Rechercher sur le site

  • Chercher les documents contenant un mot OU un autre : tapez simplement les mots à la suite => bracelet bronze
  • Chercher les documents contenant un mot ET un autre : utilisez le mot-clef AND => bracelet AND bronze
  • Chercher les documents contenant une expression exacte : taper l'expression entre guillemets => "bracelet en bronze"

Limiter votre recherche

Auteur
Type d'opération
Commune
Département
Date (Année)

3116 résultats Exporter les résultats

Trier par Titre : ascendant / descendant
RAP03967 (QUIBERON (56). Beg-er-Vil à Quiberon. Un habitat du Mésolithique sur le littoral du Morbihan. Rapport de fouille programmée 2020 )
  • ont été faits depuis 2019 sur les mammifères et les plantes dans le but de tester et d’adapter les différentes méthodes existantes. Ce type d’analyse reste exploratoire en contexte d’amas coquillier et à ce titre le site de Beg-er-Vil est pilote. L’acquisition des données reste
  • Guillaume Guérin Nancy Marcoux Marie-France DietschSellami UMR 6566 CReAAH – Ministère de la Culture – CNRS Université de Rennes 1 UMR 6566 CReAAH – CNRS UMR 6566 CReAAH – Université de Rennes 1 IIPC Santander - Espagne Oxford University Ecobio - Université de Rennes 1 IRAMAT
  • européen de la fin du Mésolithique. De même, l’analyse des charbons de bois sera réalisée en fonction de leurs contextes de découverte. Les charbons présents dans l’amas seront comparés à ceux de sa périphérie. Ils pourront aussi être présentés par lots en fonction des différentes
RAP01858.pdf (les sites mésolithiques en Bretagne. rapport de 1re année de projet collectif de recherche)
  • ». Ni les coûteuses interventions d'urgence, ni les fouilles programmées les mieux raisonnées n'y changeront plus rien. Dans un contexte économique et politique libéral qui balaie d'un revers l'économie de régions entières et les professions les plus solidement enracinées dans les
RAP01768.pdf (le mésolithique en Bretagne. rapport de projet collectif de recherches)
  • pour chaque matière, afin de préciser où se situent les choix techniques (prédilection pour certaines dimensions des supports, pour leur régularité, ou encore pour la productivité des blocs). Le rôle de la géographie sur le développement des cultures doit être abordé avec l'effet de
  • contextes topographiques, pour évaluer la nature de ce patrimoine diffus. Cette année, les hasards des travaux agricoles et des autorisations de fouille conduisent à ne fouiller que des sites du Mésolithique final ; il conviendra évidemment les autres années d'embrasser tout le spectre
  • des crédits, impose de remplir des ordres de mission pour tous les déplacements. Il est donc rappelé aux participants qui demandent des frais de déplacements qu'il faut fournir : le kilométrage effectué, un numéro de Sécurité social, un RIB, une copie de la carte grise du véhicule
  • culturelles définies par la culture matérielle (Groupe de Bertheaume, Téviecien). L'exploration approfondie de certains sites semble maintenant nécessaire, pour construire des ensembles archéologiques de référence et affiner le cadre chrono-culturel. Il est également impératif d'obtenir de
  • (orientation des objectifs des chaînes opératoires de débitage) et saisir l'homogénéité des contextes archéologiques (intrusions éventuelles, mélanges, structures archéologiques). La nature des outils abandonnés (armes de chasse, outils communs) et les séquences de débitage présentes
  • fouilles en contexte sableux secs. Il serait difficilement justifiable en opération programmée de ne pas opter pour un tamisage des terres. A Kerliézoc, la totalité du niveau sous le labour a été tamisée à l'eau. Des « colonnes totales » furent également réalisées, qui comprenaient
RAP00568.pdf ((56). quatre communes du Morbihan : carentoir)
  • , how and why the exploitation of the environment changed direction within the historic period, and the effects of such changes on social groupings and labour patterns. The complète fieldwork programme consists of systematic -fieldwalking of ail available ploughed fields within
