Rechercher sur le site

  • Chercher les documents contenant un mot OU un autre : tapez simplement les mots à la suite => bracelet bronze
  • Chercher les documents contenant un mot ET un autre : utilisez le mot-clef AND => bracelet AND bronze
  • Chercher les documents contenant une expression exacte : taper l'expression entre guillemets => "bracelet en bronze"

Limiter votre recherche

Auteur
Type d'opération
Commune
Département
Date (Année)

1028 résultats Exporter les résultats

Trier par Titre : ascendant / descendant
RAP00566.pdf ((56). quatre communes du Morbihan : carentoir)
  • near the northern boundary of Transect D (a Roman road) and in the nei ghbourhood of Marsac , La Ruaudaie and La Roche Pèlerin» Analysis of the spatial distribution of imported local schi stes » parti cul arl y those used for roofing material s in the area, produces some equally
  • to test results5 complementary envi ronment al analysis is also being undertaken, as is a survey of ail standing buildings in the core. The complète study involves (amongst other éléments) analysis of documents, including the very détail ed cadastral maps and records of the early
  • nineteenth century» This latter analysis has been completed and is of parti cul. ar significance for fieldwork because it allows complète reconstruction of the early ni neteenth-century landscape (Astill and Davies 1982a, 1983, 1984, 1985). THE EASTER SEASON The 19S6 Easter season
  • again stress the large quanti ti es of brick and tile, relatively large of Roman and smal 1 of médiéval pottery» The spatial distribution of this material i s as interesting as in previous years, and broadly consistent with it» There are 'blank' zones within the four communes
  • and were 14cm and 20cm (contexte 4 and 5 respecti vel y ) deeps eamples for pollen and soil analysis were taken from context 5» No finds were recovered from the features, but four sherds of pottery came from the surface of the ditch fillings, whose ■fabrics were différent from those
  • represent the; original soil which formed the lynchet» A column of saimples was taken through the de;posits for soil analysis. Pottery from the colluvium was médiéval, similar to that recovered from the surface and from the other trenches; the majority were coarse wares (547. of fabric 1
  • by a métal led road, is particularly interesting. It demonstrates that the routes into Becul eu have changed. More importantly, the pottery from the holloway and associated ditch gives an indication that the earlier route was in use in the médiéval period» Thin section analysis of the si
RAP03722 (LA MEZIERE (35). 16 bis place de l’église. Rapport de diagnostic)
  • Fer au Moyen Âge. Différents types de structures ont été repérés. Nous retiendrons notamment deux fossés qui pourraient être des limites spatiales fortes de part leurs dimensions imposantes (3 m de large pour des profondeurs comprises entre 1,10 m et 2 m). Un fossé nord-sud marque
  • qui pourraient être des limites spatiales fortes de part leurs dimensions imposantes (3 m de large pour des profondeurs comprises entre 1,10 m et 2 m). Un fossé nord-sud marque le paysage au Moyen Âge tandis que l’autre, est-ouest, structure l’espace au second âge du Fer. Il s’agit
  • l’extrémité ouest de la tranchée 1 et dans la continuation de celle-ci, une extension de 8 m de long a été réalisée. Il s’agissait de vérifier dès l’ouverture de cette première tranchée si un fossé est-ouest, possible marqueur spatial de la limite nord de la villa du Chêne Hamon, était
  • le fossé 301/401/201 orienté plus ou moins est-ouest qui a pu être observé dans trois tranchées. L’envergure particulière de cette structure (3,20 m de large minimum pour 2 m de profondeur) traduit un marqueur spatial fort. Les analyses des mobiliers mis au jour traduisent toutes
