Rechercher sur le site

  • Chercher les documents contenant un mot OU un autre : tapez simplement les mots à la suite => bracelet bronze
  • Chercher les documents contenant un mot ET un autre : utilisez le mot-clef AND => bracelet AND bronze
  • Chercher les documents contenant une expression exacte : taper l'expression entre guillemets => "bracelet en bronze"

Limiter votre recherche

Auteur
Type d'opération
Commune
Département
Date (Année)

3642 résultats Exporter les résultats

Trier par Titre : ascendant / descendant
RAP02005.pdf ((29). le mésolithique en Bretagne. rapport de projet collectif de recherches)
  • territoire et économie de la matière première lithique) Les systèmes techniques Les fondements archéologiques ACTIVITES Prospections au sol en Finistère, Morbihan, Côtes d'Armor et Illeet-Vilaine. Prospections géologiques BUDGET PROMOTEURS S. Blanchet, Y. Bougio, B. Ginet, J.- Autonome
  • + M. Lacot, P. Forré, P. Gouletquer, Y. PCR Guéguen, M. Le Goffic, P. Léopold, G. Marchand, Y. Pailler, J. Perry, R. Tsobgou, G. Tournay, E. Yven. Hiérarchisation du corpus des sites en Finistère Etudes de collections et définition S. Blanchet, J. Josselin, P. Gouletquer, d'un
  • protocole d'analyse commun G Marchand, Y. Pailler, E. Yven PCR Campagne de sondages en G. Marchand Finistère Bilan archéologique des sites de O. Kayser, G. Marchand, A. Tresset, Beg-an-Dorchenn, Téviec et R. Schulting. Hoèdic Nouvelles datations à Beg-an- R. Schulting Dorchenn et à Beg
  • de l'année 2004. Tableau 3 : Récapitulation des travaux effectués en 2003. Travaux Sondages Séminaire de prospection dans le Finistère-Sud Etudes de sites et de séries lithiques mésolithiques Nouvelles datations Prospections géologiques Officiants G. Marchand Y. Bougio Blanchet
  • - Etat provisoire d'une prospection de longue durée : le site de Quillien (Le Cloître Saint-Thégonnec, Finistère). Revue archéologique de l'Ouest, n°8, p. 31-51. JOSSELIN J., MARCHAND G., PAILLER Y. avec la collaboration de MOALIC L., HAMON G. et LEROY A., 2003 - Kerliézoc en Plouvien
  • par la même de répondre à plusieurs questions que nous nous posons ; à savoir : s'il y a eu passage par une phase liquide lors du métamorphisme, et par conséquent remobilisation des éléments chimiques et transfert de matière au sein de la même roche. S'il y a eu métamorphisme par
RAP02205.pdf (CARHAIX-PLOUGUER (29). un quartier de la ville antique de vorgium. les fouilles de la réserve archéologique. rapport de fp 1 2006)
  • -Vilaine. Prospections géologiques BUDGET PROMOTEURS S. Blanchet, Y. Bougio, B. Ginet, J.- Autonome + M. Lacot, P. Forré, P. Gouletquer, Y. PCR Guéguen, M. Le Goffic, P. Léopold, G. Marchand, Y. Pailler, J. Perry, R. Tsobgou, G. Tournay, E. Yven. Hiérarchisation du corpus des sites en
  • Finistère Etudes de collections et définition S. Blanchet, J. Josselin, P. Gouletquer, d'un protocole d'analyse commun G Marchand, Y. Pailler, E. Yven PCR Campagne de sondages en G. Marchand Finistère Bilan archéologique des sites de O. Kayser, G. Marchand, A. Tresset, Beg-an-Dorchenn
  • Officiants G. Marchand Y. Bougio Blanchet, Yven, Marchand Blanchet, Marchand, Yven Blanchet, Marchand, Tsobgou, Yven Ces différents travaux seront développés dans le rapport qui suit. 6 PCR-Le Mésolithique en Bretagne-2003 Bibliographie du chapitre : Rappel de la problématique
  • . -GOULETQUER, P. et LEOPOLD, P., 1991 - Etat provisoire d'une prospection de longue durée : le site de Quillien (Le Cloître Saint-Thégonnec, Finistère). Revue archéologique de l'Ouest, n°8, p. 31-51. JOSSELIN J., MARCHAND G., PAILLER Y. avec la collaboration de MOALIC L., HAMON G. et LEROY
  • permettront par la même de répondre à plusieurs questions que nous nous posons ; à savoir : s'il y a eu passage par une phase liquide lors du métamorphisme, et par conséquent remobilisation des éléments chimiques et transfert de matière au sein de la même roche. S'il y a eu métamorphisme
RAP03817 (QUIBERON (56). Beg er Vil : un habitat de chasseurs-cueilleurs maritimes de l'Holocène. Rapport de FP 2019)
  • Ouest, pré fète d'IIle-et-Y ilaù1e ; VU l'arrête préfectoral n° 2018 DRAC'lDSG e n date du 19 novembre 20 18 pOI'tant délégation de signature à M. Michel ROUSSEL, Directeur régional des affaires culturelles de Bretagne; VU l'an·êté préfectoral en date du 21 novembre 2018 portant
  • micaschistes de Belle-Île. À hauteur du site, il est difficile de percevoir la configuration originelle des lieux, du fait de la couverture dunaire et des 10 Etudes post-fouille - 2019 aménagements urbains récents, mais il semble y avoir une pente légère de la surface granitique vers
