Rechercher sur le site

  • Chercher les documents contenant un mot OU un autre : tapez simplement les mots à la suite => bracelet bronze
  • Chercher les documents contenant un mot ET un autre : utilisez le mot-clef AND => bracelet AND bronze
  • Chercher les documents contenant une expression exacte : taper l'expression entre guillemets => "bracelet en bronze"

Limiter votre recherche

Auteur
Type d'opération
Commune
Département
Date (Année)

159 résultats Exporter les résultats

Trier par Titre : ascendant / descendant
RAP02809.pdf (TREDARZEC (22). crec'h choupot : le dépôt de récipients du haut Moyen Âge. rapport de sondage)
RAP02357.pdf (SAINT-MARCEL (56). "la Sente Verte". le bourg. rapport final d'opération de fouille préventive)
RAP00460.pdf (PLOMEUR (29). beg-an-dorchenn. rapport de sauvetage programmé)
  • ailleurs plusieurs galets allongés ("limpet scoops" des auteurs anglo-saxons) ont été découverts. Certains présentent des traces évidentes d'usage : XCVIII 206 - 106, percuté à une extrémité ; XCVII 198 - 191, usé aux deux bouts ... IV - LE MOBILIER OSSEUX Un fragment osseux (XCVIII
RAP00324.pdf (CHARTRES-DE-BRETAGNE (35). Fontenay. four Provost. rapport de fouille programmée annuelle)
  • : Davison, 1972 ).Au Plessis-Grimoult, une cruche à bec tubulaire semble au plus tôt datable du milieu dû Xlè s. ( Zadora-Rio, 1974 ). Celles de Lewes (Anglo-Saxon Pottery, 1959 ) et de Douvres ( Antiquaries Journal, 1949 ) sont au plus tôt datées du dernier quart du Xlè s. Enfin, en
  • -243. Dunning,G.C. et alii ,1959, Anglo-Saxon Pottery : A Symposium, Medieval Archaeology, III, p.l - 78 UNIVERSITÉ DE RENNES I I J A H O H A T O I H H ! D ' A R C I UOOMF/rHII] D K l ' A K T I i M I Ï N ' l ' I > I -j 1 ' I I V ' S K J l ' H CHIS'IAMJNH l I.A. (M0H04
RAP02839.pdf (PLOUEDERN (29). Leslouc'h : une longue occupation de la protohistoire au Moyen Âge. rapport de fouille)
  • petits enclos circulaires entouraient sans doute de petits tertres. Ces structures et le mobilier découvert en association pourraient trouver des points de comparaison dans les contextes saxons. Pour la période comprise entre les IXe et le XIIe siècles ap. J.-C., un important système
RAP01254.pdf (JANZÉ (35). la Tullaye. la Huberdière. habitat du haut Moyen Âge. rapport de fouille préventive)
RAP01549.pdf (SAINT-GERMAIN-EN-COGLÈS (35). le Breil Rigaud. a84 Rennes/Avranches. rapport de fouille préventive)
RAP02380.pdf (CORSEUL (22). site de la salle des fêtes. rapport de fouille de sauvetage programmé)
RAP02029.pdf (l'âge du bronze en centre Bretagne. rapport de prospection thématique)
RAP03548 (DINEAULT, PLOMODIERN, ROSNOEN (29). Prospection diachronique Basse vallée de l'Aulne. Rapport de PD 2017)
RAP02881.pdf (BREST (29). ZAC de la Fontaine Margot : tumulus de l'âge du bronze. rapport de fouille)
  • Muriel FILY (dir) 2013 séchoir à grains et un petit foyer datés du VIème au VIIIème siècle. Les éléments de céramique mis au jour apportent des éléments typologiques et chronologiques supplémentaires pour les corpus de vases de type saxon. Le site a enfin fait l’objet de quelques
RAP03073.pdf ((35). les charpentes armoricaines en Ille-et-Vilaine. rapport de pt 2014)
  • Bans : « toutefois, la différence de structure est énorme » au sujet de l’emploi indispensable de l’entrait en Armorique contrairement au principe anglo-saxon du cruck. Jean-Jacques Rioult s’appuie sur les importants travaux réalisés par le service de l’Inventaire de Bretagne. Il
