Rechercher sur le site

  • Chercher les documents contenant un mot OU un autre : tapez simplement les mots à la suite => bracelet bronze
  • Chercher les documents contenant un mot ET un autre : utilisez le mot-clef AND => bracelet AND bronze
  • Chercher les documents contenant une expression exacte : taper l'expression entre guillemets => "bracelet en bronze"

Limiter votre recherche

Auteur
Type d'opération
Commune
Département
Date (Année)

2570 résultats Exporter les résultats

Trier par Titre : ascendant / descendant
RAP01039.pdf (PLOMEUR (29). cimetière de Saint-Saturnin. rapport de fouilles)
  • PLOMEUR (29). cimetière de Saint-Saturnin. rapport de fouilles
  • ,1 Finistère FLOMEUR Saint-Saturnin = Saint-Urnel Campagne 1975 B&R. J3 ' • 35031 h (stOT p'. s& r ..z'crzx 4 0 3 3 GICT Rnmort "Il'ETIEnE et J.-L. Î.'QNNIER scientifique DH ET ON DE sur In carm^gne do fouilles 1975 SAINT-SATURNIN (GT-URNEL) EN'pLDNEUR au
  • -ci a été ensuite choisi en fonction de cette position, ou si installation de la tomba et de l'oratoire sont contemporains, Il pouvait s'agir d'un saint personnage, nous n'oserions pas dire que c'est là la tombe de "saint Saturnin" ou "saint Urnel", quoicue ce serait bien tentant
  • -1974-1975 d'explorations à Saint-Urnel, on s'est décidé avec regret à reboucher complètement les excavations et à interrompre les travaux, alors qu'il resterait encore beaucoup à fouiller dans le cimetière, et qu'il resterait à fouiller une zone limitée dans le massif de ruines de
  • bois, vu que dons les Iles Britanniques il y a cinq ou six cas de superpositions de ce genre de-montrées à présent par les fouilles. Nous ne l'avons pas fait, en définitive, pour ne pas abîmer l'oratoire ni déranger la sépulture du saint homme, mais aussi parce que l'oratoire actuel
  • entre les Bretons et les populations d'où ils sont issus, malgré l'influence carolingienne d'un côté, et l'influence saxonne de l'autre. Après tout, à l'époque où notre cimetière fleurissait encore, le "bon roi" Saint Edouard le Confesseur avait parmi les lois qu'il avait promulguées
RAP01812.pdf ((35). la voie antique Rennes/Angers. rapport de prospection thématique)
  • (35), La Bussonnière Rannée/Moussé/Drouges (35), La Chaussée Saint-Saturnin/Saint-Martin-du-Limet (53), Rochepoulain CONCLUSION REMERCIEMENTS Il s'agit tout d'abord de la Commission interrégionale de la recherche archéologique (C.I.R.A. Grand Ouest) qui a non seulement autorisé
  • Chaussée : MM. AULNETTE et GERARD, respectivement maires de Rannée et Moussé ; - pour le sondage de Saint-Martin-du-Limet/Saint-Saturnin-du-Limet, Rochepoulain : MM. TRETON et MOISY, respectivement maires de Saint-Martin et Saint-Saturnin. Nous accorderons enfin une mention particulière
  • l'Ille-et-Vilaine, puis Saint-Martin et Saint-Saturnin du Limet pour la Mayenne, la décision des maires a rapidement tourné en notre faveur. Le succès n'a pas toujours été pour autant au rendez-vous! Il faut rappeler qu'il s'agissait de sondages exploratoires, pratiqués non pas
  • -Aignan-sur-Roë (53), La Vigne 10 = Saint-Aignan-sur-Roë (53), Malgré Tout 11 12 13 14 15 16 = = = = = = Saint-Saturnin-du-Limet/La Selle Craonnaise (53), La Grande Boucherie Saint-Saturnin/Saint-Martin-du-Limet (53), Rochepoulain Saint-Saturnin/Saint-Martin-du-Limet (53
  • encadrée par deux bandes excavées. Le cliché permet d'apprécier la sinuosité globale du tracé. Fait 9 : Saint-Saturnin-du-Limet (53)/, La selle-Craonnaise (53), La Grande Boucherie (photos 14 et 15) Un nouveau tronçon a été reconnu sur la limite communale entre Saint-Saturnin-duLimet
  • caractère sinueux du tracé. Photo 14 : SAINT-SATURNIN-du-LIMET (53)/LA SELLE-CRAONNAISE (53), La Grande Boucherie - Vue aérienne (prise de l'ouest) montrant une section abandonnée de la voie. Sur la prairie desséchée, on distingue clairement le réseau de fossés qui forme les limites
