Rechercher sur le site

  • Chercher les documents contenant un mot OU un autre : tapez simplement les mots à la suite => bracelet bronze
  • Chercher les documents contenant un mot ET un autre : utilisez le mot-clef AND => bracelet AND bronze
  • Chercher les documents contenant une expression exacte : taper l'expression entre guillemets => "bracelet en bronze"

Limiter votre recherche

Auteur
Type d'opération
Commune
Département
Date (Année)

3406 résultats Exporter les résultats

Trier par Titre : ascendant / descendant
RAP00567.pdf ((56). quatre communes du Morbihan : carentoir)
  • . Future work A team of four will return to the core communes in October-November 1987 to do one final month of 'total collection'. In August and September 1988 we plan an extended season of small-scale excavation in the core, to continue to investigate the relationship between surface
  • within thèse transects were walked at 50m intervais, using collection units of 100m; some were too sodden for effective and damage-free surface collection. Field conditions, features, présence of varieties of schi ste and local pronunci at i ons were noted on standardi sed recording
  • for its very 1 ow proportions of médiéval pottery and very high of post-medi eval . Thèse results are striking by comparison with patterns of material recovered from the four core communes. Whereas the amounts of Roman material collected from the surface are mue h the same, the amounts
  • and proportions of médiéval material are 1 ower (especially in R) - as in N - while those of post-medi eval material are considerably higher, though not as high as in N; in the core 507. of pottery collected from the surface was médiéval and 46.77. post-medi eval . The proportion
  • on the north-east side of the high land near the Carentoi r /Combl essac boundary and none by the wood in the Lande de Craon, both areas lacking surface pottery too. There was little or no pink material on the western and south-western si des of this high land, and none from Couè'dillan
  • by smelting iron ore in shaf t f urnaces; that from R9, however, weighed 2kg and came from the bottoms of bowl furnaces; first- and second-century pottery was collected from the surface in this 6 area. This season 's work has produced several indications that the core communes
  • quarries has allowed the provenancing of the few remaining unprovenanced local schi stes used for building in the core area. During the months of March and April 19B7 a team of four, under the supervision of Mog Tingle, worked fui 1 -time at intensive surface collection within the core
  • as, Treal and Carentoir, together with sélective geophysical and geochemical surveys, and small excavations to test results; compl ementary envi ronmental analysis is also being undert aken , as is a sùrvey of ail standing buildings in the core. The complète study involves (amongst other
  • (from the area of La Sourigaie to La Houssaie), passing through the communes of Missiriac and Malestroit and the northern outskirts of the town of Malestroit; Transect R ran north east for 7.75km from Trelo to Le Mur at the north-east corner of Carentoir, passing through the communes
  • of Comblessac, Guer and Les Brûlais; Transect M ran due east to the River Vilaine for 21.5km front the area of Bat Colin and Le Boschet in south-east Carentoir, passing through the communes of La Chapelle 1 Baceline, Sixt, Bruc , Pipriac and Guipry, and just south of the bourg of Pipriac
  • forms. Ail available fields in Transects P and M and those in Transect R for a distance of some 7.75km were covered. Hence, 858 fields were walked (72 in P, 640 in M and 146 in R) , encompassing 1044 hectares: 8.57. of the surface area of Transect P (95 ha.), 18.77. of Transect M
  • for di sti ngui shi ng between greater and lesser concentrations and for providing a means of référence to them; they do not necessarily dénote the location of former settl ements. ) In accordance with the conventions, the concentrations of surface material (total 219) may
  • .) 219 (25.57.) 858 Table 2: concentrations of surface material (percentage of fields walked per transect and in toto) Of thèse concentrations none had predomi nanti y Roman or prehistoric pottery but a small proportion had some Roman or pre-Roman sherds. Some concentrations had
  • of surface scatters Di scussi on Clearly the character of the surface material differs from transect to transect. Transects P and M had areas which produced a little pre-Roman pottery - as had Transect N - a phenomenon that is extremely rare in the core communes (Asti 11 and Davies 1986
  • : 115). P is notable for its relatively high proportion of fields with significant concentrations of surface material, high by comparison both with Transects M and R as also by comparison with the core, where fields with notable concentrations averaged only 24.27. of those walked
  • of concentrations characterized by médiéval pottery is much lower than in the core (where it was 54.77.), and that by post-medi eval much higher (20.47. in the core). The overall distribution of material nevertheless shares some characteristics with that in the core. Again there are 'blank
  • ' areas in which nothing - or virtually nothing - can be found on the surface. It looks as if thèse 'blanks' are fields on land not cultivated in the historic period until the twentieth century; sometimes they are in areas clearly utilized as woodland until very recently. In P
  • two groups of 'blank' fields south east and south west of Comblessac. Together thèse zones suggest that the settlement of Comblessac and its immediately dépendent arable may have been rather small, much smaller than the centres in the core communes: it is notable that a tile
  • and 200m, 357. in M, 25.87. in R. The most notable character i st i c is the fact that the highest proportions of material do not occur in the immédiate vicinity of settlements; patterns in the core are extremely comparable. Walking within the town of Malestroit and on the edges
  • of Pipriac was interesting. Some small plots beside houses in the town contained more médiéval material than post-med i eval . Near Pipriac, although some médiéval fabrics were recovered, post-medi eval sherds were far more notable. The distribution of material in gênerai reflects
RAP00566.pdf ((56). quatre communes du Morbihan : carentoir)
  • for most of the main season, with considérable rai nf ail; fields were usually in idéal condition for walking and surface collection was not seriously impeded, but it made excavation al most impossible. Conditions for the return visit were much better, allowing the desired program