  • , and the majority (577.) of the post-medi eval wares was ni neteenth-century . Smal 1 quanti ti es of brick and tile were recovered but only from the first three spits (total 23 fragments, 0. 787kg) . Context 1, however, had in addition to local quartz and quartzite large quantities (120kg
  • ) of introduced stone pink siltstone (K-01M) , Brioverian shale (B2-3) , sandstone (02) and many lumps of fine black siltstone (03-4), of a quality often used for roofing, material which occurs natural ]y about lkm, away (58kg, 317. of stone excavated ) . A layer of yel 1 owi sh-brown sandy
  • loam lay under the plough soil (2). It contai ned little stone by comparison with the plough soil (59kg, as against 188kg) and very little clearly introduced stone (including only 1kg o-f 03-4, 27. o-f stone excavated); there were large amounts o-f charcoal , usually flecks although
  • o-f the trench because o-f lack of space for the spoil, so the trench was reduced in size to 6 X 3m. The pottery from this layer (2), like the stone fragments, provides a complète contrast with that of the plough soil. 61 sherds were found, ail of which were Irôn Age, the most
  • at the base of context 2, eut into what looked like a buried soil (32). AI 1 had si mi 1 ar fills of yel 1 owi sh-brown sandy loam with charcoal flecks. On the north side of the trench part of a large pit was excavated (3: lm wide, 0.42m deep > . It had a lower fi II with sliqhtly more
  • , fill 20). None of thèse pits produced finds. The layer into which thèse pits had been eut was a yellowish clay with charcoal flecks and it overlay a degraded quartzitic Ordovician mudstone (31: 05a/05-6) . The surface of this layer sloped in the opposite direction to that of context
  • and smal 1 quantiti.es of post-medi eval pottery, but it is more difficLilt to explain the rather ni gh quanti ty and the concentration of médiéval pottery - thèse would be better expiai ned by référence to occupation context s or middens in that field. The difficulties of digging
  • for rubbish; they may have been dug to obtain clay or stone. The small quantities of 5" locally obtained mudstone in some pits could represent some residual trace of stone-wor ki ng , given that the spindle whorl was o-f the same material. At some later phase in the Iron Age the area
  • was used as a dump , such that a ridge or mound was -formed (context 2); the trench opened (T36) was too small to establish the character o-f this dump, but it indicates the continued existence of a nearby settlement. The sise of the dump, and the character and relatively small amount
  • the stone in the plough soil of T36 included plenty of introduced building stone, which must have been carried more than 1 km to this spot; this stone, then, may in tact dérive from the collapse of some nearby structure of médiéval date (cf. H132 below). It is just possible
  • that the black siltstone (03-4) was ploughed in to break down the clay, since it was présent in such unusual quanti, ti es, but this explanation cannot account for it al I since some fragments had nailholes. Notably, although there was mixed building stone on the surface of T37, 03-4
  • sett 1 ement . In 1986 the plough soil in T2B
  • , loosely compacted quart:-: pebble conglomerate and riverine gravel . The lower fill (17) had more stone (47.7kg) than the upper (16: 19.6kg): the différence may reflect two separate dumps of soil; the cleanness of the fillings, the comparât i vel y small number of finds and the lack
  • of charcoal would suggest a quick and deliberate backfill of this ditch. There was, however, a patch of charcoal (20) in the upper part of 16 at the west end of the ditch. No pottery was recovered from the upper fill but in context 17 were a near-compl ete terra-ni qra bowl with a foot
  • marks the north b oun d ar y of t h e field. None of the trenches produced structural évidence though the plough soil contai ned large blocks of stone which were cl early derived from a building. It is qui te possible that the buildings were located right. on the ridge, and therefore
