Rechercher sur le site

  • Chercher les documents contenant un mot OU un autre : tapez simplement les mots à la suite => bracelet bronze
  • Chercher les documents contenant un mot ET un autre : utilisez le mot-clef AND => bracelet AND bronze
  • Chercher les documents contenant une expression exacte : taper l'expression entre guillemets => "bracelet en bronze"

Limiter votre recherche

Auteur
Type d'opération
Commune
Département
Date (Année)

2144 résultats Exporter les résultats

Trier par Titre : ascendant / descendant
RAP02563.pdf ((22). les sites paléolithiques en côtes d'armor. éléments pour une réflexion sur l'étude et la protection des gisements. rapport d'étude)
  • 687,000 17 interglacial III 718.000 782.000 788.000 790.000 interglacial II Glacial A (Helmel interglncial I "Bavel MATUYAMA REVERSEO POLARITY CHRON Complex" u o MENAPI AN WAALIAN oc < EBURONIAN MATUYAMA REVERSED POLARITY CHRON Tableau I : chronologie générale du
  • taillés en place après l'efFondrement ou l'érosion d'un pan de sédiments. Et lorsqu'on considère la masse sédimentaire mise enjeu sur l'ensemble du littoral et la faible probabilité de trouver des industries lithiques dans une coupe, il convient d'apprécier tout le potentiel de cette
  • l'archéologie proprement dite (les industries lithiques, les vestiges osseux...), de ce qui relève des sciences naturalistes, en particulier de la géomorphologie quaternaire. Cette première approche, dans le cadre du dépouillement des sites des Côtes-d'Armor, doit donc générer une véritable
  • les formations pléistocènes à l'inventaire. Y-a-t-il ou non une (ou des) coupe(s) associée(s) au gisement, et éventuellement des industries en place dans une couche stratigraphique ? Ensuite a été prise en compte l'importance des sites, non seulement à partir des collections
  • certifiée ou fortement soupçonnée. EST (estran) : indique un gisement uniquement sur estran, queUe que soit l'importance de l'épandage. FAL (falaise) : caractérise un site ou la falaise de dépôts meubles est primordiale (notamment les coupes de référence) aux dépens d'une industrie
  • , les autres combinaisons n'ayant jamais été rencontré. 11 Un site dont le code sera : GSS FES L1M MOU | signifiera donc qu'il s'agit d'un gisement de surface sur estran, associé à une falaise de dépôts meubles dont une couche limoneuse contient des industries moustériennes
  • grattoirs et des denticulés. L'attribution chronologique est incertaine et il peut très bien s'agir d'une industrie néolithique. Goaréva. 22 016 002 AP. X=207,890. Y= 1140,120 Cadastre; domaine public maritime. ICAM FAP LIM MTY Site avéré. Abri en pied de falaise et estran. Juste à
  • nucléus et 90 outils en dolérite. (Monnier, 1991). Une attribution à un Moustérien typique est proposée. Par sa position et la richesse de son industrie, le Goaréva est sans doute le plus typique des habitats en pied de falaise de Bretagne (Monnier, 1987). Grève Douce (port de la
RAP00010.pdf (ÎLE-DE-BRÉHAT (22). goareva. rapport de sauvetage urgent)
  • l'eau de mer ne facilitent pas la reconnaissance de telles structures. Plus profondément semble exister une formation - 3 différente, c'est un head très arénacé et compact (couche IV), avec de nombreux blocsj on y trouve une industrie fruste, vraisemblablement distincte de la
  • 13 éclats et 6 outils en silex, »*5 éclats et 2 outils en dolérite. La couche IV a donné, jusqu'à présent, 58 éclats et 13 outils en silex, 23 éclats et k outils en dolérite. La couche II est donc maintenant bien caractérisée par son industrie et il sera en outre possible de la
  • . La présence toute proche de belles coupes dans les dépôts périglaciaires permettra de replacer ces industries par rapport A la stratigraphie du Pléistocëne. Les couches s archéologiques sont en effet inclues dans des dépôts (coulées de head) du début de la dernière glaciation
  • (Wûrm ou Weichsel). La comparaison des industries en silex et en dolérite (sûrement synchrones) doit apporter de nombreux renseignements sur les techniques de taille et de retouche utilisées. Dans notre région pauvre en silex, les matériaux de remplacement ont joué un rôle
