Rechercher sur le site

  • Chercher les documents contenant un mot OU un autre : tapez simplement les mots à la suite => bracelet bronze
  • Chercher les documents contenant un mot ET un autre : utilisez le mot-clef AND => bracelet AND bronze
  • Chercher les documents contenant une expression exacte : taper l'expression entre guillemets => "bracelet en bronze"

Limiter votre recherche

Auteur
Type d'opération
Commune
Département
Date (Année)

2548 résultats Exporter les résultats

Trier par Titre : ascendant / descendant
RAP01557.pdf (PLOULEC'H (22). le Yaudet. rapport final de synthèse de fouille programmée 1996-1998)
  • l'arriére du rempart principal protégeant le promontoire (1993-1995). Une stratigraphie complexe, s'étageant de La Tène Finale à la fin du Moyen Age, y fut reconnue et examinée dans deux grandes fouilles à aire ouverte. On trouvera l'exposé des résultats obtenus lors de ce premier
  • ensemble peut n'être qu'un prolongement de ce réseau défensif entre la porte supposée et les rochers de Beaumanoir. Devant ce « rempart », le sol naturel présente une forte pente. La stratigraphie de cette zone n'est pas entièrement élucidée, mais il semble que ce sol ait été creusé par
  • (Figs. 11-12) La tranchée 24, mesurant 1,5m sur 14m, fut ouverte en 1997 afin d'examiner la stratigraphie de la pente du rempart, au sud du mur de clôture méridional de la parcelle 19. L'année suivante, ce sondage fut étendu vers le nord sur une longueur de 9m à travers la parcelle
  • 19 (tranchée 32). En raison de l'épaisseur considérable de la stratigraphie et de l'instabilité du noyau du rempart, nous ne pouvions, de toute évidence, pousser la fouille jusqu'au sol naturel dans la totalité de la zone. La profondeur de cette fouille ne dépassa donc jamais 2m
RAP01768.pdf (le mésolithique en Bretagne. rapport de projet collectif de recherches)
  • : présentation des travaux 8 III. LES SITES MESOLITHIQUES EN FINISTERE : CHRONOLOGIE ET STRATIGRAPHIE 12 1. Problématique générale : pour une nouvelle définition archéologique des sites mésolithiques 12 2. Objectifs des nouvelles recherches de terrain 12 3. Mise en place d'une base de
  • ) étaient mêlées dans le labour et dans le niveau sous-jacent. Les stratigraphies pléistocènes et holocènes relevées à La Villeneuve laissent cependant espérer la préservation de niveaux. Par ailleurs, E. Yven a fait un sondage à Kervilien (Tonquédec ; Côte d'Armor), avec des résultats
  • stratigraphiques aussi médiocres que les sondages Marchand, mais la récolte d'un assemblage lithique homogène du Mésolithique moyen est importante à signaler. Les prospections de J. Perry dans la vallée de l'Ellé, de Y. Bougio sur les communes de Trégunc et Névez (Finistère), de G. Tournay au
  • diminuer à mesure que l'on s'élève en stratigraphie. Les travaux fort attendus sur la saisonnalité pourraient être effectués sur les palourdes. Yvan Pailler et Jeremy Josselin présentent les travaux en cours concernant le site mésolithique final de Kerlézioc (Plouvien, Finistère). En
  • (Locunolé) en septembre, toujours dans le cadre de la prospection thématique sur le Mésolithique finistérien. Ce programme intitulé « les sites mésolithiques en Finistère : chronologie et stratigraphie » vise à estimer le potentiel archéologique enfoui des 1230 sites et indices de site
