Rechercher sur le site

  • Chercher les documents contenant un mot OU un autre : tapez simplement les mots à la suite => bracelet bronze
  • Chercher les documents contenant un mot ET un autre : utilisez le mot-clef AND => bracelet AND bronze
  • Chercher les documents contenant une expression exacte : taper l'expression entre guillemets => "bracelet en bronze"

Limiter votre recherche

Auteur
Type d'opération
Commune
Département
Date (Année)

2117 résultats Exporter les résultats

Trier par Titre : ascendant / descendant
RAP03040.pdf (OUESSANT (29). habitat et mobilier du village du premier âge du fer de Mez-Notariou. rapport intermédiaire de fp 2012-2014)
  • . LES RELATIONS PUBLIQUES 3.5. LE TRAVAIL RÉALISÉ 4.5.1. Activité de chantier 4.5.2. Publication CHAPITRE 2 : LES FONDATIONS Us. 372 1. CONDITIONS ET STRATÉGIE DE FOUILLE 2 1.1. ÉTAT DES CONNAISSANCES EN DÉBUT DE FOUILLE DE L’Us. 372 1.2. PROPOSITIONS DE RESTITUTION DE PLANS ET
  • D’ÉVOLUTION DE L’US. 372 À L’ISSUE DE LA CAMPAGNE 2013 1.2.1. Des bâtiments initiaux sur tranchées 1.2.2. Des bâtiments sur trous de poteaux profonds 1.2.2.1. Des impacts de grands poteaux anciens 1.2.2.2. Des grands trous hors de l’impact initial 1.2.2.3. Un réseau particulier, Us. 395
  • 1.2.3. Un édifice sur petites tranchées : Us. 396 1.2.4. D’autres bâtiments à fondations plus légères 1.2.5. Conclusion 1.3. STRATÉGIE DE FOUILLE 2. LES VESTIGES DE L’Us. 372 2.1. LES LIMITES DE L’Us. 372 2.2. BANQUETTES ET TRAVÉES 2.2.1. État général 2.2.2. Les banquettes 2.2.2.1
  • . La banquette septentrionale 2.2.2.2. La banquette méridionale 2.2.3. Les travées 2.2.3.1. La travée septentrionale 2.2.3.2. La travée centrale 2.2.3.3. La travée méridionale 2.3.4. Conclusion 2.3. LES SÉDIMENTS DE REMPLISSAGE 2.3.1. Les sédiments Us. 373 2.3.2. Le mobilier mis au
  • jour 2.4. LES PETITES TRANCHÉES : Us. 396 2.4.1. La tranchée Us. 379 2. 4.2. La tranchée Us. 377 2.4.3. La tranchée Us. 376 2.4.4. La tranchée Us. 387 2.4.5. Les éléments de remplissage des tranchées 2.4.6. Le mobilier 2.4.7. Chronologie et datation 3 2.4.8. Fonction
  • - interprétation 2.5. LES CALAGES ET TROUS DE POTEAUX 2.5.1. Les trous de poteaux 2.5.2. Localisation et distribution des trous dans l’Us. 372 2.5.3. Les grands trous de poteaux de la zone nord-ouest : Us. 394 2.5.4. Le mobilier 2.6. DES VESTIGES TARDIFS 3. PROPOSITIONS DE RESTITUTION DE PLANS
  • ET ÉVOLUTION DE L’Us. 372 3.1. DES BÂTIMENTS INITIAUX SUR TRANCHÉES 3.2. DES BÂTIMENTS SUR TROUS DE POTEAUX PROFONDS 3.2.1. Des impacts de grands poteaux 3.2.2. Des grands trous hors de l’impact initial 3.2.3. Un réseau particulier : Us. 395 3.3. D’AUTRES BÂTIMENTS À FONDATIONS
  • PLUS LÉGÈRES 3.4. UNE STRUCTURE SUR PETITES TRANCHÉES, Us. 396 3.5. ET ENSUITE ? 4. CONCLUSION CHAPITRE 3 : LES FOUILLES DE LA STRUCTURE Us. 382 1. INTRODUCTION : LA MISE AU JOUR DE LA STRUCTURE Us. 382 2. LES VESTIGES DE L’US. 382 2.1. LE TRONÇON OCCIDENTAL 2.1.1. Les vestiges de
  • clayonnage Us. 391 2.1.2. Les vestiges de poteaux Us. 390 2.2. LE TRONÇON SEPTENTRIONAL 3.3. L’ESPACE INTÉRIEUR ET LES TROUS DE POTEAUX 2.3.1. Les structures 3.3.2. Quelques remarques 3. CONCLUSION 3.1. LE MOBILIER 3.2. UNE HISTOIRE COMPLEXE 3.3. LA DATATION 3.4. NATURE ET FONCTION 4
  • 3.4.1. Plusieurs questions se rapportent à la structure Us. 382 3.4.2. Des remarques s’imposent 3.4.3. Interprétations et Hypothèses CHAPITRE 4 : LES PUBLICATIONS 1. ARCHÉOLOGIE D’UNE ÎLE À LA POINTE DE L’EUROPE : Tome 3 1.1. UNE NOUVELLE APPROCHE 1.2. LE PLAN PROPOSÉ 1.3
  • modification profonde du village 1.1.7. Les fondations Us. 396 1.1.8. Le cas de la structure Us. 382 1.2. UN MOBILIER ARCHÉOLOGIQUE ABONDANT 1.2.1. Généralités 1.2.2. Observations typo-chronologiques 1.3. L’HISTOIRE DE MEZ-NOTARIOU À PARTIR DE LA FIN DE L’ÂGE DU BRONZE FINAL 1.3.1. Bronze
  • archéologique descend donc en pente douce vers le sud - sud-ouest. L'assiette du site correspond à un banc arénitique (Us.17) d'une centaine de mètres de large du nord au sud, étendu entre le pied d'une croupe de roches granitiques et le rebord d’un talweg creusé dans des micaschistes. Ceci
  • explique la formation du replat par érosion différentielle. Dans la zone fouillée, et semble-t-il, sur une aire plus vaste d'après les observations faites le long des tranchées de prospection (1988), l'arène granitique issue de la décomposition des granites en place (Us.17) est
  • recouverte par deux couches limoneuses de formation complexe et stériles en ce qui concerne la période de l'âge du Fer (Us.07 et Us.16). Les analyses micro-morphologiques et sédimentologiques révèlent une forte proportion de limons issus de dépôts lœssiques postglaciaires dans ces couches
  • néolithique apparaît au cœur de l’épaisse couche de limon recouvrant la zone centrale du site (Us. 16, secteur 1) : au fond de cette couche, des plaquettes de granite, à cassures fraîches, évoquent un arrachement de la pierre dans une zone proche du site ; l’existence d’une carrière est
  • envisagée au nord de celui-ci. L’interface entre la couche Us. 16 et la couche supérieure de limons (Us. 07), accumulée dès l’âge du Bronze moyen, livre de nombreux éclats de silex et des galets de faible diamètre (3 à 5 cm). Des noyaux d’argile extrêmement pure se nichent au sommet de
  • détruits). La couche la plus spectaculaire (Us. 244-264) livre des ossements sélectionnés (épaules droites à l’ouest, épaules gauches à l’est) et un poignard en bronze déposé au cœur de ces éléments. Un autre niveau révèle une association répétée d’un crâne d’agneau à une arête centrale
  • continental entre le Bronze ancien et le début du Bronze final. 2.1.1.3. Un site du Bronze final ? Les vestiges du Bronze final III apparaissent sous deux formes principales : - Une base de tumulus (Us. 68) livre quelques vestiges osseux du défunt et aussi d’animaux (bovidés) ainsi que
  • deux colliers de perles (un en verre et l’autre en bronze, de verre et d’os. La base d’un autre tumulus, peut-être contemporain (Us. 76), est mise au jour. - Un lot de haches à douilles et de gouges miniatures est découvert. Les objets sont dispersés parmi de vastes couches de
  • schéma orthogonal fondé sur des îlots de trois bâtiments. Certes, une évolution des modes de fondation se produit (sablières enterrées, puis 12, puis 9 poteaux plantés). Un modèle social incluant une autorité forte est envisagé (individuelle ou collective). Celle-ci est réputée
RAP03160.pdf (OUESSANT (29). Mez-Notariou : habitat et mobilier du village du premier âge du Fer. Rapport intermédiaire de FP)
  • À PROPOS DE L’Us. 372 1.2. STRATÉGIE DE FOUILLE 2. LES VESTIGES 2.1. L’Us. 410 ET SES AMÉNAGEMENTS 2.1.1. L’Us. 410 2.1.2. Les plaques de sol S. 6012 et S.6013 2.1.3. Le rang de pierres S. 6051 2.1.4. La structure charbonneuse S. 6008 2.2. LE BÂTIMENT Us. 394 2.2.1. Le problème
  • sédiments Us. 00 2.1.2. La couche Us. 292 2.1.3. La couche Us. 294 2.1.4. Les structures profondes 2.2. FIN DE FOUILLE DE LA PLATE-FORME Us. 125 2.2.1. Les pierres de l’Us. 125 2.2.2. L’Us. 294 2.2.3. La fosse Us. 412 2.3. INTERPRÉTATION 2.3.1. Les vestiges les plus anciens détectables
  • 2.3.2. La fosse Us. 412 2.3.3. Un vaste réaménagement du site 5 CHAPITRE 4 : LES VESTIGES DU SECTEUR 12 1. LOCALISATION ET SONDAGE 1.1. LOCALISATION 1.2. NATURE DU SONDAGE 2. LES VESTIGES 2.1. LES VESTIGES 2.1.1. Organisation stratigraphique 2.1.2. L’Us. 421 2.1.3. Le fossé F.1
  • un autre talweg moins marqué, orienté nord-sud, affluent du précédent. Le sol du gisement archéologique descend donc en pente douce vers le sud - sud-ouest. L'assiette du site correspond à un banc arénitique (Us.17) d'une centaine de mètres de large du nord au sud, étendu entre le
  • prospection (1988), l'arène granitique issue de la décomposition des granites en place (Us.17) est recouverte par deux couches limoneuses de formation complexe et stériles en ce qui concerne la période de l'âge du Fer (Us.07 et Us.16). Les analyses micro-morphologiques et sédimentologiques
  • établissement néolithique 11 Un établissement d’époque néolithique apparaît au cœur de l’épaisse couche de limon recouvrant la zone centrale du site (Us. 16, secteur 1). Malheureusement, l'implantation des villages de l'âge du Bronze et du Premier âge du Fer a détruit la majeure partie
  • deux tumulus (Us. 68 et Us. 76). - Un lot de haches à douilles et de gouges miniatures dispersé parmi de vastes couches de terres antiques bouleversées. La datation de ces tombes et de ces artefacts, à la toute fin du Bronze final III, les rapproche de la fondation du village du
  • orthogonal fondé sur des îlots de trois bâtiments. Certes, une évolution des modes de fondation se produit (sablières enterrées, puis 12, puis 9 poteaux plantés). Un modèle social incluant une autorité forte est envisagé (individuelle ou collective). Celle-ci est réputée favorable à
  • l’apparence d’égalité qui semble présider à l’organisation topographique du village et à sa vie sociale. - À une date sans doute assez proche de 600 avant J.-C., l’organisation du village se modifie, certainement assez rapidement, en tout cas de manière radicale. Le mode de fondation des
  • modèle social du Bronze final III était toujours présent. Cela pose le problème général de la nature du Premier âge du Fer dans nos régions. 2.1.2.2. Un espace à activités rituelles À l’ouest du site (secteur 5), au-dessus des dépôts du Bronze moyen-final I, une très vaste lentille de
  • à 80% des membres supérieurs droits chez les mammifères et les oiseaux). Cela donne de la consistance à l'hypothèse d’un sanctuaire ou, au minimum, d’une zone d’abattage suivi de banquets rituels. Des vestiges d’empierrement, la base en pierres d’un petit édifice (Us. 279), et un
