Rechercher sur le site

  • Chercher les documents contenant un mot OU un autre : tapez simplement les mots à la suite => bracelet bronze
  • Chercher les documents contenant un mot ET un autre : utilisez le mot-clef AND => bracelet AND bronze
  • Chercher les documents contenant une expression exacte : taper l'expression entre guillemets => "bracelet en bronze"

Limiter votre recherche

Auteur
Type d'opération
Commune
Département
Date (Année)

278 résultats Exporter les résultats

Trier par Titre : ascendant / descendant
RAP00862.pdf (CARHAIX (29). "rue des Augustins". rapport de sondage)
  • CARHAIX (29). "rue des Augustins". rapport de sondage
  • RAPPORT DE SONDAGES Situation : Commune : Lieu Cadastre : Coordonnées Lambert : n° carte archéologique : n° autorisation CARHAIX-PLOUGUER Le Bourg - rue des Augustins AN 845p x=161,950 y=1080,450 29 024 019 AH 91-13 AH Des sondages mécaniques déstinés à l'établissement
  • Residence S.C.I. Du PLOUGUER CENTRE o 25m COMMUNE Rue des DE CARHAIX_ PLOUGUER Augustins PROPRIETE QUENEA S e c t i o n : AN n°845p i 3600 m2 E NVIRON
RAP02102.pdf (FLEURIGNÉ (35). "le prieuré". dfs de diagnostic)
  • siècle par l'ordre mendiant des Augustins 3 Banéat, P., 1928, Le Département de Nlle-et-Vilaine, histoire, archéologie, monuments, Mayenne, 1994, T. Il, P 12-17 Pouillé de Rennes, in Banéat, op. cit. 2 8 napoléonien où la parcelle porte un ensemble Figure 3 - Extrait du
  • Plouagat (22) qui dépendait de l'abbaye de Beauport, daté du XIIle siècle Banéat, 1928, opus cit., p. 12, situe le prieuré au village de "Lourre" où une chapelle était signalée. Le chanoine Guillotin, opus cit., situe également le prieuré à Lourre 6
RAP01596.pdf (CARHAIX-PLOUGUER (29). 1 rue Bazeilles. rapport de diagnostic)
  • 2, rue des Augustins en 1989 (fig. 4). La première s'est limitée à un diagnostic de 2 jours pendant lequel Michaël Batt a noté la présence d'un important bâtiment gallo-romain parfaitement aligné sur les points cardinaux. La seconde intervention a été réalisée par M. Le Goffic
  • 5 à 6 assises. Egalement large de 2 pieds, la construction se compose de deux parements en plaques de schiste liés avec du mortier. La dernière assise conservée est disposée en épi (opus spicatum). L'ensemble s'appuie sur un radier de fondation composé de petites pierres. Un sol
RAP00640.pdf (CARHAIX (29). " 2, rue des Augustins". rapport de sauvetage urgent)
  • CARHAIX (29). " 2, rue des Augustins". rapport de sauvetage urgent
  • RAPPORT BE FOUILLE DE SAUVETAGE URGEiMT VESTIGES GALLO-ROMAINS EU NUMERO RUE DES AUGUSTINS/ SITE AUTORISATION RESPONSABLE CARHAIX. (FINISTERE). 29.024,012. N° N° 89. 2, AH. AH. M I C H E L LE G O F F I C ARCHEOLOGUE DEPARTEMENTAL DU FINISTERE. RAPPORT BE FOUILLE
  • André R A H E R , faisant le 12 J a n v i e r surface 13 et suite Monsieur Direction Bretagne^suite de- Augustins à C A R H A I X , Finistère, effectuée moi-même de à l'assiette le S e r v i c e de visite sauvetage de a été Monsieur, par entreprise la c o n s
  • s'appelait vieux autrefois chemin "an reliait hent Koz", la p l a c e du soit Champ Bazeilles. Références cial Augustins Lambert y sont les = 1 081,340 z cadastrales fouillé 35 m 2 . : section correspond (Voir fig.1 = : 140. A D , à celui «t-^, suivantes
  • réalisation d'une fouille de sauvetage archéologique à : Département : Finistère Commune Lieu-dit : N° de site: 2 rue des Augustins : CARHAIX 29.024.012 Cadastre année : Section, parcelles : AD Coordonnées Lambert Zone : Ax: 161,5 Ay : (412) 1 Altitude : 1081 150 m