  • , confrontation des données sur la diète, organisation territoriale). Nantes, le 25 mars 2001 11 PCR - Le Mésolithique en Bretagne - Rapport 2001 III. LES SITES MÉSOLITHIQUES EN FINISTÈRE : CHRONOLOGIE ET STRATIGRAPHIE Grégor Marchand Problématique générale : pour une nouvelle définition
  • , éventuelles inversions de stratigraphies, - éléments de datation. Les documents permettant des évaluations chronologiques précises étant rares, pour ne pas dire inexistant, nous pouvons espérer localiser quelques foyers et proposer un meilleur calage chronologique de nos découvertes grâce
RAP01858.pdf (les sites mésolithiques en Bretagne. rapport de 1re année de projet collectif de recherche)
  • : chronologie et stratigraphie f t) , Ces travaux sont dédiés à la mémoire de Claude Audren 3 I. PROBLEMATIQUE 1 . LE PROJET DE RECHERCHE 3 2. ACTIVITES ENTREPRISES 4 EL ORGANISATION DE LA RECHERCHE 7 1 . COMPTE-RENDU DE LA DEUXIÈME REUNION (ESTELLE YVEN ET GREGOR MARCHAND) 7 2
  • . MESOLITHIQUE RECENT-FINAL 4. ENVIRONNEMENT VI. LES MEMBRES DU PCR « LE MESOLITHIQUE EN BRETAGNE » 124 '. 125 128 129 1 Les sites mésolithiques en Finistère : chronologie et stratigraphie Les sites mésolithiques en Finistère : chronologie et stratigraphie I. Problématique 1. LE
  • -tendent cette réflexion. 3 Les sites mésolithiques en Finistère : chronologie et stratigraphie 2. ACTIVITES ENTREPRISES Cette année 2002, les activités collectives au sein du PCR « le Mésolithique en Bretagne » sont restées en retrait par rapport à l'année passée. Mais cette
  • Mésolithique en Bretagne », en 2002. Dans le cadre du programme de prospections thématique « Les sites mésolithiques en Finistère : Chronologie et Stratigraphie », Grégor Marchand a dirigé la fouille du site de la Trinité à Melgven (Finistère). La collection, attribuée au Mésolithique moyen
  • mésolithiques. 4 Les sites mésolithiques en Finistère : chronologie et stratigraphie Au cours de l'année 2001, un prélèvement sur l'amas coquillier de Beg-an-Dorchenn (Plomeur, Finistère) avait été réalisé sous la direction de Catherine Dupont. Les analyses sont aujourd'hui terminées pour
  • -ronde sur la néolithisation Tableau 2. Un bilan des actions entreprises en 2002. 5 Les sites mésolithiques en Finistère : chronologie et stratigraphie Les sites mésolithiques en Finistère : chronologie et stratigraphie II. Organisation de la recherche 1. COMPTE-RENDU DE LA
  • Finistère : chronologie et stratigraphie analyses sur les isotopes stables. A titre indicatif, les sites néolithiques d'Er-Yoh, de Port Blanc et de Conguel (Morbihan) sont également mentionnés. L'étude des ossements de ces stations indique une absence d'alimentation marine au Néolithique
  • (Locunolé, Finistère). Si ces opérations n'ont pas permis de mettre en évidence de stratigraphies, elles s'avèrent positives parce qu'elles apportent un complément aux prospections de surface. Seules trois pièces lithiques ont été récoltées sur les sondages de la Presqu'île montrant que
  • encore de l'intérêt d'entretenir des relations avec des géologues spécialistes de certaines roches. Nicolas Brault, doctorant en Géologie à l'Université de Rennes, a ainsi 8 Les sites mésolithiques en Finistère : chronologie et stratigraphie remarqué que les grès lustrés de la
  • Stéphane Blanchet en collaboration avec Nicolas Brault, - la fibrolite et les schistes sont étudiés par Yvan Pailler en collaboration avec Jean-René Darboux, 9 Les sites mésolithiques en Finistère : chronologie et stratigraphie - l'ultramylonite de Mikaël par Estelle Yven en