  • and 19). Ditch 5 was eut into natural (21) , and a 4m length was excavated. In 1986 it was sugge?sted that this was the saune ditch as that (10) located in T28. The similarity of size, profile and filling would confirm this interprétation, as would the similarity of the stone fill
  • o O o o ,0 , o sherds 0 Fig.S 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100m OO OOO o interesting assemblage (10) of tile and building stone, which suggested that material démoli shed from a substantiel building had been dumped in the ditch. The tile included fragments of floor tile
  • as wel 1 as curving pièces which might have corne from the arch of a hearth or furnace; none of the pièces, however, was mortared. The stone included large blocks of shaped quartz i te, quartz, a little sandstone (Gres) and one block of burnt granité. The main purpose of cutting T46
  • by plough soi 1 1, context 25 itself being similar to plough soi 1 2. No further ditches or pits were located beyond ditch 24, but 5rn to the north a layer of dark loarn was found i nterposed between the clay subsoil and the lower plough soi 1 (2). This layer (4) extended for about 25m
RAP01557.pdf (PLOULEC'H (22). le Yaudet. rapport final de synthèse de fouille programmée 1996-1998)
  • de l'Université de Bretagne Occidentale à Brest, et Barry Cunliffe, de l'Institute of Archaeology de l'Université d'Oxford (GrandeBretagne). Nous avons reçu le soutien financier du Ministère de la Culture, du Conseil Général des Côtes-d'Armor, de la British Academy et de
  • 432) s'accumulèrent derrière cette structure. Epais de près de 0,50m, ces niveaux montrent des différences de texture et de couleur laissant penser qu'il s'agit de dépôts anthropiques, résultant peut-être de cultures en plates-bandes semblables à celles déjà reconnues dans la
RAP03817 (QUIBERON (56). Beg er Vil : un habitat de chasseurs-cueilleurs maritimes de l'Holocène. Rapport de FP 2019)
RAP02005.pdf ((29). le mésolithique en Bretagne. rapport de projet collectif de recherches)
  • typologiques. La base comporte désormais 1318 entrées, avec une centaine de sites mésohthiques avérés. -Campagne de sondages manuels et mécaniques sur cinq sites mésolithiques en Finistère, choisis dans des contextes topographiques contrastés et à partir du fichier de Pierre Gouletquer
  • attributions chronologiques. Après de nombreuses visites sur le terrain, une liste de sites permettant des fouilles a été établie, en tentant de faire varier les contextes topographiques. Cinq sites ont finalement pu être sondés. Kerliézoc (Plouvien) reposait sur une pente faible orientée
  • correspond davantage au faciès Beg-er-Vil ; sur le site éponyme, il est daté de 6020 +/-80 B.P (sur coquilles marines). Cette discordance doit nous rappeler que le charbon de Kerliézoc n'est pas associé à une composante particulière de la culture matérielle. Elle ne doit en particulier
RAP02205.pdf (CARHAIX-PLOUGUER (29). un quartier de la ville antique de vorgium. les fouilles de la réserve archéologique. rapport de fp 1 2006)
  • , choisis dans des contextes topographiques contrastés et à partir du fichier de Pierre Gouletquer. -Prospections dans le sud Finistère et découverte de soixante-deux nouveaux sites et indices. -Travaux sur l'économie de subsistance et sur les saisons d'occupation des amas coquilliers
  • a été classé suivant des critères typologiques, introduisant des attributions chronologiques. Après de nombreuses visites sur le terrain, une liste de sites permettant des fouilles a été établie, en tentant de faire varier les contextes topographiques. Cinq sites ont finalement pu
  • culture matérielle. Elle ne doit en particulier pas être assimilée aux bitroncatures symétriques que l'on retrouve jusqu'à la surface et donc audessus du charbon daté. Cet élément laisse cependant penser que le niveau sous le labour n'est pas entièrement remanié et qu'il conserve une
RAP03801 (Corpus des signes gravés néolithiques, Art rupestre néolithique en Armorique. Rapport PCR.)
