Rechercher sur le site

  • Chercher les documents contenant un mot OU un autre : tapez simplement les mots à la suite => bracelet bronze
  • Chercher les documents contenant un mot ET un autre : utilisez le mot-clef AND => bracelet AND bronze
  • Chercher les documents contenant une expression exacte : taper l'expression entre guillemets => "bracelet en bronze"

Limiter votre recherche

Auteur
Type d'opération
Commune
Département
Date (Année)

3929 résultats Exporter les résultats

Trier par Titre : ascendant / descendant
RAP00938.pdf (les villes antiques dans l'ouest de la Gaule. rapport de projet collectif de recherches.)
  • projet collectif de recherches
  • les villes antiques dans l'ouest de la Gaule. rapport de projet collectif de recherches.
  • publications) : BARDEL A., 1977 - Urnes funéraires gauloises à Corseul (Côtes du Nord); difficultés de la datation. Annales de Bretagne, fascicule 1, p. 11 1-124. BESNIER M., 1908 - Note sur un plan des ruines de Corseul (Côtes du Nord), Bulletin et mémoires de la Société Nationale des
  • la ville antique d'Auguste à Néron, Revue archéologique de l'Ouest, n° 6, p. 139-149. FICHET de CLAIRFONTAINE F. et KEREBEL H., 1993 - La diffiision des figurines en France, Bretagne, Documents d'Archéologie Française, n° 38, p. 155-159. FORMER E., 1870 - Rapport sur les fouilles
  • ., 1978 - Céramiques sigillées en provenance de Corseul et Rennes, Dossiers du Ce.RAA., p.31-38. GAULTIER DU MOTTAY J., 1883-84 - Répaeroire archéologique du département des Côtes du Nord, Mémoires de la Société d'archéologie et d'histoire des Côtes du Nord, p.3-557. GALLIOU P., 1974
  • l'Ouest, à paraître. KEREBEL H., 1994 - Corseul (Fanum Martis) : 1984-1993, dix années de recherche sur une ville antique. Bulletin de la Société d'Histoire et d'Archéologie de l'arrondissement de Saint-Malo, à paraître. LANGOUET L., 1975 - Les bornes milliaires sur les voies romaines
  • Mayenne : Archéologie, Histoire, n° 3, 1981, p. 99-146. AUBIN G., 1984a : Corpus des trésors monétaires antiques de la France, t. 3 : Pays de la Loire, Paris : Société française de Numismatique, 1984. BARBE H., 1865a : Jublains (Mayenne). Notes sur ses antiquités, époque gallo-romaine
  • Mayenne : état des recherches, dans Bretagne, Pays de Loire, Touraine, Poitou à l'époque mérovingienne, Actes des VI e Journées Nationales de l'Association Française d'Archéologie Mérovingienne (Rennes, juin 1984), sous la dir. de X. Barrai I Altet, n° 1, Paris : éd. Errance, s.d
  • , Histoire, n°3, 1981, p. 99-146. AUBIN G., 1984a : Corpus des trésors monétaires antiques de la France, t. 3 : Pays de la Loire, Paris : Société française de Numismatique, 1984. 23 CHABRUN C, 1906 : Le trésor de Jublains, Bulletin de la Commission historique et archéologique de la
  • monuments et objets anciens préhistoriques, gallo-romains, mérovingiens et carolingiens existant ou trouvés dans les départements de la Sarthe et de la Mayenne, avec une table alphabétique des noms dressée par E. Vallée, Archives historiques du Maine, t. 11, Le Mans, 1911. LE RUDULIER
  • voies romaines autour de Jublains, Bulletin de la Société d'Archéologie, Sciences, Arts et Belles-Lettres de la Mayenne, 1865, p. 117-130, 9 pl. MOREAU E., 1885 : Une carrière gallo-romaine, Commission historique et archéologique de la Mayenne, le série, t. 4, 1884-85, p. 98-99
  • Service Municipal d'Archéologie de Corseul (Côtes d'Armor) Service Départemental d'Archéologie de Mayenne Service Régional de l'Archéologie des Pays de la Loire Service Départemental d'Archéologie du Calvados 1993 le Hervé KEREBEL Jacques NAVEAU Stéphane DESCHAMPS Pascal
  • VIPAR Service Municipal d'Archéologie de Corseul (Côtes d'Armor) Service Départemental d'Archéologie de Mayenne Service Régional de l'Archéologie des Pays de la Loire Service Départemental d'Archéologie du Calvados 1993 ■ ■ II 11 Hervé KEREBEL Jacques NAVEAU Stéphane DESCHAMPS
  • concernaient surtout les édifices monumentaux publics tels le temple et le théâtre. Actuellement, les recherches se portent sur le problème de la structure viaire de la ville. Des campagnes de prospection archéomagnétique sont ainsi réalisées afin de déceler les anomalies correspondant aux
  • nécropoles, - ses voies d'accès, - son espace périurbain, - ses monuments publics, - l'alimentation en eau D'autres sujets pourraient être aussi envisagés. Tous ceci nous amène également à nous inquiéter de la question de la représentation sur plan de l'état de connaissance des vestiges
  • J.B., 1965 - Monnaies coriosolites et autres monnaies gauloises (conférence tenue devant la Société Archéologique de Corseul la Romaine en 1964), Annales de Bretagne, tome LXXII, p. 209-222. CHARIL des MAZURES A.D., 1880 - La voie romaine d'Avranches à Corseul, Bulletin de la
  • du Haut-Bécherel, en Corseul (1868-1869), Bulletin de la société d'émulation des Côtes du Nord, VIII, p.2-18. FORMER E., 1891 - Inscriptions gallo-romaines dans les départements d'Ille-et-Vilaine et des Côtes du Nord, Bulletin de la Société d'émulation des Côtes du Nord, p. 170
  • -195. FREMINVILLE (Chevalier de), 1837 - Les antiquités de Bretagne (Côtes du Nord), Brest, 416 pages. FROSTJER de la MESSELIERE (vicomte), 1937 - Géographie historique du département des Côtes du Nord, Bulletin de la Société d'émulation des Côtes du Nord, LXK, p. 1-8. HOFMANN B
  • Bretagne, Braspars, 310 pages. GALLIOU P., 1991 - Les intailles antiques découvertes à Corseul, Patrimoine, Bulletin de la Société Archéologique de Corseul, n° V, p.22-26. GALLIOU P., 1993 - Les intailles antiques découvertes à Corseul (suite), Patrimoine, Bulletin de la Société
  • A.L., 1909 - Inventaire des découvertes archéologiques des Côtes du Nord, Bulletin de la Société d'émulation des Côtes du Nord, p. 1-86. HAIZE J., 1901 - La station romaine de l'Arguenon : la voie Corseul-Trégon; les vestiges de Quatrevaux. Annales de la société historique et
  • - Corseul (Fanum Martis) : Développement d'un cheflieu de cité provincial au milieu du premier siècle de notre ère. Publication de La Sorbonne, à paraître. KEREBEL H. et LE ROUX P., 1994 - Une dédicace fragmentaire découverte en 1991 à Corseul (Côtes d'Armor), Revue Archéologique de
  • Sociétés savantes. 16 LANGOUET L., 1984 - Un artisanat coriosolite : les plaques murales en schiste, Dossiers du Ce.RAA., n° G, p. 143-145. LANGOUET L. ET JUMEL G, 1986 - Le milieu rural de la civitas des Coriosolites à l'époque gallo-romaine, Revue archéologique de l'Ouest, n° 1, p
RAP01463.pdf ((22). châteaux de pierres de haute Cornouaille. rapport de prospection thématique)
  • (22). châteaux de pierres de haute Cornouaille. rapport de prospection thématique
  • renseignements sur les sites étudiés. Les articles parus dans les sociétés savantes. 'il particulièrement la Société d'Emulation des Côtes du Nord, constituent une partie importante de la bibliographie Tous ces renseignements ont permis de constituer un premier répertoire de sites
  • découpage départemental, créé à la révolution française a été retenu pour cette prospection qui à long terme devrait s'étendre sur l'ensemble du territoire de l'ancien évêché de Quimper ou Fvèché de Cornouaille. La majeure partie de l'ancien évêché de Cornouaille se trouve dans le
  • CONTAMINE ( P ). La guerre au Moyen Age. Presses Universitaires de France. Paris. 1980 K.AEUPER ( R.W ). (iuerre. Justice et ordre public. La France et l'Angleterre à la fin du Moyen Age. Aubier. Pans. 1994 Ouvrages sur la Bretagne BLANCHARD ( R >, Lettres et mandements de Jean \\ duc
  • de Bretagne de 1402 à 1442, Société des Bibliophiles Bretons. Nantes 1 889.1 895. 5 tomes CHEDEVILLE ( A », GUILLOTEL. La Bretagne des saints et des rois, Ouest-France université, Rennes CHEDEVILLE i A ), TONNERRE ( Y ). la Bretagne féodale. Ouest-France université, Rennes. 1987
  • Erwan Prospection thématique Habitat seigneurial fortifié en pierre au Moyen Age en Bretagne L'est de I'arehidiaeonné du Poher ( sud-ouest des Côtes d'Armor ) 1 997/023 Autorisation du 01/01/1997 Tome 1 / 4 Rapport de Synthèse CAS TEL-CRAN Table des Matières Introduction
  • 5 Cartel, zone prospectée 6 Carte 2, répartition des sites 7 1- Cadre de la recherche 8 1.1- Problématique 8 1 .2- Méthodes de recherche 9 1.2.1 Recensement d'après les sources bibliographiques 9 1.2.2 Recherche archivistique 10 1 .2.3 Etude sur le terrain 10 2
  • - Le contexte géographique et historique ..1 1 2. 1 Les données naturelles 1 1 2.1.1 Contexte géographique Il 2. 1 .2 Contexte Géologique ,. 1 1 2.1.3 Une forme d'exploitation agricole originale : la quévaise Carte 3 : répartition de la quévaise en Bretagne 1 1 13 2.2- Le
  • 20 3.1.1 Les défenses naturelles 20 3. 1 .2 Proximité avec des étendues d eau 20 3.2 Evolution de la construction militaire 21 3.2.1 Un cas particulier, Castel Cran 22 3.2.2 Des constructions de pierre sur motte, le Pélinec en Canihuel 21 3.2.3 Un château du quinzième
  • ( arte ~, densité de la noblesse au quinzième siècle 25 4.3 Les relations avec les abbayes 26 ( arte H, Répartitions des abbayes de la zone 28 5 Les sites et l'histoire de la région 29 5.1 Du onzième au douzième siècle 29 'il 5.2 La guerre de Succession de Bretagne 29 5.3
  • La guerre de la Ligue 30 Conclusion 31 Inventaire 32 Bibliographie 33 3 Introduction Cette prospection sur les habitats seigneuriaux médiévaux fortifiés en pierre fait suite à une prospection archéologique menée sur le même thème dans le Trégor-Goëllo, du moins la
  • partie de cette région située dans le département des Côtes d'Armor. La zone étudiée en 1997 se trouve au sud de celle étudiée en 1996. Elle est cependant beaucoup moins étendue en superficie. Aujourd'hui, elle est moins peuplée que le Trégor-Goëllo, tendance que l'on retrouve au XV e
  • siècle en observant la carte de densité démographique de la Bretagne établie par .1 Kerhervé . De fait, il apparaît difficile, voir téméraire de tirer de trop longue conclusions, sur une zone aussi peu étendue. Six sites, ont été recensé sur la zone. Cinq autres sites sont nommés dans
  • cette prospection car il existe des indices de l'existence d'un habitat seigneurial fortifié en pierre, sans que cependant les visites sur le terrain aient permis d'en déterminer la réalité. Il apparaissait important de les mentionner. Enfin, seuls quatre sites, Le Pélinec, Corlay
  • . Castel Cran, Beaucours conservent des vestiges intéressants qui permettent des développements. Une véritable synthèse des habitats fortifiés en pierre de l'ancien Evêche de Cornouaille ne sera possible qu'en étendant la recherche au département du Finistère ainsi qu'à la
  • petite partie de cet évêché se trouvant dans le Morbihan. 'il Située au sud-ouest du département des Côtes d'Armor, la région étudiée s'étend sur sept cantons : Callac, Corlay, Gouarec, Maël-Carhaix, Mur de Bretagne, Rostrenen et Saint Nicolas du Pelem 'Cf carte 6 et 7 OR*C - SR