  • peut le patrimoine ». Cinglante et dépourvue d'humour, la réplique avait la violence d'une gifle : « A quoi sert le patrimoine ? ». 10 Les sites mésolithiques en Finistère : chronologie et stratigraphie Pour des raisons qui tiennent à l'histoire de notre discipline dans notre
  • posés par le Mésolithique de Basse-Bretagne ; les moyens de les résoudre, in Mésolithique et Néolithisation. Actes du 113° Congrès national des Sociétés savantes, 5-9 Avril 1988, Strasbourg, p. 177-196. 11 Les sites mésolithiques en Finistère : chronologie et stratigraphie Les
  • sites mésolithiques en Finistère : chronologie et stratigraphie III. Travaux sur le Mésolithique 1. TEVIEC ET HOËDIC (GREGOR MARCHAND ET LUDOVIC SOLER) 1.1. Notes sur l'industrie lithique (Grégor Marchand) Le 11 décembre 2001, il m'a été possible d'observer les industries lithiques
  • , ils peuvent entrer dans la discussion sur les liens de parenté entre les individus au sein de chaque site, 13 Les sites mésolithiques en Finistère : chronologie et stratigraphie et sur les liens de parenté hypothétiques de certains individus entre ces sites. Même s'ils ne sont
  • de reprendre l'étude métrique des ossements de Téviec et Hoëdic, en revanche, les données relatives au sexe et à l'âge au décès des individus, méritent d'être révisées. En effet, les méthodes utilisées lors des premiers travaux, par exemple pour la détermination du sexe, sont
  • approfondie des gestes et pratiques funéraires des populations à Téviec et Hoëdic. Cependant, plusieurs questions restent en suspend notamment les problèmes de stratigraphie, de remplissage des structures funéraires, du mode de décomposition des corps, etc.. Dans la sépulture B de Téviec
  • dépôts interprétés comme successifs sont contradictoires ou bien soulèvent des questions relatives au fonctionnement de la structure funéraire elle-même. À Téviec, d'après les auteurs, la sépulture H a fonctionné en 3 temps: un premier corps inhumé fut déterré puis ces ossements
  • s'y trouve actuellement. - Musée des Antiquités Nationales (Saint-Germain-en-Laye), - Musée d'Histoire naturelle de Lyon, - Musée d'Histoire naturelle de Toulouse, - Musée de Carnac. 14 Les sites mésolithiques en Finistère : chronologie et stratigraphie Conservés à Nancy dans la
  • leurs fouilles, sera probablement l'ensemble de documents le plus « parlant » dans la discussion des problématiques relatives aux gestes funéraires. Le fond photographique fut confié par le fils Péquart au Professeur D. Vialou de LTPH à Paris. Ce dernier a bien voulu nous laisser le
RAP03817 (QUIBERON (56). Beg er Vil : un habitat de chasseurs-cueilleurs maritimes de l'Holocène. Rapport de FP 2019)
  • consultation. La consultation et l’utilisation de ces rapports s’effectuent dans le respect des dispositions du code de la propriété intellectuelle relatives aux droits des auteurs. Notamment en application de l'article L.122-5 du code de la propriété intellectuelle, cela implique que : 1
  • . Stratigraphie schématique des fouilles d’O. Kayser, après étude des vestiges archéologiques et après la réalisation de nouvelles datations. (DAO : G. Marchand). Le site préhistorique est installé au fond d’une petite crique sur le flanc occidental de cette pointe rocheuse, élevée de
RAP03801 (Corpus des signes gravés néolithiques, Art rupestre néolithique en Armorique. Rapport PCR.)