  • particulièrement vital. L'industrie de la couche II est maintenant bien caractérisée (Moustérien typique.) : le nombre de pièces dont nous disposons permet une étude statistique valable qui est d'ailleurs sur le point de s'achever. En outre la comparaison de cette industrie avec les ramassages
  • de surface effectués depuis 1967 confirmerait leur identité. Par contre l'industrie de la couche IV est très mal connue, par l'insuffisance de pièces récoltées. La stratigraphie de l'abri est assez complexe du fait des phénomènes de gëlifluxion wurmiens et aussi des perturbations
  • introduites par les hommes préhistoriques eux-mêmes. En gros, un head (couche IV),avec son industrie, serait le remplissage le plus ancien de l'abri. Puis a été apporté un sédiment sableux stérile (couche III) dont l'origine, peut-être marine, sera précisée par les analyses
  • ) : limon arénacé lité (couche II) avec industrie ; sable limoneux stérile (couche III) I head ancien a industrie (couche IV) : industrie. Figure I BREHAT GOAREVA ; ho-ute met1 A/\i-/y\o.i-e.e Guéréva 1 Abri Be.c or Gozec /Cale 3 500 m BREHAT GOAREVA Figure BREHAT
RAP02565.pdf ((29). les sites paléolithiques en Finistère. éléments pour une réflexion sur l'étude et la protection des gisements. rapport d'étude)
  • concernent plutôt les sites de plein estran (sans véritable lien stratigraphique) (Hinguant, 1996, type 5), ou des associations estran/falaise de dépôts meubles avec des industries en place (types 1 et 2). Nous retrouvons également les sites de type 4, occupations au pied de chaos rocheux
  • plutôt sur un versant et un fond de vallon, rappelle en tout point celui de Saint-Helen (extension, complexe techno-culturel...). L'INVENTAIRE DES SITES : METHODES ET RESULTATS Méthodologie Comme pour les départements précédents, l'inventaire des sites paléolithiques du Finistère
  • industrie lithique réduite. FVA (fond de vallée) : concerne les sites occupant un fond de vallée (en l'occurence des rias sur le littoral breton), même si les ramassages sont effectués sur estran. C'est ici le caractère "vallée" qui prime sur celui "d'épandage". GRO (grotte
  • ). La puissance des dépôts dépasse 20 m. Une des couches repérées recèle une industrie sur galet attribuable au Paléolithique inférieur (fig. 6, couche 4). Il s'agit d'un podzol humo-ferrique hydromorphe contenant par ailleurs des charbons de bois. Les pièces sont façonnées sur silex
  • d'épaisseur, en bas de versant. (Monnier, 1975 et 1976). La stratigraphie est reconnue sur une profondeur de près de 5 m. Les niveaux supérieurs de terre arable présentent une industrie en position remaniée. Les limons supérieurs (couches 2a et 2b) contiennent de possibles traces
  • avoir affaire à du Moustérien, la collection, bien que réduite, se rapproche en fait beaucoup de celle de Roc'h Toul et appartient sans doute au même complexe culturel (fig. 25) (Giot et al, 1977a). GUILERS-SUR-GOYEN Stang Corzou X=102,560. Y=2355,620 Cadastre; manquant OBJ PLA
  • , remplissant les interstices du rocher en place et livrant une industrie homogène. La majeure partie des éclats provient de la couche 2 et une concentration importante de l'outillage semblait exister au nord, bien qu'aucune disposition intentionnelle n'ait été repérée (Giot et al, 1977a
  • . Une industrie en quartz a été découverte en divers points de la falaise bordant la plage de Raguenès et la petite île toute proche du même nom (carte 34). Les pièces recueillies se situent soit dans le head soit dans un cordon littoral peu épais et discontinu, reposant sur ce head
  • succèdent des alternances de niveaux marins (plages anciennes) et de couches anthropiques riches en industrie lithique, charbons de bois et ossements. Les niveaux de colmatage définitifs de la cavité, marquant son abandon, sont constitués d'éléments remaniés et de sable dunaire datés
RAP00166.pdf (CARNAC (56). Saint-Colomban. rapport de sauvetage urgent.)
