Rechercher sur le site

  • Chercher les documents contenant un mot OU un autre : tapez simplement les mots à la suite => bracelet bronze
  • Chercher les documents contenant un mot ET un autre : utilisez le mot-clef AND => bracelet AND bronze
  • Chercher les documents contenant une expression exacte : taper l'expression entre guillemets => "bracelet en bronze"

Limiter votre recherche

Auteur
Type d'opération
Commune
Département
Date (Année)

3691 résultats Exporter les résultats

Trier par Titre : ascendant / descendant
  • localisation des sites archéologiques, l’organisation et la réalisation d’opérations. Dans cette bibliothèque numérique, il est possible de faire une recherche par titre, auteur, commune, date... et en plein texte. En ligne, vous avez également accès à une partie de
  • /> ● fouilles préventives ● sondages ● prospections archéologiques diachroniques et thématiques ● fouilles archéologiques programmées ● opérations de sauvegarde par l’étude Grâce au module de recherche de la Bibliothèque numérique, il est
  • ="http://www.culturecommunication.gouv.fr/Regions/Drac-Bretagne/Ressources-documentaires/Archeologie" target="_blank"> centre de documentation conserve l’ensemble de l’information archéologique recueillie en Bretagne – et bien davantage. En plus de sa bibliothèque
  • numérique, le SRA vous accueille sur place et vous aide dans vos recherches parmi ses 6000 ouvrages (monographies, actes de colloques, travaux universitaires, revues régionales, nationales et étrangères) et 120 revues. Ceux-ci portent sur la connaissance et la
  • la carte archéologique nationale à laquelle participe le Service régional, grâce à la plateforme GeoBretagne . Si vous rencontrez des difficultés de consultation
  • , merci d’envoyer un message à Laure CadarsCarte archéologique
RAP00288.pdf (VANNES (56). atelier de potier de Meudon. rapport de sauvetage programmé.)
  • Général du Morbihan - MOTIFS DE L'INTERVENTION -o-O-o- En 1984, la Revue Archéologique publiait un article, signé du Comte de LANTIVY et J. de LA MARTINIERE (archiviste du Morbihan), portant sur "Les poteries décorées de Meudon, près VANNES (Morbihan)". Y étaient révélées
  • production aux Mais pour en préciser davantage le contexte, rassembler il les débris épars, encore entre les mains des inventeurs, et, de l'autre, reprendre la fouille des ateliers structure n'apparaissait pas clairement dans l'article de la Revue Archéologique. En 1984
  • la campagne de fouille organisée sur le terrain. La fig. 1 situe le secteur de Meudon dans la campagne Vannetaise. (*) Comte de LANTIVY et J. de LA MARTINIERE "les poteries décorées de Meudon, près VANNES (Morbihan)" Revue Archéologique 1914, II, p. I - 27 - - PHASES
  • mêlée de pierrailles" (Revue Archéologique p. 4 et 5). Le tiers des tessons découverts en 1984 provient de cette zone empierrée. Il s'agit uniquement de menus fragments. En C-é, un léger bombement peut traduire la présence d'un talus ancien. en relief sur le rocher naturel
  • 3°) Zone C On s'est limité à un simple défrichement. Un vaste cratère (8 m x 5 m) y est également mis en relief : c'est de toute évidence la partie mentionnée G sur le plan et la coupe de 1914 (Revue Archéologique 1984 p. 5). Une structure construite, faite de pierres
  • Fig- 9 : Zone A - Décopage de la masse argilosableu.se Fiq. 14 : Dégagement du Vase n° 1 Fig. 15 : Vue panoramique de la zone B 1 8 10 B VÎT1—r~7~ . A m pi Excavations zones correspondant: fouillées en archéologique Limite zone 1913 1914, [Revue p.5
  • , le Conseil Supérieur de la Recherche Archéologique agréait le projet collectif de recherches, élaboré conjointement par l'Université de RENNES Préhistoire, I (laboratoire Protohistoire des Antiquités de potiers médiévaux") et Bretagne. associait d'Archéométrie
  • PREPARATOIRES A LA FOUILLE - -o-O-o- Deux démarches successives ont été nécessaires : 1°) Reconnaissance du site Depuis la fouille de 1913, le site était redevenu incuite et se présentait sous la forme d'un landier touffu, enclavé entre des parcelles cultivées, et, de ce fait, menacé à
  • site du Gohlien. Le secteur est alors défriché de façon à permettre la réalisation des mesures magnétiques. 2°) Etude archéomagnétique Conformément au projet retenu, le laboratoire d'Archéométrie de RENNES I, dirigé par M. L. LANGOUET, procède le 22 Juin 1984 à une
  • archéomagnétique du site VANNES - MEUDON - 1984 - CONDUITE DE LA FOUILLE - -o-O-o- 1°) Mise en place du quadrillage La fig. 6 rend compte de i'implantation du carroyage : i'orientation choisie est la même que celle qui a servi aux mesures magnétiques précitées. Il est constitué de carrés
  • privées, et difficilement praticables. 2°) Problématique L'objectif essentiel, pour cette première année 1984, paraît bien être la reconnaissance superficielle du site, afin d'y conduire avec le maximum de sécurité un programme de fouille portant sur plusieurs années. De ce
  • fait, il a semblé indispensable de privilégier pour cette année une conduite prudente de la fouille, qui ne compromette pas pour l'avenir la compréhension du site. On s'est donc interdit toute dégradation des structures initiales apparentes, avant leur décapage horizontal sur une
  • s'agissait bien des ateliers fouillés en 1913 et publiés en 1914, comme l'attestent la disposition des cratères signalés plus haut, le tracé des talus, la présence des tessons. A la compréhension horizontale du site, on a associé l'étude de l'environnement immédiat. A cet égard
  • , on a effectué différents prélèvements d'argile ayant pu éventuellement servir à la confection de céramiques. Ces échantillons ont été prélevés dans trois secteurs aptes à avoir fourni la matirèe première des pâtes, notamment le "ruisseau du Talhouët" à 250 m, au nord et en contre-bas du site
  • révélées cette année permettant de bien appréhender la compréhension générale du site, les objectifs suivants peuvent être tracés : 1) - en 1, opérer une coupe à travers la masse argilo-sableuse pour déterminer la nature de cette structure, et la raison d'être des murets signalés en
  • , à une compréhension en profondeur du site que devra s'attacher la campagne de 1985. Tïir uiiMftutiotitt ïffSS^fà^fA .-are* PIAN H*i Fig. 3 : Le site après défrichage 56 o 2so VANNES FOURS SECTION BH du DE POTIERS GOHLIEN —MEUDON Alain Tristç A - TrïTFë 2
RAP01335.pdf (QUIMPER (29). carte archéologique communale. rapport de prospection inventaire)
  • QUIMPER (29). carte archéologique communale. rapport de prospection inventaire
  • site de Quimper La commune de Quimper est très vaste (8500 ha). Des études nombreuses et souvent très approfondies soulignent, depuis le XIXe siècle, l'importance de son potentiel archéologique (cf nombreuses publications de P. Du Chatellier, P. Galliou, J.-P. Le Bihan, R.-F. Le Men
  • n'était connu en 1980 livre actuellement dix sites différents. En résumé Quimper est une ville possédant un patrimoine archéologique d'une grande richesse et d'une très grande diversité, sans doute exemplaire pour la région. L'histoire ancienne de cette commune a fait l'objet d'une
  • connus des animateurs de l'activité archéologique quimpéroise seront menacés de disparition lors de la cessation d'activité de ces chercheurs. Tous les sites ne sont pas publiés et une grande partie de la documentation iconographie relève des archives personnelles de ces chercheurs ou
  • particulier par les médias. 1.2. LES OBJECTIFS 1.2.1. Les quatre objectifs de la carte archéologique - Porter sur un document clair et accessible, toutes les données concernant les sites archéologiques de la commune. - Réaliser une documentation cartographique de référence. - Organiser
  • au fil des découvertes. Des sites nouveaux peuvent apparaître tandis que des zones suffisamment étudiées peuvent être libérées de toute contrainte. La carte archéologique peut être consultée, à titre préventif, par tous les aménageurs, publics ou privés, par les particuliers
  • chronologique le plus large possible : de la Préhistoire au XVIIIe siècle. En ce qui concerne les périodes médiévales et plus récentes, la prise en compte des sites s'appuie sur les critères de la pratique archéologique. Sont instruits des dossiers concernant des opérations ayant déjà fait
  • l'objet de travaux de type archéologique ou des sites sur lesquels des vestiges connus, mais enterrés, sont susceptibles de donner lieu à de telles opérations (anciens cimetières, chapelles ou manoirs détruits). 1.3.2. Les documents réalisés - Une bibliographie complète concernant le
  • patrimoine archéologique quimpérois. - Un fichier exhaustif cl raisonné de tous les sites archéologiques de la commune. Une informatisation des données concernant chaque site. Chacun fait l'objet de fiches installées sur base de données FileMaker Pro II. Pour chaque site les fiches
  • publications ou revues concernant Quimper (Gallia, B.S.A.F., Archéologie en Bretagne, R.A.O. etc.). - Stock de plans et notes de fouilles concernant les sites étudiés depuis 1970 à Quimper. - Ensemble des clichés noirs et blancs et diapositives concernant ces mêmes fouilles. - Cartes de
  • normes de la carte archéologique nationale, d'autre part répondre aux objectifs particuliers définis précédemment. La documentation archéologique doit pouvoir, au-delà d'une identification des sites et d'un bilan précis de la masse documentaire existante, fournir par une consultation
  • : nature, datation et type de mobilier découvert. 2.2.3. Cartographie des sites et "fiche topographique" Le document graphique supporte deux cartouches. Le premier permet de localiser le site sur le territoire de la commune. Le second inclut le plan des vestiges archéologiques 9
  • documentation existant d'une part dans le fichier de la carte archéologique nationale, d'autre part dans les archives réunies au service municipal et dans la littérature archéologique. Une centaine de sites sont actuellement répertoriés parmi les 240 sites recensés et susceptibles d'être
  • confirmés. Cette première sélection ne retient que des sites ayant l'ait l'objet de véritables fouilles 10 archéologiques ou attestés par des références très solides. Malgré tout, le traitement des dossiers sélectionnés représente un travail très long. De nombreuses ambigûités peuvent
  • . La fiche cartographique La mise sur base de données des plans des sites archéologiques étudiés est effectuée parallèlement à la constitution des dossiers sous la responsabilité de Y.-L. Goalic. La méthode mise au point en 1994, fondée sur des regroupements de sites et sur des
  • point des procédures sont achevées. Le programme de cartographie, original pour ce type de carte archéologique et de document municipal, est désormais bien rodé et bien avancé. Le projet est cependant inachevé. Il reste à : - compléter les fiches de sites répertoriés. - vérifier la
  • valeur des informations techniques et archéologiques. Ceci concerne essentiellement des sites anciennement découverts ou des vestiges postérieurs à l'Antiquité. - compléter le fichier et, vraisemblablement, identifier de nouveaux sites grâce à un approfondissement de l'enquête
  • MOYENS MIS EN OEUVRE 2.1.1. Moyens financiers 2.1.2. Moyens humains 2.1.3. Moyens matériels 2.2. LE CHOIX DES DOCUMENTS A REALISER 2.2.1. 2.2.2. 2.2.3. 2.2.4. Introduction Les types de fiches Cartographie des sites et "fiche topographique" Cartographie des sites et représentation en