  • d'emprise. Photo 1 5 : SAINT-SATURNIN-du-LIMET (53)/LA SELLE-CRAONNAISE (53), La Grande Boucherie Idem, vue aérienne prise de l'est. Les fossés de limites d'emprise font la jonction entre deux sections de voie fossilisées, soit par une route goudronnée (bas du cliché), soit par une
  • ligne bocagère (haut du cliché). Photo 1 6 : SAINT-MARTIN-du-LIMET (53]/SAINT-SATURNIN-du-UMET (53), Rochepoulain - Vue aérienne d'une section encavée de la voie antique, aménagée pour atténuer la pente qui donne accès à la vallée encaissée de la rivière Chéran. Un sondage a été
  • effectué au cours de l'été 2001 dans le lit majeur du cours d'eau. Photo 17 : SAINT-MARTIN-du-LIMET (53)'/SAINT-SATURNIN-du-LIMET (53), Rochepoulain Vue rapprochée de la section encavée de Ja voie au sud de Rochepoulain. Le chemin moderne montre un tracé en ligne brisée. Photo 1 8
  • tout particulièrement l'aide physique, le soutien moral, à l'occasion surtout des sondages de Rannée, la Chaussée et Saint-Martin-du-Limet, Rochepoulain et les échanges scientifiques qu'a bien voulu nous accorder notre collègue et ami Jean-Claude MEURET, professeur à l'Université de
  • /La planche O 3 4 5 6 = Vern-sur-Seiche/ chantepie(35), Boeuves = Piré-sur-Seiche(35), Les Vergers (^) = Visseiche (35), La Basse Chaussée 7 = Rannée (35), La Bussonnière £j * 8 = Ranneée/Moussé (35). La Chaussée O O Observation aérienne O Observation de terrain 9 = Saint
  • dans le prolongement de la bande de roulement reconnue en 1995, encadrée par deux bandes plus vertes qui ne sont rien d'autres que les accotements. Fait 7 : Saint-Aignan-sur-Roë (53), La Vigne (photos 11 et 12) Nouveau cliché déterminant dans la reconnaissance d'un tronçon inédit de
  • avec le site de Saint-Aignan, Malgré Tout Fait 8 : Saint-Aignan sur Roë (53), Malgré Tout (photo 13) Nouveau cliché qui complète ceux réalisés en 1999. La section inédite est située au bas du cliché sur le champs de maïs encore peu développé. La bande de roulement est toujours
  • générale montrant le passage de la voie à la sortie -^SSISÎ^iL» Munrée, puis une ligne bocagère marquant enoore b paysage. 153), Photo 12 : SAINT-AIGNAN-sur-ROE (53), La Vigne - Photographie détaillant une section de la voie antique à la sortie d'un bois de pins. La bande de roulement
  • empierrée et les bas-côtés sont particulièrement bien visibles. Photo 1 3 : SAINT-AIGNAN-sur-ROE (53), Malgré Tout - Vue oblique complétant (bas du cliché) les campagnes aériennes précédentes. Au delà de la reconnaissance de la bande de roulement et de ses bas-côtés, on observe le
  • : SAINT-MARTIN-du-LIMET (53), Rochepoulain - Vue au sol (vers le sud) du décaissement de avant son franchissement de la rivière Chéran. Photo 1 9 : SAINT-MARTIN-du-LIMET (53), Rochepoulain - Vue au sol (vers le nord) du décaissement de la voie avant son franchissement de la rivière
RAP01056.pdf (PLOMEUR (29). cimetière de Saint-Saturnin. rapport de fouilles)
  • PLOMEUR (29). cimetière de Saint-Saturnin. rapport de fouilles
  • conclusions. Aussi après mie longue interruption, nous avons é~ amenés à travailler en 1573 à- nouveau sur le chantier de SaintSaturnin, avec des moyens de recherche nouveaux. lïous remercions les propriétaires dé leur compréhensi L'ancienne carrière s'était entaillée dans la moitié
  • septentrionale de la butte de Saint-Saturnin, les bâtiments de la ferme (Saint-Urnel Bras) s'étant abrités au Nord-Est de l'excavation. Les fouilles de 1920 à 1924 s'étaient faîtes au front de taille, à peu près au maximum d'épaisseur des terres accumulées au-dessus du socle rocheux. Depuis
  • mise en place de la dune supérieure, ce qui indique que le cimetière principal s'étend aussi loin. Au total, compte tenu des fouilles anciennes, on peut estimer au minimum l'étendue du cimetière de Saint-Saturnin à 25 m sur l'axe Nord-Sud (et plus probabl ment au moins 30 m), et à 4
