Rechercher sur le site

  • Chercher les documents contenant un mot OU un autre : tapez simplement les mots à la suite => bracelet bronze
  • Chercher les documents contenant un mot ET un autre : utilisez le mot-clef AND => bracelet AND bronze
  • Chercher les documents contenant une expression exacte : taper l'expression entre guillemets => "bracelet en bronze"

Limiter votre recherche

Auteur
Type d'opération
Commune
Département
Date (Année)

3424 résultats Exporter les résultats

Trier par Titre : ascendant / descendant
RAP00566.pdf ((56). quatre communes du Morbihan : carentoir)
  • T15 and T16 clearly do so. Although there is no défi ni te structural évidence, the assemblage coming from the pit group 7 can only be interpreted as settlement débris. The pottery forms suggest a very late Iron Age, or very early Roman , date» The similarity in form and fabric
  • Chapelle Gaceline, Caro, Reminiac, Augan and Campélieac in the Morbihan in eastern E
  • worked flints were also collected, three from transect E, three from B, two from B and one from D. One possible platform and thirty lynchets were noted, of which fifteen were in Transect D. As in previous years there were considérable variations in the concentration of recovered
  • % médiéval and 68% post-medi eval 5 six worked flints were? collected. One possible platform, a mound and ten lynchets were also noted. In accordance with the usual conventions, concentrations of surface material (total 51) may b e c 1 a s s i f i e d as f o 1 1 o w s r, Si tes ' ' Pr
  • previously recorded from the site. Three of thèse sherds were of a sandy fabric with large rounded quartz inclusions (1mm) and a notable absence of mica. One, a ri m sherçj, has parallèle with later Iron Age forms from Brittany (La Tene Finale) (Biot, Briard and Papes 331—9) » The other
  • by the early post médiéval period (Asti 11 and Davies 1985s 92-5, 97)» If the occupation in T4 is prehistoric then it is the first of its kind for the? région and has important implications for survey work» Its low-lying position, in a wet valley bottom and sealed by 70cm of colluvium
  • . Overal 1 , 481 mandays were spent on the September season, including travelling time and time off§ 437 of thèse were working days. The weather was poor during the second week, with considérable rainfall, but only two complète days were lost in t 11 e field. \3> EBS 86 Fi g. 1 H
  • material lower down the si ope. The collection also produced smal 1 and sporadic amounts of Iron Age pottery (no more than three sherds in any five-metre square). Although road changes make corrélation difficult, it seems that a t. t h e ti me o f the ancien cadastre K 446 was part
  • (from east to west s T23 , T24 , Iron Age pottery could be T25) , suc h that the areas producing of the trenches were cleaned by hand and tested. The si des part of the plough soil was excavated by recorded; the lowest features located thereby. The trenches were hand, as were
  • produced no finds. However seven abraded body sherds of Iron Age pottery were recovered from the surface of the .natural . Trench 24 of the plough soil ranged from T24 was 81m long, and the depth the si ope. The clay 15cm at. the top to 1.0m at the bottom of ow the plough soil
  • of non-local qres and quartzite fragments. The fill was homogeneous and produced 3 médiéval and 7 Iron Age sherds. At the north end of T24, where the greatest depth of plough soil had sealed some shallow features eut into the natural, were located two small gulleys (49, 52/53), whose
  • fill contained only Iron Age pottery (3 and 4 sherds respect! vel y) , and the end of a small ditch or pit ( 50 ) . Trench 23 This trench was 42m long, and for the most part the plough soil (varying in depth between 25cm and 45cm) rested on the undi sturbed natural subsoil and schi
  • excavations are difficult to interpret. The lack of cl ear médiéval features would suggest that the 1 ow and even scatter of médiéval pottery recovered in fieldwalking was not produced by occupation on this field. The density of négative features that are associated with Iron Age
  • a 1 ow and even scatter of médiéval and post-medi eval pottery; small quanti ties of Iron Age pottery were also recovered (not more than two sherds from a five-metre square), most coming from the western third of the field. Médiéval and post-med i eval pottery distribution
  • suggested a manuring scatter; that of the Iron Age was possibly derived from occupation (cf. A116). The aim of the excavation was therefore to test. thèse suggestions. The even nature of the médiéval pottery distribution meant that there was no obvions area for excavation, and so
  • the first trench was placed over one of the 'concentrations' of Iron Age pottery. Initial ly ai 6m square (T15) was excavated as at Al 16, A92 and H145, and then five trenches (1 mètre wide) were eut north-south across the field at 30m intervais using a machine (from west to east. T16/17
  • , context 4 might have been a sinuous drainage or boundary ditch. The filling of this ditch produced 17 sherds of Iron Age pottery, one a rim (see fig. 6, H80-8) , and 4 pièces of tile. Trench 17 This trench was the only one to produce évidence for superimposed ditches, ail three
  • of which contained Iron Age pottery. Trench 16 4.5m south of the ? eaves trench in T15 a collection of at least 4 intercutting pits was excavated,, Thèse may have been dug to extract clay. Ail the pits seem to have been filled at the same time. 4 separate layers were identified; thèse
  • produced the greatest amount of prehistoric material from the whole site. The 1 owest fill (45) produced 11 pièces of tile (0.365kg) and 8 sherds of Iron Age pottery (0„120g). Layer 57 overlay 45 and produced no finds. 22 overlay this and contained 60 pièces of daub (0.168kg) , 30
  • fragments of tile (0.632kg) and 38 sherds of Iron Age pottery (0.396kg), some of which are rims (fig. 6, 1-180-3, 5 and 10). This layer also contained several large, f 1 at slabs of Cambrian si Itstone like that obtai natale from a narrow band 1.5km to the north of the field. The final
RAP00568.pdf ((56). quatre communes du Morbihan : carentoir)
  • large Roman settlement which lies 100m to the south east (see fig. 2). In sura , then , this 6m square produced évidence of an early agricultural phase, followed by two phases of Iron-Age activity, and then a later - perhaps mue h later - agricultural phase. Although there is a large
  • dug parallel, 6.4m apart. Ditch 19, 1.75m wide and 0.6 m deep, had within its fill (20) two sherd s of late Iron- Age/ear 1 y Roman pottery (Fabric 13) and 6 small pièces of ironworking slag. The more northerly ditch, 2:4, had a primary silt (60) with no finds and then a loam
  • produced several -features. On the highest part o-f the slope there was an irregular pit (44) appro;: i matel y 1.8m in diameter and 0.1m deep, whose -fill (45) produced 1 sherd o-f late IronAge/early Roman pottery (Fabric 12), 1 sherd o-f grey coarse ware (Fabric 57) and some roofing
  • of the relationship between land-use and settlement during the 1 ast two thousand years, took place from 25 August - 1 October in the communes of Ruffiac, Tréal , St-Ni col as-du-Tertre and Carentoir, in the department of Morbihan in eastern Brittany. The ai m of the study is to détermine when
  • ; the cadastral work allows total reconstruction of the early rà neteenth- century ] andscape and is of parti cul ar value for the fieldwork programme (Asti 11 and Davies 1982, 1983, 1984, 1985, 1986, 1987)." The 1988 season involved sample excavation of parts of seven fields (B409, A92, A31
