Rechercher sur le site

  • Chercher les documents contenant un mot OU un autre : tapez simplement les mots à la suite => bracelet bronze
  • Chercher les documents contenant un mot ET un autre : utilisez le mot-clef AND => bracelet AND bronze
  • Chercher les documents contenant une expression exacte : taper l'expression entre guillemets => "bracelet en bronze"

Limiter votre recherche

Auteur
Type d'opération
Commune
Département
Date (Année)

4105 résultats Exporter les résultats

Trier par Titre : ascendant / descendant
RAP01575.pdf (PAIMPOL (22). la salle au duc de l'abbaye de Beauport. un bâtiment artisanal. rapport de fouille programmée)
  • PAIMPOL (22). la salle au duc de l'abbaye de Beauport. un bâtiment artisanal. rapport de fouille programmée
  • Bridoux, Karine Dambry, Salvy Délègue, Yves de Sagazan, Gaëlle Epie, Audrey Escande, Kaschia Frajdenberg, Aurélie Grojean, Stéphanie Grumet, Jean-Yves Joaus, Yvonne Kerleau, Quentin Lemouland, Pierre Leroy, Manuel Lomont, Dominique Lorin, Gwénaëlle Méheust, Carole Méheust, Robert Mouly
  • I La Salle au duc de l'abbaye de Beauport Un bâtiment artisanal Paimpol, Côtes d'Armor- 22 162 07 Fouille programmée Sous la direction de Fanny Tournier S * 0EC, 1998 Les prises de notes et de photocopies sont autorisées pour un usage exclusivement privé et non
  • destinées à une utilisation collective (article L 122-5 du code de la propriété intellectuelle). Toute reproduction du texte, accompagnée ou non de photographies, cartes ou schémas, n'est possible que dans le cadre du droit de courte citation, avec les références exactes et complètes de
  • l'auteur et de l'ouvrage. Par ailleurs, l'exercice du droit à la communication exclut, pour ses bénéficiaires et pour les tiers, la possibilité de reproduire, de diffuser ou d'utiliser à des fins commerciales les documents communiqués (loi n° 78-753 du 17 juillet 1978, art. 10). Le non
  • respect de ces règles constitue un délit de contrefaçon puni par l'article 425 du code pénal. Photo de couverture : un des trois masques vanne sculptés du passage vers la 1. FICHE S I G N A L É T I Q U E 3 2. INTRODUCTION 5 2.1 Présentation du site 5 2.1.1 La Salle au duc
  • 6 2.2 Étude archéologique de 1997 7 2.3 Organisation de la fouille 8 2.3.1 Générique 8 2.3.2 Remerciements 9 2.3.3 Délimitation des secteurs, implantation de la fouille et des sondages 11 2.3.4 Méthode et contraintes techniques 11 2.3.4.1 Étude du bâti 11 2.3.4.2
  • Sondages extérieurs 13 2.3.4.3 Le canal 13 2.3.4.4 Intérieur de la salle 15 2.3.4.5 Mobilier 16 3. É T U D E A R C H É O L O G I Q U E 3.1 Élévations 3.1.1 F a ç a d e sud 3.1.1.1 Essai de chronologie 3.1.2 La façade nord 18 18 18 23 25 3.1.2.1 Sondage extérieur 27 3.1.2.2
  • Essai de chronologie 31 3.2 Le canal 3.2.1 La conduite 3.3 Le pignon ouest et la galerie du Petit Cloître 32 34 44 3.3.1 Sondage 1 46 3.3.2 Sondage 2 50 3.3.3 Chronologie 54 3.4 Intérieur de la salle 55 3.4.1 Élévations 55 3.4.2 Les fourneaux 57 3.4.2.1 Fourl 59
  • 3.4.2.2 Four 2 61 3.4.2.3 Four 3 63 3.4.2.4 Four 4 65 3.4.2.5 Conclusion 65 3.4.3 La forge 67 3.4.4 La structure encavée 69 4. CONCLUSION 71 4.1 Essai de chronologie 71 4.2 La Salle au duc un bâtiment artisanal puis résidentiel 72 4.3 Perspectives 72 5
  • . BIBLIOGRAPHIE 74 6. ANNEXES 76 6.1 La céramique relevée dans le canal 76 6.2 Résultats de l'analyse au radiocarbone 78 6.3 Étude métallographique 82 1. FICHE SIGNALÉTIQUE S i t e N° : 22 162 07 Lieu-dit o u adresse LOCALISATION DE L'OPÉRATION 22 C o m m u n e : PAIMPOL