  • ). The surface had been fragmented through plough destruction. Five mètres south of the holloway a ditch 1.5m wide and 45cm deep was excavated (.1.0); its filling contained one médiéval sherd of pottery (7, 8, 9). It was apparently on the same alignment as the holloway and had silted up
  • of which contained Iron Age pottery. Trench 16 4.5m south of the ? eaves trench in T15 a collection of at least 4 intercutting pits was excavated,, Thèse may have been dug to extract clay. Ail the pits seem to have been filled at the same time. 4 separate layers were identified; thèse
  • involved fieldwalking over large areas at wide intervais, as in 1982 85, in the four core communes; sampling in the communes surrounding the core? and excavation of parts of a field from which 'total' collection had previously been made. Two days (21-22 March) were spent in préparation
  • to be completed on the excavation site» Fieldwalking in Runs at 50m intervais (Transect Walking) A. Within the core Fieldwalking over large areas within the four core communes was organised within transects running south/north across them» Transects A (Ruffiac), D, E, 6 (Carentoir), B
  • and parts of J (Carentoir, Treal, St~Nicolas) were rewal ked in order to increase the proportion covered of the surface area of this core (see fig» A). Except for fields previously collected, ail fields under p long h and with young crop within thèse transects were walked at 50m
  • % médiéval and 68% post-medi eval 5 six worked flints were? collected. One possible platform, a mound and ten lynchets were also noted. In accordance with the usual conventions, concentrations of surface material (total 51) may b e c 1 a s s i f i e d as f o 1 1 o w s r, Si tes ' ' Pr
  • in the core, and more are on south- (32.7), north(18.47.) and west--facing (12.27.) slopes - again reflecting the h i g h er t op og r ap h y „ Excavations. Al 16 Excavation was designed to sample the medieva\l settlement. of Al 16, located by fieldwalking and classified as a "site
  • absorbing 42 working days. Two 6m squares were excavated (see fig. G), One, T3, was located on the highest part of the field, where surface prospection had identified both large amounts of pottery and concentrations of phosphates (Asti 11 and Davies 1983s 16, 18). The second, T4
  • actor which may explain the relatively large amount. of pottery found on the surface by comparison with that recovered by excavation. Quartz and conglomerate blocks °\ EBS 85-86 0 20 40 60m were -found embedded in the sur-face of the naturel schi ste; since several groups
  • , means that this kind of feature can only be detected by excavation, because even the deepest ploughing is unlikely to bring material to the surface, even assuming the laxnd is cultivable» This may be one reason for the dearth of prehistoric material recovered in the core communes
  • The 1986 Sept ember season involved sample excavation of parts of four fields (H145, K446, H80, A92) from which 'total ' collection had previously been made (fig. i). One day (5-6 Sept) was spent. in préparation for the main season by two people. The team (consisting of volunteers from
  • 145 10m 0 10 20 F i g. 2 \4- 30 UQ 50 m H145 (Tréai ZB154a) This field was classified as a 'possible site' (médiéval) after •f i el dwal ki ng at 50m intervais in 1984» Intensive collection •from the whole of its surface in March 3.986 indicated smal 1 quanti ti es
  • as used on Ai 16. A 6m square was sited over one of the slight pottery concentrations located by intensive surface collection. The plough soi 1 was removed by pick and shovel but 57. of the square was reserved for sieving, to act as a control over recovery rates of material
  • médiéval pottery to the rier t h classify the two fields as a 'site'. In March 1986 intensive surface collection was rnade from most of the two fields. The distribution of médiéval and post-medi eval pottery on K446 was of a 1 ow and even density, although there appeared to be more
  • material lower down the si ope. The collection also produced smal 1 and sporadic amounts of Iron Age pottery (no more than three sherds in any five-metre square). Although road changes make corrélation difficult, it seems that a t. t h e ti me o f the ancien cadastre K 446 was part
  • house sites, together with the surface prehistoric material, made the field a good candidate for sample excavation. Since there were no obvions concentrations of surface material, it was decided to eut by machine three i-metre~wide trenches, 30m aipart , down the si ope of the field
  • working days were spent on site and the average size of the team was six. Trench 25 This was the most westerly trench and was 39m long. The depth of plough soil varied from 36cm at the south, uphill, end to 1.10m lower down the valley side. The plough soil (1, 36) overlay the natural
  • clay subsoil (37), into which features had been eut. A small pit (35) was excavated in the south end of the trench, and a séries of uneven holes, interpreted as root holes (40) , were also found. The remaining features consisted of two irregular spreads of charcoal (39, 43), which
  • schi ste. Dver the bottom had been laid a layer of compactée! schi ste in which there was at 1 east one rut. (64). On this surface accumulated a layer of silt (63), which was in turn covered by soil which had been tipped in from the south edge of the holloway (61, 62). A new surface
RAP00568.pdf ((56). quatre communes du Morbihan : carentoir)
  • /79, H 132, 874, L26, D153) from which 'total' collection had previously been made (fig. 1). Of thèse, A92 had been started in 1986 and remained to finish. The ai rn of thèse smal 1 excavations was the investigation of surf ace/'sub-surf ace rel at i onshi ps; fields were selected
  • that had provided a wide range of différent surface data so that excavation might produce results that would allow interprétation of the whole mass of surface mater i al. Three days (25 - 27 August) were spent in préparation for the main season by two people, in addition to two spécial
  • at the base of context 2, eut into what looked like a buried soil (32). AI 1 had si mi 1 ar fills of yel 1 owi sh-brown sandy loam with charcoal flecks. On the north side of the trench part of a large pit was excavated (3: lm wide, 0.42m deep > . It had a lower fi II with sliqhtly more
  • with a 2m-hi gh crop on the field meant that. the excavations could not establish the reasons for the médiéval di str i but i on . It is however now clear that in E409, like H80 and K446 before, the occurrence of small quanti ti es of prehistoric mater, i al on the surface of the field
