Rechercher sur le site

  • Chercher les documents contenant un mot OU un autre : tapez simplement les mots à la suite => bracelet bronze
  • Chercher les documents contenant un mot ET un autre : utilisez le mot-clef AND => bracelet AND bronze
  • Chercher les documents contenant une expression exacte : taper l'expression entre guillemets => "bracelet en bronze"

Limiter votre recherche

Auteur
Type d'opération
Commune
Département
Date (Année)

3189 résultats Exporter les résultats

Trier par Titre : ascendant / descendant
RAP03967 (QUIBERON (56). Beg-er-Vil à Quiberon. Un habitat du Mésolithique sur le littoral du Morbihan. Rapport de fouille programmée 2020 )
RAP03661 (HOEDIC (56). Les derniers chasseurs-cueilleurs côtiers d'Europe atlantique et la mort : étude interdisciplinaire de la nécropole mésolithique de Hoedic)
  •  de Hoedic a été réalisée entre 1931 et 1934, par  Marthe et Saint‐Just Péquart. Elle intervenait après celle du site de Téviec (1928‐1930). Dans  les deux cas, la découverte de tombes au beau milieu d’un épais niveau de déchets d’origine  anthropique avait provoqué un immense
  •   même  sur  tout  le  gisement  (il  semble  qu’elle  ne  soit  pas  complète  partout).     D’après Marthe et Saint‐Just Péquart, la couche mésolithique, épaisse en moyenne de 20 à 30  cm  (une  quarantaine  de  centimètre  dans  les  creux  du  rocher)  repose  directement  sur  le
  • , mais ce n’est qu’une hypothèse.  10    Prospections géophysiques    Hoedic, 2018    Figure 5. Vue des fouilles de Hoedic lors des fouilles de M. et S.‐J. Péquart en 1933.          Figure 6. Stratigraphie relevée par Marthe et Saint‐Just Péquart (publication de 1954)    11
  •     Prospections géophysiques    Hoedic, 2018    Figure 7.Plan des fouilles de Marthe et Saint‐Just Péquart. Les points noirs signalent les tombes.    1.3. Un témoignage archéologique fort incomplet  Les  méthodes  de  fouille  pointilleuse  de  Marthe  et  Saint‐Just  Péquart  sur  les
  •  courte monographie 20 ans après la fouille. Saint‐Just avait été fusillé à la  libération et c’est sa femme et sa fille qui se chargèrent de cette opération, alors que les notes  et croquis avaient pour certains disparus. La dispersion volontaire des collections entre les  musées
  •     Prospections géophysiques    Hoedic, 2018  années  1930  que  Marthe  et  Saint‐Just  Péquart  devaient  fouiller  les  sites  exceptionnels  de  Téviec et de Hoedic, qu’ils surent d’ailleurs bien valoriser dans la communauté scientifique  de l’époque. Les enjeux scientifiques concernent
  •  vestiges archéologiques et anthropologiques recueillis par Marthe et Saint‐Just Péquart  ont fait l’objet de nombreuses études, au gré de l’évolution des techniques d’investigation et  des problématiques (datations par le radiocarbone, analyses des isotopes du Carbone et de  l’Azote
  •   d’intérêt  scientifique  particulier.  Après  un  inventaire  détaillé  des  vestiges encore conservés dans  diverses  institutions,  il est  temps de  donner à ce site l’attention qu’il mérite.      Figure  9.  Position  des  fouilles  de  Marthe  et  Saint‐Just  Péquart  (en  rouge
RAP03654 (PLOUGASTEL-DAOULAS (29). Le Rocher de l'Impératrice. Rapport intermédiaire 2018 de FP 2017-2019)
RAP00129.pdf (PLOULEC'H (22). le Yaudet. rapport de sondage et de prospection-inventaire.)
