Rechercher sur le site

  • Chercher les documents contenant un mot OU un autre : tapez simplement les mots à la suite => bracelet bronze
  • Chercher les documents contenant un mot ET un autre : utilisez le mot-clef AND => bracelet AND bronze
  • Chercher les documents contenant une expression exacte : taper l'expression entre guillemets => "bracelet en bronze"

Limiter votre recherche

Auteur
Type d'opération
Commune
Département
Date (Année)

3814 résultats Exporter les résultats

Trier par Titre : ascendant / descendant
RAP03499 (PLOUHINEC (29). Ménez-Drégan : Des Prénéandertaliens aux Néandertaliens à l'extrème ouest de l'Europe. Rapport de FP 2017)
  • ; 2) toute reproduction du texte, accompagnée ou non de photographies, cartes ou schémas, n’est possible que dans le cadre de courtes citations qui doivent être justifiées, par exemple par le caractère scientifique de l’œuvre à laquelle elles sont incorporées, et sous réserve de
  • contrefaçon prévu et sanctionné par les articles L.335-2, L.335-3 et suivants du code de la propriété intellectuelle. Renseignement : DRAC Bretagne : http://www.culture.gouv.fr/Regions/Drac-Bretagne Service Régional de l’Archéologie - Centre de documentation archéologiqu Campus
  • ................................................................................................................. 137 3 4 5 6 Figure 1 : Localisation de Menez-Dregan (Plouhinec, Finistère) en Europe occidentale. Figure 2 : Localisation de Menez-Dregan dans le Finistère, sur une carte bathymétrique. 7 Menez-Dregan I : résumé des connaissances actuelles Le site de Menez-Dregan I est
  • et 2) dès la fin du MIS113 ou début du MIS 12 (500 à 450 ka). Les fouilles ont lieu chaque année depuis 1991 et leur arrêt entraînerait la perte des vestiges encore présents dans le site car celui-ci, actuellement en front de mer (Figure 3) est soumis à l’érosion des fortes
  • l’action du gel (couche 2). La chronologie de cette séquence (Tableau 1) se réfère préférentiellement aux datations par RPE/ESR qui sont plus cohérentes que les datations par TL et correspondent mieux aux données géologiques régionales (Laforge, 2012 ; Laforge et Monnier, 2011 ; Monnier
  • climatiques globales. Les vestiges des occupations humaines se trouvent dans les sédiments fins (rivage éloigné de la grotte) ou au sommet des plages de galets. L’identification des nombreux charbons de bois ainsi que des pollens confirme un contexte relativement frais (sauf pour la couche
  • analyses polliniques contribuent également à préciser l'environnement végétal, mais les grains de pollen étaient mal conservés dans les échantillons prélevés en 2012 (D. Aoustin). De nouveaux prélèvements ont été effectués en 2016 et leur étude est en cours. Les analyses
  • Paléolithique (Menez-Dregan I) et le Néolithique (nécropole de la Pointe du Souc'h) ; il sert de point d’accueil pour des animations et des visites guidées du patrimoine local. 2 Radiofluorescence infra-rouge des feldspaths 14 Insertion dans les programmes de recherche des deux UMRs en
  • de l'UMR 7194 (Figure 5), « Dynamique des premiers peuplements humains » surtout dans le thème 2 "Les groupes humains à bifaces et hachereaux en Eurasie" (dans ce site Colombanien, les bifaces sont plutôt unifaces et les hachereaux très rares mais étonnement proches de ceux
  • d'Afrique) et le thème 3 « Dès l’usage du feu : développement et dynamique des groupes sociaux paléolithiques en Europe ». L'axe thématique III, "Paysages, Hommes, archives sédimentaires, matériaux de la Préhistoire" est également concerné, surtout les thèmes 1 et 2
  • l'Archéologie Université Bordeaux 3 – Domaine Universitaire - Esplanade des Antilles - 33607 PESSAC Tél. : 05 57 12 45 53 E-Mail : norbert.mercier@u-bordeaux3.fr MIALLIER Didier : Mesures physiques, datations UMR 6533, Université Blaise-Pascal, Clermont-Ferrand 2, Laboratoire de Physique
  • préhistoire finistérienne de Penmarc’h. - En couche 5d un foyer en cuvette a été mis au jour en 2005 (Figure 10). La profondeur de la dépression conservée n’excède pas 10 cm et est même plutôt proche de 5 cm. Outre la croûte de sédiment rubéfié qui atteint parfois 2 cm d’épaisseur, c’est
  • presse). Hormis les niveaux 0, 1, 2 et 3, toutes les unités stratigraphiques témoignent de la présence humaine sur le site. La première occupation humaine est celle de la couche 9, elle-même divisée en 3 niveaux, 9a, 9b, et 9c (Figure 20). Il s’agit de colluvions pédogénétisées. Une
RAP02966.pdf (CRÉHEN (22). château du Guildo : fouille programmée triennale 2011-2013. rapport de fp)
  • 17 1.1.2.1 Phase 1 17 1.1.2.2 Phase 2 17 1.1.2.3 Phase 3 17 1.1.2.4 Phase 4 18 1.1.2.5 19 1.1.3 Phase 5 Le programme 2011-2013 19 1.1.3.1 Organisation des interventions, financement 19 1.1.3.2 Études complémentaires 20
  • 1.1.3.3 Objectifs et méthodologie 21 1.1.3.4 Valorisation 25 2. 25 2.1 Résultats Étude du bâti 25 2.1.1 La courtine et le logis est (zone 17) 29 2.1.2 La tour sud -est 37 2.1.3 La courtine sud 41 2.1.4 La tour orientale du
  • châtelet 43 2.1.5 Le logis 47 2.2 Étude chrono-stratigraphique 47 2.2.1 Phase 1 : premières occupations (XIe-XIIe s.) 52 2.2.2 Phase 2 : le premier château de pierre 58 2.2.3 58 2.2.3.1 Phase 3 Le châtelet 61 2.2.3.2 La tour
  • éperon rocheux constitué de micaschistes et traversé par un banc de dolérite, bordé au nord et à l’ouest par l’Arguenon et à l’est par un thalweg assez escarpé (figure 2). Inscrit à l’Inventaire Supplémentaire des Monuments Historiques depuis 1951, le château est propriété du Conseil
  • 2007. Fig.2 Vue aérienne du site. © Gilles Leroux, Inrap 1. Beuchet 1994 16 Inrap · RFO de fouille Créhen, château du Guildo (22) – Fouille programmée triennale 2011-2013 Département : COTES D ARMOR N E O L Commune : CREHEN A M A N C H E S Saint-Malo Section
  • . 1.1.2.2 Phase 2 La phase suivante voit l’installation du premier château de pierre, dont subsistent partiellement les vestiges d’un logis adossé à la courtine nord. Un bâtiment forme un retour en équerre vers le sud, adossé à la courtine ouest dont les bases appartiennent également à
  • durée de 10 jours ouvrés, en juillet, avec deux salariés de l’association. 1.1.3.2 Études complémentaires En complément des travaux de terrain, plusieurs axes de recherche ont été développés sur la dernière période, en partenariat avec l’UMR 6566 CReAAH. -un mémoire de master 2
  • a été présenté par Océanne Lierville en 2011 sur l’étude de la céramique de la zone 14, fouillée de 2004 à 2007, sous la direction de P.-Y. Laffont (Univ. Rennes 2) et de Y. Hénigfeld (Univ de Nantes). Ce mémoire, fait également la synthèse des travaux antérieurs et se poursuit dans
  • trois derniers programmes d’étude et à l’année intermédiaire 2007. Ce travail a abouti à la réalisation d’un diagramme global pour l’ensemble de ces zones, et une sériation des phases chrono-stratigraphiques. Les liaisons inter-zones ont fait l’objet d’un soin 2. Cf L. Beuchet 2011
  • zones et des secteurs de fouille. © Inrap Fig.5 Vue de l’évacuation des déblais de fouille en 2011. © Elen Esnault, Inrap Fig.6 Vue du sondage 2, zone 18, en 2012. © Laurent Beuchet, Inrap 0 : zone 10 : zone 13 : zone 16 : zone 11 : zone 14 : zone 17 : zone 12 : zone 15
  • 10 19 : numero de secteur 20 m II. Résultats 23 Fig.7 Vue des levés topographiques de la citerne située sous la tour sud-est. © Laurent Beuchet, Inrap II. Résultats 25 2. Résultats Le présent rapport dresse le bilan du dernier programme triennal. Seules les données
RAP02841.pdf (LILLEMER (35). rapport de fouilles. rapport de fp 2012)
  • seraient pas apparus lors du comptage. Pour leur identification, ont été employés des clés de détermination (Moore et al., 1991 ; Beug, 2004), certains volumes du « Northwest European Pollen Flora », les atlas photographiques de M. Reille (Reille, 1992, 1995, 1998) et la collection de
  • en trois groupes : - le premier groupe appelé Cerealia type 1 correspond aux pollens ayant un diamètre du grain supérieur à 47 µm et un diamètre de l’annulus supérieur à 11 µm, selon les critères de Joly et al., 2007. - le deuxième groupe appelé Cerealia type 2 correspond aux
  • Rapport de fouille programmée 2012 Lillemer (Ille-et-Vilaine) Rapport de fouilles UMR 6566 CNRS, Rennes, Université de Nantes, CeRAA C. Bizien-Jaglin, L. Laporte, D. Aoustin, G. Hamon, F. Jude, E. Woerth, et la collaboration de D. Guérin, J. Bansard 1 2 Renseignements
  • - Parcelle 816, Lillemer Par David Aoustin IV/ 2 Analyses anthracologiques de Lillemer Par Fany Jude. V/ Chronologies p. 35 IV.1/ Données dendrochronologiques Par Elise Werthe IV.2/ Datations radiocarbone Par C. Bizien-Jaglin, L. Laporte, N. Marcoux, VI/ Diagramme stratigraphique du
  • sondage 5 p. 52 Par C. Bizien-Jaglin. VII/ Conclusion p. 53 Par L Laporte C. Bizien-Jaglin. Annexe 1 – Prospections pédestres sur le site de Lillemer Annexe 2 – Archives numériques 2001/2007 1 Lillemer (Ille-et-Vilaine) fouille programmée 2012 La campagne de terrain 2012 s’est
  • s’agissait d’un premier ensemble d’un programme plus global dont d’autres échantillons seront soumis en 2013, et si nécessaire en 2014. 2 Faire le bilan et mettre à plat l’ensemble de la documentation de terrain, qui ne cessait de s’accumuler d’année en année, nous paraissaient tout
  • . Ainsi, Ce sont donc les secteurs livrant du mobilier qui ont été le plus visités. Il convient donc de tempérer la signification du nombre d’artefacts collectés dans une parcelle (fig 2) en prenant en compte le nombre de visite (fig 1). Fig.2 – Rythme des prospections pédestres
  • largement établi dans les terrains tourbeux aussi bien que sur la butte. Fig. 4 – Répartition du macro-outillage 2 II/ Travaux de terrain Par C. Bizien-Jaglin et L Laporte. Le comblement inférieur de la fosse 81 est composé de dalles de schiste (fig. 5 à 7). On observe d’abord une
