Rechercher sur le site

  • Chercher les documents contenant un mot OU un autre : tapez simplement les mots à la suite => bracelet bronze
  • Chercher les documents contenant un mot ET un autre : utilisez le mot-clef AND => bracelet AND bronze
  • Chercher les documents contenant une expression exacte : taper l'expression entre guillemets => "bracelet en bronze"

Limiter votre recherche

Auteur
Type d'opération
Commune
Département
Date (Année)

3131 résultats Exporter les résultats

Trier par Titre : ascendant / descendant
RAP03240.pdf (PLOUEZOC'H (29). Grand cairn de Barnenez : nouvelles approches, nouveaux résultats, nouvelles perspectives. Rapport de FP 2015)
  • lecture internationales de très haut rang, valident la démarche entreprise. La première est parue dans Antiquity au début du mois de janvier 2015 : Bueno Ramirez (P)., Balbín Behrmann (R. de), Laporte (L.), Gouezin (Ph.), Cousseau (F.), Barroso Bermejo (R.), Hernanz Gismero
  • (A.), Iriarte Cela (M.), Quesnel (L.), 2015 - Natural colours/artificial colours. The case of Brittany’s megaliths, Antiquity, 2015, 89, 55-71. ISSN 0003-598X. La seconde de ces publications fait état de progrès méthodologiques tout à fait remarquables. Elle permet aussi de multiplier les
  • Barnenez’s term is associated to the cairn, excavated and restored during the 50-60’s by PierreRoland Giot. It seems isolated now but other adjacent buildings are known and specially a second long tumulus next to the cairn at its north. This work wants to bring to light this monuments
  • sur une de ses largeurs, le bloc ne devait donc pas être posé horizontalement au- Pour avoir un relevé précis de celle-ci, elle dessus de la chambre, mais avec une légère rota- a été nettoyée son sommet n’étant plus recouvert tion pour conserver la planéité de la face infé
  • ., Morzadec H. 1994: About the age ot the oldest passage-graves in western Brittany. Antiquity, 68: 624-626. velle de données. Si celui-ci est proche du tumulus sud alors il est le fruit de nombreux aménagements architecturaux recouvrant un millénaire laissant envisager de nombreuses
  • Congreso Internacional 112, 4–5: 572-597. sobre Megalitismo y otras manifestaciones funerarias contemporáneas en su contexto social, Mens E. 2008: Refitting megaliths in western France. Antiquity, 82, 315: 25–36. Mohen J.-P., Scarre C. 2002: Les tumulus de Bou- económico y cultural
RAP00566.pdf ((56). quatre communes du Morbihan : carentoir)
  • - 13 1, 2 14 H 145 15 K446 18 Fig. 3 19 H80 Fig» 22 4 23 A92 ' 28 9 Fig. 5 Fig. 6 □ t h e r Work, 32 1985- 6 33 General Comment and Acknowl edgements 34 Re-f erences 35 P 1 a t. e s 1 - 1 0 f ollowing 35 The fifth and sixth seasons in a programme
  • for the main season by two people. The team (consisting largely of past and présent students from the Universities of London, Reading, Durham and Sheffield) numbered twenty, including the directors, and worked for twelve days, from 23 March, with one day off. A smal 1 team, of the directors
  • and two others, returned on 28 April for three days in order to complète the excavations. Overall, 317 mandays were spent on this year's Easter seasons (303 by the main team), including travelling time and time off 5 255 (244) of thèse were working days. The weather was dreadful
  • worked flints were also collected, three from transect E, three from B, two from B and one from D. One possible platform and thirty lynchets were noted, of which fifteen were in Transect D. As in previous years there were considérable variations in the concentration of recovered
  • % médiéval and 68% post-medi eval 5 six worked flints were? collected. One possible platform, a mound and ten lynchets were also noted. In accordance with the usual conventions, concentrations of surface material (total 51) may b e c 1 a s s i f i e d as f o 1 1 o w s r, Si tes ' ' Pr
  • ', work having begun in 1985 with investigation of the surrounding earthworks. The main aims of this enquiry were, firstly, to assess the state of archaeol ogi cal préservation and, secondly, 9 to cl i se over the rel at i onshi p between material found on the surface and subsoil
  • features, Work on the excavation was eventually abandoned in the main season because of the rising water table; however, the smal I team that returned in late April was able to complète the trial. Altogether excavationtook place on 8 days, with an average of 6 people per day, thereby
  • absorbing 42 working days. Two 6m squares were excavated (see fig. G), One, T3, was located on the highest part of the field, where surface prospection had identified both large amounts of pottery and concentrations of phosphates (Asti 11 and Davies 1983s 16, 18). The second, T4
  • the natural 5 thèse can only be understood by extensive excavation,, Such large— scale work was impossible and it is therefore difficult to assess whether the area with dense pottery and phosphates marks the site of the settlement» If i t does, then much of the airchaeol ogi cal assemblage
  • by the early post médiéval period (Asti 11 and Davies 1985s 92-5, 97)» If the occupation in T4 is prehistoric then it is the first of its kind for the? région and has important implications for survey work» Its low-lying position, in a wet valley bottom and sealed by 70cm of colluvium
  • a wide range of places) numbered twenty-one, including the directors and Alan Lane, and worked for ei ghteen days, from 7 September , with two days off? Anne Gebhardt joined it for soil sampling for the second half of the season, and was assisted by a f ri end for the 1 ast week
  • . Overal 1 , 481 mandays were spent on the September season, including travelling time and time off§ 437 of thèse were working days. The weather was poor during the second week, with considérable rainfall, but only two complète days were lost in t 11 e field. \3> EBS 86 Fi g. 1 H
  • ) to check the négative results from Ti 1 and T9. The sections of the trenches were cleaned by hand and recorded. In ail some 50 working days were spent on site? the average size of the team was seven. Trench 9 The plough soil was excavated in 10cm spits. The amount of pottery decreased
  • , was dug into an apparently natural subsoil (5). This was filled with blocks of schi ste (including slate) and congl omerate , most of which showed no sign of having been worked (11). A silty soil had accumulated in the interstices of thèse stones, and this produced 11 sherds of pottery
