Rechercher sur le site

  • Chercher les documents contenant un mot OU un autre : tapez simplement les mots à la suite => bracelet bronze
  • Chercher les documents contenant un mot ET un autre : utilisez le mot-clef AND => bracelet AND bronze
  • Chercher les documents contenant une expression exacte : taper l'expression entre guillemets => "bracelet en bronze"

Limiter votre recherche

Auteur
Type d'opération
Commune
Département
Date (Année)

3842 résultats Exporter les résultats

Trier par Titre : ascendant / descendant
RAP03539 (PORT-LOUIS (56). Citadelle : diagnostic archéologique du bastion Desmouriers. Rapport de FP 2017)
  • exclu du projet de fouille archéologique en raison de la présence de la glacière souterraine2. Figure 2 : localisation de la commune de Port-Louis sur la carte de la Bretagne 2 PONTHAUD M.-S., 2014, p. 113. 22 Figure 3 : extrait de la carte géologique au 1/50 000 du BRGM 23
  • l’incendie du XIXème siècle à Lorient ainsi que des bombardements de 1943 à 1944 ayant ravagés les archives de Lorient comme celles du SHD. 7 BUFFET, 1962, p. 6. 8 BUFFET, 1962, p. 7. EGASSE, 2013, p. 2. 29 obstacles naturels de la position qui fut organisée militairement jusqu’à la
  • : Morbihan, Bretagne, France Commune : Port-Louis Coordonnées Lambert 93 : X : 223390.00 Y : 6753646.36 Z : 12.58 m NGF Propriétaire du terrain: Ministère des armées & Musée de la Marine. Protection juridique: Monuments Historiques (29 avril 1948). n° patriarche du site de la citadelle
  • Figure 4 : carte IGN (2017) de la rade de Lorient Figure 5 : Extrait du cadastre de Port-Louis (2017, extrait par Internet, cadastre.gouv.fr) 24 Figure 6 : Le bastion Desmouriers au premier plan et de la Brèche à droite Figure 7 : Extrait du cadastre de Port-Louis (2017, extrait
  • Desmouriers -citadelle de Port-Louis. Opération n° 2017-129, Rapport final de sondage archéologique, Service régional d'Archéologie de Bretagne, 121 p. Octobre 2017. Nb volumes : 1 Nb pages : 121 Nb figures : 33 figures et 18 planches (intégrées) 5 Générique Direction Nicolas Morelle
  • d'Etudes et de Recherches Archéologiques du Morbihan) Sébastien Daré, archéologue, spécialiste du verre, CERAM (Centre d'Etudes et de Recherches Archéologiques du Morbihan) Aurélien Creuzieux, archéozoologue, Docteur en archéologie, UMR 5140 Lattes 6 7 8 9 10 11 12 13
  • ." "The use of data of archaeological report is ruled by the provisions of the Intellectual Property Code on the literary and artistic property. Photocopies are allowed for private use only and not for collective use (Article L122-5 of the Intellectual Property Code). All reproduction
  • . Les Blavétins se livraient alors au commerce des vins, des grains et des poissons avec la Guyenne principalement 8. La première fortification ne fut qu’un simple aménagement des 4 Cet illustre soldat, général en chef de Philippe II, commença sa carrière militaire dans les Flandres
  • de Roscanvel en face de Brest, d’où il pensait lancer une invasion de l’Angleterre. 5 LISCH, 1986. 6 L’histoire de Port-Louis s’appuie essentiellement sur les travaux d’Henri-François Buffet, archiviste d’Ille-etVilaine. LISCH, 1988. Il y a peu d’archives conservées en raison de
  • d’origine me parait le plus réaliste car le trait de côte représenté sur la carte est le plus fidèle à la réalité. 17 BUFFET, 196, p. 9. FAUCHERRE, 1998, p. 160. 16 31 royal 18. Symbole de la puissance royale, l’appropriation du littoral par Louis XIII devient importante. Le Maréchal
  • fouilles est régie par les dispositions du code de la propriété intellectuelle concernant la propriété littéraire et artistique. Les prises de notes et les photocopies sont autorisées pour un usage exclusivement privé et non destiné à une utilisation collective (article L122-5 du code
  • à des fins lucratives est interdite en vertu de l'article 10 de la loi modifiée du 17 juillet 1978 relative à l'amélioration des relations entre l'administration et le public. Le non-respect de ces règles constitue un délit de contrefaçon puni par l'article 425 du code pénal
  • of the improvement of relations between the administration and the public. Failure to respect with these rules constitutes copyright infringement punishable under article 425 of the Criminal Code. " 3 Je remercie le Musée national de la Marine et Anne Belaud de Saulce, administratrice du musée
  • AIXMARSEILLE Motif de l’opération : opération de fouille programmée du bastion Desmouriers. Architecture militaire moderne. Défense des côtes. Suivi de l'opération : A.-M.. Fourteau et Y. Menez Dates d'intervention: du 28/08/2017 au 03/09/2017 Surface étudiée : 1440 m² Surface fouillée
  • : 16.24 m² Type opération : opération d'archéologie programmée Financements : DRAC (62.5%) ; Musée national de la Marine (37.5 %) RESULTATS SCIENTIFIQUES Mots clés Chronologie : Période moderne : guerre de la Ligue (1591) à la seconde guerre mondiale, mur de l’Atlantique (1944
  • 14 15 16 Bilan scientifique régional Département : Morbihan (56) Lieu-dit : la citadelle Commune : Port-Louis N° arrêté de prescription : 2017 - 129 Responsable de l’opération : Nicolas Morelle Résumé des principaux résultats de l’opération : Du 28 août au 3 septembre 2017
  • 2018. Les modélisations en 3D pourront être réutilisées en aval dans le cadre de valorisation et de médiation à destination du grand public pour le musée et le service départemental (modèle 3D à exploiter avec un moteur Unity ou 3Ds Max afin de rendre le modèle "vivant" et dans le
  • sondages archéologiques profonds de 2,60 mètres ont fait l’objet de mise en sécurité avec la création d’un palier à 1,30 mètre. La nature compacte des remblais assure la stabilité des bermes. Les contraintes liées à l’usage de la pelle mécanique (financement et accès 1 ) ont obligés à
  • historique, estimation de la localisation de la plate-forme espagnole 1 Les contraintes d'accès au site pour les pelles mécaniques augmentent les prix de location. 21 pour le sondage 1 au sud, étude du bâti sous le niveau de parapet intérieur pour le sondage 2. Le sud du bastion a été
  • venant du large, on accède à la rade par deux chenaux qui aboutissent tous deux à la passe de la citadelle de PortLouis, véritable goulet et point de passage obligatoire5. Suite à une étude historique de la citadelle et du bastion avec l’analyse des sources retrouvées en archives 6
RAP03650 (PORT-LOUIS (56). Citadelle : diagnostic archéologique du bastion Desmouriers. Rapport de FP 2017)
  • les pelles mécaniques augmentent les prix de location. PONTHAUD M.-S., 2014, p. 113. 23 Figure 2 : localisation de la commune de Port-Louis sur la carte de la Bretagne 24 Figure 3 : extrait de la carte géologique au 1/50 000 du BRGM 25 Figure 4 : carte IGN (2017) de la
  • Recherches Archéologiques du Morbihan) Aurélien Creuzieux, archéozoologue, Docteur en archéologie, UMR 5140 Lattes 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 Bilan scientifique régional Département : Morbihan (56) Commune : Port-Louis Lieu-dit : la citadelle N° arrêté de
  • , 1962, p. 6. BUFFET, 1962, p. 7. EGASSE, 2013, p. 2. 9 LISCH, 1988. 10 FAUCHERRE, 1998, p. 160. 11 L’ensemble de la citadelle fut classé au titre des Monuments Historiques par arrêté du 29 Avril 1948. Elle est la propriété du Ministère de la Défense et est actuellement occupée par
  • ADMINISTRATIVE 1.1. FICHE SIGNALETIQUE IDENTITE ET LOCALISATION DU SITE (cf. plan et carte) Site : Bastion Desmouriers, citadelle de Port-Louis Région : Morbihan, Bretagne, France Commune : Port-Louis Coordonnées Lambert 93 : X : 223390.00 Y : 6753646.36 Z : 12.58 m NGF Propriétaire du
  • rade de Lorient 26 Figure 5 : Extrait du cadastre de Port-Louis (2017, extrait par Internet, cadastre.gouv.fr) Figure 6 : Le bastion Desmouriers au premier plan et de la Brèche à droite 27 Figure 7 : Extrait du cadastre de Port-Louis (2017, extrait par Internet
  • intellectuelle, cela implique que : 1) les prises de notes et les copies ou autres formes de reproduction sont autorisées dans la mesure où elles sont strictement réservées à l’usage privé du copiste et non destinées à une utilisation collective; 2) toute reproduction du texte, accompagnée ou
  • source (références exactes et complètes de l’auteur, de son organisme d’appartenance et du rapport); 3) la représentation ou la reproduction d’extraits est possible à des fins exclusives d’illustration dans le cadre de l’enseignement et de la recherche, dès lors que le public auquel
  • les articles L.335-2, L.335-3 et suivants du code de la propriété intellectuelle. Renseignement : DRAC Bretagne : http://www.culture.gouv.fr/Regions/Drac-Bretagne Service Régional de l’Archéologie - Centre de documentation archéologiqu Campus universitaire de Beaulieu - Avenue
  • , 1988. Il y a peu d’archives conservées en raison de l’incendie du XIXe siècle à Lorient ainsi que des bombardements de 1943 à 1944 ayant ravagés les archives de Lorient comme celles du SHD. 4 32 Du fort de l’Aigle à la citadelle de Port-Louis Au Moyen-Age, Blavet était connu par
  • Commandant de la Place, Juan del Aguila ; il y construisit plusieurs ouvrages de caractère militaire, en particulier le Fort des Espagnols en 7 8 33 militaires dans les terres avec l'approvisionnement du fort par l'océan contrôlée par la puissante flotte espagnole. La défense est donc
  • giron royal 18. Symbole de la puissance royale, l’appropriation du littoral par Louis XIII devient Le plan de Simancas de la citadelle d’origine me parait le plus réaliste car le trait de côte représenté sur la carte est le plus fidèle à la réalité. 17 BUFFET, 196, p. 9. FAUCHERRE
  • rapports d’opération archéologique (diagnostic, fouille, document final de synthèse, sondage, sauvetage…) sont des documents administratifs communicables au public, en application de la loi n° 78-753 du 17 juillet 1978 modifiée et portant diverses mesures d’amélioration des relations
  • entre l’administration et le public. L'accès à ces documents administratifs s’exerce auprès des administrations qui les ont élaborés ou qui les détiennent, au choix du demandeur et dans la limite de leurs conditions d’accueil. La mise en ligne des rapports par le SRA Bretagne a pour
  • objectif de faciliter cette consultation. La consultation et l’utilisation de ces rapports s’effectuent dans le respect des dispositions du code de la propriété intellectuelle relatives aux droits des auteurs. Notamment en application de l'article L.122-5 du code de la propriété