  • construction du mur en briques de terre crue proprement dit. Fig. 8 – Deux étapes dans la construction du mur en briques de terre crue qui scelle la fosse 81 2 III/ La production céramique Par G. Hamon L’auteur a demandé un délai supplémentaire pour la remise de son étude, promise pour
  • lien avec ces deux facteurs. 2. Méthodologie 2.1 Prélèvement et échantillonnage des sédiments Cinq colonnes de sédiment ont été prélevées par N. Marcoux (Université de Rennes 1/UMR 6566) et D. Marguerie (CNRS/UMR 6566) en juin 2008 sur la paroi de la coupe sud-ouest de la tranchée
  • mécanique : 4 colonnes (Pal 1, 2, 3 et 4) au niveau des carrés de fouille A39 et A/40, 1 colonne (Pal 5) au niveau du carré de fouille A8. Elles ont été cotées en altitude par rapport au point de référence du chantier (altitude : 4,32 m NGF) et reportées sur le relevé de la coupe
  • stratigraphique1. Les colonnes Pal 1 à 4 proviennent du sondage réalisé le plus en avant dans le marais. Depuis le haut de la couche de tourbe et sur 1,41 m de profondeur, elles traversent l’intégralité du niveau tourbeux d’une épaisseur 1,03 m, puis un niveau d’argile organique de 2 cm
  • -chimiques visant à extraire les pollens et les spores du sédiment ont été effectués par L. Charrieau (CNRS/UMR 6566 CReAAH). Le protocole qui a été appliqué sur 7 cm3 de sédiment frais pour les échantillons de sédiment minéral (argile organique et tangue) est une adaptation de la méthode
  • à HCl (Delcourt et al., 1959), avec l’ajout d’une lévigation en liqueur de Zinc de densité 2, sans acétolyse. Le protocole employé pour le traitement des échantillons de tourbe, appliqué sur 3 cm3 de sédiment frais, est la méthode à NaOH, inspirée de la méthode de M. Van Campo
  • (Van Campo, 1950), sans acétolyse. 2.3 Analyse pollinique et représentation des résultats Chaque niveau a fait l’objet d’un comptage au grossissement 500x, d’un minimum de 500 grains de pollen identifié, suivi d’un balayage complet de la lame afin de repérer des taxons qui ne
  • référence du laboratoire. La liste des noms latins des taxons identifiés et leur nom vernaculaire figure en annexe (annexes 1). La différenciation entre les pollens de Poacées cultivées (Cerealia type) et ceux de Poacées sauvages a été réalisée sur la base du diamètre du grain de pollen
  • , sont celles définies pour le littoral ouest atlantique français, soit une valeur égale ou supérieure à 47 µm pour le diamètre du grain et une valeur égale ou supérieure à 11 µm pour le diamètre de l’annulus entourant le pore pour les pollens de céréales (Joly et al., 2007). Ce
  • couple de valeurs permet de limiter au maximum les 6 possibilités d’erreur d’attribution de pollens de Poacées sauvages au type Cerealia, mais il peut classer des grains de certaines espèces de céréale parmi les Poacées sauvages. De ce fait, les grains de Poacées ont été répartis
  • pollens ayant un diamètre du grain inférieur à 47 µm et supérieur ou égal à 45 µm, ainsi qu’un diamètre de l’annulus inférieur à 11 µm et supérieur ou égal à 8 µm, selon le couple de valeurs (45 µm, 8 µm) utilisé pour l’identification des céréales en domaine continental (Leroyer, 1997
  • ). - le troisième groupe correspond aux Poaceae sauvages. Il comprend les individus dont le diamètre du grain est inférieur à 45 µm et le diamètre de l’annulus est inférieur à 8 µm. Le groupe Cerealia type 1 ne comprend en principe que des Poacées cultivées. Le groupe Cerealia type 2
RAP03179.pdf (SAINTE-MARIE (35). Saint Julien et Pont Saint Julien. Rapport de fouille)
  • ..................................................................................................................................................................55 1.3. Communication et remerciements ...................................................................................................................55 2. Présentation des vestiges
  • ....................................................................61 2.1.3. La pièce chauffée (pièce 2) et son praefurnium ............................................................................................................... 62 2.1.3.1. La pièce chauffée (pièce 2
  • ) ........................................................................................................................................................62 2.1.3.2. Le foyer de la pièce 2 ................................................................................................................................................................65 2.1.3.3. La pièce 2 et le foyer associé : éléments d’interprétation et de
  • )............................................................................................................................................................68 2.1.4.3. La pièce froide et le bassin 7 : éléments d’interprétation et de chronologie ...............................................................................70 2.1.5. Ajout des pièces 4 et 5 (phase 2
  • ) ..........................................................................................................................................................79 2.2.8.2. Le réaménagement du four (état 2) ..........................................................................................................................................80 2.2.8.3. L’ensemble 8 : éléments d’interprétation et chronologie
  • ...........................................................................................................80 2.3. Le secteur 2 : un ancien chenal et un aménagement de la zone humide de la fin de l’Antiquité/début du haut Moyen Âge. .............................................................................................................81 3. Etudes et analyses
  • ................................................................................................................... 300 Annexe 1 : Listing des Faits archéologiques ..................................................................................................... 301 Annexe 2 : Listing des US (Unité Stratigraphique
  • -et-Vilaine Coordonnées Lambert 93 : 326437.47/ 6746444.96 (secteur 1) 326572.68/ 6746524.41 (secteur 2) Altitude NGF : 4-10 m parcelle : 694, 692, 689 parcelle : 339, 60 Nature et référence de l’opération N° arrêté de prescription : n° 2012-142 du 20 juillet 2012 N
  • ° autorisation de fouille : n°2013-164 du 24 mai 2013 Code opération Patriarche : n° 35 294 0014 et 35 294 0015 Maître d’ouvrage : Département d’Ille-et-Vilaine, Pôle Construction, Direction des Grands Travaux d’Infrastructures, Service Etude et Travaux n°2 - 1 avenue de la préfecture
  • Grands travaux d’Infrastructures, Service Etudes et Travaux n°2 Yves LAURENT Archeodunum SAS Isabelle PARRON, Directrice Philippe BOECKLER, Directeur de l’agence de Nantes Maxence SEGARD, Responsable scientifique de l’opération Intervenants techniques et scientifiques Phase terrain
  • ) Numéro d’EA : 35 294 0014 (seteur 1) et 35 294 0015 (secteur 2) Responsable d’opération : Maxence Segard (Archeodunum) Nature de l’opération : Fouille préventive (SP) Couverture géographique : Bretagne, Ille-et-Vilaine (35), Sainte-Marie Code INSEE de la commune : 35 294 Mots clés du
  • a également été mis au jour. On suppose sont utilisation pour alimenter la construction puis l’entretien des thermes. Ce four a été remployé dans un second temps (fin de l’Antiquité) pour une fonction inconnue (séchoir ? fumoir ?). Dans le secteur 2, la fouille a permis de dégager dans son
  • proche d’un établissement antique, probablement de l’autre côté de la route. De même dans le secteur 2, l’ensemble de l’aménagement a été observé. 13 14 200- 300 m 100 - 200 m 0 - 100 m 0 E: 1/250 000 IGN 2001 0 Localisation de la fouille (éch.: 1/1000000e ; 1/250000e et 1
  • -Julien" - "Pont Saint-Julien" 2013 - 35 294 0014/0015 Secteur 1 Localisation de l'emprise de la fouille (fond cadastral) (éch.: 1/20000e). DAO : G.MARROT (fond atlas des patrimoines) Secteur 2 Cadastre 15 Copie de l’Arrêté de prescription 16 Données administratives
  • Travaux n°2 1, avenue de la Préfecture CS 24218 35042 Rennes Archeodunum S.A.S 500 rue Juliette Récamier 69970 Chaponnay Agrément en qualité d’opérateur d’archéologie préventive délivré le 22 janvier 2009 (J.O. du 25 février 2009) Contrat : 2012.10.01-PB 27 SAINTE-MARIE (35
  • ............................................................................................................... 3   1.   2.   3.   4.   5.   6.   7.   8.   9.   LOCALISATION DU SITE ................................................................................................................................ 3   PROPRIETAIRE
  • : QUANTITATIF PREVISIONNEL ET QUALIFICATIONS ...................................... 19   PERSONNEL MOBILISABLE POUR L’INTERVENTION ................................................................................... 20   page 2 Données administratives, techniques et scientifiques
  • niveau des lieux dits Saint-Julien et Pont-Saint-Julien. 2. PROPRIETAIRE Le site est la propriété du département d’Ille et Vilaine qui est le maître d’ouvrage de la fouille archéologique préventive réalisée à l’occasion de l’aménagement à 2X2 voies de la RD 177. Département d’Ille et
  • Vilaine Pôle Construction Direction des Grands Travaux d’Infrastructures Service Etudes et Travaux n°2 1, avenue de la Préfecture CS 24218 35042 Rennes 3. MAITRISE D’OUVRAGE La maîtrise d’ouvrage est : LE DEPARTEMENT D’ILLE et VILAINE représenté par Monsieur Le Directeur des Grands
  • minimum de 1500 m2. Et en fonction des découvertes, le secteur pourra être ouvert sur une surface jusqu’ 3500 m2. Le secteur 2, situé au nord-est de la zone d’étude sera décapé sur environ 1500 m2 Soit une surface totale concernée par la fouille préventive estimée à 4500 m2 environ. 8