  • aux environnements terrestres ou marins y ont été déterminés (le pingouin torda, le guillemot de Troil, le grand pingouin, la bécasse des bois, le colvert, le canard siffleur ou pilet, le fuligule, la cigogne blanche ou la grue cendrée, le pygargue à queue blanche, le merle ou la
  • . Après une phase initiale où les activités étaient très éloignées de la zone actuellement fouillée, il y eut une installation avec rejets de coquilles et autres déchets, qui s’est aussi accompagnée de quelques creusements et de l’aménagement d’une aire de combustion de grandes
  • cette période (Marchand, 2013). L’habitat de plein-air de Bordelann est installé à proximité d’une source, en tête d’un vallon de la « côte sauvage » de cette île escarpée. Les milliers de silex taillés qui y furent recueillis en prospections pédestres et en sondages manuels
RAP02988.pdf (SAINT-SAUVEUR-DES-LANDES (35). ZAC plaisance 2. rapport de fouille)
  • XwèSe*
  • Yairies : Le Croisé — Parc d'activités communautaires de Plaisance 2 : Cadastre Section YM, : N° de site Coordonnées Lambert 2 Propriétaire du terrain Situation parcelles 25p et 64 35.310.0014 : X= 3 294 : Z=115 Fougères Communauté : topographique Y= 23 778
  • préventives, à un service archéologique territorial agréé ou à tout autre opérateur de droit public ou privé titulaire de l'agrément prévu au chapitre IX du décret susvisé. Le contrat conclu avec l'opérateur comporte le projet d'intervention mise en œuvre des prescriptions contenues dans
  • nombre minimal de personnes affectées à la phase fouille compris le responsable d'opération et les spécialistes. • ne pourra pas être inférieure jours 5.2.1 - Relevés ne pourra pas être inférieur à 6 personnes, y simples : •relevés topographiques des plans généraux
  • résultats positifs, l'auteur de la notice y joindra au maximum 2 ou 3 illustrations légendées (photographie, plan, coupe, etc.). Ces documents sont également à transmettre sous forme numérique, au format .jpg, et à la taille de 800 x 800 pixels. La date de remise du rapport final
RAP03144.pdf (HOEDIC (56). Site de Sterflant, sondages, suivi et études archéologiques)
  • Coordonnées Lambert Zone II X= 206,800 Y= 2272,610 Références cadastrales : section AE, 11, cadastre de 1972 Propriétaire du terrain : Conservatoire du Littoral et DPM Adresse du propriétaire : Conservatoire du Littoral. Délégation régionale Quai G. Péri, 22000 - PLERIN. Nature des
  • Sterflant. 8 Figure 2 – Tableau d'assemblage du cadastre de l’île de Hoedic et localisation du site de Sterflant. Au lieu-dit "Stefflant" (ou Ster Flan, ou Schteufleint), dès 1882, Lavenot repérait des "rejets de cuisine" : coquilles, ossements, poteries puis Rollando et Coppens y
  • mentionnent des "fonds de cabane". Ces derniers y firent un rapide sondage qui leur livra les restes d'un vase à pâte noire, couvert de multiples cannelures horizontales et enduit au graphite, ainsi qu'un fragment d'amphore. En 1964, Minot mentionne en ce lieu : "sur la côte, en haut d'une
  • peu de fer à l’intérieur. Une activité métallurgique, même de l’âge du Fer, devrait cependant livrer un peut plus de mobilier lié à cette activité. Si ce sont des scories de forge, alors elles correspondent à des activités pour lesquelles il y a peu de perte métallique, typiquement
  • renouvelé afin de permettre une modélisation de l’évolution de la forme de la dune et du rythme de son recul sous l’effet des événements climatiques. Figure 37 – Relevé de la côte à Serflant au scanner 3D par Y. Bernard et L. Quesnel (cl. M.Y. Daire). Figure 38 – Clou topographique
  • implanté dans le platier rocheux en avant du site de Sterflant (cl. M.Y. Daire). 40 Figure 39 – Relevé laser 3D du site de Sterflant (doc. Y. Bernard, L. Quesnel et J.B. Barreau, CNPAO). 41 4 - LES INVERTÉBRÉS MARINS DU SITE GAULOIS DE STERFLANT : (ÎLE DE HOEDIC; MORBIHAN) : UNE
  • , limitant l’étude de la surface du site encore intacte. Toutes les informations et les résultats présentés ont pu être établis à partir de prélèvements sédimentaires (40 litres) réalisés durant les campagnes de sondages de 2010 et de 2014 sous la responsabilité de M.-Y. Daire (Daire et
  • structures empierrées, des rejets culinaires et des fragments d'augets (fig. 40) y ont été observés. Ces éléments semblent attester d’activités d’ordre domestique et artisanal liées à la production du sel marin. Les lots coquilliers présentés dans ce rapport sont attribués