  • les communautés des environs, mais très probablement un lieu d'échange et de commerce ayant, à sa mesure, des fonctions semblables à celles des stations maritimes pré-romaines d'Alet (Saint-Malo, Ille-et-Vilaine), Hengistbury Head (Dorset) ou Mount Batten (Plymouth, Devon
  • moment où se mit en place un réseau de forteresses côtières (Galliou, 1983). Celles-ci sont encore très mal connues et la fouille du Yaudet devrait permettre de combler, au moins partiellement, ce vide. - l'établissement du Haut Moyen Age: le Yaudet a souvent été considéré comme le
  • siège d'un des premiers évêchés bretons (Fleuriot, 1954b). I l est souhaitable que l'hypothèse de l'occupation du Yaudet au Haut Moyen Age puisse être vérifiée et que soit étudié le mur de gros blocs qui barre l'anse de la Vierge (pêcherie). I l était donc nécessaire, pour comprendre
  • tessons du Second Age du Fer. Cette couche était traversée par une fosse peu profonde (F 25), au fond de laquelle se trouvait une couche brûlée in situ qui livra de gros morceaux de charbon de bois. Une couche sableuse de teinte gris foncé, contenant des fragments de clayonnages brûlés
  • de celui-ci et formèrent un large talus. La parcelle fut cultivée pendant une longue période au Moyen Age, ces travaux entraînant la formation d'une couche épaisse de 0,5m à 0,7m. Si l'on en juge à la quantité de poterie recueillie, cette parcelle était régulièrement fumée par
  • recommença l'exploitation de celle-ci. Les travaux agricoles entraînant la formation d'une épaisse accumulation de terre qui livrèrent des poteries datables d'une période allant de la fin du Moyen Age au vingtième siècle. L A TRANCHÉE 2 La tranchée 2 fut placée dans l'angle nord-est du
  • , C de A The Roman wall and maritime gate Le Yaudet. Mur romain et porte maritime (edge of cliff=abrupt de la falaise; excavation of 1953-5= fouilles de 1953-5; Trench 3 = tranchée n° 2; Iron Age wall= rempart de l'Age du Fer; approximate position of Roman wall=situation
  • falaise; Iron Age revetment= revêtement du rempart de l'Age du Fer; edge of excavation=limite de la fouille ancienne; outcropping granite=sol naturel avec pointements de granite; Iron Age road=chemin gaulois; Iron Age wall= rempart de l'Age du Fer; Roman.wall= mur romain). L E Y A U
  • D E T , P L O U L E C ' H , C de. A 0 1 2 3 4 5 Metres . L e Yaudet. Tranchée 2. Coupe est (Roman w a l l = mur romain; Iron Age wall F 31. Granite blocks set in clay= rempart de l'Age du Fer F 31, blocs de granite liés à l'argile ; Roman road surface = surface de la voie
  • romaine; Iron Age road surface = surface du chemin gaulois). / Le Yaudet. Tranchée n° 2. Vue d'ensemble. Le Yaudet. Tranchée n° 2, face sud du rempart de l'Age du Fer. i l est certain que ce rempart était plus large à l'origine. La face méridionale, préservée jusqu'à une
  • , est représenté par une couche, épaisse de deux mètres parfois, de matériaux entraînés à flanc de colline par le ruissellement, au cours de travaux agricoles qu'on peut attribuer au Moyen Age ou à la période moderne. Conclusion La première campagne exploratoire menée au Yaudet
  • Côtes-duNord (Saint-Brieuc), 137-145. - D U MOTTAY, G. 1885, Répertoire archéologique 282-3. des Côtes-du-Nord - FLEURIOT, L . 1952, 1953, 1954a, Rapports de fouilles (documents dactylographiés). (Saint-Brieuc), à la Direction des Antiquités - FLEURIOT, L . 1954b, Une civitas
  • . Tranchée 1. Du Néolithique à L a Tène Finale 1 Trouvaille de surface: Néolithique ? 2-9 Tr. 1, couche 21 (Tr. 1, phase 1): Néolithique-Age du Fer. 10-11 Tr. 1, F 25 couche 2 (Tr. 1, phase 2b): La Tène. 12 Tr. 1, F 16, couche 1 (Tr. 1, phase 1): La Tène Ancienne. 13-14 Tr. 1, couche 20
  • de la tranchée 1 (Moyen Age). 80-92 Tr. 1, F6, couche 1. 93-106 Tr. 1, F6, couche 2. 107-111 Tr. 1, F22. Tous ces fragments appartiennent à la phase 5a de la tranchée 1 (Moyen Age). ANNEXE 2 LES MONNAIES A N N E X E 2 - L E S MONNAIES Ce premier inventaire des monnaies
  • Age soil accumulation 1c Iron Age road 1b Iron Age flanking wall and revetment 1a (35) F12 > I F10 F37 F38 (40) F33 1 1 F31 F32 y Le Yaudet. Tranchée 2. Phases (Iron Age flanking wall and revetment=rempart de l'Age du fer et revêtement; Iron Age road= chemin gaulois
  • ; Iron Age soil accumulation=niveau de l'Age du Fer; Roman gate structure and road=porte et voie romaines; Roman soil accumulation=niveau d'époque romaine; hillwash=colluvionnement). THE LE YAUDET PROJECT First Interim Report on the excavations 1991 by Barry Cunliffe and Patrick
  • a l (Garlan 1969). Finally, i n 1978, a s m a l l sondage was dug t o examine a c i r c l e , which appeared on an a i r photograph, i n advance o f t h e c r e a t i o n o f a car park. P o t t e r y o f Bronze Age type was r e p o r t e d . It i s c l e a r from
  • a range o f p r e h i s t o r i c m a t e r i a l t h e f o r t i f i c a t i o n c r e a t i n g t h e eperon baree may be o f Late Bronze Age o r I r o n Age date t h e d i s c o v e r y o f C a r t h a g i n i a n and Armorican c o i n s suggests » - use i n t h e Middle and Late I
  • r o n Age t h e s i t e c o n t i n u e d t o be occupied i n t h e Roman p e r i o d and a t some s t a g e , p o s s i b l y i n t h e l a t e t h i r d o r f o u r t h c e n t u r y was in defended by a w a l l t h e m i g r a t i o n p e r i o d t h e s e t t l e m e n t
  • and potsherds o f N e o l i t h i c and Bronze Age appearance together w i t h f l i n t Phase 2. flakes. I n t h e second phase a s h a l l o w scoop (F26) was dug t h r o u g h t h e o r i g i n a l t o p s o i l and i n t o t h e g r a n i t i c sand beneath t o a depth o f up t o
RAP00308.pdf (ÎLE DE BRÉHAT (22). l'île Lavret. rapport de fouille programmée annuelle.)
