Rechercher sur le site

  • Chercher les documents contenant un mot OU un autre : tapez simplement les mots à la suite => bracelet bronze
  • Chercher les documents contenant un mot ET un autre : utilisez le mot-clef AND => bracelet AND bronze
  • Chercher les documents contenant une expression exacte : taper l'expression entre guillemets => "bracelet en bronze"

Limiter votre recherche

Auteur
Type d'opération
Commune
Département
Date (Année)

2218 résultats Exporter les résultats

Trier par Titre : ascendant / descendant
RAP03185.pdf ((22)(29)(35)(56). Les premiers peuplements de l'ouest de la France : dépôts pléistocènes et occupations paléolithiques de la région Bretagne. Rapport de PCR)
  • systèmes techniques au Paléolithique ancien : quelle actualité ?, Université Paris Ouest Nanterre la Défense, Paris, 0810/10/14, pp. 47-51. RAVON A.-L., MONNIER J.-L., LAFORGE M., 2015 – Menez-Dregan, layer 4 : a transitional layer between the Lower and Middle Palaeolithic in Brittany
  • of the Palaeolithic landscape at the western most tip of continental Europe: The shoreline seen by the Menez-Dregan dwellers. Environmental Archaeology, sous presse. MONNIER J.-L., RAVON A.-L., 2015 - Terra Amata et Menez-Dregan. Des industries du Paléolithique inférieur à rares bifaces et riches
  • , Quaternary International, http://dx.doi.org/10.1016/j.quaint.2015.07.066. RAVON A.-L., GAILLARD C., MONNIER J.-L., 2015 - Menez-Dregan (Plouhinec, Far Western Europe): the lithic industry from layer 7 and its Acheulian components, Quaternary International, sous presse. 5.2
  • for Middle and Upper Pleistocene landscape evolution in the Sussex/Hampshire Coastal Corridor, UK. Proceedings of the Geologists’ Association, 121, 369-392. - BIGOT B., MONNIER J.-L. (1987) - Stratigraphie et sédimentologie des lœss récents du nord de la Bretagne. Données nouvelles
  • jour essentiellement sur le littoral septentrional (fig. 6). Il s’agit notamment des sites de Kerlouan (Finistère ; Monnier, 1980 ; 1986 ; 1990) : Beg-ar-C’hastel dont l’industrie, rattachée à l’Aurignacien, se situe dans un sable limoneux rapporté à la transition MIS 3 - MIS 2 ; et
  • ., SHAW A., sous presse - Discoveries From La Manche: Five years of Early Prehistoric Research in the Channel Island of Jersey. Archaeology International, sous presse. RAVON A.-L. & LAFORGE M., 2015 - Présentation du PCR: Les premiers peuplements de l’Ouest de la France : dépôts
  • – Communications 11/02/2015 : RAVON A.-L., “The Lower Palaeolithic in Brittany : between Acheulean and Colombanian”, Lithic Studies Society, Franks House, Département de Préhistoire du British Museum. 18/02/2015 : RAVON A.-L., “The Lower Palaeolithic in Brittany : between Acheulean
  • /03/2015 : RAVON A.-L. & LAFORGE M., “Presentation of a new regional project: The first human settlements in North-Western France: pleistocene deposits and palaeolithic occupations in the Brittany region”, Jersey Research Meeting, Institute of Archaeology, Londres. 02/04/2015
  • (Plougastel-Daoulas, Finistère) et les premiers temps de l'Azilien sur le Massif armoricain. Table-ronde organisée en hommage à Guy Célérier « Les sociétés de la transition du Paléolithique final au début du Mésolithique dans l'espace nord-aquitain ». Musée national de Préhistoire, Les
  • of palaeoenvironmental change on the palaeolithic settlements in Brittany?”, Conférence Unravelling the Palaeolithic, Southampton, 13-16 janvier 2016. - SHAW A., BATES M., BATES R., POPE M., RAVON A.-L., SCOTT B. : “Petit Portelet, Jersey: A new Neanderthal site in primary context”, Conférence
  • Unravelling the Palaeolithic, Southampton, 1316 janvier 2016. - RAVON A.-L., LAFORGE M. : « Variabilité climatique pléistocène en péninsule armoricaine : quelle peut être l’influence des changements paléoenvironnementaux sur les peuplements paléolithiques de Bretagne ? », Colloque Q10