  • des surfaces sont de surcroît l’occasion d’observations qui ne se limitent pas à la seule acquisition archéologique des tracés, mais relèvent les différents désordres dus aux colonisations biologiques, aux altérations chromatiques et minérales. On se propose ainsi d'effectuer un
  • montant qui avait été alloué en 2017 et 2018 dans le cadre de son appel à projet. Le ministère de la Culture/DRAC Bretagne a fort heureusement suivi et intégralement attribué l’enveloppe demandée. Le LARA a encore une fois investi dans du matériel d’acquisition et de traitement (2
  • 2019 (dalle de Gavrinis). La participation financière de notre laboratoire fut possible grâce à l’intervention de son directeur, J.N. Guyodo (Université de Nantes). Les crédits de fonctionnement octroyés par le ministère de la Culture, la région Bretagne et le département du
  • ................................................................................................................................................................613 Annexe 8. Parthenos...........................................................................................................................617 Annexe 9. Invitation à l’Institute for Culture and Society, Prehistoric Archaeology, Aarhus University, Højbjerg (Danemark
  • sur l’île de Gavrinis depuis 2012 (tombe à couloir) et l’île d’Yeu en 2015-2016 (rochers à cupules) sont pour cela très instructives. Les enregistrements menés sur ces objets sont par conséquent l’occasion d’observations qui ne se limitent pas à la seule acquisition archéologique
  • de mise à l'abri en musée de certaine stèles gravées à l'air libre, actuellement hors contexte. A ce titre, 2 dalles ont pu être transférées sur le musée de Carnac en 2019 (Kerpenhir et Roguedas)  ; il est symptomatique de constater que ces blocs sont issus des estrans où la
  • sur les affleurements rocheux, stèles et parois des monuments mégalithiques permettent un accès privilégié à la pensée des sociétés néolithiques de l'ouest de la France (vision du monde, hiérarchies sociales, poésie). Elles sont une exception en Europe, par leur nombre, leur
  • stèles et tombes enregistrées serviront de tremplin, nous l’espérons, à un ambitieux Conservatoire architectural pour le Néolithique de l’ouest (voir le rapport Cassen, Vaquero 2003c plaidant en ce sens). Face à une attente sociale évidente portée par ces vestiges néolithiques
  • restitution des surfaces archéologiques. Ils n’offrent par ailleurs que très peu d’indications sur les contextes architecturaux et rien quant aux états techniques de surface des supports, sans parler bien entendu des relations chronologiques internes. 19 Corpus des signes gravés – 2019
  • devrait aboutir à l’horizon 2022. Une meilleure connaissance de ce répertoire et des programmes iconographiques s’avère donc indispensable. On rappellera à ce propos que le ministère de la culture et de la communication avait demandé la réécriture du Bien et sa confirmation sur la
  • par le comité de pilotage et le conseil scientifique de la TGIR. Ce dernier acronyme désigne une très grande infrastructure de recherche (TGIR) visant à faciliter le tournant numérique de la recherche en sciences humaines et sociales. Au cœur des humanités numériques, elle est
  • intentions du programme 1.9. Répartition des tâches en 2019 et réalisation du rapport Répartition des tâches en 2019 : – Acquisitions sur sites (3D/ICEO/désordres) : S. Cassen, V. Grimaud, E. Collado, A. Vázquez Martínez – Calculs des modèles 3D : V. Grimaud, E. Collado
RAP00566.pdf ((56). quatre communes du Morbihan : carentoir)
  • Chapelle Gaceline, Caro, Reminiac, Augan and Campélieac in the Morbihan in eastern E
  • and were 14cm and 20cm (contexte 4 and 5 respecti vel y ) deeps eamples for pollen and soil analysis were taken from context 5» No finds were recovered from the features, but four sherds of pottery came from the surface of the ditch fillings, whose ■fabrics were différent from those
  • of this deposit in T5 and T6 made it clear that the platform earthwork was a lynchet, similar in character to the? lynchet sectioned in 1985 on the other si de of the valley. Around the crest of the lynchet a slight change in the colour and texture of the 1 owest colluvium (T5, context 4) may