  • trois dimensions 3. LES RESULTATS 3.1. INTRODUCTION : le travail effectué en 1993 et 1994 3.2. LA BIBLIOGRAPHIE 3.3. LES FICHES DE SITES ET L'ETAT D'AVANCEMENT DES DOSSIERS 3.3.1. Le travail engagé 3.3.2. Les dossiers complets 3.3.3. Les documents cartographiques 4 CONCLUSIONS 4.1
  • , L. Pape). Soixante opérations de fouille réalisées sur la commune entre 1971 et 1993 concernent toutes les périodes incluses entre le Néolithique et le Moyen-Age. Une soixantaine de sites sont actuellement répertoriés au fichier national. Un accroissement de 100% à 200% du nombre
  • des sites attestés est envisageable après étude de la documentation existante. Les vestiges d'époque gallo-romaine et gauloise, depuis 1980 avec les découvertes des hameaux du Braden, ont fait l'objet de fouilles importantes. Une problématique de' recherche, fondée sur l'analyse
RAP02570.pdf (CARNAC (56). carte archéologique communale. rapport d'étude)
  • CARNAC (56). carte archéologique communale. rapport d'étude
  • et selon le rapport du Commissaire Enquêteur, qu'elle omettait un certain nombre d'éléments du patrimoine archéologique. Il était donc nécessaire de prendre en compte les sites et monuments , en particulier les mégalithes, de façon plus large et de réaliser un complément d'étude
  • . L'objectif de ce complément d'étude était de retrouver et de vérifier la localisation des sites archéologiques, en particulier ceux qui étaient mentionnés dans l'inventaire de Z. Le Rouzic (BSPM 1965), mais qui ne figuraient pas dans la liste retenue dans la ZPPAUP. Cette étude
  • a effectivement permis de préciser la localisation d'une grande part de ces sites mais aussi de documenter l'ensemble des sites en précisant par exemple leur état de conservation ou encore leur intérêt archéologique. Ces observations devaient permettre de définir des zonages archéologiques
  • étude d'archives. Préalablement à l'opération de terrain, l'étude documentaire s'est donc limitée à un inventaire le plus exhaustif possible des mentions de sites archéologiques repérés sur la commune ainsi qu'à une recherche des éléments permettant de les localiser (références
  • archéologique et de la bibliothèque du Service Régional d'Archéologie a servi de base à notre inventaire. Une centaine de fiches de sites qui comprenaient des données sur la localisation, sur la description des sites ont ainsi été recueillies. Loin d'être exhaustifs, les renseignements
  • . Les bulletins contenaient notamment les références cadastrales anciennes des sites. => Inventaire de F. Gaillard Plus ancien que l'inventaire de Z. Le Rouzic, l'inventaire réalisé par F. Gaillard et publié dans un ouvrage détenu au Musée archéologique de Vannes a livré des
  • => Localisation, vérification et identification des sites Le temps imparti pour cet inventaire (4 mois) et l'importante richesse archéologique de la commune ne nous permettait pas d'engager une prospection exhaustive du territoire communal. Des choix ont donc dû être effectués en fonction des
  • objectifs de départ. Nous avons alors orienté notre travail d'inventaire vers la recherche et la localisation des sites archéologiques considérés comme majeurs et conservés en élévation. Ce sont, en effet et généralement, ces sites qui présentent le plus fort potentiel archéologique mais
  • du mobilier archéologique associé aux sites a également été exclue. Une des particularités de la commune de Carnac est la forte proportion de parcelles boisées et de landiers. C'est dans cet environnement parfois très difficile d'accès que l'essentiel de nos recherches a eu lieu
  • est présenté comme illustration sur les fiches de site. => Sondages archéologiques Aucun sondage archéologique n'a été réalisé dans le cadre de cet inventaire. Si ce type d'intervention n'a pas lieu d'être pour la majorité des sites, elle semble néanmoins incontournable dans
  • de celle-ci sont jointes en annexe (annexes 1 et 2). A cette fiche descriptive a été jointe une fiche synthétique (annexe 3) associant un résumé des caractéristiques principales du site, un extrait cadastral avec implantation du site et du zonage archéologique proposé ainsi qu'une
  • illustration photographique. Soulignons que le zonage archéologique a été effectué en fonction de divers paramètres (étendue du site, sensibilité archéologique du secteur...). Pour délimiter ces zonages, nous nous sommes appuyés le plus souvent sur les limites cadastrales. Quand les limites
  • impossibles (friche dense...). 5 LES RESULTATS Le bilan de ce travail d'inventaire s'avère extrêmement positif puisque de 106 sites enregistrés avant étude dans la base de données du Service Régional d'Archéologie, nous sommes passés à 212 points d'information archéologique sur la
  • . Pour la plupart des sites, la localisation précise, l'état de conservation, le potentiel archéologique ou encore le zonage archéologique ont été livrés. Sans nous noyer sous les chiffres et les statistiques, voici quelques éléments chiffrés qui permettent d'apprécier l'importance du
  • patrimoine archéologique de Carnac et l'intérêt de ce type d'inventaire. Sites inventoriés Sites non localisés Degré protection préconisé Degré protection préconisé Degré protection préconisé Degré protection préconisé : : : : 0 1 2 absolu Avant inventaire 2000 nombre % 106 100 30
  • d'entre eux semble détruite. Quatre degrés de protection ont été définis et sont préconisés par le Service Régional de l'Archéologie (figure 3) : Degré 0 : attribution aux sites ne présentant pas de potentiel archéologique et qui sont livrés pour information. Il s'agit de sites qui
  • sont détruits ou qui ne sont pas localisés. Le degré de protection 0 n'implique pas de servitudes archéologiques. Degré 1 : attribution aux sites localisés qui présentent un potentiel archéologique certain mais relativement limité. Le degré 1 peut aussi s'appliquer à des sites
  • d'intérêt majeur non localisés et dont l'emplacement approximatif est connu. Le degré 1 entraîne l'application du décret 86-192 du 5 février 1986. Degré 2 : attribution aux sites localisés considérés comme majeurs et qui présentent un potentiel archéologique important. Le degré 2
  • Communes voisines Océan 500 1000 1500 Mètres jT. Lorho Carte Archéologique S.R.A. Bretagne Figure 2 Cartographie des sites par degré de protection : • Degré de protection préconisé : 0 • Degré de protection préconisé : 1 Commune de Carnac i Communes voisines • Degré de
  • exceptionnelle et constituent une part importante du patrimoine archéologique carnacois. En l'état actuel de l'inventaire, on compte 136 sites soit plus de 64 % des sites répertoriés. Sur les 136 sites néolithiques répertoriés, 18 restent à localiser. L'essentiel des monuments répertoriés se
RAP02488.pdf (SAUZON (56). Bordelann. rapport de sondage)
  • une falaise - de plus de 6 mètres. Figure 1. Situation du site sur la carte de l'IGN (rond bleu foncé). Si la parcelle examinée mesure 6322 m2, la zone de densité maximale des pièces archéologiques mesure 2200 m2 (entre les carottages A, J, O et N), avec une concentration
  • avait été remarquée dans des sondages sur des sites mésolithiques du Finistère (Marchand, 2005), les limites du site archéologique correspondraient aux limites érosives : en clair, il ne s'agit pas de celle de l'habitat initial. L'existence de ce niveau infra-labour est
  • (matériel de surface, dessins G. Musch). Bibliographie Josselin J., Marchand G., Pailler Y. avec la collaboration de Moalic L., Hamon G. et Leroy A., 2003 Kerliézoc en Plouvien (Finistère). Regards croisés sur un habitat du Mésolithique final. Revue Archéologique de l'Ouest, n°20, p
  • archéographique et méthodologique (2001-2003). Revue archéologique de l'Ouest, 22, p. 25-84. Poissonnier B. et Kayser O., 1988. Les bois de cerfs mésolithiques de Beg-er-Vil à Quiberon (Morbihan). Revue Archéologique de l'Ouest, 5, p. 35-43. Remerciements Nous remercions Monsieur Francis
  • : 2007.ZO.80 Propriétaire du terrain : Francis Perrinelle Responsable : Grégor Marchand (CNRS - Université de Rennes 1) Officiants : Loréna Audouard et Gérald Musch 1. Problématique Le matériel lithique récolté par Gérald Musch sur le site de Bordelann à Belle-Île éclaire
  • particulièrement l'extrême fin du Mésolithique et le faciès Beg-er-Vil du Téviecien, daté du début du 6^ millénaire avant notre ère. Son abondance indique clairement que le site préhistorique est détruit, au moins partiellement. Mais toutes les couches ont-elles souffert ou seulement les
  • documenter ce faciès technique, pour aider à mieux comprendre l'exploitation de ces îles au cours de cette période, d'autant plus qu'il ne s'agit pas d'un amas coquillier (un site complémentaire ?). -1 - 2. Réalisation et résultats 2.1. Description de la parcelle Le site de Bordelann
  • présents. L'endroit serait relativement anodin s'il n'y avait une source encore très active immédiatement à l'est du site. La parcelle explorée est bordée à l'est (vers la source) et au sud (vers le vallon) par des déclivités très nettes, la première de 2-3 mètres, la seconde - presque
  • . CartoExploreur 3 - Copyright 1GN - Projection Lambert II étendu / NTF , 250 m © FFRP pour les itinéraires et sentiers de randonnées GR®, GRP®, PR® Figure 2. Position de la parcelle cadastrale (en rose) sur le fond de carte IGN. -3 - Figure 3. Le site de Bordelann photographié depuis
  • recueilli en surface Le matériel lithique récolté par Gérald Musch sur le site Bordelann à Belle-Île éclaire particulièrement l'extrême fin du Mésolithique et le faciès Beg-er-Vil du Téviecien, daté à la charnière du 6^ millénaire avant notre ère. A l'examen des vingt kilos de silex
  • taillés, aucun élément intrus n'est apparu, notamment aucune pièce du Néolithique (grattoirs circulaires ou flèches). Cette homogénéité est relativement rare pour un site de cette superficie (entre 1 et 2 hectares) et ne peut s'expliquer que par l'absence d'intérêt manifesté après le
  • Mésolithique pour cette zone. Pourtant, des habitats du Néolithique existent sur la côte sauvage (comme celui de Donnant). Est-ce que la source proche du site était asséchée à cette époque ? La collection lithique a fait l'objet d'un tri total, d'une pesée des différentes catégories et d'un
  • plus près), - développer un modèle d'exploitation économique du littoral morbihannais à la fin du Mésolithique, déjà illustré de belle manière par les sites de Téviec et Hoëdic, afin de comprendre le fonctionnement de ces sociétés. Figure 8. Les couteaux à dos de Bordelann
  • . 53-85. Kayser O., 1992. Les Industries lithiques de la fin du Mésolithique en Armorique. In : Paysans et Bâtisseurs. L'émergence du Néolithique atlantique et les origines du Mégalithisme. Actes du 17eme colloque interrégional sur le Néolithique, Vannes, 29-31 octobre 1990. Revue
  • Archéologique de l'Ouest, Supplément n°5, p. 117-124. Kayser O. et Bernier G., 1988 Nouveaux objets décorés du Mésolithique armoricain. Bulletin de la Société Préhistorique Française, tome 85, p. 45-47. Marchand G., 2005 Les occupations mésolithiques à l'intérieur du Finistère. Bilan
  • Perrinelle, propriétaire de la parcelle et Monsieur Gérard Huel de nous avoir permis d'mtervenir en ces lieux. Nous remercions Monsieur Stéphane Deschamps et Monsieur Emile Bernard, du Service Régional de l'Archéologie de Bretagne, de nous avoir autorisés à sonder sur le site de Bordelann
RAP00938.pdf (les villes antiques dans l'ouest de la Gaule. rapport de projet collectif de recherches.)