  • de notes et les photocopies sont autorisées pour un usage exclusivement privé et non destiné à une utilisation collective (article L122-5 du code de la propriété intellectuelle). Toute reproduction du texte, accompagnée ou non de photographies, cartes ou schéma, n'est possible que
  • entre l'administration et le public. Le non-respect de ces règles constitue un délit de contrefaçon puni par l'article 425 du code pénal." "The use of data of archaeological report is ruled by the provisions of the Intellectual Property Code on the literary and artistic property
  • . Photocopies are allowed for private use only and not for collective use (Article L122-5 of the Intellectual Property Code). All reproduction of the text, with or without photographs, maps or scheme is possible within short quotation, with accurate and complete reference of the book
  • and author(s). Any use of the report data for profit is prohibited according to Article 10 of the Law of the 17 July 1978 regarding of the improvement of relations between the administration and the public. Failure to respect with these rules constitutes copyright infringement punishable
  • under article 425 of the Criminal Code. " 3 Je remercie le Musée national de la Marine et Anne Belaud de Saulce, administratrice du musée de Port-Louis, pour son aide à mettre en place l’étude et son soutien au projet scientifique, également Yves Menez, Conservateur régional de
  • . Suivi de l'opération : A.-M.. Fourteau et Y. Menez Dates d'intervention: du 28/08/2017 au 03/09/2017 Surface étudiée : 1440 m² Surface fouillée : 16.24 m² Type opération : opération d'archéologie programmée Financements : DRAC (62.5%) ; Musée national de la Marine (37.5 %) RESULTATS
RAP03350_2.pdf (SARZEAU (56). Le château de Suscinio : le logis nord. Rapport de FP 2013-2015)
  • 09b 8 1 1 Indéterminé Csu 16b 3 1 0 C. rose-bleue de Laval csu 10a 2 1 0 Herbignac (?) Csu 17i 2 1 0 Indéterminé Csu 17c 1 1 0 Indéter. à glaçure Csu 07c-M 1 1 0 Total 62 12 4 Tab. 10 : Nombre de fragments (NR), d'individus minimum (NMI) et de types (NTI) de l'US 1783 du secteur 2
  • (?) Csu 09b 1 1 0 Indéter. à glaçure Indéterminé 5 1 0 Total 39 4 1 Tab. 4 : Nombre de fragments (NR), d'individus minimum (NMI) et de types (NTI) de l'US 1448 du secteur 1 exprimé en chiffre brut. 4.2. Secteur 2 Le secteur 2 correspond à un espace délimité par trois murs (UM 3, 5 et 6
  • Csu 02b 1 1 Indéter. à glaçure Csu 07b 1 1 Indéter. à glaçure Csu 07b-M 1 1 Indéter. à glaçure Csu 07c-M 1 1 Total 90 19 Tab. 6 : Nombre de fragments (NR), d'individus minimum (NMI) secteur 2 exprimé en chiffre brut. 15 NTI 5 1 0 1 0 0 0 7 et de types (NTI) de l'US 1014 du NTI
  • indéterminé sur la panse. Secteur Sous-secteur HS 1 2 − − − − 3B 3C 3D − 3D/4D − 4A 4B 4C 4D − 3 3/4 4 5 Total NR 38 87 574 2605 − − − − − 2297 − − − − 1423 7024 2013 NMI 11 18 143 440 − − − − − 404 − − − − 236 1252 NTI 1 7 45 184 − − − − − 140 − − − − 86 463 NR − − 1548 591 8
  • 135 3697 33 13 306 393 18 221 2659 2822 12444 2014 NMI − − 232 59 6 53 267 12 3 69 96 3 70 249 501 1620 NTI − − 101 33 1 7 113 4 1 20 33 1 7 115 184 620 3 Château de Suscinio 2013-2015, Etudes spécialistes 5 Tab. 2 : Nombre de restes (NR), nombre minimum d'individus (NMI) et
  • , 1854 et 1863 du secteur 2. Production GT NR NMI NTI SJP Sjp 09g-M 11 1 1 Lamballe (?) Csu 09b 3 1 1 C. rose-bleue de Laval csu 10a 1 1 0 Total 15 3 2 Tab. 7 : Nombre de fragments (NR), d'individus minimum (NMI) et de types (NTI) de l'US 1687 du secteur 2 exprimé en chiffre brut
  • GT NR NMI NTI SJP Sjp 09g-M 248 19 19 Lamballe (?) Csu 09b 67 2 2 Indéterminé Csu 16b 14 1 0 C. rose-bleue de Laval csu 10a 5 1 0 Indéterminé Csu 17c 3 1 1 Herbignac (?) Csu 17i 3 1 1 Indéterminé Csu 17ay 3 1 0 Indéterminé Csu 01c 1 1 0 Indéterminé Csu 09b-M 1 1 0 Indéterminé
  • Indéterminé 4 1 0 SJP Sjp 04b-M 2 1 0 Indéter. à glaçure Csu 07b-M 4 1 0 Total 355 31 23 Tab. 9 : Nombre de fragments (NR), d'individus minimum (NMI) et de types (NTI) de l'US 1782 du secteur 2 exprimé en chiffre brut. L'US 1782 offre l'ensemble céramique le plus important du secteur 2
  • . Étude archéozoologique du dépotoir du XIVe siècle……………………….p.330 2.2. Étude des vestiges osseux de l'US2184 (Cour/Espace 4), datée du XIVe sp. 359 3. Étude archéomalacologique – par Laura LE GOFF (Doctorante à l’Université de Rennes 2 – LAHM, UMR 6566 CReAAH) et Catherine DUPONT
  • XXe s. ont également laissé des traces bien visibles dans les ensembles issus des premiers niveaux de décapage. L'espace de fouille de la triennale 2013-2015 est divisé en cinq secteurs indiqués de 1 à 5. L'intérieur du logis nord, les secteurs 3 et 4, ont fait l'objet d'une
  • des eaux usées ou des eaux de pluie. Nombre Secteur d'ensembles NR NMI NTI céramique HS 1 38 11 1 1 3 87 18 7 2 65 2122 375 146 3 119 7036 825 338 3/4 2 46 15 5 4 157 5894 893 316 5 157 4245 737 270 Total 504 19468 2872 1083 Tab. 1 : Nombre d'ensembles céramique, nombre de restes
  • ; Henigfeld 2014. Cf. Le site du réseau Icéramm : http://iceramm.unniv-tours.fr/bdconsulter.php?rep=1®ion=centre_ouest 4 Henigfeld 2013, p. 12. 3 4 Château de Suscinio 2013-2015, Etudes spécialistes                  6 Catégorie : catégorie à laquelle appartient
  • peu de perturbation. Elle comprend 39 restes, 4 NMI et 1 type de récipient identifié au pot à cuire 8-5 du début du XVe s. des ateliers de Saint-Jean-la-Poterie (56). Outre les productions de cet atelier, deux panses à pâte micacée pourraient provenir des ateliers d'Herbignac (44
  • potier, on observe également une panse décorée à la molette et munie d'une glaçure verte à pâte Sjp 04b-M (Pl. 1, n°3). Cet élément est en revanche en position résiduel. Ensuite viennent les productions probablement attribuables aux ateliers de Lamballe avec un pot 7 (Pl. 1, n°1) et à
  • .  L'US 1754 Production GT NR NMI NTI SJP Sjp 09g-M 122 12 12 Lamballe (?) Csu 09b 38 1 0 C. rose-bleue de Laval csu 10a 3 1 0 Herbignac (?) Csu 17i 1 1 0 Indéterminé Csu 16b 2 1 1 Indéterminé Csu 01c 1 1 0 Indéterminé Csu 09b-M 1 1 0 Indéterminé Indéterminé 1 1 0 SJP Sjp 04b-M 1 1 0
  • Indéter. à glaçure Csu 07c-M 2 1 0 Indéter. à glaçure Indéterminé 2 1 0 Total 174 22 13 Tab. 8 : Nombre de fragments (NR), d'individus minimum (NMI) et de types (NTI) de l'US 1754 du secteur 2 exprimé en chiffre brut. L'US 1754 comprend 174 tessons, pour un NMI de 22 et 13 formes
  • l'US 1789 (Pl. 1, n°6). On notera ainsi l'existence d'une production lavalloise, une cruche de forme 1-3 probablement d'Herbignac, et un pot 1 en pâte Csu 17c. Ces deux dernières formes sont probablement résiduelles, de même que deux tessons à pâte Sjp 04b-M caractéristique des
  • productions du XIIIe s. des ateliers de Saint-Jean-la-Poterie. L'association des formes 8-7, 8-8, 2-1 et 2-2 se retrouve dans l'ensemble du comblement des latrines du site du Bondon à Vannes calé entre la fin du XVe s. et le début du XVIe s. 29. La céramique rosebleue de Laval s'intègre
  • ................................................................................................................................... 82 Annexe 2 : Planches des ensembles céramiques Annexe 3 : Planches typo-chronologiques Annexe 4 : Répertoire des formes et des décors Annexe 5 : Catalogue provisoire des groupes techniques 1. Cadre de l’étude Le programme de recherches engagé sur le site du château de Suscinio
  • ), et une panse des ateliers de Lamballe (22). Ce lot est insuffisant pour établir une proposition de datation fiable. Il comprend des éléments attribuables au bas Moyen Âge et à l'époque moderne. Production GT NR NMI NTI SJP Sjp 09g-M 31 1 1 Herbignac (?) Csu 17i 2 1 0 Lamballe
RAP03383.pdf (RENNES. Église Toussaints : la sépulture de Louis du Plessis (†1661). Rapport de sondage)
  • actuel 10 3 4 7 5 9 tranchée réseau 8 6 B 0 1m coupe nord-sud 5 7 3 1 Fig. 8 Levés de terrain. A : coupe stratigraphique nord-sud. 1 : bloc de granite de pavage ; 2 : mélange de gravier et sable pour l’installation des pavés ; 3 : chaux ; 4 : plaquettes de schiste
  • (3 morceaux) 3,78 m 1 1,92 x 1,69 cm 2 31+9+85 cm 3 3 ficelles cousues sur le linceul 2 Linceul Suaire 1 posé Ordre de déshabillage 4 1,48 x1,06 cm 61x29 cm 5 6 Suaire 2 noué 7 Scapulaire 8 Chemise 9 Couche Fig. 14 Récapitulatif des textiles classés par ordre de
  • Surfaces Ville de Rennes Emprise ouverte par les travaux 10 m² (surface chapelle) x : 48°6’32.872’’N y : 1°40’32.508’’O z : 20 m NGF Références cadastrales Commune : Rennes Année :2015 section(s) : BS parcelle(s) : 2 Nature de l’aménagement Surface sondée Réfection des sols de
  • Toussaints et localisation du cercueil en plomb. © d’après H. Chouinard, 2006 et archives Rennes 2Fi726 figure F, série documentaire, modifié R. Colleter 26 Inrap · RFO d’évaluation La sépulture de Louis du Plessis († 1661) dans l’église Toussaints (Rennes-35) A N S 1 2 niveau sol
  • concassées mélangées à des charbons de bois ; 5 : chaux ; 6 : limon brun compact ; 7 : cercueil en plomb ; 8 : terre brune meuble, hétérogène, plaquettes de schiste, petits blocs de chaux et cailloux ; 9 : terre brun-orangée hétérogène comblant la tranchée. B : relevé en plan de la zone
  • historique, celui de la ville de Rennes au XVIIe siècle. I. Données administratives, techniques et scientifiques 13 Localisation de l’opération Saint-Brieuc Bretagne, Ille-et-Vilaine, Rennes, église Toussaints X : 48°6’32.872" N Y : 1°40’32.508" O : localisation de la fouille
  • , entre les deux piliers (fig. 8/B). Elle correspond sans doute au passage d’anciens réseaux électriques. Au-delà, au nord, la surface de la chapelle n’a pas été nettoyée et la zone a servi de stockage à nos propres déblais. N cercueil en plomb 0 5m Fig. 7 Plan de l’église
  • partiellement sèches sont individuellement photographiées à plat. A B Fig. 13 A : observation du schéma de montage du linceul ; B : lavage d’un élément en tissu. © R. Colleter Dénomination Dimension (sec) Corde de maintien linceul 1 Linceul 1 Ficelle de maintien linceul 2 autour du cou
  • Bibliographie 74 Sources manuscrites 79 Liste des figures et tableaux 80 III. Inventaires techniques 83 Inventaire n° 1 : inventaire du mobilier 85 Inventaire n° 2 : inventaire des prélèvements non étudiés 85 I. Données administratives, techniques et
  • –Toussaint de Brefeillac inhumé à Saint-Sauveur-. © R. Colleter Département Site 22 Saint-Pierre (Servel, Lannion) 1 22 Kermaria (Plouha) 1 22 Jacobins (Dinan) 1 35 Saint-Pierre (Pléchâtel) 1 35 Jacobins (Rennes) 5 35 Toussaints (Rennes) 1 35 Saint-Yves (Rennes) 35
  • Saint-Aubin (Rennes) 35 Saint-Georges (Rennes) 53 Saint-Martin (Châtillon-sur-Colmont) 6 1 53 Château (Laval) 1 1 44 Carmes (Nantes) 14 Saint-Germain (Flers) 2 14 Saint-Ouen (Livarot) 1 76 Notre-Dame (Rouen) Total Cercueil Cardiotaphe 5 1 1 1 1 1 1 1 17 17
