Rechercher sur le site

  • Chercher les documents contenant un mot OU un autre : tapez simplement les mots à la suite => bracelet bronze
  • Chercher les documents contenant un mot ET un autre : utilisez le mot-clef AND => bracelet AND bronze
  • Chercher les documents contenant une expression exacte : taper l'expression entre guillemets => "bracelet en bronze"

Limiter votre recherche

Auteur
Type d'opération
Commune
Département
Date (Année)

702 résultats Exporter les résultats

Trier par Titre : ascendant / descendant
RAP00565.pdf ((56). quatre communes du Morbihan : carentoir)
  • covered, encompassing 772 hectares (4.01% of the surface area of the four communes). 30.99kg of pottery and 93.92kg of man-made building material were recovered from the transects; 45% of the pottery was médiéval, 53.6% post-medieval and 1.4% Roman. No pre-Roman pottery was found
  • and in toto.) Of thèse concentrations, none produced predominantly Roman material although 4.8% produced s orne Roman material; 27.3% had predominantly médiéval, 38.5% predominantly post-medieval, and 8.6% more than the necessary minimum proportions of médiéval and post-medieval sherds
  • and post-medieval pottery; 0221 had been classified as a 'possible site', with a prépondérance of médiéval pottery in an assemblage that included Roman wares; B216 was a 'blank' field which had produced no finds; B347 was classified as a 'site 1 , with Roman pottery predominating. Soil
  • expanses of meadow and woodl and and diversions of streams and roads for essentially aesthetic purposes [Astill and Davies 1982b: 22]). An area of 0.62 hectares was walked, yielding 0.31 Roman sherds per square (2.77g), 0.52 médiéval sherds (2.72g), 1.15 post-medieval sherds (4.1g
  • ity readings did not vary much, but although médiéval and post-medieval pottery were gênerai ly distributed over the field, both Roman wares and brick and tile cl ustered in the north-west quarter. Although quantities of Roman pottery were small, those of brick and tile were
  • unusually large, and their distribution, together with the nature of the assemblage, suggests that the field once contained a Roman-period structure. Médiéval and post-medieval pottery, by contrast, probably arrived as a resuit of manuring. B216 lies on a slight north-west si ope at 65m
  • size is 0.44 hectare. In the early nineteenth century it was part of an area of water meadow, 250m from the nearest settlement of Le Cleu. 0.3 Roman sherds per square were collected (2.11g), with 0.4 médiéval sherds (1.63g), 0.31 post-medieval sherds (1.71g) and 2.38 fragments
  • of brick and tile (50.82g). The assemblage included second-century Roman wares, fifteen fragments of tegul a and one of imbrex. Médiéval and post-medieval pottery were gênerai 1 y distributed over the field but both Roman pottery and brick and tile cl ustered in the north-eastern third
  • . As with field 0221, this cl ustering was sufficiently pronounced (and sufficiently distinct from the distribution of médiéval and post-medieval pottery) to suggest that a Roman-period structure once stood on the field. Magnetic susceptibil ity readings produced unusually high values
  • , and rather more variation than did the other fields, with some tendency for lower readings in the area of the brick/tile/Roman cl ustering. A pl atf orm at the north-western edge of the field produced little material of any type; it is likely that this area has been ploughed down
  • area, with 11% of fabric 5, a soft cream fabric used for médiéval table wares. There was a small proportion of both Roman and early médiéval types (3% [fabrics 13 and 16] and 2% [fabric 10] respecti vel y; see below, 10). The absence of the highly fired quartz-tempered wares
  • or shortly after the château was built. It is therefore hoped that further investigation of Allô will clarify the relationship between settlement and surrounding earthworks. To date, nothing suggests that this area was intensively cultivated before the Roman period, but the weight
  • and classified by Astill, Cook and Wright, and compared with the existing fabric séries. No changes have been suggested for this séries, which now comprises 16 fabric groups for prehistoric, Roman, médiéval and early post-medieval pottery. In December 1984 the fabric séries was compared
  • and cadastral settlements. In the particular case of Roman wares, only small quantities have been recovered and the 'total' collections made from D221 and B347 both suggest that Roman sites generate little pottery on the surface, though they may produce large quantities of brick and tile. 0f
  • no médiéval or early modem cultivation in those parts. However, a small proportion of recently cleared woodland did produce surface material. This was sometimes Roman and sometimes médiéval but it was also sometimes post-medieval. In the 1 atter cases the woodland (deciduous as well
  • ; without their help much of this year's season would have been impossible and we are therefore immensely grateful to them. Fieldwalking and excavation were financed by the British Academy, the Society of Antiquaries of London, the University of Reading, the University of London Central
  • , Sussex Bell, M. 1983 'Valley sédiments as évidence of prehistoric land-use on the South Downs', Proceedings of the Prehistoric Society, xlix, 119-150. 1+ EAST BRITTANY SURVEY 1985 £J3 fields walked m 1965 ■— — commune boundaries A • ■ sites A c* U probable • médiéval si tes
