Rechercher sur le site

  • Chercher les documents contenant un mot OU un autre : tapez simplement les mots à la suite => bracelet bronze
  • Chercher les documents contenant un mot ET un autre : utilisez le mot-clef AND => bracelet AND bronze
  • Chercher les documents contenant une expression exacte : taper l'expression entre guillemets => "bracelet en bronze"

Limiter votre recherche

Auteur
Type d'opération
Commune
Département
Date (Année)

3974 résultats Exporter les résultats

Trier par Titre : ascendant / descendant
RAP01114.pdf (GUISSENY(29). plage du Curnic. rapport de fouille préventive)
  • GUISSENY(29). plage du Curnic. rapport de fouille préventive
  • de R. Gavelle, Ilotes sur les fibules gallo-romaines recueillies à Lu^dunum Convenarum (Saint-Bertrand-de-Comminges). dans Ogam, XIV, 80-81, 1962, pp. 201-225. Ces ouvrages donnent une bibliographie abondante sur la question. â/jor de lignes obliques incisées ; l'arc est orné de
  • siècle après J.-C. (11). Cependant M . Sapène notait qu'à Saint-Bertrand-de-Comminges un exemplaire avait été découvert dans un niveau de la pleine période antonine. Le type de fibule à arc non interrompu (pl. III, fig. 3» 3a) existe déjà à Bibracte, à C-ergovie, sous la forme la plus
  • Schweizerischen Gessellschaft ffir Urgeséhicbte, XXXV, 1944, p. 101, cité par L . Lerat, ouvr. cité, p . 17. - 11 On admet son existence en Angleterre jusque vers 65 et en Suisse, cane la deuxième moitié du 1er siècle. Cependant, à Saint-Bertrand-de-Comminges, une fibule de ce type a été
  • 4tr ä ; % B! M- t. - J ; V : '- : - ; ** 'iJ-'- • &£ • m - £ aw* FOLI O •i -'I 44Í* • -^.jf'í-?' BREST, le 10 octobre 1967 »«ai u m w m Monsieur 1® Directeur de la Correspondant Départemental à 12, rm leptune à Bllf^ Circonscription des Antiquités Historiques de
  • Bretagne et des Pays de la Loir© Faculté des Lettres l » 1 8 S 8 1 8 Au début du «sois de mars 1967 le du journal «Le de Brest1» signalait la présence de substrac- télégrmm tions sur la plage du Curnlc en Cuissény. Une forte marée avait mis h m quelques tronçons de mura, au pied
  • d'une dune de 4 m de haut, à la lirai te tes hautes taux. Le ait© 4a Curnie est bien eoatm des archéologues, en particulier grâce aux travaux fie il. P.-IUSiot qui y & décelé, a» voisinage du aim . vieux sol néolithique habité, que l'on a pu dater approximativeisent, par 1
  • ® radiocarbone, de 4O0C à 2500 avant Jésus-Christ. Ce vieux sol a été ensuite fossilisé sous «ne tourbière établie là 'Vers 2000 à 1800 ans avant notre ère. Enfin, à proximité de cette tourbière, on a pu déceler Implantation d'une exploitation 4© sel 4e l'Age du Bron.ee final, eèit à partir
  • de 800 avant Jésus-Christ. {voir P.-K.Giot, J.L'ielgouach et J.Briard, .¡j>ftUfl4n fiTOfe ep, ffuissény, dans AHftftfom.flift t.LXXÏI ( i m ) , pp.49-70, ,vee la repro- duction d'une carte détaillée du secteur considéré ici)* -2Auewn indice remettant de supposer m® occupation
  • ultérieur® de ootte plage n'avait été signalé jusque là. Mais l'articl® du Télégramme 4e Brest faisait état d® briques « t te poteries, de surs soigneusement appareillés* ce qui excluait toute attribution h la préhistoire. Je s® suis rendu sur place uns première fois« le $ mars» pour
  • «ne enqults préliminaire et, après m*être assuré qu'il s'agissait bien d'une construction 4® l'époque gallo-romains, je vous en ai rendu compte en sollicitant une autorisation de sondages qu® vous avez bien voulu m*accorder. Les fouilles ont su lieu en doux journées, les 10 et i l
  • mars 1967, avec 1s concours de professeurs st d'étudiants 4u Collège Littéraire Universitaire de Brest. Elles se sent déroulées dans des conditions lisses particulières s on effet, le site était recouvert deux fois par jour par la aarés st, chaquo fois, ls travail devait être
  • recommencé car la mr déposait sur les subatructlons de grandes quantité« 4® sable qui devaient être évacuées $ chaque séance. D'où ls nécessité 4'allsr assez vit® et d'employer un personnel nombreux. ¿*ça].isaslfta fAtfi » longitude » 4»26'48" Ouest latitude » 4« « 38 ' 30 " Nord
  • coordonnées Lambert s 100,5 Sst 126,2 Mord Carte 1/50000 -Plougueraeau. La construction antique se trouva à peu près au milieu 4® la plage délimité® par la point® 4® Beg-ar-Sksz à l'est et par m cordon 4® galets reliant l ' i l ® Enes-Kroaseent à un® point® de rochers à l'ouest. La 41s
  • ®, par suit® 4e vsnts 4® 33or4 dominants assez violents, elle parvint au niveau correspondant à tua« marée de cote 115-113. MmzMÂmJjusàM-* Mmm avons pu examiner pendant quelques heures les élément» mie au Jour. I l s comprennent « * m grand bassin rectangulaire de S » . de largeur
  • et de longueur encore Inconnue -plue de 4,30 » ont été dégagés dejas*enfonçant perpendiculairement sous la dune épaisse en ce point de 4 m . environ. • _ ' • • • »«M- L#e sur» ont h la base un® largeur de 0,43 » et 0,39 m m à la partie supérieur» séparée de la base par un
  • décrochement. I l s «ont assis sur des fondations de gros galets marins oreu- *••' es dans une argile sableuse très claire qui représente la partie supérieure de 1'ancien sol fossilisé sous la dune. Los murs ont une élévation maximum de 1 » à partir du fend. Les pierres de petit appareil
  • sont liées par un mauvais mortier argileux. Si l'extérieur n'a reçu aucun soin particulier, par contre, l'intérieur est revêtu d'uncir.snt blanc bien lissé épais de 0,03 m» qui recouvre les murs et le fond du bassin, en assure l'étanohéité. La fond est légèrement incliné vers 1s sud
  • . A 20 o» au-dessus du fond sont dessinés trois f i l e t s horizontaux d® couleur' - m f i l e t rouge entre deux noirs» distants l'un de l'autre d» 2,5 cm. On peut penser qu'ils étaient destinés k fixer trois niveaux de remplissage du bassin. Le bassin était rempli de sable marin
  • lors de notre in tervention. Bans le coin nori-ouest étaient rangées verticalement les unes contre les autres des tuiles à rebord intactes, n'ayant ¿sisals servi à la couverture d'un teit. On a pu en compter une quins inc. C© sont lee seuls objets découverts. L'état dans lequel il
  • © se présentaient suggère un abandon soudain de l'établissement. I l est di f i c l l s , dans c© cas, alors que les fouilles n© sont pas terminées, d'essayer d© comprendre l® fonctionn ©ment de l'exploitation. -4XI est oertain que ee bassin était destiné à recevoir de l'eau de
RAP00904.pdf (CARHAIX (29). aqueduc gallo-romain. rapport de prospection thématique)
  • CARHAIX (29). aqueduc gallo-romain. rapport de prospection thématique
  • Alain PROVOST et Bernard LEPRETRE L'AQUEDUC GALLO-ROMAIN DE CARHAIX (COTES-D 1 ARMOR - FINISTERE) PROSPECTION THEMATIQUE ET SONDAGES Autorisation 93-51 du 10 juin 1993 RAPPORT 1993 TOME 1/3 PRESENTATION GENERALE LA PROSPECTION L'AQUEDUC GALLO-ROMAIN DE CARHAIX ( COTES -D
  • ' ARMOR - FINISTERE) PROSPECTION THEMATIQUE ET SONDAGES 1993 autorisation n' 93-51 du 10 juin 1993 Rapport présenté par ALAIN PROVOST, ARCHEOLOGUE HORS-STATUT RATTACHE AU SERVICE REGIONAL DE L'ARCHEOLOGIE DE BRETAGNE Avec la collaboration de BERNARD LEPRETRE, INGENIEUR CIVIL
  • ARCHEOLOGUE BENEVOLE DU CENTRE DE RECHERCHES ARCHEOLOGIQUES DU PAYS DE RENNES tome 1/3 PRESENTATION GENERALE LA PROSPECTION Avec le concours DE LA SOUS -DIRECTION DE L'ARCHEOLOGIE MINISTERE DE LA CULTURE ET DE LA FRANCOPHONIE DES CONSEILS GENERAUX DES COTES-D ' ARMOR DU FINISTERE DES
  • COMMUNES DE CARHAIX GLOMEL LE MOUSTOIR MAEL-CARHAIX PAULE 1 SOMMAIRE TOME 1 INTRODUCTION 2 OBJECTIFS DE L'OPERATION 3 L'ETAT DE LA QUESTION AVANT NOTRE INTERVENTION 4 BIBLIOGRAPHIE DE L'AQUEDUC 8 REMERCIEMENTS 9 PREMIERE PARTIE: LA PROSPECTION Problématique Méthodologie
  • de la prospection Inventaire des sites de l'aqueduc Carte des sites de l'aqueduc 10 10 10 13 76 2 INTRODUCTION "L'aqueduc romain de Carhaix est un monument bien connu". Tel est le discours souvent entendu dans le milieu des érudits locaux ... et dans le cercle des
  • archéologues bretons! En fait, lorsque, à la requête des élus locaux des cantons et communes de la région de Carhaix soucieux de valoriser les quelques sections de l'aqueduc connues sur leurs territoires, Yves Ménez, Conservateur du Patrimoine au Service Régional de l'Archéologie de
  • Bretagne, nous a proposé de réexaminer la question, nous nous sommes rapidement rendu compte de l'état lacunaire du dossier pour ne pas dire de l'indigence de la littérature consacrée à ce monument symbole de prestige pour la ville de Vorgium (Carhaix), capitale de la cité des Osismes
  • . D'autre part, il apparaissait d'une relative urgence de remettre à plat le tracé de cet ouvrage au regard des pressions des aménagements de toute sorte. Même si cette pression est sans commune mesure avec ce que l'on peut connaître autour de rennes par exemple, il n'en reste pas moins
  • que durant ces 20 dernières années des portions de l'aqueduc ont été écrêtées par les labours profonds ou détruites lors de terrassements de bâtiments d'habitation ou agricoles. Fort heureusement d'autres sections ont pu être fouillées en sauvetage ou préventivement à l'occasion de
  • travaux d'aménagement: à Persivien (lotissement) et à Kernevez (rocade est de Carhaix). D'autres projets sont susceptibles de concerner l'ouvrage dans l'avenir: les aménagements de la RN 164 Rennes-Carhaix et les projets de zones d'activité économique à la périphérie est de Carhaix
  • pour ne citer que les programmes à court ou moyen terme . Enfin, au regard de la demande des élus locaux, il importait de mesurer l'état de conservation du monument dans ses sections susceptibles d'être intégrées dans les circuits touristiques locaux. L'effort porté sur la
  • valorisation des richesses du patrimoine de cette région est déjà enclenché avec la rénovation du canal de Nantes à Brest et les projets d'ouverture au public des anciennes ardoisières du Moulin de la Lande en Maël-Carhaix . 3 OBJECTIFS DE L'OPERATION L'étude de l'aqueduc romain de
  • Carhaix entre pleinement dans le cadre du programme H5 "L'eau comme matière première et source d'énergie". Ce programme prévoit entre autres l'étude du tracé des aqueducs et l'analyse des solutions techniques choisies par les constructeurs confrontés aux contraintes de la topographie
  • ; l'étude des ouvrages et l'approche chronologique des installations et restaurations. Ce programme préconise l'adoption d'une méthodologie prospection en liaison avec les services techniques et conduite de sondages systématiques. de la Il est patent que toutes ces questions se posent
