Rechercher sur le site

  • Chercher les documents contenant un mot OU un autre : tapez simplement les mots à la suite => bracelet bronze
  • Chercher les documents contenant un mot ET un autre : utilisez le mot-clef AND => bracelet AND bronze
  • Chercher les documents contenant une expression exacte : taper l'expression entre guillemets => "bracelet en bronze"

Limiter votre recherche

Auteur
Type d'opération
Commune
Département
Date (Année)

4111 résultats Exporter les résultats

Trier par Titre : ascendant / descendant
RAP00503.pdf ((35)(56). bassin oriental de la Vilaine et ses marges. rapport de prospection-inventaire)
  • (35)(56). bassin oriental de la Vilaine et ses marges. rapport de prospection-inventaire
  • trapézoïdale de 50 m sur 40 m gallo-romain . 00 3 MOUTIERS. La Lande Plantée. Section C2 . ; probablement Parcelles 144, 145. Enclos rectangulaire. 00k MOUTIERS. La Robannerie. Section E2 . Parcelles 258, 259. Système d'enclos para-curvilignes. DO S MOUTIERS. La
  • Direction des Antiquités de BRETAGNE Direction des Antiquités de BRETAGNE Gilles LEROUX P s p E C T I O N I N V E N T A I R E dans le BASSIN ORIENTAL de la VILAINE et ses marges ILLE- ET- VILAINE 1990 SOMMAIRE INTRODUCTION REMERCIEMENTS CADRE GEOGKAPH I QUE METHODE DE
  • indispensables contrôles au sol et les importants frais photographiques . CADRE G E O G RAP II I U l £ Le cadre géographique retenu pour notre programme de prospect ion- inventaire correspond au bassin oriental de la Vilaine. Il s'agit essentiellement du bassin hydrographique de la
  • archéologiques devant les exigences des aménageurs par exemple. r 7® r GTA N □ X.. "U \ o D o D A.. Etrcllcs Torcc Le Pertre o ( Argcntrc-du-Plessis o v- □ □ Brielles ; Saint-Germain° ^ Domalain ' -v l I D O Gcnnes- du-Pinci J ? D □ O sur-Seiche .J i'O y
  • mérovingienne enclos rituel ou funéraire O O enclos à dominante curviligne enclos ù dominante rcctilignc rclranclicmcnt ) \ □ Vcrgéal □ \ ■A' O O ^ \E) °/ b Boistrudan o ? 3 Brie T5r U / O "2. 0 'km L- Janzé 9J Canton de Janzé. Figure 3 : Cartes archéologiques
  • . igure 8 : Répartition des enclos rituels dans la civitas des Riedones. Figure 10 : Fragment de plaque de schiste sculptée (La Folais, commune de Bain) CL IV. cra' c — n> 3 n> |— C Q. O D >— Q. 0) .. - m X n> 70 3 o r> "2. =r fï" a> i tu Q. c fî H X I Q. Tl OK rt> en
  • rT o c en Q. < en cra' m en tn en C n en PJ' Hh O en en Q> en n o en O X 3 01s Nos recherches de l'année 1991 devront poursuivre simultanément les prospections terrestre et aérienne afin de parvenir à une vue exhaustive de l'occupation humaine dans au moins
  • ) notamment. REALISATIONS 1Z> IVERSES EN ouvrage , articles , e 3c J> O 19 90 î U ï o ri L'année 1990 aura été le temps des premières synthèses historiques ou archéologiques sur les travaux de prospection que nous avons engagés dès 1984. - Au printemps de 1990, l'exposition itinérante
  • cette technique toute nouvelle dans la région. Des résultats prometteurs et des aides financières du ministre do la Culture et du conseil général d"llle-el-Vilalne ont permis par ta suite d'etlectuer le survol systématique du bassin de la moyenne Vilaine. L'exceptionnelle sécheresse
  • estivale do 1989 a évtdement facilité les prises de vues aériennes : 260 sites Inédits ont été découverts dans la zone survolée. Ce sont surtout des structures à tossés comblés qui se sont dessinées sur le sol, en grand nombre et avec une incroyable netteté. La cartographie des
  • découvertes laisse, apparaître des zones de forte densité en particulière les régions do Guer et de Guipry-Messac. Les traces photographiques sont d'une grande variété, mats en l'absence de fouilles, l'approche chronologique est souvent délicate. Parmi les résultats les plus remarquables
  • do moyenne Vilaine peut être mise à la disposition des municipalités, collèges, lycées, associations, sociétés. Pour tous renseignements : M. Pierre Tessier, 51, rue du ChampSévigné, 35760 Saint-Grégoire, tél. 99 68 74 56. A l'issue de cette inauguration d'exposition qu'il laut
  • . La Brosse. Section BH . (100 m x 80 m) Parcelle 216a. Enclos à fossés para-curvilignes, auquel sont associées plusieurs fosses, sans doute d'époque pré-romaine. £ ARGENTRE-du-PLESSIS. 237, 238. Le Pont-Hue. Section BH . Parcelle 163, Ensemble d'enclos quadrangulaire de
  • l'Age du Fer. DOMALAIN. 250. Le Pont Jouet. Section AP. Parcelles 14, 150, 235, Enclos simple de forme rectangulaire (60 m x 40 m), probablement gallo-romain. 3 DOMALAIN. La Maillardière . Section AS. Parcelle 11. Enclos à fossé para-curviligne de 60 m sur 60 m ; gallo
  • . Parcelle 34. Enclos à fossés para-curvilignes, partitions internes et plusieurs entrées vers le sud-ouest ; probablement proton i s torique . J[L JANZE. Le Ménil. Section ZR. Parcelles 63, Petit enclos carré de 20 m de côté, rituelles de l'Age du Fer. -f- JANZE. La Chenardière
  • . Parcelle 6 j . Petit enclos de forme losangique de 15 m de côté, similaire aux structures rituelles ou funéraires de l'Age du Fer. Ç)L -fb MARTIGNE-FERCHAUD. 7. Section ZA. Parcelles 6, Enclos à fossé para-curviligne de 60 m sur 40 m, protohistorique . probablement MOULINS
  • Parcelle 232. Douve de motte féodale. Qlj MOUTIERS. Les Hautes Ballues. Section E 1. Parcelle 724. Deux petits enclos à fossés para-curvilignes, superposés ; probablement protohistoriques. 012. MOUTIERS. La Motte. Section D 2. Parcelle 203. Enclos sub-circulaire de 60 m de
  • PROSPECTION PRESENTATION B I I AN DES INVENTAIRE RELEVES DES RESULTATS RECHERCHES DES SITES CADASTRAUX ET PERSPECTIVES ARCHEOLOGIQUES INTRODUCTION Notre programme de prospection-inventaire sur le bassin oriental de la Vilaine s'est poursuivi au cours de l'année 1990 avec des
  • résultats comparables à ceux de 1989. Pour la seconde année consécutive, en effet, la sécheresse a permis à la prospection aérienne d'être le moyen le plus efficace de recenser les vestiges archéologiques. Fort de notre expérience de la campagne précédente, nous avons pu affiner notre
  • couverture aérienne, notamment dans le bassin moyen de la Seiche (communes de Retiers, Essé et Marcillë-Robert ) où nos recherches avaient déjà révélé une densité remarquable de sites à fossés comblés ; nous avons également mis l'accent sur des zones jusqu'alors moins riches en vestiges
RAP03275_2.pdf (CHASNE-SUR-ILLET (35). ZAC du Champ des Buttes. Rapport de fouille)
  • opération de sauvegarde par l'étude
  • CHASNE-SUR-ILLET (35). ZAC du Champ des Buttes. Rapport de fouille
  • ?? : données absentes O: ouest E: est PM : passe mécanique US : unité stratigraphique TP : trou de poteau AD : adulte d’âge indéterminé IMM : DD : immature probable decubitus dorsal F: sexe féminin M: sexe masculin Pm : prémolaire I: incisive M: molaire 10 Inrap
  • Axe de coupe 0 0,5 1,00 m Profil longitudinal O E 56,91 m NGF US 1615 1/20 0 0,5 1,00 m 11 Catalogue des sépultures - E. Cabot Sépulture 1 Données archéologiques Données biologiques N° sépulture 1 Sujet en place 1 US creusement 1615 Etat de conservation
  • 3003 1000 1060 0 5 10 15 20 25m Echelle 1:500 Sépulture 2 Plan US 1751 Axe de coupe 1/20 0 Profil transversal S 1,00 m 0,5 Profil longitudinal N 56,46 m NGF O E US 1751 US 1751 1/20 0 0,5 1,00 m 56,48 m NGF 13 Catalogue des sépultures - E. Cabot
  • discret ND Altitude inférieure 56.28 m NGF Pathologie ND Dimensions fosse (L/l/prof) 120/58/20 Relation stratigraphique sous PM 1600 Mobilier non Datation C14 non Orientation (tête/pieds) O/E Position ND Cliché : vue zénithale de la sép 2 © Inrap. Restes osseux et
  • déplacements osseux (crâne notamment) indiquent une décomposition en espace vide. Le sujet repose sur le dos, les jambes en extension, les pieds bien qu’absents devaient être joints. Les bras sont fléchis, les mains se rejoignant au niveau des dernières vertèbres lombaires. Le grill
  • 1,00 m Profil longitudinal O E 56,41 m NGF 1/20 0 0,5 1,00 m Profil transversal S N 1/20 0 0,25 0,5 m 56,42 m NGF 19 Catalogue des sépultures - E. Cabot Sépulture 4 Données archéologiques Données biologiques N° sépulture 4 Sujet en place 1 US creusement 1747
  • /20/2 Relation stratigraphique sous PM 1600 Mobilier non Datation C14 non Orientation (tête/pieds) O/E Position DD Cliché : vue zénithale de la sép 4 © Inrap. Restes osseux et dentaires disponibles pour l’étude après le lavage Aucun Description de la tombe Sépulture
  • ) 170/50/14 Relation stratigraphique sous PM 1600 Mobilier non Datation C14 non Orientation (tête/pieds) O/E Position DD Cliché : vue zénithale de la sép 5 © Inrap. Restes osseux et dentaires disponibles pour l’étude après le lavage Chasné sur Illet, sep 5 D G D G
  • dans une fosse aménagée avec une logette céphalique. Il repose sur le dos, les jambes en extension et les pieds joints. La position des membres supérieurs est indéterminable. Le crâne apparait en face antérieure, il a basculé en arrière, la mandibule est quand à elle au dessus du
  • Puisard 3003 1000 1060 0 5 10 15 20 25m Echelle 1:500 Sépulture 6 Plan SUJET A (remanié) US 1769 SUJET B (en place) Axe de coupe 1/20 0 Profil longitudinal 0,5 1,00 m O E US 1769 Profil transversal S N US 1769 56,42 m NGF 1/20 0 0,5 1,00 m 56,43 m NGF 23
  • 1600 Mobilier non Datation C14 non Orientation (tête/pieds) O/E Position DD Fémur - sujet A Os long indéterminé - sujet A Crâne - sujet A Tibia - sujet A Cliché : vue zénithale de la sép 6, sujet B en place et ossements du sujet A remanié sur le dessus © Inrap. Cliché
  • comblement et attribués au sujet A ont été analysés lors de la fouille, présents sous forme de traces, ceux-ci n’ont pas tenu lors du lavage. Il s’agit d’un crâne et d’os long des membres inférieurs d’un sujet probablement adulte. Le sujet B, dernier inhumé est déposé sur le dos, les
  • ND Dimensions fosse (L/l/prof) 160/50/9 Relation stratigraphique sous sep 53 Mobilier non Datation C14 non Orientation (tête/pieds) O/E Position DD Cliché : vue zénithale de la sép 7 © Inrap. Restes osseux et dentaires disponibles pour l’étude après le lavage Chasné
  • fosse, sous le côté gauche de l’individu, et des déplacements osseux (remontée d’une partie de l’humérus) sont liés à cette perturbation. Le sujet, adulte de sexe et d’âge non déterminés, repose sur le dos, les jambes en extension ne sont représentées que par les fémurs. Les membres
  • 56.38 m NGF Pathologie ND Dimensions fosse (L/l/prof) 160/50/9 Relation stratigraphique sous PM 1600 Mobilier non Datation C14 non Orientation (tête/pieds) O/E Position DD Cliché : vue zénithale de la sép 8 © Inrap. Restes osseux et dentaires disponibles pour l’étude