  • working days were spent on site and the average size of the team was six. Trench 25 This was the most westerly trench and was 39m long. The depth of plough soil varied from 36cm at the south, uphill, end to 1.10m lower down the valley side. The plough soil (1, 36) overlay the natural
  • to discover if a négative feature was a ditch or pit. A machine was used to remove the depth of plough soil in thèse cases, as it ailso was to check the f armer 's cl ai m that a building existed in a part of the field that otherwise would not have been sampled (T22) . In ail 87 working
  • century and nothing suggests that the structure was of greater antiquity than that. Ditch détails IA = Iron Age pottery No. Width Depth Shape (m) (m) T15/4 .50-70 .50 ^ J . 85 . 80 2-2 . 70 . 78 . 78 .50 . 48 . 70 . 90 1 50 T16/8 . 58 T16/9 . 70 T16/56 T16/23 1 . 70 . 30 T 16/24 1.0
RAP03943 (LA CHAPELLE DU LOU DU LAC (35). Eglise Saint-Loup. Rapport de diagnostic)
  • … Datation Moyen Âge Paléontologie Zoologie bas Moyen Âge Temps modemes Botanique Epoque contemporaine Palynologie Ere industrielle Macrorestes An. de céramique An. de métaux Aca. des données Numismatique Conservation Restauration 8 Inrap · Rapport de diagnostic
  • inconnus, dont seuls les os des jambes et des pieds sont encore en place. L’état de conservation est plutôt bon. 34 Inrap · Rapport de diagnostic Bretagne, Ille-et-Vilaine, La Chapelle du Lou du Lac, Église Saint-Loup Fig.14 Vue zénithale des sépultures 10015 (à l’ouest) et 10016
  • de conservation des os est assez bon : les extrémités sont fragmentées mais susceptibles d’être remontées. Si sa forme globale n’est pas déterminable, les limites de la fosse sont nettes : elle est large d’une cinquantaine de centimètres, venant à ras des 2.  Pour rappel, un
  • la terre qui s’est infiltrée peu à peu au travers du couvercle, ce dernier « filtrant » les éléments les plus grossiers. Le squelette (US 20 003) est plutôt bien représenté : l’ensemble des segments anatomiques auquel nous avons eu accès est présent. La conservation de l’os est
  • . L’état de conservation des os est comparable à celui de l’individu 20 003. Le squelette est celui d’un adulte de sexe indéterminé. Seuls quelques fragments de fémur ont été prélevés en vue d’une potentielle datation radiocarbone (non réalisée), le reste a été laissé en place. 2.1.2
  • Le bâti Dans son état de conservation actuel, l’église du Loup se définit par un bâtiment sans contrefort mesurant 24 m de long et 7,60 m de large pour lequel nous décrirons, prioritairement, les parements extérieurs des murs gouttereaux et le mur pignon ouest. Les parements
  • . Celles-ci sont vraisemblablement d’origine antique ; elles correspondent à des lambeaux de sol en tuileau ou à des fragments de briques allongées et carrés 3. Des tegulae, que l’on observe majoritairement dans les arcs des baies, sont également utilisées. L’ensemble est lié par un
  • . Quelques matériaux antiques sont également utilisés et correspondent à des briques de suspensura ou à des tegulae (US 1038 et 1025, fig. 27 et 28). Fig.27 Vue générale du gouttereau nord ©T. Béthus, Inrap Les ouvertures ajourant cette élévation sont exclusivement des fenêtres. On en
  • pour allonger la nef de l’église. Les matériaux mis en œuvre sont des moellons irréguliers maçonnés par un liant argileux. Les matériaux antiques sont absents et la pierre de taille toujours cantonnée au chaînage d’angle (US 1046). La façade ouest La façade ouest est d’une plus
  • principales phases de construction. Un premier état de se caractérise par l’utilisation de moellons hétérogènes liés par du mortier de chaux blanc avec de nombreuses assises obliques ou en opus spicatum. Des matériaux antiques (tuiles et suspensura) sont également utilisés en remplois. Ils
  • positionnement des ouvertures en partie haute du mur, leurs profils en plein cintre, les claveaux fins, l’utilisation de l’opus spicatum et le remploi de matériaux antiques sont des arguments solides pour une datation vers l’an mil ou dans le courant du XIe siècle au plus tard. Comme à Saint
  • tendance est relativement fréquente au XVe siècle en Bretagne et se retrouve dans de nombreux édifices gothiques (Bonnet, Rioult 2010). A l’inverse, ces transformations sont moins importantes côté nord. On conserve les anciennes fenêtres de la nef mais en ajoutant des grilles en fer ce
  • entre le nord et le sud de l’édifice : le sol est plus haut d’une cinquantaine de centimètres au sud. L’état de conservation des ossements est également satisfaisant : une détermination du sexe et une estimation de l’âge des sujets est possible, même si les méthodes les plus fiables
  • n’ont pu être appliquées ici. La conservation semble meilleure dans le sondage 1 par rapport aux sondages 2 et 3. Les os sont fragmentés mais la matière osseuse est moins dégradée, ce qui les rend plus susceptibles d’être remontés. L’exposition, du côté nord de la chapelle, ainsi que
  • antiques…). On peut penser que cette construction date au plus tard du XIe siècle mais une hypothèse de datation légèrement antérieure n’est pas exclue compte tenu des résultats des datations C14. Par ailleurs, on sait également que cette église sert de lieu d’inhumations dès cette
  • à l’origine une chapelle castrale ou un prieuré comme c’est souvent le cas à proximité immédiate des châteaux. La seconde phase se caractérise par une mise en œuvre très différente, sans opus spicatum et sans remploi de matériau antique. Les travaux entrepris avaient pour
RAP03722 (LA MEZIERE (35). 16 bis place de l’église. Rapport de diagnostic)
  • absence de mobilier antique et la courbure que semble prendre le tracé de ce fossé ne sauraient permettre d’affirmer que nous sommes bien en présence de cette limite. Cependant, il faut peut-être voir dans ce marqueur, une première trame de cet important établissement agricole. Inrap
  • (Loi n° 78-753 du 17 juillet 1978, art. 10). Le non-respect de ces règles constitue un délit de contrefaçon puni par l’article 425 du code pénal. » Sommaire Données administratives, techniques et scientifiques 7 Fiche signalétique 8 Mots-clefs des thesaurus 9 Intervenants 10
  • Macrorestes An. de céramique An. de métaux Aca. des données Numismatique Conservation Restauration I. Données administratives, techniques et scientifiques 9 Intervenants Intervenants scientifiques Prénom Nom, organisme d’appartenance Tâches génériques Tâches affectées dans le cadre