  • prêtés par le Centre régional archéologique d'Alet comme par M. le Maire de Bréhat ; Parmi nos visiteurs fidèles nous devons mentionner à nouveau Mr P. Riché, professeur d'histoire du moyen-âge à l'Université de Paris-Nanterre, Mp K. Dark, Lecturer au département de celtique de
  • savons sur quel document ou quel critère), qui a servi au moins épisodiquement au culte jusqu'à la ^évolution (on possède deux versions d'un Inventaire général des meuble et "eimeuble" datant de 1791, l'un "Inventaire de la chapelle de Saint Simon et Saint Jude ^avoir une chasuble
  • petit armoier fermant a clef, une chandelle de bois^); La "Notice sur Bréhat" écrite en 1839 dans le Cahier de paroisse par Mr Tardivel, recteur de Bréhat, précise simplement "A l'île Lavrec il y avait aussi une chapelle en l'honneur des saints apôtres Simon et Jude. Il n'en reste
  • dater avec précision les accessoires métalliques et en os de la sépulture Sq 39, difficilement antérieure au bas Moyen-Age, mais cela veut dire qu'à ce moment-là la chapelle aux fondations sous la chapelle St-Simon 7 et St-Jude était déjà ruinée. C'est une hypothèse de travail
  • l'oratoire ancien, dont on retrouve les traces des poteaux, avec quelques sépultures antérieures également. Ici nous n'avons pas reconnu de traces d'un oratoire du très haut-Moyen-Age/ éventuellement, si c'est bien là qu'il se trouvait, ses traces ont pu se trouver effacées ou oblitérées
  • cimetière; celui-c aurait pu être en bois, et les perturbations dues au cimetière suffisantes pour er; faire disparaître toutes les traces. Mais ce n'est bien entendu qu^une hypothèse alléchante, sans davantage de fondements. Si cet édifice est du très haut Moyen-Age, on pourrait avoir
  • moderne, creuser un puits en plein milieu d'un cimetière en fonctionnement pourrait sembler tout à fait profanatoire et en tout cas tout à fait antihygiénique. Pour un homme du Moyen-Age ce n'est pas forcément le cas, mais on s'explique mieux la chose si le cimetière n'avait pas été
  • fragment de lampe) et des fragments d'une autre lampe. Mais un examen plus approfondi des choses a montré qu'il ne s'agissait pas de structures gallo-romaines, mais bien du très haut Moyen-Age, car il s'y trouvait des tessons de poteries médiévale et en particulier des tessons très
  • -romain trouvé sur ce site se trouve à l'état remanié au haut Moyen-Age, et son exploitation est donc avant tout typologique, et chronologique par effet statistique; Les poteries importées de luxe, sigillée et métallescente, etc, apportent leur documentation; les ramassages de 1983 ne
  • d'éventuels pillages vikings, pourtant si nombreux le long des côtes3 Fréquentation médiévale. Avec la découverte d'un denier du XI ème siècle venant étayer ce que nous pouvions soupçonner typologiquement au sujet de la poterie de la fin du haut Moyen-Age, nous sommes plus à l'aise. De
  • même en ce qui concerne la fréquentation du bas Moyen-Age et des épisodes ultérieurs; ,17 Anthropologie. L'un des motifs principaux de notre intervention à Lavret était suscitée par le cimetière (à la suite de nos résultats à St-Urnel). Au fur et à mesure de leur nettoyage et de
RAP00630.pdf (BRENNILIS (29). Karaes Vihan. rapport de fouille programmée)
  • dans la tranchée étaient quelques tessons d'une céramique de même pâte ; elle est probablement de fabrication locale et ressemble aux "dark-age grass marked and tempered wares", céramique courante dans le Sud-Ouest de l'Angleterre et au Pays de Galles ®on (Thomas, 1968 : Grass
  • le moment le seul exemplaire connu pour le Moyen-Age en Bretagne. La datation du plus ancien des bâtiments découverts par la fouille sur.le village-de Karhaes-Vihan repose sur l'association des couches archéologiques qui contiennent de la céramique onctueuse et de celles qui n'en
  • contiennent pas. Le bâtiment III-A est clairement antérieur aux bâtiments en pierre sèche et probablement datable de la fin du Haut Moyen-Age. L'absence totale de céramique onctueuse associée aux tranchées de construction du bâtiment III-A est à remarquer ; les seuls "artefacts" trouvés