  • of the Middle Paleolithic site of Piégu (Brittany, France). A multi-material approach. In : 13th International Conference on Luminescence and Electron Spin Resonance Dating, Torun, Poland, 10-14 July 2011, Quaternary Geochronology, LED2011 Special Issue, 10, 424-429. - BATES M.R., BATES C.R
  • ., GIBBARD P.L., MacPHAIL R.I., OWEN F.J., PARFITT S.A., PREECE R.C., ROBERTS M.B., ROBINSON J.E., WHITTAKER J.E., WILKINSON K.N. (2000) - Late Middle Pleistocene deposits at Norton Farm on the West Sussex coastal plain, southern England. Journal of Quaternary Science, 15 (1), 61-89
RAP03316.pdf (PLOUHINEC (29). Ménez-Dregan 1 : des Prénéandertaliens aux Néandertaliens à l'extrême ouest de l'Europe. Rapport de FP)
  • l’instant). Le foyer de la couche 9, datée par ESR à 465 ka, serait parmi les plus anciens connus à ce jour en Europe. Ces foyers ne sont réellement structurés par un arrangement de pierres que dans les couches 5c et 5e/6 ; dans les autres cas ils se présentent sous la forme d’une sole
  • unifaces et les hachereaux très rares mais étonnement proches de ceux d'Afrique) et le thème 3 « Dès l’usage du feu : développement et dynamique des groupes sociaux paléolithiques en Europe ». L'axe thématique III, "Paysages, Hommes, archives sédimentaires, matériaux de la Préhistoire
  • d’une centaine) effectués pour ces mêmes niveaux (4 et 5) montrent d’une façon générale une accumulation de pièces le long de la paroi à l’aplomb de la voûte et dans les deux diverticules (surtout le diverticule oriental), laissant ainsi une zone centrale plus ou moins dégagée, en
  • niveau de la zone centrale. L’ensemble des données archéologiques et spatiales contribuent à proposer le schéma suivant : les couches 9, 7 et 5 correspondraient à des occupations sur un laps de temps relativement important, partiellement en grotte ou protégées par des blocs effondrés
RAP00568.pdf ((56). quatre communes du Morbihan : carentoir)
  • of charcoal would suggest a quick and deliberate backfill of this ditch. There was, however, a patch of charcoal (20) in the upper part of 16 at the west end of the ditch. No pottery was recovered from the upper fill but in context 17 were a near-compl ete terra-ni qra bowl with a foot
  • ) were recovered from a few squares distributed throughout the field (21 out of 1383 squares). Brick and tile concentrated in the central area of the field, straddling the earthwork on the valley slope (fig. 5); thèse squares produced a maximum of 9 pièces each (0.5kg). The médiéval
  • at the bottom of the valley slope. The part of T39 which was on the ridge produced one shallow feature only, perhaps the base of a pit (65: 0.6m wide, 0.1m deep), whose fill (9) produced no finds. Between the brow of the ridge and upper part of the slope (between 30 and 60m from the south
  • with médiéval pottery wouid suggest that the scatter of médiéval pot recovered in f i el dwal k i ng , and the 6 sherds recovered from the plough soi î , were not produced by occupation of this location. The earthwork on the upper slope of the field may be a 1 yhchet that was produced after
  • of the relationship between land-use and settlement during the 1 ast two thousand years, took place from 25 August - 1 October in the communes of Ruffiac, Tréal , St-Ni col as-du-Tertre and Carentoir, in the department of Morbihan in eastern Brittany. The ai m of the study is to détermine when
  • /79, H 132, 874, L26, D153) from which 'total' collection had previously been made (fig. 1). Of thèse, A92 had been started in 1986 and remained to finish. The ai rn of thèse smal 1 excavations was the investigation of surf ace/'sub-surf ace rel at i onshi ps; fields were selected