  • * - CARTE limite cantonale limite communale Carte 1 : région prospectée Il g ARCHEOIC; p~y 5? p£r — IBB —^—^ ^—"j^^~~~^SSf 1- Cadre de la recherche 1.1- Problématique L'objectif de cette prospection est de rechercher et localiser dans la région de Haute Cornouaille, les
  • par C Amiof . En 1996, une prospection du même type avait été réalisée sur la région du Trégor-Goëllo dans sa partie costarmoricaine^. Dans l'optique d une meilleure connaissance des fortifications médiévales bretonnes, il paraissait donc intéressant de prospecter la région du
  • touchent le Haute Cornouaille ont-ils influé sur la construction et l'architecture militaire 0 Une étude sommaire des ressources et du statut des propriétaires s'imposait afin de déterminer si l'importance des constructions pouvait être mise en relation avec l'importance de la
  • seigneurie. Un autre aspect de ce travail était de localiser les vestiges existants et d'en 1 i! déterminer la nature. Si certains sites ont résisté aux injures du temps, d'autres ont aujourd'hui complètement disparus. Dans le cas le plus courant, les constructions se sont dégradées
  • ). ( 'hdteaux forts et habitai seigneurial fortifié en pierre dans la région du trégor( roè'Uo du XII e au XI siècle, Mémoire de maîuise. Université de Rennes 11. Haute Bretagne. 1996 8 D'autres sites n'ont pu être localisés sur le terrain, mais des textes, des traditions en mentionnent
RAP01335.pdf (QUIMPER (29). carte archéologique communale. rapport de prospection inventaire)
  • QUIMPER (29). carte archéologique communale. rapport de prospection inventaire
  • vrai que certaines publications ou synthèses aisément consultables existent. Ainsi, le Bulletin annuel de la Société archéologique du Finistère, jouissant d'une bonne audience, publie régulièrement les principaux résultats des fouilles et localise les chantiers d'une manière
  • site de Quimper La commune de Quimper est très vaste (8500 ha). Des études nombreuses et souvent très approfondies soulignent, depuis le XIXe siècle, l'importance de son potentiel archéologique (cf nombreuses publications de P. Du Chatellier, P. Galliou, J.-P. Le Bihan, R.-F. Le Men
  • d'établissements secondaires dont le parcellaire laisse de nombreuses marques (publications J.-P. Le Bihan). Progressivement, les thèmes de recherche se sont diversifiés, grâce à la pratique d'une archéologie sans exclusive. D'excellents résultats sont obtenus avec la multiplication de
  • plans relevés au cours de fouilles. Plusieurs obstacles à une large diffusion de la connaissance apparaissent donc : 1.1.2.1. Une documentation dispersée et peu accessible La nature de la documentation archéologique entraîne sa dispersion: - publications scientifiques ou de
  • particulières. La nature et la dispersion d'une telle documentation la rendent donc très difficilement accessible tant aux chercheurs qu'aux gestionnaires de l'archéologie et au public. 1.1.2.2. Une documentation menacée de disparition La dispersion de la documentation accroît naturellement
  • hypothèques archéologiques pesant sur tel ou tel secteur de la commune. En outre, l'histoire ancienne de la ville de Quimper demeure très mal connue des enseignants et du grand public. Bien des idées anciennes relevant du fantasme et de l'imagination ont libre cours et sont véhiculées, en
  • au fil des découvertes. Des sites nouveaux peuvent apparaître tandis que des zones suffisamment étudiées peuvent être libérées de toute contrainte. La carte archéologique peut être consultée, à titre préventif, par tous les aménageurs, publics ou privés, par les particuliers
  • la préparation de la publication des résultats et à la recherche des moyens et des formes de leur diffusion : ouvrage de synthèse (texte et cartographie), mise en forme du fichier informatique, documentation pédagogique etc. Un effort de réflexion s'impose pour une présentation
  • auprès de la Ville, une autre, d'un montant analogue est accordée par le Conseil Général du Finistère. Le Centre de recherche archéologique participe également à l'opération pour une somme de 10000 F. 7 2.1.2. Moyens humains Outre le personnel du Service municipal d'archéologie (un
  • général, fondé sur l'ordre alphabétique, permet d'appeler rapidement les sites concernés. 2.2.2.5. La fiche descriptive, "Fiche vestiges" Il s'agit d'une fiche qui doit permettre, par le biais d'une grille à deux entrées, de définir rapidement les principales caractéristiques du site
  • l'essentiel de la commune de Quimper rend donc le travail possible. Les courbes sont digitalisées puis analysées par le logiciel Autocad avant d'être restituées sur une table traçante. Il est alors possible de choisir l'angle et la hauteur de vue du paysage. Il est également possible de
  • Justice. La représentation en trois dimensions complète l'analyse faite par observation des clichés stéréoscopiques. Elle présente l'avant d'être facilement accessible au public, ceci de manière très suggestive. 4 CONCLUSIONS 4.1. SUR LE PLAN TECHNIQUE 12 La définilion cl la mise au
  • service public. Les types de documents d'analyse et de synthèse en cours de réalisation rendront son accès facile pour les spécialistes et pour le public. Dans l'état actuel des recherches 240 sites ou parcelles sont repérés. Environ la moitié des dossiers sont complets. Le travail
  • projet global permettront d'achever la réalisation des fiches de sites. L'essentiel des cartes en trois dimensions sera également tracé. La documentation nécessaire sera ainsi disponible pour compléter l'ensemble des fichiers et pour préparer leur diffusion auprès du public. Les
  • bonne voie de réalisation. Il permettra la mise en forme de documents accessibles au grand public et aux lecteurs plus spécialisés. Trois types de publications sont prévues. - Un fichier manuel et informatisé de tous les sites proposant la lecture facile informations essentiels pour
  • CARTE ARCHEOLOGIQUE DE QUIMPER (FINISTERE) DOCUMENT DE SYNTHESE DE CARTE ARCHEOLOGIQUE ANNEE 1995 Sous la direction de Jean Paul LE BIHAN Mont Frugy SERVICE REGIONAL DE L'ARCHEOLOGIE Collaborations : VILLE DE QUIMPER CONSEIL GENERAL DU FINISTERE CENTRE DE RECHERCHE
  • ARCHEOLOGIQUE DU FINISTERE Rennes : S.R.A. de Bretagne 1995 1 CARTE ARCHEOLOGIQUE DE QUIMPER (FINISTERE) DOCUMENT DE SYNTHESE DE CARTE ARCHEOLOGIQUE ANNEE 1995 Sous la direction de Jean Paul LE BIHAN SERVICE REGIONAL DE L'ARCHEOLOGIE Collaborations : VILLE DE QUIMPER CONSEIL GENERAL
  • DU FINISTERE CENTRE DE RECHERCHE ARCHEOLOGIQUE DU FINISTERE Rennes : S.R.A. de Bretagne 1995 caqra95 CARTE ARCHEOLOGIQUE DE QUIMPER 1. DEFINITION DU PROJET 1.1. NECESSITE DU PROJET ET SITUATION EN 1993 1.2. LES OBJECTIFS 1.3. LA CARTE ARCHEOLOGIQUE 2. MISE EN PLACE 2.1. LES
  • trois dimensions 3. LES RESULTATS 3.1. INTRODUCTION : le travail effectué en 1993 et 1994 3.2. LA BIBLIOGRAPHIE 3.3. LES FICHES DE SITES ET L'ETAT D'AVANCEMENT DES DOSSIERS 3.3.1. Le travail engagé 3.3.2. Les dossiers complets 3.3.3. Les documents cartographiques 4 CONCLUSIONS 4.1
  • . SUR LE PLAN TECHNIQUE 4.2. SUR LE PLAN ARCHEOLOGIQUE 4.3. SUR LE PLAN GEOGRAPHIQUE ET HISTORIQUE 4.3. CONCLUSION D'ENSEMBLE ET PERSPECTIVES 2 CARTE ARCHEOLOGIQUE DE QUIMPER 1. DEFINITION DU PROTET 1.1. NECESSITE DU PROJET ET SITUATION EN 1993 1.1.1. La nature et l'importance du
RAP02567.pdf (REDON (35). carte archéologique communale. rapport d'étude)
  • spécifiques, mais un petit nombre d'articles qui donnent des éclairages ponctuels sur tel ou tel bâtiment. Ainsi le tome 63 des Mémoires de la Société d'Histoire et d'Archéologie de Bretagne est en partie consacré à Redon. On y trouve notamment une étude architecturale de A. Mussat sur
  • différentes personnes qui m'ont apporté leur collaboration: Mme Bérétrot du musée de Bretagne, le musée de Préhistoire de Carnac, Mme Dréan du service de documentation de l'Inventaire, Mr Ferrieux de la Société Archéologique d'Ille-et-Vilaine, la Société Polymathique du Morbihan, Mme Gruel
  • des illustrations. INVENTAIRES DES SITES DE LA COMMUNE DE REDON INTRODUCTION La réalisation d'un stage administratif de trois mois au Service Régional de l'Archéologie de Rennes, dans le cadre de la deuxième année de Maîtrise des Sciences et Techniques d'Archéologie préventive
  • archéologiques, il m'a semblé intéressant de me livrer à une analyse rapide des travaux effectués. Après avoir défini le contexte redonnais, il fallait aussi pouvoir comprendre l'évolution de l'appréhension de ce patrimoine. 1.2. 1. Les différentes publications à vocation historique La
  • majorité des ouvrages édités sur l'histoire de Redon et de l'abbaye apparait, lors de la consultation de la bibliographie (annexe 1), comme des études savantes menées à la fin du XIXe et au début du XXe. Cette période correspond d'abord à une grande richesse générale des sociétés
  • INVENTAIRE DES SITES DE LA COMMUNE DE REDON Après une certaine éclipse, Redon fait de nouveau l'objet de publications d'articles dans les années 80. Les intérêts se concentrent sur les monuments religieux avec des analyses plus architecturales qu'historiques (Mussat, 1986, 427-433) et
  • 1892 lors de travaux d'aménagement du Collège et a fait l'objet, à l'époque, de la publication d'une petite plaquette (Guillot, 1894). Ce souterrain, en grande partie maçonné (figure 4, p. 10), n'a livré que deux pièces et les fragments d'un vase. Ce n'est que durant l'hiver 1912
  • fouilles n'apparaissent à l'ordre du jour des réunions de la Société Archéologique d'Ille-et-Vilaine. 7 C. COURBOT PLAN DES BATIMENTS ACTUELS DE L'ABBAYE SAINT-SAUVEUR INVENTAIRE DES SITES DE LA COMMUNE DE REDON En 1929, sans que l'on sache dans quelles circonstances ni par qui
  • extraite du procès-verbal d'une réunion du 10 novembre 1931 de la Société Archéologique d'Ille-et-Vilaine. C'est durant cette même séance du 10 novembre 1931 que sont présentés par l'abbé Raison différents objets provenant d'un tombeau découvert en août de la même année (figure 3, p. 8
  • , grâce à des études générales sur la Bretagne, qu'ils s'agissent de synthèses historiques ou d'outils de références. D'autre part, il fallait aussi mener une recherche bibliographique afin de retrouver l'ensemble des publications, anciennes et récentes, ayant pour thème l'histoire et
  • transcription et la traduction -en anglais- des Gesta sanctorum rotonensis et Vita Cornuionis, devraient pouvoir, elles, apporter des éléments sur l'abbaye médiévale et son entourage proche. 2. 1. 2. Les publications sur Redon On a vu plus haut que ces études permettaient de bien approcher
