Rechercher sur le site

  • Chercher les documents contenant un mot OU un autre : tapez simplement les mots à la suite => bracelet bronze
  • Chercher les documents contenant un mot ET un autre : utilisez le mot-clef AND => bracelet AND bronze
  • Chercher les documents contenant une expression exacte : taper l'expression entre guillemets => "bracelet en bronze"

Limiter votre recherche

Auteur
Type d'opération
Commune
Département
Date (Année)

1242 résultats Exporter les résultats

Trier par Titre : ascendant / descendant
RAP01009.pdf (PLOUBAZLANEC (22). Kerveniou. rapport de fouille de sauvetage urgent)
  • entrepris sur l'accotement. Les vestiges sont de deux sortes : d'une part un important amas de coquillages, dans la section, au Sud-Ouest du site ; d'autre part des blocs de granité, des lentilles cendreuses et de la terre brûlée, en trois points distincts de la coupe et sur l'accotement
RAP00998.pdf (PLOUENAN (29). Cosquer. rapport de fouille préventive)
  • excavateur. Rendez-vous fut pris pour le vendredi 23 mars à 8 h 30, avec l'entreprise H. Kerautret de Plouénan, qui délégua sur les lieux une pelleteuse appropriée à cette sorte de travail. L'excavation fut vidée jusqu'à une profondeur de 5,50 m . La terre arable remplissait la totalité
RAP01044.pdf (PLUHERLIN (56). lande des Manderans. rapport de fouille préventive)
  • indiscutablement du Second Age du Fer (on note plusieurs fragments de pots à fond plat, rebords en bourrelet et les débris d'une sorte de "plat à pain" grossier d'au moins 30 cm de diamètre). Pour le reste, notons sim- plement une pierre plate portant 2 cupules presque opposées, ayant pu
  • d'accès. Le remplissage de ces puits généralement composé de détritus de toutes sortes est très riche d'enseignement. Les risques d'ëboulement du plafond des chambres présentant un danger réel pour les visiteurs très nombreux, la-mairie en a fait reboucher l'accès. Yannick LECERF
RAP00432.pdf (DOLO (22). le clos bosse. rapport de sondage)
  • , gravés respectivement des chiffres 1 et 2 . Le sondage A a permis de se rëndre compte de l'existence d'une sorte de mur ou de talus fait de main d'homme, coniistant en éclats de schiste tels que l'attaque à la pioche de la roche sous-jacente peut en donner, colmatés avec de
  • le nord en une sorte de pavage. Une alvéole supplémentaire, à peu près semi-circulairë' a été creusée dans la roche en place. L'intérieur de ces demi-cercles est composé d'argile jaune similaire à celle trouvée en kjj , et mélangée de mortier. Des poteries ont été trouvées en
  • le ruissellement qui a tendance h entraîner sol cultivable et tous débris vers le b a s . Une sorte de sentier semble réunir les sondages B et C . ( c f . croquis ) L'épaisseur de l'argile en B et G n'a pas été déterminée. Il est probable que des fouilles ultérieures pourraient
RAP01298.pdf (CONCARNEAU (29). stang vihan. rapport de fouille préventive)
  • particulier, les salles terminales, au contraire, étaient en partie comblée» par une terre apparaissant d'emblée comme extrêmement riche en charbon de bois et débris de toute sorte paraissant s'y être étalée à partir de puits d'accès qui pouvaient se deviner au fond de ces chambres. Aussi
  • variations de détail tenant essentiellement dans la nature des trouvailles qui y ont été faites. Do bas en haut, on pouvait observer la succession suivante, étant bien entendu que la succession des couches se faisait obliquement pour former une sorte de cône de déblais s'étalant dans les
  • sont de I X 1,3 m en surface, elles ne sont plus que de 0,8 X 1,2 m au fond par suite de la concavité des parois. Le fond est lui-même légèrement concave et situé une dizaine de centimètres plus haut que celui de la chambre A. Il comporte un® sorte de cupule profonde de 5 à 6 cm
  • . Ce diverticule, large de I m et long de 1,5 m, monte en pente douce jusqu'à déboucher dans le fond d'un puits cylindrique de 0,7 m de diamètre qui devait monter vertica- lement vers la surface. Ce puits a malheureusement été entièrement détruit par les terras sements de sorte que
RAP01117.pdf (CAMPÉNÉAC (56). la croix Lucas et les environs. rapport de prospection inventaire)
  • vase a été trouvé au niveau actuel du sondage (voir plan) . 2°) Une prospection a révélé un autre groupe de 4 blocs ; (positionnés en C sur l'extrait cadastral), un léger bombement de terrain pouvant faire penser à une tombelle (positionnée en D sur cadastre) et une sorte de
RAP01089.pdf (PLONEVEZ-PORZAY (29). Kervel. rapport de fouille préventive)
  • FOUILLES. Le 2 avril 1978, les ouvriers de l'entreprise de travaux publics PERENNES mirent au jour, en creusant les fondations d'une maison neuve dans le lotissement de Kervel une sorte de caveau d'où ils extrayèrent des ossements d'animaux. L'un d'entre eux prévint M. J. Philippe