  • was not présent in such quanti ti es. Although the area excavated was so small, it is sufficient to reveal that this zone is of exceptional importance as a long-used settlement area - Iron Age, Roman nearby to the south east, two seigneurial sites hardby (Le Bois Guillaume and La Touche au
  • ZK67) Excavation o-f Trenches 28 and 29, started in 1986, was completed. Thèse two 6m squares were located over a dense tile scatter located by -fieldwalking at 50m intervais in 1982 and rewalked in 5m squares for 'total' collection in 19B6. The fieldwalking data suggested a Roman
  • material was obtained from T29 (as was reflected by the results D -f the total collection) but more Roman pottery was found. Time ran ont and the sites had to be backfilled at the point, when ditches were recognised (Asti 13. and Davies 1987, 118-21). In 1988 the excavation was resumed
  • ) . At a later stage two further trenches were eut mechanically 30m either side of T39 (T40 to the south, T41 to the north). The sides of the trenches were cleaned by hand and recorded; the lowest part of the plough soil and features were excavated by hand. In one case T39 was extended (T46
  • was probably used for agricultural purposes in the Roman period and hence that the distribution of Roman pottery on the surface derived from manuring. However, the concentrations of brick and tile found in 'total' collection cannot be expiai ned in this way, since the material occurs
  • the four communes named above, and sampling of fields in the surrounding communes, together with sélective geophysical and geochemical survey, and smal 1 excavations to test results; compl ementa.ry envi r onmental analysis is al so being undertaken . The fieldwalking programme
  • ; the cadastral work allows total reconstruction of the early rà neteenth- century ] andscape and is of parti cul ar value for the fieldwork programme (Asti 11 and Davies 1982, 1983, 1984, 1985, 1986, 1987)." The 1988 season involved sample excavation of parts of seven fields (B409, A92, A31
  • ' collection. Late IronAge/early Roman pottery was recovered (maximum 6 sherds per 5m square) and this tended to concentrate in two areas in the field. The much larger quanti ty of médiéval pottery (maximum 22 sherds per square) had a si mi 1 ar distribution, while the post— medi eval
  • pottery (maximum 5 sherds per square) was more evenly spread. Smal 1 quanti ti es of brick and tile (maximum 0 .5kg per square) were uhevenl y distributed, but tended to concentrate in the south of the field, away from the cl Lister i ng of pre—médiéval and médiéval pottery
  • ) was si ted in the north-east part of the field where there was a coïncidence of pre— medi eval and médiéval pottery. A test pi t (T37) was also dug in the south west , over a squar e wh i c h had produced n o t. a b 1 e qu ant i t i e s of pre- medi eval pottery and brick and tile
  • . The square T36 was excavated in the same way as H 145 and A92 in 1986: a 5% sample was taken for sieving to check recovery rates and l'iand tools were used (Asti 11 and Davies, 1987). The excavation took 85 working days, with a team of five. Trench 36 The plough soi 1 (1) was excavated
  • ) of introduced stone pink siltstone (K-01M) , Brioverian shale (B2-3) , sandstone (02) and many lumps of fine black siltstone (03-4), of a quality often used for roofing, material which occurs natural ]y about lkm, away (58kg, 317. of stone excavated ) . A layer of yel 1 owi sh-brown sandy
  • loam lay under the plough soil (2). It contai ned little stone by comparison with the plough soil (59kg, as against 188kg) and very little clearly introduced stone (including only 1kg o-f 03-4, 27. o-f stone excavated); there were large amounts o-f charcoal , usually flecks although
  • some pièces were 5mm across. This layer varied in thickness -from 0.75m on the eastern, up-slope, side o-f the trench to 0.38m on the west. At the east end the top sur-face o-f 2 curved as i -f the layer had been mounded up. This layer could not be total ly excavated over the whole
  • fragments. Mear the east section was an oval pit (25: lm x 0.75m and 0.28m deep); the fill again produced no finds (27). Another pit in section (26: fill 28, no finds) had been eut into by a smal 1er pit (7: fill 8). Three intercutting pits were excavated in the centre of the trench
  • , fill 20). None of thèse pits produced finds. The layer into which thèse pits had been eut was a yellowish clay with charcoal flecks and it overlay a degraded quartzitic Ordovician mudstone (31: 05a/05-6) . The surface of this layer sloped in the opposite direction to that of context
RAP00565.pdf ((56). quatre communes du Morbihan : carentoir)
  • collection; phosphate analysis and soil magnetic susceptibil ity survey of the four selected areas; and excavation of part of a bank and lynchet near a field from which 'total' collection had previously been made. Three days (21-23 March) were spent in préparation by three people
  • , concentrations of surface material were most frequently found in the basin to the south of Ruffiac village (the centre of L) and in the nei ghbourhood of Trignac, in the north of Carentoir commune (F); however, sites were common throughout the southern halves of F and C, particularly
  • were the subject of more intensive study: four fields (A107, D221, B216, B347) were gridded in 5m squares so that everything on the surface of the fields, including schiste, might be collected. A107 had been classified as a 'possible site', with comparable amounts of médiéval
  • conditions prevailed on another three. Excavation therefore had to be more limited than was intended. The excavation strategy was similar to that used by Martin Bell to sample lynchets and valley bottoms in the south of England (Bell 1977; 1983). A 2m-wide trench, 14m long, was eut across
  • to facilitate excavation and recording. Soil was excavated using trowels and ail the finds, with the exception of schiste, were three-dimensional ly recorded. Because of the quantities recovered and the lack of time, the schi ste was collected in 5cm spits. The bad weather prevented total
  • body of the lynchet and lay immediately below the modem plough soil. The loam and the plough soil produced 112 pièces of brick/tile and 92 sherds of pottery. Most of the pottery was of fabric 1 (64%), the most common médiéval type found in surface collections throughout the study
  • and cadastral settlements. In the particular case of Roman wares, only small quantities have been recovered and the 'total' collections made from D221 and B347 both suggest that Roman sites generate little pottery on the surface, though they may produce large quantities of brick and tile. 0f