  • sur les conclusions à venir de ces études diverses, G: peut chercher à répondre à quelques unes des questions d'ordre général qui se posent. Quelle était cette population qui a nourri en telle abondance la cimetière de Saint-Saturnin ? Compte tenu des données obtenues sur
  • paroisses dont ce saint est éponyme porte.. seul son nom, il n'a fourni aucun Blou- ni aucun Lan- (quoique au Cornwall la paroisse de Saint-Budock soit dans un texte de mystère nommée Plu—vuthack, seul Plouattesté en ce pays). 1 peine plus de 1.500 m séparent à vol d'oiseau 3t—Saturnin
  • progression des hypothèse, dunes. Que et^cëïïe pouvons-nous tireravait du nom de St—Saturnin ? il y a La. première que nous suggérée P . Gourvil .j< ans, est celle d'une délaaptisation d'un saint indigène au profit d'un étranger du calendrier officiel. Plutôt que Saint-Umel, on prononçait
  • u Sud de l a IV,. d'un saint du Languedkc e t p r e m i e r Bretagne expliqueraient et plus évoque de probableToulouse. cette influence précoce; X .... .... quoique St-Saturnin chapelle soit peu honoré en Bretagne Pléchâtel, Il 1 e - e t - V i l a i n e , en
  • l'état Bretons. le doit et Finistère ELOMBOR Saint-Saturnin 1973 W Sépultures du niveau supérieur, dans la dune blanche friable eu dune supérieure, bepux o avec exemples de recoupement des entourages de tombes à petits galets qui forment le dernier niveau des tombes
  • , fûfcs qui sont manifestement taillés dans des stèles de l'Age du Fer par martelage des rainures. Sans aller bien loin, on en voit de très grandes à Eroêz-7eur, un peu à l'Est de l'église de Beusec»Cap-Caval et à Menez-Coz-Veil, au Sud du bourg de Saint-Jean-ïrolimon, les diamètres de
  • compléments d'informe.tion que pourront donner l'étude détaillée des matériaux^recueillis, et les études de laboratoire, voilà succinctement résumés les résultats essentiels de cette fructueuse campagne à Saint-Saturni Ctn a reconsidéré le site à la. lumière des nouvelles données
  • chronologiques, or. en a vérifié les indications sur le terrain, et rectifié quelques indications ou int -. prétations des fouilles antérieures qui demandaient à être revues; incidemment or. : été découverts des structures autres que funéraires, tel le four, plein de nouveau Mais Saint
  • -Saturnin reste essentiellement un cimetière sans mobilier, et donc -on chantier fournisseur de documents ostéologiques pour l'anthropofLogae ». A vrai dire, c'est pour des raisons chimiques de conservation, le seul site majeur de toute l'anthropologie armoricaine, antérieur aux
  • f o n d a t i o n 1 t m e i s s é ) ; p e n s o n s q u ' à Seine-i4aritime, a b r i t e r une r e l i q u e (je relève truite -el officiel, édifice, chapelle c S t é de la St-Saturnin, d ' é p o q u e romane de p l a n a r c h a ï q u e , et-U recons détruit par
  • - , qui peut se traduire: s a i n t e femme. La p a i x s o i t a v e c vous saint celtique étonner), Il (et même s i dans l ' é g l i s e (deux)S celtique le s o n nom a é t é p r é c o c e m e n t nous r e s t e d'ailleurs abandonné d e p u i s 700 que l e s r é d a c t
  • â n e u que l e s g e n s de St—Saturnin ne s o n t e n c o r e également certaine Il ? U s dont nous disposons : on peut sont en Bretagn ' JT tardives et plus orientales. On peut envisager plusieurs hypothèses de travail: — ce seraient des descendants des
  • on se seule sérieuse. séries les les du Sud-Ouest à Saint-Satmrnin, docnments e x c e p t i o n n e l s est un travail passionnant, P.-R. sur le trais 35031 RENNES CEDEX retrou- des I l e s Nous oç quatre Britar. résumedont sans doute, et que p e u t nous f o u
  • inférieures. PLOMEUR Saint-Satumin 1973 Sur la section on voit des petits galets PLOMEUR SAINT-SATURNIF (A) • Sépultures du niveau inférieur, dans 1 sable brun compact de la dune infériei Les Trois Crânes Trépanés de 1973 73- 7X 73-¿7 73-72 Légende du plan du four 1) 2) 3
