Rechercher sur le site

  • Chercher les documents contenant un mot OU un autre : tapez simplement les mots à la suite => bracelet bronze
  • Chercher les documents contenant un mot ET un autre : utilisez le mot-clef AND => bracelet AND bronze
  • Chercher les documents contenant une expression exacte : taper l'expression entre guillemets => "bracelet en bronze"

Limiter votre recherche

Auteur
Type d'opération
Commune
Département
Date (Année)

4131 résultats Exporter les résultats

Trier par Titre : ascendant / descendant
RAP02130.pdf (BRÉAL-SOUS-VITRÉ (35). le bourg. approche d'un cimetière du haut Moyen Âge à l'époque moderne. rapport de fouille préventive)
  • opération de sauvegarde par l'étude
  • BRÉAL-SOUS-VITRÉ (35). le bourg. approche d'un cimetière du haut Moyen Âge à l'époque moderne. rapport de fouille préventive
  • carrefour de voies anciennes L'occupation du territoire de Bréal-Sous-Vitré en relation avec la politique territoriale des seigneurs de Laval Histoire et archéologie Bilan p.31 p.34 p.36 p.36 p.37 p.38 p.39 p.40 2 Archéologie funéraire Représentation par sexe et par âge p. 40 p
  • . 40 Le sexe L'âge au décès Les pathologies La position des mains au moment de l'inhumation Présence d'une enveloppe autour du corps ? Bilan Phase 2 : Le site de la fin du XIe au XVIIe siècle Phase 2, Episode 1 Installation de l'US. 1000 Mise en place d'une nouvelle construction
  • funéraire Représentation par sexe et par âge Diagnose sexuelle L'âge au décès Pathologies Pathologies dentaires Pathologies ostéo-articulaires et traumatiques Les infections : des ces de tuberculose Bilan Position des mains au moment de l'inhumation Le mort dans la tombe : coffrage et/ou
  • linceul ? p.59 p.59 Bilan p. 66 Phase 3 : A partir de la 2ème moitié du XVIIe siècle, un changement définitif de fonction p.59 p.62 p.62 p . 68 La création du chemin à l'est de la parcelle : l ere moitié du XVIIIe siècle Fabrication de deux cloches en 1764 3 2eme p A R T I
  • E . ETUDE ANTHROPOLOGIQUE P.?o (Rozenn COLLETER, Philippe VIDAL) Problématique d'étude du cimetière Etude du recrutement de l'ensemble funéraire Diagnose sexuelle Estimation de l'âge au décès Les Immatures Les Adultes Résultats Distribution des sexes Mortalité des Immatures
  • ANNEXES p.99 Annexe 1 : Inventaire des sépultures Annexe 2 : Diagnoses sexuelles Annexe 3 : Tables Annexe 3.1. Tables de mortalité Annexe 3.2. Tableau récapitulatif des localisations des pathologies arthrosiques constatées par articulation Annexe 3.3. Fréquence de la carie sur les
  • concertation avec P. Vidal au début de la fouille (voir fiche). L'enregistrement choisi s'inspire largement de la fiche ostéologique de l'UMR 5809 du CNRS (Constandse-Westermann T. et Melkeljohn C.) modifiée par M. Guillon, P. Sellier, P. Courtaud et informatisée par M. Coutureau. Un
  • l'aménagement des tombes, l'analyse d'archéologie funéraire seront exposées. Elles seront suivies de la présentation du recrutement du cimetière, avec la détermination du sexe et de l'âge au décès, et des pathologies discernables sur le squelette. (Elle s'intéresse en priorité à la
  • population ancienne). Enfin la démonstration se terminera par le catalogue des sépultures. ( O b s e r v a t i o n s g é n é r a l e s et I n t e r p r é t a t i o n s ) i ! iPHOIOS. Face d'apparition Crâne) lodkju«» foiOI» piiunn' ( Z p Postérieure: Supérieure! I I I Fermée I
  • BREAL-SOUS-VITRE "Le Bourg" (Ille-et-Vilaine) (arrêté de prescription n°2002/165) c V< % • ?Q0s K '^Vx. ' DFS de Fouille Archéologique (8 janvier-30 avril 2003) Approche d'un cimetière du haut Moyen Age au début de l'époque Moderne Sous la direction de Françoise LE
  • BOULANGER Avec la collaboration de Samuel CHOLLET, Rozenn COLLETER, Stéphane JEAN, Hervé PAITIER Et Philippe VIDAL Avec la collaboration de la Mairie de Bréal-sous-Vitré Ministère de la Culture et de la Communication Rennes : S.R.A. Bretagne I.N.R.A.P 2005 ZJ30 Les prises de notes
  • et de photocopies sont autorisées pour un usage exclusivement privé et non destinées à une utilisation collective (article L 122-5 du code de la propriété intellectuelle). Toute reproduction du texte, accompagnée ou non de photographies, n'est possible que dans le cadre du droit
  • de courte citation, avec les références exactes et complètes de l'auteur de l'ouvrage. Par ailleurs, l'exercice du droit à la communication exclut, pour ses bénéficiaires ou pour les tiers, la possibilité de reproduire, de diffuser ou d'utiliser à des fins commerciales les
  • documents communiqués (loi n°78-753 du 17 juillet 1978, article 10). Le non respect de ces règles constitue un délit de contrefaçon puni par l'article 425 du Code pénal Photo de couverture : Emplacement du site à proximité de l'église de Bréal-sous-Vitré (Survol aérien - Printemps 2003
  • - Gilles Leroux) 1 SOMMAIRE Fiche signalétique Générique de l'opération Remerciements p.5 p. 6 p. 7 INTRODUCTION (R. Colleter, F. Le Boulanger) P.s Mise en place de l'opération Contexte géologique et géographique Contexte historique Conditions de réalisation de l'opération
  • archéologique Généralités La fouille des sépultures Le démontage et l'enregistrement La post-fouille des p.8 p.8 p.8 p.8 sépultures l ere PARTIE: NAISSANCE, DEVELOPPEMENT ET MORT D'UN ESPACE FUNERAIRE DU HAUT MOYEN AGE A L'EPOQUE MODERNE : LE SITE ET SES TROIS GRANDES PHASES (Françoise
  • LE BOULANGER) P.l4 Phase : l'espace Phase 1,1 Episode 1 funéraire au haut Moyen Age p. 17 Le sarcophage en calcaire coquillier (sépulture 188) Les sépultures en coffre d'ardoise Orientation et évolution spatiale p.19 p.19 p.19 Une orientation principale : est-ouest Des
  • coffres à part : orientation nord-sud Installation générale des coffres de l'est vers l'ouest Des nuances : remaniements localisés et longue durée d'utilisation des coffres Des remaniements localisés Un coffre pour plusieurs inhumations Les datations au Carbone 14 Un mode de gestion
  • particulier ? Deux fragments d'inscription Phase 1, Episode 2| (Des sépultures en pleine terre) Un bâtiment à vocation funéraire au cours de la phase 1 ? Résultats archéologiques et données historiques Des nécropoles du haut Moyen Age autour de Bréal-Sous-Vitré Bréal-Sous-Vitré au
  • est-ouest Le mur M7 Le mur M8 Quelle fonction pour ce bâtiment ? Phase 2, Episodes 2 et 3 : Extension spatiale maximale du cimetière en relation avec l'église (du XIIIe - XIV e s. au XVII e s.) Des fosses en pleine terre Limites et organisation du cimetière Limites spatiales du
RAP03981 (RENNES (35). 10-12 rue Saint-Louis : fouille complémentaire ; Les sépultures de la chapelle du grand séminaire de Rennes (1690-1791). Rapport de fouille)
  • opération de sauvegarde par l'étude
  • RENNES (35). 10-12 rue Saint-Louis : fouille complémentaire ; Les sépultures de la chapelle du grand séminaire de Rennes (1690-1791). Rapport de fouille
  • corpus 51 2.1.1.2 Un corpus exhaustif ? Le Nombre Minimum d’Individus 53 2.2.3 La population inhumée : données biologiques 53 2.2.3.1 L’âge des individus 55 2.2.3.2 Le sexe des individus 55 2.2.3.3 L’état sanitaire 55 Sphère bucco-dentaire 57 Pathologies osseuses
  • cérémonie religieuse, font face aux laïcs. L’analyse des ossements n’a malheureusement pas permis de mettre en évidence une quelconque distinction entre ces deux ensembles. En effet, la conservation osseuse du groupe A ne permet pas de la caractériser en terme de sexe et d’âge, ce qui
  • des travaux dans l’enceinte du bâtiment. L’étroitesse de l’accès de l’édifice a conditionné le choix du tonnage de la pelle mécanique (1,5 t) et de l’engin à benne. Quant au conducteur de la mini-pelle, son manque d’expérience pour conduire un tel engin et effectuer un décapage
  • mobilier, aux restes éventuels d’architecture (clous, bois, épingles…) et au squelette (représentation et conservation). Une première approche biologique est réalisée par : - la prise de mesures sur les os longs ; - une évaluation du sexe d’après la méthode morphologique (Bruzek 1991
  • provenant des comblements n’ont pas reçu le même traitement. Mieux conservés que les os en place, il n’a pas été nécessaire de les mettre à sécher. Par ailleurs, dans un souci de gain de temps, n’ont été lavés que les os utiles à la détermination du sexe et de l’âge (os coxaux
  • envisagé de la renouveler en laboratoire mais leur état de conservation ne l’a pas permis. La détermination du sexe en phase d’étude n’a donc concerné que les os coxaux mieux conservés provenant des comblements, en employant les méthodes déjà citées (voir supra). 3  Les derniers points
  • (voir légende en préambule du catalogue) ; en cas d’impossibilité liée à la conservation, une évaluation globale est proposée. Les pertes dentaires ante-mortem, les caries et abcès ont été répertoriés ; le tartre est renseigné en terme de présence/absence. Deux marqueurs de stress
  • par la disparition des parties molles (espaces vides secondaires), mais ils restent dans le volume du corps. On parlera alors de colmatage différé du volume du corps. Ou y a-t-il eu une volonté d’isoler le corps du sédiment, en posant un couvercle sur la fosse, ou en déposant la
  • de la sphère religieuse s’accroît encore en 1662, lorsque l’évêque Monseigneur de Vieuville fonde le grand séminaire de Rennes. Celui-ci est installé dans une maison à l’angle des rues d’Echange et de Dinan (Banéat 1909, t.1 : 184 ; t.2 : 76), au nord-ouest de l’ilot auquel
  • Sujets et thèmes Edifice religieux Edifice militaire Voirie Fosse Sépulture Cette seconde intervention dans le bâtiment du jeu de paume à Rennes a cette fois concerné son sous-sol. Elle a permis de confirmer son utilisation funéraire tout au long du XVIIIe siècle, lorsque l’édifice
  • est employé en tant que chapelle du grand séminaire par la congrégation des Eudistes. Un peu moins de trente tombes ont été fouillées, mais le nombre d’inhumations qui s’est tenu en ces lieux est plus proche de quarante. La population fait l’objet d’un recrutement spécifique
  • puisque seuls des adultes, et en très grande majorité des hommes, y reposent. Autre spécificité de cet ensemble funéraire : les sépultures sont réparties en deux groupes à l’orientation inversée. Le groupe A, le plus proche du chœur, tourne le dos à ce dernier mais fait face au groupe
  • B, un peu plus conséquent en nombre d’individus. Si l’analyse n’est pas parvenue à l’asseoir, l’hypothèse retenue pour expliquer cette divergence est qu’elle reflète deux catégories de la population : les membres du clergé qui, comme pendant un office religieux, font face aux
  • laïcs. Mais cette fois-ci afin de les guider à l’heure du Jugement dernier. Par ailleurs, des vestiges antérieurs et postérieurs à cet état d’époque moderne ont également été mis au jour. Les plus représentatifs sont ceux de la période gallo-romaine, et l’information principale est
  • la confirmation de l’emplacement du carrefour antique, avec l’amorce du decumanus repérée à l’extrémité sud de l’emprise. 35 - Rennes - 10-12 rue Saint-Louis : fouille complémentaire Chronologie Antiquite romaine (gallo-romain) Epoque médiévale Temps modemes Bretagne, Ille-et