  • de l'Age du Bronze, soit de l'Age du Fer ou du Gallo-Romain. Bien que les produits d'au moins trois centres de production du Moyen-Age soient identifiés, il est beaucoup plus difficile de les dater. L'absence de céramique "exotique" et de monnaie sur un site de bas niveau social
  • le même type de meule sur les sites d'habitats ruraux du Moyen-Age en Europe occidentale. Les résultats obtenus par les recherches effectuées à Karhaes-Vihan apportent des éléments inédits au plan de l'économie agricole des Monts d'Arrée. au Moyen-Age : la mise au jour de deux
  • . On ne dispose d'éléments pour dire s'il s'agit d'une enceinte protohistorique, ceinte protohistorique réutilisée au Moyen-Age ou pas d'une en- d'une enceinte du - 8 - Haut Moyen-Age. Le village déserté de Karhaes-Vihan s'inscrit dans un champ trapézoïdal, sorte de relique
  • . Village du Moyen-Age d é s e r t é . Relevé du site avant la fouille 10 METRES -f + TUMULUS DE L'AGE DU BRONZE 15 20 Ffj I TUMULUS ALIGNEMENT MWBBMfMB soma F i g . 2 - Plan général de l'emplacement des sites prëhistoriques autour du village d é s e r t é . 4- F'3 k
  • KARHAES VIHAN, BRENNILIS, FINISTERE Village du Moyen-Age déserté Plan des structures localisées après le décapage de la terre végétale en 1979 et 1983 au Sud du bâtiment 1 III. o METRES t dDô J B â t i m e n t III (fouilles 1979) J KARHAES VIHAN, BRENNILIS, FINISTERE Plan
  • Village du Moyen-Age déserté. Plan détaillé de l'édifice fouillé en 1983 situé sous les murs du bâtiment IV. ô Jflffrf111 METRES ' 'If* s » fcsssasfâîmsmigssjiïi^ mmmssÇ?, wœsgmwssegtjs&aeî vjsEBaHHBsa^ïssBsfcrBaaHwaNannnaMBf Fig. 8 - Echantillonnage de la céramique recueillie
RAP02005.pdf ((29). le mésolithique en Bretagne. rapport de projet collectif de recherches)
  • financer trois analyses par le radiocarbone (tableau 2). -Le site de Quillien (Cloître Saint-Thégonnec, Finistère) a été identifié en 1984 par P. Léopold dans le cadre de ses prospections locales (Gouletquer et Léopold, 1991). Un sondage de 12 mètres carrés implanté sous un talus a été
  • - Etat provisoire d'une prospection de longue durée : le site de Quillien (Le Cloître Saint-Thégonnec, Finistère). Revue archéologique de l'Ouest, n°8, p. 31-51. JOSSELIN J., MARCHAND G., PAILLER Y. avec la collaboration de MOALIC L., HAMON G. et LEROY A., 2003 - Kerliézoc en Plouvien
  • . SCHULTING, R.-J., 1999 - Nouvelles dates AMS à Téviec et Hoëdic (Quiberon, Morbihan). Rapport préliminaire. Bull, de la Société Préhistorique française, T.96, numéro 2, p. 203-207. SCHULTING, R.-J. et RICHARDS, M.-P, 2001 - Dating Women and Becoming Farmers : New Palaeodietary and AMS
  • Dating Evidence from the Breton Mesolithic Cemeteries of Téviec and Hoëdic. Journal ofAnthropological Archaeology, p. 1-31. YVEN, E et LEOPOLD, P., 2003 - Nouvelle date du Mésolithique moyen breton. Le site de Quillien (Le Cloître-Saint-Thégonnec, Finistère). Livret de la journée
  • dans la région de Merdrignac mais sans reconnaître de véritables traces d'exploitation. Il compte également organiser une planigraphie sur le site du Cap Fréhel et étudier les sites découverts dans la région de Saint-Malo par Catherine Bizien et son équipe. Estelle Yven a présenté
  • et les grès éocènes, elle a cependant été majoritairement employée dans la réalisation d'outils au sein de certains sites tel que celui de Creac'h Miné Vihan ( commune de Saint-Thurien , Finistère). Il est nécessaire au préalable de comprendre la structuration du massif armoricain
RAP02205.pdf (CARHAIX-PLOUGUER (29). un quartier de la ville antique de vorgium. les fouilles de la réserve archéologique. rapport de fp 1 2006)
  • de recherche a également permis de financer trois analyses par le radiocarbone (tableau 2). -Le site de Quillien (Cloître Saint-Thégonnec, Finistère) a été identifié en 1984 par P. Léopold dans le cadre de ses prospections locales (Gouletquer et Léopold, 1991). Un sondage de 12