  • surface collections (principally during May 1985). This is sufficient to make it clear that a proportion of the commonly occurring surface material on our fields is imported - from good quai ity modem si ate to harder schi stes, both used largely for roofing but also within the mud si
  • of the quai ity of préservation of sites; two 25m squares within the field have already been prospected using a f 1 uxgate gradiometer in order to assist choice of areas for excavation. Thereafter further sites from which 'total' collection has been made will be investigated in small areas
  • """Centre Régional Archéologique d'Aï et, no. G, 251-60. Astill, G. and Davies, W. 1984c Bretagne. Résultats de la Dossiers du CRAA, xi i , 49-59. 'Prospection campagne de Bell, M. 1977 Excavations Archaeol ogi cal Collections, cxv. at dand l'Est de la Mars-Avril 1984', Bishopstone
  • , and the effects of such changes on social groupings and labour patterns. The complète fieldwork programme consists of systematic fieldwalking of ail available ploughed fields within the four communes, together with sélective geophysical and geochemical surveys, and small excavation
  • , 1984b). The latter analysis has been completed and, as demonstrated below, is of particular significance for fieldwork. The 1985 season involved fieldwalking over large areas at wide intervais, as in 1982 - 84; fieldwalking four selected areas in 5m squares for 'total' surface
  • to concentrate upon the excavation. Overall , 434 mandays were spent on this year's season, including travelling time and time off; 364 of thèse were working days. Two of the main team spent most of their time assisting in a survey of standing buildings already in hand when the season started
  • for walking. The season was therefore especially productive. Fieldwalking in Runs at 50m intervais (Transect Walking) Fieldwalking over large areas was organised within transects running south/north across the communes. L (in Ruffiac), the only transect not yet walked, was completed
  • covered, ail fields under plough and with young crop within the three transects were walked at 50m 1 intervais, using collection units of 100m; field conditions, features, présence of schi ste and local pronunci ations were noted on standardised recording forms. 463 fields were thus
  • covered, encompassing 772 hectares (4.01% of the surface area of the four communes). 30.99kg of pottery and 93.92kg of man-made building material were recovered from the transects; 45% of the pottery was médiéval, 53.6% post-medieval and 1.4% Roman. No pre-Roman pottery was found
  • . The remaining concentrations (25.7%) had a prédominance of building material, at présent treated as undatable. 2 As usual , the topographical position of the sites was analysed. About a third of them (29.4%) were on flat 1 and while 17.1% were on south-facing and 16.6% on south-east-f
  • cadastre, as usual. More than three-quarters of the concentrations (80.2%) lay more than 100m away from early nineteenth-century settlements and only 7.5% lay within 50m of them. (This is not signif icantly différent from distances from modem settlements). Surface material tends
  • and in the early 'nineteenth century (Astill and Davies 1982b: 21f, 31). Thèse cadastral suggestions coincided with fields that produced concentrations of surface material at the post-medieval 'site' C470 and, more arguably, the post-medieval 'probable site 1 C473, although no buildings were
  • in the Coet Morel /Hôtel Orl and area (Carentoir). Surface material is markedly absent from fields on the northern and southern boundaries of L, on the east/west ridges (particularly on a band north west of Carentoir) and - as might be expected - on most steep slopes. There are again
RAP03364.pdf (PLOUGASTEL-DAOULAS (29). Le Rocher de l'Impératrice. Rapport de FP 2014-2016)
  • and rhythm of the transformation of the last Paleolithic communities. There is no doubt that the next plurennial program (2017-2019) will participate to bring much more data with the extension of the excavation to the totality of the surface preserved on the site. 11 Rocher de
  • un travail de mise en réseau d’archéologues non professionnels, la reprise de collections anciennes ou encore la mise en place d’opération programmées (Marchand et al., 2004 ; Naudinot, 2010). Il a ainsi été possible de proposer un nouveau modèle d’organisation chrono-culturelle
  • la présence de cette phase dans le Grand-Ouest (Naudinot, 2010). Le contexte de collecte de cet assemblage à la fin du 19e siècle, notamment sans aucune approche stratigraphique, avait toutefois largement limité la portée de mes analyses. Cette phase de l’Azilien est pourtant
RAP00027.pdf (PLOUBAZLANEC (22). karreg ar yellan. rapport de sauvetage programmé.)
  • industrie intéressante comprenant plusieurs bifaces et permettant de le rattacher également au Moustérien de tradition acheuléenne. La fouille avait été arrêtée sur une surface colorée, riche en traces charbonneuses et en petits graviers altérés, qui semblait marquer le niveau
  • été ouverts et fouillés au cours de la campagne 1986 : H2, H3, H4, H5, H6, 12, 13, 14, 15, 16 et partiellement Hl, 11,-31, J2, J3, 3 4 , 3 5 , 3 6 , soit une douzaine de mètres carrés, ce qui porte la surface totale actuellement explorée au-dessus des plus hautes mers à 68
  • fouille (excavation remplie d'eau à plusieurs reprises). Par ailleurs, le sondage ouvert sur l'estran a été totalement détruit par la marée et la tempête de secteur est. Le chantier a reçu de nombreux visiteurs français et étrangers, ainsi qu'un groupe d'élèves de l'école primaire de
  • . Présence de concrétions ferro-manganiques. Couleur brun jaune (10 Y R 5/6). Contient trie du Paléolithique supérieur. Couche 7 : blocs, cailloux l'indus- et graviers (head) ; assez pauvre en matrice (limon moyen sableux). Coloration à la surface des cailloux : brun sombre 7.5 Y R
  • . Les niveaux paléolithiques Les sondages ont montré que les niveaux paléolithiques s'étendent largement vers l'est, sous l'estran et que la surface du gisement dépasse très vraisemblablement 1000 m 2 . La densité de l'outillage n'est pas très importante, ce type de site
  • compte une large surface fouillée. A cette échelle, les localisations et les groupements sont significatifs d'une certaine organisation de l'espace. Il semble bien que les vestiges aient été surtout affectés par des mouvements sub-verticaux : enfoncement dans le sol de sorte que les
  • pièces se retrouvent au contact de la surface rocailleuse irrégulière qui constituait le substrat de la terre végétale à l'époque de l'occupation paléolithique, mouvements dûs aux cryoturbations également» Des analyses complémentaires sont en cours ou prévues (sédimentologie