RAP00522.pdf (PLÉCHÂTEL (35). carte communale. rapport de prospection inventaire)
  • historique, sur laquelle on devine les représentations des douze apôtres. - Les vieilles chapelles de Saint-Saturnin dédiée à Saint Saturnin, de Bagaron dédiée à Saint Eloi et de Saint-Melaine qui présentent un intérêt pour l'histoire des pratiques religieuses de la commune et qui
  • %, celle de Saint-Senoux de 2,9% et celle de Laillé de 7%. Malgré les efforts déployés, par la municipalité, pour attirer des entreprises artisanales et des commerces, la commune stagne sur le plan économique et seules ses richesses historiques et touristiques constituent un atout pour
  • l'avenir. II - SITUATION HISTORIQUE. Dans les textes, la paroisse de Pléchâtel est connue dès le IXe siècle par une charte du cartulaire de Redon dans laquelle le roi Salomon fait don de la moitié de ses propriétés de Pléchâtel aux Bénédictins de l'abbaye de Saint Sauveur dirigée par
  • outillage peut s'apparenter sur le plan morphologique à celui de Saint-Congard (Morbihan). Cet outillage dont nous avons discuté la position chronologique dans une thèse soutenue en 1989 pourrait se rapporter à la charnière du Mésolithique final et du Néolithique ancien. (X : 297,20 ; Y
  • : 325,75). 55 - SAINT-MELAINE. A 350 mètres au nord-ouest de la ferme de Saint-Melaine, un petit site à silex de faible étendue et de faible densité semble prolonger celui de Brelon (Néolithique). (X : 295,07 ; Y : 325,40). 56 - SAINT-MELAINE. Parcelles 75, 76. Section . Petit site
  • éclat ; 8 : burin double. ..... • (d après M. Gautier). - Industrie mésolithique de Saint-Melaine en Pléchâtel. (d'après M. Gautier). - Industrie macrolithique de la rive gauche. 1 à 9 : Les Querdus en Pléchâtel ; 10 à 13 : Branl'eul en la Noë-Blanche. (d'après G. Jumel
RAP01139.pdf (PLOMEUR (29). cimetière de Saint-Saturnin. rapport de fouille programmée)
  • PLOMEUR (29). cimetière de Saint-Saturnin. rapport de fouille programmée
  • . 6 1 0 ï Rapport CIMETIERE e t scientifique BRETON DE J . - L . M 0 If N ï E R sur la campagne de fouilles 197k- m SAINT-SATURNIN (ST-OTMEL) E N HLOMRÏÏR (Finistère), Rappelons en quelques mots qu'il s'agit d'un site connu depuis le siècle dernier, fouillé à plusieurs
  • ^ - . supérieure lô) Arène mêlée de cailloux altérés rosâtres et d'argile rouge-rosâtre 17) Argile ro'uge-rosâtre en plaquettes 18) Sable brun compact de la dune inférieure 19) Sol arénacé: 2.0) Vieux sol sur le rocher Finistère Fouille A P L 0 M E U R Saint-Saturnin ou Saint-Urnel 1973
  • -Saturnin ou Saint-Urnel 1974 deS S t r U C t — ) construites à l a surface * j incluses dans la masse de la b o 3 e de la , garnitures d e s ' e n t o , ^ de dessus . ^ supérieure: essentiellement entourages de tombe. '3 eo pierres remaniées nwm H - 24 - f - 23 22 mmicms 4
  • moyen de S a i n t - U m e l (et donc de toute la région) vers l'an m i l . Les similitudes avec ses cousins britanniques insulaires sont d'ailleurs indéniables. £ t nous devons en conclure que le cimetière de Saint-Ornel nous donne u n e bonne image, à quelques générations p r è s
  • . !.'. I .'. 'ii' ' " _L00 m O o CN / CN CN CN in O
RAP02774.pdf (SARZEAU (56). îlot Poulmenac'h : traces d'une occupation gallo-romaine au cœur de Sarzeau dans le Morbihan. rapport de diagnostic)
  • éléments du patrimoine archéologique. Figure n°02 : Parcelles concernées par les futures constructions. Les travaux envisagés sont situés à l’est et à proximité immédiate de l’église Saint Saturnin». 11 Sarzeau (56), « Îlot Poulmenac’h
  • l’an Mil par la création de la paroisse de Sarzeau, mentionnée dès le XIe siècle, avec pour saint patron saint Saturnin. On y bâtit alors une grande église romane. L’ancienne paroisse de Sarzeau comprenait le Tour-du-Parc (paroisse Saint-Clair en 1841) et SaintArmel (paroisse en