  • chronologiquement au second âge du Fer d'après l'étude des céramiques réalisée par M.-Y. Daire. Malgré une évolution de la configuration littorale dans ce secteur, les habitants de l’âge du Fer devaient avoir déjà un accès privilégié aux environnements marins et à un milieu riche en ressources
RAP01439.pdf (MORLAIX-PLOUJEAN (29). Kervellec. le cimetière de l'âge du fer. rapport de fouille préventive)
  • tenue du 01 au 25 juillet 1996 et y ont participé : M. LE GOFFIC, Archéologue départemental, responsable de la fouille, B. GRALL, Technicien territorial au service départemental d'archéologie, Nerin AR C'HORR, Yann BOUGIO, François CONAN, Gwenaëlle HAMON, Valérie JESTIN, Samir
  • dessins de Bertrand GRALL /f33 g! ss FICHE S I C N A L E T I Q U E LOCALISATION DE L'OPERATION SITE 51 Département : h 0.0. 4 HodUÀ* .7. f L0M fST K~«-y- V t. l U c Lieu dit ou adresse Année cadastre : H 2l3 4Coordonnees Lambert Zone :.. .T.... x l = vl= COMMUNE
  • : .MlQ.r.CiO Sectionis) et parcelle(s): Altitude x2= .\3= v2= v3= A S5
  • SP Organisme de rattachement : C.0L.Ç,.. Protection juridique : !A.e . ^ u r t Motif de l'opération : Maître d'ouvrage : .. Coût global de l'opération : Contraintes techniques particulières : . .S.UT.fà,^.. .U.YVU. K. t-,. .y^iA Surface fouillée : : k..... m2 Surface
  • Lambert sont les suivantes : x = 144,850 ; y = 1120,660. Les références cadastrales, cadastre de 1957 à jour pour 1994, sont : section AB, parcelle n° 298 (fig. 4). Le substratum est formé par un granité albitique à grain de taille moyenne (de 3 à 5 mm). L'albite se présente en
  • temporaires, il y a lieu de Bodiliau ^Park-^af^GioazA' 'Rosludu Larmovertif loc^u'aniDour' 'Corniqu. làVil6ne'uve^r= •alamarant: Kerarprince Coat A m o u r MKerfénèfas trodiborv/ il Coatalem Keraudy Kermar.iaItfPlessis Lesvèfi- Kerrivoalen i«>Va Palud VlAPrat Santac ES
  • ai X'~ "Liorzou Lanniçjoif Pradennou Entrepôt Keranster |Mie 'Annexe Garenne To'rongan ^y Pennélé Chat. /ZB1 -a Roz ar L •jyiénez/' D 769 Vers Morlaix L D 76 Vers Morlaix iest du Méridien de Paris Fig. 3 : Extrait de la carte I.G.N. au 1/25 000, 0615 ouest Taulé
  • -Carantec de 1987, situant l'endroit de la découverte. l é r o d r b m e de M o r i a i x - P l o u j e a n D 46 Vers Morlaix y 0° 0 I I , I
  • ; la première en est encore pleine. Ces pierres ont dû subir un feu intense, car beaucoup sont rougies jusqu'à l'intérieur et elles s'effritent facilement. Y a-t-il eu là incendie d'une forêt ?... La croûte, jusqu'à 40 et 50 centimètres d'épaisseur paraît avoir été cuite par places
  • du souterrain : sont-ce des voûtes d'autres substructions ?... On montre deux autres endroits où les ouvriers ont trouvé d'autres entrées, et c'est justement à l'une des extrémités de semblables sillons. Il y aurait là à fouiller. Les gens ont déjà tiré bien des conjectures de
  • maire de Morlaix, qu'un effondrement s'était produit, il y a quelques années, dans une parcelle située au nord de Menez-Ploujean et que, selon lui, il pouvait s'agir aussi d'un souterrain de l'Age du Fer. Une prospection du site de Menez-Ploujean n'a pas permis de tirer
  • fouille La fouille de sauvetage urgent s'est tenue du 7 au 14 juin 1995 et a été réalisée par le Service Départemental d'Archéologie comprenant : Michel LE GOFFIC, archéologue départemental, responsable de la fouille Bertrand GRALL, technicien territorial. En 1995, la totalité du
  • . Il y a aussi lieu de préciser que près de 25% des éclats sont de décorticage et que de très nombreux éclats bruts possèdent une surface corticale résiduelle notable (sont classés dans les éclats bruts, les éclats non retouchés et non utilisés ne présentant pas ou moins de 50% de
  • 29,54 %. On y trouve des éclats denticulés, tronqués ou simplement retouchés. Seul un burin sur éclat tronqué a été mis au jour et, comme la plupart des burins du Mésolithique, il est assez atypique (fig. 15, n° 8). Les pièces esquillées (fig. 15, n° 9 à 11) sont relativement
  • scalènes dont un est allongé (fig. 15, n° 18) et les deux autres sont réguliers quoique l'un soit de réalisation peu soignée (fig. 15, n° 17). Nous proposons de faire remonter cette industrie, dénuée de tapèzes, au Mésolithique moyen. 5.2. La stèle Elle fut découverte il y a quelques
  • pu y parvenir par l'intermédiaire d'animaux fouisseurs) et quelques grains de charbon de bois en plus de 11 silex. Les dimensions et le remplissage de cette fosse correspondent à une inhumation. Son utilisation ne peut être postérieure à celle du site en tant que cimetière de
