Rechercher sur le site

  • Chercher les documents contenant un mot OU un autre : tapez simplement les mots à la suite => bracelet bronze
  • Chercher les documents contenant un mot ET un autre : utilisez le mot-clef AND => bracelet AND bronze
  • Chercher les documents contenant une expression exacte : taper l'expression entre guillemets => "bracelet en bronze"

Limiter votre recherche

Auteur
Type d'opération
Commune
Département
Date (Année)

2971 résultats Exporter les résultats

Trier par Titre : ascendant / descendant
RAP00565.pdf ((56). quatre communes du Morbihan : carentoir)
  • of the 18 mètre squares) was dug. Soil samples for micromorphol ogical and pollen analysis were taken in columns from the sections, using purpose-made meta! containers. Small test holes were also eut by machine at every 15m to the north of Trench 1 (up the side of the south-facing valley
  • EAST BRITTANY SURVEY: QUST-VILAINE UATERSHED REPORT ON FIELDWORK IN MARCH-APRIL 1985 The fourth season in a programme of fieldwork, itself part of a larger, multi-discipl inary study of the rel ati onshi p between land-use and seulement during the last two thousand years, took
  • , 1984b). The latter analysis has been completed and, as demonstrated below, is of particular significance for fieldwork. The 1985 season involved fieldwalking over large areas at wide intervais, as in 1982 - 84; fieldwalking four selected areas in 5m squares for 'total' surface
  • collection; phosphate analysis and soil magnetic susceptibil ity survey of the four selected areas; and excavation of part of a bank and lynchet near a field from which 'total' collection had previously been made. Three days (21-23 March) were spent in préparation by three people
  • for walking. The season was therefore especially productive. Fieldwalking in Runs at 50m intervais (Transect Walking) Fieldwalking over large areas was organised within transects running south/north across the communes. L (in Ruffiac), the only transect not yet walked, was completed
  • samples for future phosphate analysis were taken from the topsoil in ail squares, at 5m intervais, and soil magnetic suscepti bi 1 i ty readings were also taken at 5m intervais, at the spot from which samples had been lifted. Fluxgate gradiometer readings were not taken since 1984
  • tests suggested that thèse were only useful if taken at much narrower intervais. Schiste was collected, totally from A107, D221 and B216, and in a limited sample from B347 (from one square in every nine). This was subsequently classified in three colour catégories (black/grey, green
  • conditions prevailed on another three. Excavation therefore had to be more limited than was intended. The excavation strategy was similar to that used by Martin Bell to sample lynchets and valley bottoms in the south of England (Bell 1977; 1983). A 2m-wide trench, 14m long, was eut across
  • and tile coul d indicate that this happened before brick and tile were in common use. Both trenches have shown that lynchets could have a complicated history, with their origins in other features. From the point of view of land-use history, the pottery suggests that this area of Ruffiac
  • practice. Since the two trenches showed différent amounts of soil buildup and material in the two areas, changes in manuring practice rather than lapse in cultivation may be more relevant in explaining the data from Trench 1. The land-use around Trench 2 clearly changed when
  • of the last year pollen analysis has been carried out on samples taken during 1984, in particular from buried soils beneath banks in woods near Le Vivier (not far from the excavation site) and Le Rond Point (Carentoir), areas of extensive 1 ande in the early nineteenth century. Although
  • not look profitable to pursue this work in the near future. The preliminary stages of analysis of the pedology and sedimentol ogy of the soils have been initiated. Dr Marie-Agnès Courty and M. N. Fedoroff, with their assistant Anne Gebhardt, visited the study area during the season
  • in the area. Samples were taken from Trench 1 and Trench 2; more will be taken during the summer; and micromorphological analysis will begin in September. The samples taken from 'total' collection sites in 1984 for phosphate analysis have ail been processed and a study was made
  • of the building, especially inside and immediately outside its walls, there were higher levels of 26-37 Si/kg and 200-300ppm. The experiment suggests that we might expect structures and middens in the study area to produce relatively high levels. Pottery from the 1984 season has been sorted
  • there, with some useful focussing on early modem, pre-cadastral use: the relevant problems are those of distinguishing manuring from settlement scatters and of determining the extent of scatter generated from inhabited buildings (Astill and Davies 1984c: 55-8). It is even clearer that crude
  • surface collections (principally during May 1985). This is sufficient to make it clear that a proportion of the commonly occurring surface material on our fields is imported - from good quai ity modem si ate to harder schi stes, both used largely for roofing but also within the mud si
  • only; for example, the dense scatters on the long-used fields on the western outskirts of Carentoir have ail three ^colours while the area of the ' château landscape 1 around Gree Orlain and Herblinaie has only black and grey. (In fact, black zones do not seem to be distinct from
  • quarry samples and some further limited testing of 'total' collection sites would therefore be useful, particularly from a site with a known, though collapsed, cadastral settlement; the nature of the red/yellow schi stes unevenly distributed on A107 and the grey/green schi ste
  • introduced into the field bounded by the lynchets and eut by Trench 1, need some further investigation. The next season Next year will see two main seasons of fieldwork: fieldwalking and small excavation from 22 March - 5 April 1986 and three weeks of excavation during September
  • . Meanwhile Pete Addison will complète the survey of standing buildings; a small team will dévote February, March and April to 'total' collection; analysis of pollens from the Mauffrais podsols and the River Aff \1 backswamps will continue; and work on the local schistes will be pursued
RAP00567.pdf ((56). quatre communes du Morbihan : carentoir)
  • and the western section of M). Some of the Roman fabrics in eastern ti had not been noted before, and included a late Roman roi 1 er-st amped sherd of Argonne ware from M447, near 'Château Gaillard', 2.5km east of Pipriac bourg ■ This ware has an essentially coastal distribution, although
  • st i es of the former, was separated from the Ruf f i ac/Carentoir core by the great Bruc 'blank'. Work outside the main season. 19B6—B7 During the past year work has continuée) on other aspects of the project, both field and archivai. Mi cromorphol ogi cal analysis of soi 1
  • samples from the 198é> excavations has been undertaken by Anne Gebhardt, under the supervision of Marie-Agnès Courty. Analysis of pottery fabrics has continuée), the sorting and classification of fabrics from the three 19B6 seasons now being half completed. Further work on local