  • five-day planning trips by two in September 1987 and April 1988. The team, consisting of volunteers from a wide range of places, numbered twenty-six, including the directors, one finds assistant and three supervisors; it worked for f i ve weeks from 28 August, with four days off
  • , and only two days were lost because of rain; however , the gênerai dryness meant that the ground was hard and made for very heavy working. EBS 88 B409 (Carentoir Zft 161) B409 lies on a west-facing si ope near the settlement of Le Eiois Guillaume, documentée! from the eighteenth
  • pottery (maximum 5 sherds per square) was more evenly spread. Smal 1 quanti ti es of brick and tile (maximum 0 .5kg per square) were uhevenl y distributed, but tended to concentrate in the south of the field, away from the cl Lister i ng of pre—médiéval and médiéval pottery
  • , and the majority (577.) of the post-medi eval wares was ni neteenth-century . Smal 1 quanti ti es of brick and tile were recovered but only from the first three spits (total 23 fragments, 0. 787kg) . Context 1, however, had in addition to local quartz and quartzite large quantities (120kg
  • some pièces were 5mm across. This layer varied in thickness -from 0.75m on the eastern, up-slope, side o-f the trench to 0.38m on the west. At the east end the top sur-face o-f 2 curved as i -f the layer had been mounded up. This layer could not be total ly excavated over the whole
  • o-f the trench because o-f lack of space for the spoil, so the trench was reduced in size to 6 X 3m. The pottery from this layer (2), like the stone fragments, provides a complète contrast with that of the plough soil. 61 sherds were found, ail of which were Irôn Age, the most
  • charcoal (16) and smail 1 fragments of mudstone; this produced two smal 1 and abraded sherds of Iron-Age pottery (Fabric 86); the upper fill (15) had no finds. Another pit was also found in the north section (22: lm wide, 0.42m deep) whose fill (23) had no finds but more mudstone
  • . The range o-f pottery recovered -from the top two spits was very différent -from the lowest spit. In the first twenty centimètres 45 sherds were -found; médiéval pottery predominated (837.), -followed by post-medi eval (157.) and a single sherd o-f Roman pottery (27.) ; 52 -fragments o-f
  • -orange clay (24) from the surface of which came 20 sherds of Iron-Age pottery, the majority of which were of Fabrics 86 (607) and 89 (257). There was no sign of feat ures eut into this layer, which 1 ay directly on the degraded, manganèse— stai ned , quartzitic bedrock (05a) (33
  • ) . Comment The occurrence of médiéval and post-medi eval pottery in the plough soil, but not beneath , and the lack of conte;-; ts of thèse période would suggest that this matériel was not deriyed from SLib— surface features. Manuring might wel 1 account for the evenly distributed
  • is a good indicator of settlement in the near vicinity. In the case of the test pit T37 prehistoric pottery was recovered from the surface, but there were no sub-surface features of that date. It is impossible to suggest reasons for the soning of the prehistoric material on the surface
  • without more extensive investigation. The séquence from T36 is important. The trench was sited on the highest part of the field, near the top of the slope, yet it has a much deeper stratification than T37 lower down the slope. The buried soil 32, with its charcoal, might represent
  • Df the material in it, do not however suggest a midden but rather collapsed walls or some sort of bank. The absence of Roman material from the dump suggests that it was formed before the Roman period: the few Roman sherds found in the topsoil could have been derived from a very