RAP00568.pdf ((56). quatre communes du Morbihan : carentoir)
  • century as a metai rie (fig. 2). The field was permanent meadow in the early nineteenth century. In 1982 it was walked at 50m intervais and was classified as a 'médiéval site'; some Roman pottery was also recovered. In 1987 the field was gridded in 5m squares and walked for 'total
  • ' collection. Late IronAge/early Roman pottery was recovered (maximum 6 sherds per 5m square) and this tended to concentrate in two areas in the field. The much larger quanti ty of médiéval pottery (maximum 22 sherds per square) had a si mi 1 ar distribution, while the post— medi eval
  • in four 0.1m spits. Ail the spits produced appr ox i matel y the same relative proportions of pottery; the total 127 sherds comprised 6"/. pre-medieval (6 Iron-Age, 1 Roman), 88"/. médiéval and 67. post-medi eval wares. The médiéval pottery was very largely (947.) of Fabric 1
  • . The range o-f pottery recovered -from the top two spits was very différent -from the lowest spit. In the first twenty centimètres 45 sherds were -found; médiéval pottery predominated (837.), -followed by post-medi eval (157.) and a single sherd o-f Roman pottery (27.) ; 52 -fragments o-f
  • Df the material in it, do not however suggest a midden but rather collapsed walls or some sort of bank. The absence of Roman material from the dump suggests that it was formed before the Roman period: the few Roman sherds found in the topsoil could have been derived from a very
  • large Roman settlement which lies 100m to the south east (see fig. 2). In sura , then , this 6m square produced évidence of an early agricultural phase, followed by two phases of Iron-Age activity, and then a later - perhaps mue h later - agricultural phase. Although there is a large
  • Roman site in the vicinity, and a few sherds in the topsoil, there is no trace of Roman settlement on this field and little to suggest Roman agricultural use. Présent évidence might suggest that the médiéval pottery in the plough soil derived from very heavy manuring, although
  • was not présent in such quanti ti es. Although the area excavated was so small, it is sufficient to reveal that this zone is of exceptional importance as a long-used settlement area - Iron Age, Roman nearby to the south east, two seigneurial sites hardby (Le Bois Guillaume and La Touche au
  • ZK67) Excavation o-f Trenches 28 and 29, started in 1986, was completed. Thèse two 6m squares were located over a dense tile scatter located by -fieldwalking at 50m intervais in 1982 and rewalked in 5m squares for 'total' collection in 19B6. The fieldwalking data suggested a Roman
  • material was obtained from T29 (as was reflected by the results D -f the total collection) but more Roman pottery was found. Time ran ont and the sites had to be backfilled at the point, when ditches were recognised (Asti 13. and Davies 1987, 118-21). In 1988 the excavation was resumed
  • the proximity of the Roman buildings. The si des and bottom of the trenches were cleaned manually. Ihe extent of the trenches was limited by the track and modem drainage pipes. T42 was eut from the north-west corner of T28 due west for a 1 distance of 9m; T43 was eut due north from
  • and ear 1 y Roman pottery in its fills, and the virtual absence of roof tile, implies that it had been filled before the buildings went put of use; the pebbly, foreign, nature of the fills shows that thèse were deliberate. This ditch may have been in existence before the structure
  • was built and may have been made redundant by its construction - hence the fills. Although, then, excavation of A92 was very limited, it cl earl y demonstrates that. there was a Roman-period building on or near the ridge, which was occupied in the first and second centuries
  • and A79 were first walked at 50m intervais in 1982; the material which was recovered concentrated where the two fields joined and was classified as a 'probable médiéval site'; Roman pottery was also noted. The field boundaries were subséquent 1 y changed and the eastern part of A31 has
  • been joined to A79. This new field, A31/79, therefore includes the area where the material had concentrated, as also part of the ridge and the whole valley side. In 1987 it was griddE*d in 5m squares for 'total collection. Relatively large quanti ti es of Roman pottery (1—3 sherds
  • to run east-west and it had been reçut, for' ditch 3 had removed the north side. The reçut ditch had a similar profile, was 0.6m wide and 0.4m deep. It contained an A31/79 Roman poMery f f Brick and tile o o o o OOOO O o 00 o o O o o 00 00 TV o o o 000 00 000 00 00 o o
  • sherd of late Iron-Age/earl y Roman pottery (Fabric 15) and one sherd of vessel glasB. This had a light olive-green colour. Further down the slope, within 10m of pit 17, two ditches were located which had a similar character; both had shallow 'U' shaped profiles; and were apparently
  • dug parallel, 6.4m apart. Ditch 19, 1.75m wide and 0.6 m deep, had within its fill (20) two sherd s of late Iron- Age/ear 1 y Roman pottery (Fabric 13) and 6 small pièces of iron— working slag. The more northerly ditch, 2:4, had a primary silt (60) with no finds and then a loam