  • : Abbaye de Beauport, Salle au duc Département : Année c a d a s t r e : Section(s) et parcelle(s) : Coordonnées L a m b e r t Zone : Altitude : 10,00m x1 = x2 = x3 = y1 = y2 = y3 = IDENTITE DE L'OPERATION A u t o r i s a t i o n n° 1 9 9 8 / 0 1 valable du au 1998
  • . Nature : Organisme de rattachement : C o û t g l o b a l d e l'opération : 134 000,00 F Contraintes techniques particulières : S u r f a c e fouillée : 97 m 2 S u r f a c e estimée d u s i t e : m E m p r i s e d u bâtiment e n t i è r e m e n t fouillée : NON F o u i l l e
  • : - Vestiges immobiliers : - Vestiges COMMENTAIRE : L I E U D E DÉPÔT : d u m o b i l i e r : Dépôt des Côtes d'Armor des fonds documentaires : SRA Rennes N° d e s 1 0 à 2 0 d i a p o s l e s p l u s représentatives ( f o u i l l e e t m o b i l i e r ) : 1/1 à 2 0 / 1 ; 1/2 à 9 / 2
  • ANNÉE : 1998 RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES DU DFS TOURNIER Fanny A U T E U R ( n o m , prénom) : COLLABORATEUR(s) : T I T R E : L a salle a u duc de l'abbaye de Beauport S o u s - t i t r e : U n bâtiment a r t i s a n a l Nombre de volumes : 1 n b r e d e p a g e s : 82 n b r e
  • d e f i g . : 55 nbre de planches : Figure 1 - Localisation de l'abbaye - Extrait de la carte I.G.N. au 1/25 000e 2. INTRODUCTION 2.1 Présentation du site Fondée en 1202 par le comte Alain de Goëlo, l'abbaye de Beauport a été concédée aux prémontrés de l'abbaye de la
  • Lucerne en Normandie qui avaient reçu un vaste territoire, des paroisses en Bretagne et en Angleterre, des moulins, des dîmes, des pêcheries, des 1 saleries et des bois . Le monastère est implanté sur le littoral des Côtes d'Armor, dans une anse abritée de la baie de Paimpol, au
  • débouché de deux vallées parallèles sur un terrain en pente faible (figure 1). Les bâtiments conventuels s'organisent sur le modèle cistercien, autour d'un cloître et ont conservé l'essentiel de leurs élévations (figure 2). Figure 2 - Plan général de l'abbaye (état actuel) 1 Geslin
  • de Bourgogne, 1855 2.1.1 La Salle au duc Ce vaste édifice, qui a conservé s e s élévations et s a toiture, s'élève au nord de l'ensemble conventuel mais ne se raccorde pas d'une façon orthogonale à l'aile est de l'abbaye. Une galerie ruinée, traditionnellement datée du XVe
  • siècle par son style et surnommée Petit Cloître , s'appuie tout à la fois sur le pignon ouest de la Salle au duc et sur le pignon nord du Chauffoir. La Salle est flanquée de deux escaliers extérieurs, dont l'un est édifié contre la façade nord-est et l'autre, dans le Chauffoir. Le
  • bâtiment est longé au nord par un canal en partie remblayé, intégré à l'oeuvre et ouvert en arcades côté Nord, ce qui a eu pour conséquence d'imposer un mur aveugle à la pièce du rez-de-chaussée. La salle présente un plan trapézoïdal de 26 m de long sur 8 m de large (dimensions
RAP03371.pdf (SAINT-LORMEL (22). Chapelle Saint-Lunaire. Rapport de sondage)
  • SAINT-LORMEL
  • SAINT-LORMEL (22). Chapelle Saint-Lunaire. Rapport de sondage
  • FICHET DE CLAIREFONTAINE François
RAP02470.pdf (PLUSSULIEN (22). atelier d'extraction et de taille des haches polies en dolérite du type a à Plussulien. rapport de fouille programmée)
  • PLUSSULIEN (22). atelier d'extraction et de taille des haches polies en dolérite du type a à Plussulien. rapport de fouille programmée