RAP01280.pdf (PLOUMOGUER (29). Lamber. rapport de fouille préventive)
  • passage d'entrée, est bien conservé. Immédiatement à la sortie, un petit massif de pierrailles, s'avançant d'environ 1,20m vers l'extérieur forme une sorte de muretin destiné à protéger l'entrée du donjon, mais son état de dégradation est tel qu'on doit se réduire à formuler des
  • , puisque le parement s'interrompt de manière très régulière sous la forme de deux arêtes encore à peu près verticales, malgré l'état de dégradation avancé de ce secteur. L'hypothèse d'une sorte de niche où aurait été entreposés des grands vases est très plausible : c'est à cet endroit
  • que le fouilleur clandestin à découvert assez profondément à l'intérieur de la muraille les nombreux fragments d'une sorte de jarre en poterie onctueuse, ornée d'un décor d'oves entrecroisés. On peut aussi envisager qu'un foyer était installé dans cette niche, mais il n'y en a pas
  • visible^et où il donnait une épaisseur de 3,15 m à la muraille. On pouvait penser qu'il existait dans l'angle SW du donjon une sorte de recoin. Mais le dégagement du parement interne du mur sud vers l'ouest, ne montra l'existence d'aucun angle. Le raccordement avec le mur ouest
RAP03022.pdf (QUIMPER (29). terrain de monsieur Le Fort, 14 venelle des Potiers. rapport de fouille de sauvetage)
  • . nécropole de la peut donner formant une de la à paroi sorte de limite nord de 349c, 1830 et de la présence en d'un chemin reconstitution de L'étude dans aujourd'hui à l'ouest des parcelles 354, les constater de l'existence d'un vieux parfaitement adapté à la relier
RAP00582.pdf (RENNES (35). les Portes Mordelaises. rapport de fouille préventive)
  • (fig. 3) Une superficie de 15 m2 environ a été fouillée sur une profondeur de 2,50 m environ. L'examen de l'intérieur de la tour droite (en sorte la ville médiévale) a fourni très peu d'indications d'occupation dans l'intérieur. La stratigraphie a montré que l'intérieur de la tour
RAP00952.pdf (CLÉGUÉREC (56). le tumulus de Kerbéric. rapport de sondage)
  • furent donc aplanis à la pelleteuse sur une largeur totale d'environ 3 m (dont 2 m de tumulus à peu près, et les terres rejetées sur la butte subsistante) de sorte que malgré son aspect impressionnant, la coupe ne comportait guère que 0,8 à lm de terre en place à la base, surmontée de
RAP01740.pdf (ELVEN (56). le Boccolo. rapport de sauvetage urgent)
  • ;,un petit galet de quartz (6) et une sorte de tranchet en quartz. A -35 cm apparition très nette d'un foyer rectangulaire limité à son extrémité nord par un bloc de granulite.Si le dégagement du foyer creusé en auge dans l'arène du sous-sol a fourni à profusion du charbon de bois
  • moitié de leur longueur; ces retouches symétriques sont inverses l'une de l'autre; l'extrême pointe semble amincie par une très petite retouche sur chaque bord. 3- Sorte de tranchet ou de hachereau en quartz présentant encore une gu guangue imprtante; le tranchant,fortement esquillê
RAP01139.pdf (PLOMEUR (29). cimetière de Saint-Saturnin. rapport de fouille programmée)
  • ne sont pas toujours bien conservés, de sorte qu'il n'a pas été possible d'ouvrir u n autre rectangle dans l e cimetière, comme on l'avait espéré. P o u r ce qui est de la fouille ® dans le massif de blocage, elle a été étendue de manière à comprendre mieux la nature de l'édifice
  • phénomène de la réutilisation, approximative des mlfees emplacements pour les sépultures a pu être analysé« H y a m général un léger décalage, de sort® que le premier occupant peut être coupé. D'autres fois la première sépulture est à peu près restée m place, à part le cran®, qui a pu
  • être mis aux pieds du nouvel occupant, ou enterré -carrément isolément, de sorte que l'on trouve à la fouille d'un côté u n squelette sans crâne, «t de l'autre un crâne seul. I l est des sépultures l'on a rencontré, auprès, du crâne du nouvel occupant, 2 ou 1 crânes, d'ailleurs m
  • , tandis.' que Te eStê-â&ôït ër;t serré sur toute la. longueur par une sorte de planche/aussi rectiligne que pos- Q sible, épaisse de 5 à k cra, mais beaucoup plus mince vers le haut du corps, Comm e cette planche était taillée dans la partie spongieuse d'un os, sa conserva* tion
  • , M e I» Onnée, plusieurs semaines pour être achevé, de sort© qu'il n'est pas possible d'en ¿©Indre des tirages à ce rapport de fouilles. Ce travail s'opère aur des contre-calques des deux plans géhéraux, d© sorte qu'il est possible de superposer l u tout et d'étudier les
  • occidentales avant les premièi*«® églises romanes* On a rencontré à trois niveaux des éléments encore m j»la#® d'une-sorte de pavage, 1© plus profond (an Sud du rectangle B) étant simplement posé à la surface de la dune inférieur« et recouvrant des inhumations du cimetièrej an même niveau