  • in four 0.1m spits. Ail the spits produced appr ox i matel y the same relative proportions of pottery; the total 127 sherds comprised 6"/. pre-medieval (6 Iron-Age, 1 Roman), 88"/. médiéval and 67. post-medi eval wares. The médiéval pottery was very largely (947.) of Fabric 1
  • charcoal (16) and smail 1 fragments of mudstone; this produced two smal 1 and abraded sherds of Iron-Age pottery (Fabric 86); the upper fill (15) had no finds. Another pit was also found in the north section (22: lm wide, 0.42m deep) whose fill (23) had no finds but more mudstone
  • -orange clay (24) from the surface of which came 20 sherds of Iron-Age pottery, the majority of which were of Fabrics 86 (607) and 89 (257). There was no sign of feat ures eut into this layer, which 1 ay directly on the degraded, manganèse— stai ned , quartzitic bedrock (05a) (33
  • an agr i cul tural phase at a time when the topography of the field was not so pronounced. The pits eut into this layer represent a change in land-use and presumably indicate the présence of a nearby Iron-Age settlement. The clean and pottery-free fills would argue against use
  • for rubbish; they may have been dug to obtain clay or stone. The small quantities of 5" locally obtained mudstone in some pits could represent some residual trace of stone-wor ki ng , given that the spindle whorl was o-f the same material. At some later phase in the Iron Age the area
  • was not présent in such quanti ti es. Although the area excavated was so small, it is sufficient to reveal that this zone is of exceptional importance as a long-used settlement area - Iron Age, Roman nearby to the south east, two seigneurial sites hardby (Le Bois Guillaume and La Touche au
  • ring, three sherds of grey coarse ware, two sherds of fine cream ware and a body sherd of an Iron-Age fabric; only one small pièce of ceramic tile was found . Trenches 42, 43 and 44 After the cornpletion of T28 three lm-wide trenches were eut mechanically to try to establish
  • to that of 10. The finds, though more plentiful, were similar in range: 14 sherds of grey coarse ware jars, 4 sherds of ter ra-ni qra -type pottery, 6 sherds of Iron-Age fabric and two pièces of ceramic tile were found. There was another ditch (11) in the south of the trench, eut
  • suggests that the building did not stand long after the second century, and hence that this ditch fill from the building took place at or shortly after that time. It is difficult to suggest a function for the earlier ditch (5 and 10) other than for drainage. The présence of Iron-Age
  • sherd of late Iron-Age/earl y Roman pottery (Fabric 15) and one sherd of vessel glasB. This had a light olive-green colour. Further down the slope, within 10m of pit 17, two ditches were located which had a similar character; both had shallow 'U' shaped profiles; and were apparently
  • intercutting pits. Pit 32 (0.62m in diameter, 0.15m deep) had been the first to be eut and bac kfi lied (31); it contained 1 sherd of late Iron-Age/earl y Roman pottery. Two pits were then dug partly into 32 and 31 and partly into the natural. Both were about 0.5m in diameter and 0.1m deep
  • and ditches. A f 1 at-bottomed ditch, 0.5m wide and 0.2m deep (42), was e:;cavated; its fill (41) contained a ri m of a late Iron-Age/earl y Roman fabric (Fabric 13) and 7 sherds of grey coarse wares (Fabrics 57 and 100) with a small quanti t. y of ceramic roof tile (Fabric. 1, 0.81kg
  • tile (Fabric 1, 0.778kg). A large ditch (61), 2m wide and 1.5m deep, was located two mètres farther down the slope. It had a 'U' shaped profile and its primary fill (59) contained a late Iron-Age/Roman rim sherd, a terra-ni qra-type spout of a f lagon and a sherd from what seems
  • there was a ditch terminal (34), 0.62m wide and 0.25m deep. The fill (33) produced the largest collection of pottery from the site - 25 sherds. The majority (13) were of a late Iron-Age/earl y Roman fabric (Fabric 12) , but there was also a terra-ni qra-type base D -f a bowl (Fabric 65), a rim
  • profile, 1.85m wide and 0.6m deep, was also found and a rim of a bowl in a late Iron-Age/earl y Roman fabric (Fabric 14) was found in the fill (35), with two fragments of tile (0.022kg). The remaining features were located at the northern, val 1 ey-bottom , end of T41. An isolated
RAP00567.pdf ((56). quatre communes du Morbihan : carentoir)
  • and time off; 270 of thèse were working days. The weather was poor, with very considérable rai nf al 1 ; although the fields themselves were usually in good condition for walking, recording was excepti onal 1 y difficult. Fieldwalking in Runs at 50m intervais (Transect Walking
  • of pottery, 161.72kg of man-made building material, 23 from thèse flints and 611.72g of haematite were recovered transects , together with two worked pièces of quartz (from M). This breaks down, by transect, as follows: Brick/tile kg 18. 49 P M 121 . 77 21 . 46 R Pre-Rom. Pottery 1 . 47
  • by smelting iron ore in shaf t f urnaces; that from R9, however, weighed 2kg and came from the bottoms of bowl furnaces; first- and second-century pottery was collected from the surface in this 6 area. This season 's work has produced several indications that the core communes
  • st i es of the former, was separated from the Ruf f i ac/Carentoir core by the great Bruc 'blank'. Work outside the main season. 19B6—B7 During the past year work has continuée) on other aspects of the project, both field and archivai. Mi cromorphol ogi cal analysis of soi 1
  • quarries has allowed the provenancing of the few remaining unprovenanced local schi stes used for building in the core area. During the months of March and April 19B7 a team of four, under the supervision of Mog Tingle, worked fui 1 -time at intensive surface collection within the core
  • and with the additional strains of scattered accommodation: despite very difficult working conditions, they achieved an astonishing rate of work and easily broke ail records. We owe profound thanks, as always, to ail who have given time, labour and energy to the project, as wel 1 as to those who have
  • EAST BRITTANY SURVEY 1987 PU EAST BRITTANY SURVEY - OUST/VILAINE WATERSHED EASTER 1987 The seventh season in a programme of fieldwork, itself part of a larger, mul ti -di sci pl i nary study of the relationship between 1 and-use and settlement during the last two thousand
  • years, took place from 20 March - 4 April in the communes surrounding Ruffiac, Treal , St-Ni col as-du-Tertre and Carentoir, in the departments of Morbihan and 1 1 1 e-et-Vi 1 ai ne in eastern Brittany. The aim of the study is to détermine when, how and why the exploitation
  • of the environment changed direction within the historic period, and the effects of such changes on social groupings and labour patterns. The complète fieldwork programme consists of systematic fieldwalking of ail available ploughed fields within the four core communes of Ruffiac, St-Ni col
  • éléments) analysis of documents, including the very detailed cadastral maps and records of the early nineteenth century. This latter analysis has been completed and is of psrticular significance for fieldwork since it allows complète reconstruction of the early ni neteenth-century
  • , Reading, Cardiff and York) numbered twenty-two, ' including the directors, and worked for twel ve deiys, from 22 March, with one day off. Six people went in advance, and worked for one day beforehand. Overall, 330 mandays were spent on this year ' s season, including travelling time
  • within thèse transects were walked at 50m intervais, using collection units of 100m; some were too sodden for effective and damage-free surface collection. Field conditions, features, présence of varieties of schi ste and local pronunci at i ons were noted on standardi sed recording