  • site a&xwwsrt m 1965 et gai a m 1966 et ìWf, fait 1« olajet 4® de« mag*®®* rnw mx iLfiféwite «apporta oaasennBt abacua de « e tMMBitt i « p e l a » s & m ì m é fu© la tat&éese » vasto tatti* aite« b i n m du HUbo» te séMdim» m mtàeim a texani ®mM§m salvi© par te fouill*s
  • C -T. a a h j u r i t L i o l e . R O ü X o a x ñbdxvL ¿ extk&cfcjcra eiíde. G M - f o u RAPPORT SCIENTIFIQUE SUR LA FOUILLE DES ATELIERS D'EXTRACTION ET DE TAILLE DE LA "DOLERITE DU TYPE A" PRES DE SELEDIN , COMMUNE DE ( Côtes - du - Nord ) —• • » • Campagne de 1971
  • â ái$@ ^ y M i t ^ ' ^ t l'wH^Ni» IÜ9U0 avons p i WIM aetfcf® S á w t e s s a l í » í a w f c d I m tm^ms 0 t Mb ho*bo& fôilm, ®t l o u r i a s f e » t i « blwwseOe {ìrnsmrnmm M I S IBS n mrnvrnM àseèii s t s i f stipSéÂÉ; tee m tattte s p S e Ä s a t s © de cte
  • $ 0 m I » 4 908 f s s t t  Π» ^ tóe TO a» p?!©* sutwsotioa m i m H I » de l o îîtÂsfcèf© ê » á í f a i i w i t t l t e s o l l s s i f ö t t a f e l i « ö f e msxrää-» aeôŒÂi» ¿la ! f* a i r I s pia» i M i « M Bm&sôêB w» Qmasm iô Qœmsâl d » flmmMm Ês® ttétêâmé a# e o
  • « tes 4 h de **xm a i t e lu oîi c ' é t a i t ¿»sîsîîûô l e a struc» cEltá»t« t f k m 0Ä0 » *r mpssfoaâe» i mm mwâmm tii- trtfeis â s »O
  • una AH® e P^aniI«* telici ¿p'sllo ac»is «¿oantelt a setti» «a placo» p f l*biwr* un» olStw» lòfi-ère ofc |M«ÉMia% o o a s t à t » » da te« raaget de til «te t e r tertelé » »«té© &m Cotte cftdtux»,, mUJkmmmt réouix'rabl» et d'allloura d*im p-iss tré© uodiqp», dewralt «affla
  • » à t©sir à los «tmsasws» wtits viuiteurs do «e alt© «oarté. M m q u i mmmm l a pm^mtim te© maefo&M tì© f o u l l l e àm^a໩• à #tre repriaee I*aa grattala» news avana ret«u la aoOUttifltt tes Mtobes .piasti«!» ungte*» lesté©®- dotetra®et de jalaEP©» aolufioti qui news afisàt
  • Ém$» teifié gstiafesticn le® ^anéos préosdesrteii* Siti®®® SIS CJOfJBCÌSCiJB La totalità du mtériol r^uoilll depuia 1© début do la fouiHe w tvota» aiiitanant xmm li v Sa' *t te ftttilli® aStertonataa. tìoc à fmm t oour óm va&aaaa de soite et A'sim^hm« soa ótute devila §tr
  • ® rodlooaiiboae IfTO)« l a bosk*
  • f f é r e n t e s ssones stmt traduit«» daas l a s i l l u s t r a t i o n s j o i n t e s , que nous nous oontonterone donc de cornenter brièveamt» 20® m SE - NI sw La decapado de HI SSf carré de 4 m do côté, a été conduit Diiaultanéaenfc star toata sa surface» aaisfea t m l
  • a a o i t l é 1 e t l a Moitié S. La p a r t i e If a été descendue Juaga »ai rocher tandis que l a parti® S a été arÊtée à l a surface fia Sol 4 qui f e n a a i t l e fond m carré m SM* Ba f i s de f o u i l l e , l a banquet t e gai avait été l a i s s é e do façon à dooasr xm
  • coupa transversale SW a été âéao»tào f co qui a pereda de r e l i a r de façon c l a i r e l e s deux p a r t i e s des coupes i *» W obtenues» £§ caractère dominant du xtggilsœapi dans c e t t e p a r t i e du gltmmto e s t m s t m t i f i c a t i m obliqua a oontre-perite, w m j
  • >loû@am& vers te pied du rœfesr s « e t t e disposition s'observe du haut a i bas de l a coupe, aaifj est de plus aa plus accusée f s f s l e tes et terni h s ' a t t é n u e r epaai on s'éloigne du f r o n t de taillis» On p u t rappeler que l a s sols 1 e t 2 , ngoaWB «a 1969 et