  • réseau de poteaux de palissade (Us. 291), suggèrent l’existence d’un vaste espace réservé à ces activités rituelles, ceci à l’ouest de la zone d’habitat groupé (Le Bihan, 2005, DFS). Si les éléments du Bronze final III évoqués précédemment se raccrochent bien aux débuts de l’histoire
  • d’accumulations d’offrandes autour de structures primaires d’un sanctuaire gaulois est envisagée. Au cœur du village du Premier âge du Fer, quelques trous de poteaux datables de La Tène finale, furent découverts en 1988 (Us. 06) tandis qu’un lot de céramiques de même époque était mis au jour
  • doute importante. L’hypothèse de la base d’un fanum est posée à la suite de la fouille de la plate-forme de pierres Us. 125 à l’est du secteur 5. Il a été suggéré que des travaux liés à ces aménagements à caractères rituels ont pu s’étendre jusqu’à la zone fouillée depuis 2011
  • , en réalité, de l’Antiquité et constituer des restes d’aménagement du sol du sanctuaire gallo-romain (en particulier audessus des fondations des bâtiments Us. 03). Tout ceci renforcerait d’autant la fonction du site à cette époque (Le Bihan et al. dans Le Bihan, Guillaumet, 2010
  • . LE PROJET TRIENNAL ET LA SITUATION AU DÉBUT 2015 2.2.1. Le programme de fouille Fig. 9 ; cl. 1 Le programme triennal couvrant les années 2014 et 2016 prévoit l’achèvement de la fouille des zones de construction du Premier page du Fer Us. 03 et Us. 372. Cela a été réalisé au cours
  • structure de pierres interprétée comme l’éventuel soubassement d’un fanum antique (Us. 125). À l’ouest du secteur 1, des vestiges antiques mal identifiés (mobilier céramique, verre, bronze) recouvrent les structures d’habitat du village du Premier âge du Fer (l’Us. 372 et l’Us. 03
  • initial incluant les bâtiments à fondations profondes et le village doté de constructions à fondations beaucoup plus légères était perçue de manière trop simpliste que ce soit par sa date ou pour ses causes et conséquences sociales ou économiques. Aujourd’hui, une plus grande
  • particulier des couches de recouvrement des fondations par des lits de sédiments gallo-romains (Us. 365), et localement gaulois (Us. 369). Il s’agit également des fondations de l’ensemble Us. 394, mis au jour depuis 2011, incluant des grands trous de poteaux comblés par une terre argileuse
  • du secteur 1 découverte en 2015 est une couche de sédiments clairs de nature sableuse. Au sud-ouest de la fouille, ils se glissent sous des terres remaniées (Us. 00/368) et recouvrent toute la partie septentrionale du sondage. Le mobilier est peu abondant et inclut surtout des
RAP01562.pdf (OUESSANT (29). mez notariou. rapport final de synthèse de fouille programmée 1996-1997)
  • PROFONDES Us.24 3 . 2 . 1 . La structure Us.24 3.2.2. La structure Us.49 3.3. RECHERCHES SUR LES STRUCTURES A F O N D A T I O N S LEGERES 3 . 3 . 1 . Les bâtiments isolés 3.3.2. Les trous de poteaux mêlés aux bâtiments à fondations profondes. 4. C O N C L U S I O N S S U R L A R E C H E
  • d'exemples. 1.1. L A STRUCTURE Us.03 1.2. L A STRUCTURE Us.05 1.3. 1.4. 1.5. 1.6. 1.7. L A STRUCTURE L A STRUCTURE L A STRUCTURE L A STRUCTURE L A STRUCTURE Us.06 Us.08 Us.09 Us.10 Us.ll 1.7.1. Fouille et description 1.7.1.1. La forme générale 1.7.1.2. Le remplissage 1.7.1.3
  • . L'empreinte dans le sol naturel 1.7.2. Essai d'interprétation 1.8. L A STRUCTURE Us.12 1.9. L A STRUCTURE Us. 15 1.10. L A S T R U C T U R E Us.20 1.11. L A STRUCTURE Us.21 1.12. L ' E N S E M B L E D E STRUCTURES Us.22 - Us.25 - Us.30 1.12.1. 1.12.2. 1.12.3. 1.12.4. 1.13. 1.14. 1.15. 1.16
  • . 1.17. 1.18. 1.19. 1.20. 1.21. 1.22. Vue d'ensemble La partie nord et 1'Us.25 La partie sud et les Us.22 et U s . 3 0 La liaison Us.25, Us.22 L A S T R U C T U R E Us.23 L A S T R U C T U R E Us.26 L A S T R U C T U R E Us.27 L A S T R U C T U R E Us.28 L A STRUCTURE Us.47 L A S T
  • R U C T U R E Us.48 L A STRUCTURE U s . 5 0 L A S T R U C T U R E Us.51 L A STRUCTURE Us.52 L A S T R U C T U R E Us.56 1.22.1. 1.22.2. 1.22.3. 1.22.4. 1.22.5. Généralités Les fondations de phase I ; Us.56a Les constructions de phase I I à gros poteaux ; Us56b Us.56c Une
  • extension vers l'ouest ? Les bâtiments de phase I I I 1.23. L A STRUCTURE Us.57 1.23.1. Les bâtiments de phase I I à gros poteaux : Us.57b Us.57c 1.23.2. Les bâtiments de type I I I 1.24. L A STRUCTURE Us.58 1.24.1. Allure générale 1.24.2. La première phase de construction : Us.58a
  • 1.24.3. Les bâtiments de type I I 1.24.3.1. Les alignements de poteaux 1.24.3.2. La tranchée périphérique 1.24.3.3. La chronologie relative 1.24.4. La phase terminale I I I et les vestiges de sol 1.25. L A S T R U C T U R E Us.99 1.26. L A S T R U C T U R E Us. 100 1.27. L A S T R U
  • C T U R E Us.114 2. L E S S T R U C T U R E S A TROUS D E P O T E A U X SIMPLES 2 . 1 . L A S T R U C T U R E Us.29 2.2. L A S T R U C T U R E Us.30 2.3. L A S T R U C T U R E Us.31 2.4. L A S T R U C T U R E Us.32 2.5. L A S T R U C T U R E Us.33 2.6. L A S T R U C T U R E Us
  • .34 2.7. L A S T R U C T U R E Us.35 2.8. L A S T R U C T U R E Us.37 2.9. L A S T R U C T U R E Us.38 2.10. L A S T R U C T U R E Us.39 2.11. L A S T R U C T U R E Us.40 2.12. L A S T R U C T U R E Us.41 2.13. L A S T R U C T U R E Us.42 2.14. L A S T R U C T U R E Us.43: 2.15. L
  • A Z O N E NORD-EST D E L'Us.47 2.16. Z O N E DES US.48 ET 49 2.17. L E SECTEUR DES US.50 ET 56 2.18. L A Z O N E DES US.51 ET 52 2.19. L ' E N S E M B L E US.53, US.54 ET US.55 2.20. LES STRUCTURES INCLUSES D A N S LES Us.56, 57 ET 58 2.21. L A S T R U C T U R E Us. 101 2.22. L A S
  • T R U C T U R E Us. 102 2.23. L A S T R U C T U R E Us.108 2.24. L A S T R U C T U R E Us. 109 2.25. L ' E S P A C E COMPRIS ENTRE LES US.99, 100 ET 114 2.26. LES TROUS D E P O T E A U X D U SECTEUR V I 2 . 2 6 . 1 . Les calages affleurant au sommet de l'Us.07 2.26.1.1
  • . Description 2.26.1.2. Organisation spatiale 2.26.1.3. Datation - interprétation 2.26.2. Les trous de poteaux profonds 2.26.2.1. Description 2.26.2.2. Organisation spatiale 2.26.2.3. Datation - interprétation 2.26.3. Les pierres étendues à l'interface Us.07 - Us. 16 2.26.3.1. Les vestiges
  • E N T S D A L L E S 1.1. LES RUES D E L A Z O N E C E N T R A L E 1.2. L E SOL EMPIERRE Us. 106 1.2.1. La structure 1.2.2. Le mobilier - Datation 1.2.3. Interprétation 1.3. LES SOLS Us. 105, U s l 0 4 1.3.1. Introduction 1.3.2. L'Us.105 1.3.3. L'Us.104 1.3.3.1. Description
  • . 1 . L E B O U R R E L E T D E PIERRES Us.78 3 . 1 . 1 . Description 3.1.2. Chronologie relative et datation 3.1.2. Interprétation 3.2. US.80 ET Us.143 3.2.1. 3.2.2. 3.2.3. 3.2.4. 3.2.5. Localisation Description de l'Us.80 Description de l'Us.143 Les plots résiduels Le mobilier
  • A T I O N D U V I L L A G E 3. L'ORGANISATION G E N E R A L E DU V I L L A G E 3.1.2.Espace orthonormé 3.1.3 Les limites 3.2. L ' O R G A N I S A T I O N S O C I A L E 3 . 2 . 1 . Organisation spatiale et fonctionnement social du village 3.2.2. Un plan fonctionnel ? 3.2.3
  • . Evaluation de la population 3.3. L ' E V O L U T I O N 3 . 3 . 1 . Les éléments stables 3.3.2. Les mutations 3.3.2.1. La construction et l'organisation de l'espace. 3.3.2.2. Evolution de la population 3.3.2.3. Une évolution du système social ? 4. L A V I E E C O N O M I Q U E S O C I A L
  • E D U FER O U BRONZE F I N A L ? 2 . 1 . Présentation 2.2. Le bourrelet de pierres Us.78 2 . 2 . 1 . La structure 2.2.2. Le mobilier 2.2.3. Interprétation 2.3. La structure S. 143 2 . 3 . 1 . La structure 2.3.2. Interprétation 2.4. Les éléments disparates 2 . 4 . 1 . Les
  • éventuels prolongements de structures de pierres 2.4.2. Les plots (S.3299) ou lambeaux de sols argileux (S.2699) 2.5. En conclusion 3. LES DERNIERS A M E N A G E M E N T S D U B R O N Z E M O Y E N : H O R I Z O N A 3 . 1 . La couche Us. 138 3 . 1 . 1 . Présentation 3.1.2. Le mobilier
  • 3.1.3. Interprétation 3.2. La couche Us. 139 3 . 2 . 1 . Présentation 3.2.2. Le mobilier archéologique 3.2.3. Datation - interprétation 3.3 Les sols d'argile rubéfiée : US. 140 ET US.144 3 . 3 . 1 . Présentation 3.3.2. Datation - interprétation 3.4. Les structures de pierres
  • verticales de la zone centrale (S.3349, S.3311, S.3367) 3 . 4 . 1 . S.3349 3.4.2. S.3311 3.4.3. S.3367 3.4.4. Interprétation - conclusion 3.5. Les structures de pierres de l ' U s . 149 3.6. La couche Us.111-136 3.7. Conclusion 4. L E B R O N Z E M O Y E N : L ' H O R I Z O N B : ENTRE L
RAP03278_2.pdf (RENNES (35). Métro ligne B, station place Sainte-Anne : de la ville antique à l'Hôpital Sainte-Anne. Rapport de fouille)
  •  : située à l’ouest de la précédente Elle fut choisie et traitée sur toute sa puissance stratigraphique, du fait de la présence d’une maçonnerie partiellement en élévation au nord (us 2118), interprétée comme le probable mur de clôture du cimetière jouxtant la ruelle Sainte Anne. La
  • fait de cette ouverture dans le terrain permettant la restitution de la profondeur des tombes (minute 12, coupe nord-sud perpendiculaire au mur US 2118, et minute 14, coupe est-ouest, en avant de la zone C). Ainsi, un triangle grossièrement isocèle de 2,2 m de côté par 0,8 m à la
  • topographique. La chronologie relative des tombes a été déterminée à partir des recoupements des structures archéologiques identifiées. Leur position stratigraphique est calée en fonction des couches archéologiques (US) supérieures et inférieures. L’étude des modes de décomposition a été
  • A © A. Desfonds, Inrap 0 Ech : 1/25e 1 2m 300 Inrap · RFO de fouille De la ville antique à l’Hôpital sainte-Anne, Métro ligne B, Station place sainte-Anne, Rennes (Ille-et-Vilaine) us 2157 Sép 2 Sép 4 Sép 5 Sép 9 Sép 6 Sép 3 Sép 1 remblais Âge au décès des sujets Diagnose
  • stratigraphique des sépultures de la zone B Fig. 14 : Le mur us 2118 vue du sud © Inrap Fig. 15 : Le mur us 2118 vue zénithale © Inrap 305 III. Etude anthropologique Le Mur US 2118 Les trente sujets correspondent à vingt-huit sépultures (une sépulture triple) et sont contenues dans un