  • Roman site in the vicinity, and a few sherds in the topsoil, there is no trace of Roman settlement on this field and little to suggest Roman agricultural use. Présent évidence might suggest that the médiéval pottery in the plough soil derived from very heavy manuring, although
Les premier peuplements de l’ouest de la France : dépôts pléistocènes et occupations paléolithiques de la région Bretagne (2018) (Les premier peuplements de l’ouest de la France : dépôts pléistocènes et occupations paléolithiques de la région Bretagne. Rapport de PCR 2018)
  • Plouhinec, Finistère - L'AMARAI – Association Manche-Atlantique pour la Recherche Archéologique dans les Îles - La Fondation Fyssen - The British Museum, Department Britain, Europe & Prehistory 3 Rapport final d’opération 2018 – PCR Paléo Bretagne 4 Rapport final d’opération 2018
  • , Europe & Prehistory lithique UMR 6566 CReAAH – Laboratoire Archéosciences Rennes LAFORGE Marine Géoarchéologie ÉVEHA – UMR 6566 CReAAH AOUSTIN David Palynologie UMR 6566 CReAAH – Laboratoire Archéosciences Rennes BAHAIN Jean-Jacques Datation ESR-U/Th BATES Martin
RAP02270.pdf (PLOUHINEC (29). rapport sur la campagne de fouille 2007 du gisement paléolithique inférieur de menez drégan 1. rapport 2007 de fp 3 (2006-2008))
  • (étude de programmation réalisée) où la présentation de Menez-Dregan devrait être un élément important et central. 9 LE CONTEXTE GEOLOGIQUE ET LA FORMATION DE LA GROTTE Le substrat de la partie orientale du littoral de Plouhinec correspond à l'orthogneiss oeillé de Pors Poulhan
  • dégagement des blocs effondrés ont permis de visualiser le platier rocheux et la morphologie de la plate-forme. A l'emplacement de l'entrée originelle de la grotte, par devant le site, un pilier central effondré, a probablement existé. Il s'agit d'un socle proéminent lui-même sectionné en
  • /sud-est, pour laquelle un net rejet vertical a été observé (Monnier et al., 1998). Ce pilier central pouvait soutenir la voûte à l'entrée de la grotte, à un endroit où la portée, compte tenu de la fragilité de la roche, était importante. Celui-ci, déstabilisé à l'occasion d'une
  • occupants de la cavité aient connu une grotte beaucoup plus volumineuse que leurs successeurs, avec en outre un pilier central générant une double entrée. La restitution de ce porche double telle que nous la proposons (figure ci-dessous) est par ailleurs tout à fait en adéquation avec ce
RAP02397.pdf (PLOUHINEC (29). Menez-Dregan I. rapport final de fp 2006-2008)
  • de Penmarch (étude de programmation réalisée) où la présentation de Menez-Dregan devrait être un élément important et central. 14 LE CONTEXTE GEOLOGIQUE ET LA FORMATION DE LA GROTTE Le substrat de la partie orientale du littoral de Plouhinec correspond à l'orthogneiss oeillé
  • surtout le dégagement des blocs effondrés ont permis de visualiser le platier rocheux et la morphologie de la plate-forme. A l'emplacement de l'entrée originelle de la grotte, par devant le site, un pilier central effondré, a probablement existé. Il s'agit d'un socle proéminent lui
  • d'orientation nord-ouest/sud-est, pour laquelle un net rejet vertical a été observé (Monnier et al.,1998). Ce pilier central pouvait soutenir la voûte à l'entrée de la grotte, à un endroit où la portée, compte tenu de la fragilité de la roche, était importante. Celui-ci, déstabilisé à
  • tout premiers occupants de la cavité aient connu une grotte beaucoup plus volumineuse que leurs successeurs, avec en outre un pilier central générant une double entrée. La restitution de ce porche double telle que nous la proposons (figure ci-dessous) est par ailleurs tout à fait en
  • la base d'un probable pilier central qui divisait le porche de la grotte en deux entrées latérales (© S. Hinguant). 20 Jiàl, 2b 2c 3a 3b 4a 4b 4c 5a à 5e 5e-d M- 6 t, a $ í
RAP03187.pdf (QUIBERON (56). Beg er Vil : un habitat du Mésolithique sur le littoral du Morbihan. Rapport de FP 2015)