  • encore à propos de l'aqueduc de Carhaix. Un seul exemple à titre d'illustration, la longueur de la conduite varie du simple au quadruple selon les auteurs qui en ont tenté l'évaluation: 12km à vol d'oiseau (50km avec les "détours"!) pour Rolland, 18km pour Pape, 22km pour Guyomard
  • . . . De nombreux autres points restent en suspens: les sites de captage et leurs aménagements, le mode de franchissement des ruisseaux coupés par le tracé, la section supposée en tunnel, le mode de franchissement de la dépression de Kérampest, le château d'eau ou réservoir d ' arrivée
  • ... On pourrait évoquer encore la structure de la conduite, son mode de construction, ses manques et ses faiblesses et sa chronologie... La campagne de recherches de 3 mois était divisée en 3 phases. 1- La prospection systématique du tracé par l'étude documentaire, l'analyse topographique et
  • la recherche d'indices sur le terrain à partir de l'enquête menée auprès des services techniques municipaux et départementaux, des entreprises locales et des riverains. 2- Une campagne de sondages sur les points stratégiques de l'ouvrage et là où l'ouvrage était sectionné en
  • particulier en ravivant les coupes. 3- L'établissement d'un rapport technique faisant état des moyens mis en oeuvre, analysant les données recueillies, présentant une nouvelle synthèse sur le tracé et formulant d'éventuelles propositions de prescriptions de sauvegarde ou de mise en valeur
  • de sections de l'ouvrage. On verra à la lecture de ce rapport que les résultats obtenus ouvrent un large champ d'investigations méritant un programme de recherches pluri-annuel ! 4 L'ETAT DE LA QUESTION AVANT NOTRE INTERVENTION Les études globales sur l'aqueduc gallo-romain de
RAP03049.pdf ((29). rapport de prospection archéologique et inventaire des stèles de l'âge du fer de Cornouaille. rapport de pi 2014)
  • (29). rapport de prospection archéologique et inventaire des stèles de l'âge du fer de Cornouaille. rapport de pi 2014
  • GRALL Bertrand
  • -019 Bertrand GRALL 2014 Ces particularités ont permis de déterminer des zones restreintes d’extractions pour les trois stèles (fig. 12) : Coat Conq pour la stèle de Saint Antoine, et Lamphily pour les stèles de Kerviguérou et de Rosporden. Les lieux de découverte des stèles sont
  • Rapport de prospection archéologique et inventaire des stèles de l’âge du Fer de CORNOUAILLE (29) Arrêté de prospection thématique SRA 2014-019 Bertrand GRALL (dir.), CDA Anne-Françoise CHEREL, INRAP Quimper – Le Faou : Conseil général du Finistère, Centre départemental de
  • l’archéologie Novembre 2014 Conseil général du Finistère Prospection des stèles de l’Age du Fer de CORNOUAILLE Centre départemental de l’archéologie Arrêté 2014-019 Bertrand GRALL 2014 Grall B., (dir.), Cherel A.F., 2014, Rapport de prospection archéologique et inventaire des stèles de
  • l’Age du Fer de CORNOUAILLE Centre départemental de l’archéologie Arrêté 2014-019 Bertrand GRALL 2014 SOMMAIRE GENERIQUE DE L’OPERATION.................................................................................................................- 3 ARRETE DE PRESCRIPTION
  • - Fiches de déclaration des EA….…………….………………………………...- 34 - -2- Conseil général du Finistère Prospection des stèles de l’Age du Fer de CORNOUAILLE Centre départemental de l’archéologie Arrêté 2014-019 Bertrand GRALL 2014 Générique de l’opération Suivi scientifique : DRAC de
  • Bretagne – Service Régional de l’Archéologie Stéphane DESCHAMPS (CRA), Yves MENEZ (SRA), J-C. ARRAMOND (SRA) Suivi administratif : Bernard JACQ (CG29/CDPM), Sophie CASADEBAIG (CG29/CDPM), Gaelle ALCARAZ (CDPM – marchés publics), Équipe archéologique : Bertrand GRALL, responsable
  • Brest, IUEM Bernard LEGAL, enseignant-chercheur,UMR6538 Enregistrement des entités archéologiques : Louis DUTOUQUET (CDA 29) Dessin des stèles : Bertrand GRALL Informatisation des plans : Bertrand GRALL Rédaction du rapport : Bertrand GRALL, Anne Françoise CHEREL Crédit des
  • illustrations : Conseil général du Finistère – Centre départemental de l’archéologie -3- Conseil général du Finistère Prospection des stèles de l’Age du Fer de CORNOUAILLE Centre départemental de l’archéologie Arrêté 2014-019 Arrêté de prospection thématique -4- Bertrand GRALL 2014
  • Conseil général du Finistère Prospection des stèles de l’Age du Fer de CORNOUAILLE Centre départemental de l’archéologie Arrêté 2014-019 -5- Bertrand GRALL 2014 Conseil général du Finistère Prospection des stèles de l’Age du Fer de CORNOUAILLE Centre départemental de l’archéologie
  • Arrêté 2014-019 -6- Bertrand GRALL 2014 Conseil général du Finistère Prospection des stèles de l’Age du Fer de CORNOUAILLE Centre départemental de l’archéologie Arrêté 2014-019 Bertrand GRALL 2014 Liste des communes de Cornouaille à prospecter ARGOL ARZANO AUDIERNE BANNALEC BAYE
  • HUELGOAT ILE DE SEIN ILE TUDY IRVILLAC PLONEVEZ-PORZAY PLOUDIRY PLOUGASTEL-DAOULAS PLOUHINEC PLOUNEVEZEL PLOUYE Bertrand GRALL 2014 TREMEOC TREMEVEN TREOGAT LE TREVOUX Introduction Le Centre départemental de l’archéologie (DCSJ/CDPM) du Conseil général du Finistère a souhaité
  • travail de terrain et de relevés, de mars 1999 à août 2000, celui-ci fut délégué à Bertrand GRALL, dessinateur au Service départemental d’archéologie. Au terme de cette période, 75% des informations ont été 8 Conseil général du Finistère Prospection des stèles de l’Age du Fer de
  • CORNOUAILLE Centre départemental de l’archéologie Arrêté 2014-019 Bertrand GRALL 2014 vérifiées. 644 relevés ont été réalisés, qui après mise en page, forment un riche corpus de 260 planches de dessins de stèle de l’âge du fer. En 1989, l’inventaire des stèles du Léon (nord Finistère
  • l’Age du Fer de CORNOUAILLE Centre départemental de l’archéologie Arrêté 2014-019 10 Bertrand GRALL 2014 Conseil général du Finistère Prospection des stèles de l’Age du Fer de CORNOUAILLE Centre départemental de l’archéologie Arrêté 2014-019 11 Bertrand GRALL 2014 Conseil
  • général du Finistère Prospection des stèles de l’Age du Fer de CORNOUAILLE Centre départemental de l’archéologie Arrêté 2014-019 12 Bertrand GRALL 2014 Conseil général du Finistère Prospection des stèles de l’Age du Fer de CORNOUAILLE Centre départemental de l’archéologie Arrêté
  • 2014-019 Fig. 1 : Carte récapitulative des données par commune (B. Grall) 13 Bertrand GRALL 2014 Conseil général du Finistère Prospection des stèles de l’Age du Fer de CORNOUAILLE Centre départemental de l’archéologie Arrêté 2014-019 Bertrand GRALL 2014 2-3 Les relevés
  • - une vue de dessus - une ou plusieurs section(s) perpendiculaire(s) à l’axe de symétrie du monument 14 Conseil général du Finistère Prospection des stèles de l’Age du Fer de CORNOUAILLE Centre départemental de l’archéologie Arrêté 2014-019 Bertrand GRALL 2014 Fig. 2 : Relevés
  • Prospection des stèles de l’Age du Fer de CORNOUAILLE Centre départemental de l’archéologie Arrêté 2014-019 Bertrand GRALL 2014 Par ailleurs, le demi profil vertical de ces monuments ayant rarement son symétrique, deux profils complets ont systématiquement été relevés perpendiculairement
  • basses et les stèles hautes, avec des cas intermédiaires. » P.R. GIOT (ed. Ouest France 1979, p. 263) 16 Conseil général du Finistère Prospection des stèles de l’Age du Fer de CORNOUAILLE Centre départemental de l’archéologie Arrêté 2014-019 Bertrand GRALL 2014 2-La forme du
  • départemental de l’archéologie Arrêté 2014-019 Bertrand GRALL 2014 Présentation de la fiche d’enregistrement (fig. 4) La fiche est organisée en 2 volets qui rassemblent, d’une part, les données administratives et géographiques et, d’autre part, les éléments descriptifs du monument. Les
RAP03476 (MORDELLES (35). Le domaine de Sermon. Rapport de diagnostic)
  • opération préventive de diagnostic
  • MORDELLES (35). Le domaine de Sermon. Rapport de diagnostic
  • sommairement rebouchées. I. Données administratives, techniques et scientifiques 11 Localisation de l’opération Bretagne, Ille-et-Vilaine, Mordelles, Domaine de Sermon Saint-Brieuc x : 1340125 y : 7219725 (Lambert CC48) z : 37 m NGF Quimper Mordelles Vannes 0 : localisation du
  • , Mordelles, domaine de Sermon As à l’autel de Lyon. (Lyon I) CAESAR PONT MAX têt laurée à droite. ROM ET AVG l’autel de Lugdunum. RIC I 2 230, Lyon 7-3 avant J.-C. 24-Tr. 2, iso. 29. Lyon I, 7-3 av. J.-C. (7,07 g.). Usé et très corrodé. 25-Tr. 2, iso. 28. Lyon I, 7-3 av. J.-C. (4,97 g
  • J.-C CAESAR AVGVSTVS DIVI F PATER PATRIAE ou T CAESAR AVGVST F IMPERAT VII tête d’Auguste ou de Tibère à droite. ROM ET AVG l’autel de Lugdunum. 28-Tr. 2, iso. 34. Totalement corrodé. On distingue seulement au revers l’autel de Lugdunum. (1,11 g.). (D. : 12,2 mm). 3.2.3 Claude I
  • Sujets et thèmes Édifice religieux, Structure agraire, Fosse, Diagnostic archéologique Rapport d’opération Quatre tranchées de diagnostic ont été ouvertes dans une petite parcelle immédiatement au sud du temple romain dit de Sermon, dans un secteur déjà partiellement décapé
  • ou exploré au début des années 1990. Les vestiges exclusivement excavés repérés en 2017 complètent les données en plan relevées au cours des opérations archéologiques antérieures. Un lot important de mobilier en alliage cuivreux et en or allié de la période antique a aussi été
  • découvert (monnaies et objets de parure surtout). Ces objets correspondent aux types généralement présents dans les dépôts de sanctuaire. Ille-et-Vilaine, Mordelles, Le domaine de Sermon Diagnostic archéologique sous la direction de Françoise Le Boulanger Mobilier Céramique
  • , Objet métallique, Parure, Monnaie Ille-et-Vilaine, Mordelles, domaine de Sermon Ille-et-Vilaine, Mordelles, domaine de Sermon  : Diagnostic archéologique Chronologie Âge du Fer, La Tène (second Âge du Fer), Antiquité romaine (galloromain, République romaine, Empire romain, Haut
  • archéologique 35196 Code INSEE Ille-et-Vilaine, Mordelles, Le domaine de Sermon — D115043 2017-084 Système d’information Code Inrap Arrêté de prescription sous la direction de Françoise Le Boulanger Inrap Grand Ouest 37 rue du Bignon CS 67737 35577 Cesson-Sévigné octobre 2017 avec
  • la contribution de Paul-André Besombes Françoise Labaune-Jean Illustration de couverture Vue générale des sondages dans la parcelle 53. Au premier plan, les fondations restituées du fanum. © Françoise Le Boulanger Sommaire Données administratives, techniques et
  • scientifiques 7 Fiche signalétique 8 Mots-clefs des thesaurus 9 Intervenants 10 Notice scientifique 10 État du site 11 Localisation de l’opération 13 Arrêté de prescription 19 Arrêté de prescription modificatif 23 Projet scientifique d’intervention 25 Arrêté de