RAP03043.pdf (PLEURTUIT (35). cap émeuraude secteur 1 : création et développement d'un établissement rural coriosolite entre le IIIe s av. J.-C. et le IIIe s ap. J.-C. rapport de fouille)
  • agricole antique aux méthodes de gestion foncière rénovées, illustrent la mutation culturelle qui a transformé la Gaule entre la période laténienne et les premiers siècles après J.-C. Le secteur 2 distant de 500 m du premier, livre les restes de deux enclos contemporains des précédents
  • abandon au cours du premier siècle avant J.-C., le site 2 s’insère bien dans le modèle des fermes gauloises connues en Gaule septentrionale. Son fonctionnement en rapport étroit avec la zone humide qui le jouxte, le caractérise. Pour chacun des deux sites, un lot de bâtiments, de puits
  • (secteur 2) et 2,45 ha (secteur1) ont fait l’objet d’une intervention archéologique approfondie menée par l’Institut National de Recherches Archéologiques Préventives entre septembre 2011 et février 2012. Ille-et-Vilaine, Pleurtuit, Cap émeraude-Secteur 1  : Création et développement
  • gallo-romaine Alet  Corseul Taden  Les voies  La voie Fanum-Martis (Corseul)/Alet (Saint-Servan) La voie Vorgium (Carhaix)/Alet (Saint-Servan) Résultats 44 44 47 47 51 51 2. 2.1 2.1.1 2.1.2 2.1.2.1 2.1.2.2 2.1.2.3 Résultats de la fouille Les phases 1, 2 et 3
  • : naissance et évolution d’un établissement agricole gaulois Phase 1 – L’enclos curviligne 1, iiie siècle-première moitié du iie siècle avant J.-C. Phase 2 – L’enclos curviligne 2, iie siècle-début du ier siècle avant J.-C. L’enclos 2 : le fossé 2643/2424 Le fossé 2423/2509 Le fossé 2438
  • 2.2.4.1 2.2.4.1a 2.2.4.1b Les ensembles architecturaux associés aux enclos des phases 1 et 2 Les ensembles susceptibles d’être rattachés à l’enclos 1 L’ensemble 5 : un bâtiment sur tranchée de fondation L’ensemble 10  Quelques structures en creux complémentaires au nord de
  • l’ensemble 10 L’ensemble 7, bâtiment A Les bâtiments susceptibles de fonctionner avec l’enclos 2 L’ensemble 7, bâtiment B L’ensemble 6 Un ensemble non rapportable à l’un ou l’autre des enclos de phase 1 et 2  Phase 3 – Restructuration de l’habitat, création de l’enclos 3, ier avant J.-C
  • silos et les fosses Les fosses en lien avec l’enclos 2 Les fosses en lien avec l’enclos 3 Les fosses non associables aux phases Le mobilier céramique lié aux phases 1, 2 et 3 (A.-F. Cherel, F. Labaune-Jean, A. Monnier et L. Simon) Le mobilier céramique de la phase 1 Le mobilier des
  • fossés 2567 et 2752 (enclos 1) L’édifice A de l’ensemble 7 Le mobilier céramique de la phase 2 Le fossé 2424 (enclos 2) Rappel des découvertes réalisées lors du diagnostic (A.-F. Cherel) Le fossé 2423 Le fossé 2438 La tranchée de fondation 2569 de l’ensemble 5 L’édifice B de
  • iiie siècle ap. J.-C, Phase 5a : Les fossés de parcellaire Phase 5b, des fossés complémentaires à la seconde trame Les bâtiments en lien avec les parcellaires des phases 4 et 5 L’ensemble 8 L’ensemble 11 L’ensemble 3 L’ensemble 1 L’ensemble 2 L’ensemble 9 L’ensemble 12, un
  • différentes phases Phase 7 – Des chemins non datés Phase 8 – La période moderne 3. Les études complémentaires spécialisées 3.1 Les études céramologiques, commentaires et conclusions 3.1.1 La céramique gauloise, secteurs 1 et 2 (A. Monnier) 3.1.1.1 Méthode 3.1.1.1a Inventaire
  • 3.7.2 3.7.3 3.7.4 Résultats L’état de conservation La description Les essences Les déterminations L’environnement Les mesures dendrologiques Les techniques de façonnage Synthèse : l’environnement boisé prélevé (secteurs 1 et 2) Glossaire Métallurgie du fer (N. Zaour) Introduction
  • . Synthèse, discussion 195 199 5.1 5.2 Le secteur 1 Le voisinage des sites 1 et 2 et leur insertion dans le contexte naturel et archéologique 6. Conclusion 205 Résumé du phasage phase phase phase phase phase phase phase phase 1 – Création d’un enclos curviligne 2
  •  – Agrandissement de l’espace de vie et mise en place de l’enclos 2 3 – Restructuration du secteur gaulois : création de l’enclos 3 4 – Un parcellaire gallo-romain 5 – Refonte du parcellaire 6 – Une occupation ténue au haut Moyen Âge 7 – Des cheminements non datés 8 – Les tracés d’époque moderne
  • et contemporaine 207 209 211 213 215 217 219 Annexe Annexe Annexe Annexe Annexe Annexe Annexe 1 – Légende stratigraphique simplifiée 2 – Datation Carbone 14 : structure 2627 3 – Datation Carbone 14 : structure 2519 4 – Céramologie : décompte exhaustif de la
  • céramique gauloise 5 – Céramologie gauloise : statistiques 6 – Palynologie : index 7 – Palynologie : comptage des pollens 221 Bibliographie Inventaires techniques 233 255 257 263 265 267 269 271 273 275 277 279 Inventaire Inventaire Inventaire
  • Inventaire Inventaire Inventaire Inventaire Inventaire Inventaire Inventaire Inventaire Inventaire n° n° n° n° n° n° n° n° n° n° n° n° 1 : inventaire des structures archéologiques 2 : inventaire du mobilier céramique gaulois 3 : inventaire du mobilier céramique antique 4 : inventaire
  • ap. J.-C. Notice scientifique En préalable à l’aménagement de la ZAC Cap émeraude, sur la commune de Pleurtuit (35), deux zones de 1,4 ha (secteur 2) et 2,45 ha (secteur1) ont fait l’objet d’une intervention archéologique approfondie menée par l’Institut National de Recherches
  • gestion foncière rénovées, illustrent la mutation culturelle qui a transformé la Gaule entre la période laténienne et les premiers siècles après J.-C. Le secteur 2 distant de 500 m du premier, livre les restes de deux enclos contemporains des précédents au cours des trois derniers
  • siècle avant J.-C., le site 2 s’insère bien dans le modèle des fermes gauloises connues en Gaule septentrionale. Son fonctionnement en rapport étroit avec la zone humide qui le jouxte, le caractérise. Pour chacun des deux sites, un lot de bâtiments, de puits et d’excavations de
RAP03044.pdf (PLEURTUIT (35). cap émeraude secteur 2 : un établissement rural de la Tène moyenne et finale. rapport de fouille)
  • PLEURTUIT (35). cap émeraude secteur 2 : un établissement rural de la Tène moyenne et finale. rapport de fouille
  • – Céramologie : statistiques sur le corpus céramique protohistorique du secteur 2 4 – Céramologie : statistiques sur le corpus céramique du secteur 2, diminué du mobilier issu de la fosse 439 5 – Palynologie : index 6 – Palynologie : comptage des pollens 7 – Xylologie : inventaire des bois 8
  • culturelle qui a transformé la Gaule entre la période laténienne et les premiers siècles après J.-C. Mobilier Céramique, terre cuite architecturale, objet métallique, meule, industrie lithique. Le secteur 2 distant de 500 m du premier, livre les restes de deux enclos contemporains des
  • un abandon au cours du premier siècle avant J.-C., le site 2 s’insère bien dans le modèle des fermes gauloises connues en Gaule septentrionale. Son fonctionnement en rapport étroit avec la zone humide qui le jouxte, le caractérise. Pour chacun des deux sites, un lot de bâtiments
  • , structure agraire, artisanat du fer, foyer, fosse, puits, cave. Rapport final d’opération En préalable à l’aménagement de la ZAC Cap émeraude, sur la commune de Pleurtuit (35), deux zones de 1,4 ha (secteur 2) et 2,45 ha (secteur1) ont fait l’objet d’une intervention archéologique
  • approfondie menée par l’Institut National de Recherches Archéologiques Préventives entre septembre 2011 et février 2012. Ille-et-Vilaine, Pleurtuit, Cap émeraude-Secteur 2  : Un établissement rural de La Tène Moyenn et finale Chronologie âge du Bronze ancien, âge du Fer, La Tène
  • , Antiquité romaine, Haut-Empire, Temps modernes. Rapport final d’opération Un établissement rural de La Tène moyenne et finale Ille-et-Vilaine, Pleurtuit, Cap émeraude-Secteur 2 Un établissement rural de La Tène moyenne et finale sous la direction de Anne-Louise HAMON Inrap Grand
  • Ouest septembre 2014 Fouille archéologique Rapport final d’opération Un établissement rural de La Tène moyenne et finale 35228 Code INSEE Ille-et-Vilaine, Pleurtuit, Cap émeraude-Secteur 2 Arrêté de prescription 2011-117 Code Inrap DB05028203 sous la direction de Anne
  • 1.4.3.2 Corseul 1.4.3.3 Taden  1.4.3.4 Les voies 1.4.3.4a La voie Fanum Martis (Carhaix)/Alet (Saint-Servan) 1.4.3.4b Vorgium (Corseul)/Alet (Saint-Servan) 37 37 39 39 40 40 40 43 43 43 46 46 47 47 50 52 52 2. Résultats Résultats de la fouille 2.1
  • Phase 1 Un chablis de l’âge du bronze ancien 2.1.1 Descriptif 2.1.2 Le mobilier (Alexandre Monnier) 2.2 Phase 2 – Un établissement rural de la fin du iiie siècle et du début du iie siècle avant J.-C. 2.2.1 Phase 2a : éléments partiels d’une occupation enclose précoce. 2.2.1.1
  • propres à l’enceinte Les fossés internes à l’entrée Les fossés externes à l’entrée Conformation de l’entré Les fossés annexes à l’enclos 1 le fossé 164/159 Le fossé 242/529 L’ensemble 1 : les fossés 461 et 460/453/33 Synthèse de la phase 2c-état 1 Phase 2c-état 2 – Un bâtiment sur
  • tranchée de fondation et son parcellaire Le parcellaire  L’ensemble 2 : un bâtiment sur tranchée de fondation incendié La tranchée de fondation 172/173 Les trous de poteaux  L’architecture du bâtiment étude de la terre à bâtir protohistorique (Théophane Nicolas) L’ensemble 10 Synthèse
  • de la phase 2c-état 2  Le mobilier céramique de la phase 2 (Alexandre Monnier) La céramique de la phase 2a : le fossé 430 La céramique de la phase 2b : le fossé 138 La céramique de la phase 2c-état 1 : l’enclos 1 La céramique de la phase 2c-état 2  Synthèse de la phase 2 Phase 3
  • – Second et premier siècles avant J.-C. : une restructuration de l’établissement Mise en place de l’enclos 2 Les relations chronostratigraphiques avec les phases antérieures Le fossé 50 Le fossé 250 Le fossé 400 Le fossé 5 Descriptif Aménagement d’une entrée sur la façade nord de