  • occidentale » dirigé par Grégor Marchand. • « Coastal transitions: A comparative approach to the processes of neolithization in Atlantic Europe » dirigé par Pablo Arias Cabal Il nous a donc semblé essentiel de faire dater de nouveaux matériaux et plus particulièrement des échantillons à
  • datation ont été alors sollicités : • « Fonctionnement des sociétés aux 7e et 6e millénaires avant notre ère en Europe occidentale : le prodrome du Néolithique ? » dirigé par Thomas Perrin. • « Avant la révolution ? Techniques et sociétés du Mésolithique au Néolithique en Europe
  • Climatic Event » ou « Finse Event », très rarement documenté en Europe de l’Ouest (qui plus est dans sa déclinaison marine). Tant pour sa dimension paleoethnographique que paléoenvironnementale, le site de Beg-er-Vil apparaît comme un site archéologique essentiel pour la compréhension
RAP03499 (PLOUHINEC (29). Ménez-Drégan : Des Prénéandertaliens aux Néandertaliens à l'extrème ouest de l'Europe. Rapport de FP 2017)
  • ................................................................................................................. 137 3 4 5 6 Figure 1 : Localisation de Menez-Dregan (Plouhinec, Finistère) en Europe occidentale. Figure 2 : Localisation de Menez-Dregan dans le Finistère, sur une carte bathymétrique. 7 Menez-Dregan I : résumé des connaissances actuelles Le site de Menez-Dregan I est
  • la couche 9a, daté par ESR à 465 ka, serait parmi les plus anciens connus à ce jour en Europe. Ces foyers ne sont réellement structurés par un arrangement de pierres que dans les couches 5c et 5e/6 ; dans les autres cas ils se présentent sous la forme d’une sole de sédiments
  • sites analogues, localisés sur le littoral sud armoricain, approximativement entre Noirmoutier et Crozon, qui constituent le groupe Colombanien, une variante régionale de l’Acheuléen dominant en Europe. Il représente vraisemblablement un témoin de la fréquentation par les
  • d'Afrique) et le thème 3 « Dès l’usage du feu : développement et dynamique des groupes sociaux paléolithiques en Europe ». L'axe thématique III, "Paysages, Hommes, archives sédimentaires, matériaux de la Préhistoire" est également concerné, surtout les thèmes 1 et 2
  • remontages (plus d’une centaine) effectués pour ces mêmes niveaux (4 et 5) montrent d’une façon générale une accumulation de pièces le long de la paroi à l’aplomb de la voûte et dans les deux diverticules (surtout le diverticule oriental), laissant ainsi une zone centrale plus ou moins
  • centrale. L’ensemble des données archéologiques et spatiales contribuent à proposer le schéma suivant : les couches 9, 7 et surtout 5 correspondraient à des occupations sur un laps de temps relativement important, partiellement en grotte ou protégées par des blocs effondrés. Les couche
  • datation ESR a été réalisée sur le foyer de la couche 9a, carré L18 : la date obtenue est de 465 000 +/- 65 000 ans (Falguères et al., in Monnier et al., 1996a), le plaçant ainsi parmi les plus anciens foyers entretenus par l’Homme en Europe, probablement au cours de la fin du MIS 12
RAP03364.pdf (PLOUGASTEL-DAOULAS (29). Le Rocher de l'Impératrice. Rapport de FP 2014-2016)
  • the nature and rhythm of the techno-economic transformation marking this poorly understand transitional period between Magdalenian and Azilian. Lithic production shows high qualitative standards and exhibits some characteristic clearly inherited from the Magdalenian (production of long
  • CENTRAL ............................................................................................................................... 56 12.4.2. BANDE L16-L14
  • connaissances restent inégales : si l’Azilien récent et les sociétés de la transition Pléistocène-Holocène sont aujourd’hui particulièrement bien connus, ce n’est pas le cas du Magdalénien et des premiers temps de l’Azilien. Le lancement en 2013 d’une fouille dans un petit abri découvert par
