Rechercher sur le site

  • Chercher les documents contenant un mot OU un autre : tapez simplement les mots à la suite => bracelet bronze
  • Chercher les documents contenant un mot ET un autre : utilisez le mot-clef AND => bracelet AND bronze
  • Chercher les documents contenant une expression exacte : taper l'expression entre guillemets => "bracelet en bronze"

Limiter votre recherche

Auteur
Type d'opération
Commune
Département
Date (Année)

4132 résultats Exporter les résultats

Trier par Titre : ascendant / descendant
RAP01099.pdf (QUIBERON (56). Kerné. rapport de fouille préventive)
  • QUIBERON (56). Kerné. rapport de fouille préventive
  • juin I93I;ce site est à 300a. à ifr Est du fond de cabane que j4 nous avons fouillé. Le site de la dune de Kerné parait donc avoir été occupé pendant une longue * ri©de.Nous pouvons,grâce aux bilions de Constantin du coffre,fixer provisoirement un "terminus ad quem" aux environs
  • G.Bernier. HABITAT GALLO-ROMAIN DE KERNE COMMUNE DE QUIBEROH. MORBIHAN. 1093 Un» observation systématique des trous de la dune de Kerné,en Quiberon,indiquant des points où le sable a été prélevé,nous a permis de trouver des te: sons de poterie galle-romaine commune près du
  • réservoir d'eau voisin de la route côtière et à 150 m. au Sud-Ouest du croisement de la route de Quiberon à Kerné et de Kernavest à Manémeur,près duquel ent déjà été trouvés un cimetière galleromain et un habitat gaulois (cf.infra.) Des traces de substructions nous ayant parues
  • intéressantes dans ce dernier site qui figure au Cadastre dans la section B.-H. sous le numéro 143,du Corps de Garde de Kerné,nous avons sollicité de Monsieur Le Directeur de la Circonscription des Antiquités historiques de Bretagne et des Pays de la Loire,une autorisation de sondage qui
  • nous a été accordée par lettre du o5/09/69. Nous avons procédé,tout d'abord, au dégagement d'un petit coffre de pierres, presqu'à fleur de sol.Il ne subsistait que trois côtés et la dalle de fond,mais à I,m. au Nord-Est des pierres pouvaient avoir appartenu au 4 ème côté. Les
  • dimensions des dalles de chant (cf. Photos I & 2 ) qui ont 0,70m. de hauteur environ,sont :à l'Est I,& m.; au Sud: I,25m.;à l'0uest:0,95 m. Au niveau supérieur du coffre était pesée à plat une pierre qui se révéla sculptée quand elle fut retournée:une tête humaine stylisée regardait vers
  • le bas et sur les côtés deux bourrelets en ellipse formaient les oreilles.La stèle, dont la base parait brisée,mesure 0,40m. de haut,0,30m. de large et 0,18 d'épaisseur. Nous avons trouvé,à des niveaux différents huit billèas de Constantin et un gaulois:ce dernier était à e,20m au
  • dessus de la dalle de fond,tandis que les pièces romaines se trouvaient:l'une à la partie supérieure du coffre,deux dans les intervalles des pierres,un presqu'au niveau inférieur et quatre en dehors et à proximité du coffre ,au Nord. Le sable était parfaitement blanc et ne contenait
  • que des fragments d'os insignifiants. A 0,3om au dessous de la base du coffre,contre le côté Ouest il y avait une couche de sable noirci contenant des fragments d'os et des pierres plates rougies au feu. Les abords du coffre ont fourni peu de tessons de poterie,mais,vers l'Ouest un
  • niveau archéologique allait en s'épaississant jusqu'à des murs situés à 7,15 plus loin.Ils sont à 0,65m. de la surface de la dune et nous avons pu noter la P.2 stratigraphie suivante:0,08 m. de sable et d'humus;0,32a. de sabl*£oiratre, 0,25 de sable plus blanc,pmis une couche
  • archéologique de 0,50m. d'épaisseur moyenne.Dans cette couche,à une profondeur de 0,65 m. des murs de 0,75 m; d'épaisseur,formés de 3**esises de pierres sèches de 0,30 de haut sont disposés en carré de 6 m. de côté,aux angles arrondis, (cf. Photo 3) Le mur Ouest présente un hiatus d'I,50m
  • . qui peut correspondre à une ouverture;celui de l'Est était démoli sur une longueur de 3,20 m.Ces murs ne semblent pas avoir jamais été plus hauts et semblent la continuation de la tradition locale,légèrement améliorée (cf.Annales de Bretagne,No I;Mars 1969,G.Bernier;Un nouvel
  • habitat gaulois dans la dune, à Kergroix,St Pierre-Quiberon,p.I49. sq.) Sur la surface du mur,près de l'angle Nord-Est nous avons trouvé un premier sesterce du Haut-Empire. Nous n'avons pu fouiller,pendant une semaine,jusqu'au 10 septembre,qu'une partie de l'intérieur de la cabane,et
  • avons déblayé une surface de 35 mètres-carrés. Elle nous a fourni une quantité importante de scories de fer et des pièces forgées :lames,douilles,anneaux,fers plats,mais les pierres de grandeSdimension^que nous avons trouvées à l'intérieur (l'une d'elles mesurait 1,20 sur 0,82) ne
  • présentaient aucune trace de feu#;Près de la grande dalle nous avons trouvéquatre sesterces de nombreux fragments de poterie commune et de sigillée dont des bords de coupelle a*> avec un décor de feuilles d'eau caractéristique du 2d siècle P.C.,et des framents de coupes de terra nigra.Des
  • fragments de 4 Vénus et de deux Matres jonchaient la partie orientale de la partie fouillée,et à 0,33 du mur Sud,& à 2,25 de l'angle Ouest nous avons découvert un fond de pot sur lequel reposaient les restes de deux autres Vénus dont une a pu être reconstituée entièrement:elle est de la
  • même fabrique que celles que l'on peut voir dans la vitrine du Musée Miln à Carnac. (cf. Photo. 4) Les restes de cuisine étaient si peu abondants (quelques coquilies d'huîtres et des os de ruminants et de porc)que l'on peut douter que cette cabane ait servi d'habitat.Les tessons de
  • poterie de tradition gauloise étaient aussi abondants que la belle poterie d'importation.Nous avons pu trouver un petit pot entier de tradition locale dans l'angle Sud-Ouest.(diamètre 0,Ô7m;hauteur 0,04) L'abbé Lavenot a décrit dans Hoédic Houat et Quiberon,P.185 & sq.un cimetière
  • exploré par ses soins en 1871 au voisinage de la croix qui marquait le croisement du chemin de Kernaveste et de celui de Kerné à Quiberon.Il ya trouvé 22 squelettes dont quelques uns superposés,orientés pieds vers l'Est,ce qui lui fait supposer qu'il s'agit d'un cimetière chrétien.Ce
  • qui nous intéressé c'est la présence d'une meule à bras,de tuiles et de tessons gallo-romains. P.3 Z. Le Rouzic & relaté dans le Bulletin de la Société Folymathique du îsorbihan de I934»pï7»& sq. la fouille du village gaulois de l'époque de l'indépendance qu'il avait effectuée ea
RAP03075.pdf (LARMOR-PLAGE (56). Site de Quehello-Congard. Rapport de fouille de sauvetage)
  • LARMOR-PLAGE (56). Site de Quehello-Congard. Rapport de fouille de sauvetage
  • dégraissant micacé.(Fig.3 et4) avec c) Slémenta métalliques découvert On n'a pés K en (dépotoir) ?, seui Le pette avec leurs se le soie résidus des éboulis du sous (fig. 5) (d'autres bien conservée présenteraient avec raanche ferreux, pour la plupart regrou¬ et
  • oooooooooooooooooaooouooooQoooo(fOortoooooao»oooooooyuriooooyuoo()Oo o o o o o o o o 2 SITE o 0 1 DE —— g 0UE1IELL0-C0NGAKD — — ——— LARMOK- PLAGE o o (56260) O %O o o o o g en (cadastre Larraor AD 378) 2 o o o o o © o o
  • oooooooooooeooooooooooooooooooooooooooooooooooaooooooooooooooaoo PROPRIETE : M. BENOIT FOUILLES : M. B E N 0 I T 3o75 1 S 2_5 K H E L L O T_!L_ 0 ®®21- n_L_é_tt (cadastre I. Lors de l'hiver - de taille tant à fragments de tuiles des tessons Un ture du site viron rage mortier (8 à 15-20 de de cm 75-80
  • lié 10 x au 12 x éventuel large, mortier (actuellement carré J) ; et, commune cm parmi env.), (DRAG 43) quolques-unes présen¬ vint préciser la na¬ les : avec 3 au tranchées moyen de 3 tranchées recoupaient à 45° double parement de moellons et bour
  • ¬ jaune. Par ailleurs, fournissait 2 morceaux le même temps, des débris de de tuiles, phore étaient trouvés dans deux parcelles voisines, démolition la tranchée la plus à sigillée se raccor¬ (AT 150-4411), d'autres dans de poteries et d'am¬ certains dans les fouilles
  • un talus d'une construction (AP 067.). L'extension présager un site des trouvailles de quelque importance. Communication risait en¬ premier découvert. ou Dans en de nombreuses pierres intérêt. était alors fait profondeur de cm à rebord poterie sigillée son
  • cours jaune. sondage de surface de cailloutis l'Est dant de suggérer et taur un poterie près semblable fragment de Un parallèles, de au : des peu 378) AB DECOUVERTE - été rais à jour ont adhérences des Larraor défrichage à la pioche d'un coin de parcelle
  • très en (Club d'archéologie) grande séparés m, déblais adoptée été le système IVheeler, a relief Est—Ouest du supposer tion a que lors construction d'un au premier l'accord avec quadrillage soit des carrés de fouille de : le dégagement des permettant cm
  • étant donnée Wheeler et ancien (cf photographies a du talus préféré lais¬ Cette supposi¬ afin de permet¬ : un sem¬ raur >lans) et et, été opérée mais, la méthode la stratigraphie locale, avons nous ormeaux parcelle autre une et autre mur. un fouille de