  • espace délimité au nord par le mur US 2118, au sud et à l’est par une perturbation moderne (canalisation) et à l’ouest par un espace vide, décapé en profondeur avant notre intervention sur le terrain. Les tombes sont superposées le long de la maçonnerie US 2118. L’analyse des
RAP03301.pdf (MOREAC, BIGNAN (56). Déviation de la RD 767 Locminé, tranche opérationnelle 1. Rapport de diagnostic)
  • INVENTAIRES TECHNIQUES 1 Inventaires des tranchées (TR) 88 2 Inventaire des faits (F) 91 3 Inventaire des Unités stratigraphiques (US) 92 4 Inventaire du mobilier archéologique 94 5 Inventaire des photographies (listing) 95 6 Inventaire des documents graphiques 98 5 RFO de
  • @morbihan.fr Entreprise de terrassement Ets Beaussire Christophe, NICOLAS Jérôme, Pelleur Siège social de CATZ BP 411 50500 Catz Maîtrise d’ouvrage et financeur de l’opération Conseil départemental du Morbihan LECOURTOIS Vincent chef du Service Etudes Routières Grands Travaux (SERGT
  • réaliser qu’une seule numérotation globale (de 1 à n) pour chaque type d’enregistrement (tranchées, faits, US, mobilier), le traitement de ces trois emprises ne correspondant qu’à un seul numéro d’arrêté de prescription et donc à une seule opération archéologique. En conséquence, une
  • catégorie de l’objet, du lot ou du vrac - un numéro d’ordre (de 1 à n par catégorie). (Exemple : N°US -CER- N° d’ordre de 1 à n pour le mobilier céramique). Cas particulier des prélèvements : Les matériaux propices à des analyses complémentaires spécialisées (sédimentologie
  • l’occasion du diagnostic (DAO P. Fernandez). 12 9 N TR12 125 TR7 128 1 27 126 TR14 TR5 TR8 TR6 TR2 TR9 129 TR10 TR13 TR4 TR3 TR11 128 127 126 125 124 TR1 0 50 m Tranchée 12 0 TV US 21 50 cm US 20 TV : terre végétale US 21 : limon-argileux, beige, présence d’un
  • petit cailloutis US 20 : altérite (schiste décomposé) Tranchée 13 0 TV TV : terre végétale US 21 US 21 : limon-argileux, beige, présence d’un petit cailloutis US 20 US 20 : altérite (schiste décomposé) Figure 18 : Porh Legal, relevés et photographies des logs
  • géomorphologiques Parcelle Est (TR 12 à 14) et parcelle centrale (TR 1 à 5) – DAO : P. FERNANDEZ - © SDAM 50 cm 49 RFO de DIAGNOSTIC 2016/LOCMINE, Déviation, Tranche 1 Tranchée 14 0 TV TV : terre végétale US 21 US 21 : limon-argileux, beige, présence d’un petit cailloutis US 20 US 20
  • : altérite (schiste décomposé) 50 cm Tranchée 1 0 TV 50 cm US 20 TV : terre végétale US 20 : altérite (schiste décomposé) Tranchée 2 0 TV US 20 TV : terre végétale US 20 : altérite (schiste décomposé) 50 cm Tranchée 3 0 TV 50 cm US 20 TV : terre végétale US 20 : altérite
  • (schiste décomposé) Tranchée 4 0 TV US 20 TV : terre végétale US 20 : altérite (schiste décomposé) 50 cm Tranchée 5 0 TV 50 cm US 20 TV : terre végétale US 20 : altérite (schiste décomposé) 50 RESULTATS Figure 19 : Porh Legal, relevés et photographies des logs
  • géomorphologiques (TR 6 à 11) Parcelle Ouest – DAO : P. FERNANDEZ - © SDAM Tranchée 6 0 TV 50 cm US 20 TV : terre végétale US 20 : altérite (schiste décomposé) Tranchée 7 0 TV 50 cm US 20 TV : terre végétale US 20 : altérite (schiste décomposé) Tranchée 8 0 TV 50 cm US 20 TV
  • : terre végétale US 20 : altérite (schiste décomposé) Tranchée 9 0 TV US 20 TV : terre végétale US 20 : altérite (schiste décomposé) 50 cm Tranchée 10 0 TV 50 cm TV : terre végétale US 21 US 21 : limon-argileux, beige, présence d’un petit cailloutis US 20 US 20 : altérite
  • (schiste décomposé) Tranchée 11 0 TV 50 cm US 20 TV : terre végétale US 20 : altérite (schiste décomposé) 51 RFO de DIAGNOSTIC 2016/LOCMINE, Déviation, Tranche 1 EST 127,50 TV Tranchée 9 Tranchée 10 128,00 Tranchée 11 128,50 TV TV TV TV Tranchée 13 Tranchée 14
  • Tranchée 2 TV US 21 TV TV US 20 US 21 US 20 US 20 TV Tranchée 3 Tranchée 4 Tranchée 5 Tranchée 6 Tranchée 8 129,00 Tranchée 7 129,50 Tranchée 1 130,00 Tranchée 12 OUEST 130,50 m NGF TV US 20 US 21 US 20 US 20 US 20 TV US 20 US 20 US 20 TV US 20 TV US 20 TV
  • US 21 127,00 US 20 126,50 US 20 126,00 Figure 20 : Porh Legal - Synthèse des logs stratigraphiques repositionnés selon leur altitude NGF, de l’ouest à l’est de l’emprise (DAO P. Fernandez). La couverture sédimentaire est très faible, puisque la terre végétale repose la
  • 107 0 Tranchée 15 0 TV 50 cm TV : terre végétale US 22 US 22 : sablo-argileux, grise, présence de graviers US 23 US 23 : altérite (micaschiste décomposé) 112 108 106 110 105 10 3 102 TR17 104 113 TR16 Figure 29 : Kerjulien, relevés et photographies des logs
  • géomorphologiques au Sud de la RD1 (TR 15 à 18) – DAO : P. FERNANDEZ - © SDAM Tranchée 16 0 TV 50 cm US 23 TV : terre végétale US 23 : altérite (micaschiste décomposé) Tranchée 17 0 TV US 23 TV : terre végétale US 23 : altérite (micaschiste décomposé) 50 cm 57 RFO de DIAGNOSTIC
  • 2016/LOCMINE, Déviation, Tranche 1 Tranchée 18 0 TV US 23 TV : terre végétale US 23 : altérite (micaschiste décomposé) 50 cm Tranchée 19 0 TV TV : terre végétale Figure 30 : Kerjulien, relevés et photographies des logs géomorphologiques au Nord de la RD 1 (TR 19 à 31
  • ) – DAO : P. FERNANDEZ - © SDAM 50 cm US 24 US 24 : argilo-sablo-limoneux, faciès supérieur gris et faciès inférieur orange US 23 US 23 : altérite (micaschiste décomposé) Tranchée 20 0 TV US 25 TV : terre végétale US 25 : argilo-sableux, faciès supérieur gris et faciès
  • inférieur orange 50 cm Tranchée 21 0 TV US 25 TV : terre végétale US 25 : argilo-sableux, faciès supérieur gris et faciès inférieur orange 50 cm Tranchée 22 0 TV TV : terre végétale 50 cm US 25 US 25 : argilo-sableux, faciès supérieur gris et faciès inférieur orange Tranchée
  • 23 0 TV US 25 TV : terre végétale US 25 : argilo-sableux, faciès supérieur gris et faciès inférieur orange 50 cm 58 RESULTATS Tranchée 24 0 TV US 25 TV : terre végétale US 25 : argilo-sableux, faciès supérieur gris et faciès inférieur orange 50 cm Tranchée 25 0 TV US
RAP02119.pdf (OUESSANT (29). mez notariou. rapport final de synthèse de fp3 2003-2005)
  • R A T E G I E S D E F O U I L L E 6.1. L A Z O N E N O R D D U SECTEUR 5 6.2. L A Z O N E SUD D U SECTEUR 5 6.3 L E SECTEUR 2 ET L A V O I E A N C I E N N E Us.63 C H A P I T R E 2 L E DÉPÔT - S A N C T U A I R E DU B R O N Z E M O Y E N : Us. 238 1. L ' O R G A N I S A T I O N
  • G E N E R A L E 1.1. TOPOGRAPHIE G E N E R A L E 1.2. LES L I M I T E S D U D É P Ô T Us.238 1.3. L A STRUCTURE D U D É P Ô T Us.238 2.1. PROFIL G E N E R A L 2.2. LES FOSSES : S4076, S.4081, S.4082 3. L E L I M O N Us.236 3.1. N A T U R E E T STRUCTURE 3.2. M O B I L I E R 3.3
  • . D A T A T I O N - I N T E R P R E T A T I O N 4. L E S T E R R E S Us.245 4.1. N A T U R E E T STRUCTURE 4.2. M O B I L I E R 4.3. D A T A T I O N - I N T E R P R E T A T I O N 5. S O L BRÛLE Us.250.275 - F O Y E R S. 4074 5.1. N A T U R E E T STRUCTURE 5.2. M O B I L I E R 5.3
  • . D A T A T I O N - I N T E R P R E T A T I O N 6. L E S O L Us.272 6.1. N A T U R E E T STRUCTURE 6.2. M O B I L I E R 6.3. D A T A T I O N - I N T E R P R E T A T I O N 7. L A C O U C H E D E T E R R E G R I S E Us.255 7.1. N A T U R E E T STRUCTURE 7.2. M O B I L I E R 7.3 D A T
  • A T I O N - I N T E R P R E T A T I O N 8. L E DÉPÔT D E C O Q U I L L A G E S Us.239 8.1. N A T U R E E T STRUCTURE 8.2. L E M O B I L I E R 8.3. D A T A T I O N - I N T E R P R E T A T I O N 9. L E S T E R R E S G R I S E S F I N E S Us.271 9.1. N A T U R E E T STRUCTURE 9.2. M O
  • B I L I E R 9.3. D A T A T I O N - I N T E R P R E T A T I O N 10. L E S S T R U C T U R E S S.3930, S.3921 E T S.4068 10.1 LES OURSINS DES STRUCTURES S.3930 E T S.3921. 10.2. L A P L A Q U E D ' A R G I L E S.4068 11. L E S S E D I M E N T S O R G A N I Q U E S Us.267/270 11.1
  • . L E SOL Us.270 11.2. L E D É P Ô T Us.267 12. L E S DÉPÔTS L I M O N E U X Us.234/242 12.1. N A T U R E E T STRUCTURE 12.2. L E M O B I L I E R 12.3. I N T E R P R E T A T I O N 13. L A C O U C H E D E T E R R E O X Y D E E Us.251 13.1. N A T U R E E T STRUCTURE 13.2. M O B I L I
  • E R 13.3. D A T A T I O N - I N T E R P R E T A T I O N 14. L A C O U C H E D E T E R R E S O M B R E Us.252 E T OSSEMENTS Us.266 14.1 . N A T U R E E T C O M P O S I T I O N 14.2. L E M O B I L I E R 14.3. I N T E R P R E T A T I O N - D A T A T I O N 15. L ' H O R I Z O N D E S
  • E D I M E N T S Us.244/Us.264 15.1. L A C O U C H E D E TERRE OSSEMENTS ET POTERIES Us.244 15.2. L A C O U C H E D E SEDIMENTS Us.264 15.3. C O N C L U S I O N 16. L A C O U C H E D E C O Q U I L L A G E S Us.263 16. N A T U R E D E L A COUCHE 16.2. L E M O B I L I E R 16.3. D
  • A T A T I O N - I N T E R P R E T A T I O N 17. L A P L A Q U E D E T E R R E Us.262 17.1. N A T U R E D E L A COUCHE 17.2. L E M O B I L I E R 17.3. D A T A T I O N - I N T E R P R E T A T I O N 18. L E L I T D E C O Q U I L L A G E Us.247 18.1. N A T U R E E T STRUCTURE 18.2. L E
  • M O B I L I E R 18.3. D A T A T I O N - I N T E R P R E T A T I O N 19.1. 19.2. 19.3. 19.4. L A C O U C H E Us.249 L A C O U C H E D E PATELLES Us.226 L A C O U C H E D E TERRE Us.235 LES SECTEURS M E R I D I O N A U X PERTURBES Us.l46e-146.7 et 148 20. L E S S T R U C T U R
  • E S D E P I E R R E A S S O C I E E S A U X DÉPÔTS Us.238 20.1 LES PIERRES Us.258 ET US.257 20.2. LES D A L L E S S.3910 20.3. LES EMPREINTES D E PIERRES Us.227 20.4 C O N C L U S I O N 21. C O N C L U S I O N : R E F L E X I O N S A PROPOS D E L'Us.238 21.1. D A T A T I O N ET D
  • U R E E 21.2. O R G A N I S A T I O N 21.3. F O N C T I O N : U N E F O N C T I O N RELIGIEUSE A V E R E E A U C Œ U R D ' U N SANCTUAIRE CHAPITRE 3 L E S GRANDES F O S S E S D E L A Z O N E NORD DU S E C T E U R 5 1. L E S V E S T I G E S D E L A F O S S E US. 222 1.1. 1.2