RAP00558.pdf (PLOUGUERNEAU (29). parc an roc'h. rapport de sondage)
  • • RAPPORT DE SONDAGE : Parcelle 0 1767 - Bourg de Lilia Commune de PLOUGUERNEAU. Autorisation de sondage « : n° 92.77 / Numéro de site : 29.195.001. AP Responsable : Bertrand GRALL Technicien Territorial Novembre 1992. * I I MOTIF DE L 'INTER VENTION La commune de
  • sondages archéologiques ont eu lieu du 02 au 05 novembre 1992. Ils ont été réalisés par Bertrand GRALL, Technicien Territorial, Service Départemental d'Archéologie du Finistère - 1 rue du Général de Gaulle - 29580 LE FAOU, avec le concours technique de la commune de Plouguerneau
  • . LOCALISATION - 3.05 km au nord-ouest du bourg de Plouguerneau. Lieu-dit : bourg de Lilia. Parcelle 1767, section O du cadastre de 1957. Les coordonnées Lambert sont les suivantes : x - 9 2 . 6 5 0 y = 1125.250 z = 1 5 m CONDUITE DES SONDAGES ARCHEOLOGIQUES Préalablement à ma venue, une
  • l'ensemble de la parcelle fut réalisé à l'aide du tracteur communal équipé d'une épareuse, puis à tendre un cordeau et à y déposer le long du plâtre. • décaper le sol par enlèvement de couche de 3 à 5 cm d'épaisseur à l'aide du tracto-pelle communal muni d'un godet lisse utilisé en
  • - ' % yr Y \ / : . a „ '"v-/ -, UC Lòngùe. //e Lòngùev J h rr- ) ^ ' x ° ìarguerìte 17,70 gr Ouest du Méridien de Paris 90 30 -TU5' PUBENNEC 1-2 Echelle 1 : 25 000 Points géodésiques _ Pont Passerelle. Gué Bac Barrage f I / Plan p a r c e l l a i r e e t i m p l
  • Territorial du Service Départemental d'Archéologie, sous le contrôle du Service Régional d'Archéologie, dans le terrain ci-dessus désigné, durant l'année 1992. Le terrain sera remis en l'état à l'issue des travaux. Les droits du propriétaire sur les objets en métaux précieux
RAP03004.pdf (PLOUEZOC'H (29). grand cairn de Barnenez. rapport de fp 2014)
  •  communauté de Commune de Morlaix Coordination du projet - L. Laporte Auteurs - R. de Balbín Behrmann, J.-B. Barreau, R. Barroso Bermejo, Y. Bernard, P. Bueno Ramirez, M. Iriarte Cela, L. Chauris, F. Cousseau, A. Hernanz Gismero, Ph. Gouezin,L. Laporte, E. Mens, H. Paitier, L. Quesnel, 1
  • fois, la mise en œuvre du chantier de construction mobilise des savoir-faire techniques dont on n'imaginait par toujours le degré de sophistication, il y a quelques années seulement, et dont l'étude nécessite l'emploi d'un vocabulaire approprié (Laporte et al. à paraître-a). Nous
  • numériques est devenu incontournable, avec le développement de l'imagerie en trois dimensions. C'est le pôle qu'ont souhaité développer J.-B. Barreau et Y. Bernard au sein de notre équipe de recherche, avec la création du CNPAO. C'est donc assez naturellement que l'ensemble de ces
  • français L. Laporte, Chercheur CNRS, UMR 6566- CReAAH E. Mens, Etude technologique des blocs mégalithiques, ArcheoAtlantica J.-B. Barreau, ingénieur CNRS, CNPAO, Creaah- UMR 6566 Y. Bernard, infographiste, CNPAO, Creaah- UMR 6566 Ph. Gouezin, prospections, CReAAH- UMR 6566 L. Quesnel
  • médecine (simulation chirurgicale), du design (maquettes architecturales), de l'art digital ou encore des jeux vidéo. Depuis sa création il y a un peu plus d’an, le CNPAO a réalisé quinzaine de projets de modélisation/numérisation 3D de sites, essentiellement en Bretagne, mais également
  • est « étroit », il est documenté comme « pointu », « ogival », « fusiforme » ou « autre ». La définition des formes n’est pas rigide. Il y a finalement peu de différence entre le caractère ogival ou fusiforme d’un bloc, il faut surtout y reconnaître une forme étroite qui s’oppose à
  • et mesurées selon leur plus grandes « longueur » et « arc ». Lorsqu’il y a association spatiale entre encoche et départ de matière, la mention en est faite dans la case description. - Les numéros de photos sont inscrits dans une case libre, les plus significatives sont intégrées
RAP02402.pdf (MOLÈNE (29). beg ar loued : un habitat en pierres sèches campaniforme. rapport intermédiaire 2008 de fp 2007-2009)
  • DRAC-SRA 1 JAN. KKiLn. A R dir.), avec les contributions de Jean B A L B U R E , David B O U R G A R I T , Yolanda C A R R I O N , Philippe C H A M B O N , Jean-René D A R B O U X , Klet D O N N A R T , Y v o n D R E A N O , Colas GUERET, I GONIDEC, Aurélia S T A U B
  • Titulaire de l'autorisation préfectorale : Yvan Pailler Co-direction scientifique : Y. Pailler, H. Gandois, A. Tresset Département : Finistère Commune : Molène Lieu-dit : Beg ar Loued Coordonnées Lambert II étendu : X = 60,300 ; Y = 2401,880 Parcelle, section cadastrale : commune non