  • historique et archéologique de la Mayenne, 2e série, t. 5, 1892, p. 161-178. NAVEAU J., 1991 : L'épigraphie du site de Jublains (Mayenne), Revue archéologique de l'Ouest, t. 8, 1991, p. 103-116. Notitia Galliarum : Notitia dignitatum, accedunt notitia urbis constantinopolitanae et
  • des données peut s'avérer bénéfique en facilitant les éventuelles comparaisons. Chaque site dispose déjà de fiches manuelles ou informatisées traitant des opérations archéologiques, des unités stratigraphiques, des faits, du mobilier ou autres. Ces fiches ne sont dans l'ensemble
  • comparaisons entre sites. Le vocabulaire utilisé s'avère plus important et, le premier travail auquel nous nous attelons est l'élaboration d'un thésaurus relatif aux structures archéologiques. En effet, il est indispensable que les chercheurs utilisent dans les fiches les mêmes termes pour
  • ensuite de mettre au point, en deuxième niveau, une liste de termes retenus applicables sur chacun des sites. Un outil similaire pour le mobilier est également à réaliser. Un travail d'inventaire des collections archéologiques du département des Côtes d'Armor nous amène actuellement à
  • et les opérations archéologiques. Ce travail a été réalisé 6 dans le cadre du projet collectif de recherche sur ce site. A Corseul, une base de données relationnelle contient déjà des fichiers "sites", "opérations archéologiques" et "mobilier archéologique". Un stagiaire
  • , MARE E., NAVEAU J., PINCEMIN J.P. et RIOUFREYT J., 1986 La voie de Corseul au Mans et l'origine de Laval, La Mayenne, Archéologie, Histoire, n° 9, p.3-52. EVEILLARD J.Y., 1991 - Le réseau des voies romaines en Haute-Bretagne, Revue Archéologique de l'Ouest, supplément n° 4, p.19-25
  • , p.40-45. FICHET de CLAIRFONTAINE F., 1985 - Un fragment de gobelet en verre moulé à décor de gladiateur recueilli à Corseul (Côtes du Nord), Revue Archéologique de l'Ouest, n° 2, p. 1 19-120. FICHET de CLAIRFONTAINE F., 1986 - La céramique d'époque tibérienne à Corseul. Etude du
  • la ville antique d'Auguste à Néron, Revue archéologique de l'Ouest, n° 6, p. 139-149. FICHET de CLAIRFONTAINE F. et KEREBEL H., 1993 - La diffiision des figurines en France, Bretagne, Documents d'Archéologie Française, n° 38, p. 155-159. FORMER E., 1870 - Rapport sur les fouilles
  • - Corseul (Fanum Martis) : Développement d'un cheflieu de cité provincial au milieu du premier siècle de notre ère. Publication de La Sorbonne, à paraître. KEREBEL H. et LE ROUX P., 1994 - Une dédicace fragmentaire découverte en 1991 à Corseul (Côtes d'Armor), Revue Archéologique de
  • Sociétés savantes. 16 LANGOUET L., 1984 - Un artisanat coriosolite : les plaques murales en schiste, Dossiers du Ce.RAA., n° G, p. 143-145. LANGOUET L. ET JUMEL G, 1986 - Le milieu rural de la civitas des Coriosolites à l'époque gallo-romaine, Revue archéologique de l'Ouest, n° 1, p
  • de I. Gabard). REBUFFAT R., 1985 : Jublains : un complexe fortifié dans l'ouest de la Gaule, Revue archéologique, 2, 1985, p. 237-256. REBUFFAT R., BROUQUIER V., 1985 : Les trous de boulins de l'enceinte fortifiée de Jublains, Caesarodunum, actes du colloque Le bois dans la Gaule
  • . NAVEAU J., 1986b : Le plan antique de Jublains (Mayenne), Revue archéologique de l'Ouest, n° 3, 1986, p. 107-117. 9° -NECROPOLE AUBIN G., 1980 : Informations archéologiques. Circonscription des Pays de la Loire, Gallia, t. 38, fasc. 2, 1980, p. 381-406. BOISSEL R., DIEHL R., PETIT M
  • . Archéologie en Bretagne, Brest, 1982 (p. 44-45). Inventaire général. Collections mérovingiennes, Musée du Vieux Château, Laval, 1977. JIGAN C, 1987 : Le potier Eridubnos dans l'ouest de la Gaule, Revue archéologique de l'Ouest, n°4, 1987, p. 111-112. LEDRU A., 1911 : Répertoire des
  • régression spatiale entraînant une ruralisation de leur structure urbaine. En effet, à partir du IVème siècle, diverses modifications profondes aboutissent à la disparition progressive de la vie urbaine sur ces trois sites. A l'inverse, d'autres chefs-lieux antiques conservent au Haut
  • sur le plan de sa structure urbaine que sur son activité économique liée à la Loire. Classée aujourd'hui dans les villes secondaires, il n'est pas impossible que cette cité ait été au cours du Haut-Empire un site économiquement, de première importance. La réunion de ces quatre
  • villes antiques dans ce projet collectif de recherche est basée sur deux données bien précises : - D'abord, ces quatre sites ne peuvent en aucun cas être aujourd'hui assimilés à des villes même de faible importance. L'essor urbain de Rezé, relativement récent, est lié en fait au
  • développement de Nantes et, il y a encore peu de temps, cet espace était surtout caractérisé par un paysage rural. Le premier point commun de ces sites se trouve donc être la disparition au cours de l'Antiquité tardive de la structure urbaine et des activités qui lui sont liées. - Ensuite
  • , les problématiques de recherche sur les villes antiques de l'ouest de la Gaule restent encore relativement limitées. Ces quatre sites bénéficient de la présence en permanence de chercheurs favorisant ainsi le développement d'études scientifiques propres au site ou plus globales
  • comme par exemple, dans le cadre de ce N projet collectif de recherche. v 2 L'élaboration d'un tel projet répond dans un premier temps à la volonté de fournir aux chercheurs une base de données apte à favoriser les réflexions sur les différents sites étudiés. Ces informations
  • . Rezé est par contre plus distante et ne fait probablement pas, en plus de son appartenance à la Gaule aquitaine, partie de la même zone d'influence. Au cours de l'année 1993, des réunions organisées à tour de rôle sur chaque ville nous aurons permis de nous présenter les sites et
RAP01815.pdf (PONT-L'ABBÉ (29). "keralio" : découverte d'aménagements palissadés protohistoriques et d'une imposante stèle en granit)
  • : Hinguant (S.) et Le Goff (E.), avec la coll. de Gebhardt (A.), Grall (B.), Maguer (P.) et Marguerie (D.) : "Un site de l'Age du Fer stratifié en milieu rural : l'établissement de Keralio à Pont-l'Abbé " in Revue Archéologique de l'Ouest, n°15, p.59 - 114. découvert en contexte
  • Poulleac'h3 et un autre à Rosveign4. Quelques stèle basses ornées ont été trouvées hors contexte archéologique, à la fin du siècle dernier sur le site de Kermaria5 , une autre à proximité du site archéologique de Keralio et enfin une dernière découverte sur le site même du lieu-dit, à
  • .) et Villard (A.) avec la coll. de Hinguant (S.) et Le Goff (E.) : " Les stèles de l'Âge du Fer à décors géométriques et curvilignes. État de la question dans l'ouest armoricain ". Revue Archéologique de l'Ouest, n°13, 1996, p.123-156. 6 Hinguant, 1995 : Hinguant (S.) avec la coll
  • avant l'aménagement d'un lotissement au lieu-dit Kerarthur à Pont l'Abbé 1 Document final de synthèse de fouille archéologique, INRAP, Antenne interrégionale GrandOuest, Direction Régionale des Affaires Culturelles de Bretagne, 83 p. 1.1 Cadre géographique et géologique Le site de
  • : Villes (A.) : "Autour des tombes 20 et 26 de Pernant et 80 de Bucy - Le - Long (Aisne) " in Les Celtes dans le Bassin parisien (Vlème - 1er siècles avant J.C.), Actes du cinquième colloque tenu à Senlis, Revue Archéologique de Picardie, n°l, p.275. Un seul a été ponctuellement sondé
  • a amené le Service Régional de l'Archéologie de Bretagne à demander une évaluation du potentiel archéologique préalable. Les fouilles effectuées en 1995 sous la direction de Stéphan Hinguant, sur des parcelles contigus à l'ouest du site, ont révélé une grande quantité de vestiges
  • 1650 m2 restant est à envisager afin de pouvoir étudier cette stèle dans son contexte d'origine. 4. Bibliographie Bessac, 1987 : Bessac (J.C.) : "L'outillage traditionnel du tailleur de pierre de l'antiquité à nos jours " in Revue Archéologique de Narbonnaise, Supplément n°14
  • , Edition du CNRS, Paris, 319 p. Daire et Villard, 1996 : Daire (M.Y.) et Villard (A.) avec la coll. de Hinguant (S.) et Le Goff (E.) : " Les stèles de l'Âge du Fer à décors géométriques et curvilignes. État de la question dans l'ouest armoricain ". Revue Archéologique de l'Ouest, n°13
  • l'Age du Fer stratifié en milieu rural : l'établissement de Kéralio à Pont-l'Abbé " in Revue Archéologique de l'Ouest, n°15, p.59 - 114. Le Goffic, 1990 : Le Goffic (M.) : " Les souterrains armoricains de l'Âge du Fer ". Revue Cap Caval, n°14, p.29-34, 1990. Roy, 2000 : Roy (E
  • (A.) : "Autour des tombes 20 et 26 de Pernant et 80 de Bucy - Le Long (Aisne) " in Les Celtes dans le Bassin parisien (Vlème - 1er siècles avant J.C.), Actes du cinquième colloque tenu à Senlis, Revue Archéologique de Picardie, n°l, p.264 - 284. Bouexière (Guichen, îlle-et-Vilaine) " in Revue
  • au 1/25000e„ Kerabel irioulin de l'Ecluse Kermaria Rosveign Lambour Poulleac'h I PONT-L'ABBE "] Lieu-dits Keralio et Kerarthur • (tt) ï [Z^Z. Figure n° 3 : Localisation topographique et environnement archéologique des sites de Keralio et Kerarthur. Demi-cercle noir
