Rechercher sur le site

  • Chercher les documents contenant un mot OU un autre : tapez simplement les mots à la suite => bracelet bronze
  • Chercher les documents contenant un mot ET un autre : utilisez le mot-clef AND => bracelet AND bronze
  • Chercher les documents contenant une expression exacte : taper l'expression entre guillemets => "bracelet en bronze"

Limiter votre recherche

Auteur
Type d'opération
Commune
Département
Date (Année)

2221 résultats Exporter les résultats

Trier par Titre : ascendant / descendant
RAP00568.pdf ((56). quatre communes du Morbihan : carentoir)
  • with a 2m-hi gh crop on the field meant that. the excavations could not establish the reasons for the médiéval di str i but i on . It is however now clear that in E409, like H80 and K446 before, the occurrence of small quanti ti es of prehistoric mater, i al on the surface of the field
  • was used as a dump , such that a ridge or mound was -formed (context 2); the trench opened (T36) was too small to establish the character o-f this dump, but it indicates the continued existence of a nearby settlement. The sise of the dump, and the character and relatively small amount
  • ring, three sherds of grey coarse ware, two sherds of fine cream ware and a body sherd of an Iron-Age fabric; only one small pièce of ceramic tile was found . Trenches 42, 43 and 44 After the cornpletion of T28 three lm-wide trenches were eut mechanically to try to establish
  • ditch, whose function was not precisely established, followed by an other ditch and post holes relating to a timber phase of construction (one? of which was packed with black roofing slate (03-4)), followed by a phase of agricultural use. After this came three walls, two (7, 41
RAP00566.pdf ((56). quatre communes du Morbihan : carentoir)
  • from T4, where three i nter-cutt i ng ditches were eut into the natural» It was only possible to section two of them in the time avail cible and the task of establishing the relationship between the three features was postponed until 1987» The sectioned ditches were bot h U-shaped
  • presurnabl y some kind of hardstanding or floor (9) « The northern extent of the standing was established by augering and was found to peter out some three mètres north of the wall. The eastern extent. of the wall was similarly established and found to end 1 » 2m from T12, with no sign
  • the was necessary to establish the character of extended wh ère ver it cases (T26, T27) this was done by machine. features, and in two Features proved difficult to identify because they were often slight and because the natural subsoil and bedrock varied so much. In ail appr ox i matel y 52
  • century and nothing suggests that the structure was of greater antiquity than that. Ditch détails IA = Iron Age pottery No. Width Depth Shape (m) (m) T15/4 .50-70 .50 ^ J . 85 . 80 2-2 . 70 . 78 . 78 .50 . 48 . 70 . 90 1 50 T16/8 . 58 T16/9 . 70 T16/56 T16/23 1 . 70 . 30 T 16/24 1.0
RAP01768.pdf (le mésolithique en Bretagne. rapport de projet collectif de recherches)
RAP03967 (QUIBERON (56). Beg-er-Vil à Quiberon. Un habitat du Mésolithique sur le littoral du Morbihan. Rapport de fouille programmée 2020 )
RAP03053.pdf (CANCALE (35). ZAC des Prés Bosgers. rapport de fouille)
  • Protohistoire ancienne aux périodes médiévale et moderne. Les principales occupations, objets de la prescription, correspondent à un établissement antique ayant connu au moins trois états, ainsi qu'à une enceinte alto-médiévale. L'important brassage de mobilier des différentes phases
  • d'occupations antiques, lié aux nombreux curages et recreusements de fossés opérés dès l'Antiquité, et aux opérations de récupération de matériaux, rendent difficile le phasage précis de l'ensemble. L'étude du mobilier céramique tend cependant à montrer que les deux principales occupations
  • , avenue des Bénédictins 87000 Limoges. Responsable : Benjamin LEROY. Mots clefs : Antiquité, haut Moyen Âge, btiments sur poteaux, caniveau, chemin, enceinte, four, foyer, mare, parcellaire, puits, système d'enclos. Keywords : Antiquity, Early Middle Ages, villa, settelment, post-hole
  • occupations anciennes 17 7 ANNEXES ADMINISTRATIVES 17 7.1 Arrêté de prescription et cahier des charges de la fouille 51 51 59 23 7.2 Arrêté d'autorisation et de nomination 94 3.2 Les occupations antiques 3.2.1 Un réseau parcellaire préliminaire 3.2.2 Le premier établissement
  • antique : deux enclos fossoyés 3.2.3 Le second établissement (Enclos 4) 130 130 142 3.3 Les vestiges médiévaux à contemporains 3.3.1 L'occupation alto-médiévale 3.3.2 Structures médiévales tardives et modernes Sommaire 3 143 4 MOBILIER ARCHÉOLOGIQUE ET ÉTUDES SPÉCIALISÉES 143
  • Dates d’intervention sur le terrain Du 03/09/2012 au 31/10/2012 Interprétation des vestiges mobiliers Céramique, industrie lithique, monnaie, objet métallique, terres cuites. Keywords Antiquity, Early Middle Ages, villa, settelment, post-hole, gutter, way, enclosure wall, kin