  • EAST BRITTANY SURVEY 1987 PU EAST BRITTANY SURVEY - OUST/VILAINE WATERSHED EASTER 1987 The seventh season in a programme of fieldwork, itself part of a larger, mul ti -di sci pl i nary study of the relationship between 1 and-use and settlement during the last two thousand
  • years, took place from 20 March - 4 April in the communes surrounding Ruffiac, Treal , St-Ni col as-du-Tertre and Carentoir, in the departments of Morbihan and 1 1 1 e-et-Vi 1 ai ne in eastern Brittany. The aim of the study is to détermine when, how and why the exploitation
  • landscape
  • , Reading, Cardiff and York) numbered twenty-two, ' including the directors, and worked for twel ve deiys, from 22 March, with one day off. Six people went in advance, and worked for one day beforehand. Overall, 330 mandays were spent on this year ' s season, including travelling time
  • of Bruc — for a distance of some 2.5km; thèse 'blank' fields begin already in the eastern part of Sixt commune though do not reach as far as the présent boundary of Pipriac on the east. Everything, including the shape of the fields, suggests that this is an area of late exploitation
  • used locally for building, especially roofing, materials was also recorded for each field (though not collected). Thèse materials were not carried for long distances (10—20km maximum) but can usually be clearly di st i ngui shed from local natural , and o-f ten have nail holes
  • material and not pink. Pink schi stes are found, however, in some discrète areas: close to south-eastern Carentoir, in western parts of the Bruc 'blank', in odd fields near Pipriac, around Patis de la Porte, Château La Frèche, La Glonnais, Malon and in small quantities around Les
  • on the north-east side of the high land near the Carentoi r /Combl essac boundary and none by the wood in the Lande de Craon, both areas lacking surface pottery too. There was little or no pink material on the western and south-western si des of this high land, and none from Couè'dillan
  • north east to Comblessac, as also north from Comblessac to the Lande de Craon. The pattern of occurrences of the schi stes in thèse transects suggests that the pink schi stes . i.e. material from the Guer quarries, may wel 1 have been the earliest to be used in the roofing industry
  • there are finds from the Rance/ Vi 1 ai ne river Systems and one sherd from Pipriac is already known (Galliou 1977: 91-2). The médiéval fabrics from this eastern région seem to have less mica, fewer spi cul es and more grog. Some of the fields with Roman material are of particular interest
  • was found near Le Boschet, Château de la Boulaye, 'Château Gaillard' (ail in M) and near le Mur (R) . There are, however, two cases of such material being found near (apparently) non-seigneurial settlements 300m from Comblessac in R and 100m from La Rigaudiere, 1km south of Pipriac, in M
  • by smelting iron ore in shaf t f urnaces; that from R9, however, weighed 2kg and came from the bottoms of bowl furnaces; first- and second-century pottery was collected from the surface in this 6 area. This season 's work has produced several indications that the core communes
  • , adding a further 13 fields to the 26 from which 'total collection' has been made. Transcription of land-use information from mi scel 1 aneous thirteenth- to ei ghteenth-centur y archives in Vannes, Rennes and Nantes was completed in August and September 19B6 by Lesley Ritchie, who
  • then - between October and January 19B7 - undertook the index ing and organisation of this material, together with basic analysis of démographie data she had previously collected. Ail data from the survey of standing buildings has been put on dise, ready for analysis in the coming year
  • and subsoil features, as in 1985 and 1986, in order to be in a position to interpret the now large corpus of fieldwalking data. Analysis of the standing building records will be undertaken in 1987-8, and work on pottery fabrics and soils will continue. •*•*■*•***■ ■*■*•**♦■** The season
  • as, Treal and Carentoir, together with sélective geophysical and geochemical surveys, and small excavations to test results; compl ementary envi ronmental analysis is also being undert aken , as is a sùrvey of ail standing buildings in the core. The complète study involves (amongst other
  • éléments) analysis of documents, including the very detailed cadastral maps and records of the early nineteenth century. This latter analysis has been completed and is of psrticular significance for fieldwork since it allows complète reconstruction of the early ni neteenth-century
RAP00566.pdf ((56). quatre communes du Morbihan : carentoir)
  • by a métal led road, is particularly interesting. It demonstrates that the routes into Becul eu have changed. More importantly, the pottery from the holloway and associated ditch gives an indication that the earlier route was in use in the médiéval period» Thin section analysis of the si
  • the first trench was placed over one of the 'concentrations' of Iron Age pottery. Initial ly ai 6m square (T15) was excavated as at Al 16, A92 and H145, and then five trenches (1 mètre wide) were eut north-south across the field at 30m intervais using a machine (from west to east. T16/17
  • (277.), greywacke (147.) and quartz (107.). The stone may have been used when the pit was used for firing, piled on to the south si de, and then pushed back. No finds were recovered from this feature. Half a mètre to the north a pit containing burnt clay fragments was excavated (18
  • nineteenth century» This latter analysis has been completed and is of parti cul. ar significance for fieldwork because it allows complète reconstruction of the early ni neteenth-century landscape (Astill and Davies 1982a, 1983, 1984, 1985). THE EASTER SEASON The 19S6 Easter season
  • for the main season by two people. The team (consisting largely of past and présent students from the Universities of London, Reading, Durham and Sheffield) numbered twenty, including the directors, and worked for twelve days, from 23 March, with one day off. A smal 1 team, of the directors
  • near the northern boundary of Transect D (a Roman road) and in the nei ghbourhood of Marsac , La Ruaudaie and La Roche Pèlerin» Analysis of the spatial distribution of imported local schi stes » parti cul arl y those used for roofing material s in the area, produces some equally
  • possible to see zoning in the présence of thèse schi stes» hence, only black schi stes occurred throughout the ^Ruffiac basin (from Lodineu to Ville Robert and south to La Rivière) and also in a large zone in the north of Transects D and E (from Trelo to La Touche du Mur); in strong
  • , transects within the core. Ail available fields Transect for we>re covered; tl 11s ran 10km slightly west of N of from the north-west Ruffiac, and passed north , boundary communes of Carc , Reminiac and Augan the and into the through south oi Zampefrieac, running just to the w est
  • and their property less dispersed, with more cattle and altogether a more wealthy air; and, despite récent in the core. remembrement , fewer remembrement mounds than Transect M, running slightly south 01 east from the south~-e?ast corner of Carentoir, was bequn, but most of it remains 209 fields