  • -Vilaine Rennes, 10-12 rue Saint-Louis : fouille complémentaire Les sépultures de la chapelle du grand séminaire de Rennes (1690-1791) sous la direction de Elsa Jovenet Inrap Grand Ouest Janvier 2021 Rapport de fouille Bretagne, Ille-et-Vilaine Rennes, 10-12 rue Saint-Louis
  • : fouille complémentaire N° de site 35238 35 238 0118 avec la collaboration de Elsa Jovenet Elsa Jovenet Laurent Aubry Paul-André Besombes Philippe Boulinguiez Vérane Brisotto Océane Charpentier Véronique Gendrot Agnès Chéroux Françoise Labaune-Jean Philippe Cocherel 2019
  • -017 Arrêté de prescription par Géraldine Jouquand Emeline Legoff Pierre Poilpré Vincent Pommier Amandine Poupon - N° dans le système national d’information Code Inrap sous la direction de Alexandre Mahé Bastien Simier F127108 Code INSEE Les sépultures de la chapelle du
  • grand séminaire de Rennes (1690-1791) INRAP Grand Ouest 37 rue du Bignon CS 67737 35577 Cesson-Sévigné Janvier 2021 2 Inrap · Rapport de fouille Bretagne, Ille-et-Vilaine , Rennes, 10-12 rue Saint-Louis : fouille complémentaire Sommaire I. Données administratives
  • , techniques et scientifiques 8 Fiche signalétique 9 Mots-clefs des thésaurus 10 Générique de l’opération 12 Notice scientifique 12 Fiche d’état du site 13 Localisation de l’opération 14 Orthophotographie et cadastre napoléonien 15 Arrêté de
RAP03278_2.pdf (RENNES (35). Métro ligne B, station place Sainte-Anne : de la ville antique à l'Hôpital Sainte-Anne. Rapport de fouille)
  • opération de sauvegarde par l'étude
  • RENNES (35). Métro ligne B, station place Sainte-Anne : de la ville antique à l'Hôpital Sainte-Anne. Rapport de fouille
  • 8 1 6 10 CONTOUR 8 De la ville antique à l’Hôpital sainte-Anne SA IN Fouille archéologique T COUVENT Volume 2 DES JACOBINS 4 0E 6 1E N BI Mobilier Céramique, Faune, Objet métallique, Habillement, Monnaie Verre. 12 AU Sujets et thèmes Bâtiment, Voirie
  • sous la direction de Dominique Pouille SAINTE - ANNE 23 20 22 21 4 MR 2118 6 2 UIS 1 23 LO 1 8 16 3 26 M 2 24 SA 15 3 ICHE L T IN 5 21 4 29 22 19 La zone d’investigation se développe sur un terrain localisé en limite d’une vaste terrasse située à mi
  • : Volume 2 4 Bretagne, Ille-et-Vilaine, Rennes, Métro ligne B, Station place sainte-Anne 5 14 27 20 17 6 12 25 7 16 8 23 9 14 13 SAIN T PENHOET 18 15 11 16 21 Dominique Pouille 12 8 14 E DE RU 15 12 3 13 10 T 11 N PO 16 X AU 9 8 6 7 FO 4
  •  ). Ces critères permettant la répartition de l’échantillon depuis les fœtus jusqu’à l’âge adulte (18-20 ans). Les immatures sont identifiés dans des classes d’âges quinquennales à l’exclusion des deux premières : [Périnatal] [0 ans] [1-4 ans] [5-9 ans] [10-14 ans] [15-19 ans] Le sexe
  • a été testée à presque 95%. Elle consiste en l’analyse macroscopique de cinq critères permettant de sexuer le bassin. La Diagnose Sexuelle Probabiliste  ; DSP est une méthode qui permet une détermination du sexe à partir de l’os coxal avec une fiabilité supérieure à 98% que ce soit
  • mesures parmi les huit variables discriminantes sont suffisantes pour déterminer le sexe d’une manière fiable, mais plus il y a de variables, plus les chances de dépasser les 95% de probabilité sont importantes. Les deux dernières mesures sont là au cas où le nombre de quatre variables
  • ), d’autres résultent plutôt de facteurs environnementaux. Ils permettent de caractériser des variations au sein d’une même population mais aussi parfois de suggérer des liens de parenté. Pour ce faire, ils doivent être rares dans la population étudiée et indépendants de l’âge et du sexe
  • matériel osseux et dentaire. La pathologie dentaire comprend les pertes ante mortem, les caries et les hypoplasies linéaires de l’émail dentaire (HLED), ainsi que des cas particuliers. Sur le matériel osseux, nous avons noté les pathologies traumatiques, dégénératives, inflammatoires
  • alliage cuivreux correspondant probablement à des attaches de linceul pour quatre sujets et d’un anneau simple en alliage cuivreux porté sur l’annulaire de la main gauche d’un sujet adulte de sexe féminin. Trois épingles en alliage cuivreux associées au sujet sép 47 (clavicule droite
  • , Urbanisme Maison,Foyer, Fosse, Four, Atelier de verrier, Cimetière. EGLISE SAINT AUBIN III - Etude anthropologique IV - Etudes spécialisées V - Inventaires VI - Annexes techniques 2E 4 9 RUE DE BO N 2E RUE D'ECHANGE 2E 3 7 5 3E 3E 3 19 3E 8 17 ER 2E 16T 2 PLACE
  • -pente, sur le flanc peu escarpé du coteau bordant la rivière Ille à l’est, à une altitude moyenne de 40m au sud et 41m au nord avant décapage. L’emprise concernée par le projet est située dans un secteur de la ville de Rennes particulièrement sensible du point de vue archéologique
  • . Dès le XIXe s, les trouvailles sont nombreuses dans ce quartier situé au centre géographique de la ville du Haut-Empire. La prescription de fouille, liée à la création d’une station de métro, fait suite à un diagnostic documentaire réalisé en raison de l’impossibilité
  • d’entreprendre des sondages classiques dans les espaces publics densément occupés par des réseaux alors en service. Sur les 945 m2 de la zone à fouiller à peine 300m2 de vestiges antiques très morcelés sont conservés. L’essentiel de ces derniers est localisé dans la partie nord de la station
  • (Secteur1), tandis que quelques témoins stratigraphiques antiques totalisant une vingtaine de m2 sont encore présents dans l’angle sud-est de l’emprise à étudier (Secteur 2). Parallèlement les vestiges d’un cimetière de la fin de l’époque médiévale occupent encore une bonne partie de la
  • partie sud-est du site. Concernant l’époque antique, la découverte essentielle permise par la réalisation de cette fouille, est une vaste installation monumentale à architecture de terre et de bois remontant à l’époque de la création du chef-lieu des Riédons. La présence d’un proto
  • -forum ou d’un ensemble évoquant les principia d’un camp militaire est envisagée. Après un abandon du secteur, le quartier est urbanisé. Deux rues orthogonales sont mises en place et scellent les vestiges de l’occupation primitive. Parallèlement, un bâti à architecture de terre et de
  • bois dont la vocation exacte n’a pu être déterminée se développe en bordure occidentale du cardo présent sur la fouille. Vers le milieu du second siècle la configuration change avec l’apparition de constructions reposant sur des fondations maçonnées au mortier. C’est aussi l’époque
  • à laquelle se développe un atelier de verrier. Sur le côté oriental du site, des restes de maçonneries semblent attester la présence d’une vaste domus de la fin du Haut-Empire, équipée d’une salle chauffée par un hypocauste rayonnant. La période s’étendant de la fin du Haut
  • -Empire à la fin du Moyen-Age est illustrée par quelques rares témoignages d’occupation ayant échappé à l’écrêtement stratigraphique et aux nombreuses perturbations contemporaines ayant touché ce secteur notamment sur le côté nord ouest de la fouille. Ces indices permettent juste
  • d’entrevoir la manière dont les lieux ont évolué au cours de cette période. En revanche sur le côté sud, la présence du cimetière évoqué plus haut, reflète le fonctionnement de l’ancienne paroisse saint-Aubin et peut être de l’hôpital sainte-Anne également présent dans ce secteur de la
RAP03275_2.pdf (CHASNE-SUR-ILLET (35). ZAC du Champ des Buttes. Rapport de fouille)
  • opération de sauvegarde par l'étude
  • CHASNE-SUR-ILLET (35). ZAC du Champ des Buttes. Rapport de fouille
  • ?? : données absentes O: ouest E: est PM : passe mécanique US : unité stratigraphique TP : trou de poteau AD : adulte d’âge indéterminé IMM : DD : immature probable decubitus dorsal F: sexe féminin M: sexe masculin Pm : prémolaire I: incisive M: molaire 10 Inrap
  • mauvais US comblement 1616 Age [15-19 a] Type de dépôt individuel/primaire Sexe ND Type de tombe ND Stature ND Altitude supérieure 56.92 m NGF Caractère discret ND Altitude inférieure 56.98 m NGF Pathologie ND Dimensions fosse (L/l/prof) 150/30/14 Relation
  • Sépulture 2 Données archéologiques Données biologiques N° sépulture 2 Sujet en place vide US creusement 1751 Etat de conservation nul US comblement 1752 Age [IMM] Type de dépôt ND Sexe ND Type de tombe ND Stature ND Altitude supérieure 56.48 m NGF Caractère
  • mauvais US comblement 1758 Age [AD] Type de dépôt individuel/primaire Sexe ND Type de tombe coffre schiste Stature 160.3 +/- 4.13 cm (fémur) Altitude supérieure 56.48 m NGF Caractère discret ND Altitude inférieure 56.38 m NGF Pathologie ND Dimensions fosse (L/l
  • dalle de couverture, la seconde au lavage dans les restes crâniens. Cet adulte de sexe indéterminé repose dans une fosse aménagée avec une dalle monobloc de couverture en schiste. Le sujet, bien représenté lors de la fouille permet de discuter des modalités d’enfouissement. Par
  • Etat de conservation mauvais US comblement 1748 Age [1-4 a] Type de dépôt individuel/primaire Sexe ND Type de tombe ND Stature ND Altitude supérieure 56.41 m NGF Caractère discret ND Altitude inférieure 56.39 m NGF Pathologie ND Dimensions fosse (L/l/prof) ND
  • comblement 1863 Age [AD] Type de dépôt individuel/primaire Sexe ND Type de tombe pleine terre/linceul/logette Stature 156.6 +/- 4.13 cm (fémur) Altitude supérieure 56.43 m NGF Caractère discret ND Altitude inférieure 56.29 m NGF Pathologie ND Dimensions fosse (L/l/prof
  • antérieures et postérieures, non déterminables Maxillaire : fragments d’émail de dents antérieures et postérieures, de I2 à M1 gauche mieux préservées. Usure des cuspides de M1. Usure au 1/3 des dents antérieures. Description de la tombe Sujet adulte d’âge et de sexe indéterminés, inhumé
  • Catalogue des sépultures - E. Cabot Sépulture 6 Données archéologiques Données biologiques N° sépulture 6 Sujet en place 1 (sujet B) US creusement 1769 Etat de conservation mauvais US comblement 1770 Age [AD] Type de dépôt individuel/primaire Sexe F Type de tombe
  • 1737 Etat de conservation mauvais US comblement 1738 Age [AD] Type de dépôt individuel/primaire Sexe ND Type de tombe pleine terre Stature 147.5 +/- 4.13 cm (fémur) Altitude supérieure 56.44 m NGF Caractère discret ND Altitude inférieure 56.35 m NGF Pathologie
  • fosse, sous le côté gauche de l’individu, et des déplacements osseux (remontée d’une partie de l’humérus) sont liés à cette perturbation. Le sujet, adulte de sexe et d’âge non déterminés, repose sur le dos, les jambes en extension ne sont représentées que par les fémurs. Les membres
  • biologiques N° sépulture 8 Sujet en place 1 US creusement 1885 Etat de conservation mauvais US comblement 1886 Age [ND] Type de dépôt individuel/primaire Sexe ND Type de tombe ND Stature ND Altitude supérieure 56.47 m NGF Caractère discret ND Altitude inférieure
  • 1771 Etat de conservation mauvais US comblement 1772 Age [AD] Type de dépôt individuel/primaire Sexe ND Type de tombe pleine terre Stature 158.9+/-4.13 cm (fémur) Altitude supérieure 56.38 m NGF Caractère discret ND Altitude inférieure 55.67 m NGF Pathologie
  • . Le sujet remanié correspond à un adulte d’âge et de sexe indéterminés. Le sujet en place (sujet B), conservé sous forme d’empreinte est déposé sur le dos. Les jambes sont en extension, les pieds joints les bras fléchis avec les mains jointes dans la région des lombaires. Le crâne