  • l'évolution qui a eu lieu dans l'approche du patrimoine redonnais. Il s'agit maintenant de rendre compte du potentiel d'informations qu'elles contiennent et de la validité de ces dernières. - Les publications anciennes La recherche bibliographique a été principalement menée pour ces
  • ouvrages à la bibliothèque municipale de Rennes. Celle-ci possède un fonds important de publications anciennes, et surtout dispose d'un fichier topographique, anciennement effectué, qui en facilite grandement l'accès. Ce dépouillement systématique concerne à la fois les livres et les
  • revues, notamment celles publiées par les sociétés savantes. Quelques vérifications rapides m'ont permis de constater qu'il était, de plus, très complet et citait ainsi des articles qui ne comportaient qu'une courte mention sur Redon (Colbert de Beaulieu, 1955). La bibliographie
  • concernant les publications anciennes a donc essentiellement été constituée à partir de la consultation de ce fichier. Les Archives Départementales possèdent un fonds de livres anciens moins important et la consultation de son fichier communal n'a pas apporté d'éléments bibliographiques
  • nouveaux. Après avoir constaté que, contrairement aux articles, les procès verbaux des réunions de la Société Archéologique d'Ille-et-Vilaine n'avaient pas été dépouillés, j'ai procédé au dépouillement systématique de ceux-ci pour les années 1861 à 1965. Le choix de l'année-butoir 1965
  • critiquables. Les procès verbaux de la Société Archéologique d'Ille-et-Vilaine ont constitué une source particulièrement intéressante pour Redon car ils sont souvent le témoignage unique d'une découverte fortuite ou d'une fouille archéologique. Ils forment ainsi la majeure partie de la
  • -Sauveur que la ville de Redon sont conservés aux archives départementales d'Ille-et-Vilaine dans différents fonds. Devant l'ampleur de la documentation, tous les fonds n'ont pas fait l'objet d'une étude. Ainsi, le fonds concernant les ventes de bien public, alors qu'ils contiennent
  • documentation du service des Monuments Historiques Il s'agit en général de documents administratifs concernant des travaux à effectuer sur les monuments classés accompagnés d'un dossier de presse sur le patrimoine de la commune. -Les archives des sociétés savantes La Société Polymathique du
  • Morbihan ne possède aucune archive concernant Redon. La Société Archéologique d'Ille-et- Vilaine a versé l'ensemble de sa collection d'objets au musée de Bretagne et ses archives à la bibliothèque municipal de Rennes. Les 19 C. COURBOT PLAN DE LA RIVIERE DE VILAINE DEPUIS MESSAC
RAP03136.pdf (QUIMPER (29). La carte archéologique de Quimper. Rapport de FP)
  • QUIMPER (29). La carte archéologique de Quimper. Rapport de FP
  • travaux les plus nombreux et les plus précis. menace 1.1.3. Les une conséquences 5 Il est vrai que certaines publications ou synthèses aisément consultables existent. Ainsi, le Bulletin annuel de la Société archéologique du Finistère, jouissant d'une bonne audience, publie
  • d'établissements secondaires dont le parcellaire laisse de (publications J.-P. Le Bihan). nombreuses marques Progressivement, les thèmes de recherche se sont diversifiés, grâce à la pratique d'une archéologie sans exclusive. D'excellents résultats ont été obtenus avec la multiplication de
  • centaines de plans relevés au cours de fouilles. Plusieurs obstacles à une large diffusion de la connaissance apparaissent donc : revues anciennes 1.1.2.1. Une documentation La nature de la documentation - publications scientifiques ou dispersée et archéologique entraîne peu sa
  • particulières. La nature et la accessible tant réparti entre les laboratoires, les dépôts de fouilles, les musées et aux dispersion d'une telle documentation la rendent donc très difficilement qu'aux gestionnaires de l'archéologie et au public. chercheurs 1.1.2.2. Une documentation
  • Quimper demeure très mal connue des enseignants et du grand public. Bien des idées anciennes relevant du fantasme et de l'imagination ont libre cours et sont véhiculées, en particulier par les médias. 1.2. LES OBJECTIFS 1.2.1. Les - Porter sur un archéologiques de la
  • apparaître tandis que des zones suffisamment étudiées peuvent être libérées de toute le contrainte. La carte archéologique peut être consultée, à titre préventif, par tous les aménageurs, privés, par les particuliers sollicitant des permis de construire. Elle est un document publics ou
  • de chaque site, mise à jour, est également présentée sous la forme simple liste. Un fichier général, fondé sur l'ordre alphabétique, permet d'appeler rapidement les sites concernés. - d'une 2.2.3. La fiche descriptive, "Fiche vestiges" Il s'agit d'une fiche qui doit permettre
  • l'essentiel de la travail commune de Quimper rend donc le possible. Les courbes sont restituées sur une digitalisées puis mises en forme à l'aide d'un logiciel 3D avant d'être table traçante. Il est alors possible de choisir le point de vue et le lieu d'observation du paysage. Il
  • l'actuel Palais de Justice. La carte vestiges en 15 La représentation observation des clichés trois dimensions complète avec bonheur l'analyse faite par stéréoscopiques. Elle présente l'avantage d'être facilement accessible au en public, ceci de manière très suggestive. 3.4.2.3
  • général des espaces publics, l'alignements des rues et des façades. Il importait de savoir comment et jusqu'à quel degré de précision, les archéologues pouvaient accepter et utiliser les données et les mesures de ce plan pour localiser des vestiges enfouis ou découverts par la
  • programmes communauté de base exploitables pour toute formalisation d'ouvrages ou de diffusion de la connaissance auprès de la communauté scientifique, de la enseignante et du large public sont désormais mis au point. 4.1.2. Les Il historiques, thématiques et cartographiques sont
  • spécialisés - réalisables sont au grand public et aux lecteurs plus : Une base de données informatisée de tous les sites proposant la lecture facile des plan d'ensemble, informations essentielles pour chacun d'entre eux ; localisation précise et identification des vestiges
  • , elle résultera de la conjugaison de l'évolution des problématiques, des méthodes, de la prise de conscience politique nationale à l'égard de la société et, enfin, de l'histoire du développement urbain. L'équipe de Quimper ne se contentera pas de s'adapter à ce schéma nouveau. Elle
  • d'une histoire totale de Quimper à partir d'un processus d'archéologie se fait jour. Le temps de la récolte au petit coïncide problématique s'élabore. La décennie suivante double évolution - La prise (1990 - 1999) ne fut pas moins riche puisqu'elle fut marquée par
  • LA CARTE ARCHEOLOGIQUE DE QUIMPER (FINISTERE) DOCUMENT FINAL DE SYNTHESE Jean-Paul LE BIHAN et Yann-Lan GOALIC VILLE DE QUIMPER - C.R.A.F. Rennes : - CONSEIL GENERAL DU FINISTERE S.R.A. de Bretagne 1999 34SC | LA CARTE ARCHEOLOGIQUE DE QUIMPER (FINISTERE
  • INTRODUCTION 1. DEFINITION DU PROJET 1.1. NECESSITE DU PROJET ET SITUATION EN 1993 1.2. LES OBJECTIFS 1.3. LA CARTE ARCHEOLOGIQUE 2. MISE EN PLACE 2.1. LES MOYENS MIS EN ŒUVRE 2.2. LE CHOIX DES DOCUMENTS A REALISER 3. LES RESULTATS 3 .1. INTRODUCTION 3.2. LA BIBLIOGRAPHIE 3.3. LES
  • FICHES DE SITES ET LES DOSSIERS 4 CONCLUSIONS 4.1 CONCLUSIONS 4 2. CONCLUSIONS TECHNIQUES ARCHEOLOGIQUES PIECES JOINTES GRAPHIQUES DU BILAN GLOBAL DES DECOUVERTES GRAPHIQUES DE REPARTITION DES SITES FOUILLES CARTES DES SITES ARCHEOLOGIQUES DE QUIMPER (7 cartes) LA VILLE GALLO
  • -ROMAINE EN TROIS DIMENSIONS DOSSIER LE BRADEN I DOSSIER ROZ-AVEL DOSSIER PLACE LAENNEC 2 INTRODUCTION Le rythme de la recherche archéologique à Quimper appliqué depuis trois décennies à devait fatalement conduire à réaliser la carte archéologique des vestiges que recelait son
  • , une recherche nouvelle, s'est nourrie, depuis 1970, des perspectives de la véritable révolution des méthodes et des problématiques archéologiques de la fin du XXe autant que de l'accroissement des moyens techniques et financiers progressivement mis à la disposition des archéologues
  • pour l'époque gauloise ou la place Laennec pour le bas Moyen Age, mais rapportent des informations recueillies par prospection, consultation d'archives et surtout lors de fouilles parfois modestes. sur des sites La caractéristique du dossier de la carte archéologique de Quimper
RAP02577.pdf ((56). rapport de prospection inventaire entre l'Oust et le Blavet, arrondissement de Pontivy, Vannes et Lorient. rapport de prospection inventaire 2007-2008-2009)
  • (56). rapport de prospection inventaire entre l'Oust et le Blavet, arrondissement de Pontivy, Vannes et Lorient. rapport de prospection inventaire 2007-2008-2009
  • de la Gaule, un texte sur les « Aménagements agraires et parcellaires gallo-romains enArmorique » a été e publié en 2007 aux éditions des PUR (Rennes) dans le cadre de la publication du colloque de Rennes « Bocages et sociétés », suivi en 2008 d'un article sur « les habitats à
  • - 2009. Des conditions météorologiques inhabituelles expliquent les résultats mitigés obtenus lors des campagnes de prospection aérienne engagées durant cette période. Patrick Naas (2010) REPUBLIQUE FRANÇAISE MINISTERE DE LA CULTURE ET DE LA COMMUNICATION Liberté ■ Égalité
  • • Fraternité PREFECTURE DE LA REGION BRETAGNE RÉPUBLIQUE FRANÇAISE LE PREFET DE LA REGION BRETAGNE PREFET D'ILLE-ET- VILAINE Officier de la Légion d'honneur Commandeur de l'Ordre national du mérite N° 2007-240 VU le code du "Patrimoine, notamment son livre V ; VU le décret n° 65-48 du 8
  • : COTES-D'ARMOR Commune : Cadastre : Département: MORBIHAN Commune : Cadastre : Lieu-dit : Numéro(s) d'entité (s) liée (s) : Coordonnées Lambert : x = 208962 y = 2322148 Programme , KM REPUBLIQUE FRANÇAISE MINISTERE DE LA CULTURE ET DE LA COMMUNICATION PREFECTURE DE LA REGION
  • BRETAGNE Liberté • Egalité • Fraternité RÉPUBLIQUE FRANÇAISE LE PREFET DE LA REGION BRETAGNE PREFET D'ILLE-ET-VILAINE N° 2008-254 VU le code du "Patrimoine, notamment son livre V ; VU le décret n° 65-48 du 8 janvier 1965 modifié pris pour l'exécution du livre II du Code du travail
  • (hygiène et sécurité sur les chantiers de travaux); VU le décret n° 94-423 du 27 mai 1994 portant création des organismes consultatifs en matière d'archéologie nationale ; après avis de la Commission interrégionale de la recherche archéologique OUEST, en date du ARRETE Article 1er : M
  • Intitulé de l'opération : Entre l'Oust et le Blavet Département : COTES-D'ARMOR Département: MORBIHAN Programme : Organisme de rattachement : bénévole Article 2 : prescriptions générales. mm REPUBLIQUE FRANÇAISE MINISTERE DE LA CULTURE ET DE LA COMMUNICATION Lib&rê ' Egalité
  • • Fraternité PREFECTURE DE LA REGION BRETAGNE RÉPUBLIQUE FRANÇAISE PREFET D'ILLE-ET-VILAINE Officier de la Légion d'honneur Commandeur de l'Ordre national du mérite N° 2009 - 239 VU le code du "Patrimoine, notamment son livre V ; VU le décret n° 65-48 du 8 janvier 1965 modifié pris pour