  • sauvetage une l'urgence du travail été abandonnée et a à alors été mis à jour a propriétaire, du d'accès chemin très un déjà découvert raur 1'arrachage de quelques de à aboutissait mur dernier pouvait recouvrir ce été confirmée blable un et planté de très vieux
  • chines et d'ormeaux. relative du l'orientation et sait la avec à la brouette. talus, de forme très contournée, B. ont ravnux la Société Lorientaise d'Archéo¬ des banquettes de 60 par L'orientation tre sui¬ les élèves du Lycée Dupuy-de-LÔrae par relief et à
  • l'extension du site au 2 x Le BENOIT, . adapté ra Monsieur la circonscription. Les t pour partie de confirmées lors d'une visite de SANQUKH, les membres de et par Le méthode 2 FOUILLES direction la sous de Monsieur instructions Monsieur logie DES FOUILLES Elles
  • vant CONDUITE - - dégagement total. un DECOUVERTES - 1° L'essentiel perpendiculaires reil l'un du est site constitué rapport à l'autre par deux par murs de rnSme (mais l'angle n'a appa¬ été ans fouillé). Les Le K), et dégradé mière encore F en ou
  • maximum 2 truit un la mur Nord présente, 3 à 4 assises ne en dans place, subsistent plus, a mur assises niveau Est, en grosses première de taêrae place. compas de sa partie la mieux conservée sur une parfois, res¬ que (carrés semelle élargie. 11 est très
  • 1 ou 2 moellons de la pierres, largeur et do mêrae appareil, La semelle supérieur à permis de découvrir taines relèvement, sont au pre¬ assise. Le pas mesurées 113°^ 293° et 23%_t203°. pectivement G orientations, celui du est moins apparente raur Nord. Les
  • présente et fouilles il semble G, semblent curieusement disposées, assise du mur Nord. cons¬ n'ont cependant l'existence d'un seuil de dénivellation bien en au au que cer¬ niveau de 3 - 2° Mobilier Les commune), sise) et découvert fouilles à rais ont jour
  • «les éléments
  • - DRAG - DRAG 37 : 4 " " (-50 + : 1 " " (75 à 400) (DRAG 43 1 fragment de pied - 1 " panse - 1 " rebord, - 1 " panse de vase uni, indéterminable. Poterie très indéterminable par on a pu noircie feu au avec les tessons bien conservées assez
  • : dégraissant qunrtzeux, présente gros ; l'autre, do pête grise également - que disparates. dessiner deux assiettes l'une, de p8te grise, externe nature même et du fait sa petits et extrêmement Cependant - (DRAG 18-21) ? de plat commune exploitable de sont 45 ou ) 70
  • ?) - Peu le déversoir (150 à 200) : 1 fragment de rebord 24-25 b) découverts 3 fragments de rebord,,dont : (160 à 200) ~ ! douteux (fig. l) 43 intact ( face Monsieur Roger BKRTilAND qui par récipients différents à partir des 13 tessons découverts. ( une proposée est
RAP03147.pdf (LE FAOUET (56). L'ancien château. Rapport de diagnostic)
  • opération préventive de diagnostic
  • LE FAOUET (56). L'ancien château. Rapport de diagnostic
  • du Faouët8. Que les Boutteville aient fréquenté régulièrement leur manoir du Saint à cette époque est entendu mais ils n’ont certainement pas délaissé pendant plusieurs siècle le Faouët, seul l’épisode anglais dut les maintenir un temps à l’écart. Si les seigneurs de cette terre
  • Fossé, Puits. Diagnostic archéologique Sujets et thèmes Bâtiment, Voirie, Le diagnostic, réalisé au nord du bourg du Faouët, s’est principalement axé sur une parcelle quadrangulaire entourée d’un mur de clôture, dénommée l’ « Ancien château ». Plusieurs aveux ainsi que la
  • « chronique de Froissart » attestent l’existence d’un château assiégé pendant la Guerre de Succession, plus précisément en 1342. A une date indéterminée nous savons qu’un nouveau château est construit à proximité du château féodal. L’intérêt principal de ce diagnostic est donc d’attester
  • ou non l’existence de vestiges liés à ces constructions. L’opération a permis de mettre en évidence que la parcelle diagnostiquée était en réalité le jardin clos du château moderne. Celui-ci se trouvait à proximité en dehors de l’emprise du diagnostic. Le château médiéval a lui
  • été localisé au nord-ouest du périmètre sondé, sur une parcelle à la forme semi-circulaire. L’opération a révélé la présence d’une occupation antique sous la forme d’un fossé (d’enclos ?) associé à un réseau fossoyé. Cependant ces vestiges se trouvant en limite de l’emprise du
  • diagnostic, nous n’avons qu’une vision très mince de cette occupation que l’on peut difficilement caractériser. Le mobilier récolté daterait ces structures du Haut-Empire qui pourraient avoir été en usage jusqu’à l’époque carolingienne. Des chemins empierrés attribués au haut Moyen Age et
  • abandonnés aux XVè-XVIè siècle ont également été mis au jour menant nos investigations au-delà de l’emprise du diagnostic. Cette étude a mise en exergue l’évolution de l’organisation spatiale du bourg du Moyen Age jusqu’à l’époque moderne grâce notamment à une analyse morphologique du
  • cadastre ancien. Une étude documentaire dont le but étant en partie de retranscrire les originaux des aveux déjà connus a conforté les observations et les hypothèses faites sur le terrain et lors du travail de post-fouille. Rapport final d’opération Chronologie Epoque médiévale, Temps
  • modernes, Epoque contemporaine. Commune de Le Faouët (Morbihan) L’ancien château sous la direction de Rozenn Battais Inrap Grand-Ouest 37 rue du Bignon CS 67737, 35577 Cesson-Sévigné cedex Tél. 02 23 36 00 40, grand-ouest@inrap.fr Septembre 2015 Inrap Grand-Ouest Septembre 2015
  • Diagnostic archéologique Rapport final d’opération 56057 L’ancien château sous la direction de avec les contributions de Rozenn Battais Emmanuelle Coffineau Arnaud Desfonds Pierrick Leblanc Pierre Poilpré 2015-74 D 107967 Code Inrap Système d’information Arrêté de prescription
  • Entité archéologique Nr Patriarche Code INSEE Commune de Le Faouët, Morbihan Inrap Grand-Ouest 37, rue du Bignon, 35577 Cesson-Sévigné Tel. 02 23 36 00 40 Septembre 2015 Sommaire 5 I Données administratives, techniques et scientifiques 6 7 8 10 11 12 18 21 24 Fiche
  • signalétique Mots-clefs des thésaurus Intervenants Notice scientifique Localisation de l’opération Arrêté de prescription Arrêté modificatif de prescription Projet scientifique d’intervention Arrêté de désignation 25 II Résultats 27 1 Présentation générale 27 1.1 Cadre de
  • l’intervention 27 27 28 1.1.1 Introduction 1.1.2  Contexte géographique et morphologique 1.1.3 Contexte historique et archéologique 30 1.2 Le cadre méthodologique 30 33 1.3 Enregistrement des données 34 2 Résultats de l’opération 34 2.1 Observations générales 35 2.2 Les
  • tranchées 38 2.3 Les vignettes 43 2.4 Les tranchées et vignettes significatives 43 45 50 2.5 Etude du bâti XXè 1.2.1 Méthodologie et difficultés rencontrées 2.4.1 Ensemble 1 2.4.2 Ensemble 2  53 3 Interprétation des résultats 53 3.1Une occupation antique 54 3.2 Du
  • château médiéval au manoir moderne 58 3.3 Voirie et parcellaire  : Evolution de l’organisation spatiale du bourg 58 60 61 Conclusion 62 Bibliographie 63 Liste des figures 65 III Annexes 66 72 Etude du mobilier, E. Coffineau Etude documentaire, P. Poilpré 81 IV
  • Inventaires 82 86 88 Inventaire des photos Inventaire des structures Inventaire des minutes 2.3.1 2.3.2 Réflexion sur les origines du bourg Une réorganisation du bourg au XVIè siècle I - Données administratives, techniques et scientifiques 6 Inrap · RFO de fouille L’ancien
  • Coordonnées géographiques et altimétriques selon le système national de référence X=1216850 Y=7224050 Lambert II étendu Z= 138.50 m à 141.00 m NGF parcelle(s) Proprietaire du terrain Nature de l’aménagement non communiqué Opérateur d’archéologie Inrap Grand-Ouest 37, rue du Bignon 35
  • 577 Cesson-Sévigné Responsable scientifique de l’opération La Commune de LE FAOUËT 9 rue Victor Robic – BP 55 – 56320 LE FAOUËT Rozenn Battais, Inrap Références de l’opération Inrap Grand-Ouest 37, rue du Bignon 35 577 Cesson-Sévigné Numéro de l’arrêté de prescription
  • Organisme de rattachement 2015-74 modifiant l’arrêté n°2014-137 Numéro de l’opération D 107967 Numéro de l’autorisation de fouille 2014 – 13 Maître d’ouvrage des travaux d’aménagement Commune de LE FAOUËT Dates d’intervention sur le terrain fouille du 08/06/2015 au 19/06/2015 post
  • -fouille Ponctuellement du 20/06/2015 au 29/09/2015 7 I. Données administratives, techniques et scientifiques Mots-clefs des thesaurus Chronologie Sujets et thèmes Paleolithique Mobilier Edifice public nb Industrie lithique Inferieur Edifice religieux
RAP03371.pdf (SAINT-LORMEL (22). Chapelle Saint-Lunaire. Rapport de sondage)
  • SAINT-LORMEL
  • SAINT-LORMEL (22). Chapelle Saint-Lunaire. Rapport de sondage
  • FICHET DE CLAIREFONTAINE François
RAP03957 (Projet Collectif de Recherche. Formes, nature et implantations des occupations rurales en Bretagne du IVe s au XIe s.)
  • programme collectif de recherche
  • Projet Collectif de Recherche. Formes, nature et implantations des occupations rurales en Bretagne du IVe s au XIe s.