  • . ADDENDA : - Situation des collections : dépôt pour étude au Laboratoire d'Anthropolo- gie-Préhistoire-Protohistoire et Quaternaire Armoricains de l'Université de Rennes I Ensuite : Dépôt de fouilles des Côtes-du-Nord. - Dépôt des documents de fouille : archives du laboratoire
  • étaient ces hom- s1 > î Si ,*&» ss » 'town- íS¡sSS? Enfin, quelques centimètres enl dessous, dormaient des vestiges du paléolithique moyen qui r 's années 70 000 • Les chantiers menés en 82. 83 n'ont fait que confirmer l'intérêt du i site et notamment la richesse de la
RAP01557.pdf (PLOULEC'H (22). le Yaudet. rapport final de synthèse de fouille programmée 1996-1998)
  • vers l'avant de ceux des blocs de parement qui avaient été conservés in situ. Cet effondrement eut pour conséquence de combler partiellement les niveaux inférieurs du passage de la porte d'un niveau de pierres (Us 347) qui, montrant en surface des traces de tassement et d'usure
  • d'épaisseur et la surface en avait été fortement tassée par l'érosion naturelle et anthropique. Il contenait divers débris d'occupation redéposés, dont de la céramique de La Tène Finale. L'alignement de cette réparation se situe légèrement à l'ouest de celui du parement originel. Nous
  • longueur très limitée. Ce parement (F 441) apparut juste sous la surface de la terre végétale et fut suivi jusqu'à la profondeur de 1,9m, point où il nous fallut abandonner la fouille en raison de l'Instabilité de cette structure de pierres sèches. A l'avant du parement, nous avons mis
  • d'humus qui masquaient la pente du rempart, nous avions mis en évidence un talus empierré (F 446) courant au pied de celle-ci. La tranchée 18E, longue de 8,5m et large de 1,5m visait à en reconnaître les structures. La surface originelle de sable granitique fut mise au jour dans toute
  • . La première structure rencontrée fut une plate-forme, à la surface quasihorizontale, bâtie au nord d'un gros rocher de granit. Cette plate-forme est formée de grandes dalles de granit d'origine marine, déposées à plat et mêlées d'un sol gris (Us 363). Selon toute probabilité
  • la plupart, liés par de l'arène granitique contenant des pierres plus petites (Us 433) recouvrait cet ensemble. A proximité du parement, cet horizon était scellé par un niveau de sable fin de couleur jaune, d'origine loessique (Us 434), à la surface duquel reposait une autre
  • condamnation ne sont pas encore totalement clairs. A l'intérieur de la zone occupée par la porte, immédiatement à l'est de la tranchée 33, plusieurs gros blocs de microgranite pointent à la surface du sol actuel. L'un de ceux-ci fut utilisé par le mur de blocage F 579. Nous pensons donc que
RAP01768.pdf (le mésolithique en Bretagne. rapport de projet collectif de recherches)
  • animales et marines Activités Promoteurs S. Blanchet, B. Ginet, J.-M. Lacot, P. Forré, P. Gouletquer, M. Le Goffic, P. Léopold, Y. Pailler, J. Perry, E. Yven P. Gouletquer, G. Hiérarchisation du corpus de sites en Marchand Finistère S. Blanchet, J. Josselin, P. Etudes de collections
  • (prospections et études de sites) Gérard Tournay (prospections), Grégor Marchand, Estelle Yven Pailler (études de collections) Grégor Marchand (sondages et études de sites) Stéphane Blanchet (prospections et études de sites) Pierre Gouletquer (prospections et études de sites) Catherine
  • chacun, avec des réunions 2003 à une publication collective des des fondements théoriques qui sous- 2. Activités entreprises La réunion inaugurale s'est déroulée au Musée Miln-Le Rouzic à l'invitation de sa conservatrice M. A.-E. Riskine, membre de ce programme collectif de recherche
  • en 2003. Officiants Travaux Sondages sur des sites mésolithiques du Finistère Sondage sur un site du mésolithique moyen en Côte d'Armor Classement et étude des collections Morbihan Tournay en Centre- Etude de l'amas coquillier de Beg-er-Vil Marchand Yven Marchand-Pailler
  • a cependant été récolté sur le rivage. ; cette collection du Mésolithique final reste un vecteur d'informations technologiques et typologiques de premier plan. Dans le deuxième et le troisième cas, plusieurs composantes mésolithiques (groupes de Bertheaume, Téviecien ancien ou final
  • Côtes-d'Armor apportent leurs lots de découvertes que l'on ne peut espérer résumer dans ce rapport. Les résultats, même s'ils viennent nourrir la réflexion collective, appartiennent encore aux inventeurs. La gestion des crédits de fonctionnement du PCR par le CNRS a permis de
  • d'offrir à tous les chercheurs l'accès aux fondements de nos modèles. Une reprise des sites classiques (Téviec, Hoëdic, Beg-anDorchenn, Beg-er-Vil, La Presqu'île) est d'ores et déjà prévue, si l'on parvient à lutter contre les réticences de certains « gardiens » de collections (à ce
  • -an-Dorchenn mettent en avant la domination sans partage des espèces sauvages, avec un très large spectre de chasse. Les mammifères sont dominants sur le site morbihannais, alors que ce sont les poissons à Beg-an-Dorchenn. Sur ce dernier site, l'abondance de poissons dans les collections
  • reste à étudier une partie des faunes des deux amas cités ici. L'accès au Musée de Penmarc'h, où sont conservées les anciennes collections de Beg-an-Dorchenn, est encore impossible, et ce semble-t-il pour plusieurs années. Une demande a été faîte également à Henri De Lumley, pour
  • septembre 2000, une planigraphie avait permis de recueillir une importante collection lithique, qui venait s'ajouter aux ramassages antérieurs. Le quartzite de la Forest-Landerneau compte pour 5 1 % des matières taillées ; le gîte se situe à une quinzaine de kilomètre de Kerliézoc
  • industries de la Villeneuve à Locunolé (Finistère). Il s'agit d'une très longue occupation sur environ un hectare, avec de ce fait de nombreuses chaînes opératoires. Les collections de John Perry et de la Société Lorientaise d'Archéologie (ramassages de D. Delaloy et B. Ginet) seront
  • archéologique des sites mésolithiques 1. Les prospections de surface menées depuis la fin des années 80 en Finistère par Pierre Gouletquer et son équipe (Gouletquer et alii, 1996), sur le thème de l'occupation du territoire au Mésolithique, ont suivi plusieurs objectifs, à mesure que les
  • terrain Les recherches de terrain que nous avons entreprises comprennent deux axes complémentaires, l'un méthodologique, l'autre visant à affiner la connaissance des groupes préhistoriques. 2.1. UN AXE METHODOLOGIQUE : COMPRENDRE LA NATURE DES SITES DE SURFACE DE LA PREHISTOIRE RECENTE