  • 203 (95.4%) 204 - 46 cal BC Submitter Material: Pretreatment: Analyzed Material: Analysis Service: Percent Modern Carbon: 2110 +/- 30 BP IRMS δ13C: -25.2 o/oo (2153 - 1995 cal BP) Charcoal (charred material) acid/alkali/acid Charred material AMS-Standard delivery 76.90
  • % Probability High Probability Density Range Method (HPD) Beta - 518179 406 (55.3%) (40.1%) 259 - 108 cal BC 358 - 279 cal BC Submitter Material: Pretreatment: Analyzed Material: Analysis Service: Percent Modern Carbon: 2160 +/- 30 BP IRMS δ13C: -23.8 o/oo (2208 - 2057 cal BP) (2307
  • References References to Probability Method Bronk Ramsey, C. (2009). Bayesian analysis of radiocarbon dates. Radiocarbon, 51(1), 337-360. References to Database INTCAL13 Reimer, et.al., 2013, Radiocarbon55(4). Beta Analytic Radiocarbon Dating Laboratory 4985 S.W. 74th Court, Miami
  • /1cal AD 100 Calibrated date (cal BC/cal AD) Database used INTCAL13 References References to Probability Method Bronk Ramsey, C. (2009). Bayesian analysis of radiocarbon dates. Radiocarbon, 51(1), 337-360. References to Database INTCAL13 Reimer, et.al., 2013, Radiocarbon55(4
RAP01969.pdf (BERRIEN (29). " le Goënidou". l'impact d'un habitat médiéval sur le paysage et l'environnement. rapport de sondages dans le cadre de la prospection thématique)
RAP03801 (Corpus des signes gravés néolithiques, Art rupestre néolithique en Armorique. Rapport PCR.)
  • . Gendron) ; Dépôt archéologique des Côtes-d’Armor, Quessoy (J.Y. Tinevez). 25 Corpus des signes gravés – 2019 Au cours de ces quatre dernières années, Andrea Arca (Université de Pise, Footsteps of Man Archaeological Society, Valcamonica), Thomas Huet (SIG et analyses spatiales de
RAP03194.pdf ((29). Rapport de prospection archéologique et inventaire des stèles de l'âge du Fer en Cornouaille. Rapport de PT 2015)
  • Elaboration d’une fiche d’enregistrement…….…….………………………-182-5 Une typologie des stèles : quels moyens et quelles finalités ? (A.-F. Cherel et B. Grall)………………………………………………………………………………-233 -Statistiques et SIG : recours aux requêtes attributaires, analyses statistiques et analyses spatiales
  • inventaire des stèles…..-303-4 Outils d’analyses spatiales (ArcGIS)…………………………………………-323-4-1 Cartes de répartition : pour dresser des dynamiques spatiales…..-323-4-2 Cartes de confiance : pour valider les analyses spatiales…………-333-4-3 Test du Khi2 : pour confronter les stèles avec les
  • bon fonctionnement de la base de données en l’intégrant à un SIG répondant à nos attentes, notamment en termes de répartition spatiale (cf partie sur le SIG). La finalité de la typologie peut se décliner en plusieurs temps. Dans un premier temps, l’objectif est d’obtenir un
  • . Leur distribution spatiale dépendra à la fois de la proximité des gisements en matière première disponible ou de la capacité à acheminer la matière ou la stèle ou son ébauche sur son lieu d’érection, mais aussi de l’identité culturelle des commanditaires et de leurs choix
  • socioculturels adoptés, difficiles à établir. En effet, à des distributions spatiales 23 Conseil départemental du Finistère Prospection des stèles de l’Age du Fer de CORNOUAILLE Centre départemental de l’archéologie Arrêté 2015-015 Bertrand GRALL 2015 différentes peuvent aussi
  • départemental du Finistère Prospection des stèles de l’Age du Fer de CORNOUAILLE Centre départemental de l’archéologie Arrêté 2015-015 Bertrand GRALL 2015 3-Statistiques et SIG : recours aux requêtes attributaires, analyses statistiques et analyses spatiales en vue de dresser et d’affiner
  • statistiques et d’analyses spatiales (confrontant des données multi-sources au moyen de l’espace cartographique du SIG). Ce rapport en dresse donc le constat. 3-2 Définir une typologie des stèles 3-2-1 Structuration du tableur « BdDSteles » Dans le cadre de cette prospection/inventaire, des
  • spatiale (logiciel propriétaire ArcGIS ; logiciels libres GRASS/R, SAGA). Le traitement des données se fera dans le système de coordonnées Lambert II étendu ; mais il est à noter que tous les documents SIG (raster et vecteur) pourront être convertis en Lambert 93 (projection conique