  • ces rapports s’effectuent dans le respect des dispositions du code de la propriété intellectuelle relatives aux droits des auteurs. Notamment en application de l'article L.122-5 du code de la propriété intellectuelle, cela implique que : 1) les prises de notes et les copies ou
RAP02959.pdf (LILLEMER (35). rapport de fouilles 2013. rapport de fp)
  • / Chronologies p. 105 Par Catherine Bizien-Jaglin et Luc. Laporte, VII/ Communication et valorisation p. 112 Par C. Bizien-Jaglin. VII/ Conclusion p. 118 Par L Laporte C. Bizien-Jaglin. Annexe 1 - Article accepté en 2013 Annexe 2 - Liste des Us Annexe 3 - Liste du mobilier
  • mêmes travaux avaient démontré l'existence d'une stratigraphie complexe au sein de la structure du talus, construit en plusieurs étapes et traversé par de multiples tranchées de palissade. Compléter le plan général des constructions aux murs de terre crue sous-jacentes était
  • également Conservateur Régional de l'Archéologie pour la région Bretagne. Il était accompagné de P. Allard, néolithicien et membre de la Commission Interrégionale de la Recherche Archéologique. Leurs regard extérieur sur cette stratigraphie complexe fut très utile. Luc Jallot fut parmi
  • contrastant avec l'aspect régulier des assises en briques moulées. Leur fabrication standardisée qui comprend une phase de séchage et un stockage avant assemblage offre cet aspect régulier que l'on reconnait facilement dans les édifices actuels de nombreuses régions du monde. La technique
RAP02005.pdf ((29). le mésolithique en Bretagne. rapport de projet collectif de recherches)
  • et Gaëlle Martin). TV) Des opérations de sondages en Finistère. A) Le Mésolithique en Finistère : chronologie et stratigraphie - Bilan d'une prospection thématique réalisée entre 2001 et 2003. (par Grégor Marchand). B) L'assemblage lithique de l'Ile aux Moutons (Fouesnant
  • réalisera à l'avenir. Sur le terrain, le programme de prospection thématique « Le Mésolithique en Finistère : chronologie et stratigraphie » s'est achevé par des sondages sur le site de Kerdunvel (Plourin), découvert par P. Coroller, Yvan Pailler et Erwan Castel. Les prospections
  • entrepris par ce même bénévole. La récolte de noisettes brûlées dans toutes les passes du sondage a incité Estelle Yven à vérifier la stratigraphie de ce site. Les noisettes destinées à l'analyse ont été prélevées dans la dernière couche, scellée par une ancienne structure ; elles
  • retouchée et s'insère dans un assemblage constitué de plusieurs milliers de pierres taillées. -La réalisation d'une datation par le radiocarbone sur le site de Kerliézoc (Plouvien) visait à apporter d'autres éléments de réponse à la question de l'intégrité du niveau sous le labour. Un
  • ramassées lors du microsondage ont été analysées. Les méthodes de ramassage de même que les opérations de tamisage pratiquées avec des tamis de maçon confèrent à cet assemblage des caractères singuliers qui minimisent les possibilités de comparaison avec les autres sites. Toutefois, même
  • image du caractère lacunaire des assemblages constitués lors des prospections au sol : tous ceux répertoriés comportaient des traces parfois marginales de percussion ou des stigmates, souvent difficilement perceptibles, d'une action anthropique et n'auraient pas été recensés lors
RAP03455 (Éléments pour une nouvelle approche de l'âge du Bronze en Bretagne ; le cadre chronologique et les formes de l'habitat. Rapport de PCR 2016)
  • corpus général a été établi dans la première partie de cette étude (cf. rapport 2015). Pour rappel, le Bronze moyen est représenté par 27 contextes mobiliers (20 lots domestiques pour 7 lots funéraires). Cependant, les données concernant le Bronze moyen reposent sur 4 assemblages de