  • . 1.3. 1.4. 1.5 LE PROBLEME LES DEPRESSIONS Us.222 (fig.25 à 29) L E R E M P L I S S A G E PROFOND Us.218 L E P L A N C H E R D E l'US.222 CONCLUSION 2. L E S V E S T I G E S D E L A F O S S E US.229 2.1. L A FOSSE Us.229 ET L ' E T A T DES CONNAISSANCES ( fig.25à 29) 2.2. L A F O
  • U I L L E ET L E REMPLISSAGE PROFOND 2.3. D A T A T I O N ET I N T E R P R E T A T I O N 3. C O N C L U S I O N S OU P E R S P E C T I V E S ? C H A P I T R E 4 : L E S V E S T I G E S D E L A Z O N E SUD DU S E C T E U R 5 1. L E S O L N A T U R E L E T L E S LIMONS Us.118 1.1
  • . N A T U R E D U SOL 2.2. E T A T A C T U E L D U SOL N A T U R E L 1.4. LES TROUS D E P O T E A U X 2. L E S SEDIMENTS Us.273 2.1. L A STRUCTURE 2.2. L E M O B I L I E R 2.3. I N T E R P R E T A T I O N - D A T I O N 3. L ' H O R I Z O N D E P I E R R E S Us.280 E T L A S T R
  • U C T U R E Us.279 3.1. L ' H O R I Z O N D E PIERRE Us.280 3.2. L A STRUCTURE Us.279 3.3. C O N C L U S I O N 4. L E S T E R R E S ANTIQUES Us.135 4.1. L A STRUCTURE 4.2. D A T A T I O N - I N T E R P R E T A T I O N 5. L E S SEDIMENTS Us.233 5.1. L A STRUCTURE 5.2. L E M O B
  • I L I E R 5.3. I N T E R P R E T A T I O N 6. L E S C O U C H E S S U P E R F I C I E L L E S 6.1. L ' U s . l l 5 6.2. L ' U s . l l 6 6.3. L'Us.OO 7. CONCLUSIONS C H A P I T R E 4. L E S V E S T I G E S D E V O I E Us.63, S E C T E U R 2 1. I N T R O D U C T I O N 2. L E S
  • gisement archéologique descend donc en pente douce vers le sud - sud-ouest. L'assiette du site correspond à un banc arénitique (Us. 17) d'une centaine de mètres de large du nord au sud étendu au pied d'une croupe de roches granitiques mais au-dessus d'un talweg creusé dans des
  • micaschistes. Ceci explique la formation du replat par érosion différentielle. Dans la zone fouillée, et semble-t-il sur une aire plus vaste d'après les observations faites le long des tranchées de prospection (1988), l'arène granitique issue de la décomposition des granités en place (Us
RAP02781.pdf (OUESSANT (29). mez notariou : fondations de bâtiments du premier âge du fer. rapport intermédiaire de fouille programmée)
  • . STRATÉGIE : LES FONDATIONS Us. 03 DE FOUILLE ÉTAT DES CONNAISSANCES ET ÉVOLUTION DE LA STRATÉGIE MISE EN PLACE D'UNE STRATÉGIE 2. LES VESTIGES DE L'Us. 03 2.1. LES LIMITES DE L'Us.03 2.2. LES BANQUETTES 2.3. LES TERRES DE REMPLISSAGE 2.3.1. Les sédiments Us. 375 2.3.2. Les
  • TRANCHÉES SUR TROUS DE POTEAUX PROFONDS 3.2.1. Ensemble A 3.2.2. Ensemble B 3.2.3. Ensemble C 3.3.4. Ensemble D 3.3. D'AUTRES BÂTIMENTS À FONDATIONS PLUS LÉGÈRES 4. CONCLUSION CHAPITRE 3 1. CONDITIONS ET 1.1. 1.2. STRATÉGIE : LES FONDATIONS Us. 372 DE FOUILLE ÉTAT DES
  • CONNAISSANCES STRATÉGIE DE FOUILLE 4 2. LES VESTIGES DE L'Us. 372 2.1. LES LIMITES DE L'Us.372 2.2. LES BANQUETTES 2.1. La 2.2. La 2.3. LES banquette septentrionale banquette méridionale SÉDIMENTS DE REMPLISSAGE 2.3.1. Les sédiments Us. 373 2.3.2. Les plaques de sédiments sableux au
  • FOUILLES DU SECTEUR SUD-OUEST ET LES FONDATIONS DU BÂTIMENT Us. 381 1. LES TROUS DE POTEAUX 1.1. LES SÉDIMENTS Us. 378 1.1.1. Les sédiments 1.1.2. Le mobilier 1.1.3. Interprétation 1.2. LES TROUS DE POTEAUX 2. LE BÂTIMENT 2.1. Us. 381 DÉCOUVERTE 2.1. LA TRANCHEE Us. 381 2.1.1
  • . Le tracé 2.1.2. Le remplissage 2.2. LES 2.3. PIQUETS QUEL BÂTIMENT ? 2.3.1 Les vestiges 2.3.2. La datation 2.3.3. Quelle fonction ? CHAPITRE 5 : LES FONDATIONS DU VILLAGE DU PREMIER 1. LES FOUILLES DU SECTEUR NORD-EST 1.1. L'ÉTAT 1.2. LES DES LIEUX SÉDIMENTS Us. 07
  • spatiale du village de première période 1.1.6. La date et la nature de la modification 1.1.7. Le cas de la construction Us. 381 1.2. UN MOBILIER profonde du village ARCHÉOLOGIQUE ABONDANT 1.2.1. Généralités 1.2.2. Observations typo-chronologiques 1.3. L'HISTOIRE DE MEZ-NOTARIOU
  • talweg moins marqué, orienté nord-sud, affluent du précédent. Le sol du gisement archéologique descend donc en pente douce vers le sud - sud-ouest. ouest de la colline L'assiette du site large du nord au correspond à un banc arénitique (Us. 17) d'une centaine de mètres de sud
  • des tranchées de prospection (1988), l'arène granitique issue de la décomposition des granités en place (Us. 17) est recouverte par deux couches limoneuses de complexe et stériles en ce qui concerne la période de l'âge du Fer (Us.07 et Us. 16). Les analyses micro-morphologiques et
  • cœur de l'épaisse couche de limon (Us. 16, secteur 1) : au fond de cette couche, des plaquettes de granité, à cassures fraîches, évoquent un arrachement de la pierre dans une zone proche du site ; l'existence d'une carrière est envisagée au nord de celui-ci. L'interface entre la
  • couche Us. 16 et la couche supérieure de limons (Us. 07), accumulée dès l'âge du Bronze moyen, livre de nombreux éclats de silex et des galets de faible diamètre (3 à 5 cm). D'autre part, des milliers d'éclats ou de petits outils de silex ainsi que des haches en pierre polie
  • parmi lesquels se glissent des poteries et des restes de terres cuites (fours ou foyers détruits). La couche la plus spectaculaire (Us. 244-264) livre des ossements sélectionnés (épaules droites à l'ouest, épaules gauches à l'est) et un poignard en bronze déposé au cœur de ces
  • verre vestiges du Bronze final III apparaissent ? (Us. 68) livre quelques vestiges osseux du défunt et aussi deux colliers de perles (un en verre et l'autre en bronze, de La base d'un autre tumulus, peut-être contemporain (Us. 76), est mise au jour. (bovidés) ainsi et d'os. que
  • schéma orthogonal fondé sur des îlots de trois bâtiments. Certes, une évolution des modes de fondation se produit (sablières enterrées puis 12 puis 9 poteaux plantés). Un modèle social incluant une autorité forte est envisagé (individuelle ou collective). Celle-ci est réputée
  • favorable à l'apparence d'égalité qui semble présider à l'organisation topographique du village et à sa vie sociale. - sa un très À date doute proche de 600 avant J.-C., l'organisation du village se modifie, certainement assez rapidement, en tout cas de manière radicale. Le mode
  • rituels du secteur 5 (Us. 146) se rattachent bien à la période tardive du village, ce qui semble être le cas. - estimations de Il est difficile de croire que de Mez-Notariou. Il semble, au contraire, tels changements se rattachent à la seule histoire de nécessaire de les inclure
  • pas déjà annonciateurs d'un Second âge du Fer, en succédant à une période pendant laquelle, le modèle social du Bronze final III était toujours présent. Cela pose le problème général de la nature du Premier âge du Fer dans nos régions. 2.1.2.2. Un espace à activités rituelles
  • , d'une zone d'abattage suivi de banquets rituels. Des vestiges d'empierrement, la en pierres d'un petit édifice (Us. 279) et un réseau de poteaux de palissade, ont permis de suggérer l'existence d'un vaste espace réservé à ces activités rituelles, ceci à l'ouest de la zone d'habitat
  • cœur du village du Premier âge du Fer, quelques trous de poteaux datable de La Tène finale, furent découverts en 1988 (Us. 06) tandis qu'un lot de céramiques de même époque était mis au jour au sud de l'Us. 11. Toutefois, l'hypothèse d'un habitat gaulois sur le site, si modeste fut
  • faut admettre l'existence d'un site assez complexe, hélas totalement érodé pour lequel la composante religieuse est sans doute importante. L'hypothèse de la base d'un fanum est posée à la suite de la fouille de la plate-forme de pierres Us. 125 à l'est du secteur 5. Il a été suggéré
  • plates et les dalles interprétées comme des empierrements de rues du Premier âge du Fer pourraient dater, en réalité, de l'Antiquité et constituer des restes d'aménagement du sol du sanctuaire gallo-romain (en particulier au-dessus des fondations des bâtiments Us. 03). Tout ceci
RAP02009.pdf (OUESSANT (29). vestiges antiques et de l'âge du bronze à mez-notaroiu. rapport intermédiaire 2004 de fp 3 (2003-2005))
  • FOUILLE 3.1. LES MOYENS MATÉRIELS 3.2. LES MOYENS HUMAINS ET SCIENTIFIQUES 3.3 LA DUREE DU CHANTIER 3.4. LES RELATIONS PUBLIQUES 4. ETAT DES CONNAISSANCES ET STRATEGIES DE FOUILLE 4.1. LA ZONE NORD DU SECTEUR 5 4.2. LA ZONE SUD DU SECTEUR 5 4.3 LE SECTEUR 2 ET LA VOIE ANCIENNE Us.63 CH
  • .2 LE DÉPÔT - SANCTUAIRE DU BRONZE MOYEN : Us. 238 1. L'ORGANISATION GENERALE 1.1. TOPOGRAPHIE GENERALE 1.2. LES LIMITES DU DÉPÔT Us.238 1.3. LA STRUCTURE DU DÉPÔT Us.238 2. LE LIMON Us.236 3.1. NATURE ET STRUCTURE 2.2. MOBILIER 2.3. DATATION - INTERPRETATION 3. LES TERRES Us.245
  • 3.1. NATURE ET STRUCTURE 3.2. MOBILIER 3.3. DATATION - INTERPRETATION 4. LE SOL Us.272 4.1. NATURE ET STRUCTURE 4.2. MOBILIER 3 4.3. DATATION - INTERPRETATION 5. LES TERRES Us.271 5.1. NATURE ET STRUCTURE 5.2. MOBILIER 5.3. DATATION - INTERPRETATION 6. LE DÉPÔT DE COQUILLAGES Us
  • .239 6.1. NATURE ET STRUCTURE 6.2. LE MOBILIER 6.3. DATATION - INTERPRETATION 7. LE SOL Us.270 7.1. NATURE ET STRUCTURE 7.2. MOBILIER 7.3. DATATION - INTERPRETATION 8. LE DÉPÔT Us.267 8.1. NATURE ET STRUCTURE 8.2. MOBILIER 8.3. DATATION - INTERPRETATION 9. LES COUCHES DE TERRE Us
  • .250 / Us.251 9.1. NATURE ET STRUCTURE 9.2. MOBILIER 9.3. DATATION - INTERPRETATION 10. LES STRUCTURES DE PIERRES ET LES DÉPÔTS Ls.242 / Us.234 10.1. LES DÉPÔTS 10.2 LES STRUCTURES DE PIERRES 11. CONCLUSION : REFLEXIONS A PROPOS DE L'Us.238 11.1. DATATION ET DUREE 11.2. ORGANISATION
  • 11.3. FONCTION : UNE FONCTION RELIGIEUSE AVEREE AU CŒUR D'UN SANCTUAIRE CH.3. LES VESTIGES DE LA ZONE SUD : VESTIGES ANTIQUES ET HABITAT DU BRONZE MOYEN 1. LES COUCHES SUPERFICIELLES 4 1.1. L'Us.116 1.2. L'Us.115 1.3. CONCLUSION 2. LA COUCHE ROMAINE Us.233 2.1. LA STRUCTURE 2.2
  • . LE MOBILIER 2.3. INTERPRETATION 3. LA COUCHE Us.273 3.1. LA STRUCTURE 3.2. LE MOBILIER 3.3. INTERPRETATION 4. LES ETUDES DE MOBILIER DU SECTEUR V 4.1. LE PROBLEME 4.2. LE PROJET MIS EN OEUVRE 5. CONCLUSION 5.1. LA VOCATION RELIGIEUSE DU SITE 5.2. PROBLEME DE LA DATATION ET LA FIN