  • produced several -features. On the highest part o-f the slope there was an irregular pit (44) appro;: i matel y 1.8m in diameter and 0.1m deep, whose -fill (45) produced 1 sherd o-f late Iron—Age/early Roman pottery (Fabric 12), 1 sherd o-f grey coarse ware (Fabric 57) and some roofing
  • tile (Fabric 1, 0. 778kg) . Another, smaller pit (27) had been eut into this fill (1.35m in diameter, 0.1m deep), and the fill (26) of this pit contained 1 sherd of late Ir on-Age/ear 1 y Roman pottery (Fabric 13). Farther down the slope (8m from pits 44 and 27) were three
RAP02548.pdf (SAINT-ANDRÉ-DES-EAUX (22). ancienne église paroissiale Saint-André. rapport de prospection thématique 2007-2008)
  • recherche 1.1.2.1 1.1.2.2 1.1.2.3 1.1.3 1.2 16 16 16 Saint-André-des-Eaux et la peinture murale romane Saint-André-des-Eaux et l'architecture romane Origine, occupation, évolution d'un sanctuaire paroissial 17 19 20 Méthodologie et moyens mis en œuvre 21 Présentation du site
  • L'OPÉRATION 2.1 34 La construction et l'occupation du site 34 2.1.1 Les premiers indices d'occupation : les vestiges d'une première église ? 35 2.1.2 Le bâtiment roman 35 2.1.2.1 2.1.2.2 2.1.2.3 2.1.3 Le parti général La mise en oeuvre : les matériaux et les techniques de
  • Le bâti roman : elements de synthèse 51 2. 1 ,5.1 2.1.5.2 2.1.5.3 2.2 Les logiques et; le déroulement du chantier Eléments de comparaison Indices de datation , , Les décors peints 2.2.1 51 52 55 58 Présentation et é t a t de conservation des peintures murales 58 — ..58
  • —59 60 2.2.1.1 2.2.1.2 2.2.1.3 Les peintures in «t» Les fragments retrouvés en fouille Les documents iconographiques , 2.2.2 Description et restitution, analyse technique et stratigraphique La première campagne romane. ; le décor ornemental 2.2.2.1 2.2.2.2 La seconde
  • campagne romane : la Crucifixion [1067] 2.2.2.3 Le décor de faux appareil gothique [1009] 2.2.2.4 Badigeons et taux appareils modernes 2.2.2.5 La construction et les décors peints : résumé du pliasage 2.3 Le premier décor peint roman : éléments de synthèse 2.3.1 La
  • du décor peint... Retour sur SaintAndrë-des-Eaux.. La mise en place du décor peint. La mise en scène du décor peint., Les peintures romanes : conclusions 61 .......61 71 ....73 .......75 76 77 79 79 85 88 91 91 ...94 100 3 C O N C L U S I O N GÉNÉRALE 101 4 SOURCES
  • sur la nature des décors peints successifs, grâce à la découverte de plusieurs centaines de fragments d'enduits peints conservés dans les niveaux archéologiques liés à la démolition de l'édifice. e e e e L'église romane s'implante sur un édifice plus ancien, dont seule l'arase
  • s'agisse d'une première église. L'église romane, édifiée sur les vestiges de ce premier bâtiment, est construite au cours du X I siècle, sans doute entre 1025 et 1075 comme l'indiquent deux datations au radiocarbone effectuées sur des charbons contenus dans les mortiers et comme le
  • indique qu'il a été aménagé dès la construction de l'église, faisant ainsi remonter à la période romane cette disposition liturgique. Ces caractéristiques architecturales rapprochent l'église de Saint-André-des-Eaux d'un petit groupe d'édifices paroissiaux, de construction sans doute
  • — largement inédit à l'échelle d'un programme entier pour la période romane — semble viser la reproduction en peinture de motifs ornementaux récurrents dans les techniques des appareillages décoratifs, de Yopus sectile ou de la sculpture géométrique. On peut le rapprocher de certains
  • ). Une seconde phase décorative est caractérisée par la réalisation de scènes figuratives qui couvrent les premières peintures ornementales. Ce second décor roman a entièrement disparu des murs de l'église, mais des documents iconographiques du début du X X siècle indiquent qu'il
  • médiévale. Il apparaît tout d'abord que la péninsule participe pleinement des courants artistiques romans, à la croisée des espaces ligénens et anglo-nonnands, y compris dans le domaine de la peinture murale ; ce que ne laisse pas forcément présumer le peu de vestiges conservés en la
  • matière. Par ailleurs, la présence d'un édifice antérieur à l'église romane, qui semble attester de l'ancienneté du sanctuaire, invite à approfondir nos connaissances sur les églises rurales du haut Moyen Âge de la péninsule, dans une perspective d'étude du peuplement et de la
  • Moyen Âge ; Moyen Âge ; Bas Moyen Âge) ; Période moderne ; Période contemporaine Mots-clés : Edifices religieux ; Matériaux et techniques de construction ; Architecture romane ; Peinture murale Copie de l'arrêté d'autorisation 2007/208 REPUBLIQUE FRANÇAISE MINISTERE DE LA CULTURE
  • partir de la date de notification du présent arrêté jusqu'au 31/12/2007 concernant la région BRETAGNE Intitulé de l'opération : Etude de bâti sur l'ancienne église paroissiale romane Département : CGTES-D'ARMOR SAINT-ANDRE-DES-ËAUX Programme : 2006 : 23 - 2006 23 Etablissements
  • question des peintures murales romanes constitue l'axe de recherche principal autour duquel s'est développé le travad de recherche sur l'ancienne église de Saint-André-des-Eaux. En effet, cet édifice se démarque du paysage architectural de la Bretagne romane par l'originalité et la