  • , la majorité des vases décorés sont des formes hautes, voire très élancées pour quelques-unes d’entre elles. Cet assemblage se caractérise par une série de profils qui se déclinent en termes de classes volumiques. Pratiquement toutes les formes adoptent un profil sinueux qui est
  • comparaisons peuvent être établies pour le Bronze ancien avec les assemblages macrolithiques les plus fournis sur deux sites très différents de l’ouest armoricain que sont Beg ar Loued à Molène (Donnart 2015) et Bel Air à Lannion (Hamon in Escats dir. 2013). Deux autres occupations ayant
RAP02649.pdf (LILLEMER (35). le Haut Charles. rapport de fouille)
  • concerne directement la tourbière de Lillemer, ces données posent le problème de l’environnement du gisement néolithique. Les données sédimentaires reconnues dans les biefs montrent une stratigraphie apparemment simple. Sous une épaisseur d’environ 0,80m de tourbe et de sol labouré, la
  • céramique. L’assemblage lithique 2004 ne regroupe que 11 pièces, associées à cinq faits différents. Les outils sont nombreux : 4 armatures de flèches tranchantes, 1 perçoir et 1 burin, tous en silex noir bathonien de la Plaine de Caen. Trois armatures proviennent de la surface d’un des
RAP03707 (TREMUSON (22). Le Coin des Petits Clos : du Néolithique à l'âge du Bronze entre traditions continentale et atlantique. Rapport de fouille)
  • contenues ne sont pas considérées comme des informations publiques pouvant être librement réutilisées quand des tiers détiennent sur ce document des droits de propriété intellectuelle (articles 9 et 10 de la loi n° 78-753 du 17 juillet 1978 modifiée relative à l'amélioration des
  • la propriété intellectuelle relatives aux droits des auteurs. Notamment en application de l'article L.122-5 du code de la propriété intellectuelle, cela implique que : 1) les prises de notes et les copies ou autres formes de reproduction sont autorisées dans la mesure où elles
  • . The excavated area revealed two steps of Neolithic occupations, a Bronze age circular monument and other Prehistoric and Medieval remains. The first major occupation is a middle Neolithic settlement with different features (fire pits, ovens, water tank, building,…). An important discovery
RAP03676 (LANDEDA (29). La nécropole de Guennoc, architectures et technologies des tumulus néolithiques bretons. Rapport de PT 2018)
  • intellectuelle relatives aux droits des auteurs. Notamment en application de l'article L.122-5 du code de la propriété intellectuelle, cela implique que : 1) les prises de notes et les copies ou autres formes de reproduction sont autorisées dans la mesure où elles sont strictement réservées à
  • Maison III 1970 : dixième campagne - Cairn III o Extérieur o Démontage dallage chambre B o Chambre C - Enclos o Zone sud-ouest (test stratigraphie par statistique) 1968 : huitième campagne - Cairn II o Extérieur o Façade est - Cairn III o Extérieur o Couloir A’ - Souterrain - Enclos
  • o Maison II 1971 : onzième campagne - Cairn III o Extérieur o Avant des entrées des dolmens A’, A et B o Devant façade ouest (test stratigraphie par statistique) - Enclos o Zone sud-ouest (test stratigraphie par statistique) - Gestion déblais 1969 : neuvième campagne - Cairn I
  • o Recherche façades - Cairn III o Extérieur  Restauration chambre A  Restauration chambre A’ o Chambre et couloir C o Zone de contact entre façade ouest et enclos 1972 : douzième campagne - Cairn III o Extérieur o Devant façade ouest (test stratigraphie par statistique
  • ) - Enclos o Zone sud-est (test stratigraphie par statistique) - Gestion déblais Ces campagnes d’un mois environ se font dans des conditions difficiles sur une île dont l’accès est ardu. Elle est soumise régulièrement à des tempêtes qui ont balayé quelques tentes. Un ravitaillement