  • L'ANALYSE DES CHAINES OPERATOIRES Si la connaissance des territoires d'acquisition des matières premières est aujourd'hui fort avancée par les récoltes de surface, la fouille accompagnée d'une récolte exhaustive des vestiges est essentielle pour comprendre la nature des activités
  • , l'établissement de fouilles de grande ampleur sur un site mésolithique du Finistère aurait un effet dynamisant pour la recherche sur cette période, en suscitant de nouvelles problématiques, dans un constant allerretour entre prospections et excavations. 3. Mise en place d'une base de données
  • EXPLORES Trois sites ont pu être sondés cette année, pendant 5 semaines cumulées. KERLIEZOC EN PLOUVIEN Les sondages réalisés en avril 2001 à Kerliézoc (Plouvien, Finistère) succèdent à des prospections de surface, puis à une planigraphie qui couvrait 1 1000 m2 . Ce site occupe une
  • pente douce orientée au nord, sur un affluent de l'aber Benoît. Les cinq sondages, totalisant 20 m2 , ont permis de recueillir des éléments mal représentés en surface, grâce à un tamisage à l'eau sur une part importante des sédiments. Une composante du Mésolithique moyen est en effet
  • contrairement à la collection équilibrée de la planigraphie. Il faut donc conclure que les mouvements d'eaux de ce lac ont totalement détruit les niveaux archéologiques, déplacés puis triés les vestiges préhistoriques. De manière paradoxale, le site de La Presqu'île reste pourtant une des
  • ). Sondages sauf n"4, 7 et 9 surface 2001. I : denticulé sur éclat ; 2 et 5 : troncatures sur éclat ; 3 : pièce esquillée ; 4 : troncature inverse sur éclat ; 6 et 8 : nucleus unipolaires ; 7 ; nucleus bipolaire sur une même face ; 9 : nucleus à éclats sur éclat. Figure II/-9. Kerlièzoc
  • (Plouvien). 1-8 : surface 2001 ; 9 : carré A 17 niveau l. I : pointe à soie ; 2-7 : trapèzes symétriques ; 8 : nucleus leva/lois à éclat préférentiel ; 9 : nucleus unipolaire principal (exploitation faciale). Silex, hormis 2-3 et 8-9 : microquartzite FL. Figure 111-10. La Presqu 'île
RAP03316.pdf (PLOUHINEC (29). Ménez-Dregan 1 : des Prénéandertaliens aux Néandertaliens à l'extrême ouest de l'Europe. Rapport de FP)
  • collecte. Les petits galets de silex sont surtout destinés au débitage généralement de type « clactonien » (éclats à talon large rarement facetté, à bulbe proéminent et angle d’éclatement très ouvert), parfois sur enclume, jamais Levallois. Dans les couches supérieures (5 et 4) le
  • sédimentaire observé reflète sans aucun doute l’existence de nombreux hiatus. Entre les couches 9 et 7 s’intercalent une surface d’érosion puis un dépôt littoral (galets et sables de la couche 8) qui marquent une rupture climatique majeure entre ces deux épisodes anthropiques ; de même
  • Centre. Il s’agit d’une surface rubéfiée, avec une grande quantité de charbons, des pièces avec cupules thermiques et des éclats thermiques, dont certains en place sur leur cupule (Figure 12). Lors de la campagne 2013, en zone Centre D (Figure 13), Centre B (Figure 14) et Est C
  • effectuées sur cette structure ont donné à deux reprises un âge de 465 000 ans environ. A ces douze foyers attestés, s'ajoutent des traces diffuses de feu à Menez Dregan 1 - En couche 9a, une surface circulaire d'environ 1 m de diamètre (carrés KL21) se distingue du sédiment encaissant
  • coupe (fig. 9) Figure 12 : Foyer en couche 7, zone Centre-sous-voûte : surface brûlée, charbons, éclats thermiques (cliché C. Gaillard) Menez-Dregan Rapport2016 23 Figure 13 : Sole de foyer en secteur Centre-D (photo C. Gaillard) Figure 14 : Sole de foyer (double) en secteur
RAP03345.pdf (QUIBERON (56). Beg-er-Vil : Un habitat du Mésolithique sur le littoral du Morbihan. Rapport de FP)
  • première fois en France, un niveau coquillier mésolithique a pu être fouillé en même temps que ses abords. Par ailleurs, le protocole de collecte systématique des vestiges par tamisage à l’eau (4 et 2 mm), puis tri à sec en laboratoire, livre une qualité d’information insurpassable. Une
  • Conservatoire du Littoral, l’enlèvement de l’enrobé a commencé par un découpage à la scie circulaire diamantée, sur un rectangle de 9.40 mètres de large (Nord-Sud) pour 17 mètres de long (Est-Ouest), soit une surface totale de 160 m². Sous une épaisseur dunaire d’environ 1.50 m, le niveau
  • un facteur décisif dans le fonctionnement des flèches tranchantes, par rapport à la pénétration et au vol du projectile. De plus, les traces reproduites durant cette expérimentation nous ont permis de les comparer avec les traces des bitroncatures des collections 2012 et 2013 de
  • avoir une pente légère de la surface granitique vers l’ouest et l’océan. Dans un réseau de cassures géologiques d’orientation sud-ouest / nord-est qui a favorisé l’érosion marine et la création de la crique, une grande faille est notable, qui borde au nord-ouest l’habitat
  • milandre ou requin hâ), des crabes (le tourteau, le crabe vert, l'étrille et le crabe de roche), des mammifères marins (le phoque gris) et terrestres (l’aurochs, le cerf, le chevreuil, le sanglier). Il ressortait déjà dans les résultats plusieurs saisons de capture et de collecte, ce
  • également enfin d’explorer les contours du niveau coquillier, qui témoignent d’autres modes d’occupation de l’habitat mésolithique. Une première campagne de sondages mécaniques et manuels a eu lieu au printemps 2012, suivie en 2013 et 2015 par des travaux menés sur une surface d’un seul
  • (responsable : Guirec Querré, avec la collaboration de Jean-Christophe Le Bannier). Des mesures par Fluorescence-X portable sont réalisées deux à trois fois par campagne sur toutes les surfaces ; certains échantillons complémentaires sont passés également en laboratoire au cours de l’année
  • poissons et de micro-charbons. Un protocole d’échantillonnage prévoit donc des colonnes totales, réparties sur le site. Cette collecte vétilleuse de l’information apporte des informations déterminantes pour comprendre le fonctionnement de cet habitat littoral du Mésolithique. Au
  • venir devraient nous donner des arguments pour comprendre les rythmes et l’ampleur de la mobilité collective, concept clé pour comprendre ces sociétés de chasseurs-cueilleurs. 18 Beg-er-Vil (Quiberon, Morbihan) Seconde partie : la campagne de 2016 1. L’EQUIPE DE RECHERCHE EN 2016
  • lithique. Gaëlle-Anne Denat a réalisé un mémoire de Master 1 soutenu en juin 2016 à l’université de Rennes 2 concernant les analyses volumétriques des nucleus, procédant au passage à l’inventaire de la collection 2014 encore en suspens. François Eluard a réalisé une vacation CNRS pour
  • d’un tachéomètre laser, hors des référentiels géographiques. Les objets archéologiques sont numérotés de 1 à N, pour toute la surface de fouille. L’enregistrement au tachéomètre est doublé par le remplissage d’une étiquette mentionnant le carré, le sous-carré et l’unité