  • RUFFIAC Bas Domaine X 22 56 RUFFIAC La Souriçaie Enclos 3( 23 56 SERENT Tréviet/Ste Suzanne Anomalie pédologique X24 56 St ALLOUESTRE Toulgouët villa / chapelle Table des matières Présentation et méthodologie des recherches Historique des recherches Les
  • enclos gallo-romains en Bretagne » parue dans la deuxième livraison d'AREMORICA (Actes de la table-ronde de Carhaix, sept. 2006). Enfin, 800 notices de sites concernant la zone de prospection ont été rédigées et actualisées pour la CAG 56 (décembre 2009). 1 1.2 - Les
  • contributions sur cette question dans les rapports de prospection pour les années 1992 - 1996 et dans plusieurs publications récentes) . Cette région est marquée au sud par la présence de nombreuses formations géologiques parallèles au littoral, en particulier d'importants affleurement à
  • 2007-2009 ont été marquées par la publication de deux articles, de la rédaction d'une notice pour le BRGM et de quelque 800 notices pour la CAG 56 : P. NAAS , 2007 - « Aménagements agraires et parcellaires gallo-romains en Armorique », in BOCAGES et SOCIETES (dit. A. Antoine, D
  • Département du MORBIHAN Années 2007-2008-2009 Autorisations par arrêtés préfectoraux 2007- 240 2008- 254 2009- 239 Tome 1/1 Rapport de synthèse Annexes (fiches de déclaration de sites) DRAC-SRA 2 8 JUIN 2010 COURRIER ARRIVEE AVERTISSEMENT Le présent rapport concerne la période 2007
  • ] inventaire [ ] avec relevés d'art rupestre à partir de la date de notification du présent arrêté jusqu'au 31/12/2007 concernant la région BRETAGNE Intitulé de l'opération : Occupation du territoire entre l'Oust et le Blavet et sur les cantons de Loudéac et Mur de Bretagne Département
  • . NAAS Patrick est autorisé(e) à procéder, en qualité de responsable scientifique, à une opération de prospection [ thématique [ X]] inventaire [ ] avec relevés d'art rupestre à partir de la date de notification du présent arrêté jusqu'au 31/12/2008 concernant la région BRETAGNE
  • rupestre à partir de la date de notification du présent arrêté jusqu'au 31/12/2009 concernant la région BRETAGNE Intitulé de l'opération : Occupation du territoire entre l'Oust et Le Blavet Département : COTES-D'ARMOR Département: MORBIHAN V. Numéro(s) d'entité (s) liée (s
  • ) : Coordonnées Lambert : x = y= Programme : Organisme de rattachement : bénévole Articjg_2 : prescriptions générales. Les recherches sont effectuées sous la surveillance du conservateur régional de l'archéologie territorialement compétent, qui pourra imposer toutes prescriptions qu'il
  • jugera utiles pour assurer le bon déroulement scientifique de l'opération. P. NAAS Prospection-inventaire entre l'Oust et le Blavet Liste des sites déclarés (2008-2009) Département N° Nature du site Lieu-dit Commune V 1 56 CHAPELLE Nve (La) Keruchard Enclos < 2 56
  • caractéristiques de la zone prospectée La campagne de prospection (2007-2009) : financement, prospection aérienne, photointerprétation, suivi administratif. Les découvertes „„„,.„,.„,.„,.„„„„„„„., „.,., Les données Les enclos simples Les enclos à partitions ou cloisonnés Les ensembles à
  • fossés pseudo- orthogonaux Diachronie et territoires Autres activités et conclusion , , ,„., Enseignement Publications Prospection 2010 ANNEXES : déclarations de découvertes archéologiques (fiche, plan, description, cliché, extrait IGN) 1. PRESENTATION GENERALE ET METHODOLOGIE
RAP02247.pdf (LE QUIOU (22). la villa gallo-romaine de la gare. rapport intermédiaire 2006 de fp 3 2006-2008)
  • LE QUIOU (22). la villa gallo-romaine de la gare. rapport intermédiaire 2006 de fp 3 2006-2008
  • de collaboration dont le seul but est d'apporter une petite pierre à l'édifice de la connaissance historique de notre société et de nos racines. Le fruit de ces travaux nous le devons aux personnes conscientes de la richesse et de la fragilité de ce patrimoine qui mérite d'être
  • constituent des documents administratifs communicables au public, après remise au Service Régional de l'Archéologie, suivant les dispositions de la loi modifiée n° 78-753 du 17 juillet 1978. Aux termes de la circulaire de mars 1996, prise pour application, ils pourront donc être consultés
  • , INRAP GSO et UMR 5608) (Céramologue, INRAP GO) (Responsable d'opération, INRAP GSO et UMR 5608) INTERVENANTS ADMINISTRATIFS (par ordre alphabétique) Propriétaire de la parcelle fouillée Conseil Général des Côtes d'Armor INRAP Grand Ouest Gilbert Aguesse Michel Bailleu (directeur
  • juin 1989 par Loïc LANGOUET (Centre Régional d'Archéologie d'Alet), montre le plan d'une villa rurale, organisée autour de deux cours en enfilade d'au moins un hectare et demi de superficie, soit une des plus grandes connues en Bretagne. La villa se situe au sein du bassin des
  • LE QUIOU •Recherches •archéologiques (Côtes cTArmor) Site n° 22 263 001 WÊRAP Antenne Grand Ouest 67737- 35577 Wesson SEVIGNE cédex tel: 02. 23. 36. 00. 40 Site de la villa galïo-romaine de la gare DRAC 6 rue du Chapitre 35044 RENNES Cedex Service Régional de l'Archéologie
  • Fouilles archéologiques programmées Rapport de Cinquième Année, été 2006. Première année de triannuelle 2006 - 2 0 0 8 Autorisation n° 2006 - 255 Par Jean-Charles ARRAMOND, Christophe REQUI Conseil Général Avec la collabf||tion de Cèles d'Armor Année 2006 Laurent BRUXELLES
  • , Françoise LABAUNE, Thomas ARNOUX, Paul-André BESOMBES LE QUIOU Côtes d'Armor (22) Off c oo, La Villa gallo-romaine de la Gare Site n° 22 263 001 AH Rapport intermédiaire de fouilles archéologiques programmées Cinquième année, Eté 2006. Première année de triannuelle 2006 - 2008
  • Autorisation n° 2006 - 255 Par Jean-Charles ARRAMOND, Christophe REQUI Avec la collaboration de Laurent BRUXELLES, Françoise LABAUNE, Thomas ARNOUX, Paul-André BESOMBES Toulouse, Janvier 2007 REMERCIEMENTS Une fouille archéologique procède avant toutes choses d'un travail d'équipe et
  • préservé pour les générations futures. Ce sont les financeurs : le conseil général et le conseil régional, les scientifiques en charge de la conservation du patrimoine, et les fouilleurs. Nous leurs témoignons notre reconnaissance pour l'énergie qu'ils déploient sans compter pour ce
  • de la propriété intellectuelle). Toute reproduction du texte, accompagnée ou non de photographies, cartes ou schémas, n'est possible que dans le cadre du droit de courte citation, avec les références exactes et complètes de l'auteur et de l'ouvrage. Par ailleurs, l'exercice du
  • droit à la communication exclut, pour ses bénéficiaires ou pour les tiers, la possibilité de reproduire, de diffuser ou d'utiliser à des fins commerciales les documents communiqués (loi n° 78-753 du 17 juillet 1978, art. 10). FICHE SIGNALETIQUE LOCALISATION DE L'OPERATION Site n
  • ° :22 263 001 AH Département : Côtes d'Armor - 22 Commune : Le Quiou Lieu dit ou adresse : La Gare Année cadastre : 1983 Section(s) et parcelle(s) : A201, A206, A207, A208, A209, A210, A211 Coordonnées Lambert : Zone : Altitude : 20 m x = 277,825 y = 1081,400 IDENTITE DE L'OPERATION
  • Motif de l'opération : 53 800 euros Crédit Année 2006 : Surface fouillée ou reconnue : Année 2000 : 300 m2 - Année 2001 : 1000 m2 Années 2002-2006 : 2700 m2 Surface des bâtiments de la Villa : 20 000 m2 Surface estimée du site : 100 000 m2 (dans la ou les parcelles concernées par
  • de fouilles archéologiques programmées - Année 2006/ Nombre de volumes : I 1 nbre de pages : nbre de figures : 55p. 47 G E N E R I Q U E D E L'OPERATIONINTERVENANTS SCIENTIFIQUES (par ordre alphabétique) Direction scientifique : Jean-Charles Arramond (adjoint scientifique
  • interrégional) (adjoint scientifique et technique) SRA de Bretagne Jean-Pierre Bardel Stéphane Deschamps Laurent Beuchet (ingénieur d'étude) (conservateur en chef) (conservateur du patrimoine) Cette recherche ne pourrait avoir lieu sans le financement du Ministère de la Culture et de la
  • Communication, le Conseil Général des Côtes d'Armor et le Conseil Régional de Bretagne. Qu'ils en soient à nouveau remerciés. TABLE DES MATIÈRES N A T U R E ET IMPORTANCE SCIENTIFIQUE DU SITE 11 C O N T E X T E GÉOLOGIQUE 12 Evolution géomorphologique 13 Premières observations
  • réalisées sur le site du Quiou 14 Historique des campagnes de fouilles 2002 -2005 (Figure 7) 14 Localisation des vestiges et zonage du site 16 la campagne 2006 16 enregistrement des données de terrain 16 Structure du rapport 18 L E S RÉSULTATS 18 Complément de fouille sur
  • l'établissement thermal (Figure 9) 18 La zone 2 18 Phase 2E 18 Le puits 240 - Phase 2C... 20 Espace de service UH 84: entre l'espace thermal et le bâtiment principal de la villa. 20 Une zone d'évacuation des eaux usées des bâtiments de la zone 2 20 Mur 167 et 59 : point de contact entre le
  • bâtiment I et les bâtiments II et IV de la zone 2. 22 Programme pour cette UH84 en 2007 22 La Zone 3 : le bâtiment Principal 25 Le bâtiment I 25 Phases de constructions 3C6, 3C5 et 3C4 (Figure 19) 26 Phase de constructions 3C3 (Figure 20) 26 Phase de constructions 3C2 (Figure 22) 27
  • Phase de constructions 3C1 (Figure 23) 28 Premières conclusions 28 Les structures postérieures au bâtiment I (Figure 25) 31 Les fosses structurées 31 Les autres structures 34 La Zone 4 : le bâtiment III 36 Phase 4B : le bâtiment III 36 Phase 4C : des niveaux antérieurs à la
RAP02603.pdf (PCR Brécilien. étude interdisciplinaire d'une forêt mythique. bilan d'activités 2010. projet collectif de recherches)
  • projet collectif de recherches
  • PCR Brécilien. étude interdisciplinaire d'une forêt mythique. bilan d'activités 2010. projet collectif de recherches
  • Zone d'étude 2.3 Matériel et méthodes 2.4 Résultats 2.5 Discussion 2.6Ô13C de la tourbe 2.7 Conclusions et perspectives 3. Anthracologie Publication et diffusion de la culture scientifiques Conclusion et perspectives Références bibliographiques 1. Paléométallurgie 2. Les sites
  • de la part des usagers qui viendraient à frauder que de celle des représentants seigneuriaux qui profiteraient de leur autorité pour s'enrichir. La seconde source à notre disposition pour cette période a été publiée par le Marquis de l'Estourbeillon dans le Bulletin de la Société
  • PCR Brécilien « Etude interdisciplinaire d'une forêt mythique » Bilan d'activité 2010 2 3 NOV. 2010 COURRIER ARRIVEE Jean-Charles Oillic (dir.) -y.—.- ......... »-_.t y— vo^-^ „^A..—■rL^5t,t.. Avec la collaboration de Caroline Beigle Nicolas Girault Cécile Le Carlier
  • l'étang de Paimpont (A. Baltzer) gramme pollinique du Pas de la Chèvre (J.-C. Oillic) Archive de l'abbaye de Paimpont (A. Reinbold) Sommaire Introduction 1. Problématique générale 2. Choix de la zone d'étude Contexte de l'étude 1. Cadre géographique 2. Cadre géologique 3. Cadre