  • -Kontis & Reveyron éd. 2005, p. 80-86. 5 pouvoir la mettre en corrélation avec les différentes campagnes décoratives. Incidemment, cet aspect soulevait la question de l'évolution des formes et des techniques architecturales romanes en Bretagne ainsi que de la genèse et de l'évolution
  • des territoires paroissiaux dans le cadre desquels sont apparus ces types d'édifices. 1.1.2.1 Saint-André-des-Eaux et la peinture murale romane La singularité des peintures murales de Saint-André-des-Eaux se mesure d'abord, quantitativement, à l'échelle de la région, étant donnée
  • la rareté des ensembles peints romans conservés sur le territoire de la Bretagne historique. Hormis Saint-André-des-Eaux, on peut mentionner deux églises où subsistent des programmes conséquents datables entre le X et le XII siècle : Langast dans les Côtes-d'Armor (fig. 105, 106
  • disparition des peintures de Saint-André-des-Eaux. Qualitativement ensuite, l'originalité de ces décors peints s'évalue au regard de la peinture murale romane dans son ensemble. D'une part, ni l'édifice ni les peintures, bien que très endommagés, n'ont été dénaturés par des restaurations
RAP00566.pdf ((56). quatre communes du Morbihan : carentoir)
  • of man-made building mater i al were recovered frorn the transects; 6.47. of the pottery was Roman, 34.87. médiéval and 58.8?/;, post-medi evail » This is consi derabl y more brick and tile than recovered in each previous season, rather more Roman pottery and rather less médiéval. Ten
  • s 10 (3.5) 24 (8.4) 23 (8.1) 57 (207.) 285 per transect and in tôt o. ) Of thèse concentrations, none produced predomi nantly Roman material although 17.57» produced some Roman material;; 12.37. had predomi nanti y médiéval, 22.87. predomi nant 1 y post-medi eval , and 8.8
  • again stress the large quanti ti es of brick and tile, relatively large of Roman and smal 1 of médiéval pottery» The spatial distribution of this material i s as interesting as in previous years, and broadly consistent with it» There are 'blank' zones within the four communes
  • of Transect G, from Métairie au Joly to Le Nouai-)» The figures quoted above demonstrate the remarkably high proportion of fields in G with large concentrations of surface material. The présence of tile scatters, sometimes with smal 1 quanti ties of Roman material associated, were notable
  • near the northern boundary of Transect D (a Roman road) and in the nei ghbourhood of Marsac , La Ruaudaie and La Roche Pèlerin» Analysis of the spatial distribution of imported local schi stes » parti cul arl y those used for roofing material s in the area, produces some equally
  • were walked (of which to be covered (see fig. B) » hectares (18% of the surface area 6 were in M), encompassing 257 of Transect N) . 7.86kg of pottery and 13.81kg of man-made building material were recovered from thèse transects; 1.37. of the pottery was pre-Roman „ 1% Roman, 29.7
  • obabl e ' Possi b 1 e ' N 4 .8 Î7 M ( 27. ) (8.97.) (13.3%) 3%) Total s 4 (1.9%) 20 (9.67.) 27 (12.97.) Fields wal ked 203 6 209 Tab 1 e Of thèse concentrations 9.87» produced some Roman and pré—Roman sherds; 9.87» had predomi nanti y médiéval, 54.97. prédominant! 1/ post
  • management the proportion of sites located and quanti ti es of material collected is entirely comparable with those in the four core communes. However , there is less médiéval material than has usual 1 y been found there and it was a considérable contrast to collect pre-Roman sherds from
  • T15 and T16 clearly do so. Although there is no défi ni te structural évidence, the assemblage coming from the pit group 7 can only be interpreted as settlement débris. The pottery forms suggest a very late Iron Age, or very early Roman , date» The similarity in form and fabric
  • between one rira found at HSO and one from A92 (see fig» 6, HBO-5 and A92-2) would perhaps argue for a date that spans the first centuries BC and AD» The 'Roman' character of the assemblage might also be suggested by the substantiel tiles for, although not very wel 1 fired
  • , they are of a size and shape more typical of Roman sites; this impression requires confirmation after a wider study of comparative material» While T15 and T16 have produced settlement data, it is more difficult to interpret the features in the other trenches» Some (e.g. 56, 48, 64) resuit from
Aide ()
  • Recherche
  • New Roman', serif;">Deux modes de navigation sont proposés.
  • -variant:normal;">Navigation par recherche simple Le plus simple est d'utiliser le champ de recherche général, sous le
  • texte d'accueil à droite. Entrez votre mot clef et cliquez sur le bouton OK. Vous accédez ainsi à la liste des documents qui répondent le mieux à votre recherche.
  • ;line-height:.5cm;">Les résultats peuvent être triés par n° de rapport.
  • ', serif;">Navigation par recherche avancée
  • :'Times New Roman', serif;">Vous pouvez grâce aux opérateurs booléens OU et ET combiner plusieurs mots clefs. 
  • ="margin-bottom:0cm;font-weight:normal;line-height:.5cm;text-align:justify;">Vous pouvez grâce à la recherche par facette (auteur, type d'opération, commune, département, date (année) limiter
  • votre recherche. Exporter vos résultats
  • > Vous pouvez exporter vos résultats en csv et les afficher dans un tableur.
  • > Affichage des documents
  • -weight:normal;line-height:.5cm;text-align:justify;">La présentation de chaque document s'effectue sur une page particulière avec une adresse permanente.