  • aux visiteurs une proposition de reconstitution de ce qu'aurait pu être a maison il y a 4000 ans. L'ensemble de ces dépenses non budgétées se monte à 1 250€, somme qui a pu être couverte par la réaffectation des 700€ non consommés sur le poste des analyses et également de 500
  • la fois par rapport à l'année dernière (-14.5%) et par rapport au budget (-27.6%). Il y a eu cette année moins de visites de spécialistes sur le chantier et moins de frais transports liés au chantier durant l'année (l'année dernière le colloque Internéo du Havre avait donné lieu à
  • ne pouvait y avoir des zones d'activités associées au bâtiment. Le rebouchage cette année s'est déroulé avec le concours de Gérard Caraven, employé de la CCPI, et de son Manitou. Nous avons une nouvelle fois tenté de protéger au maximum les structures en élévation à l'aide de
  • processus latéraux fonctionnant sur la pente qui est actuellement fortement anthropisée. Plusieurs replats y sont formés probablement dans le cadre des activités culturales récentes et sub-récentes. La dynamique sédimentaire a été, de ce fait, totalement transformée par l'édification de
  • mur en pierres sèches pour retenir les sols ou pour limiter le parcellaire. En revanche, la dynamique marine, notamment lors des marées de grands coefficients, affecte directement le site en y entraînant simultanément un dépôt de sables et une érosion des sols et de ce qu'ils
  • fragmentées. Quelques artefacts d'occupations différentes y sont également présents, mais sans organisation préférentielle. Leur association au sein de la couche est liée aux déplacements sédimentaires provenant de la pente. La couche C3 (10 à 15 cm) : sables gris très friables, voire
  • poussiéreux. Ils sont marqués par la diminution de la matrice limoneuse et surtout de la matière organique qui y est en voie de minéralisation. La surface de cette couche est légèrement ondulée. La couche C4 (10 à 15 cm) : sables brun lavés et sans matrice, ce qui leur confère une
RAP03240.pdf (PLOUEZOC'H (29). Grand cairn de Barnenez : nouvelles approches, nouveaux résultats, nouvelles perspectives. Rapport de FP 2015)
  • with an updating of its data which can help to the understanding of the Barnenez group. Key words: Megalith, North-west France, long tumulus, landscape (1) Université de Rennes 1 .UMR 6566-Creaah. florian.cousseau@gmail.com ARPI. Arqueología y Prehistoria del Interior peninsular 03– 2015
  • privilégier le tumulus sud et son numents du même type, par exemple le site de exploitation touristique actuelle a mis le tumulus ARPI. Arqueología y Prehistoria del Interior peninsular 03– 2015 82 nord dans l’oubli. La monographie du site ne con- pente sud de façon parallèle avec
  • conservées à l’UMR 6566-Creaah au ARPI. Arqueología y Prehistoria del Interior peninsular 03– 2015 83 laboratoire Archéosciences de l’université de les destructions sauf deux de 1962. On peut y ob- Rennes 1. server chaque face du tumulus. La vue générale depuis le tumulus sud
  • par Louis Le Guennec au début du XXe siècle (Le Guennec 1979) ARPI. Arqueología y Prehistoria del Interior peninsular 03– 2015 84 Giot 1987). À partir de la limite de parcelle, le tumu- que la table a été poussée vers le sud. Sur les lus semble entièrement détruit jusqu’à une
  • de l’extraction (fig.2). Le bloc était de ont dissuadés d’attaquer cette zone. biais reposant sur un amas de blocs bousculés lorsARPI. Arqueología y Prehistoria del Interior peninsular 03– 2015 85 Fig. 2 .- Haut : Indication des structures du tumulus nord sur les vues
  • aériennes IGN de 1977 (Géoportail). Droite : photos des différentes faces du tumulus nord . Gauche : images de la zone autour de la table de couverture en bas (Archives UMR6566Creaah) ARPI. Arqueología y Prehistoria del Interior peninsular 03– 2015 86 Aucune des masses visibles sur
  • - ARPI. Arqueología y Prehistoria del Interior peninsular 03– 2015 87 Fig. 3.- Haut : relevé de la table de couverture du tumulus nord de Barnenez, typologie d’après Mens 2008. (Modèle 3D disponible sur le site : https://sketchfab.com/flocou) Bas : blocs de métadolérite autour de
  • la table et pierres dressées du dolmen J du tumulus sud de Barnenez. ARPI. Arqueología y Prehistoria del Interior peninsular 03– 2015 88 rieure. L’autre largeur est moins visible, mais ne peut dire s’il s’agit de l’extrémité ouest du tu- semble avoir un profil rectangulaire