  • m2 a été fouillée sous l'estran, au pied de la falaise de head. Trois couches à industrie ont été mises en évidence (couches 3, 4 et 6) avec des remaniements complexes. L'étude stratigraphique confirme l'âge minimum holsteinien attribué au niveau le plus ancien. Une structure de
RAP02557.pdf (CARO (56). le Thay : fouille ponctuelle au cœur d'un site fossoyé complexe, dont l'origine semble remonter à l'âge du fer : étude partielle d'un site d'habitat. rapport de diagnostic)
  • CARO (56). le Thay : fouille ponctuelle au cœur d'un site fossoyé complexe, dont l'origine semble remonter à l'âge du fer : étude partielle d'un site d'habitat. rapport de diagnostic
RAP02036.pdf (PLOUHINEC (29). gisement paléolithique inférieur de Ménez Drégan I. rapport intermédiaire 2004 de fp 3 (2003-2005))
  • poursuite et l'achèvement de la fouille de la couche 5 (banquette supérieure et cul de grotte) jusqu'à la surface de la couche 6. A noter que cette étape est actuellement ralentie par l'extrême abondance du mobilier lithique dans ces niveaux complexes de la couche 5, mobilier qu'il est
  • paléoparasitologie (ancienneté du site et nature des sédiments), les datations (conditions de gisement et des matériaux datables, environnement radioactif du site). Ces recherches menées sur Menez-Dregan mettent en jeu des adaptations méthodologiques complexes qui participent pleinement au
  • électronique (RPE) pour le site de Menez-Dregan 1 (Finistère). In ; « Datation », XXf rencontres internationales d'archéologie et d'histoire d'Antibes, J.-N. Barrandon, P. Guibert, V. Michel (dir.), éd. APDCA, Antibes, p. 207-215. MOLINES N., 1999 - Les industries à galets aménagés du
  • littoral sud-armoricain au Paléolithique inférieur. Etude techno-typologique, comparaisons avec des industries similaires en Europe et rapports avec l'Acheuléen. Thèse Université de Rennes (1996), 379 p. British Archaeological Reports, 795. MONNIER J.-L, HALLEGOUET B. (Dir.), avec la
  • mesures (plate-forme haute) Menez-Drégan 2004 : protection du site par la carapace de plaques métalliques, remise en place à la fin de la campagne. Menez-Dregan 1 -Campagne2004 4 - Présentation générale des industries L'industrie recueillie lors de la campagne 2004 est en cours
  • l'autre soumis) qui replacent ces industries dans leur cadre environnemental et dans leur contexte régional. Au stade actuel de la fouille ce sont les niveaux d'occupation supérieurs (couches 4 et 5) qui nous ont livré le plus de matériel, la couche 7 n'est connue qu'en coupe et la
  • correspondant à une volonté de gestion optimale du nucléus et / ou à la production de supports courts et épais et qui se poursuivra dans le niveau 4. L'apparente uniformité qui pourrait se dégager des industries lithiques de MenezDregan 1, notamment au niveau du petit outillage, et que l'on
  • fréquentation de grands herbivores. Bibliographie Jaubert J. (1993). Le gisement paléolithique moyen de Mauran (Haute-Garonne) : techno-économie des industries lithiques, Bulletin Société Préhistorique Française, 90, 5, 328-335. Farizy C., Jaubert J., David F. (1994). Hommes et bisons du
  • Paléolithique moyen à Mauran Gallia Préhistoire, suppl.30, 267 p. (Haute-Garonne), Molines N. (1999). Les industries à galets aménagés du littoral sud-armoricain (France) au Paléolithique inférieur. British Archaeological Reports, S795, 275 p. Moncel M.H. (1999). Les assemblages lithiques
RAP02564.pdf ((22)(56). les sites paléolithiques en côtes d'armor. éléments pour une réflexion sur l'étude et la protection des gisements. rapport d'étude)
  • les plateaux par les phénomènes de ruissellements et de ravinements. A l'ouest du département, la vallée du Blavet et la région de la mer de Gâvres conservent des dépôts anciens intéressants, respectivement attribués à l'Elstérien et au complexe Cromérien. On retrouve ces derniers