RAP03044.pdf (PLEURTUIT (35). cap émeraude secteur 2 : un établissement rural de la Tène moyenne et finale. rapport de fouille)
  • finale Époque gallo-romaine Le haut Moyen Âge Discussion Représentativité des assemblages Productions végétales Perception de l’environnement végétal Conclusion La Palynologie (Delphine Barbier-Pain) Méthodologie Structures sélectionnées et échantillonnage Traitements chimiques
  • la loi 2001-44 du 17 janvier 2001 relative à l’archéologie préventive, le service régional de l’Archéologie de Bretagne a, en 2010 préconisé la réalisation d’un diagnostic archéologique sur les parcelles concernées par la création de la ZAC du Tertre Esnault, aujourd’hui dénommée
  • (secteur 1), la seconde relative à des vestiges uniquement gaulois placés sur la parcelle ZA 277 (secteur 2) (Fig. 1). Fig. 1 Résultats du diagnostic de 2010 et localisation des secteurs1 et 2. X=275500 Y=110900 och X=275400 n L'E 110 Y=110800 109 X=275200 Y=110700 279
  • des stratigraphies aux couches hydromorphes, pouvant quant à elles avoir conservé des pollens. Globalement, les charbons de bois ont été échantillonnés lorsqu’ils présentaient des concentrations ou une taille notable dans la perspective d’analyses anthracologiques ou de datation au
  • , techniques et scientifiques 25 Dans un souci de clarté pédagogique, il a été décidé de limiter la représentation des stratigraphies à quelques unités de sédiments synthétisant les principales étapes de comblement des excavations (cf. Annexe 1). 1.2.3.4 Communication et diffusion des
RAP03364.pdf (PLOUGASTEL-DAOULAS (29). Le Rocher de l'Impératrice. Rapport de FP 2014-2016)
  • ) ......................................................................................................... 40 10.4. RELEVÉ DES DONNÉES PAR PHOTOGRAMMÉTRIE (S. SORIN) .................................................................... 42 11. STRATIGRAPHIE ET SÉDIMENTOLOGIE (M. LAFORGE).................................................................... 44 11.1. CONTEXTE STRATIGRAPHIQUE
  • GÉNÉRAL ET DESCRIPTION DES DIFFÉRENTES UNITÉS STRATIGRAPHIQUES IDENTIFIÉES SUR LE SITE ............................................................................................................................................ 44 11.2. HISTORIQUE DES ÉVOLUTIONS DE LA STRATIGRAPHIE
  • ................................................................................................................................. 58 13. DATATIONS RADIOCARBONES (N. NAUDINOT ET I. THÉRY-PARISOT) ............................................ 58 14. TEST PALYNOLOGIQUE (E. MESSAGER) ......................................................................................... 62 15. UN ASSEMBLAGE LITHIQUE TRÈS
  • d’incursions ponctuelles (saisonnières ?) de groupes tardiglaciaires sur le Massif armoricain, après un probable abandon de la région au cours du GS-2. L’industrie lithique montre des objectifs de production résolument laminaires. Cet assemblage s’avère particulièrement heuristique afin
  • (probably dedicated to the production of the numerous projectile points found in the assemblage). These cores have probably been taken of the site. If it is too early to be conclusive on this point, like the others few available testimonies for this period in the region, this site would
  • testify of Lateglacial groups limited incursions (seasonal?) into the Armorican Massif after a probable desertion of the region during the GS-2. Lithic production clearly aims the production of blades. This assemblage is particularly interesting in the perspective of studying
  • assemblage, these artistic productions appear to be caught between the Magdalenian and the Azilian. Various studies allowed: starting proposing hypothesis about technical gestures used to produce these engravings; identify colorants; or identify a probable arrhythmia between technical