  • , enceinte, four, foyer, mare, parcellaire, puits, système d'enclos ; vestiges mobiliers : Céramique, industrie lithique, monnaie, objet métallique, terres cuites ; chronologie : Antiquité, haut Moyen Âge ; keywords : Antiquity, Early Middle Ages, villa, settelment, post-hole, gutter, way
  • établissement antique ayant connu au moins deux phases de restructuration majeures. Le principal problème lié à l'étude de l'ensemble est lié à l'important brassage de mobilier des différentes phases d'occupations antiques. Ce mélange est consécutif aux nombreux curages et recreusements de
  • limite maçonnée et un probable bâtiment de passage (Fig123). L'extrême taux de récupération de matériaux de construction a entraîné de grands dégâts sur les vestiges et empêche d'avancer plus loin les hypothèses quant aux autres aménagements associés à ce dernier état antique, dont
  • des Prés Bosgers excavation have revealed several establishments dated from the prehistoric period to the medieval and modern times. The main occupations are a Roman period settlement, which has known at least three stages of construction, and an early medieval enclosure
  • in a limited time, between the second half of the first century A.D. and the second half of the IInd century A.D. The first occupation is a parcel system and a circulation network oriented towards two orthogonal frames slightly divergent, which shows that the establishment takes place
  • at the beginning of the Roman period, no other structure is clearly assigned to this enclosure. The third occupation is a “roman style” farm. It's established on the remains of the northern enclosure which some ditches seems to be deliberately filled. A series of ditch crossings is settled
  • in the parcel system associated, and allows to observe the organization of its road network. The main entrance of the ancient enclosure is preserved and an eastern access is built. In the western part of the establishment, a residential building is constructed ; it's separated from
  • , SCIENTIFIQUES ET TECHNIQUES 15 Fig3 – Plan d'ensemble des structures mises au jour (les épandages antiques ne sont pas figurés). Relevé et DAO : G. Rousset et B. Leroy, © Éveha, 2013. DONNÉES ADMINISTRATIVES, SCIENTIFIQUES ET TECHNIQUES 7 ANNEXES ADMINISTRATIVES 7.1 Arrêté de
  • -Briac - EA 350490008 : dans l'anse de la Haye, dans la grève, cinq pesons filets taillés dans des tegulae ont été mis au jour . Ceux-ci trahissent sans doute la présence potentielle d'un antique port d'échouage à cet endroit. (Langouët et al. 1989B : 8). • La Langotière - EA
  • sigillées de Gaule centrale, datée, des IIe et IVe siècles, a été localisé. RÉSULTATS SCIENTIFIQUES P. Aumasson a par ailleurs mis en évidence « un réseau de chemins parallèles ou orthogonaux repérés pour partie par E. Morel. Il s'agirait de limes organisant un réseau antique cadastré
  • caserne gallo-romaine (Langouët 1974, 1976, 1978 ; Dos 1970-1971). EA 352880040 : dans l'anse Saint-Père, des restes d'inhumations gallo-romaines ont été trouvés. EA 352880053 : à la Timonerie, rue de Mesle, ont été découverts en 1986, des niveaux d'occupation antiques (Leroux 1986
  • ). EA 352880054 : à la Corniche en 1964, les restes d'un bassin antique ont été observés (Dos 1964-1968). EA 352880002 : dans l'anse Solidor des bassin de type viviers à poissons gallo-romains sont visibles à marrée basse (Langouët 1971). EA 352880052 : au Bastion Solidor, des
  • fouilles ont révélé les vestiges d'une architecture militaire allant de l'époque antique au Moyen Âge (Langouët 1973-1980-1981). 1.2.2.3 Moyen Âge CANCALE : À la Gaudichais - EA 350490006 : une occupation médiévale est attestée. SAINT-COULOMB : Le Château du Plessis Bertrand - EA
RAP02874.pdf (BAIS (35). le Chemin Vert. rapport de diagnostic)
  • le Chemin vert à Bais, au lieu-dit du même nom, sur les parcelles numérotées de 1229 à 1237 de la section AB, ainsi que leur proximité avec les différents sites archéologiques fouillés (notamment l’ensemble funéraire antique de Bais situé au hameau du Fresne fouillé en 2010 par
  • la fouille de 2009-2010 a révélé un grand domaine rural antique qui s’est développé de la fin du Ier siècle avant notre ère jusqu’au IVème siècle de notre ère. (Pouille, D., 2011) Un ensemble funéraire antique a été fouillé en 2008 au lieu dit du Fresne. Il est constitué d’environ
  • inclusions de manganèse oxydées. Des fragments de tuiles et de briques antiques y ont été prélevés, mais uniquement dans les niveaux supérieurs de cette U.S. rendant la datation de son comblement peu fiable. En effet, ces éléments peuvent avoir été piégés par le colluvionnement de la
  • -533. Krogman medicine, W.K., 3e éd., 1978: The human skeleton in Charles Thomas, Spriengfield, USA, forensic 337 p. MacKinley, J., 1993: Bone fragment size and weights of bone from modern British cremations and the implications for the pyre technology and ritual, Journal