  • globales sur la nature et le rythme des transformations qui touchent les sociétés paléolithiques durant cette période de transition encore mal connue. Il ne fait aucun doute que la prochaine campagne pluriannuelle (2017-2019), qui aura pour objectif de fouiller l’intégralité des niveaux
  • knowledge of these groups is however unequaled: if the Late Azilian and the Pleistocene/Holocene transition communities are now well known after some recent works, this is not the case of the Magdalenian and first Azilian societies. The launching of a research program in 2013 in a small
  • are also essential at a greater scale since Early Azilian art is extremely rare in Europe. This discovery allows developing our research to another part of the Early Azilian socio-economic system. By their thematic and their formal codes, these engravings are firmly in the tradition
  • and symbolic changes during the Azilian. The Rocher de l’Impératrice rock shelter is an unavoidable site for the understanding of Northwestern Europe Lateglacial societies. Because of the diversity of the archaeological evidences this site allows to develop a global thought about the nature
  • l’extrême fin du Tardiglaciaire, à la transition Pléistocène-Holocène (Naudinot, 2008, 2010, 2013). Ces résultats ont eu pour effet de gommer toute évidence de Magdalénien dans le Grand-Ouest (ibid.). Les premières occupations tardiglaciaires régionales étaient alors rapportées à
  • moments de l’Azilien. La transition entre le Magdalénien et l’Azilien n’est en effet pas aussi brutale que ce que suggérait la « révolution azilienne » de l’abbé Breuil (1912). Ces transformations, tant techniques que socio-économiques, sont en réalité très progressives (Bodu et
  • technique lithique, à la lueur des faibles informations disponibles en Europe, on assiste également à une transformation 26 Rocher de l’Impératrice (Plougastel-Daoulas, Finistère) Rapport de synthèse de l’opération pluriannuelle 2014-2016 des registres symboliques qui s’illustrerait
  • par une disparition progressive des représentations naturalistes au profit de tracés plus abstraits. Les sites pouvant être attribués à cette période sont très rares en Europe. En effet, seuls une douzaine de gisements peuvent être rattachés à l’Azilien ancien – la plupart ayant
  • particulièrement rares en Europe et sont le plus généralement issus de fouilles anciennes aux contextes peu assurés. Le Rocher de
RAP03790 (PLOUHINEC (29). Menez-Dregan I, des prénéandertaliens aux Néandertaliens à l'extrême ouest de l'Europe. Rapport de fouille)
  • aujourd’hui admis que Menez-Dregan représente un exemple de la variabilité de l’Acheuléen en Europe de l’Ouest (Ravon, 2017, 2019). Il est néanmoins nécessaire de mieux situer ses différentes occupations dans le cadre du Paléolithique inférieur européen en affinant la connaissance des
  • , angles d’éclatement très ouverts 18 Fig. 4 : Localisation du site de Menez-Dregan I en Europe et en Bretagne (DAO L. Quesnel). Fig. 5 : Localisation du site de Menez-Dregan I sur la commune de Plouhinec, Finistère (carte IGN au 1/80000, source GéoBretagne, modifiée sous QGIS). 19
  • ., 1996a), le plaçant ainsi parmi les plus anciens foyers entretenus par l’Homme en Europe, probablement au cours de la fin du SIM 124. Fait assez rare en Bretagne pour les périodes aussi anciennes en raison de l’acidité naturelle des sols, 25 restes osseux ont été récoltés pendant la
  • transition avec le Paléolithique moyen dans la région (Ravon et Monnier, 2013). Une datation par thermoluminescence a été réalisée sur un silex chauffé de la couche 4c, et donne un âge de 223 000 +/- 23 000 ans (Mercier et al., 2004). Cependant, selon l’état actuel des recherches, la