  • favorables ont permis une bonne conservation des gisements, ou dans le Bassin aquitain qui fournit des longues stratigraphies en grotte. Si paradoxalement, l’histoire de la Préhistoire armoricaine a été initiée sur le site de Roc’h Toul (Finistère) que l’on sait aujourd’hui pouvoir
  • débitage (soin apporté au détachement, régularité des supports) pourraient toutefois constituer des pistes de réflexion afin de sérier les assemblages. Cette variabilité dans les normes techniques de l’Azilien récent pourrait cependant aussi révéler des spécificités fonctionnelles, ou
  • la présence de cette phase dans le Grand-Ouest (Naudinot, 2010). Le contexte de collecte de cet assemblage à la fin du 19e siècle, notamment sans aucune approche stratigraphique, avait toutefois largement limité la portée de mes analyses. Cette phase de l’Azilien est pourtant
RAP00803.pdf (PAULE (22). camp de Saint-Symphorien. rapport de synthèse de fouille programmée 1991-1992)
  • destinées à mettre en évidence les chronologies relatives des différentes structures : nettoyage méticuleux de la surface des comblements suivi de la fouille de sections respectant l'axe d'un ou des deux fossés et permettant des stratigraphies continues entre les deux remblais. Le
  • fossé 500. 2.1.5. Les fossés 857, 1081, 61 et 302. 2.1.6. Le fossé 1082. 2.2. Analyse des stratigraphies ayant fourni des éléments de chronologie relative entre ces fossés. 2.3. Eléments en faveur de l'existence de remparts à boisages verticaux ou horizontaux, et d'entrées à
  • localisée au nord de la stratigraphie 199.3 et celle située à l'est de la stratigraphie 13, fig. 10) ont livré des sédiments caractérisés par une relative abondance de fragments de parois de clayonnage rougies par le feu - plus d'un mètre cube à chaque fois - mêlés à de très nombreux
  • - ANALYSE DES STRUCTURES , 1 - Description de l'ensemble archéologique étudié. 2 - Etude du système de délimitation ou de défense du site. 2.1. Analyse des stratigraphies successives effectuées dans les fossés. 2.1.1. Le fossé 199. 2.1.2. Le fossé 238. 2.1.3. Le fossé 856. 2.1.4. Le
  • fouille en septembre 1991. Fig. 9 : vue d'une partie de la fouille en novembre 1992 Fig. 10 : stratigraphies du fossé 199. Fig. 11 : vue de la stratigraphie n° 10 (fossé 199). Fig. 12 : vue partielle de la stratigraphie n° 12 (fossé 199). Fig. 13 : vue de la stratigraphie n
  • ° 3 effectuée en 1988 dans les terres comblant le fossé 25, localisé par une trame "petits points" sur la vignette de la fig. 10. (photo H. PAITIER). Fig. 14 : , stratigraphies du fossé 238. Fig. 15 : vue de la stratigraphie n° 6 (fossé 238). Fig. 16: stratigraphies du fossé
  • 856. Fig. 17 : Fig. 18 : vue de la stratigraphie n° 14 (fossé 856). vue de la stratigraphie n° 17 (fossé 856) ; la partie supérieure, initialement constituée de terre végétale, a été en partie remaniée lors du décapage au bulldozer en juin 1991. Fig. 19 : vue de la section du
  • fossé 856 fouillée à l'extrême ouest du décapage actuel ; le photographe est à l'est de la section. Fig. 20 : stratigraphie type du fossé 500 et schéma d'évolution proposé pour cette structure et celles localisées immédiatement au sud. Fig. 21 : vue de la stratigraphie n° 1
  • (fossé 500). Fig. 22 : vue de la stratigraphie n° 350-1 (fossé 350) localisée sur la vignette de la fig. 20 (photo H. PAITIER). Fig. 23 : stratigraphies des fossés n° 857 (26 à 29, 32), n° 1081 (37), n° 61 et n° 302. Fig. 24 : stratigraphie du fossé 1082. Fig. 25 : vue de la
  • stratigraphie n° 22 (fossé 1082). Fig. 26 : stratigraphie n° 40 (fossés 856, 887 et 885). Fig. 27 : schéma explicatif de la stratigraphie n° 40. Fig. 28 : vue de la stratigraphie n° 40 (fossés 887 et 885). Fig. 29 : vue de la stratigraphie n° 40 (fossé 856). Fig. 30