  • le sujet est sur le dos, la tête vers l’ouest. Les jambes sont en extension. 28 Inrap · RO de fouille CHASNé-SUR-ILLET (Ille-et-Vilaine), ZAC du Champ des Buttes - Vol. II 3039 Structures archéologiques non funéraires 3051 Sépultures Eglise 3030 Limite de l’emprise
  • Puisard 3003 1000 1060 0 5 10 15 25m 20 Echelle 1:500 1/20 Sépulture 9 A Plan B 0 D E 0,5 1,00 m US 1777 C US 1883 US 1771 Axe de coupe Profil A Profil longitudinal C S N O E 56,42 m NGF US 1777 1/20 0 0,25 0,5 m US 1771 Profil B Profil transversal D
  • Dimensions fosse (L/l/prof) 200/90/71 fracture fémur gauche non cicatrisée Relation stratigraphique sur autre individu (sujet A) dans le même creusement/ sous TP 1777 et TP 1883 Mobilier non Datation C14 non Orientation (tête/pieds) O/E Position DD Cliché : vue zénithale de
  • . Le sujet remanié correspond à un adulte d’âge et de sexe indéterminés. Le sujet en place (sujet B), conservé sous forme d’empreinte est déposé sur le dos. Les jambes sont en extension, les pieds joints les bras fléchis avec les mains jointes dans la région des lombaires. Le crâne
  • Dimensions fosse (L/l/prof) 235/100/51 Relation stratigraphique sous PM 1600 Mobilier non Datation C14 non Orientation (tête/pieds) O/E Position DD Cliché : vue zénithale de la sép 10 et des ossements remaniés sur le dessus du cercueil (sujet A) © Inrap. 9 Sujet A : 1
RAP02794.pdf (LARMOR-BADEN (56). Gavrinis : à la recherche des représentations d'une tombe à couloir du IVe millénaire. rapport d'opération)
  • LARMOR-BADEN (56). Gavrinis : à la recherche des représentations d'une tombe à couloir du IVe millénaire. rapport d'opération
  • complémentaire 3- Conclusions sur R11 6.3- Description de L11 (Dos) 1- Historique 2- Méthodes de levé 3- Synthèses graphiques des acquisitions sur le terrain Synthèses 1 à 8 Assemblage de clichés 4- Synthèses graphiques des acquisitions en laboratoire Synthèses 1 5- Conclusions 6.4
  • application moderne. La gravure au dos de L11 a été enregistrée après bien des difficultés d’accès, aidée en cela par le moulage que l’on pensait égaré, finalement retrouvé au dépôt de fouilles du Morbihan. Une part importante du programme 2012 a porté sur la reprise graphique des gravures
  • . Ces fouilles des années 1970 ont donc été prolongées par des restaurations, qui ont elles-mêmes permis des découvertes d’éléments architectoniques majeurs et de nouvelles gravures spectaculaires, mais à ce jour inaccessibles au public (dos des dalles de la chambre, face supérieure
  • de fouilles de Vannes ; - tests de photomodélisation sur un certain nombre de monolithes ; - levé photographique sur la composition gravée inaccessible au dos de L11 ; - levé photographique sur la composition gravée à peine visible sur R11 ; - mise en évidence des relations
  • néolithiques du site de Forno dos Mouros (A Coruña) sera modélisée et texturée en 3D pour faire ressortir la participation croisée de différents matériaux dans l’architecture mégalithique (Criado Boado, Mañana Borrazás 2003 ; Criado Boado et al. 2006). • A Fonte Tourón Lalín dans cette même
  • Ministère de la Culture et de la Communication – Conseil général du Morbihan CNRS, ENSA, Université de Nantes 2012 G AVRINIS (Larmor-Baden, Morbihan) A la recherche des représentations d’une tombe à couloir du IVe millénaire (2). Rapport d’opération de relevés pariétaux et
  • d’opération - Levés d’architecture et d’art pariétal Panoramique de couverture : clichés L. Lescop. 2 Gavrinis 2012 - Rapport d’opération - Levés d’architecture et d’art pariétal Sommaire Remerciements Résumé de l’opération 1- Problématiques de recherche 1.1- Rapide présentation du
  • site 1.2- Objectifs 2012 1.3- L’argument 1.4- Les résultats attendus 2- Mégalithes et levés numériques « 3D » : bref état de l’art (2012) 2.1- Quelques expériences européennes 2.2- Congrès et colloques 3- Constitution de l’équipe 4- Moyens mobilisés 4.1- moyens financiers 4.2
  • - moyens techniques 5- Déroulé de la campagne 2012 6- Les résultats 2012 6.1- Description de L6. Analyses surfacique et chronologique des tracés. Modélisation dynamique. 1- Introduction 2- Méthodologie 2.1- Création d’un modèle graphique du contour des gravures 2.2- Identifier des
  • recouvrements de tracés 3- Eléments de chronologie relative : une stratigraphie horizontale des tracés 3.1- Abréviations dans le texte 3.2- Huit états descriptifs A- Les principaux modelés naturels B- Limitations rectilignes verticales et horizontales C- L’arc et les lames de haches polies
  • verticales D- Petits arcs radiés et crosses opposées E- Motifs phalliques F- Motif réticulé G- Motif zébré et grands arcs radiés H- Tracés sans recoupements avérés 4- Géométrie et orientations 5- Un déroulé des entités sémiotiques 5.1- Division de l'espace 5.2- Installation des objets 5.3
  • - Inscription des signes phalliques 5.4- Imbrication de quatre motifs 5.5- Disposition du motif zébré 5.6- Extension des arcs radiés 5.7- Inscription de la 3e lame de hache 5.8- Remplissage des champs non marqués 6.2- Description de R11. Identification et restitution des gravures 3
  • Gavrinis 2012 - Rapport d’opération - Levés d’architecture et d’art pariétal 1- La méthode de levé par éclairages tournants 1.1- Protocoles 1.2- Traitements et résultats 2- La méthode de levé par détection de teintes 2.1- Protocoles 2.2- Traitements et résultats 2.3- Enregistrement
  • - Description de S12. Analyses surfacique et technique. 1- Introduction 2- L’acquisition des données 2.1- L’enregistrement photographique par éclairages tournants 2.1.1- La face ventrale (face cachée au sol) 2.1.2- La face dorsale (face visible au ciel) 2.2- L’enregistrement
  • lasergrammétrique 2.2.1- Rappel méthodologique 2.2.2- Restitution graphique des gravures Face ventrale Face dorsale Tranche 1 Tranche 2 2.2.4- Analyse des cassures Tranche 3 Tranche 4 2.3- L’enregistrement photogrammétrique 2.3.1- Méthodologie 2.3.2- Résultats 3- Conclusions générales 6.5- La
  • constitution graphique du corpus des signes gravés 1- Mailler les orthostates 1.1- Ouverture du nuage de points 1.2- Lecture des points 1.3- Création des maillages 2- Dessiner les gravures 2.1- Principe 2.2- Traitement préliminaire aux dessins des gravures 2.3- Note préliminaire sur la
  • production des images 2.4- Le maillage sans aucun traitement 2.5- Les cartes d’écarts 2.6- Les éclairages rasants 2.7- Création des MNT des orthostates (les courbes de niveau) 2.8- Organisation du fichier Illustrator 3- Le catalogue des orthostates gravés 4 Gavrinis 2012 - Rapport
  • d’opération - Levés d’architecture et d’art pariétal 6.6- Plans et élévations comparés du monument (cairn et tombe à couloir) 6.7- Calcul du volume et du poids de la dalle de couverture 6.8- Analyse des sections 6.8.1- Principe 7.8.2- Morphologie des orthostates 7.8.3- Profil des gravures
  • 6.9- Les tests en photomodélisation 6.10- La coloration des supports et des gravures 6.10.0- Historique 6.10.1- Détection des colorants par la fluorescence en ultraviolet 6.10.2- Analyse par microscopie électronique à balayage et microanalyse X de colorations présentes sur des
  • orthostates de la tombe à couloir 6.10.2.1- Analyse de la matière noire 6.10.2.2- Analyse de la matière rouge 7- Un prototype de visite virtuelle 8- Un test d’impression 3D 9- Conclusions générales 10- Perspectives 2013 Bibliographie, webographie Liste des figures Liste des annexes 5
RAP02439.pdf (LIFFRÉ (35). structure quandrugulaire en forêt de Rennes. rapport de sondage)
  • LIFFRÉ (35). structure quandrugulaire en forêt de Rennes. rapport de sondage
  • ROMANO Pascal
  • STRUCTURE QUADRANGULAIRE EN FORET DE RENNES Commune de LIFFRE (Ille-et-Vilaine) % Rapport de sondage archéologique (autorisations n°2006-235 du 2 juin 2006 et n° 2006-268 du 20 octobre 2006) Pascal R O M A N O CERAPAR Centre de recherches archéologiques du pays de Rennes
  • juin 2006 et n° 2006-268 du 20 octobre 2006) Pascal R O M A N O CERAPAR Centre de recherches archéologiques du pays de Rennes Maison de l'archéologie - La Métairie - Espace Jean Guéhenno - 35740 PACE SERVICE REGIONAL DE L'ARCHEOLOGIE DE BRETAGNE - RENNES 2006 FICHE SIGNALETIQUE
  • Autorisations : n°235 Valables : du 2/06/2006 au 30/10/2006 n°268 Nature : EV du 20/10/2006 au 30/11/2006 Titulaire : ROMANO Pascal Organisme de rattachement : association CERAPAR Motif de l'opération : Evaluation sur structure quadrangulaire située en forêt de Rennes Surface fouillée
  • ) N° des dix à vingt diapos les plus représentatives (fouille et mobilier) : 1 à 3 REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES Année : 2006 Auteur : ROMANO Pascal Collaborateur : CORRE André, PRIOL Alain Titre : Structure quadrangulaire en forêt de Rennes, commune de Liffré (Ille-et-Vilaine
  • Neuve. Afin d'en déterminer la nature, le CERAPAR a présenté en septembre 2005 une demande de sondage auprès de la DRAC / Service régional de l'archéologie. Monsieur Stéphane DESCHAMPS, Conservateur régional de l'archéologie, a autorisé Monsieur Pascal ROMANO, responsable
  • sondage archéologique, Voie ancienne en forêt de Rennes, Pascal ROMANO, CERAPAR, 2006 4 7 III. CONTEXTE GEOLOGIQUE Situé dans le domaine structural centre-armoricain, le bassin de Rennes repose principalement sur un socle schisto-briovérien. Le sondage se situe également dans une
  • profondeur 19 TN2, 30 cm de profondeur 24 TN3, 30 cm de profondeur 23 Prélèvements de terre dans le sondage, parcelle n 195 PI, 37 cm de profondeur 10 P2, 30 cm de profondeur 16 P3, centre du tertre et jonction remplissage-terrain naturel 13 16 r r r s z c r j j o E T U
  • Maison de l'archéologie - La Métairie - Espace Jean Guéhenno - 35740 PACE SERVICE REGIONAL DE L'ARCHEOLOGIE DE BRETAGNE - RENNES 2006 un STRUCTURE QUADRANGULAIRE EN FORET DE RENNES Commune de LIFFRE (Ille-et-Vilaine) Rapport de sondage archéologique (autorisations n°2006-235 du 2
  • LOCALISATION DE L'OPERATION Site n° Département : ILLE-ET-VILAINE Commune : LIFFRE Lieu-dit ou adresse : forêt de Rennes Année cadastrale : 1980,2 eme édition Coordonnées Lambert II : Section & parcelle : Gl, parcelle 82 X = 312,580 Y = 360,180 Z = 65 IDENTITE DE L'OPERATION
  • : 25 m2 Surface estimée du site : non évaluée Emprise menacée entièrement fouillée : non Fouille menée jusqu'au substrat : oui Sinon, altitude du fond de fouille : RESULTATS SCIENTIFIQUES Mots-clés (3 à 5 par rubrique) - chronologie : indéterminée - vestiges immobiliers : tertre
  • quadrangulaire, cerné d'un petit fossé - vestiges mobiliers : néant Commentaire : tertre non daté faisant partie d'un ensemble de tertres identiques dont le nombre est évalué à 200 sur une surface de 10 hectares. Lieu de dépôt du mobilier : sans objet des fonds documentaires : SRA (Rennes-35