  • l’enclos 2 Commentaires et synthèse sur l’enclos 2 Les petits fossés externes à l’enclos 2 Le fossé 52-61-66-216-126 Le fossé 121 Les deux fossés parallèles 140/441 et 142/226 De petits fossés non datés Le fossé 102-116 Le fossé 99  Le fossé 98-129  La palissade 6 Commentaires et
  • synthèse sur les fossés complémentaires à l’enclos 2 Les bâtiments associés à l’enclos 2 L’ensemble 7 L’ensemble 8 L’ensemble 4 Les structures complémentaires La cave 156 Le puits 372 Descriptif des vestiges Commentaires sur le puits 372 La nappe 271 Les structures de combustion  Le
  • dépôt de céramiques 439 Le mobilier lié à la phase 3 Le mobilier issu de l’enclos 2 137 137 137 138 138 145 146 147 147 148 150 150 150 150 150 152 153 153 155 155 155 156 157 159 159 161 161 161 161 162 162 166 166 167 168 169 171 172 173
  • aménagements indifféremment rattachables aux phases 2 et 3 L’ensemble 9  Deux doubles fosses Commentaires sur les deux séries de fosses Phase 4 : la période antique. Un parcellaire et un immobilier ténu Un parcellaire orthogonal Descriptif des fossés  Le fossé principal 97-232-375  Les
  • autres fossés  Commentaires sur la trame parcellaire L’ensemble 5 Le mobilier lié à la phase 4  La céramique (L. Simon) Le mobilier en fer Remarques sur l’occupation antique du secteur 2 Phase 5 : le fossé traversier 342/315 Phase 6 : la période moderne Phase 7 : la période
  • contemporaine études complémentaires spécialisées La céramique gauloise, commentaires et conclusions Méthode Inventaire Élaboration de groupes typologiques Dessins et planches Morphologies et caractéristiques Les structures du secteur 2 Observations complémentaires Les éléments de mouture et
  • autre outillage lithique (V. Brisotto) Les meules à va-et-vient Les meules rotatives Les outils d’abrasion et de percussion Le « petit outillage » lithique Conclusion sur les éléments de mouture des secteurs 1 et 2 La carpologie (Elsa Neveu) Corpus Méthodologie Résultats La Tène
RAP02828.pdf (BRIELLES (35). la Fosse Poulain : habitat et activité artisanale à partir de la fin du Moyen Âge. rapport de fouille)
  • (P. Poilpré) 45 2. Présentation des données 45 2.1 45 2.1.1 Étude archéologique 45 46 2.1.1.1 2.1.1.2 Chemin et fossés parcellaires La ferme de La Bonnais Bilan Les structures contemporaines 47 2.1.1.3 47 2.1.2 47 2.1.2.1 Sous la ferme de La Bonnais 55 2.1.2.2
  • travail Catalogue par contexte de découverte Étude de la céramique (Françoise Labaune-Jean) 152 2.2.3 Les autres éléments mobiliers 154 2.2.4 Informations du mobilier 155 2.3 155 155 2.3.1 2.3.2 Épisode 1 Épisode 2 157 2.3.3 Épisode 3 158 2.3.4 Épisode 4 158 2.3.5
  • : transcription des textes inédits (P. Poilpré) Annexe 2 : étude palynologique du site de Brielles « la Fosse Poulain »(D. BarbierPain) 269 3.3 Annexe 3 : étude des déchets métallurgiques des sites de Brielles « la Fosse Poulain » et de Gennes-sur-Seiche « La Liberderie » (M. Lavoué) 272
  • code de la propriété intellectuelle, cela implique que : 1) les prises de notes et les copies ou autres formes de reproduction sont autorisées dans la mesure où elles sont strictement réservées à l’usage privé du copiste et non destinées à une utilisation collective; 2) toute
  • prévu et sanctionné par les articles L.335-2, L.335-3 et suivants du code de la propriété intellectuelle. Renseignement : DRAC Bretagne : http://www.culture.gouv.fr/Regions/Drac-Bretagne Service Régional de l’Archéologie - Centre de documentation archéologiqu Campus universitaire de
  • Technicienne d’opération Fouille, enregistrement Yohan Manthey, Licence 2 Archéologie, Rennes Stagiaire Fouille, enregistrement Hervé Morzadec, Inrap Chargé d’études et d’opération Fouille, enregistrement, conduite minipelle Équipe de fouille Personnel permanent Renforts
  • , synthèse et rédaction Delphine Barbier-Pain , Inrap Palynologue Étude des pollens Angélique Blanchet, Inrap Technicienne d’opération Lavage, comptage, remontage et dessin de céramiques Stéphane Jean, Inrap Dessinateur-infographe Infographie, PAO Françoise Labaune-Jean, Inrap
  • Céramologue Étude et dessin du mobilier médiéval Maëva Lavoué, Master 2 Pro, Nantes Stagiaire Étude des scories Cécile Le Carlier de Veslud, CNRS Ingénieure de recherches Supervision de l’étude des scories Pierre Poilpré, Inrap Technicien d’opération Études documentaires 11 I
  • Rennes Brielles Vannes 0 100 km 0 2 km 13 N X=1392800 X=1392600 I. Données administratives, techniques et scientifiques Y=7211000 764 Y=7210800 765 450 1238 La Fosse Poulain 1240 Y=7210600 La Barre Levée : emprise de la fouille archéologique. 765 : numéro de
  • l’âge du Fer. Le gisement de La Dinetière, à 2 km environ au sud-ouest de notre site et à 700 m de La Massuère, a révélé des structures archéologiques contemporaines de celles du site précédent, mais aussi des vestiges antiques (jusqu’au IIe siècle de notre ère). Une nécropole y
  • IGN 1319E La Guerche de Bretagne au 1 / 25 000 © Stéphane Jean, Inrap 0 2 km 34 Inrap · Rapport de fouille archéologique Brielles (35), La Fosse Poulain 1.2 Le contexte archéologique (fig. 2) Les sites archéologiques recensés sur la commune de Brielles ne sont pas très
  • par le site objet de notre étude. : enclos de l'âge du Fer. : enclos d'époque antique. : exploitation agricole du second âge du Fer. : enclos d'époque indéterminée. : forge médiévale (site de La Fosse Poulain). : motte médiévale. 0 Fig.2 Carte de répartition des sites sur
  • la commune de Brielles (carte archéologique SRA Bretagne d’après les données IGN au 1 /25 000 © Stéphane Jean, Inrap 2 km 1.3 Données physiques 1.3.1 Contextes géographique et topographique Les vestiges repérés à 300 m au nord-est du lieu-dit La Fosse Poulain sont installés
  • -ouest/nord-est, était installée la ferme La Bonnais jusqu’à son abandon dans les années 1920. L’ensemble a été recouvert de remblais de 0,35 m à 0,50 m d’épaisseur afin de niveler les irrégularités du sol pour pouvoir exploiter à nouveau la terre (US. 2, 3, 1, puis apport de terre
  • végétale 2 1 1 : sédiment terreux, limon brun. 2 : sédiment terreux, limon brun ocre (comblement sommet chemin/fossé bordier). 2 1 3 296 4 1 : sédiment terreux brun foncé. 2 : sédiment terreux brun. 3 : blocs de grès mêlés à du limon brun clair (niveau de circulation du chemin
  • au fur et à mesure de l’avancement du décapage (fig. 4). En parallèle, toutes les structures archéologiques ont été numérotées et 37 II. Résultats inventoriées. Les fossés ont été numérotés par tronçons 10, 20, 30, 40 etc., et les autres faits archéologiques 1, 2, 3, 4, etc
  • , palynologue, a analysé les colonnes de prélèvement et en présente les résultats (annexe 2). L’étude des scories a été menée par Maëva Lavoué, stagiaire du Master pro 2 « Métiers de l’Archéologie » (Université de Nantes) pendant trois mois, sous la houlette de C. 1. Yohan Manthey, stagiaire
  • de Licence 2 Archéologie de l’université de Rennes 2, est venu en formation pendant cinq semaines. Au terme de son stage, il participait à toutes les taches liées au travail sur le terrain. La responsable tient à remercier ici Delphine Mathonnat pour le soin et le
  • professionnalisme qu’elle a apportés à la transmission de son savoir à ce jeune étudiant motivé. 2. Prlvt 1 et 2 : fossé 640, sondage 2086, coupe nord ; Prlvt 3 et 4 : fosse 314, sondage 2012, coupe sud ; Prlvt 5 : fossé 650, sondage 2065, coupe est ; Prlvt 6 : fossé 360, sondage 2019, coupe
  • -quatre ans plus tard, en 1500, l’arrière-petit-fils de Guillaume, Guyon (cf. annexe 1, fig. 2), rend lui aussi aveu pour la terre du Châtelet en Brielles (cf. annexe 1, 1.5). Cette fois, il n’est plus question du Châtelet en Balazé et l’aveu n’est pas rendu à la baronnie de Vitré mais
RAP03920 (VANNES (56). 5, 7, 9 rue du Colonel Pobéguin. Rapport de diagnostic)
  • Gendrot Arrêté de prescription 2019-414 Système d’information Lambert 93 Véronique Guitton D 131837 Code Inrap Bretagne, Morbihan, Vannes, Inrap Grand Ouest 37, rue du Bignon 35 577 Cesson-Sévigné cedex Septembre 2020 2 Bretagne, Morbihan, Vannes, 5,7,9 rue du colonel
  • Pobéguin Inrap · Rapport de diagnostic Sommaire Données administratives, techniques et scientifiques 2 Sommaire Fiche signalétique 7 Mots-clefs des thesaurus 8 Intervenants 10 Notice scientifique 10 État du site 11 Localisation de l’opération 12 Cadastre 13
  • Arrêté de prescription 19 Projet de diagnostic 22 Arrêté de désignation 6 Résultats 26 1 Le cadre de l’opération 26 1.1 Circonstances de l’intervention 26 1.2 Contexte topographique 27 1.3 Contexte archéologique 29 1.4 Méthodologie et problématiques 30 2
  • . Présentation des résultats 30 2.1 La tranchée 1 33 2.2 La tranchée 2 34 3. Etudes des artéfacts et écofacts 34 3.1 Etude du mobilier (F. Labaune-Jean) 34 3.1.1 Les récipients en céramique et en verre 46 3.2 Etude des éléments textiles (V. Gendrot) 46 3.2.1 Le matériel  46 3.2.2
  • l’usage privé du copiste et non destinées à une utilisation collective; 2) toute reproduction du texte, accompagnée ou non de photographies, cartes ou schémas, n’est possible que dans le cadre de courtes citations qui doivent être justifiées, par exemple par le caractère scientifique
  • aucune exploitation commerciale. Le non-respect de ces règles constitue le délit de contrefaçon prévu et sanctionné par les articles L.335-2, L.335-3 et suivants du code de la propriété intellectuelle. Renseignement : DRAC Bretagne : http://www.culture.gouv.fr/Regions/Drac-Bretagne
  • d'apparition des vestiges entre 0,50 et 2 m   I. Données administratives, techniques et scientifiques 7 Mots-clefs des thesaurus Chronologie Sujets et thèmes Mobilier nb Paléolithique Edifice public Industrie lithique Inférieur Edifice religieux Industrie osseuse