  • prisé. 2 500 élèves y sont ainsi décomptés au XVIIe siècle (Croix 1996, 109). À l’époque, la véritable église Toussaints est alors l’église paroissiale voisine, située sous les actuelles halles centrales (fig. 4). Sur le plan d’Argentré de 1616, dans les murs de la ville et à l’ouest
  •  : localisation de la tombe et relevés La tombe est située à quelques centimètres sous le niveau de sol actuel de la troisième chapelle latérale nord de la nef de l’église (fig. 7). La fosse où était installée la cuve est étroite (1,90 m x 0,60 m), peu profonde (0,60 m prof. conservée) et
  • d’hygiène optimales. Des reconstructions tridimentionnelles ont ensuite été réalisées par l’équipe médicale toulousaine. A B Fig. 12 A : installation du corps sur une couchette dans le tube à rayon X ; B : vue du MSCT pendant l’examen du corps depuis le pupitre de commande. © R
  • . Colleter, O. Laurent 4 Les analyses en fluorescence X ont été gracieusement effectuées par M. François Pustoc’h (UMR 6566, Rennes) que nous remercions vivement. 30 Inrap · RFO d’évaluation La sépulture de Louis du Plessis († 1661) dans l’église Toussaints (Rennes-35) 2.3. Le
  • . Ils sont ensuite rincés avec de l’eau distillée jusqu’à ce que le pH de la solution soit neutre. Les échantillons sont ensuite gélatinisés à pH 3 pendant deux jours à une température de 70° C, puis filtrés. Deux filtres sont utilisés : le filtre EZEE© à 5 μm qui permet d’enlever
  • sédiments, était à l’origine trapézoïdale rectangle (L. : 176 cm x l. : 46 cm à la tête et 28 cm aux pieds x H. : 25 cm à la tête et 20 cm aux pieds) avec un couvercle légèrement en bâtière à la tête et plat aux pieds. Globalement, elle présente peu d’altération du plomb et est plutôt de
  • -Sévigné Tél. 02 23 36 00 40  grand-ouest@inrap.fr Mars 2017 Sommaire I. Données administratives, techniques et scientifiques 7 Fiche signalétique 9 Mots-clefs des thesaurus 10 Intervenants 11 Notice scientifique 12 Localisation de l’opération
  • scientifiques 8 Inrap · RFO d’évaluation La sépulture de Louis du Plessis († 1661) dans l’église Toussaints (Rennes-35) I. Données administratives, techniques et scientifiques 9 Fiche signalétique Localisation Région Bretagne Département Ille-et-Vilaine (35) Statut du terrain au
  • archéologique. Rennes Quimper Vannes 0 100 km 0 1 km 14 Inrap · RFO d’évaluation Arrêté de désignation La sépulture de Louis du Plessis († 1661) dans l’église Toussaints (Rennes-35) I. Données administratives, techniques et scientifiques 15 16 Inrap · RFO d’évaluation La
RAP03423_3.pdf (RENNES (35). Place Saint-Germain : naissance et évolution d'un quartier de Rennes de l'Antiquité tardive à 1944. Rapport de fouille )
  • RENNES (35). Place Saint-Germain : naissance et évolution d'un quartier de Rennes de l'Antiquité tardive à 1944. Rapport de fouille
  • trous observables V. Études complémentaires 1057 25 20 Effectif Sangles Semelles 15 IND Chutes 10 Compléments Tiges et lacets 5 0 1 < mm 1 mm 1,1 à 1,4 mm 1,5 mm 1,6 à 1,9 mm 2 mm 2,1 à 2,8 mm 3 à 3,5 mm Fig. 12 Répartition des épaisseurs des espèces utilisées
  • encore en place (PL.2, n° 4). Celle-ci en cuir de veau de 2 mm a une largeur de 1,3 cm. Un rivet en fer, de même facture que ceux en place a été retrouvé. Le diamètre de la tête bombée est de 8 mm et celui de la tige est entre 3 et 4 mm. La longueur de la tige matée est de 6 mm. Cette
  • ) place Saint-Germain − Naissance et évolution d'un quartier de Rennes, de l'Antiquité tardive à 1944 Fig. 9 Chaussure de style Wedelspang, 10208-4, vue monté. © E. Collado V. Études complémentaires 1055 Les pièces indéterminables comportant des coutures représentent 8 pièces dont
  • (passant de lanière) et pourrait être un fragment de sac ? (PL.3, n° 5). Deux autres 1058 Inrap · RFO de fouille Rennes (35) place Saint-Germain − Naissance et évolution d'un quartier de Rennes, de l'Antiquité tardive à 1944 fragments (PL.4, n° 1) présentent des ouvertures avec des
  • différentes des modèles plus récents (après xie siècle). Elles comportent des coutures surjet et non tunnel (PL.6, n° 3 ; PL.7, n° 1, 10631-15). Leur fixation s’effectue directement sur la tige et sous la semelle. Leur épaisseur est variable (1 mm ; 1 mm ; 1,2 mm ; 1,8 mm ; 2 mm ; 3 mm) et
  • du xie siècle. On retrouve le même style de patron dans un autre contexte 10274. Les cuirs de ce contexte permettent de proposer une date du xe siècle ou tout début xie siècle. 1 EP : épaisseur V. Études complémentaires Fig. 5 Chaussure de style Lund Y 10481-2 vue côté fleur et
  • découpe en Y ou en Ba (Volken 2014 : p. 58-59). Bien que la tige ait subi plusieurs découpes (Fig. 6), sans doute pour la récupération de cuir, la forme qui est encore observable indique deux parties refermées par des coutures bord à bord qui forment le départ d’un patron Y ou Ba (PL.1
  • Inrap · RFO de fouille Fig. 6 Chaussure Y ou Ba 10274-1 vue côté fleur et côté chair. © E. Collado Rennes (35) place Saint-Germain − Naissance et évolution d'un quartier de Rennes, de l'Antiquité tardive à 1944 – Contexte 10210 Le contexte 10210 comprend trois pièces dont un
  • d’usure. Elle est conçue dans un cuir épais (4 mm) de vache. Les trois autres semelles ont de franches traces de découpes (PL.2, n° 1). Deux possèdent des coutures bord à bord et la dernière possède en plus des coutures tunnel. Ce travail de découpe pourrait être en lien avec de la
  • s’étendent sur l’avant du pied jusqu’à la pointe de la tige (PL.1, n° 4). Cette couture de décoration est faite V. Études complémentaires 1051 pour accueillir un fil de soie ou de laine (page 52, a, Goubitz et al. 2001). Un exemple daté entre le xie et le xiie siècle a été découvert à
  • Vlaardingen. La dernière tige est la plus ancienne chaussure du site de Saint-Germain (PL.2, n° 5). Son patron de découpe primaire est un W correspondant au style Wedelspang (Volken, 2014 : ref. 5.10). Le patron (en cuir de chèvre de 1,5 mm Ep) a une forme de W (Fig. 8 et 8 bis) avec des
  • quartier de Rennes, de l'Antiquité tardive à 1944 Fig. 8 Chaussure de style Wedelspang, 10208-4, vue côté fleur. © E. Collado V. Études complémentaires Fig. 8 bis Chaussure de style Wedelspang, 10208-4, vue côté chair. © E. Collado 1053 1054 Inrap · RFO de fouille Rennes (35
  • et lacet (PL.6, n° 2), qui remonte avec une chaussure de style Rennes Jf (Fig. 17). L’épaisseur standard est 2 mm (1,5 mm ; 1,8 mm ; 2 mm *4 ; 3,5 mm) et la détermination du cuir est le plus souvent impossible à cause des usures (Fig. 11). Les demi-semelles d’usure sont
  • mm. Au sein de ces pièces, on note la présence de deux passepoils (PL.6, n° 4, 10631‑7 et 10631-25) qui servent de renfort aux parties hautes des tiges et des ouvertures au niveau du cou de pied. Il y a également deux renforts arrière
  • , place Saint-Germain Rapport d’étude typo-technologique des cuirs gorgés d’eau de Saint-Germain V.8 Gaël Barracand* *Calcéologue, Inrap Grand Ouest et chercheur associé à UMR 6566 – CReAAH, Laboratoire « ArchéoSciences », CNRS, université de Rennes 1, Campus de Beaulieu, bât. 24-25
  • bord destinées à fermer la tige. La seconde tige est en deux parties (PL.1, n° 1). Son patron de découpe primaire est un Y de style Lund (Volken 2014 : ref. 8.03 ; Hald 1972 ; Trimpe Burger 1957). Ce type de patron (en cuir de chèvre de 2,8 mm Ep1) est plutôt rare. Il se caractérise
  • , n° 2). En l’absence de la suite de la tige il est difficile d’en déterminer plus. Le patron Ba est une variation asymétrique qui forme à la fois la semelle (avec une plante de pied intégrale) et la tige comme le patron Y. Cependant le premier se referme par des coutures qui
  • xiie siècle car ce nouveau style est attesté à ces périodes, de par les contextes où il est présent, et de par le type de patron Jf qui le compose. Fig. 7 Chaussure de « style Rennes » 10212-2, vue côté fleur et côté chair. © E. Collado Trois pièces en bande triangulaire en partie
  • . Les épaisseurs varient entre 0,7 et 2 mm. Les pièces que l’on peut classer sous le terme chute sont au nombre de 20. Elles proviennent de cuir de veau/génisse (8), de chèvre (8) et un possible mouton (1 ?), 3 restent indéterminables. Leur épaisseur varie entre 0,6 mm et 2,8 mm
  • ) accompagnent le lot. Les chaussures Ce lot comprend principalement des éléments de chaussures dont 5 tiges, 4 semelles premières, 1 fragment de semelle et 1 trépointe intercalaire. Cette dernière est faite en cuir de chèvre de 2 mm. Au sein du groupe de semelles, le fragment pourrait être
RAP02413.pdf (LE CONQUET (29). île de Triélen. rapport de sondages 2008)
  • , Archéosciences, Histoire et A M A R A I (Association Manche Atlantique pour la Recherche Archéologique dans les îles). 3 Site n° 29 040 0073 Opération n° 2008-209 Rapport de sondages ÎLE DE TRIÉLEN (Finistère) Archipel de Molène 1 6 - 1 7 juillet 2008 Marie-Yvane DAIRE, Anna BAUDRY
  • 3 8 6 4 9 3 1 4 8 6 3 10 2 5 4 1 1 3 5 4 3 1 1 2 3 2 5 1 4 2 2 1 1 Cheval Porc 2 1 3 1 1 1 1 1 1 1 2 1 1 1 51 77 11 3 Tableau 2 - Liste des restes osseux étudiés pour le bœuf, les moutons/chèvres, le porc et le cheval. 28 2.5.3- Perspectives Cette étude
  • Site n°29 040 0073 Opération n° 2008-209 drac-sra "2 Fit courrier 2009 A R R i w Rapport de sondages Marie-Yvane DAIRE, Anna BAUDRY, Catherine DUPONT, Valérie-Emma LEROUX, Yvon DREANO et Laurent QUESNEL U M R 6566 « CReAAH » Centre de Recherche en Archéologie
  • ^J hf
  • | 1 Patelles cassées | © | Patelles Sédiment gris noir I ^ | Niveau loessique Niveau brun humique ri ] i 14 Niveau brun | c = 3 | Os EgSSl Plage ancienne Pierres brûlées Figure 15 - Relevé de la coupe de falaise en 2008 au niveau des structures SI et S3 (DAO L
  • : Finistère Lieu dit : île de Triélen, plage nord-ouest N° de site : 29 040 0073 Coordonnées Lambert Zone II X = 61,675 Y = 2399,855 Références cadastrales : section Kl, parcelle n°4, cadastre du Conquet de 1982 Propriétaire du terrain : Conseil Général du Finistère, (délégation à
  • (Fichaut et Suanez, 2007). Réseau Géodéslque François 1893 * coordonnées géographiques Lonuitude : 04* 59' 4€" O Latitude : 46" 24' 14" M Figure 1 - Localisation de l'île de Triélen dans l'archipel de Molène (source : IGN, Géoportail). 8 1.2.2 - L'île de Triélen et son patrimoine
  • associé à une faible fragmentation a permis l'observation de traces anthropiques notamment sur les os longs. N.R. 51 77 11 3 %N.R. 35,9 54,2 7,7 2,2 P.R. (en g) 504 190 75 78 % P.R. 59,6 22,4 8,9 142 100 847 100 1 110 1 0,9 98,2 0,9 1 99 8 0,9 91,7 7,4 100 108 100 Total