  • des premières traces d’occupation de l’âge du Fer observées en contexte sur la commune. L’objectif principal de cette opération était de tenter de préciser les limites nord de la villa du chêne Hamon. Un fossé est-ouest a bien été découvert mais la quasi absence de mobilier antique
  • schiste jaune-orangée. 1.3 Contexte archéologique L’opération se situe dans une zone où la carte archéologique recense de nombreux indices de vestiges. Notamment à l’est, le tracé de la voie antique reliant Rennes à Alet est en périphérie quasi immédiate (Fig. 2, n°1). Au sud, à
  • l’occasion de la fouille archéologique préventive des « Lignes de la Gonzée » des vestiges datés du Néolithique au Haut Moyen-Age ont été mis au jour, notamment les vestiges de la villa antique du chêne Hamon (Blanchet, Le Boulanger 2015, Fig. 2, n°2). Bastien Simier, responsable de la
  • fouille des vestiges antiques au cours de cette opération, a proposé dans son analyse des vestiges un plan de l’extension maximale de la villa (Blanchet, Le Boulanger 2015, p.352). Le fossé d’enclos limitant la pars urbana au nord pourrai être dans la parcelle concernée par le projet
  • 405 est constituée de limon gris avec des inclusions de charbons, de scories et de céramiques. Les éléments céramiques correspondent essentiellement à des éléments des IIe- Ier siècles av. J.-C. malgré la présence d’un tesson de commune claire antique (infra étude céramique). La
  • autres niveaux déjà identifiés (203, 204 et 405). En effet, certains tessons pourraient être rattachés au début de la période antique (infra étude céramique). Un prélèvement de charbon réalisé dans cette couche et envoyé en analyses 14 C permet d’affiner les observations. La datation
  • us 405 Lot de 12 tessons de récipients en céramique avec le fond et la base d’un vase à pâte sombre et inclusions de quartz associé à un fragment de panse en céramique commune claire de facture antique (intrusif probablement). A dater des iie – ier siècles av. J.-C. Tr. 4 us 406
  • Lot de 10 tessons de récipients regroupant : 1 tesson de pot à pâte sombre dense en inclusions de quartz (âge du Fer ?). 2 tessons de panse d’amphore à pâte orange de type Dr. 1 ? 7 tessons à pâte claire difficiles à attribuer (une attribution à la phase antique ne peut pas
  • cette occasion témoigne d’une occupation à la période antique (Fig. 21). Cela peut laisser supposer que l’influence de la villa s’étend au moins jusqu’ici. Plusieurs fossés ont été identifiés. Trois fossés ont une trame nord-sud. Le fossé 103/202 qui apparait très tôt sous les
  • une occupation de la zone dès le second âge du Fer, peut-être jusqu’au début de la période antique. Les éléments de terre cuite, pour le moment inédit dans la région, et associés à des scories de fer pourraient être le témoin d’une activité artisanale métallurgique dans ce secteur
  • a bien été découvert mais la quasi absence de mobilier antique et la courbure que semble prendre le tracé de ce fossé ne sauraient permettre d’affirmer que nous sommes bien en présence de cette limite. Cependant, il faut peut-être voir dans ce marqueur, une première trame de cet
  • . No sub-contracting or student labor was used in the analyses. All work was done at Beta in 4 in-house NEC accelerator mass spectrometers and 4 Thermo IRMSs. The "Conventional Radiocarbon Age" was calculated using the Libby half -life (5568 years), is corrected for total isotopic
  • reference standard was 95% the 14C signature of NIST SRM-4990C (oxalic acid). Quoted errors are 1 sigma counting statistics. Calculated sigmas less than 30 BP on the Conventional Radiocarbon Age are conservatively rounded up to 30. d13C values are on the material itself (not the AMS d13C
  • ): 2140 +/- 30 BP Calibration: BetaCal3.21: HPD method: INTCAL13 Results are ISO/IEC-17025:2005 accredited. No sub-contracting or student labor was used in the analyses. All work was done at Beta in 4 in-house NEC accelerator mass spectrometers and 4 Thermo IRMSs. The "Conventional
  • Radiocarbon Age are conservatively rounded up to 30. d13C values are on the material itself (not the AMS d13C). d13C and d15N values are relative to VPDB-1. References for calendar calibrations are cited at the bottom of calibration graph pages. Page 3 of 5 III. Inventaires techniques
RAP03920 (VANNES (56). 5, 7, 9 rue du Colonel Pobéguin. Rapport de diagnostic)
  • ) 59 3.3.1 Présentation des échantillons 59 3.3.2 Etat de conservation 59 3.3.3 Catalogue des bois 68 3.3.4 Synthèse 70 3.3.5 Conclusion 70 3.3.6 Glossaire 71 3.4 Evaluation du potentiel palynologique (D. Barbier-Pain) 74 4 Interprétations et conclusion 78
  • céramique An. de métaux Aca. des données Numismatique Conservation Restauration 8 Inrap · Rapport de diagnostic Bretagne, Morbihan, Vannes, 5,7,9 rue du colonel Pobéguin Intervenants Intervenants scientifiques Prénom Nom, organisme d’appartenance Tâches génériques Tâches
  • carottés par rapport aux sondages archéologiques  1.3 Contexte archéologique L’opération se situe dans un secteur peu étudié de la cité antique Darioritum, en périphérie occidentale des principales découvertes attribuées au centre urbain du Haut-Empire et à l’extérieur des limites de
  • relativement homogène avec diverses pièces permettant d’envisager une datation de la fin du xixe siècle – début du xxe siècle. On y note la présence d’un bord de pot de fleur à décor moulé festonné en céramique à pâte claire sans revêtement, un morceau de pot de conservation portant les
  • Félix Potin (Us 103) 3.1 Etudes du mobilier (F. Labaune-Jean) 35 Fig. 16 Lot de verres (Us 103) © Françoise Labaune-Jean © F. Labaune-Jean, Inrap 3.2.2 Les restes de cuir L’intervention se caractérise surtout par la présence d’un lot de cuir en bon état de conservation, préservé
  • par la nature anaérobie de l’Us 106 (à – 2,30 m). Afin de sauvegarder ces découvertes, le temps de post-fouille a été principalement consacré au traitement de conservation selon un protocole déjà éprouvé lors de la fouille de la place Saint-Germain à Rennes. Pour cela, les cuirs à
  • en sac perforé pour permettre la circulation de l’air et stockés à plat dans des cagettes ajourées. Ce procédé permet la conservation à longue durée des cuirs tout en maintenant la souplesse du matériau. Peu coûteux et simple à mettre en place, ce type de traitement est également