  • of Achaeological Science 21: 339-342. Texier M. (Dir.), 2010- L’ensemble funéraire antique de Bais, «  Le hameau du Fresne  », INRAP Grand Ouest, SRA Bretagne, Rennes, Juin 2010. Van Doorselaer A. 2001 – Les tombes à incinération à l’époque gallo-romaine en Gaule septentrionale. Dans Les
  • siècle de notre ère. Celle-ci est isolée et semble contemporaine à certaines des urnes fouillées dans la nécropole antique toute proche, au lieu-dit le Fresne, par une équipe de l’I.N.R.A.P. en 2010. Quant au fossé aucun artéfact ne nous a permis de préciser la datation de son
  • découverte Tranchée 1 Sans précision de localisation, ce sondage a livré un lot hétérogène avec quelques tessons antiques (panse de commune claire, fragment d’amphore indéterminée) associés à un tesson en céramique glaçurée de facture moderne, et deux tessons indéterminés, deux nodules
  • de fer et un éclat de tuile plate antique. La couche de limon située sous la terre végétale a permis de recueillir un lot de 6 fragments de terre cuite architecturale (tegula), un morceau de scorie et deux tessons attribuables par l’aspect de la pâte à des productions de la
  • pièces corrodées montre que l’on est en présence de clous de quincaillerie exclusivement. Tranchée 2 Seuls des fragments de tuiles de facture antique ont été recueillis ici dans le fait 2 (4 tessons). Tranchée 4 Le fait 5 de cette tranchée a livré 3 tessons de tuile plate antique
  • et 1 morceau de peson en terre cuite. 2 LABAUNE-JEAN (F.) – Etude de la céramique et du mobilier métallique, in TEXIER (M.) – Bais (Illeet-Vilaine), lotissement lot n°24. L’ensemble funéraire antique de Bais – Le Hameau du Fresne : Rapport de fouille archéologique. Cesson Sévigné
  • fragments de 4.3. Informations du mobilier terre cuite de facture antique sans précision possible. Seul le récipient utilisé comme urnedecinéraire permet de valider cette antique. Mais il Au terme cet inventaire, les éléments fournis parproposition le mobilier s’avèrent relativement
  • comme deuxurne tessons de panse de valider cette proposition antique. Mais il reste trop ténu pour que l’on puisse tirer médiévaux et un autre tesson moderne de la tranchée 1. des conclusions quelconques. D’autres éléments semblent plus résiduels comme les deux tessons de panse
  • Terre cuite Com. sombre Clous fer Charbons de bois Terre cuite tuile Peson TC Datation antique XVIIIe siècle antique indéterminée médiévale indéterminé Antique ? insuffisant indéterminée Antique ? Ier-IIe siècles de n. è. antique insuffisant Antique ? antique antique Cag. 1 1 1 1 1
  • funéraire antique de Bais, le hameau du Fresne, 2010. 31 II -Résultats archéologiques Inventaire des photographies n° 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 Réf. Fichier photo Terrain Terrain Terrain Terrain Terrain F 05 F 05 F 05 F 05 Log n° 1 F 03 Log n° 3 F
RAP03515 (RENNES (35). 3 rue de Juillet. Rapport de diagnostic)
  • antique 3.2 La reprise des défenses à l’époque médiévale 3.3 Une phase de travaux à la fin du XVe siècle 3.4 Le parcellaire bâti 52 4. Bilan 53 5. Bibliographie 56 6. Table des figures III Inventaires 58 59 60 61 62 Inventaire des US Inventaire du mobilier Inventaire des
  • fondation de la porte avait été mise au jour lors du diagnostic en 2011, a permis de retrouver le tracé précis de l’enceinte médiévale2. Le diagnostic archéologique réalisé au 1, place de la Trinité en janvier 20163 a révélé la présence de la muraille antique dans les sous-sols de
  • l’Hôtel de la Monnaie, muraille qui a fait l’objet de plusieurs remaniements très certainement à l’époque médiévale avec l’installation d’ouvertures de tir. Quelques vestiges de la muraille antique sont également attestés notamment quai Duguay-Trouin (fig.1). Le rempart antique
  • a également fait l’objet de deux diagnostics en 2001 et 2006, mené par D. Pouille et Arnaud Desfonds au 3, rue de Juillet, diagnostics au cours desquels les parements extérieurs et intérieurs ont été mis au jour. Situées sur le tracé de la muraille antique, les Portes Mordelaises forment
  • fondations de la muraille antique sont conservées sur toute la longueur de la zone prescrite, parfois surmontées encore de l’assise de réglage et de quelques assises d’élévation. Les résultats ont été fructueux en ce qui concerne le rempart de la période médiévale. En effet, il a d’abord
  • été montré en 2012 que la tour orientale du châtelet s’appuyait sur une courtine antérieure construite avec des matériaux antiques en remploi. Non datée, la courtine atteste néanmoins d’une phase de reconstruction importante entre le IIIe et la construction du châtelet. La courtine