  • ancienne. On presqu’île mais des indices d’autres édifices exis- ARPI. Arqueología y Prehistoria del Interior peninsular 03– 2015 89 tent. Au nord-ouest, une chambre ruinée est indi- devaient être implantés sur les autres hauteurs quée avec le terme dolmen sur une carte réalisée
  • . Arqueología y Prehistoria del Interior peninsular 03– 2015 90 aux échanges matériels. » (Leroi-Gourhan 1964 ; lus sud sont orientés sud/sud-est donc vers l’anse Gouletquer 1991). Pierre Gouletquer nuance tou- de Térénez et la rivière le Corniou. Seule l’anse de tefois son propos en
  • maritimes qui sont celle de Mor- l’isthme en face de la colline. Les couloirs du tumu- laix à l’ouest et le Corniou à l’est. Elles devaient ARPI. Arqueología y Prehistoria del Interior peninsular 03– 2015 91 être des éléments marquants dans le paysage avec du tumulus sud donnant
  • barrière visuelle. Le jeu de perspective entre les cela que la compréhension des évolutions architec- deux longs tumulus avec l’adaptation du sommet turales qui ont conduit à un long tumulus est im- ARPI. Arqueología y Prehistoria del Interior peninsular 03– 2015 92 Fig. 4
  • . Arqueología y Prehistoria del Interior peninsular 03– 2015 94 propriation ; évolution des architectures méga- (Morbihan, Bretagne) : à propos des modes lithiques dans l’Ouest de la France, entre passé d’organisation des territoires. L’Anthropologie, et présent., in Actas del
  • Pour les longs tumulus fouillés au Souc’h et Péré, début du XXème siècle ont fait l’objet de destruc- deux édifices étaient présents lors de la phase pré- tion en 1954-1955 pour y extraire la pierre (Giot cédente. Pour le premier, ils ont été unifiés par 1987). Ces travaux ont
  • mieux voir quel impact vise l’édifice. doit être appréhendé pour chacun. Seulement Seule l’implantation reste la même lui offrant un dans ce cas, les relations de visibilité, les orienta- cadre. tions des couloirs, les jeux de perspective entre les ARPI. Arqueología y
  • Prehistoria del Interior peninsular 03– 2015 93 L’étude du long tumulus nord de Barnenez sur l’exemple du cairn de Barnenez en Ploue- doit donc se poursuivre par une acquisition nou- zoc’h (Finistère). Revue archéologique de l’ouest, 12, 1: 171-176. Giot P.-R., Marguerie D
  • Archaeology, 0, 0. Consultable à http://www.jna.unikiel.de/index.php/jna/article/view/34. Laporte L. 2010b : Restauración, reconstrucción y apropiación : evolución de las arquitecturas megalíticas en el oeste de Francia, entre pasado y presente. Restauration, reconstruction, ap- ARPI
  • Congreso Internacional 112, 4–5: 572-597. sobre Megalitismo y otras manifestaciones funerarias contemporáneas en su contexto social, Mens E. 2008: Refitting megaliths in western France. Antiquity, 82, 315: 25–36. Mohen J.-P., Scarre C. 2002: Les tumulus de Bou- económico y cultural
RAP03308.pdf (RENNES (35). Îlot de l'Octroi. Rapport de diagnostic)
  • traces d’aménagements anciens des berges du secteur nord de la confluence de la Vilaine et de l’Ille. L’espace imparti à cette recherche était au départ d’environ 1 hectare. Deux enquêtes simultanées ont été menées pour y parvenir. La première a consisté en un diagnostic archéologique
  • géographiques et altimétriques selon le système national de référence Maître d’ouvrage des travaux d’aménagement X= 1350.400 Y= 7222.700 Lambert II étendu Z= de 25 à 27m NGF Ville de Rennes Nature de l’aménagement Projet immobilier Opérateur d’archéologie Inrap Grand-Ouest 37, rue du
  • hectare. Deux enquêtes simultanées ont été menées pour y parvenir. La première a consisté en un diagnostic archéologique mécanique par l’ouverture de tranchées sensées atteindre les niveaux anciens des berges de cette confluence, tandis que la seconde a pris la forme d’une étude des
  • Redon 1000m 5km Echelle : 1/100 000e 7223000 Bretagne Ille-et-Vilaine Rennes Îlot de l’ Octroi 1350500 7223000 1350250 Section et parcelle(s) : AH, n° 25 à 30, 32, 34 à 41, 204, 205, 244, 245. 7222750 7222500 7222500 7222750 X= 1350.400 Y= 7222.700 Lambert II étendu Z
  • cette rive droite de la Vilaine, puis celle de l’Ille, conservent un paysage fluvial et rural jusqu’aux projets d’urbanisation de type hausmanien de la fin du XIXe siècle. Les prairies inondables y encadrent systématiquement les rivières. La levée d’un plan terrier de cette zone en
  • observations faites par les sondages géotechniques préparatoires à l’opération immobilière. Nous y avons en effet retrouvé tout d’abord les recouvrements modernes qui ne réussissent pas à masquer le modelé initial du relief puis, dans un second temps, à une profondeur d’environ 4 m, nous