  • sont multi-parcellaires (Montours, Châteaugiron, Saint-Martin-des-Champs, Mordelles, Chavagne, Noyal-sur-Vilaine, Torcé…). Leur relecture en lien avec la topographie et les réseaux plus larges (voiries, etc.) est envisagée. Dans une grande partie du pays, c’est également dans la
  • seul. Les relations complexes 3. Comme à Saint-Gilles de Missignac, dans le Gard où une aire de stockage collectif (environ 450 silos) prend véritablement forme au viie siècle, à l’ouest de l’habitat, puis connaît une utilisation intense entre le ixe et le xie siècle, au sein
  • -Saint-Denis) ou encore lors des fouilles récentes conduites en Bretagne (Chavagne, Bais, Chasné-surIllet, Plouédern…). Ils sont « mouvants », suivent rarement une évolution linéaire, mais comportent souvent plusieurs centres villageois (Héron 2001, Gonçalves, Lafarge 2009). Cette
  • sociales d’un espace montagnard, ou encore celui sur les dynamiques sociales, spatiales et environnementales en Béarn et Bigorre (Chr. Rendu et D. Galop). Il ne s’agit ici que de quelques exemples. Les colloques et tables rondes Les colloques et tables rondes suivent le même mouvement
  •  ». En 2007, la table ronde de Saint-Germain-en-Laye a été consacrée à « L’archéologie du village, archéologie dans le village », organisée à l’initiative du PCR « Habitat rural du premier Moyen Âge en Île-de-France », associé au Groupe de recherche archéologique sur le premier Moyen
  • Rapport d’activité 2020 Projet Collectif de Recherche Formes, natures et implantations des occupations rurales en Bretagne du IVe s. au XIe s. sous la direction de Françoise Le Boulanger Emmanuelle Ah Thon Laurent Beuchet Didier Cahu Isabelle Catteddu Françoise Labaune-Jean
  • Joseph Le Gall Pierre Poilpré Décembre 2020 Rapport d'activité 2020 Projet Collectif de Recherche Formes, natures et implantations des occupations rurales en Bretagne du IVe s. au XIe s. sous la direction de Françoise Le Boulanger Emmanuelle Ah Thon Laurent Beuchet Didier Cahu
  • Gall Anne-Marie Lotton Pierre Poilpré Décembre 2020 Conditions d’utilisation des documents Les rapports d’opération archéologique (diagnostic, fouille, document final de synthèse, sondage, sauvetage…) sont des documents administratifs communicables au public, en application de
  • la loi n° 78-753 du 17 juillet 1978 modifiée et portant diverses mesures d’amélioration des relations entre l’administration et le public. L'accès à ces documents administratifs s’exerce auprès des administrations qui les ont élaborés ou qui les détiennent, au choix du demandeur
  • et dans la limite de leurs conditions d’accueil. La mise en ligne des rapports par le SRA Bretagne a pour objectif de faciliter cette consultation. La consultation et l’utilisation de ces rapports s’effectuent dans le respect des dispositions du code de la propriété intellectuelle
  • relatives aux droits des auteurs. Notamment en application de l'article L.122-5 du code de la propriété intellectuelle, cela implique que : 1) les prises de notes et les copies ou autres formes de reproduction sont autorisées dans la mesure où elles sont strictement réservées à l’usage
  • privé du copiste et non destinées à une utilisation collective; 2) toute reproduction du texte, accompagnée ou non de photographies, cartes ou schémas, n’est possible que dans le cadre de courtes citations qui doivent être justifiées, par exemple par le caractère scientifique de
  • l’œuvre à laquelle elles sont incorporées, et sous réserve de l’indication claire du nom de l’auteur et de la source (références exactes et complètes de l’auteur, de son organisme d’appartenance et du rapport); 3) la représentation ou la reproduction d’extraits est possible à des fins
  • exclusives d’illustration dans le cadre de l’enseignement et de la recherche, dès lors que le public auquel elle est destinée est majoritairement composé d'élèves, d'étudiants, d’enseignants ou de chercheurs directement concernés, et que son utilisation ne donne lieu à aucune exploitation
  • commerciale. Le non-respect de ces règles constitue le délit de contrefaçon prévu et sanctionné par les articles L.335-2, L.335-3 et suivants du code de la propriété intellectuelle. Renseignement : DRAC Bretagne : http://www.culture.gouv.fr/Regions/Drac-Bretagne Service Régional de
  • l’Archéologie - Centre de documentation archéologique Campus universitaire de Beaulieu - Avenue Charles Foulon - 35700 Rennes 01/09/2018 Sommaire 5 Intervenants 7 Arrêté 10 portant autorisation du PCR pour 2020 Avis CTRA 2019 15 I. État des lieux et renouvellement
  • des questionnements 15 I.1 Rappel historiographique 17 I.2 La grande diversité des formes d’occupations rurales 20 I.3 Retour sur une archéologie de l’espace villageois : nouveaux débats et nouveaux enjeux 21 I.4 Archéologie agraire, pratiques
  • agropastorales : la fin du paradigme de la déprise agricole 23 I.5 Référentiels typochronologiques et datations numériques 23 I.6 Les lieux de débats : une multiplication des lieux d’échanges et de dialogues 26 I.7 En conclusion 29 II. Bilan d'activité 2020
  • Rappels et précisions méthodologiques 29 II.1 29 II.1.1 Quelques rappels 29 II.1.2 Précisions méthodologiques II.2 II.2.1 Présentation détaillée de l'activité 2020 Trois réunions de travail pour définir les orientations du projet et accueillir les nouveaux
  • participants Poursuite de l’inventaire et de l’enregistrement des sites de la région Alimentation de la bibliographie en lien avec la thématique du PCR Réalisation du rapport de fin d’exercice 2020 Demande de renouvellement d’autorisation du projet dans le cadre de la trisannuelle 2020-2022
RAP02286.pdf (CRÉHEN (22). le château du Guildo. rapport de fp annuelle, 2007)
  • CRÉHEN (22). le château du Guildo. rapport de fp annuelle, 2007
  • Mesqui 1997 XIV e Beuchet 2003 et XVe Pérouse de Montclos 1989 e Beuchet 2004 É XV Ie au LE CHÂTEAU DU GUILDO - JANVIER 2008 73 Dress accessories 1993 74 ANNEXE 1 DIAGRAMMES STRATIGRAPHIQUES Digramme stratigraphique synthétisé Vestiges des communs, zone 13 13002
  • MOR LE CHÂTEAU DU GUILDO COMMUNE DE CRÉHEN (CÔTES-D’ARMOR) 2 Sommaire INTRODUCTION ÉTUDE ARCHÉOLOGIQUE e e XI -XII XI e-XII e 3 LE CHÂTEAU DU GUILDO - JANVIER 2008 XII Ie XV e CONCLUSION • • • 4 Générique de l’opération Intervenants administratifs : Titulaire de
  • l’opération, responsable de la fouille : 5 LE CHÂTEAU DU GUILDO - JANVIER 2008 Encadrement des stagiaires, relevés de terrain, archéologie du bâti : Topographie, traitement d’images : Mise au net, infographie : Conception graphique du rapport : Photographies : Numismatique
  • : Collaboration technique : Stagiaires universitaires et fouilleurs bénévoles: GRANDA MATEU Laura 6 LE CHÂTEAU DU GUILDO - JANVIER 2008 INTRODUCTION 7 L A M A N C H N E O E S Fort-La-Latte Saint-Malo Solidor Le Guildo Plancoët Lamballe Montafilant La Hunaudaye 8 Dinan
  • Léhon 0 : pri ncip aux château x 131 10 km 133 132 130 128 129 0 Figure 1 - Localisa tion du s ite et sect ion ca das tra le. 50 m Présentation du site, situation 0 10 20 m INTRODUCTION Le programme d’étude archéologique, présentation des programmes précédents
  • : programme 1995-1997 : programme 2001-2003 : programme 1998-2000 : programme 2004-2006 : fouille 2007 : étude de bâti Figure 2 - Localisa tion des pha ses d’étude. 2 XII e 1- Ces différentes interventions sont présentées en introduction du rapport de synthèse de 1997 (Beuchet
  • 21 10 11 : zone 10 : zone 13 : zone 11 : zone 1 : zone 12 : zone 15 19 : numéro de secteur Figure 3 - Localisa tion des zones et sec teurs d’ét ude. Objectifs et méthodologie LE CHÂTEAU DU GUILDO - JANVIER 2008 1 3 Les contraintes techniques et la sécurité 12 XV e
  • Communication des résultats au public portes ouvertes 3- CRAHM, UMR 6577, université de Caen-CNRS 4- Ces travaux sont encadrés par L. Beuchet pour l’étude de la céramique et par J. Pilet-Lemière (CRAHM Caen) et G. Salaün (musée Dobrée Nantes) pour la numismatique INTRODUCTION Figure 4
  • - Phase 1 - Plan de dét ail du bât ime nt nord. sec tion 10 1 sec tion 118 0 sec tion 118 12257 10 m 12239 12268 12240 12177 12474 19,00 m 12476 12303 12295 12477 12462 12223 12055 12279 12470 12359 12357 12358 sec tion 10 1 12360 12274 12295 12321 12274 12303
  • /3 133 50/1 123 61/2 133 50/2 123 61/3 123 61/4 133 50/4 0 5 cm Figure 7 - Mobiliers méta llique et c éra mique et provenant des sols du bâtiment nord. 123 61/5 XII e XIV e LE CHÂTEAU DU GUILDO - JANVIER 2008 XII I XIIe ÉTUDE ARCHÉOLOGIQUE PHASE 1 e 19 XII Ie
  • tegula Le fossé 14197 XI-XII e 20 rupture géologique sec tion 18 1 14197 zone fo uillée 0 10 50 m sec tion 18 1 sec tion 18 2 14140 14146 14200 14197 19,00 m 14228 14197 19,00 m 14229 14199 14228 0 Figure 8 - P lan de situation du fossé 141 97, se ctions 181 et
  • 182. 2m 14198 ÉTUDE ARCHÉOLOGIQUE PHASE 1 Figure 9 - Vue de la c ourtine oues t épousa nt le f ond du fossé 141 97. Figure 1 0 - Vue du fossé 141 97 et de la section 181 depuis l’est. Figure 11 - Vue du fossé 141 97 et de la section 182 depuis l’oues t. LE CHÂTEAU DU GUILDO
  • - JANVIER 2008 21 13 393 13 340 22 HAUTE-COUR 141 97 BASSE-COUR 153 18 152 46 152 45 151 88 101 94 15112 ACCÈS 0 Figure 1 2 - P hase 1 - Plan généra l des structures. 20 m ÉTUDE ARCHÉOLOGIQUE PHASE 1 Interprétation Le premier château du Guildo, un éperon barré des XI e
  • -XII e siècles 5- Beuchet 2000 6- Comte et Batt 2006 LE CHÂTEAU DU GUILDO - JANVIER 2008 23 24 Figure 1 3 - Vue des ma çonnerie s 13 340 et 13393 , depuis l’est. XI e 8 7- Ménez 2006 8- La présence du mobilier antique, mêlé à du mobilier pleinement médiéval, dans les