  • comblement 1888 Age [AD] Type de dépôt individuel/primaire Sexe ND Type de tombe cercueil trapézoïdal. Pas de clous. Calage pierre. Stature 157.9+/-4.18 cm (tibia) Altitude supérieure 56.33 m NGF Caractère discret ND Altitude inférieure 55.81 m NGF Pathologie ND
  • de traces de clous de fixation). Ce cercueil est calé en fond de fosse par des pierres (deux à la tête et une aux pieds). Les ossements du sujet remanié (sujet A) apparaissent sur le dessus du cercueil. Le sujet A correspond à un adulte de sexe et d’âge indéterminé. Le sujet B
  • , dont les traces à la fouille permettent de restituer une partie de la position de dépôt est très altéré. Aucun reste osseux ou dentaire n’a pu être isolé au lavage. Les données biologiques obtenues résultent de l’enregistrement de terrain uniquement. Il s’agit d’un adulte de sexe et
  • biologiques N° sépulture 11 Sujet en place 1 US creusement 1745 Etat de conservation mauvais US comblement 1746 Age [AD] Type de dépôt individuel/primaire Sexe ND Type de tombe cercueil trapézoïdal Stature ND Altitude supérieure 56.51 m NGF Caractère discret ND
  • et pathologies dentaires Deux fragments de base de crâne Mandibule : fragments d’émail indéterminés et I1 bilatérales, de canine à M2 gauche, cuspides peu usées. Adulte jeune. Description de la tombe Cet adulte de sexe et d’âge indéterminé repose dans un cercueil trapézoïdal
  • Données biologiques N° sépulture 12 Sujet en place 1 US creusement 1779 Etat de conservation mauvais US comblement 1780 Age [AD ?] Type de dépôt individuel/primaire Sexe ND Type de tombe ND Stature ND Altitude supérieure 56.44 m NGF Caractère discret ND
RAP01032.pdf (PLÉCHÂTEL (35). rapport de prospection inventaire)
  • PLÉCHÂTEL (35). rapport de prospection inventaire
  • rectangulaire (bx
  • L-*iiOS?lî»ÇïXO^ iuiÇHiA^ LOGIQUE • AiNivcui X e5 /o -O -0-O-O-0-0-O-0-0-0 -O-O-O-O -0 -0-0-0 -O-O-O -O-O -0-0-0- oG ù 'iiii -xùjUJJU ùhj Autorisation de prospection n ,J 3 Gu I Mars I r /o. iiLSUL'i'À'I'ii : LE CM AIE L - 3P : ^ proximité du lu. .... UXJIXLÏ
  • • Marcelle °6 c, section (ci plan I). Petit retranchement quadrangulaire , connu sous le nom de " Château de Salomon ou château de oaiies • il est sis sur un éperon schisteux au confluent de deux X'uisseaux. j.es levées sont composées d'un mélange de terre et de plaquettes de schiste. Un
  • fossé est visible côté LGT. inédit . un. OhEVAUùriib • Parcelle 4Î a, section L 11 (ci plan 2). rfetit ensemble médiéval V itéférence bibliogi'aphique ; Glossaire du Varier de Ji^OnAiLL, DO J.'1' IX^ ET LAISGOUET , KEi>n>îES 1°: 01 • " au hameau de la Chevalerie, il y a des ruines
  • h peu près complètement ensevelies sous la mousse et les feuilles. A côté de ces ruines, on remarque un petit monticule entouré de douves " . Dans un taillis, •% 100 m au iVORD des habitations du village de la CHË V AJJLKIJÛ, , on a pu voir les soubassements d'une habitation
  • filiation de la voie en chemins ruraux, parfois même en route départementale, s'établissait sur plusieurs kilomètres. Cette situation est pratiquement restée inchangée après le remembrement . Il est très rare en effet que la voie disparaisse dans les cultures. iMous livrons ici deux
  • extraits des plans cadastraux, ils soulignent le passage de la voie aux abords du Semnon, avant qu'elle ne pénètre en territoire redone . iuacien cadastre : ( cf plan 3), depuis le chemin
  • successivement sous la forme d'un vieux chemin, d'un talus rectiligne et finalement sous la forme d'une nouvelle portion de vieux chemin. L'ensemble conserve toutefois l'allure originelle de la voie. • 0 »j • m • Jkott. nouveau cadastre : après remembrement ( cf plan 4)« oT^e~s~^âTus" "ët
  • " certains vieux chemina ont disparu, la voie se perpétue cependant par l'intermédiaire de limites de parcelles. L'emjjeinte de celle-ci reste donc évidente en cet endroit malgré les vicissitudes du ternes. EMPIEj&lEitfEWÎ LA UhAUoio&E AO :Alu -iL. l 'arcelle n 45, section rL'ù C (ci plan
  • 4)« 1 'empierrement de la voie qui avait disparu partout dans les environs, a été mis au jour lors du r^e me m Prenait à l'emplacement d'ua ancien taillis, (cf plan ^e chemin attenant h ce taillis était alors appelé " chemin renais " . ua partie supérieure de la chaussée romaine
  • a été dégagée et labourée sur une trentaine de mètres. Elle est composée de pierres ordinaires ( grès ) de calibre moyen dont ie poids n'excède pas 10 Kg. ù&O galets de quarte et de petits fragments de tuiles ont été également observés dans l'empiei'rement de la voie. 'vlonsieur
  • ElHEi'i agriculteur s la OUi^SOoWw xxjtiù , m'a dit avoir dégagé de nombreuses pierres lors des labours (parcelle- 44) sur le passage présumé de la voie. LiÛxu- BLAN Cikj • - yy. un nouveau gisement gailo-romainnous a été signalé par Patrick CHEVALIER, élève au CE4 de Jialw de
  • LiiETAGriME • Ce gisement est siuué h proximité du bourg de NOE- BLANCHE, non loin de la voie romaine WAwï&B . Les renseignements ont été transmis ^ M J-Y AHOHErEL» inédit . j^ait h Pii,CHA'iEL , -'rospe cteur i le 14 novembre M auri ce GrAu l'IER « IQ '/b
RAP03900 (RENNES (35). Place Saint-Anne, à l'emplacement de l'ancienne église Saint-Aubin et de son Cimetière. Rapport de Fouille)
  • opération de sauvegarde par l'étude
  • RENNES (35). Place Saint-Anne, à l'emplacement de l'ancienne église Saint-Aubin et de son Cimetière. Rapport de Fouille
  • en vue du programme d’étude génétique et résultat de la détermination du sexe par les analyses ADN par Elsa Jovenet 462 Inventaires techniques 11. Inventaire des unités stratigraphiques 465 par Elsa Jovenet et Géraldine Jouquand 12. Inventaire des objets
  • Sujets et thèmes Edifice religieux, Bâtiment, Voirie, Structure urbaine, Foyer, Fosse, Sépulture Mobilier Céramique, Faune, Objet métallique, Parure, habillement, Monnaie, Verre, Inscription, Scories Fouille archéologique La fouille d’une partie de la place Sainte-Anne
  • réalisée en 2018 livre des informations d’importance sur les évolutions spatiale et fonctionnelle depuis l’Antiquité de ce secteur de Rennes. Elle permet d’approfondir nos connaissances sur l’occupation de la ville durant le Haut-Empire. Elle apporte également des informations inédites
  • , place Sainte-Anne Ille-et-Vilaine, Rennes, place Sainte-Anne  : À l'emplacement de l'ancienne église Saint-Aubin et de son cimetière Chronologie Antiquité romaine, Empire romain, HautEmpire, Bas-Empire, Époque médiévale, haut Moyen Âge, Moyen Âge, bas Moyen Âge, Temps modernes
  • , Époque contemporaine Ille-et-Vilaine, Rennes, place Sainte-Anne À l'emplacement de l'ancienne église Saint-Aubin et de son cimetière sous la direction de Françoise Le Boulanger 37 rue du Bignon CS 67737 35577 Cesson-Sévigné Tél. 02 23 36 00 40 www.inrap.fr Rapport d’opération
  • Inrap Grand Ouest Inrap Grand Ouest juillet 2020 Fouille archéologique Rapport d’opération 35238 Code INSEE Ille-et-Vilaine, Rennes, place Sainte-Anne À l'emplacement de l'ancienne église Saint-Aubin et de son cimetière — F121283 2017 - 332 Système d’information Code
  • Inrap Arrêté de prescription sous la direction de Françoise Le Boulanger Inrap Grand Ouest 37 rue du Bignon CS 67737 35577 Cesson-Sévigné juillet 2020 avec les contributions de avec la collaboration de Paul-André Besombes Frédéric Boursier Véronique Gendrot Elsa Jovenet
  • Françoise Labaune-Jean Pierre Poilpré Emmanuelle Collado Stéphane Jean Géraldine Jouquand Audrey Le Merrer Alexandre Mahé Marie Millet Chloé Pfister Vincent Pommier Illustration de couverture En 1891, représentation artistique de l'ancienne église Saint-Aubin vue depuis le sud–ouest
  • (détail) [AD35 : 5 V 245/8, liasse 3-4]". « Le Rapport d’Opération (RO) constitue un document administratif communicable au public dès sa remise au service Régional de l’Archéologie, suivant les prescriptions de la Loi n° 78-753 du 17 juillet 1978 modifiée, relative à l’amélioration
  • des relations entre l’administration et le public. Aux termes de la circulaire du 26 mars 1993, il pourra être consulté ; les agents des Services Régionaux de l’Archéologie rappelleront à tout demandeur les droits de la propriété littéraire et artistique possédés par les auteurs et
  • les contraintes qui en résultent pour tout consultant. Les prises de notes et les photocopies sont autorisées pour un usage exclusivement privé et non destiné à une utilisation collective (article L122-5 du code de la propriété intellectuelle). Toute reproduction de texte
  • , accompagnée ou non de photographies, cartes ou schémas, n’est possible que dans le cadre du droit de courte citation, avec les références exactes et complètes de l’auteur et de l’ouvrage. Par ailleurs, l’exercice du droit à la communication exclut, pour ses bénéficiaires ou pour les tiers
  • , la possibilité de reproduire, de diffuser ou d’utiliser à de fins commerciales les documents communiqués (Loi n° 78-753 du 17 juillet 1978, art. 10). Le non-respect de ces règles constitue un délit de contrefaçon puni par l’article 425 du code pénal. » Sommaire Données
  • administratives, techniques et scientifiques 9 Fiche signalétique 10 Mots-clefs des thesaurus 11 Intervenants 13 Notice scientifique 14 État du site 15 Localisation de l’opération 17 Arrêté de prescription 28 Projet scientifique d’intervention 39 Définition des moyens 41 Arrêté
  • d'autorisation Résultats 45 1. Présentation de l'opération archéologique 45 1.1 Contexte de l’intervention 46 46 47 1.2 Les contextes topographique et géologique par Françoise Le Boulanger par Françoise Le Boulanger 1.2.1 Le contexte topographique 1.2.2 Le contexte
  • géologique 47 1.3 Contextes archéologique et historique 47 1.3.1 Le contexte archéologique par Françoise Le Boulanger 47 1.3.1.1 La période antique 51 1.3.1.2 Les périodes médiévale et moderne 51 1.3.2 Le contexte historique : l’église au XIXe siècle : première prise de
  • contact avec l’édifice par Pierre Poilpré 51 1.3.2.1 Description de l’église au XIXe siècle et au tout début du XXe siècle : plans, photographies, dessins, textes 58 1.3.2.2 La démolition de 1904 : intérêt archéologique 58 1.3.2.3 L’église dans son quartier 59 59 60 60
  • 60 62 1.4 Méthodologie et moyens mis en œuvre 1.4.1 Emprise et objectifs scientifiques de la fouille par Françoise Le Boulanger 1.4.2 Juste avant le démarrage d’opération par Françoise Le Boulanger 1.4.3 Le décapage par Françoise Le Boulanger 1.4.3.1 Les obstacles
  •  : fosses et réseaux enterrés 1.4.3.2 Les niveaux masquant les vestiges archéologiques 1.4.4 La fouille et l’enregistrement des données 1.4.4.1 La délimitation de cinq secteurs par Françoise Le Boulanger 1.4.4.2 La fouille et l’enregistrement des niveaux et structures autres
  • que les sépultures par Françoise Le Boulanger 1.4.4.3 La fouille et l’enregistrement des sépultures par Elsa Jovenet 1.4.5 Le travail de post-fouille 1.4.5.1. Lavage des mobiliers et inventaires des US et autres données par Françoise Le Boulanger 1.4.5.2 Les études 62 62
RAP02448.pdf (SAINT-VOUGAY (29). l'esplanade nord du château de Kerjean. archéologie des jardins. rapport final de synthèse de fp2 1998-1999.)