  • géologique P- 8 IV. Problématique P- 8 CHAPITRE 2 : REALISATION DES SONDAGES p 14 I. Conditions de réalisation de l'opération p. 14 II. Implantation des sondages et méthode de fouilles p. 14 III. Analyse descriptive p. 15 INTERPRETATION ET CONCLUSION p 20 ANNEXES p.21 6
  • Liste des figures et des photos, bibliographie 3 PREAMBULE Depuis 2004, le Centre de recherches archéologiques du Pays de Rennes (CERAPAR) mène une série de prospections-inventaires aux environs de Liffré, et plus particulièrement en forêt de Rennes, dont le schéma de mise en
  • valeur était en cours de révision par l'Office national des forêts (ONF). Afin d'éviter la destruction accidentelle de sites, surtout ceux en élévation, l'ONF a autorisé des opérations spécifiques de cartographie des sites archéologiques repérables. Le rapport qui a été remis à l'ONF
  • en juillet 2005 à l'issue des prospections sera de nature à faciliter précisément la protection des sites identifiés. En effet, les travaux forestiers de dessouchage et de reboisement, souvent effectués avec des moyens mécaniques lourds, peuvent s'avérer très destructeurs
  • pour des sites archéologiques en sous-bois. De nombreux relevés de tertres et d'enclos à structures fossoyées ont donc été effectués en 2004 et 2005, sans pour cela en dégager jusqu'à présent de possibles datations. Une voie de l'époque gallo-romaine a également été mise au jour
  • à l'occasion d'un sondage mené par les membres du CERAPAR en mars 2006. En outre, l'ONF a signalé au CERAPAR la présence d'un grand nombre de petits monticules quadrangulaires, concentrés sur deux parcelles dans la partie sud-est de la forêt, à proximité du carrefour de Maison
  • d'opération du CERAPAR, à diriger une opération de sondage du 1er au 30 octobre 2006. Cette opération a été financée par la DRAC par une subvention de 300 euros, ainsi que par le CERAPAR sur ses fonds propres, à hauteur de 500 euros. 4 REMERCIEMENTS EQUIPE SONDAGE La réalisation de ce
  • sondage n'a été rendue possible qu'avec la participation de membres bénévoles, qui ont apporté leurs compétences complémentaires, faisant tous preuve d'enthousiasme et d'énergie : qu'ils en soient ici vivement remerciés. Jeanine BALAIS, Patrick BIDRON, Geneviève BLANCHARD, Jean
  • -Yves BLANCHARD, Judith CORVELLEC, André CORRE, Edith CORRE, Anne CORRE, Jean-Marie DENIS, Michel DAVID, Marie-Christine HAUTBOIS, Christian HOUZE, Jean-Luc JAVRE, Elie LE GUIRIEC, Bernadette MAGNY, André MORIN, Benoît MORPIN, Alain PRIOL, Pascal ROMANO, Pierre TESSIER. EQUIPE POST
RAP03553 (PLERIN (22). Centre Hélio-Marin : bâtiments associés à la pars rustica de la villa gallo-romaine de Port-Aurel. Rapport de diagnostic)
  • opération préventive de diagnostic
  • PLERIN (22). Centre Hélio-Marin : bâtiments associés à la pars rustica de la villa gallo-romaine de Port-Aurel. Rapport de diagnostic
  • Mobilier céramique, macrorestes, faune, objet métallique, monnaie Le diagnostic archéologique a été effectué préalablement à la reconstruction d’un mur soutenant la falaise, partiellement détruite en 2009 suite au passage de la tempête Xynthia. Lors de ce dramatique évènement
  • climatique, le centre avait été inondé et l’eau dévalant du versant avait provoqué l’effondrement partiel du mur soutenant la falaise. Derrière la partie effondrée, deux murs d’un bâtiment d’époque romaine étaient alors apparus. Afin d’étudier ces vestiges menacés par les travaux de
  • reconstruction, un diagnostic archéologique a été décidé par le Service Régional de l’Archéologie et confié à l’Inrap (Institut national de recherches archéologiques préventives). La zone concernée par l’intervention archéologie, d’une superficie de 400 m², a livré les vestiges d’un bâtiment
  • agricole bien conservé, dans lequel un «séchoir/fumoir» et plusieurs aménagements agraires ont été mis en évidence. Ces éléments quasi inconnus dans des sites littoraux apportent de précieuses informations sur l’organisation et le fonctionnement des villae côtières. Si la villa de Port
  • -Aurel est située au contact de la plage et a probablement exploité les ressources marines, elle a également cultivé le versant. Sous ces bâtiments, un mur et l’amorce d’un second édifice, probablement à vocation agricole, ont également été dégagés. Ces vestiges permettent de mieux
  • comprendre l’évolution des espaces environnant la villa de Port-Aurel entre le Ier et le IVe s. de n. è et les dynamiques d’anthropisation du versant surplombant la plage de Saint-Laurent. Diagnostic archéologique Sujets et thèmes Bâtiment, habitat rural, villa, bâtiment agricole
  • , structure agraire, foyer, fosse L’opération de diagnostic archéologique, réalisée en août 2017 sur le centre HélioMarin de Plérin, a permis d’étudier les vestiges de bâtiments antiques associés à la villa gallo-romaine de Port-Aurel fouillée en 1852-1853 par J. Geslin de Bourgogne. Le
  • site, qui se situe géographiquement sur le trait de côte, en marge de plage de Saint-Laurent, occupe un emplacement privilégié à l’abri des vents. Il bénéficie également d’un magnifique panorama sur la baie de Saint-Brieuc et sur la Pointe du Roselier. Rapport final d’opération
  • Chronologie Antiquité Plérin (Côtes d’Armor), centre Hélio-Marin : Bâtiments associés à la pars rustica de la villa gallo-romaine de Port-Aurel Notice Plérin (Côtes d’Armor), Centre Hélio-Marin Bâtiments associés à la pars rustica de la villa gallo-romaine de Port-Aurel sous la
  • direction de Inrap Grand Ouest 37 rue du Bignon CS 67737 35577 Cesson-Sévigné Tél. 02 23 36 00 40 www.inrap.fr Diagnostic archéologique Bastien Simier Inrap Grand Ouest Avril 2018 avec la collaboration de Brice Ephrem Michel Besnard Marina Biron Vérane Brisotto Océane Charpentier
  • Françoise Labaune-Jean Anne-Sophie Paranthoën Véronique Zech-Matterne 22187 2017-066 Diagnostic archéologique Rapport d’opération Code INSEE Arrêté de prescription N° Patriarche 22 187 0009 Code Inrap D 117 770 Plérin (Côtes d’Armor), Centre Hélio-Marin Bâtiments associés à la
  • pars rustica de la villa gallo-romaine de Port-Aurel sous la direction de avec la collaboration de Bastien Simier Brice Éphrem Michel Besnard Marina Biron Vérane Brisotto Océane Charpentier Françoise Labaune-Jean Anne-Sophie Paranthoën Véronique Zech-Matterne Inrap Grand Ouest
  • Avril 2018 2 Inrap · RFO de diagnostic Plérin (22) - Centre Hélio-Marin Sommaire I. Données administratives, techniques et scientifiques 6 Fiche signalétique Mots-clefs des thesaurus 8 Intervenants 9 Notice scientifique 9 État du site 10 Localisation de
  • l’opération 11 Implantation cadastrale 12 Arrêté de prescription contenant le cahier des charges 19 Arrêté de désignation 7 20 Projet d’intervention approuvé ou autorisé par le préfet de la région II. 25 1. Présentation de l’intervention
  • 25 34 1.1 1.2 1.3 1.4 1.5 1.6 Contexte d’intervention L’environnement archéologique Le contexte géographique, géologique et topographique Le contexte urbanistique Les conditions d’intervention Méthode et stratégie d’intervention 37 2. Description des vestiges
  • 38 2.1 2.2.1 2.2.2 2.2.3 2.2.4 2.2 2.3 2.4 25 28 30 34 42 44 57 59 60 66 68 Résultats les vestiges du IIe-IIIe s. de n. è. : séquence 3 Le bâtiment Les structures associées au bâtiment Les niveaux autour du bâtiment Conclusion séquence 3
  • Les vestiges antérieurs au IIe ou IIIe s. de n. è. : séquence 2 Les vestiges les plus anciens : séquence 1 les vestiges retrouvés lors du suivi de travaux 70 3. Conclusion 74 4. Perspectives 75 Bibliographie 76 Diagramme stratigraphique 3 III. Études
  • annexes 78 1. L’ichtyofaune en lien avec le « séchoir/fumoir » 80 2. Étude 80 88 3. Étude 88 carpologique d’une structure de combustion associée à la pars rustica de la villa romaine de Port-Aurel à Plérin, dans les Côtes d’Armor 2.1
  • Contexte et importance de la découverte 2.2 Résultats 84 2.3 Discussion 85 2.4 Conclusion 86 Bibliographie 80 du mobilier céramique et métallique 3.1 Le mobilier en céramique 3.2 Le mobilier non céramique 97 3.3 Conclusion 98 Inventaire du mobilier céramique et métallique 99
  • Bibliographie 89 100 4. Le mobilier 102 5. Étude 104 lithique des pêcheries de la pointe du Roselier 5.1 La pêcherie du Roselier n°1 5.2 L’installation n°2 108 5.3 Des piquets en bois 110 5.4 Un alignement inédit 110 5.5 Conclusion 111 Bibliographie 106
RAP03052.pdf ((22)(29)(35)(56). littoral breton, prospection alert. rapport de fp 2014)
  • (22)(29)(35)(56). littoral breton, prospection alert. rapport de fp 2014
  • Archéologie et Histoire, Université de Rennes 2. Ballesteros, P., Güimil-Fariña, A., López-Romero, E. 2013 – Estudo arqueolóxico do Parque Nacional Marítimo-Terrestre das Illas Atlánticas de Galicia. Prospección superficial e vulnerabilidade, Cadernos de Arqueoloxía e Patrimonio, 33
  • S. Deschamps et O. Hulot (DRASSM) et visant à sensibiliser les autorités su Ministère de la Culture à cette problématique ‘émergente’ (bien que mise en avant depuis de nombreuses années), à la situation d’urgence de la vulnérabilité du patrimoine littoral et au « statut » d’une
  • . López-Romero, E., Daire M.Y., 2008 – El proyecto « ALERT »: un mapa de riesgos para la gestión y protección del patrimonio arqueológico litoral./ « ALERT » Project: a risk map for the management and protection of coastal archaeological heritage. In : Rovira Llorens S., García-Heras M
  • Rapport Final PROSPECTION DIACHRONIQUE 2014 LITTORAL BRETON, PROSPECTION ALERT Sous la direction de Pau Olmos Benlloch Marie-Yvane Daire Meritxell Monrós González Elías López-Romero En collaboration avec : Grégor Marchand Anne-Lyse Ravon Jean-Baptiste Barreau Loïc Langouët N
  • ° Autorisation de fouille : n° 2014-077 Décembre 2014 2 SOMMAIRE Générique de l’opération p. 5 SECTION 1 : Présentation et méthodologie p.11 1. PROBLÉMATIQUE GÉNÉRALE : Vulnérabilité des sites archéologiques littoraux p.12 2. METHODOLOGIE p.13 2.1 Les outils du projet : la grille
  • d’évaluation de la vulnérabilité p.13 2.2 La démarche participative : les applications Alert Web et Alert Mobile p.15 2.2.1 La base de données ALeRT et l’application Alert Web p.15 2.2.2 L’application Alert Mobile p.16 2.2.3. Utilisateurs Alert et correspondants p.17 3
  • . PROSPECTIONS ALERT 2014 p.19 3.1 Méthodologie des prospections p.26 3.1.1 Analyse documentaire p.26 3.1.2 Terrain p.26 3.1.3 Traitement des données p.26 4. COMMUNICATION p.27 4.1 Actualités 2014 p.27 4.2 Présence dans les médias p.30 4.3 Animation scientifique et colloques
  • 2014 p.34 4.4 Conférences grand public et divulgation p.34 4.5 Autres activités p.34 5. PUBLICATIONS 2014 p.35 3 6. BIBLIOGRAPHIE ALERT p.36 7. AUTRES REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES p.37 8 – MOYENS ET REMERCIEMENTS p.37 SECTION 2: Rapport de la vulnérabilité des sites