  • leur état de conservation ne livre que quelques portions de forme ou de découpe trop lacunaire pour attester de cette attribution (iso 2, 3, 4, 8 et 23). On notera cependant que l’isolat 3 possède une forme allongée à extrémité arrondie avec de plus la particularité d’avoir un
  • ). La présence du 42 Inrap · Rapport de diagnostic Bretagne, Morbihan, Vannes, 5,7,9 rue du colonel Pobéguin Fig. 30 Fragment de cuir dont la face interne conserve l’empreinte de l’armature d’un tissu associé (iso 13) © F. Labaune-Jean, Inrap troussequin pommeau siège couteau
RAP03536 ((56). Belle-Île en Mer : espaces et territorialité d'une île atlantique. Rapport de PCR 2017)
  • annexe 1. 1200 1078 1100 1000 2,30% 0,66% 1,48% 0,90% 6,31% Antique 900 Antique à Moderne 800 Médiéval 700 Médiéval à Moderne 88,36% 600 Néolithique récent 500 400 300 200 77 100 28 8 18 11 0 Antique Antique à Moderne Médiéval Médiéval à Moderne Néolithique
  • récent Néolithique/ Protohistorique Fig. 1 : Nombre et pourcentage des restes céramiques (poteries) Sur un total de 1034 restes, les éléments antiques sont les plus nombreux et sont très largement majoritaires puisqu’ils représentent 1078 fragments et 88,36 % du corpus (fig. 1). Les
  • . L’incertitude concerne également des fragments datés des époques « antique à moderne » (28, soit 2,30 %) et « médiévale à moderne » (8, soit 0,66 %). Tous les éléments sont très fragments et souvent érodés en surface, ce qui est généralement le cas pour les céramiques dans ce contexte de
  • découverte (ramassage de surface). 2 Programme Collectif de Recherche Belle-Île-en-Mer : Espaces et territorialité d’une île atlantique - Rapport d’activité 2017 10000 8966 9000 0,40% 0,28%0,40% 0,33% 3,13% Antique 8000 Antique à Moderne 7000 Médiéval Médiéval à moderne 87,53
  • % 6000 Néolithique récent 5000 4000 3000 2000 879 1000 113 80 112 93 Médiéval à Moderne Néolithique récent Néolithique/ Protohistorique 0 Antique Antique à Moderne Médiéval Fig. 2 : Poids en gramme du mobilier céramique (poteries) Le poids total des restes de vases est
  • de 10243 g. (fig. 2), le corpus céramique antique (gallo-romain) étant le plus conséquent (8966 g. soit 87,53 %), le corpus médiéval atteint 879 g. (soit 3,13 %) et celui daté du Néolithique 112 g. (soit 0,40 %). Le reste, à savoir les lots « antique à moderne », « médiéval à
  • dans le lot. De très rares fragments de terre crue séchée correspondent à des éléments de torchis. 3 Programme Collectif de Recherche Belle-Île-en-Mer : Espaces et territorialité d’une île atlantique - Rapport d’activité 2017 2. Les éléments céramiques antiques Production
  • 1,21 1 0,09 92 8,53 11 1,02 459 42,58 29 2,69 4 0,37 32 2,97 11 1,02 3 11 1 1 32 Pied Préhension 11 Total 489 382 3 2 16 Pourcentage 54,82 42,83 0,34 0,22 1,79 892 100 % Fig 4 : Décompte du corpus céramique antique en nombre de restes Parmi les 892
  • éléments céramiques antiques, la céramique commune est la plus représentée, avec 489 tessons, soit 45,36 %. Le nombre de bords, de 108, pourrait s’approcher du NMI car peu voir pas de remontages semblent possibles. Un très grand nombre de forme est présent, de la vaisselle de service
  • potentiel de ce site repose sur la quantité et la qualité du mobilier attribuable à la période antique et notamment par la forte proportion de céramique sigillée d’importation. Les traces d’occupation antique à Belle-Ile sont nombreuses mais le gisement du Lanno représente un caractère
  • (20 tessons du Néolithique récent) Age du Bronze : Bordustart (76 tessons) Antique : Le Lanno (926 tessons, 188 tuiles, 12 fragments de verres, 12 scories, 40 macro-outils) 9 Programme Collectif de Recherche Belle-Île-en-Mer : Espaces et territorialité d’une île atlantique
  • classification du nuage 3D (conservation des microreliefs). Le territoire de Belle-Ile doit donc être étudié en suivant une méthode d’analyse rigoureuse, afin d’apporter un regard critique sur la donnée LiDAR et tenter d’en extraire une information pertinente pour un usage archéologique
RAP01350.pdf (LANGON (35). la chapelle Sainte-Agathe. rapport de prospection thématique)
  • demande de M. Cyrille Chaigneau qui a consacré une étude de bâti à ce monument, nous avons fourni les photos faites en 1981 et, après discussion, proposé de réexaminer le décor antique. Nous avons effectué une courte mission avec Jean-François Lefèvre, le 24 octobre 1995. Suite à cette
  • visite destinée à contrôler les relevés effectués en 1981 pour en faire un dessin en couleur, nous avons fait les constatations suivantes, dans la lecture des peintures et sur leur état de conservation. Nous n'envisagerons ici que les peintures galloromaines, laissant aux autres
  • composition du décor de cet arc, il conviendrait de procéder à l'analyse du bleu et de le comparer à celui de la scène marine et de pratiquer des clichés en UV fluorescence pour tenter de mieux lire la composition. II l'état de conservation J'ai été frappée par le pâlissement très
  • exceptionnellement parvenu jusqu'à nous. Il mérite d'autant plus nos soins et nos efforts pour le conserver et le mettre en valeur. 1 C. ALLAG, B. BARDOUX, D. CHOSSENOT, La mort d'Adonis : une peinture murale gallo-romaine à Boult-sur-Suippe (Marne), dans Bulletin de la Société Archéologique
  • poisson, (cl. J.-F. Lefèvre) Fig. 10 Détail de la partie droite, murène n°2 et poissons nageant de conserve .( cl . J.-F. Lefèvre) Fig. 11 Vue au voisi- ■ nage de la fenêtre. On distingue nettement un triangle plus clair provoqué par l'air chaud et sec lors de l'ouverture de cette
  • connaissance des différentes campagnes de restauration (tout particulièrement pour ce qui concerne les interventions sur la peinture antique), ainsi que des étapes de la protection patrimoniale de la chapelle. Le catalogue des divers fonds d'archives concernant la chapelle Sainte- Agathe de
  • -série 8T : beaux-arts, Monuments Historiques d'Ille-et-Vilaine, 1839 - 1841; chapelle Sainte-Agathe de Langon (maintenant série 4 T Monarchie de juillet) 2.7.4.1. Correspondance du 6 septembre 1837 2.7.4.2. Correspondance du 23 septembre 1837 2.7.4.3. Correspondance du 2 septembre
  • . Correspondance du 11 février 1903 2.7.4.29. Correspondance du 23 février 1903 2.7.4.30. Correspondance du 25 février 1903 2.7.4.31. Travaux de conservation et de restauration des M.H.. Devis descriptof et estimatif, daté du 4 avril 1903 2.7.4.32. Correspondance du 9 avril 1903 2.7.4.33