  • a f i c i e l i i e à l a limite occidentale de l a sons Ht SE» Le Sol 4, qui était plaqué sur le fond rocheux en SI SW, remontait asses régulifemaatït Jusqu'à ©aviron 80 m sows l a matface au centre de NI SB puis deven a i t sub-^orisontal vers l'Fist de l a sons. 16» me,se d
  • ' a r g i l e canc&vtionnéo, que nous appellerons w Sol 5" a é t é âé£a* géo au fond de l a f o u i l l e , plaquée sur l e rocher? e l l e se terminait en bourrelet dominant 1® w » d'une oinqiiantaijjd de centimètres et aspeeté au Sud-Ouest, c ' e s t à dire facc au f r o n t de t
  • a i l l e » 15a f a i t , c e t t e disposition des d i f f é r e n t s s o l s s'explique t r è s Mon s i l ' o n considère que l e s c a r r i e r s néolithi
  • % un j e t de pelle on a r r i è r e du f r o n t de teille» Un t e l procédé a l a i s s é des t r a c e s ixarticalièresont n e t t e dans l a coup®' Sud où l ' o n voit un t a s ds cîéblals «a coupe avec un » t a » l i t terreux à conte? ponte du sol 4, qui matérialise l e revers
  • de l ' m o n c e l l e a e a t . Plus f a u t dans l a coupe, ¿usté sous l e Sol 3, c ' e s t un l i t cendreux à p e t i t s é c l a t s plaqué contre un massif d© gros bloca qui jpSimto» l a sâse disposition» Hons a v i á i s noté l ' a n dernier mamtâ l e Sol 3 s é p a r a i t
  • , an soins l o c a l « » Anse stades de l ' e x p l o i t a t i o n datés, l ' u n du lîéolithiqus f i n a l (2 100 B»B») et !%&* tx» «tes environs As 3 000 B»C» ? en peut remarquer que 1® Sol 4» m !î1 SB,jour m iM¿e smlegs» s t o osi t a f o m i t i o a datée da îffolitfai#sa wym ©fe
  • a praaaaoa da tesaeuB de ToakMpiM «ut l e S#1 4 dans l a iäb saus« helaa asas etuoua MÉasat eaxaatâxlfitiaue aa poiat d© w o fora« ou déoar* Cea ßäi®?©s indioatioa® a*a¡apofteat p i s gxaaäe lu» siàs-e au po'lttt de f u e m i s «onfiisaßat l e carect&eo aoias ertrietoacnt iodœtliôl É
RAP03074.pdf (SAINT-JUST (35). l'enclos de Tréal. rapport de fp 2014)
  • SAINT-JUST
  • SAINT-JUST (35). l'enclos de Tréal. rapport de fp 2014
RAP02125.pdf (SAINT-JUST (35). la lande de Cojoux. rapport de pt 2010)
  • SAINT-JUST
  • SAINT-JUST (35). la lande de Cojoux. rapport de pt 2010
RAP01101.pdf (SAINT-PIERRE-QUIBERON (56). Beg an Aod. Rapport de sondage)
  • SAINT-PIERRE-QUIBERON
  • SAINT-PIERRE-QUIBERON (56). Beg an Aod. Rapport de sondage
RAP02976.pdf (SAINT-FREGANT (29). Keradennec. rapport de fouille programmée)
  • SAINT-FREGANT
  • SAINT-FREGANT (29). Keradennec. rapport de fouille programmée
RAP02271.pdf (SAINT-NICOLAS-DU-PÉLEM (22). le cairn de croaz dom herry. rapport de fp 1 2007)
  • SAINT-NICOLAS-DU-PÉLEM
  • SAINT-NICOLAS-DU-PÉLEM (22). le cairn de croaz dom herry. rapport de fp 1 2007
RAP00442.pdf (LÉHON (22). Saint-Suliac. Rapport de sondage)
  • LÉHON (22). Saint-Suliac. Rapport de sondage
RAP02602.pdf (GUIPAVAS (29). Saint-Thudon. rapport de diagnostic)
  • opération préventive de diagnostic
  • GUIPAVAS (29). Saint-Thudon. rapport de diagnostic
RAP02127.pdf (PAULE (22). les enclos de Saint-Éloy. métallurgie du fer, grange seigneuriale et cimetière familial)
  • PAULE (22). les enclos de Saint-Éloy. métallurgie du fer, grange seigneuriale et cimetière familial
RAP01790.pdf (TORCÉ (35) . Église Saint-Médard. Étude préalable MH. DFS d'évaluation)
  • opération préventive de diagnostic
  • TORCÉ (35) . Église Saint-Médard. Étude préalable MH. DFS d'évaluation
RAP02176.pdf ((22)(35). les campagnes antiques aux confins des cités des Coriosolites et des Riedones. rapport de prospection thématique)