  • désignation Résultats 29 1. Présentation de l'opération archéologique 29 1.1 Contexte de l’intervention 29 1.2 Cadre géographique, topographique et géologique 29 1.2.1 Le cadre géographique 29 1.2.2 Le cadre topographique 29 1.2.3 Le cadre géologique et stratigraphie
  • du site 31 1.3 Contexte archéologique 32 1.4 Conditions de réalisation de l’opération archéologique 35 2. Présentation des données 37 2.1 Les fossés 43 2.2 Des trous de poteau et quelques fosses 43 2.2.1 Dans la tranchée 3 44 2.2.2 Dans la tranchée 2 47 3
  • . Étude numismatique 47 3.1 Monnaies gauloises 47 3.1.1 Riedones 47 3.1.1.1 Statères au « cavalier (ou cavalière) armé(e) », iie s. av. J.-C. 47 3.1.1.2 Statères d’argent ou de billon des Riedones 48 3.1.1.3 Frappes du centre et de l’ouest de la Gaule par Paul-André
  • 58 4.5 Les fragments de plomb 58 4.5.1 Le domaine social 58 4.5.2 Attribution non déterminée 59 4.6 Conclusion 61 5. Conclusion générale 63 6. Sources et bibliographie par Françoise Labaune-Jean Inventaires techniques 67 1. Inventaire des faits et unités
  • stratigraphiques 70 2. Inventaire du mobilier archéologique 71 3. Liste des figures I. Données administratives, techniques et scientifiques I. Données administratives, techniques et scientifiques 7 Fiche signalétique Localisation Région Bretagne Statut du terrain au regard des
  • législations sur le patrimoine et l’environnement — Département Ille-et-Vilaine (35) Références de l’opération Commune Numéro de l’arrêté de prescription Mordelles Adresse ou lieu-dit Domaine de Sermon Codes 2016-188 modifié 2017-084 Coordonnées géographiques et altimétriques
  • selon le système CC48 x : 1340125 y : 7219125 z : 37 m NGF Références cadastrales Commune Mordelles AN parcelle(s) 53 Propriétaire du terrain Commune de Mordelles Pétitionnaire Commune de Mordelles 24 au 28 avril 2017 Surface prescrite et sondée Numéro de l’arrêté de
  • désignation Emprise maximale prescrite 2017-077 Nature de l’aménagement Zone d'Aménagement Concerté Maître d'ouvrage des travaux d'aménagement Ville de Mordelles 29, rue Maréchal Leclerc 35310 Mordelles Opérateur d’archéologie Inrap Grand Ouest section(s) Dates d’intervention sur le
  • terrain D115043 Année — Inrap Grand Ouest 37 rue du Bignon CS 67737 35577 Cesson-Sévigné Numéro de l’opération code INSEE 35196 Organisme de rattachement Responsable scientifique de l’opération Françoise Le Boulanger, Inrap 1970 m2 Surface sondée 292 m2 soit 14,8 % de la
  • surface prescrite 8 Inrap · Rapport de diagnostic archéologique Ille-et-Vilaine, Mordelles, domaine de Sermon Mots-clefs des thesaurus Chronologie Sujets et thèmes Mobilier Édifice public nb Industrie lithique Inférieur Édifice religieux Industrie osseuse Moyen
RAP03194.pdf ((29). Rapport de prospection archéologique et inventaire des stèles de l'âge du Fer en Cornouaille. Rapport de PT 2015)
  • (29). Rapport de prospection archéologique et inventaire des stèles de l'âge du Fer en Cornouaille. Rapport de PT 2015
  • GRALL Bertrand
  • Rapport de prospection archéologique et inventaire des stèles de l’âge du Fer de CORNOUAILLE (29) Arrêté de prospection thématique SRA 2015-015 Bertrand GRALL (dir.), CDA Anne-Françoise CHEREL, INRAP Emeline LE GOFF, INRAP Quimper – Le Faou : Conseil départemental du Finistère
  • , Centre départemental de l’archéologie Décembre 2015 Conseil départemental du Finistère Prospection des stèles de l’Age du Fer de CORNOUAILLE Centre départemental de l’archéologie Arrêté 2015-015 Bertrand GRALL 2015 Grall B., (dir.), Cherel A.F., Le Goff E., 2015, Rapport de
  • - Conseil départemental du Finistère Prospection des stèles de l’Age du Fer de CORNOUAILLE Centre départemental de l’archéologie Arrêté 2015-015 Bertrand GRALL 2015 SOMMAIRE Générique de l’opération………………………………………………………………….- 4 Arrêté de prescription…………………………………………………………………….- 5 CARTE
  • ?...........................................................................................-363-6 Bibliographie……………………………………………………………...……-36- -2- Conseil départemental du Finistère Prospection des stèles de l’Age du Fer de CORNOUAILLE Centre départemental de l’archéologie Arrêté 2015-015 Bertrand GRALL 2015 4- Origine des stèles gneissiques du Finistère Sud. Etude
  • Finistère Prospection des stèles de l’Age du Fer de CORNOUAILLE Centre départemental de l’archéologie Arrêté 2015-015 Bertrand GRALL 2015 Générique de l’opération Suivi scientifique : DRAC de Bretagne – Service Régional de l’Archéologie Stéphane DESCHAMPS (CRA), Yves MENEZ (SRA), J-C
  • , IUEM Dessin des stèles : Bertrand GRALL Informatisation des plans : Bertrand GRALL Rédaction du rapport : Bertrand GRALL, Anne Françoise CHEREL, Emeline LE GOFF Crédit des illustrations : Conseil départemental du Finistère – Centre départemental de l’archéologie -4- Conseil
  • départemental du Finistère Prospection des stèles de l’Age du Fer de CORNOUAILLE Centre départemental de l’archéologie Arrêté 2015-015 Arrêté de prospection thématique -5- Bertrand GRALL 2015 Conseil départemental du Finistère Prospection des stèles de l’Age du Fer de CORNOUAILLE Centre
  • départemental de l’archéologie Arrêté 2015-015 -6- Bertrand GRALL 2015 Conseil départemental du Finistère Prospection des stèles de l’Age du Fer de CORNOUAILLE Centre départemental de l’archéologie Arrêté 2015-015 -7- Bertrand GRALL 2015 Conseil départemental du Finistère Prospection
  • des stèles de l’Age du Fer de CORNOUAILLE Centre départemental de l’archéologie Arrêté 2015-015 -8- Bertrand GRALL 2015 Conseil départemental du Finistère Prospection des stèles de l’Age du Fer de CORNOUAILLE Centre départemental de l’archéologie Arrêté 2015-015 Bertrand GRALL
  • TREFLEVENEZ TREGARVAN TREGOUREZ TREGUENNEC TREGUNC LE TREHOU TREMEOC TREMEVEN TREOGAT LE TREVOUX Conseil départemental du Finistère Prospection des stèles de l’Age du Fer de CORNOUAILLE Centre départemental de l’archéologie Arrêté 2015-015 Bertrand GRALL 2015 Introduction La Mission
  • inventaires des Côtes d’Armor, du Léon en Finistère et de l’arrondissement de Lorient en Morbihan furent publiés. Pour résorber ce travail de terrain et de relevés, de mars 1999 à août 2000, celui-ci fut délégué à Bertrand GRALL, dessinateur au Service départemental d’archéologie. Au terme
  • l’Age du Fer de CORNOUAILLE Centre départemental de l’archéologie Arrêté 2015-015 Bertrand GRALL 2015 1-2 Problématique et méthodologie Devant la grande variété des stèles examinées sur ce secteur et la difficulté à caractériser certains des blocs rencontrés, nous avons été amenés
  • , photographiées et dessinées (fig.1). 11 Conseil départemental du Finistère Prospection des stèles de l’Age du Fer de CORNOUAILLE Centre départemental de l’archéologie Arrêté 2015-015 2-2-Tableau récapitulatif des communes prospectées 12 Bertrand GRALL 2015 Conseil départemental du
  • Finistère Prospection des stèles de l’Age du Fer de CORNOUAILLE Centre départemental de l’archéologie Arrêté 2015-015 13 Bertrand GRALL 2015 Conseil départemental du Finistère Prospection des stèles de l’Age du Fer de CORNOUAILLE Centre départemental de l’archéologie Arrêté 2015-015
  • 14 Bertrand GRALL 2015 Conseil départemental du Finistère Prospection des stèles de l’Age du Fer de CORNOUAILLE Centre départemental de l’archéologie Arrêté 2015-015 1 : Carte récapitulative des données par commune (B. Grall) 15 Bertrand GRALL 2015 Conseil départemental du
  • Finistère Prospection des stèles de l’Age du Fer de CORNOUAILLE Centre départemental de l’archéologie Arrêté 2015-015 Bertrand GRALL 2015 2-3 Les relevés Dessiner une stèle de l’âge du Fer revient à lui reconnaître des attributs physiques et/ou ornementaux caractéristiques à cette
  • monument 16 Conseil départemental du Finistère Prospection des stèles de l’Age du Fer de CORNOUAILLE Centre départemental de l’archéologie Arrêté 2015-015 Bertrand GRALL 2015 Fig. 2 : Relevés, mise au net et photos de la stèle heptagonale de Kervouyec à QUIMPER (B. Grall, fouille
  • -015 Bertrand GRALL 2015 Fig. 3 : Photos et relevés de terrain de la stèle hémisphérique de Kervinou Vihan à SCAER (B. Grall) Le relevé des stèles a nécessité la conception et la fabrication d’un pied à coulisse de grandes dimensions (80cm x 80cm). Réalisé en bois, il s’auto
  • Finistère Prospection des stèles de l’Age du Fer de CORNOUAILLE Centre départemental de l’archéologie Arrêté 2015-015 Bertrand GRALL 2015 confond bien souvent avec la description globale du monument. Elle ne permet pas de mettre en évidence ses caractéristiques propres et encore moins
  • l’archéologie Arrêté 2015-015 Bertrand GRALL 2015 Présentation de la fiche d’enregistrement (fig. 4) La fiche est organisée en 2 volets qui rassemblent, d’une part, les données administratives et géographiques et, d’autre part, les éléments descriptifs du monument. Les informations dans le
RAP03814 (VANNES (56). Rue Saint Tropez. Rapport de fouille)
  • opération de sauvegarde par l'étude
  • VANNES (56). Rue Saint Tropez. Rapport de fouille
  • du 13 bis rue de Saint Tropez à Vannes a permis l’étude d’une petite parcelle de 410 m², proche du centre-ville antique de Darioritum, chef-lieu de la cité des Vénètes. L’ensemble des vestiges mis au jour concernent essentiellement la période gallo-romaine. La parcelle prescrite
  • rue Saint-Tropez pourrait être la traduction matérielle. A partir du IVe siècle, le site ne semble plus véritablement occupé (phase 4). Les derniers temps d’occupation sont marqués par un dépouillement organisé des maçonneries antiques puis par un retour à l’état agricole. Inrap
  • de prescription Système d’information Code Inrap Bretagne, Morbihan, Vannes, 13 bis, rue Saint-Tropez sous la direction de Karine Prêtre Inrap Grand Ouest 37, rue du Bignon CS 67737 35577 Cesson-Sévigné Décembre 2019 avec la collaboration de Paul-André Besombes Alain Betton
  • – dernier quart du Ier siècle Unité construite sur solins Un apport massif de remblai Un bâtiment maçonné L’unité 1 (espace 1) L’unité 2 (espace 2) L’unité 3 (espace 3) 4 Inrap · Rapport de fouille Vannes (56), rue Saint-Tropez 131 2.3.2 2.3.2.1 2.3.2.2 2.3.2.3 2.3.2.4 2.3.2.5
  • /Regions/Drac-Bretagne Service Régional de l’Archéologie - Centre de documentation archéologiqu Campus universitaire de Beaulieu - Avenue Charles Foulon - 35700 Rennes 01/09/2018 10 Inrap · Rapport de fo uille Vannes (56), rue Saint-Tropez Fiche signalétique Localisation Région
  • Statut du terrain au regard des législations sur le patrimoine et l’environnement Bretagne Néant Département Proprietaire du terrain Morbihan Commune Vannes Adresse ou lieu-dit 13 bis, rue de Saint-Tropez Codes code INSEE 56260 Numéro de dossier Patriarche 0521361 Numéro de