  • ÉTUDE ARCHÉOLOGIQUE PHASE 1 LE CHÂTEAU DU GUILDO - JANVIER 2008 25 HAUTE-COUR BASSE-COUR ACCÈS fossé avéré et pr obable talus ou re mp art avéré et p robable 0 Figure 1 4 - Phase 1 - Plan restitué du c hât eau (v ers 12 00). 20 m 25,00 20,00 13308 somme t de la court ine
  • 14061 14095 14226=15303 14197 0 5m : arrachement. Figure 15 - Le vé de la courtine oue st, élévation inté rieure . : maçonnerie en coupe. : logement d'entrait. 13330 14233 14192 1417 9 1418 7 13302 14179 13300=13339 14230 14232 14188 : refend. 14232 13250 13299
  • 13119 14169 : niveau de sol. 13332=13301 13006 13254 13002 13156 13150 13006 13003 L’élévation intérieure La courtine ouest ÉTUDE ARCHÉOLOGIQUE PHASE 2 Phase 2 Le château du XIII e siècle LE CHÂTEAU DU GUILDO - JANVIER 2008 27 9- Rapport de synthèse du programme 2001
  • -2003 (Beuchet 2003) Figure 1 6 - Vue de la fondation 1 3345 à droite , de la maçonnerie 14179 qu’elle s outient et de l’arase de c elle-ci (U.S . 14 233). 28 Figure 1 7 - Vue du m assif 13258 , en surplomb e t lié à la m açonnerie 1 3330 et form ant larmie r. À gauche, le para
  • pet , posté rieur, est contempora in du démontage de la m açonnerie 13 258. 10- Nous n’abordons pas dans cette partie les relations entre la maçonnerie et présentation des différentes phases d’aménagement 14233 14182 14188 14182 14179 14140 14095 14187 15303 14232 0
  • Figure 1 8 - Courtine ouest, éléva tion intérieure, détail. 1m 14179 14232 14187 ÉTUDE ARCHÉOLOGIQUE PHASE 2 14180 29 LE CHÂTEAU DU GUILDO - JANVIER 2008 14180 30 Figure 1 9 - Vue du somm et de la courtine ouest en cours de consolidation. On rema rque le para pet au nu du
RAP00602.pdf (Les ateliers de potiers médiévaux en Bretagne. rapport de 1re année de projet collectif de recherches 1987-1989)
  • projet collectif de recherches
  • Les ateliers de potiers médiévaux en Bretagne. rapport de 1re année de projet collectif de recherches 1987-1989
  • FICHET DE CLAIREFONTAINE François
  • de Malansac a été poursuivie. La production des ateliers de Saint Jean la Poterie, au xXVè siècle, est désormais mieux connue grâce à un lot recueilli dans le château de Rieux. Pour le Finistère, seules des analyses pétrographiques ont été menées. Les études réalisées en 1988
  • fantaisiste d'un potier. L'étude du lot provenant du château de Rieux est en voie d'achèvement. Ce lot provient des ateliers de Saint-Jean-LaPoterie au XVè siècle et devrait permettre de mieux connaître souvent évoquée, rarement " visualisée". 6 formes ont pu être 1/ reconstituées. Les
  • formes de Saint-Jean-le-Poterie se retrouvent Outre-Manche, dans des ateliers du Kent, du Sussex. En 1988, P.-R. Giot et H.Morzadec ont poursuivi l'analyse pétrographique des productions de Landean et de Chartres de Bretagne. Pour Landean, la méthode d'analyse mise au point et
  • faire l'objet d'une vérification, l'autre étant à la fois en prairie et construite. Aucun résultat n'a pu être pris en compte (Fig.4). Ces parcelles sont situées à proximité du Château de Saint-Riveul, et à 300 m d'un cours d'eau. PLURIEN - a) Les environs du hameau des Prés Potiers
  • recherche est d'arriver à localiser des lieux anciens de production de céramiques. MARDELLES ET VARIANTES Le toponyme mardelle ou mardrelle est bien connu dans l'est de la France (Drioux, 1913 ; Pistollet de Saint-Ferjeux, 1847 ; Wichmann, 1903) ; il désigne des fosses creuses en
  • Yvignac, - le second, dans l'angle nord-est du département d'Ille-et-Vilaine, autour de Saint-Germain-en-Coglès. Il y a probablement un phénomène linguistique dans cette répartition, mais nous ne savons pas en proposer une totale explication. Tout juste peut-on remarquer une vague
  • Sarthe en 1391. Marzelle, attestée en 1160 dans Benoit de Saint-Maur, est courant en Vendée et encore vivant au sens de "margelle de puits". "Au dessus de la marselle", note, en Périgord, Montaigne. Dans l'ouest, un érudit du XVème siècle, Pierre Le Baud, emploie marzelle dans ses
  • Croniques et ystoires des Bretons et Albert le Grand l'imite deux siècles plus tard dans sa Vie des saints de Bretagne armorique (1636). Mais la Haute-Bretagne semble le lieu de convergence des deux formes en -d- et en -z-. Alors que les dictionnaires topographiques signalent
  • -Ferchaud, Louvigné-du-Désert, SaintGermain-en-Coglès et Saint-Marc-le-Blanc). ANALYSE GLOBALE Le dépouillement du fichier RIVOLI confirme pleinement le fait que l'Ille-et-Vilaine est un lieu de convergence avec approximativement autant de mardelle et mardrelle que de marzelle, alors que
  • MINISTERE DE LA CULTURE ET DE LA COMMUNICATION n CIRCONSCRIPTION DES ANTIQUITES HISTORIQUES ET PREHISTORIQUES DE BRETAGNE Programme H 30 Four 3 de l'atelier I de Chartres de 1988 Bretagne (Xlle s.) TABLE DES MATIERES P- 2 ETAT DU PROGRAMME : Financement P- 2 Etat de
  • la recherche P-2 Le groupe de recherche P-3 P- 4 PRINCIPAUX RESULTATS : 1 : l'inventaire des ateliers de potiers P-4 2 : L'étude des sources potières P-5 3 : Les opérations de fouilles p. 10 4 : Caractérisations typologiques et pétrographiques p. 11 RAPPORTS ET
  • DOCUMENTS : P-13 LEROUX G., La toponymie confrontée à la prospection des ateliers p. 13 LANGOUET L. et SOUILLET G., Les mardelles, mardrelles ou marzelles dans la microtoponymie de la Bretagne p. 22 COQUET J., Prospections sur Landean p. 27 ANDRE P., Les potiers de Malansac p
  • . 34 BIZIEN C, Rapport de sondages sur Planguenoual p. 49 TRISTE A. et TAQUET D., L'atelier de potiers de Meudon en Vannes p. 57 LANOS Ph., Compte rendu de l'étude archêomagnétique effectuée sur p. 66 un four de potier à Chartres de Bretagne FICHET F., La production de
  • l'atelier 1 à Chartres de B. (planches) Céramiques du château de Rieux ( XVe s.) p. 75 p. 77 GIOT P.-R et MORZADEC H., Etude pétro-archéologique de poteries de Chartres de Bretagne p. 80 GIOT P.-R. et MORZADEC H., Etude pétro-archéologique préliminaire de poteries de Landean
  • PROGRAMME 1989 Projet de publication: Les Ateliers de potiers médiévaux en B. p. 86 p. 89 p. 90 ATELIERS DE POTIERS MEDIEVAUX ] ] RESUME j_ Dans le cadre du programme de recherche collectif, les études réalisées en 1988 ont surtout concerné les sites potiers des départements d'Ille
  • et Vilaine, du Morbihan et des Cotes du Nord. La prospection-inventaire concerne le site de Landean (6 sites d'atelier découverts). La réalisation de dossier d'étude préalable à la fouille est en voie d'achèvement pour les sites de cette commune, l'atelier de Planguenoual et celui
  • de Trans . Des archives " potières" de Chartres de Bretagne, provenant de fonds privés, sont actuellement en cours d'analyse. Les opérations de fouilles programmées sur les sites de Meudon en Vannes et Chartres de Bretagne offrent de nouvelles données sur les aires de façonnage et
  • de séchage. La mise au point de méthodes d'analyse pétrographique a permis de mieux caractériser les productions de Chartres et de Landean. 1 Coordonnateur : F . FICHET DE CLAIRFONTAINE 1988 ETAT DU PROGRAMME FINANCEMENT Les études actuellement en cours s'inscrivent dans un
  • programme de recherche pluriannuel ( 1987-1989 ), financé par l'Etat, Ministère de la Culture et de la Communication, Sous-Direction de L'Archéologie et les Conseils Généraux de L'Ille et Vilaine et du Finistère . Etat : Fonctionnement = 17 000 F = 15 000 F Equipement C.G.Ille et
  • Vilaine subvention = 14 000 F C .G. Finistère subvention = 10 000 F Ces crédits ont permis de développer les quatre volets d'étude autour desquels s'articule le programme de recherche. On notera qu'ils ont surtout favorisé la prospect ion— inventaire ( prospection sur le site de
RAP01791.pdf ((22)(35). nord de la haute-Bretagne)
  • (22)(35). nord de la haute-Bretagne
  • -Maroué Lamballe-Saint-Aaron Landebia Langast Mégrit Mégrit Noyai Noyai Noyai Planguenoual Pléboulle Plénée-Jugon Plénée-Jugon Plénée-Jugon Plénée_Jugon La Mégrais Sud de Crinhouët La Carduchais Vau Boulard La Criée Entre Caroual et Saint-Pabu II Entre Caroual et Saint-Pabu III Entre
  • Saint-Pabu et Caroual I Ilot Saint-Michel La Garde Guibourg 1 er crique nord-est Anse du croc 2 eme crique nord de Anse du Croc Entre Fosse et Grève d'en Bas Entre G. d'en Bas-La Ville Men Grève d'en Bas -Port Géniguen La Latte Pointe aux Chèvres I Pointe aux Chèvres II Pointe aux
  • Pleugueneuc Pleugueneuc Romagné Saint-Guinoux Saint-Malo Saint-Pierre-de-Plesguen Saint-Pierre-de-Plesguen Saint-Pierre-de-Plesguen : a Déclaration de découverte archéologique 00$ oooi Annexe .Service Régional de r Archéologie de Bretagne 6 rue Ou Ojfyve Première mention
  • . [SLZQ Coordonnées Lambert Zone : Centre site : Y= Année d'édition Saint-Cast - Le (iuildo I 11 01 Rayon du site (mètres) : QI6I | . 15 12 15 1 | I p |c; | m Contours Xa Ya Xk Yb Xc Yc u ti Xa Ya .aa0.malie.S....phxt.P.10.giq.U.e.S. Circonstances de la
  • 1998. Lieu-dit IGN : La Carduchais Carte IGN : : 1016 ET, TOP 25 - Saint-Cast-Le-Guildo - Cap Fréhel, éd. 1992 Coordonnées Lambert : zone 1 X= 269 450 Y = 1096 525 Altitude NGF: 100 m. Emprise actuellement observée : environ 50 m de diamètre Lors du vol du 6 juillet 2001, C
  • = ....«ggatjy - (05^')' Ilot-Saint-Michel Lieu-dit ( du Cadastre) : Lieu-dit (de du Chiplve. 3S04« Html Ctoti Données complémentaires 1 |0 j 0 2 Année = M n .G.N.) 11 ...... : Nom du site : 2 0 0 1 Cadastre section -AI , parcell-e 9 Sections) et parcelle(s) : Observations