  • SAINT-VOUGAY (29). l'esplanade nord du château de Kerjean. archéologie des jardins. rapport final de synthèse de fp2 1998-1999.
  • également été aménagés. 6 7 Dumas, note précédente. Situation qui a certainement dû se produire pour Kerjean d'ailleurs. 13 figure 7 Plan I du parc du château de Maillé. (JQûaijËtlc/MA.. 'lO'i (¿fjidica./totùS V 't ('{¡llljïtl .'ntujj c'c wi
  • château de Maillé. A ¿O-íí/tUr* s'a- a-cnjjy $ CC D ^^¿u/^tiS^^f*--^ tíC-' EE t t tf tf t t f f f tf V ^ T- A dfS-r- — í e^AjjS cu/i-c B ds/tiSi¿fej-¿¿¡--¿CiUíP »A^"*' / *" ,' J* i 4. CitòtùvtS .'cwu J¡e**t*H¿i j m ^ w v ^ - ä l A : fe zwtí. eJ>c*n+*tZo > j á
  • ^-yy^^ y / - ? CS* "géy»^.:- ... . . . f #4 ¿ ¿ > u v e t Á ¿ eé< c A a « , 4 t t #/ ^ ; ! :;. 4 vffir '• 4 4 4 4 - :'' f 4 t f r? ^ ^ V1 e^- ^ « f f 6- cctti/Ht-JcjÇX fMt ¿iía. /HJtÏA. O*- O Q •^cu-jije. fitA^.Je&Je^ Lors de ce dépouillement succinct effectué
  • , vers la grande route de Lesneven à Saint-Pol-de-Léon. E n f a n t , j'ai traversé cet étang à la nage ; ïiavi sa dure écurce à plus d'un houx sauvage t E t sur les chênes verts, de rameaux en rameaux , Visité dans leurs nids les petits des oiseaux; ( l ) En sortant de toutes ces
  • 1618. Durant un demi-siècle, la déchéance de la famille Barbier a selon toute vraisemblance conduit à l'état de délabrement du domaine ; la remise en état des lieux a dû s'opérer par les Coatanscour au XVIIIè s. Le jardin a-t-il constitué alors un laboratoire d'expérimentation
  • L'ESPLANADE NORD DU CHÂTEAU DE KERJEAN Saint-Vougay 29 0271 004 H Archéologie des jardins Fouille programmée bi-annuelle RAPPORT DE SYNTHÈSE Stéphanie Hurtin SRA/Rennes 2000 Z ^ U B L. Avertissement Ce rapport est la synthèse de deux années consécutives de campagnes de
  • fouille comprenant 1,5 mois de phase terrain et 1,5 mois de post-fouille. Or lors de la mise en place de la fouille nous avions demandé des phases de terrain d'une durée de 1 mois renouvelée pendant trois années de suite. Cette dernière proposition n'avait pas été retenue en raison des
  • délais réduits pour la restauration du site. Il est clair que le programme de recherche sur deux ans ne favorise pas le même recul que sur trois ans. D'autre part, les données observées sur le site sont considérables, il nous est donc impossible de les présenter tous en détail. Aussi
  • ce travail reste une étude synthétique et interprétative selon un schéma chronologique. Enfin, pour des raisons personnelles, nous n'avons pas été en mesure de remettre les résultats des fouilles aussi rapidement que prévu initialement. 1 Cliché de couverture : Vue générale sur
  • l'esplanade nord avant fouille. SOMMAIRE I. INTRODUCTION II. DONNÉES TECHNIQUES 2.1. FICHE SIGNALÉTIQUE 2.2. CADRE MATERIEL DE L'OPERATION III. LE SITE. LES CONTEXTES. PRESENTATION DU SITE 3.1. LE CONTEXTE GEOGRAPHIQUE 3.2. LE CADRE GEOLOGIQUE 3.3. ETAT DE LA RECHERCHE SUR LES JARDINS EN
  • BRETAGNE (d'après C. Piéau). 3.4. ETAT ACTUEL 3.5. LES SOURCES IV. DONNÉES ARCHÉOLOGIQUES 4.1. ARCHEOLOGIE DES JARDINS (Anne Allimant) 4. 1. 1 - Naissance de la problématique 4. 1. 2 - L'archéologie des jardins en France 4.2. PROBLEMATIQUE ET METHODOLOGIE 4.3. LOCALISATION DES
  • DECAPAGES ET DES TRANCHÉES COMPLÉMENTIARES 4.4. LES PRINCIPAUX RESULTATS ISSUES DES DONNÉES ARCHÉOLOGIQUES 4.4.1 - Premières traces d'occupation ancienne. 4 . 4 . 2 - Un sol ancien en place. 4 . 4 . 3 - Les murs de clôture et les accès. 4 . 4 . 4 - Un jardin fossilisé sous
  • cinquante centimètres de terre végétale dans le secteur nord-ouest de l'esplanade. 4 . 4 . 5 - Un réseau de fossés de plantation au nord-est pouvant s'apparenter au labyrinthe. 4 . 4 . 6 - Des structures isolées. 4 . 4 . 7 - Traces de labour. 4.5 . LE MOBILIER V . UNE DEMARCHE
  • PLURIDISCIPLINAIRE 5 . 1 . ANALYSES MICROMORPHOLOGIQUES (C. Vissac) 2 5. 1. 1 - Stratégie d'échantillonnage et stratigraphie 5. 1. 2 - Démarche d'étude et fabrication des lames minces 5. 1. 3 - Généralités 5. 1. 4 - Détermination des faciès 5. 1. 5 - Synthèse et conclusion Restitution strati
  • graphique Conclusion 5.2. ANALYSES PALYNOLOGIQUES (M-F Diot) 5. 2. 1 - Définition de la palynologie 5. 2. 2 - Méthodologie employée 5. 2. 3 - Référentiels pour les jardins 5. 2. 4 - Historique de la palynologie des jardins 5. 2. 5 - Prélèvements à faire 5. 2. 6 - Résultats des analyses
  • palynologiques au Château de Kerjean 5.3. ANALYSE DU VEGETAL ACTUEL 5. 3. 1 - inventaire et caractéristiques des essences végétales actuelles de l'esplanade 5. 3. 2 - Essai d'interprétation CONCLUSION 3 1 1 ..tamji ,7, ! . St-LO,' i/o Chausey ,> SNl hstf Avranch uc .hateaulin
  • | Fougeres Ma ' 29 .BRÍTAGNE n îduimpe^ ^ iariant 5* L " ( rkäi _ ^ws-DEXA-L Belte-ile-on-MerQ, St-tàiam^ Arjcina*!?. r Atlas Universalis des Pays i 00 km I 1 i I Carte routière Michelin n°989 20 km I I Figi Cartes ÍGN n°0515 Ouest et Est ; et n°0516 Ouest et Est 500 m I I I
  • . INTRODUCTION Le château de Keijean1, situé dans le nord du Finistère, est un haut lieu de la Renaissance en Bretagne. Il a été bâti dans les années 1570 sur les bases d'un daté des années 1420-1430. Les commanditaires étaient de riches propriétaires fonciers du Haut Léon, la famille
  • Barbier. Ce château reste un des témoignages des plus marquant de l'habitat civil de la renaissance en Bretagne où se mêlent les réminiscences des modèles de l'italien Serlio, de Philibert De l'Orme, de Jacques Androuet Du Cerceau et de la grammaire architecturale locale (Mussat 1961
  • : 16-23). C'est dans le cadre d'un projet de restauration et de mise en valeur engagé par Daniel 9 Lefèvre, architecte en chef des Monuments historiques, que les jardins du château de Keijean" (Bretagne) ont fait l'objet d'une première approche archéologique en 1995 (Hurtin 1995
RAP03791 (RENNES (35). Parc des Tanneurs. Rapport final de fouilles)
  • RENNES (35). Parc des Tanneurs. Rapport final de fouilles
  • plus grand, long de 1,23 m, malheureusement écrasé lors des travaux, ne renfermait semblet-il que les restes d’un enfant, sans doute de sexe masculin, âgé de 6 à 8ans. En revanche, le second, long de 1,13 m, moins détérioré par les engins, a pu être étudié plus en détail Fig.1-4
  • Fouille archéologique Rapport final d’opération Commune de Rennes (Ille-et-Vilaine) Parc des Tanneurs Fouille programmée Arrêté n° 2018-171 Rapport final sous la direction de Dominique Pouille avec la collaboration d’ Elodie Cabot Inrap Grand-Ouest Novembre 2019
  • Conditions d’utilisation des documents Les rapports d’opération archéologique (diagnostic, fouille, document final de synthèse, sondage, sauvetage…) sont des documents administratifs communicables au public, en application de la loi n° 78-753 du 17 juillet 1978 modifiée et portant
  • diverses mesures d’amélioration des relations entre l’administration et le public. L'accès à ces documents administratifs s’exerce auprès des administrations qui les ont élaborés ou qui les détiennent, au choix du demandeur et dans la limite de leurs conditions d’accueil. La mise en
  • ligne des rapports par le SRA Bretagne a pour objectif de faciliter cette consultation. La consultation et l’utilisation de ces rapports s’effectuent dans le respect des dispositions du code de la propriété intellectuelle relatives aux droits des auteurs. Notamment en application de
  • l'article L.122-5 du code de la propriété intellectuelle, cela implique que : 1) les prises de notes et les copies ou autres formes de reproduction sont autorisées dans la mesure où elles sont strictement réservées à l’usage privé du copiste et non destinées à une utilisation collective
  • ; 2) toute reproduction du texte, accompagnée ou non de photographies, cartes ou schémas, n’est possible que dans le cadre de courtes citations qui doivent être justifiées, par exemple par le caractère scientifique de l’œuvre à laquelle elles sont incorporées, et sous réserve de
  • l’indication claire du nom de l’auteur et de la source (références exactes et complètes de l’auteur, de son organisme d’appartenance et du rapport); 3) la représentation ou la reproduction d’extraits est possible à des fins exclusives d’illustration dans le cadre de l’enseignement et de la
  • recherche, dès lors que le public auquel elle est destinée est majoritairement composé d'élèves, d'étudiants, d’enseignants ou de chercheurs directement concernés, et que son utilisation ne donne lieu à aucune exploitation commerciale. Le non-respect de ces règles constitue le délit de
  • contrefaçon prévu et sanctionné par les articles L.335-2, L.335-3 et suivants du code de la propriété intellectuelle. Renseignement : DRAC Bretagne : http://www.culture.gouv.fr/Regions/Drac-Bretagne Service Régional de l’Archéologie - Centre de documentation archéologiqu Campus
  • universitaire de Beaulieu - Avenue Charles Foulon - 35700 Rennes 01/09/2018 Rapport final d’opération Commune de Rennes (Ille-et-Vilaine) Parc des Tanneurs Fouille programmée Arrêté n° 2017-134 et 2018-171 Rapport final sous la direction de Dominique Pouille avec la collaboration
  • d’Elodie Cabot (Inrap), Géraldine Jouquand (Inrap) Desfonds, Françoise Labaune, Emmanuelle Collado, Richard Delage, Julien Boislève, Philippe Boulinguiez (Inrap), Yoahn Manthey (collaborateur LAHM) Contribution de Paul André Besombes (SRA), Stéphane Büttner (C.E.M. Saint-Germain) Et la
  • participation d’ Arnaud Nos remerciements aux services de la Ville de Rennes et au personnel administratif de l’Inrap ainsi qu’à l’équipe de fouille Décapage Parc des Tanneurs, Rennes 18 - 28 avril 2017 Nom Prénom Piriou Mathieu Dates stage niveau L3 université Rennes2 Lenoir
  • Alexandre L3 Rennes2 Eluard François L3 Rennes2 L3 Rennes2 Thomas Hugo Le Roux Youna Choplin Morgan Post Master Rennes2 Guermeur Nominoé Doctorant Rennes2 Master Rennes2 Fouilles Parc des Tanneurs, Rennes 6 juin- 13 juillet 2017 Nom De Lépineau Prénom Auxane
  • Dates stage 06/06 au 30/06 niveau L3 Nantes Saintlo Axel 15/06 au 13/07/2017 M1 Aix-Marseille Guerin Laura 06/06 au 13/07/2017 M1 Polytechnique Lemesle Alice M1 Aix-Marseille Jacquet Nathalie Institut de Tomar Houx Léa 19/06 au 13/07 06/06 au 13/07/2017 L3
  • 14/06 et 3/07 au 13/07/2017 Post Master 6/06 au 14/06 et 3/07 au 13/07/2017 Université Rennes 2 Post doc Rennes 2 Emmanuelle François 6/06 au 7/07 Master Rennes 2 Rennes 2 Rennes 2 Stagiaires 2018 Bietry Baptiste, Université de Rennes II Choplin Morgan, Post