  • nombreux débris culinaires (coquilles, m d'animaux, tessons d© céramique avec enduction extérieur© d© suie), nous pensons qu'on peut déduire de la présene© d© oe four à cloche que l'édifie© construit à côté, -puis reconstruit par dessus, était m tout petit édifice religieux, une sorte
  • * ter entièrement. I l s'agit d'un sujet masculin adulte. Si nous avions affaire à y une population pré- ou protohlstorique, toutes sortes d'interprétations seraieni possibles. Avec cette population chrétienne, c'est plus délicat. Nous pensons qu'il peut s'agir d'une intervention
  • dune inférieure dans une sorte de petit coffre (une pierre, située sous le mètre, a été enlevée pour supprimer son o m b r e ) . .es de "paquets d'os" remisés au fond ou au coin des fosses funéraires pour faire la place à de nouvelle: BPW^fffW^^TTT inhumations. isEÏ; Planche 5
RAP00302.pdf (ÎLE DE BRÉHAT (22). l'île Lavret. rapport de sauvetage urgent.)
  • manière sommaire. Il trouva dans le mur est (3 du plan) "dans les fondations, à un mètre environ au-dessous de l'aire primitive de l'édifice" (localisation un peu contradictoire), "au fond d'une sorte d'entonnoir formé de briques romaines unies avec du ciment..., placées avec soin
  • en bordure te la zone fouillée, de sorte qu'on ne connaît pas sa largeur. En supposant que cette construction avait à l'intérieur un plancher partout au même niveau, ce niveau minimum est déterminé par un grand bloc ou rocher de granité situé dans l'angle sud-est, comme par le
  • d'un rétrécissement du mur original au-dessus du niveau des fondations : l'assise supérieure survivante du mur 3 continue la largeur plus grande avec des blocs plus massifs au-delà du niveau du début du rétrécissement du mur 1. De sorte que (en se souvenant que le mur 3 et le mur 1
  • cette salle de villa était devenue en partie ruinée. Comme la reconstruction a eu lieu exactement sur les mêmes alignements des murs elle ne peut avoir été occasionnée par le besoin de changer les dimensions de la chambre, de sorte que si tout avait été en bon état la reconstruction
  • n'aurait pas été nécessaire. De sorte qu'en tenant compte de la date proposée pour la Phase I et le fait que la reconstruction est gallo-romaine ou de tradition gallo-romaine, la Phase II aurait peu de chances d'être antérieure à la fin du XVème siècle ou plus tardive que le cours du
  • mur 4, de - sorte que si le mur s'était prolongé plus vers le Nord il aurait sans doute trouvé la partie sui- vante. De sorte que l'on peut probablement en déduire que tout ou partie du mur 5 était soit debout ou reconstruit et formait la limite septentrionale de cette
  • face sud du mur 1 une sorte de talus largement formé de terre, débris divers et coquilles de berniques: ceci est peut-être du matériel déjà déplacé, éventuellement par le Dr Variot. De même à l'Est du mur 3 on a laissé en place quelques éboulis anciens mêlés de terre. Au nord du mur
  • dessus le rocher sur le limon. Te deuxième sondage concernait de part et d'autre l'extrémité occidentale du mur 2, Il & montré ses fondations reposant bien sur le rocher. Au Sud du mur 1, la conformation de la surface du limon lessique, en sorte de gouttière longitudinale large
RAP01872.pdf (RENNES (35). rue de l'Hôtel Dieu, en bordure de trottoir. rapport de sondage)
  • structure apparente, je me résolus à faire un petit sondage en sape sous le trottoir* Je m'aperçus très rapidement que ce que j'avais pris pour des briques, devait être en réalité une sorte d'assise de tuiles ou de fragments de tuiles disposées à plat, non joint!ves, les unes à côté des
  • l'horizontale avant de disparaître à son tour, de sorte qu'en section elle affec- - 8 - tait à peu près le profil d'un récipient à fond plat. Reposant immédiatement sur la cendre et dans la portion médiane de la figure ainsi dessinée, je trouvai, dès que j'amorçai mon sondage en
  • profondeur, une aorte d'assise de tuiles à rebord cassées, plus ou moins assemblées et mêlées à des pierres de moyenne dimension, l'ensemble formant une sorte de sol ou plutôt de sole. Car la terre rouge que j'avais primitivement remarquée, était en réalité un® couche de terre argileuse
  • sorte que je crois pouvoir assurer que la structure retrouvée et partiellement endommagée par la tranchée devait tendre vers une forme hémisphérique et qu'elle pouvait très bien avoir constitué un foyer, plutôt, à cause de l'absence de couverture, qu'un four proprement dit. Quant à
  • orné sur ce qui reste d'une face d'imbrications en forme de lunules et représentant peut-être le corps d'un chenêt, ainsi que plusieurs tessons à pâte ocre rouge d'un vaste récipient à rebord large et, semble-t-il, enduit d'une sorte de goudron noir que je n'aurais jamais osé