  • : souterrain, triangle noir : stèle, triangle blanc : stèle déplacée. (Hinguant et alii, 1998). Figure 4 : Localisation du site sur le cadastre actuel. Section AM. Figure 5 : Emprise du projet sur le plan d'occupation des sols. Figure n° 7 : Implantation des décapages archéologiques
  • PONT - L'ABBE : lieu - dit "Keralio" (Finistère) DÉCOUVERTE D'AMÉNAGEMENTS PALISSADÉS PROTOHISTORIQUES ET D'UNE IMPOSANTE STÈLE EN GRANIT EN POSITION PRIMAIRE À PONT - L'ABBÉ. RAPPORT DE DIAGNOSTIC ARCHÉOLOGIQUE Ordre de mission INRAP n°03/413 du 25/05/02 au 31/05/2002 EDDY
  • site : Réf. Projet : 31 05 0303 01 Département : Finistère Commune : PONT - L'ABBÉ Lieu-dit : KERALIO Cadastre : Section AM, n°637, 715, 717, 718 et 719 Plan d'occupation des sols : 1 NAhc Coordonnées Lambert : x = 110,400 y = 2338,500 Altitude NGF : 15 m Propriétaire de terrain
  • : Mme LANTONY (Rue Scraffic, 29760 PENMARCH) L'opération archéologique : Autorisation ou décision : 2002/067 Ordre de mission INRAP : 03/413 à partir du 27/05/02 jusqu'au 31/05/02 Titulaire : Eddy Roy Organisme de rattachement : INRAP Motifs de l'intervention : Aménagement d'un
  • lotissement Aménageur/maître d'ouvrage : Mme LANTONY Surface totale de l'intervention archéologique : 2430 m 2 Surface sondée : 342 m 2 Dates de l'intervention sur le terrain : 27/05/2002 - 31/05/2002 Dates de l'intervention en post-fouille ; 03/06/2002 - 07/06/2002 Résultats : Côte
  • Archéologiques Préventives, antenne Grand-Ouest (37 rue du Bignon CS 67737 - 35577 Cesson-Sévigné cedex), - Gilbert Aguesse, Chef d'Antenne, - Didier Duban, adjoint, - Michel Baillieu, adjoint scientifique et technique Entreprise de terrassement : Léon Trépos (Ménez Bras - Le Croissant, 29120
  • -fouille : Eddy Roy : rédaction du rapport. Eric Nicolas : Dessins Assistés par Ordinateur (DAO) Frédéric Boumier : (topographie) 1. Introduction L'agrandissement sur 2430 m 2 d'un lotissement au lieu - dit Keralio, au niveau d'un contexte archéologique sensible sur la commune de Pont
  • L'Abbé dans le Finistère, a amené le Service Régional de l'Archéologie à demander un diagnostic préalable (fig. let 2). En effet, de nombreux sites ou indices de sites de F Âge du Fer sont connus à Pont-l'Abbé1. Trois souterrains ont été mis au jour au Moulin de l'Ecluse2, un à
  • l'ouest de l'emprise actuelle, lors des fouilles de 1995 6. Ces fouilles effectuées sous la direction de S.Hinguant ont révélé une grande quantité de vestiges archéologique s'étalant de la fin du Vie siècle avant J.C. à la période Augustéenne : ferme indigène, réseaux fossoyés et
RAP02042.pdf ((22). l'occupation des sols dans le bassin du Quiou et sa périphérie à l'époque antique : le canton d'Évran. rapport de prospection thématique)
  • , Rennes, p. 29-39. Gautier M., Jumel G., Leroux G., 1991 - La caractériqation des sites en prospection terrestre et aérienne, terroirs, territoires et campagnes antiques, revue archéologique de l'Ouest, supplément n°4, CNRS, Rennes, p. 39-55 Gautier M., Jumel G., Langouët L., Leroux
  • pourraient faire apparaître un site en remontant le matériel à la surface. De plus, de nombreuses zones n'ont pu être prospectées car la visibilité était nulle comme les pâturages ou les bois. Outre ces contraintes naturelles, il existe des limites archéologiques. Les habitats en dur sont
  • d'éventuelles pratique de fumure à cette époque. En revanche, le mobilier du bas Moyen Âge et de l'époque moderne fut plus nombreux. Mais aucune concentration assez importante n'a été repérée pour en conclure à un éventuel gisement archéologique. Deux sites antiques inédits ont été
  • communes précédente, faute de temps. D'ailleurs, aucun gisement archéologique n'est apparu sur les quelques zones-test que nous avons choisies. 11 • La prospection ponctuelle Sur onze sites visités en prospection ponctuelle, six seulement ont livré du mobilier permettant de
  • Bruyère (site n° 12)). Cependant, de nombreuses interrogations demeurent, notamment au niveau de la classification des sites. De nouvelles vérifications en 2005 devraient permettre de compléter ces données. 19 Bibliographie Bizien-Jaglin C, 2004 - La prospection archéologique dans
  • , Paris, 2 tomes, 217 p., 239 p. Couvreur G., 1991 - Le milieu naturel haut-breton ; contraintes et potentialités, terroirs, territoires et campagnes antiques, revue archéologique de l'Ouest, supplément n°4, CNRS, Rennes, p. 15-19. Daire M.-Y., Gautier M., Langouët L., 1991
  • - Le substrat rural protohistorique en Haute-Bretagne, terroirs, territoires et campagnes antiques, revue archéologique de l'Ouest, supplément n°4, CNRS, Rennes, p. 165-183. Dauzat A., 1971 - La toponymie française, Payot, Paris, 335 p. Delaplace C, France J., 1995, Histoire des
  • Gaules (Vlème siècle av. JC, VI ème ap JC), Armand Colin, Paris, 189 p. Dieudonne N., 1989 - La prospection au sol: étude bibliographique, Revue archéologique du Centre, n°28-2, pp. 217-228. Ferdière A. (dir.), 1998 - La prospection, Errance, Paris, 223 p. Ferdière
  • Nord, Impr. Librairie Lithographie L. Prud'homme, St-Brieuc, 557 p. Gautier M., Jumel G., Leroux G., 1991 - Les métodes et le cadre d'étude du milieu rural de la Haute-Bretagne, terroirs, territoires et campagnes antiques, revue archéologique de l'Ouest, supplément n°4, CNRS
  • G., Provost A., 1991 - L'occupation rurale en Haute-Bretagne à l'époque gallo-romaine, terroirs, territoires et campagnes antiques, revue archéologique de l'Ouest, supplément n°4, CNRS, Rennes, p. 183109 Guennou G., 1981 - La cité des Coriosolites, Dossiers du CeRAA, St-Malo
  • , 180 p. Hofman B., 1986 - La céramique sigillée, Errance, Paris, 135 p. Langouët L. (dir.), 1991 - terroirs, territoires et campagnes antiques, revue archéologique de l'Ouest, supplément n°4, CNRS, Rennes. Langouët L., Jumel G., 1991 - Les campagnes gallo-romaines de la
  • civitas des Coriosolites, terroirs, territoires et campagnes antiques, revue archéologique de l'Ouest, supplément n°4, CNRS, Rennes, p. 127-135. Langouët L., 1990 - Le passé vu d'avion dans le Nord de la Haute-Bretagne, CeRAA, St-Malo, 118 p. 22 Langouët L., 1990 - Prospection
  • Côtes-du-Nord et l'Ille et Vilaine, Dossiers du CeRAA, 10, St-Malo, p. 21. Lanos P., 1991 - Datation archéomagnétique et habitat rural gallo-romain en HauteBretagne, terroirs, territoires et campagnes antiques, revue archéologique de l'Ouest, supplément n°4, CNRS, Rennes, p. 235-255
  • impact de la romanisation, terroirs, territoires et campagnes antiques, revue archéologique de l'Ouest, supplément n°4, CNRS, Rennes, p. 135- 143. Leroux G., 1989 - La civitas gallo-romaine des Riedones: le milieu rural, Institut culturel de Bretagne- CeRAA, St-Malo, 59 p
  • - La diversité des sites 12 C- Le choix de l'implantation 14 D- Les phases d'occupation du sol 16 -Conclusion 19 -Bibliographie 20 -Cartes -Inventaire 2 introduction Cette étude sur l'occupation des sols du canton d'Evran est effectuée dans le cadre d'un master
  • ce travail, nous avons choisi de mettre en oeuvre la prospection pédestre. Deux types de prospection ont été employés. Nous avons effectué une prospection ponctuelle sur les sites déjà inventoriés par le CeRAA, afin d'obtenir de nouvelles données. Celle-ci devait permettre, d'une
  • part, de préciser la chronologie des gisements et, d'autre part, de proposer une classification des sites. Nous avons également pratiqué une prospection systématique sur des zones-test choisies sur les communes de Plouasne, St-Juvat et Tréfumel 1 . Nous replacerons, tout d'abord
  • , notre zone d'étude dans son cadre naturel et historique, puis exposerons les méthodes d'investigation et ses divers aspects (l'enquête orale, la prospection systématique avec une collecte hors-site du mobilier et la prospection ponctuelle). Enfin, nous présenterons les résultats de
  • présence de gisements archéologiques sur leurs terres. Sur les communes d'Evran, Plouasne, Tréfumel et St-Juvat, les agriculteurs se sont révélés plutôt intéressés par les recherches et ont fourni des données permettant de mieux comprendre les transformations du paysage liées à la
  • Quiou, St-André-des-Eaux, St-Judoce, StJuvat et Tréfumel 13 . Dans un premier temps, la prospection ponctuelle concernera l'ensemble des communes du canton sur les sites déjà inventoriés. Puis, la commune de Tréfumel, ainsi que des secteurs de Plouasne et St-Juvat seront couverts en
RAP01233.pdf (PLÉCHÂTEL (35). la Hersonnais. habitat néolithique. rapport intermédiaire de fouille programmée 1994-1996)
  • -et-Loire) et Fort-Harrouard II (Eure-et-Loire). Actes du Vème colloque interrégional sur le Néolithique. Caen, 1983, Revue archéologique de l'Ouest, Position du site sur la carte I.G.N 1725000e de Barn de Bretagne Fie 3 Environnement topographique et archéologique du site