  • Moyen Edifice militaire 11 Céramique Supérieur Bâtiment Restes Mésolithique Structure funéraire Végétaux Voirie 2 Faune Ancien Hydraulique Flore Moyen Habitat rural Récent Villa Arme Néolithique Objet métallique Chalcolithique Batiment
  • d’une épaisseur moyenne de 2 m. Toutes les tranchées ont été rebouchées à l’issue de l’intervention. L’intervention, située le long de la berge nord du ruisseau de Rohan, a été l’occasion de mettre au jour plusieurs lots de mobiliers en matières organiques. Cuirs, bois, textiles
  • la demande de l’aménageur en vue d’affiner les connaissances de la topographie naturelle (fig.2). II. Résultats 1. 3 Contexte archéologique 268250 Altitude 268300 Sondage Carroté N Boulevar d de la Pa ix Emprise de prescription 250 268350 27 Parcelle cadastrale
  • Bâtiment Pr5 10,73 Pr6 go Pr3 Vic to r hu 6744700 6744700 Tranchée Ave nue Pr8 Pr4 Tr.2 Pr2 Tr.1 6,3 Ru Lie Rue du PR1 6744650 l Co Maury u ed el t-Colon utenan 6744650 e on PZ7 n ui eg ob lP 268250 268300 268350 Fig.2 Localisation des sondages
  • siècle de notre ère aux 6 - 8, Rue Fr. d’Argouges (Bernard et al., 2016, fig.3 n°2) ; un tronçon de pont-aqueduc moderne, Impasse Fr. d’Argouges (Le Cloirec, 2006, fig.3 n°3) ; un bâtiment médiéval puis un jardin à la française à la période moderne au 14 de la rue du Moulin (Le Berre
  • , Morbihan, Vannes, 5,7,9 rue du colonel Pobéguin N ec Lis son Boulevard de la Paix, S. Leberre, année 2 6-8 rue François d’Argouges, V. Bernard, 2011 3 Impasse François d’Argouges, G. Le Gloirec, 2005 4 14 rue du Moulin, S. Le Berre, 2014 5 12 rue Vctor Hugo, L. Aubry, 1997
  • livi er d 1 eO ue Aven n horie Symp Saint- 2 Ru 28 3 Boulevar d de la Pa ix Emprise 2019 1 Bo ul 5 ev ar d de la Pa ix Lieute Rue du Ave nue Vic to lo nant-Co r hu go ry nel Mau 4 0 Ech 1:4000 100 m Fig.3 Vestiges connus en périphérie de l’opération
  • (fig.5). Les tranchées de sondage, au nombre de deux, ont été réalisées grâce à une pelle à chenilles caoutchouc de 15 tonnes équipée d’un godet lisse de 2 m de large. Le bon déroulement de l’opération a été contraint par de mauvaises conditions météorologiques lors de
  • de gravats (2 m en moyenne) masquant les niveaux présentant un potentiel archéologique fort, il a été décidé, pour des raisons de sécurité, de reboucher les tranchées au fur et à mesure de leur ouverture. Enfin, malgré le soin apporté à l’élaboration de la documentation, flaques
  • et boue peuvent apparaître sur les clichés présentés dans ce rapport. 30 Inrap · Rapport de diagnostic Bretagne, Morbihan, Vannes, 5,7,9 rue du colonel Pobéguin 2. Présentation des résultats 2.1 La tranchée 1 La tranchée 1 mesure 8,50 m de long pour 2 m de large. Le terrain
  • 268350 Bo N de la Pa ix r hu go 6744700 va rd 6744700 ule Ave nu eV icto Tr.2 Iso 106 ry 102 or ict eV go hu tenant- u en Av 268250 Lieu Rue du Ouverture de la chaussée Emprise de prescription 6744650 104 l Mau Colone Tr.1 Tranchée Vestiges 268300 0
  • céramique). En poursuivant vers le nord, des niveaux vaseux (US 106) sont apparus à environ 2 m sous le niveau de sol actuel. Ils sont masqués par les couches de remblais (US 101) essentiellement constitués de gravats (fig.9). II. Résultats 2.1 La tranchée 1 31 Fig.7 Vue générale du
  • ainsi que deux fragments d’un charnier. Ces éléments sont en usage à partir de la fin du XVIe siècle et durant le XVIIe siècle (infra étude céramique). II. Résultats 2.2 La tranchée 2 2.2 La tranchée 2 Cette seconde tranchée mesure 7,50 m de long. Elle est localisée dans le
RAP03275_2.pdf (CHASNE-SUR-ILLET (35). ZAC du Champ des Buttes. Rapport de fouille)
  • récapitulatif de la conservation des sujets par segments anatomiques Tableau récapitulatif des données biologiques (n=149) Tableau récapitulatif des caractéristiques des sépultures (n=149) Annexe 2 - Corpus des sources de l’étude archivistique - P. Poilpré, Inrap 333 334 334 337
  • Transcription des textes 1 - ca. 1040 (1022-1055) : Donation de l’église de Chasné 2 - ca. 1050 : Donation de l’église de Saint-Germain-sur-Ille 3 - 1138 : Accord sur les églises de Livré 4 - 1143 : Confirmation des possessions de Saint-Florent 5 - 1146 : Confirmation des possessions de
  • 26 - 1370 : Transaction sur la donation Mordefroid 2 27 - 1383 : Transaction sur la donation Mordefroid 3 28 - 1398 : Aveu rendu pour la seigneurie de Chasné 29 - 1409 : Échange de Chantepied 30 - 1427 : Réformation de la noblesse 31 - 1471 : Aveu rendu pour la seigneurie de
  • CReAAH, GMGL 386 386 386 387 387 387 388 388 390 390 390 390 392 393 1 Méthodologie 1.1 Matériel sédimentaire 1.2 Traitements chimiques 1.3 Analyse microscopique : comptages et déterminations 2 Résultats 2.1 Résultat des traitements chimiques .2.1 La
  • structure F2051 (Fig.1) - Les US2751, US2750, US2669/2668 et US2752 - L’US2666 2.2.2 La structure F4185 (Fig.2) 2.3 Interprétation 2.3.1 La structure F2051 (Fig.1) 2.3.2 La structure F4185 (Fig.2) 395 396 Annexe II - Représentation brute des comptages palynologiques de la structure
  • 423 423 424 426 427 427 428 Inventaire 1 - Mobilier céramique protohistorique Inventaire 2 - Mobilier céramique Inventaire 3 - Mobilier en verre Tr 1 Inventaire 4 - Mobilier en verre Tr 2 Inventaire 5 - Mobilier métallique Tr 1 Inventaire 6 - Mobilier métallique Tr 2
  • Inventaire 7 - Mobilier lithique Tr 1 Inventaire 8 - Mobilier lithique Tr 2 Inventaire 9 - Terres cuites architecturales Tr 1 Inventaire 10 - Terres cuites architecturales Tr 2 Inventaire 11 - Scories Tr 1 Inventaire 12 - Scories Tr 2 Inventaires de terrain 428 475 479 Inventaire
  • 3003 1000 1060 0 5 10 15 20 25m Echelle 1:500 Sépulture 2 Plan US 1751 Axe de coupe 1/20 0 Profil transversal S 1,00 m 0,5 Profil longitudinal N 56,46 m NGF O E US 1751 US 1751 1/20 0 0,5 1,00 m 56,48 m NGF 13 Catalogue des sépultures - E. Cabot
  • Sépulture 2 Données archéologiques Données biologiques N° sépulture 2 Sujet en place vide US creusement 1751 Etat de conservation nul US comblement 1752 Age [IMM] Type de dépôt ND Sexe ND Type de tombe ND Stature ND Altitude supérieure 56.48 m NGF Caractère
  • discret ND Altitude inférieure 56.28 m NGF Pathologie ND Dimensions fosse (L/l/prof) 120/58/20 Relation stratigraphique sous PM 1600 Mobilier non Datation C14 non Orientation (tête/pieds) O/E Position ND Cliché : vue zénithale de la sép 2 © Inrap. Restes osseux et
  • schiste 1/20 0 0,5 1,00 m Plan 2 - fond de fosse US 1757 56,36 m NGF 56,44 m NGF 1/20 0 0,5 1,00 m 15 Catalogue des sépultures - E. Cabot Sépulture 3 Données archéologiques Données biologiques N° sépulture 3 Sujet en place 1 US creusement 1757 Etat de conservation
  • /prof) 192/52/12 Relation stratigraphique sur sep 69 et sep 13/ sous PM 1600/US 1006 Mobilier 2 perles en verre Datation C14 non Orientation (tête/pieds) SO/NE Position DD Cliché : vue zénithale de la sép 3, vue de la dalle de couverture en schiste © Inrap. Cliché : vue
  • /20/2 Relation stratigraphique sous PM 1600 Mobilier non Datation C14 non Orientation (tête/pieds) O/E Position DD Cliché : vue zénithale de la sép 4 © Inrap. Restes osseux et dentaires disponibles pour l’étude après le lavage Aucun Description de la tombe Sépulture
  • : crâne 2 et 3 : humérus 4 : ulna 5 : coxal 6 : fémur 7 : mandibule 8 : maxillaire 9 : os long indéterminé 5 6 7 8 Sujet B 4 2 3 1 Cliché : vue zénithale de la sép 10 et du cercueil en bois, après démontage des ossements remaniés © Inrap. Sujet B Cliché : vue zénithale de la
  • archéologiques non funéraires 3051 Sépultures Eglise 3030 Limite de l’emprise Puisard 3003 1000 1060 0 5 10 15 25m 20 Echelle 1:500 Sépulture 11 US 1741 Plan 1 - couvercle A US 1745 B Bois 1/20 0 0,5 Axe de coupe 1,00 m US 1741 A Plan 2 - sujet en place US 1745 B
  • Structures archéologiques non funéraires 3051 Sépultures Eglise 3030 Limite de l’emprise Puisard 3003 1000 1060 0 5 10 15 20 25m Echelle 1:500 Sépulture 13 US 1763 Plan 1 - dalle de couverture SEP 13 US 1891 1/20 0 0,5 1,00 m SEP 3 Plan 2 - fond de fosse US 1763 SEP
RAP02921.pdf (TORCÉ (35). Mauzé. rapport de fouille préventive)
  • de reproduction sont autorisées dans la mesure où elles sont strictement réservées à l’usage privé du copiste et non destinées à une utilisation collective; 2) toute reproduction du texte, accompagnée ou non de photographies, cartes ou schémas, n’est possible que dans le cadre de
  • ou de chercheurs directement concernés, et que son utilisation ne donne lieu à aucune exploitation commerciale. Le non-respect de ces règles constitue le délit de contrefaçon prévu et sanctionné par les articles L.335-2, L.335-3 et suivants du code de la propriété intellectuelle
  • du mobilier ; - Marie-Thérèse Marty (Ingénieure de recherche CNRS, UMR5608, TRACES, Université de Toulouse 2 le Mirail) pour les informations concernant le mobilier en verre ; - Xavier Rummens (GéoVivier) pour les relevés topographiques du site de Torcé ; - Arnaud Coutelas
  • . Copie de l’arrêté n° 2012-009 modifiant l’arrêté n° 2011-161 25 1.5.5. Copie du cahier des charges scientifiques 27 1.5.6. Copie de l’arrêté n°2012-104 portant autorisation d’une opération de fouille préventive 2. DETAIL DE L’OPERATION ET RESULTATS 2.1. Etat des connaissances
  • récapitulatif des structures attribuées à la phase 1 67 68 3 2.3.3. Des structures protohistoriques et laténiennes : phase 2 71 Une installation humaine dans la partie nord-est de l’emprise 71 Un réseau fossoyé de nature indéterminée 72 Un double fossé 75 Des fosses isolées 76
  • Tableau récapitulatif des structures attribuées à la phase 2 77 2.3.4. Les niveaux augusto-tibériens : phase 3 Mise en place d’un domaine rural : phase 3.1 78 78 Une délimitation de l’espace par la mise en place d’un réseau fossoyé 78 Des fosses antérieures à la mise en place des