  • DU SITE 5.3. LE RÔLE DE LA RELIGION DANS L'HISTOIRE ANCIENNE D'OUESSANT CH.4. LES VESTIGES DE VOIE Us.63, SECTEUR 2 1. INTRODUCTION 2. LES OBSERVATIONS 2.1 UNE CHAUSSEE SABLEE 2.2. UNE CHAUSSEE EMPIERRE 2.3. UNE EXCAVATION LIEE A LA CIRCULATION 3. CONCLUSION 3.1. DEUX NOUVELLES
  • ouest et, à l'ouest, par un autre talweg moins marqué, orienté nord-sud, affluent du précédent. Le sol du gisement archéologique descend donc en pente douce vers le sud - sud-ouest. 7 L'assiette du site correspond à un banc arénitique (Us. 17) d'une centaine de mètres de large du
  • long des tranchées de prospection (1988), l'arène granitique issue de la décomposition des granités en place (Us. 17) est recouverte par deux couches de formation complexe mais stériles en ce qui concerne la période de l'Age du Fer (Us.07 et Us. 16). Les analyses micro
  • établissement d'époque néolithique apparaît au cœur d'une épaisse couche de limon recouvrant la zone centrale du site (Us. 16, secteur 1) : au fond de cette couche, des plaquettes de granité à cassures fraîches évoquent des arrachements massifs de pierres dans une zone proche du site
  • ; l'existence d'une carrière est envisagée au nord de celui-ci. Une datation par radiocarbone livre une date de 3600 B.P. à un niveau proche de celui de ces étendues de pierres. L'interface entre la couche Us. 16 et la couche supérieure (Us.07), accumulée dès l'âge du Bronze moyen, livre de
  • d'épaule droite dans plusieurs strates du dépôt, soit par la répartition symétrique de ces épaules dans une même couche : épaules droites d'un côté et épaules gauches de l'autre. Dans ce cas précis (Us.244 et 264) la présence d'un poignard en bronze entre les deux espaces, prend encore
  • plus de relief. Deux éléments de bracelet en bronze, un rasoir type Rosnoën et un fragment de tôle d'or sont également mis au jour dans le dépôt. 2.1.3. Un site du Bronze final III Les vestiges du Bronze final III apparaissent sous deux formes : - Une base de tumulus (Us.68) livrant
  • quelques vestiges osseux du défunt et aussi d'animaux (bovidés) ainsi qu'un ou deux colliers de perles de bronze, de verre et d'os. La base d'un autre tumulus, peut-être contemporain (Us.76) est mise au jour. - Un lot de haches à douilles et de gouges miniatures est découvert. Les
  • âge du Fer contenant de très abondants ossements et coquillages auxquels se mêlent des céramiques fines de qualité (Us. 166). L'état de conservation de ce mobilier est excellent. Le caractère sélectif des ossements est assuré (70 à 80% des membres supérieurs droits chez les
  • est représentée par un abondant lot de céramiques de belle qualité mais très fragmentées. Le mobilier à caractère rituel du premier âge du Fer évoqué précédemment, ces vestiges sont découverts au-dessus la lentille du premier âge du Fer Us. 166 et parmi les vestiges de la vaste
  • dépression gallo-romaine tardive Us. 157. Des monnaies et du mobilier métallique accompagnent cet ensemble. L'hypothèse de transferts tardifs de dépôts et d'accumulations de ces mobiliers à partir de structures primaires assez voisines est envisagée. Il pourrait s'agir de vestiges issus
  • Tène finale au cœur du village du premier âge du Fer. Enfin, notons que c'est à cette époque que le porc apparaît de manière significative dans le cheptel de Mez-Notariou. 2.1.6. Les vestiges d'époque gallo-romaine Le creusement de la vaste dépression Us. 157, dans laquelle un
  • liées à un sanctuaire. 10 La date de creusement de la dépression Us. 157 pose problème dans la mesure où des éléments très tardifs sont découverts en profondeur. Aux côtés de vestiges tels qu'un demi torque d'or du Bronze Moyen se trouve une monnaie du Ve siècle ayant pu circuler
RAP02183.pdf (QUIMPER (29). Kerbabic. les vestiges médiévaux. dfs de fouille préventive)
  • , quels que furent leur statut social et leur état de dépendance par rapport à l'évêque. Une petite agglomération a pu exister, qui n'a laissé aucune trace visible ; tandis que les archives demeurent pauvres ou insuffisamment exploitées. 1.2.3. LES DONNEES DU DIAGNOSTIC Dans la partie
  • grandes fosses identifiées (Us.02, 03, 04, 05, 06, 07, 08) et une autre, aux contours plus mal définis (Us.09), sont assimilées à des silos. Elles sont creusées dans un espace cerné par des fossés. Des trous de poteaux et des vestiges de construction (avec pierres et ardoises) occupent
  • structures en creux mises en réserves furent abandonnées (fosses Us.04, 05 et 07). 1.3.2. ETUDE DES VESTIGES ARCHEOLOGIQUES 1.3.2.1. Les types de vestiges Plusieurs types principaux de vestiges furent mis au jour : - des fossés : T.2/T.3, T.4, T.26, T.29, T.30, T.32 ; il s'agit, pour la
  • plupart, d'éléments de parcellaires médiévaux, modernes ou d'époque contemporaine (T.25, T.27 et T.28). - des grandes fosses bien individualisées (Us.36) ou imbriquées (Us.09, avec notamment les Us.01, 02, Us.31 à 35 et Us.37). - une dizaine de structures circulaires de dimensions
  • proches de celles de trous de poteaux ou petites fosses médiévales tardives ou récentes. Elle s'ajoute à la trentaine de structures de ce type découvertes lors du diagnostic. - Des structures en creux, ayant l'allure de tronçons de fossés (Us.27, 28). - Des nappes de gravats incluant
  • des matériaux de construction (Us. 14 et Us.20). - Un ruban sableux étiré nord-sud et interprété comme un fond de chaussée (Us.26/T.31) 1.3.2.2. Le travail réalisé L'ensemble des fosses et structures ponctuelles en creux fut fouillé manuellement. Tous les fossés et structures
  • longues (Us.26) firent l'objet de sondages manuels jusqu'au fond de la structure. Quelques sondages furent également effectués à la pelle mécaniques dans les fossés. LES VESTIGES 2.1. LES GRANDES FOSSES Us. 01 : Appartient à : Us. 09. Dimensions : 0 2,00 m ; prof. 0,20 m
  • . Description : fosse circulaire peu profonde à fond plat, comblée de terre noire contenant des traces de charbon de bois. Elle est antérieure à la fosse Us. 02. Mobilier : quelques tessons de poterie onctueuse. Us. 02 : Appartient à : Us. 09. Dimensions : 0 5,70x2,20 m ; prof. 0,25 m
  • . 203), puis à nouveau terre grise petites pierres et arène (S. 205) et enfin une terre grise (S. 205). Mobilier : quelques tessons de poterie onctueuse. Us. 03 : Dimensions : 0 4,80x2,80 m ; prof. 0,50 m. Description : fosse ovale fouillée lors du diagnostic de 1999. Cette structure
  • (terre brune sableuse). Un lit de pierres de petites dimensions fut découvert au sommet de la partie sud de l'Us.03. Quelques tessons de poteries et fragments de terre cuite et d'ardoises se mêlaient à ces pierres. Us.01 Us. 02 Us. 37 Us.32 Us.33 Us. 30 Us. 34 Us. 35 Us. 31
  • Ensemble de fosses Us. 09, vue vers l'est au niveau supérieur Us. 01 Us. 02 Us.37 Us. 31 Ensemble de fosses Us. 09, vue vers l'est en cours de fouille Us. 01 Us. 02 Us. 37 Us.32 Us.33 Us. 30 Us. 34 Us.35 Us.31 Ensemble de fosses Us. 09, vue vers l'est en fin de fouille Us
  • .37 F Us. 02 Us.02 Us.01 jaSUBeiiaiilH Ensemble Us.09,fosses Us.01,Us.02et Us.37, vue vers l'ouest au niveau supérieur Ensemble Us.09,fosses Us.01,Us.02 et Us.37, vue vers l'ouest en cours de fouille Fosse Us.03, vue vers l'ouest au niveau supérieur Fosse Us. 03, vue
  • verticale au niveau supérieur Fosse Us. 03, vue vers le sud est en fin de fouille Ensemble Us. 09,fosse Us. 30, vue vers l'ouest au niveau supérieur Ensemble Us. 09, fosse Us. 35, vue vers le sud de la coupe stratigraphique transversale Ensemble Us.09,fosses Us.34et Us.35, vue vers
  • l'est de la coupe stratigraphique longitudinale Mobilier : Tessons de poterie onctueuse et de poterie glaçurée, ardoises. Us. 04 : Dimensions : 0 3,75x2,50 m pour la fosse sud ouest ; 0 3,75x2,00 m pour la fosse nord est. Description : la structure de cette double fosse se compose
  • étudiée en surface. Us. 05 : Dimensions : 0 4,25x2,50 m. Description : fosse sub-rectangulaire comblée de terre brun-gris argilosableuse. Mise au jour lors du diagnostic de 1999, elle fut simplement étudiée en surface. Us. 06 : Dimensions : 0 4,00x2,00 m ; profondeur 0,65 m
  • de la terre noire et meuble, du sable gris compact, de la terre brun-gris argilo-sableuse et une terre arénitique brun gris comportant des inclusions d'arène granitique pure. Structure fouillée lors du diagnostic de 1999. Elle est postérieure à la fosse Us. 07 qu'elle recoupe. Us
  • . 07 : Dimensions : 0 2,60x2,00 m. Description : fosse sub-rectangulaire comblée de terre sombre meuble et de terre brun-gris chargée d'arène. Mise au jour lors du diagnostic de 1999, elle fut simplement étudiée en surface. Elle est antérieure à la fosse Us. 06 qui la recoupe. Us
  • une terre arénitique brun gris comportant des inclusions d'arène granitique pure. Structure fouillée lors du diagnostic de 1999. Us. 30 : Appartient à : Us. 09. Dimensions : 0 1,40x1,70 m ; prof. 0,20 à 0,50 m. Description : fosse sub-rectangulaire taillée régulièrement dans le
  • glaçurée. Us. 31 : Appartient à : Us. 09. Description : excroissance située dans l'angle nord ouest de l'ensemble de fosses Us. 09. Il est difficile de distinguer ce creusement (profondeur 0, 25 m) de celui de la fosse voisine Us. 35, tant les sédiments de terre arénitique grise se
  • ressemblent. Il pourrait aussi bien s'agir d'un avatar lié au creusement de la fosse Us. 35 que d'une structure indépendante antérieure. Us. 32 : Appartient à : Us. 09. Dimensions : 0 3,00x1,75 m ; prof. 0,15 m. Description : petite fosse peu profonde, ovale, comblée de terre arénitique
RAP00565.pdf ((56). quatre communes du Morbihan : carentoir)
  • EAST BRITTANY SURVEY: QUST-VILAINE UATERSHED REPORT ON FIELDWORK IN MARCH-APRIL 1985 The fourth season in a programme of fieldwork, itself part of a larger, multi-discipl inary study of the rel ati onshi p between land-use and seulement during the last two thousand years, took