  • Alert 2014 p.39 FINISTERE p. 41 COTES D’ARMOR p.149 MORBIHAN p.187 ANNEXE 1 – Inventaire complet du mobilier Alert 2014 p.217 ANNEXE 2 – Inventaire du mobilier plus significatif Alert 2014 p.221 ANNEXE 3 – Fiches d’enregistrement de découverte p.225 4 Générique de
  • l’opération FICHE SIGNALETIQUE Référence de l’opération Autorisation de prospection diachronique : Arrêté n° 2014-077 - Littoral breton, prospection Alert Responsable scientifique : Pau OLMOS BENLLOCH Chercheur postdoctoral projet Arvor (Région Bretagne), Université de Rennes 1 Organisme
  • de rattachement : CNRS, UMR 6566 CReAAH Université Rennes 1 – Campus de Beaulieu Bât. 24-25, 263 Avenue du Général Leclerc 35042 RENNES Cedex Tél : 02 23 23 56 38 COORDINATION ET MOYENS DU PROJET Responsable : Marie-Yvane DAIRE Association Manche Atlantique pour la Recherche
  • Archéologique dans les Iles (AMARAI) Université Rennes 1 – Campus de Beaulieu Bât. 24-25, 263 Avenue du Général Leclerc 35042 RENNES Cedex FINANCEMENT DU PROJET Sources de financement : Projet ARVOR financé par la Région Bretagne, SAD v.2 – Stratégie d’Attractivité Durable, contrat post
  • -doctoral 2013-2015 Université de Rennes 1. Fondation Langlois, financement des moyens de fonctionnement. Gestion du Projet ARVOR : Observatoire des Sciences de l’Univers de Rennes (OSUR), Université de Rennes 1. 5 EQUIPE DE RECHERCHE Pau OLMOS BENLLOCH Chercheur postdoctoral
  • Université de Rennes 1, CReAAH, UMR 6566-OSUR, responsable du projet Alert - Responsable scientifique - Organisation et coordination des prospections - Communication Marie-Yvane DAIRE Directeur de recherche CNRS, Université de Rennes 1 CReAAH, UMR 6566 - Responsable scientifique Meritxell
  • MONRÓS GONZÁLEZ Archéologue, chercheuse postdoctorale associée à l’Institut Català d’Arqueologia Clàssica (Tarragone, Espagne) - Photographie Elías LÓPEZ-ROMERO Chercheur postdoctoral Durham University (Royaume Uni) et chercheur associé UMR 6566 CReAAH - Analyse de l’érosion par
  • photogrammétrie des sites du Lomer (Pénestin, Morbihan) et l’île Coalen (Lanmodez, Côtes d’Armor) Jean-Baptiste BARREAU Ingénieur d’étude CNRS, Université de Rennes 1 CReAAH, UMR 6566 - Informatique Loïc LANGOUËT Professeur des Universités (ER) AMARAI Grégor MARCHAND Directeur de recherche
  • CNRS, Université de Rennes 1 CReAAH, UMR 6566 - Etude lithique Anne-Lyse RAVON Doctorante en préhistoire, Université de Rennes 1 CReAAH, UMR 6566 - Etude lithique 6 Autorisation de prospection 7 8 9 10 SECTION 1 Prospection diachronique littoral breton ALeRT 2014
  • Présentation et méthodologie 11 1 – LA PROBLÉMATIQUE GÉNÉRALE : Vulnérabilité des sites archéologiques littoraux Les changements climatiques et certains de leurs effets que sont la remontée du niveau marin et l’érosion des côtes menacent de détruire une partie du patrimoine culturel et
  • en particulier des sites archéologiques du littoral français de la Manche et de l’Atlantique, dans des délais allant de quelques mois à quelques années. Un site archéologique ainsi exposé peut définitivement disparaître en quelques mois (Erlandson, 2008). Dans le domaine littoral
  • jour, tout d’abord en Grande Bretagne (programme SCAPE = Scottish Coastal Archaeology and the Problem of Erosion en Ecosse, Rapid Coastal Zone Assessment Surveys en Angleterre…). En France, un groupe de chercheurs (institutionnels et collaborateurs), investis de longue date dans des
RAP02901.pdf (LARMOR-BADEN (56). Gavrinis : à la recherche des représentations d'une tombe à couloir du IVe millénaire. rapport de fp 2013)
  • LARMOR-BADEN (56). Gavrinis : à la recherche des représentations d'une tombe à couloir du IVe millénaire. rapport de fp 2013
  • années 1970 ont donc été prolongées par des restaurations, qui ont elles-mêmes permis des découvertes d’éléments architectoniques majeurs et de nouvelles gravures spectaculaires, mais à ce jour inaccessibles au public (dos des dalles de la chambre, face supérieure de la dalle de
  • sur la composition gravée inaccessible au dos de L11 ; - levé photographique sur la composition gravée à peine visible sur R11 ; - mise en évidence des relations d’antériorité et de postériorité des tracés gravés sur une dalle-test (L6) ; - établissement d’un corpus brut des
  • invitation faite lors de la remise des rapports au début décembre 2012 au SRA Bretagne ainsi qu’à la Direction de la culture du Conseil général du Morbihan, une délégation du Service départemental d’archéologie (O. Agogue), de la Direction des services du CG56 (P. Belenfant), du cabinet
  • Querré et Fanch Pustoch, et d’autre part le raccord photogrammétrique de la dalle de couverture avec le dos de la dalle C4. Des mesures faites au spectromètre portable ont été conduites sur des traces colorées (blanc) et sur des moisissures, prélevées pour l’occasion. Une élève de
  • Ministère de la Culture et de la Communication – Conseil général du Morbihan CNRS, ENSA, Université de Nantes 2013 G AVRINIS (Larmor-Baden, Morbihan) A la recherche des représentations d’une tombe à couloir du IVe millénaire (3). Rapport d’opération de relevés pariétaux et
  • Marcoux, François Pustoc’h (Archéosciences, Rennes) Dominique Sellier (Géolittomer, Nantes) Barbara Trichereau (LRMH, Champs-sur-Marne) Panoramique de couverture : extrait de la visite virtuelle (traitement MGDesign, Nantes). 2 Sommaire Remerciements Résumé de l’opération 1
  • - Problématiques de recherche 1.1- Rapide présentation du site 1.2- Objectifs généraux 1.3- L’argument 1.4- Les résultats attendus en 2013 2- Mégalithes et levés numériques « 3D » : état de l’art (actualisation 2013) 3- Constitution de l’équipe 4- Moyens mobilisés 4.1- moyens financiers 4.2
  • - moyens techniques 5- Déroulé des missions lors de la campagne 2013 6- Les résultats 2013 6.1- La photomodélisation 6.1.1- Procédure pour compléter les modèles lasergrammétriques à partir de photos 6.1.2- Le levé des tranches du pilier L8 6.1.3- Le levé de la tranche droite du pilier
  • L10 6.1.4- Le levé de la tranche gauche du pilier R9 6.1.5- Les haches verticales sur L6 6.1.6- Le levé des dalles de sol dans le couloir 6.2- L’acquisition par capteur XTION 6.-3 Etudes descriptives sur quatre monolithes gravés 6.3.1- Description de L11. Analyses surfacique et
  • chronologique des tracés. Modélisation dynamique. 1- Introduction 2- Méthodologie 2.1- Création d’un modèle graphique du contour des gravures 2.2- Identifier des recouvrements de tracés 3- Enregistrements photographiques de L11 sous éclairages tournants et frisants 3.1- Face côté couloir 3.2
  • - Face côté chambre 4- Synthèses et mise en correspondance des faces gravées 4.1- Les procédures de redressement 4.2- La division en nouveaux motifs 4.3- Mise en correspondance des signes 4.4- Raccords et nouvelle identification de motifs 4.5- La géométrie de la composition 4.6- Un
  • tableau comparatif des profondeurs de tracés 5- Conclusions générales 5.1- La comparaison avec le levé E. Shee-Twohig 5.2- Le déroulé chronographique de L11 5.3- La présentation des trois faces 6.3.2- Description de R7. Identification et restitution des gravures. 1- Le bloc 2- La
  • méthode de levé par compilation d’images sous éclairages tournants 3- La méthode de levé par détection de teintes 3 3.1- Protocoles 3.2- Traitements et résultats 3.3- Commentaires 4- Conclusions sur R7 6.3.3- Description de P2. Levé et restitution des gravures. 1- Le bloc 2- Les
  • traitements par photomodélisation 3- Le levé des gravures par éclairages tournants 2.1- Protocoles 3.2- Moyens et données 3.3- La station 1 3.4- La station 2 3.5- Synthèse graphique 6.3.4- Description de P10. Achèvement du modèle tridimensionnel - Levé et restitution des gravures. 1- Le
  • bloc 2- Le « cornu » (station 1) 3- Les encornures du bovin (station 2) 4- Les pattes du bovin (station 3) 5- Le cachalot 6.4- Le calcul du volume du cairn 6.5- Identification de charbons au préalable d’une datation 6.6- Les perspectives de datation au radiocarbone 6.7- L’étude
  • pétrographique des blocs 6.8- L’analyse géomorphologique des orthostates et dalles 6.9- Les analyses sur les colorations 6.9.1- Les analyses du Centre de Recherche et de Restauration des Musées de France 6.9.2- Les analyses du Laboratoire de recherches des Monuments historiques 7- Le
  • programme expérimental de dressage et de gravure 1. Méthodologie (description du protocole expérimental) 1.1. Critères d’enregistrement des données : 1.2. Choix du support et des percuteurs : 1.2.1. Les supports 1.2.2. Les percuteurs 2. L’Expérimentation : première étape 2.1. Un
  • préalable indispensable : la perception sensible et physiologique du geste 2.2. Préparations de surface 2.2.1. Percussion directe avec gros percuteurs 2.2.2. Percussion directe avec percuteur emmanché 2.2.3. Abrasion/polissage 2.3. Tracés expérimentaux 2.3.1. Tracés linéaires 2.3.2
  • . Autres tracés (courbes et rapprochés) 2.3.3. Champlevé 3. L’expérimentation : reproduction de la dalle L6 3.1. Dalle de reproduction 3.2. Préparation de surface de la dalle 3.3. Installation du programme iconographique 4 3.3.1. Tracés de fondation et de division de l’espace
  • (séquence 1) 3.3. 2. Gravure d’arcs concentriques (séquence 3-1 à 3-3-9) 3.3.3. Gravure de l’arc et de la corde (séquence 2-1-1 et 2-1-2) 3.3.4. Gravure des chevrons (2-2-1 et 2-2-2) 4. Perspectives pour 2014 5. Lexique 8- Analyse tracéologique tridimensionnelle préliminaire des haches
RAP02219.pdf (LIFFRÉ (35). voie ancienne en forêt de Rennes. rapport de sondage archéologique)
  • LIFFRÉ (35). voie ancienne en forêt de Rennes. rapport de sondage archéologique
  • ROMANO Pascal
  • ancienne a conduit le C E R A P A R à présenter en septembre 2005 une d e m a n d e de sondage auprès de la D R A C / Service régional de l'archéologie. M o n s i e u r Stéphane D E S C H A M P S . Conservateur régional de l'archéologie, à autorisé Monsieur Pascal ROMANO
  • -Fouillard Maison Bianche 1 le Chèsnais Marpiréj^i /ictoiie- / Servon- jj -sur-Vilaine j •^Ve/in- bî^s le C o q u e t s : ^ kéwerat: jEharftepië Dourdair 1û Vallée, J dos C a n o r e ^ la Faroulàis T Ji lei Mâll'eries " Figure 2 : bassin de Rennes, localisation de la zone
  • °RAC-SRA 2007 VOIE ANCIENNE EN FORET DE RENNES Commune de LIFFRE (Ille-et-Vilaine) Rapport de sondage archéologique (autorisation n°2006-236valable du 06/03/2006 au 31/03/2006) Pascal R O M A N O CERAPAR Centre de recherches archéologiques du pays de Rennes Maison de