  • Université Rennes II Dauvissa Elise, Université de Caen De Lépineau Auxane, Université de Bordeaux Gils Hermeline, Université de Rennes II Guillemont Victoria, Université de Rennes II Houx Léa, Université de Poitiers Le Rudulier Xavier, Université de Rennes II Marsy Victor, Université de
  • Rennes II Perrin Alice, Université d’Aix-Marseille Piriou Mathieu, Université de Rennes II Rhagoubert Indra, Université de Rennes II Saintlo Axel, Université d’Aix-Marseille Segalen Lena, Université de Rennes II Simoe Guerra Patricia, Université de Nantes Tardif Léna, Université de
  • Rennes II Tirel Melissa, Université de Rennes II L’étude anthropologique a bénéficié des travaux effectués par deux étudiantes dans le cadre de leur master 2 en anthropologie biologique, Claire Gallen et Alice Lemesle (Gallen 2019, Lemesle 2018) assisté en 2019 par Lisa Foucher
  • (stage de licence). Par ailleurs le lavage du mobilier archéologique des deux campagnes successives, ainsi que les ossements provenant de la fouille de la nécropole, ont été lavés au LAHM de l’Université de Rennes II, par des étudiants d’archéologie sous la direction d’Emmanuelle
RAP00793.pdf (PLEUDANIEL (22). penn an crac'h - traou nod. rapport de fouille programmé)
  • PLEUDANIEL (22). penn an crac'h - traou nod. rapport de fouille programmé
  • de natura trae dlvoraa i piorrea, tMXes plaquea de béton, morcaaux de frooque. £iéc© á t p¿óc« poaaede un a c l bétonné, do dment bXano, d'una dlaatno de ca d'épaiaaeur, qui n'étalt reoouvert au momant da Xa foulXXe que par une rntaoo couche da torra végétale. Le nlveau du aol de
  • l a Recherche et l a Sauvegarde des Sites Archéologiques du Trégor, dont l e siège est à Lannion), et se sont achevées au mois d'avril 1971» au terme d'une petite campagne à laquelle ont participé, outre les membres de l'ARSSAT» cinq étudiants de l ' I n s t i t u t d'Histoire de
  • l a banquette-témoin «c i l ne subsiste plus que l e l i t de mortier blanc qui l u i servait d'assise. Pour l a situation stratigrapbique de ce mur, au niveau de l a face S de l a banquette-témoin k , voir $L. I I , coupe A. Le mur du bâtiment I est, sans aucun doute, recouvert
  • , n'oat conservé en élévation, aur una £ >*/s 6 ; o i / 3 / 6 ¡f cu deux aaaiaea, amlaxxxxxaax qu'en bordure meridional© da Xa placa D t U présente alora un apparell aasaa eoigaé da patitea piorrea schisteuaoa platas, diepoeéea en épi, et Xiéaa par da I'argüe. XxxM A 1*0 de l a pleca
  • hauteur» .liílle aat bordea au S par un aur groaaier k un aaul parement, f a i t da groases piorrea f/A; c 1,
  • un 1/ de torre limité" par un paraaent de groases piorrea Xiéaa k 1'argüe a os maasif, qui ropos© aur Xa torre viorge, a'eleve juaqu'au mvaau d'arasemont dea aura 3 et Et du modas daña Xa pKxtímmtímüuÚm moitlé oriantale de l a pleca B» 11 aat fort mal conservé, cu
  • a totalanant diapara, daña l'autro ooitlé. Entro ce masaif central et lea mura s, B e t II de l a place A court un canlvoau larga de"SOk 40 om et profond d'una quarantalne de ca. Baña ce canlvoau, Xa Xong dea mura 3 a t }£, -i, «*/*/ Sy i; » 1> 3 -ont été déoouvertea en place daa piXettea s
  • a i t I d affalra k un hypooauate k bon marché, adapté a Xa dcuoamr relativo du oXlmat. Mala l'on n'a pu détorminor d'ck venalt l ' a l r ohaud (peut-itre de 1'angla lio, fort mal conservé, mala partlculloromenl riehe en trocea de cendre*. M l'on eomprend égaleaont mal l o role que
  • conservée que l a tranche da fondation, largo d'une soixantaine de « et profonde da 50 on environ. A l ' a de l a pièce % i l en va de u&ae t a ceci prèe que, dans l a moitié S de l a tranchée, a*eat conservée une couche de pierres. £ * Ilèee ? t • m « m* « lia a d bétonné de l
  • o l de l a pièce F» La ressemblance typologique antre ce sur et l e s mars S et B de l a pièce B i n c i t a k penser qu'Usa sont conte»» poreins. A 2/ * / f • A E -1? • A S ; £ it 3 Ê ' fl , co c c. u P A ç 6i p y Q. */*• F S" / 6 q. ç s. ïlèoe A I * " E l l e
  • cinquantaine de en. Le mur 0 ne possède qu'une double assise de fondation, qui repose sur une couche de destruction riche en fragments de fresque, en tuiles e t en débris da pilettea. Su côté extérieur, l e mur S est conservé en élévation sur une hauteur de 60 on environ, 3ur toute son
  • n'est visible taxa sur l a coupe atratigraphique dressés perpendiculairement au mur, l e long da l a face £ de l a banquette-tésoin (i t tout se passe comme s i , au moment de l a construction da ce mur, on avait apporté da l a terre pour contre-butor ses fondations. A 2 a de l'angle
  • M tu de l a pièce A, reposant directement sur une mince coucha da sabla constituant l e s o l extérieur et directement appuyé contre l'enduit extérieur du sur, existait un petit dépotoir, d'une trentaine de nan cm d'épaisseur maximale e t de 50 cm de rayon s l a terra, très
  • on en direction du S. Là où i l se trouve au contact du mur E de l a pièce A, i l ne présente qu'un seul an parement i du côté da l a pièce B. Pu sur B de l a pièce B, i l ne resta que l a basa dea fondations reposant sur l e sol vierge t des fondations descendaient nettement au
  • e bosquet. LE MATERIEL î Monnaies^! M 1 t Droit et revers i l l i s i b l e s . Sesterce. Antonin ? Marc Âurèle ? Lucius xax Vérus ? Poids s 21 gr 15. Trouvé en surface, au N de l a pièce D. M 2 ; Sesterce. Au dr., buste féminin à dr (Paustine); lég. i l l i s i b l e . AB rev
  • dr. Au rev. î LIBERALITAS AUG I I - La Libéralité debout à g. tenant une tessère et une double corne d'abondance. N° Cohen t 87» N° R.L.C. 38 b. Poids : 4 gr 27. Atelier Rome î 244-247. Trouvé dans l e dépotoir sur l e sol extérieur, au i S de l a pièce A. M 4 s Sesterce. Droit et
  • tenant une haste. MJ Elmer : 190} Poids t 2 gr 85; Atelier : Cologne. Emission : 3 émission 2 phase (fin 260). Trouvé dans l e dépotoir sur l e sol extérieur, au S de l a pièce A. e s M 6 i Antoniatanus. Au dr. j IHP C POSTUMUS PF AUG - Buste radié, drapé et cuirassé à dr. Au rev
  • cuirassé à dr. Au rev. t SALUS AUG - La Santé debout à dr. nouriosant un serpent. N° Blmer : 703; Poids : 2 gr 32. Atelier : Trêves; 3 émission ( f i n 268). Trouvé à 1*0 de l a pièce D, dans l a couche C 4 de l a coupe B. M 8 t Antoninianus. Au dr. î IMP CLAUDIUS AUG - Tête radiée à dr
  • . Au rev. t FORTUNA RED(ux) - La Fortune debout à g., tenant une corne d'abondance et un gouvernail. N° HIC s 39; Poids s 2 gr 25. Atelier : SisdLa. 2 émission (268-269). Trouvé à l'O de l a pièce B, dans l a couche C 4 de l a coupe B. M 9 t Denier. Au dr. : HAÛRIANUS AUG - Tête
  • Claude me paraissent dater l a f i n de l'occupation du site : vers 270. liais aucune monnaie n'a été trouvée dans des couches que l'on puisse mettre en relation avec l a construction de t e l ou t e l bâtiment. I l est impos ible, dans ces conditions, de se servir des monnaies pour
RAP03559 (ARRADON (56). Place de l'Eglise : un aperçu archéologique de l'évolution du cimetière paroissial. Rapport de sondage)
  • ARRADON (56). Place de l'Eglise : un aperçu archéologique de l'évolution du cimetière paroissial. Rapport de sondage
  • situe l’individu dans une classe d’âge assez large et cette méthode est utilisée de manière à ce qu’elle soit fiable au minimum à 95%. - Diagnose sexuelle L’estimation du sexe des individus se fait uniquement à partir de la morphologie du bassin qui constitue la seule zone
  • l’attribution d’un sexe a été fixée à 95%, en dessous, l’individu est considéré comme indéterminé. stade intermédiaire entre l’état de larve et celui d’imago chez les insectes diptères 35 RFO sondages archéologiques (2017-083) - Arradon (Morbihan), « Aménagement du centre ville-place de
  • d’observer les pathologies dégénératives (arthrose et enthésopathie) ainsi que l’état dentaire (usure, carie, hypoplasie) et les pathologies traumatiques et infectieuses quand elles ont été repérées. - Étude populationnelle Cette étude permet de caractériser la population, et de mettre
  • DGEC / Direction de la culture Service départemental d’archéologie du Morbihan Morbihan, Arradon « Aménagement du centre ville - place de l’église » Un aperçu archéologique de l’évolution du cimetière paroissial Volume 1 : Texte, annexes et inventaires techniques
  • _____________________ Rapport final d’opération/sondages Arrêté d’autorisation : 2017-083 CODE INSEE : Arradon-56003 Astrid Suaud-Préault Elodie Jadelot Avec la contribution de : Véronique Gendrot Terrain : mars-avril 2017 Rapport : avril 2018 Avec la collaboration de: Yannick Dissez et Morgane Le Roch
  • RFO sondages archéologiques (2017-083) - Arradon (Morbihan), « Aménagement du centre ville-place de l’église» Table des matières I. DONNEES ADMINISTRATIVES, TECHNIQUES ET SCIENTIFIQUES Fiche signalétique Mots clés des thésaurus Générique de l’opération Notice scientifique
  • Remerciements Localisation de l’opération Arrêté de désignation du responsable scientifique II. 1. 2. 2 RESULTATS 5 6 7 8 9 9 10 12 14 Introduction 15 1.1. Présentation de l’opération 1.1.1.Les données du diagnostic et de la surveillance archéologique 1.1.2.Problématique et
  • objectifs de l’opération 1.1.3.Méthodes et stratégie de fouilles 1.2. Situation géographique, géologique et historique. 1.2.1.Contexte géographie, géologique et topographique du site 1.2.2.Le cimetière paroissial : contexte historique et archéologique 15 16 16 16 20 20 21 Le cimetière
  • d’Arradon du Moyen Âge au XIXème siècle 23 2.1. Les limites de l’enclos cimétérial 2.1.1.Les plans anciens 2.1.2.Les apports de la surveillance archéologique de 2016 2.1.3.Le sondage manuel 2.2. L’organisation de l’espace sépulcral 2.2.1.Présentation de la fenêtre de fouille 2.2.2
  • .Cadre chronologique 2.2.3.Stratigraphie et niveaux d’inhumations 2.3. Etude anthropologique (E. Jadelot) 2.3.1.Introduction et objectifs 2.3.2.Méthode 2.3.3.Pratiques funéraires 2.3.4.Architecture funéraire 2.3.5.État sanitaire de la population et bilan des variations anatomiques
  • 2.3.6.Résultats des analyses 2.3.7.Conclusions de l’étude archéo-anthropologique 2.4. Le mobilier 2.4.1.Le mobilier funéraire 2.4.2.La céramique 23 23 24 25 26 26 27 27 32 32 34 36 39 39 42 43 44 44 56 I-Données administratives, techniques et scientifiques 3. 2.5. Les restes
  • textiles (V. Gendrot) 2.5.1.Protocole d’étude des fibres 2.5.2.Étude des prélèvements 2.5.3.Le tissage 2.5.4.Les fibres textiles 2.5.5.Les fils métalliques 2.5.6.Les linceuls 2.5.7.Conclusion 57 57 57 62 62 64 65 65 Conclusion générale 66 Liste des figures 67 Bibliographie 69