  • Quiberon et le Conservatoire du Littoral, l’enlèvement de l’enrobé a commencé par un découpage à la scie circulaire diamantée, sur un rectangle de 9.40 mètres de large (Nord-Sud) pour 17 mètres de long (Est-Ouest), soit une surface totale de 160 m². Le décapage a d’abord compris un
  • seulement) ; on n’ose imaginer ce qui aurait pu se passer en cas de chutes d’eaux plus intenses. Ces pans inclinés réduisaient quelque peu la surface accessible (130 m²). * Le carroyage a été implanté ensuite au décamètre en se basant sur la ligne de l’année précédente, sur 15 mètres de
RAP02270.pdf (PLOUHINEC (29). rapport sur la campagne de fouille 2007 du gisement paléolithique inférieur de menez drégan 1. rapport 2007 de fp 3 (2006-2008))
  • poussé correspondant à une volonté de gestion optimale du nucleus et/ou à la production de supports courts et épais. Dès les niveaux de base, on observe la pratique de méthodes variées avec une prédominance pour une exploitation unipolaire ou bipolaire d'une seule surface, puis de
  • deux surfaces dans les niveaux supérieurs avec une exploitation centripète de plus en plus marquée. Quels que soient les niveaux d'occupation et la chaîne opératoire considérée et comme l'ont montré de nombreux remontages, les matériaux collectés dans 6 l'environnement proche
  • trois parties par des rigoles d'érosion selon une direction sensiblement nord-sud. C e massif couvre environ 5 m2, au centre ouest de la base de la cavité (fig.l). Il présente des surfaces largement émoussées et surtout, en limite sud, une faille rectiligne d'orientation nord-ouest
  • . • Couche 3b: sable compact et induré, de teinte brun à brun vif (7.5 Y R 4.5/6); contact net et tranché avec la couche 4a; le décapage dans le diverticule, à l'est, a mis en évidence une surface sableuse durcie dont la fragmentation forme un réseau polygonal irrégulier (éléments de
  • d'argiles polluée de cendres, ainsi qu'une légère silicification. La puissance réelle de la couche 9 composée de trois horizons individualisés par leur coloration et par leur texture (9a, 9b & 9c), ne peut pas encore être évaluée de manière définitive. Sa surface est tronquée en glacis
  • correspond à des galets consolidés dans une matrice sablograveleuse, conservés sous la forme de plusieurs petites "poches" étagées le long de la paroi sud du couloir jusqu'à une altitude de 10 mètres NGF. Ces lambeaux reposent sur une surface d'érosion entaillant la couche 9 et renferment
  • 9 est marqué par une surface d'érosion probablement d'origine marine, ce que confirment la présence de formes d'abrasion typiques (marmites) et la nature des couches 8a et 8b qui correspondent manifestement à des sédiments de plage ancienne. La couche 7 est également caractérisée
  • , trois hypothèses doivent être retenues : - celle d'une plage ancienne reposant sur une surface d'abrasion entaillée dans le remplissage antérieur de la grotte, puis occupée par l'homme en période de régression marine. A ce stade du décapage, cette surface n'a pu être clairement
  • racine d'une coulée de solifluxion qui a sans doute colmaté le couloir. Il est possible que des blocs anguleux issus de ce head, érodé lors de la transgression flandrienne, se retrouvent à l'état erratique en surface du gisement. C e s blocs se caractérisent par une altération moins
  • nombreuses lacunes ou des érosions ont effectivement perturbé la lecture des couches et qu'aucune d'entre elles ne couvre véritablement la surface totale de la banquette supérieure. Des lacunes sont notées essentiellement pour les couches 5c à 5d', notamment vers l'ouest du remplissage
  • structures certifiées, s'ajoutent quelques autres traces de la présence du feu à Menez-y regan^ - En couche 9a, une surface circulaire d'environ 1 m de diamètre (carrés KL21 ) se distingue du sédiment encaissant par sa forte proportion de charbons de bois et une succession de couches
RAP03185.pdf ((22)(29)(35)(56). Les premiers peuplements de l'ouest de la France : dépôts pléistocènes et occupations paléolithiques de la région Bretagne. Rapport de PCR)
  • collections paléolithiques issues de ramassages de surface par des prospecteurs sur toute la région, et notamment dans l’intérieur des terres. Ces découvertes, souvent déconnectées des gisements paléolithiques et de leur cadre chronostratigraphique du fait de leur origine, sont la plupart
  • stratigraphiquement. 4 – STRUCTURER LES RÉSEAUX DE PROSPECTEURS De très nombreuses collections paléolithiques issues de ramassages de surface nous ont été signalées par des prospecteurs sur toute la région, et notamment dans l’intérieur des terres. Ces découvertes, souvent déconnectées des
  • . Étude lithique de la collection de Pen Hat (Camaret, Finistère) 4. Structuration des réseaux de prospecteurs 5. Communication scientifique 5.1. Publications 5.2. Communications 5.3. Conférences 5.4. Exposition « Ice Age Island – L’Île à l’Âge de glace » du musée de Jersey 6
  • d’opérations archéologiques ou celui de prospections, par géoréférencement et inscription sur la carte archéologique. Les collections issues de ces gisements et des prospections seront inventoriées et étudiées, notamment dans le cadre de travaux universitaires. Les études récentes
  • accessibles. Jusque-là, aucun réel travail d’inventaire des collections issues des différentes opérations de prospections n’a été réalisé. Le recensement de ces séries disponibles pour étude ainsi que le géoréférencement de leur provenance permet aujourd’hui leur inscription sur la carte
  • beaucoup moins bien connues. À ce jour, le seul moyen d’appréhender ces occupations dans les terres est d’effectuer un recensement des différents prospecteurs et de leurs collections afin de mieux comprendre la présence des populations paléolithiques dans ces régions. Ces collections
  • échappent bien souvent à toute étude, du fait de leur hétérogénéité, et de la déconnexion souvent involontaire des prospecteurs avec les chercheurs. Un état des lieux des collections permettra donc de mettre à la disposition des étudiants ces séries pour étude, notamment dans le cadre de
  • part de grands gisements de surface liés à des matériaux particuliers (grès éocènes dits aussi «lustrés») et en dehors des sites du domaine ligérien et de la bordure orientale du Massif armoricain, l’essentiel du Paléolithique moyen est concentré le long du littoral (fig. 5). Ceci
  • différentes collections ainsi recensées pourront alors faire l’objet d’études universitaires, notamment dans le cadre des différents Masters proposés à Rennes (Master 1 Archéologie et Histoire, Université de Rennes 2 ; Master 2 Préhistoire, Université de Rennes 2). Le géoréférencement (en