  • . -GOULETQUER, P. et LEOPOLD, P., 1991 - Etat provisoire d'une prospection de longue durée : le site de Quillien (Le Cloître Saint-Thégonnec, Finistère). Revue archéologique de l'Ouest, n°8, p. 31-51. JOSSELIN J., MARCHAND G., PAILLER Y. avec la collaboration de MOALIC L., HAMON G. et LEROY
  • , Région Bretagne, Inédit. SCHULTING, R.-J., 1999 - Nouvelles dates AMS à Téviec et Hoëdic (Quiberon, Morbihan). Rapport préliminaire. Bull, de la Société Préhistorique française, T.96, numéro 2, p. 203-207. SCHULTING, R.-J. et RICHARDS, M.-P, 2001 - Dating Women and Becoming Farmers
  • : New Palaeodietary and AMS Dating Evidence from the Breton Mesolithic Cemeteries of Téviec and Hoëdic. Journal ofAnthropological Archaeology, p. 1-31. YVEN, E et LEOPOLD, P., 2003 - Nouvelle date du Mésolithique moyen breton. Le site de Quillien (Le Cloître-Saint-Thégonnec
  • a observé l'existence de placages tertiaires dans la région de Merdrignac mais sans reconnaître de véritables traces d'exploitation. Il compte également organiser une planigraphie sur le site du Cap Fréhel et étudier les sites découverts dans la région de Saint-Malo par Catherine Bizien
  • à d'autres roches comme le silex et les grès éocènes, elle a cependant été majoritairement employée dans la réalisation d'outils au sein de certains sites tel que celui de Creac'h Miné Vihan ( commune de Saint-Thurien , Finistère). Il est nécessaire au préalable de comprendre la
RAP02592.pdf (QUIMPER (29). vestiges médiévaux et modernes au prieuré de Locmaria. rapport de sondages)
  • sont publiés (Le Bihan, Villard, 2005). Ils éclairent un peu ces dark-ages. - Il n'y a pas eu de transfert de la ville romaine vers l'amont. - La ville médiévale entre Odet et Frout ne se développe pas avant l'an 1000 (entre 1008 et 1018?). - Un cimetière et une église sont en
  • ., dans Histoire de Quimper, éd. Privât, Toulouse, 1994. Le Bihan 2005 : LE BIHAN (J.-P.), VILLARD (J.-F.) - De la chute de l'Empire romain à la fin du Moyen Age, sous dir. J.-P. Le Bihan, Archéologie de Quimper, matériaux pour servir l'Histoire, Tome 1, Saint-Thonan, Quimper, éd
  • la migration bretonne. Il devenait possible de rattacher Saint-Corentin et Gradlon, cofondateurs d'un double pouvoir religieux et politique à Quimper, à la décadence tardive de Rome. Une fortification du Bas-Empire implantée à l'emplacement de la cathédrale actuelle fut imaginée
  • engagés dans l'acquisition des preuves matérielles plus solides. Un autre scénario fut également envisagé (Tanguy, 1994). L'évêché aurait pu se développer sur les ruines du site antique de Locmaria. Les vestiges d'un vieux monastère et d'une chapelle dédiée à Saint Colomban
  • subsistaient dans ce quartier en 1689 (A.D.F. 27 H 17, f° 6 r°). Sa fondation, parmi les ruines romaines de Locmaria, au pied occidental du Mont Frugy, pourrait être attribué à Saint-Tugdual (Tanguy, 1994). La pérennité éventuelle du réseau de voies antiques, la présence de l'église romane
  • remise à la fille du comte, Hodierne, première abbesse. Fonctionnant sans doute selon la règle de Saint Colomban elle est attachée à l'abbaye de Saint-Sulpice-la Forêt et perd son statut d'abbaye en 1124. Elle prend alors rang de simple prieuré. Il n'empêche que sa naissance, due à la
RAP00568.pdf ((56). quatre communes du Morbihan : carentoir)
  • in four 0.1m spits. Ail the spits produced appr ox i matel y the same relative proportions of pottery; the total 127 sherds comprised 6"/. pre-medieval (6 Iron-Age, 1 Roman), 88"/. médiéval and 67. post-medi eval wares. The médiéval pottery was very largely (947.) of Fabric 1
  • o-f the trench because o-f lack of space for the spoil, so the trench was reduced in size to 6 X 3m. The pottery from this layer (2), like the stone fragments, provides a complète contrast with that of the plough soil. 61 sherds were found, ail of which were Irôn Age, the most