  • By : Bx : sur un terrain appartenant à M. André RAHER demeurant à 2 rue des Augustins, 29270 CARHAIX NATURE DU GISEMENT ET PERIODES : Substruction maçonnées (Gallo-romain) Lieu de dépôt pour étude : Service Départemental d'Archéologie Lieu de conservation — : Dépôt de fouilles
  • dit : / / 1 1 1 0 / Nom du site ou adresse ; 2 Rue / / 1 1 2 0 / CADASTRE 1972 Année : / / 1 1 4 0 / POSITION des Augustins. / _ADJAJ2)_._ Section(s) et Parcelle(s) : TOPOGRAPHIQUE Altitude N.G.F. : / / 1 1 5 d / COORDONNÉES ._/ 740 LAMBERT r i ÎX! Précises Abscisse
RAP03797 (CARHAIX-PLOUGUER (29). Cœur de Ville, phase 1, Place de Verdun, Per Jakez Hélias et Champ de foire. rapport de diagnostic)
  • , Cœur de ville, phase 1 Trois autres rues sont, en revanche, parfaitement attestées autour de la place du Champ de foire grâce à la découverte de tronçons mis au jour au 2 rue des Augustins (Le Goffic 1993), dans l’impasse de l’aqueduc romain (Le Cloirec 1999) et rue Albert
  • probablement le souvenir de l’ouvrage, déjà largement démantelé au xvie s. II. Résultats 29 couvent des Augustins emprise des zones de prescription édifice religieux axes principaux de la ville médiévale et moderne maison en pan de bois (XVIe - XVIIIe siècle) muraille attestée
  • rue Brizeux (ancienne rue du Pavé) et la rue du Général Lambert (ancienne rue des Augustins). Nous aurions tendance à y ajouter la rue Anatole Le Braz (ancienne rue des Trois Chapelles) car cet axe était déjà une rue majeure de la ville antique et que la chapelle St Quijeau, plus
  • ² localisée de part et d’autre de l’église Saint Trémeur. L’autre se situe à l’est du couvent des Augustins qui a été lui-même implanté en périphérie nord-est de l’agglomération au XIVe siècle. 1.2.3 L’environnement archéologique de la place de Verdun Fig. 7 Emprise de la prescription de
  • diamètre» (Louis Rolland, 1900). 4 - «blocs de pierre de forme rectangulaire» (Roger Guenver, 1978). 5 - vestiges gallo-romains (Sanquer, 1976). 6 - colonne dans une cave (anonyme, 1999). 7 - couvent des Augustins (XIVe s.) Fig. 13 Mentions de découvertes autour de la place du Champ de
  • , la proximité du couvent des Augustins (XIVe s.) dont l’enclos se cale entre deux rues cardinales antiques (fig. 13, n° 7) 1.3. Problématiques et méthodologie 1.3.1 Implantation des sondages Le fait d’intervenir sur trois espaces publics très utilisés par la population de Carhaix
RAP00367.pdf (RENNES (35). les portes Mordelaises. rapport de sauvetage urgent)
  • n'a pu être déterminée. P . 97 à 135 I ! i I I •a 1 * i s profils de la meurtrière EST Rempart antique : Mur en opus mixtum au dessus d'une pierre de fondation (bloc en remploi) Rempart antique : structure interne à appareil en opus spicatum La moitié Sud de la
  • meurtrière ayant été percée directement dans l'épaisseur du mur, son architecture interne a pu être observée, elle est composée d'un blocage grossier de petits moellons disposés toutefois en plusieurs secteurs, en " OPUS SPICATUM ". Cette élévation du mur pourrait également appartenir au
RAP00181.pdf (GUELTAS (56). Klebzur. rapport de sauvetage urgent.)
  • CIRCONSCRIPTION BORDEREAU RECAPITULATIF HISTORIQUE w..pjfciepA&. Data d'envol RAPPORT DE. fJW it LX5 .Dk«ÂtlM£IMSE* •««». LOCAtlSATION NORBIHAN : Département. : Commune. GUELTAS t Lleudlt : du cadastre. KLEBZUB S I.G.N. KLEBZUR local. KLEBZUR ZU 5 Cadastre
  • bénévole de M. P. Ridard et D. Pouillé, étudiants. Localisation : Département : Morbihan Commune : GUELTAS Lieu-dit : Clebzur Cadastre 1982 : ZU 5 Coordonnées Lambert : II, zone centrale x = 217,725 y - 353,175 numéro de site (F.D.S.A.) : 56 2 26 072 001 Le souterrain Il se situait
RAP03008 (RENNES (35). prospections sur le tracé de la première enceinte de Rennes. rapport de pt 2014)
  •  