  • features, Work on the excavation was eventually abandoned in the main season because of the rising water table; however, the smal I team that returned in late April was able to complète the trial. Altogether excavationtook place on 8 days, with an average of 6 people per day, thereby
  • from the north-west corner of T4 and eut the edge of the earthwork platform at right angles; the other (T6) was 23m long and ran from the south-east corner of T4 to the southern end of the platform. A section of the whole earthwork was thus obt ai ned . The earliest évidence came
  • and were 14cm and 20cm (contexte 4 and 5 respecti vel y ) deeps eamples for pollen and soil analysis were taken from context 5» No finds were recovered from the features, but four sherds of pottery came from the surface of the ditch fillings, whose ■fabrics were différent from those
  • represent the; original soil which formed the lynchet» A column of saimples was taken through the de;posits for soil analysis. Pottery from the colluvium was médiéval, similar to that recovered from the surface and from the other trenches; the majority were coarse wares (547. of fabric 1
  • from fieldwalking» The T4 features were excavated in an area where there was a small amount of médiéval pottery and high phosphate concentrations» While the small quanti ty of pottery is commensurate with the agricultural nature of the médiéval land-use, the high phosphates around
  • The 1986 Sept ember season involved sample excavation of parts of four fields (H145, K446, H80, A92) from which 'total ' collection had previously been made (fig. i). One day (5-6 Sept) was spent. in préparation for the main season by two people. The team (consisting of volunteers from
  • a wide range of places) numbered twenty-one, including the directors and Alan Lane, and worked for ei ghteen days, from 7 September , with two days off? Anne Gebhardt joined it for soil sampling for the second half of the season, and was assisted by a f ri end for the 1 ast week
  • presurnabl y some kind of hardstanding or floor (9) « The northern extent of the standing was established by augering and was found to peter out some three mètres north of the wall. The eastern extent. of the wall was similarly established and found to end 1 » 2m from T12, with no sign
  • fabric) were also recovered, their number increasing with depth - which may suggest that they came from the underlyi ng levels» This layer also contai ned numerous rock fragments, including 18% roofing slate and 3.154 of the harder stones used Ic^cally for building (14% congl omerate
  • working days were spent on site and the average size of the team was six. Trench 25 This was the most westerly trench and was 39m long. The depth of plough soil varied from 36cm at the south, uphill, end to 1.10m lower down the valley side. The plough soil (1, 36) overlay the natural
  • schi ste. Dver the bottom had been laid a layer of compactée! schi ste in which there was at 1 east one rut. (64). On this surface accumulated a layer of silt (63), which was in turn covered by soil which had been tipped in from the south edge of the holloway (61, 62). A new surface
RAP00568.pdf ((56). quatre communes du Morbihan : carentoir)
  • of the relationship between land-use and settlement during the 1 ast two thousand years, took place from 25 August - 1 October in the communes of Ruffiac, Tréal , St-Ni col as-du-Tertre and Carentoir, in the department of Morbihan in eastern Brittany. The ai m of the study is to détermine when
  • pottery (maximum 5 sherds per square) was more evenly spread. Smal 1 quanti ti es of brick and tile (maximum 0 .5kg per square) were uhevenl y distributed, but tended to concentrate in the south of the field, away from the cl Lister i ng of pre—médiéval and médiéval pottery
  • some pièces were 5mm across. This layer varied in thickness -from 0.75m on the eastern, up-slope, side o-f the trench to 0.38m on the west. At the east end the top sur-face o-f 2 curved as i -f the layer had been mounded up. This layer could not be total ly excavated over the whole
  • Roman site in the vicinity, and a few sherds in the topsoil, there is no trace of Roman settlement on this field and little to suggest Roman agricultural use. Présent évidence might suggest that the médiéval pottery in the plough soil derived from very heavy manuring, although
  • was not présent in such quanti ti es. Although the area excavated was so small, it is sufficient to reveal that this zone is of exceptional importance as a long-used settlement area - Iron Age, Roman nearby to the south east, two seigneurial sites hardby (Le Bois Guillaume and La Touche au
  • to the cadastral settlement pattern. The excavation method was the same as that used on K446 in 1986 (Asti 11 and Davies 1987, 112-13). A lm-wide trench was eut by machine from the ridge down the slope so that it went through the tile concentration and sectioned the earthworks (T39
  • soil varied from 0.15m on the top of the ridge (the south-west end of T40) to 0.4m at the north-east, down-slope, end. The plough soil (57, 78) overlay the natural clay subsoil (79), into which features had been eut. The shallowness of the plough soil and regular ploughing probably
  • at the bottom of the valley slope. The part of T39 which was on the ridge produced one shallow feature only, perhaps the base of a pit (65: 0.6m wide, 0.1m deep), whose fill (9) produced no finds. Between the brow of the ridge and upper part of the slope (between 30 and 60m from the south
  • of the plough soi 1 (47, 48) varied -from 0.15m at its south-west end to 0.46m at the bottom of the slope. As with the other trenches, ail -features were eut into the natural clay subsoil (28) and had fills that seemed to be derived -from the pl ough soi 1 . The southern part o-f the trench
  • tile (Fabric 1, 0. 778kg) . Another, smaller pit (27) had been eut into this fill (1.35m in diameter, 0.1m deep), and the fill (26) of this pit contained 1 sherd of late Ir on-Age/ear 1 y Roman pottery (Fabric 13). Farther down the slope (8m from pits 44 and 27) were three
  • ). There was a sub-rect anqul ar pit në;
  • tile (Fabric 1, 0.778kg). A large ditch (61), 2m wide and 1.5m deep, was located two mètres farther down the slope. It had a 'U' shaped profile and its primary fill (59) contained a late Iron-Age/Roman rim sherd, a terra-ni qra-type spout of a f lagon and a sherd from what seems
  • there was a ditch terminal (34), 0.62m wide and 0.25m deep. The fill (33) produced the largest collection of pottery from the site - 25 sherds. The majority (13) were of a late Iron-Age/earl y Roman fabric (Fabric 12) , but there was also a terra-ni qra-type base D -f a bowl (Fabric 65), a rim
  • . The pottery was abraded, which implies that some time and/or distance separated its use as pottery from its place of déposition in A31/79. Now, the pits were largely confined to the ridge while a séries of approx i mat el y parai lel ditches, most with the same profile, extended from