  • . Eléments de datation : Chronologie proposée : protohistoire ..et. ..paléolithique moyen Mobilier Non Oui Lieu de conservation 9 e «H. A. A. Saint-Malo Documentation : Bibliographie : CADRE RESERVE CELLULE CARTE AROCOLOWOUE N* de site attribué I N- d'enregistrement DRACAR I
  • DES COUDRAIS f H5 ROCHER FOURCO/N DEPARTEMENT 6816 T DIRECTION GENERALE DES IMPOTS COTES.D'ARMOR SERVICE DES AFFAIRES FONCIERES ET DOMANIALES COMMUNE EROUY SECTION :_A1 CADASTRE EXTRAIT- DU PLAN CADASTRAL N Coupe 4 /-Coupe 3 ILE SAINT-MICHEL J Coupe 2 Coupe 5
  • ECHELLE : J t Coupe 1 ERQUY (22 054) Ilot Saint-Michel Doc. 2001 Section Al Cadastre 2001 1 / 2000 2001 ERQUY 22 054 Ilot Saint-Michel Cordonnées Lambert I : X = 249 400 Y = 1 1 1 7 1 00 Cadastre 2001, section Al, parcelle 9 Coupe 4 Coupe 1 Coupe 2 Face Est de l'îlot
  • Saint-Michel et localisation des micros coupes (cliché J.-P. Toularastel, 2001) 2001 ERQUY 22 054 Ilot Saint-Michel Cordonnées Lambert I:X = 249 400 Y = 1117100 Cadastre 2001, section Al, parcelle 9 Face Est de l'îlot Saint-Michel et localisation des micros coupes (cliché J
  • .-P. Toularastel, 2001) 2001 ERQUY 22 054 Ilot Saint-Michel Cordonnées Lambert I : X = 249 400 Y - 1117 100 Cadastre 2001, section Al, parcelle 9 Coupe 2 ; Les témoins signalent la position du mobilier (cliché J.-P. Toularastel du 19/10/2001) Annexe Déclaration de
  • '.ARMOR (.22.) Entre Caroual Lieu-dit ( du Cadastre) : Département : Lieu-dit (de n .G.N.) Année première mention < autre gRir UY ( 054) Commune = /st Saint-Pabu II II Ùb(£.A£{^A..ûcp}^.:. : II Nom du site : Cadastre Sectes) et parcetieKs) : -Domaine- -public "maritime
  • d'édition Erquy - le val André Oui [x3 Non Q Lieu de conservation : ..Ce .R.A.A. Saint-rrHalo Documentation : Bibliographie : CADRE RÉSERVE CELLULE CARTE ARCKOLOCIOUE N* de site attribué N* d'enregistrement | DRACAR | | [ J Code AP / AH Modification 2001 ERQUY 22 054
  • Indice de gisement paléolithique Cadastre : Domaine publique maritime (à l'aplomb des parcelles 213 et 214, section F2) Lieu-dit IGN : Entre Caroual et Saint-Pabu II Carte IGN : 0916 ET, TOP 25 - Erquy, Le Val-André, éd. 1992 Coordonnées Lambert : zone 1 X= 244 425 Y = 1 1 1 3 000
  • ) 2 silex indéterminés pour info : - prélèvement formation quaternaire ERQUY (22 054) Entre Caroual et Saint-Pabu III Doc. 2001 Domaine publique maritime Déclaration de découverte archéologique Annexe I. , Service Régional de r Archéologie de Bretagne s. rue eu Ojp*v* 1W
  • de la découverte : Oui Année d'édition 1992 «p Contours Rayon du site (mètres) : Mobilier ûnrtT Zone : X= Chronologie proposée : p mobilier .. :. . c.ér.am.iqa.e prot ohistoire Non | | Lieu de conservation : ...Ce .R.A.A. Saint-Malo Documentation : Bibliographie
  • Saint-Pabu et Caroual Carte IGN : 0916 ET, TOP 25 - Erquy, Le Val-André, éd. 1992 Coordonnées Lambert : zone 1 X= 244 225 Y =1112 600 Altitude NGF : 25 m NGF; Haut de coupe de falaise quaternaire. Emprise actuellement observée : 100 m linéaire Le 30-06-2001 et le 23-10-2001, J.-P
  • sous le couvert végétal. ERQUY (22 054) Entre Saint-Pabu et Caroual Doc. 2001 Section F2 Cadastre 1982 ERQUY 22 054 Entre Saint-Pabu et Caroual Cordonnées Lambert I : X = 244 225 Y = 1112 600 Cadastre 1982, section F2, parcelles 211 Coupe sur une cinquantaine de mètres
  • sous un sentier côtier, en contrebas d'un vallon et d'un bois de cyprès (cliché J.-P. Toularastel, 30-06-2001) 2001 22 054 ERQUY Entre Saint-Pabu et Caroual Cordonnées Lambert I : X = 244 225 Y = 1112 600 Céramique en place dans une couche terreuse dominant un head (cliché J
  • .-P. Toularastel du 30/06/2001) Silex en place à 62 cm du couvert végétal (cliché J.-P. Toularastel du 30/06/2001) 2001 ERQUY Entre Saint-Pabu et Caroual Cordonnées Lambert I : X = 244 225 Y = 1 1 1 2 600 Cadastre 1982, section F2, parcelle 211 Coupe, détail des niveaux
RAP00135.pdf (TINTÉNIAC (35). la Cocherais. rapport de sauvetage programmé.)
  • TINTÉNIAC (35). la Cocherais. rapport de sauvetage programmé.
  • fosses neolithiques ET VILLAGE A LA EN CAROLINGIEN COCHERAIS TINTENIAC (l&V) RAPPORT DE Alain DIRECTION DE FOUILLE DE SAUVETAGE 1989 PROVOST DES ANTIQUITES BRETAGNE DIRECTION DE DEPARTEMENTALE L'EQUIPEMENT Conditions d’utilisation des documents Les
  • rapports d’opération archéologique (diagnostic, fouille, document final de synthèse, sondage, sauvetage…) sont des documents administratifs communicables au public, en application de la loi n° 78-753 du 17 juillet 1978 modifiée et portant diverses mesures d’amélioration des relations
  • entre l’administration et le public. L'accès à ces documents administratifs s’exerce auprès des administrations qui les ont élaborés ou qui les détiennent, au choix du demandeur et dans la limite de leurs conditions d’accueil. La mise en ligne des rapports par le SRA Bretagne a pour
  • objectif de faciliter cette consultation. La consultation et l’utilisation de ces rapports s’effectuent dans le respect des dispositions du code de la propriété intellectuelle relatives aux droits des auteurs. Notamment en application de l'article L.122-5 du code de la propriété
  • intellectuelle, cela implique que : 1) les prises de notes et les copies ou autres formes de reproduction sont autorisées dans la mesure où elles sont strictement réservées à l’usage privé du copiste et non destinées à une utilisation collective; 2) toute reproduction du texte, accompagnée ou
  • non de photographies, cartes ou schémas, n’est possible que dans le cadre de courtes citations qui doivent être justifiées, par exemple par le caractère scientifique de l’œuvre à laquelle elles sont incorporées, et sous réserve de l’indication claire du nom de l’auteur et de la
  • source (références exactes et complètes de l’auteur, de son organisme d’appartenance et du rapport); 3) la représentation ou la reproduction d’extraits est possible à des fins exclusives d’illustration dans le cadre de l’enseignement et de la recherche, dès lors que le public auquel
  • elle est destinée est majoritairement composé d'élèves, d'étudiants, d’enseignants ou de chercheurs directement concernés, et que son utilisation ne donne lieu à aucune exploitation commerciale. Le non-respect de ces règles constitue le délit de contrefaçon prévu et sanctionné par
  • les articles L.335-2, L.335-3 et suivants du code de la propriété intellectuelle. Renseignement : DRAC Bretagne : http://www.culture.gouv.fr/Regions/Drac-Bretagne Service Régional de l’Archéologie - Centre de documentation archéologiqu Campus universitaire de Beaulieu - Avenue
  • Charles Foulon - 35700 Rennes 01/09/2018 FOSSES SUR NEOLITHIQUES ET VILLAGE CAROLINGIEN LA A 137 RN DEVIATION HEDE-TINTENIAC COCHERAIS LA DE TINTENIAC 1989 - RAPPORT EN - Alain avec Anne GEBHARDT DE FOUILLE Présenté Françoise LE BOULANGER *, SAUVETAGE par
  • PROVOST et Nelly LE MEUR #*, des **** (35) Gilles LEROUX **#, contributions de Marie-Pierre RUAS et *♦*♦* Fouille PROVOST Coordination : ALAIN Site : NELLY LE MEUR GILLES LE ROUX néolithique Site carolingien Encadrement : groupes de bénévoles : LAURENT AUBRY des
  • : FRANÇOISE MARCEL : Fichier des Relevés et MARYANICK structures plans et LE BOULANGER BRISARD HASSELIN relevés généraux : JEROME CUCARULL : JEAN-MICHEL BROUARD participation des bénévoles du Centre de Recherches archéologiques du Pays de Rennes. avec la Tinténiac
  • Moyen-Age. * Documentation ** néolithique. Description et dessin du mobilier carolingien. Rapport d'étude sédimentologique. Résultats préliminaires de l'analyse carpologique. *** **** ***** et au Site Saisie: NICOLE GAUDICHON CERAPAR. SOMMAIRE 1. Présentation. 1.1
  • . 1.2. Archéologie et grands travaux routiers. L'évaluation archéologique de la RN 137, déviation Hédé-Tinténiac. 1.3. Le diagnostic la Cocherais à archéologique du site de Tinténiac. 1.4. La fouille, méthode 2. Le site et programmation, analyses. moyens mis en
  • . carolingien. structures archéologiques. L'organisation de l'espace : les fossés. Les structures de stockage : les silos à grains. Les foyers excavés ou tranchées-foyers. Les structures de chauffe de type domestique. 3.1.5. Autres 3.1.6. Trois 3.1.7. Les 3.1.8. L'excavation
  • structures de chauffe. problématiques. structures d'habitats (?). fosses 6610 et le remblai de matériaux gailo-romains. 3.1.9. Artéfacts, caves à pommiers, chablis. 3.2. Le mobilier archéologique. 3.3. Le village carolingien de la Cocherais. Datation, Interprétation. 3.3.2
  • . datation. Interprétation. 3.3.3. La 3.3.1. CONCLUSION Chronologie, vie rurale. GENERALE ANNEXES Tinténiac et ses environs immédiats au Moyen-Age (F. LE BOULANGER). IIEtude sédimentologique préliminaire (ANNE GEBHARDT) III- Résultats préliminaires de l'étude carpologique (Marie
  • -Pierre RUAS). I- 43 Planches. 65 Figures. 1. PRESENTATION 1. PRESENTATION 1.1. ARCHEOLOGIE ET GRANDS TRAVAUX ROUTIERS Au stade des études préliminaires, sont recensés les vestiges archéologiques connus dans le faisceau du tracé routier. Ces données, au même titre que
  • les autres contraintes, figurent parmi les critères de choix du tracé définitif. Cependant, une difficulté majeure subsiste en archéologie: le patrimoine, par essence enfoui, n'est connu que s'il est vi¬ sible ou répertorié de par la présence d'indices observés au sol ou
  • en prospection aérienne, indices dont la détection dépend de nombreux facteurs tels que le couvert végétal, les pratiques culturales, le climat ou l'implantation locale des chercheurs. Il importe donc que cette potentialité de sites masqués soit prise en compte dans le projet
RAP00142.pdf (ARZON (56). pointe de Bilgroix. rapport de fouille programmée.)