  • Saint-Tropez Intervenants Intervenants scientifiques Prénom Nom, organisme d’appartenance Tâches génériques Tâches affectées dans le cadre de l’opération Yves Menez, SRA Conservateur régional Olivier Kayser, SRA Conservateur régional adjoint Anne-Marie Fourteau, SRA
  • Archéozoologue Etude de la faune Elsa Neveu, CRAVO Carpologue Traitement d'un prélèvement humide et étude des carporestes Paul-André Besombes, SRA Ingénieur Etude numismatique 13 14 Inrap · Rapport de fouille Vannes (56), rue Saint-Tropez Notice scientifique La fouille préalable
  • au projet d’aménagement du 13 bis, rue de Saint-Tropez à Vannes a permis l’étude d’une petite parcelle de 410 m², proche du centre-ville antique de Darioritum, chef-lieu de la cité des Vénètes. L’ensemble des vestiges mis au jour concernent essentiellement la période gallo-romaine
  • bien illustrer les difficultés financières éprouvées par la cité des Vénètes au cours de la première moitié du IIIe siècle. L’inachèvement de grands programmes architecturaux comme celui découverts au 13 bis de la rue Saint-Tropez pourrait être la traduction matérielle. A partir du
  • -T rop BN157 Hôtel du Département im pas se Jos ep hL oth 0 0 Carte Archéologique Nationale, © MMC 2014 SCAN25®, © IGN 2011 50 100m 1000m 1:25000 16 Inrap · Rapport de fouille Arrêté de prescription Vannes (56), rue Saint-Tropez I. Données administratives
  • , techniques et scientifiques Arrêté de prescription 17 18 Inrap · Rapport de fouille Vannes (56), rue Saint-Tropez I. Données administratives, techniques et scientifiques Arrêté de prescription 19 20 Inrap · Rapport de fouille Vannes (56), rue Saint-Tropez I. Données
  • administratives, techniques et scientifiques Arrêté de prescription 21 22 Inrap · Rapport de fouille Vannes (56), rue Saint-Tropez I. Données administratives, techniques et scientifiques Arrêté de prescription 23 24 Inrap · Rapport de fouille Vannes (56), rue Saint-Tropez I
  • . Données administratives, techniques et scientifiques Arrêté de désignation Arrêté de désignation 25 26 Inrap · Rapport de fouille Vannes (56), rue Saint-Tropez I. Données administratives, techniques et scientifiques Projet scientifique Fouilles archéologiques 13 bis rue
  • Saint-Tropez à VANNES (56) Occupations antiques urbaines au sud-est de la ville gallo-romaine de « Darioritum » Projet scientifique d’intervention Par : Michel Baillieu, Directeur - Adjoint scientifique et technique Région Bretagne Projet scientifique 27 28 Inrap · Rapport de
  • fouille Vannes (56), rue Saint-Tropez SOMMAIRE Préambule............................................................................................................................................................... 3 I. Identification administrative de l’opération
  • ici avec des zones bâties situées aux extrémités orientale et nord de la parcelle aménagée. La partie occidentale (côté rue Saint-Tropez) semble quant à elle beaucoup plus perturbée. Ces éléments confirment que nous nous situons au cœur d’un ilot urbain assez dense pour les
  • fouille II. Vannes (56), rue Saint-Tropez Définition de l’opération de fouille et présentation du secteur de fouille Le projet d’intervention présenté ici répond à la prescription de fouille, édictée par le Service Régional de l’Archéologie (DRAC Bretagne), qui couvre une
  • ), rue Saint-Tropez La fouille s’attachera à retracer les grandes phases d’évolution du bâti gallo-romain, en repérant ses périodes d’agrandissement ou de réaménagement, par l’étude de la chronologie relative entre les maçonneries et l’analyse des matériaux employés en fonction des
  • d’archéologues composée d’un responsable d’opération assisté de 6 techniciens de fouille. Des spécialistes, intervenant en fonction des impératifs du terrain, complètent ce dispositif (topographe, photographe…). 33 34 Inrap · Rapport de fouille Vannes (56), rue Saint-Tropez Le mode
RAP03275_2.pdf (CHASNE-SUR-ILLET (35). ZAC du Champ des Buttes. Rapport de fouille)
  • opération de sauvegarde par l'étude
  • CHASNE-SUR-ILLET (35). ZAC du Champ des Buttes. Rapport de fouille
  • Chasné 16 - 1243 : Libéralité (?) de Pierre de Chasné 17 - 1243 : Donation par Bertrand de Chasné 18 - 1250 : Retrait par Bertrand de Chasné 19 - 1255 : Donation Bardoul au terroir de Nuillé 20 - 1265 : Transaction entre Saint-Sulpice et Jean de Bonteville 21 - 1265 : Transaction
  • Transcription des textes 1 - ca. 1040 (1022-1055) : Donation de l’église de Chasné 2 - ca. 1050 : Donation de l’église de Saint-Germain-sur-Ille 3 - 1138 : Accord sur les églises de Livré 4 - 1143 : Confirmation des possessions de Saint-Florent 5 - 1146 : Confirmation des possessions de
  • Saint-Florent 6 - 1156 : Confirmation des dîmes dépendantes de Saint-Sulpice 7 - 1162 : Confirmation des possessions de Saint-Sulpice 8 - 1163 ? (1157-1174) : Donation par Raoul de Fougères 9 - 1184-1198 : Transaction entre Saint-Sulpice et le recteur de Chasné 10 - 1184-1198
  •  : Transaction entre Saint-Sulpice et le recteur de Chasné 11 - 1186 : Confirmation des possessions de Saint-Florent 12 - 1187 : Expiation de Pierre de Chasné 13 - ca. 1200 : Donation de Raoul de Mordelles 14 - 1211 : Transaction sur une donation à Mouazé 15 - 1217 : Donation de l’église de
  • entre Saint-Sulpice et Jean de Bonteville 21 bis - 1265 : Transaction entre Saint-Sulpice et Jean de Bouteville 22 - 1276 : Échange du Bas-Nuillé 23 - 1276 : Donation du Haut-Nuillé 24 et 24 bis. 1335 et 1348 : Donation Mordefroid 25 - 1363 : Transaction sur la donation Mordefroid 1
  • Fouille archéologique Rapport d’opération CHASNé-SUR-ILLET (Ille-et-Vilaine), ZAC du Champ des Buttes Volume II - Annexes et inventaires sous la direction de avec la collaboration de Laurent Beuchet Delphine Barbier-Pain Elodie Cabot Valérie Deloze Charlotte Hallavant
  • Laurent Juhel Françoise Labaune-Jean Pierre Poilpré Yannick Pugin Inrap Grand Ouest Mai 2016 avec la contribution de Laurent Beuchet Delphine Barbier-Pain Elodie Cabot Valérie Deloze Charlotte Hallavant Laurent Juhel Françoise Labaune-Jean Pierre Poilpré Yannick Pugin Emmanuelle
  • archéologique 35 067 Code INSEE avec la collaboration de 35 067 003 Nr site sous la direction de n°- Arrêté de prescription Système d’information Code Inrap Entité archéologique CHASNé-SUR-ILLET(Ille-et-Vilaine), ZAC du Champ des Buttes Volume II - Annexes et inventaires Inrap
  • Grand Ouest 37 rue du Bignon CS 67737 35 577 Cesson-Sévigné Tél. 02 23 36 00 40  grand-ouest@inrap.fr Mai 2016 Sommaire Annexes 9 Annexe 1 - Catalogue des tombes - E. Cabot, Inrap 9 320 324 326 332 Abréviations utilisées dans le catalogue des tombes Tableau
  • récapitulatif de la conservation des sujets par segments anatomiques Tableau récapitulatif des données biologiques (n=149) Tableau récapitulatif des caractéristiques des sépultures (n=149) Annexe 2 - Corpus des sources de l’étude archivistique - P. Poilpré, Inrap 333 334 334 337
  • 338 339 339 340 341 342 342 343 343 343 344 344 345 345 346 346 346 347 348 348 350 351 352 354 357 358 358 359 359 359 361 362 362 363 366 369 370 372 375 375 378 Sommaire du corpus des sources
  • 26 - 1370 : Transaction sur la donation Mordefroid 2 27 - 1383 : Transaction sur la donation Mordefroid 3 28 - 1398 : Aveu rendu pour la seigneurie de Chasné 29 - 1409 : Échange de Chantepied 30 - 1427 : Réformation de la noblesse 31 - 1471 : Aveu rendu pour la seigneurie de
  • Chasné 32 - 1500 : Minu de la seigneurie de Chasné 33 - 1500 : Minu de la seigneurie de Chasné 34 - 1513 : Réformation de la noblesse 35 - 1541 : Aveu pour la seigneurie de Chasné 36 - 1543 : Minu de la seigneurie de Chasné 37 - 1565/1566 : Union de Chasné au Bordage 38 - 1604 : Aveu
  • rendu pour la seigneurie de Chasné 39 - 1618 : Aveu de la seigneurie de Chasné 40 - 1636 : Requête pour une création du marquisat du Bordage 41 - 1656 : Procès-verbal de création du marquisat du Bordage 42 - 1752 : Minu de la seigneurie de Chasné 383 Annexe 3 - Expertise
  • carpologique - C. Hallavant, carpologue UT2J 383 383 384 384 385 386 UBS Présentation Résultats Discussion Références Tableau des identifications et dénombrement des restes carpologiques carbonisés Annexe 4 - Etude palynologique - D. Barbier-Pain, Inrap, Membre UMR6566
  • CReAAH, GMGL 386 386 386 387 387 387 388 388 390 390 390 390 392 393 1 Méthodologie 1.1 Matériel sédimentaire 1.2 Traitements chimiques 1.3 Analyse microscopique : comptages et déterminations 2 Résultats 2.1 Résultat des traitements chimiques .2.1 La
  • structure F2051 (Fig.1) - Les US2751, US2750, US2669/2668 et US2752 - L’US2666 2.2.2 La structure F4185 (Fig.2) 2.3 Interprétation 2.3.1 La structure F2051 (Fig.1) 2.3.2 La structure F4185 (Fig.2) 395 396 Annexe II - Représentation brute des comptages palynologiques de la structure
  • F2051 Sd 88 Annexe II bis - Représentation brute des comptages palynologiques de la structure F4185 Sd 69 Glossaire 393 Références bibliographiques 394 Annexe I - Index des noms latins des genres et espèces rencontrés au cours de l’étude et leur correspondance française
  • 398 Annexe 5 - Fiches de calibration des datations 14C en date calendaire 399 400 401 402 403 404 405 Sépulture 59 Sépulture 135 Sépulture 144 US 2117 US 2505 US 2606 US 2741 Inventaires techniques 406 Inventaires de mobilier 408 409 418 419 420 422
  • Inventaire 7 - Mobilier lithique Tr 1 Inventaire 8 - Mobilier lithique Tr 2 Inventaire 9 - Terres cuites architecturales Tr 1 Inventaire 10 - Terres cuites architecturales Tr 2 Inventaire 11 - Scories Tr 1 Inventaire 12 - Scories Tr 2 Inventaires de terrain 428 475 479 Inventaire
RAP03649 (PLOMELIN (29). La Villa du Pérennou. Rapport intermédiaire de FP 2017-2019)
  • PLOMELIN (29). La Villa du Pérennou. Rapport intermédiaire de FP 2017-2019
  • PLOMELIN PLOMELIN QUIMPER N 0 0 50  KM 250 Km Localisation du diagnostic Fig  n°1  :  Localisation  du  site  (fonds  cartographiques  IGN,  ©  Bertrand  Grall,  CDA  29) 0 1000m Plomelin,  villa  du  Pérennou Rapport  de  fouille  programmée DIRECTION  GÉNÉRALE  DES
  • °2  :  Plan  cadastral  et  implantation  des  fouilles  (©  www.cadastre.gouv.fr,  DAO  :  Bertrand  Grall,  CDA  29)   II.  Résultats II. Résultats 15 16 Plomelin,  villa  du  Pérennou Rapport  de  fouille  programmée 1.  Présentation II.  Résultats 1  –PRESENTATION
  • .  Il  pourrait  s’agir  d’un  des  miliaires  jalonnant  la  voie  de  Quimper  à  Tronoën  en   Saint-­Jean-­Trolimon -­  (12)  à  Kersantec  (Plomelin)  :  des  fragments  de  tegulae,  des  céramiques,  des  meules  à  grain,  des   urnes -­  (13)  à  Saint-­Guénolé  (Plomelin