  • trac Ancien de tà es Br route de e ut ro é de la lle ve ou N Lorient ris Pa An cie nne Fig 12 Les grandes modifications viaires et fluviales au cours du XIXe siècle. Cadastre levé en 1842 © O. Maris-Roy, Inrap. Rou y te ro ris e Pa ale d e de S rvign é La
  • les actes des XVIIe et XVIIIe siècle. Le parallélisme et la souplesse reconnue des réseaux viaires médiévaux autorisent à y voir une seconde voie utilisée pour les itinéraires locaux et régionaux. La troisième constitue le prolongement de ces projets avec le calibrage de la Vilaine
  • style est donc imprégné du style littéraire du scriptorium de l’abbatiale. Nous nous tournons alors vers la définition d’E. Zadora-Rio proposée au sujet des communes d’Indre-et-Loire et pour qui le vicus revêt plusieurs significations dont l’une est proche du burgus. Il y aurait eu
  • de fondation est assez peu précis concernant les biens et des hommes légués. Il est question du territoire sis près de l’Ille, avec les terres cultivées, pêcheries, des vignes ainsi que la population y vivant (chevaliers, vilains et métayers)14. Le prieuré semble bien positionné
  • sur les berges de l’Ille  : cum omnibus insuper territorio Insulae appendentibus. Guérin, évêque de Rennes et neveu de Mainguené conforte l’emprise du prieuré sur les rives de l’Ille en léguant le vaste pré du champ Polieu encadré par l’Ille et l’enceinte urbaine15. 2.2.3. Les
  • vinearum censu, cum omnibus insuper territorio Insulae appendentibus, excepta sua propria vinea […] Dom Morice, 374. 15 Dom Morice consulta l’acte du chartrier de Saint-Julien de Tours. 16 Un inventaire incomplet des titres du prieuré dressé en 1675 mentionne plusieurs actes 40
RAP03313.pdf (VENDEL (35). De l'Antiquité au Moyen Âge, approches archéogéographiques et historiques)
  • forme de hameaux ou de fermes isolées. Pourtant, durant la seconde moitié du premier millénaire, Vendel était vraisemblablement l’une des localités les plus importantes de la région. On y a frappé monnaie, une nécropole a été plusieurs fois mise au jour et la localité a légué son nom
  • mieux savons-nous si les observations concernent le bourg ou les campagnes. Il faut imaginer qu’avant le XIXe siècle, il y a eu d’autres découvertes et des destructions. Pendant un siècle, les quelques trouvailles sont restées de l’ordre du confidentiel, ce n’est qu’en 2005, avec des
  • -Aubert. Dans la partie nord de la zone d’étude, leur parcours respectif traverse la voie L4, ce qui prouverait leur antériorité. Or, nous y reviendrons, cette dernière est moderne. Puis en redescendant vers le point de jonction, ces deux chemins laissent leur empreinte sans tenir
  • compte de la voie L3, probablement médiévale, nous y reviendrons également. Dès lors, il serait tentant d’y voir des chemins du haut Moyen Âge ou de l’époque romaine venus se connecter à l’embranchement romain. Figure 7. Des chemins antiques ? 10   - L3 : au carrefour des voies
  • elle se poursuit de part et d’autre de cette anomalie. Le seul point de perturbation du tracé étant cette forme ovalaire. Le diamètre et la forme font penser à une motte médiévale, mais aucun autre élément ne vient corroborer cette hypothèse. Pourrait-on y voir une motte installée
  • Frèches. Cependant, en attendant d’éventuelles fouilles, on ne peut que se limiter à proposer l’hypothèse d’une mansio ou d’une mutatio, gîte d’étape ou relais routier installé dans ce secteur de la commune de Vendel45. On peut aussi imaginer qu’il y a là les origines du centre
  • Provost y font allusion quand ils écrivent : « Quant à la région de Fougères, c’est la confusion la plus totale tant les érudits locaux avaient une propension à voir des routes romaines partout et dans toutes les directions. », LEROUX et PROVOST, 1991, 32. 42 BANEAT, 1927, 53-56. 43
  • Des découvertes, faites au milieu du XIXe siècle, iraient en ce sens : « il y a quelques années, lorsque l’on construisit le pont qui relie les deux rives du Couësnon [sic] sur le chemin vicinal de Vendel à Saint-Marc, l’on mit à découvert une grande quantité de tuiles et d’autres
  • délicats à relier à une circonscription romaine. Enfin l’idée de pagus du Vendelais, si elle est effectivement documentée, l’est seulement pour le second Moyen Âge, nous y reviendrons
  • faire remonter l’origine du village aux VIe-VIIe siècles ? Vendel ne fut-il qu’un centre éphémère à l’occasion du prélèvement fiscal ? Y a-t-il eu une cristallisation d’un premier habitat dès cette époque ? Depuis la fin du XVIIIe siècle et à plusieurs reprises des tombeaux