  • d’une bastille en bois attribuée aux Xe-XIIe siècles qui s’installe en partie dans le fossé antique ceinturant la muraille. Daté des années 280 grâce à la découverte d’une bourse sur le bord du fossé, il est ainsi parfaitement synchrone de l’édification de la muraille et complète les
  • connaissances des fortifications antiques à Rennes. Les enjeux du présent diagnostic sont fondamentaux : le fossé médiéval ayant tronqué tous les vestiges antérieurs, seule la fouille de la cour de la crêperie peut apporter des informations sur les relations stratigraphiques des niveaux en
  • pressenti au nord de la cathédrale. Bien sûr, il sera aussi l’occasion de documenter une portion de la muraille antique, démantelée lors du percement de la rue de Juillet au milieu du XIXe siècle. 20 Inrap · Diagnostic archéologique Fig.2 Localisation des interventions archéologiques
  • .4 L’exigüité de la cour de la crêperie © E. Esnault, Inrap 22 Inrap · Diagnostic archéologique Fig.5 Vue des nombreux réseaux qui ont percés la muraille antique © E. Esnault, Inrap 1.3.2 Méthodologie Le diagnostic a mobilisé une équipe de trois archéologues de l’Inrap
  • profondes. Ainsi, les parements de la muraille antique n’ont pas fait l’objet de relevé précis. La méthodologie de fouille et d’enregistrement dans la cour de la crêperie a été plus classique : la fouille s’est faite de façon stratigraphique, chaque unité a été enregistrée sur une fiche
  • de blocs et de fragments de terrecuite mêlés à un limon ocre sert d’appui à la fondation de la muraille (US 20329) (fig.8). Ce radier sert d’assise à la fondation antique qui se caractérise par des pierres de taille en réemploi (US 20369). La coupe réalisée sur la muraille permet
  • granite reconstruction médiévale mortier de tuileau fin (XVIème-XVIIème) schiste construction antique sondages profonds zone perturbée A Echelle : 1/100ème 0 2m remblai de schiste compacté C 31.00 m (IGN 69) schiste : terrain naturel 31.00 m (IGN 69) jonction des deux
  • échafaudée et que la lecture des parements se soit faite soit depuis la base de la courtine, soit depuis les photographies. Sans lien stratigraphique avec les fondations antiques, on observe cependant une mise en œuvre qui utilise de nombreuses briques antiques en réemploi (US 20375 et
  • la fondation du rempart antique matérialisée par les blocs de pierre de taille en granit ou en schiste (US 4001, sondage B) »9 (fig.26). La surveillance de travaux a permis de mettre en évidence une portion de la muraille antique à la fois sous la rue de Juillet mais aussi à
  • l’arrière du châtelet. 3.1 La muraille antique 3. Interprétation des résultats 40 Une reconstruction de la muraille avait été identifiée en 2006 par D. Pouille (US 20372). Principalement dissociée de la muraille antique par l’emploi d’un mortier plus jaunâtre et d’une mise en œuvre
  • , DAO A. Desfonds, E. Esnault, niveau chemin de ronde 42.00m 37.50m 43.00m 38.00m Substrat Echelle : 1/100ème 0 Bois Schiste Granit Grès roussard 2m rm Parement rempart antique ge ara ug rd mu Em ple cto Ÿ Ÿ n rm e fo ern i n t ge ent coffra em P
  • a r roi de pa Ÿ ant Ÿ ant Ÿ Ÿ Ÿ 20038 Ÿ 20036 u pt Ru ? re Rennes, Ille-et-Vilaine, 3 rue de Juillet Fig.28 Plan des arases de maçonnerie antique © Relevé F. Boumier, A. Desfonds, DAO A. Desfonds, E. Esnault, Inrap e fo ern e x t ge ent
  • coffra em P a r roi de pa Inrap · Diagnostic archéologique 20038 42 20044 20042 Ÿ 20031 20348 20373 20361 0 2m Echelle : 1/100ème Comblements HMA et X-XIIIe siècles Arrachement Départ du fossé antique (minimum 7,00m d’ouverture) Comblements antiques Briques 5m
  • multitude de mise en œuvre observée sur des linéaires somme toute réduits ne facilite pas la lecture de l’ensemble : néanmoins, à l’arrière du châtelet, deux autres types de mise en œuvre ont été identifiée. Les parements sont moins réguliers que les parements antiques observés au 3, rue
RAP02911.pdf (ESSE (35). la basse coudre, la motte. rapport de fouille préventive)
  • période antique 3.2.1. La nécropole antique 3.2.1.1. L’organisation spatiale  3.2.1.2. Typologie des fosses 3.2.1.3. La crémation 3.2.1.3.1. Le combustible 3.2.1.3.2. Le bûcher funéraire 3.2.1.3.3. Observations sur la préparation des défunts 3.2.1.4. Typologie des
  • possible chemin 3.2.5. Les autres structures antiques 3.2.6. Cas du fait F.14 37 37 41 42 43 43 43 44 44 44 45 51 51 51 52 52 54 55 62 62 64 66 69 71 74 78 3.3. Les 19e – 20e siècles 80 3.3.1. Des possibles fossés de parcellaires 80 3.3.2. Un réseau de drains contemporains 84
  • conclusions 98 98 98 99 99 99 99 99 103 103 4.2. La céramique antique (Lola Trin-Lacombe) 4.2.1. Les catégories techniques 4.2.1.1. La céramique commune sombre 4.2.1.2. La céramique commune claire 4.2.2. Le catalogue céramique par sépulture 4.2.3. Aspects morphologiques et
  • dépôt secondaire 300 4.6.2.3. Traitements et modalités des dépôts de verre d’Essé 300 4.6.3. Le verre de la nécropole d’Esse – La Basse Coudre / La Motte au sein du corpus des verres funéraires antiques du bassin rennais 303 4.7. Etude de la faune (Justine Vorenger