RAP03840 (CHATELAUDREN-PLOUAGAT (22). ZA Kertedevant, plateforme logistique Lidl. Rapport de diagnostic)
  • Chatelaudren, Kertedevant, a concerné une zone de plateau délimitée vers l’est par la vallée du Leff. D’une superficie de 16 ha environ, elle s’inscrit spatialement à proximité d’une précédente opération d’archéologie préventive, réalisée en 2015, cette fois sur la commune de Plélo, Zac du
  • . D’une superficie de 16 ha environ, elle s’inscrit spatialement à proximité d’une précédente opération d’archéologie préventive, réalisée en 2015, cette fois sur la commune de Plélo, Zac du haut Leff et qui avait permis de mettre au jour différentes occupations humaines s’échelonnant
  • secteur géographique ayant fait l’objet très récemment d’une opération de fouille mettant au jour de nombreux éléments liés à des habitats et ensembles funéraires protohistoriques, du fait enfin de la présence, surtout sur le côté oriental de l’emprise spatiale du diagnostic, des
  • galeries souterraines entre 20 et 50 m de profondeur. 1.1 Le cadre géographique L’emprise spatiale du terrain destiné au diagnostic archéologique occupe la partie centrale d’un plateau culminant à 130 m d’altitude et bordé vers l’est par la vallée du Leff coulant sur un axe nord-sud
  • cadastre napoléonien (commune de Plouagat, année 1828, section F) © E. Collado, Inrap II. Résultats 2. Les résultats A l’issue de l’opération de diagnostic, il a été possible d’identifier deux entités archéologiques distinctes mais spatialement voisines, ayant connu des temps
  • définissent le tracé d’une voie ancienne (ouvertures de tranchées, coupe et fouille en écorché) © E. Collado, Inrap La partie médiane de l’emprise spatiale du diagnostic regroupe une série d’indices appartenant à l’aménagement d’une voie de circulation dont l’ancienneté semble confirmée
  • . 12 Noyau empierré des différents états de la voie, entamé par la pelle mécanique lors de l’ouverture de la tranchée 132. Ceux-ci apparaissent à une profondeur de 1,50 m sous la surface du sol actuel © G. Leroux, Inrap Fig. 14 Le prolongement spatial de la voie ancienne doit se
  • , sans qu’il soit possible d’apporter plus de précision d’un point de vue chronologique. 2.3.5 L’état 5 Celui-ci marque une certaine rupture architecturale dans l’élaboration de la route dans ce sens où il correspond à une redéfinition, quoique légère, de son emprise spatiale
  • d’aménagement) et la fin de sa fréquentation que nous n’envisageons pas, en l’état actuel des recherches, avant la fin de la Protohistoire. Contrainte par la topographie particulière des lieux, les différents états de la voie se superposent strictement ; les fluctuations spatiales de l’un à
  • d’enclos encore mal défini La partie centrale de la moitié nord de l’emprise du diagnostic a donné lieu à la découverte d’un ensemble fossoyé relativement mal défini, du point de vue de son développement spatial, d’une part et de par sa morphologie, d’autre part (Fig. 33). Quoique
  • spatialement réunis, il n’est cependant pas certain qu'un petit enclos funéraire soit en relation directe avec l’ensemble fossoyé plus étendu. En effet, si dans un premier temps nous avons voulu voir le petit enclos positionné en rapport avec une entrée ménagée dans le dispositif fossoyé
RAP00565.pdf ((56). quatre communes du Morbihan : carentoir)
  • ; in addition, environmental analysis and a survey of standing buildings is being undertaken. The larger study involves (amongst other éléments) analysis of documents, including the very detailed cadastral maps and records of the early nineteenth century (Asti 1 1 and Davies 1982a, 1982b
  • , 1984b). The latter analysis has been completed and, as demonstrated below, is of particular significance for fieldwork. The 1985 season involved fieldwalking over large areas at wide intervais, as in 1982 - 84; fieldwalking four selected areas in 5m squares for 'total' surface