  • Céramiques communes 213 Céramiques fines et d’importation 214 5 Etude typologique des catégories céramiques retrouvées à Mauzé 220 Résultats de l’étude 224 La phase 2 : fréquentation protohistorique 225 La phase 3 : augusto-tibérienne (10 a.C./70 p.C.) 225 La phase 4
  • de la commune de Torcé en Ille-et-Vilaine (France). D’après http://www.territorioscuola.com/wikipedia/fr.wikipedia.php?title=Fichier:France_relief_location_map.jpg. DAO L. Daverat (France Archéologie). 19 Fig. 2 : Localisation du site de Torcé. D’après carte IGN R07, 1 : 250
  • 1.5.6. Copie de l’arrêté n° 2012-104 portant autorisation d’une opération de fouille préventive 33 34 2. DETAIL DE L’OPERATION ET RESULTATS 35 2.1. ETAT DES CONNAISSANCES 2.1.1. Localisation du site Le site de Mauzé, commune de Torcé, est situé dans le département de l’Ille
  • le site sont la route nationale N157 au départ de Rennes et la route départementale D777 Vitré-Janzé (Fig. 2). Fig. 5 : Localisation de la ferme de Mauzé à l’est du village de Torcé. © Google Earth, 2012. Plus particulièrement, le site archéologique ayant fait l’objet de notre
  • . 37 Fig. 6 : Activité d’élevage toujours en pratique sur la commune de Torcé. © France Archéologie, août 2012. La commune de Torcé est située dans le bassin de Rennes. Celui-ci « doit son appellation au jeu de 2 la tectonique affectant un substrat de roche tendre, le schiste
  • mais aussi par « des boules cristallines sombres plus ou moins alignées (altération 8 caractéristique en pelures d’oignon) » ; - et des failles masquées (Fig. 8). 2 Leroux G., Provost A., 1990, p. 21. Leroux G., Provost A., 1990, p. 22. 4 Leroux G., Provost A., 1990, p. 21. 5
  • caractéristiques de la romanisation. Le nom latin est connu très tôt et se retrouve dans la 12 13 Leroux G., 1989, p. 2. Leroux G., 1989, p. 3. Bedon R., 2001, p. 263. 42 14 documentation chez Ptolémée, sur la Table de Peutinger mais aussi sur l’Itinéraire Antonin . Elle apparaît comme
  • sur les communes d’Etrelles (La Riauté 54 55 56 2 ), de Noyal-sur-Vilaine (La Rebourserie , La Primaudière ), de Domloup (Le Petit 58 57 Benazet ), de Cesson-Sévigné (La Salmondière ). Ces quelques éléments seront pris en compte tout au long de notre réflexion, ainsi que
  • Gaule, à savoir la présence d’enclos protohistoriques sur le site de Faire-Valoir , 60 d’un bâtiment laténien à La Rougerie , d’une occupation domestique au premier âge du Fer à la 61 62 Grande Maçonnais 2 , de vestiges de ce même âge du Fer au Bas Rampon , d’une implantation 63
RAP03138.pdf (MONTGERMONT (35). ZAC Les Petits Prés : un établissement rural antique de la région rennaise. Rapport de fouille)
  • fouillée, au sud-est de la partie résidentielle de l'établissement, correspond à un secteur agricole. À la phase 2, l'occupation est dominée par de nombreux fossés de drainage. Ils sont accompagnés de nombreuses fosses réutilisées comme dépotoirs et comprenant un mobilier archéologique
  • l'occupation. L'établissement de type « villa » se met en place semble-t-il vers le milieu du IIe siècle ap. J.-C. (phase 2). Sa durée de vie est assez courte, puisque le démontage des bâtiments intervient au début du IVe siècle ap. J.-C. La partie résidentielle connaît plusieurs états
  • d'évolution. Dans son état premier, le bâtiment résidentiel, de 26,20 m sur 8 m, s'inscrit au sein d'une cour, d'environ 2 400 m². Lors des états suivants, une modification de la disposition de la cour et de l'entrée accompagne l'agrandissement du bâtiment principal. La superficie totale
  • une utilisation collective (article L 122-5, 2° ). - Les reproductions du texte, accompagnées ou non de photographies, cartes ou schémas, réalisées dans le cadre d'analyses ou de courtes citations, si elles sont justifiées par le caractère (…) critique, scientifique ou
  • d'amende (articles L335-3 et L335-2 du CPI). Pour citer ce document Le Martret 2015 : LE MARTRET A. et alii, Mongermont (35), ZAC Les Petits Prés, Un établissement rural antique de la région rennaise Rapport final d'opération archéologique (fouille préventive), Éveha – Études et
  • valorisations archéologiques (Limoges, F), 1 vol., SRA Bretagne 2015. MONGERMONT (35) – ZAC Les Petits Prés – 2015 2 5 A 27 B RÉSULTATS SCIENTIFIQUES DONNÉES ADMINISTRATIVES, SCIENTIFIQUES ET TECHNIQUES 6 1 FICHE SIGNALÉTIQUE 29 1 PRÉSENTATION GÉNÉRALE DU SITE 6 6 6 1.1 Terrain
  • interprétation lithostratigraphique du contexte géologique de l'occupation 1.1.3 Interprétation 1.1.4 Conclusion 35 35 38 1.2 Cadres historique et archéologique 1.2.1 Durant l'Antiquité 1.2.2 Durant le haut Moyen Âge 41 2 PRÉSENTATION DE L'INTERVENTION ARCHÉOLOGIQUE 41 2.1 Contexte de
  • l'intervention 41 2.2 Rappel des éléments du diagnostic 44 2.3 Rappel des éléments du cahier des charges de la prescription 2.4 Stratégie et méthodes de fouille 2.4.1 Déroulement de l'opération 2.4.2 Le décapage 2.4.3 La fouille 2.4.4 Méthode d'enregistrement 8 2 GÉNÉRIQUE DES
  • 4.1.7 Conclusion générale et perspectives 203 203 203 205 206 207 208 4.2 Étude du verre 4.2.1 Phase 1 – H1 4.2.2 Phase 2 – H3 4.2.3 Phase 3 - H4 4.2.4 Phase 3 – H5 et H4/5 4.2.5 Phasage indéterminé 4.2.6 Conclusion 209 209 211 212 221 238 239 4.3 Étude de l'instrumentum 4.3.1
  • 155 3.4 Phase 2 (milieu du IIe – milieu du IIIe siècle), l'établissement rural : la pars urbana 3.4.1 Le bâtiment principal (bâtiment 3) 3.4.2 L'ensemble 2, un temple domestique 3.4.3 Les dispositifs d'entrée 3.4.4 Les puits 3.4.5 Organisation et évolution de la pars urbana 3.5
  • Phase 2 (milieu du IIe – milieu du IIIe siècle), l'organisation de l'espace aux abords de la partie résidentielle et au sud du terrain 3.5.1 Le système fossoyé 3.5.2 Les ensembles de fosses 3.5.3 Deux constructions sur poteaux de chronologie incertaine 3.6 Phase 3 (IVe-début Ve
  • ET MISE EN CONTEXTE 347 SOURCES DOCUMENTAIRES ET RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES 363 LISTE DES FIGURES 371 1 INVENTAIRE DES DONNÉES DE TERRAIN 449 2 INVENTAIRE DU MOBILIER ARCHÉOLOGIQUE 449 2.1 Liste des abréviations utilisées pour les matières 449 2.2 Inventaire général
  • Bretagne Département Ille-et-Vilaine (35) Commune Mongermont Lieu-dit / adresse ZAC Les Petits Prés Code Insee commune 35 189 Coordonnées Lambert II zone étendue X 13448750 Y 7228000 Z 60 m NGF 1.1.2 Références cadastrales actualisées Commune Mongermont Section AD Parcelle(s) 1, 2, 3
  • Propriétaire du terrain Territoires & Développement, 1 rue Geneviève de Gaulle-Anthonioz, CS 50726, 35207 RENNES Cedex 2 Statut du terrain au regard des législations néant DONNÉES ADMINISTRATIVES, SCIENTIFIQUES ET TECHNIQUES 1.2 Opération 1.3 Mots clefs Numéro d'entité archéologique
  • . Dates d’intervention sur le terrain du 9/09/2013 au 29/11/2013 7 MONGERMONT (35) – ZAC Les Petits Prés – 2015 8 2 GÉNÉRIQUE DES INTERVENANTS 2.1 Suivi administratif et scientifique Ministère de la Culture, direction régionale des Affaires culturelles de Bretagne, service de
  • Ier siècle et le milieu du IIe siècle ap. J.-C. Un établissement rural de type « villa » se met en place semble-t-il vers le milieu du IIe siècle ap. J.-C. (phase 2) et le démontage des bâtiments intervient au début du IVe siècle ap. J.-C. Encadrée par les axes de circulation, une
  • d'une cour, d'environ 2 400 m², délimitée sur son côté sud par un muret d'enclos de 62,80 m de long. Une interruption située au centre de ce muret marque un probable accès à la cour. Cette entrée est centrée par rapport à la façade du bâtiment résidentiel. Malgré sa simplicité, le
  • de la partie résidentielle fouillée plus au nord (phase 2 : milieu IIe siècle – milieu IIIe siècle), est caractérisée par la présence de nombreux fossés, proches et d'orientation similaire (nord – sud). Leur proximité et l'irrégularité caractérisant leur tracé exclut une fonction
  • third of the first century through the middle of the second century AD. The site itself can be classified as a "villa" and was likely established in the middle of the second century AD (Phase 2). The duration of this initial occupation was relatively short, with the buildings
  • completes this assemblage. Southeast of the residential part corresponds to an agricultural field system. In phase 2, the occupation is dominated by numerous drainage ditches, which are accompanied by numerous pits reused as dumps; a substantial amount of artifacts was recovered from
RAP03926 (SAINT-BRANDAN (22). La Porte au Souda : nouvelles données sur l'agglomération antique du Rillan. Rapport de fouille)
  • archéologique La prescription de fouille et le projet scientifique d’intervention Descriptif technique de l’opération 68 69 69 69 1.7.1 1.7.2 1.7.3 1.7.4 70 2. Étude des structures 72 74 2.1 2.2 Une occupation protohistorique ? La voie antique Le
  • associé à la création de la voie (F 1391, 1499 et 1523) La séquence 2 : des fossés associés à une première structuration des espaces d’habitat attenants à la voie (F1174 et 1447) 84 2.2.2.3 La séquence 3 : une reprise de la façade de l’enclos 86 2.2.2.4 La séquence 4
  • 2.3.1.2 F 1048 : état 2 100 2.3.1.3 F 1048 : état 3 100 2.3.1.4 F 1048 : état 4 101 2.3.1.5 102 2.3.2 105 2.3.2.1 État 1 : F 1481 106 2.3.2.2 État 2 : F 1185 108 2.3.3 112 2.3.3.1 F 1048 : état 3 112 2.3.3.2 F 1048
  • : état 4 112 2.3.3.3 F 1048 : état 5 113 2.3.4 114 2.4 115 2.4.1 115 2.4.1.1 Enclos 1 – état 1 117 2.4.1.2 Enclos 1 – état 2 117 2.4.1.3 Enclos 1 – état 3 118 2.4.1.4 120 2.4.2 120 2.4.2.1 Enclos 2 – état 1
  • 122 2.4.2.2 Enclos 2 – état 2 122 2.4.2.3 Enclos 2 – état 3 123 2.4.2.4 Les structures associées à l’enclos 2 124 2.4.3 124 2.4.3.1 138 2.4.3.2 146 2.4.4 146 2.4.4.1 Les fossés de l’enclos 4 150 2.4.4.2 Les structures
  • F 1048 : un véritable chemin creux F 1048 : état 5 L’empierrement F 1185 L’axe de circulation F 1461 Synthèse sur le réseau viaire Le système fossoyé L’enclos 1 : aux origines de l’occupation antique Les structures associées à l’enclos 1 L’enclos 2 L’enclos 3