RAP03034.pdf (ÉTEL (56). La Falaise : un atelier de salaisons et sauces de poisson antique. Rapport de sondage 2008)
  • ÉTEL (56). La Falaise : un atelier de salaisons et sauces de poisson antique. Rapport de sondage 2008
  • Etel (56), la Falaise Un atelier de salaisons et sauces de poisson antique Sondages archéologiques campagne 2008 Cyril Driard Etel (56), la Falaise Un atelier de salaisons et sauces de poisson antique Sondages archéologiques campagne 2008 Région : Bretagne Département
  • des arases de briques étaient visibles en front de falaise sur près de 2 m de hauteur et une dizaine de mètres de long.Ces structures ont été identifiées en1998 comme de probables parois de cuves, caractéristiques des ateliers de salaisons antiques 2. Les sondages archéologiques
  • antiques relevées (en noir), sur fond cadastral (d'après la feuille AI 01, 2009, CDIF Auray) (dessin : C. Driard). Description des structures archéologiques et de la stratigraphie Sondage A (angle sud-ouest de l'atelier). Le sondage A constitue le prolongement de la tranchée réalisée
  • d’archéologie et d’histoire d’Antibes, XIVth ICAZ Fisch remains working group meeting, APDCA, 2007, p. 237-344. JACQ 1943 Jacq M. Ŕ.- Carnac, Découvertes faites dans la région, Sépulture Gallo-romaine dans les dunes d’Étel, dactylographié : 5 p. KAYSER, BARDEL 1997 Kayser O., Bardel J.-P. Ŕ
  • . - Établissement de salaisons antique, compte rendu de l’inspection du mercredi 29 octobre 1997, SRA Bretagne, Rennes : 5 p. Figure 14: Comparaison des plans d'établissements équipés de cuves maçonnées Index des illustrations Figure 1 : localisation des sondages archéologiques sur un
  • )................................................................................................................5 Figure 3 : localisation des sondages archéologiques effectués en 2007 (en vert) et 2008 (en rouge), ainsi que des maçonneries antiques relevées (en noir), sur fond cadastral (d'après la feuille AI 01, 2009, CDIF Auray) (dessin : C. Driard
  • des cuves des ateliers de salaisons et de sauces de poissons antiques de la Falaise à Etel (56) et de Lanévry à Kerlaz (29) Rapport d'analyse complémentaire Présenté par Cyril Driard Analyses physico-chimiques de Nicolas Garnier Association ARVALES 2017 4 Sommaire
  • Driard En 2007 et 2008, des sondages archéologiques ont été réalisés sur les ateliers de salaisons et de sauces de poissons antiques de « Lanévry » à Kerlaz dans le Finistère et « La Falaise » à Étel dans le Morbihan (Figure 1). Le site de la Falaise se situe dans l'estuaire de la ria
  • d'Étel, à moins d'un kilomètre de l'océan. Il s'agit de l'un des rares ateliers de salaisons antiques connus dans la cité des Vénètes (fig.1). L'extrémité ouest de l'édifice abritant les cuves est visible dans la falaise, sous le sentier des douaniers. Dans les années 1990, un vaste
  • constituant le fond des cuves, le comblement des cuves contenait du mobilier datable du iiie s. Le site de Lanévry fait partie de la principale concentration d'ateliers de salaisons antiques connue sur le littoral Atlantique, située sur le pourtour de la Baie de Douarnenez, dans la cité
  • d'enduit provenant de la cuve 2 d'Étel, quant à lui, a été préféré pour son état de conservation et du fait qu'il a été prélevé dans la partie inférieure de la cuve. À Kerlaz, la cuve 7 présentait la même problématique que la cuve 3 d'Étel, avec un enduit neuf. Les cuves 6 et 8 avaient
  • -Casasola et al. 2016, p.737-749). Le mélange entre les sauces de poisson et le vin ou le vinaigre est mentionné dans plusieurs textes antiques, qui ont été inventoriés par R. Curtis (Curtis 1991, p. 222). Les principaux produits cités sont l'oenogarum (mélange de vin et de garum) et
  • 2007 Bardel J.-P. 2007 : L'établissement antique de Plomarc'h Pella à Douarnenez (Finistère) : un ensemble représentatif des établissements de salaisons romains de la baie , in Aremorica, études sur l'Ouest de la Gaule Romaine, Brest, Centre de recherche Bretonne et Celtique
  • ), Archéologie du poisson. 30 ans d’archéo-ichtyologie au CNRS, Hommage aux travaux de Jean Desse et Nathalie Desse-Berset, Actes des XXVIIIe rencontres internationales d’archéologie et d’histoire d’Antibes, XIVth ICAZ fish remains working group meeting, Antibes, éditions APDCA, p. 237-244
  • l’Antiquité, actes de l’atelier doctoral, Rome ; 18-22 juin 2012, Bibliothèque d’archéologie méditerranéenne et africaine, 17, Paris, Aix-en-Provence : Éditions Errance, Centre Camille Jullian, p. 47-60. Garnier 2014 Garnier N. 2014 : Analyses chimiques des sauces et des conserves de
RAP00839.pdf (VANNES (56). 1 et 3 place Stalingrad. rapport de sondage)
  • . DONNEES TECHNIQUES DE L'OPERATION. Financements. Equipe de fouille.Traitement des données. Remerciements. m. DESCRIPTION SOMMATRE DES SONDAGES. IV. CONCLUSION. V. BIBLIOGRAPHIE. VL FICHE TECHNIQUE. Vn. PLANCHES PHOTOGRAPHIQUES. I. INTRODUCTION La ville antique de Vannes mentionnée
  • ' il nous a communiqué ainsi que F. Fromentin, Y. Menez et D. Pouille, G. Le Cloirec et son équipe, pour leur aide et précieux conseils. m. DESCRIPTION SOMMAIRE DES SONDAGES. 1. contexte archéologique antique. La parcelle de la place Stalingrad est située à proximité de la Domus
  • maison d'habitation: une première tranchée ( sondage 3 ) a été ouverte en diagonale révélant peu de vestiges archéologiques notables; une deuxième tranchée ( sondage 4 ) a donc été effectuée le long du hangar, elle a mis au jour un mur antique dont le tracé a pu être précisément
  • observé en coupe à l' est de la tranchée de récupération. Sa nature n' a pu être définie. Sondage 4. En hmite sud de la tranchée, nous avons mis au jour le parement nord d'un mur antique ( US 4007 ) situé dans le prolongement de la tranchée de récupération ( US ,1003, ) repéré dans la
  • niveau NGF 12, 34. Sondage 6. Le décapage à plat a montré que le mur antique mis au jour tranchée 4 ( US 4007 ) est conservé sur une longueur de 4,00 m, à 1* est ses moellons ont été récupérés ( cf. la tranchée de récupération du sondage 3 ( US 3003, ) ).Par contre, son retour a été
  • résiduel, en particulier de céramique commune; seul un tesson de sigillée a été découvert (Curie 15 ). On notera également la présence d'un fragment de pied de verre antique ainsi que des éléments de placages. SONDAGE 5 rv. CONCLUSION. Cette étude a permis de mettre au jour un mur