  • site ou la falaise de dépôts meubles est primordiale (notamment les coupes de référence) aux dépens d'une industrie lithique réduite. FVA (fond de vallée) : concerne les sites occupant un fond de vallée (en l'occurence des rias sur le littoral breton), même si les ramassages sont
  • concernant une association de Paléolithique inférieur et de Paléolithique moyen. Ainsi, un site dont le code sera : GSS FES 1.1 M MOU signifiera donc qu'il s'agit d'un gisement de surface sur estran, associé à une falaise de dépôts meubles dont une couche limoneuse contient des industries
  • quartzite, massifs, avec un poids moyen d'environ 800 g (fig. 21). Cette industrie n'est malheureusement pas rattachée à une stratigraphie et sa datation reste incertaine (Molines, 1996). Porh Morvil. 56 069 021 X=167,030. Y=2307,550 Cadastre; domaine public maritime OBJ EST ACH
  • absolues (Van Vliet-Lanoë et al, 1997). La stratigraphie présente un complexe de terrasse fluviale du Pléistocène Moyen (d'environ 600 Ka BP à 300 Ka BP), associant des niveaux estuariens intertratifiés avec au moins trois unités alluviales régressives incluant des blocs glaciels
  • - Le chopper de l'île Molène et le chopper de l'île Ilur. Bull. A.M.A.R.A.I, 5, 19-23. MOLINES N., 1992b - Le littoral du Morbihan. Rapport de prospection. U.P.R. 403 du CNRS, inédit. MOLINES N., 1996 - Les industries à galets aménagés du littoral sud-armoricain au Paléolithique
  • inférieur. Etude techno-typologique, comparaisons avec des industries similaires en Europe et rapports avec VAcheuléen. Thèse Université Rennes 1, 388 p. MONNIER J.L., 1980 - Le Paléolithique de la Bretagne dans son cadre géologique. Travaux du Laboratoire d'Anthropologie-Préhistoire
RAP03236.pdf (LOCMARIAQUER (56). Kerlogonan. Rapport de diagnostic)
  • thèmes Paleolithique Mobilier Edifice public nb Industrie lithique Inferieur Edifice religieux Industrie osseuse Moyen Edifice militaire Céramique Superieur Bâtiment Restes Mesolithique et Epipaleolithique Structure funéraire Végétaux
  • concernées mais la proximité de monuments majeurs du mégalithisme néolithique, dont le complexe de la Table des Marchand, comme l’importante occupation gallo-romaine de Locmariaquer, justifiaient une intervention. L’ouverture de neuf tranchées ne montrera cependant pas la présence de
  • couvert végétal se compose d’un gazon sur la parcelle 150, celui de la parcelle 23 ayant complètement disparu suite au décapage des dépôts de matériaux qui y étaient stockés. Cadre archéologique Fig. 1 – Carte archéologique de la commune de Locmariaquer, SRA Bretagne. Le complexe
  • dans une trame parcellaire en lanière largement dominante. Aucun site archéologique ou mégalithique n’est mentionné sur le plan, y compris le complexe de la Table des Marchand. Méthodologie Log Tr 2 0 1 2 3 1m 1 - Terre végétale brune homogène. 2 - Limon argilo-sableux brun
  • lieux n’est à signaler et les terrains ne semblent recéler aucun vestige archéologique de quelque période que ce soit. Conclusion générale Aucun vestige attribuable au Néolithique, chronologie attendue compte tenu de la présence toute proche du complexe de la Table des Marchand
  • (environ 6500 m²), sous la forme d’un maillage de tranchées. Aucun site ou indice n’est signalé à la carte archéologique du SRA Bretagne sur les parcelles concernées mais la proximité de monuments majeurs du mégalithisme néolithique, dont le complexe de la Table des Marchand, comme
RAP03167.pdf (ARZAL (56). Le Barrage. Rapport de diagnostic)
  • · RFO de fouille Commune d’Arzal (56) Le Barrage Mots-clefs des thesaurus Chronologie Sujets et thèmes Paleolithique Mobilier Edifice public nb Industrie lithique Inferieur Edifice religieux Industrie osseuse Moyen Edifice militaire Céramique