  • collection; phosphate analysis and soil magnetic susceptibil ity survey of the four selected areas; and excavation of part of a bank and lynchet near a field from which 'total' collection had previously been made. Three days (21-23 March) were spent in préparation by three people
  • , and one spent three days taking soil samples for analysis at the Institut National Agronomique Pari s-Grignon . The weather varied between bad and appalling for much of the three weeks, with plenty of rainfall , but the crop was not high and fields were often in idéal condition
  • samples for future phosphate analysis were taken from the topsoil in ail squares, at 5m intervais, and soil magnetic suscepti bi 1 i ty readings were also taken at 5m intervais, at the spot from which samples had been lifted. Fluxgate gradiometer readings were not taken since 1984
  • of the 18 mètre squares) was dug. Soil samples for micromorphol ogical and pollen analysis were taken in columns from the sections, using purpose-made meta! containers. Small test holes were also eut by machine at every 15m to the north of Trench 1 (up the side of the south-facing valley
  • of the last year pollen analysis has been carried out on samples taken during 1984, in particular from buried soils beneath banks in woods near Le Vivier (not far from the excavation site) and Le Rond Point (Carentoir), areas of extensive 1 ande in the early nineteenth century. Although
  • not look profitable to pursue this work in the near future. The preliminary stages of analysis of the pedology and sedimentol ogy of the soils have been initiated. Dr Marie-Agnès Courty and M. N. Fedoroff, with their assistant Anne Gebhardt, visited the study area during the season
  • and proposed - as part of an investigation into the application of microscopic techniques to the identification of traces of agricultural and pastoral activities in the soils and sédiments a sustained programme of soil analysis in close association with other field and archive work
  • in the area. Samples were taken from Trench 1 and Trench 2; more will be taken during the summer; and micromorphological analysis will begin in September. The samples taken from 'total' collection sites in 1984 for phosphate analysis have ail been processed and a study was made
  • arable in marginal areas in the context of population pressure. Here, both this year' s excavations and the récent pollen analysis provide compl ementary material, with their suggestions of cultivation in areas that were certainly - at différent periods peripheral 1 ande. Fields
  • . Meanwhile Pete Addison will complète the survey of standing buildings; a small team will dévote February, March and April to 'total' collection; analysis of pollens from the Mauffrais podsols and the River Aff \1 backswamps will continue; and work on the local schistes will be pursued
RAP02905.pdf (BÉDÉE (35). ZAC du pont aux Chèvres : les occupations de l'âge du bronze et du haut Moyen Âge. rapport de fouille)
  • – L’Ensemble 34 L’enclos circulaire F.607 Une tombe à crémation secondaire de l’âge du Bronze (F.331) Les traces d’un paléosol Un second bâtiment circulaire de l’âge du Bronze final L’évolution spatiale de l’occupation de l’âge du Bronze Les fosses à pesons – synthèse Aperçu de l’étude
  • prépondérante et lorsqu’ils sont reconnus, leur gabarit reste généralement très faible. Malgré cela, la répartition spatiale d’une part importante des vestiges se détermine par rapport à un chemin, encore matérialisé par certains de ses fossésbordiers, qui suit une direction sud-ouest/nord
  • nombre et le volume des silos de certains regroupements pourraient même laisser penser qu’une part, certes difficilement appréciable, des récoltes pouvait être réservée aux échanges. Bien que les traces d’une organisation spatiale, sous la forme d’un découpage parcellaire orthonormé