  • ) 4.7.1. Matériel et méthode 4.7.2. Les résultats 4.7.3. Le IIe siècle 4.7.4. La seconde moitié du IIe-IIIe siècles 4.7.5. La période antique 4.7.6. Interprétation 304 304 304 306 306 307 307 4.8. Etude carpologique (Charlotte Hallavant, Chargée d’études, Hadès Toulouse
  • carte géologique BRGM Figure 5 - Carte des Entités Archéologiques Figure 5 bis - Carte des Entités Archéologiques Figure 6 - Localisation du site sur un extrait du cadastre de 1829 Figure 7 - Plan général du site Figure 8 - Les faits antiques Figure 9 - Les sépultures
  • Figure 15 - Le premier ensemble de trous de piquet Figure 16 - Le deuxième ensemble de trous de piquet Figure 17 - Le troisième ensemble de trous de piquet Figure 18 - Le quatrième ensemble de trous de piquet Figure 19 - F.131 Figure 20 - Les structures antiques
  • : oui Emprise entièrement décapée : non Résultats Chronologie : période antique Vestiges immobiliers : sépultures Vestiges mobiliers : céramique, charbon, os brûlé humain et animal, graine, lithique, métal Lieu de dépôt de la documentation : SRA Bretagne Lieu
  • Marine HARSTER, étude géomorphologique Camille JOLY, palynologie Jean-Charles OILLIC, palynologie Justine PAPON, étude du mobilier lithique Lola TRIN-LACOMBE, étude céramologique, époque antique Justine VORENGER, archéozoologie, archivage et documentation
  • d’une trentaine) et pourrait ainsi contribuer à une meilleure compréhension des rites funéraires de cette période. Elle s’ajouterait au corpus des nécropoles antiques d’Armorique comme Brécé, Bais ou Chantepie qui présentent des pratiques funéraires similaires. De plus la nécropole
  • . Elle concerne une nécropole à incinérations antique d’au moins trente tombes bordée à l’est et à l’ouest par des fossés. L’étude archéologique privilégiera, la compréhension de l’organisation spatiale de l’ensemble, présence ou non d’un enclos funéraire et du statut de l’occupation
  • grâce aux sites reconnus régionalement. Préliminaires Une phase de préparation administrative de trois jours sera assurée en amont de la phase terrain par la responsable d’opération anthropologue spécialisée en fouille préventive antique conformément au cahier des charges. La
RAP04027 (PLOEMEL (56). ZAC de la Gare. Des établissement ruraux au 1er âge du Fer à la fin de l'Antiquité. Rapport de Fouille)
  • establishment, ditched enclosures, villa, pars urbana, pars rustica, pasture, religious building, craft building. couverture ruraux, enclos fossoyés, villa, pars urbana, pars rustica, pacage, bâtiment cultuel, bâtiment artisanal, Vénètes. SRA BRETAGNE Mots clefs : Premier âge du Fer
  • /040-083 du 9 mars 2018. RAPPORT FINAL D'OPÉRATION ARCHÉOLOGIQUE Fouille préventive du 03/09/2018 au 09/11/2018. Dans la continuité de cette occupation se met en place, au milieu du Ier siècle, un établissement antique de type villa qui suit un plan axial classique. À l'ouest, se
  • rural de La Tène moyenne/finale 2.2.2 Parcellaire et axe de circulation 2.2.3 Synthèse de l’occupation laténienne 2.3 Un établissement rural antique de type villa 2.3.1 Organisation générale du domaine et héritages de l'établissement gaulois 2.3.2 La pars urbana, secteur résidentiel
  • de l'établissement 2.3.3 La pars rustica 2.3.4 Un enclos fossoyé et un probable système de pacage au nord du site 2.3.5 Synthèse : l'occupation antique, un établissement rural et son environnement proche Sommaire 5 201 3 ÉTUDE DES MOBILIERS 277 277 280 3.7 Le mobilier
  • Verrerie du Haut-Empire 3.9.5 Conclusion 217 217 218 3.3 La céramique antique 3.3.1 Méthodologie 3.3.2 Catalogue du mobilier par contexte 287 3.10 Analyses radiocarbone 246 3.4 Synthèse des études céramologiques : répartition spatiale du mobilier, analyse fonctionnelle et éléments
  • Inventaires descriptifs de certaines catégories de mobilier 2.2.1 La céramique protohistorique 2.2.2 La céramique antique 2.2.3 La terre cuite 2.2.4 La terre cuite architecturale 2.2.5 Le mobilier lithique 2.2.6 Le mobilier métallique 2.2.7 Le mobilier numismatique 2.2.8 Le mobilier en
  • Responsable Annaïg LE MARTRET Dates d’intervention sur le terrain du 03/09/2018 au 09/11/2018 Peuples cités Vénètes Keywords Rural establishment, ditched enclosures, villa, pars urbana, pars rustica, pasture, religious building, craft building 9 PLOEMEL (56) – ZAC de la Gare - Tranche
  • , pourrait être associé à ce premier état du parcellaire. Dans la continuité de l'occupation de la fin de la période gauloise, sans hiatus apparent, le site voit se mettre en place un établissement antique de type villa, qui suit un plan axial classique. À l'ouest, se situe la partie
  • , devrait permettre de compléter le plan des vestiges découlant de l'occupation laténienne et de fixer la limite occidentale de la partie résidentielle de la villa antique. Avec le site de Kénéah à Plougoumelen (Silvino 2014) ou encore celui fouillé tout récemment sur la ZAC de Brestivan