inclusions  

de  

terre  

cuite Etat  

4  

(contemporain) Inexistant Opus  

Mixtum Non  

renseigné Opus  

Spicatum Non  

renseigné Bibliographie Banéat  

1911,  

p.  

120 Etat 3 105 Conditions d’utilisation des
  •  

liées  

à  

la  

terre,  

granulométrie  

fine,  

contenant des  

nodules  

de  

chaux Etat  

4  

(contemporain) Inexistant Opus  

Mixtum Non  

renseigné Opus  

Spicatum Non  

renseigné Bibliographie
  • ) Inexistant Opus  

Mixtum Opus  

Spicatum Bibliographie Remanié Non  

renseigné Banéat  

1911,  

p.  

265 Etat 3 115 Rue du Champ-Jacquet N Chapelle Saint-James Tour Saint-James Rue des Changes Porte Rue du P uits d u M es Jacquet n il Rue
  •  

chaux Opus  

Mixtum Non  

renseigné Opus  

Spicatum Non  

renseigné Bibliographie Banéat  

1911,  

p.  

465 Etats 2 et 4 126 N N Ru e de la Ru e Por te la Po r te S ai nt - Miche l int-Miche Sa l de Porte Saint-Michel Porte
  •  

chaux  

jaune  

clair  

contenant  

de  

nombreux  

galets  

alluvionnaires Etat  

4  

(contemporain) Inexistant Opus  

Mixtum Non  

renseigné Opus  

Spicatum Non  

renseigné Bibliographie Banéat  

1911
  •  

pourpre  

et  

briovérien,  

peu  

assisé, lié  

au  

mortier  

de  

chaux Etat  

4  

(contemporain) Inconnu Opus  

Mixtum Oui Opus  

Spicatum Non Bibliographie Banéat  

1911,  

p.  

264 Etat 1 141 N
  • réglage liée au mortier de tuileau ES LIC PLACE RALLIER DU BATY Opus mixtum lié au mortier de tuileau 144 Rennes, 9 rue Rallier du Baty, colonisation des ouvrages défensifs par des particuliers à l’époque moderne Corbeaux remontés Coup de sabre lié à l’implantation d’une
  • de schiste ou de grès 147 PLACE DES LICES N Rennes, 9 rue Rallier du Baty, reprise médiévale dans l’enceinte antique ES ED ES LIC C PLA PLACE RALLIER DU BATY 3 2 1 1 Assise de réglage 2 Opus mixtum 3 Reprise médiévale utilisant des matériaux antiques en remploi
  • , constitué d’une assise de réglage en briques liée au mortier de tuileau permet de pallier les irrégularités topographiques. Il est plus important du côté sud (le côté le plus bas topographiquement) que du côté nord. L’élévation est composée d’un appareil en opus mixtum. Cet appareil, lié
  •  