  • climatique 4. Cadre pédologique La paléométallurgie 1. Prospection 2. Fouilles archéologiques 2.1 Ateliers de La Boissière 2.2 Atelier de Moustache 2.3 Fouille du site de Péronnette 3. Analyses C14 3.1 Sites protohistoriques 3.2 Production de fer médiévale 4. Analyses métallurgiques (C
  • . Le Carlier) 4.1 Présentation de la banque de données 4.2 Une signature générale du secteur de Paimpont ? 4.3 A Paimpont, une signature possible des différents types de scories ? 4.4 - A Paimpont, une influence du type de minerai sur la composition des scories ? Les sites d'habitat
  • d'habitat et autres occupations 3. Patrimoine religieux 4. Paléoenvironnement Table des illustrations 4 4 4 7 7 7 10 1 1 13 13 14 14 14 15 15 15 16 18 18 19 20 23 25 28 28 29 30 32 34 43 44 44 52 53 54 54 60 64 66 68 70 72 75 77 77 77 77 78 83 Introduction 1. Problématique générale Au
  • premiers intitulés « populations anciennes» et « populations religieuses chrétiennes» concernent les implantations humaines passées. La création de ces deux axes proches s'explique par la richesse apparente de la zone PCR en édifices religieux (cf. supra). Ensuite, le nombre important
  • de sites paléométallurgiques déjà inventoriés dans la moitié occidentale du massif suggère que cette activité a joué un rôle important dans l'occupation de la forêt de Brécilien, aussi a-t-il été décidé de créer un troisième axe de recherche autour de cette thématique
  • liens qui ont pu exister entre eux. Ainsi, nous nous interrogerons sur l'influence qu'ont pu avoir les populations anciennes et monastiques sur la végétation locale, lors de leurs installations et développements, notamment au travers de questions concernant l'importance de leur
  • activité de défrichement. Nous nous intéresserons aussi aux questions reliant monachisme et métallurgie comme celle de la possible présence de forges monacales au XIIIeme siècle (Duval 1998) ou celle de l'origine du fer utilisé dans les bâtiments religieux. Il s'agira également de
  • comprendre le mode d'exploitation des ressources naturelles pour les besoins de la métallurgie et des populations (construction, chauffage, élevage...), mais aussi de voir comment cet approvisionnement a pu modeler le paysage (création de carrières et de minières, surexploitation...) 2
  • . Choix de la zone d'étude Cette étude devant s'inscrire dans un espace cohérent historiquement, il est apparu nécessaire de s'intéresser aux sources écrites. Deux ont semblé particulièrement intéressants pour esquisser les limites de ce qu'a pu être la forêt de Brécilien à la fin de
  • la période médiévale. La première de ces sources s'intitule « la coutume de Brécilien » et date de 1467. Ce texte a été publié par Arthur de La Borderie comme « Eclaircissements » à la suite de ses Prolégomènes du Cartulaire de l'Abbaye Saint-Sauveur de Redon en 1863. Puis il
  • a été retranscrit et réédité par A Puton en 1879. Il s'agit d'un texte qui peut être décomposé en deux parties. Dans la première partie, rédigée 1467, mais reprenant en partie un texte plus ancien, l'auteur décrit, au travers de 72 articles, l'ensemble des droits et devoirs qui
  • régissent l'utilisation de l'espace forestier de Brécilien par les habitants situés à proximité de la forêt, qu'ils soient seigneurs laïcs, religieux ou simples habitants. Quatre des ces articles forment une sous partie intitulée « Des ornements de la forêt et de ses merveilles. », dans
  • laquelle l'auteur décrit la forêt et attribue diverses vertus à certains lieux s'y trouvant. La seconde partie de ce texte a été rédigée le 30 août 1467 sur la volonté de Guy XIV de Laval. Elle se compose de 19 articles qui visent à réduire les abus qui peuvent avoir lieu en forêt tant
  • Polymathique du Morbihan en 1893 sous le titre « Revenus de la forêt de Brocéliande ». Dans cet article, l'auteur retranscrit en totalité les recettes et dépenses détaillées, générées par la Forêt de Brécilien et la châtellenie de Plélan pour l'année 1419. Il est également fait mention du
  • bilan financier de ce territoire pour les années 1420, 1421 et de 1557 à 1560. A la lecture de ces deux sources, il est possible d'identifier plusieurs usagers de la forêt de Brécilien. Comme pour chacune de ces personnes, il est généralement fait mention de leur lieu de résidence
  • , il est possible de replacer géographiquement ces derniers afin d'obtenir le fond de carte présenté en figure 1. L'examen de ce document permet de constater que les personnes qui pratiquaient le territoire de la forêt de Brécilien au cours des XVeme et XVIeme siècles résidaient
RAP01840.pdf (PLOUHINEC (29). la nécropole mégalithique de la pointe du Souc'h. rapport intermédiaire 2002 de fp 3 2001-2003)
  • PLOUHINEC (29). la nécropole mégalithique de la pointe du Souc'h. rapport intermédiaire 2002 de fp 3 2001-2003
  • service départemental d'archéologie. L'équipe de bénévoles était la suivante, par ordre alphabétique : BENARD Claire, étudiante en Archéologie (Dijon) BOUCHER Romain, éducateur (Pleyber-Christ) CIVALLERI Hélène, étudiante en Archéologie (Saint-Roman-en-Diois) CLODORE Tinaïg, doctorante
  • tables, malgré leurs dimensions énormes de 4 m de côté, servaient aux Korriquets à jouer aux palets, par le travers de la baie, sur les dolmens et les menhirs du Soc'h en Plouhinec » (Kermel, 1988). 4. Répartition des sépultures à chambres compartimentées La carte de répartition des
  • du Service départemental d'archéologie, les autres personnes qui ont travaillé sur le chantier ou pour la post-fouille l'ont fait à titre bénévole. Le matériel utilisé a été celui du Service départemental d'archéologie. En outre, en fin de fouille, la protection des zones
  • LA N E C R O P O L E MEGALITHIQUE DE LA POINTE DU SOUC'H EN PLOUHINEC (Finistère) N° de site: 29 197 006 AP Rapport intermédiaire Seconde campagne de fouille triennale 2/3 (24/06/2002 - 27/07/2002) par Michel LE GOFFIC CONSEIL GENERAL DU FINISTERE SERVICE DEPARTEMENTAL
  • D'ARCHEOLOGIE 2002 LA NECROPOLE MEGALITHIQUE DE LA POINTE DU SOUC'H EN PLOUHINEC (Finistère) N° de site : 29 197 006 AP Rapport intermédiaire Seconde campagne de fouille triennale 2/3 (24/06/2002 - 27/07/2002) par Michel LE GOFFIC CONSEIL GENERAL DU FINISTERE SERVICE DEPARTEMENTAL
  • D'ARCHEOLOGIE 2002 SOMMAIRE 1. Fiche signalétique 1 2. Localisation 2 3. Historique 5 4. Répartition des sépultures à chambre compartimentée 6 5. Répartition de la poterie type Le Souc'h 7 6. Problématique 7 7. Moyens mis en œuvre 8 8. Déroulement de l'opération 9
  • carrés M-N 36-38 et dolmen 2 28 16. Conclusion 32 17. Bibliographie 37 18. Remerciements 40 19. Annexe : la production céramique (G. Hamon) 41 1. Fiche signalétique LOCALISA TION DE L 'OPERA TION Site n° : 29.197.006.AP Département : FINISTERE Commune : Plouhinec Lieu
  • , enclume. Lieu du dépôt du mobilier : Dépôt de fouilles - 29590 Le Faou des fonds documentaires : Centre départemental d'archéologie, 29590 Le Faou. REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES DU RAPPORT INTERMEDIAIRE Année : 2002 Auteur : (Nom et Prénom) : LE GOFFIC Michel Collaborateur(s) : GRALL
  • Bertrand, HAMON Gwénaëlle Titre : La nécropole mégalithique de la Pointe du Souc'h en Plouhinec (Finistère). Sous-titre : Rapport intermédiaire de fouille triennale (2/3 ) . Nombre de volume(s) : 1 Nombre de pages : 51 Nombre de figures : Nombre de photos : 20 16 2. Localisation
  • Plouhinec est une commune du littoral de la baie d'Audierne, à l'entrée du Cap Sizun, limitée à l'Ouest et au Nord par le Goyen, petit fleuve côtier, au nord-est par un de ses affluents traversant l'étang de Poulguidou, et à l'Est par le ruisseau de Pors Poul'han qui sépare le Pays
  • bigouden du Cap Sizun. A l'ouest de ce petit havre s'étend le Menez Dregan, plateau aspecté au sud qui comprend en son centre un mamelon dénommé Kergangnou bordé de deux petites dépressions orientées nord-sud qui aboutissent à la côte rocheuse à Poulc'hangnou (ou Poulgangnou) et Pouldon
  • (fig.l). La pointe du Souc'h est elle-même une éminence rocheuse séparée de Kergangnou par le vallon de Poullobos. Elle domine la plage de Guendrez où se jette le ruisseau de Saint They qui forme la limite occidentale du Menez Dregan ; elle se trouve à 3 km au sud-sud-est de l'église
  • de Plouhinec et à 900 m à l'ouest de Porz-Poul'han (flg. 2). De cet endroit on découvre la baie d'Audierne, de l'Ile de Sein au-delà de la pointe de Lervily en Esquibien à la pointe de Penmarc'h. C'est sur le sommet topographique que se trouve le complexe mégalithique du Souc'h
  • , formé d'au moins deux ensembles de dolmens compartimentés. Les références cadastrales sont les suivantes : année 1997, section ZW, parcelles 342, 347, 365, 366, 367, 368, 369, 370, 371 et 372 (fig. 3). Le grand nombre de parcelles résulte d'un morcellement dû à la présence d'un corps
  • de garde construit en 1747 (Peuziat, 1999). Les parcelles 342, 347, 365, 367, 369 et 371 appartiennent au département du Finistère, les autres à la commune de Plouhinec. Les coordonnées Lambert, zone II, pour le centre du site sont : x = 92,150 ; y = 2354,00 ; l'altitude est de 30
  • m. La ligne de rivage n'est qu'à 150 m du site et c'est précisément là que se trouve la grotte effondrée de Menez Dregan qui a connu une occupation humaine au Paléolithique inférieur, entre -500.000 et -350.000 ans. Le substratum qui affleure par endroits dans la parcelle 372 est
  • N 115° E qui plongent Fig. 2 : Extrait de la carte I.G.N. 0419 est, au 1/25 000, situant l'emplacement du site du Souc'h. Commune de PLOUHINEC (Finistère) PLAN CADASTRAL Rénové en 1981 Section ZW Fig. 3 : Extrait du cadastre de la commune de Plouhinec Echelle 1/2000
  • orthogneiss est structuré de façon importante selon des plans orientés N 115° E qui plongent de 60° vers le sud (BRGM, 1981). La roche vient souvent à l'affleurement sur les versants sud-ouest et sud du Menez Dregan. Dans la parcelle 114 se voient deux larges dépressions dont l'origine
  • reste conjecturale. Il pourrait s'agir de carrières anciennes, peut-être liées à l'exploitation de la roche pour construire les cairns du complexe mégalithique. Les sols qui recouvrent l'orthogneiss sont des types suivants : (A) R, AC, A (B) C. Il s'agit de sols minéraux bruts, de
  • sols à profil peu différencié (rankers), de sols bruns faiblement lessivés et peu profonds. 3. Historique La première mention du site est due, à notre connaissance, à la plume du chevalier de Fréminville (1835) qui en faisait « un sanctuaire druidique, composé de pierres plantées
RAP03845 (Littoral de Clohars-Fouesnant à Clohars-Carnoët (29). Prospection diachronique inventaire 2019.)
  • Littoral de Clohars-Fouesnant à Clohars-Carnoët (29). Prospection diachronique inventaire 2019.