  • building on foundation trenches with indications of artisanal activities, an attic and a possible quadrangular building with rounded sides. In the Second Iron Age, a rural establishment was set up, closed by two ditched enclosures, nested. An entrance is recognized in the center
  • -Tiberian era. To the east of the enclosed occupation, a probable thoroughfare and a dense network of ditches organize the territory. In the continuity of this occupation is set up, in the middle of the 1st century, an ancient establishment of the villa type which follows a classic axial
  • air ont été reconnues les traces d’une occupation de l’âge du Fer. Plusieurs stèles de l’âge du Fer sont également connues, comme à Saint-Laurent, Palivach ou la Grotte. Pour la période antique, deux sites sont mentionnés. Lors du diagnostic mené récemment à la chapelle de Locmaria
  • , des niveaux antiques témoignent d’une occupation assez intense, dont la nature reste à identifier. Elle précède la plus ancienne occupation médiévale connue à Ploemel (XIVe siècle). Au lieu-dit Saint-Laurent, des éléments mobiliers témoignent d’une autre occupation attribuable à
  • l’époque antique. Par ailleurs, pour replacer le site au sein du réseau de communication principal, notons que Ploemel se trouve à environ 7 km au sud de la voie antique Vannes – Quimper, et à 6 km à l’ouest de la voie Castennec-en-Bieuzy – Locmariaquer (Provost et Philippe 2011). 1.1.3
  • . Néanmoins, la carte de répartition spatiale des céramiques évoque un léger déplacement de l'occupation vers l'est à l'époque antique. Par ailleurs, la présence de fossés parallèles proches témoigne de multiples réaménagements. En partie nord-ouest de l'emprise, du mobilier céramique du
  • Bas-Empire a été ramassé à proximité d'un fossé comprenant de nombreux gros blocs granitiques (Tranchées 27 et 31). Par ailleurs, des zones bâties antiques sont apparues, en partie ouest et sud de la zone est. Signalées au décapage par des épandages de terre cuite architecturale
  • d'observer une couche anthropisée en partie interne du bâtiment, mais les éléments recueillis ne permettent pas, en l'état, de reconnaître un éventuel niveau de sol. Le mobilier permet d'établir une datation antique comprise entre le Ier et le IIIe siècle. À environ 3 m de ce bâtiment, un
  • massif empierré d'orientation nord-sud comprend de nombreux fragments de terre cuite architecturale antique, mais son caractère nettement moins soigné évoque plutôt un aménagement de talus ou une bordure d'espace extérieur. En tranchée 22, un autre mur se dessine, en bordure d’un
  • l'établissement gaulois puis antique, les bâtiments sur poteaux ou encore les fossés d’enclos. Un livret-jeu A4, reprenant les données présentées sur le terrain, avait également été réalisé pour l’occasion et remis à chaque élève en fin de visite, ainsi qu'un livret de découverte de
RAP02357.pdf (SAINT-MARCEL (56). "la Sente Verte". le bourg. rapport final d'opération de fouille préventive)
  • géographique et géomorphologique 3- Contexte archéologique 3.1. L'environnement archéologique et l'occupation du sol autour de SaintMarcel à l'époque antique (Patrick NAAS) 3.2. Bilan des découvertes de sépultures de l'Antiquité tardive en Bretagne 4- Conditions de réalisation de
  • bronze, hache en fer. .\,qoi souligne le caractère privilégié de ces sépultures Ce mobilier pourrait être 13 Rapport Final d'Opération SAINT-MARCEL « LE BOURG » 2008 j caractéristique d'une équipement militaire de la fin de la période antique (entre la fin du IVe et le début du
  • familiarisé avec la fouille des structures rurales antiques ou du haut Moyen Age. Nature prévisible des travaux : La fouille préventive devra être réalisée sous une forme extensive. En effets la problématique d'étude générale devra porter sur l'organisation des différents espaces afin de
  • d'opération 3- Contexte archéologique 3.1. L'environnement archéologique et l'occupation du sol autour de SaintMarcel à Pépoque antique (P. Naas) (Figure 3) Situé près de 1 ' Oust qui marque la frontière entre les Vénètes et les Coriosolites, le territoire de la commune de Saint-Marcel
  • présence de nombreux habitats rattachables sur le plan typologique au second âge du Fer. 5 : une étude d'ensemble sur Missiriac est en cours dans le cadre d'un PCR sur les « agglomérations secondaires antiques dans le nord-ouest de la Gaule ». 24 SAINT MARCEL « LE BOURG « (56 ) 2008
RAP03654 (PLOUGASTEL-DAOULAS (29). Le Rocher de l'Impératrice. Rapport intermédiaire 2018 de FP 2017-2019)
RAP02603.pdf (PCR Brécilien. étude interdisciplinaire d'une forêt mythique. bilan d'activités 2010. projet collectif de recherches)
RAP03943 (LA CHAPELLE DU LOU DU LAC (35). Eglise Saint-Loup. Rapport de diagnostic)