  • , it looks as if the field was used for agriculture at a time when firstand second-centur y pottery was being discarded; in this case the ditches are likely to have been field or enclosure ditches of the first and/or second century. It is clear from the worn condition of the pot
  • was probably used for agricultural purposes in the Roman period and hence that the distribution of Roman pottery on the surface derived from manuring. However, the concentrations of brick and tile found in 'total' collection cannot be expiai ned in this way, since the material occurs
  • quantities of tile in most of the ditches therefore suggests that tile was dumped on A31/79 after the f i el ds/encl osures (and associated buildings from which the material may have been derived) had gone ont of use. The amounts of brick and tile were not, however, very great
  • ., that of A92 being cl oser to the excavation than that of A31/79. The date range of the pottery from both sites is the same. Excavations on A31/79 suggest that the résidence was near the field, but not necessarily on it, and that the field itself was used for agricultural purposes while
  • the résidence was occupied; this at times involved some recutting of ditches. The résidence appears to have gone out of use before the late Roman period, as is implied by the fill of the ditches; if the field continued to be worked for a time it was either not manured or manured directly
  • with the wall. Perhaps, but not certainly, after the wall had gone out of use and maybe had been parti ail y démoli shed, foundation trenches (64 and 40) were dug into the buried soil (20 and 29) for two wall s to the south of 9/17. The trenches were of unequal depths but were clearly
RAP01768.pdf (le mésolithique en Bretagne. rapport de projet collectif de recherches)
  • site mésolithique de Beg-er-Vil (Morbihan, France) 86 VI EXPLOITATION DE LA FAUNE 104 French Connections II: Of cows and men 104 VII. FLORAISON DE SITES PREHISTORIQUES DANS LA MOYENNE VALLEE DU BLAVET : 115 1. Généralités 115 2. Matériaux, toujours / 115 3. De l'Azilien
  • , tracéologue, propose d'étendre son sujet de recherche à l'ouest de la France. Grégor Marchand introduit la séance d'exposés en mentionnant les grands axes des problématiques actuelles. Pour le Mésolithique ancien-moyen, l'isolement du groupe de Bertheaume reste à briser : ses liens avec le
  • accéder aux faunes de Hoëdic conservées à l'I.P.H. Anne Tresset conclut en soulignant la vigueur des économies de chasse au Néolithique moyen dans l'ouest de la France, de Chauvigny (Vienne) à Villeneuve-Tolosane. Catherine Dupont travaille sur la diète mésolithique et néolithique
  • , telle que l'on peut l'appréhender à partir des coquillages marins, sur la façade atlantique de la France. Les problèmes d'échantillonnage sont importants : l'analyse réclame autant la parure que les restes alimentaires et le tamisage à l'eau est nécessaire. Cette dernière technique
  • compte des sites dans la Carte archéologique. Ce programme de prospection thématique s'étendant sur trois ans s'inscrit dans le PCR « le Mésolithique en Bretagne » et dans un programme de l'U.M.R. 6566 du CNRS « L 'Epipaléolithique et le Mésolithique de l'ouest de la France». Ces
  • Le fort développement de l'archéologie préventive en France ces dernières années n'a pas particulièrement profité à l'archéologie préhistorique, et surtout pas à la période mésolithique. A l'inverse, les travaux de prospection au sol, souvent laissés aux amateurs, livrent un
RAP02769.pdf (ÎLE-DE-MOLÈNE (29). programme archéologique molenais, rapport n°17, beg ar loued : un habitat en pierres s7ches du campaniforme/âge du bronze ancien. rapport de fouille programmée 2011)
  • .................................................................... 58 2 – Analyses micropaléontologiques : collection des analogues modernes dans le marais de Tresseny à Guisseny .................................................................................................... 59 E - BILAN DE L’APPORT DES OPERATIONS ARCHEOLOGIQUES MENEES DANS
  • ................................................................. 100 A – LISTE DES UNITES STRATIGRAPHIQUES, DES UNITES ARCHITECTURALES ET DES STRUCTURES EN CREUX ............................................................................... 100 1 – Liste des unités stratigraphiques (US
  • fine, reflètent une forte dynamique érosive qui a progressivement affecté le paysage. Cette dynamique confère au site une position légèrement surélevée si l'on fait abstraction du lissage moderne de la topographie. En effet, l’emprise du site est limitée à l’est comme à l’ouest par
  • mer pour ce qui est du franc du replat. Durant les phases d’érosion, 23 cette pente a généré une troncature des sols, dont il ne persiste aujourd’hui que des reliquats d’un sol sableux rouge probablement d’âge éemien. Sur le plan sédimentaire, ces vallons ont également influé
RAP01557.pdf (PLOULEC'H (22). le Yaudet. rapport final de synthèse de fouille programmée 1996-1998)
  • la chronologie: Mésolithique-Néolithique-A. du Bronze- A. du Fer-Galloromain-Haut Moyen Age- Moyen Age-Moderne • sur la nature des vestiges immobiliers : remparts - porte -voie- habitats - fontaine • sur la nature des vestiges mobiliers : poterie - monnaie - objets de bronze, de
  • parasite qui avait envahi cette zone et en avons effectué un relevé topographique complet, où figuraient les pointements granitiques comme les murs de clôture modernes. Afin de mieux comprendre l'organisation des structures, nous avons débarrassé une partie de la pente de sa couche
  • révélant bientôt. Devant le parement du rempart se voyait aussi la partie supérieure du rempart de type Fécamp de ptiase 3 (Us 344), accumulé devant la muraille de ptiase 2. La porte était, quant à elle, entièrement comblée d'un amas serré de dalles de granit, présentant généralement
  • des angles vifs (Us 345). Nous avons pu observer que, par endroits, ces pierres recouvraient le parement de la porte, ce qui prouve sans conteste que celui-ci n'était pas plus élevé au moment de ce comblement. Afin d'examiner l'état de conservation et la stabilité de ce passage
  • vers l'avant de ceux des blocs de parement qui avaient été conservés in situ. Cet effondrement eut pour conséquence de combler partiellement les niveaux inférieurs du passage de la porte d'un niveau de pierres (Us 347) qui, montrant en surface des traces de tassement et d'usure
  • , avait manifestement été exposée à l'air libre pendant un certain laps de temps. Par la suite, on reconstruisit le côté de ce passage en y entassant des dépôts de terre sableuse de couleur grise, grossièrement parementés de gros blocs de granit (Us 346). Ce niveau avait 1,1m
  • examinerons ciaprès les raisons de cette modification. Au-dessus de cette reconstruction, et comblant en partie le passage, se voyait une masse compacte de dalles de granit redéposées (Us 345), niveau qui nous livra une petite quantité de céramiques du Bas Empire romain. Fig. 5. Le
  • en évidence les horizons formant le rempart de phase 3, ici constitué d'un niveau de pierres à angles vifs (Us 291), sur lequel reposait une couche tassée d'arène granitique jaune (Us 290). Nous avons pu montrer que ce dépôt de sable passait par-dessus le parement externe du