  • Plomelin,  Finistère  (29) Deuxième  année  de  triannuelle  2017-­2019 Rapport  de  fouille  programmée Lavilla  du  Pérennou Jean-­Charles  Arramond Ronan  Bourgaut Yoann  Dieu Drac  /  Sra  Bretagne Conseil  départemental  du  Finistère  /   mission  archéologie  -­  CDA
  • Décembre  2018 Rapport  de  fouille  programmée Fouille  programmée Plomelin,  Finistère  (29) Villa  du  Pérennou 29170 Code  INSEE Rapport  intermédiaire Deuxième  année  de  triannuelle  2017-­2019 Jean-­Charles  Arramond  (SRA) N°  OA  Patriarche 29.170.0016 Arrêté  de
  •  prescription   2018-­092 Ronan  Bourgaut  (CDA29) Yoann  Dieu  (CDA29) DRAC  /  SRA  Bretagne Conseil  départemental  du  Finistère  /  Mission  Archéologie  -­  CDA29 Décembre  2018 Avis  au  lecteur L’utilisation  des  données  du  rapport  de  fouille  est  régie  par  les
  •  dispositions  du  code  de  la  propriété  intellectuelle   concernant  la  propriété  littéraire  et  artistique  ;;  les  prises  de  notes  et  les  photocopies  sont  autorisées  pour  un  usage   exclusivement  privé  et  non  destiné  à  une  utilisation  collective  (article  L122-­5
  •  du  code  de  la  propriété  intellectuelle).   Toute  reproduction  du  texte  accompagnée  ou  non  de  photographies,  cartes  ou  schémas,  n’est  possible  que  dans  le   cadre  de  courte  citation,  avec  les  références  exactes  et  complètes  de  l’auteur  de  l’ouvrage
  • . 7RXWH XWLOLVDWLRQ GHV GRQQpHV GX UDSSRUW j GHV ¿QV OXFUDWLYHV HVW LQWHUGLWH HQ YHUWX GH O¶DUWLFOH GH OD ORL PRGL¿pH GX 17  juillet  1978  relative  à  l’amélioration  entre  l’administration  et  le  public.  Le  non  respect  de  ces  règles  constitue  un   délit  de
  •  contrefaçon  puni  par  l’article  425  du  code  pénal  (1). (1)  Loi  n°  78-­753  du  17  juillet  1978,  article  10  :   Les  documents  administratifs  sont  communiqués  sous  réserve  des  droits  de  la  propriété  littéraire  et  artistique.   /¶H[HUFLFH GX GURLW j OD
  •       HW VFLHQWL¿TXHV   13                                        Fiche  signalétique Mots-­clefs  des  thesaurus Intervenants Avis  de  la  Cira  /  Etat  du  site 1RWLFH VFLHQWL¿TXH Autorisation  de  fouille   Localisation  de  l’opération
  •                                      15         II       16                   Résultats 1.  Présentation 16                                          1.1  Le  cadre  de  l’intervention         16   16   17   21                                                1.2  Les  conditions
  •  d’intervention                                      1.3  Le  contexte  géologique  général                                      1.4  Le  contexte  archéologique                                      1.5  Problématique  de  la  recherche     22
  •                                          1.6  Les  résultats  attendus     24     2.  Les  données  issues  de  la  fouille  de  2018         25   25                                            2.1  Méthodes  et  moyens  mis  en  oeuvre  -­  campagne  2018                                        2.2
  •  Enregistrement  des  données  de  terrain       30                                          2.3  Description  des  vestiges     86                   86   88   93   93             3.  Les  données  de  chronologie  relative  issues  de  la  fouille  de  2018
  •                                      3.1  Le  mobilier                                        3.2  Les  trois  phases  d’occupation                                      3.3  Des  réoccupations  postérieures  ?                                      3.4  Les  témoignages  des  fouilles  du  XIXème  siècle   96
  •     4.  Proposition  des  aires  de  fouilles  2019   98     5.  Le  classement  et  la  mise  en  valeur  du  site   99     6.  Bibliographie                                    103                            III        Annexes     104     1.  Figures
  •                   106   109   115   116   118   125   126   145   150                     2.  Mobilier 3.  Documentation  numérique  /  photographies 4.  Entités   5.  Ensembles  /  Unités  d’Habitat 6.  Faits 7.  Correspondance  des  faits 8.  Unités  stratigraphiques 9.  Documentation
  •  graphique 10.  Minutes  de  terrain   5 , 'RQQpHV DGPLQLVWUDWLYHV WHFKQLTXHV HW VFLHQWL¿TXHV I.         Données      administratives,    techniques   HW VFLHQWL¿TXHV Conditions d’utilisation des documents Les rapports d’opération archéologique (diagnostic, fouille
  • , document final de synthèse, sondage, sauvetage…) sont des documents administratifs communicables au public, en application de la loi n° 78-753 du 17 juillet 1978 modifiée et portant diverses mesures d’amélioration des relations entre l’administration et le public. L'accès à ces
RAP03281.pdf (VANNES (56). 13 bis rue Saint-Tropez. Rapport de diagnostic)
  • opération préventive de diagnostic
  • VANNES (56). 13 bis rue Saint-Tropez. Rapport de diagnostic
  • 56260 13 bis rue Saint Tropez Opération Archéologique Code INSEE Bretagne, Morbihan, Vannes 2016-144 D 113316 Arrêté de désignation 2015-362 Code Inrap Arrêté de prescription Damien Séris avec la collaboration de avec la participation de Laure Simon Paul-André Besombes
  • Saint Tropez Fiche signalétique Localisation Région Bretagne Département Morbihan Commune Statut du terrain au regard des législations sur le patrimoine et l’environnement — Proprietaire des terrains Lelièvre Stéphane et Valérie Vannes Références de l’opération Adresse ou
  • lieu-dit Numéro de l’arrêté de prescription 13 bis rue Saint Tropez 2015-362 du 16/12/2015 Codes Numéro de l’arrêté de désignation du responsable code INSEE 56260 Coordonnées géographiques et altimétriques selon le système national de référence 2016-144 du 6/04/2016 Maître
  • parcelles BN 157 Références bibliographique du rapport Séris 2016 : Séris (D.) - Vannes, 13 bis rue Saint Tropez, rapport de diagnostic archéologique, Inrap, Cesson-Sévigné, SRA Bretagne, 2016, 81 p. I. Données administratives, techniques et scientifiques 7 Mots-clefs des
  • Palynologie Epoque contemporaine Macrorestes Ere industrielle An. de céramique An. de métaux Aca. des données Numismatique Conservation Restauration … 8 Inrap . rapport de diagnostic Vannes, 13 bis rue Saint Tropez Intervenants Suivi scientifique Prénom Nom, organisme
  • scientifique La parcelle BN157 située sur la commue de Vannes à l’adresse 13 bis rue Saint Tropez fait l’objet d’un projet de construction individuelle. En 2011, suite à la démolition et l’évacuation de bâtiments existant, un mur antique ainsi que de la céramique et des tuiles carrées
  • semble importante. 10 Inrap . rapport de diagnostic Vannes, 13 bis rue Saint Tropez Etat du site Les quatre ouvertures pratiquées totalisent 17 % de la surface globale. La profondeur des excavations va de 0,10 m à 0,50 m avec deux sondages ponctuels mécaniques dont les
  • . Séris I. Données administratives, techniques et scientifiques 11 Localisation de l’opération St Brieuc Brest Rennes Quimper Vannes Nantes Bretagne Morbihan Vannes 13 rue Saint-Tropez Section et parcelles : BN 157 Coord. Lambert 93 x : 268816.28 y : 6744279.49 z : 8,65 m
  • NGF env. 1km 1/25 000 © IGN 2015 0 Fig.5 Localisation de la zone à diagnostiquer. © IGN 1/250000 et 1/25000 5 km 1/250 000 © IGN 2015 12 Inrap . rapport de diagnostic Département : MORBIHAN Commune : VANNES Vannes, 13 bis rue Saint Tropez DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES
  • PUBLIQUES ------------EXTRAIT DU PLAN CADASTRAL ------------- Section : BN Feuille : 000 BN 01 Échelle d'origine : 1/1000 Échelle d'édition : 1/1000 Le plan visualisé sur cet extrait est géré par le centre des impôts foncier suivant : VANNES Cité administrative 13 Avenue Saint
  • de prescription 13 14 Inrap . rapport de diagnostic Vannes, 13 bis rue Saint Tropez I. Données administratives, techniques et scientifiques 15 16 Inrap . rapport de diagnostic Vannes, 13 bis rue Saint Tropez I. Données administratives, techniques et scientifiques 17
  • 18 Inrap . rapport de diagnostic Vannes, 13 bis rue Saint Tropez I. Données administratives, techniques et scientifiques 19 20 Inrap . rapport de diagnostic Arrêté de désignation Vannes, 13 bis rue Saint Tropez I. Données administratives, techniques et scientifiques
  • Projet scientifique d’intervention 21 22 Inrap . rapport de diagnostic Vannes, 13 bis rue Saint Tropez II. L’opération archéologique 24 Inrap . rapport de diagnostic Vannes, 13 bis rue Saint Tropez 0 1km Localisation du diagnostic Fig.7 Le contexte géologique de
  • localisé au 13 bis rue Saint Tropez au sud de Boismoreau. La topographie actuelle, largement impactée par l’urbanisation, laisse deviner un versant sud dont le pendage reste bien visible à l’image de la rue actuelle qui lisse les divagations de la topographie d’origine mal connue. Si la
  • visible aux abords de l’église Saint Patern sur Boismoreau au IVe siècle. La parcelle BN157 se situe au sud de l’agglomération antique présumée. 1.3. Contexte et méthode de l’intervention En 2011, après la destruction et l’évacuation des bâtiments existant, le « Céram2 » constate
  • Vannes, 13 bis rue Saint Tropez © S. Daré CERAM 2004 Fig. 8 Le contexte archéologique de l’opération © S. Daré auprès des services de l’état (annexe 1). Depuis lors, la végétation qui a repoussé naturellement ne permet plus aucune constatation de visu. Le diagnostic archéolgique
  • . Inrap . rapport de diagnostic 28 Vannes, 13 bis rue Saint Tropez 15 13 B 202 TR.2 TR.3 E18F02258.48 250 ca lag et op og ra ph iqu e TR.4 TR.1 157 mur contemporain fossoyé contemporain mur médiéval ou moderne mur antique 233 fosse / fossé / tranchée 156 U.S. sondage
  • 240 20 233 243 238 237 TR.1 107 117 105 11 108 13 106 10 109 F110 12 114 111 Inrap . rapport de diagnostic 0 305 317 30 Vannes, 13 bis rue Saint Tropez II. L’opération archéologique Présentation 31 La tranchée n°3 mesure 11,50 m par 2,20 m pour une
  • au sud, les premiers niveaux antiques apparaissent. Dans cette zone, les murs 105 et 106 forment un angle droit. La longueur du mur 105 est de 2,03 m tandis que celle du mur 106 est de 2,04 m et se 32 Inrap . rapport de diagnostic Vannes, 13 bis rue Saint Tropez VANNES, Saint
  • stratigraphique simplifié des tranchées 3 et 4 © D. Séris MR 404 408 33 34 Inrap . rapport de diagnostic Vannes, 13 bis rue Saint Tropez 105 111 108 Fig. 13 Vue générale de la tranchée 1 vers le nord ouest © D. Séris 14 15 106 117 105 Fig. 14 L’angle de mur 105 / 106 et le
RAP03470 (MINIAC-MORVAN (35).Le Moulin Faruel, ZAC Actipôle - Tranche 2.Rapport de diagnostic)
  • opération préventive de diagnostic