renseigné Datation  

estimée Fin  

XIXe Petit  

appareil  

de  

schiste  

en  

opus  

spicatum  

lié  

au  

mortier  

de  

chaux  

à  

forte granulométrie Etat  

2  

(médiéval) Inexistant Etat
  •  

3  

(moderne) Inexistant Etat  

4  

(contemporain) Moyen  

appareil  

de  

schiste  

pourpre  

et  

briovérien  

lié  

au  

mortier  

de  

chaux jaune  

clair Opus  

Mixtum Non  

renseigné
  • Opus  

Spicatum Non  

renseigné Bibliographie Banéat  

1911,  

p.167 Etat 4 7 0 10 20 30 La Vilaine Tour encore en élévation Emplacement d’une ancienne porte médiévale Element défensif encore en élévation Tracé supposé Bâti existant en 2014 Bâti
  • droit de l’image un appareil en opus spicatum, témoin de la conservation en élévation de l’enceinte antique. 11 12 3 4 ADIV, 8Fi233, Démolition de la tour du Fourgon, Cliché d’Auguste Le Couturier, 1909 Cliché de l’hôtel Léofanti, occupant l’emplacement de la tour du Fourgon
  • -médiévale. En réalité les maçonneries en opus spicatum observées constituent l’emplecton de l’enceinte antique. La courtine attenante et peut-être même la tour pourrait donc remonter au Bas Empire. Les prospections dans l’immeuble occupant l’ancien emplacement de la tour du Fourgon se
  • ,  

quai  

Duguay-­Trouin Etat  

de  

l'enceinte En  

élévation Elément  

défensif Courtine Datation  

estimée Bas  

Empire,  

médiévale Petit  

appareil  

de  

schiste  

en  

opus  

spicatum  

recouvert
  • ) Inexistant Etat  

4  

(contemporain) Inexistant Opus  

Mixtum Opus  

Spicatum Bibliographie Remanié Oui Banéat  

1911,  

p.165 Etat 1 14 0 10 20 30 La Vilaine Porte Aivière Plan terrier antérieur à l’incendie de 1720 Tour encore en
  • opus spicatum visible depuis la parcelle AC 1122 En 1911, à l’époque où écrit Paul Banéat, la première enceinte de Rennes semble encore être conservée en élévation au fond de la parcelle dont dépend le n°28 du quai DuguayTrouin. Il affirme ainsi pouvoir voir «  dans sa cour une
  • attenante (AC 1128), côté rue des Dames conserve une partie de l’enceinte antique encore en élévation. On peut y deviner, sous une épaisse couche de ciment, un appareil de schistes en opus spicatum, mêlé à quelques fragments de briques conservé sur une longueur de 2 mètres environ. La
  •  

estimée Fin  

XIXe  

-­  

Début  

XXe Moyen  

appareil  

de  

schiste  

briovérien  

très  

peu  

assisé  

lié  

au  

mortier  

de chaux  

jaune  

clair Opus  

Mixtum Non  

renseigné
  • Opus  

Spicatum Non  

renseigné Bibliographie Banéat  

1911,  

p.  