  • des structures. e) Etapes de construction. f ) Le mobilier archéologique. I V ) L'enclos sud. V ) Le bâtiment A V I ) Les analyses. V I I ) Expérimentation. VIII) Conclusion. I) Historique des recherches: rappel: Le site est découvert par prospection aérienne en 1989 ( G. Leroux
  • services autoroutière, un diagnostic archéologique sur plus de trois hectares a permis d'étendre de façon conséquente nos connaissances du potentiel du site. Le tracé quasiment complet d'un édifice de plus de 100m de long, quelques fosses d'un enclos contigu, le pignon d'un second
  • . Revue Archéologique de Picardie, 1, P. 96-126. - Bréart B., 1992 - Archéologie aérienne, 30 ans de découvertes. Archéologia n° 283, octobre 1992. - Burnez C., 1976 - Le néolithique et le chalcolithique dans le centre-ouest de la France. Mémoire de la Société préhistorique Française
  • archéologique de l'Ouest, sup. n° 5, p. 79-83. - L'Helgouac'h J., 1965 - Les sépultures mégalithiques en Armorique. Travaux du Laboratoire d'Antropologie Préhistorique, Rennes. - Louboutin C. et alii, 1994- Beaumont, La Tricherie (Vienne). Un site d'habitat du Néolithique récent. Pré-actes
  • Préhistorique Française-1994- Tome 91:n°6. - Roussot-Larroque J., 1984 - Artenac aujourd'hui pour une nouvelle approche de l'énéolithisation de la France. Revue archéologique du Centre de la France, 23, p. 136-196. - Vaquer J. et Claustre F., 1987 - Aspects de l'habitat rural en Lauragais de
  • coUaboration d'Eric NICOLAS. Avec la participation du Conseil Général d'Ule-et-Vilaine et de la Commune de Pléchâtel. N° de site: 35 221 012 AP. Autorisation de fouille programmée n° 1204. 1233 MINISTERE SERVICE DE LA CULTURE ET DE LA REGIONAL DE L'ARCHEOLOGIE FRANCOPHONIE DE
  • de Pléchâtel. N° de site: 35 221 012 AP. Autorisation de fouille programmée n° 1204. SOMMAIRE I) Historique des recherches: rappel. II) Les recherches en 1994. III) Le bâtiment B. a) Les tierces de trous de poteaux. b) Les structures bordières. c) Les entrées d) Le comblement
  • de 6000 m2 représentant environ le quart de la surface estimée et accessible du site. IH) Le bâtiment B: (fig. 4 et 5): Dès 1992, les tranchées de diagnostic mettaient au jour le pignon est de ce second bâtiment et de quatre trous de poteaux que nous avions interprétés comme le
  • . f) Le mobilier archéologique du bâtiment B: Le matériel archéologique assez riche prélevé dans le premier trou de poteau fouillé en 1992 et 1993 laissait présager une densité plus importante qu'en A. La fouille par moitié de toutes les structures n'a pas confirmé ce premier
  • sédiment jaune et fin provenant des trous de poteaux auxiliaires montre que ce remplissage fortement remanié et tassé provient de la racine du sol brun lessivé Atlantique. Ce sol apparaît largement érodé à la période d'occupation du site de La Hersonnais. Une recherche de l'origine de
  • ce sédiment vers le fond du vallon situé à quelques dizaines de mètres vers l'ouest doit être entreprise en 1995. La proximité de ce vallon profond est un élément majeur dans l'environnement du site, tant en approvisionnement en eau (en l'absence d'autre point d'eau connu
  • naturellement le sol de la colline de St Saturnin, située à l'ouest du site. Vm) Conclusion: Cette première campagne du programme trisannuel a permis de reconnaître la morphologie générale du second bâtiment, malgré des dégradations modernes plus importantes. La limite sud du site
  • a également été mise au jour et ce système d'enclos associé indépendamment à chaque bâtiment est originale. La reconnaissance de deux limites opposées, étroitement liées à la topographie locale, permet d'estimer à 2 ha/2,5 ha la surface du site. Les prochaines campagnes seront consacrées à
  • la zone centrale entre les deux bâtiments et à la limite est du site. L' ampleur et l'importance scientifique des vestiges d'une part, l'opportunité de la mise à disposition d'une surface importante d'autre part, justifient un décapage exhaustif du terrain disponible et un
  • du Grand Ouest mettent en valeur plusieurs sites de nature semblable et contemporains de celui de La Hersonnais qui apparaît moins isolé dans un contexte interrégional. BIBLIOGRAPHIE - Blanchet J.-C, Buchsenschutz 0., Meniel P., 1983 - La maison de la Tène moyenne de Verberie
  • Leroux G., 1990 - Les révélations archéologiques de la sécheresse en 1989 dans les pays de moyenne Vilaine. Fascicule de l'exposition le Passé vu du ciel en Haute-Bretagne. Giot P.-R., L'Helgouac'h J. et Monnier J.-L., 1979 - Préhistoire de la Bretagne. Ouest-France, Rennes. Guilaine
  • . - Jumel G. 1988 - Peuplement antique et structures agraires dans la Vallée de la Moyenne Vilaine. Thèse, université de Rennes 2. - Lajoux J.-D., 1977 - Le tambour du déluge. Villages des montagnes d'Indochine, Editions du Seuil. - Leroux G., 1990 - Les révélations archéologiques de la
  • sécheresse en 1989 dans le sud-est de l'Armorique. Fascicule de l'exposition le passé vu du ciel. - Leroux G., 1992 - Découvertes de structures d'habitat néolithiques dans le Bassin oriental de la Vilaine. Actes du 17 ème colloque interrégional sur le Néolithique, Vannes, 1990, Revue
  • du 21 ème Colloque interrégional sur le Néolithique. Poitiers. - Marolle C., 1984 - Le site d'habitat Michelsberg des "Hautes chanvières" à Mairy (Ardennes). Etat des recherches en 1983, note préliminaire, Préhistoire et Protohistoire en Champagne-Ardennes, 8, p. 31-55. - Pautreau
RAP01309.pdf (PLÉCHÂTEL (35). la Hersonnais. habitat néolithique. rapport intermédiaire de fouille programmée 1994-1996)
  • programmée est engagée en 1992. Parallèlement, en raison d'un projet d'aménagement d'une aire de services autoroutière, un diagnostic archéologique sur plus de trois hectares a permis d'étendre de façon conséquente nos connaissances du potentiel du site. Le tracé quasiment complet d'un
  • matériel archéologique et datations C14. La découverte d'un troisième ensemble étendu recoupant partiellement l'ensemble A marque une certaine durée d'occupation sur le site et laisse présager une extension sur la totalité de la zone centrale qui doit faire l'objet des décapages en 1996
  • . BIBLIOGRAPHIE - Audouze F., Buchsenschutz O., 1989 - -Villes, villages et campagnes de l'Europe celtique.. Hachette. - Blanchet J.-C., Buchsenschutz O., Meniel P., 1983 - La maison de la Tène moyenne de Verberie. Revue Archéologique de Picardie, 1, P. 96-126. - Bréart B., 1992 - Archéologie
  • dans le sud-est de l'Armorique. Fascicule de l'exposition le passé vu du ciel. - Leroux G., 1992 - Découvertes de structures d'habitat néolithiques dans le Bassin oriental de la Vilaine. Actes du 17 ème colloque interrégional sur le Néolithique, Vannes, 1990,Revue archéologique de
  • , tome 91:n°6. - Roussot-Larroque J., 1984 - Artenac aujourd'hui pour une nouvelle approche de l'énéolithisation de la France. Revue archéologique du Centre de la France, 23, p. 136-196. -Tinevez J. Y., 1995- La Hersonnais à Pléchàtel (Ille-et-Vilaine):un vaste ensemble du
  • colloque interrégional sur le Néolithique. Caen, 1983, Revue archéologique de l'Ouest, sup. nù 1, p. 217-236. N 137 Vers Rennes la Hdv^rdierr' 'Tournée Ce Rancoùët •/.Ja'Renoulaisi Noels •lonneri iiviere leteonnais j erré Longuet LanserO faîtière// «e Bois la£ouplais la
  • Bourdonnais :Basse
  • TALBO. Avec la participation du Conseil Général d'Dle-et-Vilaine et de la Commune de Pléchâtel. N° de site: 35 221 012 AP. Autorisation de fouille programmée n° 1204 SERVICE REGIONAL DE L'ARCHEOLOGIE DE BRETAGNE LA HERSONNAIS A PLECHATEL (ILLE-ET-VILAINE) Un vaste ensemble du
  • Néolithique final Programme de fouille 1994-1996 Rapport intermédiaire 1995. Jean-Yves TINEVEZ avec la collaboration d'Eric NICOLAS, de Servane JOVIN et de Cécile TALBO. Avec la participation du Conseil Général d'Ille-et-Vilaine et de la Commune de Pléchâtel. N° de site: 35 221 012 AP
  • . Autorisation de fouille programmée n° 1204 SOMMAIRE I) Historique des recherches: rappel. II) L'avancement des recherches en 1995. III) L'ensemble A: nouvelles données. IV) L'ensemble B. V) L'ensemble C. VII) Le mobilier archéologique. VI) Les analyses. VÏÏI) Conclusion. I) Historique
  • des recherches: rappel: Le site est découvert par prospection aérienne en 1989 ( G. Leroux 1992): l'extrémité est d'un bâtiment à fossé périphérique et tierces de trous de poteaux se distingue très nettement dans la parcelle en culture immédiatement au sud du hameau de La
  • est précédée d'un décapage au bulldozer plus puissant de l'essentiel de la terre végétale, compte tenu de l'absence d'éléments archéologiques dans ce niveau maintes fois labouré. Ainsi, en prenant en compte les 8000m2 supplémentaires mis au jour, la surface décapée atteint
  • quasi parfaitement dans l'axe longitudinal du bâtiment et de son entrée est. A l'image des ouvertures connues sur l'ensemble du site (bâtiment A et B), cette entrée est bordée de part et d'autre d'un trou de poteau situé en léger retrait à l'intérieur de l'enclos.( Fig. 6). - Cette