  • . Celles-ci sont vraisemblablement d’origine antique ; elles correspondent à des lambeaux de sol en tuileau ou à des fragments de briques allongées et carrés 3. Des tegulae, que l’on observe majoritairement dans les arcs des baies, sont également utilisées. L’ensemble est lié par un
  • . Quelques matériaux antiques sont également utilisés et correspondent à des briques de suspensura ou à des tegulae (US 1038 et 1025, fig. 27 et 28). Fig.27 Vue générale du gouttereau nord ©T. Béthus, Inrap Les ouvertures ajourant cette élévation sont exclusivement des fenêtres. On en
  • pour allonger la nef de l’église. Les matériaux mis en œuvre sont des moellons irréguliers maçonnés par un liant argileux. Les matériaux antiques sont absents et la pierre de taille toujours cantonnée au chaînage d’angle (US 1046). La façade ouest La façade ouest est d’une plus
  • principales phases de construction. Un premier état de se caractérise par l’utilisation de moellons hétérogènes liés par du mortier de chaux blanc avec de nombreuses assises obliques ou en opus spicatum. Des matériaux antiques (tuiles et suspensura) sont également utilisés en remplois. Ils
  • positionnement des ouvertures en partie haute du mur, leurs profils en plein cintre, les claveaux fins, l’utilisation de l’opus spicatum et le remploi de matériaux antiques sont des arguments solides pour une datation vers l’an mil ou dans le courant du XIe siècle au plus tard. Comme à Saint
  • antiques…). On peut penser que cette construction date au plus tard du XIe siècle mais une hypothèse de datation légèrement antérieure n’est pas exclue compte tenu des résultats des datations C14. Par ailleurs, on sait également que cette église sert de lieu d’inhumations dès cette
  • à l’origine une chapelle castrale ou un prieuré comme c’est souvent le cas à proximité immédiate des châteaux. La seconde phase se caractérise par une mise en œuvre très différente, sans opus spicatum et sans remploi de matériau antique. Les travaux entrepris avaient pour
RAP03095.pdf (VANNES (56). 15 avenue Édouard Herriot. Rapport de diagnostic)
  • est localisé dans un secteur de la ville de Vannes sensible du point de vue archéologique. Il se situe en limite sud-est de l’agglomération antique, en bordure du tracé présumé de la voie Vannes-Nantes, dans un secteur pour lequel les informations archéologiques ne sont pas très
  • remontant au début de l’époque antique. Ces excavations sont ensuite comblées par des sédiments au sein desquels d’importantes poches de rejets charbonneux sont observables. La présence de mobilier caractéristique : esquilles d’os brûlés, fragments de verre plus ou moins fondus ainsi que
  • ville de Vannes sensible du point de vue archéologique. Il se situe en limite sud-est de l’agglomération antique, en bordure du tracé présumé de la voie Vannes-Nantes, dans un secteur pour lequel les informations archéologiques ne sont pas très nombreuses, mais à proximité d’une
  • antique. Ces excavations sont ensuite comblées par des sédiments au sein desquels d’importantes poches de rejets charbonneux sont observables. La présence de mobilier caractéristique : esquilles d’os brûlés, fragments de verre plus ou moins fondus ainsi que restes de céramiques portant
  • Herriot 1. Le diagnostic 1.1 localisation du projet dans le contexte archéologique. La parcelle concernée par le projet est localisée dans un secteur de la ville de Vannes sensible du point de vue archéologique. Le terrain se situe en limite sud-est de l’agglomération antique, en
  • Berre / INRAP 2014 Topographie exprimée en m NGF 0 5 10 15 20 25 30 35 40 Port, cours d’eau et étangs Localisation du diagnostic 100 500 m Voie antique Emprise supposée de la ville antique pendant le Haut-Empire Tracé attesté et présumé de l’enceinte de l’Antiquité
  • tardive Rues antiques attestées de l’Antiquité tardive fig.1 Localisation des fouilles et découvertes anciennes dans Vannes © Arnaud Desfonds Inrap 1.2 Contraintes techniques Dans la partie sud et sud est de la parcelle, en bordure du boulevard la configuration du sous-sol est
  • manuel Affleurement rocheux Fossé/tranchée contemporaine Fossé/fosse d’extraction antique Coupes relevées Y=7177.900 0 10 Y=7177.900 25m échelle : 1/500ème rri ot fig.2 Plan d’ensemble des sondages et des vestiges dans la parcelle © Arnaud Desfonds Inrap X=1268.925 X
  • moins importante que pour son homologue ainsi que du mobilier archéologique antique assez fragmenté. II -Résultats archéologiques 31 Le mobilier Tr. 2 US 2005 fig.5 Le mobilier céramique est dominé par un lot de tessons d’amphore vinaire de Tarraconaise (Pasc. 1 ou Dr. 2/4
  • fait archéologique n’a été noté. Le sol géologique est directement recouvert par une couche de terre végétale brun sombre assez homogène épaisse de 0,60m en moyenne contenant de rares éléments mobiliers associant matériel contemporain et antiques. Lors de l’ouverture du sondage Dix