  • . However, P, an area topographi cal 1 y characterized by the drop of land down to the River Oust, was not dissimilar to the eastern section of M, where the land dropped down to the River Vilaine; here, for a comparable distance, 6.77. of fields walked had notable concentrations
  • of Bruc — for a distance of some 2.5km; thèse 'blank' fields begin already in the eastern part of Sixt commune though do not reach as far as the présent boundary of Pipriac on the east. Everything, including the shape of the fields, suggests that this is an area of late exploitation
  • . Previous work suggests that they reached the fields in the course of manuring and are therefore probably a useful indicator of pre-twenti eth-century manuring patterns. As in the core communes and in Transect N, it is again notable in thèse sample transects that there are some areas
  • material and not pink. Pink schi stes are found, however, in some discrète areas: close to south-eastern Carentoir, in western parts of the Bruc 'blank', in odd fields near Pipriac, around Patis de la Porte, Château La Frèche, La Glonnais, Malon and in small quantities around Les
  • examination o-F it. Preliminary examination of the pottery suggests that there are some distinctions between the fabrics collected between Pipriac and the Vilaine (Transect M, eastern portion) and those characteri sti c both of the core and of sample transects near it (N, P, R
  • and the western section of M). Some of the Roman fabrics in eastern ti had not been noted before, and included a late Roman roi 1 er-st amped sherd of Argonne ware from M447, near 'Château Gaillard', 2.5km east of Pipriac bourg ■ This ware has an essentially coastal distribution, although
  • there are finds from the Rance/ Vi 1 ai ne river Systems and one sherd from Pipriac is already known (Galliou 1977: 91-2). The médiéval fabrics from this eastern région seem to have less mica, fewer spi cul es and more grog. Some of the fields with Roman material are of particular interest
  • samples from the 198é> excavations has been undertaken by Anne Gebhardt, under the supervision of Marie-Agnès Courty. Analysis of pottery fabrics has continuée), the sorting and classification of fabrics from the three 19B6 seasons now being half completed. Further work on local
RAP00565.pdf ((56). quatre communes du Morbihan : carentoir)
  • of évidence suggests intensive cultivation in the late middle âges that was limited in the early modem period with changes in the social status of the 1 andowner and in his method of 1 and management. 8 Envi ronmental , Pottery, Architectural and Language Work, 1984-85 In the course
  • , but sixteen worked flints were recovered, three from transect L, three from C and ten from F, and also a stone axe, the stone of which has yet to be identified (F117). Two possible areas of ridge and furrow were noted, along with fourteen lynchets and eight (mostly substantial) old banks
  • fragments of brick and tile (6.58g). The assemblage included five worked flints, one pièce of haematite and two pièces of tegul a. Although black/grey and grey/green schiste were présent ail over the field, and looked like natural , red/yellow schi ste was distributed in a pattern
  • ) and 6.36 fragments of brick and tile (115.57g). The assemblage included second-century central Gaulish Samian and rims of third/fourth-century types; thirty-eight pièces of tegul a and twenty-nine of imbrex; three pièces of haematite (310g) and two worked flints. Magnetic susceptibil
  • useful information. After three days préparation, excavation took place over eight days with a team of nine people, making a total of 52 working days. The weather during this period was appalling, with torrential rain and high winds: one complète day was lost and extremely difficult
  • commune was intensively cultivated from the 1 ater twelfth century (although small amounts of earlier pottery could reflect earlier activity), while the absence of early post-medieval wares suggests a lapse in arable cultivation during the early modem period or changes in manuring
  • of the last year pollen analysis has been carried out on samples taken during 1984, in particular from buried soils beneath banks in woods near Le Vivier (not far from the excavation site) and Le Rond Point (Carentoir), areas of extensive 1 ande in the early nineteenth century. Although
  • not look profitable to pursue this work in the near future. The preliminary stages of analysis of the pedology and sedimentol ogy of the soils have been initiated. Dr Marie-Agnès Courty and M. N. Fedoroff, with their assistant Anne Gebhardt, visited the study area during the season
  • in the field; and, as ever, to our team, who worked stoically in awful conditions and ensured such a productive season. We should like to express our thanks, as ever, to ail who have given time, labour and energy, as well as to those who have provided financial support. G. G. Astill
  • EAST BRITTANY SURVEY: QUST-VILAINE UATERSHED REPORT ON FIELDWORK IN MARCH-APRIL 1985 The fourth season in a programme of fieldwork, itself part of a larger, multi-discipl inary study of the rel ati onshi p between land-use and seulement during the last two thousand years, took
  • place between 21 March and 13 April in the communes of Ruffiac, Tréal , St-Nicol as-du-Tertre and Carentoir in the Morbihan in eastern Brittany. The aim of the study is to détermine when, how and why the exploitation of the environment changed direction within the historic period
  • , and the effects of such changes on social groupings and labour patterns. The complète fieldwork programme consists of systematic fieldwalking of ail available ploughed fields within the four communes, together with sélective geophysical and geochemical surveys, and small excavation
  • ; in addition, environmental analysis and a survey of standing buildings is being undertaken. The larger study involves (amongst other éléments) analysis of documents, including the very detailed cadastral maps and records of the early nineteenth century (Asti 1 1 and Davies 1982a, 1982b
  • ; the main team (consisting largely of past and présent students from the Universities of London and Reading) numbered twenty-two, including the directors; it worked for twel ve days, from 24 March, and had one day off; nine people (including one director) remained for an additional week
  • to concentrate upon the excavation. Overall , 434 mandays were spent on this year's season, including travelling time and time off; 364 of thèse were working days. Two of the main team spent most of their time assisting in a survey of standing buildings already in hand when the season started
  • , and one spent three days taking soil samples for analysis at the Institut National Agronomique Pari s-Grignon . The weather varied between bad and appalling for much of the three weeks, with plenty of rainfall , but the crop was not high and fields were often in idéal condition
  • covered, ail fields under plough and with young crop within the three transects were walked at 50m 1 intervais, using collection units of 100m; field conditions, features, présence of schi ste and local pronunci ations were noted on standardised recording forms. 463 fields were thus
  • that are mapped, far less than in 1984, while a further 39% were up to 500m, and 25.6% more than 500m, away; it was largely sites in F that caused this anomaly. Comparison was systematical ly made with the early nineteenth-century pattern of land-use and settlement, as evidenced by the ancien
  • cadastre, as usual. More than three-quarters of the concentrations (80.2%) lay more than 100m away from early nineteenth-century settlements and only 7.5% lay within 50m of them. (This is not signif icantly différent from distances from modem settlements). Surface material tends