  • III. ANNEXES Annexe 1 : Glossaire des atteintes pathologiques et variations anatomiques Annexe 2: Carte des Entités Archéologiques répertoriées sur la commune d’Arradon Annexe 3 : Modèle de la fiche d’enregistrement des sépultures utilisée lors de l’opération (exemple F04) Annexe 4
  • : Résultats des trois datations radiocarbone IV. INVENTAIRES TECHNIQUES Inventaire du mobilier Inventaire des unités stratigraphiques Inventaire des faits Inventaire des photographies Planches-contact 74 76 77 81 87 88 89 96 100 103 111 3 RFO sondages archéologiques (2017-083
  • ) - Arradon (Morbihan), « Aménagement du centre ville-place de l’église» 4 I-Données administratives, techniques et scientifiques I. Données administratives, techniques et scientifiques 5 RFO sondages archéologiques (2017-083) - Arradon (Morbihan), « Aménagement du centre ville
  • -place de l’église» Fiche signalétique Identité du site Région : Bretagne Commune : Arradon Département : Morbihan Code INSEE : Arradon 56003 Lieu-dit ou adresse : Centre bourg, place de l’église Code postal : 56 610 Cadastre Année : 2014 Section (s) : AD Parcelle(s) : 334 Altitude
  • : 31 m NGF Propriétaires des terrains : Mairie d’Arradon Opération archéologique Arrêté de désignation N°: 2017-083 Responsable d’opération : Astrid Suaud-Préault Organisme de rattachement : Conseil départemental du Morbihan (direction de la culture/Service départemental
  • d’archéologie du Morbihan) Maître d’ouvrage des travaux : Commune d’Arradon Nature de l’aménagement : Réaménagement du centre bourg Dates d’intervention terrain : 20 mars au 28 avril 2017 Rapport final d’opération Nombre de volumes : 2 Nombre de pages : vol 1 : 125- vol 2 : 125 Nombre de
  • figures : vol 1 : 87- vol 2 : 83 Nombre d’inventaires : 5 Nombre d’annexes : 4 6 I-Données administratives, techniques et scientifiques Mots clés des thésaurus CHRONOLOGIE Paléolithique Paléolithique inférieur Paléolithique moyen Paléolithique supérieur Age du fer Hallstatt ou
  • -romain) République romaine Empire romain Haut Empire (jusqu’en 284) Bas Empire (de 285 à 476) Époque médiévale Haut Moyen Age Moyen Âge central Bas Moyen Age Temps modernes Ère industrielle Époque contemporaine SUJETS ET THÈMES Édifice public Édifice religieux Édifice militaire
RAP02365.pdf (FOUESNANT (29). l'île Saint-Nicolas. rapport de fouille programmée 2007)
  • FOUESNANT (29). l'île Saint-Nicolas. rapport de fouille programmée 2007
  • responsables ou représentants des administrations et organismes en charge de la protection de l'archipel de nous avoir accordée leur confiance et d'avoir permis la réalisation de ces sondages : N. Delliou (SEPNB, Bretagne Vivante), P. Bertrand (DIREN, chargée du Finistère) et T. Bodennec
  • Centre Nautique des Glénans qui possède \ une base sur l'îlot de Bananec, que l'on peut rejoindre à marée basse à pied sec. L'île Saint-Nicolas est classée en Zone de Protection Spéciale depuis janvier 1990 et fait partie du réseau Natura 2000 depuis le 26 octobre 2004, en raison d'un
  • conditionnée par l'approbation des différentes administrations chargées de la conservation de ce site naturel, classé en Zone de Protection Spéciale depuis janvier 1990 et faisant partie du réseau Natura 2000 depuis le 26 octobre 2004. Les contacts avaient déjà été pris sur le terrain en
  • et fonctionnelles des écosystèmes illustrées par le rôle pédobiologique des vers de terre. La vie dans les sols. Gauthier-Villars, Paris, pp. 187-210. BULLOCK P., FEDOROFF N„ JONGERIUS A., STOOPS G., TURSINA T., BABEL U. 1985 - Handbook for soil thin section, Waine Research
  • (pierres et céramique) Bloc de leucogranite CO C'"3 A Galet de quartz Galet de leucogranite • 0 i All if i ulti giulive tin ini Tesson 1 i 50 cm i yJk t«4. Figure 4 : Relevé en plan et localisation des éléments trouvés dans la couche 7 (pierres et céramique) 59 AD =1
  • : Sondage 4 après rebouchage, vue de l'ouest 1 ANNEXE 1 2 FOUILLES SUR L 'ILE SAINT-NICOLAS (Fouesnant. Finistère) EVALUATION DES INCIDENCES 1. Présentation du site Natura 2000 et du projet 1.1. Le site Natura 2000 1.1.1. Présentation de l'île Saint-Nicolas L'île Saint-Nicolas se
  • de 1'« Ile Verte », à l'est de la Basse Jaune (jusqu'à 50 m de profondeur) et celui entre la Basse jaune et les Glénan (35 m de profondeur), tapissé de sables coquilliers. 1.1.2. L'archipel de Glénan L'île Saint-Nicolas est intégrée au site Natura 2000 « Archipel des Glénan ». En
  • I/ILK SAINT-NICOLAS î ;J(J L (Fouesnant, Finistère) ' 2 ° û 8 ^ Aï,;^ Fouille programmée du 10 au 21 septembre 2007 Gwenaëlle IIAMON avec les contributions de Q. Lemouland et C. Vissac Avec les concours financiers du Ministère de la Culture et du Conseil Général du
  • Finistère et le soutien de la Mairie de Fouesnant fïiîl ^ Conseil General FINISTERE Henn-ar-Hed S.R.A. Bretagne, Rennes si r- ' i" - ( Autorisation préfectorale du 8 juin 2007 2 3 6 5 TABLE DES MATTERES REMERCIEMENTS 2 1. Présentation du site 1.1. Cadre géographique
  • , géologique et géomorphologique 1.2. Les premiers travaux archéologiques sur l'îlot 1.3. Autres occupations sur les îles de l'archipel 1.4. Raisons de l'intervention et moyens 1.5. Méthodologie 3 3 4 4 4 5 2. Le sondage 5 2.1. Présentation générale 2.2. Les structures 2.3. Stratigraphie
  • (fig. 6) 2.4. Le mobilier 6 6 6 6 7 3. Les sondages 3B et 4 7 4. Etude micromorphologique 4.1. Le secteur de fouille 4.2. Les profils de sols 4.3. Micromorphologie des sols 4.4. Etude micromorphologique 8 8 8 9 9 5. Synthèse 5.1. Sondage 5 5.2. Sondages 3B et 4 5.3. Conclusion
  • et perspective d'études 12 12 13 13 l REMERCIEMENTS Ces sondages ont bénéficié du soutien de S. Deschamps (Conservateur Régional de l'Archéologie de Bretagne) et de J.-Y. Tinevez (Ingénieur au SRA de Bretagne, en charge du Finistère). Nous remercions le Conseil Général du
  • Finistère et le Ministère de la Culture d'avoir attribué année les subventions ayant couvert les fiais de fonctionnement de l'opération, ainsi que les analyses essentielles pour la compréhension de ce site (analyses lithiques et micromorphologiques). Nous remercions l'ensemble des
  • (Conseil Général du Finistère). De nouveau un grand merci à l'équipe municipale pour son accueil à l'annexe de la mairie sur l'Ile Saint-Nicolas aux Glénan et à l'équipe de la Boucane. Nous tenons en particulier à remercier P. Malléjacq, de la mairie de Fouesnant ; pour son soutien
  • moral et logistique au cours des phases finales de cette opération. Merci à notre équipe de fouilleurs / collaborateurs sans lesquels cette opération n'aurait pas été menée à bien : G. Kerdivel (Doctorant, Université de Rennes I), Q. Lemouland (doctorant, Université de Rennes 1
  • ), A.-F. Marziou (Mairie de Concarneau), E. Mens (coll. UMR 6566), M. Sauvage (Master II, Caen), C. Vissac (Coll. UMR 7041). 2 1. Présentation du site 1.1. Cadre géographique, géologique et géomorphologique L'île Saint-Nicolas se trouve à 13,5 km de la côte fouesnantaise et de 20
  • km de celle de Concarneau (fig. 1). L'archipel est constitué de 7 îles principales, dont outre Saint-Nicolas, Penfret, Le Loc'h, Cigogne, Drennec, Quignenec, Guéotec et Guiriden. Elle est la seule de l'archipel où arrivent les vedettes régulières venant du Continent et où peuvent
  • mouiller les plaisanciers, et donc très fréquentée de juin à septembre. Une annexe de la Mairie de Fouesnant (où nous sommes hébergés et remercions une nouvelle fois la municipalité pour son accueil) a été mise en place. Peu d'habitants sont présents à l'année : f quelques pêcheurs et
  • les exploitants des viviers, soit une dizaine de personnes. Le centre de plongée est ouvert seulement en pleine saison de même que le Centre Nautique des Glénans (CNG) qui possède une base sur l'îlot de Bananec, que l'on peut rejoindre à marée basse à pied sec. L'archipel de Glénan
  • est situé dans la Baie de Concarneau, à l'extrémité occidentale de la « dépression prélittorale » sud-armoricaine (Delanoë et Pinot 1977). Il appartient à une plate-forme à écueils et à couverture de lithotamniées (maërl) prolongeant en mer le bloc basculé de Trégunc et Névez qui
RAP03508 (VANNES (56). Le Bondon. Rapport de sondage 2007)
  • VANNES (56). Le Bondon. Rapport de sondage 2007
  • . La verrerie du couvent des carmélites 3.2.3. La verrerie de l’église 3.2.4. Synthèse 3.3. Le mobilier métallique, lithique, en cuir et en bois 3.3.1. Présentation du corpus 3.3.2. Catalogue 3.4. Étude numismatique (T. Cardon) 3.4.1. Présentation du corpus 3.4.2
  • pe im Qu s ver ver rs nge sN er iaqu cmar rs Lo ve es/A t Nan ant Légende : Altimétrie : 0 50 m emprise supposée de la ville antique pendant le Haut-Empire (Ier-IIIe s. ap. J.-C.) tracé de l’enceinte urbaine à la fin du Moyen Age (2nde moitié du XIVe s.) voie
  • Hen imp neb on er t e nn He er rs Ve imp Qu nt bo Ve rs Va nn es itinéraires principaux autres chemins emprise reconstituée du terrain donné par Jean de Malestroit en 1425 aux carmes vallée du Rohan rs Ve croix médiévale 0 100 m s ne n Va 05 Fig. 1.15 - Hypothèse
  • Mené ,1895, p. 8-11 AD56 - E 2689 - pièce justificative n° 1. Blanchard 1897, t. 5, p. 42 (n° 1452). 22- Rosenzweig, 1895, p. 410-411. La Borderie, Villers 1897, p. 222. 23 - L’Itinéraire de Bretagne de 1636 de Dubuisson-Aubenay et un recueil d’armoiries, de montres, de
  • Le Bondon - Vannes (Morbihan) EA n° 56 260 0124 Rapport final d’opération archéologique (Arrêtés d’autorisation n° 2007-260, 2008-245, 2008-248) Sébastien Daré et Alain Triste avec les contributions de Thibault Cardon, Gwendal Gueguen, Victorien Leman, Diego Mens et la
  • collaboration de Jean-Luc Daré et de Clément le Guédard Service régional de l’Archéologie de Bretagne juin 2017 Cé r a m Centre d'Etudes et de Recherches Archéologiques du Morbihan Conditions d’utilisation des documents Les rapports d’opération archéologique (diagnostic, fouille
  • , document final de synthèse, sondage, sauvetage…) sont des documents administratifs communicables au public, en application de la loi n° 78-753 du 17 juillet 1978 modifiée et portant diverses mesures d’amélioration des relations entre l’administration et le public. L'accès à ces
  • documents administratifs s’exerce auprès des administrations qui les ont élaborés ou qui les détiennent, au choix du demandeur et dans la limite de leurs conditions d’accueil. La mise en ligne des rapports par le SRA Bretagne a pour objectif de faciliter cette consultation. La