  • reconnaître plus avant la nature de ce mur tardif au pied de la pente du rempart. Son parement est édifié sur un niveau de grosses pierres à angles vifs (Us 283), descendant en une pente abrupte vers le sud. Il est possible, sans que nous puissions le prouver que ces pierres proviennent du
  • la partie méridionale de la tranchée. La séquence stratigraphique la plus ancienne était constituée d'un sol mince (Us 355), contenant deux petits tessons de céramique protohistorique (Age du Bronze ?), que scellait une mince couche de sable redéposé et tassé (Us 354). Cet horizon
  • constitue le premier niveau associé à la construction du rempart F 446. Ce dernier est formé de grosses dalles de granit solidement liées par une matrice de sol sableux de couleur jaune (Us 351). Les rares tessons de poterie découverts dans cet ensemble sont tous de type pré-laténien
  • , mais de présentent pas de formes reconnaissables et datables. Une fine lentille de terre (Us 352), ainsi que la couche de terre sableuse de couleur jaune qui la recouvre (Us 377) appartiennent peut-être à la structure du rempart ou, ce qui est moins probable, résultent de l'érosion
  • de la zone située en avant de celui-ci. La coupe n'ayant pu être poussée jusqu'au sol naturel dans la totalité de la tranchée, nous ignorons l'épaisseur exacte de cette structure en pierres sèches. A l'extrémité nord de la tranchée, une couche de terre (Us 295) passant pardessus
  • cette structure, a livré quelques tessons de La Tène Finale. Ce niveau était recouvert par une couche de dalles de granit à angles vifs (Us 294), correspondant sans doute à la couche de pierres associée au rempart de phase 2 Etant donné cette séquence stratigraphique, il nous paraît
  • probable que la structure de pierres sèches que nous venons de décrire (Us 351/F 446) soit un ouvrage défensif antérieur aux fortifications de La Tène Finale. Si l'on examine les courbes de niveau de cette zone, on voit que cet ouvrage s'achève à un mètre ou deux du bord occidental de
  • . La première structure rencontrée fut une plate-forme, à la surface quasihorizontale, bâtie au nord d'un gros rocher de granit. Cette plate-forme est formée de grandes dalles de granit d'origine marine, déposées à plat et mêlées d'un sol gris (Us 363). Selon toute probabilité
  • impossible que la plate-fonne décrite ci-dessus (Us 363) ait servi à consolider le sol avant l'érection d'une telle structure, mais nous ne pouvons pour l'instant le prouver avec certitude. Le rempart 2 est formé d'une masse considérable de pierres (Us 361) adossée à un parement externe
  • vertical (F 490) bâti sur des dépôts de pierres et de sable. Le premier ensemble de pien-es déversées à cet effet (Us 361) est formé de grandes dalles de granit à angles vifs, les vides conséquents qui les séparent montrant que cette masse avait été déversée rapidement au cours d'une
  • d'éboulement. Elle nous a montré que les blocs non liés qui forment ce noyau à proximité du parement externe (Us 453) appartenaient à la même opération de construction que celui-ci, les pierres les plus proches du parement ayant été déposées obliquement afin d'assurer une plus grande
  • stabilité à l'ensemble. Plus en arrière, ce noyau était constitué de gros blocs, parfois longs de plus d'un mètre, qui avaient été empilés sans soin particulier. Ils étaient recouverts d'une couche de gros sable gris (Us 452), contenant des fragments de charbon de bois et des tessons de
RAP03817 (QUIBERON (56). Beg er Vil : un habitat de chasseurs-cueilleurs maritimes de l'Holocène. Rapport de FP 2019)
  • le Mésolithique de l’ouest de la France, alors que les ressources minérales adéquates sont particulièrement abondantes sur les estrans. Un premier bilan de l’outillage osseux est proposé par Benjamin Marquebielle. Les objets finis en os et en bois de cerf sont largement
  • Brindejonc (Garde du Littoral) pour son suivi du chantier. • Madame Laurence Forin (Télégramme) et Madame Caroline Moreau (Ouest-France et Musée de Quiberon) pour leur suivi médiatique toujours très pertinent. • Madame Catherine Le Gall, Madame Catherine Louazel et Madame Annie Delahaie
  • encore bien seul dans l’Ouest de la France pour cet intervalle chronologique de la fin du 7ème millénaire avant notre ère. Par les caractères généraux de son industrie lithique, il s’intègre pourtant sans peine dans l’ensemble du second Mésolithique armoricain, dont Téviec et Hoëdic
RAP03364.pdf (PLOUGASTEL-DAOULAS (29). Le Rocher de l'Impératrice. Rapport de FP 2014-2016)
  • -BORÉAL ET SUB-ATLANTIQUE – US-108 .......................................................................................... 53 11.4.6. PÉRIODE MODERNEUS-101 .............................................................................................................. 53 3
  • ENTRE 2014 ET 2016 ET PRÉCISIONS SUR L'HOMOGÉNÉISATION DES US ................................................................................................................... 47 11.3. RÉSULTATS ET INTERPRÉTATION DE L'ÉTUDE MICROMORPHOLOGIQUE ET DES ANALYSES GRANULOMÉTRIQUES (M
  • MAXIMUM GLACIAIRE – US-103.......................................................................................... 52 11.4.2. LE DRYAS ANCIEN - DÉPÔT DE L'US-102 ................................................................................................ 52 11.4.3. BØLLING
  • /ALLERØD – US-102 .............................................................................................................. 52 11.4.4. DRYAS MOYEN OU RÉCENT – US-104 ..................................................................................................... 52 11.4.5. SUB
  • Rocher de l’Impératrice (Plougastel-Daoulas, Finistère) Rapport de synthèse de l’opération pluriannuelle 2014-2016 Résumé : Les recherches sur les sociétés tardiglaciaires ont bénéficié d’un important regain d’intérêt dans l’Ouest de la France ces dernières années, mais nos
  • synthèse de l’opération pluriannuelle 2014-2016 10 Rocher de l’Impératrice (Plougastel-Daoulas, Finistère) Rapport de synthèse de l’opération pluriannuelle 2014-2016 Abstract: Our understanding of Lateglacial societies experienced a revival these last years in Western France. Our
  • knowledge of these groups is however unequaled: if the Late Azilian and the Pleistocene/Holocene transition communities are now well known after some recent works, this is not the case of the Magdalenian and first Azilian societies. The launching of a research program in 2013 in a small
  • testify of Lateglacial groups limited incursions (seasonal?) into the Armorican Massif after a probable desertion of the region during the GS-2. Lithic production clearly aims the production of blades. This assemblage is particularly interesting in the perspective of studying
  • the nature and rhythm of the techno-economic transformation marking this poorly understand transitional period between Magdalenian and Azilian. Lithic production shows high qualitative standards and exhibits some characteristic clearly inherited from the Magdalenian (production of long
  • regular blades, setting up of meticulous production methods, use of non-local raw material, few evidences of “en éperon” preparations), but also testify of a clear progression to the Azilian (systematic use of soft hammerstone, disappearance of bladelets productions, and corollary