  • not reveal were any f eat ures ., Trench 12 The trench was excavated by machine and -for most of its 28m length merely provided a record of the depth of plough soil» However in its extrême north end a section of stone walling was excavated- The wall, 30cm high, consisted of coursed
  • , was dug into an apparently natural subsoil (5). This was filled with blocks of schi ste (including slate) and congl omerate , most of which showed no sign of having been worked (11). A silty soil had accumulated in the interstices of thèse stones, and this produced 11 sherds of pottery
  • fabric) were also recovered, their number increasing with depth - which may suggest that they came from the underlyi ng levels» This layer also contai ned numerous rock fragments, including 18% roofing slate and 3.154 of the harder stones used Ic^cally for building (14% congl omerate
  • days were spent on site, with an average team of 6. The majority of features excavated were sections of ditches. An account. of al 1 thèse would be repetitious; instead the détails are tabulated after a discussion, by trench, of the other contexts. Al I the ditches had been dug
  • . soft shale (Bri overi an ) , were more prolific in the upper levels and are likely to dérive from plough scatter » aa Context 1 (plough soil) on sur -face 0-1 0cm 10--20cm 20-30cm No. 2 prehistoric 1 médiéval 1 post médiéval 2 prehistoric 7 médiéval 23 post médiéval 1
  • , context 4 might have been a sinuous drainage or boundary ditch. The filling of this ditch produced 17 sherds of Iron Age pottery, one a rim (see fig. 6, H80-8) , and 4 pièces of tile. Trench 17 This trench was the only one to produce évidence for superimposed ditches, ail three
  • . they included sever al large blocks of hard stone (quartz, quartzite, altered schi ste, greywacke) , smal 1er fragments of hard stone (including grès) but no black roofing slate and negligible amounts of soft shaïe. Trench 18 This trench produced few features, but in the southern part
  • was then allowed to silt up , a layer of clay with some charcoal accumulated (60), followed by perhaps a more deliberate backfilling with more clay (58) and a mass of burnt stone which had been thrown in from the south (59). Thèse were nearly ail hard blocks of conglomerate (387.), quartzite
  • (277.), greywacke (147.) and quartz (107.). The stone may have been used when the pit was used for firing, piled on to the south si de, and then pushed back. No finds were recovered from this feature. Half a mètre to the north a pit containing burnt clay fragments was excavated (18
  • ) and may have been associated with the pit 19. Trench 20 Five ditches were excavated in this trench (33, 34, 35/50, 37/51, 40), and the détails are tabulated below. Ditch 40 included some blocks of hard stone similar to those from T19 (59). In two cases the ditches appear to have been
  • reçut (35/50, 37/51). Trench 21 Four ditches were excavated (41, 42, 47, 49), détails of which are given below. The only other feature wais a modem tree hole (46) ". Trench 22 S by 4m was cleared of approx i matel y An irregular area Of plough soil and a deposit of hard stone
  • to the south. The stone seems to have been piled into a large irregular pit which had been cut into the natural subsoil (48). It muet represent. collapse from some structure in the vicinity, but the cadastral map shows no trace of any structure or track in the area in the early nineteenth
RAP03659 (Corpus des signés gravés néolithiques. Rapport de PCR 2018)
  • seule acquisition archéologique des tracés, mais relèvent les différents désordres dus aux colonisations biologiques, aux altérations chromatiques et minérales. On se propose ainsi d'effectuer un état des lieux qui résume, notamment par une cartographie, cet aspect altéré du support
  • de fonctionnement octroyés par le ministère de la Culture, la région Bretagne et le département du Morbihan ont été gérés par le responsable administratif de l’UFR Histoire, Histoire de l’art et archéologie, de l’université de Nantes (Eric Burgaud) ; les commandes et missions sur
  • ...........................................................................................................521 Annexe 8. Acquisitions XRF en 2018.............................................................................................523 Annexe 9. Nuit des musées 2018.....................................................................................................527 Annexe 10