  • tesson provenant du carré 9, N2A (n°4, fig. 21), porte lui aussi un décor au poinçon de croix de Saint-André, disposées en frise horizontale encadrée de cannelures horizontales ; la pâte est fine et homogène et la surface a été lustrée. Une base d'un pot à piédestal (n°5, fig. 21
  • ), trouvée par J.Y. Le Gall au pied de la coupe, est de belle facture, régulière, réalisé dans une pâte fine, noire, avec des surfaces lissées, voire lustrées. Le diamètre du fond = 7 cm. 30 1 ^ ^ » 1 ^ 1 f 0 5 cm
  • gaulois de la plage nord-ouest de Triélen : localisation, découverte et travaux antérieurs 7 1 8 9 1.3 - Problématique de l'opération de sondages de 2008 1.3.1. Le site de Triélen : un ensemble archéologique menacé 1.3.2 - Le site de Triélen et la production de sel en Armorique 1.3.3
  • RÉSULTATS 31 4 - CONCLUSIONS ET PERSPECTIVES 33 Bibliographie 34 ANNEXES Annexe 1 - Etude des poissons de l'Age du Fer de l'Ile de Tiélen (Molène, Bretagne) : Intérêts et apports, par Yvon Dréano, Archéo-ichthyologue, Annexe 2-Le projet « ALERT » Annexe 3 - Les briquetages
  • armoricains et la production du sel Annexe 4 - Inventaire du mobilier Photo de l°couverture : Maisons de l'île de Triélen (cl. M.Y.D.). 36 38 41 45 5 1 - PRÉSENTATION DE L'ÉTUDE 1.1 - Présentation générale 1.1.1 - Fiche signalétique Commune : archipel de Molène Département
  • goémonière s'étant maintenue sur l'île jusque dans les années 1970. Inhabitée depuis, l'île est en partie enfrichée, ce qui a pour effet de protéger le patrimoine dans son ensemble, tant écologique que culturel (source : Réserve Naturelle d'Iroise) (fig. 2 à 4). Figure 3 - Triélen
  • que de nouveaux épisodes d'érosion du site pouvaient survenir. Les événements du mois de mars 2008 nous ont, malheureusement, donné pleinement raison ! 10 Typa «agi*tf«»sstei PArlCHλ
  • leur caractérisation morphodynamique. Les restes archéologiques de l'atelier de bouilleur de sel gaulois s'insèrent au sein de l'unité n°3 qualifiée de « zone en érosion » (fig. 7) qui correspond à la partie de la plage orientée au nordouest et donc relativement exposée aux houles
  • de l'île débouche sur une cartographie dynamique des bilans sédimentaires et une quantification des volumes de matériel déplacés : dans le sous ensemble n°3 « zone en érosion » (fig. 7) et pour la période considérée (2002-2005), le cordon de galets, qui a reculé sur 325 m, est
  • les divers acteurs) (fig. 9). Au niveau des structures archéologiques, l'observation de l'évolution géomorphologique de la coupe entre 2007 et 2008 (fig. 9) montre en un an la disparition du comblement de la structure S 3 (à droite du cliché), de la seule dalle du four qui
  • l'aspect archéozoologique de cette occupation (alimentation, ressources, exploitation du milieu....). Figure 8 - La partie nord-est de la plage de Triélen en juillet 2007 (à gauche) et en juillet 2008 (à droite) (cl. M.Y. D.). 13 Figure 9 - L'évolution du site de Triélen entre 2007
  • direction de l'est, dans une zone où la coupe de falaise était fraîchement décapée.. Un relevé stratigraphique minutieux a été réalisé sur une 7 de mètres de long, entre les carrés 5 à -2, dans la continuité des relevés de 2007, montrant la succession des niveaux et aménagements
RAP03034.pdf (ÉTEL (56). La Falaise : un atelier de salaisons et sauces de poisson antique. Rapport de sondage 2008)
  • , Universidad de Cádiz, 198 p. Charters et al. 1995 Charters S., Evershed R. P., Blinkhorn P. W., Denham V. 1995 : Evidence for the mixing of fats and waxes in archaeological ceramics, in Archaeometry, 37, 1, Oxford, University of Oxford, p. 113-127. Curtis 1991 Curtis R. I. 1991 : Garum
  • Interprétation Mur 7 Sondage A Mur sud de la cuve 4 Mur 8 Sondage A Mur sud du bâtiment abritant les cuves Fossé 1 Sondage A Fossé antérieur à la construction de l'atelier Niveau de sol 2 Sondage A Niveau de sol en bordure sud du bâtiment Niveau de sol 3 Sondage A Niveau de
  • Press, p. 195-206. Linger-Riquier et al. 2016 Linger-Riquier S. 2016 : Toubib or not toubib ? À propos des analyses organiques de quelques vases en contexte funéraire en Touraine et en Berry (Ier s. av. J.-C. – IVe s. ap. J.C.), in SFECAG, actes du congrés d’Autun (5-8 mai 2016
  • n°4 (mur 7). • Un espace comblé de pierres et recouvert par un niveau de circulation • le mur sud de l'atelier (mur 8) • Un niveau de circulation (niveau de sol 2) s'appuyant contre le mur 8 et recouvrant sa tranchée de fondation • Un fossé(fossé 1) Figure 4 : vue du
  • sondage A. Au premier plan : vue du mur sud de la quatrième cuve, derrière, mur de façade sud de l'atelier (cliché : C. Driard, 2008). Le mur 7 Le mur sud de la cuve n°4 (mur 7) est mal conservé (Figures 5 et 6 ; plan et coupe : Figures 11 et 12). Le parement situé du côté de la cuve
  • circulation L'interstice entre les murs 7 et 8 mesure 0,65 m de large. Il est comblé de blocs et de pierre (granite) et était recouvert d'un cailloutis en surface. Cet aménagement est similaire à celui mis au jour entre la cuve n°1 et le mur nord de l'édifice. Il a été sondé sur 0,85 m de
  • arasée du mur.Il est construit en petit appareil (granit) lié au mortier de chaux. Il a été fouillé sur 1,70 m de long.(photographies : Figures 5 à 7 ; coupe et plan : Figures 11 et 12). Un niveau de circulation (niveau de sol 2) s'appuyant contre le mur 8 Ce niveau de sol constitue
  • d’archéologie et d’histoire d’Antibes, XIVth ICAZ Fisch remains working group meeting, APDCA, 2007, p. 237-344. JACQ 1943 Jacq M. Ŕ.- Carnac, Découvertes faites dans la région, Sépulture Gallo-romaine dans les dunes d’Étel, dactylographié : 5 p. KAYSER, BARDEL 1997 Kayser O., Bardel J.-P. Ŕ
  • )...............................................................................................9 Figure 4 : vue du sondage A. Au premier plan : vue du mur sud de la quatrième cuve, derrière, mur de façade sud de l'atelier (cliché : C. Driard, 2008)...........................................................................13 Figure 5 : vue des murs 7 et 8, et de l'us 1034
  • naturels, ni d’évaluer les contributions des pollutions environnementales. Stratégie d’échantillonnage Cyril Driard Au total, les parois de cinq cuves ont été analysées (cuve 2 à Étel et cuves 1, 2, 3 et 5 à Kerlaz). À Étel, les prélèvements de parois des cuves 1, 3 et 4 n'ont pas fait
  • d'enduit provenant de la cuve 2 d'Étel, quant à lui, a été préféré pour son état de conservation et du fait qu'il a été prélevé dans la partie inférieure de la cuve. À Kerlaz, la cuve 7 présentait la même problématique que la cuve 3 d'Étel, avec un enduit neuf. Les cuves 6 et 8 avaient
  • coupe car le relevé a été effectué dans l'axe de l'atelier et non celui du fossé. L'espace était trop étroit pour obtenir une coupe perpendiculaire à la structure. Figure 5 : vue des murs 7 et 8, et de l'us 1034 (cliché : Cyril Driard, 2008) Figure 6 : vue des murs 7 et 8, après
  • 4,30 m. Cet atelier semble avoir été construit au cours de la seconde moitié du iie s. d'après la céramique sigillée concassée intégrée au mortier de tuileau constituant le fond des cuves. 6 Figure 1 : Localisation des sites de Lanévry à Kerlaz et La Falaise à Étel (réalisation
  • de fruits : le raisin pour les cuves n° 1, n° 3 et n° 5 de Kerlaz et la cuve d’Etel, ou d’un autre fruit riche en acide malique comme la pomme, la poire, etc. (Linger-Riquier et al. 2016) pour la cuve n° 2 de Kerlaz. Les analyses biochimiques des imprégnations des parois des cuves
  • , Université de Bretagne Occidentale, p. 101-116. Barnard et al. 2011 Barnard, H. et al. 2011 : Chemical evidence for wine production around 4000 BCE in the Late Chalcolithic Near Eastern highlands, in Journal of Archaeological Science, 38 (5), pp.977–984. Available at: http
  • ://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0305440310004115 [Accessed March 7, 2015]. Bernal-Casasola et al. 2016 Bernal-Casasola D., Angel Exposito Alvarez J., Medina Grande L., Vicente-Franqueira Garcia J.-S. 2016 : Un Estrecho de Conservas, Del garum de Baelo Claudia a la melva de Tarifa, Cádiz
  • and Salsamenta, Production and Commerce in Materia Medica, Studies in Ancient Medicine, Leydes, Brill, 226 p. Driard 2008 Un établissement romain spécialisé dans les productions de salaisons et sauces de poisson à Étel (Morbihan, France), in Béarez Ph., Grouard S., Clavel B. (dir
  • , Université François Rabelais, 3 volumes, 714 p., 102 pl. Driard 2014 Les sauces de poisson dans l’ouest de la province romaine de Lyonnaise : réflexions sur l’élaboration et la nature des produits, in Botte E., Leitch V. (éd.), Fish & ships : production et commerce des "salsamenta" durant
  • Errance, Centre Camille Jullian, p. 17-36. Garnier, Valamonti 2016 Garnier N., Valamoti S. M. 2016 : Prehistoric wine-making at Dikili Tash (Northern Greece): integrating residue analysis and archaeobotany, in Journal of archaeological science, 74, Cambridge (Massachussets), Academic
  • : Morbihan Commune : Etel Lieu-dit / adresse : La Falaise Code Insee commune : 79 212 N° de l'entité archéologique : 056 055 001 Coordonnées Lambert RGF 93 : x = 234731,50 ; y = 6746074,17 Section : AI Parcelle(s) : 252 Année du cadastre : 2008 Propriétaire du terrain : commune d'Etel
RAP02448.pdf (SAINT-VOUGAY (29). l'esplanade nord du château de Kerjean. archéologie des jardins. rapport final de synthèse de fp2 1998-1999.)
  • château de Maillé. A ¿O-íí/tUr* s'a- a-cnjjy $ CC D ^^¿u/^tiS^^f*--^ tíC-' EE t t tf tf t t f f f tf V ^ T- A dfS-r- — í e^AjjS cu/i-c B ds/tiSi¿fej-¿¿¡--¿CiUíP »A^"*' / *" ,' J* i 4. CitòtùvtS .'cwu J¡e**t*H¿i j m ^ w v ^ - ä l A : fe zwtí. eJ>c*n+*tZo > j á
  • ^ - A ^ a t i - ^ A * •*1 . -f V M * Zí i! LTX íaouLuy «-••.«... " ^ i ^ Ï ' ^ r f> S?**** %4 4 +4'4 * Itft-CUp #.44.1 444* If + * 4444^ 4 4 4 4 44t4>t44¿ K*« -s? • H s s ö i p ^ éuAcO ¿aJttL^Í-^f áÁ s i Acorn ^ ^ î ^ f P ^ t » îf i I "lA^U^tL, ! Jes qu-iDi^'ct^ic
  • tÎrritiitt K i t f r J / J a U 'l'In< fVH'tj A ivi Il C3ic\,ol«*hii (/¿J,il/r!I r '• jB. *'%HStlt-2lt. AJgtt4M
  • ^-yy^^ y / - ? CS* "géy»^.:- ... . . . f #4 ¿ ¿ > u v e t Á ¿ eé< c A a « , 4 t t #/ ^ ; ! :;. 4 vffir '• 4 4 4 4 - :'' f 4 t f r? ^ ^ V1 e^- ^ « f f 6- cctti/Ht-JcjÇX fMt ¿iía. /HJtÏA. O*- O Q •^cu-jije. fitA^.Je&Je^ Lors de ce dépouillement succinct effectué
  • . 17, n°l, january-march 1997. Garden Archaeology, CBA Research Report, n°78, 1991. The Archaeology of garden and field, edited by N. F. Miller and K. L. Gleason, P h i l a d e l p h i a , 1994. 19 l'étude des couches profondes du sol, fouillées lorsqu'on s'attend à y trouver des