  • antique et son retour conservés sur deux à trois assises auquel on a pu associer deux niveaux de sol. Cette séquence semble correspondre à l'intérieur d'un angle de bâtiment. Par contre, que se soit au nord comme au sud de cet ensemble, de nombreux remaniements n' ont laissé en place
  • aucun vestige notable : on note à ces endroits un curage général des niveaux antiques. La période d'occupation gallo-romaine, difficile à définir par manques d'indices, semble toutefois correspondre à la fin du 1er et début du 2nd de notre ère. Enfin, un puits et un caniveau ont été
  • dégagés au sud de la cour. Leur datation n' a pu être définie mais , leur altitude inférieure aux niveaux antiques lié à la topographie moderne ainsi que leur situation à proximité de la maison, laisse supposer un aménagement associé à la maison d'habitation. V. BIBLIOGRAPHIE. 1
  • de I' art et d'Archéologie, Université de Haute-Bretagne, 1990. 8. MENEZ (Y).Les céramiques fumigées du nord-ouest de la gaule, mémoire de maîtrise d' Archéologie, Université Paris IV, 1985. 9. OSWALD (F), Index of porter' s stamps on terra sigillata "samian ware. Margidunum, East
  • Rennes. Collection publique départementale. Lieu de conservation: Adresse: Propriétaire: N° du site: Autorisation de fouille: Responsable: Plan cadastral: Coordonnées Lamberts: vTL PLANCHES PHOTOGRAPHIQUES. Sondage 3. 1. Tranchée de récupération US 3003r Sondage 4. 1. Fondation US
  • 4007 reposant sur le rocher. Sondage 5. 1. Fondations US 5010 de la maison d'habitation. 2. Vue générale sur le puits US 5001 et le caniveau US 5007. Sondage 6. 1. Vue générale du décapage. 2. Mur antique US 6001 et détail du hérisson de pierres US 6006. 3. Mur antique US 6001 et
  • détail du sol de mortier de chaux US 6005 reposant sur le hérisson de pierres US 6006. Sondage 3. 1. Tranchée de récupération US 3003, Sondage 4. 1. Fondation US 4007 reposant sur le rocher. 2. Vue générale sur le puitsUS 5001 et le caniveau US 5007. 2. Mur antique US 6001
  • et détail du hérisson de pierres US 6006. 3. Mur antique US 6001 et détail du sol de mortier de chaux US 6005 reposant sur le hérisson de pierres US 6006.
RAP02794.pdf (LARMOR-BADEN (56). Gavrinis : à la recherche des représentations d'une tombe à couloir du IVe millénaire. rapport d'opération)
  • conservation du patrimoine, le service archéologique départemental) que les gestionnaires de sites mégalithiques (la société d'économie mixte, le département du Morbihan, le classement UNESCO). Pas plus qu’en 2011, ne seront donc pas abordés par le biais de cette opération 2012 : - la
  • numériques « 3D » : bref état de l’art (actualisations 2012) En apparence mieux adaptée aux architectures antiques ou historiques si l’on en croit la littérature (blibliométrie…) et la production audiovisuelle de ces 20 dernières années, et plutôt réservée en Préhistoire et Protohistoire
  • une exception. Avant cela, rappelons quelques initiatives relatives à la mesure de l’altération de la roche, développées en dehors des architectures funéraires néolithiques. Bien qu’appliquée à la statuaire de l’archéologie antique, l’étude récente menée par J. Kottke sur la
  • d’un programme (Fading rock art lanscapes project) financé par la British Academy, conduit par le département d’archéologie de l’université de Durham en partenariat avec le département des sciences informatiques de l’université de Bristol (Barnett et al. 2005). Une dalle gravée (1 m
  • . Bouillon, « Le Laser scanning au service de L'archéologie et de la conservation du Patrimoine », 25 janvier 2007) avec C. Benard et M. Sgrenzaroli. Malheureusement, l’abandon de la thèse de doctorat par C. Bouillon, et la perte conséquente des données numériques (TDM + Grand Menhir), ne
  • technologie numérique (http://www.scottishten.org/) appartenant à Historic Scotland, au Glasgow School of Art,et à la société CyArk, décide de numériser le « cœur du Neolithic Orkney ». Une sélection de sites réputés (UNESCO World Heritage Sites), conservés dans ces îles du nordest de
  • Trust : http://www.independent.co.uk/news/science/archaeology/revealed-early-bronze-agecarvings-suggest-stonehenge-was-a-huge-prehistoric-art-gallery-8202812.html On appréciera la rapidité de divulgation du rapport par English Heritage (Abbott, AndersonWhymark 2012) qui permet de
  • -souvenirs. Une perspective est également évoquée autour de l’usure provoquée par le passage des pieds des visiteurs sur les blocs accessibles. http://services.english-heritage.org.uk/ResearchReportsPdfs/032_2012web.pdf • L’organisation ERA (England Rock Art) affiche sur le web une bonne
  • série de pages consacrées au projet Northumberland and Durham Rock Art Pilot (NADRAP) géré par le Northumberland and Durham County Councils et financé par English Heritage. http://archaeologydataservice.ac.uk/era/section/record_manage/rm_record_photogram.jsf On notera à cet égard un
  • /Noninvasive_recording_technologies_for_the_study_and_conservation_of_prehistoric_rock_art_t he_dolmen_of_Dombate Un diaporama complet du programme en cours vient d’être projeté à l’occasion de l’International Congress on Science and Technology for the Conservation of Cultural Heritage conduit au sein de l’université de Santiago de Compostela (02/10 - 05/10/2012) en co
  • cette conservation du patrimoine monumental. http://digital.csic.es/handle/10261/40264 • Deux stèles de la région cantabrique ont été récemment levées dans des conditions dissemblables (Breuckmann et al. 2009). La première stèle (couchée, 3m de long) du site de Sejos, en pleine
RAP02272.pdf (Vents et fours. du minerai à l'objet. recherches sur la ventilation naturelle en paléométallurgie du fer. rapport final de pcr 2005-2007)
  • antiques; et la mise en commun des méthodes de l'archéologie avec la linguistique, la géographie et l'histoire des techniques pour comprendre l'invention du bronze (Brunet 1936-37). Un pas considérable fut franchi dans le milieu des années 1970, avec la création du G.M.P.C.A
  • matériaux, pour résoudre les problèmes posés par la conservation et la restauration de ce patrimoine culturel. Condition nécessaire à l'interprétation des faits, l'archéométrie n'en n'est pas en effet pour autant la condition suffisante : trente années de pratique ont abouti à ce constat