  • postérieur au précédent (fig. 14). SC15 est, à l'heure actuelle, la seule structure sondée de l'ensemble C. VI) Le mobilier archéologique: (Fig. 15 à 19). La fouille exhaustive de plusieurs trous de poteaux des bâtiments A et B avec tamisage systématique des remplissages livre de nouveaux
  • informations sur la partie est du site et notamment sur les enclos et leur système d'entrée complexe et spectaculaire. Ces nouvelles données mettent en avant le caractère individuel des ensembles A et B, mais également leur homogénéité tant sur le plan architectural qu'en matière de
  • préhistoire à nos jours. Les dossiers du CeRAA, p. 209,230. - Gautier M. et Leroux G., 1990 - Les révélations archéologiques de la sécheresse en 1989 dans les pays de moyenne Vilaine. Fascicule de l'exposition le Passé vu du ciel en Haute-Bretagne. - Giot P.-R., L'Helgouac'h J. et
  • cadre atlantique. Ed. du Laboratoire d'Anthropologie et Préhistoire, Rennes. - Jumel G. 1988 - Peuplement antique et structures agraires dans la Vallée de la Moyenne Vilaine. Thèse, université de Rennes 2. - Krausz S. et Constantin C., 1995- Un site d'habitat de la culture d'Artenac
  • à Moulins-surCéphons (Indre). Bulletin de la Société Préhistorique Française 1995. Tome 92,n°3.p.346352. - Lajoux J.-D., 1977 - Le tambour du déluge. Villages des montagnes d'Indochine, Editions du Seuil. - Leroux G., 1990 - Les révélations archéologiques de la sécheresse en 1989
  • l'Ouest, sup. n° 5, p. 79-83. - L'Helgouac'h J., 1965 - Les sépultures mégalithiques en Armorique. Travaux du Laboratoire d'Antropologie Préhistorique, Rennes. - Louboutin C. et alii, 1994- Beaumont, La Tricherie (Vienne). Un site d'habitat du Néolithique récent. Pré-actes du 21ème
  • Colloque interrégional sur le Néolithique. Poitiers. - Marolle C., 1984 - Le site d'habitat Michelsberg des "Hautes chanvières" à Mairy (Ardennes). Etat des recherches en 1983, note préliminaire, Préhistoire et Protohistoire en Champagne-Ardennes, 8, p. 31-55. - Pautreau J.-P., 1989
RAP03869 (PONT-L'ABBÉ (29).16E rue Alain Signor. Rapport de diagnostic)
  • engagé sur la parcelle prescrite, soit 401 m². L'environnement archéologique de la commune est riche de plusieurs entités de toutes périodes, de la Préhistoire récente à l'Époque contemporaine mais c’est surtout sur la proximité d’un important site rural gaulois juste à l’ouest et
  • continuité d’un fossé médiéval déjà identifié en 1995 lors de la fouille du site de Keralio. Réalisé en février 2020, ce diagnostic archéologique a été conduit par l’Inrap suite à une prescription du SRA Bretagne et sous le contrôle de ce dernier.. sous la direction de Stéphan Hinguant
  • signalétique Mots-clefs des thesaurus Intervenants Notice scientifique État du site Localisation de l’opération Arrêté de prescription Projet scientifique d’intervention Arrêté de désignation Résultats 27 1. Présentation de l'opération archéologique 27 1.1 Origine et objectifs du
  • Signor Notice scientifique État du site En préalable au projet de construction d’un pavillon individuel au lieu dit Keralio, 16E rue Alain Signor sur la commune de Pont-l’Abbé, un diagnostic archéologique a été engagé sur la parcelle prescrite, soit 401 m². L'environnement
  • archéologique de la commune est riche de plusieurs entités de toutes périodes, de la Préhistoire récente à l'Époque contemporaine mais c’est surtout sur la proximité d’un important site rural gaulois juste à l’ouest et d’une occupation de l’âge du Bronze au nord de l’emprise que se justifie
  • régional de l’archéologie de Bretagne a prescrit une opération de diagnostic archéologique sur l’emprise du projet de construction d’un pavillon individuel au 16E rue Alain Signor à Pont-l’Abbé. Malgré une surface réduite (400 m²), la proximité d’un important site rural gaulois juste à
  • . - Augustéen) où se succèdent installations agricoles, parcellaire et systèmes de voiries (Hinguant et al., 1998). Malgré une relative pauvreté du mobilier archéologique, comptant toutefois un fragment de stèle ornée, le phasage chronologique du site a pu être réalisé grâce aux niveaux de
  • HINGUANT (S.) — Pont-l’Abbé (Finistère) : Keralio, Archéologie médiévale (« chronique des fouilles archéologiques médiévales en France »), 26, p. 224. Hinguant et al. 1998 HINGUANT (S.), LE GOFF (E.) avec la coll. de GEBHARDT (A.), GRALL (B.), MAGUER (P.), MARGUERIE (D.) — Un site de
  • l’âge du Fer stratifié en milieu rural : l’établissement de Keralio à Pont-l’Abbé (Finistère), Revue archéologique de l’Ouest, 15, 59-114. Roy 2000 ROY (E.) — Fouille archéologique avant l’aménagement d’un lotissement au lieu-dit Kerarthur (Pont-l’Abbé, Finistère), Rapport de fouille
  • la tranchée nord est positive et a permis de retrouver la continuité d’un fossé médiéval déjà identifié en 1995 lors de la fouille du site de Keralio. Réalisé en février 2020, ce diagnostic archéologique a été conduit par l’Inrap suite à une prescription du SRA Bretagne et sous le
  • Finistère,Pont-l'Abbé, 16E, rue Alain Signor Moyen Âge Sujets et thèmes Fossé parcellaire Mobilier — En préalable au projet de construction d’un pavillon individuel au lieu dit Keralio, 16E rue Alain Signor sur la commune de Pont-l’Abbé, un diagnostic archéologique a été
  • d’une occupation de l’âge du Bronze au nord de l’emprise que se justifie la prescription. L'objectif du diagnostic était alors d'apprécier la présence éventuelle de vestiges dans le soussol, en lien ou pas avec ces entités archéologiques et, le cas échéant, d'en préciser le contexte
  • sédimentaire et chronologique. Diagnostic archéologique Époque médiévale, Rapport d’opération Chronologie Finistère, Pont-l'Abbé, 16E, rue Alain Signor Diagnostic archéologique Sur les deux petites tranchées ouvertes, seule la tranchée nord est positive et a permis de retrouver la
  • Inrap Grand Ouest 37 rue du Bignon CS 67737 35577 Cesson-Sévigné Tél. 02 23 36 00 40 www.inrap.fr Inrap Grand Ouest mars 2020 Diagnostic archéologique Rapport d’opération Diagnostic archéologique 29220 Code INSEE Finistère, Pont-l'Abbé, 16E, rue Alain Signor — D130739 2019
  • diagnostic archéologique 27 1.2 Cadre géographique 27 1.3 Cadre archéologique 28 1.4 Méthodologie 29 2. Résultats 33 3. Bibliographie I. Données administratives, techniques et scientifiques Conditions d’utilisation des documents Les rapports d’opération archéologique
  • suivants du code de la propriété intellectuelle. Renseignement : DRAC Bretagne : http://www.culture.gouv.fr/Regions/Drac-Bretagne Service Régional de l’Archéologie - Centre de documentation archéologiqu Campus universitaire de Beaulieu - Avenue Charles Foulon - 35700 Rennes 01/09/2018
  • 2020 Surface prescrite et sondée Emprise maximale prescrite 401 m2 Surface sondée 60 m2 soit 15 % de l'emprise prescrite 8 Inrap · Rapport de diagnostic archéologique Finistère, Pont-l'Abbé, 16E, rue Alain Signor Mots-clefs des thesaurus Chronologie Sujets et thèmes
  • l’opération Thomas Arnoux, Inrap Délégué du directeur-adjoint scientifique et technique Mise en place et suivi de l’opération Stéphan Hinguant, Inrap Responsable de recherche archéologique Responsable scientifique Prénom Nom, organisme d’appartenance Tâches génériques Tâches
  • génériques Tâches affectées dans le cadre de l’opération Stéphan Hinguant, Inrap Responsable de recherche archéologique Responsable scientifique Caroline Dulou, Inrap Technicienne de recherche archéologique Fouille, relevés et enregistrement Émeline Le Goff, Inrap Topographe
  • Levé topographique Prénom Nom, organisme d’appartenance Tâches génériques Tâches affectées dans le cadre de l’opération Stéphan Hinguant, Inrap Responsable de recherche archéologique Rédaction du rapport Caroline Dulou, Inrap Technicienne de recherche archéologique DAO
RAP02276.pdf (Bassin occidental de la moyenne Vilaine et centre Bretagne. rapport de prospection inventaire)
  • de lotissements, notamment à Corlay et Trévé dqns les Côtes-d 'Armor (Fig. 10 et 11). Pour ces sites, les fiches de déclaration ont été transmises à la Carte archéologique en urgence ! Concernant d'autres secteurs sensibles, il faut signaler la présence de structures fossoyées sur
  • M., 2003 - Les fermes et les parcellaires gaulois du Porhoët révélés par l 'Archéologie aérienne, Bulletin et Mémoires de la Société Archéologique et Historique d'Ille-et-Vilaine, Tome CVII, p. 35-41. Bernard C, et Fily M., 2004 - Une découverte archéologique remarquable, Un site
  • cri IU N" f CARTE de site attribué ARCHÉOLOGIQUE | | j| N° d'enregistrement DRACAR I ] I Mil Mil Code AP / AH Modification | j | ALLINEUC (22). Le Guerny. Annexe I. Déclaration de découverte archéologique A rwtourfajr mu Service Régional de l'Archéologie de
  • ^.. Mobilier Oui £ | Non j^j Lieu de conservation : ^...^^.