  • ' X . . (3//u.dL-/%>uMfm'6y .QKtL'bu Q/iu-'ài rMtur'/tûiù CAuuVl riu. /enn tiron
  • boisés ont aujourd'hui disparu, on peut toutefois deviner les différentes unités - allées, parterres, verger, potager, étang - qui composaient autrefois l'environnement immédiat du château (fig. 9). p l ^ h d ' e n s e m b l e : Figure 9 : plan d'ensemble des jardins. 15 KERJEAN
  • fontaine et son vivier avec l'ormeau et l'énorme pin qui l'ombrageaient ( i ) , et celte forêt de sapins, qui fut. la plus douce retraite D e ce peuple d'oiseaux , fiers d'haliiter ces b o i s . Q u i chantaient leurs amours dans l'asile des r o i s ? ( 2 ) figure 11 Description de
  • graphique Conclusion 5.2. ANALYSES PALYNOLOGIQUES (M-F Diot) 5. 2. 1 - Définition de la palynologie 5. 2. 2 - Méthodologie employée 5. 2. 3 - Référentiels pour les jardins 5. 2. 4 - Historique de la palynologie des jardins 5. 2. 5 - Prélèvements à faire 5. 2. 6 - Résultats des analyses
  • palynologiques au Château de Kerjean 5.3. ANALYSE DU VEGETAL ACTUEL 5. 3. 1 - inventaire et caractéristiques des essences végétales actuelles de l'esplanade 5. 3. 2 - Essai d'interprétation CONCLUSION 3 1 1 ..tamji ,7, ! . St-LO,' i/o Chausey ,> SNl hstf Avranch uc .hateaulin
  • | Fougeres Ma ' 29 .BRÍTAGNE n îduimpe^ ^ iariant 5* L " ( rkäi _ ^ws-DEXA-L Belte-ile-on-MerQ, St-tàiam^ Arjcina*!?. r Atlas Universalis des Pays i 00 km I 1 i I Carte routière Michelin n°989 20 km I I Figi Cartes ÍGN n°0515 Ouest et Est ; et n°0516 Ouest et Est 500 m I I I
  • 1999 Esplanade nord Plan général des vestiges et inventaire des essences Secteur 2 vers la fontaine urne à incinération DECA 7 fossé de drainage ? DECA 1 DEÇA 13 (non exploité) DEÇA 14 (non exploité) DECA 3 Secteur 1 DECA 8 Secteur 4 axe du fossé gaulois 11 ligne de buis
  • actuelle I l (datation approximative 1934} DECA 6 i? laussf | J'accèi | vers le I village DECA 11 Secteur 3 vers le potager DEÇA 10 (non exploité) accès principal DECA 12 douves .Reprsentation des vestiges 1 : 1000 e 40 m .Matrialisation des essences SI terre végétale E3
  • and field, edited by N. F. Miller and K. L. Gleason, Univesity of Pennsylvania Press, Philadelphia, 1994. 13 D. Jacques, "Archéologie des jardins et restauration", Monumental. 4, septembre 1993, pp. 6063. "The techniques and uses of garden archaeology", lournal of garden history, vol
  • PLURIDISCIPLINAIRE 5 . 1 . ANALYSES MICROMORPHOLOGIQUES (C. Vissac) 2 5. 1. 1 - Stratégie d'échantillonnage et stratigraphie 5. 1. 2 - Démarche d'étude et fabrication des lames minces 5. 1. 3 - Généralités 5. 1. 4 - Détermination des faciès 5. 1. 5 - Synthèse et conclusion Restitution strati
  • Lambert : Abscisse: 122,10 Ordonnée: 1118,5 Altitude : 96,45 m NGF environ Opération du 06/07/98 au 3 1 / 1 2 / 9 8 Autorisation de fouille : 1998 22 Responsable : Stéphanie Hurtin Organisme de rattachement : AFAN Fouille programmée Surface fouillée : 2813,50 m2 Problématique
  • également été aménagés. 6 7 Dumas, note précédente. Situation qui a certainement dû se produire pour Kerjean d'ailleurs. 13 figure 7 Plan I du parc du château de Maillé. (JQûaijËtlc/MA.. 'lO'i (¿fjidica./totùS V 't ('{¡llljïtl .'ntujj c'c wi
  • , vers la grande route de Lesneven à Saint-Pol-de-Léon. E n f a n t , j'ai traversé cet étang à la nage ; ïiavi sa dure écurce à plus d'un houx sauvage t E t sur les chênes verts, de rameaux en rameaux , Visité dans leurs nids les petits des oiseaux; ( l ) En sortant de toutes ces
  • enceintes, on pouvait parcourir les avenues , les bois immenses qui entouraient cette ( i ) Y e n de D e l i l l e . demeure vraiment royale. Comment décrire cette belle avenue du Colombier, et les avenues latérales qui formaient l'éventail au-devant du château? Comment dépeindre encore
  • L'ESPLANADE NORD DU CHÂTEAU DE KERJEAN Saint-Vougay 29 0271 004 H Archéologie des jardins Fouille programmée bi-annuelle RAPPORT DE SYNTHÈSE Stéphanie Hurtin SRA/Rennes 2000 Z ^ U B L. Avertissement Ce rapport est la synthèse de deux années consécutives de campagnes de
RAP03176_1.pdf (LA MÉZIÈRE (35). ZAC des Lignes de la Gonzée : fenêtre ouverte sur un terroir, du Néolithique à nos jours. Rapport de fouille)
  • LA MÉZIÈRE (35). ZAC des Lignes de la Gonzée : fenêtre ouverte sur un terroir, du Néolithique à nos jours. Rapport de fouille
  • fouille La Mézière (Ille-et-Vilaine), ZAC Les Lignes de La Gonzée − Fenêtre ouverte sur un terroir, du Néolithique à nos jours Vol. 1 N 1 2 3 4 6 5 7 8 9 ZAC Les lignes de La Gonzée 12 11 10 14 13 15 16 17 18 20 19 0 1 1 – Le Grand Clos, fosse, 1992 2 – La Beuzonnais
  • parcelle E La parcelle F La parcelle G La parcelle H La parcelle I La parcelle J Les parcelles K et L Les fossés du groupe 3 Le fossé 1030 Le fossé 1890 Le fossé 2690 Les fossés du groupe 4 La limite méridionale : le tracé 2060 La limite orientale : le tracé 2650 Les limites internes
  • fouille La Mézière (Ille-et-Vilaine), ZAC Les Lignes de La Gonzée − Fenêtre ouverte sur un terroir, du Néolithique à nos jours Vol. 1 N AH 137 route ruis s e au Pacé d e Bi a r d e l de La Patenoterais AH 145 AI 75p diagnostic 2011 fouille 2012 0 50 AI 76 100 m Fig. 2
  • Y : 6800842 Z : environ 91 m NGF Section(s) et parcelle(s) : AH 137 et 145 AI 75p 20 0 20 40 60 80 100 km N 0 250 m 1/25 000 1 km 2 km I. Données administratives, techniques et scientifiques Arrêté de prescription 17 18 Inrap · RFO de fouille La Mézière
  • , cour, 2001 3 – La Haute Vollerie, enclos, 1992 4 – Lignes de La Gonzée, espace fortifié, 2013 5 – École Saint-Martin, occupation, 1989 6 – La Herbetais, fossé, 1992 7 – Le Chêne Hamon, occupation, 1982 8 – La Petite Pérrière, occupation, 1989 9 – La Ville rouge, occupation, 1978 10
  • : un remembrement du début du Ier s. ap. J.-C. 4.4.3.1 ,nterprétation phase 3 4.4.4 Phase 4 : Les premières limites d’un établissement antique, première moitié du Ier siècle ap. J.-C. 4.4.4.1 Interprétation de la phase 4 4.4.5 Phase 5 : une légère modification des
  • 6.2.2 6.3 6.3.1 6.3.1.1 6.3.1.2 6.3.1.3 6.3.1.4 6.3.2 6.3.2.1 6.3.2.2 6.4 6.4.1 6.4.2 6.4.3 6. Phase 8 : les transformations de la deuxième moitié du IIe siècle au début du IIIe s. ap. J.-C. Interprétation phase 8 Phase 9 : ultime occupation domestique du secteur au IVe–Ve s. ap. J
  • terroir, du Néolithique à nos jours Vol. 1 1071 N chablis Fig. 5 Plan général des structures et des anomalies repérées à l'issue du décapage. 0 10 50 100 m un ensemble cohérent de structures néolithiques, ce malgré la présence d’indices d’occupation (mobilier lithique ou
  • relation habitat/espace funéraire ? Les vestiges protohistoriques intégrés dans un système plus vaste ? L’occupation de La Tène finale et de la période romaine Les fossés directeurs Les fossés du groupe 1 Les fossés du groupe 2 La parcelle A La parcelle B La parcelle C La parcelle D La
  • limites de l’établissement antique au Ier s. ap. J.-C. 4.4.6 Phase 6 : L’apparition de la grange et de nouvelles limites fossoyées dans la deuxième moitié du Ier s. ap. J.-C. 4.4.6.1 Interprétation phase 6 4.4.7 Phase 7 : les modifications entre la fin du Ier et le début du IIe s. ap
  • rivets Les clous Bilan L’espace funéraire dans son développement spatial et chronologique Un espace funéraire bien ordonnancé à première vue Des indices de gestion de l’espace funéraire Des ensembles de sépultures L’ensemble 1 (E1) L’ensemble 2 (E2) L’ensemble 3 (E3) L’ensemble 4 (E4
  • Localisation des vestiges mis au jour lors du diagnostic et emprise des fouilles prescrites (d'après Arnaud Desfonds). 0 250 m 1 km 2 km 1/25 000 Fig. 3 Localisation de la fouille sur le fond topographique de l'IGN. © Géoportail AI 77 II. Résultats 53 1.4 Stratégies et méthodes
  • caractéristiques générales Typologie de quelques structures à pierres chauffantes Éléments de chronologie absolue et relative Synthèse et discussion Le mobilier néolithique La céramique Présentation générale L'ensemble 1 L'ensemble 2 4 139 140 141 141 141 141 163 167 172 172 172 174 178 179
  • . J.-C. 4.4.7.1 Interprétation phase 7 345 347 347 347 355 355 355 356 360 363 3366 367 4.4.8 4.4.8.1 4.4.9 4.5 4.6 4.6.1 4.6.2 4.6.3 4.6.4 4.6.5 4.6.6 4.7 379 5. 380 380 386 388 397 5.1 5.1.1 5.1.1.1 5.1.2 5.2 397 398 400 404 409 409 415 422 424 424 426 429 436 443 5.2.1
  • ) L’ensemble 5 (E5) L’ensemble 6 (E6) L’ensemble 7 (E7) L’ensemble 8 (E8) Des espaces sans sépulture De dimensions restreintes De grandes dimensions : quatre zones supposées Proposition d’une dynamique du développement de l’espace funéraire Le site funéraire dans son environnement Où sont
  • terroir, du Néolithique à nos jours Vol. 1 Localisation de l’opération Région : Bretagne N Département : Ille-et-Vilaine (35) Commune : La Mézière Adresse/Lieu-dit : ZAC des Lignes de La Gonzée Coordonnées géographiques et altimétriques (Lambert 93) : La Mézière Rennes X : 346928
  • prescription de fouille est émis sur un secteur couvrant une superficie globale de 70 000 m² (fig. 2) : arrêté n° 2011-141 du 07 juillet 2011. Il est accompagné d’un cahier des charges. Ce document précise la nature prévisible des travaux à mener sur le terrain ainsi que les principes
  • prioritaire ont été engagées immédiatement alors que la phase de décapage s’est poursuivie sur le reste de l’emprise prescrite (Zone C). Conformément à la demande de l’aménageur, la partie sud du projet (zones A et B, soit près de 21000 m²) a été libérée en juin, juste après une ouverture
  • pour la compréhension générale de 54 Inrap · RFO de fouille La Mézière (Ille-et-Vilaine), ZAC Les Lignes de La Gonzée − Fenêtre ouverte sur un terroir, du Néolithique à nos jours Vol. 1 B Fig. 4 Plan d'organisation du décapage. (© Thomas Arnoux) l’ensemble. Tous les résultats
  • peutêtre la période de mise en place du système. Pour une plus grande lisibilité du plan des vestiges archéologiques, les II. Résultats 57 N 0 10 Fig. 6 Limites parcellaires présentes sur le cadastre du XIXe siècle et parcellaire moderne. 50 100 m limites parcellaires récentes
RAP03720 (LANGROLAY-SUR-RANCE (22). La villa de SDU les Vaux. Rapport de fouille)
  • L’aile ouest 70 2.1.1.1 La galerie 74 2.1.1.2 La pièce AO-1 et l’abside AO-2 82 2.1.1.3 La pièce AO-3 86 2.1.1.4 Les pièces AO-4, AO-5 et AO-6 87 2.1.1.5 Les pièces AO-7, AO-8 et AO-9 89 2.1.1.6 Les pièces au sud de l’aile ouest : AO-10, AO-11, AO-12, AO-13, AO-14 et AO15
  • poteaux 414 2.4.2.1 L’ensemble 1 414 2.4.2.2 L’ensemble 2 415 2.4.2.3 L’ensemble 3 416 2.4.2.4 L’ensemble 4 419 2.4.2.5 L’ensemble 5 419 2.4.2.6 L’ensemble 6 419 2.4.2.7 L’ensemble 7 419 2.4.2.8 L’ensemble 8 419 2.4.2.9 L’ensemble 9 422 2.4.2.10 L’ensemble 10 422 423 2.4.4