165 Etat 4 20 0 10 20 30 La Vilaine Porte Aivière Tour alors encore en élévation Emplacement d’une tour médiévale Emplacement d’une porte médiévale Element défensif encore en
RAP00462.pdf (SAINT-PABU (29). Poulledan. rapport de sauvetage urgent)
  • 4ommzt. Ili - 0BSERI/AT10NS FA1TES LORS VE L'INTERl/EWTIOW Entnz lz 19 Szptzmbnz zt Iz 04 Oatobnz, datz dz V tntznvzntion, unz pztttz {¡OUAZIZ clandzótinz a zu Itzu zt a conAtóti À dzgagzn lz i>ablz ¿OLLÓ la ¿tzlz... ¿ani, doutz danó V zópotn d'y dzzouvntn un tAZkon. Lz tnavail
  • pzntttzux a zu poun z^zt dz diitabttlÓZÀ la itzlz. L'tntzAvzntlon a conótótz à ÀZCIÀ.ZÌ>A2À. la coupz zn mznagzant un paJLLzÀ au nivzau dz la baAZ dz la ¿tzlz, zn ncuLóon dz VInótablLLtz da mtLLzu znaati¿ant. Un ¿ondagz a ztz nzaLiói à l'aplomb dz la ¿tzlz juóqu'à la Àockz zn placz
RAP03943 (LA CHAPELLE DU LOU DU LAC (35). Eglise Saint-Loup. Rapport de diagnostic)
  • Florent de la Lande, seigneur du Lou © T. Béthus, Inrap Enfin, la mise en œuvre de la maçonnerie se caractérise par l’utilisation régulière d’assises en opus spicatum laissant présumer l’ancienneté de l’édifice malgré une première mention très tardive, du XIIIe siècle, dans les
  • irrégulier (fig. 20). Les moellons sont de petites tailles et disposés en assises irrégulières rattrapées ponctuellement par des assises obliques ou en opus spicatum (fig. 21, us 1004 et 1018). La pierre de taille, à l’inverse, est toujours cantonnée aux encadrements des ouvertures ou aux
  • , Inrap II. Résultats Fig.21 Détail du gouttereau sud avec son appareil en opus spicatum © T. Béthus, Inrap Fig.22 Les deux ouvertures 1009 et 1012 en partie haute du mur gouttereau sud © T. Béthus, Inrap  Fig.23 La gouttereau sud avec ses fenêtres basses 1006, 1016 et la porte
  • sud-ouest de l’église reconstruit avec un appareil différent, sans opus spicatum ©T. Béthus, Inrap Une grande reprise de construction caractérise, enfin, l’extrémité ouest du mur jusqu’au mur pignon ouest (fig. 26). Sa maçonnerie, aveugle, se distingue très nettement par
  • l’utilisation d’un liant argileux et l’absence d’assise oblique ou en opus spicatum. Les terres cuites en remploi sont également absentes. Globalement, les matériaux mis en œuvre sont donc moins hétérogènes et correspondent majoritairement à des moellons de schiste en assises irrégulières
  • irrégulier de petits moellons liés par du mortier de chaux blanc et dressés ponctuellement en assises obliques ou en opus spicatum. Les matériaux mis en œuvre sont également plus hétérogènes avec une majorité de blocs de schiste mêlés à des moellons de quartz et de grès erratiques
  • © T. Béthus, Inrap Fig.30 Les deux fenêtres 1039 et 1041 © T. Béthus, Inrap et 1045. La première est un bouchement de moellons sans terre cuite architecturale et sans assise oblique ou en opus spicatum. Son interprétation n’est pas évidente mais elle s’insère entre deux coups de
  • principales phases de construction. Un premier état de se caractérise par l’utilisation de moellons hétérogènes liés par du mortier de chaux blanc avec de nombreuses assises obliques ou en opus spicatum. Des matériaux antiques (tuiles et suspensura) sont également utilisés en remplois. Ils
  • relativement modeste, comparable à d’autres édifices de haute Bretagne avec une petite nef rectangulaire prolongée par un chœur droit plus étroit. Il est éclairé par des fenêtres hautes et se distingue également par ses modes de construction (opus spicatum, réutilisation de matériaux
  • à l’origine une chapelle castrale ou un prieuré comme c’est souvent le cas à proximité immédiate des châteaux. La seconde phase se caractérise par une mise en œuvre très différente, sans opus spicatum et sans remploi de matériau antique. Les travaux entrepris avaient pour
RAP01849.pdf (LOCMARIAQUER (56). la Table des Marchand. rapport intermédiaire de fouille programmée 1989-1991)
