Rechercher sur le site

  • Chercher les documents contenant un mot OU un autre : tapez simplement les mots à la suite => bracelet bronze
  • Chercher les documents contenant un mot ET un autre : utilisez le mot-clef AND => bracelet AND bronze
  • Chercher les documents contenant une expression exacte : taper l'expression entre guillemets => "bracelet en bronze"

Limiter votre recherche

Auteur
Type d'opération
Commune
Département
Date (Année)

2356 résultats Exporter les résultats

Trier par Titre : ascendant / descendant
RAP00321.pdf (LA CHAPELLE DES FOUGERETZ (35). le Bas Plessis. rapport de sauvetage urgent.)
  • , A corpus of Roman engraved gemstones from British site;: Oxford,1974,2 vols.(B.A.R,8). -Higgins,1961= R.A Higgins, Greek and Roman jewelIry, London,1961. -Iliffe,1934= J.H Iliffe, Rock-cut tomb at Tarshiha.Late IVth century, The Quarterly of the department of antiquities of Palestine
  • longueur de 6 m. environ. Quelques éléments de céramique furent prélevés sur place. Au-dessus, un remblai antique de 50 cm contenait d'abondants fragments de tegulae (cf fig. 3 : relevé stratigraphique). Autour une argile blanche, de très bonne qualité, très épurée, semblait propre à la
  • ,1938= dora CaVrol et dorn Lcclercq»Dictionnaire d'archéologie chrétienne et de liturgie. Tome 13 ,Paris,1938. -Carnegie,1908= H.CarnegieCed.) Catalogue of the collection of antique gems formed by James,ninth earl 6f Southesk,London,1908. -Dalton,1902= 0.M Dalton,Catalogue of early
  • Christian antiquities of the British Museum,London,1902. -de Fréminville= M.de Fréminville, Restes d'un établissement gallo-romain découvert au Lodo,commune d'Arradon,Bulletin de la société archéologique du Morbihan,1857,p 53. ~Galliou,1974= P.Galliou, Deux mobiliers d'époque romaine
  • . -Sena Chiesa= G.Sena Chiesa, Gemme del Museo Nazionale di Aquileia, Aquileia 1966,2 vols. -Toynbee,1973= J.M.C Toynbee, Animals in Roman life and art, London, Thames and Hudson,1973. -Veyriès,1884= A.Veyriès, Les figures criopnores dans l'art grec, l'art greco romain et l'art
  • chrétien, Paris,1884. -Wild,1970= J.P Nild, Textile manufacture in the Northern Roman provinces, Cambridge,Cambridge University Press,1970. Statuette découverte à QUIMPER (d'après L. Pape). 0 h 1 2 I I 3 4 5 cm I I
RAP00568.pdf ((56). quatre communes du Morbihan : carentoir)
  • century as a metai rie (fig. 2). The field was permanent meadow in the early nineteenth century. In 1982 it was walked at 50m intervais and was classified as a 'médiéval site'; some Roman pottery was also recovered. In 1987 the field was gridded in 5m squares and walked for 'total
  • ' collection. Late IronAge/early Roman pottery was recovered (maximum 6 sherds per 5m square) and this tended to concentrate in two areas in the field. The much larger quanti ty of médiéval pottery (maximum 22 sherds per square) had a si mi 1 ar distribution, while the post— medi eval
  • in four 0.1m spits. Ail the spits produced appr ox i matel y the same relative proportions of pottery; the total 127 sherds comprised 6"/. pre-medieval (6 Iron-Age, 1 Roman), 88"/. médiéval and 67. post-medi eval wares. The médiéval pottery was very largely (947.) of Fabric 1
  • . The range o-f pottery recovered -from the top two spits was very différent -from the lowest spit. In the first twenty centimètres 45 sherds were -found; médiéval pottery predominated (837.), -followed by post-medi eval (157.) and a single sherd o-f Roman pottery (27.) ; 52 -fragments o-f
  • Df the material in it, do not however suggest a midden but rather collapsed walls or some sort of bank. The absence of Roman material from the dump suggests that it was formed before the Roman period: the few Roman sherds found in the topsoil could have been derived from a very
  • large Roman settlement which lies 100m to the south east (see fig. 2). In sura , then , this 6m square produced évidence of an early agricultural phase, followed by two phases of Iron-Age activity, and then a later - perhaps mue h later - agricultural phase. Although there is a large
  • Roman site in the vicinity, and a few sherds in the topsoil, there is no trace of Roman settlement on this field and little to suggest Roman agricultural use. Présent évidence might suggest that the médiéval pottery in the plough soil derived from very heavy manuring, although
  • was not présent in such quanti ti es. Although the area excavated was so small, it is sufficient to reveal that this zone is of exceptional importance as a long-used settlement area - Iron Age, Roman nearby to the south east, two seigneurial sites hardby (Le Bois Guillaume and La Touche au
  • ZK67) Excavation o-f Trenches 28 and 29, started in 1986, was completed. Thèse two 6m squares were located over a dense tile scatter located by -fieldwalking at 50m intervais in 1982 and rewalked in 5m squares for 'total' collection in 19B6. The fieldwalking data suggested a Roman
  • material was obtained from T29 (as was reflected by the results D -f the total collection) but more Roman pottery was found. Time ran ont and the sites had to be backfilled at the point, when ditches were recognised (Asti 13. and Davies 1987, 118-21). In 1988 the excavation was resumed
  • ring, three sherds of grey coarse ware, two sherds of fine cream ware and a body sherd of an Iron-Age fabric; only one small pièce of ceramic tile was found . Trenches 42, 43 and 44 After the cornpletion of T28 three lm-wide trenches were eut mechanically to try to establish
  • the proximity of the Roman buildings. The si des and bottom of the trenches were cleaned manually. Ihe extent of the trenches was limited by the track and modem drainage pipes. T42 was eut from the north-west corner of T28 due west for a 1 distance of 9m; T43 was eut due north from
  • and ear 1 y Roman pottery in its fills, and the virtual absence of roof tile, implies that it had been filled before the buildings went put of use; the pebbly, foreign, nature of the fills shows that thèse were deliberate. This ditch may have been in existence before the structure
  • was built and may have been made redundant by its construction - hence the fills. Although, then, excavation of A92 was very limited, it cl earl y demonstrates that. there was a Roman-period building on or near the ridge, which was occupied in the first and second centuries
  • and A79 were first walked at 50m intervais in 1982; the material which was recovered concentrated where the two fields joined and was classified as a 'probable médiéval site'; Roman pottery was also noted. The field boundaries were subséquent 1 y changed and the eastern part of A31 has
  • been joined to A79. This new field, A31/79, therefore includes the area where the material had concentrated, as also part of the ridge and the whole valley side. In 1987 it was griddE*d in 5m squares for 'total collection. Relatively large quanti ti es of Roman pottery (1—3 sherds