  • l’anthropisation durant la première moitié du Ier s. apr. J.-C. Antiquité – Phase 2 : début de l’anthropisation le long de la voie dans la première moitié du Ier s. apr. J.-C. Antiquité – Phase 3 : essor de l’anthropisation dans la seconde moitié du Ier s. apr. J.-C. Antiquité – Phase 4
  • code de la propriété intellectuelle, cela implique que : 1) les prises de notes et les copies ou autres formes de reproduction sont autorisées dans la mesure où elles sont strictement réservées à l’usage privé du copiste et non destinées à une utilisation collective; 2) toute
  • prévu et sanctionné par les articles L.335-2, L.335-3 et suivants du code de la propriété intellectuelle. Renseignement : DRAC Bretagne : http://www.culture.gouv.fr/Regions/Drac-Bretagne Service Régional de l’Archéologie - Centre de documentation archéologiqu Campus universitaire de
  • Palynologue Étude des pollens Maelenn Lebrun, Inrap Technicienne Tamisage et lavage du mobilier Kévin Bideau, Inrap Technicien Tamisage et lavage du mobilier Équipe de post-fouille 14 Inrap · RFO de fouille Saint-Brandan (22) - La Porte au Souda Notice scientifique En 2018, un
  • ................................................................................. 7   C.  La fouille des vestiges : modes opératoires et principes méthodologiques ................................................ 8  C.1 Fouille des vestiges et optimisation des moyens ...................................................................................... 8   C.2
  • .  LISTE DES ANNEXES......................................................................................................................... 15   2/19 44 Inrap · RFO de fouille Saint-Brandan (22) - La Porte au Souda Préambule L’opération de fouille préventive de la Porte au
  • qu’il avait été positionné dans le rapport de prospection. Il pourrait cependant être décalé de 25 m vers le sud et correspondrait, dans ce cas, à certains fossés découverts lors du diagnostic (fossé 3-tranchée 4 ; fossé 4-tranchée 1 ; fossé 6-tranchée 2 ; fossé 3-tranchée 4). Cet
  • enclos posséderait une entrée à l’est (tranchée 2) qui pourrait s’ouvrir sur la voie « SaintBrandan - Loudéac » dont le tracé présumé est situé au niveau de la limite orientale de la parcelle. L’amorce d’un deuxième enclos a également été identifié au nord dans la tranchée 6, laissant
  • , comme en témoigne la présence de céramiques, de tuiles et d’un puits (tranchée 4, F. 2). Des vestiges d'un artisanat métallurgique (forge) ont également été découverts au nord de la parcelle où plusieurs rejets de scories sont signalés. II. Les principaux objectifs scientifiques de
  • place de l’opération étalée sur une à 2 semaines durant lesquels l’archéologue, responsable de l’opération prendra connaissance du contexte archéologique, géologique et technique de l’intervention. Il mettra ce délai à profit pour coordonner la mise en place des infrastructures de
  • décapage sera conditionné par la détermination préalable des zones de stockage. En concertation avec le MO, une zone principale de stockage de 2 500 m² environ a été identifiée sur la parcelle orientale contigüe à la zone de fouille et qui bénéficie d’une entrée existante permettant un
RAP02603.pdf (PCR Brécilien. étude interdisciplinaire d'une forêt mythique. bilan d'activités 2010. projet collectif de recherches)
  • PCR Brécilien « Etude interdisciplinaire d'une forêt mythique » Bilan d'activité 2010 2 3 NOV. 2010 COURRIER ARRIVEE Jean-Charles Oillic (dir.) -y.—.- ......... »-_.t y— vo^-^ „^A..—■rL^5t,t.. Avec la collaboration de Caroline Beigle Nicolas Girault Cécile Le Carlier
  • l'étang de Paimpont (A. Baltzer) gramme pollinique du Pas de la Chèvre (J.-C. Oillic) Archive de l'abbaye de Paimpont (A. Reinbold) Sommaire Introduction 1. Problématique générale 2. Choix de la zone d'étude Contexte de l'étude 1. Cadre géographique 2. Cadre géologique 3. Cadre
  • climatique 4. Cadre pédologique La paléométallurgie 1. Prospection 2. Fouilles archéologiques 2.1 Ateliers de La Boissière 2.2 Atelier de Moustache 2.3 Fouille du site de Péronnette 3. Analyses C14 3.1 Sites protohistoriques 3.2 Production de fer médiévale 4. Analyses métallurgiques (C
  • et autres occupations Patrimoine religieux 1. Inventaire 2. Etude du bâti : la chapelle Saint-Etienne (Mémoire E. Merdy) 2.1 Objet d'étude 2.2 Méthodes 2.3 4. Résultats 2.4 Conclusion Paléoenvironnement 1. Palynologie 2. Isotopie (Mémoire Master 2 C. Beigle) 2.1 Introduction 2.2
  • Zone d'étude 2.3 Matériel et méthodes 2.4 Résultats 2.5 Discussion 2.6Ô13C de la tourbe 2.7 Conclusions et perspectives 3. Anthracologie Publication et diffusion de la culture scientifiques Conclusion et perspectives Références bibliographiques 1. Paléométallurgie 2. Les sites
  • comprendre le mode d'exploitation des ressources naturelles pour les besoins de la métallurgie et des populations (construction, chauffage, élevage...), mais aussi de voir comment cet approvisionnement a pu modeler le paysage (création de carrières et de minières, surexploitation...) 2
  • partie de « la coutume de Brécilien » qui décrit la forêt et ses ornements, on peut y trouver les dimensions suivantes concernant la forêt. Elle mesurait, selon l'auteur, «7 lieues de long sur 2 et même plus de large». Si l'on tient compte du fait qu'à cette période une lieue bretonne
  • situées en Ille-et-Vilaine seront : Bédée, Bléruais, Breteil, Cintré, Gaël, Iffendic, La Nouaye, Le Verger, Maxent, Monterfil, Montfort-sur-Meu, Paimpont, Plélan-le-Grand, Saint-Gonlay, Saint-Maugan, Saint-Malon-sur-Mel, Saint-Péran, Talensac et Treffendel (Figure 2). Figure 2 : Zone
  • Paimpont, mais peut déborder sur les communes voisines comme SaintPéran, Plélan-le-Grand ou Concoret. Figure 3 : carte de localisation du Massif de Paimpont. 2. Cadre géologique. La forêt de Paimpont s'étend sur une seule entité géologique, le synclinal de PaimpontGuichen. Il s'agit
  • pu être observés lors de l'analyse de deux toposéquences par F. Roussel (1977). Elles sont la conséquence de phénomènes de podzolisation et de dégradation présents plus ou moins localement. 63M|BJ ap puoj ap aqdjooiojpAu \ |OS 6aM|eiapa}a3,ap £ 2 audJoiuojpÂq |oç %Sl
  • umq |OÇ =pç-— a||nu ajuad apej6ap |oç BP apej6ap \o$ dde r oB Plateau r plateau XL 1 6aM|ei ap ajaj ap sqdJowojpÂq ps U 1 PenteltnIP unulo25% 20% (apjujnq ) sjuaujajna|ye \ D3AB s|os ap axa|dui03 v 01 g- o -ai aiinu apejBap |os ajuad
  • |OS sqdJouJOjpXq nsd no V ujes appe unjq |oç aqdJOUJOjpAq |OÇ %01-S ajusd sjeda nad appe unjq |os -o 2 3qdJ0UJOjpAq nael no u|es appe unjq ps ; /a %0L < ajuad sjeda nad xnsjDO unjq ps (xnsjDO unjq no appe umq) S]ed3 ap puo; ap aqdiOLuojpXq |OÇ nsd unjq / °i / |os
  • 2010 2. Fouilles archéologiques 2.1 Ateliers de La Boissière Les opérations de sondage menées sur les ateliers de La Boissière (responsable J.-B. Vivet) visaient à explorer une zone étendue (plus de 7 ha) afin de comprendre l'articulation, entre eux des sites apparus en
  • quelques mètres seulement avec les deux autres séries de bas fourneaux trouvés sur ce site (groupe de 6 et groupe de 2), l'observation de la typologie de ces fours laissait penser qu'ils pouvaient appartenir à une autre lignée technique, vraisemblablement mise en œuvre à une période
  • . Elles viennent confirmer l'attribution de ces ateliers à la période du bas Moyen-Âge. Celles obtenues pour le Vert Pignon III (Vivet et alii, 2009) et Péronnette (Girault, 2009), notamment sont très concordantes : 1 datation à 660 BP pour le premier, et 2 datations, 660 et 655 BP
  • , abondent en ce sens (communication orale Sébastien Daré). 3.2.2 Atelier de Trécélien La date de 560 BP obtenue pour l'amas de scories A2, situé au sud du ferrier de Trécélien, dans sa partie basse (1317-1354 AD (45,6 %) et 1388-1421 AD (49,8 %) en datation calibrée, 2 a), est à
  • l'atelier. Sa valeur est de 620 BP (1280 à 1410 ap. J.-C, à 2 c). La date fournit par la dernière analyse radiocarbone est, comme on l'a vu de 660 BP (1282-1310 ap. J.-C (46,6 %); 1360-1388 ap. J.-C (48,8 %)). Elle concerne un charbon situé dans la fosse de drainage du bas fourneau S3
  • échantillons sont liés à des activités de l'Age du Fer (Bois Jacob, Vallée de l'Aff, Couedouan, Le Perray, La fenderie au Gué, Haute Rivière, Glyorel, Etang de Paimpont) ; 2 échantillons sont liés à l'activité médiévale (Trécélien, Péronnette) ; 1 autre est lié à une activité de post
  • -réduction à une période postérieure à l'installation des forges à Paimpont ; 2 pourraient être rapprochés de l'époque gallo-romaine (La Croix du Houx, Les Brieux). Un dernier échantillon de minerai a été prélevé auprès d'une très grande minière (La Moutte) pur laquelle une datation
  • l'affinage après l'installation des hauts fourneaux aux Forges (point jaune) ; 2 correspondent à l'étape de post-réduction de la fin de la période médiévale (points bleus clairs) et 11 analyses correspondent à des laitiers issus de hauts fourneaux (points jaunes). Enfin, 20 analyses
RAP00565.pdf ((56). quatre communes du Morbihan : carentoir)
  • . The remaining concentrations (25.7%) had a prédominance of building material, at présent treated as undatable. 2 As usual , the topographical position of the sites was analysed. About a third of them (29.4%) were on flat 1 and while 17.1% were on south-facing and 16.6% on south-east-f
  • part of the valley, is an area of permanent pasture in which there is a prominent bank and a possible platform (see fig. 2). The bank runs diagonally across the valley bottom. 130m to the west of this bank, at the bottom of the south-facing slope of the valley, is a pronounced