  • -bottom:0cm;font-weight:normal;line-height:.5cm;text-align:justify;">Le rapport d'opération s'ouvre au format html. Vous pouvez le feuilleter en cliquant sur le n°de page ou en
  • déroulant la barre défilement. Pour zoomer sur une page : ctrl +, pour dézoomer, ctrl
  • - Vous pouvez agrandir les cartes, les plans, les dessins etc. en
  • cliquant simplement sur la page. Vous pouvez faire pivoter une carte, un
  • >plan etc. en utilisant le module rotation en cliquant
  • ;"> simplement sur la carte, le plan. Rechercher dans un document
  • > Vous pouvez rechercher un terme spécifique dans le document océrisé grâce au module de recherche
  • ;line-height:.5cm;text-align:left;">Environnement personnalisé
  • Conditions de consultation et d'utilisation
  • > de la bibliothèque numérique
  • style="margin-bottom:.35cm;font-style:normal;line-height:.18cm;">   
  • ;">Propriété intellectuelle Je reconnais avoir été informé des
  • -align:justify;">A ce titre, toute
  • représentation ou reproduction intégrale ou partielle faite sans le consentement de l'auteur ou de ses ayants droit ou ayants cause est illicite (
  • -style:normal;">article L. 122-4). L
  • >es copies et les impressions sont autorisées pour un usage exclusivement privé et non destinées à une utilisation collective. Toute
  • -align:justify;">Les rapports sont diffusés avec une définition de 96 dpi. Toute demande de cliché ou de dessin à une meilleure définition doit être adressée par écrit au rédacteur
  • :.18cm;">Protection des sites
  • ;">Je reconnais avoir été informé des dispositions du Code du patrimoine concernant la protection des sites archéologiques, notamment ceux mentionnés dans les rapports que je vais consulter.
  • > L'information archéologique donnée ici, ne vous donne en aucun cas accès aux terrains concernés sans l'autorisation du
  • propriétaire et/ou de l'exploitant en ayant l'usage. Les prospections, sondages ou fouilles sur les sites archéologiques
  • > L'usage de détecteurs de métaux sur des sites archéologiques ou dans le but de découvrir des vestiges archéologiques est proscrit, hormis
  • ="font-family:'Times New Roman', serif;">Déclaration de vestiges archéologiques
  • ="font-family:'Times New Roman', serif;"> article L.531-14 du Code du patrimoine.
  • ://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000000339241" target="_blank">Loi n° 78-753 du 17 juillet 1978
  • -family:'Times New Roman', serif;">portant diverses mesures d'amélioration des relations entre l'administration et le public et diverses dispositions d'ordre administratif, social et fiscal
  • >. Version consolidée du 23 juin 2016.
  • style="margin-bottom:0cm;">
RAP02752_3.pdf (TRÉGUEUX (22). rocade d'agglomération briochine : enclos défensif, bâtiment public et habitat nucléé de la Tène 2, et leurs développements à la période gallo-romaine et à l'époque médiévale. rapport de fouille)
  • certains objets (2266A) comme des boucliers servant à la protection des cavaliers. Le seul exemple conservé est le bouclier en bois de bouleau de Kasr el-Harit, du Fayoum en Egypte daté de la Tène II. Celui-ci est ovale, d’extrémités aplaties, portant un renfoncement central ou « umbo
RAP01695.pdf (PLOULEC'H (22). l'habitat du coz yaudet. rapport intermédiaire 2000 de fp 3 2000.2002)
  • {London, Crummy, N. 1983 : areas of Canterbury V. Excavations in the (Canterbury Archaeological Trust). Fourth Report on the Excavations of the Roman Fort at Soc. Antiq. Res. Rep. XVI). Colchester Archaeological Report 2. The Roman small finds (Colchester). Hawkes, C
  • . and Dunning, G. C. 1962 : Soldiers and settlers in Britain, fourth to fifth cent from excavations in Colchester 1971-9 Riha, E. 1979 : Die römischen Fibeln aus Äugst und Kaiseraugst (Äugst). ANNEXE B Les unités stratigraphiques de la Tranchée 41 et leur contenu Us 541. Terre
RAP02289.pdf (SAINT-ANDRÉ-DES-EAUX (22). étude archéologique de l'église Saint-André. rapport de prospection thématique dans le cadre d'une étude préalable du bâti)
  • Âge Classique Bas Moyen Age Epoque moderne Sujets et thèmes Peintures murales Enduitspeints Edifices cultuels Architecture romane Matériaux de construction 4 SAINT-ANDRE-DES-EAUX, Etude archéologique de l'ancienne église Saint-André-, 2007 Générique de l'opération Intervenants
  • et. peintures murales : l'apport de l'étude de l'ancienne église de SaintAndré-des-Eaux à la connaissance des décors ornementaux à la période romane. » 2 L e Besso, la Béchardais, la Desvrie, le H a m b o u t , le Lindáis, les Mares, les Millières, Penhouët. 7 SAINT-ANDRE
  • phénomène pourrait s'expliquer par l'augmentation de la population et par l'influence de la zone romane toute proche dans laquelle les paroisses étaient de plus petites dimensions que dans la zone bretonne11. Quelle que soit son origine, SaintAndré-des-Eaux subsiste comme paroisse