  • /2006) Pascal ROMANO CERAPAR Centre de recherches archéologiques du pays de Rennes Maison de l'archéologie - La Métairie - Espace Jean Guéhenno - 35740 PACE SERVICE REGIONAL DE L'ARCHEOLOGIE DE BRETAGNE - RENNES 2006 FICHE SIGNALETIQUE LOCALISATION DE L'OPERATION Site n
  • X = 311,585 Y = 2359,770 Z - 80,70 IDENTITE DE L'OPERATION Autorisation : n° 2006-236 Valable : du 06/03/2006 au 31/03/2006 Titulaire : ROMANO Pascal Nature : EV Organisme de rattachement : association CERAPAR Motif de l'opération : Evaluation sur voie ancienne située en
  • à vingt diapos les plus représentatives (fouille et mobilier) : 1 à 14 REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES Année : 2006 Auteur : ROMANO Pascal Collaborateurs : CORRE André, JAVRE Jean-Luc, PRIOL Alain Titre : Voie ancienne en forêt de Rennes, commune de Liffré (Ille-et-Vilaine) Nbre
  • s plusieurs a n n é e s , le C e n t r e de r e c h e r c h e s a r c h é o l o g i q u e s d u P a y s d e R e n n e s ( C E R A P A R ) m è n e u n e série d e p r o s p e c t i o n s - i n v e n t a i r e s a u x e n v i r o n s d e L i f f r é et p l u s p a r t i c u l i è r
  • e m e n t e n m i l i e u forestier. Il n o u s est a p p a r u qu'à la lecture d e s cartes d u secteur établies par la F é d é r a t i o n de française c o u r s e d'orientation, d o n t la précision est r e c o n n u e , se révélaient d e s a n o m a l i e s géométriques
  • , d o n t d e s structures l o n g i l i g n e s p e u c o m m u n e s en m i l i e u naturel, et n o t a m m e n t a u sein d ' u n e s p a c e forestier. E n 2 0 0 4 et 2 0 0 5 , le C E R A P A R a d é c i d é de c o n c e n t r e r ses e f f o r t s sur la forêt de R e n n e
  • s , dont le s c h é m a d e m i s e e n v a l e u r était en c o u r s d e révision par l ' O f f i c e national d e s f o r ê t s ( O N F ) . A f i n d ' é v i t e r la d e s t r u c t i o n accidentelle de sites', surtout c e u x identifiables e n élévation. l'ONF a autorisé
  • des opérations spécifiques de cartographie des sites a r c h é o l o g i q u e s repérables. L e r a p p o r t qui a été r e m i s à l ' O N F en juillet 2 0 0 5 à l ' i s s u e d e s p r o s p e c t i o n s sera d e n a t u r e à faciliter p r é c i s é m e n t la
  • a n s p o u r c e l a e n d é g a g e r j u s q u ' à présent de p o s s i b l e s datations. L ' é t u d e d e s s o u r c e s b i b l i o g r a p h i q u e s relatives à la forêt de R e n n e s ( r e m o n t a n t j u s q u ' a u 1 2 è m e siècle) laissait s u p p o s e r u n e o
  • c c u p a t i o n a n c i e n n e d u secteur, j u s q u ' à l'époque m é d i é v a l e m a i s p a s a u delà. U n e structure longiligne b o m b é e et large a é g a l e m e n t été r e l e v é e d a n s la partie s u d de la forêt. E l l e présentait les c a r a c t é r i s
  • t i q u e s d ' u n e v o i e a n c i e n n e et semblait d i g n e d'intérêt, d'autant q u e le t r o n ç o n r e c o n n u représentait u n e l o n g u e u r de plus de 3 6 0 0 m è t r e s . U n r e l e v é 1 Les travaux forestiers de dessouchage et de reboisement, souvent
  • effectués avec des moyens mécaniques lourds, peuvent s'avérer très destructeurs pour des sites archéologiques en sous-bois. 4 topographique en a d o n c été effectué et intégré d a n s le rapport d'activité 2 0 0 5 du CERAPAR. L'intérêt archéologique manifeste de cette possible voie
  • , responsable d'opération du C E R A P A R . à diriger une opération de sondage du 1er au 31 mars 2006. Cette opération a été financée par la D R A C par une subvention de 4 0 0 euros, ainsi que par le C E R A P A R sur ses f o n d s propres, à hauteur de 700 euros. 5 REMERCIEMENTS
  • EQUIPE SONDAGE L a réalisation de ce sondage n'a été rendue possible qu'avec la participation de m e m b r e s bénévoles, qui ont apporté leurs c o m p é t e n c e s complémentaires, faisant tous preuve d ' e n t h o u s i a s m e et d ' é n e r g i e : q u ' i l s en soient ici
  • R I O L : contribution à l'analyse, documentation Jean-Luc J A V R E : contribution à l'analyse, documentation Judith C O R V E L L E C : relecture et mise en f o r m e Nicolas C H E N E V I E R E : production des cartes de la région B r e t a g n e Ce rapport a été rédigé par
  • GICQUEL Paul-André B E S O M B E S Françoise L A B A U N E Jean-Claude B A R D E L Anne-Françoise C H E R E L 6 CHAPITRE 1 : CONTEXTE ET PROBLEMATIQUE L LOCALISATION Situés dans la forêt domaniale de Rennes sur le territoire de la commune de Liffré (localité distante de 5 km
  • (voir emplacement Figure 13 ) Réparation de chaussée US202 US203 •o O US207- Eléments de radier posés sur zone foyère Trou de poteau US204 Légende coupe AA' : / / AÀ Remplissage : altérite + / \ graviers + petites pierres | Altérite grise Altérite + sable + gravier 0,50m
RAP01525.pdf (DOUARNENEZ (29). Trogouzel. rapport de fouille programmée)
  • DOUARNENEZ (29). Trogouzel. rapport de fouille programmée
  • de la Pen tre/ ft. aridrein Chèvre PLOWJQcfI. salaisons, Porzay f x I - Substruction. O — Fourneau. O - Fosse. kerandraon Q — Temple . À — Monument PO iE ifVEZ-PORZAY Tréfeur (T) — Tourbe. CD Beuzec préhistorique 'Kefvsljv. J (V/âi Pointe du Prat-Trèanna
  • antiquités gallo-romaines d'Armorique. FOUILLE DE LA GALERIE vue aérienne • 7 i *>;• ' > •- i - * u = £ ' , ù. jr - * m • •s"" - i s- 's» J r i - y \ " xi v; V . «r Q&ktwy >, ~ * fJ"ï"' -• -v£ ' .JfJ " gal&iioL V •!* V W- v . , v -* I» „I JçÎ^V^v r i e ï ' o t i i
  • • > * aC'a t'K'ï "„..Äi. '-J ; *r.J*y ¿-* ? u- -..¿isfctauii^si ;'•'< s« i ,o Ea ANNEXE BIBLIOGRAPHIQUE 1) Articles et ouvrages anciens : 1894 : Halna du Fretay (baron Maurice), Temples romains dans le Finistère, B. S.A.F. j p. 160-166. 1894 : Id., Histoire du Finistère de la
  • formation quaternaire à la fin de l'ère gallo-romaine, Quimper. p. 137-145. 2) Articles et ouvrages récents : 1977 : M. Clément : Douarnenez, Trogouzel. Un temple romano-celtique, Archéologie en Bretagne3 15, 1977, p. 20. (P.J.). 1977 : R. Sanquer, CAAM, BSAf3 CV, 1977, p. 52-54.(P.J
  • .). 1978 : L. Fape, La Civitas des Osismes à l'époque gallo-romaine3 thèse, Paris, 1978, A 94-95. (P.J.). 1978 : M. Clément, Douarnenez, Trogouzel. Un temple romano celtique, Archéologie en Bretagne3 20/21, 1978, p. 46 (P.J.). 3) Article sous presse : 1979 : M. Clément : Le tesson aux
  • Temple gallo-romain de Trogouzel en Douarnenez (Finistère) RAPPORT SCIENTIFIQUE LE SITE, p. 1 Au bord de la baie de Douarnenez, centre gallo-romain de la production du garum. LE TEMPLE, p. 2-3 - Fanum polygonal (octogonal ou hexagonal) à galerie concentrique. cella et
  • - Fouille une première fois par Haina du Fretay en 1894. Nouvelles fouilles en 1977 et 1978 sous la direction de M. Michel Clément. CHRONOLOGIE DU SITE ET MATERIEL DECOUVERT, p. 3-5 - Première fréquentation du site dès le début du second âge du fer (stèles, céramique). - Très riche
  • niveau de la Tëne finale (monnaies en or, argent, bronze, céramique, etc...). - Construction et nombreux remaniements au 1er s. ap. J.-C. - Nouvelle occupation intense du site dans la 1er moitié du IVe s., puis abandon des lieux vers 350. CONCLUSION, p. 5 Un classement parmi les
  • monuments historiques paraît souhaitable. ANNEXE BIBLIOGRAPHIQUE, p. 7-8. /5t?5 LE TEMPLE GALLO-ROMAIN DE TROGOUZEL en DOUARNENEZ (fiche descriptive de la carte archéologique n° 29 4 13 046 002). LE SITE. Le site archéologique de Trogouzel se trouve aux abords de Douarnenez
  • (Finistère), qui fut à l'époque romaine une ville prospère, au centre d'une région spécialisée dans l'industrie du garum et des salaisons. Parmi les nombreux vestiges gallo-romains découverts autrefois autour de la baie de Douarnenez, on recensait trois temples de type celto-romain
  • : celui de Crozon et celui du Menez-Hom ont été détruits ; le fanwn de Trogouzel est le seul encore visible. @ — Mosaïque. CROZGN X _ Statue. I Leçquiffinec Morgt; ! . Inscription Krrn _ Sarcophage. \Lostmarc'h Hj-Gppe. SN ' IC U — Urne. \ .% \Cap, de Monnaie, i l — Cuve
  • Lanèvry J-v^.. •..f'fq/nürc'h I J. I Lcnisjh.. V \pou!david Trouguar V:ÌJOamezen i — | I Trégouzel Raz 1 Vestiges gallo-romains de la baie de Douarnenez. d'après R„ Sanquer et P. Galliou (1972) . LE TEMPLE. Le grand fanum de Trogouzel, découvert au milieu du XIXe s., fut
  • fouillé une première fois en 1894 par le baron Halna du Fretay, qui en donna un plan complet. Des travaux routiers menaçant le site, la Direction des Antiquités Historiques de Bretagne entreprit en 1977 une fouille de sauvetage, A SITUATION GEOGRAPHIQUE ^Cathaixl KERLAZ
  • Kerguesten ^ Ä Trouguei DOUARNENEZ o 5M | ipop m. CARTE 27 c Ruines v Mosaïques b Hypocauste A Poteries • Cuves + Bronzes,métal et monnaies «î> Necropole i< Tetnple ® Statues et bas reliefs Routes modernes VîiVî anciennes qui devint l'année suivante fouille programmée sous la
  • direction de M. M. Clément DOUARNENEZ, PLAN DU FANUM DE TROUGOUZEL D'après L. Pape (1978) et Halna du Fretay (1894). Le plan de l'édifice est en fait assez différent de celui dressé par les soins d'Halna du Fretay. Le Temple est polygonal (octogonal ou hexagonal) à celta et galerie
  • concentriques.Durant ces deux campagnes de fouilles, un quart de la galerie entourant la cetta (aux murs épais de 2 m) a été dégagé. Un des aspects les plus remarquables du site est l'existence, sous les murs gallo-romains, d'une épaisse couche d'occupation de l'époque gauloise, qui a livré un
  • matériel considérable en qualité et en quantité. Les murs découverts ont encore un aspect relativement spectaculaire puisqu'ils sont conservés sur une hauteur variant de 1 à 2 m. Une consolidation a été entreprise en 1979, qui devrait leur garantir une protection suffisante. CHRONOLOGIE
  • DU SITE ET MOBILIER DECOUVERT. - Avant le 1er s. av. J.-C. De nombreux tessons de céramique estampée (poinçons souvent inédits svastikas, croix de Saint-André, triangles pointés, esses enchaînées, arceaux pointillés) ont été découverts dans la terre végétale ou mêlés au mobilier
  • gallo-romain. Ils attestent une fréquentation du site très précoce, peut-être dès le 4e s. av. J.-C., dont une autre preuve était autrefois la présence non loin dede plusieurs stèles de l'âge du fer. ~ 1er s. av. J.-C. Sous les différentes couches d'occupation gallo-romaine, le
  • niveau de la Tène finale s'est révélé très riche : monnaies gauloises en grand nombre, presque toutes inédites, dont une magnifique monnaie en or d'un type inconnu (probablement ossisme), des billons armoricains et des petits bronzes de la Mobilier du 1er s. av. J.-C. découvert dans
RAP00343.pdf (HIREL (35). l'aupinière-le paradis. atelier de briquetage. rapport de fouille programmée annuelle.)
  • HIREL (35). l'aupinière-le paradis. atelier de briquetage. rapport de fouille programmée annuelle.