  • fait naître, d'approcher la culture technique qui a en a autorisé la conception et la réalisation. L'archéologie expérimentale, qui tend actuellement à se généraliser, dans l'archéologie des arts du feu, du textile, de la construction terrestre et navale pour ne citer que quelques
RAP03702 (HILLION (22). Le Champ du Pommier : un bâtiment à abside du Néolithique final. Rapport de fouille)
  • données Numismatique Conservation Restauration 12 Inrap · Rapport de fouille Hillion (22), le Champ du Pommier Intervenants Intervenants scientifiques Prénom Nom, organisme d’appartenance Tâches génériques Tâches affectées dans le cadre de l’opération Yves Menez, SRA
  • des occupations ténues du Néolithique dont la nature et l’état de conservation peuvent varier sensiblement selon les secteurs et la topographie. Par conséquent, il faudra s’attendre à devoir effectuer des ajustements tant méthodologiques qu’en termes de répartition des moyens
  • démobilisation des installations et au démontage de la plateforme. Toutefois, s’il le souhaite, le maître d’ouvrage pourra conserver cette plateforme sans supplément de coût. Le remblaiement sera précédé d’un nettoyage soigné de la zone de fouille (récupération des clous, fiches de faits
Noyal-Châtillon-sur-Seiche. Église Saint-Léonard (NOYAL-CHATILLON-SUR-SEICHE (35). Eglise Saint-Léonard. Rapport de diagnostic)
  • deux archéologues du 15 au 19 octobre 2018. Le projet de mise en valeur de l’édifice étant encore mal défini, il s’agissait de réaliser un bilan des connaissances et de l’état de conservation de l’édifice, en effectuant une analyse des vestiges en place, sans mener d’investigations
  • Châtillon, possession de l’abbaye rennaise de Saint-Melaine depuis le XIIe siècle. Elle a surtout ouvert d’intéressantes pistes de recherches sur l’histoire du territoire, sur la continuité de l’occupation de l’époque antique à l’époque médiévale, sur la construction du bourg de
  • … Objet métallique Etudes annexes Géologique Datation Paléontologie Zoologie Botanique Palynologie Macrorestes An. de céramique An. de métaux Aca. des données Numismatique Conservation Restauration Dendrochonologie Documentaire 8 Inrap · Rapport de diagnostic Bretagne, Ille-et
  • a été réalisé par deux archéologues du 15 au 19 octobre 2018. Le projet de mise en valeur de l’édifice étant encore mal défini, il s’agissait de réaliser un bilan des connaissances et de l’état de conservation de l’édifice, en effectuant une analyse des vestiges en place, sans mener
  • consistance du domaine de Châtillon, possession de l’abbaye rennaise de SaintMelaine depuis le XIIe siècle. Elle a surtout ouvert d’intéressantes pistes de recherches sur l’histoire du territoire, sur la continuité de l’occupation de l’époque antique à l’époque médiévale, sur la
  • connaissances, de l’état de conservation de l’édifice et de mener quelques analyses complémentaires pour documenter et préciser l’origine et l’histoire de l’ancienne église paroissiale de Châtillonsur-Seiche. En outre, le bâtiment ne profite aujourd’hui d’aucune protection particulière ; ce
  • Seiche, M. Millet, Inrap L’ancien bourg de Châtillon-sur-Seiche est particulièrement bien connu pour ses vestiges antiques. L’église qui nous concerne se situe à 500 m d’une des villae gallo-romaines les plus importantes connues à ce jour en Bretagne : la villa de la Guyomerais
  • la Seiche (Simier, II. Résultats 1..3 Méthodologie et contraintes 27 2017). Elle aurait été construite au plus tôt à la fin du Ier siècle avant notre ère. La villa de la Guyomerais se développe tout au long de la période antique et ses dernières traces d’occupation datent du
  • Rennes en 1152 pour la cession de l’église aux moines de l’abbaye. Il semble très envisageable qu’une occupation ait été continue entre le Ve siècle et le XIIe siècle, le long de l’axe antique mis en évidence entre la villa de la Guyomerais et l’église qui nous concerne. Le toponyme
  • pourrait être une niche placard pour conserver des reliques et/ou des objets du culte. La fonction même de la crypte est, le plus souvent, d’abriter une ou des reliques, qui sont le plus souvent cachées et sorties uniquement lors de cérémonies liturgiques particulières (Sapin, 2014, p
  • hypothèses s’affrontent : pour les uns, ces terres cuites sont des remplois, récupérés sur la villa antique de la Guyomerais, toute proche ; pour les autres, ce sont des productions médiévales. Cette question mérite attention car elle renseigne sur l’économie de chantier. Elle a donc été
  • cuites de cette villa. Ainsi tous s’accordent à dire qu’il ne s’agit pas de terres cuites antiques II. Résultats 2.1 La crypte 35 mais bien d’une production médiévale. En effet tous les critères tels que la couleur de la pâte, très claire, sa composition très hétérogène
RAP03778 (CARNOËT (35). Tossen Saint-Gildas, la Vallée des Saints.Rapport de diagnostic)
  • Mobilier Céramique, lithique, 14C archéologique les enclos repérés par photointerprétation et sur le cadastre napoléonien, d’en proposer un premier phasage et d’esquisser ainsi grossièrement l’évolution du site. Si la création est antique, les éléments du diagnostic ne
  • permettent pas d’apprécier l’évolution de ce site en terme de chronologie absolue. S’agit-il d’une occupation sans hiatus de l’Antiquité au Moyen-Âge classique ? Cette opération a permis de souligner la densité, la qualité de l’état de conservation et la complexité des structures
  • archéologiques. Néanmoins ni la fonction ni l’organisation interne des enclos n’ont pu être mises en évidence. Ce site remarquable occupe sans nul doute une position stratégique tant d’un point de vue topographique qu’économique, implanté près de la voie antique Vorgium/Coz Yaudet et en
  • bordure d’agglomération secondaire. L’évolution chronologique et topographique de cet important enclos antique vers l’enceinte médiévale constitue une fenêtre ouverte sur l’etude et la compréhension de périodes de transition encore mal connues. Inrap Grand-Ouest 37 rue du Bignon
  • CS67737 35577 Cesson-Sévigné Tél. 02 23 36 00 40 www.inrap.fr Diagnostic archéologique par l’abondance de tuiles et de briques en surface, ainsi que par la proximité de la voie antique Vorgium/Coz Yaudet et d’une enceinte médiévale. Dans ce riche contexte archéologique, l’emprise est
  • commerciales les documents communiqués (Loi n° 78-753 du 17 juillet 1978, art. 10). Le non-respect de ces règles constitue un délit de contrefaçon puni par l’article 425 du code pénal. » Sommaire Données administratives, techniques et scientifiques 8 Fiche signalétique 9 Mots