  • Notice scientifique La poursuite du projet immobilier nommé « Les Marines d’Arzal » qui occupera à terme, les coteaux de la rive droite de la Vilaine, à proximité du complexe portuaire du Barrage, sur la commune d’Arzal, a motivé le Service régional de l’archéologie de Bretagne à
  • d’Arzal » qui occupera à terme, les coteaux de la rive droite de la Vilaine, à proximité du complexe portuaire du Barrage, sur la commune d’Arzal, a motivé le Service régional de l’archéologie de Bretagne à prescrire un diagnostic archéologique. En effet, la position topographique
RAP00543.pdf ((56). le littoral morbihannais. rapport de prospection inventaire)
  • ), étudier les dépôts correspondant (stratigraphie, palynologie, sédimentologie, anthracologie), étudier les industries d'un point de vue technique, typologique et pétrographique, tenter des datations et comparer avec les autres régions, notamment dans le domaine littoral atlantique. Les
  • Ploemeur. 6) Saint-Jude. Commune de Ploemeur. 7) Basse-Candec. Commune de Ploemeur. 8) La Roche-Congard a / b. Commune de Ploemeur (+ industrie). 9) La Roche-Congard. Commune de Ploemeur. 10) Pointe de Talut. Commune de Ploemeur. 11) Kerpape. Commune de Ploemeur. 12) Saint Guénaël
  • . Commune de Lanester. 13) Saint-Sterlin. Commune de Kervignac. 14) Sterbouest. Commune de Locmiquélic. 15) Saint-Catherine. Commune de Locmiquélic. 16) Port-Louis. 16') Port-Louis, (industrie). 17) Anse du Driasker. Commune de Port-Louis, (industrie). 18) La Côte rouge. Commune de
  • Riantec. 19) Les Salles. Commune de Riantec. 20) Presqu'île de Kerner. Commune de Riantec. (+ industrie). 21) Kerfaut. Commune de Plouhinec. (+ industrie). 22) Anse du Goërem. Commune de Gavres. 23) Fort de Penthièvre. Commune de Saint-Pierre Quiberon. (industrie). 24) Kerhostin
  • .. Commune de Saint-Pierre Quiberon. 25) Kerhostin. Commune de Saint-Pierre Quiberon. 26) Port-Haliguen II. Commune de Saint-Pierre Quiberon. (industrie). 27) Porh-an-Iliz.. Commune de Plouharnel. 28) Porh-an-IIiz. Commune de Plouharnel. 29) Saint-Colomban. a / b / c. Commune de Carnac
  • . (+ industrie). 30) Saint-Pierre-Lopérec. Commune de Locmariaquer. 31) Pointe de Locmiquel. Commune de Baden. 32) Saint-Colombier. Commune de Sarzcau. (industrie). 33) Pointe du Duer. Commune de Sarzeau. (+ industrie). 34) La Tour des Anglais - Pénerf - Commune de Damgan. 35) Treutan. Pénerf
  • matrice de couleur jaune. c) "Fouille Sicard" - Ce site porte le nom de son découvreur J.C. Sicard. Ce gisement qui a livré une industrie paléolithique a été malheureusement mal exploité et n'a pas livré les résultats excomptés. Il a été découvert en 1957 (b.s.p.m). Quoiqu'il en soit
  • des phases tempérées appartenant au complexe cromérien. D. Sites antérieurement prospectés Certains sites visités lors de ces prospections était déjà connus pour leur valeur sur le plan archéologique. Us ont été découverts lors de prospections ou de façon fortuite. La plupart des
  • s'agit d'un site allant de la Pointe de Ludré à la Pointe du Duer et un second allant de la Pointe du Duer à Kerbodec. Ces deux sites ont livré des choppers et des bifaces en quartzite patiné brun ainsi que des racloirs en silex. Cette industrie paléolithique a été récoltée sur
  • chopping-tool par Y. Coppens à la Pointe de Benance. Ce chopping-tool se trouvait malheureusement en position remaniée. - La Pointe du Béchir (marquée Bêché sur la carte) a également livré une industrie numériquement importante. Y. Lefèbvre y a notamment récolté, périodes paléolithique
  • et néolithique confondues, une industrie en silex (perçoirs, grattoirs) et une industrie en quartz dont un petit biface. - En 1965 des découvertes intéressantes furent effectuées par M. Dejouet à la Pointe de la Pallice. L'industrie récoltée, la zone de ramassage s'étend sur 200 m