  • deux journées. 3.5 – Collection de Pen Hat La collection lithique issue des ramassages effectués par B. Hallégouët pendant plusieurs années en coupe et sur estran à Pen Hat (pointe du Toulinguet, Crozon) a été étudiée en novembre 2015. Ce petit assemblage n’est malheureusement pas
  • situé stratigraphiquement dans la coupe et par conséquent est difficilement raccordable à un techno-faciès particulier. Par ailleurs, le matériel composant la collection mélange une grande partie de pièces naturelles, de pièces qui semblent paléolithiques, et d’autres bien plus
  • récentes (néolithiques ?). La plus grande prudence reste donc de mise quant à la provenance de cette collection, issue de contextes différents et de niveaux différents. Toutefois, une petite série a pu être identifiée comme probablement paléolithique, et se répartit comme indiqué dans
  • . Ravon). Le silex est le matériau le plus employé dans cette série (54.5 %), suivi par le grès lustré (40.3 %) et par quelques rares pièces en quartzite. La collection en silex se compose principalement de nucléus et d’éclats, à parts égales, alors que celle en grès lustré livre
  • données avec leurs contextes, en les inventoriant et en les géoréférençant par la même occasion. Les différentes collections ainsi recensées pourront alors faire l’objet d’études universitaires, notamment dans le cadre des différents Masters proposés à Rennes (Master 1 Archéologie et
  • systèmes techniques au Paléolithique ancien : quelle actualité ?, Université Paris Ouest Nanterre la Défense, Paris, 0810/10/14, pp. 47-51. RAVON A.-L., MONNIER J.-L., LAFORGE M., 2015 – Menez-Dregan, layer 4 : a transitional layer between the Lower and Middle Palaeolithic in Brittany
  • – Communications 11/02/2015 : RAVON A.-L., “The Lower Palaeolithic in Brittany : between Acheulean and Colombanian”, Lithic Studies Society, Franks House, Département de Préhistoire du British Museum. 18/02/2015 : RAVON A.-L., “The Lower Palaeolithic in Brittany : between Acheulean
RAP01209.pdf (QUIMPER (29). les fosses gallo-romaines de la rue du 19 Mars 1962. rapport de fouille préventive)
  • travaux : Mme GENTRIC Surface fouillée : 35 m Surface estimée du site : 35 m 2 Mots-clefs (thésaurus DRACAR pour la chronologie et le vestiges immobiliers) : - sur la chronologie : GALLO-ROMAIN (1er / lllème siècle ap. J.-C.) - sur la nature des vestiges immobiliers : Fosses, sols
  • correspondent surtout à des pots de taille modeste à profil souple et peu anguleux, à col assez fermé et lèvre éversée. Une anse fait partie du lot. Les pâtes sont grises avec une bonne proportion de mica. Elles peuvent prendre une teinte gris-bleu et avoir une surface externe craquelée. Il
  • S'il est possible de proposer une date de remplissage de la fosse, il est en revanche beaucoup plus difficile d'expliquer sa fonction. La régularité de sa forme, paroi et fond, semble indiquer qu'il ne s'agit pas d'une excavation d'extraction d'arène granitique. Les dimensions de
RAP02397.pdf (PLOUHINEC (29). Menez-Dregan I. rapport final de fp 2006-2008)
  • variées avec une prédominance pour une exploitation unipolaire ou bipolaire d'une seule surface, puis de deux surfaces dans les niveaux supérieurs avec une exploitation centripète de plus en plus marquée. 10 Quels que soient les niveaux d'occupation et la chaîne opératoire
  • -même sectionné en trois parties par des rigoles d'érosion selon une direction sensiblement nord-sud. Ce massif couvre environ 5 m 2 , au centre ouest de la base de la cavité (fig.l). Il présente des surfaces largement émoussées et surtout, en limite sud, une faille rectiligne
  • . • Couche 3b: sable compact et induré, de teinte brun à brun vif (7.5 YR 4.5/6); contact net et tranché avec la couche 4a; le décapage dans le diverticule, à l'est, a mis en évidence une surface sableuse durcie dont la fragmentation forme un réseau polygonal irrégulier (éléments de
  • trois horizons individualisés par leur coloration et par leur texture (9a, 9b & 9c), ne peut pas encore être évaluée de manière définitive. Sa surface est tronquée en glacis selon une rampe d'érosion affectée de marmites remplies de galets et de sables marins. Dans cette partie sud
  • petites "poches" étagées le long de la paroi sud du couloir jusqu'à une altitude de 10 mètres NGF. Ces lambeaux 27 reposent sur une surface d'érosion entaillant la couche 9 et renferment de l'outillage lithique non émoussé. Deux échantillons ont été analysés, prélevés en des points
  • coulées de solifluxion, mais plutôt du remaniement anthropique d'un sédiment en place. La micromorphologie a montré que la couche 9 est un sol très humifère. Le sommet de la couche 9 est marqué par une surface d'érosion probablement d'origine marine, ce que confirment la présence de
  • 6 peut être définie comme un épandage de galets fortement anthropisé. Trois hypothèses ont été envisagées au départ : - celle d'une plage ancienne reposant sur une surface d'abrasion entaillée dans le remplissage antérieur de la grotte, puis occupée par l'homme en période de
  • régression marine. A ce stade du décapage, cette surface n'a pu être clairement visualisée; cependant l'observation d'un lit de petits galets à la base pourrait être un argument dans ce sens. - celle d'un effondrement de matériaux en provenance de plages anciennes situées sur les plates
RAP00355.pdf (MORDELLES (35). Sermon. rapport de sauvetage programmé.)
  • de travaux agr ico les d an s la parcelle D 372 ont entraîné une expérience scientifique de la surface de cette parcelle. de prospection Cette prospection systématique de la surface de la parcelle, effectuée en Novembre 1382, a mis en évidence de nombreux éléments de
  • fibule de cette époque. Fig. 17, n° 1 : Jatte en céramique tournée à lèvre verticale avec bord légèrement déversé. Surface extérieure lisse avec décors en forme de lignes verticales à l'intérieur. Datation : La Tène III finale. /e» Fig. 17, rt° 2 : Jatte en céramique tournée à
  • Catalogue de l'exposition "Au temps des Celtes ; Ve-Ier siècle avant J.-C.", Abbaye de DAOULAS, 1986, 168 p. BRAILSFORD (J.-N.), 1962, Hod Hill I, Antiquities from Hod Hill in the Durden Collection (British Museum). CLEMENT (M.), GALLIOU (P.), 1985, Le dépôt gaulois de Brech
  • , Morbihan, Revue Archéologique de l'Ouest n° 2, 1985, p. 65-72. COLLIS (J.), 1984, Oppida, earliest towns north of the Alpa, Department of Prehistory and Archaeology, University of Sheffield, 1984. FEUGERE (M.), 1985, Les fibules en Gaule Méridionale, de la conquête à la fin du Ve