  • , and the effects of such changes on social groupings and labour patterns. The complète fieldwork programme consists of systematic fieldwalking of ail available ploughed fields within the four communes, together with sélective geophysical and geochemical surveys, and small excavation
  • covered, ail fields under plough and with young crop within the three transects were walked at 50m 1 intervais, using collection units of 100m; field conditions, features, présence of schi ste and local pronunci ations were noted on standardised recording forms. 463 fields were thus
  • . As in previous years there were considérable variations in the concentration of recovered material, and the same conventions are hereby used to distinguish between them: fields in which more than two neighbouring units each produced five or more sherds of the same broad period (or five
  • that are mapped, far less than in 1984, while a further 39% were up to 500m, and 25.6% more than 500m, away; it was largely sites in F that caused this anomaly. Comparison was systematical ly made with the early nineteenth-century pattern of land-use and settlement, as evidenced by the ancien
  • in nineteenth-century meadow and/or pasture (3.8%), marginal 1 ande (unculti vated land, not fallow - a high 8.6%), woodl and (0.5%), curtilage and areas of mixed land-use; ail but the latter suggest some measurable change in land-use by indicating pre-nineteenth-century arable or settlement
  • . In some parts cadastral land-use, naming and road patterns themselves indicate former settlement sites, especially where very small fields of very mi scell aneous^ land-use are arranged in relation to tracks, like the curti 1 agesand clos that surround settlements both now
  • tests suggested that thèse were only useful if taken at much narrower intervais. Schiste was collected, totally from A107, D221 and B216, and in a limited sample from B347 (from one square in every nine). This was subsequently classified in three colour catégories (black/grey, green
  • interests put their mark on this landscape. The bank, which lies in an area of nineteenth-century meadow and is not shown on the ancien cadastre, may therefore relate to earlier land-use; the lynchet lies at the edge of the château arable, about which - at least - it should furnish some
  • useful information. After three days préparation, excavation took place over eight days with a team of nine people, making a total of 52 working days. The weather during this period was appalling, with torrential rain and high winds: one complète day was lost and extremely difficult
  • conditions prevailed on another three. Excavation therefore had to be more limited than was intended. The excavation strategy was similar to that used by Martin Bell to sample lynchets and valley bottoms in the south of England (Bell 1977; 1983). A 2m-wide trench, 14m long, was eut across
  • the large lynchet (Site Tl), and a lm-wide trench, 18m long, across the bank (Site T2). This was done using a JCB, a method that would allow a preview of the stratigraphy . lm-wide trenches were excavated to the side of the machine cuts, and thèse were divided into mètre squares
  • to facilitate excavation and recording. Soil was excavated using trowels and ail the finds, with the exception of schiste, were three-dimensional ly recorded. Because of the quantities recovered and the lack of time, the schi ste was collected in 5cm spits. The bad weather prevented total
  • of the 18 mètre squares) was dug. Soil samples for micromorphol ogical and pollen analysis were taken in columns from the sections, using purpose-made meta! containers. Small test holes were also eut by machine at every 15m to the north of Trench 1 (up the side of the south-facing valley
  • area, with 11% of fabric 5, a soft cream fabric used for médiéval table wares. There was a small proportion of both Roman and early médiéval types (3% [fabrics 13 and 16] and 2% [fabric 10] respecti vel y; see below, 10). The absence of the highly fired quartz-tempered wares
  • and tile coul d indicate that this happened before brick and tile were in common use. Both trenches have shown that lynchets could have a complicated history, with their origins in other features. From the point of view of land-use history, the pottery suggests that this area of Ruffiac
  • practice. Since the two trenches showed différent amounts of soil buildup and material in the two areas, changes in manuring practice rather than lapse in cultivation may be more relevant in explaining the data from Trench 1. The land-use around Trench 2 clearly changed when
  • of évidence suggests intensive cultivation in the late middle âges that was limited in the early modem period with changes in the social status of the 1 andowner and in his method of 1 and management. 8 Envi ronmental , Pottery, Architectural and Language Work, 1984-85 In the course
  • there, with some useful focussing on early modem, pre-cadastral use: the relevant problems are those of distinguishing manuring from settlement scatters and of determining the extent of scatter generated from inhabited buildings (Astill and Davies 1984c: 55-8). It is even clearer that crude
  • at the side of the field and not beyond; at the petit château of Gre'e Orlain there were fields that were 'blank' a short distance between inhabited buildings and 'probable sites'. Of course, it is not merely past settlement that is of interest but past land-use too. As demonstrated
RAP01709_1.pdf (QUIMPER (29). Les vestiges des places Laennec et Saint-Corentin et l'histoire de l'urbanisme médiéval de quimper. Rapport de fouille)
  • . METHODE ET MISE EN PLACE DE LA FOUILLE p 23 4.1. L'ESPACE DE FOUILLE 4.2. METHODE FOUILLE 5. ETAT DES LIEUX ET STRUCTURES RECENTES p 5.1. 5.2 5.3. 5.4. 5.5 5.6. 5.7. 29 LES NIVEAUX RECENTS LA TRANCHEE ALLEMANDE LA FONDATION DU SOCLE DE LA STATUE DE LAENNEC LA FOSSE Us.42. LES
  • CIMETIERES ANCIENS p 54 2.1 2.2. 2.3. 2.4. DES TOMBES TRES ANCIENNES L'AMENAGEMENT Us.56 - Us.73 UN SECOND HORIZON DE SEPULTURES CONCLUSION : UNE PHASE ANCIENNE ET DES INHUMATIONS 3. LE CIMETIERE ROMAN 3.1 3.2. 3.3. 3.4. 3.5. 3.6. 3.7. 3 8. 3.9 : AMENAGEMENT GENERAL p 64
  • INTRODUCTION LES SOLS Us.26-69 et Us.70 L'ALLEE DE CIMETIERE US.86 L'ALLEE DE CIMETIERE US.95 L'ALLEE DE BORDURE DE CIMETIERE US 45 (SONDAGE C) L'ALLEE DE BORDURE DE CIMETIERE Us.44 (SONDAGE D) LE SOL RECHAPE Us.63 LES LIMITES ET LES FOSSES PERIPHERIQUES CONCLUSION 4. LE CIMETIERE ROMAN
  • p. 114 8 1. NATURE ET QUALITE DES VESTIGES 8.2 EVOLUTION DU CIMETIERE ET ORGANISATION SPATIALE 8.3. DATATION - TYPO-CHRONOLOGIE ET STATUT SOCIAL CH.4. DU XlVe AU XVe SIECLE : LE TEMPS DE LA PLACE PUBLIQUE I. INTRODUCTION p. 128 1.1. UNE PRESENTATION CHRONOLOGIQUE DE LA 1.2
  • QUELQUES DIFFICULTES D'INTERPRETATION 5 PLACE 2. LE RECOUVREMENT DU CIMETIERE ET LE SOL US.37-US.68 p. 129 2 1 LA FOSSE Us 17 ET L'ABANDON DU CIMETIERE 2.2. LE SOL Us.37- 68 2 3 CONCLUSION 3. DES DEPOTS ET DES FOSSES p. 133 3 1 3.2. 3.3. 3.4. 3 .5 LES SEDIMENTS PROFONDS LA FOSSE Us
  • .87 LA FOSSE Us.89 - 60 LA COUCHE DE SEDIMENTS Us 82 LE LIT DE PIERRES Us. 84 4. REFONTE DE LA PLACE 4.1. 4.2 4.3. 44 4.5. 4.5 : SOLS Us.57 et Us.58, RUE Us.24 p. 136 LA RUE Us.24 L'ALIGNEMENT DE TROUS Us 107 LE LONG DE L'ALLEE Us.24 LE RESEAU D'ALLEES Us.43 Us.45 A L'EST DE
  • L'ALLEE Us 24 D'INSTALLATION DU SOL Us.58 A L'OUEST DE L'ALLEE Us.24 : LE SOL Us.57 CONCLUSION : UN NOUVEAU VISAGE POUR LA PLACE - 5. NOUVEAU REAMENAGEMENT DE LA PLACE RUE Us.61 ET SOL Us.39 p 142 6. DE NOUVELLES FOSSES ET DE NOUVEAUX DEPOTS AU NORD-OUEST p 144 : 5.1. L'ALLEE
  • EMPIERRE : Us.61 5.2. LE SOL Us.39 5.3. CONCLUSION 6.1. LES FOSSES Us.88 6.2 LA COUCHE SEDIMENTAIRE Us 52 6.3. LA FOSSE Us 98 : AUTRES DEPOTS DE LA ZONE NORD-OUEST 6 4 LA COUCHE DE SEDIMENTS MIXTES Us.96 6.5. LA COUCHE DE SEDIMENTS Us 53 6 6 LA COUCHE DE SEDIMENTS S.219 6.7. LA ZONE
  • D'AFFAISSEMENT Us.38 7. TRANSFORMATION DE LA PLACE ABANDON DES VOIES Us.43-45 p 148 : PILORI, CANIVEAU, SOL US.25 ET 7.1. LE PILORI, Us.20 7.2. LE CANIVEAU Us.97-102 7.3. LE SOL Us.25 ET SON NIVEAU D'OCCUPATION 6 4 LES SIGNES D'ABANDON DES VOIES Us 43 et Us 45 7.5. LE BATIMENT SUR POTEAUX
  • Us.54 7.6 CONCLUSIONS 6 8. REFONTE DES SOLS (Us.32 ET Us.66) ET DE LA VOIRIE (Us.40) p 158 8.1. LA VOIE Us.40 8 2. LA MISE EN PLACE DU SOL Us 66 A L'EST DE LA CHAUSSE Us.40 8.3. LE SOL Us.32 A L'OUEST DE LA CHAUSSEE Us.40 9. NOUVEAU CHANTIER (Us.47) SOLS ET CALVAIRE p 160
  • ET TRANSFORMATION DU PAYSAGE : RUE 9.1. UN ESPACE EN CHANTIER : L'Us.47 9.4. LES DERNIERS SOLS 9.2 LE CALVAIRE 9.3. LA VOIE Us.30 9.4. AMENAGEMENT A l'EST DE LA VOIE : Us.34, Us.50 ET SOL Us.33 9.5 AMENAGEMENT A L'OUEST DE LA VOIE : LE SOL Us.28 9 6 CONCLUSION 10. DERNIER
  • AMENAGEMENT AUTOUR DE LA RUE OBSCURE p. 167 10 1 A L'EST DE LA RUE OBSCURE : LE SOL Us.29 10.2 A l'OUEST DE LA RUE OBSCURE : LE SOL Us.27 10 3. LA RUE OBSCURE LES DERNIERS MONUMENTS p. 167 11. 11.1 112. 11 3 114 NIVEAUX ET L'ABANDON DES LES DERNIERS NIVEAUX D'OCCUPATION L'ABANDON
  • DES MONUMENTS LA COUCHE DE REMBLAIS Us.22 LA COUCHE Us 23 12. LE TOUR DU CHASTEL 12 1 12.2. 12.3. 12 4 D'OCCUPATION : UNE PLACE POUR LA VIE PUBLIQUE p 171 HISTOIRE DES PLACES DU TOUR DU CHASTEL L'ORGANISATION DE LA PLACE LES ACTIVITES LE FACTEUR TEMPS ET LES RYTHMES CH. 5
RAP00688.pdf (OUESSANT (29). mez notariou. village du premier âge du fer. rapport de fouille préventive)
  • : 3.1 La problématique de fouille: 3.2 Recherche de techniques nouvelles: 3.3 La méthode de fouille: 3.4 Les résultats et le travail réalisé: Chapitre 1.1.0 1.1.1 1.1.2 1.1.3 1 L'ORGANISATION GENERALE DU SITE L'ENVIRONNEMENT: LA STRATIGRAPHIE GENERALE: LA COUCHE US 02: LE REPERAGE