  • charcoal (16) and smail 1 fragments of mudstone; this produced two smal 1 and abraded sherds of Iron-Age pottery (Fabric 86); the upper fill (15) had no finds. Another pit was also found in the north section (22: lm wide, 0.42m deep) whose fill (23) had no finds but more mudstone
  • brick and tile (1.5B6kg) were recovered. This is in contrast to the 1 ower spit which had 31 sherds, 977 o-f which were Ir on Age, and the remaining sherd was post-medi eval ; 3 pièces (0.119kg) of brick and tile were f ound. The plough soil sealed a layer of compact, dul 1 yel 1 ow
  • -orange clay (24) from the surface of which came 20 sherds of Iron-Age pottery, the majority of which were of Fabrics 86 (607) and 89 (257). There was no sign of feat ures eut into this layer, which 1 ay directly on the degraded, manganèse— stai ned , quartzitic bedrock (05a) (33
  • an agr i cul tural phase at a time when the topography of the field was not so pronounced. The pits eut into this layer represent a change in land-use and presumably indicate the présence of a nearby Iron-Age settlement. The clean and pottery-free fills would argue against use
  • for rubbish; they may have been dug to obtain clay or stone. The small quantities of 5" locally obtained mudstone in some pits could represent some residual trace of stone-wor ki ng , given that the spindle whorl was o-f the same material. At some later phase in the Iron Age the area
  • large Roman settlement which lies 100m to the south east (see fig. 2). In sura , then , this 6m square produced évidence of an early agricultural phase, followed by two phases of Iron-Age activity, and then a later - perhaps mue h later - agricultural phase. Although there is a large
  • was not présent in such quanti ti es. Although the area excavated was so small, it is sufficient to reveal that this zone is of exceptional importance as a long-used settlement area - Iron Age, Roman nearby to the south east, two seigneurial sites hardby (Le Bois Guillaume and La Touche au
  • ring, three sherds of grey coarse ware, two sherds of fine cream ware and a body sherd of an Iron-Age fabric; only one small pièce of ceramic tile was found . Trenches 42, 43 and 44 After the cornpletion of T28 three lm-wide trenches were eut mechanically to try to establish
  • to that of 10. The finds, though more plentiful, were similar in range: 14 sherds of grey coarse ware jars, 4 sherds of ter ra-ni qra -type pottery, 6 sherds of Iron-Age fabric and two pièces of ceramic tile were found. There was another ditch (11) in the south of the trench, eut
  • of ceramic roof tile were recovered (43.88kg, 167 fragments), and the pottery consisted of 3 sherds of grey coarse ware and one sherd of central Gaul ish Samian. The absence of Ir on-Age f abri es and terra-ni qra-type pottery «and the présence of so much roofing material would suggest
  • suggests that the building did not stand long after the second century, and hence that this ditch fill from the building took place at or shortly after that time. It is difficult to suggest a function for the earlier ditch (5 and 10) other than for drainage. The présence of Iron-Age
  • sherd of late Iron-Age/earl y Roman pottery (Fabric 15) and one sherd of vessel glasB. This had a light olive-green colour. Further down the slope, within 10m of pit 17, two ditches were located which had a similar character; both had shallow 'U' shaped profiles; and were apparently
  • dug parallel, 6.4m apart. Ditch 19, 1.75m wide and 0.6 m deep, had within its fill (20) two sherd s of late Iron- Age/ear 1 y Roman pottery (Fabric 13) and 6 small pièces of iron— working slag. The more northerly ditch, 2:4, had a primary silt (60) with no finds and then a loam
  • by plough soi 1 1, context 25 itself being similar to plough soi 1 2. No further ditches or pits were located beyond ditch 24, but 5rn to the north a layer of dark loarn was found i nterposed between the clay subsoil and the lower plough soi 1 (2). This layer (4) extended for about 25m