  • administratifs communicables au public, en application de la loi n° 78-753 du 17 juillet 1978 modifiée et portant diverses mesures d’amélioration des relations entre l’administration et le public. L'accès à ces documents administratifs s’exerce auprès des administrations qui les ont élaborés
  • ou la reproduction d’extraits est possible à des fins exclusives d’illustration dans le cadre de l’enseignement et de la recherche, dès lors que le public auquel elle est destinée est majoritairement composé d'élèves, d'étudiants, d’enseignants ou de chercheurs directement
  • la parcelle 298 Section AM – Lieu-dit Feunteunodou 3 4 5 RAPPORT DE PROSPECTION - CFRA 2019 Arrêté n° 2019-140 – Prospection diachronique Responsable scientifique : Annette Flageul PRÉSENTATION - A la demande du Centre Départemental d'Archéologie du Finistère et en
  • occupations etc. Nous présentons également dans ce rapport les recherches effectuées lors de nos interventions à la demande du SRA Bretagne et du CDA du Finistère. Les communes concernées par nos actions en 2019 sont présentées dans ce rapport par ordre alphabétique ; les communes n’ayant
  • puis le 12 octobre 2012, par Stéphane Chaumont à Eddy Roy, archéologue. Le 22 février 2019, à la demande du Centre Départemental d'Archéologie du Finistère, le CFRA est intervenu pour établir un état des lieux de cette structure. Situé dans la microfalaise de la pointe nord fermant
  • que des photographies au Service Régional de l’Archéologie. Depuis 2012, l’érosion marine a continué de dégrader le monument. Le 22 février 2019, à la demande du Centre Départemental d'Archéologie du Finistère, le CFRA est intervenu pour établir un état des lieux de cette structure
  • ou qui les détiennent, au choix du demandeur et dans la limite de leurs conditions d’accueil. La mise en ligne des rapports par le SRA Bretagne a pour objectif de faciliter cette consultation. La consultation et l’utilisation de ces rapports s’effectuent dans le respect des
  • dispositions du code de la propriété intellectuelle relatives aux droits des auteurs. Notamment en application de l'article L.122-5 du code de la propriété intellectuelle, cela implique que : 1) les prises de notes et les copies ou autres formes de reproduction sont autorisées dans la
  • justifiées, par exemple par le caractère scientifique de l’œuvre à laquelle elles sont incorporées, et sous réserve de l’indication claire du nom de l’auteur et de la source (références exactes et complètes de l’auteur, de son organisme d’appartenance et du rapport); 3) la représentation
  • concernés, et que son utilisation ne donne lieu à aucune exploitation commerciale. Le non-respect de ces règles constitue le délit de contrefaçon prévu et sanctionné par les articles L.335-2, L.335-3 et suivants du code de la propriété intellectuelle. Renseignement : DRAC Bretagne : http
  • Dréan Commune de Trégunc Insee 29293……………………………………………………………. Site Antique de la Corniche…………………………………………………………………...…. Anciennes carrières 1 et 2 de Trévignon ……………………………………………………… Anciennes carrières de Kerboden…………………………………………………………...…… Bassin sur estran de Feunteunodou
  • Mez Dréan - N° EA 525753 - Rapport CFRA 2019 p. 40-55 Section AV Feuille 1 Parcelle 473 – Lieu-dit Mez Dréan Insee 29293 Trégunc Site Antique de la Corniche - Rapport CFRA 2019 p. 57-64 Section AN Feuille 1 Parcelle 94 – Lieu-dit Route de la Corniche Anciennes Carrières 1 et 2 de
  • Trévignon - Rapport CFRA 2019 p. 65-70 Estran de la parcelle 134, Section AM, Lieu-dit Trévignon Anciennes Carrières de Kerboden - Rapport CFRA 2019 p. 71-78 Estran de la parcelle 228 Section AK – Lieu-dit Kerboden Bassin sur Estran de Feunteunodou - Rapport CFRA 2019 p. 79-84 Estran de
  • surveiller en présence d’artéfacts insuffisants pour attester d’une réelle occupation (stratigraphies de falaises). Intervenir, en cas d'événements climatiques importants, sur les côtes du Finistère, à la demande du CDA 29 et du SRA Bretagne (constats, photos, plans, stratigraphies
  • , prélèvements …). Ce travail permet de compléter la CAN Bretagne en inspectant les « zones blanches » du littoral et de fournir un bilan de l’état de conservation des sites enregistrés anciennement. Tout mobilier recueilli avec l’autorisation du SRA Bretagne sera déposé au dépôt de fouilles
  • anciennes, (mémoires de Master 2 de Océane Spinelli Sanchez, 2018 et de Quentin Augel, 2019). L'équipe du Centre de Formation et de Recherches Archéologiques (CFRA - Association Loi 1901) est constituée de bénévoles formés à ce genre de recherche (24 ans de participation à la Carte
  • Peulvast Jean-Pierre Poulhazan Thierry Toularastel Jean-Pierre Nous sommes équipés de GPS et de tablettes (cartes, cadastres et photos satellites embarqués) facilitant la sauvegarde des données sur le terrain (enregistrement des screenshots et waypoints des artefacts ou structures
  • observés dans les zones prospectées). Nous bénéficions de l'aide de nombreux archéologues (CReAAH, CNRS, INRAP …) que nous remercions pour l'attention qu'ils portent à la formation des amateurs (Philippe Forré (INRAP Nantes), Cécile Le Carlier de Veslud (CNRS-CReAAH UMR 6566-Rennes 1
  • surveillée régulièrement Communes avec résultats positifs ayant fait l’objet d’un dossier de déclaration en 2019 Interventions ponctuelles 2019 à la demande du CDA 29 et du SRA Bretagne Découverte fortuite 7 BILAN DES PROSPECTIONS CFRA 2019 Ces prospections ont été menées
  • régulièrement en 2019 sur l’ensemble des zones littorales de Clohars-Fouesnant à Névez (sur les zones littorales cadastrées et les zones intertidales de ces communes). L’estran a été prospecté systématiquement par forts coefficients de marée. En parallèle, nous avons effectué la surveillance
RAP00900.pdf (le littoral breton. rapport de prospection inventaire.)
  • le littoral breton. rapport de prospection inventaire.
  • Bretagne. Revue d'Archéométrie, n°17 (sous presse). -13- DAIRE M.Y., 1993 b - Recherche archéologique sur les îles et le littoral de Bretagne. Bulletin annuel de la Société d'Archéologie et d'Histoire du pays de Lorient, p. 5-10. DE BEAULIEU F., 1991 - Bref inventaire du patrimoine
  • multiples îles et îlots des côtes françaises de la Manche et de l'Atlantique a pu être démontré par le passé, de manière ponctuelle (ex. Gavrinis ou Er Lannic, 56). Plus récemment, quelques études synthétiques ont montré que, de tous temps, les populations de la péninsule armoricaine se
  • chapelets d'îles et d'archipels, la Bretagne offre donc un terrain d'investigation particulièrement riche en matière d'archéologie littorale et rares sont les îles bretonnes qui n'ont à ce jour livré aucune trace d'occupation humaine, plus ou moins ancienne. De plus, l'intérêt de ces
  • publications Les opérations de prospection en cours font d'ores et déjà l'objet de publications sous forme d'analyses, méthodologiques notamment, et de synthèses provisoires. Certaines de ces publications paraissent dans le Bulletin de l'A.M.A.R.A.I. , dans la Revue Archéologique de l'Ouest
  • lieu à une publication finale ; il s'agit d'un volume, "L'île d'Ouessant depuis la préhistoire... (l'apport des prospections archéologiques)" qui parut au mois de décembre 1992 dans la collection "Patrimoine archéologique de Bretagne" (5 volumes parus), lancée par L'Institut
  • . 17-20. DAIRE M.Y. et LE BROZEC M., 1990 b - Un nouvel atelier de bouilleur de sel à Landrellec en Pleumeur-Bodou (22). Revue Archéologique de l'Ouest, n° 7, p. 57-71. DAIRE M.Y., 1990 c - Quelques aspects de l'archéologie des îles françaises de la Manche et de l'Atlantique
  • ., n° 19. DAIRE M.Y., 1991 c - Prospection archéologique aérienne dans le Léon. Bulletin de la Société archéologique du Finistère, T. CXX, p. 105-132. DAIRE M.Y. et LE BROZEC M., 1991 d - L'atelier de bouilleur de sel de Landrellec en Pleumeur-Bodou (Côtes d'Armor). Bulletin de
  • , n°5, p. 31-40. DAHtE M.Y., 1992 c - Une nouvelle campagne de prospection aérienne en Léon. Bulletin de la Société Archéologique du Finistère, T. CXXI, sous presse. DAH*E M.Y., 1993 a - Photographie aérienne à basse et/ou hgaute altitudes : exemples d'apports méthodologiques en
  • certainement, elle aussi, d'un apport très intéressant. L'exploitation systématique de la mission n° 8505 250 de l'I.G.N. a livré un total de 135 traces ou structures archéologiques (fig. 2B). L'objectif de la présente publication n'étant pas d'exposer l'inventaire exhaustif des traces
  • bretons L'arrière-pays léonard 2 3 MOYENS MIS EN OEUVRE et ORGANISATION DE LA CAMPAGNE DE PROSPECTION 1993 6 PRINCD7AUX RESULTATS DE LA CAMPAGNE 1993 8 LES PROLONGEMENTS DE LA PROSPECTION 10 PROGRAMME DE TRAVAIL A COURT TERME 11 Bibliographie 12 RESULTATS DES OPERATIONS DE
  • TERRAIN et LISTE DES SITES 14 L'arrière-pays léonard 15 Annexe 17 L'île de Batz 31 Inventaire des sites 42 Annexe 74 PREAMBULE Ce cinquième rapport des prospections réalisées sous la responsabilité de Marie-Yvane DAIRE (Chargée de Recherche au C.N.R.S., U.P.R. 403
  • , Laboratoire d'Anthropologie de l'Université de Rennes I) a pour but de présenter les résultats de la campagne de prospectioninventaire de 1993 qui, comme les années précédentes, fut un travail d'équipe. Ont participé à la campagne de prospection-inventaire 1993 : Florence MORET
  • informations et collaborations dans le cadre de l'opération touchant l'île de Batz (29). Le présent rapport s'articule selon deux thèmes de prospection-inventaire développés : - d'une part, la poursuite des recherches littorales et insulaires en Bretagne (engagées depuis plusieurs années
  • ) ; - d'autre part, la prospection systématique de l'arrière pays léonard (nord du département du Finistère), qui constitue un thème de recherche engagé depuis 1991 (Daire, 1991). -2- PROBLEMATIQUE et PRELIMINAIRES AUX RECHERCHES DE 1993 Les îles et le littoral bretons Un programme de
  • prospection-inventaire diachronique centré sur l'étude du peuplement humain sur le littoral breton au sens large (îles et côtes) a été mis sur pied dès la fin de Tannées 1988 (cf. Rapports de prospection de 1989, 1990, 1991 et 1992). En effet, l'intérêt archéologique présenté par les
  • sont établies dans des zones propices du bord de mer qui leur offraient des ressources alimentaires variées, un climat relativement clément et la possibilité de pratiquer des activités en liaison avec la mer, ce qui explique le grand nombre de sites archéologiques du littoral (au
  • sens large) de la péninsule armoricaine. Ainsi, à travers des prospections aussi systématique que possibles, il s'agit d'analyser ce fort potentiel archéologique en vue d'exploitations et d'études synthétiques sur des problèmes spécifiquement côtiers (exploitation des matières
  • premières lithiques littorales pendant la Préhistoire ; la production protohistorique du sel d'origine marine ; évolution des systèmes de pêcheries... etc.). En outre, le littoral que nous connaissons aujourd'hui ne ressemble pas forcément à celui des périodes passées, car des
  • régressions et transgressions marines se sont succédées pendant la Préhistoire, avec des variations du niveau marin et un déplacement progressif des rivages ; ce point est parfaitement illustré par les structures mégalithiques et les habitats préhistoriques submergés à l'heure actuelle
  • îles n'est pas uniquement quantitatif ; en effet, si la densité des sites côtiers est remarquable, la qualité de conservation des sites insulaires est souvent très bonne, voire excellente. En effet, le caractère insulaire actuel a permis à bon nombre de sites d'échapper aux
RAP01848.pdf (LA ROCHE-MAURICE. (29) "château du roc'h morvan". rapport intermédiaire 2002 de fp3 (2002-2004))