  • à couloir) et l’île d’Yeu en 20152016 (rochers à cupules) sont pour cela très instructives. Les enregistrements menés sur ces objets sont par conséquent l’occasion d’observations qui ne se limitent pas à la seule acquisition archéologique des signes. Nous proposons d’effectuer un
  • gravées à l'air libre, actuellement hors contexte. Nous aimerions par ailleurs améliorer le rapport constant en archéologie, et notamment dans toute étude iconographique, entre représentation et interprétation. Une première exigence est en effet de trouver les moyens d'obtenir une
  • mégalithiques permettent un accès privilégié à la pensée des sociétés néolithiques de l'ouest de la France (vision du monde, hiérarchies sociales, poésie). Elles sont une exception en Europe, par leur nombre, leur ancienneté, leur qualité d’exécution et la diversité de leurs supports. Les
  • serviront de tremplin, nous l’espérons, à un ambitieux Conservatoire architectural pour le Néolithique de l’ouest (voir le rapport Cassen, Vaquero 2003c plaidant en ce sens). Face à une attente sociale évidente portée par ces vestiges néolithiques, gestionnaires, opérateurs et chercheurs
  • archéologiques. Ils n’offrent par ailleurs que très peu d’indications sur les contextes architecturaux et rien quant aux états techniques de surface des supports, sans parler bien entendu des relations chronologiques internes. 17 Corpus des signes gravés – 2018 Il n'est pas excessif
  • répertoire et des programmes iconographiques s’avère donc indispensable. On rappellera à ce propos que le ministère de la culture et de la communication avait demandé la réécriture du Bien et sa confirmation sur la liste indicative, ce qui fut acté à la fin 2016 grâce notamment au travail
  • grande infrastructure de recherche (TGIR) visant à faciliter le tournant numérique de la recherche en sciences humaines et sociales. Au coeur des humanités numériques, elle est bâtie sur une organisation originale consistant à mettre en œuvre un dispositif humain (concertation
  • bien les missions d’acquisition sur terrain et en musée ; − des consommables. 1.9. Répartition des tâches en 2018 et réalisation du rapport Répartition des tâches en 2018 – Acquisitions sur sites (3D/ICEO) : S. Cassen, V. Grimaud, E. Collado, C. Jardiné et B. SchulzPaulsson
  • . Le contexte L’objectif principal des missions 2017 et 2018 a donc été la reproduction partielle de la partie centrale de la dalle C1 : les cavités (Fig. 1). Figure 1 – Photo de l’intérieur de la chambre funéraire du cairn de Gavrinis avec sur la gauche, la dalle C1 où sont bien
RAP02211.pdf (ÎLE-MOLÈNE (29). beg ar loued. un habitat en pierres sèches de la fin du néolithique / âge du bronze ancien. rapport de fp 1)
  • presse Journal Télévisé Ouvrage grand public BIBLIOGRAPHIE : 156 156 156 158 REMERCIEMENTS Nous tenons à remercier pour leur aide et leur soutien : - Le Ministère de la Culture et de la Communication et le Conseil Général du Finistère qui nous ont accordé les subventions
  • pendant 4 semaines ( A . Tresset) et d'un IE CNRS pendant 10 jours (K. Debue) Financement (en euros) : Subventions Conseil Général du Finistère : 10 000,00 Subventions Ministère de la Culture et de la Communication : 9 000,00 Crédits exceptionnels du CNRS alloués aux opération post
  • du Néolithique qui ont motivé notre première demande de sondage. D è s la seconde campagne, l'opération a pris une autre tournure avec la découverte de structures en pierres sèches laissant augurer la présence d'un bâtiment. Depuis lors, en plus de nous renseigner sur la culture
  • , typique d'un accident siret. Le contexte de découverte de ces pierres est trop peu connu pour leur conférer une attribution chronologique incontestable. En considérant qu'elles se trouvaient bien en place lors de leur découverte, i l faudrait faire une étude précise de la coupe afin de
  • , associées à un contexte stratigraphique clair qui permet de situer leur production autour de la première moitié de la dernière glaciation (115.000 à 60.000 BP environ), période finale du Paléolithique moyen. Nous possédons certes encore trop peu de données pour définir finement le