  • ARZON (56). pointe de Bilgroix. rapport de fouille programmée.
  • totalité et en dresser un plan précis en l'absence de documents graphiques antérieurs; reconnaître les limites du cairn et son architecture; étendre la fouille à la - 47° 35' 5270 r~5g.1_ EXTRAIT DE LA CARTE IGN 0921 Ouest, Vannes-Golfe du Morbihan. Le site de Bilgroix est indiqué
  • SITE NEOLITHIQUE DE ARZON.BILGROIX MORBIHAN CAMPAGNE 1991 PROGRAMME P16 SOMMAIRE. SITUATION GEOGRAPHIQUE. RAPPEL HISTORIQUE. ORGANISATION DE LA CAMPAGNE 1991. TRAVAUX REALISES. RESULTATS OBTENUS : A - ARCHITECTURE. B -, FOUILLES PERIPHERIQUES. C - MOBILIER - a) La
  • céramique. b) Le matériel lithique. c) Objets de parure. d) Divers. CONCLUSIONS. Joël LECORNEC Correspondant Départemental Dion Antiqtiités Préhistoriques Brouel Kerstang 56860 SENE SITUATION GEOGRAPHIQUE. Le site archéologique occupe le sommet et le flanc nord ouest de la
  • pointe de Bilgroix, l'une des nombreuses pointes du Golfe du Morbihan à l'extrémité de la Presqu'île de Rhuys. L'altitude est de 14 mètres au point où se dresse le cairn dont les co- ordonnées sont : X - 205,150; Y - 297,240. Le cairn se trouve dans la parcelle 4, section AB dite de
  • Bilgroix, propriété communale. Le cairn est classé M.H par décret du 8 Mars 1978. RAPPEL HISTORIQUE. Le dolmen fouillé en 1867 par un groupe de sociétaires de la Polymatique du Morbihan, Messieurs De Closmadeuc, Fouquet et Taslé, a livré un bel ensemble céramique déposé au musée de
  • la Société à Vannes, en tout quarante pièces répertoriées sous les numéros 500 à 539. Abandonné après une fouille qui dura en tout et pour tout à peine une journée, il est livré au propriétaire d'alors qui le " défriche " en 1912 selon les dires de Z. Le Rouzic et devient carrière
  • pour tous les riverains (Bull. Soc. Polym. Mhan, 1867 et 1912). Quelques munitions recueillies au cours de la campagne 1991 semblent prouver une occupation des lieux pendant la seconde guerre mondiale. De nombreux fragments de céramique sont recueillis à diverses reprises aux
  • par une flèche. riphérie avec l'espoir de trouver quelques traces d'habitat. ORGANISATION DE LA CAMPAGNE. Sur le plan matériel, le groupe de vingt sept fouilleurs a été hébergé dans les locaux de l'Ecole publique d'Arzon, et a bénéficié des installations de la cantine mise
  • à notre disposition par Madame la Di-■ rectrice de l'école et Monsieur le Maire d'Arzon, Mr Paul Nungesser.La gestion et l'intendance ont été confiées à Annick Lecornec assistée quotidiennement d'un fouilleur selon une rotation. Ont participé aux travaux : Breut Laurence
  • -Histoire, Angers, 49. Durand Anne, étudiante en Chimie,Grasse, 06. Durand Yann, élève de Terminale, St Gemmes sur Loire, 49. Esnault Yann, étudiant en Biologie, E.N.S, Paris ,75. Guiblin Jean Marc,comptable, DEUG archéologie, Paris, 75Hardt Wenke, étudiante en Français, Neustadt
  • ,Allemagne. Herbinot Jean Pierre,Ingénieur DDE, Coueron, 44. Lacour Jean Marie, Médecin, Montreuil, 93Laforêt Olivier,élève de Terminale, Les Ponts de Cé, 49. Lavenu Mathilde, Architecture,Paris, 75. Le Port Pascal,étudiant en Histoire, Vannes 56. Mataouchek Victorine, MST Archéologie
  • , Chatenay Malabry,94. Monceaux Cécile,étudiante Archéologie Histoire de l'Art, Pontoise, 95. Meguerditchian Ivan, professur agrégé mathématiques, Rennes, 35. Nguyen Catherine, étudiant Histoire, Villeurbanne, 69. Pesnel Laurent, étudiant Histoire, Carhaix, 29. Perennou Jean Paul
  • , professeur agrégé Histoire, Plozevet, 29. Pinault Frédérique,professeur Histoire, Rennes, 35. Schwarzbach Sabine, étudiante en Français, Neustadt, Allemagne. Roussét--Marc,documentaliste, Paris, 75. Lecornec Annick, professeur d'Anglais, Séné Lecornec Joël, , 56 professeur de
  • Sciences Naturelles, Séné, 56. Des travaux de pelletage rendus nécessaires pour l'élimination des déblais terreux a£ et de la couverture végétale ont été réalisés par l'Entreprise J.P Rio de Sarzeau; et pontuellement par les Services Techniques de la vil- le d'Arzon dont nous
  • remercions bien sincèrement son Maire pour l'aide qu'il nous apporte. TRAVAUX REALISES. Le système de quadrillage mis en place en 1990 a été suivi scrupuleusement de façon à étendre les nouvelles aires de recherche. - Ainsi la tranchée dénommée N1 a été étendue vers l'ouest - carrés V
  • ,W,X,Y 1 à 9- Le décapage du sol y a été poursuivi jusqu'au socle rocheux (fig. ) granitique très diaclasé et parfois affleurant. - Une seconde zone de reconnaissance a été ouverte avec l'appellation N2 en J, .K, vrant L 9 à 18. La fouille n'a pas dépassé la surface de
  • cailloutis recou- le socle rocheux, et sur laquelle reposait l'essentiel du mobilier. - Après reconnaissance du parement de façade Est et de l'angle Nor0d-est, la liaison a été réalisée entre N1 et N2, permettant de suivre le flanc nord du cairn. - Au sud,la tranchée amorcée en 1990
  • pour reconnaître le parement de façade au'sud de l'entrée, a été allongée et élargie de façon à dégager l'angle sudest puis le parement sud. - A l'ouest, en A', B', après élimination superficielle des éboulis, C, D' le sol a été décapé 16 à 24.Ce travail a permis de
  • reconnaître l'extrémité ouest du cairn que nous croyions détruite par les élargissements successifs de la route d'accès à la pointe de Bilgroix. - L'idée de l'existence d'une "chambre ", avancée par les chercheurs de 1867, n'a pu être confirmée à l'issue du dégagement interne du dolmen
  • . Cependant, Iz présence d'une aire en entonnoir à l'extrémité ouest du couloir, mais au delà des limites mentionnées par nos prédeécesseurs, nous a incité à amorcer un nettoyage conduisant à reconnaître ce qui semble être les premiers vestiges d'une structure en pierres sèches. Au lieu
RAP02326.pdf ((35). les sites paléolithiques en Ille-et-Vilaine. éléments pour une réflexion sur l'étude et la protection des gisements. rapport d'étude)
  • (35). les sites paléolithiques en Ille-et-Vilaine. éléments pour une réflexion sur l'étude et la protection des gisements. rapport d'étude
  • estran (sans véritable lien stratigraphique) (type 5), par exemple dans le havre de RothéneuÇ ou des associations estran/falaise meuble avec des industries en place, comme l'anse du Verger à Cancale (type 1). Les puissants balcons de dépôts quaternaires, comme ceux de la baie de Saint
  • -Brieuc dans les Côtes-d'Armor (type 2), ne se rencontrent plus, de même que les occupations au pied de chaos rocheux ayant pu servir d'abris (type 4). Le type 3, abri en pied de falaise rocheuse, se rencontre à deux reprises, sur les sites de Grainfollet (Saint-Suhac) et du Mont-Dol
  • armoricain, étudié à partir des coupes des fronts de taille. Quand l'association d'un assemblage lithique avec une stratigraphie est découvert, comme pour le gisement de La Veillardais à Saint-Malo-de-Phily, la valeur des dépôts devient incontestable, certains que nous avons affaire aux
  • majeur de Saint-Malo-de-Phily dont l'industrie est actuellement tenue pour la plus ancienne connue en Bretagne. Les bifaces isolées des terrasses de la Vilaine, notamment autour de Rennes sont, quant à eux, plus déhcats à dater. Les découvertes isolées de bifaces au nord-est du
  • , dans le fond de la Baie du Mont- Saint-Michel (cf. Carte de répartition des sites du Paléohthique de l'Ule-et-Vilaine). L'urbanisation de la côte entre l'embouchure de la Rance et Cancale limite cependant les possibilités de conservation de sites en position stratigraphique et
  • attribuable au Paléohthique inférieur, comprenant des choppers et chopping-tools sur éclats de grès armoricain (fig. 18 et 19) pouvant rappeller l'industrie de La Veillardais en Saint-Malo-de-Phily (cf infrd). La position géomorphologique de ces gisements est très intéressante, les sites