  • LA ROCHE-MAURICE
  • LA ROCHE-MAURICE. (29) "château du roc'h morvan". rapport intermédiaire 2002 de fp3 (2002-2004)
  • 15 FIXOT (M.), ZADORA-RIO (E.) (sous la dir.), L'environnement des églises et la topographie religieuse des campagnes médiévales, Document d'Archéologie Française, éditions de la maison des sciences de l'homme, Paris, 1994 ; DEBORD (A.), Aristocratie et pouvoir, le rôle du
  • , Société Archéologique du Finistère, 2 édition, 2002, p.368-372. Médiathèque de Nantes, Fonds Bizeul, 1689. 2 3 4 5 e 6 FINISTERE (29) JÈËÉÊÊP* • i^ffè vi* Localisation du château de la Roche-Maurice jfl. Autorisation N": 2002 014 Carte ION 1/25000° La Roche Maurice
  • château dans la France médiévale, édition préparée par André Bazzana et Jean-Michel Poisson, Picard, Paris, 2000. 16 PICHOT (D.), Le village éclaté, habitat et société dans les campagnes de l'Ouest au Moyen-Age, Presses Universitaires de Rennes, 2002 ; BRAND'HONNEUR (M.), Manoirs et
  • châteaux dans le comté de Rennes, habitat à motte et société chevaleresque du Xle au XHle siècle, les PUR, 2001 ; ZADORA-RIO (E.), "Système de peuplement, longue durée et effet de sources", dans La modélisation des systèmes de peuplement : débat à propos d'un ouvrage récent, "Des
  • la ville de Landerneau, Service du Patrimoine Historique, 2002., p. 9-13. LE PENNEC (S.), "Le réseau routier de la région à l'époque romaine", op-cit, 2002, p. 17. PICHOT (D.), Le village éclaté, habitat et société dans les campagnes de l'Ouest au Moyen-Age, Presses Universitaires
  • nécropole vicomtale. Les centres du pouvoir public s'établissent alors à Morlaix, Lesneven, Brest, Landerneau, Daoulas et Châteaulin. La nouvelle position centrale jouée par Landerneau demeure obscure, faute de documentation suffisamment précise. L'existence même du château de la Roche
  • -PASCUAL Frédéric BOUMIER INRAP DIRECTION INTERREGIONALE ORAND-OUEST , 37, rue du Bignon, 35577 CESSON-SEVIGNE SERVICE REGIONAL DE L ARCHEOLOGIE BRETAGNE Avenue Charles Foulon 35700 RENNES TABLE DES MATIERES FICHE SIGNALETIQUE 1 GENERIQUE 2 1 -HISTORIQUE 3 1 . 1 - L'ORIGINE DU
  • D'IMPLANTATION 3.1.1 - La vallée de l'Elorn, 3.1.2 - Le Léon, contexte 3.1.3 -Le 3.1.4- Xle contexte 8 géologique 8 archéologique ° siècle Le Xlle 9 siècle 9 3.1.5 - Le Xlle - XlIIe siècle 3.2 - ASPECT GENERAL 3.2.1 - L'habitat 3.2.2 - L'entrée 3.2.3 - La basse-cour
  • seigneurial (secteur (secteur 10 10 1) 10 2) 10 (secteur 3) H 3.3 - L'HABITAT SEIGNEURIAL (SECTEUR 1 ) 3.3.1 - Le donjon 3.3.2 - Le logis, description 3.3.3 - L'éperon nord, (zone 11 1) H générale description (zones générale 2 et 3) (zone 4) 4 - RESULTAT DE LA
  • RECHERCHE 12 13 13 bâti 15 4.2 - L A TOUR NORD (ZONE 4) 4.2.1-La 12 13 4.1 - LE LOGIS, SALLE NORD (ZONE 3) 4.1.1 - La fouille 4.1.2-Le 8 18 fouille 18 4.3 - CARACTERISATION DES PHASES D'OCCUPATION 4.3.1 - L'habitat 4.3.2 - La construction primitif. 4.3.3 - Une première
  • 4.3.4 - Les 4.3.5 - La destruction derniers 20 20 du deuxième logis 20 destruction travaux définitive 21 de rénovation et l'abandon 21 du château 5 - PROBLEMATIQUE DE LA RECHERCHE 5 . 1 - RÉNOVER UN HABITAT ARISTOCRATIQUE AU BAS MOYEN-AGE 5.2 - L ' ADAPTATION DE LA
  • d'ouvrage : Contraintes techniques : Surface estimée du site : Emprise fouillée : Fouille menée jusqu'au substrat Localisation de l'étude de bâti et de la fouille : Fouille programmée Conseil Général du Finistère Site d'éperon imposant un décapage manuel des stériles 700m 50m Non Logis
  • , salle nord, 1er niveau Tour nord, salle polygonale, 1er niveau 2 2 RESULTATS Chronologie : Vestiges mobiliers : Vestiges immobiliers : Lieu de dépôt de la documentation Lieu de dépôt du mobilier : Moyen-Age Céramiques, fer, bronze, faune animale Courtines, tours, donjon SRA
  • Rennes Base archéologique INRAP de Longèves (85) Résumé L'étude des vestiges du logis en 2001 a mis en valeur trois phases principales de construction. La première est marquée par la construction du donjon avant le Xllle siècle. La seconde voit l'édification des courtines est et
  • ouest, liée à la construction de la tour nord, entre le Xllle et le XlVe siècle. La troisième se distingue par la reconstruction du logis dans le courant du XVe siècle. La fouille de la tour nord a livré cette année deux niveaux d'occupation séparés par un niveau de cendre très riche
  • en bois calciné. L'ultime aménagement résidentiel de la tour est lié à la réfection complète du logis. Celui-ci est divisé en deux salles éclairées par de belles croisées et chauffées par deux cheminées adossées au centre du mur de refend. La dernière occupation est caractérisée
  • par une mauvaise reprise du foyer de la cheminée nord et par l'installation d'un sol en terre battue. La démolition de l'ensemble est provoquée par un deuxième incendie, beaucoup plus violent que le premier, qui couvre la totalité du site et le ruine définitivement. Le mobilier
  • exhumé permet de situer l'incendie entre la seconde moitié du XVe et la première moitié du XVIe siècle. GENERIQUE PARTENAIRES MINISTERE DE LA C U L T U R E DRAC Bretagne Service Régional de l'Archéologie Stéphane DESCHAMP, Jean-Yves TINEVEZ Avenue Charles Foulon 35 700 RENNES tél
  • AGUESSE Michel BAYEUX 37, rue du Bignon, CS 67737, 35 577 CESSON-SEVIGNE tél. : 02.23.36.00.40 - Fax : 02.23.36.00.50 COMMUNE DE LA ROCHE-MAURICE M. le Maire Jean-François JAOUANET M. le président de l'association des amis du château de Roc'h Morvan, Roger BRAZ 29 800 LA ROCHE
  • en brèche par l'historien Audren de Kerdrel qui, sur l'interprétation de la chronique d'Ermold-le-Noir rédigée au Xème siècle, réussit à situer la résidence du roi dans le Morbihan et non à la Roche-Maurice . Un autre historien, Jean Bazin, propose d'attribuer l'origine de
RAP01970.pdf (LE QUIOU (22). la villa gallo-romaine de la gare. rapport intermédiaire 2002 de fp 3 (2002-2005))
  • LE QUIOU (22). la villa gallo-romaine de la gare. rapport intermédiaire 2002 de fp 3 (2002-2005)
  • historique de notre société et de nos racines. Le fruit de ces travaux nous le devons aux personnes conscientes de la richesse et de la fragilité de ce patrimoine qui mérite d'être préservé pour les générations futures. Ce sont les financeurs : le conseil général et le conseil régional
  • ) Christophe Requi (Responsable d'opération INRAP et UMR 5608) I N T E R V E N A N T S ADMINISTRATIFS (par ordre alphabétique) Propriétaire de la parcelle fouillée Conseil Général des Côtes d'Armor INRAP Grand Ouest Gilbert Aguesse (directeur interrégional) Michel Bailleu (adjoint
  • scientifique et technique) SRA de Bretagne Jean-Pierre Bardel (ingénieur) Stéphane Deschamps (conservateur régional) Yves Menez (conservateur) TABLE DES MATIÈRES DESCRIPTION DE L'OPÉRATION 15 Nature et importance scientifique du site Programme de recherche pour les années 2002-2004 la
  • CAMPAGNE DE 2 0 0 4 . 58 55 55 55 57 57 57 57 57 57 PERSPECTIVES D'INTERVENTION POUR 2 0 0 4 ET DE POURSUITE DU PROGRAMME DE RECHERCHE SUR LA VILLA. 58 LES ÉTUDES COMPLÉMENTAIRES 59 BIBLIOGRAPHIE 60 TABLES DES ILLUSTRATIONS 62 ANNEXE: DIAGRAMME STRATIGRAPHIQUE 65 34 35 35
  • ). Un cliché, réalisé le 24 juin 1989 par Loïc LANGOUET (Centre Régional d'Archéologie d'Alet), montre le plan d'une villa rurale d'au moins un hectare et demi de superficie, une des plus grandes connues en Bretagne. Organisée autour de deux cours en enfilade, la partie ouest est
  • et une présentation des vestiges au public. Cette volonté de présentation rapide au public, si elle n'est que peu contraignante pour la fouille elle même, implique d'ouvrir et d'étudier des ensembles cohérents. À cet effet, les trois années de fouille s'inscrivent dans un
  • LE QUIOU (Côtes d'Armor) Site n° 2 2 263 > 001 X m La villa gallo-romaine de la gare Fouilles archéologiques programmées Rapport intermédiaire Seconde Année,été 2003. a » • I IE4C g» Iï
  • . 84. 59.00 RAP OOI2(t Année 2003 M JH LE QUIOU Côtes d'Armor (22) La Villa gallo-romaine de la Gare Site n° 22 263 001 A H Rapport préliminaire de fouilles archéologiques programmées Seconde année, Eté 2003. Autorisation n° 2 0 0 2 - 0 4 5 Par Jean-Charles A R R A M O N D
  • , Christophe R E Q U I Françoise L A B A U N E et Thomas A R N O U X Toulouse, Janvier 2004 REMERCIEMENTS Une fouille archéologique procède avant toutes choses d'un travail d'équipe et de collaboration dont le seul but est d'apporter une petite pierre à l'édifice de la connaissance
  • , les scientifiques en charge de la conservation du patrimoine, et les fouilleurs. Nous leurs témoignons notre reconnaissance pour l'énergie qu'ils déploient sans compter pour ce projet de recherche. Nous remercions bien sûr les habitants du Quiou et des alentours pour leur accueil
  • souvent chaleureux et l'intérêt qu'ils nous portent. Avis au lecteur Le présent rapport comporte les résultats d'une opération de fouille archéologique. Les rapports constituent des documents administratifs communicables au public, après remise au Service Régional de l'Archéologie
  • , suivant les dispositions de la loi modifiée n° 78753 du 17 juillet 1978. Aux termes de la circulaire de mars 1996, prise pour application, ils pourront donc être consultés en respect des droits de propriété littéraire et artistique possédés par les auteurs et des contraintes qui en
  • résultent. Les prises de notes et les photocopies sont autorisées pour un usage exclusivement privé et non destinées à une utilisation collective (article L122-5 du code de la propriété intellectuelle). Toute reproduction du texte, accompagnée ou non de photographies, cartes ou schémas
  • , n'est possible que dans le cadre du droit de courte citation, avec les références exactes et complètes de l'auteur et de l'ouvrage. Par ailleurs, l'exercice du droit à la communication exclut, pour ses bénéficiaires ou pour les tiers, la possibilité de reproduire, de diffuser ou
  • d'utiliser à des fins commerciales les documents communiqués (loi n° 78-753 du 17 juillet 1978, art. 10). FICHE SIGNALETIQUE LOCALISATION DE L'OPERATION Site n°: 22 263 001 AH Lieu dit ou adresse : La Année cadastre : 1983 Coordonnées Lambert : Zone : Altitude : 20 m x = 277,825
  • : 1200 m1 Surface des bâtiments de la Villa : 20 000 m 2 Surface estimée du site : 100 000 m 2 (dans la ou les parcelles concernées par l'opération) RESULTATS SCIENTIFIQUES M O T S CLES : - Chronologie : Antiquité - Vestiges immobiliers : Villa, thermes - Vestiges mobiliers
  • / nbre de planches : 18/ GENERIQUE DE L'OPERATION I N T E R V E N A N T S SCIENTIFIQUES (par ordre alphabétique) Direction scientifique : Jean-Charles Arramond (adjoint scientifique et technique, INRAP et UMR 5608) Stéphane Deschamps (conservateur régional, SRA de Bretagne et UMR
  • 6566) Yves Menez (conservateur, SRA de Bretagne et UMR 6566) Christophe Requi (Assistant d'études INRAP et UMR 5608) P H A S E TERRAIN Responsable d'opération Jean-Charles Arramond Christophe Requi Etude du mobilier : Françoise Labaune Etude de la Faune: Isabelle Rodet belarbi
  • campagne de fouille 2003 Structure du rapport 15 15 15 17 L'ENREGISTREMENT DES DONNÉES DE TERRAIN 17 DESCRIPTIONS ET PREMIÈRES INTERPRÉTATIONS DES VESTIGES 18 La phase F Premières hypothèses Une nouvelle piste de réflexion... La phase E Premières hypothèses La phase D L'espace
  • d'accueil L'espace de bains 18 18 21 22 22 22 22 25 Les pièces chaudes 31 et 19. L'unité d'habitat 17 L'unité d'habitat 18 25 26 26 Les espaces de services Le praefurnium Les constructions accolées aux thermes Le Mobilier céramique Conclusion La Phase C : le second établissement
RAP01886.pdf (LE QUIOU (22). la villa gallo-romaine de la gare. rapport intermédiaire de fp3 2002-2004)