RAP03523 (Corpus des signes gravés néolithiques. Rapport de PCR 2017)
  • seule acquisition archéologique des tracés, mais relèvent les différents désordres dus aux colonisations biologiques, aux altérations chromatiques et minérales. On se propose ainsi d'effectuer un état des lieux qui résume, notamment par une cartographie, cet aspect altéré du support
  • de son appel à projet. Afin de préserver le poste d’ingénieur d’étude, ce sont par conséquent plusieurs missions sur le terrain qui ont été annulées par rapport à notre programmation initiale. Le volume des acquisitions s’en trouve donc diminué et le rapport 2018 logiquement s’en
  • possible grâce à l’intervention de son directeur, J.N. Guyodo (Université de Nantes). Les crédits de fonctionnement octroyés par le ministère de la Culture, la région Bretagne et le département du Morbihan ont été gérés par le responsable administratif de l’UFR Histoire, Histoire de
  • sur l’île de Gavrinis depuis 2012 (tombe à couloir) et l’île d’Yeu en 2015-2016 (rochers à cupules) sont pour cela très instructives. Les enregistrements menés sur ces objets sont par conséquent l’occasion d’observations qui ne se limitent pas à la seule acquisition archéologique
  • de mise à l'abri en musée de certaine stèles gravées à l'air libre, actuellement hors contexte. Nous aimerions par ailleurs améliorer le rapport constant en archéologie, et notamment dans toute étude iconographique, entre représentation et interprétation. Une première exigence est
  • monuments mégalithiques permettent un accès privilégié à la pensée des sociétés néolithiques de l'ouest de la France (vision du monde, hiérarchies sociales, poésie). Elles sont une exception en Europe, par leur nombre, leur ancienneté, leur qualité d’exécution et la diversité de leurs
  • domaine des représentations, les stèles et tombes enregistrées serviront de tremplin, nous l’espérons, à un ambitieux Conservatoire architectural pour le Néolithique de l’ouest (voir le rapport Cassen, Vaquero 2003c plaidant en ce sens). Face à une attente sociale évidente portée par
  • depuis 30 ans, mais surtout en qualité de restitution des surfaces archéologiques. Ils n’offrent par ailleurs que très peu d’indications sur les contextes architecturaux et rien quant aux états techniques de surface des supports, sans parler bien entendu des relations chronologiques
  • de ce projet qui devrait aboutir à l’horizon 2022. Une meilleure connaissance de ce répertoire et des programmes iconographiques s’avère donc indispensable. On rappellera à ce propos que le ministère de la culture et de la communication avait demandé la réécriture du Bien et sa
  • ) visant à faciliter le tournant numérique de la recherche en sciences humaines et sociales. Au cœur des humanités numériques, elle est bâtie sur une organisation originale consistant à mettre en œuvre un dispositif humain (concertation collective) et technologique (services numériques
  • stèles préexistant de plusieurs siècles (milieu du V e millénaire). C’est ici qu’intervient une approche indispensable à notre discipline : l’archéologie expérimentale. Son 27 Corpus des signes gravés – 2017 but est de restituer, à partir des connaissances des contextes
RAP02794.pdf (LARMOR-BADEN (56). Gavrinis : à la recherche des représentations d'une tombe à couloir du IVe millénaire. rapport d'opération)
  • Ministère de la Culture et de la Communication – Conseil général du Morbihan CNRS, ENSA, Université de Nantes 2012 G AVRINIS (Larmor-Baden, Morbihan) A la recherche des représentations d’une tombe à couloir du IVe millénaire (2). Rapport d’opération de relevés pariétaux et
  • complémentaire 3- Conclusions sur R11 6.3- Description de L11 (Dos) 1- Historique 2- Méthodes de levé 3- Synthèses graphiques des acquisitions sur le terrain Synthèses 1 à 8 Assemblage de clichés 4- Synthèses graphiques des acquisitions en laboratoire Synthèses 1 5- Conclusions 6.4
  • Culture (CG56), a également suivi avec attention le développement de l’entreprise ; nous avons été sensibles à ses encouragements. Les subventions octroyées par le département du Morbihan et le ministère de la Culture ont été gérées par le responsable administratif de l’UFR Histoire