  • and in the early 'nineteenth century (Astill and Davies 1982b: 21f, 31). Thèse cadastral suggestions coincided with fields that produced concentrations of surface material at the post-medieval 'site' C470 and, more arguably, the post-medieval 'probable site 1 C473, although no buildings were
RAP01557.pdf (PLOULEC'H (22). le Yaudet. rapport final de synthèse de fouille programmée 1996-1998)
  • la chronologie: Mésolithique-Néolithique-A. du Bronze- A. du Fer-Galloromain-Haut Moyen Age- Moyen Age-Moderne • sur la nature des vestiges immobiliers : remparts - porte -voie- habitats - fontaine • sur la nature des vestiges mobiliers : poterie - monnaie - objets de bronze, de
  • la partie méridionale de la tranchée. La séquence stratigraphique la plus ancienne était constituée d'un sol mince (Us 355), contenant deux petits tessons de céramique protohistorique (Age du Bronze ?), que scellait une mince couche de sable redéposé et tassé (Us 354). Cet horizon
  • : La porte terrestre Age du Bronze Finale Fig. 14. Le Yaudet. Tranchées 16N, 18^, 24, 30, 32. Matrice. C O c "co E 0o •o 0 Ü u. _o 0 CD Q. CO CD o D co c o o KD er 05 . KD x: o c o 2 CO ki> o CO 0 KD sz o c CO m LL 0 •D g V0 o. — i (D M — •D 0
  • l'arriére du rempart principal protégeant le promontoire (1993-1995). Une stratigraphie complexe, s'étageant de La Tène Finale à la fin du Moyen Age, y fut reconnue et examinée dans deux grandes fouilles à aire ouverte. On trouvera l'exposé des résultats obtenus lors de ce premier
  • réseaux défensifs du même type. La fouille de la zone enclose, dans la parcelle s'étendant immédiatement au nord-est des rochers de Beaumanoir, nous avait par ailleurs révélé les vestiges d'une occupation sporadique du Mésolithique au Premier Age du Fer et se densifiant fortement de La
  • Tène à la fin du Moyen Age. Les buts du programme 1996-1998 Le principal but que nous nous étions fixé avant le début de ce nouveau programme trisannuel était d'évaluer le potentiel archéologique de l'ensemble du promontoire et d'y établir un modèle stratigraphique qui pourrait
  • parement témoigne d'un ample programme de construction à une époque indéterminée (Moyen Age?). Le rempart, à l'ouest de ia porte (FIgs. 11-14) Entre la porte laténienne et les rochers de Beaumanoir, la forte pente que constitue le rempart ne porte que quelques rares murets de clôture
  • possible entre le parement et le noyau. Les niveaux supérieurs étudiés dans la tranchée 32 témoignent d'activités agricoles. Un muret de parcelle (F 548), peut-être du Haut Moyen Age, fut construit sur le sommet du rempart, à proximité de son parement, et des niveaux épais (Us 431 et
  • n'ait pas été continué jusqu'au rochers de Beaumanoir. Les défenses à l'ouest de la porte laténienne. Vue d'ensemble (fig. 13-14) Nous pensons donc avoir montré qu'un premier rempart, datant peut-être du Bronze Final ou du Hallstatt, avait été édifié sur la pente, en contrebas de
  • de phase 2 n'ayant pas été modifiés dans ce secteur. Ceci ne doit pas surprendre si l'on considère que l'ajout de phase 3 était seulement destiné à réaligner l'avant de la fortification. Fig. 13. Le Yaudet. La porte terrestre. Etat du Bronze Final. Plan. LE YAUDET, PLOULEC'H
  • porte et d'étudier son comblement au cours de l'époque romaine. Les structures du Bas Empire romain et du Moyen Age rencontrées au cours de cette opération ont cependant considérablement étoffé l'image que nous pouvons nous former du site du Yaudet. Nous examinerons par conséquent la
  • l'érosion anthropique causée par le passage de véhicules par une porte du rempart du Bronze Final ou du Hallstatt, ou bien alors une carrière d'extraction de sable, ayant servi à une phase ancienne de la construction du rempart laténien. La première explication nous semble plus probable
  • médiéval. Plan. LE YAUDET, PLOULEC'H Tranchées 27 et 34 Structures médiévales D J Dépotoir de la fin du Moyen Age ^ et ( S ) Limite de la parcelle du Haut Moyen Age (phase 2) A Limite de la parcelle du Haut Moyen (phase 1) n-o F496 r > & Q -n J Bâtiment médiéval postérieur
  • Metres Fig. 20. Le Yaudet. Tranchées 27 et 34. IVIatrice. Le Yaudet 1997-8: En arrière de la porte de l'Age du Fer (Tranchées 27 & 34) Tranchée 27 Tranchée 34 (44m Médiéval F494 (371 F535 F536 F542 F541 F559 F547 F575 F581 (457) (454 F540 Parcelles du Haut Moyen Age (456
  • (Us 465) a livré trois monnaies, deux de l'Empire gaulois et une des années 330-360 ap., ainsi qu'une phalère de bronze ajouré, d'un type tardif. Cette structure est particulièrement intéressante en ce que nous avons ici, pour la première fois, un édifice correspondant à la phase
  • Moyen Age. Nous avons pu corréler ces structures aux limites parcellaires observées en 1993 dans la tranchée 1/3. Une couche de terre arable (Us 456) était adossée à l'une d'entre elles. A u Moyen Age enfin (Xlè-Xlllè siècle), les parcelles du Haut Moyen Age furent occupées par des
  • d'occupation étaient mêlés à de gros blocs de pierre (Us 454, 451, 449) recouvrait l'angle de la parcelle du Haut Moyen Age. La porte terrestre d'époque romaine (Figs. 21-25) Le rempart gaulois avait été conçu de manière à utiliser le considérable pointement de granit, appelé « rochers de
  • Finale 7 — — 7 i i ^ 7 S â ^ Fig. 25. Le Yaudet. La porte terrestre d'époque romaine. Matrice. Le Yaudet 1998: La porte terrestre romain (Tranchée 33) Médiéval postérieur Romain (427) (455) F551 F528 F549 = F537/F557 F529 F554 F553 F552 Age du Fer ? F555/F534 F570
RAP03967 (QUIBERON (56). Beg-er-Vil à Quiberon. Un habitat du Mésolithique sur le littoral du Morbihan. Rapport de fouille programmée 2020 )
  • Diesch-Sellami (Inrap GSO, ISEM /UMR 5554,) Travaux réalisés avec le concours de : Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS) Université de Rennes 1 Service Régional de l’Archéologie de Bretagne 3 5 Conditions d’utilisation des documents Les rapports d’opération
  • public. L'accès à ces documents administratifs s’exerce auprès des administrations qui les ont élaborés ou qui les détiennent, au choix du demandeur et dans la limite de leurs conditions d’accueil. La mise en ligne des rapports par le SRA Bretagne a pour objectif de faciliter cette
  • par O. Kayser, de 1985 à 1988, puis d’une grande série d’analyses paléo-environnementales, archéozoologiques et technologiques, qui ont dessiné les contours d’un site désormais considéré en Europe comme une référence pour comprendre les sociétés de la fin du 7ème millénaire avant
  • destinées à la formation des étudiants. L’objectif était de poursuivre le traitement des refus de tamis issus de la fouille de 2013 et 2014 et de faire un test sur les échantillons tamisés en 2017 sur les fossesfoyères prélevées en 2016 et 2017 (structures L, V et AA). Les conditions
  • domestique en bord de mer… Sept années de fouille ont permis d’étendre la compréhension de l’espace du niveau coquillier de Beg-er-Vil, grâce à un nouveau protocole de fouille, de tamisage et de tri à sec. Une grande attention est accordée aux conditions taphonomiques, qui conditionnent
  • étroit font de Beg-er-Vil une référence exceptionnelle pour le second Mésolithique en Europe atlantique. L’habitat de Beg-er-Vil est encore bien seul dans l’Ouest de la France pour cet intervalle chronologique de la fin du 7ème millénaire avant notre ère. Par les caractères généraux
  • de tamis (C. Dupont) Nous avions prévu 2 stages de post-fouille collectif de 2 semaines en 2020. Les conditions sanitaires nous ont amenés à en programmer un seul en octobre 2020 et à effectif réduit (11 personnes). A celui-ci s’est ajouté des stages en laboratoire individuel qui
