il étendu Y : : X 120042.5 Cabinet d'architecte J.Seignez 2351691 M.Gouyec Coordonnées géographiques Latitude : : Longitude 4° 06' 00" O Nature de l'aménagement 47° 59' 15.0" N Construction d'une maison Altitude 66 à 64
  • individuelle m NGF Références cadastrales Opérateur d'archéologie Inrap Grand-Ouest Commune de Quimper Année 2014 (informatisé) CE 775-778-780 9 & Intervenants Intervenants Prénom Nom. scientifiques Tâches organisme d'appartenance génériques Tâches affectées dans le cadre de
  • l'opération François Erlenbach, DRAC Directeur régional des affaires culturelles Prescription et contrôle scientifique Mise en place et suivi de l'opération Mise en place et suivi de l'opération en place et suivi de l'opération Stéphane Deschamps, SRA Conservateur Jean Charles
  • Arramond Conservateur du Michel Baillieu, Inrap Adjoint scientifique et technique Mise Jean-François Villard, Inrap Chargé d'études et d'opération Responsable scientifique régional de l'archéologie patrimoine Collaborations Intervenants administratifs Prénom Tâches Nom
  • , organisme d'appartenance Claude Le Michel Inrap Baillieu, Inrap Thomas Tâches affectées dans le cadre de l'opération Mise en place et suivi de l'opération Administrateur Mise en place et suivi de l'opération Directeur adjoint scientifique et technique Mise en place et
  • suivi de l'opération Mise en place et suivi de l'opération Directeur Potier, Inrap Arnaud Dumas, génériques interrégional Délégué duirecteur adjoint scientifique et Arnoux, Inrap technique Isabelle Nathalie Conseillère sécurité et Giron, Inrap Ruaud, Inrap Maîtrise
RAP03249.pdf (RENNES (35). 1 place de la Trinité. Rapport de diagnostic)
  • opération préventive de diagnostic
  • RENNES (35). 1 place de la Trinité. Rapport de diagnostic
  • Edifice pu blic Bâtiment Urbanisme Maison Structure urbaine Fossé Architecture château, est exceptionnelle. Rapport de diagnostic archéologique Rapport de diagnostic archéologique Sujets et thèmes L’emprise du diagnostic se situe au coeur d’un ensemble d’immeubles datant
  • pour la plupart des XVIIIe et XIXe siècles. Presque entièrement ravagé par l’incendie de 1720, l’ilot, qui s’appuie contre la muraille antique, est en effet reconstruit suite à cet évènement majeur de l’histoire de Rennes. Le diagnostic a notamment révélé une partie de la ville
  • médiévale caractérisée par un parcellaire très laniéré avec du bâti en front de rue et des jardins à l’arrière. C’est également à cet emplacement que se situe l’atelier monétaire de Rennes, activité emblématique du duché dont le bâtiment principal, «l’Hôtel des Monnaies», sera
  • reconstruit à plusieurs reprises jusqu’à son abandon en 1774. Le diagnostic est également l’occasion d’aborder pour la première fois le château comtal dont la présence est attestée dès le XIe siècle et qui sera détruit au début du XVe siècle. L’état de la documentation à son sujet reste
  • ténu et son organisation architecturale est par conséquent complêtement méconnue. Pour ces raisons, le potentiel archéologique du site est très riche dans la mesure où il offre l’opportunité d’appréhender une surface importante au coeur du castrum et de documenter notamment le
  • château de Rennes et ses abords. A ce titre, la découverte d’un lot important de verres de vaisselle et 1, place de la Trinité Rapport de diagnostic archéologique sous la direction de Elen Esnault 1, place de la Trinité, Rennes Chronologie Antique Médiéval, Moderne Rennes, Ille
  • -et-Vilaine Inrap Grand-Ouest 37, rue du Bignon, 35577 Cesson-Sévigné Tel. 02 23 36 00 40 Inrap Grand-Ouest 37 rue du Bignon CS 67737, 35577 Cesson-Sévigné cedex Tél. 02 23 36 00 40, grand-ouest@inrap.fr Avril 2016 Avril 2016 Avril 2016 Rapport de diagnostic archéologique