  • 220 2.1.7 Les thermes 222 2.1.7.1 Méthodologie de fouille 230 2.1.7.2 Description des vestiges 230 La pièce T-1 234 La pièce T-2 238 La pièce T-3 244 La pièce T-4 250 La pièce T-5 254 La pièce T-6 258 La pièce T-7 264 La
  • 398 2.4.1 Les alignements de trous de poteaux 398 2.4.1.1 L’alignement 1 398 2.4.1.2 L’alignement 2 400 2.4.1.3 L’alignement 3 400 2.4.1.4 L’alignement 4 406 2.4.1.5 L’alignement 5 406 2.4.1.6 L’alignement 6 406 2.4.1.7 L’alignement 7 407 2.4.1.8 L’alignement 8 407 2.4.1.9
  • et abandon de la villa au IVe - Ve s. apr. J.-C. 518 3.9 La 518 4. Conclusion 524 5. Bibliographie période médiévale et/ou moderne III. Inventaires 528 1. 572 2. Datations radiocarbones 582 3. Inventaire des unités stratigraphiques
  • les Vaux Sections B2 Parcelle1252 X= 1330900 Y= 7273450 Z : 47 à 52 m NGF N 0 1km I. Données administratives, techniques et scientifiques 17 Implantation cadastrale DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES ------------EXTRAIT DU PLAN CADASTRAL ------------- Département
  • Séquence 2 : fin du Ier s. av. J.-C. – Ier s. apr. J.C. 436 2.5.1.1 L’enclos : F 2167, 2173, 2189 et 2438 441 2.5.1.2 Les fossés périphériques Séquence 1 : les fossés protohistoriques 444 2.5.3 Séquence 3 : fin Ier – début IIe s. apr. J.-C. 444 2.5.3.1 L’enclos : les fossés F
  • entre la fin du Ier s. av. et la première moitié du Ier s. apr. J.-C. 498 3.3 Phase 3 : l’établissement de la deuxième moitié du Ier s. apr. J.-C. 500 3.4 Phase 4 – état 1 : création de la villa au début du IIe s. apr. J.-C. 506 3.5 Phase 4 – état 2 : création
  • de l’aile nord et du bâtiment annexe 2 au milieu du IIe s. apr. J.-C. 508 3.6 Phase 4 – état 3 : développement de la villa dans la deuxième moitié du IIe s. apr. J.-C. 510 3.7 Phase 4 – état 4 : apogée de la villa au IIIe s. apr. J.-C. 515 3.8 Phase 5 : déclin
  • 2169, 2185, 2263 et 2810 (?) 450 2.5.3.2 Les fossés périphériques à l’enclos 454 2.5.4 Séquence 4 : début IIe s. – deuxième moitié IIe s. apr. J.-C. 454 2.5.4.1 Les fossés de délimitation de la cour résidentielle 460 2.5.4.2 Les fossés bordiers de la voie : F 1026, 2010
  • 478 2.5.6 Séquence 6 : IIIe s. – IVe s. apr. J.-C. 478 2.5.6.1 Les fossés associés au bâtiment 2005 (fanum ?) et à l’aile nord 482 2.5.6.2 Les fossés associés aux thermes 484 2.5.6.3 Les fossés bordiers de la voie et l’enclos F 1022 485 2.5.6.4 Les fossés associés au bâtiment
  • Numéro de l’arrêté de prescription Numéro de l’arrêté de désignation 2016-218 Patriarche n° 22 103 0003 Numéro Inrap de l’opération F 109 815 Société ARPI responsable : Jean-François Michel X : 1330900 Y : 7273450 Z: entre 47 et 52 m NGF Nature de l’aménagement Construction
  • et 2509 465 2.5.4.3 Les fossés périphériques 470 2.5.5 Séquence 5 : deuxième moitié IIe s. apr. J.-C. 470 2.5.5.1 Les fossés associés à la délimitation de la cour résidentielle 472 2.5.5.2 Les fossés bordiers de la voie 475 2.5.5.3 Les fossés périphériques
  • annexe 3 486 2.5.6 Séquence 7 : Antiquité tardive/haut Moyen Âge 490 2.5.6 Séquence 8 : période médiévale ou moderne ? 494 494 3.1 Phase 494 3. Synthèse 3.2 1 : Aux origines protohistoriques de l’occupation Phase 2 : Le premier établissement antique
  • Mars 2019 22103 Fouille archéologique Rapport d’opération Code INSEE 2014-347 F 109 815 Arrêté de prescription N° Patriarche 22 103 0003 Code Inrap Bretagne, Côtes d’Armor (22) La villa de « Sur les Vaux » à Langrolay-sur-Rance Volume 1 : étude du site sous la direction
  • sud : l’habitat de l’intendant ? 182 2.1.2 2.1.3 2.1.4 L’aile nord L’aile sud Les bâtiments annexes à la pars urbana 184 2.1.4.1 Le bâtiment 1 185 2.1.4.2 Le bâtiment 2 190 2.1.4.3 Le bâtiment 3 193 2.1.4.4 Analyse métrologique 193 2.1.4.5 Phasage et synthèse
  • majoritairement composé d'élèves, d'étudiants, d’enseignants ou de chercheurs directement concernés, et que son utilisation ne donne lieu à aucune exploitation commerciale. Le non-respect de ces règles constitue le délit de contrefaçon prévu et sanctionné par les articles L.335-2, L.335-3 et
  • historiques. Protégé par du sable, les thermes de Langrolay constituent un témoignage exceptionnel de la romanisation de la péninsule armoricaine entre le Ier et le IVe s apr. J.-C. et sont parmi les plus grands édifices de bains privés découverts actuellement en Gaule. I. Données
  • ............................................................................... 7 C. La fouille des vestiges : modes opératoires et principes méthodologiques............................................... 8 C.4 Le suivi de la fouille
  • sud-ouest du terrain. - ensemble 3 : Un bâtiment thermal a été en partie identifié (tranchées 4 et 12) bien que l’on ne dispose pas encore, à l’issu du diagnostic d’un plan complet. Deux de ses angles ont été reconnus sur sa façade nord, à partir d’un mur de 21 m de long. La limite
RAP02008.pdf (BELLE-ÎLE-EN-MER (56). rapport de prospection inventaire)
  • Bortentrion Le rouic,e Crawford\ 1 Borgrois V W L. ^t ) 6 Kerbellec 2. , Plage ' PorhTouquet O Taillefer® Port Saint-Julien I Quipjweefc^Le Pavillory~N. ASdrestol >*—' -\ Plage de Castoùl fiftBordénéo Locq uéltas T Uncréfi érA.j£y «ff aute Bologne H Souverain cad0
  • DRACAR j Code AP / AH Modification 2^ 1 | 1 tWïdr ..*t*.£jdet..cZttcY'- f dAjesaj jejg,/ qpjipjg -(o)dj)sepec) auiBuo £001/01/90 &l 3)IPB - 0009/1- s//stP3 ATLANTIQUE N lejjsepeo }iej}x=j - eueLuoo-j ep eunujLiioQ COMMUNE DE BANGOR 7- Gouastin. ZL n°3,4 et 5. 1ère
  • l «• i | N" d'enregistrement DRACAR _J Code AP / AH Modification j |_ ?.. /A - ^ ^'(Ar rie H ôjf) *, ase eJLb =G
  • CELLULE CARTE ARCHÉOLOGIQUE N° de site attribué N° d'enregistrement DRACAR j «^..^.^...«Ç ^^c ^lux.* f.t^.«w»*)ujd^...
  • G N ) : Nom du site : Cadastre o Ç\ ^ (Armée de dernière mise a pur) Section(s) et parcelle(s) : l^L-itX-X^T.^.... Observations : Numéro Carte I.G.N Coordonnées Lambert Centre site : □ Zone : X= I y- I I 1 i.r Rayon du site (mètres) : Circonstances de la
  • : .. Ilnformateur : Descriptipi} des vestiges : ^^.Cx&V^H. ^.£^^r^...f......ir.i.\:u( ...v.Ts ...;.kAKi .>t... „ > ^.C \ Etat de conservation : .. Eléments de datation : Chronologie proposée : .. .. Mobilier Oui fj[] ÛAttt....T.„£$S!Q...~. Non
  • : X= | , \à.-. 1^%^lTJ&& WSàtfSMJS-s: Techniques de repérage : . 4^«rO I Informateur : . Année d'édition
  • ) et parcelle(s) : O" ^\ Observations : Carte I.G.N Numéro Coordonnées Lambert Centre site : [ t [ 4-jg, Année d'édition □ Zone : X= Y= Nom [ 12.121 fr| I 1 . \\\7.\Q\ ~\ m Rayon du site (mètres) : Contours Xa Ya Xb Yb Xa Ye Xd Yd Xe Ye Circonstances de la
  • : ... □ Données comp(émentaires= : LÉ.
  • = Responsable = Nature de ropération Cf-E&fi-Q) Année première mention 1 = .ffAcS.peG'Tïùt^ ' T^U£«f^ t~1&.ti T7^ Organisme = .. Département : . Commune = 6A.(o .
  • : CADRE RESERVE CELLULE CARTE ARCHÉOLOGIQUE N° de site attribué N° d'enregistrement | [ | Année d'édition [ j Code AP/ AH DRACAR Modification 34 ,r.. ■ M6 J& e -rai Pi &7 1 j co Cor -e |\JLA. S' t Uc- 1 / diM> Ui. (G f 44) 3S /
  • Chien âtf\ & - Fortin \ Sarah Bernhaïdt \ Plage de PortDeuborh p| age DU „T O de Porh PuceCARDINAL Bellec P liborh SterVras KohKast l!^ e ' Sauzon ; o Q Réserve gft 0^ Port Blanc: / XBortifaouen Kergostio w Kerzo Plage de Porh Jean O y Brénarfec Kergperch
  • Tyjpfté Bornaliguen Connant "POINTE DU GRAND GUET Bedex ^Borzose ^ Vazen Iles Bagiienères A *■ Kernest f~" f > ^Bc^ddcujf Domois Bortémont Bordrouhant Ker uelen Bornorf/ O 9 GrandVillage , Plage de SarrizurL. 1 Kerdaicas^rourdé Kervarigeon s* .i^ajj^v Borchudan ï£*^J
  • . Première mention SX : Année = Z- Responsable = .Q.£Ml£>. O 0~^_ Lieu-dit (de n .G.N.) Organisme = ...\*>l.Çr.H.Ai... MO^C _ Commune = . CSr...Lû.fSÀ .^bl&- I -b..O Lieu-dit ( du Cadastre) : Année première mention = Nature de l'opération = ho£ ïàittA M- Département
  • Nom | Contours ] , c Rayon du site (mètres) : Xa Ya Xb Yb Xc Yc Xd Yd Xe Ye Circonstances de la découverte : ... ^.^...Z...^l.:. Techniques de repérage : ... I Informateur : . 2> H.^M..: flocks. Tf&A ^J^^JUbâZ^Ji ^BGJ^L Descriptiondes vestiges : , , ...^ 3
  • Année d'édition Zone : LZ x= Centre site: Nom Contours ] • I I I - Mil I.LXD m Rayon du site (mètres) : Xa Ya Xb Yb Xc Yc Xd Yd Xe Ye p£$£à .T&e QRc&.ÇG£Xiobk Circonstances de la découverte : . sJ.lso.&asB...., Ç&Aficl tf.0.kC&..., Techniques de repérage
  • ,4 ,5 Déclaration de découverte archéologique A rttoumef au Annexe l .i Service Régional de l'Archéologie de Bretagne 6. rue du Chapitre. 35044 Remes Cedex Première mention = | | Données comp*émentaires= |*2-|g>|£3 [^l Année = Responsable = ^EA/tt-J} Département : ttQ
  • Chapitre. 35044 Rennes Cedex. Première mention = Données complémentaires= 1^\C\Q Année = Nature de ropération =
  • derrière mise a pur) '. Section(s) et parcelle(s) : ..Z~.\** f» " 3 , *y / ~*> : Observations : Carte I.G.N. Numéro Coordonnées Lambert Centre site : Nom □ Zone : Contours X= Y= rm I I I 1 I. Année d'édition Rayon du site (mètres) : Xa Ya Xb Yb Xc Yc Xd Yd Xe
  • r^ M H |ft [ '2. O o Année première mention = Nature de ropération =' fttiàC.ik....:.„ Organisme = H:A-fvJ..." Commune = . ..bA-fo.^Oft.... Lieu-dit ( du Cadastre) : Lieu-dit (delï.G.N.) : f. Nom du site : Cadastre (Année de dernière mise a pur) ! "y S> Section(s
RAP03508 (VANNES (56). Le Bondon. Rapport de sondage 2007)
  • Légende : Altimétrie : 0 50 m emprise supposée de la ville antique pendant le Haut-Empire (Ier-IIIe s. ap. J.-C.) tracé de l’enceinte urbaine à la fin du Moyen Age (2nde moitié du XIVe s.) voie antique 00 .5 1 km Fig. 1.10 - La situation topographique et hydrographique autour de
  • 1993, p. 55-57. 18 - Leguay (dir.) 1988, p. 62. Le manoir de Lestrenic était auparavant la propriété de Jean de Malestroit, qui l’avait fait aménager en 1431. La Martinière 1920, p. 25. Vannes (56). Le Bondon 20 N p co p es am Pl h rs -C ve rand G Ver Qu s Hen imp neb on er t
  • Mené ,1895, p. 8-11 AD56 - E 2689 - pièce justificative n° 1. Blanchard 1897, t. 5, p. 42 (n° 1452). 22- Rosenzweig, 1895, p. 410-411. La Borderie, Villers 1897, p. 222. 23 - L’Itinéraire de Bretagne de 1636 de Dubuisson-Aubenay et un recueil d’armoiries, de montres, de
  • le numéro DL 15. Les modifications cadastrales sont intervenues postérieurement à l’opération archéologique Vannes (56). Le Bondon 6 N N 0 500 km 05 0 5 2,5 km 50 km N Fig. 1.02 - Localisation de la région Bretagne, du département du Morbihan, de la commune de
  • principaux d’après la carte d’Etat Major cathédrale église paroissiale prieuré couvent de franciscains hôtel-Dieu chapelle 0 5 km Altimétrie : 0 140 m lieu de foire Fig. 1.14 - L’occupation à la fin du Moyen-Age et au début de l’époque moderne (XIVe-XVIe s.) à Vannes et dans sa