  • . Ils correspondent à 84 jours / homme à temps plein (tableau 1). Les conditions sanitaires nous ont obligés à reporter au moins 6 stages individuels. Ceux-ci ont été décalés dans le premier trimestre 2021. Etant donné que nous avons atteint le nombre de demandes de financement de
  • internationaux (Meso'2020 Dixième congrès international sur le Mésolithique en Europe. 7-11 septembre 2020, Toulouse / Investigate the shore, sounding the past: methods and practices of maritime prehistory. Séance de la Société préhistorique française, décembre 2020. Brest). Ils permettent de
RAP03364.pdf (PLOUGASTEL-DAOULAS (29). Le Rocher de l'Impératrice. Rapport de FP 2014-2016)
  • occupied during the Early Azilian. The obtaining of radiocarbon dates (the first ones for the Lateglacial of Brittany) places the Azilian occupations between 13000 and 12000 cal. BC, that is to say during the GIS-1e (Bølling). Several evidences suggest this site to be the result
  • are also essential at a greater scale since Early Azilian art is extremely rare in Europe. This discovery allows developing our research to another part of the Early Azilian socio-economic system. By their thematic and their formal codes, these engravings are firmly in the tradition
  • and symbolic changes during the Azilian. The Rocher de l’Impératrice rock shelter is an unavoidable site for the understanding of Northwestern Europe Lateglacial societies. Because of the diversity of the archaeological evidences this site allows to develop a global thought about the nature
  • Sabine SORIN Isabelle THERY-PARISOT Avec le soutien : Service Régional de l’Archéologie de BRETAGNE Conseil général du FINISTÈRE Commune de PLOUGASTEL-DAOULAS 1 Conditions d’utilisation des documents Les rapports d’opération archéologique (diagnostic, fouille, document final de
  • s’exerce auprès des administrations qui les ont élaborés ou qui les détiennent, au choix du demandeur et dans la limite de leurs conditions d’accueil. La mise en ligne des rapports par le SRA Bretagne a pour objectif de faciliter cette consultation. La consultation et l’utilisation de
  • knowledge of these groups is however unequaled: if the Late Azilian and the Pleistocene/Holocene transition communities are now well known after some recent works, this is not the case of the Magdalenian and first Azilian societies. The launching of a research program in 2013 in a small
  • (probably dedicated to the production of the numerous projectile points found in the assemblage). These cores have probably been taken of the site. If it is too early to be conclusive on this point, like the others few available testimonies for this period in the region, this site would
  • testify of Lateglacial groups limited incursions (seasonal?) into the Armorican Massif after a probable desertion of the region during the GS-2. Lithic production clearly aims the production of blades. This assemblage is particularly interesting in the perspective of studying
  • entrecoupée de plusieurs périodes de refroidissement plus ou moins rapides et de différentes ampleurs aux conséquences parfois marquées sur les environnements animal et végétal. Parallèlement, les sociétés humaines connaissent d’importantes mutations techno-économiques et sociales. Ce sont
RAP03819 (SAINT-GLEN (22). La Touche ès Pritiaux : le site du premier âge du Fer. Rapport de FP 2019)
  • la sphère domestique, prouvée pour la première fois de manière irréfutable, plaide en faveur de fonctions complexes qui relevaient nécessairement à la fois de l’économique, du social et du rituel. 2. Le bâtiment circulaire : du bronze à l’âge du Fer atlantique ? Le bâtiment de
  • Bretagne, Côtes-d’Armor, Saint-Glen, La Touche ès Pritiaux Nº EA : 22 296 008 Arrêté d’autorisation nº 2019-133 LE SITE DU PREMIER AGE DU FER DE LA TOUCHE ES PRITIAUX A SAINT-GLEN (COTES-D’ARMOR) Gadea Cabanillas de la Torre (Ministère de la Culture/UMR 8546) Avec la
  • collaboration de Guillaume Hulin (Inrap/UMR 7619) Décembre 2019 Conditions d’utilisation des documents Les rapports d’opération archéologique (diagnostic, fouille, document final de synthèse, sondage, sauvetage…) sont des documents administratifs communicables au public, en application
  • demandeur et dans la limite de leurs conditions d’accueil. La mise en ligne des rapports par le SRA Bretagne a pour objectif de faciliter cette consultation. La consultation et l’utilisation de ces rapports s’effectuent dans le respect des dispositions du code de la propriété
  • ? .............................................................................. 31 2. Le bâtiment circulaire : du bronze à l’âge du Fer atlantique ? ............................. 34 Conclusions : une évaluation du site du premier âge du Fer ......................................... 36 Enjeux et perspectives pour 2020-2022
  • ensembles de mobilier semblaient jusqu’à présent isolés (Tribouillard 2015, 60, fig. 23). Elle vient s’ajouter à la découverte, en 2017, d’un dépôt de haches et d’autres objets en bronze datant du Bronze final dans un bâtiment circulaire à Quimper Kersaliou (Bourne 2017), dans une fosse
  • Saint-Glen s’insère dans un ensemble de constructions à plan circulaire, désormais bien connu dans le nord-ouest de la France, dont les datations vont de l’âge du Bronze moyen au début de la période laténienne (Dechezleprêtre et Ginoux 2005 ; Blanchet et al. 2017, 88 ; Marcigny et al
  • métalliques et constructions circulaires est évidente à l’âge du Bronze, mais la seule association attestée est celle du dépôt mixte dans le bâtiment 1 de Kersaliou à Quimper (Bourne 2017, 91-113). Elle est aussi établie pour la première fois pour le premier âge du Fer, et ouvre le débat
RAP02272.pdf (Vents et fours. du minerai à l'objet. recherches sur la ventilation naturelle en paléométallurgie du fer. rapport final de pcr 2005-2007)
  • antiques; et la mise en commun des méthodes de l'archéologie avec la linguistique, la géographie et l'histoire des techniques pour comprendre l'invention du bronze (Brunet 1936-37). Un pas considérable fut franchi dans le milieu des années 1970, avec la création du G.M.P.C.A
  • nouvelle étape se dessine, qui rapproche les études paléométallurgiques, du programme fixé en 1937 par l'équipe pionnière de l'Institut d'Histoire des Sciences et des Techniques à propos du bronze : la rencontre entre l'archéologie et les sciences humaines, tout particulièrement
  • matériaux, pour résoudre les problèmes posés par la conservation et la restauration de ce patrimoine culturel. Condition nécessaire à l'interprétation des faits, l'archéométrie n'en n'est pas en effet pour autant la condition suffisante : trente années de pratique ont abouti à ce constat
  • référentiels obsolètes, et qu'à condition de les comprendre, de les interpréter correctement, ils permettent d'approcher les cultures techniques qui les ont engendrés. L'intérêt est dans ce double mouvement, d'éloignement, de mise à distance de la culture technoscientifique occidentale
  • lieu et place des pratiques artisanales, l'histoire des termes majeurs de la métallurgie, « fonte » et « fusion » compris, l'histoire de leur emploi et de leur intégration dans le vocabulaire scientifique, reste à faire... A condition toutefois de prendre l'histoire pour ce qu'elle
  • d'impression et de figuration, des conditions de parution et de compréhension de leur époque. Qui d'entre nous ne s'est pas tourné vers le De re metallica d'Agricola à la recherche de la planche ultime, celle à laquelle le terrain ou le texte étudié correspondra le mieux. Qui
  • , plus rarement par les archéologues et les ethnologues, alors qu'elles sont utiles. A condition toutefois de bien comprendre le statut du concept dans le raisonnement scientifique, de ne pas lui conférer une essentialité qu'il ne possède pas. Un concept, en effet, ne définit pas