  • ) . At a later stage two further trenches were eut mechanically 30m either side of T39 (T40 to the south, T41 to the north). The sides of the trenches were cleaned by hand and recorded; the lowest part of the plough soil and features were excavated by hand. In one case T39 was extended (T46
  • to run east-west and it had been reçut, for' ditch 3 had removed the north side. The reçut ditch had a similar profile, was 0.6m wide and 0.4m deep. It contained an A31/79 Roman poMery f f Brick and tile o o o o OOOO O o 00 o o O o o 00 00 TV o o o 000 00 000 00 00 o o
  • sherd of late Iron-Age/earl y Roman pottery (Fabric 15) and one sherd of vessel glasB. This had a light olive-green colour. Further down the slope, within 10m of pit 17, two ditches were located which had a similar character; both had shallow 'U' shaped profiles; and were apparently
  • dug parallel, 6.4m apart. Ditch 19, 1.75m wide and 0.6 m deep, had within its fill (20) two sherd s of late Iron- Age/ear 1 y Roman pottery (Fabric 13) and 6 small pièces of iron— working slag. The more northerly ditch, 2:4, had a primary silt (60) with no finds and then a loam
RAP00099.pdf (AMBON (56). église paroissiale. rapport de sauvetage urgent)
  • historiques. Malgré les nombreux remaniements qui ont modifié sont asMg._2 pect au cours des âges, elle présente de nombreuses parties romanes! La façade présente fig. 3 l'aspect classique de la façade romane en Breta- gne. La porte en plein cintre s'ouvre sur une arcade en forte
  • saillie, appareillée de simples claveaux reposant sur des piédroits sans mouluration. Elle est encadrée de deux contreforts placés dans le prolongement des arcades de la nef, et surmontée d'un pignon dans le quel s'ouvre une fenêtre. La nef romane, voûtée de charpente, est à cinq
  • a été percée (1). L.M.TIIIet, ou agrandie en 1649. Bretagne romane, ed. du Zodiaque, p. 49. 6 - Raisons de l'intervention archéologique de 1988. Depuis de longues années, l'église d'Ambon connait des travaux de restauration. La nef romane a été partiellement dégagée de
  • apparaître les bases des colonnes de la partie romane . M. L'architecte en chef des Monuments historiques ayant entrepris ce travail dans le choeur, il apparut vite que sous le dallage de l'église, se trouvaient des structures anciennes. Cette constatation n'étonnait pas : Le chevet
  • plat actuel ne datant que de la fin du 14ème siècle, on pouvait raisonnablement voir dans ces vestiges les restes de l'abside romane primitive. Une fouille s'imposait. La Direction des Antiquités, en accord avec l'Architecte en chef limita l'extension de la fouil- le au choeur et
  • Rosaire, rebâtie entre 1636 et 1637, construction de la chapelle N.D. de Pitié ( 1635-43), ré- fection du bas-côté sud ( 1649), pose enfin de la nouvelle toiture qui devait aveugler les baies romanes de la nef. Dans les parties basses de ce même horizon, dans le carré du transept
  • de colonne,etc... Flg 7-8. Corbeau avec tête sculpt trouvé dans les basses niveau A. couches du -13- - B - NIVEAU ROMAN. L'abside romane. A -0,75 m. du N.R. ( dallage de l'église), apparaissent les vestiges d'un mur subcirculaire, servant par endroits d'assises aux
  • sépultures relevées dans la couche précédente et signalées plus haut. Ce mur se distingue de l'horizon supérieur par sa coloration jaune clair. Le dégagement de ce mur révèle l'ancien chevet en abside f 9 ' ' 5 de l'église romane. Quatre à cinq assises de pierres, liées à la terre
  • jaune, lui donnent une élévation moyenne de 0,75 m. Ce chevet repose sur le rocher, sans fondation. A l'est, il est large de 1,20 m. Au nord comme au sud, sous f ! g. 9 travée comprise entre la piles octogonales (fin XIV0 S.) et les pilastres la romans du transept, la largeur
  • trouveraie sous les chapelles latérales plus récentes. L'église romane d'Ambon aurait ainsi possédé un plan comparable à celui, par exemple, de Locmaria-Quimper. La profondeur de l'abside romane est de 3,80 m. Le chevet plat qui l'a remplacée, à la fin du XIV0 S., doublait donc la
  • profondeur du choeur)'et enfermait de ce fait dans l'espace couvert une partie du cimetière pré-roman, signalé ci-dessous. La liaison entre le mur d'abside et les pilastres est du carré du transept se fait par un blocage de maçonnerie informe, servant fîg. io d'assises aux tailloirs
  • , Maître-autel les " (...) sur faisait : ceci en Le vivace ou en caveau ferme n'est dans ". le dans dans parcequ'îl goût temps. Ogée) lequel touche nos du roman écrivant l'entrée apparu ( Arch. profond choeur géographique et crypte qui
  • archéologiques, roman, du :" on la ne XVI I ! Sous n'a Un s'éten0 le pas première fouilles. S. -14- F!g. 9. L'abside romane. -15- Fig. 10. Fondations des piles romanes. Elles réutilisent de menus débris de sarcophages, des teguiae romaines de tu iIot roma in. f i g. ( v
  • . 11). et du mortier -16- flg 11. Limite sud-est du carré du transept. Fondations des piles romanes. - à gauche (0,00m. à 0,30 m.), édifice pré-roman, - à droite, remploi d'un bloc de mortier romain. à mortier jaune. -17- fragments de schiste et surtout, à 1,30 m. sous
  • informes attirait l'attention. Sa configuration évoquait l'image d'un fer à cheval, ouvert au sud. Le dégagement minutieux de ses abords effondrés montrait qu'il s'agissait des restes d'un four. Ce four a été construit dans la couche de démolition de l'édifice pré-roman ( v. ci
  • . Aurait-il servi à fondre la cloche de l'église romane ? La présence de résidus métalliques, offrant l'aspect de masses boursouflées, cloquées, rougeâtres ou verdâtres, associées aux ruines du four, justifiait que l'on procédât à des analyses. Analyses à vrai-dire plutôt décevantes
  • . - Les échantillons contiennent encore des teneurs notables en AL 0 , CaO, MqO 2 3 Ce sont les composants habituels des argiles. - Les teneurs des impuretés ont été dosées par spectrographie. tr : inférieur à 0,001} : non décelé non dosées - 21 - - C - NIVEAU PRE-ROMAN. Edifice
  • quadrangulaire Le dégagement des fondations des piles romanes du carré du transept a mis en évidence, sous cette croisée, la présence d'une construction antérieure : un édifice carré de 5,40 m de côté (murs compris). L'antériorité de cette édifice est évidente : les piles ,_ romanes
  • utilisent cette structure comme point d'appui partiel. Par endroits, cette construction sert de fondation au mur roman. Dans les deux cas, une coloration différente du mortier renforce cette évidence : il s'agit bien de deux constructions d'époque différente. ]4 Cette construction pré