  • (22)(35). les campagnes antiques aux confins des cités des Coriosolites et des Riedones. rapport de prospection thématique
  • sites : des données assez énigmatiques 3.1.2. Les gisements antiques L'établissement des Ruettes au Quiou Le Guémain au Quiou Le site du Besso à Saint-André-des-Eaix 3.1.3. Les périodes préhistorique et médiévale 3.2. L'étude du mobilier CONCLUSION ANNEXE Tableau 1 . Présentation
  • semées en maïs. Elle concernera les communes du Quiou, Plouasne, Saint-André-des-Eaux, Saint-Judoce, Saint-Juvat et Trévérien. Le futur rapport présentera, d'une part, les résultats de l'activité de terrain et, d'autre part, diverses recherches en cours concernant le cadre historique
  • particulièrement à l'archéologie industrielle. Nous rappellerons, tout d'abord, la problématique de recherche, puis nous présenterons les méthodes d'investigation mises en œuvre et, enfin, les résultats de la campagne 2005 (communes du Quiou, Saint-André-des-Eaux et Trévérien). I. RAPPEL DE LA
  • par les nouvelles découvertes sur les sites connus et par les résultats de prospections systématiques effectuées dans des zones-tests (Saint-Juvat, Plouasne et Tréfumel). 5 En raison du temps imparti, généralement très limité dans le cadre d'un travail universitaire, il était
  • l'IGN 2.1.1. La recherche des sites archéologiques L'étude des photographies aériennes verticales de l'IGN se poursuit. L'examen des missions de 1981, 1986, 1990, 1991, 1993, 1998 et 2001 a révélé, en différents endroits (communes du Quiou, Saint-Juvat, Tréfumel et Trévérien), des
  • vestiges rectilignes de parcellaire fossile. Des anomalies phyto graphiques ont, également, permis de mettre en évidence diverses structures incomplètes de forme circulaire ou ovalaire, de dimensions variables (Communes du Quiou et de Saint-Juvat). Ces données feront l'objet d'une
  • années, a porté, en 2005, sur les communes du Quiou, de Saint-André-des-Eaux et de Trévérien. L'objectif principal était de rechercher les concentrations anormales de vestiges et de dresser une carte de répartition de l'implantation humaine dans ce secteur. Nous avons également tenté
  • parcelle (sans tenir compte des différents matériaux) et déposé au laboratoire CERAMA en vue d'une étude plus approfondie. 3. LES RÉSULTATS Au total 1 1 8 parcelles ont été prospectées, réparties sur les communes du Quiou, de Saint-André-des-Eaux et de Trévérien. Tout d'abord, la
  • en matériaux périssables en raison de l'absence totale de mobilier de constructions. La même constatation a été faite à Saint-André-des-Eaux sur la parcelle n° 492, déjà prospectée en 2004. Elle avait livré, outre du mobilier des XIXe -XXe s., trois fragments datés du Moyen Âge
  • clairement, que sa surface avait été sous-estimée : elle atteint, en fait, 750 m2 . Le mobilier antique est composé uniquement de tegulae et ne nous permet donc pas de préciser la nature du gisement. Le site du Besso (commune Saint-André-des-Eaux ; fig. 3) Deux interprétations ont été
  • la protohistoire ont pu être identifiés sur les parcelles 217 à Trévérien et 472 à Saint-André-des-Eaux. Il s'agit uniquement de fragments de panse difficiles à identifier, si ce n'est par la pâte modelée de teinte brune et riche en particules de quartz. - La période antique est