  • les zones habitées ont sans doute fluctué selon les époques. Malheureusement, les limites spatiales de l’exercice de fouille ont empêché d’appréhender les éventuels rapports entre ces différentes évolutions spatiales des communautés villageoises et la Motte Jubin dont la proximité
  • sera pas le cas. La surprise viendra finalement de la reconnaissance d’un habitat spatialement fluctuant de la période du haut Moyen-âge. Si celui-ci n’a été vu que partiellement, il possède néanmoins les caractéristiques habituelles des établissements de cette période. 24 Inrap
  • cristallisation à toute une série d’occupations médiévales dont ont pu faire partie celles mises au jour lors de la fouille de 2011. Evidemment, en l’absence d’une investigation spatialement continue entre cette Motte Jubin et les vestiges médiévaux les plus occidentaux de la fouille de 2011
  • de l’emprise décapée, dont certains éléments déborderaient sur notre chantier. L’homogénéité de la distribution spatiale des foyers empierrés de type «  polynésien  »  semble malgré tout valider la probabilité d’une zone réellement habitée sur cette partie du versant nord de la
  • occupations postérieures, pourtant bien plus récentes pour les dernières d’entre elles. La répartition spatiale du matériel lithique, majoritairement en silex, répond à trois ensembles relativement distincts. Le premier, présent dans la moitié orientale de l’emprise de la fouille, répond à
  • quinzaine d’ensembles archéologiques qui trouvent une certaine cohérence spatiale. Celle-ci est présente sur la totalité de l’emprise à l’exception notable du quart sud-est de l’emprise de la fouille (Fig. 18). Les points de découverte, s’ils apparaissent régulièrement répartis
RAP02866.pdf (PLOUISY (22). ZAC de Kérisac : des implantations successives de l'âge du bronze. rapport de fouille)
  • déterminer son organisation spatiale et de retracer les phases les plus marquantes de son évolution à travers le temps. Cette compréhension générale du site nécessitait une étude approfondie des éléments structurants de cet espace en établissant leur chronologie respective. 12 Inrap
RAP02332.pdf (PAIMPONT (35). le Bois Jacob. rapport de fouille programmée annuelle)
  • conduit à stopper le travail motorisé. L'emprise de la zone décapée est repérée spatialement (fig.10). Le niveau de décapage mécanique atteint est de l'ordre de 25 cm, sauf sur le flanc nord, où, compte tenu du faible fruit du coteau, une profondeur voisine de 1 m a été obtenue. 1
  • b o n a t e solution and s t r o n t i u m carbonate is precipitated f o r the analysis. T h e result is I r e s e n t a t i v e of the dissolved inorganic carbon within the water. Results are reported as "water D I C " . pf]p! l i e d to: w a t e r P btvent extraction
  • (containing balance/credit information and the number of samples submitted within the yearly discount period), and peripheral items to use with future submittals. The final report includes the individual analysis method, the delivery basis, the material type and the individual
  • no pretreatments. Please look at the pretreatment indicated for each sample and read the pretreatment glossary to understand the implications. Analysis Materials measured by the radiometric technique were analyzed by synthesizing sample carbon to benzene (92% C), measuring for 14C content
RAP03750 (CAULNES (22). Le Bois de la Haie, déviation RD 766. Rapport de fouille)
  • respect du tracé initial, puisque le seul glissement spatial observé ne dépasse pas 2 à 3 m sur les trois millénaires d’activité de la route. Commune de Caulnes, Côtes-d’Armor Le Bois de la Haie, déviation RD 766 sous la direction de Gilles Leroux Gilles Leroux Âge du Bronze, Âge
  • , puisque le seul glissement spatial observé ne dépasse pas 2 à 3 m sur les trois millénaires d’activité de la route. 11 I. Données administratives, techniques et scientifiques Localisation de l’opération Localisation de l’opération St Brieuc Brest Caulnes Rennes Quimper Vannes