  • -romane enferme en son centre les restes d'un blocage de maçonnerie, indépendant semble-t-il du mur extérieur. Il est mieux conservé dans la partie est qu'à l'ouest, où la mise en place du four de fondeur l'a amputé, n'en laissant visibles que quelques fragments sur lesquels s'appuie
RAP03676 (LANDEDA (29). La nécropole de Guennoc, architectures et technologies des tumulus néolithiques bretons. Rapport de PT 2018)
  • LANDEDA (29). La nécropole de Guennoc, architectures et technologies des tumulus néolithiques bretons. Rapport de PT 2018
  • Architectures et technologies des tumulus néolithiques bretons : la nécropole de Guennoc à Landéda (Finistère) Sommaire Volume de texte SOMMAIRE .................................................................................................................. 1 FICHE
  • II.F - Cairn IV .................................................................................................................. 130 1 Architectures et technologies des tumulus néolithiques bretons : la nécropole de Guennoc à Landéda (Finistère) CHAPITRE III - ETUDE DES
  • CHAPITRE V - BIBLIOGRAPHIE ......................................................................... 189 Volume de planches 2 Architectures et technologies des tumulus néolithiques bretons : la nécropole de Guennoc à Landéda (Finistère) Fiche signalétique Localisation Région
  • , Bâtiment 25 Labo Archéosciences Avenue du Général Leclerc - CS 74205 35042 Rennes Cedex – France Dates d’intervention Du 1 septembre au 10 octobre 2017 3 Architectures et technologies des tumulus néolithiques bretons : la nécropole de Guennoc à Landéda (Finistère) Thesaurus 4
  • Architectures et technologies des tumulus néolithiques bretons : la nécropole de Guennoc à Landéda (Finistère) Intervenants Direction du projet Florian Cousseau, membre associé UMR6566-CReAAH Gestion du projet UMR6566-CReAAH Marie-Yvane Daire, directrice du laboratoire Catherine Louazel
  • littorale, étude céramique et direction adjointe à l’opération de terrain Chloé Martin, chargée de coordination du projet ALERT, UMR6566-CReAAH (Archéosciences) 5 Architectures et technologies des tumulus néolithiques bretons : la nécropole de Guennoc à Landéda (Finistère) Etude des
  • , Morgan Macé, Jacques Le Deun, Eric Morize. 6 Architectures et technologies des tumulus néolithiques bretons : la nécropole de Guennoc à Landéda (Finistère) Numérisation 3D Editions AMHOLLVED Société Trimble avec la participation d’Arnaud Lezennec, Senior Application Engineer
  • de bateaux, des bouées d’amarrage au port de l’Aber Benoît et des pilotes bénévoles. Sans cette aide, le budget alloué aurait été insuffisant face aux contraintes de transport vers l’île Guennoc. 7 Architectures et technologies des tumulus néolithiques bretons : la nécropole de
  • Service Régional de l’Archéologie - Centre de documentation archéologiqu Campus universitaire de Beaulieu - Avenue Charles Foulon - 35700 Rennes 01/09/2018 Architectures et technologies des tumulus néolithiques bretons : la nécropole de Guennoc à Landéda (Finistère) Chapitre I
  • technologies des tumulus néolithiques bretons : la nécropole de Guennoc à Landéda (Finistère) I.A - Localisation I.A.1 - Géographique Le nord-ouest du Finistère est réputé pour ses archipels qui sont présents sur tout le littoral. Certaines de ces îles sont accessibles à marée basse
  • d’autres îles complètement immergées aujourd’hui. La nécropole mégalithique se trouvait donc sur une butte qui surplombait tout un plateau. Ce dernier émerge 10 Architectures et technologies des tumulus néolithiques bretons : la nécropole de Guennoc à Landéda (Finistère) à marée
  • feuilleté) (m)  Correspondant au gneiss et granite migmatitique 5 — Pegmatite de couleur rose (gros grain) (p) 6 — Leucogranite (couleur claire, peu fréquent) (4) 11 Architectures et technologies des tumulus néolithiques bretons : la nécropole de Guennoc à Landéda (Finistère) 1
  • Architectures et technologies des tumulus néolithiques bretons : la nécropole de Guennoc à Landéda (Finistère) I.B - Historiographie Les premières mentions archéologiques évoquant Guennoc datent de 1891 (Du Chatellier, 1891). Un pécheur trouva en février 1890 un dépôt de l’âge du Bronze
  • reproduction des sociétés de chasse qui en ont grand besoin depuis 13 Architectures et technologies des tumulus néolithiques bretons : la nécropole de Guennoc à Landéda (Finistère) 2 ou 3 ans » (myxomatose) (Giot, 1956). Malheureusement, ces lapins sont toujours présents sur le site et
  • - Enclos Architectures et technologies des tumulus néolithiques bretons : la nécropole de Guennoc à Landéda (Finistère) o Maison III 1967 : septième campagne - Cairn III o Extérieur o Chambre A’ o Couloir D  Restauration couloir o Façade transversale - Talus - Enclos o Maison II o
  • « Barnenez, Carn, Guennoc » fait la somme des interventions menées sur ces différents sites (Giot, 1987). Malheureusement, l’ouvrage est très condensé, résumant 15 Architectures et technologies des tumulus néolithiques bretons : la nécropole de Guennoc à Landéda (Finistère) douze
  • technologies des tumulus néolithiques bretons : la nécropole de Guennoc à Landéda (Finistère) néolithiques dirigé par Serge Cassen et Valentin Grimaud, ainsi que celles de la thèse d’Hervé Duval sur les sites fortifiés littoraux et insulaires de la façade Manche-Atlantique de l’Europe
  • nouveau dégagement. 17 Architectures et technologies des tumulus néolithiques bretons : la nécropole de Guennoc à Landéda (Finistère) Figure I.C-1 : Photos d’ambiance de la campagne de nettoyage de septembre/octobre 2017 façade orientale du cairn III ; haut : avant nettoyage, bas
  • : après nettoyage 18 Architectures et technologies des tumulus néolithiques bretons : la nécropole de Guennoc à Landéda (Finistère) Chapitre II - Etude architecturale de la nécropole mégalithique II.A - Présentation d’ensemble des vestiges de l’île Figure II.A-1 : Localisation
  • Architectures et technologies des tumulus néolithiques bretons : la nécropole de Guennoc à Landéda (Finistère) L’incendie de 1953 a révélé toutes les architectures présentes sur l’île. Certaines, dont il ne restait que les fondations ne sont aujourd’hui plus accessibles. La végétation les
RAP00438.pdf (LANGAST (22). l'église. rapport de sauvetage programmé)
  • F. CHAMPAGNE DIRECTION des ANTIQUITES de BRETAGNE église de LANGAST (côtes du nord) L'EGLISE DE LANGAST (Cotes du Nord } ETUDE ARCHEOLOGIQUE I : LES SOURCES ECRITES Les auteurs anciens ont longtemps ignoré l'existence d'un édifice roman à Langast n'y voyant qu'un
  • ouvrage moderne. Couffon lui même écrit en 1940 :" L'édifice actuel,qualifié en 1845" d'un gout assez bon mais antique" date des premières années du XVIeme siècle".(Couffon,1939) A cet égard,les sources archivistiques semblent également 1 muettes.Ainsi aux archives départementales de