  • DES STRUCTURES ARCHEOLOGIQUES: Chapitre 2 LES BATIMENTS A FONDATIONS PROFONDES 2.1 La structure Us.47: 2.2 La structure Us.48: .... 2.3 La structure Us.49: 2.4 La structure US.50: 2.5 La structure Us.51: 2.6 La structure Us.52: 2.7 L'utilisation des pierres percées: . 2.8
  • 4.2.4 Conclusions: 125 4.3 L'organisation spatiale: 126 7 4.3.1 L'établissement de phase I: .. 1,2.6 15 4.3.2 L'établissement de phase lia: 127 4.3.3 La phase. Ilb: 128 15 4.3.4 Les phases Illa et Illb: 128 4.3.5 Les associations de bâtiments et 19 la structure sociale: 129 19 4.3.6
  • poteaux fouillés en 1990: 103 3.3 L'ensemble Us.53 - Us.54 - Us.55: . 104 3.4 Les bâtiments légers de la zone occidentale: 110 3.4.1 Au nord-est, près de l'Us.47: 110 3.4.2 La zone des Us. 48 et 49: 110 3.4.3 Le secteur de l'Us.50 et 56: . 111 3.4.4 La zone des Us.51 et 52: 111 3.5
  • décompose en quatre phases accompagnées d'un relevé photographique et planimétrique systématique: - Nettoyage du site après décapage à la pelle mécanique. Les pierres sont laissées en place. - Décapage à la binette de l'ensemble de la couche archéologique superficielle (Us.02) en
  • l'horizon de terre végétale assez épais (0,30 m en moyenne), une couche brun rouge, l'Us.02, recouvre l'ensemble du site. Deux niveaux de limon, Us.07 et Us.16, s'intercalent entre l'Us.02 et le sous-sol argilo-arénitique (Us.17). En fait, toutes les strates intermédiaires comprises
  • importantes. Cet amenuisement entraîne une plus forte impression des structures en creux dans la couche argileuse. 1.1.2 LA COUCHE US . 02 : Les observations faites en 1989 reconduites pour cette campagne. peuvent être totalement La formation de cette couche limoneuse est naturelle
  • drainé les tessons qui s'y étaient répandus. Inclus dans l'Us.02, quelques fragments de sols argileux subistent ponctuellement, au nord du bâtiment Us.52 notamment. De la même manière, dans les espaces réservés aux ruelles, des dalles plates matérialisent le niveau d'occupation du
  • site (à l'ouest de l'Us.52). 1.1.3 LE REPERAGE DES STRUCTURES ARCHEOLOGIQUES : La sécheresse rend particulièrement difficile le repérage et l'identification des structures en creux. Le décapage de terre végétale et la mise au net du sommet de la couche Us.02 met en évidence de
  • nombreuses pierres. Elles témoignent de l'extension du site dans cette zone mais, contrairement à la campagne précédente, aucune structure ne se dessine. La fouille de la couche Us.02 livre, en revanche, les informations habituelles: les calages de poteaux individuels, particulièrement
  • nombreux, apparaissent, suggérant parfois le plan de bâtiments (Us.53, 54). De même, le sommet des fosses correspondant à l'implantation de bâtiments à fondations profondes (Us. 47, 48, 49, 50, 51, 52), se dessine très nettement. 21 Fouille 1990 - niveau 2 US.47-48-49-50-51-52. 22
  • Fouille 1990 - niveau 2 zone Ouest (US.50-51-52). 23 IMP** Fouille 1990 - niveau 3. 24 Fouille 1990 - niveau 3 US.47-48-49. 25 i n 0 Jefe? V m-t -$m
  • w
  • diamètre. Cette technique plus classique se repère grâce à des calages de pierres souvent très impressionnants et parfaitement conservés dans des trous gabarit également imposant.. En 1990 nous mettons au jour six nouvelles structures correspondant à ce type de fondations lourdes: Us
  • . 47, Us.48, Us.49, Us.50, Us.51, Us.52. Elles présentent des états de conservation différents et une évolution architecturale souvent complexe. 1 LA STRUCTURE Us.47: Il s'agit d'une structure relativement aisée à mettre en évidence et à individualiser. Elle conserve neuf trous
  • empreintes de trous et de calages en recoupent partiellement deux exemplaires mais 36 US. 51 - niveau 2. 37 0 P h a s e d US. 51 - niveau 2. ^ 39 • • • • • • •«•••••«•i
  • %» » ( • •O«o l iol o i loí e/ of** • • • • «V-*-*-*.*.• • • • • •••••••• • • • • * ^ US : • i* • • • « • i • • > • ( • i ¿y? NIVEAU : 9 O ¿ m \ -f A B C 2m très rares sont les zones de la fouille où les perturbations sont si limitées. Sans affirmer que les trous de l'Us
  • I à Quimper ont un diamètre de 0,20 m. La profondeur moyenne des trous est de 0,70 m sous le niveau supérieur de la couche Us.07 ; environ 0,80 à 0,90 m sous le niveau d'habitation. Ces trous représentent les seuls éléments rattachables à l'édifice correspondant. Que penser de
  • évoquée lors de la campagne précédente. Cependant les bâtiments dont les dimensions correspondent à celui-ci sont bien connus sur le site. L'exemple Us.20 est particulièrement révélateur: 9 poteaux répartis selon une figure et des dimensions strictement analogues livrent l'emplacement
  • sur ce point. L'étude de l'orientation et de la localisation de cette structure dans l'ensemble du site sera reprise ultérieurement. 2.2 LA STRUCTURE Us.48: Cette structure se trouve immédiatement au sud de l'Us.47. Son repérage et, surtout, son interprétation sont très
RAP01652.pdf (QUIMPER (29). les vestiges archéologiques médiévaux de Kerbabic. rapport de diagnostic)
  • impossible de locahser les lieux de résidence de ses habitants, quels que furent leur statut social et leur état de dépendance par rapport à l'évêque. Une petite agglomération a pu exister qm na laisse aucune trace visible; tandis que les archives demeurent pauvres ou insuffisamment
  • vestigesfiirentmis au jour : - des fossés : T. 1 à T. 18 ; il s'agissait, pour la plupart d'entre eux, d'éléments de parcellaires anciens. - des grandes fosses bien individualisées (Us.03, 04, 06, 07, 08) ou imbriquées (Us.09, avec notamment les Us.Ol et Us.02). - une trentaine de structures
  • circulaires de dimensions proches de celles de trous de poteaux ou petites fosses. - Des structures en creux, ayant l'allure de tronçons de fossés (Us. 10, 11 et 13). - Un ensemble particuUer comportant trois fossés T.3, T.4 et T.5, étroitement liés à un épandage de matériaux de
  • construction : argile cuite, blocs de pierres et ardoises (Us. 14). 2.3.2.2. Le travail réalisé Le nombre et la répartition des vestiges ou structures découvertes induisirent des choix de fouille compatibles avec l'esprit du diagnostic ainsi qu'avec les délais et moyens mis à disposition
  • du cabinet de géomètre Bourdelles - Rochette. - quelques trous de poteaux furent fouillés. - trois grandes fosses de types différentsfiirentintégralement fouillées (Us 03 Us.06 et Us.08). La zone des fossés T.3, T.4 et T.5 associés à un épandage de matériaux de construction (Us
  • . 14)fiitécartée du programme de fouille. En effet, en dépit de l'élargissement de la bande B.VII, l'ensemble de la structure archéologique Us. 14 n'était pas découverte. Il eut donc été déraisonnable d'en amorcer une étude profonde partielle. En outre, cela aurait pu mettre en
  • celle des fossés évoqués précédemment. Son tracé recoupait celui de T. 11. Elle était comblée par de la terre de couleur sombre. 3.6.2.4. La structure Us. 15 Cliché 1. I I I Cl.l : B.VII ; fossés T. 10, T. 11, T. 12 et fosse Us. 15 au T'plan Cl. 2 : B . V I I ; f o s s é T . l l
  • Cl. 3 ; Vestiges de la bande de décapage B.VII Cl. 4 : Vestiges de la bande de décapage B.VII Coupe Plan, niveau supérieur Plan, niveau profond Sud ouest Nord est Terre brun-gris, noire Terre sableuse gris clair + traces d'oxyde de fer Im Terre arénitique Terre grise Us
  • 15, coupe stratigraphique longitudinale Nord ouest Sud est Sable gris compact Sol naturel y Profil général Us 15, coupe stratigraphique transversale Il fut difficile d'interpréter la structure Us. 15. Le plan annonçait l'extrémité d'un fossé mais, au lieu de se relever
  • progressivement vers celle-ci comme cela se produit dans les cas classiques de fm de tranchée de parcellaire, le plancher plat de la dépression Us. 15 s'abaissait réguhèrement et fortement dans cette direction. Il fallut écarter l'hypothèse d'une fondation et d'un trou de poteau, phénomène
  • parfois rencontré dans de tels cas. Par ailleurs, et même si la structure Us. 15 était incomplètement fouillée, le profil longitudinal et le comblement de cette dépression rappelait étrangement celui des grandes fosses Us.06 et Us.08 fouillées dans la bande B.IX (cf infra). Il flit
  • de terre grise et par une lentille de sable arénitique. Une situation analogue apparaîtra dans la fosse Us.08 (cf infra). Il conviendra donc de revenir sur cette " fosse " dont la localisation, excentrée par rapport à celle des autres vestiges de ce type, intriguerait si sa nature
  • Us. 15 était postérieure au petit fossé T. 12, lui-même antérieur au fossé T. 11. En revanche, aucune liaison ne put être étabh avec le fossé T. 10. Admettre que la structure Us. 15 était identique et contemporaine des grandes fosses à plancher incliné de la parcelle 29 (cf infra
  • sombre (structures non fouillées) Fimi Pierres aménagées Terre noire Terre charbonneuse Terre arénitique Terre argileuse compacte Terre sableuse Terre brun-gris Z * Pierres B 8 Pierres broyées Argile rubéfiée O Strucnire fouillée Coupe Us 10 Plan de détail, niveau profond
  • Plan général, niveau supérieur 10 m NoM Pierre y Terre argileuse compacte, grise Arène jaune rn.. 1 Terre sableuse ^ Terre brun sombre Terre brune sableuse jl'M'l Ut de grosses pierres Terre noire Us 03,coupe stratigraphique longitudinale Sable gris compact Sol naturel Us
  • de structures archéologiques mises au jour dans les bandes B.VII, B.VIII, B.IX et B.X, se caractérisa par l'homogénéité de sa distribution et de son orientation. Qu'il s'agît de fossés (T.l à T.6), de grandes fosses (Us.Ol à Us.09) ou de structures de petites dimensions (de type
  • .6-T.7). 4.2. LA FOSSE Us.03 4.2.1. LA FORME fig. 12 et 13 ; clichés 5 à 7. Mise au jour dans la bande de décapage B.VII, la fosse Us.03 présentait une forme régulière ovale de 4,80 m de longueur maximum et 2,80 m de largeur maximum. En fait, cette fosse aux parois fortement