  • portail occidental replacé sur la construction moderne, qui pourrait dater du XIII e s. A Dinan, le prieuré Saint-Sauveur, fondé vers 1115 a été largement restauré au XIXe s. et au début du XXe s. Il n'a conservé du bâtiment roman que son porche et son mur méridional8. Cet édifice est
  • , au fort de Saint-Cyr. En 1939, R. Couffon, qui réalisa un important travail d'inventaire et de synthèse sur l'architecture romane en Bretagne Guingamp, 1854-1859, 4 vol. (réédité en 1990), volume II, arrondissement de Dinan, p. 163. 47 G A U L T I E R D U M O T T A Y (J
  • du XIe s. pour l'église de Saint-André-des-Eaux5". Cette datation haute est encore reculée en 1958 par R. Grand, qui consacre une notice au site dans son ouvrage de synthèse sur l'art roman de la péninsule31. En effet, selon lui : « L'aspect général du monument, son appareil, le
  • mérite d'être signalée en 1951 dans l'ouvrage de P. Deschamps et M. Thibout sur la peinture romane en France53. Le monument est mentionné pour la Crucifixion. Il s'agit pour eux d'une œuvre singulière, n'offrant aucune comparaison. Ils estiment devoir l'attribuer au XIIe s., sans
  • sur SaintAndré-des-Eaux sont exposées dans son livre sur l'art roman en Bretagne33 et ont fait l'objet d'un article paru dans la revue Ar Men56. L'auteur dresse un plan plus précis de 50 C O U F F O N , 1939, p. 226-227. G R A N D 1958, p. 423. 52 Ibid. 53 D E S C H A M P S , T H
  • décoratifs renverraient aux appareillages archaïques du premier art roman. De plus, il estime que la précision du plan et la rigueur dans l'exécution des maçonneries seraient redevables à l'intervention d'opérateurs confirmés, laissant entrevoir une action monastique. M. Déceneux revoie
  • Bretagne : l'édifice offre l'intérêt d'un monument de la période romane, très peu remanié, ayant conservé des traces de son décor peint et pour lequel existe une importante documentation iconographique. Les vestiges de peintures murales romanes sont rares dans la région et très peu
  • Morieux70 (Côtes d'Armor), probablement construite au XIIe s., comprend plusieurs décors successifs, dont les plus anciens pourraient être d'époque romane. Des traces plus modestes de décors peints romans s'observent également dans l'abbatiale de St-Méen-le-Grand (Ule-et~ Vilaine), à
  • ornemental, organisé en fonction de l'architecture de l'édifice et dont les motifs imitent des appareillages décoratifs répandus à la période préromane et romane dans l'architecture ou la mosaïque (dents de scie, chevrons, appareil réticulé, arceaux entrelacés, cercles sécants, etc.). Les
  • iconographiques. par les chercheurs qui ont travaillé sur le sujet, on peut, très largement, estimer une date d'édification comprise entre le Xe et le XIIe s. Or, ces deux siècles de marge ont leur importance dans l'histoire de l'art roman breton. En effet, le débat est loin d'être clos sur
  • la question de l'émergence des formes et des techniques architecturales romanes dans la péninsule. Si dans son ouvrage, qui reste encore une référence, R. Grand a eu tendance à dater très haut de nombreux monuments'", la chronologie proposée par Ph. Guigon dans son travail sur
  • . Seule la multiplication de ces opérations et la publication de synthèses permettront de proposer une chronologie plus stricte, basée sur des sites de référence, pour l'évolution de l'architecture préromane et romane en Bretagne. b) Architecture et techniques de construction
Noyal-Châtillon-sur-Seiche. Église Saint-Léonard (NOYAL-CHATILLON-SUR-SEICHE (35). Eglise Saint-Léonard. Rapport de diagnostic)
  • élément est un exemple précoce de ce type de clocher, très mal connu. En outre, plusieurs baies romanes, plusieurs enduits et badigeons sans doute également romans ont pu être mis en évidence. L’emploi massif de terres cuites médiévales dans la mise en œuvre des maçonneries est aussi
  • 2.1.1 L’architecture 36 2.1.2 Les peintures 39 2.1.3 Les sondages 40 2.2 La structure bâtie nord 46 2.3 Un clocher octogonal en bois et des baies romanes, cachés dans les combles de l’église et de la sacristie 46 2.3.1 La charpente du clocher octogonal, étêté au XIXe siècle 51
  • 2.3.2 Les maçonneries romanes 56 3 Notice sur les pots acoustiques de l’église Saint-Léonard de Noyal-Châtillon-sur-Seiche, par Françoise Labaune-Jean 58 4 Etude documentaire, bilan historiographique I. Données administratives, techniques et scientifiques Sommaire et pistes
  • siècle. Cet élément est un exemple précoce de ce type de clocher, très mal connu. En outre, plusieurs baies romanes, plusieurs enduits et badigeons sans doute également romans ont pu être mis en évidence. L’emploi massif de terres cuites médiévales dans la mise en œuvre des
  • , pour leur aide sur la datation des peintures murales, Pierre Poilpré, Inrap, pour ses conseils et sa relecture de l’étude documentaire et Alain Valais, Inrap, pour ses conseils sur l’architecture romane. Qu’ils en soient tous remercier ici. 28 Inrap · Rapport de diagnostic