RAP03047.pdf (QUIBERON (56). beg er vil : un habitat du mésolithique sur le littoral du Morbihan. rapport intermédiaire de fp 2013-2015)
  • Perrin. • « Avant la révolution ? Techniques et sociétés du Mésolithique au Néolithique en Europe occidentale » dirigé par Grégor Marchand. • « Coastal transitions: A comparative approach to the processes of neolithization in Atlantic Europe » dirigé par Pablo Arias Cabal Il nous
  • du Mésolithique atlantique et il convenait de mieux assurer sa chronologie. Plusieurs programmes de datation ont été alors sollicités : • « Fonctionnement des sociétés aux 7e et 6e millénaires avant notre ère en Europe occidentale : le prodrome du Néolithique ? » dirigé par Thomas
  • éclairer un changement climatique majeur qui a affecté toute l’Atlantique-Nord, le « 8200 cal BP Climatic Event » ou « Finse Event », très rarement documenté en Europe de l’Ouest (qui plus est dans sa déclinaison marine). Tant pour sa dimension paleoethnographique que paléo
RAP03161.pdf (PLOUHINEC (29). Ménez Drégan 1 : des Préandertaliens aux Néandertaliens à l'extrème ouest de l'Europe. Rapport de FP 2015)
  • couches (sauf la 8, pour l’instant). Le foyer de la couche 9, datée par ESR à 465 ka, serait parmi les plus anciens connus à ce jour en Europe. Ces foyers ne sont réellement structurés par un arrangement de pierres que dans les couches 5c et 5e/6 ; dans les autres cas ils se présentent
  • , les bifaces sont plutôt unifaces et les hachereaux très rares mais étonnement proches de ceux d'Afrique) et le thème 3 « Dès l’usage du feu : développement et dynamique des groupes sociaux paléolithiques en Europe ». L'axe thématique III, "Paysages, Hommes, archives sédimentaires
  • la paroi à l’aplomb de la voûte et dans les deux diverticules (surtout le diverticule oriental), laissant ainsi une zone centrale plus ou moins dégagée, en tout cas présentant une concentration de vestiges lithiques moins importante. Pour la couche 4, l’accumulation des vestiges
  • produits techniques ; même observation pour la couche 5. Les supports retouchés ou non et les outils sur galets sont ensuite dispersés au niveau de la zone centrale. L’ensemble des données archéologiques et spatiales contribuent à proposer le schéma suivant : pour les couches 9, 7 et 5
RAP03055.pdf (PLOUHINEC (29). Ménez Drégan 1 : des prénéandertaliens aux néandertaliens à l'extrême ouest de l'Europe. rapport final de fp 2012-2014)
  • toutes les couches (sauf la 8, pour l’instant). Le foyer de la couche 9, datée par ESR à 465 ka, serait parmi les plus anciens connus à ce jour en Europe. Ces foyers ne sont réellement structurés par un arrangement de pierres que dans les couches 5c et 5e/6 ; dans les autres cas ils
  • , qui sont parmi les plus anciens connus en Europe occidentale. La question des datations reste cependant à préciser (distorsion entre résultats des datations RPE / ESR et TL sur silex chauffés). Pour contribuer à éclaircir ce problème, les corrélations possibles entre les couches de
  • visualiser le platier rocheux et la morphologie de la plate-forme. A l’emplacement de l’entrée originelle de la grotte, par devant le site, un pilier central effondré, a probablement existé. Il s'agit d'un socle proéminent lui-même sectionné en trois parties par des rigoles d'érosion
  • rejet vertical a été observé (Monnier et al.,1998). Ce pilier central pouvait soutenir la voûte à l'entrée de la grotte, à un endroit où la portée, compte tenu de la fragilité de la roche, était importante. Celui-ci, déstabilisé à l'occasion d'une activité sismique, a pu s'effondrer
  • grotte beaucoup plus volumineuse que leurs successeurs, avec en outre un pilier central générant une double entrée. La restitution de ce porche double telle que nous la proposons (fig. 16) est par ailleurs tout à fait en adéquation avec ce que nous connaissons de certaines grottes