  • et Kerjouanno entre autres. Au Crouesty Y. Lefèbvre a ramassé sur la grève au S.S.W. de la chapelle une industrie composée de choppers et de chopping-tools en quartz et quelques pièces en silex. A noter aussi la présence d'une petitie hache polie en pyroxénite. Il a également été
  • trouvé un biface au Motenno dans un champs. La Pointe de Bilgroix, outre une sépulture mégalithique sous cairn et un tertre, s'avère être un site intéressant. Une industrie néolithique a été récoltée sur la vasière: fragmentts de haches polies, grattoirs et éclats en silex, certains
  • ne sont que des présomptions. Les industries se placent vraisemblablement entre la glaciation elstérienne et le dernier interglaciaire. La région de Damgan apparait comme un domaine privilégié du Paléolithique inférieur avec plusieurs outils attribués à l'Acheuléen moyen (Briard
RAP01311.pdf (PLOUHINEC (29). menez drégan. rapport final de fouille programmée 1993-1995)
  • - sur la nature des vestiges immobiliers : G r o t t e rnarine effondrée - sur la nature des vestiges mobiliers : industrie lithique. ossements 1 3 • Notice sur la problématique de la recherche et les principaux résultats de l'opération archéologique : F o u i l l e exhaustive de l
  • a g r o t t e (opérations t r i p n r ^ l p s ) Straticfraphie du remplissage.- Etude et répartition des industries lithiques. Etude de 1"habitat, des foyers. Paléoenvironnement Lieu de dépôt du mobilier archéologique :_ .:* 1 — „ „ 1-oc Ann* Laboratoire d'Anthropologie
  • SCIENTIFIQUE DE MENEZ-DREGAN p.6 m : DONNEES DE LA CAMPAGNE 1995 p8 - 1 - Déroulement des fouilles p.8 - 2 - Principaux résultats Stratigraphie Datations Industrie lithique Restes osseux Foyers p.9 IV : PRELEVEMENTS, ANALYSES EN COURS ET RESULTATS ACQUIS : UN BILAN DES INTERVENTIONS
  • DES SPECIALISTES p 12 - 1 - Sédimentologie p. 12 - 2 - Micromorphologie (par B. VAN VLIET-LANOE) p. 12 - 3 - Pétrographie des industries lithiques p. 13 - 4 - Paléomagnétisme p. 14 - 5 - Paléobotanique p. 14 - 6 - Paléoparasitologie p. 15 Im - 7 - Biochimie : ADN
  • : - Généralités et présentation du gisement. - Organisation de la campagne et déroulement des travaux. - Stratigraphie et description générale du gisement. Premier carroyage. - Répartition planimétrique de l'outillage au sommet de la plage 6. - Structure de galets rubéfiés (foyer). - Industrie
  • et perspectives. - Bibliographie. - 23p, 9 figures, 10 planches photos hors texte, 18 planches dessins industrie lithique. Im 1994 : - Avant-propos. Présentation de l'équipe scientifique pluridisciplinaire. - Présentation du site et travaux antérieurs. - Données de la campagne
  • micromorphologiques. * Nathalie MOLINES, Doctorant, rattachée à l'UMR 0153 (Université de Rennes I): techno-typologie des industries lithiques. * Christophe FALGUERES, Docteur d'Université, Chargé de Recherche au CNRS, Institut de Paléontologie Humaine (Paris), géophysicien : datations par U/Th et
  • Rennes 1), géoarchéologue : pétro-archéologie des industries lithiques. * Dominique MARGUERIE, Docteur d'Université, UMR 0153 (Université de Rennes 1), paléobotaniste, sédimentologue : palynologie, anthracologie et sédimentologie. * Patrick AUGUSTE, Docteur d'Université, Institut de
  • 465 000 ± ± ± ± ± 16 000 52 000 47 000 45 000 65 000 (couche 3 a, colmatage dunaire) (couche 5e, galet chauffé) couche 5 e, sédiment) (couche 5e, sédiment) (couche 9, sédiment brûlé) Industrie lithique La fouille des niveaux supérieurs du gisement continue d'apporter un lot
  • un contexte oscillant entre un milieu tempéré littoral et un milieu boréal littoral. Les arrivées de heads peuvent avoir une origine autre que périglaciaire (surcharge hydrostatique, déstabilisation par la houle ou séismicité). - 3 - Pétrographie des industries Iithiques