  • : ris *y envisager une fabrication importante de pslat de sel» u n travail «l'artisan qu* u n travail d'un groupe important de b o u i l l e u r s ce s e l . l'Cueot de ce foyer , un amas important do menus débris de brique tagea
  • »?. n o m b r e u x frag«eata «© briques ont étl .recueillis. •M. arriére du talus f on « .remarqué une son© caractérisée par une granae quantité de cendres et de débris do briquet a es (Cf h o t o p r a p h i e s ) • .être le talus et le foyer , on a retrouvé des as«« de briquetag
  • tose de débris rlomérai GodeJr ( c o u aï-o e w h e \ r ( ' c o u c W C). Inventaire son,-'aire do la céramique contenue dan« 1er? différente® couches --ouclto 1 :-an» cette couche o fipureni quelques tesson» relativement modernes C-'.Ifé » xé s) en très faible
  • (, ) . i r a i s o n ve l ' a s p e c t , iwea eocclua i o a a que pour le teaooa sur le plan chroaolo. i q u e . - Para® in« • fini; • - ble » '»«.ré» le brillent « produit pré-fiavien du . ldi de 1® .'aille» Couche , v« y a «cueilli ce - ni a« .ble être un fora de a pillée brul
  • c i r c o n s c r i p t i o n LIRECTION DES archéologique f ',. Kf SttWOyiU^ PP&UQiJÇ. ÏHSTOFtiqUES AlfDIQUXTES Dato d'envoi .50. insalare..197^ :tN!TRE REGIONAL ARC H ÉOLO. ! D'ALE! Fort c¡3 ia Cité ' ¿5400 SAINT M A L C ^ p p ^ de ^Q^J^ES»ABCMEOLOGIQUE
  • SITE 755 , 4 Avril 197^ Sept - Oct / L.LANGOUET intérêt archéologique 20 m 2 Estimation do l'étendue du gisement ? ,: plus de 20 hectares. Nature du gi sentent briquetages Nature des découvertes effectuées atelier (début 1er s ap J.C) avec mobilier Périodes chronologiques
  • ' J"'l- •:» - -U Ht: ¿¡*¿l*.'Qj 'J£ J'.l ji-T dédie ce r e u p o r t d e s f o u i l l e ® d* ¡il à t o u s c e u x q u i o n t a p p o r t é leur aide , e t plue , .• f r t i c u l i ère» en - à 1» Girooaseritien des Antiquité» historiques dont le ,irecteur, ©n&ieuc >->t\x
  • a» Recherche au G.B.R. , ®pé»i«li«t» de ces o p é ration« sur des site® préhistorique»• La «urfac» l prospecter > y artie la plus septentrionale de 1» parcelle H 1?t de JH'^fw appartenant à onaieur »fut divisé» en c a r r é » de s i t r è s sur > »être» • Cette zone avait déjé été délimitée
  • e n par une prospection plus grossière • Ghague fouilleur fut chargé d'une série de tels carrée t avec mission de collecter tous l e « vertipe» de r o b i lier vifcibler en surface et de le® rerrcuper dan® un sac c o d é . Le dénombrement des quatre type» de vestige» rencontré
  • » » â »avoir 1«® fragment* de godets , cl» pilier» et de boulette» de calage et le» ttfsrcau de poteries , s. parais d ' o b t e n i r de» cartogra, hie» de» d é c o u v e r tes» -Cependant , le? frc.. ..entr de o d e t e , en trop grand noa-bre , n'ont p» s été utilisé» } de cJv'e
  • , les tesson» de poteries , très peu n o m b r e u x , fauraiJBent une cartographie trop dtairs»«é» pour Itre exploitable* la fin de cette opération » eeule» Isa carto&raphies de® d é c o u vertes de piliers: et de* boulettes t 'lé.-eBtr -fondait, tintaux des- brieuétape», (tlanche
  • jointe) ont &»rvi à définir 1'implantation de la fouille • 'pré» avoir constaté sur les deux plan» que la. zone codée '}€ seablsit c o r r e s pondre à un» concentration significative d«» vestige» « un carré d» 10 a être a sur 1€ «êtres , codé HL t fut implanté en utilisant des repère
  • de concilier deux buts que l ' o n s'était structure d'atelier ne bricuet âge s partie septentrional® dément de "i O fixés au départ t l'étude d'un» et celle de le str-'tigrsphie • La » ê t r e » o u * 1 a é t r e ) fut fouillée profon- , Jusqu'au sol vierge j par
  • jointes) 1o couches différente» ont été id*atifi«ee j Irurt c?.rect? r i a n t e s , p o u r éviter une prose qui sursit pu Itre longue et monotone , sont r e g r o u p é e s dans un tableau joint qui constitue aussi la lffend» des illustration»« La couche G % dép$t «aria d» tangu» t
  • ! , recouvrait teeaone p a r f o i s non brisés après leur rejet» Il est'intéressant de s ' a t t a r d e r aur artificiel • ultérieurement 1'organisation ces de cet atelier IMPLANTATION arbre 0 20 (ti G H 89 H!89 + + 0 Ui..l 5 I....J I«,—J m FOUILLE T3 N , T2 TI 4
  • grasse terre sableuse gris oui non terre noir oui non grasse tangue gris blanc non non niveau © dépôt noir non non épaisseur 2 à mm» © © , des tangue gris blanc non non grisâtre oui oui comblement marin du f o s s é non d é b r i s de ® (D
  • : --at ¿0 s» surface t o t a l e ) il fut «••.é nsgé fi l'iaVrjttlHL d'une zone délli»ité« par uu fo> é c i r c u l a i r e de rayon «« courbure voisin fit S mètre» • :. a tin««« • ainsi récupérée , ervit en particulier »' confectionner un talus interne } celui-ci , e f f o n dré , se
  • retrouve dans le remblai ultérieur du fossé » peu près au centre de courbure de ce fossé , un foyer c o n f e c tionne avec cette ¡8«® tangue et deux coucher d'huîtres placées â l ' e n v e r s « ¿té ls.pl«nté • Cette i plantation sert de b
  • aurfaoe de 1*atelier ; on' ¿.uppe .e que le foyer était au centre ù© ce fo»ai . La tangue r-' cupérfo l o r s de ce creusenent dut aussi servir » ¿-.dditloanée un « '. rair-usnt que Leone.;te » ,'sable ou p i e r r e s brûlées ,etc... confectionner le; bricuet--.. a» . .es ;aas »r ie
  • tanpu» non cuite ont été retrouvées un peu partout dans l'atelier»lore de la fouille . Le foyer mérite que l'on s'y attarde $ ?» superficie est très sur* prenante ( ê- en sur ki cm) • ..-eux troua cylindrique© , a «un d i e n è t r o de as », trouvaient sur un axe passant par le
RAP00356.pdf (MORDELLES (35). Sermon. rapport de sauvetage programmé.)
  • MORDELLES (35). Sermon. rapport de sauvetage programmé.
  • adsocié à l'édiffice culturel gallo-romaine. La campagne de 1988 a eu comme objectif d'approfondir l'étude du développement de l'occupation à la Tene III finale au nord du tem- ple romano-celtique, sur la zone menacée par des travaux routiers. L'étude archéologique a été continué
  • -Romain 35 MORDELLES irmon. Implantation des fouillhs archéologiques Fossé 3 35 MORDELLES-Sermon Plan des structures fouillées 1985-8 Fossé 3 D ^ FANUM 0 10m =4 Fondations O Oî bâtiment N 35 MORDELLES Sermon Mobilier c&ramique-Fosse dépotoir 10 0 cm 35 MORD ELLES
  • _ PROGRAMME H 16 _ MORDELLES (ILLE-ET-VILAINE) - SERMON SITE GAULOIS ET TEMPLE CELTO-ROMAIN RAPPORT DE SAUVETAGE PROGRAMME POUR 1988 Michael BATT DIRECTION DES ANTIQUITES DE BRETAGNE HORDELLES SAUVETAGE SERMON PROGRAMME ( ILLE-ET-V ILA I NE ) -RAPPORT POUR 1988
  • RENNES-LORIENT. Le site de Sermon en MORDELLES recouvre un habitat gaulois caractérisé par des fossés, ainsi que des bâtiments d'époque gallo-romaine. Le gisement a déjà fait l'objet de trois campagnes de sauvetage en 1985 à 1987, précédées d'un sondage de reconnaissance effectué en
  • 1984. En 1985, les fouilles avaient permis l'étude d'un système d'enclos qui avait livré des fragments de vase décorés, de la Tène II et III ainsi que les premiers importations qallo-romaines. En 1986, les fouilles mirent au jour un temple de type celto-romain à celle hexagonale
  • entourée d'une aalerie de plan carré comportant une annexe à l'Est. Ce plan est inédit en Gaule, un exemplaire est connu en Grande Bretagne. En 1987, la zone de fouille avait été agrandie vers le nord à l'ouest du temple, permettant l'étude d'un système complexe de fossés, d'enclos
  • en même temps au sud de l'édifice gallo-romain, sur l'emprise d'une voie de communication avec le lotissement communal qui se trouve à l'ouest. Le décapage avant la fouille fine de la zone au nord du temple, déjà étudiée en partie en 1987, a mis au jour un épandage de fragments
  • ' de briques et de tuiles mélangées avec de l'argile limoneux. Le dégagement de cette couche a mis au jour l'emplacement d'un fossé (fossé 6) orienté nord-sud qui forme le côté ouest d'un enclos probablement carré ou rectangulaire. A l'intérieur de cet enclos de nombreux trous de
  • poteaux ont été localisés. Dans la partie centrale de l'emprise du fossé se trouve une ouverture, qui représente probablement l'entrée de cet enclos. Rempli de terre brun-noirâtre dans sa plus grande partie la fouille du fossé a mis au jour en plusieurs endroits des lentilles
  • irrégulières de schiste vert. Le mobilier trouvé dans le fossé 6 est représenté par des vases décorés de l'épogue la terre finale (-50 avant J.C à -10 avant J.C) ainsi que des fragments d'amphores (Dressel I-A) A l'intérieur de l'enclos la fouille a mise au jour de nombreux trous de
  • poteaux. Pour l'instant une interprétation sur leur répartition et organisation n'est pas possible mais il est certain qu'ils représentent l'emplacement de structures en bois. La fouille de la zone entre la limite sud de l'enclos (fossé 10) et le temple, commencée en 1987, a mis au
  • jour, sous un épandage de schiste bleu, l'emplacement d'un qrand fossé rempli de terre brun-noîrâtre avec des inclusions importantes de morceaux de terre cuite provenant d'un structure hors-sol non-identifiée. En 1987, la fouille des couches supérieures de cette zone a livré un
  • mobilier abondant (monnaies, fibules, objets en fer, céramique gauloise et gallo-romaine précoce) en 1988 un mobilier purement la tene finale a été mis au jour pendant la fouille de cette anomalie dans les couches inférieures. La fonction de cette fosse est pour l'instant dif- ficile
  • à interpreter. Au sud du Temple, les sondages de reconnaissance ont permis de confirmer l'existence d'une deuxième structure en pierre gallo-romaine. Cette structure, localisée après le décapage par pelle mécanique par la présence de matériaux de construction, tuiles, moellons
  • et tissus de céramique. Les sondages ont permis la localisation d'un mur volé et l'identification de sols empierrés. De nombreux objets, monnaies objets en bronze et en fer ont été découverts. L'intérêt scientifique de cette fouille est indéniable ; la présence d'un habitat
  • gaulois associé à un sanctuaire gallo-romain. Ses résultats donnent maintenant des renseignements interressants sur l'occupation. du monde rural à la fin de l'époque gauloise et sa romanisation. La fouille de ce site en 1989 sera orientée vers l'examen de la zone à l'intérieur de
  • l'enclos et ses abords orientaux sur la parcelle 372 (voir plan). Il est évident, d'après les prospections et la fouille, que le site continue vers l'Est dans les parcelles 373 et 374. Pour l'instant les fouilles ont été effectuées sur la parcelle 372 appartenant à la commune de
  • MORDELLES. Les parcelles voisines 373 et 374 sont également menacées par le tracé prévu de la nouvelle route mais pour l'instant inaccessibles, leur maîtrise foncière n'étant pas encore acquise. I Zone \ fouillé 363 Fouille 1988 \ Fouilles \ \ prévu e \ \ 1989 .Bâtiment "Duilio
  • Mobilier Sermon ceramique- Fossé 6 10 0 cm 35 MORCELLES de l'enclos (Cliché M. SERMON daté BATT) de la Tène Finale. 35 M 0 R D E L L E 5 Monnaie gauloise Statère des Riédones SERMON trouvée Cliché 2 - Droit 3 - Revers 1988 - classe II i i ê • ^vl ,i! 4 »¿ÀÎ
RAP01606.pdf (PLOUNÉOUR-TREZ (29). le souterrain du Viquet. rapport de sauvetage urgent)
  • PLOUNÉOUR-TREZ (29). le souterrain du Viquet. rapport de sauvetage urgent
  • Valable du Ol>/o5'/38 Titulaire iiiuiaiic : au^l/o5 L E — q~ o F FlC • •— 1990 •M\ckel * •• _ : Organisme de rattachement :Conef e Maître d^ouvrage des travaux : n M K-prv.Arrec. e t Surface fouillée : ' ^ B ^o^enneç
  • Surface estimée du site • Mots-clefs (thésaurus DRACAR pour la chronologie et les vasriges iimnobaiers) : - sur la chronologie : ftQf^ ^^ r-g-R r. M l o - ^ o rv - sur la nature des vestiges immobiliers ; s o v J - r e ^ ' R A l W - sur la nature des vestiges mobiUers : v E-ouxii
  • - ns-Cn^AWf^s » Notice sur la problématique de la recherche et les principaux résultats de TopératicMi archéologique : ^ , I l ^ I . 1 r /- ( —r-"~ Lieu de dépôt du mobilier archéologique :LE f A o U ; 3>^3LÀjLhùnLM SOMMAIRE 1. Circonstances de la découverte 2