  • de terrasses faisant particulièrement défaut en Bretagne. Mais seules des positions stratigraphiques précises permettent d'authentifier les découvertes (comme à Saint-Malo-de-Phily) car des industries pratiquement similaires semblent avoir été façonnées au Néohthique et même plus
  • un nucléus levaUois en quartzite et un autre en quartz, plus douteux. SAINT-COULOMB Be Besnard. 35 263 002 AP X=284,300.Y=1 118,900 Cadastre; domaine public maritime OBJ EST PAM Objets isolés. Estran. Les estrans du havre de Rothéneuf ont livré en plusieurs endroits des
  • quelques dépôts quaternaires sont conservés (carte 2). Un denticulé, deux raclons simples convexes et deux raclons doubles à retouches scalariformes alternes complètent la série (fig. 24) (Gallien, 1992; Bizien-Jaglin, 1994). SAJJSfT-HJLAJRE-DES-LANDES Saint-Martin (Le Tiercent). 35
  • . 25). La découverte date de 1969 et, comme pour le biface de Montours, est intéressante par sa position géographique (Giot, 1969). SAINT-JACQUES-DE-LA-LANDE La Pitardière (aérodrome Rennes-St-Jacques). 35 281 003 AP X=296,500. Y=1049,500 Cadastre; manquant OBJ TEA MTA Objet
  • rapportée au Paléohthique inférieur (fig. 26) (Monnier, 1980). SAINT-JOUAN-DES-GUERETS Pointe du Grouin. 35 284 014 X=282,175. Y=l 107,875 Cadastre; domaine pubhc maritime OBJ FVA IM) Objets isolés. Estran. Petite série hthique ramassée sur l'estran à l'extrémité de la Pointe du
  • appartenant en tout cas à d'autres horizons chronologiques (Mésolithique ? Néohthique ?), voire à du délestage (fig. 27) (Gallien, 1992). Ce site de fond de vallée reste néanmoins un jalon supplémentaire de l'occupation de la vallée de la Rance au Paléohthique (carte 4). SAINT-MALO Anse
  • l'estran de Rothéneuf d'un chopping-tool fabriqué à partir d'un bloc ou galet de quartz filonien pourrait suggérer une fréquentation des heux antérieure au Paléohthique moyen (fig. 29) (Monnier, 1980). 17 SAINT-PERE-MARC-EN-POULET Les Gastines. 35 306 001 AP X=282,750.Y=1 107,420
  • à 37). SAINT-MALO-DE-PHILY La Veillardais (cote 42) (Les Vallées). 35 289 001 AP et 019 X=29 1,600. Y=2327, 150 Cadastre; ZE/77 (sabhères) SED TEA ALA PAA Site avéré. Propriété privée. Le site de La Veillardais correspond à un ancien méandre de la rive droite de la Vilaine
  • colline culminant à 68 m NGF (carte 6) et la découverte multiplie la série des gisements ayant fourni ce type d'industrie dans le secteur. SAINT- SULIAC Grainfollet. 35 314 007 X=28 1,600. Y=1105,900 Cadastre; domaine public maritime CAM FAP HEA PAM Site avéré. Estran. Le site de
  • archéologiques... Gallia Préhistoire, 12, 2, p. 439. GIOT P.R., 1970 - Le district de Rennes à l'âge de la pierre ancienne. Ann. de Bretagne, 77, 7-9. GIOT P.R. & BORDES F., 1955 - L'abri sous roche paléohthique de Grainfollet à Saint-Suliac (Dle-et-Vilaine). L 'Anthropologie, 59, 205-234
  • antique et structures agraires dans la vallée de la moyenne Vilaine. Thèse doctorat d'université, Rennes 2, t. 1, 423 p. JUMEL G. & MONNIER J.L., 1990 - Le gisement paléohthique inférieur de Saint-Malo-dePhily (Dle-et-Vilaine). Une confirmation géologique et archéologique. Rev. Archéol
  • ., 1983 - Le gisement paléohthique moyen des Gastines (SaintPère-Marc-en-Poulet, Dle-et-Vilaine). Premiers résultats des fouilles. Dossiers du CeRAA, 11, 2937. MONNIER J.L., JUMEL G., & JUMEL A., 1981 - Le Paléohthique inférieur de la cote 42 à Saint-Malo-de-Phily (Dle-et-Vilaine
  • Mont-Dol (Dle-et-Vilaine). In : L. Langouët et M. T. Morzadec-Kerfourn (dir), Baie du Mont-Saint-Michel et marais de Dol, milieux naturels et peuplements dans le passé. Centre Régional d'Archéologie d'Alet, SaintMalo, 3-26. SEMONET P., & MONNIER J.L., 1991 - Approche paléo
  • Stéphan HINGUANT (Chargé d'Etudes AFAN) INVENTAIRE DES SITES PALEOLITHIQUES DE LTLLE-ET-VILAINE (35) 11 11 Ë 4> Service Régional de l'Archéologie Carte Archéologique Rennes, 1998 Stéphan HINGUANT (Chargé d'Etudes AFAN) INVENTAIRE DES SITES PALEOLITHIQUES DE L'ILLE-ET
RAP01703.pdf (CARHAIX-PLOUGUER (29). le site de Kergoutois. rapport de diagnostic)
  • CARHAIX-PLOUGUER (29). le site de Kergoutois. rapport de diagnostic
  • Maître d'ouvrage : D.R.A.C. - S.R.A. de Bretagne Maître d'oeuvre : Entreprise J.J.CORVEST, Plounévézel (29) Pgste\ 'T'H S péS Kervoazo frf'fau*' îergonan. SsfKérampuil laîMâaeTeini .Kerlédan ?cJivW ' ié.Irfttilul dicOé'ducat:}] 'oulriou Figure 1 : Situation du site de
  • CARHAIX « KERGOUTOIS » (29 024 369) (Finistère) DFS D'EVALUATION ARCHEOLOGIQUE 27/12/2000 - 28/12/2000 sous la direction de Françoise LE BOULANGER Avec la collaboration de Patrick MAGUER et de Eric NICOLAS t Ministère de la Culture et de la Communication Rennes : S.R.A. DE
  • BRETAGNE 2000 (LU? Otfj //© 3 SOMMAIRE Fiche signalétique Générique de l'opération Introduction Rappel du contexte Mise en place de l'opération Résultats Listing et descriptif des faits repérés dans les tranchées Bilan intermédiaire Conclusion Bibliographie FICHE SIGNALETIQUE
  • AUTORISATION DE L'OPERATION SITE N° 29 024 369 Lieu-dit ou adresse : Kergoutois Département: Année cadastre : 1985 Coordonnées Lambert Zone: x l = 163,738 y l = 1080,268 29 C O M M U N E : Carhaix Section(s) et parcelle(s): B 20 Altitude : de 141m à 145m x2= y2 = x3= y3= IDENTITE DE
  • L'OPERATION Autorisation n°: 2000/082 valable du 27/11 au 01/12/00 Nature: EV SP SU Titulaire (nom et prénom) : LE BOULANGER Françoise Organisme de rattachement : AFAN Propriétaires du terrain : M. Cardinal et Mme Duigou Protection juridique : Motif de l'opération : Vérification
  • de l'extension du site de Kergoutois Maître d'ouvrage : Etat - D.R.A.C. Bretagne Coût global de l'opération : 12 725,44 Frs Contraintes techniques particulières Surface diagnostiquée : 576m 2 Surface estimée du site : 2745m 2 ? (Habitat HMA) (dans la ou les parcelles concernées
  • par l'opération) Emprise menacée entièrement fouillée : OUI Fouille menée jusqu'au substrat : OUI NON NON Sinon, altitude du fond de fouille : RESULTATS SCIENTIFIQUES MOTS CLES : (3 à 5 par rubrique) -Chronologie : Gallo-romain -Vestiges immobiliers : Fossés - chemin -Vestiges
  • mobiliers : COMMENTAIRE : Le tracé du fossé d'adduction d'eau et du chemin dit de La Duchesse Anne a été confirmé. L'habitat rural du haut Moyen Age ne se développe pas dans cette parcelle. LIEU DE DEPOT : du mobilier : pas de mobilier des fonds documentaires : SRA.de Rennes N° des 10
  • Sous-titre : Nombre de volumes : 1 nb de pages : 12 nb de fig.: 4 nb.planches : 0 GENERIQUE DE L'OPERATION Intervenants scientifiques et techniques : Responsable de l'opération et titulaire de l'autorisation de fouille : Françoise LE BOULANGER (AFAN, Chargée d'Etudes
  • ) Collaborateurs : Patrick MAGUER (AFAN, Chargé d'Etudes) Eric NICOLAS (AFAN, Technicien supérieur) Relevés de terrain : Frédéric MELEC (AFAN, Assistant topographe) Mise au net des plans : Eric NICOLAS (D.A.O.) Suivi scientifique et administratif : Service Régional de l'Archéologie de
  • Bretagne Yves MENEZ, Conservateur Gestion financière de l'opération et du personnel : Association pour les Fouilles Archéologiques Nationales, Interrégion Grand-Ouest : Didier DUBANT, Chef d'Antenne Adjoint Agnès BOIVIN, Correspondante Sécurité Stéphane HRYWNIACK, contrôleur de gestion
  • Kergoutois - IGN, 0717 O CARHAIX-PLOUGUER (2). INTRODUCTION Rappel du c o n t e x t e : Lors de la fouille préventive du site de Kergoutois à l'emplacement du futur contournement sud de Carhaix (29) (Responsable d'opération : P.Maguer - AFAN1) (Figure 1), une section d'une adduction
  • retrouvées les frettes, distantes en moyenne de 1,50m. La céramique prélevée dans le comblement est rare et non datante. Un chemin, dit de La Duchesse Anne, est parallèle au bord ouest du fossé F.60, dont il est distant de 27 mètres. Large de 11,50m, il est délimité par deux fossés entre