  • : stratigraphies n° 39 (fossés 500, 238 et 886), n° 42 (fossés 238 et 886), n° 33 (fossé 886 et fosse 861) et n° 34 (fossé 886). Fig. 31 : vue de la stratigraphie n° 39. Fig. 32 : vue de la stratigraphie n° 42. Fig. 33 : localisation des traces probables de boisages verticaux des remparts
  • nivellement des structures fouillées au coeur du site. 1 : zone de foyers ; 2 : trou de poteau ; 3 : fossé ; 4 : nivellement - a : N.G.F. - b : profondeur relative sous le niveau de décapage (en centimètres) ; 5 : limite de la fouille. Fig. 41 : répartition des trous de poteaux par
  • classes de profondeur relative. 1 : trou de poteau non nivelle en 1988 ; 2 : trou de poteau dont la profondeur sous le niveau de décapage est inférieure à 30 cm (p < 30 cm) ; 3 : 30 cm < p < 40 cm ; 4 : p > 40 cm ; 5 : zone de foyers ; 6 : trace de poteau conservée dans le remblai ; 7
  • une éventuelle structure secondaire ; 3 : emplacement de paroi ; 4 : emplacement de paroi restitué ; 5 : zone de foyers ; 6 : emplacements de poteaux matérialisant une paroi porteuse ; 7 : nivellement du fond des trous de poteaux - a : N.G.F. - b : profondeur relative sous le
  • matérialisant une paroi porteuse ; 7 : nivellement du fond des trous de poteaux - a : N.G.F. - b : profondeur relative sous le niveau de décapage - en l'absence de cote, trou de poteau non nivelle en 1988. Fig. 48 : plan de la partie sud-est du site. 1 : non décapé ; 2 : trou de poteau ; 3
  • : emplacement de poteau ; 4 : rempart arasé ; 5 : section de fossé ou de fosse décapée mais non fouillée ; 6 : trace de labour ancien. Fig. 49 : répartition des trous de poteau par classes de profondeur relative. 1 : limite de^ 1 décapage ; 2 : trou de poteau dont la profondeur relative
  • bien plus sombre que les remblais habituellement rencontrés sur le site. Fig. 54 : vue de détail du canal d'évacuation du purin de l'état initial des étables ; le trou dans la stratigraphie correspond à un prélèvement pour dosage des phosphates. Fig. 55 : essai de restitution
  • apparaître d'informations importantes pour la compréhension du site et n'a, pour cette raison, pas été mis au net pour ce rapport. Ce document ^permettra ultérieurement de restituer sur les stratigraphies la couche de terre végétale révélatrice des phénomènes d'érosion, anthropiques ou
  • rapidement de nombreuses stratigraphies qui, redressées et nettoyées, autorisent une analyse assez précise du comblement et de l'évolution de ces structures. Grâce à un étalement des déblais au fur et à mesure du creusement à l'aide de binettes, une quantité souvent significative de
  • nécessaire si l'on veut aborder l'analyse d'un tel site de manière rationnelle. Le choix retenu est le suivant : Après décapage, et une fois le plan des fossés obtenus, une ou deux sections pratiquées à l'aide d'un tracto-pelle permettent, après rectification des stratigraphies, d'aborder
RAP02026.pdf (LE CONQUET (29). programme archéologique molenais. rapport n°6. sondage du site de Trielen nord (Le Conquet) et sondage du site de beg ar loued. rapport de prospection thématique avec sondages)
  • autres ont été réalisés dans la lentille 3, l'un était de 3 litres, l'autre de 2 litres. Le quatrième prélèvement, d'un volume de 5,5 litres, a été effectué à l'ouest du chemin de charrette. La stratigraphie reconnue aux abords du four s'organise ainsi (figure 4) : - Terre végétale
  • pulvérulent a souvent posé problème en provoquant des affaissements de coupes. Dans le sondage II, la stratigraphie (figure 20) montre la superposition des niveaux suivants : - Un niveau de terre arable (30 cm) qui a été enrichi par des apports limoneux provenant du versant voisin. A celui