  • MINIAC-MORVAN (35).Le Moulin Faruel, ZAC Actipôle - Tranche 2.Rapport de diagnostic
  • ) Proprietaire du terrain Commune Communauté d’Agglomération du Pays de Saint-Malo Miniac-Morvan Adresse ou lieu-dit Le Moulin Faruel Z.A.C. Actipôle - Tranche 2 Codes code INSEE 35179 numéro de dossier Patriarche non communiqué numéro de l'entité archéologique 09/05/2017 au 06/06/2017
  • Numéro de l’arrêté de prescription Emprise diagnostic 2017-003 Numéro de l’arrêté de désignation 2017-105 Référence du projet Inrap D117491 Communauté d’Agglomération du Pays de Saint-Malo Nature de l’aménagement Z.A.C. Références cadastrales Opérateur d’archéologie Commune
  • d’agrandissement de la Z.A.C. Actipole par la communauté de commune de Saint-Malo. Située sur les parcelles n° 49, 193, 330, 430 de la section ZK et n° 40 de la section ZL (fig. 2), cette opération a été prescrite par le Service Régional de l’Archéologie afin de compléter les données obtenues
  • l’opération sur fonds topographique 1.2 Contexte géographique et archéologiques 1.2.1 Le contexte géographique et géologique La commune de Miniac-Morvan est située au nord-ouest du département de l’Ille-et-Vilaine à environ 15 km au sud de Saint- Malo (fig. 1). L’emprise du diagnostic
  •  Le contexte historique et archéologique Miniac-Morvan est mentionné dans les textes dès l’époque carolingienne (La vie de Saint Malo par Bili, Vita sancti Machutis, auctore Bili) comme une Plebs et est situé dans ce texte « le long de la vieille route de Dinan à Dol » (Allenou
  • : SAINT-MALO 38 Bd des Déportés 35414 35414 SAINT-MALO tél. 02.99.40.61.41 -fax 02.99.20.80.77 cdif.saint-malo@dgfip.finances.gouv.fr Section : ZK Feuille : 000 ZK 01 Échelle d'origine : 1/2000 Échelle d'édition : 1/5000 Cet extrait de plan vous est délivré par : Date d'édition : 27
  • -Vilaine, Bretagne Bretagne, Ille-et-Vilaine, Miniac-Morvan, Le Moulin Faruel Diagnostic archéologique Z.A.C. Actipôle - Tranche 2 sous la direction de Fabrice Lecampion Fabrice Lecampion Sujets et thèmes Bâtiment Voirie Habitat rural Bâtiment agricole Foyer Fosse Fossé Sépulture
  • Artisanat Structure indéterminée Ce diagnostic a tout d’abord permis de compléter les informations recueillis lors de la première tranche réalisée en 2014. Les indices d’occupations les plus anciens remontent au Néolithique moyen 2 et sont matérialisés par un bâtiment et une structure
  • de combustion à pierres chauffées. L’occupation de ce secteur se poursuit durant la protohistoire avec notamment la présence vraisemblable d’un dépôt de fondation datant du Bronze moyen 1 dont la datation par 14C sur du caramel de cuisson relance le débat sur la typologie des
  • céramiques protohistoriques régionales. L’enclos circulaire simple à fossé continu a livré de la céramique datable de la Protohistoire au sens large. Aucun élément ne semble présent dans l’espace inscrit par le fossé et la vocation de ce petit monument n’est peutêtre qu’ostentatoire au
  • regard de sa position en milieu de pente dans une situation de visibilité. De la céramique protohistorique a été prélevée dans de nombreuses structures, notamment dans des trous de poteau. Cependant aucun bâtiment de cette période n’a pu être circonscrit. L’occupation antique est
  • représentée par un parcellaire qui s’inscrit dans l’orientation générale des vestiges mis au jour lors de la première tranche du diagnostic et par deux tombes ou fosses à résidus de bûcher. La céramique recueillie dans les structures couvre le Ier siècle de notre ère. Les fosses, les trous
  • de poteau ainsi que le fossé en arc de cercle qui a livré du vaisselier antique, loin de tout bâtiment sont peut-être à mettre en relation avec les pratiques liées à la crémation. Nous avons pu observer que l’orientation dominante des vestiges fossoyés selon un axe nord/ouest
  • - sud/est se poursuivait sur l’ensemble des parcelles concernées par cette seconde tranche. Cette orientation semble prendre son appui sur les axes de circulation mis au jour. L’occupation médiévale se présente de part et d’autre d’un axe de circulation. Au nord de celui-ci elle est
  • caractérisée par des bâtiments excavés à caractère probablement artisanaux et au sud par des trous de poteau formant très probablement des bâtiments qui se développe vers le nord au-delà de l’emprise. Le parcellaire attenant pourrait dater de la même époque et parait s’organiser autour du
  • chemin de la ville Boulier au Moulin Faruel. L’orientation de ces axes est la même que celle des vestiges antiques, leur origine pourrait remonter à cette période et nous avons pu observer qu’ils ont perduré jusqu’à la fin du XXe siècle lors des travaux liés à la réalisation de la
  • route nationale 176 qui ont profondément changé l’organisation de ce terroir. De cette organisation ancienne du parcellaire, seule la limite entre les parcelles ZK 49 et ZL 40 a survécue puisqu’elle est encore à l’heure actuelle une limite parcellaire. Rapport de diagnostic
  • 2017-003 Lambert 93-CC48 D117491 Code INSEE Nr site non communiqué Entité archéologique Arrêté de prescription Système d’information Code Inrap Bretagne, Ille-et-Vilaine, Miniac-Morvan, Le Moulin Faruel Diagnostic archéologique Z.A.C. Actipôle - Tranche 2 sous la direction de
  • avec la collaboration de Fabrice Lecampion Paul-André Besombes Vérane Brisotto Richard Delage Stéphanie Dervin Xavier Hénaff Myriam Texier Inrap Grand Ouest 37 rue du Bignon CS 67737 35577 Cesson-Sévigné Octobre 2017 2 Inrap · Rapport de diagnostic Bretagne, Ille-et-Vilaine
  • , Miniac-Morvan, Le Moulin Faruel, Z.A.C. Actipôle - Tranche 2 Sommaire Données administratives, techniques et scientifiques 22 Sommaire Fiche signalétique Mots-clefs des thesaurus Intervenants Notice scientifique Etat du site Localisation de l’opération Arrêté de prescription
RAP00210.pdf (LARMOR-PLAGE (56). fontaine du Treuch. rapport de sondage)
  • LARMOR-PLAGE (56). fontaine du Treuch. rapport de sondage
  • BERTRAND Roger
  • villages du Treuch et de Moustoir—Berhiet en Larmor-Plage. Le toponjrme " Moustoir " évoque un monastère ancien et " Berhiet ", c'est à dire Brigitte, une sainte vénérée nar les premiers bretons. Mais aucun document écrit, aucun reste archéologique n'a jamais été retrouvé sur un
  • Kerguelen. Roger BERTRAND Fig. I Stratigraphie au-dessus de 1'empierrage ( Mètre plié = 40 cm ) 1. Couche de remblais 2. Terre et blocs de granit 3. Empierrage Fig. 3. L'empierrage. Blocs de granit de ile| diverses. tai zone allongée empierrée de gaiets de quartz. Au
  • SONDAGE ARCHEOLOGIQUE MOUSTOIR — BERÏÏIET AU EN L A R M OR-PLAGE (MORBIHAN) En 1988 - 1989 les travaux de construction d'un nouveau tronçon de route cotière entre Larmor-Plage et le village de Lomener en Ploemeur ( Morbihan ) remblayaient une zone déclive entre les
  • monastère des premiers bretons qui aurait pu «lister en ce 1ieu. A cet emplacement existait une source alimentant une fontaine surmontée d'une caroix ancienne. A coté, un lavoir moderne; plus loin, un bassin peu profond qui a peut-être été un vivier, et une cuve de granit monolithe. Il
  • parut intéressant de conserver les plus significatifs de ces monuments des eaux. En accord avec la municipalité de Larmor-Plage la Soc. d'Histoire et d'Archéologie du Pays de Lorient entreprit le démontage de la vieille croix, de la cuve monolithe et du vivier voisin. Quelques
  • éléments de poteries ont été recueillis dans le sol à l'occasion de ces démontages : ils étaient tous modernes ou sub—modernes. Le vivier, la croix et la cuve ont été finalement remontés à quelques mètres de là, au pied du remblai de la nouvelle route. et 316,800, ( Carte IGN Lorient 7
  • -8, 169,325 Section AT, Parcelle 600 du cadastre de Larmor-Plage.) A la limite sud de cette parcelle les travaux de drainage entrepris à l'occsion de ce remontage découvrirent un empierrage dans le sol, tout près d'un chemin désaffecté. On ne savait quelle était la nature de
  • cet empierrage et il parut intéressant d'effectuer une reconnaissance de cet empierrage avant le remblaiement du site. A notre demande, Bretagne, 51.7.89. C.T. LE ROUX, directeur des Antiquités de donnait une autorisation temporaire de sondage, n° 89—21 AH du LES TRAVAUX PS
  • SONDAGE Ils ont été effectués pendant l'Automne 19"9 avec des membres de la Société d'Histoire et d'Archéologie du pays do Lorient : Mrs 3ERTRAND, BONFILS, ESTIENNÉ, JORIOH, ROYANT. Les travaux de sondage ont associe : - Le décapage d'une surface de 3 x 1, 50 ni - Les coupes de
  • terrain le long des perses du sondage et une section dans la couche empierrée. STRATIGRAPHIE ( Fig. 1 ) 1. Couche de remblais. Cailloutis et déblais divers, terre. Parmi les déblais, fragments nombreux de plagues ondulées de fibro—ciment, et un étui de balle datant de la guerre 39-45
  • . Epaisseur couche : 22cm. 2. Couche de terre homogène . Quelques blocs de granit moyens et gros. Quelques petits galets de quartz. Elément de datation : un flacon de pharmacie en verre avec bouchon vissé ( non retrouvé ). Epaisseur : 15cm 3. Empierrage irrégulier de blocs de granit de
  • différentes tailles et galets de quartz. Elément de datation : fragment de rebord de marmite enduit de suie sur sa paroi extérieure, difficile à dater de façon précise : fin du Moyen-Age à Epoque moderne. 4. Terre mélangée de! cailloutis. Epaisseur : 25 cm 5. Sol naturel : kaolin
  • L'EMPIERRAGE ( Fig. 2 ) II a été dégagé sur une surface de 4,50 m2 ( 3 x 1, 50 m ) . Il est irrégulier, fait de blocs de granit de tailles différentes avec, semble—t—il, deux blocs paraissant en réemploi. Dans la partie Est du sondage il est fait de restes de granit semblant avoir été
  • tassés et écrasés sur place. Dans la partie médiane une zone allogée comporte presque uniquement des galets de quartz dont quelques galets à facettes. La surface de l'empèerrage est grossièrement plane, aVec un léger dénivellé de l'Est vers l'Ouest, suivant la pente naturelle du sol
  • . L'empierrage repose sur une couche de terre avec quelques cailloutis ( 25 cm ), au-dessus du soi» naturel fait de kaolin. INTERPRETATION L'empierrage dégagé oar le sondage est bien un chemin empierré. Mais les éléments de datation manquent pour préciser l'âge de sa construction.. Il
  • s'agit en fait d'un ancien chemin, aujourd'hui disnaru, mais figurant sur le plan cadastral du siècle dernier ( Fig. 3 )• On l'empruntait nour aller à la fontaine du Moustoir dont il longeait les installations. Il permettait aussi d'aller du village du Moustoir-Berhet à celui de
  • centre, A l'Est, 1 zone d empierrage faite de granit fr iabl(e Q : Quartz concasse. 50 c-m.