  • consultation et l’utilisation de ces rapports s’effectuent dans le respect des dispositions du code de la propriété intellectuelle relatives aux droits des auteurs. Notamment en application de l'article L.122-5 du code de la propriété intellectuelle, cela implique que : 1) les prises de
  • notes et les copies ou autres formes de reproduction sont autorisées dans la mesure où elles sont strictement réservées à l’usage privé du copiste et non destinées à une utilisation collective; 2) toute reproduction du texte, accompagnée ou non de photographies, cartes ou schémas
  • , n’est possible que dans le cadre de courtes citations qui doivent être justifiées, par exemple par le caractère scientifique de l’œuvre à laquelle elles sont incorporées, et sous réserve de l’indication claire du nom de l’auteur et de la source (références exactes et complètes de
  • l’auteur, de son organisme d’appartenance et du rapport); 3) la représentation ou la reproduction d’extraits est possible à des fins exclusives d’illustration dans le cadre de l’enseignement et de la recherche, dès lors que le public auquel elle est destinée est majoritairement composé
  • d'élèves, d'étudiants, d’enseignants ou de chercheurs directement concernés, et que son utilisation ne donne lieu à aucune exploitation commerciale. Le non-respect de ces règles constitue le délit de contrefaçon prévu et sanctionné par les articles L.335-2, L.335-3 et suivants du code
  • de la propriété intellectuelle. Renseignement : DRAC Bretagne : http://www.culture.gouv.fr/Regions/Drac-Bretagne Service Régional de l’Archéologie - Centre de documentation archéologiqu Campus universitaire de Beaulieu - Avenue Charles Foulon - 35700 Rennes 01/09/2018 Vannes
  • (Morbihan) - Le Bondon EA n° 56 260 0124 Rapport final d’opération archéologique (Arrêté d’autorisation 2007-260, 2008-245, 2008-248) Sébastien Daré et Alain Triste avec les contributions de Thibault Cardon, Gwendal Gueguen, Victorien Leman, Diego Mens et la collaboration de Jean-Luc
  • Daré, Clément le Guédard Service régional de l’Archéologie de Bretagne Septembre 2017 Avis au lecteur Le présent rapport comporte les résultats d’une opération de fouille archéologique. Les rapports constituent des documents administratifs communicables au public après remise au
  • service régional de l’Archéologie, suivant les dispositions de la loi modifiée n° 78-753 du 17 juillet 1978. Aux termes de la circulaire de mars 1996, prise pour application, ils pourront donc être consultés en respect des droits de propriété littéraire et artistique possédées par les
  • auteurs et les contraintes qui en résultent. La prise de notes et les photocopies sont autorisées pour un usage exclusivement privé et non destinées à une utilisation collective (article L122-5 du code de la propriété intellectuelle). Toute reproduction du texte, accompagnée ou non de
  • photographies, cartes ou schémas, n’est possible que dans le cadre de la courte citation, avec les références exactes et complètes de l’auteur et de l’ouvrage. Par ailleurs, l’exercice du droit de la communication, exclut, pour ses bénéficiaires ou pour les tiers, la possibilité de
  • reproduire, de diffuser ou d’utiliser à des fins commerciales les documents communiqués (loi n° 78-753 du 17 juillet 1978, art. 10). Illustration de couverture - La partie occidentale de l’église au niveau du contrefort MR 1015 et du caveau funéraire 1030 (S. Daré positif du sceau
RAP03469 (PLOUGONVELIN (29). Abbaye de la Pointe Saint-Mathieu, place Saint-Tanguy. Rapport de diagnostic)
  • opération préventive de diagnostic
  • PLOUGONVELIN (29). Abbaye de la Pointe Saint-Mathieu, place Saint-Tanguy. Rapport de diagnostic
  • Diagnostic archéologique Rapport d’opération Finistère, Plougonvelin, abbaye de la Pointe Saint-Mathieu Sondages archéologiques, place Saint-Tanguy sous la direction de Françoise Le Boulanger Inrap Grand Ouest octobre 2017 Diagnostic archéologique Rapport d’opération
  • Finistère, Plougonvelin, abbaye de la Pointe Saint-Mathieu Sondages archéologiques, 29190 Code INSEE place Saint-Tanguy — D112960 2015-326 Système d’information Code Inrap Arrêté de prescription sous la direction de Françoise Le Boulanger Inrap Grand Ouest 37 rue du Bignon CS
  • 67737 35577 Cesson-Sévigné octobre 2017 avec la contribution de Stéphan Hinguant Françoise Labaune-Jean Pierre Poilpré Illustration de couverture La place Saint-Tanguy vue du haut du phare ; on y voit les sondages 3 (rebouché) et 4 . © Pierrick Leblanc Sommaire Données
  • administratives, techniques et scientifiques 3 Sommaire 7 Fiche signalétique 8 Mots-clefs des thesaurus 9 Intervenants 10 Notice scientifique 10 État du site 11 Localisation de l’opération 13 Arrêté de prescription 19 Projet scientifique d’intervention 21 Arrêté de
  • désignation Résultats 25 1. Introduction 25 1.1. Raisons de la mise en place du diagnostic archéologique 25 1.2 Données physiques 25 1.2.1 Contexte géographique 26 1.2.2. Contexte géologique 26 1.3. Contexte historique et archéologique : état des connaissances et
  • perspectives 26 1.3.1. Précision onomastique par Pierre Poilpré 26 1.3.2. Contexte historique et perspectives de recherche 29 1.3.3 Contexte archéologique 30 1.4 Conditions de réalisation de l’opération archéologique 35 2. Présentation des données archéologiques 35 2.1 Les
  • sondages 1 et 2 37 2.1.1. Le sondage 1 40 2.1.1.1. L’assemblage lithique de l’US 135, témoin d’un petit poste de débitage mésoltithique ? par Stéphan Hinguant 41 2.1.1.2. Un niveau de sol antérieur au mur nord de l’abbatiale 41 2.1.1.3. Le mur nord de l’abbatiale : caractéristiques
  • et modifications (UA 150) 46 2.1.1.4. Des niveaux des xie-xiie siècles ? 47 2.1.1.5. Des aménagements de la deuxième moitié du Moyen Âge à l’époque moderne ? 48 2.1.1.6. La façade orientale du dortoir des moines 50 2.1.1.7. Des niveaux de sol associés aux deux états de
  • la façade orientale du dortoir des moines 51 2.1.1.8. Aménagements ponctuels récents dans le cloître 52 2.1.1.9. Démolition et remblaiement général du cloitre 52 2.1.2 Le sondage 2 57 2.1.3 Bilan des découvertes dans les sondages 1 et 2 59 2.2 Les sondages 5 et 6
  • 59 2.2.1. Le sondage 5 64 2.2.2. Le sondage 6 66 2.2.3. Interprétation proposée des découvertes 70 2.3 Les sondages 3 et 4 70 2.3.1. Le sondage 3 76 2.3.2 Le sondage 4 81 2.3.3 Sondages 3 et 4 : bilan archéologique des découvertes - approche documentaire et
  • topo-historique 81 2.3.3.1. Bilan archéologique des découvertes par Françoise Le Boulanger 82 2.3.3.2 Approche documentaire et topo-historique par Pierre Poilpré 95 3. Conclusion 97 4. Bibliographie 101 Corpus des documents Documents et études
  • complémentaires par Pierre Poilpré Inventaires techniques 123 1. Inventaire des faits et unités stratigraphiques 126 2. Inventaire des mobiliers 126 3. Inventaire de la documentation graphique 127 4. Liste des figures I. Données administratives, techniques et scientifiques I
  • . Données administratives, techniques et scientifiques 7 Fiche signalétique Localisation Région Bretagne Statut du terrain au regard des législations sur le patrimoine et l’environnement — Département Finistère (29) Références de l’opération Commune Numéro de l’arrêté de
  • prescription Plougonvelin Adresse ou lieu-dit Abbaye de la Pointe SaintMathieu Codes code INSEE 29190 2015-326 en date du 18/11/2015 x : 1124825 y : 7265750 z : env. 23 m NGF Références cadastrales — section(s) E parcelle(s) Place Saint-Tanguy Propriétaire du terrain Commune de
  • Plougonvelin 20 au 28 février 2017 Surface prescrite et sondée Numéro de l’arrêté de désignation Emprise maximale prescrite 2017-016 en date du 09/01/2017 Nature de l’aménagement 3800 m2 Surface sondée 342 m2 soit 9 % de la surface prescrite Niveau d'apparition des vestiges Maître
  • d'ouvrage des travaux d'aménagement Mairie de Plougonvelin Opérateur d’archéologie Inrap Grand Ouest Année Dates d’intervention sur le terrain D112960 Commune Plougonvelin Inrap Grand Ouest 37 rue du Bignon CS 67737 35577 Cesson-Sévigné Numéro de l’opération Mise en valeur du
  • site historique Coordonnées géographiques et altimétriques selon le système CC48 Organisme de rattachement Responsable scientifique de l’opération Françoise Le Boulanger, Inrap De - 0,20 m à - 0,60 m 8 Inrap · Rapport de diagnostic archéologique Finistère, Plougonvelin
  • , abbaye de la Pointe Saint-Mathieu Mots-clefs des thesaurus Chronologie Sujets et thèmes Mobilier Édifice public nb Industrie lithique Inférieur Édifice religieux Industrie osseuse Moyen Édifice militaire Supérieur Bâtiment Macro-restes Mésolithique et
  • Abri Antiquité romaine (gallo-romain) République romaine Mégalithe Empire romain Artisanat Haut-Empire (jusqu’en 284) Argile : atelier Atelier Bas-Empire (de 285 a 476) Terre cuite Études annexes Époque médiévale Géologie haut Moyen Âge Datation
  • Moyen Âge Anthropologie bas Moyen Âge Carpologie Temps modemes Anthracologie Époque contemporaine Pétrographie Ère industrielle Palynologie Macrorestes An. de céramique An. de métaux Aca. des données Numismatique Conservation Restauration I. Données
RAP03675 (KERLOUAN (29). Des squelettes dans la dune de Neiz Vran. Rapport de sondage 2018)
  • KERLOUAN (29). Des squelettes dans la dune de Neiz Vran. Rapport de sondage 2018
  • nombreux paramètres telle que le vieillissement de population de laquelle cet individu est issu, de son sexe hypothétique, de son statut social, de sa santé, etc., ces éléments d’âge et de sexe sont à prendre à titre indicatif. Ce squelette est le plus complet et le mieux conservé du
  • nous : – Ces traces sont le résultat de découpes volontairement commises par un autre individu. Dans ce cas-là, quelle(s) en étai(en)t la/les raison(s)  ? Pratiques mortuaires (décarnisations, mutilations), culturelles, criminelles, médico-chirurgicales, rituelles (initiatique ou
  • gauche : mandibule ; à droite : maxillaire (C. Martin). 2. Individu 2 (rouge sur la fig. 6) Nous n’avons pas d’éléments permettant de déterminer le sexe de cet individu. Les ossements, ne présentent pas de traces suspectes comme sur l’individu 1. Les os sont moyennement bien
  • notamment sur un calcanéum qui se désagrège, comme le tibia et la fibula gauche (Behrensmeyer 1978). Nous n’avons pas d’éléments permettant de déterminer le sexe de cet individu. Les ossements, ne présentent pas non plus de traces suspectes comme sur l’individu 1. 4. Conclusions
  • suite à une maladie infectieuse. Quel(s) aurai(en)t été le ou les but(s) d’une telle démarche ? 26 CONCLUSIONS... SUR LE TERRAIN ET EN LABORATOIRE En raison de la localisation du site et de son environnement immédiat – milieu dunaire, bordure de littoral, présence d’un plateau