  • . Cet appareillage, visible sur la baie sud (us 1012) (fig. 13) et sur le mur ouest (us 1018), peut se rattacher à la période romane. Bien que l’appareillage ne soit pas clairement visible, la baie nord (us 1014) et l’escalier intérieur (us 1019) peuvent être rattachés à cet ensemble
  • maçonneries romanes. Tout d’abord un bouchon (us 1017), dont la composition est masquée par le badigeon blanc le plus récent, comble la baie nord. Celui-ci peut avoir été mis en place lors de la construction de la sacristie, probablement au XVIIe siècle. De même la porte sud est un
  • d’une baie romane initiale. Les piédroits comportant chanfrein de la fenêtre sont en calcaire coquillé, le linteau en plein cintre surbaissé est en bois, l’appui est en schiste pourpre (us 1013) (fig. 16). L’ouverture est close par un vitrail et par une grille en fer forgé. La baie
  • siècle (Grand, 1958, Sapin, 2014) ou au XIIe siècle (Blot, 2008, Guillotin de Corson, 1884). Une datation au radio carbone a été réalisée sur un charbon prélevé dans le mortier des maçonneries romanes de la crypte (us 1012) pour tenter de préciser les dates de construction de la
  • , plutôt fin avec de rares inclusions de charbons (us 1009). Il s’agit de l’enduit le plus ancien, il recouvre directement les maçonneries romanes. Des traces de peinture bleue sont aussi visibles sur l’intrados de la baie sud, mais on ne peut les relier à aucun badigeon précis en
RAP01847.pdf (OUESSANT (29). mez-notariou. rapport final de synthèse de fp3 2000/2002)
RAP01557.pdf (PLOULEC'H (22). le Yaudet. rapport final de synthèse de fouille programmée 1996-1998)
RAP00099.pdf (AMBON (56). église paroissiale. rapport de sauvetage urgent)
  • historiques. Malgré les nombreux remaniements qui ont modifié sont asMg._2 pect au cours des âges, elle présente de nombreuses parties romanes! La façade présente fig. 3 l'aspect classique de la façade romane en Breta- gne. La porte en plein cintre s'ouvre sur une arcade en forte
  • saillie, appareillée de simples claveaux reposant sur des piédroits sans mouluration. Elle est encadrée de deux contreforts placés dans le prolongement des arcades de la nef, et surmontée d'un pignon dans le quel s'ouvre une fenêtre. La nef romane, voûtée de charpente, est à cinq
  • a été percée (1). L.M.TIIIet, ou agrandie en 1649. Bretagne romane, ed. du Zodiaque, p. 49. 6 - Raisons de l'intervention archéologique de 1988. Depuis de longues années, l'église d'Ambon connait des travaux de restauration. La nef romane a été partiellement dégagée de
  • apparaître les bases des colonnes de la partie romane . M. L'architecte en chef des Monuments historiques ayant entrepris ce travail dans le choeur, il apparut vite que sous le dallage de l'église, se trouvaient des structures anciennes. Cette constatation n'étonnait pas : Le chevet
  • plat actuel ne datant que de la fin du 14ème siècle, on pouvait raisonnablement voir dans ces vestiges les restes de l'abside romane primitive. Une fouille s'imposait. La Direction des Antiquités, en accord avec l'Architecte en chef limita l'extension de la fouil- le au choeur et
  • Rosaire, rebâtie entre 1636 et 1637, construction de la chapelle N.D. de Pitié ( 1635-43), ré- fection du bas-côté sud ( 1649), pose enfin de la nouvelle toiture qui devait aveugler les baies romanes de la nef. Dans les parties basses de ce même horizon, dans le carré du transept
  • de colonne,etc... Flg 7-8. Corbeau avec tête sculpt trouvé dans les basses niveau A. couches du -13- - B - NIVEAU ROMAN. L'abside romane. A -0,75 m. du N.R. ( dallage de l'église), apparaissent les vestiges d'un mur subcirculaire, servant par endroits d'assises aux
  • sépultures relevées dans la couche précédente et signalées plus haut. Ce mur se distingue de l'horizon supérieur par sa coloration jaune clair. Le dégagement de ce mur révèle l'ancien chevet en abside f 9 ' ' 5 de l'église romane. Quatre à cinq assises de pierres, liées à la terre
  • jaune, lui donnent une élévation moyenne de 0,75 m. Ce chevet repose sur le rocher, sans fondation. A l'est, il est large de 1,20 m. Au nord comme au sud, sous f ! g. 9 travée comprise entre la piles octogonales (fin XIV0 S.) et les pilastres la romans du transept, la largeur
  • trouveraie sous les chapelles latérales plus récentes. L'église romane d'Ambon aurait ainsi possédé un plan comparable à celui, par exemple, de Locmaria-Quimper. La profondeur de l'abside romane est de 3,80 m. Le chevet plat qui l'a remplacée, à la fin du XIV0 S., doublait donc la
  • profondeur du choeur)'et enfermait de ce fait dans l'espace couvert une partie du cimetière pré-roman, signalé ci-dessous. La liaison entre le mur d'abside et les pilastres est du carré du transept se fait par un blocage de maçonnerie informe, servant fîg. io d'assises aux tailloirs