  • 61 3.2 Quelques remarques sur l'occupation antique de la Montagne Saint-Gildas 61 3 .2.1 La voie du Yaudet 63 3 .2.2 Le « camp » de Hirbridou 64 3.3 L'environnement du site au Moyen-Âge : un château et des chapelles 64 3 .3.1 Un élément de compréhension nécessaire
  • Numismatique Conservation Restauration Etude lithique Etude d'archives 10 Inrap · Rapport de diagnostic Bretagne,Côtes-d'Armor, Carnoët, Tossen Saint-Gildas, la Vallée des Saints Intervenants Intervenants scientifiques Prénom Nom, organisme d’appartenance Tâches génériques Tâches
  • figurant sur le cadastre napoléonien, mais aussi par l’abondance de tuiles et de briques en surface, ainsi que par la proximité de la voie antique Vorgium/Coz Yaudet et d’une enceinte médiévale. Dans ce riche contexte archéologique, l’emprise est située idéalement sur un versant exposé
  • sur le cadastre napoléonien, d’en proposer un premier phasage et d’esquisser ainsi grossièrement l’évolution du site. Si la création est antique, les éléments du diagnostic ne permettent pas d’apprécier l’évolution de ce site en terme de chronologie absolue. S’agit-il d’une
  • occupation sans hiatus de l’Antiquité au Moyen-Âge classique ? Cette opération a permis de souligner la densité, la qualité de l’état de conservation et la complexité des structures archéologiques. Néanmoins ni la fonction ni l’organisation interne des enclos n’ont pu être mises en
  • évidence. Ce site remarquable occupe sans nul doute une position stratégique tant d’un point de vue topographique qu’économique, implanté près de la voie antique Vorgium/Coz Yaudet et en bordure d’agglomération secondaire. L’évolution chronologique et topographique de cet important
  • enclos antique vers l’enceinte médiévale constitue une fenêtre ouverte sur l’etude et la compréhension de périodes de transition encore mal connues. Les tranchées ont été rebouchées conformément à ce qui était stipulé dans la convention, en prenant soin de replacer la terre végétale
  • Figure 10 - Localisation de l'enclos détecté sur Géoportail, de celui représenté sur le cadastre napoléonien, d'une probable enceinte curviligne et du tracé supposé de la voie antique Carhaix-Coz Yaudet (échelle 1/10000e). ©J. Cavanillas 0 500 m N 187 Légende Données de la carte
  • caractéristiques pour permettre d’identifier des productions antiques, principalement du Ier siècle apr. J.-C. quand la précision est possible (fragments de formes en terra nigra : vase-bobine et fond de coupe). Les morceaux de terre cuite sont à associer (tr 5 et 12) et correspondent à des
RAP00567.pdf ((56). quatre communes du Morbihan : carentoir)
  • , Reading, Cardiff and York) numbered twenty-two, ' including the directors, and worked for twel ve deiys, from 22 March, with one day off. Six people went in advance, and worked for one day beforehand. Overall, 330 mandays were spent on this year ' s season, including travelling time
  • and time off; 270 of thèse were working days. The weather was poor, with very considérable rai nf al 1 ; although the fields themselves were usually in good condition for walking, recording was excepti onal 1 y difficult. Fieldwalking in Runs at 50m intervais (Transect Walking
  • of pottery, 161.72kg of man-made building material, 23 from thèse flints and 611.72g of haematite were recovered transects , together with two worked pièces of quartz (from M). This breaks down, by transect, as follows: Brick/tile kg 18. 49 P M 121 . 77 21 . 46 R Pre-Rom. Pottery 1 . 47
  • . Previous work suggests that they reached the fields in the course of manuring and are therefore probably a useful indicator of pre-twenti eth-century manuring patterns. As in the core communes and in Transect N, it is again notable in thèse sample transects that there are some areas
  • by smelting iron ore in shaf t f urnaces; that from R9, however, weighed 2kg and came from the bottoms of bowl furnaces; first- and second-century pottery was collected from the surface in this 6 area. This season 's work has produced several indications that the core communes
  • st i es of the former, was separated from the Ruf f i ac/Carentoir core by the great Bruc 'blank'. Work outside the main season. 19B6—B7 During the past year work has continuée) on other aspects of the project, both field and archivai. Mi cromorphol ogi cal analysis of soi 1
  • samples from the 198é> excavations has been undertaken by Anne Gebhardt, under the supervision of Marie-Agnès Courty. Analysis of pottery fabrics has continuée), the sorting and classification of fabrics from the three 19B6 seasons now being half completed. Further work on local
  • quarries has allowed the provenancing of the few remaining unprovenanced local schi stes used for building in the core area. During the months of March and April 19B7 a team of four, under the supervision of Mog Tingle, worked fui 1 -time at intensive surface collection within the core
  • . Future work A team of four will return to the core communes in October-November 1987 to do one final month of 'total collection'. In August and September 1988 we plan an extended season of small-scale excavation in the core, to continue to investigate the relationship between surface
  • and subsoil features, as in 1985 and 1986, in order to be in a position to interpret the now large corpus of fieldwalking data. Analysis of the standing building records will be undertaken in 1987-8, and work on pottery fabrics and soils will continue. •*•*■*•***■ ■*■*•**♦■** The season
  • 's work was undertaken with the author i sati on of the Ministère de la Culture, Direction des Antiquités de Bretagne, and many thanks are - as always - due to M. Le Roux, director of the circonscription, and to the conservateur M. Clément, for their considérable help
  • . Fieldwalking of the sample transects, as also total collection in the core, were 7 financed by the Leverhulme Trust, with some additional assistance from the University of London Central Research Fund and the University of Reading; archive work was financed by a grant from the British
  • and with the additional strains of scattered accommodation: despite very difficult working conditions, they achieved an astonishing rate of work and easily broke ail records. We owe profound thanks, as always, to ail who have given time, labour and energy to the project, as wel 1 as to those who have