  • : .. CADRE RESERVE CELLULE CARTE ARCHÉOLOGIQUE N' de site attribué | | N* d'enregistrement DRACAR | Mil Mil Code AP / AH II I I I Modification I | \ [~| | L ■H 5 i CORLAY(22). Coat-Dour. Déclaration de découverte archéologique Arïtounwrxi Responsable = UN du
  • de datation : .v..V.1«U Non Lieu de conservation : Documentation : Bibliographie : .. CADRE RESERVE cri m r CARTE ARCHÉOLOGIQUE. N" de site attribué N° d'enregistrement DRACAR _| Code AP/ AH Modification
  • proposée : Mobilier j Oui £ Documentation : b >^.lb.f.&....&....d
  • RESERVE OH I U H r CARTE ARCHÉOLOGIQUE de site attribué | | N° d'enregistrement DRACAR | | | [ | Mil I 1 1 I 1 Code AP/ AH Modification | j | HAUT-CORLAY (22). La Garenne. |,jïimosgyen \ /A'7% — Â —c 7 Il Kertapin 7:' H Dçnézo m t 'h 4*^Bois'E ' £-Kergolio0 - e
  • : Mobilier Oui £ | ^.hdik.ttvftxbnAt/. Non Lieu de conservation : Documentation : .^L^.Q7^>^^\^i^^...^B^t^. Bibliographie : CADRE RESERVE CELLULE CARTE ARCHÉOLOGIQUE N" de site attribué j | N° d'enregistrement DRACAR | I I I I I | I ] I Code AP/ AH Modification
  • ^.?^P^Lic^i^...^C^tJ*t.. Bibliographie : CADRE RESERVE CFI I U r CARTE ARCHÉOLOGIQUE N° de site attribué [ | N* d'enregistrement DRACAR | | | | | | [__ | | | Code AP / AH Modification | j | Annexe 1. Déclaration de découverte archéologique i. Service
  • ^ Eléments de datation : ...l/..Vh
  • datation n : ...j ..Xia^.c ^ftUrtC «/>w.. Chronologie proposée : Mobilier Oui £ .^Mï^iVan^oe***. Non Lieu de conservation : Documentation : Bibliographie : CADRE RÉSERVE CEI i il r CARTE ARCHÉOLOGIQUE N' de site attribué N' | j d'enregistrement DRACAR | Mil Mil Code AP
  • Non sfX^aa^v/vi^Oicar. . ^pai/JXf-. 7 fj \Q Bibliographie : CADRE RESERVE CELLULE CARTE ARCHÉOLOGIQUE N* de site attribué | | N° d'enregistrement DRACAR | | | 1 | Mil Code AP/ AH Modification | | | Annexe 1. Déclaration de découverte archéologique Service
  • : CADRE RESERVE CEU-ULe CARTE ARCHÉOLOGIQUE N" de site attribué | | N° d'enregistrement DRACAR | | | | | Mil Code AP / AH Modification | [ \ Déclaration de découverte archéologique rw Annexe I. . Service Régional de l 'Archéologie de Bretagne S. tu* ou CMpttrt. 35M4
  • Chronologie proposée : Mobilier Oui £ j Lieu de conservation : Non Documentation : ..^^^(^W^rV.C|^^...^.(^.'^ Bibliographie : CADRE RESERVE mutr CARTE ARCHÉOLOGIQUE N* de site attribué | | j| | N° d'enregistrement DRACAR 1 | Mil Code AP / AH Modification | \ \ y
  • : Mobilier Oui £ Documentation : | ..^hAbt.th/Xnî.Mls. NonJ5>
  • sfyhussÀuhAÔ. Etat de conservation : f Eléments de datation : .sfioAMMst*?. Chronologie proposée : .s$T>M^b.îMtni/?tâZf... Mobilier Oui [| | Non Lieu de conservation : Documentation : v^JL
  • datatii Chronologie proposée : Mobilier Oui £ | ..jk*A^t!!hrtM.hJt
  • N* de site attribué N - d'enregistrement DRACAR _J Code AP / AH Modification | | | Annexe I. ■. Déclaration de découverte archéologique Service Régional de l'Archéologie de Bretagne 6. ru* du Chip*». 35044 Htnrm C*d*>. |X[ Première mention = ^TÔToTg Année
  • Nonf Lieu de conservation : jJhd.&.
RAP00888.pdf (ERDEVEN (56). la commune. rapport de prospection inventaire.)
  • .. Documentation : .^frrT.T. Bibliographie : CADRE RESERVE CELLULE CARTE ARCHÉOLOGIQUE. N° de site attribué [ | N° d'enregistrement DRACAR | | "--TT Contours Rayon du site (mètres) : Oui Année d'édition v Zone : X = Y = Mobilier .... ?/.A T ..4
  • : . Bibliographie : CADRE RESERVE CELLULE CARTE ARCHÉOLOGIQUE N° de site attribué N° d'enregistrement DRACAR Code AP / AH Modification .drrr^. ie .
  • : Bibliographie : | Non | /C| Lieu de conservation : ..^y*?.. .^^r^*. CADRE RESERVE CELLULE CARTE ARCHÉOLOGIQUE. N° de site attribué N° d'enregistrement DRACAR _J Code AP / AH Modification f 5 - Bosquet près du CE 181 (gauche) . File de blocs et de menhirs. YC - Le Belano, 43a
  • conservation : .^tf^". ..yt^.. CADRE RESERVE CELLULE CARTE ARCHÉOLOGIQUE N° de site attribué N° d'enregistrement DRACAR _J | | | | Code AP / AH Modification c Déclaration de découverte archéologique A ™toonw. u Annexe I. . Service Régional de l'Archéologie de Bretagne 0. rus
  • : fe**r>-. Eléments de datation : Chronologie proposée : . . Mobilier Oui £ Documentation : Bibliographie : | Ut.*»» A JC Sk^-.^-.-rrr^. . Non | /C| Lieu de conservation : ..^f^. .^-^T. CADRE RESERVE CEIXULE CARTE ARCHÉOLOGIQUE. _J N° de site attribué N
  • ....'>«^^ Eléments de datation : Chronologie proposée : . lU^à^f^um^wf^f. . .fcïimJr. .^«rf. . \cx . ^n .->r
  • £ | Non Documentation : Bibliographie : \jj | Lieu de conservation : .^c^T. • -r^7. t x CADRE RESERVE CELLULE CARTE ARCHÉOLOGIQUE. N° de site attribué N° d'enregistrement DRACAR | [ | | | | | Code AP / AH Modification | | | h«*lo. 11 - Alignements de menhirs (N/S
  • ^vs^x. Eléments de datation : ^^jfry^.J'iM^^SL .^^,.^>r^T^. Chronologie proposée : Mobilier Oui ] pit^b^Ç^tïXf-** Non[] Lieu de conservation : ....(2 «r.^?..A
  • : Bibliographie : CADRE .yff. RESERVE CELLULE CARTE ARCHÉOLOGIQUE. N° de site attribué N Ç?..?.4f:. Section(s) et parcelle(s) : Iv ^4 1 ..^^^T..... Observations : ..«■SrWw. 4 Organisme Département : Nom du site : ( y»«
  • .. Bibliographie : CADRE RESERVE CELLULE CARTE ARCHÉOLOGIQUE N° de site attribué N° d'enregistrement Code AP/ AH DRACAR Modification REMEMBREMENT Titre Ier du Livre I er du Code Rural ERDEVEN (Morbihan) du N° I Section YB au N° 50 *0 / Calque Définitif Section o0. ZN
  • ARCHÉOLOGIQUE. N° de site attribué N° d'enregistrement DRACAR _| Code AP / AH Modification □ IZ3 IL £ 16 - Blocs et menhirs dans une zone déboisée. Zffi - Mané Braz, 74 17 - Alignements détériorés par les arbres déracinés dans une zone nettoyée. Vue du CE 53. ZM - Mané Braz, 73
  • de datation : .. &Jil **»&. Oui tÀ.*$(s..*k*.. J^£c*.^..^ ( ...Ahà£cj~je. Chronologie proposée : Non Ç.&fic.. Lieu de conservation : Documentation : Bibliographie : CADRE RESERVE CELLULE CARTE ARCHÉOLOGIQUE. N° de site attribué | | N° d'enregistrement
  • ARCHÉOLOGIQUE. | 1 N° de site attribué N° d'enregistrement DRACAR | MM MM | | [ [ Code AP/ AH | | | Modification Il S 20 - Alignements de menhirs et blocs dans une parcelle défrichée. ZM - Lann er Croch, 88 21 - Pin des alignements de la parcelle et vue sur le tertre
  • ^.kù.^..SL ? Mobilier Oui \)Q | Non| | ^ Lieu de conservation : ....JsJ.fr^JCZs....^. Documentation : Bibliographie : . CADRE RESERVE CELLULE CARTE ARCHÉOLOGIQUE. N° de site attribué | | N° d'enregistrement DRACAR | | | | 1 \ | | | | | | Code AP / AH
  • .^\X
  • datation : S , Chronologie proposée : ....ùy*Ât [£œX£..^&^ Mobilier Oui £ | Non Documentation : .j^eUzi.. Bibliographie : y^^.. Lieu de conservation : , CADRE RESERVE CELLULE CARTE ARCHÉOLOGIQUE N' de site attribué N° d'enregistrement DRACAR J L Code AP/ AH
  • : ^^rTT Chronologie proposée :
  • conservation : Eléments de datation : .^yf??. ù/é. fc.dterJ .^/w* Chronologie proposée : Mobilier Oui £ Documentation : | Non | V | Lieu de conservation : , .....^y^. Bibliographie : .^r:. CADRE RESERVE CELLULE CARTE ARCHÉOLOGIQUE. N° de site attribué | | N
  • : Bibliographie : | .^v //*Vtf.ts."l^yw«c Non | | Lieu de conservation : . .^sf.. .^rTTT. CADRE RESERVE CELLULE CARTE ARCHÉOLOGIQUE. N* de site attribué N° d'enregistrement DRACAR Code AP/ AH Modification REMEMBREMENT por M. LE MAO Mlciiel Déclaration de découverte archéologique
  • CELLULE CARTE ARCHÉOLOGIQUE. N° de site attribué | | N° d'enregistrement DRACAR | [ [_ ] [ | | |_ _| Code AP / AH Modification ZI Tertre couvert d'une végétation différente coffre dans le fond. Z.L - Sr Lannec, BOVELANB 2a Déclaration de découverte archéologique . n
RAP02450.pdf (PLOUAY (56). Kerscoulic, des cavités souterraines. rapport de sondage)