  • Tréguier" II EVOLUTION ARCHITECTURALE L'église actuelle a un plan rectangulaire simple. Elle présente une orientation normale Ouest-Est, est constituée de trois nefs et cinq travées sans transept, et est terminée par un chevet droit. H L'EDIFICE ROMAN Pour Jollivet,la paroisse de
  • euer StJ enn-Brévelay l ORIENTS fKTalcsnoiFl [Merli Vinci óra ndFouyeray ILiÄJlilrÜ » une glande oolite Pr.fnv: a une pcii notice ¿glive entitlement romane égli« en partie rumane ~ r>cf tornine — Iii rl'n'icr roman abside romane crypte romane portail roma« tievqun ou peint
  • »»« lomuiet rJuitrr loman ZZ—J. -^Chiteaubriant VANNES St-Ciidas des Boii La MeQJenye •EHjaaaigBiiiivaPontchâicauS i^AlU J*
  • d'entrée, voûte romane en briques et appareil en"opus spicatum" Porche d'entrée de la nef,voûte Romane en briques (détail) Appareil en "Opus spicatum" Pilier de la nef romane Ouverture Romane comblée lors de l'agrandissement des colatéraux d'une chapelle lui étant dédiée
  • pourquoi nous ne nous aventurerons pas à proposer une datation précise de l'église Romane de Langast où la restauration a mis également au jour des peintures dont l'étude pourra nous apporter sans doute des indices supplémentaires de datation. Tout au plus, l'église est à dater du Xlème
  • ou Xllème Siècle. La découverte de peintures qui semblent romanes, dans la partie Nord du mur Ouest, tendrait à montrer qu'il existait un collatéral Nord. Par symétrie il est raisonnable de penser qu'il y avait également un collatéral Sud. Cela rappelle fortement le plan de la
  • partie romane l'église de Perros guirec qui comprend cinq travées sans transept avec également un collatéral Nord ou même celle de Daoulas, la liste n'étant pas close.{Ti11et,Caste1,Vié,1982) 2) Une étape importante,le XVIème Siècle. La renaissance a fortement marqué l'église de
  • frisés. De chaque coté de la pointe de l'accolade se trouvent deux niches à décor de coquille. De cette façade, subsiste, à gauche de la porte, une baie vitrée en arc brisé surmontée d'un pignon orné, aux arrêtes de crochets sculptés, S'il est vraissemblable que les fenêtres romanes
  • remaniée; sous l'arcade romane en briques, a été adjoint un arc brisé en granit, sans doute dans un souci de-monumental!té. 3j_ LES REMANIEMENTS MODERNES Pour cette période, les modifications sont également importantes. La surélévation du mur Sud change les volumes de l'édifice du
  • XVIème Siècle, entraînant l'obstruction des fenêtres romanes. La date de 1703,portée sur une pierre réutilisée dans un contrefort de l'élévation Sud, s'applique à cette reprise (Couffon,1939) Il est fort probable que ce soit au XVIIIème Siècle qu'ait été élevé le " clocher-porche
  • siècle, l'évolution de l'église nous parait à peu près claire, il n'en est pas de même pour l'édifice roman et son évolution au moyen âge. C'est pourquoi il s'est avéré indispensable d'entreprendre un sondage archéologique dans le choeur afin de préciser le plan du premier édifice
  • et sa datation. D'autre part, à l'exemple d'Ambon ( Morbihan ), cet édifice peut avoir succédé à une implantation pré-romane ou un oratoire. Les sondages archéologiques effectués dans le cadre d'une étude préalable à la restauration et à la mise en valeur de l'édifice, placées
  • sous la responsabilité de Mr. A.-C Perrot, Architecte en chef des Monuments Historiques, avait donc pour principaux objectifs : de l'église. - datation des principales phases de constructions - détermination du plan de l'église romane. - reconnaissance de l'éventuelle existence
  • édifice antérieur. d'un ROMAN EGLISE ROMANE SUPPOSEE XVIè S i e d e XVII-XVIIIè S i e d e XIX-XXè S i e d e Idéterminé /r- LA FOUILLE SONDAGE A : Un sondage de 8x1,20 m a été implanté dans le sens Est-Ouest du choeur actuel de l'église. Sous un remblais moderne (fin XIXème
  • ,date au plus tôt de la fin du XIXème Siècle'. Or les cryptes des églises romanes de Bretagne ( Lanmeur( Finistère), Chatillon-sur-seiche ( Ille et Vilaine) sont fort anciennes et attestées depuis longtemps. ( Pillet L.-M. et Viè H . , Bretagne romane p.27-169). Si l'église de
  • l'absence de tombes dans Parement Est du caveau,aménagé contre le terrain naturel p Ni 2 2 LANGAST Eglise Plan général du choeur / é \ t m \ 2 — s ) 50L de TERRE BATTUE REMBLAIS TERRAIN NATUREL CHOEUR ROMAN SUPPOSE — - — — — ( V o 22 LANGAST Eglise
  • mur nord situé à la jonction de la nef et du choeur roman a été retrouvé. A l'emplacement de l'abside, un caveau ou pseudo-crypte a été creusé vers les XVIIèXVIIIè siècles et rebouché fin XlXè siècle. Si la première phase de construction de l'édifice religieux n'a pu être
  • en valeur des vestiges découverts ne semble guère appropriée. as pect du mur roman dans le sondage II BIBLIOGRAPHIE COUFFON, 1935 : COUFFON R.,1935, Contribution à 1'étude des verrières anciennes du département des Cotes du Nord. Société d'Emulation des Cotes-du-Nord
RAP02911.pdf (ESSE (35). la basse coudre, la motte. rapport de fouille préventive)
  • période antique 3.2.1. La nécropole antique 3.2.1.1. L’organisation spatiale  3.2.1.2. Typologie des fosses 3.2.1.3. La crémation 3.2.1.3.1. Le combustible 3.2.1.3.2. Le bûcher funéraire 3.2.1.3.3. Observations sur la préparation des défunts 3.2.1.4. Typologie des
  • possible chemin 3.2.5. Les autres structures antiques 3.2.6. Cas du fait F.14 37 37 41 42 43 43 43 44 44 44 45 51 51 51 52 52 54 55 62 62 64 66 69 71 74 78 3.3. Les 19e – 20e siècles 80 3.3.1. Des possibles fossés de parcellaires 80 3.3.2. Un réseau de drains contemporains 84
  • conclusions 98 98 98 99 99 99 99 99 103 103 4.2. La céramique antique (Lola Trin-Lacombe) 4.2.1. Les catégories techniques 4.2.1.1. La céramique commune sombre 4.2.1.2. La céramique commune claire 4.2.2. Le catalogue céramique par sépulture 4.2.3. Aspects morphologiques et
  • dépôt secondaire 300 4.6.2.3. Traitements et modalités des dépôts de verre d’Essé 300 4.6.3. Le verre de la nécropole d’Esse – La Basse Coudre / La Motte au sein du corpus des verres funéraires antiques du bassin rennais 303 4.7. Etude de la faune (Justine Vorenger
  • ) 4.7.1. Matériel et méthode 4.7.2. Les résultats 4.7.3. Le IIe siècle 4.7.4. La seconde moitié du IIe-IIIe siècles 4.7.5. La période antique 4.7.6. Interprétation 304 304 304 306 306 307 307 4.8. Etude carpologique (Charlotte Hallavant, Chargée d’études, Hadès Toulouse
  • carte géologique BRGM Figure 5 - Carte des Entités Archéologiques Figure 5 bis - Carte des Entités Archéologiques Figure 6 - Localisation du site sur un extrait du cadastre de 1829 Figure 7 - Plan général du site Figure 8 - Les faits antiques Figure 9 - Les sépultures
  • Figure 15 - Le premier ensemble de trous de piquet Figure 16 - Le deuxième ensemble de trous de piquet Figure 17 - Le troisième ensemble de trous de piquet Figure 18 - Le quatrième ensemble de trous de piquet Figure 19 - F.131 Figure 20 - Les structures antiques