  • lesquels des ornières ont été notées. Un autre chemin a été aménagé au dessus du fossé d'adduction. Bien après l'abandon de l'adduction, un petit habitat rural d'époque carolingienne a été installé contre le talus probablement encore visible du fossé F.60. Il est donc délimité par le
  • fossé d'adduction à l'ouest et le fossé F.280 à l'est. Dans l'état actuel de nos connaissances, il semble que l'unité agricole étudiée ici se divise en deux parties. La première, occupée pour l'essentiel par des structures de combustion - peut-être liées au séchage du grain -, est
  • entourée au sud par les fossés F.60 et F.320, et au nord par les fossés F.260 et F.270. Ces derniers délimitent un accès large de 3,30m, au-delà duquel se développe la deuxième partie de l'unité agricole (photo 1). Celle-ci n'apparaît pas entièrement sur l'emprise décapée. Ses limites
  • orientale et septentrionale correspondent probablement aux fossés F.280 et F.80. Les faits archéologiques se répartissent de part et d'autre d'un espace vide, une probable cour. A l'est a été mis au jour un bâtiment semiexcavé F.400, ainsi qu'une structure de combustion (photo 2). La
  • datation C14 réalisée sur les charbons de bois prélevés dans cette dernière donne une fourchette allant de 720 à 740 après J.C. De l'autre côté, à l'ouest, une série de structures de combustion, probablement des fours à usage domestique, a été étudiée, ainsi que des fosses oblongues
  • . Cette unité se continue au-delà de l'emprise, vers le nord. La céramique y est peu abondante. Le mobilier lithique (meule, pierre à aiguiser par exemple) et métallique est mieux représenté. En outre, d'autres datations C14 sont en cours de réalisation. Mise en place de l ' o p é r
  • a t i o n : Au vu de ces nouvelles informations à la fois sur l'adduction d'eau gallo-romaine et l'occupation carolingienne, le Service Régional de l'Archéologie de Bretagne a souhaité la mise en place de sondages archéologiques non destructifs dans les parcelles au nord de
RAP03074.pdf (SAINT-JUST (35). l'enclos de Tréal. rapport de fp 2014)
  • SAINT-JUST
  • SAINT-JUST (35). l'enclos de Tréal. rapport de fp 2014
RAP02125.pdf (SAINT-JUST (35). la lande de Cojoux. rapport de pt 2010)
  • SAINT-JUST
  • SAINT-JUST (35). la lande de Cojoux. rapport de pt 2010
RAP00452.pdf (BRÉAL-SOUS-MONTFORT (35). sanctuaire rural gallo-romain de la Bouexière. rapport de sondage)
  • BRÉAL-SOUS-MONTFORT (35). sanctuaire rural gallo-romain de la Bouexière. rapport de sondage
  • ronde! briovérien. au sud, Goven deux et (PL.2). particulièrement au altitudes sédimentaires le et, de Saint-Thurial) fiée, est vue nord au l'éperon 50 de de aussi, grès armoricains. Cannes, notamment dans en comme Saint- pierres construction. Les
  • de mettre castrale, Bonoeuvre, du de à reste 1991, pouvait A l'ancien On 500m ne et (Toulmouche, reconnu. bourg route Rheu de Mordelles. de voie est-ouest, puis autant second du Cette Saint-Thurial en sud au niveau chaussée de du communes au
  • Néron 1990). de la en Des à de Saint-Maxent C'est dans Bouëxière ce doit à et et de semis prendre ont la Goven. tuiliers isolées monnaies voca¬ comme Saint-Thurial l'atelier à sol gau¬ à sub- sites absentes les sur indigènes fermes pas densité
  • Chavagne et et des du Bassin de Rennes. être bien Mordelles de constituent en Saint-Thurial en poussée dans connus rebords les été du centre pourrait de crêtes agricole. Ponciaux sites qui sur jamais communes gallo-romaines, et Bonnemais été des
  • BORDEREÂU RECAPITULATIF CIRCONSCRIPTION HISTORIQUE RAPPORT DE / PROSPECTION LOCALISATION / /K/ SONDAGE / / SAUVETAGE PROGRAMME / SAUVETAGE URGENT / / FOUILLE PROGRAMMEE / or- Vi - Département ahtub Commune Lieudit : (AfcôuÂiClEj&B du cadastre I.G.N H
  • Local l/h N de Site OOZ,## Cadastre \J L » '6 Coordonnées Lambert Ax 40 Bx DATES Autorisation (n Intervention (début et fin) , date) M fourni M-si M ciu^ ^ INTERVENTION - g h'/»"1'- 64 ^ : '■ . Années antérieures d'intervention W? - J*+M4ff£ 2£~q6 ro- 40
  • -oh efJl6-4oa»_ Z-44 4y9/ 499/ . Responsable iM i>/témr Motif d'intervention Surface fouillée sfS® Estimation de 1'étendue du SITE z -Y He-ùtâ/xj£- gisement Nature du m gisement Nature des découvertes effectueées C/a£&)- ,$UX~ QaJÙ* /hjLC&ù&O Périodes
  • dessins Photographies légendées JftT 3 48 ^wt. /K £~\)- BREAL-SOUS-MONTFORT I—a Bouëxière SANCTUAIRE RURAL GALLO-ROMAIN DIAGNOSTIC ARCHEOLOGIQUE ALAIN avec CENTRE le D'ETUDES ET DE concours DIRECTION REGIONALE DES AFFAIRES CULTURELLES DE BRETAGNE MINISTERE DE LA
  • CULTURE du RECHERCHES ARCHEOLOGIQUES DU PAYS SERVICE REGIONAL DE L'ARCHEOLOGIE PROVOST DE RENNES LA BOUEXIERE SOMMAIRE BREAL-SOUS-MONTFORT (ILLE-ET-VILAINE) SANCTUAIRE RURAL DIAGNOSTIC Autorisations Présenté avec le par de sondages n° Introduction GALLO-ROMAIN 1
  • . ARCHEOLOGIQUE 91-38 AH et 1.1. 91-56 AH 1.2. Alain PROVOST concours du Centre d'Etudes et de Recherches Archéologiques du Pays de Rennes. SERVICE REGIONAL DE L'ARCHEOLOGIE DIRECTION REGIONALE DES CULTURELLES DE BRETAGNE AFFAIRES DE DE LA site Le contexte géo
  • -morphologique Le contexte archéologique 1.2.1. Le site, 1.2.2. Le site recherches dans son antérieures contexte Analyse des données archéologiques 3. Diagnostic archéologique 3.1. COMMUNE du 2. BREAL SOUS-MONTFORT 3.1.2. 3.1.3. AVEC LE CONCOURS DU DEPARTEMENT 3.1.4
  • . 3.2. CULTURE 3.3. archéologique Interprétation 3.1.1. D'ILLE-ET-VILAINE MINISTERE Présentation Plans et dimensions Architectures et décors Données Les Etat de Pour une stratigraphiques / Datations offrandes conservation approche cultuelles du site globale du site
  • ...- élus les alerté ont de Régional Service le 1'Archéologie. Le MONTFORT des est exceptionnel espérer des sols de des quasi-totalité rural arasée est circulation ont disparu de maçonnées les dans fondations des en gallo- gisements des pou¬ situation
  • leur niveau au l'on où structures fait Du C'est l'un du terme. premier conservation la BREAL-SOUS- en d'Ille-et-Vilaine archéologiques. milieu en Bouëxière La sens ruraux bonne cultivés, romains de au antiques une niveaux terrains les gallo-romain
  • sites rares vait et site labours et C'est réaliser la monument, Au contraire, le site de Bouëxière La gît de les statuer n'ayant, l'essentiel, pour jamais sous remise et culture. en sol Le de précis, récemment boqueteau un de 0,50 à 0,80 rapport
  • par m présente le soutien d'ailleurs, puis disparaître le souhait du cette un premier en friche conservatoire, au qui l'abattage temps, propriétaire du enclave acquisition une dans terrain de milieu de voir soit champs, ses motivé ont des locaux
  • Pays de l'opération de et ap¬ la de commune la sous forme de prestation de Villard, Mme Conservateur Régional Service au de conduit a le et montage assuré le contrôle Celle-ci l'opération. de a été confiée à A. lequel du Centre Rennes le reçu
  • a d'Etudes et des concours et archéologues bénévoles Archéologiques Recherches de du fouill^urs de Bréal et des communes envi¬ de le diagnos¬ opérations de sondage se sont déroulées en 2 tranches: archéologique. une propriétaire, Le vestiges Mai re envers La suivi
  • le ronnantes. Les tic a . C'est soit -MONTFORT, BREAL-SOUS un Provost, arbres municipalité, la pour scientifique ronnants de maire au champs envi¬ sol des au adjoint de l'Archéologie, dénivellé du site. friche, cette abattu, né¬ conservatoires ou
  • et afin Ceci vestiges. des préventives mesures stratigraphiques séquences des demandé de a l'identification du sur conservation de sauvegarde Bohuon, services. être pour la portant nous une porté défrichement site Service le que succes¬ l'objet fait