  • 6500 monnaies datant du IVe siècle a également été retrouvé à Saint-Colombier-en-Sarzeau en 19764. Les sources sont plus bavardes concernant l’époque médiévale. L’église primitive de Saint-Saturnin, construite au XIe siècle, a subsistée jusqu’en 1670. Tombant en ruines au XVIIe
  • sans clôture, Sarzeau dépend primitivement de la commune de Rhuys, connue comme pagus depuis le VIe siècle2. L’ensemble formait autrefois une paroisse unique. Cette paroisse est une première fois démembrée entre les paroisses d’Arzon, Ilur et Saint-Démètre, puis aux alentours de
  • communauté de Rhuys, communauté de ville qui gère également les intérêts d'Arzon et de Saint-Gildas. 1 2 Par Frédéric Gorain (INRAP). Dom Morice, Mémoires pour servir de preuves à l’histoire ecclésiastique et civile de Bretagne (1742-1744) 12 Sarzeau (56), « Îlot Poulmenac’h
  • l’emprise du diagnostic se trouve également l’ancien couvent des Trinitaires. En 1341, le duc Jean III fonde un hôpital dans la rue du Marché et le confie à l’ordre de la Sainte-Trinité et Rédemption des Captifs5. Le couvent se situe dans l’actuelle rue Charles de Gaulle6. Il s’agit d’un
  • également un hôpital, fondé en 1667 sur la place, par le recteur Vincent de Sérent. Confié en 1688 aux Filles de la Charité, il est délaissé peu après. La chapelle Saint-Yves attenante existe toujours. Ɣ Pour y suppléer, Pierre de Francheville, seigneur de la Motte-Rivault, fonde, en
  • 1723, l'hôpital qui subsiste encore en 1891 sur la route de Vannes, et qui est desservi alors par les Filles du Saint-Esprit. Le diagnostic actuel se situe sur plusieurs parcelles, avec école et habitation, qui n’en formaient qu’une seule au XIXe siècle. Le cadastre napoléonien de
RAP01991.pdf (PLECHATEL (35). "le tertre des Blosses". dfs de diagnostic)
  • BOIS TENAY LA CASSIERE TERRAIN DES SPORTS SAINT-SATURNIN LES FOURNEAUX SAINT SATURNIN LES FOURNEAUX LA CHAPELLE DE BAGARON BOURG - LE PRIEURE LE CORBINIERE LA CHEVALERIE LA VILLE VILLE LANDES DE LA VILLE VILLE 352 210 352 210 352 210 352 210 352 210 352 210 352 210 352 210 352 210
  • DAVIAIS LA GUILLERAIS LA LEVEE LA HERSONNAIS LA CASSIERE LA MOTTE LA CHEVALERIE LA CHAPELLE DE BAGARON LE VAL DREO LE VAL DREO LA GUESDONNIERE LE VAL DREO LE PLESSIX BARDOULT LE VAL DREO SAINT SATURNIN LA RAVILLAIS LE VAL DREO LE VAL DREO LE VAL DREO LA CHAPELLE DE BAGARON LA CHAPELLE
  • hydromorphe méca Cailloutis dans limon brun peu compact 20 Tableau 3: Mobilier Propriétaire des terrains: archéologique Carrières de Montserrat Le Pont Monvoisin 35480 Saint Malo de Phily Etat sanitaire des objets : Chaque objet a été nettoyé, séché, et placé en sachet plastique
  • ferner ferner ferner ferner Lieu_dit_ Nom du site LE CHATELIER LA HERSONNAIS LES LANDES DE LANSERVA MENHIR DU PERRIN OU PIERRE LONGUE LA GUINOIS LA HERSONNAIS SAINT-MELAINE LE VAL DREO LES LANDES DE BRESLON LINELAIS LES BROSSAIS LA GUESDONNIERE LA GUILLERAIS LA GOURDELAIS SAINT
  • PIECES SAINT JACQUES LE QUERDU LE BOIS DE BILLETTE LE DUQUETTE 352 210 070 352 210 071 352 210 072 352 210 073 352 210 074 352 210 075 352 210 076 352 210 077 352 210 078 352 210 079 352 210 079 352 210 080 352 210 081 352 210 082 352 210 083 352 210 084 352 210 085 352 210 086 352
RAP00099.pdf (AMBON (56). église paroissiale. rapport de sauvetage urgent)
  • doute succédé à un premier oratoire en bols, fut construit dans la deuxième moitié du X* siècle ou au tout début du XI" siècle. Il englobait une fosse sépulcrale, sans doute celle d'un personnage important ( Saint-Urnel ou Saint-Saturnin ?), qui a pu être Installée avant la
  • de Saint- Urnel ou Saint Saturnin en Plomeur (Finistère)". Archéologie médiévale, VIII. 1978,p. 55-93. -30- proche mur sud fût détruit, l'entrée de l'alandier n'étant qu'à 0,50 m de ce mur, et la gueule du four le jouxtant : la conduite du feu eût été impossible si ce mur avait