  • constituer un nouveau corpus des représentations symboliques comprises dans le contexte architectural d’un des plus fameux monuments morbihannais. On propose un nouvel enregistrement des données topographiques et archéologiques du tumulus et de la tombe à couloir inscrite à l’intérieur
  • , Cassen 2000). 1.2- Objectifs On envisage de construire un nouveau corpus raisonné des représentations symboliques comprises dans le contexte architectural du monument de Gavrinis et dans son environnement propre. Il nous faut résolument tendre à l’amélioration du rapport constant en
  • consistera à proposer une interprétation historique du monument, des vestiges de la culture matérielle recueillie au fil des explorations, enfin des gravures qui en font un objet unique en Europe, n'est pas intégrée au programme ; elle sera un prolongement logique de l'opération, mais
  • , d’une part, l’enregistrement du site et des architectures (avec le dispositif Trimble GS200), de tester d’autre part une acquisition de gravures sur un orthostate (avec un appareil Mensi SOASIC). Ce travail n’a pas encore été publié, et fera prochainement (2013) le point sur
  • d’opération - Levés d’architecture et d’art pariétal réduits en taille et d’en extraire des images fixes à basse résolution. De nouvelles expériences verront le jour à l’occasion d’un programme d’étude sur le site de la tombe mégalithique Table des Marchands (ACR Ministère de la Culture
  • /Noninvasive_recording_technologies_for_the_study_and_conservation_of_prehistoric_rock_art_t he_dolmen_of_Dombate Un diaporama complet du programme en cours vient d’être projeté à l’occasion de l’International Congress on Science and Technology for the Conservation of Cultural Heritage conduit au sein de l’université de Santiago de Compostela (02/10 - 05/10/2012) en co
  • -organisation avec le CSIC (équivalent du CNRS en Espagne) et la Escuela Superior de Conservación y Restauración de Bienes Culturales de Galice. http://www.usc.es/ciqus/es/eventos/international-congress-science-and-technologyconservation-cultural-heritage • Toujours en Galice, une des tombes
  • (Mañana Borrazás et al. 2009). Une application de la 3D à la statuaire (sur granite) datée de l’âge du Fer galicien par la même équipe (CSIC, Incipit) permet de présenter et diffuser en 2011, sous un format intéressant (PDF 3D), le contexte technique des opérations en rapport avec
RAP02475.pdf (SAINT-PIERRE-QUIBERON (56). prospection inventaire et recherches documentaires de la commune de)
  • FRANÇAISE MINISTERE DE LA CULTURE ET DE LA COMMUNICATION PREFECTURE DE LA REGION BRETAGNE DIRECTION RÉGIONALE DES AFFAIRES CULTURELLES. SERVICE RÉGIONAL DE L'ARCHÉOLOGIE 6, rue du Chapitre 35044 RENNES CEDEX TEL :Standard 02.99.84.59.00 Télécopie 02.99.84.59.19 N° 1998/013 LE PREFET DE
  • SAINT-PIERRE QUIBERON (Morbihan) Christophe LE PENNEC, 1998-2008 SOMMAIRE PAGE A. Introduction 1 1) . Contexte et nature de la recherche 2) . Historique des recherches archéologiques menées depuis le 19e siècle 1 2 B. Inventaire des sites archéologiques 7 1) . Tableau
  • Trésor monétaire espagnol Kerhostin 56 234 012 MOD 53 Vestiges d'habitat Kergroix (lotissement social) 56 234 013 FER 55 Villa gallo romaine Keriaker à Kerhostin 56 234 014 GAR 59 Monnaie des Pictons Pointe de Beg-en-Aud 56 234 015 FER 63 Tombe gauloise isolée
  • commune de SAINT-PIERRE QUIBERON (Morbihan) Christophe LE PENNEC, 1998-2008 1 A). INTRODUCTION 1). Contexte et nature de la recherche Le présent dossier est consacré à la prospection-inventaire réalisée sur la commune de Saint-Pierre Quiberon, durant les années 1998 et 1999
  • ou manoir) du duc de Bretagne, Alain V. 169 6. Félix GAILLARD, Inventaire avec cartes des monuments mégalithiques du Morbihan, dans le périmètre des acquisitions de l'Etat, dans les cantons de Quiberon, Belz et Locmariaquer, Revue des Sciences Naturelles de L 'Ouest, Paul
  • Kerbourgnec AM 456, 457, 458 56 234 012 56 234 012 MOD Trésor monétaire espagnol Kerhostin AH ? 56 234 013 56 234 013 FER Vestiges d'habitat Kergroix (lotissement social) AZ 332, 335-338 56 234 014 56 234 014 GAR Villa gallo romaine Keriaker à Kerhostin AH 1 56 234
  • St Pierre Quiberon, 4 gravures des fouilles (plus une en double), 1 plan détaillé du site (2 exemplaires), et une planche de mobilier. [AD56, Fonds privés, 7 J 55] Monuments Historiques, acquisitions des tenains. [AD56, série T, liasse n°930] Prospection-inventaire de la commune