  • produced several -features. On the highest part o-f the slope there was an irregular pit (44) appro;: i matel y 1.8m in diameter and 0.1m deep, whose -fill (45) produced 1 sherd o-f late Iron—Age/early Roman pottery (Fabric 12), 1 sherd o-f grey coarse ware (Fabric 57) and some roofing
  • tile (Fabric 1, 0. 778kg) . Another, smaller pit (27) had been eut into this fill (1.35m in diameter, 0.1m deep), and the fill (26) of this pit contained 1 sherd of late Ir on-Age/ear 1 y Roman pottery (Fabric 13). Farther down the slope (8m from pits 44 and 27) were three
  • intercutting pits. Pit 32 (0.62m in diameter, 0.15m deep) had been the first to be eut and bac kfi lied (31); it contained 1 sherd of late Iron-Age/earl y Roman pottery. Two pits were then dug partly into 32 and 31 and partly into the natural. Both were about 0.5m in diameter and 0.1m deep
  • and ditches. A f 1 at-bottomed ditch, 0.5m wide and 0.2m deep (42), was e:;cavated; its fill (41) contained a ri m of a late Iron-Age/earl y Roman fabric (Fabric 13) and 7 sherds of grey coarse wares (Fabrics 57 and 100) with a small quanti t. y of ceramic roof tile (Fabric. 1, 0.81kg
RAP01666.pdf (QUIMPER (29). occupation protohistorique et parcellaire ancien à Keryen. rapport de diagnostic)
  • d'autant de segments de ces tranchées, de les attribuer à des éléments de réseaux de parcellaires postérieurs au Moyen Age. Quelques tessons de poteries récentes (grès, faïence) s'ajoutaient à l'observation de la couleur de la terre très sombre pour dater des vestiges du XIXe ou du
  • aux époques contemporaines. Les marques de présence humaine de la Protohistoire sont très ténues. Toutefois, il ne faut pas négliger les minces vestiges pouvant être attribués au Premier âge du Fer. Cette période, au même titre que l'âge du Bronze final et le haut Moyen Age figure
  • parmi les " dark âges " de notre histoire régionale. Les moindres traces pouvant conduire à les reconstruire doivent être notées. A partir des époques modernes, et notamment dès le début du XIXe siècle, le site fait l'objet d'aménagements dans le cadre d'un tissu rural très vivant
RAP03504 (LE QUIOU (22). La villa de la Gare. Rapport de FP)
  • (second Âge du Fer) Antiquite romaine (gallo-romain) Artisanat Republique romaine Argile : atelier Empire romain Atelier Haut-Empire (jusqu’en 284) Bas-Empire (de 285 a 476) Epoque medievale haut Moyen Age Moyen Age bas Moyen Age Temps modemes Epoque contemporaine Ere
RAP01710.pdf ((56). la ria d'Étel. rapport de prospection inventaire)
  • , rue du Penher |36406 AURAY CEDEX AURAY TSÔCter ETEL (56) Croix-Izan Chemin du Roc Vras - PERLES DE VERRE BLEUES - Objet n°27, vitrines Age du Fer, Musée des Antiquités Nationales (Saint-Germain-en-Laye) Collier daté du Ve s. av. J.-C. - Bergères-Les-Vertus, CRONS (Marne
  • -2001 1/1 "Ria d'Etei, évolution du peuplement, de i Age du Fer àiafin de f époque gatio-romaine* R. B. 1 (Age du Fer) LANDAUL Bourg Annexe 1 Kervadec Langonbrach Annexe 1 Annexe 2 4. LANDEVANT Bothalec/Kervamer Bourg Coët Crann Kerandizerh Kerhaut Saint-Laurent Annexe 1 5
  • : Belz, Erdeven, Etel, Landaul, Landévant, LocoalMendon, Merlevenez, Nostang, Plouhinec et Sainte-Hélène. IL - Méthodologie L'opération de l'année écoulée s'est attachée dans un premier temps à la compilation des données, anciennes et récentes, concernant les découvertes signalées
  • leur identification certaine : Au lieu-dit Saint-Germain, ce qui semble être une stèle vient d'être retrouvée sur une parcelle fraîchement débroussaillée pour à la construction, d'ici quelques mois, d'une habitation particulière. Cette pierre granitique, haute de 72 cm, bien que sa
  • fiches techniques de découvertes et leurs annexes, ainsi que le recueil bibliographique (Age du Fer) constituant le tome 2 de ce rapport. Rapport de synthèse Tome 1/2 3 Annexe Inventaire archives photographiques Année d'opération Intitulé de l'opération Responsable £ 000 N
  • - 1. Age du Fer - "Rla d'Etel, évolution du peuplement, de l'Age du Fer à la tin de l'époque galte-romaine" Recueil Bibliographique :1 .- Age du Fer concernant lesf glane* ardjéotogtques *nr V bu $ti (R. B. 1)