RAP02319.pdf (RIEC-SUR-BELON (29). Saint-Jean. rapport de sondage)
  • RIEC-SUR-BELON (29). Saint-Jean. rapport de sondage
  • , propriétaire du terrain, a recueilli des tessons d'amphores dans un champ qu'il venait de labourer à Riec-sur-Belon « Saint-Jean » (fig.1). Une amphore archéologiquement complète et la moitié supérieure d'une autre ont pu être reconstituées, grâce à R. Bertrand, prospecteur bénévole
  • et des poteries, que nous n'avons pas encore pu identifier. De nombreux sites gaulois et gallo-romains et des enclos non datés sont connus autour du site de Saint-Jean grâce à des découvertes anciennes et de nombreuses prospections récentes, de R. Bertrand notamment. Seul le site
  • RIEC SUR BELON - Saint-Jean (Finistère) Rapport de sondage juillet 2007 Anne VILLARD-LE TIEC avec la collaboration de Thierry LORHO et Francis BERTIN Service régional de l'archéologie de Bretagne Conseil Général du Finistère UMR 6566 - Civilisations Atlantiques et
  • Archéosciences ¿313 Remerciements Je remercie Monsieur Jean Guisquet, propriétaire du terrain, qui a accepté avec beaucoup de gentillesse notre demande de sondage sur le site de Saint-Jean, ainsi que Joseph Le Gall, étudiant à Rennes 1, et Thierry Bouyaux, qui ont activement participé à
  • comptabilité du chantier. Anne Villard-Le Tiec Conservateur au Service régional de l'archéologie de Bretagne UMR 6566 - Civilisations Atlantiques et Archéosciences RIEC SUR BELON Saint- Jean (Finistère) Etude du contexte de la découverte d'amphores Dressel 1A En 1997, M. Guisquet
  • (Bertrand R. 1997). Les deux amphores appartiennent au type Dressel 1A (fig.16). Aucun autre indice n'a été recueilli jusqu'à présent dans ce champ, actuellement en prairie. Les abords de la découverte ont subi d'importants remaniements dans les années 1970 (fig.2). La RD 22, passant à
  • profonde qu'un labour un peu plus prononcé avait partiellement entamée. Fig. 1 : localisation IGN du site de Riec -sur-Belon, Saint-Jean 1 Fig.3:SituationtopographiquedusitedeRiecsurBelon,Saint-Jean 2 Fig.2b - Fig. 2 a et b : Localisation de la parcelle sondée sur les cadastres
  • des filons de blocs plus ou moins importants de gneiss. Fig. 3 : Situation topographique du site de Riec sur Belon, Saint-Jean 4 Antérieurement à la réalisation de la déviation, le champ dans lequel les amphores ont été mises au jour était situé dans la commune voisine du
  • de Saint-Jean. Le sondage Le sondage a été réalisé à l'aide d'un tractopelle muni d'un godet de 1,50 m . Une tranchée continue a été décapée le long de la haie, afin de repérer la structure archéologique ayant pu contenir les amphores . De nouveaux tessons d'amphores étant
  • partie de leur panse. 14 Fig. 16 : Amphores Dressel 1A (dessins R. Bertrand) et bord de petite jatte (dessin A.-F. Chérel) ; Fragments de tôle de bronze et bord de jatte, avec concrétions ferrugineuses 15 En surface de la fosse, et au milieu de sa partie orientale, n'ont été mis
  • (forme 14 de Joseph Le Gall, Le Gall 2007 p.44, fig.36) ; cette forme est répandue de l'ouest de la Bretagne au sud de l'Angleterre dans des contextes de La Tène D1/D2 (idem) ; l'exemplaire de Saint-Jean se distingue cependant par une lèvre marquée d'une fine cannelure interne et son
  • particulières de Kerné en Quiberon de nouveau (Le Rouzic 1934 p.2426), des îles des Haches et des Ebihens en Saint-Jacut de la Mer (Côtes d'Armor) (Langouët 1989, p.25-39 ; Bizien-Jaglin 2004), et de Tronoën en Saint-Jean-Trolimon (Finistère). Les tombes des Haches et de Tronôen résidaient
  • située dans la commune du Trévoux, afin de vérifier l'hypothèse d'un habitat contemporain. 17 Bibliographie BERTRAND R. (1997).- Rapport de prospection-inventaire Rennes, SRA de Bretagne. Morbihan-ouest et Finistère-sud, 3 vol., BIZIEN-JAGLIN C. , avec la collaboration de
  • BESOMBES P.-A., COURTAUD P., DEVERLY D., LAPERAS J „ LEMOULAND Q. et MENIEL P. (2004) .- Les Haches en Saint-Jacut-de-la Mer (Côtes d'Armor), Les Dossiers du Ceraa, suppl. AA, 167 p. CHATELLIER (du) P. (1882).- Oppidum de Tronoën, Extrait des comptes-rendus à Vannes parla Société
  • Tronôen en Saint-Jean-Trolimon (Finistère), Les Gaulois d'Armorique. La fin de l'âge du Fer en Europe tempérée, Actes du Xlle colloque de l'AFEAF (Quimper, mai 1988), A. DUVAL, J.P. LE BIHAN et Y. MENEZ édit., R.A.O., suppl. n° 3, p.23-45. FERDIERE A., VILLARD A. et coll. (1993) .- La
  • village coriosolite sur l'île des Ebihens (Saint-Jacut de la Mer), Les Dossiers du Ceraa, Saint-Malo, 173 p. LE GALL J. (2007) .- Evolution de l'occupation de l'espace sur le site de Saint-Symphorien à Paule (Côtes d'Armor). Etude typochronologique du mobilier céramique, couplée à
  • . MENEZ Y., DUPRE M. (2001).- Le camp de Saint-Symphorien à Paule (Côtes d'Armor). Forteresse aristocratique du second âge du Fer, rapport de fouille pluriannuelle 1999-2001, SRA Bretagne. VILLARD A., MENTELE S.(1998).- L'Age du Fer dans les collections du Musée des Jacobins
  • , in JOURDAN p. (dir.), Collections archéologiques du Musée des Jacobins, de la préhistoire à l'époque romaine, Morlaix, p.57-74 VILLARD-LE TIEC A. (2003).- Saint-Jean-Trolimon « Tronoën », p.103-104, in ARCELIN P., BRUNAUX J.-L., Un état des questions sur les sanctuaires et les pratiques
  • ce modeste chantier. J'adresse également mes remerciements à Thierry Lorho, Ingénieur au SRA, pour le géoréférencement du site et le traitement des documents cadastraux anciens et récents, Francis Bertin (UMR 6566) pour la D.A.O., et bien sûr Michèle Tostivint (UMR 6566) pour la
  • l'origine à l'ouest du champ, a été déviée vers l'est, et les travaux liés à la voie express RN 165 ont modifié la topographie des lieux au sud du site. La découverte des amphores ayant eu lieu le long de l'actuelle RD 22, il subsistait un doute sur la provenance des tessons
RAP03138.pdf (MONTGERMONT (35). ZAC Les Petits Prés : un établissement rural antique de la région rennaise. Rapport de fouille)
  • opération de sauvegarde par l'étude
  • MONTGERMONT (35). ZAC Les Petits Prés : un établissement rural antique de la région rennaise. Rapport de fouille
  • ARCHÉOLOGIQUE SEPTEMBRE 2015 BRETAGNE Le site des Petits Prés comprend de nombreuses similitudes avec celui de Bais, Bourg Saint-Pair, fouillé en 2009 sous la direction de D. Pouille, bien qu'un décalage chronologique distingue les deux établissements, puisqu'une installation de la
  • cela a été proposé sur le site de Bais, Bourg-Saint Pair (35). La zone fouillée, au sud-est de la partie résidentielle de l'établissement, correspond à un secteur agricole au sein duquel deux phases d'occupation principales se distinguent. La première, contemporaine de l'occupation
  • bassin de Saint-Grégoire notamment. Pour le Pliocène, des placages de sables alluviaux rouges et azoïques forment les témoins de cette période. Durant le Pléistocène, une sédimentation lœssique vient coiffer les dépôts antérieurs, principalement au cours de la dernière période
  • aménageur TERRITOIRE & DÉVELOPPEMENT 2013-052 DU 16 JANVIER 2013 arrêté d'autorisation numéro de l'entité archéologique 35 189 0002 code INSEE de la commune 35 189 FOUILLE PRÉVENTIVE RAPPORT FINAL D'OPÉRATION ARCHÉOLOGIQUE ZAC, LES PETITS PRÉS RAPPORT FINAL D'OPÉRATION
  • transition entre La Tène finale et l'époque gallo-romaine est à l'origine de la villa de Bais (Pouille 2011 : 69-111). Il se rattache à la ceinture d'exploitations mise en évidence autour de Rennes-Condate. La principale période de fonctionnement de l'établissement, fixée entre le milieu
  • du IIe siècle et le milieu du IIIe siècle ap. J.-C., correspond d'ailleurs à une période de développement de la ville. En revanche, un décalage apparaît entre la fin de l'occupation de l'établissement et la rétractation de la ville antique dans une enceinte fortifiée à la fin du
  • IIIe siècle ap. J.-C. MONGERMONT (35), ZAC, LES PETITS PRÉS SRA La phase 3 (IVe - début Ve siècle) est contemporaine, et peut-être postérieure, du démontage de l'ensemble résidentiel. Quelques fossés et fosses révèlent un maintien de l'organisation spatiale. Par ailleurs, les
  • de l'occupation de la zone méridionale au cours de l'Antiquité tardive, avec une proportion inhabituelle de céramique de cette période, associée à la découverte de bracelets en alliage cuivreux produits dans le sud de la Bretagne romaine au IVe siècle. Une extension de
  • l'occupation vers l'est semble également devoir être liée à cette phase. MONGERMONT (35) La construction d'un petit temple situé à 7 m au sud-est du bâtiment principal intervient probablement lors du deuxième ou troisième état d'aménagement. De dimensions réduites (6,10 m sur 4,40 m
  • ), l'édifice est constitué de deux espaces : une cella de forme carrée, précédée d'un porche à l'est. Un autre bâtiment situé au niveau de l'entrée vient compléter ce dispositif. Long de 10,50 m sur 9 m de largeur, il est installé au niveau de l'entrée du secteur résidentiel. La zone
  • fouillée, au sud-est de la partie résidentielle de l'établissement, correspond à un secteur agricole. À la phase 2, l'occupation est dominée par de nombreux fossés de drainage. Ils sont accompagnés de nombreuses fosses réutilisées comme dépotoirs et comprenant un mobilier archéologique
  • abondant. 35189 La fouille du site de Montgermont, ZAC Les Petits Prés, a permis d'aborder une occupation rurale antique établie aux abords de Rennes-Condate. Les traces d’occupation précédant la mise en place de l'établissement sont ténues et se limitent à quelques fosses, ainsi
  • qu'un probable réseau parcellaire. Le mobilier céramique est caractéristique du dernier tiers du Ier siècle et du milieu du IIe siècle ap. J.-C. Un réseau viaire, comprenant un mobilier céramique révélateur d'une fréquentation continue au moins jusqu'à la fin de l'Antiquité, encadre
  • l'occupation. L'établissement de type « villa » se met en place semble-t-il vers le milieu du IIe siècle ap. J.-C. (phase 2). Sa durée de vie est assez courte, puisque le démontage des bâtiments intervient au début du IVe siècle ap. J.-C. La partie résidentielle connaît plusieurs états
  • d'évolution. Dans son état premier, le bâtiment résidentiel, de 26,20 m sur 8 m, s'inscrit au sein d'une cour, d'environ 2 400 m². Lors des états suivants, une modification de la disposition de la cour et de l'entrée accompagne l'agrandissement du bâtiment principal. La superficie totale
  • de la pars urbana avoisinerait les 3 300 m² et le bâtiment résidentiel est doté de nouvelles pièces et d'une galerie de façade. Il occupe, au sol, un espace de 37,20 m sur 12,30 m. Le dernier état de modification du bâtiment résidentiel est marqué par l'adjonction d'une nouvelle
  • pièce contre le pignon est et par un remaniement à l'angle est de la galerie, qui évoquent un probable aménagement balnéaire. Nettoyage du bâtiment principal au petit matin, cliché A. Le Martret ©Éveha 2013. Bretagne, Ille-et-Vilaine Fouille préventive du 09/09/2013 au 29/11/2013
  • Prescription n° 2012-193 du 4 octobre 2012 Aménageur : Territoire et Développement Opérateur archéologique : SAS Éveha 24, avenue des Bénédictins 87000 Limoges Responsable : Annaïg LE MARTRET Mots clefs : Chemin ; villa , établissement rural, temple, bâtiment d'entrée ; puits, puisard
  • , settlement, villa, temple, entrance, well, oven, drainage, field system, pond, grave, post-hole, refuse-pit. ; pottery, architectural terra-cotta, fauna, shell, metal, slag, coins, statuette, glass. couverture MONGERMONT (35), ZAC, LES PETITS PRÉS Un établissement rural antique de la
  • région rennaise Auteurs Annaïg LE MARTRET (dir.), Aménageur TERRITOIRE & DÉVELOPPEMENT FOUILLE PRÉVENTIVE MONGERMONT (35), ZAC, LES PETITS PRÉS UN ÉTABLISSEMENT RURAL ANTIQUE DE LA RÉGION RENNAISE Numéro de l'entité archéologique 35 189 0002 Code INSEE de la commune 35 189