  • mieux représentée avec 80 tessons répartis sur 14 parcelles : 7 sur la commune du Quiou, 5 pour celle de Saint-André-des-Eaux et 2 à Trévérien. Là encore, il s'agit essentiellement de fragments de panses ne permettant pas d'affiner la fourchette chronologique, hormis pour deux
  • naissant Bonne visibilité Le Quiou 308=54 (2004) Prairie artificielle Mauvaise visibilité Saint-André- 309=70 (2004) des-Eaux Blé naissant Bonne visibilité Saint-Andrédes-Eaux Saint-Andrédes-Eaux Saint-Andrédes-Eaux Saint-Andrédes-Eaux Saint-Andrédes-Eaux Saint-Andrédes-Eaux
  • Saint-Andrédes-Eaux Saint-Andrédes-Eaux Saint-Andrédes-Eaux Saint-Andrédes-Eaux 310=76 (2004) Visibilité nulle 311=91(2004) Epandage de fumier Repousse 400 Pré 401 Pré 402 Pré 403 Pré 404 Pré 405 Pré/Jardin 406 Pré 407 Blé naissant Saint-Andrédes-Eaux Saint
  • Aucun mobilier Aucun mobilier Aucun mobilier Secteur A : - pointe de flèche (silex Grand 13 Pressigny) Parcelle : - céramique, XV e/ XVI e s. Aucun mobilier Saint-Andrédes-Eaux Saint-Andrédes-Eaux Saint-Andrédes-Eaux Saint-Andrédes-Eaux 412 Pré 413 Pré 414 Pré 417 Blé
  • mobilier Parcelle : - céramique, époque antique, X7XII s. ;XV7XVIe s. ; Aucun mobilier Aucun mobilier Aucun mobilier 14 Saint-André- 439 des-Eaux Saint-André- 440 des-Eaux Pré Visibilité nulle Aucun mobilier Blé naissant Très bonne Saint-Andrédes-Eaux Saint-Andrédes-Eaux Saint
  • nulle Aucun mobilier 450 Pré Visibilité nulle Aucun mobilier 451 Chaume Parcelle : - céramique, XX7XXI e s. Saint-André- 452 des-Eaux Chaume Saint-André- 453 des-Eaux Chaume Saint-Andrédes-Eaux Saint-Andrédes-Eaux Saint-Andrédes-Eaux Saint-Andrédes-Eaux 454 Pré
  • mobilier Parcelle : - céramique, époque antique, XV e s. et XIX7XX e s. Epoque indéterminée Aucun mobilier Aucun mobilier 15 des-Eaux Saint-Andrédes-Eaux Saint-Andrédes-Eaux Saint-Andrédes-Eaux Saint-Andrédes-Eaux 468 Pré Visibilité nulle Aucun mobilier 470 Pré Visibilité
  • 477 Pré Visibilité nulle Aucun mobilier 478 Chaume travaillé Bonne Saint-André- 479 des-Eaux Saint-André- 480 des-Eaux Blé naissant Très bonne Parcelle : - céramique, époque contemporaine Aucun mobilier Maïs moissonné, sur pieds Parcelle : - céramique, XXe s. Saint
  • Visibilité nulle Aucun mobilier 488 Pré Visibilité nulle Aucun mobilier 489 Pré Visibilité nulle Aucun mobilier 490 Pré Visibilité nulle Aucun mobilier 491 Maïs moissonné, sur pieds Maïs moissonné, sur pieds Bonne visibilité Epoque indéterminée Saint-André- 493 des-Eaux
RAP02935.pdf (SAINT-GILDAS-DE-RHUYS (56). rue Laënnec, projet le bot. rapport de 2 diagnostics)
  • SAINT-GILDAS-DE-RHUYS
  • opération préventive de diagnostic
  • SAINT-GILDAS-DE-RHUYS (56). rue Laënnec, projet le bot. rapport de 2 diagnostics
  • SAINT-GILDAS-DE-RHUYS Aménagement du centre-bourg (Bretagne – Morbihan) N° de prescription : 2013-169 Chemin du Puits David-Chemin Jean-Bernard le Bot N° de prescription : 2013-256 Rue Laënnec, AFUL « Clos du bourg » Saint-Gildas-de-Rhuys 56 214 Sous la direction de Karine
  • VINCENT Avec la participation de Xavier BERNARDEAU Raphaël MORAND Astrid SUAUD-PREAULT Phases de terrain : du 04 au 06 nov. 2013 du 13 au 14 janv. 2014 Février 2014 RFO Saint-Gildas-de-Rhuys / K. Vincent / fév.2014 Sommaire Section I - L’OPÉRATION ARCHÉOLOGIQUE : DONNÉES
  • ………………………………………………………………………………...…………..p. 46 Inventaire du mobilier……………………………………………………………………………………….…p. 50 1 RFO Saint-Gildas-de-Rhuys / K. Vincent / fév.2014 2 RFO Saint-Gildas-de-Rhuys / K. Vincent / fév.2014 Section I : L’OPÉRATION ARCHÉOLOGIQUE DONNÉES ADMINISTRATIVES 3 RFO Saint-Gildas-de-Rhuys / K