  • e nn He er rs Ve imp Qu nt bo Ve rs Va nn es itinéraires principaux autres chemins emprise reconstituée du terrain donné par Jean de Malestroit en 1425 aux carmes vallée du Rohan rs Ve croix médiévale 0 100 m s ne n Va 05 Fig. 1.15 - Hypothèse d’emprise du couvent du
  • Propriétaire du terrain : Groupe Lamotte constructions et SCI Chimère Coordonnées Lambert II étendu : x : 216.419 ; y : 2308.639 ; z : 30 m NGF Entité archéologique - base Patriarche : 56 260 0124 Descriptif de l’opération archéologique Nature de l’opération : sondage archéologique Arrêté
  • Vannes et localisation du site du Bondon sur des extraits des cartes IGN au 1/250000 et au 1/25000 (point rouge) (source : géoportail) (S. Daré © CERAM). 1. Introduction. Les motifs et le déroulement des interventions 7 1266600 1266800 7179000 7179000 7179200 7179200 N
  • ru tributaire du Rohan, échancre ce relief qui s’effile s’achevant par un promontoire, la colline du Mené, où se dresse la ville de Vannes, protégée par des remparts, N rs ve ver sR enn es r pe im Qu s ver ver rs nge sN er iaqu cmar rs Lo ve es/A t Nan ant
  • la ville de Vannes et du site du Bondon (données extraites de la BD alti-IGN ; courbes de niveaux : espacement 1 m) (S. Daré © CERAM). es 1. Introduction. La topographie et la géologie du site 15 à partir de l’Antiquité tardive. Un port s’est également développé au pied de
  • , assez sableux et plus jaunâtre à sa base et d’une épaisseur comprise entre 0,15 et 0,20 m. N 72 : granite de Ste-Anne-d’Auray, à grain fin-grossier porphyroïde, à biotite et à phénoblastes sub-automorphes de felspath - Carbonifère (321 +/-2 Ma et 322 +/- 5Ma) 73 : leucogranite à
  • planche 2, Cagnard 2009, p. 300) (éch. : 1/150000e). Seules sont données les légendes des formations géologiques intéressant le site (S. Daré © CERAM). 1 - Cagnard 2009, p. 29 et pl. 2 en fin de volume.. . Vannes (56). Le Bondon 16 1.4. Le contexte archéologique et le cadre
  • a livré d’abondants vestiges datables de la fin de la Tène. Plus à l’est encore, au lieu-dit Bohalgo, ce sont les vestiges d’un habitat enclos gaulois (IIe - Ier s. av. J.-C.) qui ont été reconnus à l’emplacement d’immeubles et d’un projet de nouveau quartier5. De très rares traces
  • particulier). Le rapport de cette étude est placé en annexe. Leman, 2016, 55 p. 3 - Galliou et alii, 2009, p. 341. 4 - Galliou et alii, 2009, p. 321-322. Villard, Le Bihan, Pluton, Gaumé, 2006, p. 177-182. Menez, 2008, p. 81-82, fig. 72. 5 - Galliou et alii, 2009, p. 341-342. Daré
  • , Triste, 2011. 8 - Galliou et alii, 2009, p. 398. 9 - Villard, 2011. Sélèque, 2014.. 10 - Galliou et alii, 2009, p. 62-70. 11 - De Laigue, 12 - Danigo, 13 - www.géoportail.fr 14 - www.archives.morbihan.fr 15 - Provost, Philippe 2011, p. .32-35. 16 - Guilloux, 1894. 1
  • Bondon, en rouge les bâtiments encore en élévation au début du XIXe siècle, par rapport au réseau viaire aux abords du site, sur fond cadastral (cadastre napoléonien de Vannes daté de 1807 - AD56 3 P 297/19) (S. Daré © CERAM). 21 1. Introduction. Le contexte archéologique et le
  • collaboration de Jean-Luc Daré et de Clément le Guédard Service régional de l’Archéologie de Bretagne juin 2017 Cé r a m Centre d'Etudes et de Recherches Archéologiques du Morbihan Vannes (Morbihan) - Le Bondon EA n° 56 260 0124 Rapport final d’opération archéologique (Arrêté
  • Sommaire Fiche signalétique Générique de l’opération Sommaire Remerciements 1 4 1. Introduction 5 1.1. Les motifs et le déroulement des interventions 1.2. La post-fouille 1.3. La topographie et la géologie du site 1.4. Le contexte archéologique et le cadre historique 1.4.1
  • 1.5.3. Le bâtiment C 1.5.4. Autres observations 5 13 14 16 16 18 21 22 23 26 29 32 32 35 35 36 2. Les résultats 37 2.1. L’occupation antique 2.1.1. La fosse 3010 2.1.2. Les fossés 2.1.3. Le mobilier en dépôt secondaire dans les structures postérieures 2.2
  • . 5 1. Introduction. Les motifs et le déroulement des interventions 1. Introduction 1.1. Les motifs et le déroulement des interventions En juillet 2007, les terrassements préalable à la la construction d’un immeuble avec un parking souterrain sur un terrain situé à la
RAP03661 (HOEDIC (56). Les derniers chasseurs-cueilleurs côtiers d'Europe atlantique et la mort : étude interdisciplinaire de la nécropole mésolithique de Hoedic)
  •  de traitement.    Ce  programme  s’est  accompagné  d’une  révision  des  parures  (S.  Rigaud),  de  l’outillage  osseux (E. David), de l’industrie lithique (G. Marchand, A. Little), des structures funéraires  (E. Vigier, A. Vialet, P. Fontan, J.‐M. Large, B. Boulestin, G
  • . Marchand) et bien sûr des restes  humains (A. Vialet, P. Fontan, J.‐M. Large, B. Boulestin, T. Colard, B. Bertrand).     Le programme CIMATLANTIC a donné lieu à la publication des analyses anthropologiques  sous forme d’un ouvrage (B. Boulestin), à la réalisation d’un excellent mémoire
  • , mais ce n’est qu’une hypothèse.  10    Prospections géophysiques    Hoedic, 2018    Figure 5. Vue des fouilles de Hoedic lors des fouilles de M. et S.‐J. Péquart en 1933.          Figure 6. Stratigraphie relevée par Marthe et Saint‐Just Péquart (publication de 1954)    11
  • )*  Hoedic H (8)  Hoedic H (8)*  Hoedic K (9)  Hoedic K (9)*  Téviec B (1)  Téviec B (1)*  Téviec H1 (14)  Téviec H1 (14)  Téviec H1 (14)*  Téviec H1 (14)*  Téviec H1 (14)  combined*  Code  OxA‐6705  OxA‐11776  OxA‐12419  OxA‐6707  OxA‐12422  OxA‐6710  OxA‐12420  OxA‐6662  OxA‐12895  OxA
  •   appliquée  sur  une  surface  de  4.975m2  (90m  en  direction  EO  x  68m  en  direction  NS),  au  sud  et  à  lʹest  de  la  zone  excavée  par  la  famille  Péquart.   Fig. 15. Paul Naumann, Université de Marburg, avec un magnétomètre à cinq canaux (2018).  La  prospection
  •  calculée (0,079 m/ns).  v. vi) Conversion du temps en profondeur à la vitesse calculée de 0,070 m/ns    C. Le traitement 3D s’est fait par :  i. L’établissement  de  cartes  dʹamplitude  à  partir  des  sections  horizontales  du  modèle  3D  dans  la  zone  où  le  maillage  du  profil
  • ou de chercheurs directement concernés, et que son utilisation ne donne lieu à aucune exploitation commerciale. Le non-respect de ces règles constitue le délit de contrefaçon prévu et sanctionné par les articles L.335-2, L.335-3 et suivants du code de la propriété intellectuelle
  •  des matières    Remerciements ___________________________________________________________________ 4  Résumé de l’opération _____________________________________________________________ 5  1. Nature et importance scientifique du site _________________________________________ 6  1.1
  •   SJ.,  1934  ‐  La  nécropole  mésolithique  de  l’île  d’Hoëdic.  L’Anthropologie  (Paris),  T.XLIV, 44 (12), p1‐20.     PEQUART  M.  et  SJ.,  1935  –  Le  kjökkenmödding  et  les  sépultures  de  l’île  d’Hoëdic  (Morbihan).  Extrait du Congrès Préhistorique de France, XIe
  •     Hoedic, 2018      Figure 2. Position de l’amas coquillier sur la carte de l’IGN.    8    Prospections géophysiques    Hoedic, 2018    Figure 3. Vue de la cale de Port‐neuf (au centre de l’image) ; l’amas est derrière sur la pointe.      Figure 4. L’emplacement des fouilles
  • ). Ces résultats sont maintenant considérés comme acceptables.  Le  tableau  2    illustre  le  problème,  en  mettant  lʹaccent  sur  les  tombes  Hoedic  BH  et  K,  et  Téviec  tombes  B  et  H1,  qui  avaient  toutes  des  dates  relativement  tardives  en  comparaison  avec la
  •   Prospections géophysiques    Hoedic, 2018    Entrée et sortie :       Antenne  Énergie : courant continu  Etheret I/O  Port E/S série (RS232)   Clé USB Compact Flash Maître esclave USB  En  combinaison  avec  cet  équipement,  une  antenne  monostatique  dʹune  fréquence  centrale
  •  dʹobtenir des images 2D (radargrammes,  dans les trois profils supplémentaires) et des modèles 3D du sous‐sol (maillage 0,50x0,50 m)  du  sous‐sol.  Ces  derniers  sont  obtenus  en  combinant  les  radars  longitudinaux  et  transversaux, on obtient un modèle 3D du sous‐sol (XYZ
  •   espacement  des  électrodes  de  2,0  m,  pour  effectuer  une  lecture  de  lʹensemble  du  dépôt.  E38  et  E39  ont  été  réalisés  dans  le  sens  OE,  avec  une  distance  entre  eux  de  25m,  et  les  points  de  départ  aux  nœuds  de  la  grille  550/800  t  550/775
  •     Hoedic, 2018  Figure 17. Zones étudiées par Georradar  4. Analyses préliminaires des résultats obtenus en juin 2018 Dans les profils représentés dans les figures 18 et 19, il y a une série dʹanomalies entre 2,00 m  et 2,80 m de profondeur (dix dans le profil 1 ; sept dans le profil
  • , sondage, sauvetage…) sont des documents administratifs communicables au public, en application de la loi n° 78-753 du 17 juillet 1978 modifiée et portant diverses mesures d’amélioration des relations entre l’administration et le public. L'accès à ces documents administratifs s’exerce
  • rapports s’effectuent dans le respect des dispositions du code de la propriété intellectuelle relatives aux droits des auteurs. Notamment en application de l'article L.122-5 du code de la propriété intellectuelle, cela implique que : 1) les prises de notes et les copies ou autres formes
  • et du rapport); 3) la représentation ou la reproduction d’extraits est possible à des fins exclusives d’illustration dans le cadre de l’enseignement et de la recherche, dès lors que le public auquel elle est destinée est majoritairement composé d'élèves, d'étudiants, d’enseignants
  •  se trouve dans :     PEQUART M. et SJ., 1933 – La civilisation mésolithique en Bretagne méridonale. Découverte d’une  nouvelle  station  à  l’île  d’Hoëdic  (Morbihan).  Association  Française  Pour  l’Avancement  des  Sciences,  Chambéry 1933, p. 358‐359.      PEQUART  M.  et
  •  Session 1934, p.3‐15.      PEQUART  M.  et  SJ.,  1954  –  Hoëdic,  deuxième  station‐nécropole  du  Mésolithique  côtier  Armoricain.  Anvers : De Sikkel. 89 p.     Par la suite, les monuments de pierre au‐dessus des tombes ont été mis en relation avec les  premiers  mégalithes
RAP03423_4.pdf (RENNES (35). Place Saint-Germain : naissance et évolution d'un quartier de Rennes de l'Antiquité tardive à 1944. Rapport de fouille )
  • RENNES (35). Place Saint-Germain : naissance et évolution d'un quartier de Rennes de l'Antiquité tardive à 1944. Rapport de fouille