RAP01458.pdf (PLOUHINEC (29). découverte d'éléments d'une structure de combustion paléolithique à Gwendrez. rapport de fouille préventive)
  • , avec stabilisation par développement important de rankers (au moins deux phases). Clo - complexe de la plage supérieure montant jusque vers 6 m NGF, tronquant les formations antérieures. : C2 - complexe de heads avec matrice limoneuse comprenant au moins trois phases de
  • l'est. Clb - sable humique recouvrant Cla avec un faciès lagunaire stratifié à l'est et un état drainé à l'ouest, avec développement d'un podzol : courte stabilisation avec construction dunaire et remplissage lagunaire en arrière, incluant des artefacts. C2a - complexe de head, avec
  • matrice sablo-limoneuse, incluant un podzol humique et deux petits rankers. C2b - complexe de head supérieur comprenant deux unités séparées par un ranker peu puissant. Le head supérieur est cryoturbé. D1 - ranker limoneux. Ces unités sont plus récentes que celles de Menez-Dregan
  • et cendreuses. La concentration des galets au sein de l'ensemble est également évidente (photo 5). 4 - Industrie lithique Plusieurs pièces lithiques sont associées à la découverte du "foyer" de Gwendrez. Certaines sont issues directement de la fouille de la structure, d'autres
  • gisements. L'argument archéologique est donc pour le moment le plus sûr et se fonde sur la forte ressemblance entre les industries ramassées dans les niveaux 6, 5 et 4 de Menez-Dregan et la petite série collectée à Gwendrez. Par ailleurs, et bien que nous n'ayons pas de structure en
RAP00659.pdf (PLOBANNALEC (29). Kervignon. rapport de sondage)
  • d'intervention INTERVENTION Responsable Motif d'intervention Surface fouillée Estimation de l'étendue du gisement SITE Nature du gisement Michel BAILLIEU Projet de construction d'un complexe sportif 400 M2 20 000 M2 Environnement d'un dolmen néolithique Nature des découvertes
  • 13 -1- I - Circonstances de la fouille : La construction d'un complexe sportif sur les parcelles 26 et 154c section Z.P. (cf. fig. 3), c'est à dire à proximité immédiate du dolmen de Kervignon, est à l'origine de la présente opération. L'étude de diagnostic placée sous le
  • : Saint Coloraban). Il constitue un jalon supplémentaire concernant les industries à galets aménagés. Fiche technique Type d'outil : chopper Provenance : Plobannalec Support : galet Nature pétrographique : grès Type de chopper : modal Plan de frappe : cortical Dièdre tranchant
  • de loot OHNISPORTS i g g V . ARBRES de H A U T - J E T » V ^ f r ùIllilULU Double Haies Commune de PLOBANNALEC Projet d'une SALLE "Complexe S p o r t i f " OMNISPORTS Implantation des tranchées PL.II COUPES STRATIGRAPHIQUES T9 et T6 1 Tranchée T9 (Profil nord-sud
RAP02033.pdf (GROIX (56). occupation humaine. rapport de prospection thématique)
  • galets. 12 Programme de recherche diachronique - île de Groix - 2004 Sur une zone relativement restreinte, nous avons donc un complexe d'extension modeste mais englobant plusieurs types de dépôts anciens, lesquels font cependant l'objet d'une érosion marine intense. Les industries
  • corrélation stratigraphique a été également proposée pour le secteur compris entre Locqueltas et la Pointe des Chats. Ces deux sondages ont permis de mieux cerner le contexte stratigraphique entourant ces industries à galets aménagés. Les occupations se sont effectuées directement sur les
  • matériaux de plages anciennes comme cela a été démontré sur les sites de Saint-Colomban (Carnac, Morbihan) ou de Menez-Dregan (Plouhinec, Finistère). Les complexes littoraux pléistocènes qui ont pu être étudiés en 2003 sont fréquemment recouverts ou interstratifiés dans des coulées de