  • résumé, on peut décliner les principales problématiques de la fouille de la manière suivante : - IV. étude spatiale et architecturale des voies. évolution de l’occupation dans le temps et l’espace par la mise en évidence des éléments de chronologie relative. étude du paysage à
RAP02164.pdf (PLOUHINEC (29). gisement du paléolithique inférieur de Ménez Drégan. rapport final de synthèse de fp 3 2003-2005)
  • -typologiques et spatiales: Nathalie MOLINES Remontages : Luc Le Doussal Géomorphologie : Bernard Hallégouët UMR 6566 du CNRS « Civilisations Atlantiques et Archéosciences », CNRS, Université de Rennes 1, Ministère de la Culture OMk Civilisations Atlantiques - V Archéosciences Rennes
  • Programme : Jean-Laurent MONNIER Suivi opération de terrain: Stéphan HINGUANT Analyses techno-typologiques et spatiales: Nathalie MOLINES Remontages : Luc Le Doussal Géomorphologie : Bernard Hallégouët UMR 6566 du CNRS « Civilisations Atlantiques et Archéosciences », CNRS, Université
  • sol 7 (cf. gros bloc effondré en coupe E-F). Quoi qu'il en soit, ces blocs seront à prendre en considération dans le traitement de l'organisation de l'habitat, en terme de répartition spatiale des industries lithiques mais également dans leur rapport avec d'éventuels aménagements
  • niveaux de la couche 5. Cette étude devra être affinée. Une première approche de l'ensemble des niveaux de la couche 5 en terme de répartition spatiale montre un important télescopage des différents niveaux et confirme les observations effectuées sur le terrain et notées au chapitre
  • véritablement la surface totale de la banquette supérieure. Des lacunes sont notées essentiellement pour les couches 5c à 5d', notamment vers l'ouest du remplissage, où la couche 5b' repose directement sur l'horizon repère 5e". Répartition spatiale et remontages en couche 5 : premiers
  • approfondis, de nouveaux remontages vont être tentés sur les niveaux a-b' pour les pièces en silex. Outre de nouvelles données spatiales, ces remontages devraient nous amener, comme pour la couche 4, de nouveaux éléments technologiques. Par ailleurs, l'hypothèse selon laquelle ne peuvent
  • être considérés comme des sols d'habitat que les niveaux présentant des structures de combustion devra être validée (niveaux c, d et e). En effet, la relative « stabilité », en terme de répartition spatiale, des niveaux aa' doit nous inciter à la prudence. 14 Fig. 6 : Menez
  • niveaux d'occupation sont de plus en plus clairement identifiés par l'analyse de la répartition spatiale des vestiges, par de nombreux remontages et par la présence de structures de combustion attestant de feux entretenus par l'homme. La présence de véritables foyers archéologiques est
  • d'observer de nombreux petits fragments d'os calcinés dans les différents niveaux de la couche 5. La découverte récente du foyer dans le niveau 5d complète l'ensemble. Un important travail de répartition spatiale sur la couche 5, dont les tous premiers éléments ont été présentés ici, est
  • centrale. En corrélant toutes les données archéologiques et spatiales dont nous disposons actuellement, nous pouvons proposer le schéma suivant : pour les couche 9, 7 et 5, il pourrait s'agir d'occupations sur un laps de temps relativement important, partiellement en grotte ou protégées
  • techno-typologique de la totalité des vestiges de la couche 5. L'accent est actuellement porté sur les données spatiales et la corrélation entre les différents types de vestiges. Parallèlement, afin de compléter les données et le référentiel existants, une nouvelle étude
RAP03422.pdf (ETEL (56). Rue de Kéranroué - Penenster : une sépulture individuelle du Campaniforme. Rapport de diagnostic)
  • des aménagements en pierre en réunissant une documentation la plus complète possible (morphologie, matériaux, éléments les composant, typologie, organisation spatiale, …) à leur sujet, afin de confronter l’ensemble des informations avec les résultats obtenus à l’occasion des