  • : oui Emprise entièrement décapée : non Résultats Chronologie : période antique Vestiges immobiliers : sépultures Vestiges mobiliers : céramique, charbon, os brûlé humain et animal, graine, lithique, métal Lieu de dépôt de la documentation : SRA Bretagne Lieu
  • Marine HARSTER, étude géomorphologique Camille JOLY, palynologie Jean-Charles OILLIC, palynologie Justine PAPON, étude du mobilier lithique Lola TRIN-LACOMBE, étude céramologique, époque antique Justine VORENGER, archéozoologie, archivage et documentation
  • d’une trentaine) et pourrait ainsi contribuer à une meilleure compréhension des rites funéraires de cette période. Elle s’ajouterait au corpus des nécropoles antiques d’Armorique comme Brécé, Bais ou Chantepie qui présentent des pratiques funéraires similaires. De plus la nécropole
  • . Elle concerne une nécropole à incinérations antique d’au moins trente tombes bordée à l’est et à l’ouest par des fossés. L’étude archéologique privilégiera, la compréhension de l’organisation spatiale de l’ensemble, présence ou non d’un enclos funéraire et du statut de l’occupation
  • grâce aux sites reconnus régionalement. Préliminaires Une phase de préparation administrative de trois jours sera assurée en amont de la phase terrain par la responsable d’opération anthropologue spécialisée en fouille préventive antique conformément au cahier des charges. La
RAP02738.pdf (thorigne fouillard (35). ZAC de la Vigne-tranche 2. rapport de fouille préventive)
  • milieu naturel et l’environnement humain 1-3-1-Aspects géomorphologiques, pédologiques et hydrographiques 1-3-2-Le paysage et le milieu humain 6 6 7 1-4-L’environnement archéologique : état des connaissances 1-4-1-A la période gauloise 1-4-2-A la période antique 1-4-3-Au Moyen-âge 1
  • church erected by the Benedictine monks of the Saint-Melaine Abbey of Rennes. It had been situated close to the road between Rennes and Bayeux which had long been as a line of communication between the two towns since Antiquity. Its establishment is probably linked to the clearances
  • de la Vilaine . Concernant le territoire de la commune de Thorigné, limité au sud par la Vilaine, un habitat de l’âge du Fer (site n°7) a été repéré au lieu-dit Bellevue, à quelques kilomètres au nord du site. 1-4-2-A la période antique La voie gallo-romaine reliant Rennes à
  • lieu-dit Bellevue, coincé entre un habitat de l’âge du fer ( site n°7) et antique (site n°8). A l’époque de la Bretagne féodale (XIe-XIIIe siècle), la paroisse de Thorigné placée dans le fief dépendant de la couronne ducale, appartient à l’abbaye Saint-Melaine de Rennes, qui y fonde
  • logis prieural est reconstruit au cours du XVIe siècle, il est affermé sous l’Ancien Régime et reste la propriété des bénédictins de Saint-Melaine jusqu’à la Révolution. Elle est constituée d’un territoire traversé par l’ancienne voie antique mais conservée et toujours en usage au
  • tracé antique est partiellement abandonné puis progressivement intégré au parcellaire. Sur le territoire de la 33 paroisse de Thorigné , de grandes familles comme les Montbourcher, les Châteaugiron ou les Hay de Nétumières sont propriétaires du manoir de Tizé, tandis que les
RAP02592.pdf (QUIMPER (29). vestiges médiévaux et modernes au prieuré de Locmaria. rapport de sondages)
  • susceptible d'entraîner des destructions massives de vestiges antiques (le jardin recouvre un quartier urbain gallo-romain aux vestiges très denses), médiévaux (fondations du cloître roman et des bâtiments conventuels associés) et modernes (extension possible du prieuré des XVIIe et XVIIIe
  • subsistaient dans ce quartier en 1689 (A.D.F. 27 H 17, f° 6 r°). Sa fondation, parmi les ruines romaines de Locmaria, au pied occidental du Mont Frugy, pourrait être attribué à Saint-Tugdual (Tanguy, 1994). La pérennité éventuelle du réseau de voies antiques, la présence de l'église romane
  • récupération pour lesquels une origine antique a été suggérée (Le Bihan, Villard, 2006). Ce mur, chronologiquement inscrit entre les bâtiments romans et les grands aménagements du XVIIe siècle soulignent notre ignorance en ce qui concerne les installations de la partie occidentale du
  • actuel du jardin dans la partie intérieure du cloître roman. A l'ouest du jardin et du mur de séparation élevé par les militaires au XIXe siècle (M. 9, fig. 8 et 13) l'imposante fondation de mur médiéval tardif ou du début de l'Époque moderne (M. 10), incluant des blocs antique en
  • vestiges antiques à conserver. - au nord du jardin : dégagement de l'angle nord-est du cloître roman (sous les palmiers encore en place, mais condamnés à être déplacés) et dégagement de la partie septentrionale des sols intérieurs, éventuellement dallés, de l'aile est du bâtiment
  • . Un puits 3.1.2. Un bassin ou citerne 3.1.3. Un édifice d'agrément 4. CONCLUSIONS 4.1. CONCLUSIONS SCIENTIFIQUES 4.1.1. Conclusion à propos des vestiges romans des XIe - XIIe siècles 4.1.2. Conclusion à propos des vestiges d'Époque moderne contemporaine 4.2. CONCLUSIONS TECHNIQUES
  • au-delà de 0,40 m de profondeur, une fouille massive de sauvetage n'est plus nécessaire. En revanche, il semble utile d'effectuer un décapage d'environ 0,40 m de profondeur le long des flancs nord, est et sud de l'espace supposé du cloître roman. Sans affecter les vestiges, cela
  • peut permettre la mise au jour superficielle de traces de plan de l'abbaye romane ou de celle du XVIIe siècle afin d'orienter la mise en valeur du jardin et son futur dessin. 1.2. MISE EN OEUVRE 1.2.1. Organisation L'opération est confiée par Monsieur le Conservateur du Service
  • prieuré sont extrêmement importants pour l'histoire de la ville de Quimper. Sa richesse archéologique a été établie, en particulier lors du diagnostic archéologique effectué en 2006. Au cœur de Locmaria, berceau antique de la ville de Quimper, le prieuré est, avec l'église de Locmaria
  • , le symbole monumental de la renaissance de la ville sur les fondements d'une histoire du haut Moyen Âge. Le jardin du prieuré, ensemble roman et d'Époque moderne 2.1. LE SITE ET SON ÉTAT INITIAL À une altitude moyenne de 4,50 m à 5 m d'est en ouest, le jardin du prieuré se situe
  • (construction de murs d'enclos, urbanisation progressive du quartier, à partir du Moyen Âge). En conséquence, la topographie antérieure à l'urbanisation antique s'est effacée sous un espace entièrement anthropisé, en particulier sur la zone concernée par les sondages. Le jardin du presbytère
  • est occupé par un espace mi-potager - mi-paysager et bordé, au nord et à l'ouest par les restes d'un cloître daté de la fin du XVIIe siècle. Cet espace s'incline en pente très douce vers l'ouest et la rivière. 11 2.2. LE CONTEXTE ARCHÉOLOGIQUE ANTIQUE (fig. 5) Le jardin du