  • , ces relevés sont parfois les seules sources permettant d’étudier un édifice aujourd’hui disparu. Eugène Viollet-le-Duc mentionne le modèle «anglo-normand » comme étant un type de couvrement caractéristique au nord-ouest de la France et du sud de l’Angleterre6 : 6 VIOLLET-LE-DUC E
  • ., 1854-1875, t. 3, art. « charpente », p. 36 et sq. « En Angleterre, par exemple les charpentes anglo-normandes, qui datent des XIIIe et XIVe siècles, sont, comparativement à nos charpentes de la même époque, qui subsistent dans l'Ouest, en Bourgogne, en Champagne et dans l'Île de
  • France, beaucoup plus fortes comme équarrissage de bois, et leur solidité provient en grande partie de l'énorme dimension de ces bois ». Il rajoute également : « c'est par la grosseur des bois employés que les charpentes anglo-normandes se distinguent tout d'abord de celles exécutées
  • en France pendant les XIIIe, XIVe et XVe siècles ». Ainsi, Viollet-le-Duc en plus de mettre en avant la spécificité des charpentes anglo-normandes au bois de fortes sections semble être le premier à démontrer un lien de parenté avec les modèles outre-Manche. Il décrit dans le même
  • passage les modalités d’assemblages de ces charpentes : « Dans les charpentes apparentes anglo-normandes, la panne joue un rôle important et ne cesse d'être employée; seulement, au lieu d'être, comme chez nous, indépendante, posée sur l'arbalétrier, elle s'y lie intimement et forme
  • ’« anglo-normand » reste extrêmement vague et regroupe un nombre important de types de couvrement. Il semble cependant que les charpentes armoricaines appartiennent à cet ensemble. Il a fallu attendre plus d’un siècle et les années 1980 et 1990 pour que les édifices armoricains soient
  • Pays de Loire. Nous les désignerons sous l’appellation “ anglo-bretonnes ”». L’architecte aborde en moins d’une page le système de charpente « anglo-bretonne », il le replace dans un contexte historiographique : «cette typologie, sans doute d’origine anglo-normande, est
  • partiellement décrite par Viollet-le-Duc »28. C’est sous l’appellation d’« anglo-breton » que l’auteur dresse sommairement le portrait des charpentes armoricaines. Contrairement à Viollet-leDuc, il nomme, donne une demi-douzaine d’exemples et replace le phénomène dans un contexte
  • et mortaise, le tenon étant réservé au poinçon. Il évoque cinq sites renfermant une charpente « anglo-bretonne » : une en Vendée, une en Mayenne, une en Sarthe, une en Loire-Atlantique et une dans le Finistère. Seules ces deux dernières ont pu être confirmées, il s’agit de
  • dénominations apparaissent : « charpente anglo-normande » (Viollet-le-Duc), « charpente anglo-bretonne » (Alain Delaval), « charpente gothique » (Marc Déceneux) « charpente à liens courbes » (Service régional de l’Inventaire). Comme le confirme Frédéric Epaud, le terme de charpente « anglo
  • -normande » ou « anglo-bretonne » n’apporte aucun sens « alors qu'"armoricaine" désigne bien leur emprise géographique et au-delà, des influences environnementales, sylvicoles et culturelles de ce terroir sur l'architecture et sur cette forme de charpente très typique du Massif
RAP00194.pdf (INZINZAC-LOCHRIST (56). Maison forte de Sainte-Geneviève. rapport de fouille programmée)
RAP00307.pdf (ÎLE DE BRÉHAT (22). l'île Lavret. rapport de fouille programmée annuelle.)
RAP03176_1.pdf (LA MÉZIÈRE (35). ZAC des Lignes de la Gonzée : fenêtre ouverte sur un terroir, du Néolithique à nos jours. Rapport de fouille)