RAP01077.pdf (PONT-L'ABBÉ (29). Kerarthur - Keralio - le Guerdy. rapport de sondages)
  • é c o u v e r t e d ' u n site g a u l o i s il y p r e s que deux ans à Keralio, tout près de Kerarthur et à p r o x i m i t é d e la s a l l e d e sports de Saint-Gabriel. Depuis plus d'une semaine, Bertrand Grall, technicien territorial du service départemental d'archéologie
  • AL 59 (annexe 2), il fut demandé par la commune de ne pas y faire de fouille ainsi dans l'angle nord-est de la parcelle AL 56 afin de préserver un passage existant très fréquenté par les riverains des lotissements du Guerdy et de Kerarthur. 5 tranchées (Tl, T2, etc.), ont été
  • bourg. Le terrain fait la jonction entre le lotissement du Guerdy et de Kerarthur. Les coordonnées Lambert sont les suivantes : x = 110,500 y = 2 338,580 et l'altitude est de 15 m. 3 4. Organisation du sondage Les sondages de diagnostic ont été confiés à Bertrand GRALL, Technicien
  • Territorial au Service Départemental d'Archéologie du Finistère. Les sondages de diagnostic ont eu lieu du 14 février au 4 mars 1994 dans des conditions climatiques très souvent défavorables, neige, pluies intermittentes quasi-quotidiennement, nécessitant l'emploi d'un abri type serre
  • jour ont été systématiquement repéré dans les trois dimensions : x : relevé par rapport au point de référence repéré au plan et situé à l'ouest (ex. T10, T l l , etc.), y : relevé par rapport à la paroi sud de la tranchée et z relevé par rapport au niveau du sol actuel. La pente
  • ST4 FIG 4 : Plans et coupes des structures ST 1, ST 4 et ST 6. 8 ST2 elevation nord V A Y A . X j- L 1 1 i 1, v l v I w a -x i ivi i i,T11,1,1,1 ± i I T T i,i,i,i î i i i îir^sAKfe . . . i l l i i l 1,1,1 1 1 li 1 1 1 1 i l 1 1 1 1 1 L 1 1 L 1 / u i i i u i i i i i n i i i i
  • du Finistère joue de la bêche, du racloir et de la truellle avec Guy Strouillou, agent technique m u n i c i p a l . Pas un mince travail : il y a 500 m linéaires de tranchées à râcler pour voir si nos ancêtres les Gaulois n'y ont pas établi quelque demeure entre -700 avant JC et
  • . Rien à voir avec les Gaulois sans doute, mais 11 y avait là quand même une interrogation historique. Mais comme l'archéologie n'est pas à quelques centaines d'années près, Bertrand Grall a été récompensé en fouillant dans ses 500 m de tranchées. IL y a en effet trouvé trois urnes ou
  • plutôt trois gros vases en terre cuite qui lui permettent de penser qu'il y avait sur Kerarthur des silos à grains datant cette fois de l'époque gauloise. De surcroit, des trous de poteaux disposés de manière très organisée donnent également à penser qu'il y a avait des bâtisses là où
  • se trouvaient les silos. Et qui dit silo dit aussi habitations dans ie secteur, d'autant plus qu'il y a des fossés sur tout le terrain qui affirment qu'il y a eu volonté d'irrigation de drainage ou plus simplement d'évacuation des eaux ménagères. Du charbon de bois a également été
  • Kéralio est en panne. Il le restera tant que des fouilles approfondies n'auront pas été réalisées. A quelques pas de là, un autre champ situé en prolongement de celui de Kéralio, côté Tréouguy, a été pressenti pour y construire le lotissement qui n'avait pu se faire à Kéralio. Mais a v
  • a n t q u ' u n e m a i s o n puisse s'y édifier, les services archéologiques départementaux ont voulu réliser un sondage de . Pas de doute, Tréouguy et Kéralio ont un passé qui remonte à l'époque gauloise. M. Bertrand Grall, technicien territorial au service départemental
  • archéologique du Finistère, et M. Guy Struillou, agent de la ville de Pont-l'Abbé. diagnostic, subodorant la présence d'autres vestiges gaulois. Deux urnes e n terre cuite ,, Aussi ont-ils dépêché sur place Bertrand Grall, un technicien territorial au service du département archéologique
RAP00994.pdf (MESLIN (22). la Lande du Gras. rapport de prospection inventaire)
  • blocs (parcelle 156) Allée couverte Sud-Ouest (parcelle N° 260) MINISTÈRE D'ETAT - AFFAIRES ANTIQUITÉS CULTURELLES PRÉHISTORIQUES Circonscription de Bretagne Dept. : 22 Commune : MesLity Lieu-dit : l^nde N° : 3 Relevé : deLs Date : Qr^-b /7 V ^/ ?3 Mise au nef : Y
RAP00365.pdf (RENNES (35). square nantaise, la tour Duchesne. rapport de sauvetage urgent.)
  • *,vec l'aide de M. BAH DEL de la Circonscription des Antiquités Historiques« auteur des deux plans joints et des photographies. 2 - Cf. P. BANEAT, Le Vieux Rennes, 2e édition, 1972» pp. 14, 368-370. L'auteur y écrivait : "On rencontre en différents endroits, non plus le mur gallo