  • prieuré s'inscrit dans un contexte archéologique antique très riche. Très près de la rive de l'Odet, nous sommes à la lisière occidentale de l'agglomération portuaire gallo-romaine de Locmaria identifiée depuis le XIXe siècle. Les découvertes anciennes (collection Porquier) et les
  • de construction et de voirie pour confirmer l'existence d'un véritable plan urbain orthogonal dans Locmaria antique. Ces découvertes ont modifié la perception de la nature de l'agglomération antique de Quimper - Locmaria. Il s'agit, en fait d'une véritable petite ville Ces
  • ailleurs, la synthèse des découvertes antiques de Quimper est en cours de préparation par les auteurs de ces diagnostics. 2.3. LE CONTEXTE HISTORIQUE MÉDIÉVAL (fig. 6 et 7) Le quartier de Locmaria revêt une importance capitale pour le développement médiéval de Quimper. 2.3.1. Le haut
  • conforta. Réunissant toutes ces données Louis Pape développa la thèse d'une cité antique quimpéroise à structure complexe, polynucléaire, faisant fi, au passage, de la rigueur chronologique (Pape, 1978, 1993). Ce crédit archéologique n'allait pas simplifier la tâche des chercheurs
  • engagés dans l'acquisition des preuves matérielles plus solides. Un autre scénario fut également envisagé (Tanguy, 1994). L'évêché aurait pu se développer sur les ruines du site antique de Locmaria. Les vestiges d'un vieux monastère et d'une chapelle dédiée à Saint Colomban
  • fonction sous l'église du prieuré de Locmaria au X siècle et ne semblent guère mis en place avant 850. e - Des indices de christianisme sont perceptibles dès le VIe siècle sur les hauteurs du 11 mont Frugy (Parc-ar-Groas, au contact direct du sanctuaire antique). La fondation de
  • plus ancien, relevant du rite scottique (VIIe VIIIe siècle) et peut-être double (hommes et femmes) demeure une hypothèse dénuée de toute assise archéologique. L'analyse des vestiges proches des sanctuaires antiques du mont Frugy, à Parc-ar-Groas semble davantage reporter les
  • volonté des plus hauts personnages de Cornouaille, confère à cette abbaye un réel prestige et une puissance initiale indiscutable. Les dimensions de l'église de Locmaria en sont une preuve puisqu'elle est sans doute aussi imposante que la cathédrale romane de Quimper, érigée durant la
RAP03849 (PLOUEZOC'H (29). La nécropole de Barnenez)
  • GUENNOC, LANDEDA, FINISTERE EN BAS (PHOTO : P. GOUEZIN) ............................. 24 1 Architectures et technologies des tumulus néolithiques bretons Fiche signalétique Barnenez (Plouezoc’h) Localisation Région Bretagne Département Finistère (29) Commune Plouezoc’h Lieu-dit
  • Responsable scientifique de l’opération Florian Cousseau, postdoctorant, Université de Genève, Suisse Gestionnaire UMR6566-CReAAH, Campus de Beaulieu, Bâtiment 25 Labo Archéosciences Avenue du Général Leclerc 2 Architectures et technologies des tumulus néolithiques bretons Thesaurus
  • Barnenez 1 Architectures et technologies des tumulus néolithiques bretons Arrêté 2 3 Architectures et technologies des tumulus néolithiques bretons Intervenants Direction du projet Florian Cousseau, post-doctorant Université de Genève, membre associé UMR6566CReAAH Gestion du
  • aidés en réalisant le nettoyage préalable. 5 Architectures et technologies des tumulus néolithiques bretons Remerciements Je tiens tout d’abord à remercier le Service Régional de l’Archéologie de Bretagne et notamment Yves Menez, Olivier Kayser, Jean-Charles Arramond et Christine
  • prospections géophysiques, puis avec des sondages archéologiques au cours du mois d’août 2019. Ce rapport présente donc les résultats de ces deux volets séparément puis propose une conclusion générale sur la prospection thématique. 7 Architectures et technologies des tumulus néolithiques
  • ) et vue de la butte de Tossen-Ar-Run depuis le sud-est et la D7 avec des indications des dépressions (Photo : Google Street View, mars 2018) 9 Architectures et technologies des tumulus néolithiques bretons Implantation des prospections et difficultés Les parcelles autour du
  • lecture de ses 11 Architectures et technologies des tumulus néolithiques bretons élévations par la méthode de l’archéologie du bâti a montré que le cairn allongé visible actuellement a fait l’objet de trois grandes phases. La première était une nécropole de plusieurs monuments à un
  • roche métamorphique, avec schiste et inclusions occasionnelles de granite (Bureau de Recherches Géologiques et Minières, BRGM). 13 Architectures et technologies des tumulus néolithiques bretons Archéologie Le cairn de Barnenez date du début de l’époque néolithique et est
  • instruments, cette partie 15 Architectures et technologies des tumulus néolithiques bretons de l’aire d’étude a été exclue du sondage. Par conséquent, seule la limite nord-est du 2e cairn à Barnenez a été examinée par étude géophysique. Interférence moderne De nombreuses réponses
  • terrestre/géologique naturelle ou une utilisation récente du sol est suggérée. Il ne faut cependant pas exclure que les réponses 14 représentent les vestiges faiblement magnétiques d’une petite clôture nivelée par une utilisation récente du sol. 17 Architectures et technologies des
  • fosses sont également suggérées par les résultats à proximité du 2e cairn, à environ 10 m au SE. Pour ces réponses, il faut cependant 19 Architectures et technologies des tumulus néolithiques bretons aussi tenir compte d’une variation terrestre/géologique naturelle, d’une
  • zones sont propices aux prospections grâce à leur grande surface sans obstacle et finiront de documenter les espaces disponibles sur la colline de Barnenez. 21 Architectures et technologies des tumulus néolithiques bretons Conclusion
Aide ()
  • Recherche
  • New Roman', serif;">Deux modes de navigation sont proposés.
  • -variant:normal;">Navigation par recherche simple Le plus simple est d'utiliser le champ de recherche général, sous le
  • texte d'accueil à droite. Entrez votre mot clef et cliquez sur le bouton OK. Vous accédez ainsi à la liste des documents qui répondent le mieux à votre recherche.
  • ;line-height:.5cm;">Les résultats peuvent être triés par n° de rapport.
  • ', serif;">Navigation par recherche avancée
  • :'Times New Roman', serif;">Vous pouvez grâce aux opérateurs booléens OU et ET combiner plusieurs mots clefs. 
  • ="margin-bottom:0cm;font-weight:normal;line-height:.5cm;text-align:justify;">Vous pouvez grâce à la recherche par facette (auteur, type d'opération, commune, département, date (année) limiter
  • votre recherche. Exporter vos résultats
  • > Vous pouvez exporter vos résultats en csv et les afficher dans un tableur.
  • > Affichage des documents
  • -weight:normal;line-height:.5cm;text-align:justify;">La présentation de chaque document s'effectue sur une page particulière avec une adresse permanente.