  • , d'environnement sémantique et symbolique ;à comprendre les modalités d'une transplantation, de l'hybridation d'un outil, d'un machine d'un procédé dans un environnement géologique, géographique, culturel, ethnologique, social autre que celui qui l'a vu naître. Car une lignée technique évolue
  • de l'époque, du milieu, de la culture technique, de l'évolution technique, sociale, économique ou politique générale. L'approche devient indispensable lorsqu'il s'agit apprécier les modalités du développement technique : emprunt, imitation, invention, évolution, recouvrement
  • recherche porte sur l'étude d'une lignée technique. A condition de comprendre le statut donné à cette approche : est-ce un objectif ou bien at-elle rang de moyen, et dans ce cas, quel est l'objectif recherché ? La question est moins aisée qu'il n'y paraît. La science de la typologie sert
  • , contrairement à ce qu'elle peut faire accroire du fait qu'elle structure; c'est une étape qui doit être ensuite complétée par d'autres approches, l'une se rapportant à la fonction des outils décrits, l'autre se rapportant à l'habitus technique et à la position sociale des agents qui les
  • (plomb+argent), puis l'atelier d'affinage du fer, « transfert de vocabulaire qui correspondrait à un transfert d'équipement, de savoirfaire ». Il arrive, historiquement, que le statut social s'en mêle. Ainsi, chez les forgerons Moose entre XVIe et XVI Ile siècle en Afrique : au
  • technique, celui de la gestion réussie du saut technique et de ses conditions, celui de l'acquisition de la grammaire technique qui a autorisé le changement d'échelle - à quoi s'ajoute la question plus aléatoire des possibles qu'autorise l'acquisition de la nouvelle grammaire technique
  • innovations très régressives et pas seulement au plan social ; souvent même, dans un premier temps, l'innovation induit de la régression. Enfin, il est des changements techniques qui débouchent sur un maintien, une adaptation, sans progrès ni régression. Autre aspect tout aussi important
  • soufflets, l'argile pour le four et la brasque, les fondants, les ajouts, pour la métallurgie. Il intègre des éléments relevant de la géomorphologie, de l'histoire ou de la géographie sociales : facilités de circulation au sein d'un territoire donné, droit de propriétés sous toutes leurs
  • techniques, évidente par exemple pour le XVI Ile siècle - ou de nos jours - reste ouverte pour de nombreuses périodes : avant le Xlle siècle, en Europe, ou encore l'Empire romain, en dépit du développement technique remarquable des 1er et 2ème siècles BC. D'où la nécessité de disposer
RAP01768.pdf (le mésolithique en Bretagne. rapport de projet collectif de recherches)
  • Mésolithique final, ce qui va à rencontre des modèles dominants en Europe où la recherche de bonne matière s'intensifie. Stéphane Blanchet présente le site de la Croix-Audran à Carnac, qui a fait l'objet d'un premier diagnostic en septembre 2000 et devrait être fouillé en sauvetage à l'été
  • travaille sur les processus de néolithisation en Europe de l'Ouest et notamment sur les changements dans la diète des populations révélés par l'analyse des isotopes stables d'ossements humains. Ses analyses ont porté sur Téviec et Hoëdic et doivent continuer, tant au Musée de Carnac qu'à
  • entend étudier les différences morphologiques et les caractères discrets non pathologiques, d'origine génétique. On peut signaler, comme complément d'information, que Laurent Courtois commence une thèse sur l'ADN des populations mésolithiques en Europe, avec évidemment une attention
  • particulière aux individus de Téviec et Hoëdic. Anne Tresset étudie l'arrivée des taxons domestiques de mammifères en Europe occidentale. Elle propose un panorama de cette question, de la Bretagne à l'Irlande aux 6 ème et 5 ème millénaires avant J.-C. Ses travaux sur Beg-er-Vil et Beg
  • des crédits, impose de remplir des ordres de mission pour tous les déplacements. Il est donc rappelé aux participants qui demandent des frais de déplacements qu'il faut fournir : le kilométrage effectué, un numéro de Sécurité social, un RIB, une copie de la carte grise du véhicule
  • Geay en CharenteMaritime ; Les Closeaux à Rueil-Malmaison en Hauts-de-Seine ; Les Chaloignes à Mozé-sur-Louet en Maine-etLoire) montrent tout l'intérêt d'une approche extensive, totale, qui révèle des structures et des organisations de vestiges. Face à ces conditions de gisements
  • aux datations par le radiocarbone. Pour résumer, l'objectif de cet axe de notre recherche est d'établir un premier référentiel des conditions de gisements des sites mésolithiques sur le Massif armoricain. 2.2. UN AXE SCIENTIFIQUE : COMPRENDRE L'ORGANISATION DES TERRITOIRES PAR
RAP01961.pdf (bassin occidental de la Vilaine et centre Bretagne. rapport de prospection inventaire)
  • Photography and Trenchmaps 15,30-16,00 F. Vermeulen, M. Antrop, T. Wiedemann & B. Hageman F. Vermeulen, G. Verhoeven & J. Semey M. Willbertz 16,00-16,30 Coffeebreak - Pause café 16,30-17,00 Early médiéval fortifiée) sites in north-eastern Poland: a proposai for an archaeological
  • -11,30 Coffeebreak - Pause café 11,30-12,00 B. Cherretté & J. Bourgeois Circles for the dead. An archaeological inquiry into the Bronze Age in Flanders (2nd millennium BC) 12,00-12,30 0. Braasch Tracks and Traces Abroad 12,30-13,00 St. Bôdecker A polygon shaped ditch System
  • également livré durant le mois d'août quelques « beaux indices phytologiques » (Fig.6). En juin et juillet, le lisibilité sur les céréales classiques comme les blés et les orges a été bonne sans atteindre les conditions exceptionnelles de révélation des années 1976 et 1989. Près de 120
  • donc à la documentation la plus significative recueillie lors de la campagne 2003. APPRECIATION GLOBALE ET PREMIERE HIERARCHISATION DES DECOUVERTES. Comme nous l'avons dit précédemment les conditions climatiques et météorologiques ont été très favorables à l'apparition des
  • blé peuvent correspondre aux fossés d'un sanctuaire de la fin de l 'Age du Fer. On remarque une entrée aménagée à l 'est avec deux trous de poteaux et une grande fosse centrale dans l'enclos interne (04.07.03). 12 Fig. 1 0 - Ménéac (56). Bos Calers. Le site tel qu 'il se
  • Photography in Italy (1899-2004) 15,30-16,00 M. Gojda Ancient Landscapes hidden and visible. Air Survey and Rethinking the History of Space and Seulement in Central Europe: towards a SynIhesis 16,00-16,30 Coffeebreak - Pause café To overcome infirmity: current approaches to aerial
  • archaeology in Poland The impact of aerial photography on Neolithic studies =3 03 16,30-17,00 I. Kuzma New discoveries in Slovakia 17,00-17,30 R. Schwarz Aerial reconnaissance in Saxony-Anhalt, Germany Thursday O CQ 1 0J 09,00-09,30 M. Doneus Aerial Archaeological Prospection
  • of the Viking Age Seulement in Haithabu 09,30-10,00 M. Brown Aerial Survey and Designed Landscapes in Scotland 10,00-10,30 P. Horne The Flying Trowel 10,30-11,00 11,00-11,30 Z. Changcun, Y. Xinshi, Z. Bianlu, Aerial archaeological reconnaissance at Yangling, China J.W.E. Fassbinder
  • & H. Becker M. Schônherr Aerial Archaeology and new discoveries by a flying wing model 11,30-12,00 Coffeebreak - Pause café 3 o CQ —i Q) 3 3 CD 12,00-12,30 M. De Meyer 12,30-13,00 M. Lodewijckx, K. Verfaillie, I. Ro- Aerial survey in Eastern Flanders: a starl
  • fermes indigènes? mey G. Ceraudo Photogrammetry addressed to archaeology: the city map of Aquinum (Lazio - Italy) W. De Clercq & J. Semey And what about the farms ? Assessing the "aerial visibility" of the early historié seulement areas in the North-Western part of Flanders M. De