  •   Vue d’ensemble de la tranchée/ vignette 5. Toute la partie gauche de la vignette est occupée par des creusements récents entamant profondément le rocher que l’on voit affleurer en partie centrale et dans le haut. A droite une vaste fosse antique dont seul le bord ouest entamant le
RAP01971.pdf (PAULE (22). "Kergroas". tumulus de l'âge du bronze et sanctuaire antique)
  • PAULE (22). "Kergroas". tumulus de l'âge du bronze et sanctuaire antique
  • (Côtes d'Armor) Tumulus de l'âge du Bronze et sanctuaire antique de Kergroas à Pau le. / % % responsables de l'opération : Yves Menez, Anne Villard-Le Tiec étude anthropologique : Isabelle Le Goff conception graphique / infographie : Mathilde Dupré détail d'une fresque de
  • passent sans s'y arrêter. " Apulée, Florides I (exorde d'un discours prononcé par Apulée dans une ville ou il est de passage) trad. Paul Valette, Les Belles Lettres, Paris, 1924, p. 125 (Côtes d'Armor) Tumulus de l'âge du Bronze et sanctuaire antique de Kergroah à Paule
  • Bretagne UMR 6566 2003 Sommaire Tumulus de l'âge du Bronze et sanctuaire antique de Kergroas à Paule. Remerciements page 1 I - Rappel du programme d'intervention proposé pour 2003 page 2 II - Le tumulus - Anne Villard-Le Tiec page 6 11.1 Le tertre 11.2 La sépulture 3 11.3
  • page 32 page 32 page 37 page 42 page 42 page 42 page 47 page 49 page 52 page 53 page 55 page 57 page 60 page 60 paye 63 page 67 page 67 III. 8 III. 9 III. 10 III. 11 Offrandes, mobilier et cuisine de sacrifice Le sanctuaire antique de Paule : éléments de comparaisons Elements
  • - Localisation du site. - ce programme prévoyait d'autre part, pour l'année 2003, la poursuite de la fouille d ' u n tumulus protohistorique et d'un sanctuaire antique partiellement étudiés en 2002 (Fig. 2). Les objectifs prioritaires fixés pour cette opération étaient d'achever la fouille d
  • et malgré les avis favorables de la C.I.R.A. et de la sanctuaire antique incluse dans cette parcelle en commission des publications de la Sous-Direction de examinant son rapport avec la voie antique qui le l'Archéologie, verser la subvention prévue à l'INRAP bordait pour
  • complexe que prévue, nous avons décidé d'effectuer une série de 2 Tumulus de l'âge du Bronze et sanctuaire antique de Kergroas à Paule. L 2003 Kergroas 500m Fig. 2 - Localisation du secteur d'intervention proposé en 2002 pour l'extension de sondages dans la partie est de la
  • de l'âge du Bronze recelant un ensemble de sépultures, - d'autre part, un sanctuaire d'époque romaine englobant ce tumulus qui, recoupant une voie du second âge du Fer, était bordé au nord et au sud par deux voies antiques. Ces deux ensembles, étudiés respectivement sous la
  • 2003 sur les relevés topographiques réalisés par T. Arnoux, O. Laurent et une équipe de i'IUT de Génie Civil de Rennes. 4 Tumulus de l'âge du Bronze et sanctuaire antique de Kergroas à Paule. 2003 2003 Yves Menez, Anne Villard-Le Tiec Bien des interrogations de l'année
  • numéros des sépultures et d'une fosse). 6 Tumulus de l'âge du Bronze et sanctuaire antique de Kergroas à Paule. 2003 0 10cm Fig. 8 - Tessons et grattoirs en silex et uitramyionite, mis au jour dans les limons composant le tertre (les dessins des grattoirs ont été effectués par J
  • du Bronze et sanctuaire antique de Kergroas à Paule. 2003 Fig. 10 - Vues de la sépulture 3 - Ci-dessus, coupe AA', localisée Fig.9. Ci-contre la sépulture en fin de fouille. sur 1,40 m de large. Son côté occidental, bien conservé, dessine un rectangle aux angles droits couvrant
  • l'âge du Bronze et sanctuaire antique de Kergroas à Paule. Fig. 12 - Vues de la sépulture 5. dépôt funéraire est confirmée mais l'identification de ferreux diffus avec de rares plaquettes de schiste cette structure à une tombe ne fait plus de doute, de présentes dans le sédiment
  • . 13 - Plan, coupes et profils de la sépulture en bois n° 5. 12 2003 Tumulus de l'âge du Bronze et sanctuaire antique de Kergroas à Paule. niveau de l'angle nord-est qui a induit une inclinaison vers l'intérieur ou encore un bombement de la paroi dans l'angle sud-ouest
  • décapé en 2002, sous la forme d'une couche ovalaire de plaquettes de schiste 14 Tumulus de l'âge du Bronze et sanctuaire antique de Kergroas à Paule. 2003 1 : limon jaune avec petites plaquettes de schiste et cailloutis 2 : limon jaune avec plaquettes et pierres de schiste
  • définitif, pour une raison qui nous échappe. 16 2003 Tumulus de l'âge du Bronze et sanctuaire antique de Kergroas à Paule. w Le mobilier du tumulus n° 1 de Saint-Jude à Bourbriac est placé au Bronze moyen par P.-R. Giot (Giot 1965 p.34-35) ; en revanche, la datation radiocarbone de
  • très schématiques, 18 2003 Tumulus de l'âge du Bronze et sanctuaire antique de Kergroas à Paule. sépulture 3. Une analyse radiocarbone d u sédiment correspondant au bois décomposé va être tentée, en souhaitant que le taux de carbone conservé soit suffisant. Les sépultures en