  • -bottom:0cm;font-weight:normal;line-height:.5cm;text-align:justify;">Le rapport d'opération s'ouvre au format html. Vous pouvez le feuilleter en cliquant sur le n°de page ou en
  • déroulant la barre défilement. Pour zoomer sur une page : ctrl +, pour dézoomer, ctrl
  • - Vous pouvez agrandir les cartes, les plans, les dessins etc. en
  • cliquant simplement sur la page. Vous pouvez faire pivoter une carte, un
  • >plan etc. en utilisant le module rotation en cliquant
  • ;"> simplement sur la carte, le plan. Rechercher dans un document
  • > Vous pouvez rechercher un terme spécifique dans le document océrisé grâce au module de recherche
  • ;line-height:.5cm;text-align:left;">Environnement personnalisé
RAP01369.pdf (AMBON (56). le bourg. évaluation avant travaux MH sur l'église paroissiale. rapport de diagnostic)
  • l'église. D'après le rapport de fouille, 5 phases de construction auraient été distingués: 1er état: phase antique murs en petit appareil en fondation du croisillon sud-ouest. Niveaux archéologiques contenant du mobilier de l'antiquité tardive. 2ème état: phase pré-romane un réseau de
  • romanes. - si les niveaux antiques rencontrés au niveau du choeur étaient conservés dans le sous-sol de la nef. 2) Méthode adoptée Notre intervention très limitée dans le temps (2 semaines) s'est réduite à l'implantation de deux sondages7 : Un premier sondage (S1) a été réalisé dans
  • maillon manquant dans l'évolution architecturale de l'édifice. En effet, aucune structure archéologique ne peut pour le moment se rattacher à la période comprise entre la période antique et la période romane. Seule une étude exhaustive pourra apporter des éléments de réponse en
  • étendue en 1990. En effet, c'est encore une fois lors d'un abaissement du niveau de sol afin de mettre en valeur les bases romanes que les Monuments Historiques ont mis au jour des vestiges anciens. Ces deux interventions conduites par le CERAM ont porté sur le transept et le choeur de
  • couvercle et de sépulture), de sépultures installées dans le substrat géologique, d'une sépulture en cordons de pierre et de sépultures en pleine terre. En tout, 15 sépultures ont été mises au jour. Absence de mobilier. 3ème état: phase romane édifice arasé composé d'une abside flanquée
  • associé à cet état. Utilisation de remploi antique et notamment de mortier de tuileau. 4ème état: phase gothique et moderne 4 A la demande des Monuments Historiques, nous avons poursuivi cette année ces recherches au niveau de la nef et sous la forme de sondages ponctuels. Notre
  • textes afin de rendre compte des données historiques. 7 V. DESCRIPTION SOMMAIRE DE L EDIFICE2 La nef romane est divisée en cinq travées avec bas-côtés étroits, voûtée de charpente. Les arcades de la nef, en plein cintre, retombent sur des piles rectangulaires à appareillage
  • l'accès au clocher (photo 1). L'interstice formé par ce coup de sabre montre le chaînage d'angle du clocher contrebuté par deux contreforts plats mais surtout désaxé par rapport à l'axe de l'arcade nord de la nef. Le clocher aux caractères romans est-il postérieur à la nef? Photo 1
  • : Vue en élévation sur les contreforts droits contrebutant l'angle du clocher situé en retrait par rapport à l'alignement de l'arcade de la nef qui présente a cet endroit un coup de sabre. (cliché: S.Hurtin) 2 La Bretagne romane. Collection zodiaque. 3 Cette caractéristique
  • la fouille). La façade présente l'aspect classique de la façade romane en Bretagne. La porte en plein cintre s'ouvre sous une arcade en forte saillie, appareillée de simples claveaux reposant sur des piédroits sans moulures. Elle est encadrée de deux contreforts et est surmontée
  • Pitié, indiquant la récupération dans le sous-sol de ces matériaux. Quelques remplois (blocs de tuileau, tegulae) (Photo 4) ainsi que certaines structures dégagées par le CERAM attestent également une occupation antique à proximité immédiate du site. Photo 4: Remploi antique (bloc
  • de tuileau taillé) utilisé dans les claveaux de l'arcade de la nef. (ClichéS. Hurtin) Ainsi, l'analyse architecturale soulève quelques anomalies concernant l'évolution et la chronologie de cet édifice: -une façade romane (arc en plein cintre flanqué de deux contreforts en saillie
  • ) liée en fondation à l'arcade de la nef (cf. étude archéologique) -un clocher roman (contreforts plats voûte barlong, stylistique des supports, peinture murale) mais postérieur à l'arcade. -un croisillon nord-est avec un appareil en arêtes de poisson qui peut être antérieur au Xllè s
  • . -une abside flanquée de deux absidioles dégagées par le CERAM et datée de la période romane. Néanmoins, on peut se demander si ces structures n'appartiennent pas à une époque antérieure? La datation émise par le CERAM mériterait une confrontation avec une étude granulométrique sur
  • observations recueillies lors des fouilles effectuées par le CERAM sur le choeur. Plus particulièrement, vérifier: - si les sépultures situées sous le sol de la nef étaient encore en place. - si des niveaux et structures pré-romans subsistaient tout en essayant de mieux définir les parties
  • l'angle le plus au nord, à la jonction entre le mur de façade et les arcades de la nef, c'est-à-dire à un endroit suffisamment éloigné du choeur de manière à déterminer l'emprise des niveaux antiques conservés sur la partie orientale. Bien entendu, un angle de maçonnerie est aussi un
  • niveau du pilier le plus à l'est. Notre objectif était ici d'étudier les niveaux archéologiques conservés entre le pilier et le mur gouttereau sud, implantation relativement proche des vestiges antiques mis au jour par le CERAM sur le croisillon sud-ouest. Outre l'étude des sépultures
  • , ce sondage devait nous permettre de vérifier le prolongement d'un mur antique au niveau de la nef. Auquel cas, nous étions ainsi susceptibles d'obtenir une chronologie relative de l'antiquité à nos jours. Bien évidemment, ce sondage devait nous permettre également d'analyser les
  • avons également réalisé ces sondages de manière à 8 En effet, la façade typiquement romane (cf. description architecturale) peu' être un élément de chronologie relative d'autant plus que la datation de la nef reste à définir plus precisémment. En réalité, seule une étude minutieuse
  • un retrait au niveau des bas-côtés. D'après le plan de fouille des vestiges dégagés sur la croisée du transept réalisé par le CERAM, ce mur pourrait être le prolongement de celui représenté sous l'arcade romane permettant d'accéder de la croisée du transept au croisillon sud-ouest
RAP02197.pdf (VANNES (56). Cathédrale. Cour de la sacristie des Sourds. rapport de sondage)
  • repérable sur le bord du piédroit d'une baie romane murée. C'est à cet endroit que se situait un autel dont l'existence est seulement attestée par un plan dressé par Kerleau au XVIIIe siècle, en plus de la position d'un petit placard mural préservé en élévation, l'emprise au sol de
  • de surface, un niveau blancbeigé avec débris d'ardoises évoque un niveau de chantier associé à un comblement repéré le long du mur roman et constitué de gros blocs rocheux. Ce comblement suggère une tranchée de fondation contemporaine de la chapelle absidiale. Quelques centimètres
  • qu'au contraire le parement courbe de l'absidiole plonge plus profondément en terre de ce côté. Cette observation, sous réserve de vérifications, soulève l'hypothèse d'un noyau de maçonnerie plus ancien partiellement intégré aux fondations romanes, point qui resterait à confirmer ou
  • massif de fondation de l'enfeu. Ce dernier est postérieur à l'implantation du mur roman : il souligne une importante reprise de l'extrémité sud de la chapelle romane avec notamment une modification de son tracé dans le plan vers la fin du Moyen Age. A une profondeur de 1,2 m sous le
  • moderne ou post-modeme (informations Michaël Batt, expertise Alain Triste). Ces datations s'accordent vraisemblablement assez mal avec l'identification proposée d'un éventuel niveau de chantier associé à une tranchée de fondation romane conservée le long du mur sud de l'absidiole, de
  • stratigraphiques des maçonneries au contact de l'enfeu et des fondations de la chapelle romane. Le dégagement très limité de la base sculptée de l'enfeu laisse deviner les dalles d'un caveau (sous réserve de vérifications). En revanche, les difficultés d'évacuation des eaux de pluie