  • 90 61 57 1 1 18 4 1 247 90 77 1 2 1 8 5 1 3 1 18 4 1 2 2 86 86 87 2 14 16 6 38 125 1 283 6531 365 42 3 6941 7224 1 370 6533 379 58 9 6979 7349 4 2 6 10 2 103 25 2 1 3 1 1 5 3 7 113 27 2 1 3 1 1 5 3 7 10 10 2 1 5 1 2 1 1 1 13 3 1 5 1 1 2 67 Homo sapiens 15 0-2
  • autour de 2 ans plus de 2 ans US G G D G D 10208 1 3 3 1 5 10212 1 21 27 45 39 D 10630 10631 1 7 8 10653 1 10706 2 Total 9 8 27 1 1 31 4 4 50 50 Tabl. 10 Synthèse des données d’âge pour le Bœuf d’après l’observation des dents jugales mandibulaires
  • X XI mil XI XI XI XI XI XII mil XII fin XII XIII xx< X XII dbt XI dbt XI dbt XII 46 46 48 Petit 48 50 50 52 1 min 5 2 1 9 8 4 1 mil XII XIII XII XII mil XIV XII mil XIII dbt XIII XV NR 6 16 26 52 54 2 1 12 12 4 1 2 1 54 56 3 5 Moyen 56 58 58 60 3 5 7 2 moy 16 1 6
  • 103 25 1 1 18 4 1 2 86 1 283 6531 365 42 3 6941 7224 2 1 1 7 90 61 57 Tamisage NR Total 98 3 81 13 2 164 45 3 63 1 7 36 4 110 66 30 6 732 1397 86 734 2217 2949 1082 175 408 105 5 518 693 42 2 2 1 3 1 1 5 3 7 10 113 27 2 1 8 5 1 3 1 18 4 1 2 86 1 370 6533 379 58 9 6979
  • 34 1 7 36 4 110 64 27 6 610 1183 55 709 1947 2557 1070 2 3 1 2 1 2 3 3 3 24 1 5 1 12 3 3 1 2 3 1 1 4 24 42 4 6 52 76 10 12 2 12 8 1 2 26 1 3 1 1 2 18 33 18 2 29 1 2 15 16 2 20 1 2 4 8 8 12 88 163 27 19 209 297 2 10 9 9 19 1 1 7 2 2 163 408 105
  • 40 40 42 1 5 1 3 1 7 1 min 8 2 42 44 1 2 44 46 1 4 1 9 3 11 5 46 48 1 Moyen 48 50 50 52 1 52 54 1 Grand 54 56 56 58 58 60 60 62 1 1 62 64 Très grand 64 66 68 66 68 70 70 72 1 3 3 1 moy 5 1 14 3 6 2 1 max 2 1 2 2 1 1 2 2 1 1 1 1 1 2 1 2 1 2 2 2 2
  • grand 88 90 92 90 92 94 94 1 dbt XI dbt XI dbt XII 1 1 2 XII XI mil XIII XI mil XII 8 5 1 1 min 6 9 2 1 6 7 1 3 7 moy 6 4 2 1 1 max 1 1 2 1 moy 3 5 3 1 1 2 1 5 37 48 13 7 4 1 3 max 1 1 3 1 XII XIII XII XIII XII dbt XIII mil XII mil XIII mil XIII XV 1 1 1
  • 2 IX Charavines XI Languedoc-Rousillon X dbt XIII mil X dbt XI X min Saint-Germain XI Bourgogne XI XII Provence XIII XIV Très grand 36 Arles Andone Grand x≥ moy 1 5 6 6 10 5 5 min 1 2 9 2 1 2 1 4 4 3 1 2 1 moy 1 7 1 30 1 25 max 4
  • 1,7 0,01 0,07 0,1 0,62 20,7 7542,1 480,8 470,0 199,1 42,4 1192,3 8734,4 223,7 7956,9 678,8 631,1 21,6 MR 9 19 10 9 8 2 19 19 13 5 1 781 2 19 22 9 52 833 4 3 1 98 4 2 636 104 58 2 1 1 1 À vue NR Total site 0,3 38,6 38,3 0,3 37,1 1,2 46,45 46,45 25,05 19,8 1,6
  • 0,01 0,07 0,1 0,62 20,7 1688,9 484,54 487,2 135 13,6 1120,34 2809,24 2,7 0,2 1,0 0,45 1323 182,8 174 MR 98 3 86 13 2 167 47 4 63 1 7 36 4 110 66 30 6 743 1403 86 735 2224 2967 1085 185 427 105 5 537 722 44 2 119 30 1 2 1 3 1 1 5 3 7 10 728 165 116 2 1 1 2 1 8 98 4 3 1 18 4 1
  • 10 1 9 4 3 2 5 3 2 1 11 6 1 7 18 3 19 22 2 1 1 1 1 1 3 19 3 3 2 1 1 14 14 9 2 3 3 55 58 3 48 7 3 1 2 1 1 1 2 32 1 1 30 7 19 1 2 1 3 1 1 5 499 494 76 1 351 49 17 1 1 4 3 1 2 5 5 5 5 5 3 2 23 23 5 1 15 2 1 1 1 7 3 3 1 7 5 6 3
  • 6913 4 2 3 93 25 2 1 3 1 1 5 3 7 5 14 4 4 1 4 5 5 3 7 3 13 13 4 4 3 1 7 3 1 12 12 1 298 8 1 307 307 10 4 2 2 5 5 2 1 3 0-2 cm 2-5 cm 5-10 cm Total indéterminés Total oiseaux Coquilles d’œufs « Poissons » Raie (bouclée ?) Rousette Anguille Congre Grande Alose
  • lombaire 2 vertèbre caudale 1 1 1 1 sacrum 10 scapula 4 humérus 4 radius (+ ulna) 1 coxal 1 fémur 2 3 3 métacarpe 2 métatarse 5 talus 3 1 7 1 21 8 1 12 3 7 1 2 patelle tibia 2 2 naviculocuboide 1 5 1 8 8 1 25 5 8 5% 20 22 32 39 1 6 71 1
  • 15 % 2 phalange moyenne 1 9 2 4 5 19 29 6% 1 phalange proximale 2 8 9 4 1 69 176 2 1 côtes Total 13 10 1 dents inférieures isolées autre vertèbre cervicale 1 2 1 351 2 3 15 481 100 % Tabl. 8 Répartition anatomique des restes de Bœuf dans les niveaux
  • datés du xie siècle. NMO NMOp Partie du squelette NR % NR G D p Total TPp cheville osseuse (+ frontal) 36 10,3 18 22 1 40 27 frontal (+ lacrymal) 11 3,1 6 4 1 10 7 maxillaire (+ dents) 30 8,5 13 14 1 27 18 dents supérieures isolées 3 0,9 autres
  • 0,9 6 0,5 sacrum 1 0,3 5 1 1 côtes 7 2,0 13 0,5 0,4 scapula 8 2,3 6 humérus 3 0,9 3 2 1 8 5 1 3 2 radius (+ ulna) 7 2,0 3 4 1 7 5 coxal 5 1,4 3 2 1 5 3 1 fémur 4 1,1 3 patelle 1 0,3 1 1 4 3 1 1 1 tibia 5 1,4 3 2 1 5
  • 16 6 10 9 21 13 2 4 14 1 3 1 2 2 1 2 2 1 2 2 3 1 1 1 1 3 5 2 1 1 1 66 68 68 70 2 3 1 70 72 Grand 72 74 74 76 76 NR 2 14 25 13 47 57 32 6 6 5 3 10 3 7 230 1 1 1 4 1 2 1 1 1 2 1 1 1 Total Tabl. 15 Variations en millimètres de la grande longueur latérale (GLl) du
  • grand 70 72 72 74 74 max moy 5 5 4 4 moy 1 5 5 2 2 2 5 1 1 1 2 1 min 1 max 3 5 5 1 XIII XV 56 58 2 moy min dbt XI dbt XII XIII 50 52 1 moy 3 1 1 3 5 7 max 3 1 2 2 4 2 1 2 1 1 1 5 1 max 5 2 3 1 1 Total NR 9 126 33 26 36 11 29 5 6 16 5 23 30 355 Tabl
  • 19 22 2 3 19 3 55 58 6 48 7 0,01 0,3 1 3 3,9 MR 2 Tamisage NR e Tab. 5 Nombre de Restes (NR) et Masse des Restes (MR en grammes) déterminés et indéterminés des niveaux du xie siècle et du second Moyen Âge (MA) – début de l’Époque Moderne (EM), suivant que ces restes
  • ont été ramassés manuellement (« à vue ») ou bien sont issus du tamisage. 1 7 18 3 11 6 3 2 1 5 19 29 2 10 19 6 3 1 697 48 12 6 3 69 766 3 93 3 481 75 39 1 1 1 niveaux XI NR Total 0,01 0,03 0,17 0,003 0,14 0,02 0,03 0,04 0,03 0,04 0,5 15,55 0,01 15,05 0,5 5,15
RAP03817 (QUIBERON (56). Beg er Vil : un habitat de chasseurs-cueilleurs maritimes de l'Holocène. Rapport de FP 2019)
  • II l i&ud • Îigo.'i,,• • F::t•••tii lt,l R~PUOUQ.UE F~ PRÉFET OE LA RÉG ION BRETAGNE ()irection ré~ i o n nle des 11 l'fair
  • de la commissio n territoriale de la rec herche archéologique (CTRA) en date des 5, 6 et 7mars 2019 ARRÊTE Article 1" : M. Grégor tv1ARCHAi'iD est autorisé, e n qualité de responsable scie ntifique, à conduire une opération de fouille archéologique programmée à pattir de la
  • ). Figure 1 - Localisation du site de Beg-er-Vil (DAO : L. Quesnel) 9 Beg-er-Vil (Quiberon) Figure 2. Vue aérienne du site en 2014 réalisée par H. Paitier, depuis le nord-est de la pointe. Le site est entre le parking et la ligne de côte (photo : Hervé Paitier). Figure 3
  • Ouest, pré fète d'IIle-et-Y ilaù1e ; VU l'arrête préfectoral n° 2018 DRAC'lDSG e n date du 19 novembre 20 18 pOI'tant délégation de signature à M. Michel ROUSSEL, Directeur régional des affaires culturelles de Bretagne; VU l'an·êté préfectoral en date du 21 novembre 2018 portant
  • majoritairement composé d'élèves, d'étudiants, d’enseignants ou de chercheurs directement concernés, et que son utilisation ne donne lieu à aucune exploitation commerciale. Le non-respect de ces règles constitue le délit de contrefaçon prévu et sanctionné par les articles L.335-2, L.335-3 et
  • archéologique programmée La Préfète de ln région Brctagoe Préfète d 'Ille-et-Vilaioe VU le code du patrimoine et notamment son livre V ; V(; le décret d u 30 octo bre 2018 portant nominatio n de Mme Michèle KIRRY, préfete de la region Bretagne, préfète de la zone défense et de sécurité
  • subdélégation de signature; VU le do~sier de demande de fouille archéologique programmée intitulée « Beg-er-Vil" présentée par M. Grégor MARCHAl'-."0, reçue à la Direction régionale des affaires culturelles de Bretagne, Service régional de l'a rchéologie, le 21 septembre 20 18. V(; l'avis
  • l'opération. Article 5 : Le Directeur régional des affaires culturelles est chargé de l'exécution du présent arrèté gui sera noti tié à M. Grégor MARCHAND. Fait à Rennes, le 3 mai 2019 Pour la Préfète de la région Bretagne et par subdélégation, l'adjoint du Conservateur régional de
  • seulement 5 m NGF (figure 2). Le substrat est un leucogranite moyen à grossier, orienté, à biotite et muscovite. Ces roches d’aspect grossièrement feuilleté s’étendent de la presqu'île de Quiberon jusqu'au Croisic, en intégrant les îles de Houat et Hoëdic, en contraste notamment avec les
  • Beg-er-Vil (Quiberon, 2019) Beg-er-Vil à Quiberon Un habitat de chasseurs-cueilleurs maritimes de l’Holocène Première année de post-fouille Décembre 2019 N° de site : 56 186 0007 / Arrêté : 2019-152 du 3 mai 2019 Responsable (Archéologie) : Grégor Marchand Coresponsable (Paléo
  • de post-fouille Décembre 2019 N° de site : 56 186 0007 Arrêté : 2019-152 du 3 mai 2019 Responsable (Archéologie) : Grégor Marchand Coresponsable (Paléo-environnement) : Catherine Dupont Contributions de : Oriane Digard (Université de Rennes 2) Jorge Calvo Gomez (Université de
  • consultation. La consultation et l’utilisation de ces rapports s’effectuent dans le respect des dispositions du code de la propriété intellectuelle relatives aux droits des auteurs. Notamment en application de l'article L.122-5 du code de la propriété intellectuelle, cela implique que : 1
  • et complètes de l’auteur, de son organisme d’appartenance et du rapport); 3) la représentation ou la reproduction d’extraits est possible à des fins exclusives d’illustration dans le cadre de l’enseignement et de la recherche, dès lors que le public auquel elle est destinée est
  • notificatio n du présent arrêté j usqu'au 31 décembre 201 9 sise en : Région: Bretagne Département : Mo rbihan Commune : QlJlBERON Localisation :Pointe de Beg-er-Vil Intitulé de l'opération: Beg-er-Vil Orgat\isme de rattachement : Centre National de la Recherche Scie ntifique - Délégation
  • notable. Il indique les études complémentaires envisagées et, le cas échéant, le délai prév·u pour la public
  • ............................................................................................................... 8 PREMIERE PARTIE : PROBLEMATIQUE DE L’INTERVENTION ........................... 9 1. PREMIERES ETAPES DE L’EXPLORATION D’UN SITE DE REFERENCE ..................................... 9 1.1. Les fouilles d’Olivier Kayser (1985-1988
  • ) .................................................................. 9 1.2. Une longue période d’analyses postopératoires (années 1990 et 2000)............... 11 2. 2012-2018 : RETOUR A BEG-ER-VIL .................................................................................... 12 3. UNE VIE DOMESTIQUE EN BORD DE MER
  • QUATRIEME PARTIE : BILAN PROVISOIRE ........................................................... 146 1. CE QUI EST FAIT ET CE QUI RESTE A FAIRE ........................................................................ 146 2. STRATEGIE DE PUBLICATION
  • remarquablement préservé, visible dans une paléo-falaise de la côte sud de la Presqu’île. Découvert par G. Bernier, il a fait l’objet d’une fouille par O. Kayser, de 1985 à 1988, puis d’une grande série d’analyses paléo-environnementales, archéozoologiques et technologiques, qui ont dessiné
  • majoritaires, principalement des objets appointés (12 pièces), mais aussi des objets biseautés (2 pièces) et trois pièces plus difficiles à caractériser, qui pourraient avoir été des pics ou des pioches. D un état de conservation moyen à mauvais, la série d’industrie osseuse de Beg-er-Vil