RAP00191.pdf (INZINZAC-LOCHRIST (56). Maison forte de Sainte-Geneviève. rapport de sauvetage urgent)
  • INZINZAC-LOCHRIST (56). Maison forte de Sainte-Geneviève. rapport de sauvetage urgent
  • BERTRAND Roger
  • (£6) Société Lorientaise d'Archéologie FOUILLES DE SAUVETAGE A LOCHRIST - INZINZAC (56) effectuées sur le site de Ste Geneviève sous la direction de R. BERTRAND A / PRESENTATION DU SITE 1. DECOUVERTE DU SITE Les prospections archéologiques effectuées autour de
  • d'Avril* Tous les participants à ce chantier étaient des membres de la Société Lorientaise d'Archéologie. Ce sont: Mrs Bardel Kmes Bardel Mlles Daniel Bertrand Pichot Delaloye Champetier Bourdais Jacquin Gueguen Perchet Ferrer Landrain Lebour Le Garsmeur Le Mentec Michaut 2
  • Lorient par les membres de la Société Lorientaise d'Archéologie ont amené la découverte de plusieurs sites et enceintes d'époque médiévale. L'une de ces enceintes, sise au village de Ste Geneviève en Inzinzac - Lochrist, venait d'être partiellement détruite au bulldozer lorsque/nous
  • fut signalée par Mr Louis BARDEL. Au début de l'année 1977 on pouvait craindre qu'elle ne soit totalement détruite dans un délai rapproché. Devant la menace de destruction du site,^ SANQUER, directeur de la Circonscription des Antiquités Historiques de Bretagne, nous délivra une
  • autorisation de fouille de sauvetage ( réf : n° 4 ) pour la période du 1° au 30 Avril 1977. 2. POSITION DU SITE Carte 1 / 25.000 Lorient 3.4 x - 178,335 Y = 331,875 z = 70 Cadastre ( Planche I ) Ancien cadastre:Section H 3, parcelle 970, dite " TOULAN DOUAR . M Cadastre remembré:Section
  • Y£, parcelle 52. 3.DESCRIPTION DU SITE ( Planche II ) Le site archéologique de Ste Geneviève est situé sur la pente d'un coteau orienté au sud. Il jouxte les maisons d'un ancien village et domine à quelque distance un petit ruisseau formant la limite communale entre Inzinzac et
  • Caudan. C'est une petite enceinte constituée par une plateforme centrale circonscrite par deux remparts et un fossé, affectant actuellement la forme d'un fer à cheval. C'est la partie sud du retranchement qui a été arasée au bulldozer. L'intérieur de l'enceinte est encombrée de
  • restes de constructions: traces de murs, éboulis, monticules de pierres,etc... La plateforme centrale mesure 35 m environ (axe NS) sur 30 m environ (axe Si)* Le fossé est de largeur et de profondeur variables: c'est à l'ouest que se remarquent les plus fortes dénivellations entre le
  • sommet des remparts et le fond du fossé;là aussi le fossé présente sa plus grande largeur. B / LES TRAVAUX DE FOUILLE 1. LES MOYENS Les fouilles furent effectuées pendant les vacances scolaires de Pâques, du 3 au 11 Avril 1977» puis de façon discontinue, pendant les week - ends
  • . TECHNIQUES Carroyage wWheelerH orienté Nord-Sud:carrés de 4x4 m séparés par des banquettes de 1 m de large. Toute la terre provenant de la couche d'occupation a été tamisée. Les murs de l'habitat, la couche archéologique, la terre provenant du tamisage ont été passés au détecteur à
  • métaux. 3.OBJET DE LA FOUILLE Les travaux portèrent sur ce qui semblait être une maison, et dont des parties de mmrs se dessinaient sur le sol. Les premiers sondages confirmèrent rapidement cette hypothèse, amenant la mise à jour d'une habitation dant le plan était bien conservé
  • , située dans la partie sud-est du retranchement. La moitié environ de cette maison a été fouillée. C / STRUCTURES EE L'HABITAT ( Planche III ) 1.DESCRIPTION GENERALE L'habitat mis à jour est de plan carré, mesurant 6,40m de coté intérieur et orienté suivant les points cardinaux. Les
  • murs N et S, rectilignes, s'appuient sur le rempart intérieur de l'enceinte qui constitue le mur E de la maison. Quant au mur W, lui aussi rectiligne, il présente une interruption dans sa partie médiane où se situe l'entrée. Les murs N et W s'interrompent à l'angle NW de la maison
  • . Cet angle est constitué par un mur courbe, à cpnvexité tournée vers l'intérieur de l'habitat, et qui s'appuie sur les murs»N et W de la maison, débordant même au N à l'extérieur de celle-ci. A l'angle SW de la maison, 2 murs de refend isolent une petite pièce. 2.LES MURS DE
  • L'HABITAT Ils présentent tous le même mode de construction: 2 parements de moëllons de granit et un blocage médian de pierrailles. Entre les assises de pierres, un liant terreux. Cà et là, des traces de mortier, en particulier dans le parement S de l'entrée. a) Le rempart intérieur de
  • l'enceinte, sur lequel s'appuie la maison à l'E,présente le même appareillage. Son épaisseur est variable, de 2 m (au sud) à 2,20 m (au nord). Dans son parement interne, vers l'intérieur de l'habitat, s'observe une sorte de petite niche profonde d'une quarantaine de cms, large de 18 cms
  • et haute de 13 à 17 cms. Sa destination n'a pû être établie. b) Le mur N,long de 5,50m, a une largeur de 85 cm,allant parfois jusqu'à 87 cm. A l'intérieur de l'habitat, la face sud de ce mur a été dégagée sur une hauteur de 2m. L'épaisseur du mur va en augmentant vers sa base
  • , constituée de gros blocs non appareillés qui débordent d'une trentaine de centimètres sur le sol de la maison. ( Planche IV ). Le mur N ne s'articule pas directement avec le mur W. Il s'interrompt à 1,50m de l'angle NV de l'habitat. c) Le mur courbe,larye de 40 cm, forme cet angle NW
  • . En arc de cercle, à concavité tournée vess l'extérieur de 1(habitat, il s'articule avec le mur N, et s'appuie sur le mur W dont le sépare un espace étroit de 1 à 2 cm. Il a été dégagé sur une longueur de 3 mètres, se poursuivant vers le NV au delà des limites de l'habitat, en
  • dehors de la zone de fouille. 3 Dans la maçonnerie du mur, à l'intérieur de l'habitat, une irrégularité se remarque dans l'appareillage des assises, faisant penser qu'une ouverture, de 60 cm de haut sur 45 de large, a été obstruée. d) Un massif de maçonnerie long de 2,40 m et large
RAP03514 (GUER (56). L'Ecusson. Rapport de diagnostic)
  • opération préventive de diagnostic
  • GUER (56). L'Ecusson. Rapport de diagnostic
  • Chapelle Saint-Etienne. Au sud de cette dernière, au lieu-dit Coëplan, un enclos trapézoïdal constitué de larges fossés suggère une structure de l’âge du Fer (M. Gautier, A. F. Marziou, 2001). Un autre enclos de même forme est visible au lieu-dit Launay-Couëdor, un peu plus au nord
  • . Enfin à l’ouest de Saint-Etienne, sur la commune de Porcaro, deux éperons barrés marquent l’occupation de ce territoire aux périodes protohistoriques : il s’agit du Camp des Masses et de la Vallée Bouillante. Pour la période gallo-romaine, les indices sont nombreux. Parmi eux se
  • trouvent le vicus de Saint-Etienne, ou encore les camps de Lecaté, de Créhus, ainsi que l’établissement de Carafort. On citera à nouveau le site de La Herupée ou La Bonde, situé à 1 km au nord-est de notre emprise. Fouillé en 1968 par M. Petit, l’occupation a livré plusieurs inhumations
  • Mobilier Céramique Diagnostic archéologique Dans le cadre d’un projet de construction d’un poulailler sur la ferme de l’Ecusson (EARL BE POS), dans la commune de Guer le Service Régional de l’Archéologie de Bretagne a prescrit un diagnostic archéologique sur une surface 9 200
  • m2. Si aucun indice de site n’est répertorié au service de la Carte Archéologique sur la zone à construire, le nord de la parcelle concernée a révélé lors de prospections aériennes, (M. Gautier), la présence d’enclos et de limites parcellaires. Les différentes traces se
  • développent également à l’est de la prescription, dans la parcelle adjacente. Par ailleurs deux voies de circulation ancienne situées à proximité du projet sont mentionnées à la Carte Archéologique : la première repérée en partie lors des campagnes de prospections citées plus haut a été
  • suivie lors d’un diagnostic réalisé en 2011 sur le projet d’extension de la zone d’Activité de Val Coric ouest (Brisotto, 2011). Elle pourrait avoir une origine protohistorique. La seconde incluse dans la prescription (limite est) correspondrait à un tronçon de la voie antique Corseul
  • -Rieux et s’apparente aujourd’hui à un chemin d’exploitation. La nature précise de cette portion attribuée à la voie n’est pas connue (prospections d’A. Provost). Rapport final d’opération Sujets et thèmes Structure agraire Fosse Sépulture Guer, l’Ecusson L’Ecusson, Guer, Morbihan
  • , Bretagne Chronologie Antiquité romaine haut-empire Bretagne, Morbihan,Guer Guer, L’Ecusson sous la direction de Vérane Brisotto Cette intervention motivée par la proximité de ces nombreux indices de sites fait suite à deux précédentes opérations de diagnostics réalisées dans le
  • cadre d’extension de la Zac de Val Coric Ouest (Brisotto, 2011 et 2016). La trentaine d’hectare sondée a livré des traces ténues de présence protohistorique et antique matérialisées essentiellement par des chemins, associés à des limites parcellaires. Inrap Grand Ouest 37 rue du
  • Bignon CS 67 737 35 577 Cesson-Sévigné www.inrap.fr Rapport de Diagnostic Vérane Brisotto Si le diagnostic de 2017 a permis de sonder et d’invalider la portion de chemin nord/sud comme appartenant à la voie antique Corseul-Rieux, la découverte de trois fosses à incinérations du bas
  • -Empire apporte son lot d’informations. Les autres vestiges mis au jour correspondent à quelques fossés parcellaires dont quatre pourraient être liés aux occupations antiques. Inrap Grand Ouest Janvier 2018 Rapport de diagnostic Guer, L'Ecusson — 56075 Nr site SRA 2016-326
  • Lambert93CC48 D117100 — Arrêté de prescription Système d’information Code Inrap Entité archéologique Code INSEE Bretagne, Morbihan,Guer sous la direction de avec la collaboration de Verane Brisotto Richard Delage Myriam Texier Inrap Grand Ouest 37 rue du Bignon CS67737 35577 Cesson
  • -Sévigné cedex Tél. 02 23 36 00 40 Janvier 2018 2 Inrap · Rapport de diagnostic Bretagne, Morbihan, Guer, L’Ecusson Sommaire 2 Sommaire Données administratives, techniques et scientifiques 6 Fiche signalétique 7 Mots-clefs des thesaurus 8 Intervenants 10 Notice
  • scientifique 10 État du site 11 Localisation de l’opération 12 Arrêté de prescription 18 Arrêté de désignation Résultats 22 1 Le cadre de l’opération 22 1.1 Circonstance de l’opération 22 1.2 Localisation de l’opération et topographie des lieux 24 1.3 Contexte archéologique
  • 28 1.4 Contexte géologique 30 2 Présentation des vestiges 30 2.1 Observation générales 30 2.2 Les sépultures 32 2.3 Le sondage du chemin d’exploitation nord-sudw 33 2.4 Les fossés 36 3 Les tombes du Haut-Empire : étude anthropologique (Myriam Le Puil-Texier
  • , Anthropologue, Inrap) 36 3.1 Objectifs et méthode d’analyse des dépôts osseux 36 3.2 Catalogue des structures funéraires 36 3.2.1 Tombe F2 36 3.2.1.1 Le contenu de l’urne 38 3.2.1.2 Les données biologiques I. Données administratives, techniques et scientifiques 38 3.2.2. Tombe F3
  • 38 3.2.2.1 Le dépôt Sommaire 38 3.2.2.2 Les données biologiques 38 3.2.3 Tombe F4 38 3.2.3.1 Le dépôt 42 3.2.3.2 Les données biologiques 42 3.3 Synthèse et discussion 43 3.4 Typologie des dépôts et mobilier d’accompagnement 43 3.5 Le degré de combustion 44 3.6 La
  • représentation des os 45 4. 48 5 Etude de la céramique (R. Delage, Inrap) Conclusion 49 Bibliographie 49 Bibliographie générale 49 Anthropologie - M.TIXIER 50 Céramologie - R.DELAGE 51 Liste des figures Inventaires techniques 54 Inventaire des tranchées 55 Inventaire du
  • mobilier 55 Terre cuite 55 Mobilier métallique (fer) 55 Inventaire des prélèvements 3 I. Données administratives, techniques et scientifiques 6 Inrap · Rapport de diagnostic Bretagne, Morbihan, Guer, L’Ecusson Fiche signalétique Localisation Région Bretagne Département