  • . Vincent / fév.2014 Fiche signalétique 2013-169 IDENTITÉ DU SITE OPÉRATION ARCHÉOLOGIQUE Localisation Références de l’opération Région : Bretagne Arrêté de prescription : N°2013-169 Département : Morbihan (56) Arrêté de désignation : N°2013-244 Commune : Saint-Gildas-de-Rhuys
  • , Service archéologique) Coordonnées géographiques (Lambert 93) Aménageurs et travaux X : 260915.33 Maître d’ouvrage des travaux : Commune de Saint-Gildas-de-Rhuys Codes Y : 6727546 Z : 33 à 35 m Références cadastrales Commune : Saint-Gildas-de-Rhuys Adresse des parcelles : Chemin
  • terrain Dates d’intervention : 04/11/2013 au 06/11/2013 Surface brute concernée par l’opération : 30 462 m² Surface du projet réellement diagnostiquée : 10527 m² Surface sondée : 547,65 m², soit 5,2 % de la surface retenue Propriétaires des parcelles Mairie de Saint-Gildas-de-Rhuys 4
  • RFO Saint-Gildas-de-Rhuys / K. Vincent / fév.2014 Fiche signalétique 2013-256 IDENTITÉ DU SITE OPÉRATION ARCHÉOLOGIQUE Localisation Références de l’opération Région : Bretagne Arrêté de prescription : N°2013-256 Département : Morbihan (56) Arrêté de désignation : N°2014-051
  • Commune : Saint-Gildas-de-Rhuys Responsable d’opération : Karine VINCENT, responsable d’opération médiéviste, chercheur associé au CRAHAM-UMR6273 (CNRS) Adresse : Rue Laënnec Codes Code INSEE : 56214 Coordonnées géographiques (Lambert 93) X : 260906.59 Y : 6727466.7 Z : 32 à 35 m
  • Références cadastrales Commune : Saint-Gildas-de-Rhuys Adresse de la parcelle : Rue Laënnec Année : 2013 Organisme de rattachement : Conseil général du Morbihan (DGEC, direction de la Culture, Service archéologique) Aménageurs et travaux Maître d’ouvrage des travaux : AFUL du Clos du
  • sondée : 458,43 m², soit 7 % de la surface totale Propriétaires des parcelles AFUL du Clos du Bourg 5 RFO Saint-Gildas-de-Rhuys / K. Vincent / fév.2014 Générique de l’opération Direction Régionale des Affaires Culturelles de Bretagne – Service Régional de l'Archéologie Stéphane
  • service Gaëlle CHAUBARON : Coordinatrice administrative Karine VINCENT : Attachée de conservation / responsable d’opération – Moyen Âge 2, rue de Saint Tropez CS82400 - 56009 Vannes cedex Tél. : 02.97.69.50.75 Entreprises et autres intervenants Entreprise de terrassement Ets Beaussire
  • Christophe Siège social de CATZ BP411 – 50500 Catz Chauffeur : Mickaël Divers : WC Loc (cabine WC) - Buléon Cabinet de géomètre Expert (pour l’opération 2013-256) FIT Conseil, Cabinet de géomètres Experts - Nantes 6 RFO Saint-Gildas-de-Rhuys / K. Vincent / fév.2014 Résultats Mots clés
  • de céramiques ? Analyse de métaux Acquisition des données Numismatique Conservation / restauration Autre 7 RFO Saint-Gildas-de-Rhuys / K. Vincent / fév.2014 Synthèse des résultats En préalable au projet d’aménagement du centre-bourg de la commune de Saint-Gildas-de-Rhuys
  • , en novembre 2013 et en janvier 2014, il était toutefois cohérent dans la restitution des résultats, de présenter les données de ces deux diagnostics archéologiques dans une seule synthèse. 8 RFO Saint-Gildas-de-Rhuys / K. Vincent / fév.2014 Moyens mis en œuvre Phase fouille
  • (travaux de terrain, de relevés et d’enregistrement) MORAND Raphaël, technicien-topographe pour l’opération 2013-169 (relevés de terrain) 2 rue de Saint-Tropez – CS82400 – 56009 Vannes Cedex Tel. : 02 97 69 50 75 Fax : 02 97 47 68 47 E – mail: sdam@cg56.fr Topographie : Opération 2013