  • fouilles préventives récentes réalisées notamment à Montauban (Carnac) et à Mané-Roullarde à la Trinité-sur-Mer. - Rechercher sous l’apparent désordre des ensembles organisés (en reliant la distribution spatiale des différents éléments entre chaque secteur). - Rechercher les
  • de la surface prescrite soit 4300 m². Pour des raisons purement techniques mais aussi scientifiques, le décapage sera conduit avec une progression du nord vers le sud. Cela permettra d’apprécier rapidement la vision spatiale du site, avec notamment l’identification du nombre de
  • . Si la présence d’autres types de mobilier se confirmait (faune, métal, ...), leur étude serait confiée à des spécialistes afin d’en assurer la caractérisation et éventuellement la datation. L’étude spatiale du site, son interprétation et son attribution chronologique, guideront
RAP00567.pdf ((56). quatre communes du Morbihan : carentoir)
  • as, Treal and Carentoir, together with sélective geophysical and geochemical surveys, and small excavations to test results; compl ementary envi ronmental analysis is also being undert aken , as is a sùrvey of ail standing buildings in the core. The complète study involves (amongst other
  • éléments) analysis of documents, including the very detailed cadastral maps and records of the early nineteenth century. This latter analysis has been completed and is of psrticular significance for fieldwork since it allows complète reconstruction of the early ni neteenth-century
  • st i es of the former, was separated from the Ruf f i ac/Carentoir core by the great Bruc 'blank'. Work outside the main season. 19B6—B7 During the past year work has continuée) on other aspects of the project, both field and archivai. Mi cromorphol ogi cal analysis of soi 1
  • samples from the 198é> excavations has been undertaken by Anne Gebhardt, under the supervision of Marie-Agnès Courty. Analysis of pottery fabrics has continuée), the sorting and classification of fabrics from the three 19B6 seasons now being half completed. Further work on local
  • then - between October and January 19B7 - undertook the index ing and organisation of this material, together with basic analysis of démographie data she had previously collected. Ail data from the survey of standing buildings has been put on dise, ready for analysis in the coming year
  • and subsoil features, as in 1985 and 1986, in order to be in a position to interpret the now large corpus of fieldwalking data. Analysis of the standing building records will be undertaken in 1987-8, and work on pottery fabrics and soils will continue. •*•*■*•***■ ■*■*•**♦■** The season
RAP03345.pdf (QUIBERON (56). Beg-er-Vil : Un habitat du Mésolithique sur le littoral du Morbihan. Rapport de FP)
  • ............................................... 63 1. Premiers résultats de l’analyse spatiale (2012-2015) ..................................................... 63 1.1. Méthodologie.................................................................................................... 63 1.2. Perspectives générale sur le matériel
  • cartographié ..................................... 64 1.3. Répartition de l’industrie lithique ................................................................. 65 1.4. Acidité des sols et répartition spatiale du mobilier .................................... 70 1.5. Conclusions
  • la recherche depuis maintenant cinq ans, à la fois sur le terrain et en laboratoire, mais aussi pour de plus amples développements conceptuels lors de mémoires universitaires, dont les travaux synthétiques présentés dans ce rapport sont une émanation : • Analyse spatiale des
  • / Visiting student at CReAAH, UMR 6566), qui avait déjà étudié l'industrie lithique de l'année 2013. Elle s’est également chargée cette année du tri des pièces cotées de l’année 2015 et elle s'occupe désormais de toute l'analyse spatiale par SIG. Jorge Calvo Gomez, qui a réalisé une étude