  • jusqu'au XI0-XII0 siècles dans les îles britanniques. En Bretagne, après qu'elle fut débarrassée des Normands, au X° siècle, on note la présence de petits édifices de ce type : Dans le Finistère, à Saint-Urnel en PLOMEUR, un oratoire en maçon- nerie, d'environ 3 m. sur 2 m.,ayant sans
  • construction de l'oratoire. A quelques mètres, un four à cloche, daté de la deuxième moitié du XI" siècle, a été mis en place pour les besoins d'un troisième oratoire, au fond une chapelle romaned). A Arabon, comme à Saint-Urnel, on note la présence d'un four de fondeur ( four à cloche
  • ?), associé à un édifice plus récent, une chapelle romane. A Saint-Urnel, le four est construit à l'écart de l'oratoire, à Ambon il est installé dans les ruines aménagées du premier édifice. Son fonctionnement exigeait de surcroit que le (1) P.R. GIot,nLes oratoires des anciens Bretons
  • . Barrai Y Altet), Paris 1987, p. 237-239. et chroniques des fouilles médiévales en France, Archéologie médiévale. -31- d'édifices paléochrétiens, voire plus largement préromans, est un fait connu. Dans la région du Morbihan, l'exemple le plus célèbre est la chapelle Saint-Etienne de
RAP00497.pdf ((35)(56). le bassin de la moyenne Vilaine. rapport de prospection inventaire)
  • . GUIPRY. Saint-Marc. Sans localisation précise. Hache polie découverte à proximité de la ferme où un polissoir à hache est visible dans un mur d 1 angle . ~">
  • . Parcelle 258 c. Section ZV. ^7 Une hache polie en dolérite type A ; le tranchant de la pièce est très émoussé.(M. GAUTIER). yPOLIGNE. Le Grand Feuil. Parcelle 22. Section ZB. ^\ Hache polie en dolérite de facture médiocre. SAINTE-ANNE-SUR-VILAINE. Moulin de Bellemée. Parcelles 89, 91
  • . Section ZB. Gisement néolithique qui a fourni un fragment de poignard, des lamelles, des nucléi et des éclats de silex. (G. LEROUX). SAINT-MALO-DE-PHILY . Le Pont Monvoisin. Sans localisation précise. Trois haches polies dans les sablières. SAINT-MALO-DE-PHILY. La Veillardais
  • . Sablières. Une hache polie en grès. Industrie mésolithique de St-Melaine en PLECHATEL. / 0\ SAINT-MALO-DE-PHILY. Le Déron. Localisation étendue. Silex épars en bordure de Vilaine. SAINT-SENOUX . La Fosse Auger. Localisation étendue. * Nombreux silex taillés, pointes de flèches
  • tranchantes, pendeloque. SAINT-SENOUX. La Fosse Auger. Localisation étendue. Gisement situé à quelques centaines de mètres du précédent. Présence de nombreux microlithes. pwice. \ SAINT-SENOUX. La Halte. Parcelle 390. Section C2 Hache polie en dolérite. y SAINT-SENOUX. Pont de Canut
  • . Parcelle -/63y ^ Nombreux silex. Grattoirs et flèche tranchante. ^ y x> Section SAINT-SENOUX. Les Haies . Parcellei 55^ 535 Section E> Gisement de silex. Grattoirs et outils néolithiques associés à quelques microlithes. SAINT-SENOUX. Le Pré-Tual. Parcelle Gisement mésolithique en
  • bordure de fleuve. Section SAINT-SENOUX. La Douettée. Parcelle 53 3,
  • d'enclos complexe évoquant une ferme indigène probablement d'époque gauloise. La photo aérienne révèle également un chemin d'accès bordé par deux fossés. La reconnaissance au sol n'a livré aucun mobilier. (M.GAUTIER) . SAINT-MALO-DE-PHILY . La Gaudelinais. Parcelles 94-95. Section ZK
  • Colombier. Parcelle 16. Section zc; Enclos simple à dominante rectiligne, probablement gallo-romain. Un survol en avril a permis de repérer cette structure sur herbages. On reconnaît également sur le cliché un possible chemin d'accès. (M. GAUTIER). SAINTE-MARIE-DE-REDON. Pontd'Apé
  • . Parcelle 67,68. Section YB. Gisement de tegulaeCe site dominant le marais présente un certain intérêt car la parcelle N° 68 montre un monticule de déblais régulièrement érodé par les labours. (M. GAUTIER) SAINT-MALO-DE-PHILY . La Croix Rouge. Parcelles «2^/ «2$ Section 8 Petit gisement