  • recueillies lors de cette campagne montrent une grande similitude avec les industries à galets aménagés du littoral sud-armoricain tant au niveau typologique que technologique. Ces industries montrent également une grande adaptation des Préhistoriques aux matériaux, ici principalement des
  • éventuellement retrouver des niveaux à industries moins érodés. Ce sondage a été complété par le relevé de deux coupes surplombant la plage (fig.7) 1 - Description du sondage Le sondage réalisé en arrière du cordon littoral, et orienté nord-ouest / sud-est présentait une surface totale de 10
  • : Description du sondage Au niveau du sondage, la plage ancienne (couche V) repose directement sur ce niveau. Elle est composée de cailloutis et de galets emballés dans une matrice marron clair limono-sableuse très indurée. Elle comporte également de nombreux galets de silex. L' industries
RAP02608.pdf (PLOUHINEC (29). le gisement paléolithique inférieur de Ménez Drégan I. rapport intermédiaire de fouille programmée 2009-2011)
  • (500 000-300 000 ans av. J.C.), ce site a produit dans ses couches supérieures une abondante industrie lithique. Cette industrie est composée d'un stock macrolithique (pièces masse centrale dits encore) et d'un stock essentiellement représentée par des éclats bruts ou retouchés
  • pas compatible avec les conditions climatiques mises en évidence par la sédimentologie et la paléobotanique. L'article (Lefort et al., 2007) fait le point sur cette question et défend certaines hypothèses. 12 Si l'on peut parler de faciès régional pour les industries à galets
  • aménagés du littoral sud-armoricain, il est difficile de le distinguer totalement de l'Acheuléen du nord de la France. Ces industries armoricaines pourraient en effet correspondre à des aires d'activités spécialisées, comme cela a été démontré pour certains groupes à galets aménagés
  • analogies sont possibles entre les industries du littoral sud-armoricain et celles des sites de Tautavel (PyrénéesOrientales) ou de Terra Amata (Alpes-Maritimes). Des comparaisons intéressantes peuvent aussi s'orienter vers des gisements espagnols, italiens et surtout du Portugal
  • marins et industrie lithique dispersée, présence de gros blocs granitiques anguleux. Les caractères granulométriques sont identiques. Dans le diverticule oriental, les galets de la couche 4b sont redressés contre la paroi. • Couche 4c: matériel sablo-limono-graveleux englobant
  • . 4) et de petits fragments de charbons de bois. Quatre successions ainsi définies se superposent et composent cette séquence sur 0,30 à 0,40 m d'épaisseur, jusqu'au niveau 5d', le plus riche en artefacts. Globalement, la couche 5 montre une extrême richesse en industrie lithique
  • -dire disposées à plat, directement sous la croûte sommitale et sur le premier lit sableux. • Couche 6: épandage de galets dont le démontage a mis en évidence la richesse en industrie lithique et l'aspect désorganisé des galets (par rapport à un cordon naturel) sur les 20/30 premiers
  • micromorphologie 28 confirme l'analyse granulométrique en montrant un sable marin pollué d'arènes; les lames minces montrent aussi un modeste effet post-pédogénétique du gel ou des sels (présence de papules), ainsi que des bioturbations suivies par des illuviations complexes, la présence de
  • 8b' au sommet de la plage 8 remaniée par les occupations humaines. La couche 7 est également caractérisée par une forte présence anthropique (charbons de bois, graviers rougis, lentille de sable rubéfié associée à des blocs rougis, industrie lithique). C'est la seconde couche
  • présence humaine. Au-dessous, la plage en place est caractérisée par une matrice limoneuse. La couche 5 apparaît comme la couche la plus fortement anthropique du gisement, extrêmement riche en industrie lithique et conservant des structures. L'abondance de matières charbonneuses