  • marines actives, par exemple sur la péninsule de Crozon (falaises de Morgat) ou encore avec la morphologie et les dimensions de plusieurs grottes du Cap Sizun (Monnier, 1998, p. 59). Figure 16 : Profil selon XX’ mettant en évidence la base d’un probable pilier central qui divisait le
RAP02894.pdf (PLOUHINEC (29). Ménez Drégan I : des prénéandertaliens aux néandertaliens, les premières occupations paléolithiques. rapport intermédiaire de fp 2013)
  • connus à ce jour en Europe. Ces foyers ne sont réellement structurés par un arrangement de pierres que dans les couches 5c et 5e/6 ; dans les autres cas ils se présentent sous la forme d’une sole de sédiments rubéfiés et indurés. Silex brûlés et charbons de bois ne leur sont pas
  • site est maintenant bien connu au plan international et de fréquentes références y sont faites dans les ouvrages et publications variées, notamment à propos de la présence des foyers, qui sont parmi les plus anciens connus en Europe occidentale. La question des datations reste
  • la plate-forme. A l’emplacement de l’entrée originelle de la grotte, par devant le site, un pilier central effondré, a probablement existé. Il s'agit d'un socle proéminent lui-même sectionné en trois parties par des rigoles d'érosion selon une direction sensiblement nord-sud. Ce
  • ). Ce pilier central pouvait soutenir la voûte à l'entrée de la grotte, à un endroit où la portée, compte tenu de la fragilité de la roche, était importante. Celui-ci, déstabilisé à l'occasion d'une activité sismique, a pu s'effondrer, entraînant dans sa chute l'ensemble du toit de
  • successeurs, avec en outre un pilier central générant une double entrée. La restitution de ce porche double telle que nous la proposons (fig. 17) est par ailleurs tout à fait en adéquation avec ce que nous connaissons de certaines grottes marines actives, par exemple sur la péninsule de
  • Crozon (falaises de Morgat) ou encore avec la morphologie et les dimensions de plusieurs grottes du Cap Sizun (Monnier, 1998, p. 59). Figure 17 : Profil selon XX’ mettant en évidence la base d’un probable pilier central qui divisait le porche de la grotte en deux entrées latérales
RAP02164.pdf (PLOUHINEC (29). gisement du paléolithique inférieur de Ménez Drégan. rapport final de synthèse de fp 3 2003-2005)
  • sous-ensembles (couches 2.1 et 2.2), le premier sous la croûte rubéfiée et le second dans sa continuité vers le centre de la cuvette. Une troisième couche organique, appelée 2 base, moins grasse et plus épaisse que les précédentes, tapisse le fond du foyer. La transition avec la
  • la cavité n'avait plus un rôle protecteur prédominant. A l'aplomb de la voûte centrale conservée, le contour du gros bloc effondré est totalement dégagé même si nous ignorons toujours sur quelle couche il repose. Toujours au centre, sous la voûte, deux autres blocs émoussés du
  • remontages (plus d'une centaine) effectués pour ces mêmes niveaux (4 et 5) montrent d'une façon générale une accumulation de pièces le long de la paroi à l'aplomb de la voûte et dans les deux diverticules (surtout le diverticule oriental), laissant ainsi une zone centrale plus ou moins
  • centrale. En corrélant toutes les données archéologiques et spatiales dont nous disposons actuellement, nous pouvons proposer le schéma suivant : pour les couche 9, 7 et 5, il pourrait s'agir d'occupations sur un laps de temps relativement important, partiellement en grotte ou protégées
  • moins grosses, - la zone du bois dans laquelle on se situe. En effet, la partie centrale morte d'un tronc se transforme peu à peu. Certains auteurs parlent de "duraminisation". Cette transformation s'accompagne entre autres de sécrétions ou dépôts de gommes et d'excroissances