  • à tegulae et imbrices. Le matériel recueilli est très érodé. SAINT-MALO-DE-PHILY. Le Déron. Parcelles 67? 97, 98. Section ZI. Système d'enclos curvilignes avec entrée en entonnoir. Plusieurs survols ont permis d'obtenir le plan partiel de cette probable ferme gallo-romaine
  • matérialisée au sol par des fragments de tegulae et d' imbrices . (M. GAUTIER ) . SAINT-MALO-DE-PHILY. Le Déron. Parcelles 64, 67. Section ZI. Système d'enclos à dominante rectiligne. Plusieurs survols ont permis d'obtenir des plans presque complets dont l'un présente deux entrées aménagées
  • . Le mobilier est absent. Les deux enclos sont peut-être des annexes de la ferme vue à proximité. (M. GAUTIER). SAINT-MALO-DE-PHILY. Le Pont Neuf. Parcelle 111. Section ZH. Petit gisement gallo-romain en bordure de rivière à proximité de l'emplacement du pont gallo-romain
  • aujourd'hui disparu. SAINT-MALO-DE-PHILY. La Brouardais. Parcelles 16, 17. Section ZH. Fragments de tegulae très épars et très érodés. SAINT-MALO-DE-PHILY. Melac. Parcelles 157, 161. Section ZL. Gisement gallo-romain au sommet d'une colline. Le site ne semble pas très étendu. 6 SAINT-MALO
  • -DE-PHILY. La Hunechais. Parcelle 203. Section ZH. Gisemnt de tegulae, imbrices et moëllons. Le site pourrait être en liaison avec celui situé en contrebas (La Brouardais). SAINT-SENOUX . Mauny. Parcelle 426. Section C2. Portion d'enclos. Un survol en Juillet a révélé des fossés
  • linéaires correspondant probablement à un enclos situé à proximité d'un gisement gallo-romain (M. GAUTIER). SAINT-SENOUX . La Bouexière. Parcelle ^6 j^^Z Section £ Petit gisement gallo-romain en bordure d'un bois dominant le Canut. Présence de tegulae et de poteries communes. 4044
  • SAINT-SENOUX. Le Pont Martin. Parcelle 44fif Section Petit gisement avec briques, tuiles et poteries communes. SAINT-SENOUX. Bourhan. Parcelle 4 H 6ù Section 8 Site gallo-romain d'assez grande extension mais très dégradé. SAINT-SENOUX. Bourhan. Parcelle 44j^ Section b Ce site de
  • faible extension se situe en un endroit très humide. Séparé du précédent par un ruisseau, il pourrait en constituer une annexe. Tegulae et poteries communes. SAINT-SENOUX. Les Sourçais. ÇanoMc 3û'b Stch'cn A . / Fragments de tegulae sur un monticule jouxtant les bâtiments de la ferme
  • prélèvements. (M. GAUTIER). C/ PLECHATEL. LaChapelle-de-Bagaron . Parcelle 57 a. Section ZW. Fonderie ancienne. Amas de scories important en bordure du ruisseau de St Joseph et présence de minerai de fer en boulets. Pas de mobilier associé . (M. GAUTIER ) . PLECHATEL. St Saturnin
  • . Parcelle 55 a. Section ZW. Fonderie ancienne. Amas de scories. Pas de mobilier associé. (M. GAUTIER) y / J PLECHATEL. St Saturnin. Parcelle 51. Section ZW. Fonderie ancienne matérialisée par un amas de scories. (M. GAUTIER). PLECHATEL. La Ville-Ville. Parcelle 17. Section ZE. Fonderie
RAP00498.pdf ((35)(56). le bassin de la moyenne Vilaine. rapport de prospection inventaire)
  • la vallée encaissée du Serein. Parmi les pièces en silex recuei llies, on peut noter la présence de micro-burins. (M. GAUTIER). * ( PLECHATEL. Saint-Saturnin. Parcelle 23. Section ZW. Station paléolithique. Une vingtaine de pièces en grès armoricain ont été recueillies sur ce
  • site bien exposé au sud et dominant le ruisseau de Bagaron. Parmi celles-ci, on peut noter la présence d'un chopping-tool . (M. GAUTIER). PLECHATEL - ST-SATURNIN. Chopping-tool. PLECHATEL. La Cassière. Parcelles 64a, 64b. Section YK. Station néolithique. Elle est située sur un
  • parmi lesquelles on a pu reconnaître une belle armature de flèche tranchante en grès lustré. M. GAUTIER). PLECHATEL. ST-Saturnin. Parcelle 23. Section ZW. Station probablement néolithique. Sur ce site dominant le ruisseau de Bagaron, il a été recueilli des pièces en silex parmi
RAP03371.pdf (SAINT-LORMEL (22). Chapelle Saint-Lunaire. Rapport de sondage)
  • SAINT-LORMEL