  • découvertes ont fait l'objet de quelques publications dans les bulletins de la Société Archéologique du Finistère et d'une synthèse de Jean-Pierre et Annie BARDEL dans la revue Archéologia consacrée à la Bretagne du Moyen-Âge en août 1976. Depuis plus de trente ans, aucune publication n'a
  • région. Dès lors, il est évident que les problèmes d'identification sont plus complexes que pour des vestiges mieux connus. m , revue Archéologia, août 1976). BARDEL Néanmoins, les travaux de viabilisation vont se poursuivre et nous donner l'occasion de mieux appréhender le site
  • - MORBIHAN) Sommaire I- LOCALISATION DU SITE 04 II- LES CIRCONSTANCES DE LA DÉCOUVERTE 06 III- LA DESCRIPTION DES STRUCTURES 07 07 10 10 III-i La salle A III-2 La salle B III-3 Identification et interprétation IV- CONCLUSION 12 4 D. TANGUY FIG. 1 et E. BOURHIS
  • - Localisation du site de Kerscoulic (carte IGN® éch. 1:50 000") I - LOCALISATION DU SITE Kerscoulic est un gros hameau situé à 2,5 kilomètres de Plouay et installé sur un plateau dominant vers le nord la vallée d'un petit affluent du Scorff. Le paysage, dans cette direction, s'ouvre
  • largement vers la forêt de Pont-Calleck dont la bordure sud, limitée par le Scorff, est distante de 1 500 mètres à vol d'oiseau (FIG. 1 ET 2, CL. 1 ET 2). CL. 1 - Vue aérienne du site de Kerscoulic (Google EarthK). Vers le sud, le relief est marqué par le prolongement nordouest de
  • d'un site à l'autre. Sur les quatre types retenus, il est certain que les cavités de Kerscoulic se rapprochent beaucoup des types 3 et 4 que l'on retrouve à Kersignat et Trézien en Plouarzel (FIG. 4 ET 5). Pour ces deux types, l'entrée se fait par un puits d'accès latéral. Mais, et
  • •n Kera ndr ao n en PLOUARZEL PLOUMOGUER immii FIG. 4 - Plans et coupes de structures similaires à Kersignat en Plouarzel et Kerandraon en Ploumoguer (J.-P. et A. BARDEL, revue Archéologia, août 1976). mu un' 12 D. TANGUY et E. BOURHIS TYPE 4 /Ar^^n fi Jr 11 /I il
RAP01371.pdf (SAINT-SAUVEUR-DES-LANDES (35). la Barrais. l'occupation néolithique final. autoroute a 84. rapport de fouille préventive)
  • aérienne dans le sud-est de l'Ille-et-Vilaine. In, Paysans et bâtisseurs, Revue Archéologique de l'Ouest, Suppl. n°5 , 1992, p. 79-86. LETTERLE 1986 : Letterlé (F.) - Un habitat de la fin du Néolithique : le site du Plantis à Oisseau. In, Premiers agriculteurs de la Mayenne, Recherches
  • , Revue Archéologique de l'Ouest, suppl. n°7, p. 293-317. VILLES 1983 : Villes (A.) - Le site du Clos à Ecury-le-repos et le Néolithique final en Champagne. In, Bulletin de la Société Archéologique Champenoise, n°2, 1983, p. 3-74. VILLES 1985 : Villes (A.) - Sur les rapports S.O.M
  • Bretagne, qui assure la coordination des chantiers archéologiques sur le tracé de l'A 84. Les Directions Départementale et Régionale de l'Equipement, fïnanceurs des travaux. MM. Jean-Yves TINEVEZ et Olivier KAYSER, préhistoriens au SRA de Bretagne, pour leur visite sur le site
  • surface ayant livré des indices de site néolithique répertoriés en Ille-etVilaine (un peu plus de 150 gisements) indique également la présence d'un potentiel archéologique encore largement sous-exploité (figure 5). La découverte d'un gisement du Néolithique final sur le tracé de la
  • le bilan chronologique du site de La Barrais. Description du mobilier Le mobilier recueilli au cours de la fouille est relativement peu abondant. Il provient de surcroît de contextes archéologiques souvent mal assurés. Il constitue pourtant un petit ensemble typologiquement et
  • Lebert (P.), Lefèbre (D.), Marguerie (D.), Paulet-Locard (M.A.) Poses, Le Vivier - Le Clos Saint-Quentin (Eure), l'occupation de la plaine inondable au Néolithique et au début de l'Age du Bronze ; Revue Archéologique de l'Ouest, n°l 1, 1994, p. 53-114 . BLANCHET 1984 : Blanchet (J.C
  • .) - Les premiers métallurgistes en Picardie et dans le Nord de la France; Mémoire de la Société Préhistorique Française; T. 17, 1984. CASSEN 1989 : Cassen (S.) - Préhistoire récente du Choletais : une exploitation cartographique de la prospection désordonnée Revue Archéologique de
  • . LECERF 1986 : Lecerf (Y.) - Une nouvelle intervention sur le camp du Lizo en Carnac (Morbihan); Revue Archéologique de l'Ouest, 1986,p. 47-58. LEROUX 1996 : Leroux (G.) avec la collaboration de Aubry (L.) et Paitier (H.) - Autoroute des Estuaires. Evaluation archéologique de l'A 84
  • Archéologique de l'Ouest, Suppl. n°7, 1995, p. 247-273. ROUSSOT-LARROQUE 1984 : Roussot-Larroque (J.) - Artenac aujourd'hui : pour une nouvelle approche de l'énéolithisation de la France; in, Revue Archéologique du Centre de la France, T. 23, vol. 2, 1984, p. 135-196. TESSIER ET BERNARD 1995
  • récemment en Bretagne ; in, Paysans et bâtisseurs, Revue Archéologique de l'Ouest, suppl. n°5, 1992, p. 71-78. TINEVEZ 1995 : Tinevez (J.Y.) - La Hersonnais à Pléchâtel (35), un vaste ensemble du Néolithique final ; in, Actes du 20° colloque interrégional sur le Néolithique, Evreux, 1993
  • /Artenac dans le Bassin Parisien. Actes du IX° colloque interrégional sur le Néolithique, seconde partie, Compiègne, 1982, Revue Archéologique de Picardie, n°3-4, 1985, p. 27-38. VILLES 1986 : Villes (A.) - Deux implantations septentrionales de la civilisation d'Artenac : Ligueil (Indre
  • -etLoire) et Fort-Harrouard (Eure-et-Loir); Revue Archéologique de l'Ouest, suppl. n° 1, 1986, p. 217-236. •l ï T t m /â Plainchafdièr&~ • Cojjrtoùx le Voian £.114 jAnc. carr. jfji la Biltière •la Crèuserie \ X f c A \ f b Maison Jaune 120 Devise ? les.Coursières \j 'j.l
  • m. 50 m coupe géomorphologique AB tourbe Figure 4 : plan général du site de La Barrais. En noir, structures fouillées ou sondées DRAC - SRA - Carte Archéologique SEYNHAEVE Emmanuel La Barrais La Hersonnais Type de site [ r i Gisement de surface p~| Sépulture [ T
  • SAINT-SAUVEUR-DES-LANDES, ILLE-ET-VILAINE Autoroute des Estuaires, A 84 Site n° 35 310 006 L'OCCUPATION NEOLITHIQUE FINAL DE LA BARRAIS - DFS de fouille préventive - par Stéphan Hinguant, chargé d'études AFAN et Luc Laporte, chargé de recherches CNRS Service Régional de
  • l'Archéologie Bretagne, Rennes Unité Mixte de Recherches 153 du CNRS, Rennes 1996 SAINT-SAUVEUR-DES-LANDES, ILLE-ET-VILAINE Autoroute des Estuaires, A 84 Site n° 35 310 006 L'OCCUPATION NEOLITHIQUE FINAL DE LA BARRAIS - DFS de fouille préventive - par Stéphan Hinguant, chargé d'études
  • AFAN et Luc Laporte, chargé de recherches CNRS Service Régional de l'Archéologie Bretagne, Rennes Unité Mixte de Recherches 153 du CNRS, Rennes 1996 F I C H E SIGNALETIQUE LOCALISATION DE L'OPERATION SITE N°:... .3.5.. .3-10- • • 00-6 Lieu dit ou adresse : Département: .35
  • . . A.. 84. Maître d'ouvrage : ...D-,-D»-E--3-5 Coût global de l'opération : 3 5 0 . 0 0 0 FF Contraintes techniques particulières : Surface fouillée : : 7 0 0 0• -..m2 Surface estimée du site : m2 (dans la ou les parcelles concernées par l'opération) Emprise menacée entièrement
  • Plusieurs personnes ont contribués, de près ou de loin, à la réalisation de la fouille archéologique de La Barrais et à l'exécution du présent rapport. Nous voudrions remercier plus particulièrement : M. Yves MENEZ, protohistorien, Conservateur au Service Régional de l'Archéologie de
  • -DES-LANDES (35) Présentation L'environnement naturel du site Le site de La Barrais s'inscrit dans un relief de petites collines aux altitudes oscillant entre 50 et 200 m NGF, paysage typique du Coglés où le réseau hydrographique parfois très encaissé et les nombreux affleurements
  • rocheux contribuent à l'aspect accidenté de l'environnement topographique L'environnement immédiat du site, dans les limites de l'emprise foncière de l'autoroute, se caractérise par une topographie assez peu marquée correspondant à l'extrémité d'un petit promontoire. Sa pente douce