  • du Grand Menhir, nous avons retrouvé des structures d'occupation pré-TdM, à savoir: • le début d'une fosse en ZI/7, • une fosse-dépotoir en ZA/14-15, • deux fosses de fondation de stèles en ZE/24 et ZU/23, maintenant appelées fo 1 et fo 2, • de nouveaux trous de poteaux, • et
  • stèles en ZE 24 et ZU 23. Il nous a fallu étendre la surface dégagée pour mieux interpréter toutes ces structures: ainsi, elle occupe au total 184 m2 selon un rectangle de 8 m de largeur (de ZA à XI) et 23 m de longueur (de 4 à 26). D'un côté nous sommes à 11 mètres de la limite du
  • socle décorée de lignes de gros points: ZA/4-12; cf. fig. 30). B - La zone de carrières, de 8 à 20/ZA-XI. Ce secteur avait été ouvert en 1989 sur quelques mètres carrés, dans les bandes ZA-ZU, de 12 à 17; cette surface était insuffisante pour que l'on comprenne la nature des
  • ouest des surfaces de diaclase (fig. 6). Or, on constate que la surface de la roche est très irrégulière, avec des sommets très aigus entrecoupés de cavités plus ou moins longues à profil en V, suivant la direction et le pendage des diaclases. En deux endroits, en ZU/12 et XI/19, le
  • -tachete Poches de terre brun-clair v'0\ Cailloutis compact + j) Galets de quartz (0 5a10mm). Plage ancienne? Rocher COUPE du REMPLISSAGE de CARRIERE ZU 18-20 11 - LOCMARIAQUER - TABLE DES MARCHAND - coupe 29: coupe remplissage de carrière en ZO/18-20. structurée mais les
  • -ZU/21-26: l'extension s'est faite vers le sud-ouest, c'est à-dire vers le Grand Menhir. En 1989 nous avions découvert deux fosses, l'une en ZE/24 (maintenant dénommée fo.l), et la moitié d'une autre fosse en ZU/23 (fo.2). Les particularités de ces cavités étaient d'être creusées
  • lignes de pointillé sur l'angle de la panse (XA/10.6), ou de grosses cupules (XA/5.35), ou des cannelures curvilignes (ZU/20.97), ou encore des cannelures bordées de points (ZU/19.28). Il y a quelques boutons, parfois liés aux lignes de points 0 30 - LOCMARIAQUER - TABLE DES
RAP01353.pdf (ERQUY (22). villa "le Vieux Puits". rapport de fouille)
  • tailles diverses : schistes et grès rose local ils ont une épaisseur de 43 centimètres et reposent directement s sur la roche en place»appelée dans le pays"jaillet" . les terrasses sont en "opus signinum" (ph Il)-ciment blanc et mor-ceaux de grès r o s e - . Elles reposent sur un
RAP01450.pdf (CONCARNEAU (29). la ville close. la tour du major. rapport de fouille préventive)
  • «-¿¿ZU' t^jO^tì -
RAP02146.pdf (BELLE-ÎLE-EN-MER (56). rapport de prospection inventaire)
  • DU SKEUL Parcelle N° 13 ZO N° 01 - Surface : 21 530 m 2 Propriétaire : Augustin LUCAS -4- BANGOR Surface : 312200 m 2 : M. BERTHO Surface : 1 1 060 m 2 : Guy THOMAS Parcelle N° 17 HERLIN ZN N° 78 Propriétaire ZN N° 77 Propriétaire Parcelle N° 18 KERVARIGEON ZI N° 39
  • - Surface : 21 530 m 2 Propriétaire : Augustin LUCAS Parcelle N° 14 LE MOULIN SIMON ZI N° 16 - Surface : 24 330 m 2 Propriétaire : Nicole MARTIN Parcelle N° 15 LE CHAMPS DE MON FRERE ZX N° 26 Partie NORD Parcelle N° 16 LA CHAPELLE - KERDONIS ZN N° 268 Propriétaire : M. L 'Hermitte
  • . : Augustin LUCAS N ° 13 Dans cette parcelle quelques tessons gallo-romain dans des pâtes grise à beige assez grossière. Un morceau d'anse avec engobe rouge. Pour le silex une vingtaine d'éclats de débitage dont un petit grattoir. -4s- LOCMARIA : LE MOULIN SIMON N° 14 2005 1 ère
RAP01485.pdf (RENNES (35). 1 rue Saint-Yves. rapport de diagnostic)
  • mur de maçonnerie. Sous un crépi ocre clair qui, sur la face externe du m u r , était partiellement masqué par un autre, rouge, à base de brique pilée, les parements sont peu soignés : ces pierres à la taille hâtive, aux dimensions variables, ne forment pas le bel opus quadratum
  • pan de parement, coulé le blocage interne, puis repris le parement quand le mortier placé sur la dernière couche de briques était trop sec pour adhérer, d'où la nécessité d'une nouvelle épaisseur. Le blocage intérieur, lui non plus, n'est pas soigné l'aspect d'un grossier opus