  • DES SQUELETTES DANS LA DUNE DE NEIZ VRAN (KERLOUAN, FINISTÈRE) Rapport de sondage 2018-163 MARTIN C. (dir.), avec la contribution de RODRIGUEZ LOREDO C., et la collaboration de ABALEA C. et le CFRA DES SQUELETTES DANS LA DUNE DE NEIZ VRAN (KERLOUAN, FINISTÈRE) Rapport de
  • sondage 2018-163 MARTIN C. (dir.), avec la contribution de RODRIGUEZ LOREDO C., et la collaboration de ABALEA C. et le CFRA En couverture : individu 1 (V. Duigou) et le site de Neiz Vran vu depuis le Nord (C. Martin). REMERCIEMENTS Nous tenons à remercier toute l’équipe, pour sa
  • n’aurait pas pu être possible. Un grand merci à Cecilia Rodriguez Loredo qui nous a proposé son aide pour l’identification et la latéralisation des ossements, et qui a activement participé à « l’enquête... » en nous mettant en relation avec Anahi Ginarte, Fernando Olivares, Stella
  • Allende et Mariana Fabra de l’Instituto de Medicina Forense du Poder Judicial (province de Cordoba en Argentine) que nous remercions également chaleureusement. Le SRA, en les personnes d’Yves Menez, Olivier Kayser et Jean-Charles Arramond, pour la rapidité de l’autorisation de la
  • nécessaires pour étudier ces sépultures, ainsi que pour la première intervention que nous pouvons archéologiquement exploiter. 4 Conditions d’utilisation des documents Les rapports d’opération archéologique (diagnostic, fouille, document final de synthèse, sondage, sauvetage…) sont des
  • documents administratifs communicables au public, en application de la loi n° 78-753 du 17 juillet 1978 modifiée et portant diverses mesures d’amélioration des relations entre l’administration et le public. L'accès à ces documents administratifs s’exerce auprès des administrations qui
  • les ont élaborés ou qui les détiennent, au choix du demandeur et dans la limite de leurs conditions d’accueil. La mise en ligne des rapports par le SRA Bretagne a pour objectif de faciliter cette consultation. La consultation et l’utilisation de ces rapports s’effectuent dans le
  • respect des dispositions du code de la propriété intellectuelle relatives aux droits des auteurs. Notamment en application de l'article L.122-5 du code de la propriété intellectuelle, cela implique que : 1) les prises de notes et les copies ou autres formes de reproduction sont
  • autorisées dans la mesure où elles sont strictement réservées à l’usage privé du copiste et non destinées à une utilisation collective; 2) toute reproduction du texte, accompagnée ou non de photographies, cartes ou schémas, n’est possible que dans le cadre de courtes citations qui doivent
  • être justifiées, par exemple par le caractère scientifique de l’œuvre à laquelle elles sont incorporées, et sous réserve de l’indication claire du nom de l’auteur et de la source (références exactes et complètes de l’auteur, de son organisme d’appartenance et du rapport); 3) la
  • représentation ou la reproduction d’extraits est possible à des fins exclusives d’illustration dans le cadre de l’enseignement et de la recherche, dès lors que le public auquel elle est destinée est majoritairement composé d'élèves, d'étudiants, d’enseignants ou de chercheurs directement
  • concernés, et que son utilisation ne donne lieu à aucune exploitation commerciale. Le non-respect de ces règles constitue le délit de contrefaçon prévu et sanctionné par les articles L.335-2, L.335-3 et suivants du code de la propriété intellectuelle. Renseignement : DRAC Bretagne : http
  • ://www.culture.gouv.fr/Regions/Drac-Bretagne Service Régional de l’Archéologie - Centre de documentation archéologiqu Campus universitaire de Beaulieu - Avenue Charles Foulon - 35700 Rennes 01/09/2018 SOMMAIRE Fiche signalétique
  • .................................................................................................................. 2.1. Intervention de la gendarmerie et conclusions archéologiques... 3. Historique d’intervention archéologique.................................................................. p. 9 p. 9 p. 9 p. 10 p. 10 Autorisation de sondage archéologique
  • .................................................................................................................................. Liste des figures............................................................................................................................. p. 29 p. 32 Annexes Le projet ALeRT, présentation résumée et évaluation de la vulnérabilité du site de Neiz Vran
RAP00938.pdf (les villes antiques dans l'ouest de la Gaule. rapport de projet collectif de recherches.)
  • projet collectif de recherches
  • les villes antiques dans l'ouest de la Gaule. rapport de projet collectif de recherches.
  • Antiquaire de France, T. VIII, p.82-96. BIZEUL, 1844 - Aperçu général sur les voies romaines. Bulletin archéologique de l'association bretonne, (congrès de Rennes), p. 3 -8. BIZEUL, 1851 - La voie romaine de Carhaix à Corseul. Bulletin archéologique de l'association bretonne, (l ere série
  • . BOUSQUET J., 1972 - Inscriptions latines de Corseul (Côtes du Nord), Gallia, T.30, fascicule 2, p.284-288. CHICHE B., 1969 - Fouilles de Corseul, 1968, Section archéologique des jeunes Budé des Côtes du Nord, fascicule 2, p. 10-17. CHICHE B., 1969 - Observations sur les céramiques gallo
  • la table de Peutinger, Paris : Hachette, 1869 (p. 152-153). LEBEUF abbé, 1739 : Dissertations sur l'histoire ecclésiastique et civile de Paris, suivies de plusieurs éclaircissements sur l'histoire de France, 3 vol., Paris : Lambert et Durand, 1739-1743 (t. 1, 1739, p. 163-193
  • historique et archéologique de la Mayenne, 2e série, t. 5, 1892, p. 161-178. NAVEAU J., 1991 : L'épigraphie du site de Jublains (Mayenne), Revue archéologique de l'Ouest, t. 8, 1991, p. 103-116. Notitia Galliarum : Notitia dignitatum, accedunt notitia urbis constantinopolitanae et
  • L'ANCIEN : Histoire naturelle, éd. E. Littré, t. 1, Paris, 1860 (t. 22 de la Collection des auteurs latins avec la traduction en français, publ. sous la direction de Nisard) (p. 203-204 : livre IV, chap. 32). PTOLEMEE : Claudii Ptolemaei geographia, éd. C. Mûller, Paris : Firmin Didot
  • , 1883 (t. 1 : livre II, chap. 8, p. 213). 2° -GENERALITES ANGOT abbé A., 19 1Q : Dictionnaire historique, topographique et biographique de la Mayenne, 4 vol., Laval : Goupil, 1900-1910. 19 AUBIN G., 1981b : Aspects de la circulation monétaire en Mayenne dans l'Antiquité, La
  • Mayenne : Archéologie, Histoire, n° 3, 1981, p. 99-146. AUBIN G., 1984a : Corpus des trésors monétaires antiques de la France, t. 3 : Pays de la Loire, Paris : Société française de Numismatique, 1984. BARBE H., 1865a : Jublains (Mayenne). Notes sur ses antiquités, époque gallo-romaine
  • Y., 1943 : Les fouilles du temple de Jublains (Mayenne) en 1942, Gallia, t. 1, fasc. 2, 1943, p. 266-273. GRENIER A., 1960 : Manuel d'archéologie gallo-romaine, t. 4, Les monuments des eaux, II, Ville d'eau et sanctuaire de l'eau, Paris : Picard, 1960 (p. 777-786). NAVEAU J
  • ., 1980 : Informations archéologiques. Circonscription des Pays de la Loire, Gallia, t. 38, fasc. 2, 1980, p. 381-406. AUBIN G., 1985 : Informations archéologiques. Circonscription des Pays de la Loire, Gallia, t. 43, fasc. 2, 1985, p. 447-466. DIEHL R., 1984b : Les thermes de Jublains
  • : Manuel d'archéologie gallo-romaine, t. 3, L'architecture, II, Ludi et circenses, Paris : Picard, 1958 (p. 964-966). MATTER M., 1985 : Les édifices des spectacles en Gaule lyonnaise (Ier-Ve s.), thèse de doctorat, Université des Sciences humaines de Strasbourg, 1985, dactyl. (p. 228
  • -234). 6° - FORTERESSE AUBIN G., 1981c : Informations archéologiques. Circonscription des Pays de la Loire, Gallia, t. 39, fasc. 2, 1981, p. 333-362. 21 AUBIN G., 1985 : Informations archéologiques. Circonscription des Pays de la Loire, Gallia, t. 43, fasc. 2, 1985, p. 447-466
  • . AUBIN G., L'HELGOUAC'H J., 1988 : Pays de la Loire, Gallia informations. Préhistoire et Histoire, 1987-1988, fasc. 2, p. 139-184 (p. 162-166 : "Jublains (Noiodunum)"). BOUSQUET J., 1963 : Informations archéologiques, Gallia, t. 21, fasc. 2, 1963, p. 425. DIEHL R., 1984a : Jublains
  • Y., 1984 : Les marques sur briques de Jublains. Recherches de chronologie relative sur le complexe fortifié, Cahiers du groupe de Recherches sur l'Armée romaine et les Provinces, t. 3, 1984, p. 85-102. REBUFFAT R., 1977 : Jublains 1975, Cahiers du Groupe de Recherches sur l'Armée
  • romaine et les Provinces, t. 1, 1977, p. 11-34. REBUFFAT R., 1978 : La forteresse de Jublains avant la campagne de 1978, Travaux militaires en Gaule romaine et dans les provinces du Nord-Ouest, Caesarodunum, 1978, p. 334-343. REBUFFAT R., 1981a : Le complexe fortifié de Jublains
  • fortifié de Jublains après la campagne de 1978, La Mayenne .■Archéologie, Histoire, n°3, 1981, p. 19-26. REBUFFAT R., 1984 : Jublains 1976, 1977, 1978, Cahiers du Groupe de Recherches sur l'Armée romaine et les Provinces, t. 3, 1984, p. 9-50 (catalogue du matériel avec la collaboration
  • romaine et les provinces voisines, t. 21, 1985, p. 191-201. REBUFFAT R., 1987 : Monnaies du complexe fortifié de Jublains (Mayenne), Mélanges offerts au docteur J.-B. Colbert de Beaulieu, Paris : Le Léopard d'Or, 1987. TRUFFREAU-LIBRE M., 1984 : La céramique gallo-romaine des fouilles
  • de Jublains (19761978), Cahiers du Groupe de Recherches sur l'Armée romaine et les Provinces, t. 3, 1984, p. 51-58. 7° -AQUEDUC BAUCHET J.-P., NAVEAU J., L'aqueduc de Jublains (Mayenne), La Mayenne : Archéologie. Histoire, supplément n° 1, Les thermes romains d'Entrammes, 1991, p
  • . 175-186. 22 8° - URBANISME, HABITAT AUBIN G., 1983 : Informations archéologiques. Circonscription des Pays de la Loire, Gallia, t. 41, fasc. 2, 1983, p. 299-323. AUBIN G., L'HELGOUAC'H J., 1988 : Pays de la Loire, Gallia informations. Préhistoire et Histoire, 1987-1988, fasc. 2
  • , p. 139-184 (p. 162-166 : "Jublains (Noiodunum)"). BEDON R., CHEVALLIER R., PINON P., 1988 : Architecture et urbanisme en Gaule romaine, 2 t., Paris : éd. Errance, 1988 (t. 1, p. 31, 48, 240, 246 - 1. 2, p. 9, 30, 33, 40, 41, 150-151). BLANCHETIERE, 1858 : Antiquités de Jublains
  • . rédaction d'un plan général et documents nouveaux, Bulletin monumental, t. 24, 1858, p. 537-555, 3 pl. BOISSEL R., DIEHL R., 1958 : Constatations archéologiques (époques gallo-romaine et mérovingienne) faites en 1957 à Jublains (Mayenne), Annales de Bretagne, t. 65, fasc. 1, 1958, p. 73