  • excavation of the trenches. In Trench 1 work was concentrated in areas where features had been observed in the machine-cut trench: 64% (9 of the 14 mètre squares) was dug. As no features were seen in the machine trench, alternate squares were excavated in Trench 2 and hence 50% (9
  • of the 18 mètre squares) was dug. Soil samples for micromorphol ogical and pollen analysis were taken in columns from the sections, using purpose-made meta! containers. Small test holes were also eut by machine at every 15m to the north of Trench 1 (up the side of the south-facing valley
  • ) in order to record the depth of the subsoil (see fig. 2). Trench 1. A shallow ditch was located, eut into the subsoil and natural schi ste. It had a slightly sloping bottom (33cm wide) and was situated 5m north of the crest of the présent lynchet; the ditch was on approximatel y
  • area, with 11% of fabric 5, a soft cream fabric used for médiéval table wares. There was a small proportion of both Roman and early médiéval types (3% [fabrics 13 and 16] and 2% [fabric 10] respecti vel y; see below, 10). The absence of the highly fired quartz-tempered wares
  • and 40cm, as was also true of the other material. The pottery, brick, tile and also this schi ste were probably brought on to the field in the course of manuring. Trench 2. The remains of a bank, only 20cm high, were found lying on the natural, midway along the trench. The bank
  • the archaeol ogical potential of small -scale work on field boundaries in this area. The ditch in Trench 1 is likely to be an earlier field boundary, perhaps marking the division between cultivable 1 and and the wet areas of the valley bottom. In Trench 2 the bank may have marked
  • practice. Since the two trenches showed différent amounts of soil buildup and material in the two areas, changes in manuring practice rather than lapse in cultivation may be more relevant in explaining the data from Trench 1. The land-use around Trench 2 clearly changed when
  • of the last year pollen analysis has been carried out on samples taken during 1984, in particular from buried soils beneath banks in woods near Le Vivier (not far from the excavation site) and Le Rond Point (Carentoir), areas of extensive 1 ande in the early nineteenth century. Although
  • the sample was small, in both cases there were indications of cereal cultivation in phases previous to those dominated by grass and calluna heathlands. Further samples have also been tested for diatom préservation: diatom floras do survive, though often in a fragmented state, and it does
  • in the area. Samples were taken from Trench 1 and Trench 2; more will be taken during the summer; and micromorphological analysis will begin in September. The samples taken from 'total' collection sites in 1984 for phosphate analysis have ail been processed and a study was made
  • -use can also be helpful here. Sites like Trench 2 - which fall in areas of early nineteenth-century meadow or 1 ande are likely to represent pre-nineteenth-century activity, and as the excavation clearly demonstrates sometimes cultivation, pace our earlier suggestion (Astill
  • arable in marginal areas in the context of population pressure. Here, both this year' s excavations and the récent pollen analysis provide compl ementary material, with their suggestions of cultivation in areas that were certainly - at différent periods peripheral 1 ande. Fields
  • . Meanwhile Pete Addison will complète the survey of standing buildings; a small team will dévote February, March and April to 'total' collection; analysis of pollens from the Mauffrais podsols and the River Aff \1 backswamps will continue; and work on the local schistes will be pursued
  • for devoting their time and expertise to particular aspects of the project; to Dr R. Battarbee for testing samples containing diatoms, Dr T. Stevenson and Judi Darley for work on pollens, Robin Iles and Martin Cook for testing phosphate samples and Anne Gebhardt for micromorphological work
RAP01549.pdf (SAINT-GERMAIN-EN-COGLÈS (35). le Breil Rigaud. a84 Rennes/Avranches. rapport de fouille préventive)
  • détermination taxonomique) ont été rencontrés dès la base du diagramme. Ils peuvent laisser supposer la culture locale du chanvre dès la fin de l'Age du Fer. - Zone pollinique DD'2 C'est à cette hauteur que sont rencontrés les premiers pollens de Graminées type céréale et de seigle (Secale
  • A 84 Rennes - Avranches Saint-Germain-en-Coglès Le Breii Rîgaud 35 273 2 Site en milieu humide D F S de fouille préventive 17/04/96 au 17/06/96 Stéphanie Hurtin et Arnaud Desfonds avec la collaboration de Dominique Marguerie SRA / Rennes 1998 I }* I ' ' » ss»,, 4 i'ir
  • . Lerouxj. t a; - •f m I I. INTRODUCTION. II. FICHE SIGNALETIQUE. III. CADRE MATERIEL DE L'OPERATION. Financement Générique de l'opération Historique de la fouille Remerciements IV. PRESENTATION DU SITE. 1. Le cadre géomorohologique et géologique. 2. Etude des cadastres. V. ETUDE
  • ARCHEOLOGIQUE. 1. Problématigue. 2. Méthode adoptée. 2.1 Les contraintes. 2.2 Le décapage. 2.3 Méthodologie de fouille. 3. Données stratigraphlgues et paléoenvironnementales. 3.1 Dynamiques du vallon. 3.2 résultats des tests palynologiques réalisés sur les dépôts tourbeux (D. Marguerie). 4
  • Figure Figure Figure Figure Figure Figure 9: Plan général du décapage 2. 10: Coupe stratigraphique AA'. 11: Coupe stratigraphique DD'. 12: Coupes stratigraphiques HH' et IC. 13: Diagramme pollinique de la coupe DD'. 14: Diagramme pollinique de la coupe JJ'. 15: Plan phase 1. 16: Plan
  • phase II. 17: Plan phase 111. 18: Plan et coupe phase IV. 19: Eléments de comparaison. Uste des photographies Photo de couverture: Vue aérienne du site du Breil rigaud (Cliché: Photo 1: Vue générale du chantier Photo 2: (ciiché: G. Leroux}. S. Hurtin). Vue sur l'ouvrage d'art
  • carte iWichelin. Figure 2: Localisation du site sur ia carte IGN. Figure 3: Plan des sondages d'évaluation (extrait du DFS de diagriostic) Figure 4: Carte géologique du secteur. Figure 5: Origine des tourbières et des ntarais (extrait de TOURBIERES ET BAS-MARAIS 1984). Figure 6 et 7
  • i v e s . C'est la mise en r e l a t i o n des d o n n é e s stratigraphiques et palynologiques qui nous a conduit au fur et à mesure de nos résultats à dater par C14 des restes organiques et à resserrer l'analyse palynologique. Figure 2: Localisation du site sur la carte IGN
  • . 1 I I 11. FICHE SIGNALETIQUE (Figure S i t e : 35 273 2 2) H D é p a r t e m e n t : ll!e-et-Vilaine Commune : St-Germain-en-Coglès Lieu-dit : Le Breil Rigaud Cadastre : Année ; 1987 Section : ZI Parcelles; 674 et 677 Coordonnées Lambert : Abscisse : 330,400 Ordonnée
  • . D. Letourmy. Chef comptable. Ch. Tamarelle. Comptable. DDE: A.Carmouët. Ingénieur des travaux publics. Y. Robin. Conducteur de travaux. n Figure 3: Plan des sondages d'évaluation (extrait du DFS de diagnostic) Photo 2: Historique de la fouille Vue sur l'ouvrage d'art
  • (cliché: (Figure 3 et photo S. Hurtin). 2). Lors des sondages d'évaluation réalisés en juillet 1995 sur tracé de l'A 84 RennesAvranches, une attention particulière fut portée dans les zones riches en milieu humide. Sur la seule section 4 du tracé autoroutier, comprise entre St
  • . Bilan des moyens mis en oeuvre. Durée et équipe de fouille: Phase terrain: 3 contractuels AFAN dont 1 responsable d'opération, 1 touilleur et 1 dessinateur pour une durée de 1 mois. Participation d'un ingénieur de recherche au CNRS. Phase post-fouille: 2 contractuels dont 1
  • responsable d'opération et 1 dessinateur. Participation d'un ingénieur de recherche au CNRS. Moyens techniques et matériels: 1 véhicule de location. 1 algéco. 1 pompe thermique (20 m3/h). 1 pelle mécanique durant 6 jours. 1 théodolite. 1 ordinateur et 1 imprimante. 2 appareils photo reflex
  • d'eau réalisé il y a une dizaine d'années au S. du site, son tracé montre sur le cadastre actuel quatre décrochements vers le N., très nets bien que de faibles amplitudes (une dizaine de mètres e n v l r o n ) " 2 . Le ruisseau suit alors une orientation S.E./N.-O. et se jette 250 m
  • environ. Le site du "Breil Rigaud" s'inscrit d'ailleurs dans ia partie convexe de l'un de ces décrochements qui ponctuent son tracé jusqu'à la confluence du Vocadieu. 2 renseignement fourni par H.Talbo hydrogéoiogue au BRGM. On observe sur la carte géologique (figure 4) la présence
  • comportant des éléments peu roulés. 2. Carte archéologique. Comme l'a déjà indiqué G. Leroux dans son DFS de diagnostic (LEROUX 19951996), le site du "Breii Rigaud" se situe dans un secteur peu documenté: - aucune mention ancienne d'indices de site ou de découverte d'objet n'est signalé
  • l'utilisation des conditions et possibilités hydrauliques de la région du CoglaisS (HURTIN 1996-1997: figure 2). 5 Nous n'avons pas eu le temps de réaliser une étude documentaire approîondie sur les revues archéologiques anciennes ainsi que sur le tonds d'archives médiévales et modernes
  • , Céoiiia Rapine a relevé de nombreuses mentions de moulins et étangs cf. note 5. 8 secteur se caractérisant par un milieu naturel au reiiei marqué et aux eaux abondantes. > A 84 R^NES-AVRANCHES ]§T Gern/ain-en-Cy Breil Rigaud t / 35 2 7 ^ / CADAgTRE Figure 6 et 7 1236 La garenne
  • humaine de ce site. Outre l'observation sédimentologique des coupes situées en limite de fouille (secteur 1), nous avons alors complété notre étude par la réalisation sur la rive opposée au site (secteur 2) d'une série de tranchées orientées perpendiculairement au vallon (cf. photo 6
  • possibles structures en fonction des transformations du paysage. 2. Méthode adoptée. 2,1, Les contraintes. La fouille en milieu humide rencontre un certain nombre d'obstacles techniques liés au niveau élevé de la nappe phréatique. En effet, un pompage permanent a été indispensable pour