  • of the Final Magdalenian. However, they seem to announced the particular symbolic productions of the Late Azilian. If most of the tablets exhibits geometric engravings, several figurative drawings, including naturalistic ones (aurochs and horses), have been discovered. Like the lithic
  • assemblage, these artistic productions appear to be caught between the Magdalenian and the Azilian. Various studies allowed: starting proposing hypothesis about technical gestures used to produce these engravings; identify colorants; or identify a probable arrhythmia between technical
  • que pour réfléchir aux différents mécanismes en jeu dans ces processus de transformation des sociétés. Figure 1. Nouvelle organisation chrono-culturelle du Tardiglaciaire du Nord-Ouest de la France (Naudinot, 2013). 25 Rocher de l’Impératrice (Plougastel-Daoulas, Finistère
  • ) Rapport de synthèse de l’opération pluriannuelle 2014-2016 Le Tardiglaciaire fait depuis longtemps l’objet d’une importante dynamique de recherche en France. Ces travaux se sont cependant longtemps concentrés sur le Bassin parisien où des contextes sédimentaires particulièrement
  • principalement être rattaché à l’Azilien ancien (Marchand et al., 2004 ; Naudinot, 2010), l’Ouest de la France restait ainsi systématiquement écarté de ces réflexions et des grandes synthèses sur le Tardiglaciaire. C’est à l’archéologie préventive et à la fouille du site azilien des
  • , datée de la toute fin du GI-1 et même du début du GS1, et mise en évidence sur le site du Closeau (Hauts-de-Seine ; Bodu et Valentin, 1997) ou encore dans les Pyrénées (Fat Cheung et al., 2014), est ainsi encore inconnue dans l’Ouest de la France. Certains critères qualitatifs du
RAP03345.pdf (QUIBERON (56). Beg-er-Vil : Un habitat du Mésolithique sur le littoral du Morbihan. Rapport de FP)
  • avant notre ère, il est très homogène et exempt de perturbations ultérieures. Aussi représente-t-il un témoin unique des modes de vie des chasseurs-cueilleurs maritimes de la France atlantique. Sa rapide détérioration par l’érosion marine et anthropique a entraîné la mise en place
  • Département du Morbihan et le Service régional de l’archéologie. Ces trois années de fouille de 2012 à 1015 (23 semaines) ont livré des résultats particulièrement pertinents pour la compréhension des derniers groupes de chasseurs-cueilleurs maritimes de la France atlantique. Pour la
  • première fois en France, un niveau coquillier mésolithique a pu être fouillé en même temps que ses abords. Par ailleurs, le protocole de collecte systématique des vestiges par tamisage à l’eau (4 et 2 mm), puis tri à sec en laboratoire, livre une qualité d’information insurpassable. Une
  • un débitage sur petits galets de silex d’éclats et de lames courtes. Encore une fois, nous observons une séquence laminaire régulière tirée à la percussion indirecte, mais en proportions infimes en comparaison d’autres industries du second Mésolithique en France. L’outillage
  • , dessins et peintures, à la fois esthétiques et érudites. • Monsieur Dominique Hillion, pour ses informations très pertinentes sur les ouvrages militaires historiques de Beg-er-Vil. • Madame Laurence Forin (Télégramme) et Madame Caroline Moreau (Ouest-France) pour leur suivi médiatique
  • l’intervalle de datation étroit font de Beg-er-Vil une référence exceptionnelle pour le second Mésolithique en Europe atlantique. L’habitat de Beg-er-Vil est encore bien seul dans l’Ouest de la France pour cet intervalle chronologique de la fin du 7ème millénaire avant notre ère. Par les
  • de Rennes 1 Analyse anthracologique Nancy Marcoux UMR 6566 CReAAH– Université de Rennes 1 Analyse carpologique Marie-France Diestch-Sellami INRAP GSO - UMR 5059, Centre de BioArchéologie et d'Ecologie, Institut de Botanique, / Montpellier Étude de la faune mammalienne Anne
  • . Vous pouvez également être confrontés à des remplissages et déblais de fosses, toujours complexes à détecter à leur niveau d’ouverture, mais aussi à foyers ou à des vidanges de foyer. L’objectif est de fouiller indépendamment chacune de ces unités stratigraphiques (US), puis de les
  • site. Cette configuration apparait comme idéale, car elle permet une grande souplesse dans l’organisation de la fouille, tout en assurant la correction des données rapidement. 3. La fouille est réalisée par passes successives au sein des différentes US, avec un tamisage à sec puis à
RAP01858.pdf (les sites mésolithiques en Bretagne. rapport de 1re année de projet collectif de recherche)
  • recherche de l'UMR 6566 sur « l'Epipaléolithique et le Mésolithique de l'ouest de la France », pour participer au sous-thème intitulé « les zones de contact mésolithiques-néolithiques sur la façade atlantique de l'Europe » ainsi qu'au PCR sur le Mésolithique en Bretagne évoqué ici. Le
  • travaux de tracéologue sur certains sites du sud de la France, attribués au Montclusien (Mésolithique moyen). Elle constate en général une faible exploitation des supports et une utilisation brève et peu intensive des outils. Les spectres fonctionnels sont dominés par la chasse et la
  • pourcentage de fouilles programmées, se précisant au fil des ans comme l'enveloppe de tout le reste. La partie visible et présentable qui édulcore la violence du rapport que le monde moderne entretient avec son patrimoine. Ramener la définition de l'archéologie aux cernes de croissance du
RAP03423_4.pdf (RENNES (35). Place Saint-Germain : naissance et évolution d'un quartier de Rennes de l'Antiquité tardive à 1944. Rapport de fouille )
  • première moitié XVe 1894 comblement puits tonneau fin XIVe-XVe 2403 comblement latrine fin XVe-XVIe 2405 comblement latrine 10446 remblai, comblement de fossé fin XVe-XVIe fin MA, époque moderne Tabl. 1 Liste et description des Unités Stratigraphiques (US) étudiées
  • plus de 5 m. Elles documentent la naissance d’un quartier urbain au débouché d’un franchissement de la Vilaine, formant un accès majeur à la ville, son développement et son intégration intramuros, puis sa transformation au cœur de la ville moderne et contemporaine. La situation sur
  • moderne, Époque contemporaine Rapport final d’opération Naissance et évolution d’un quartier de Rennes,de l’Antiquité tardive à 1944 Ille-et-Vilaine, Rennes, place Saint-Germain Naissance et évolution d’un quartier de Rennes,de l’Antiquité tardive à 1944 Tome 4 sous la direction
  • (US) ont fait l’objet de prélèvement de sédiments, lavés puis triés1 en vue de récolter les plus petits vestiges fauniques comme les restes ichthyologiques, notamment dans le cas de l’US 1695. Cette US fait l’objet d’une fouille mécanique, à la minipelle, avec prélèvement d’un
  • d’opération il a été décidé de procéder à l’analyse d’environ 200 litres de refus de tamisage. Environ 100 litres de sédiments supplémentaires ont été tamisés sur une maille de 1 mm en laboratoire. Les deux fractions ont été regroupées du fait de leur homogénéité. Trois autres US ont fait
  • volumes prélevés de 8 à 12 litres (US 10208 : 12 litres, US 2403 : 8 litres et US 2405 : 10 litres). N° US Nature US Datation 1883 seconde moitié XIe aménagement de sol, fascine de bois 10208 prairies inondables, limons de débordement et apports anthropiques milieu XIe 10212