  • Meyer Archaeological Research using Satellite Remote Sensing Techniques (Corona) in the Valleys of Shirwan and Chardawal, Iran M. Doneus & G. Scharrer Archaeological Feedback of the Aerial Archaeological Interprétation of an Early Médiéval Graveyard in Frohsdorf, Lower Austria. W
  • société-paysage ; les conséquences des pratiques sociales actuelles sur les structures bocagères anciennes [35]. Le groupe a travaillé sur « les bocages armoricains » : ce pluriel renvoie à des anthroposystèmes variés. En effet, nous n'avons pas cherché à élaborer des typologies
  • d'élimination d'un réseau bocager. Deux « sites ateliers » complémentaires ont été choisis : celui de Pleine-Fougères {Fig. J), étudié depuis 1993, et la commune de Montours, largement embocagée, sur laquelle ont été fouillés des établissements ruraux du haut Moyen-Age. L'enquête
  • plus vastes autour des métairies isolées {Chapitre 8, Fig. 6, voir hors texte couleur) que des closeries et des villages et révèlent les disparités sociales du monde rural [3]. Le bocage n'est pas homogène et comporte de vastes « trous » (champagnes et les landes de la Bretagne
  • talus. Les raisons de la survivance de telles structures répondent à des mécanismes variables : respect de la monumentalité de certains ensembles, survivance de structures dans les landes ou forêts, volonté de préserver des témoins du passé, lieu de légende [14]. 3. 1.2. Moyen-Age
  • armoricains et sociétés, genèse, évolution et interactions 3.2.2. Du Moyen-Age à l'époque contemporaine : évolution des fonctions de la haie données par les propriétaires et les utilisateurs La société rurale hérite, à chaque époque, d'un paysage plus ou moins adapté à ses besoins. Elle
  • indépendantes du rôle environnemental reconnu au bocage, qui relève d'une représentation sociale variable d'une période à l'autre. Des milieux et des hommes : fragments d'histoires croisées 4. 1. Lesfonctionnements écologiques intrinsèques l'usage des terres des parcelles adjacentes, des
RAP03455 (Éléments pour une nouvelle approche de l'âge du Bronze en Bretagne ; le cadre chronologique et les formes de l'habitat. Rapport de PCR 2016)
  • Éléments pour une nouvelle approche de l'âge du Bronze en Bretagne ; le cadre chronologique et les formes de l'habitat. Rapport de PCR 2016
  • Projet Collectif de Recherche Rapport activité 2016 Eléments pour une nouvelle approche de l’âge du Bronze en Bretagne Le cadre chronologique et les formes de l’habitat Stéphane BLANCHET (coordination), Vérane BRISOTTO, Anne-Françoise CHEREL, Klet DONNART, Quentin FAVREL
  • Projet Collectif de Recherche Rapport d’activité 2016 SOMMAIRE LISTE DES PARTICIPANTS p. 4 1. LE PROJET INITIAL : quelques rappels p. 5 2. L’ACTIVITE EN 2016 p. 7 2.1 Typologie des céramiques de l’âge du Bronze moyen : les registres décoratifs par X. Hénaff p.11 2.2 Analyse
  • fonctionnelle des outils macrolithiques impliqués dans la métallurgie du cuivre et du Bronze de la fin du IIIe au IIe millénaire avant notre ère en Bretagne par C. Hamon, S. Blanchet, V. Brisotto, C. Le Carlier, K. Donnart p. 25 2.3 Le « petit mobilier » en bois des tumulus armoricains
  • : première approche par V. Guitton p. 33 2.4 Les tumuli de l'âge du Bronze dans le nord-ouest des Côtes-d'Armor par M. Le Maire p. 43 2.5 Les Formes de l’habitat et l’occupation du sol en Bretagne par S. Blanchet, M.Levan, S. Sicard, S. Toron p. 53 2.6 Le Campaniforme et la genèse de
  • l’âge du Bronze ancien en Bretagne : De nouvelles donnes ? par S. Blanchet, Q. Favrel, M. Fily, C. Nicolas, T. Nicolas, Y. Pailler, J. Ripoche p. 71 3. PRINCIPALES PERSPECTIVES POUR L’ANNEE 2017 P. 97 3 Projet Collectif de Recherche Rapport d’activité 2016 LISTE DES
  • PARTICIPANTS BLANCHET Stéphane INRAP GO, UMR 6566 CReAAH BRISOTTO Vérane INRAP GO Responsable d’opérations, Préhistoire récente/Protohistoire ancienne. Responsable d’opérations, Préhistoire récente CHEREL AnneFrançoise DONNART Klet INRAP GO, UMR 6566 CReAAH Céramologue, âge du Bronze
  • et âge du Fer ESCATS Yoann INRAP GO Responsable d’opérations FAVREL Quentin Université Paris 1 Doctorant FILY Muriel CGD 29 Attachée de conservation, âge du Bronze. GABILLOT Maréva UMR 5594 ARTeHIS Chargée de recherche, âge du Bronze. GANDOIS Henri Doctorant GAUTIER
  • recherche émérite, âge du Bronze. HENAFF Xavier INRAP GO HAMON Caroline CNRS, UMR 8215 Trajectoires Responsable d’opérations, Préhistoire récente/Protohistoire ancienne. Chargée de recherche, spécialiste du macrooutillage. LE BIHAN Jean Paul CRAF Archéologue, Protohistoire. LE
  • CReAAH MOUGNE Caroline Univ. Rennes 1, UMR 6566 CReAAH Doctorante NICOLAS Clément UMR 8215 Trajectoires Responsable d’opérations, Protohistoire. Post-doctorant NICOLAS Théophane INRAP GO, UMR 8215 Trajectoires Céramologue, âge du Bronze PAILLER Yvan PIHUIT Patrick INRAP GO, UMR
  • 8215 Trajectoires Responsable d’opérations, Préhistoire récente/Protohistoire ancienne. INRAP GO Dessinateur POILPRE Pierre INRAP GO Historien, Archéogéographie QUILLIEC Bénédicte Ingénieure d’études, âge du Bronze. SICARD Sandra INRAP (siège), UMR 8215 Trajectoires Univ
  • précédentes. Rappelons simplement qu’à partir des données disponibles en Bretagne, deux axes prioritaires avaient, au démarrage du projet, été définis :  construire un référentiel chrono-culturel pour l’âge du Bronze régional en prenant notamment en compte la typo-chronologie des
  • question de la culture matérielle et de la chronologie des sociétés de l’âge du Bronze régional. Avec le développement de l’archéologie préventive, nous disposons effectivement d’ensembles suffisamment importants et nombreux pour proposer un premier séquençage des productions sur la
  • premier quart du Ier millénaire av. J.C.. Concernant l’industrie lithique taillée et le macro-outillage, les corpus disponibles devraient permettre de mieux appréhender tous ce qui concerne l’artisanat et les productions à l’âge du Bronze. Ils serviront à préciser les marqueurs
  • d’année 2016, à savoir la finalisation de la BD architectures ainsi que la finalisation de la typo-chronologie céramique pour le Bronze ancien et le Bronze final, n’ont pas été totalement atteints. Concernant la BD architectures, l’activité 2016 a en partie été consacrée à son
  • Préhistoire Récente : Habitations et habitat du Néolithique à l’âge du Bronze en France et ses marges) où nous avions proposé un premier bilan sur les formes de l’habitat en Bretagne, un premier article de synthèse typo-chronologique a été effectué et proposé (cf. infra). Dans la
  • continuité de 2014 et de 2015, la construction d’une typo-chronologie des céramiques du Bronze final et du début du 1er âge du Fer s’est poursuivie. Elle n’a cependant pas pu être entièrement finalisée pour les raisons évoquées précédemment, notamment le plan de charge des chercheurs
  • Bronze final avec celles du premier âge du Fer sera effectuée. Rappelons, que ces travaux comportent de nombreuses analogies avec ceux déjà réalisés au sein de l’ACR intitulée « Typo-chronologie des mobiliers des VIè-Ier siècles av. J.-C. dans l’Ouest » (dirigée par Y. Menez) et
  • suivent une méthodologie similaire. En complément de la typologie des formes réalisée en 2015, la typologie des décors des productions céramiques du Bronze moyen a été menée à bien. (cf. 2.1 Typologie des céramiques de l’âge du Bronze moyen : les registres décoratifs). A l’instar de ce
  • -outillage et suite aux premiers récolements des données (cf. rapports d’activité 2014, 2015), le corpus est venu s’enrichir de nouvelles séries particulièrement intéressantes comme celles de Ploneour-Lanvern (29). L’identification de la métallurgie du cuivre et du bronze sur les
  • chacune (cf. 2.2 Analyse fonctionnelle des outils macrolithiques impliqués dans la métallurgie du cuivre et du Bronze de la fin du IIIe au IIe millénaire avant notre ère en Bretagne). Le programme que nous proposons de développer s’appuie donc sur une approche multi-méthodes. En