  • la reprise de l'extraction de matériaux chez M. Kermarrec. E o, Fig. 6 : Plan et coupes du souterrain. Pendant la fouille une séquence de l'émission Du-man, du-se, réalisée par Michel Tréguer a été tournée. 5. Résultats de la fouille 5.1. la structure souterraine Le
  • possible de proposer le phasage événementiel suivant (fig. 25): Phase 1 : Occupation du site à La Tène ancienne-moyenne Phase 2 : Creusement du souterrain et construction de la chatière maçonnée après un effondrement de voûte très localisé. î M 1to i u -o e S .2 IB 3e ts u 't 2
  • > CS •S Io VI 3 •o ecd l s o u eh ÍIh Phase 3 : Construction du mur de soutènement dans la partie sud de l'accès primitif pour pallier la fragilité de la paroi. Phase 4 : Réalisation du plancher par mise en place d'une couche de ragréage sablo-limoneuse de teinte
  • dimensions, en mm, relevées sur les vases l'on été suivant le code suivant : Do = diamètre à l'ouverture, pris à l'extérieur de la lèvre ; De = diamètre minimum du col, pris à l'extérieur ; Dm = diamètre maximum de la panse, pris à l'extérieur ; Df = diamètre du fond, pris à l'extérieur
  • temple romano-celtique de Trogouzel en Douamenez, il est attribué au Hallstatt final (Clément, 1978) ; un second, associé à un décor curvilinéaire fait d'arcs pointillés, sur un tesson provenant d'un souterrain armoricain à Pont-Vil en Moëlan-sur-Mer, daté du IVe siècle av. J.C
  • quartzo-feldspathique contient en outre de nombreux ferromagnésiens. Le décor comprend une frise horizontale d'esses pointillées couchées (poinçon S 32) et un décor géométrique fait de traits incisés où l'on reconnaît l'amorce d'une échelle verticale. W A" o j \ io Vase n° 19 : Peut
  • -être le même vase que le o) précédent, car les caractéristiques de la (o poterie sont identiques. Le décor de la panse 1 Oj J du vase est géométrique et formé de fo panneaux séparé par une bande verticale où court une sinusoïde agrémentée de petits V\\>4 \ y^ 1, * L I— cercles dans
  • LE SOUTERRAIN DE L'AGE DU FER DU VIQUET PLOUNEOUR-TREZ (Finistère) N° de site : 29 203 007 DFS DE SAUVETAGE URGENT (13/06/98 - 05/06/98) par Michel LE GOFFIC CONSEIL GENERAL DU FINISTERE SERVICE DEPARTEMENTAL 1998 D'ARCHEOLOGIE Siten-lAjLij l I j ^ L ^ Département- ^ L N
  • ' v S T E g g [OjLOjLi. Commune Lieu-dit OU adresse : UË V\ qU £T— Section et parcelles: 1 £ 5 8 _ b H £ 5 9 Coordonnées Lambert : Abscisse : Ordonnée : A l t i t u d e : Propriétairesdesterrains: Protection juridique : n t É A N T — AutOTisation n • : d 9 9 8 / o 5 5
  • . Localisation p. 3 3. Contexte archéologique p. 3 4. Déroulement 5. Résultats de l'opération et motif de la fouUle et moyens mis en oeuvre de la fouille p. 1 p. 7 p. 10 5.1. La stmcture souterraine 5.2. Le phasage des événements et les unités stratigraphiques 5.3. La première
  • 3 et 4 5.4.1.4. La salle 3 5.4.1.5. La salle 4 5.4.1.6. La salle 5 5.4.1.7. La salle 6 5.4.2. Le mobilier lithique 5.4.3. Le mobilier métallique 5.4.4. Divers p. 38 p- 38 p. 38 p. 39 p. 40 p- 40 p. 60 p. 63 p. 65 P- 68 P- 69 P- 69 5.5. Les traces d'occupation de l'époque gallo
  • -romaine 5.5.1. Le mobilier céramique 5.5.2. Divers 10 20 24 24 38 38 p. 74 p. 74 P- 74 6. Conclusion P- 74 7. Bibliographie P 75 8. Remerciements P 77 LE SOUTERRAIN DU VIQUET EN PLOUNEOUR-TREZ 1. Circonstances de la découverte et motif de la fouille En octobre 1997
  • , une excavation est apparue dans l'angle de la parcelle appartenant à M. Joseph Kermarrec et exploitée en carrière de matériaux de remblai. C'est M. André Bodennec, agissant pour le compte de la commune de Plounéour-Trez, qui a découvert cette cavité artificielle en extrayant des
  • matériaux à l'aide d'un tracto-pelle, tandis que son frère, M. Vincent Bodermec, propriétaire de la parcelle voisine, a remarqué qu'à l'intérieur se trouvait de la terre contenant des tessons de poterie, des fragments d'argile cuite et des ossements qu'il préleva précautionneusement. Le
  • 6 janvier 1998, le Service Départemental d'Archéologie a été averti par téléphone de l'existence de cette cavité et nous nous sommes rendus sur place le 9 janvier. Le site était resté en l'état depuis la découverte de l'excavation. Une visite du chantier nous a permis de
  • constater que le terrain avait été entièrement bouleversé par les travaux et qu'il était illusoire de rechercher de quelconques structures en surface (fig. 1). Par ailleurs la découverte ayant eu lieu dans l'angle Nord-Ouest de la parcelle, il apparaissait évident que la structure
  • souterraine se prolongeait chez le voisin. Celui-ci nous confia qu'il avait déposé un permis de construire pour la réalisation d'un appentis au pignon de sa maison, à l'endroit présumé d'un des accès du souterrain. De façon à libérer les terrains de toute contrainte archéologique, les
RAP00393.pdf (SAINT-MALO (35). la cité d'Alet, rapport de fouille programmée)
  • SAINT-MALO (35). la cité d'Alet, rapport de fouille programmée
  • r e s e u t l i e u . O n a f a i t u n e d a t a t i o n de l a f o s s e d é p o t o i r à l ' a i d e l a f o r m u l e do B i n g t o n m o d i f i é e s ' a p p l i q u a n t a u x t u y a u x de p i p e . D a n s l e l o t de t u y a u x r é c u p é r é s , a u c u n n
  • r s de l a mise en place d'une pelouse en 195é - une structure carrée empierrée (Zone II) qui s'est avérée être u n dépotoir de l a fin XVIIème siècle ou du début du XVIIIème siècle - le m u r n o r d de l a C a t h é d r a l e du X è m e s i è c l e . Trois dépotoirs ont été d é
  • ) , gallo-romain (couche 3) et gaulois (couche 4 ) . : Les couches i d e n t i f i é e s avaient l e s principales c a r a c t é r i s t i q u e s suivantes : - couche 1 : terre arable ; labourée dans l e s couches m é d i é v a l e s et g a l l o - r o m a i n e s lors de l a r e s t
  • a u r a t i o n de l a dernière c a t h é d r a l e . - couche 2 : terre grise ou brune contenant d'une manière caractéristique des ardoises p r o v e n a n t de l a toiture d'une des c a t h é d r a l e s . - couche 3 : gallo-romaine ; terre m é l a n g é e (remblais) , tantôt
  • grise , tantôt jaune , contenant de n o m b r e u x b l o c s d'argile cuite et des t e g u l a e . Elle se subdivise en 3 a et 3b. - couche ^ : terre plus jaune , plus dure ; argile eont l a granulométrie v a croissante au fur et à m e s u r e que l ' o n s'approche du rocher s u b
  • j a c e n t . - tranchée T1 : tranchée de f o n d a t i o n du m u r de l a Cathédrale , base empiérrée liée au m o r t i e r b l a n c . - tranchée T2 : fosse creusée dans l a couche stérile et le granit , ayant servi de dépotoir gaulois . Cette tranchée doit faire partir d'un
  • aménagement du site à l ' é p o q u e g a u l o i s e . - fosse F : fosse découverte , contenue presque entièrement dans l a b a n q u e t t e . - M1 : mur arasé dont les p i e r r e s sont l i é e s avec un m o r t i e r jaunâtre g r a n u l e u x . - M 2 : mur n o r d de l a Cathédrale
  • ) . Aucune zone ne figure en couche 1 , cette d i s t i n c t i o n ne s'étant imposée qu'à l ' a p p a r i t i o n des couches i n f é r i e u r e s . Avant d'aborder l e s datations , il est nécessaire de décrire le contenu des différentes couches o b s e r v é e s et explorées . Couche
  • 1. 25 fragments divers de céramique sigillée (E5 1) s'étalant c h r o n o l o g i q u e m e n t du Ilème siècle (Drag 3 7 5 l e z o u x ) au IVème s i è c l e ( A r g o n n e , C h 320,Ch 3 3 0 ) . une poterie m é d i é v a l e avec un v e r n i s jaune et v e r t . 200 tessons
  • grisâtres ou rouges , dont 16 r e b o r d s et fonds. une épingle en bronze (E5 6k) en très b o n état n o m b r e u x fragments de verre , verts ou jaunes , souvent b u l l é s . 5 k i l o g r a m m e s d'ossements d ' a n i m a u x , nombreux objets en fer. 1 balle de m o u s q u e t
  • en plomb (diamètre 1 cm) quelques dizaines de tuyaux de pipes et des f o u r n e a u x dont certains présentent des décorations et des m a r q u e s . Tranchée 1 . 1,5 K i l o g r a m m e s d ' o s s e m e n t s u n f o n d de p o t è r i e m é d i é v a l e v e r n i s s é v
  • e r t e ( E 5 1 2 ) 1 t e s s o n de c é r a m i q u e s i g i l l é e (E5 8 5 ) . D r a g 3 7 ( m i l i e u I l e s ) 1 perle en ambre quelques f r a g m e n t s de verre fer : u n e p o i g n é e de c o f f r e , u n e b a l l e de l a d e r n i è r e g u e r r e , d e s c l o
  • u s , u n e c i n q u a n t a i n e de t e s s o n s d i v e r s d o n t 11 f o n d s et r e b o r d s ( 2 / 3 g r i s , 1/3 en p o t e r i e c o m m u n e r o s é , b r u n e , g r è s n o r m a n d ( E 5 2 ) . Zone I u n f r a g m e n t de s i g i l l é e ( E 5 2 ) p o t g l o
  • b u l a i r e i n c i s é b t e s s o n s (E5 7 8 b ) d e s m o r c e a u x d ' a r d o i s e s (E5 1 3 ) p r o v e n a n t d ' a r d o i s e s d e s f r a g m e n t s de t u y a u x de p i p e (E5 1 3 ) environ Illème 15x9 siècle) cm) Z o n e II tessons divers trouvés
  • engagés sous le mur de la cathédrale (E5 52) Tranchée 2 . 2 m o r c e a u x de b r o n z e e n t r è s m a u v a i s é t a t 3 5 0 t e s s o n s ( E 5 89b) d o n t 15 f r a g m e n t s a p p a r t e n a n t à de g r o s s e s p o t e r i e s r o u g e s (Ê5 8 9 ) . 5 0 t e s s o n s
  • p r o v e n a n t p l u s s p é c i a l e m e n t de l a s t r u c t u r e é f f o n d r é e du f o y e r et du d é p o t o i r (E5 9 5 ) 8 k i l o g r a m m e s de b r i q u e s p r é l e v é e s p o u r d a t a t i o n p a r t h e r m o l u m i n e s c e n c e (E5 9*0 8 tessons
  • t r o u v é s s o u s le foyer , g a u l o i s , (E5 9 3 ) • 6 g r a n d s f r a g m e n t s de fer i n f o r m e s 0 , 5 k i l o g r a m m e d ' o s s e m e n t s ( b a d e du f o y e r ) a v e c b e r n i q u e s e t m o u l e s e n t r è s grand nombre 1 l e n t i l l e c o n
  • c a v e , i m p r é g n é e de c u i v r e , p o u v a n t a v o i r s e r v i à l a c o p e l l a t i o n de l ' a r g e n t - p l u s i e u r s f r a g m e n t s d ' a u t r e s -pièces i d e n t i q u e s . Fosse. quelques ossements, 1 huître 1 t e s s o n de c é r a m i q u e
  • g a u l o i s e 1 fragment d'ardoise médiévale 1 m o r c e a u de p l a q u e de s c h i s t e 1 épingle en b r o n z e . Couche 2. Zone , noire I tessons d'une poterie commune blanche rosée (E5 6) Zone II '+0 t e s s o n s v e r n i s s é s ( b r u n , v e r t , b e i g
  • e , b l a n c ) X V I I è m e s i è c l e 8 t e s s o n s de g r è s n o r m a n d s . A u t r e s t e s s o n s v e r n i s s é s (E5 3 5 ) 8 t e s s o n s (E5 d o n t 2 r o u g e s à l ' i n t é r i e u r et n o i r s à l ' e x t é r i e u r . 150 t e s s o n s de p o t e r i e
RAP00441.pdf (LE QUIOU (22). les Ruettes. rapport de sauvetage urgent)
  • LE QUIOU (22). les Ruettes. rapport de sauvetage urgent
  • a. AoboAd Aecuelltiei {alt. l'ob d'uno ótude aAchóomagnétique complémentalAo deitinée à con{ÌAmeA la chAonologio d'occupation [LaboAatoiAe d'aAch.oome.tAle, Unlvemité d Rennoi IT). L' o,xlitence do voitlgoi maq.onnéi à conduii à la dóllmi d'uno zone de pnotection de dimensioni
  • 22 - LE QUIOU Les Ruettes R a p p o r t de sauvetage 1984 D I R E C T I O N DES A N T I Q U I T E S H I S T O R I Q U E S ET P R E H I S T O R I Q U E S DE BRETAGNE En Novembre 1983, la commune, de Le Quiou (22) informait la VÂAection des Antiquités de V existence d'un
  • l'utilliation commo dópotoin. eit atXeitée paA do nombnoux Aojeti allmentaiAoi [coqullJL d'kultAeò ot coquillagoJ, divoAi, {aune) almi quo paA du mobilleA c mlquo, paAml loquol un teiion do iigiULee à dócoA vegetai eit attnlbu au Ilo iiodo (expoAtiio on couAi). L'enie.mblo de,i tulloi
  • lotissement communal Zone Archéologique \ \ r" \ Le b â t i m e n t r e c t a n g u l a i r e , vu du sud Le b â t i m e n t r e c t a n g u l a i r e . D é t a i l du béton et du m o r t i e r à l'angle S~U de la maçonnerie.