  • Rennes, Ille-et-Vilaine 1, place de la Trinité Code INSEE Rapport de diagnostic archéologique sous la direction de 2015-251 D111-928 Code Inrap Système d’information Arrêté de prescription Entité archéologique Nr site Elen Esnault Inrap Grand-Ouest 37, rue du Bignon, 35577
  • Cesson-Sévigné Tel. 02 23 36 00 40 avril 2016 Sommaire I Données administratives, techniques et scientifiques 4 5 6 7 8 9 10 16 17 Fiche signalétique Mot clé du thésaurus Intervenants Notice scientifique Etat du site Localisation de l’opération Arrêté prescription Arrêté
  • désignation Projet de diagnostic II Résultats 22 22 22 24 1. 1.1 1.2 1.3 Présentation générale Contexte de l’intervention Contraintes techniques et méthodologie Présentation du site 28 28 36 43 50 2. 2.1 2.2 2.3 2.4 Principaux résultats de l’opération Les tranchées 1 et 1 bis La
  • tranchée 2 La tranchée 3 La zone 4 59 59 60 68 3. 3.1 3.2 3.3 Interprétation des résultats Le castrum La ville à la fin de l’époque médiévale Des travaux d’urbanisme suite à l’incendie de 1720 71 4. Conclusion 72 5. Bibliographie III Annexes 76 77 78 90 92 Diagramme
  • stratigraphique Liste des figures Rapport d’étude du mobilier, F. Labaune-Jean Inventaire du mobilier Etude documentaire, L. Arnaud, stagiaire IV Inventaires 102 103 107 110 Inventaire des minutes Inventaire des photographies Inventaire des unités stratigraphiques Inventaire des prélèvements
  • Données administratives, techniques et scientifiques I. Données administratives, techniques et scientifiques 3 4 Inrap · Diagnostic archéologique Rennes, Ille-et-Vilaine, 1, place de la Trinité Fiche signalétique Localisation Proprietaire du terrain Blot Immobilier Région
  • Bretagne Références de l’opération Département Numéro de l’arrêté de prescription 2015-251 Ille-et-Vilaine Commune Rennes Adresse ou lieu-dit Numéro de l’opération D111-928 Numéro de l’autorisation de fouille 2015-336 1, place de la Trinté Codes code INSEE Coordonnées
  • géographiques et altimétriques selon le système national de référence x : 351663,82 y : 6789443.21 z : 34.08 m NGF Références cadastrales Commune Rennes section(s) AC parcelle(s) 1198, 680, 1010, 278, 279 Opérateur d’archéologie Inrap Grand-Ouest Responsable scientifique de l’opération
  • Elen Esnault, INRAP Organisme de rattachement Inrap Grand-Ouest 37, rue du Bignon 35 577 Cesson-Sévigné Dates d’intervention sur le terrain fouille du 11/01/2016 au 29/01/2016 post-fouille du 1/02/2016 au 31/03/2016 5 Données administratives, techniques et scientifiques
  • Mots-clés des thesaurus Chronologie Sujets et thèmes Paleolithique Edifice public Mobilier nb Industrie lithique Inferieur Edifice religieux Industrie osseuse Moyen Edifice militaire Céramique Superieur Bâtiment Restes végétaux Mesolithique et Epipaleolithique
  • romain Artisanat Etudes annexes Haut-Empire (jusqu’en 284) Argile : atelier Bas-Empire (de 285 a 476) Atelier Géologie Four Datation haut Moyen Age Trou de calage de poteau Anthropologie Moyen Age Fossés parcellaires Paléontologie bas Moyen Age Architecture Zoologie
  • Temps modemes Puits Anthracologie Epoque contemporaine Jardin Palynologie Epoque medievale Ere industrielle Macrorestes An. de céramique An. de métaux Aca. des données Numismatique Conservation Restauration 6 Inrap · Diagnostic archéologique Rennes, Ille-et-Vilaine, 1
  • , place de la Trinité Intervenants Intervenants scientifiques Prénom Nom, organisme d’appartenance Tâches génériques Tâches affectées dans le cadre de l’opération Stéphane Deschamps et Yves Menez, SRA Conservateur régional de l’archéologie Prescription et contrôle scientifique