  • LE QUIOU (22). la villa gallo-romaine de la gare. rapport intermédiaire de fp3 2002-2004
  • résultats d'une opération de fouille archéologique. Les rapports constituent des documents administratifs communicables au public, après remise au Service Régional de l'Archéologie, suivant les dispositions de la loi modifiée n° 78-753 du 17 juillet 1978. Aux termes de la circulaire de
  • ,EMRAP) Christophe Requi (responsable d'opération INRAP et UMR 5608) INTERVENANTS ADMINISTRATIFS (par ordre alphabétique) Propriétaire de la parcelle fouillée Philippe Delaroche INRAP Grand Ouest Gilbert Aguesse (directeur interrégional) Michel Bailleu (adjoint scientifique et
  • I O N 4.3 L ' I N S T R U M E N T U M ET L A V E R R E R I E 4.4 PREMIERS ELEMENTS DE CONCLUSION 22 25 4.3.1 Le verre 4.3.2 Le mobilier métallique 4.3.3 La tabletterie 25 26 26 5 CONCLUSION GENERALE 27 6 PERSPECTIVES 27 7 BIBLIOGRAPHIE 28 TABLES DES
  • LANGOUET (Centre Régional d'Archéologie d'Alet), montre le plan d'une villa rurale d'au moins un hectare et demi de superficie, une des plus grandes connues en Bretagne. Organisée autour de deux cours en enfilade, la partie ouest est occupée par l'habitat résidentiel (pars urbana
  • fouilles, a décidé l'achat des terrains concernés par le site pour une mise en valeur et une présentation des vestiges au public. Cette volonté de présentation rapide au public, si elle n'est que peu contraignante pour la fouille elle même, implique d'ouvrir et d'étudier des ensembles
  • , grange, thermes, maison, bâtiment public etc... Cette subdivision 1 Document Final de Synthèse, La villa gallo-romaine delà gare, 2001, 7 des informations archéologiques impose une description rigoureuse des vestiges à chacune des étapes de l'enregistrement et permet de placer
  • LE QUIOU (Côtes d'Armor) La villa gallo-romaine de la gare Site n° 22 263 001 Fouilles archéologiques programmées Rapport intermédiaire Première Année,été 2002. 1- •i n0 11(««8t i1 1 f I 4 I E • T I I E I INRAP Antenne GrandOuent CS 67737 - 35577 CESSON SE PIGNE Cédex
  • tét 02.23. 36. 00. 40 DRAC 6 rue du Chapitre 351)44 RENNES Cille* Service Régional de l'Archéologie tek 02.99. 8 4 . 5 9 . 1 » Année 2002 M% J.-Ch. ARRAMOND - Ch. REQUI, F. LABEAUNE - Th. ARNOUX LE QUIOU Côtes d'Armor (22) La Villa gallo-romaine de la Gare Site n° 22 263 001
  • non destinées à une utilisation collective (article L122-5 du code de la propriété intellectuelle). Toute reproduction du texte, accompagnée ou non de photographies, cartes ou schémas, n'est possible que dans le cadre du droit de courte citation, avec les références exactes et
  • complètes de l'auteur et de l'ouvrage. Par ailleurs, l'exercice du droit à la communication exclut, pour ses bénéficiaires ou pour les tiers, la possibilité de reproduire, de diffuser ou d'utiliser à des fins commerciales les documents communiqués (loi n° 78-753 du 17 juillet 1978, art
  • . 10). FICHE SIGNALETIQUE LOCALISATION DE L'OPERATION Siten :22 263 001 AH Département : Côtes d'Armor - 22 Commune : Le Quiou Lieu dit ou adresse : La Gare Année cadastre : 1983 Section(s) et parcelle(s) : A201,A206,A207,A208,A209,A210,A211 Coordonnées Lambert : Zone : Altitude
  • l'opération : Programme de recherche P.20 Crédit Année 2002 : 54 866 euros Surface fouillée ou reconnue : Année 2000 : 300 m - Année 2001 : 1000 m " Année 2002 : 500 m Surface des bâtiments de la Villa : 20 000 m Surface estimée du site : 100 000 m (dans la ou les parcelles concernées par
  • archéologiques programmées - Année 2002/ Nombre de volumes : 1 nbre de pages : 33 p. nbre de fïg : 8 nbre de photos : 20 / nbre de planches :13 / 3 GENERIQUE DE L'OPERATION INTERVENANTS SCIENTIFIQUES (par ordre alphabétique) Direction scientifique : Jean-Charles Arramond (adjoint
  • INTERPRETATIONS DES VESTIGES 8 1.1 1.2 1.3 3 NATURE ET IMPORTANCE SCIENTIFIQUE DU SITE PROBLEMATIQUE DE RECHERCHE POUR LES ANNEES 2002-2004 LOCALISATION DE LA CAMPAGNE DE FOUILLE 2002 3.1 LA PHASE D 3.2 LAPHASEC 3.3 LAPHASEB 3.4 LAPHASEA 4.1 LE MOBILIER CERAMIQUE 3.1.1 3.1.2
  • 3.1.3 3.1.4 3.2.1 3.2.2 3.2.3 3.2.4 4 4.2 L'unité d'habitat 19 L'unité d'habitat 17 L'unité d'habitat 18 Conclusion provisoire L'espace de Bains Les espaces d'accueil et d'agrément Les espaces de services La phase C : trois états d'utilisation des thermes 6 7 7 8 8 9 9 9 9 10
  • 12 13 15 15 3.3.1 L'unité d'habitat 20 3.3.2 Etat de l'interprétation 15 15 ÉTUDE DU MOBILIER 16 4.1.1 4.1.2 4.1.3 4.1.4 4.1.5 4.2.1 4.2.2 4.2.3 4.2.4 16 16 Phase C : unité d'habitat 4 -le mobilier des couches 2052 et 2059 Phase A : le mobilier de la couche 2043 Phase
  • A - Unité d'habitat 11-Fosse 72 : le mobilier de la couche 2045 Le mobilier particulier Synthèse 16 19 20 21 22 Les éléments de toiture Les éléments liés au système de chauffage Les éléments architecturaux particuliers Le décor 22 22 23 23 LES M A T E R I A U X D E C O N S T R U C T
  • ILLUSTRATIONS 27 32 5 1 1.1 DESCRIPTION DE L'OPERATION NATURE ET IMPORTANCE SCIENTIFIQUE DU SITE La villa gallo-romaine de la Gare, près du bourg du Quiou au sud de Dinan dans les côtes d'Armor, est connue depuis le XIXe siècle (Figure 1). Un cliché, réalisé le 24 juin 1989 par Loïc
  • ) caractérisé par une cour fermée d'environ 2000m bordée sur trois côtés par des bâtiments. La partie est, la pars rustica, est soit moins bien conservée soit en partie construite sur ossature boisée, car son emprise est peu lisible sur le cliché de Loïc LANGOUET. L'édifice situé dans
  • l'angle nord-est en saillie au nord de la pars rustica est un ensemble thermal. La villa se situe au cœur d'une dépression renfermant des faluns meubles (sables coquilliers) parfois consolidés donnant un matériau propre à la taille (pierres de jauge). Ce sédiment reconnu sous les
RAP02277.pdf (PLOUHINEC (29). la sépulture mégalithique de Drégan. rapport de sondages 2007)
  • PLOUHINEC (29). la sépulture mégalithique de Drégan. rapport de sondages 2007
  • territorial du Patrimoine, responsable du Centre départemental d'archéologie du Finistère et responsable scientifique du chantier. Les bénévoles qui ont participé à la campagne sont les suivants, par ordre alphabétique : BEDARIDA Sandra, étudiante en master de biologie (Paris VI) CONAN
  • LA SEPULTURE MEGALITHIQUE DE DREGAN EN PLOUHINEC (Finistère) Numéro de site : 29 197 006 DFS DE SONDAGES (02/07/2007 - 27/07/2007) MICHEL LE GOFFIC d **C*RA Conseil Général du Finistère Service Départemental d'Archéologie - 2007 - 1 IZVt SOMMAIRE 1. Fiche signalétique 3
  • d'archéologie du Finistère, 16, route de Térénez, 29590 Le Faou. REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES DU DFS Année : 2007 Auteur (Nom et Prénom) : LE GOFFIC Michel Collaborateur : GRALL Bertrand Titre : La sépulture mégalithique de Drégan en Plouhinec (Finistère) Sous-titre : D.F.S. de sondages (02
  • ». Les deux autres dolmens cités sont très vraisemblablement ceux des cairns du Souc'h qui ont conservé leurs tables de couverture, à savoir la sépulture à entrée latérale du cairn nord dont la table était incliné à 45° et le couloir d'un dolmen compartimenté du cairn sud qui
  • a conservé une table de couverture, près du corps de garde. Ce qui est surprenant, c'est que la longueur de l'enceinte donnée par le Chevalier de Fréminville ne correspond pas à celle que nous venons de mesurer, puisque celle-ci peut être 7 évaluée à 120 m, par extrapolation compte
  • commune d'Esquibien, « les deux dolmens de Keriapok à Porspéré, dont les tables, malgré leurs dimensions énormes de 4 m de côté, servaient aux Korriquets à jouer aux palets, par le travers de la baie, sur les dolmens et les menhirs du Soc'h, en Plouhinec » (Le Carguet, 1888 ;Kermel
  • et un vase ornementé à l'angle (ongle ?)» et que le site était un tumulus complexe, contenant une allée couverte aux piliers de 1,50 à 1,70 m de hauteur reliés par de la maçonnerie et possédant trois tables de couverture de 2,40 m à 3 m ; au nord du tumulus se trouvait deux lignes
  • final, Chalcolithique, Protohistoire [Bronze et Fer], Antiquité et Moyen Age). Datation absolue par la méthode du radiocarbone. - Consolidation et restauration partielle en vue d'une présentation au public. 5. Moyens mis en œuvre La campagne de fouille 2007 a été réalisée au début
  • départemental d'archéologie, les autres personnes qui ont travaillé sur le chantier ou lors de la post-fouille l'ont fait à titre bénévole. 11 Le matériel utilisé a été celui du Service départemental d'archéologie, sauf mention spéciale. Avant la mise en place du chantier un lever
  • pierres provenant sans doute de la masse du cairn basai du tertre lors de travaux agricoles mécanisés. 7.3 Transect J 10-15 Ce transect est parallèle au précédent et se trouve en avant des deux piliers et de la table de couverture visibles à l'est du monument. Le choix de cet
  • éclaircie. La partie centrale du monument est effondrée et deux tables de couverture semblent superposées. Celle qui vient en recouvrement présente d'ailleurs des traces de chocs violents qui ont enlevé quelques éclats le long d'un des bords. Il est à espérer que cet effondrement est
  • . Bibliographie 32 10. Remerciements 33 11. Annexe : inventaire du mobilier lithique découvert 33 2 FICHE SIGNALETIQUE LOCALISATION DE L'OPERATION Site n°: 290197 006 Département : Finistère Commune : Plouhinec Lieu-dit ou adresse : Drégan, 37, rue de la corniche Année cadastrale
  • Finistère Propriétaires du terrain : BOSSER Jean-Claude, 31 avenue Georges Le Bail, 29710 PLOZEVET Protection juridique : Néant Motif de l'opération : Etude de la dernière phase de la nécropole mégalithique complexe de la pointe du Souc'h Maître d'ouvrage : Conseil Général du Finistère
  • /07/2007-27/07/2007). Nombre de volume(s) : 1 ; nombre de pages : ; nombre de figures : 11 ; nombre de photos :12 3 2. Localisation Plouhinec est une commune du littoral de la baie d'Audierne, à l'entrée du Cap Sizun, limitée à l'Ouest et au Nord par le Goyen, petit fleuve
  • Kergangnou bordé de deux petites dépressions orientées nord-sud qui aboutissent à la côte rocheuse à Poulc'hangnou (ou Poulgangnou) et Pouldon . Fig. 1 : Carte détaillée du Menez Dregan en Plouhinec (Finistère) La pointe du Souc'h (ou Beg ar Souc'h) est elle-même une éminence rocheuse
  • séparée de Kergangnou par le vallon de Poullobos (la signification de Poullobos pourrait provenir de poull ar bos voulant dire la mare de la bosse ; il existe, en effet, un endroit humide au fond du vallon et la bosse en question serait tout simplement l'éminence correspondant à la
  • masse des deux cairns du Souc'h). Elle domine la plage de Guendrez où se jette le ruisseau de Saint They qui forme la limite occidentale du Menez Dregan ; elle se trouve à 3 km au sud-sud-est de l'église de Plouhinec et à 900 m à l'ouest de Porz-Poul'han (fig. 2). De cet endroit
  • on découvre toute la baie d'Audierne, de la pointe de Penmarc'h à l'Ile de Sein, au-delà de la pointe de Lervily en Esquibien. C'est sur le sommet topographique que se trouve le complexe mégalithique du Souc'h, formé d'au moins deux ensembles de dolmens à chambres compartimentées et
  • d'autres sépultures dont celle qui est l'objet des sondages de cette campagne. Les références cadastrales sont les suivantes : année 2005, section ZW, parcelle 104 (fig. 3). Cette parcelle est la propriété de M. Jean-Claude BOSSER, résidant 31 avenue Georges Le Bail, 29710 PLOZEVET. Les
  • trouve sur la ligne de crête qui domine le bassin versant du ruisseau de Saint-They et la vue s'étend donc sur toute la basse vallée de ce cours d'eau. ,'HesvoualcTi) r Paulguidou m ï n T & A N E tesvoalk' s ,r.Ç.^ Kersandy Uréhouîiên. PV de Sovç'h Fig. 2 : Extrait de la