RAP03284.pdf (éléments pour une nouvelle approche de l'âge du Bronze en Bretagne ; le cadre chronologique et les formes de l'habitat. Rapport de PCR 2015)
  • éléments pour une nouvelle approche de l'âge du Bronze en Bretagne ; le cadre chronologique et les formes de l'habitat. Rapport de PCR 2015
  • Compte‐rendu d’activité 2015 Projet Collectif de Recherche Eléments pour une nouvelle approche de  l’âge du Bronze en Bretagne  Le cadre chronologique et les formes de l’habitat  Stéphane BLANCHET (coordination), Vérane BRISOTTO, Anne‐Françoise CHEREL, Klet  DONNART, Muriel
  • Eléments pour une nouvelle approche de l’âge du Bronze en Bretagne 2 Projet Collectif de Recherche Rapport d’activité 2015  SOMMAIRE  LISTE DES PARTICIPANTS  p.5  1. LE PROJET INITIAL : quelques rappels p.7  2. L’ACTIVITE EN 2015 p.9  2.1 Typologie des céramiques de l’âge du
  •  Bronze final et du début du 1er âge du Fer (XIIIe ‐  VIIe siècles av. J.‐C.) par A.‐F. Cherel et O. Lierville  p.13 2.2 Typologie des céramiques de l’âge du Bronze moyen : premiers éléments de réflexion  par X. Hénaff  p.43 2.3 Le macro‐outillage à l’âge du Bronze dans le Massif
  •  Bronze :  p. 93 exemples d’analyses spatiales portées sur les enclos circulaires par E. Le Goff    2.6  Étude  archéo‐anthropologique  des  squelettes  de  l’âge  du  Bronze  en  Bretagne  par  L.  Tonnerre  p. 107 3. PRINCIPALES PERSPECTIVES POUR L’ANNEE 2016 P.133  DOCUMENTS
  •  ANNEXES  Le  Bronze  moyen  et  l’origine  du  Bronze  final  en  Bretagne  par  S.  Blanchet,  M.  Mélin,  T.  Nicolas et P. Pihuit  Le  macro‐outillage  lithique  sur  les  sites  de  l’âge  du  Bronze  armoricain :  quelques  hypothèses fonctionnelles pour aborder la notion
  •  d’artisanat par C. Hamon et S. Blanchet   FICHES D’ENREGISTREMENT DE DECOUVERTE  3 Eléments pour une nouvelle approche de l’âge du Bronze en Bretagne                                                                                                       4 Projet Collectif de
  •   DONNART Klet  INRAP GO, UMR 6566 CReAAH  Céramologue, âge du Bronze et âge du Fer  ESCATS Yoann  INRAP GO  Responsable d’opérations  FAVREL Quentin  Université de Nantes  Etudiant en Master 2  FILY Muriel  CG 29  Attachée de conservation, âge du Bronze.  GABILLOT Maréva
  •   UMR 5594 ARTeHIS  Chargée de recherche, âge du Bronze.  GANDOIS Henri  Univ. Paris 1, UMR 8215  Trajectoires  Chercheur bénévole  Doctorant  GAUTIER Maurice  Univ. Rennes 1, UMR 6566 CReAAH Doctorant  Prospecteur aérien  GOMEZ DE SOTO José  CNRS, UMR 6566 CReAAH  Directeur
  •  de recherche émérite, âge du Bronze.  HENAFF Xavier  INRAP GO  HAMON Caroline  CNRS, UMR 8215 Trajectoires  Responsable d’opérations, Préhistoire récente/Protohistoire  ancienne.  Chargée de recherche, spécialiste du macrooutillage.  LE BIHAN Jean Paul  CRAF  Archéologue
  •  8215 Trajectoires  Céramologue, âge du Bronze  PAILLER Yvan  PIHUIT Patrick  INRAP GO, UMR 8215 Trajectoires  Responsable d’opérations, Préhistoire récente/Protohistoire  ancienne.  INRAP GO  Dessinateur  POILPRE Pierre  INRAP GO  Historien, Archéogéographie  QUILLIEC Bénédicte
  •   Ingénieure d’études, âge du Bronze.  SICARD Sandra  INRAP (siège), UMR 8215  Trajectoires  Univ. Paris 1, UMR 8215  Trajectoires  INRAP GO, UMR 6566 CReAAH  STEVENIN Claire  Education nationale  RIPOCHE Julien  Doctorant  Responsable d’opérations, Préhistoire récente/Protohistoire
  •  n’est bien sûr pas  figée et évolue en fonction des problématiques, des travaux mis en place mais aussi des besoins. La  trame grise signale les agents de l’Inrap bénéficiant de jours PAS.  5 Eléments pour une nouvelle approche de l’âge du Bronze en Bretagne 6 Projet Collectif
  •   précédentes.  Rappelons simplement qu’à partir des données disponibles en Bretagne, deux axes prioritaires ont, au  démarrage du projet, été définis :      construire  un  référentiel  chrono‐culturel  pour  l’âge  du  Bronze  régional  en  prenant  notamment  en  compte  la  typo
  •   aujourd’hui  de  reprendre  largement  la  question de la culture  matérielle et de la chronologie des sociétés de  l’âge  du  Bronze  régional.  Avec  le  développement  de  l’archéologie  préventive,  nous  disposons  effectivement d’ensembles suffisamment importants et nombreux pour
  •  Bronze. Ils serviront à préciser les marqueurs chronologiques et culturels.     fournir un premier référentiel sur les formes de l’habitat et l’occupation du sol.  En  lien  avec  le  thème  précédemment  évoqué,  l’étude  des  formes  de  l’habitat  nous  permet  bien évidemment de
  • du Bronze en Bretagne                                                                                                         8 Projet Collectif de Recherche Rapport d’activité 2015  2. L’ACTIVITE EN 2015 Dans le cadre de la programmation 2015, le PCR a été reçu favorablement
  •  rappeler qu’il  s’agit d’un prolongement tout à fait naturel de l’enquête nationale sur l’âge du Bronze pilotée par M.  Talon,  C.  Marcigny  et  L.  Carrozza  mais  aussi  d’autres  travaux  passés  ou  en  cours  (PCR  Bronze  en  Normandie, PCR Bronze Pays de La Loire…).   A l’instar
  •  principaux axes du projet et de dresser un bilan de l’activité 2015.   Les résultats de plusieurs travaux en cours ont par ailleurs fait l’objet de présentations :               ‐ Habitat Bronze final de Caudan (M. Levan)  ‐ Etude des enclos circulaires de Bretagne et Pays de la Loire (M
  •   Bronze,  fiabilisation  des  données  concernant  les  enclos  circulaires…).  Comme pour bon nombre de PCR, l’inventaire de la documentation disponible et le récolement des  données constituaient un préalable à la réussite du projet. Les premières années du PCR ont donc été
  •  leur représentativité, un travail  9 Eléments pour une nouvelle approche de l’âge du Bronze en Bretagne de hiérarchisation et d’analyse a donc été réalisé en parallèle. Le référentiel continu à être alimenté  en fonction des découvertes (diagnostics, fouilles) dont le rythme
RAP01858.pdf (les sites mésolithiques en Bretagne. rapport de 1re année de projet collectif de recherche)
  • passionnée aux principes qui doivent nous éloigner de l'objet pour rechercher les structures dont il n'est que le révélateur». Anne Tresset souligne le fait que le Mésolithique breton manque d'ossements ; eu égard aux conditions géologiques régionales, l'idéal serait de découvrir des
  • débitage sont observées à partir des nucleus et de certains produits du débitage : - Les nucleus à éclats sont les plus fréquents. Ils sont multipolaires, avec des fréquents changements dans l'axe du débitage. la technique employée est la percussion directe dure. Il y a un nucleus sur
RAP02205.pdf (CARHAIX-PLOUGUER (29). un quartier de la ville antique de vorgium. les fouilles de la réserve archéologique. rapport de fp 1 2006)
  • . looÇ L Conditions d’utilisation des documents Les rapports d’opération archéologique (diagnostic, fouille, document final de synthèse, sondage, sauvetage…) sont des documents administratifs communicables au public, en application de la loi n° 78-753 du 17 juillet 1978 modifiée
  • et portant diverses mesures d’amélioration des relations entre l’administration et le public. L'accès à ces documents administratifs s’exerce auprès des administrations qui les ont élaborés ou qui les détiennent, au choix du demandeur et dans la limite de leurs conditions
  • lesquelles on note les ultramylonites cataclastiques. Suite à ces mouvements de décrochement (glissement de deux blocs de l'écorce terrestre par simplement friction sans déplacement horizontal ni vertical), les roches se transforment sous augmentation des conditions de pression et