  • RFO Saint-Gildas-de-Rhuys / K. Vincent / fév.2014 Récapitulatif moyens en personnel (jour ouvré/homme) RO Technicien Spécialiste Topographe TOTAL Coordination 2 Mise en place 2 Terrain 4,5 7,5 2 14 Post Fouille 5 5 1 13.5 TOTAL 13.5 13.5 3 30 Rapport Final
  • d’opération Nombre de volumes : 1 Nombre de pages : 50 Nombre d’inventaires : 3 10 RFO Saint-Gildas-de-Rhuys / K. Vincent / fév.2014 Préambule Le service départemental d’archéologie du Conseil général du Morbihan est agréé par l’État pour la réalisation des opérations d’archéologie
  • pour leur compte à l’exclusion de ceux prescrits dans les communes de plus de 10 000 habitants. Les prescriptions des deux diagnostics archéologiques à Saint-Gildas-de-Rhuys (56), courrier en date du 4 juin 2013, relative au lieu-dit : Chemin du Puits-David, Chemin Jean-Bernard Le
  • les deux aménageurs du projet. Ce diagnostic, financé par le Conseil général du Morbihan est donc conduit par le Service départemental d’archéologie du Morbihan sous le contrôle scientifique du Service Régional de l’Archéologie de Bretagne. 11 RFO Saint-Gildas-de-Rhuys / K
  • . Vincent / fév.2014 Localisation de l’opération Bretagne – Morbihan Saint-Gildas-de-Rhuys X : 260915.33 Y : 6727546 Z : 32 à 35 m 12 RFO Saint-Gildas-de-Rhuys / K. Vincent / fév.2014 13 RFO Saint-Gildas-de-Rhuys / K. Vincent / fév.2014 14 RFO Saint-Gildas-de-Rhuys / K
RAP00598.pdf (RENNES (35). 38 rue Saint-Melaine. rapport de sondage)
  • RENNES (35). 38 rue Saint-Melaine. rapport de sondage
  • 35 Ä ö55 Département : Illé-et-Vilaine Commune : Rennes Adresse : 38, rue Saint-Melaine Cadastre : Section BE, Parcelles 324 et 337 Coordonnées Zone II Lambert : X = 301,300 Y = 353,800 Autorisation temporaire de sondage n° 88-41 AH, litulaire Michael B A U (Direction
  • des Antiquités de Bretagne) SONDAGES ARCHEOLOGIQUES EPFECTUES AU 38 RUE SÏ-MELAINE A RENNES LE 6 DECEMBRE 1988 La ville de RENNES a décidé de construire un immeuble neuf au sud du n° 38 rue Saint Melaine, dans le jardin de l'Ecole des Beaux-Arts, situé dans une zone archéologigue
  • . Le Directeur des Antiguités a donné un avis favorable à la demande de permis de construire avec les réserves suivantes : "L'emprise du projet étant située sur une zone archéologique, des sondages de reconnaissance devront être réalisés par un archéologue mandaté par le Directeur
  • des Antiquités. Ils permettront d'évaluer la nature et l'importance des vestiges archéologiques et de fixer, si nécessaire, la durée d'une fouille de sauvetage préalable aux travaux de construction." Le 6 décembre 1988 avec l'aide d'un tractopelle, des tranchées de reconnaissance
  • ont été effectuées sur l'emprise du bâtiment prévu. 30 mètres environ de tranchée ont été réalisées sur 1 mètre de large avec une profondeur maximum de 2 mètres. Ces sondages ont établi la présence d'une couche de terre humique brun, noirâtre sur une couche de schiste argileux
  • beige-vert. Mis à part quelques fragments de céramigue moderne, l'absence de céramique gallo-romaine, médiévale et post-médiévale est à noter. Il n.'y avait pas de traces de vestiges de constructions en dur. Nos conclusions sont limitées par ce sondage ponctuel mais il semble que sur
  • l'emplacement de ce projet immobilier une simple surveillance des travaux de terrassement soit souhaitable.