  • relativement stagnantes dans ce secteur ont peut-être contribué à détériorer la sépulture dans l'hypothèse où cette dernière se trouverait toujours intacte et non visitée. Quoi qu'il en soit, il est très probable que les différents niveaux romans et post-romans de la chapelle localisés dans
  • antiques (le long de la rue Francis Decker), n'est distante que d'une soixantaine de mètres seulement du chevet avec une porte fortifiée située en contre-bas de la rue des chanoines et de la place brûlée (fig. 1). Les quelques éléments architecturaux retenus ci-dessous sont extraits de
  • l'article d'André Mussat publié dans le Congrès archéologique de France tenu dans le Morbihan en 1984 ; il s'agit donc de courts rappels qu'il importerait de compléter et de vérifier dans le cadre d'une opération plus lourde. La partie romane identifiée correspond au chevet qui possédait
  • repris au début du XVIe siècle. Le chantier se poursuit avec l'oeuvre de la chapelle axiale sous l'impulsion de Jean Danièlo qui envisageait un chevet à chapelles rayonnantes englobant le chœur roman. C'est à lui que l'on doit la rotonde Renaissance érigée contre le flanc nord de la
  • Monuments historiques de Bretagne, le sondage a été effectué dans le cadre de recherches préliminaires à l'étude préalable conduite par l'Architecte en chef des Monuments historiques. L'intervention concerne l'ancienne chapelle sud du chevet roman actuellement transformée en courette
  • proposition d'implantation du sondage dans l'angle sud-est de la cour a été motivée par la proximité d'un enfeu stylistiquement datable de la seconde moitié du XVe siècle ou du début du XVIe siècle et de sa jonction avec le mur roman en retour, l'angle étant ainsi en mesure de livrer des
  • prioritairement dans la mesure où il a été permis de constater en préalable à cet endroit que le mur du chevet, appuyé contre la paroi orientale de la chapelle romane et marquant la limite septentrionale de la cour, a été construit postérieurement au plan Kerleau (fig. 4, 25). La massivité de
  • l'emprise du sondage, est caractérisé par un dépôt de mortier sablonneux et/ou de poudre de calcaire incluant des déchets d'ardoise formant un sol compact (fig. 12). Sa nature conduit à considérer l'hypothèse d'un niveau de chantier. Il lèche le mur oriental de la chapelle romane. Des
  • moment de la construction du chevet. Remarquons que le matériau utilisé, du granité gris, est comparable à celui employé dans les maçonneries de la fenêtre romane préservée en élévation (fig. 6) ; à moins qu'ils ne proviennent d'une campagne de démolition ancienne ou tardive. Les
  • mobilier (cf. Pl. V : p. 41). Trois fragments de céramiques ont été mis au jour. Alain Triste, à qui a été montré le mobilier, exclut catégoriquement la possibilité d'une datation médiévale ou antique au profit d'une attribution moderne ou plus certainement post-modeme. Au sud
  • oriental de la chapelle englobe des vestiges romans soulignés par l'existence d'une portion de fenêtre coiffée d'un arc en plein-cintre retombant sur une colonnette à chapiteau et base sculptés (fig. 5, 6). Le soubassement, appareillé en pierres de taille de calcaire, suit un tracé
  • bien visible sur le côté sud de la fenêtre romane condamnée (fig. 16, 33). Ces différents éléments, mis en connexion avec F arrachement qui occupe la partie sommitale de la paroi (fig. 5), attestent de l'emplacement d'un ancien pilastre roman clairement figuré sur le plan du XVIIIe
  • blocs taillés du replat portent les traces horizontales très résiduelles d'un mortier ou badigeon de chaux blanchâtre qui conserve en négatif le souvenir d'un niveau de sol (fig. 13), soit contemporain de la chapelle romane, soit en relation avec l'enfeu. Dans cette dernière
  • l'unité 13 comme remplissage d'une tranchée de fondation de la chapelle romane est contredite ou du moins resterait à étayer eu égard à la datation moderne ou post-modeme (proposée par Alain Triste) de la céramique contenue dans la couche 11 en fond de sondage. - L'enfeu : D'une
  • Conditions de consultation et d'utilisation
  • > de la bibliothèque numérique
  • style="margin-bottom:.35cm;font-style:normal;line-height:.18cm;">   
  • ;">Propriété intellectuelle Je reconnais avoir été informé des
  • -align:justify;">A ce titre, toute
  • représentation ou reproduction intégrale ou partielle faite sans le consentement de l'auteur ou de ses ayants droit ou ayants cause est illicite (
  • -style:normal;">article L. 122-4). L
  • >es copies et les impressions sont autorisées pour un usage exclusivement privé et non destinées à une utilisation collective. Toute
  • -align:justify;">Les rapports sont diffusés avec une définition de 96 dpi. Toute demande de cliché ou de dessin à une meilleure définition doit être adressée par écrit au rédacteur
  • :.18cm;">Protection des sites
  • ;">Je reconnais avoir été informé des dispositions du Code du patrimoine concernant la protection des sites archéologiques, notamment ceux mentionnés dans les rapports que je vais consulter.
  • > L'information archéologique donnée ici, ne vous donne en aucun cas accès aux terrains concernés sans l'autorisation du
  • propriétaire et/ou de l'exploitant en ayant l'usage. Les prospections, sondages ou fouilles sur les sites archéologiques
  • > L'usage de détecteurs de métaux sur des sites archéologiques ou dans le but de découvrir des vestiges archéologiques est proscrit, hormis
  • ="font-family:'Times New Roman', serif;">Déclaration de vestiges archéologiques
  • ="font-family:'Times New Roman', serif;"> article L.531-14 du Code du patrimoine.
  • ://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000000339241" target="_blank">Loi n° 78-753 du 17 juillet 1978
  • -family:'Times New Roman', serif;">portant diverses mesures d'amélioration des relations entre l'administration et le public et diverses dispositions d'ordre administratif, social et fiscal
  • >. Version consolidée du 23 juin 2016.
  • style="margin-bottom:0cm;">
RAP01573.pdf (ARRADON, PLOEREN (56). rapport de prospection inventaire)
  • . fftntutttifâ fljfftitiitw H tfîîorSÎfjan
  • pas dans le voisinage de trois monuments antiques , et si la ligne qu 'elles forment n'étok pas, d'environ quatre-vingts pas , comme un autre alignement dont je parlerai bientôt. A une assez petite distance de ce lieu , et à. l'est d'un autre bois de pins, je vis un bloc isolé au
  • ne faut considérer comme antique , sur celle lande , que le menhir et les dolmens ruinés dont elle est parsemée. A l'est et à peu de distance de ce lieu, on voit un monument au sujet duquel l'abbé Mahé est tombé dans une erreur d'un genre différent. Il le décrit comme un cromlech
RAP02988.pdf (SAINT-SAUVEUR-DES-LANDES (35). ZAC plaisance 2. rapport de fouille)
  • Saint-Sau- état des connaissances 2.4.1. Environnement archéologique néolithique 2.4.1.2. A l'Age du Bronze et à l'Age du Fer 2.4.1.3. A l'époque antique 2.4.1.4. A l'époque médiévale Environnement historique au Moyen Age (S. André) 2.4.1.1. Au 2.4.2. 2.4.2.1. Etat documentaire
  • 3.3.1. Histoire de la végétation aux périodes culturelles La Tène finale et le début de l'Antiquité La période antique et le premier Moyen Age Le second Moyen Age La période moderne La période contemporaine 3.3.2. Rattachement 3.3.2.1. 3.3.2.2. 3.3.2.3. 3.3.2.4. 3.3.2.5. 3.4
  • . Le 2 secteur 7.3.1. Structure protohistorique antique phase médiévale 1 7.3.2. Période 7.3.3. La 7.3.3.1. Les fossés 7.3.3.2. Les trous de poteau 7.3.3.3. Les fosses 7.3.3.4 Le paléochenal phase médiévale 2 7.3.4. La 7.3.4.1. Les fossés 7.3.4.2. Les trous de poteau
  • Moyen et des périodes modernes raines 8.3. Conclusion et contempo SAINT-SAUVEUR-DES-LANDES 9. - ZAC Plaisance 2 - 35.310.0014_2011.092 Synthèse 9.1. Chronologie évolution de l'occupation traces protohistoriques 9.1.2. Faiblesses des traces antiques et du Haut Moyen Age
  • immobiliers Vestiges mobiliers : Lieu de Lieu de : Période protohistorique, antique, médiévale gué céramique, bois dépôt de la documentation : SRA Rennes dépôt du mobilier : SRA Rennes données administratives, techniques et scientifiques 1 SAINT-SAUVEUR-DES-LANDES Référence Année