  • Annexe 12 Annexe 13 Annexe 14 Kerlavart Kervazic Annexe 1 Lisveur Loperhet Annexe 1 Roèlan Annexe 1 Saint-Germain Saint-Sauveur Annexe 1 Annexe 2 Annexe 3 Sept-Saints G. NABAT Sommaire SOMMAIRE 1. BELZ Bodéac Kerdément Kerguen Pont-Lorois 3. R. B. 1 U.B.S.Lorient 1 page 1 I 3
  • 7. NOSTANG Bourg Annexe 1 Kerhouan Kersouarn Légevin Le Couarde Magouéro (Mané-Er-Houët) Saint-Symphorien Saint Thomin lpage 1 i 1 3 2 3 1 1 1 1 page 1 4 10 2 1 2 pages 1 1 1 1 1 1 1 1 1 8. PLOUHINEC Piouhinec (non localisé) Locquénin Berringue Kerbascuin Kercado Kerdaniei
  • Kerfourcher K°rizéro .. Kermainguy Kerprat Keroué Kerrous Kerdanué Kervégan Kerzo Le Magouër Lannic Gorée Magouéro Vieux-Passage Annexe 1 Annexe 2 Annexe 3 lpage 1 1 1 1 i 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 3 5 8 2 9. SAINTE-HELENE Bourg Kerfrézec Kergourio Kerhar Kerv4gan Kervigny Le Mané Le
  • d'Emulation des Côtes-du-Nord. BSPF Bulletin de la Société Préhistorique Française. BSPM Bulletin de la Société Polymathique du Morbihan. CD lou 2 Corpus des Découvertes 1 (Age du Fer) ou .2 (Epoque gallo-romaine) in NABAT G. - "Ria d'Etel, évolution du peuplement, de l'Age du Fer à
  • Archéologique de l'Ouest. RB lou 2 Recueil Bibliographique. 1 (Age du Fer) ou .2 (Epoque gallo-romaine) in NABAT G. - "Ria d'Etel, évolution du peuplement, de l'Age du Fer à la fin de l'époque gallo-romaine", vol. III. SFECAG Société Française d'Etude de la Céramique Antique de Gaule
  • enfouie dans les gravats [X: 189030/ Y: 2306625] 5 - Kerbenesse La seconde est tout aussi difficile à décrire, poussée dans ce qui reste d'un petit chemin menant au village. Cet ensemble était connu depuis 1927 et décrit par Saint Just Péquart qui l'a photographié. Les deux stèles
  • second Age du Fer en Armorique : Les souterrains-refuges", BSPM 1978, p. 27, 35. (Annexe 8) □ Gallia, 39, 2, 1981, p. 315 (Annexe 9) □ GALLIOU P., 1982 - "Corpus des amphores découvertes dans l'ouest de la France. Vol.l : Les amphores tardo-républicaines et les importations de vins
RAP01858.pdf (les sites mésolithiques en Bretagne. rapport de 1re année de projet collectif de recherche)
  • moyen, la Boutinière (Saint-Senoux, Ille-et-Vilaine), implanté en bordure d'un paléochenal. Ces découvertes s'inscrivent dans un programme mené depuis plusieurs années et devraient aboutir à une publication fin 2003. Plusieurs opérations ont visé à compléter l'inventaire des sites
  • malgré la proximité des côtes. Des datations sont attendues pour cet automne sur les sites du Bilou (le Conquet, Finistère), de Quillien (Le Cloître-Saint-Thégonnec, Finistère), de Kerliézoc (Plouvien, Finistère), de la Croix Audran (Carnac, Morbihan) et de Beg-er-Vil (Morbihan). Les
  • moyen de la Boutinière à Saint-Senoux (Ille-et-Vilaine) par Stéphane Blanchet, ainsi que des sondages réalisés sur des sites finistériens par Grégor Marchand. Yvan Pailler évoque la fouille de Lannuel en Guipronvel (Finistère) pour l'année prochaine ; Stéphane Blanchet réalisera
  • déposés dans de telles sépultures. Pratiques funéraires Un des points forts des travaux de Marthe et Saint-Just Péquart réside dans l'importante minutie consacrée au dégagement des ossements et la grande précision de leurs descriptions. Ceci leur a d'ailleurs permis une analyse
  • s'y trouve actuellement. - Musée des Antiquités Nationales (Saint-Germain-en-Laye), - Musée d'Histoire naturelle de Lyon, - Musée d'Histoire naturelle de Toulouse, - Musée de Carnac. 14 Les sites mésolithiques en Finistère : chronologie et stratigraphie Conservés à Nancy dans la
RAP02481.pdf (PLOUNÉOUR-MÉNEZ (29). Pont-Glas , les occupations humaines en abri sous roche en Bretagne. rapport final de fp 2008)
  • a porté sur quatre unités stratigraphiques : les US 5.6, 5.10/6 et 5.11, attribuées mésolithiques, et l'US 5.3 datant du second Age du Fer pour sa partie supérieure. L'environnement végétal contemporain des occupations de l'abri-sous-roche est une chênaie 3 Pont-Glas / Rapport de