  • SAINT-LORMEL (22). Chapelle Saint-Lunaire. Rapport de sondage
RAP02341.pdf (SAINT-JEAN-TROLIMON (29). Tronoën. un habitat médiéval des Xe - XIIe siècles. rapport de diagnostic)
  • SAINT-JEAN-TROLIMON
  • SAINT-JEAN-TROLIMON (29). Tronoën. un habitat médiéval des Xe - XIIe siècles. rapport de diagnostic
  • haches en pierre recueillies à Kerstrat (nord de la commune) et un dépôt de l'âge du Bronze à Ru-Caodal (du Chatellier, 1907). Enfin, la nécropole et l'oratoire médiéval de Saint-Urnel ou Saint-Saturnin dont l'utilisation est datée entre le IXe et le XIe siècle, ne sont distants que
  • Institut national de recherches archéologiques préventives Inrapl UN HABITAT MÉDIÉVAL DES Xe-Xlle + + +. À TRONOËN EN SAINT-JEAN-TROLIMON, + Réf. INRAP : DA 05022201 m Liberté • Egalité • SAINT-JEAN-TROLIMON, TRONOËN (Insee 29 252 Finistère) Fraternité R É P U B L I
  • Q U E FRANÇAISE ministère de la Culture et de la C o m m u n i c a t i o n \ DOCUMENT FINAL DE SYNTHÈSE Direction régionale d e s affaires c u l t u r e l l e s de Bretagne DE DIAGNOSTIC ARCHÉOLOGIQUE INRAP, SAFI et Commune de SAINT-JEAN-TROLIMON, 1 avec la collaboration du
  • Centre de recherche archéologique du Finistère Rennes : S.R.A. de Bretagne 2008 SIÈCLES FINISTERE UN HABITAT MEDIEVAL DES Xc-XIIl SIECLES A TRONOËN EN SAINT-JEAN-TROLIMON, FINISTERE DRAC-SRA - 3 m 2008 COURRIER ARRIVEE SAINT-JEAN-TROLIMON, TRONOËN (Finistère) DOCUMENT FINAL DE
  • SYNTHESE DE DIAGNOSTIC ARCHEOLOGIQUE Jean-François VILLARD INRAP, SAFI et Commune de SAINT-JEAN-TROLIMON, avec la collaboration du Centre de recherche archéologique du Finistère Rennes : S.RA. de Bretagne 2008 1 FICHE SIGNALETIQUE Siten° : |_2J|_9_ L ^ J L ^ L U Département : I
  • Il Il I I Il I A | FINISTERE Commune : SAINT-JEAN-TROLIMON I co à I§ Lieu-dit ou adresse : Tronoën Cadastre : SAINT-JEAN-TROLIMON Année : (informatisé) Section et parcelle : Coordonnées Lambert : Zone: Il Abcisse: 101.850 Propriétaire du terrain : Protection juridique
  • : Arrêté préfectoral n° : g I S* 0 11 Ordonnée: 2007/049 Altitude: 21 à 28 m Type d'opération : diagnostic archéologique VILLARD Jean-François Organi sme de rattachement : IN RAP Projet immobilier Maître d'ouvrage des travaux : Surface totale: 2338.600 Commune de Saint-Jean
  • recherche archéologique du Finistère assure la logistique en mettant à disposition ses locaux et sa documentation, le matériel de fouille ainsi que le matériel informatique et photographique. 1.3. Le contexte général. 1.3.1. Le site. (Fig. 1 à 3) La commune de Saint-Jean-Trolimon est
  • chapelle (24 m NGF). Ensuite le pendage s'accroît légèrement jusqu'à la mer. On dispose, dans ce secteur, d'un large panorama en direction des terres basses et de l'océan. Par beau temps, on distingue, au sud-ouest, les rochers de Saint-Guénolé (pointe de Penmarc'h) et, au nord-ouest
  • recensées autour de Tronoën : Kerviltré (à 600 m à l'est) en Saint-Jean-Trolimon et Roz-an-Trémen en Plomeur, ainsi que de nombreuses stèles (bourgs de Saint-Jean-Trolimon, Kerambludou, Kerdevot). En ce qui concerne les habitats, il convient de mentionner les enclos, les bâtiments et le
  • Sicile trouvée dans le port de Saint-Guénolé, vases en bronze). Pour l'Antiquité, outre Tronoën, des artefacts sont mis au jour à Lanvoran, Kernarc'hel et au Castellou. 8 Il convient d'ajouter pour les périodes anciennes, une allée couverte dans un champ à l'est de la chapelle, des
RAP02873.pdf (SAINT-GILLES (35). "ZAC du centre bourg". rapport de diagnostic)
  • SAINT-GILLES
  • SAINT-GILLES (35). "ZAC du centre bourg". rapport de diagnostic
RAP01101.pdf (SAINT-PIERRE-QUIBERON (56). Beg an Aod. Rapport de sondage)
  • SAINT-PIERRE-QUIBERON
  • SAINT-PIERRE-QUIBERON (56). Beg an Aod. Rapport de sondage
RAP03074.pdf (SAINT-JUST (35). l'enclos de Tréal. rapport de fp 2014)
  • SAINT-JUST
  • SAINT-JUST (35). l'enclos de Tréal. rapport de fp 2014