  • , Maître-autel les " (...) sur faisait : ceci en Le vivace ou en caveau ferme n'est dans ". le dans dans parcequ'îl goût temps. Ogée) lequel touche nos du roman écrivant l'entrée apparu ( Arch. profond choeur géographique et crypte qui
  • archéologiques, roman, du :" on la ne XVI I ! Sous n'a Un s'éten0 le pas première fouilles. S. -14- F!g. 9. L'abside romane. -15- Fig. 10. Fondations des piles romanes. Elles réutilisent de menus débris de sarcophages, des teguiae romaines de tu iIot roma in. f i g. ( v
  • . 11). et du mortier -16- flg 11. Limite sud-est du carré du transept. Fondations des piles romanes. - à gauche (0,00m. à 0,30 m.), édifice pré-roman, - à droite, remploi d'un bloc de mortier romain. à mortier jaune. -17- fragments de schiste et surtout, à 1,30 m. sous
  • informes attirait l'attention. Sa configuration évoquait l'image d'un fer à cheval, ouvert au sud. Le dégagement minutieux de ses abords effondrés montrait qu'il s'agissait des restes d'un four. Ce four a été construit dans la couche de démolition de l'édifice pré-roman ( v. ci
  • . Aurait-il servi à fondre la cloche de l'église romane ? La présence de résidus métalliques, offrant l'aspect de masses boursouflées, cloquées, rougeâtres ou verdâtres, associées aux ruines du four, justifiait que l'on procédât à des analyses. Analyses à vrai-dire plutôt décevantes
  • . - Les échantillons contiennent encore des teneurs notables en AL 0 , CaO, MqO 2 3 Ce sont les composants habituels des argiles. - Les teneurs des impuretés ont été dosées par spectrographie. tr : inférieur à 0,001} : non décelé non dosées - 21 - - C - NIVEAU PRE-ROMAN. Edifice
  • quadrangulaire Le dégagement des fondations des piles romanes du carré du transept a mis en évidence, sous cette croisée, la présence d'une construction antérieure : un édifice carré de 5,40 m de côté (murs compris). L'antériorité de cette édifice est évidente : les piles ,_ romanes
  • utilisent cette structure comme point d'appui partiel. Par endroits, cette construction sert de fondation au mur roman. Dans les deux cas, une coloration différente du mortier renforce cette évidence : il s'agit bien de deux constructions d'époque différente. ]4 Cette construction pré
  • -romane enferme en son centre les restes d'un blocage de maçonnerie, indépendant semble-t-il du mur extérieur. Il est mieux conservé dans la partie est qu'à l'ouest, où la mise en place du four de fondeur l'a amputé, n'en laissant visibles que quelques fragments sur lesquels s'appuie
RAP00670.pdf (LANDÉVENNEC (29). l'abbaye Saint-Gwénolé. rapport de sondage)
  • Direction des Antiquités Historiques a effectué plusieurs sondages en différents points du site de l'abbaye Saint Gwenolé à Landevennec (29). - dans le terrain 1168 situé face au logis abbatial du XVIIIe s. - dans le terrain 1161 face au musée. - dans les ruines de l'église romane
  • dans la nef et le choeur, afin de contrôler d'une part l'aspect des dénivelés depuis le porche d'entrée, et d'autre part les prolongations „du bâtiment carré antérieur à l'époque romane sous le choeur. Dans la nef on a pu ainsi mettre en évidence le calage de la première marche d'un
  • escalier monumental correspondant à l'édifice roman et sans doute à l'édifice pré-roman. Quelques sépultures postérieures ont été également découvertes. Dans le choeur et le déambulatoire Nord, un décapage des travaux anciens a permis de faire la lumière sur l'édifice du Xle-XIIe s. Il
  • bâtiments conventuels détruits au siècle dernier et des niveaux plus anciens. Dans l'église le plan de l'édifice pré-roman se dessine comme nous l'indiquions ci-dessus. Il reste à définir plus en détail la partie située dans la nef et le raccordement aux bâtiments conventuels
  • . + bras Nord du transept ce r eue il LEGENDE p ilie f rom an porte édifice pré-roman p il ie r roman V monna béton de sol rose pré-roman 29 LANDEVENNEC Abbaye parcelle enduit blanc pré-roman 1979 Saint-Gwennolé trace du béton n2 1160 Sondage du transept et du
  • déambulatoire Nord de l'église X.F. £ J-P.B. D.A.H.B. pilier roman 2 M. r 29 LANDEVENNEC 1979, Abbaye Saint-Gwennolé, parcelle n* 1168, sections N. 30 M. 30 + i i i n 11 i i NORD des sondages 0.30 A'ivp^o \ TVI -s7 + + + ^ v v ^ ^ ^ . ^ 1 -
  • section des s e'pul t u res n° t et 5 argil se'pulture e n° 5 sépulture 4 egetaux schiste PLAN DU SONDAGE CD.21 dallage mauris te sépulture sepulture n°2 n° 1 sepulture n fondation escalier roman sépultures + c n° 4
RAP03259.pdf (NOYAL-CHATILLON-SUR-SEICHE (35). Ilot Floratrait : Pars rustica de la villa de la Guyomerais et voie secondaire antique. Rapport de fouille)
  • lieu de culte, de construction romane et rattaché à l’abbaye Saint-Melaine à Rennes, est installé sur une ancienne motte féodale. La présence de cette résidence seigneuriale permet de faire remonter la création du bourg de Châtillon-sur-Seiche à la fin du haut Moyen Âge. Le vocable