  • aménagement propre à la fosse Us.03. 4.2.2. LE REMPLISSAGE fig. 13 Les couches et éléments de remplissage profond étaient analogues. Une couche de terre grise tapissait le fond de l'ensemble de l'Us.OS et se mêlait à de nombreux blocs granitiques aux arêtes généralement vives. Quelquesfi
  • cm Fig. 14 - Quimper, Kerbabic : sondage B VII, fosse Us 03, poterie onctueuse. CI. 5 : B.VII ; vue oblique de la fosse Us.03 CI. 6 : B.VII ; vue verticale de la fosse Us.03 CI. 7 :B .VII ; vue oblique de la fosse Us.03 en fm de fouille CI. 8 . B.IX ; fosses Us.05 et Us.06
  • l'esprit. La question sera reprise. 4.3. LA FOSSE Us.06. 4.3 .1. LA FORME Fig. 15 ; clichés 7 à 9. Mise au jour dans la bande de décapage B.IX, la fosse Us.06 présentait une forme rectangulaire de 2,60 m de longueur maximum et 1,60 m de largeur maximum. Lesflancsde la paroi étaient
RAP02298.pdf (VANNES (56). 7-9 -11 rue des Quatre Frères Créac'h. rapport de diagnostic)
  • social : 7 rue de Madrid 75008 PARIS - Tél 01 40 08 80 00 - Fax 01 43 87 18 63 - N° SIRET 180 092 264 00019 - APE 732 Z Vannes (56) - 7,9 et 11 rue des 4 frères Créac 'h juillet 2007 Sommaire Fiche signalétique Générique de l'opération 2 3 1- Le cadre de l'intervention 1.1 - Les
  • des différents vestiges rencontrés quels que soit leur datation. La section de chaussée mise au jour dans la tranchée 1, la mieux conservée, a fait l'objet d'une série de clichés pour dessiner les principales us. à partir de photographies redressées. La portion de section
  • ...), se sont révélés très ténus (Fig. 5). La partie supérieure de la stratigraphie est identique dans les 4 sondages. Une première us., dont la puissance varie de 60 cm dans la tranchée 4 à 1 m dans la tranchée 1, est une succession de remblais, de gravats, surmontée d'une semelle de
  • pierres liée à l'installation de l'enrobé (Fig. 6, phase 5, respectivement us. 1001, 2001 et 4001). Cette première grande séquence, de formation très récente, coiffe un niveau de terre végétale (Fig. 6, phase 4, us. 1003, 2002 et 4002), dont l'épaisseur varie de 70/90 cm dans le
  • 2007, Le Clainche 1993). A l'emplacement de l'axe viaire, les derniers centimètres de cette terre végétale ont été dégagés manuellement (Fig. 6, us. 1004, 2003, Photo 2: Tranchée 1- Us. 1001 (en partie) et 1003 (Cliché: R. Fcrrette). 2.2 - La voie gallo-romaine D'orientation nord
  • , l'état le plus ancien de la bande roulement est illustré par un cailloutis damé de quartz de quelques centimètres d'épaisseur (Fig. 6, us. 1006/1011 et 2006, Fig. 7). Repéré essentiellement dans la partie nord-ouest de 11 Fig. 5 : Plan général des vestiges découverts et attribution
  • Tranchée 4 juillet 2007 Vannes (56) - 7,9 et 11 rue des 4 frères Créac 'h la chaussée, sa largeur demeure inconnue en raison des modifications postérieures. On ignore ainsi s'il se poursuit jusqu'au contact du fossé bordier nordest (us. 1014). Ce niveau est installé directement sur
  • l'arène granitique qui semble avoir été compactée à cette occasion (Fig. 6, us. 1025 et 2005 ; Fig. 7). Aucune empreinte d'ornière n'a été mise en évidence sur la superficie dégagée (Photo 6). Un aménagement particulier se remarque dans la partie centrale de la bande de roulement (Fig
  • . 7, us. 1008, photo 7). Il est constitué de deux alignements de blocs de granité posés à plat, qui délimitent un espace de 55 cm. Semblant disposer d'un parement interne, la nature de l'aménagement 1008 demeure inconnue (caniveau central, limite de la bande de roulement ?). Son
  • appartenance à cette première grande période est confirmée par son recouvrement partiel par des niveaux de la phase 2. Il peut donc illustrer des modifications apportées lors cette période initiale (Fig. 6, phase 1, état 2). Au niveau du sondage 4, un cailloutis de facture proche des us
  • . 1006 et 2006 a été mis en évidence sur une largeur de 1,30 m (Fig. 6, us. 4010 ; Fig. 7). Quelques blocs de granit trahissent des réfections ponctuelles consécutives à la circulation de charrettes (Photo 8). Ce trafic est aussi illustré par des ornières plus ou moins marquées
  • . A l'ouest, le cailloutis 4010 est recouvert par un niveau de terre chargé d'arène (Fig. 6, phase 1, état 2, us. 4009 ; Fig. 7), qui semble venir combler une ornière d'après le pendage du niveau de circulation d'origine. Une seconde ornière (us. 4012) est perceptible à l'aplomb d'une
  • le niveau 1010 (Cliché : R. Ferrette). Phase 2 : La seconde phase de construction est marqué d'abord par un niveau de terre relativement important qui vient recouvrir notamment les cailloutis 1006 et 2006 (Fig. 6, phase 2, état 1, us. 1013 = 1009 ?, 2007 et 4021). On ignore s'il
  • . Dans la tranchée 1, deux niveaux de pierres surmontent l'us. 1013 et viennent recouvrir ponctuellement l'aménagement 1008 (Fig. 7 ; Fig. 6, phase 2, état 1, us. 1010 et 1012). La première, l'us. 1010, comprend des blocs de granité relativement denses et plus ou moins usés. La
  • circulation (Photo 9). juillet 2007 Dans le cas de la tranchée 2, le second état consacre l'installation d'un aménagement en pierre en bordure du fossé 2012 (Fig. 6, phase 2, état 1, us. 2011 ; Fig. 7). Il s'agit d'un alignement de pierres de gros calibre posées à plat sur le cailloutis
  • disposées à plat (Fig. 6, phase 2, état 1, us. 2008 ; Fig. 7 ; photo 11). De nouveau, des recharges ponctuelles sont à envisager. C'est du moins ce que suggère l'us. 2009, qui correspond à une zone de pierres éparses, de petits modules et très émoussées, noyées dans une terre brune (Fig
  • large avec de rares pierres, dont l'interprétation et la relation stratigraphique avec l'us. 2008 ne sont pas aisées (Photo 10; Fig. 7, us. 2010). A titre d'hypothèse, il pourrait s'agir du comblement d'une ornière, voire de la continuité de l'us. 1022 de la tranchée 1. Photo 9
  • : Tranchée 1 - Us. 1010 (à droite) et 1012 (à gauche), au centre les recharges 1019 et 1020 (Cliché : R. Ferrette). A l'approche du fossé bordier occidental, l'us 1012 ne semble pas existée. On remarque alors un niveau terreux renfermant des petits cailloux de granité, des éclats de
  • gneiss et de rares fragments de tuiles (Fig. 7, us. 1022). A ce stade de l'intervention, la contemporanéité des us. 1012 et 1022 ne peut être affirmée. Ce deuxième niveau de circulation comprend aussi plusieurs recharges, observées dans la portion orientale de la chaussée (Fig. 6
  • , phase 2, état 2, us. 1019, 1020 et 1021 ; Fig. 7). L'us. 1019, qui se développe à l'est de l'aménagement 1008, comprend des fragments de tuiles posés à plats et des blocs de gneiss de gros calibre. A l'inverse, l'us. 1020 s'apparente à une simple poche de tuiles brisées (Photo 9
RAP02516.pdf (PLEUVEN (29). ZAC de parc hastel. coat men hir. tranche 3. rapport de diagnostic)
  •                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                    F. 05 N/O Niveau de décapage S/E F. 12 E O Niveau de décapage 11 03 02 01 10 US.01 : Substrat : limon ocre grisâtre, mêlé d’ar ène granitiqu e. US.02 : Fo ssé. US.03 : Limon brun clair. 09 07 08 06  05   04  US.01 : Substrat : limon ocre et gr isâ
  • tre, hétérogèn e, mêlé d’arè ne gran itiq ue. US.02 : Fo ssé. US.03 : Ar gile hétérogèn e, grisâtr e e t ocre, mêlé d’arè ne granitique . US.04 : Limon grisâtre clair mêlé d’ar ène granitique . US.05 : Ar gile grise. US.06 : Ar ène granitique mêlé e de limon ocre et gr isâ tre
  • , hétérogèn e. US.07 : Limon grisâtre clair mêlé d’ar ène granitique . US.08 : Ar ène granitique mêlé e de limon ocre et gr isâ tre, hétérogèn e. US.09 : Limon grisâtre sabl eux. US.10 : Limon grisâtre clair mêlé d’ar ène granitique . US.11 : Limon ocre grisâtre mêl é d ’arène gra nitiq ue
  • . US.12 : Limon grisâtre sabl eux mêlé d’un pe u d ’arène gra niti que. N F. 06 S 07 Niveau de décapage 06 05 03 02   01 04 01 03 02       27 F. 11 S/E 26 25 29 N/O Niveau de décapage 12 28 03 02 US.01 : Substrat : limon
  • ocre grisâtre mê lé d ’arène gra niti que. US.02 : Fo ssé. US.03 : Ar gile grisâtr e mêlé d’u n p eu d’arèn e gr anitique. US.04 : Limon mêlé d’un peu d’ar ène granitique , hétérogè ne grisâtr e e t ocre, compacte. US.05 : Limon sa bleux, grisâtre cl air, mê lé d ’arène gra niti que
  • . US.06 : Limon grisâtre clair. US.07 : Ter re a rable. TR 2 20 01 TR 15 TR 4 US.01 : Substrat : limon ocre grisâtre, mêlé d’ar ène granitiqu e. US.02 : Fo ssé. US.03 : Limon brun grisâtre. 05 19 06 21 22 Zône humide F. 10 E Niveau de décapage O TR 14 03 01 02 08 F
  • . 04 04 N/O 23 TR 1 24 08 07 03 18 S/E Niveau de décapage 06 04 US.01 : Substrat : limon ocre grisâtre, mêlé d’ar ène granitiqu e. US.02 : Fo ssé. US.03 : Limon brun.   30 11 02 13 01 01  09 16 17 15 03 02 14 O Niveau de décapage  10
  •  US.01 : Substrat : limon ocre grisâtre, mêlé d’ar ène granitiqu e. US.02 : Fo ssé. US.03 : Limon brun sableux, mêlé d’a rène gran itiqu e. TR 11 US.01 US.02 US.03 US.04 US.05 US.06 US.07 US.08 : Substrat : limon ocre mêlé d’arèn e g ranitique. : Fo ssé. : Limon grisâtre, sableu
  •  03  F. 09 E 05 02 20m 1/1000e     F. 03 S N Niveau de décapage 08 S/O N/E 07 05 F. 07 O 06 E Niveau de décapage S/O 04 US.01 US
  • .02 US.03 US.04 US.05 US.06 03 01 03 02   US.01 US.02 US.03 US.04 01 02  : Substrat : limon ocre grisâtre, mêlé d’ar ène granitiqu e. : Fo ssé. : Limon brun clair mê lé d’un peu d’arè ne granitique . : Limon brun grisâtre cla ir. US.01 : Substrat : limon ocre
  • grisâtre, mêlé d’arè ne granitique . US.02 : Fo ssé. US.03 : Limon brun clair mê lé d’un peu  d’ar ène granitiqu e.     : Substrat : limon ocre mêlé d’arèn e g ranitique. : Fo
  •    US.01 US.02 US.03 US.04 US.05 US.06 US.07 US.08 : Substrat : limon ocre mêlé d’arèn e g ranitique. : Fo ssé. : Limon brun grisâtre, mêlé d’a rène gran itiqu e. : Ar ène granitique mêlé d’a rgile grise. : Ar ène granitique mêlé d’u n p eu d ’argile gri se. : Ar ène granitique mêlé