  • . L’astérisque * indique les US ayant fait l’objet d’un prélèvement. 1 Le lavage et le tri des vestiges a en partie été effectué par différents intervenants – archéologues, carpologue, étudiants – que nous tenons à remercier ici. 1432 Inrap · RFO de fouille Rennes (35) place Saint
  • Équidés, ont aussi été utilisées et seront citées quand nécessaire. L’enregistrement des données a été effectué par US. Pour chaque espèce, les paramètres classiques de quantification sont utilisés : le Nombre de Restes (NR), la Masse des Restes (MR) et le Nombre Minimum d’Individus
  • les taxons mammaliens livrant plus de 100 restes par US, les parties du squelette sont détaillées en taux pondéré de présence (TPp). Dans les tableaux, sont alors précisés : le nombre de restes (NR) et le nombre minimum d’organes (NMO), droit et gauche. Ce dernier est ensuite
  • , Le Guyader 2001). 3 Dans la classification moderne, dite phylogénétique, le terme de poissons est invalide car il ne rassemble pas tous les descendants d’un même ancêtre commun (Lecointre, Le Guyader 2001, Lecointre et al. 2010). Bien qu’incorrect, nous continuons d’employer ce
  • mesurent entre 0 et 2 cm. Parmi ces vestiges non identifiés sont rencontrés quelques pièces brûlées (~ 1%), souvent de coloration blanche et pratiquement tous issus du tamisage. Parmi les restes identifiés de mammifères, la présence d’un os humain, un morceau de tibia d’adulte (US 1695
  • 19 22 2 3 19 3 55 58 6 48 7 0,01 0,3 1 3 3,9 MR 2 Tamisage NR e Tab. 5 Nombre de Restes (NR) et Masse des Restes (MR en grammes) déterminés et indéterminés des niveaux du xie siècle et du second Moyen Âge (MA) – début de l’Époque Moderne (EM), suivant que ces restes
  • Bécasse des bois petit Scolopacidé Corneille noire Pie bavarde Petits Corvidés Petits passereaux taille Merle Petits passereaux taille Moineau Petits passereaux + petit que format Moineau total déterminés Oiseaux Indéterminés fin du Moyen Âge début Epoque Moderne milieu XVe 1
  • Âge et du début de l’Époque Moderne, suivant que ces restes ont été ramassés manuellement (« à vue ») ou bien sont issus du tamisage. V. Études complémentaires 1439 essentiellement de morceaux de Moule Mytilus edulis6. L’Huitre Ostrea edulis7 est également présente, de même que
  • – Les niveaux xie siècle La plupart des US correspondant aux niveaux du xie siècle livre des ossements de bovins. L’US 10631 est particulièrement riche puisqu’elle livre à elle seule près des trois quarts des restes de ces niveaux avec 351 restes (Tabl. 7) pour une masse de près de
  • 65 kg. Dans ce lot et comme dans l’ensemble des US correspondant au xie siècle, les pièces constitutives des têtes osseuses sont extrêmement nombreuses, et particulièrement les mandibules, en fréquence absolue comme relative (Tabl. 8 et 9, Fig. 3). Les chevilles osseuses et/ou
  • derniers présentent des dents moyennement usées : sur les 89 troisièmes molaires observables, le stade le plus fréquent est le stade g, avec 35 dents. 6  Éventuellement Mytilus galloprovincialis ; US 1695 : 767 fragments pour au moins 28 valves ; US 2405 : 6 morceaux qui semblent
  • correspondre à une seule et même valve. 7 US 1695 : 1 fragment ; US 2403 : 1 morceau, US 2405 : 43 fragments qui paraissent appartenir à une seule et même valve. 8 Membre honoraire de la Faculté des Sciences, université de Nantes que nous remercions chaleureusement ici. 9 Les Mollusques
  • autour de 2 ans plus de 2 ans US G G D G D 10208 1 3 3 1 5 10212 1 21 27 45 39 D 10630 10631 1 7 8 10653 1 10706 2 Total 9 8 27 1 1 31 4 4 50 50 Tabl. 10 Synthèse des données d’âge pour le Bœuf d’après l’observation des dents jugales mandibulaires
  • , notamment dans ce dernier cas, dans ou à proximité de la fosse massétérique, la région massétérique correspondant au plat de la joue. Scapula : largeur minimale du col (SLC) en mm France méridionale France méridionale France méridionale Charavines Andone (1) Andone (2) Ganne bâtiment
RAP02005.pdf ((29). le mésolithique en Bretagne. rapport de projet collectif de recherches)
  • sondages ne sont cependant pas négligeables pour caractériser plus finement les techniques de taille et les principes des économies d'acquisition à l'extrême ouest de la France, que ce soit pour le Mésolithique moyen (Groupe de Bertheaume à La Trinité-Goarem-Lann et à la Villeneuve) ou
  • Dating Evidence from the Breton Mesolithic Cemeteries of Téviec and Hoëdic. Journal ofAnthropological Archaeology, p. 1-31. YVEN, E et LEOPOLD, P., 2003 - Nouvelle date du Mésolithique moyen breton. Le site de Quillien (Le Cloître-Saint-Thégonnec, Finistère). Livret de la journée
RAP02026.pdf (LE CONQUET (29). programme archéologique molenais. rapport n°6. sondage du site de Trielen nord (Le Conquet) et sondage du site de beg ar loued. rapport de prospection thématique avec sondages)
  • mélangée à de nombreux galets et gravillons, sur 10-15 cm. Des aménagements modernes - un four à goémon notamment - ont été réalisés dans cette couche ; ils atteignent le sommet du niveau suivant, - Terre sableuse, avec présence de coquillages dunaires sur 15-20 cm, - Niveau
  • l'est de la structure, où le niveau de dépotoir atteint 60-65 cm de puissance dans le secteur non perturbé par le creusement du four à soude moderne, - Terre argileuse de couleur orange, sur 20-25 cm, - Plage de galets fossile. C) DESCRIPTION DU FOUR La structure est visible sur
  • en effet que le combustible était préparé à l'extérieur du four proprement dit, dans un foyer, en fosse ou au niveau du sol, et que c'est par l'entrée latérale du four que les braises étaient poussées vers l'intérieur, sous la grille." Dans l'ouest de la France, ce type de four
  • clair. Ils ont été récoltés dans les zones d'éboulis et sont similaires à deux autres fragments découverts au cours des prospections antérieures. Dans un précédent rapport, Aude Leroy les attribuait au Moyen Age ou à l'époque moderne. 3) L'aiguille en os La dernière couche - très
  • ou encore d'une aiguille en os. Le site a également été fréquenté au Néolithique, comme l'attestent plusieurs pièces lithiques. Quatre tessons peuvent être attribués au Moyen-Age ou à l'époque moderne. Enfin, à la fin du XIXe siècle ou au début du XXe , un four à goémon a été
  • s'est révélé stérile. L'extrémité méridionale a été descendue jusqu'à la plage ancienne. Dans le sondage IV, le niveau de sol atteint à peine 16 cm. En dehors de quelques pièces s'étalant du Néolithique à l'époque moderne dans le niveau de labours, aucun niveau en place n'a été
  • . Il mesure 3 m de longueur pour 1 m de largeur. Les niveaux stériles ont été descendus à la pelle et à la pioche sur une hauteur d'environ 1,10 m (figure 18). Au contact de l'épais niveau dunaire, se trouve une fine couche (US 1) composée de sable et de limon, dans laquelle ont été
  • . Sondage IV Estran Sondage I \> 20 m Talus Relevés : G. Marchand, Y. Pailler, Y. Guéguen DAO : Y. Sparfel d'après G. Marchand Un gabion est un abri de chasse moderne Figure 14. Localisation du site de Beg ar Loued et implantation des sondages 27 Figure 15. A - Cliché du sondage