  • projet de lotissement ¿U la parcelle B 294 "Les Ruettes" et signalait V éventualité de £a prés d'an .¿¿te archéologique SUA ce terrain. L'enqu&te de V¿Auction du Antiquités menée en collabor tion avec le Centre Régional Archéologique d'Alet confirmait, d'une que des tuiles
  • romaines avaient été collectées en 1938 lors de la réf tion de la fontaine Saint-Lunaire, implantée dans la parcelle concern à proximité du ruisseau, et d'autre part la présence de tegulae indiq une occupation gallo-romaine dans les moitiés Nord des parcelles 22 et 23, ainsi que dans
  • la parcelle 310. La répartition des indices issus de la prospection dans le terrains jouxtant la parcelle 294 montrait l'existence indiscutable gisement archéologique dans cette dernière, tout au moins dans sa moi Nord-Est. La présence d'une prairie recouvrant la parcelle 294
  • rend impossible la prospection au sol. Le projet de lotissement affectant cette parcelle nécessitait une opération destinée a évaluer Vimport des vestiges archéologiques en vue d'une protection éventuelle sous de sondages de reconnaissance [Autorisation de sauvetages n° 84-16 25
  • mars 1984). La parcelle 294, section B, est limitée au Sud par le chem communal de La busardiere et au Nord par un ruisseau. Elle descend en pente douce [4 %} du Sud au Nord. Le* sols se sont formés dans les dépôts pliocenes [sables, cailloux de quartz, etc...) reposant SUA des
  • s verts [carte géologique au 1/80 000 de Vinan). Un réseau de tranchées à la pelle mécanique à permis de d finir l'importance des vestiges archéologiques et de constater leur tuation Limitée à la bordure Est de la parcelle B 294. Lei itAuctuAoi MmcowtAiii (nurnin.oto.QJ,> eie
  • 7 a 4 on alZa Sud au Moid) iont tAoti {oaei [itAuctuAoi 7, 1, 4) ot une poJJjto coni tAuctlon AectangulalAe [itAuctuAe 3). - do, AOAOA ÌQI> {0ii2J> 7 Ot L, CAOUiOOi dani ¿0. iol vIoAge, Ont livA {¡nja.gm2.nti, di tegulae et quelquei> 2io.mo.nti, do. cóA - La itAuctuAe 3
  • ut uno. petite conitAuctlon AectangulalA oAiontóe U 7 5° Ouo.it, do dimensioni IntoAtouAoi, 3,10 x 7, 95 m. La guouA. eit dani lo i>om> do la ponto. Elio a ete établle a pcuvbLn d'un cavatlon CAOUAOQ dani lo iol vioAgo ot paAementóo IntenleuAement pan. muAi do calcalAe
  • coqiu.llA.oA, lo {\ond Aocevant un beton ; iol oX muA otaiont Aecouventi d'un mohtloA do tutZeau dont iubilitent quelquei d Il iomble donc i'aglA d'un baiitn tAei aAaié ot appaAommont tioló. Lei nombAeuiei tnacei cendAouiei do la co uà10 d'e{{ondAoment do tulloi a nliont Vhypotheio
  • d'uno doitAuctlon consecutivo a un incendio. La pAo ience do tenoni veAniiiéi dani la coucke d'e{{ondAement n' oxclut pai Aéutilliation medievale ou poit-médiévale. - La itAuctuAe 4, ¿¿tuo. a pou do diitance au Ho Ad du ball- moni. AeclangulalAo, eit uno {ono ou un {onó dont
  • Aédultei (75 x 10 m) deitinée à otAo pnlio on compte dani la AépaAtition dei, conitAuctioni pnojeteei PLAN DE SITUATION le Besso g le-Fougeray la Lande 'Oritë Cogrieraief\ N 22 LE QUIOU "f 0 metres 1 2 Covrimene d u . CJulldll Ç 4= (22) lo N 22 LEQU/OU Projet de
RAP02412.pdf ((35). le bassin de Rennes. rapport annuel de prospection inventaire)
  • (35). le bassin de Rennes. rapport annuel de prospection inventaire
  • ROMANO Pascal
  • les seuls terrains nus où des conditions réelles d'observation existent. Déclaration de découverte archéologique Annexe l .i m Service Régional de r Archéologie de Bretagne i, M «J C**p*j«, 35044 IUnn*s C*4ex. Données complémentaires= Première mention = |2,|
  • ...C..?\ Techniques de repérage : Ilnformateur : ... .Jz.çm.-A*f.y*.&#\$ &.E&&.?.A&. Description des vestiges : Pr .t5.RYV.Ç,.ï_...A .w>!\.c...A .i .'3L «.i.'rt .*r... [JT 1. S. . . Nl.Ci At.. . A .fci . . Cl. Xi.Ct.KX AÙ
  • ^.r«js«Ae-. Ae_... e«nu>I.e,.r..ttf.v:.^..C.^ De,..Jp.o«.»»fc...ï:vrÀ.**.k\jC».alcL;.«:e &e.S ...AX.»a .e .'(V .Sionj SOAV c\e2 ,z.oifl-, ^«w-^fo »n . C 'est *
  • Bretagne «. M Première mention = CMn*ra. 35044 fUnnat C«o Données comptementaires= Z\
  • Annexe I. Service Régional de rArchéologie de Bretagne «, u du OMjln. 35044 H«« C«du. Données comp(émentaires= X Première mention = f. \T\ 0 \ O | 8 Année = Année première mention Nature de ropération = ...Xf.SSJM Ç .S. P.Ç-.^A.ÎWL SA A M i P.îyS.S-.stl Responsable
  • =; ...&ft.yy>.f>:.Y\£. Organisme = .. I.l \c.-...c\..-vJ .:...\«,v .^..t Lieu-dit ( du Cadastre) : ....Cp..^«r.v£p^^...ÀiL ..X.k.^V..y7.t. Commune Département : ...C^>rv .c.f;?..s?.«r.....A..V-.....Ck ^./.î.'. Lieu-dit (de ri.G .N.) : Cadastre = LSlfC .£^jr£.t....!}o..W.».*i .l^ 4
  • .p ...W^ Description des vestiges :\)£y .fe...?Lr.£.S W«.c-^^^" t ^-4 ^)Sfi ....niM..Etat de conservation : H...\.5.£iAL.ttc...c£S ...Uo*ji_^ ..\do/y .g.v\. Eléments de datation : _ ...M .é.çMvtT Chronologie proposée : .. JL .A Â t he .*r.MA.At Mobilier | Oui | Non
  • . EUE] Circonstances de la découverte : Année d'édition SEv/IG-ME Zone : : ^.a..ç.^.i..K\ Q.X>. ?.^xA \iLL ..zko. t iK^ki,m ri^ Nom CESSoiJ - Centre site : ,....At...ilv..f -..£p..^.feL...Î?.O .vw.**\À .*lc î&yir .V...AvA..I>.iûm»jl.!\£ a jc**i . Coordonnées Lambert
  • » AprtS la. sortie cit. . v ... ja:WL„l £iM.&_..Ç.£.?.&^ (a, fo»»£t- de Z-ifF/fc Numéro Carte I.G.N. 5mK ..Pr.ftrft .fMr.ç. .«M.c fcU .ç.. ...Jstât..a ...5.S ..CU.s :Q v Nom ' Année d'édition AU* 0 Coordonnées Lambert Centre site : Zone : [TLT. Contours rmin |3 Z- o X
  • = Y= Rayon du site (mètres) : I Circonstances de la découverte : 1 13101m Xa Ya Xb Yb Xc Yc M Yd Xa Ya ....P.y?o .5..f>..«;.V.\.i ..0.vn Techniques de repérage : Ilnformateur : Description des vestiges ...,C.w.A.v».)i ^.v.!t, Etat de conservation : ^Z. Mobilier
  • ..^..^.v.lçv»..>!î..e. Lieu-dit ( du Cadastre) : Cadastre .î!Ws .fcjoJL~. ...R .O..Yy>.AWP. Responsable = O ]-i \ J_.VNAJ.ft.*Ar«r-.i .\fft fe^f.e .it.SA.0.» Nature de ropération = 2J[o\o\S Année : o Année première mention, 3 Données complémentaires 3 Première mention = l
  • site (mètres) : |é 5 «5 .4 5 3~ Ç Ya 2> Yb Ye Yd O } Xa O | m T- 5 1. ?- 5 Xb 2. 5 h 3 5 h 3 5 3 5 •7 Ya S 75 f 0 s 0 'ouest-)7 cfe**; .P.r.o.S..p .e.tA'.i.£.,n Circonstances de la découverte : Techniques de repérage : Itnformateur : C.a .C.M&ls
  • /. Xf.OM..~J.ULi Description des vestiges ; \}..O..i .yT.\~ Etat de conservation : J.\P^JAt.X\.. Eléments de datation : K Chronologie proposée : Mobilier Oui >T t .....A«rft»....Ckw.A1t p.«.\\S ÇSJkMVtO.tr.C au... [^...Q .P.A fjft.W .(S^.^....k.^...s:t.\.^ .*.&.V!v.I
  • : vues en plan et profils Annexe !•■ Déclaration de découverte archéologique «Service Régional de rArchéologie de Bretagne «, u du Ctafkra. 35CM < Année = l £|o|o |& Responsable = .. Bft AVkQ Nom du site : Cadastre □ L .WiV..i.Va.t.a.i..Vr.«... Organisme = . .Ç'.çvS .CcuL
  • ) : . ç\.t tOu>( ty:.t.....e .VA .43.3.3 Année d'édition Nom Numéro Carte I.G.N. Contours Zone : Coordonnées Lambert Xi Centre site : Xb PTTÔlm Rayon du site (mètres) : 8 A 2. S 1 Yl 2 Xc Yc Xd Yd Xm Y« 0 Zr Yb l o o 5 7- (s Circonstances de la
  • : Documentation : Bibliographie C ADHE . VVitS,...Kt.. 1 r o 1 R6SERVÏ CELLULE CASTE A«CKOLOGKXI6 N' de site attribué | | N* d'enregistrement DRACAR | | [ I I Mil Code AP / AH Modification | | | ÀM /j DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES EXTRAIT DU PLAN CADASTRAL
  • 1996 Coordonnées : X 0281.613 -Y 2356.020 - Z 76,5m | 0 Environnement topographique du site Plan réalisé en 1993 par Philippe Robert instituteur 125 250m Site de La Harelle Vue partielle du nord Annexe l .i Déclaration de découverte archéologique •g Service «, nM \o\o
  • ....*^V.vs^ Zone : F«.»-«-;«.v i . m i5i x= A Année d'édition rtoUT AuM M o Coordonnées Lambert ———— — Circonstances de la découverte : ?X.P.i..p.s. 2. 7- A Xa Ya A Xb Yb Xc Ye Xd Yd Xa Rayon du site (mètres) : Z- 7- s Ya Av .o .ta Techniques de repérage
  • est délivré par : cadastre.gouv.fr EXTRAIT DU PLAN CADASTRAL 271500 271500 271750 271750 ne/ou X Copyright IGN - Projection Lambert II étendu i Commune de Montauban (Ille-et-Vilaine) Les Ferrières II 250 m NTF Févriers 1,2 et 3 Carte IGN - 1 : 25000 - 1 1 18 O - 1996
  • RAPPORT ANNUEL DE PROSPECTION CERAPAR 2008 CENTRE DE RECHERCHES ARCHEOLOGIQUES DU PAYS DE RENNES CER APAR (Centre de Recherches Archéologiques du Pays de Rennes) (Association Loi 1901) Maison de l'Archéologie Espace Jean Guéhenno 35740 PACE » : 02 99 68 74 56 - e-mail