  • III en fin de fouille (Y. Sparfel, 05/06/2004) ; B - Cliché du sondage IV en fin de fouille (Y. Sparfel, 07/06/2004) 28 3 mr 24 1 A 4 '1 m ' ^_X 7 37 li") H Niveau végétal 1=^=1 Niveau limoneux sableux (terre arable cultivé) IfëSSI Niveau limoneux organique (US 2
  • végétal i .1 Niveau dunaire pulvérulent Niveau limoneux sableux (terre arable cultivé) Interface US 1 fëfigjj Niveau limoneux organique (US 2) Figure 18. Coupe stratigraphique du sondage V (Y. Pailler, Y. Dréano, 29/06/2004 ; altitudes en mètres NGF) 31 jacent a été limitée à 1
  • correspondant aux occupations néolithiques que nous avons divisé en trois unités stratigraphiques (US). La première (5 cm) constitue l'interface entre la dune et la partie supérieure des niveaux archéologiques. L'US 2 (25 cm) assez claire résulte d'un coluvionnement important peut-être dû au
  • Hallégouët (maître de conférence en géographie physique, UBO). Figure 19. Cliché du sondage II depuis le sud-est (Y. Sparfel, 29/06/2004) 33 -LA Carré AO (non fouillé) C Cairé Al (US 3, passe 8 Profil du relevé t X -7,29 .effondrement .2003 Carré CarréC B Carré A 1m
  • Niveau dunaire pulvérulent Niveau végétal b=-~4 Niveau limoneux sableux (terre arable cultivé) US1 \///A Interface Niveau limoneux organique (US 2) EË3 US 3 Figure 20. Coupe strati graphique (en projection) sud-ouest des carrés A, B, Cl du sondage II (Y. Sparfel, 29/06/2004
RAP03350_2.pdf (SARZEAU (56). Le château de Suscinio : le logis nord. Rapport de FP 2013-2015)
  • . Les secteurs 4C, 4D, 3C et 3D ............................................................................................ 25 4.3.3.1. Niveaux modernes (XVIe s. - XVIIIe s.) .................................................................... 26 4.3.3.2. Niveaux de démolition et
  • remblais du bas Moyen-Âge et de l'époque moderne ........ 27 4.3.3.3. Niveaux de circulation ................................................................................................ 44 4.3.3.4. Niveaux de la structure hydraulique (collecteur) dans le secteur 4C
  • .................................................................... 76 5.6. Assemblage 6 : époque moderne (XVIe s. - XVIIIe s.) ............................................................. 77 5.6.1 Répartition du mobilier céramique par groupes techniques ................................................ 77 5.6.2 Répartition du mobilier céramique
  • logis nord et la cour au-devant de sa façade. Ce secteur conserve vraisemblablement les aménagements les plus anciens du site. Il a par la suite subi diverses restructurations à l’époque moderne (XVIIe s. - XVIIIe s.) avant son abandon complet1. Les travaux de restauration du site au
  • examen plus minutieux a permis d'effectuer des recollages au sein de chaque Unité stratigraphique (US) et également entre les US. Un tessonnier de référence propre au site de Suscinio a été constitué au fur et à mesure de l'inventaire et viendra enrichir, à terme, celui mis en place
  • pour les régions de Bretagne et des Pays de la Loire4. L’enregistrement des céramiques a été réalisé au sein de chaque US par groupe technique. Une reprise intégrale de l’inventaire 2013 du mobilier céramique a été faite. Les lots d'une même US ont été regroupés et les éléments
  • remarquables au moment du pré-inventaire. Nombre : nombre total de restes du lot. Nombre après étude : nombre total de restes du lot après, par exemple, des recollages entre différentes US ou l'extraction d'éléments pour étude (ces éléments ont reçu un nouveau n° de lot). Poids (g) après
  • étude : poids en grammes du lot après, par exemple, des recollages entre différentes US ou l'extraction d'éléments pour étude. Comptage céramique : détail du comptage par groupe technique du nombre de bord et dispositif verseur, anse ou autre élément de préhension (ex. : manche
  • recollages avec des tessons issus d’autres US ou encore la présence de graffiti. Remarques méthodologiques : commentaires éventuels sur la méthode de l'étude céramique (ex. : prélèvement d'échantillon pour le tessonnier). Chronologie générale : proposition de datation à partir de l'étude
  • données a pu être confrontée à la chronologie relative. L'étude des ensembles céramiques par US a permis de distinguer six assemblages, respectivement attribuables : à la seconde moitié XIIIe s. - première moitié XIVe s. ; au courant XIVe s. ; à la seconde moitié XIVe s. - première
  • moitié XVe s. ; au courant XVe s. ; à la fin XVe s. - courant XVIe s. et à l'époque moderne (XVIe s. - XVIIIe s.). La sélection des assemblages pour la synthèse repose sur deux critères, en l'absence d'ensemble clos hormis la structure hydraulique du secteur 4C : la quantité et
  • Responsable d'opération : Triste A. (Ceram). Publication en cours d'élaboration. 20 Le Boulanger 1998. 21 Triste 1988. 22 Responsable d'opération : Daré S. (Ceram). Publication en cours d'élaboration. 23 Daré 2014. 24 Soit un total de 38 lots sur les 504 US étudiées. 12 lots seulement
  • des niveaux très perturbés par l'installation de nombreux réseaux. Elle a livré un lot de céramiques peu conséquent et hétérogènes de 96 restes, avec des productions s'échelonnant du XIIIe s. aux époques moderne et récente.  L'US 1448 L'US 1448 est l'unique ensemble qui présente
  • ), et une panse des ateliers de Lamballe (22). Ce lot est insuffisant pour établir une proposition de datation fiable. Il comprend des éléments attribuables au bas Moyen Âge et à l'époque moderne. Production GT NR NMI NTI SJP Sjp 09g-M 31 1 1 Herbignac (?) Csu 17i 2 1 0 Lamballe
  • ceux de Malansac avec un pot 2-2a. Le pot de 8-10 de Saint-Jean-la-Poterie connait une diffusion à partir de la fin du XVIe s. jusqu'au début du XVIIe s. 25 De plus, la présence de céramiques de Malansac, d'époque moderne, permet de proposer une datation au XVIIe s. 25
  • , d'époque moderne, de Lamballe et d'Herbignac probablement, et des productions de provenance indéterminée. Le répertoire des formes est constitué principalement de pots à cuire dont six pots 2-2, deux pots 8-7 et un pot 8-8 de Saint-Jean-la-Poterie, un pot 2-5 de Lamballe et un pot 101
  • muni d'une glaçure verte interne couvrante. L'association des pots 8-7, 8-8 est comparable à l'ensemble des latrines (US 1065) du site du Bondon à Vannes daté de la seconde moitié du XVe s. au début du XVIe s.26 Cet ensemble comprend par ailleurs des pots à glaçure verte interne de
  • forme assez proche du pot 10-1. Ce lot peut être daté de la fin du XVe s. au début du XVIe s.  L'US 1687 Cette US a fourni un lot de céramique faible avec seulement 15 tessons. Trois groupes techniques sont identifiés avec, en majorité, les productions des ateliers de Saint-Jean-la
  • Laval. 26 Idem. 14 Château de Suscinio 2013-2015, Etudes spécialistes 16 Cet ensemble est numériquement trop faible pour pouvoir proposer une datation. Cependant, il présente une association de groupes techniques et de formes que l'on retrouve dans les US 1687, 1754, 1782, 1783
  • US précédemment décrites et permet de proposer une fourchette chronologique entre la fin du XVe s. et le courant du XVIe s. 29 Communication de S. Daré. 16 Château de Suscinio 2013-2015, Etudes spécialistes 18 Production GT NR NMI NTI SJP Sjp 09g-M 45 6 3 Lamballe (?) Csu