Rechercher sur le site

  • Chercher les documents contenant un mot OU un autre : tapez simplement les mots à la suite => bracelet bronze
  • Chercher les documents contenant un mot ET un autre : utilisez le mot-clef AND => bracelet AND bronze
  • Chercher les documents contenant une expression exacte : taper l'expression entre guillemets => "bracelet en bronze"

Limiter votre recherche

Auteur
Type d'opération
Commune
Département
Date (Année)

3870 résultats Exporter les résultats

Trier par Titre : ascendant / descendant
RAP02731_1.pdf ((56). autour du golfe du Morbihan, les Landes de Lanvaux et le sud de la vallée de la Vilaine. rapport de prospection inventaire)
  • (56). autour du golfe du Morbihan, les Landes de Lanvaux et le sud de la vallée de la Vilaine. rapport de prospection inventaire
  • En 2011, la prospection inventaire conduite par le CERAM a permis l’étude de 42 sites : 36 nouvelles découvertes et 6 sites qui font l’objet de données complémentaires, sur 23 communes différentes. Chronologiquement, les déclarations se répartissent de la façon suivante : 2
  • pour le second Age du Fer, 22 pour la période antique, 12 pour les périodes médiévale et moderne et enfin 7 pour lesquels la chronologie reste indéterminée. La cartographie des déclarations montrent deux secteurs de prospection privilégiés : le nord du golfe du Morbihan et la basse
  • vallée de la Vilaine. On notera que la commune de Baden comptabilise le plus de déclarations avec un total de 5, suivie ensuite par les communes de Brandivy et de Locmariaquer qui comptent chacune 4 déclarations (fig. 01). Concernant la commune de Locmariaquer, les déclarations
  • effectuées résultent de l’étude de lots de mobilier archéologique découverts anciennement qui apportent un éclairage sur cette importante agglomération antique située à l’entrée du golfe du Morbihan. Ces lots ont fait l’objet d’un conditionnement normalisé, d’un inventaire et d’une étude
  • dresse un inventaire des structures connues. La prospection a consisté en une observation attentive des coupes des falaises ou micro-falaises. Celle-ci s’est toutefois révélée difficile du fait d’une part de la présence de murs de pierre édifiés pour prévenir l’érosion des falaises et
  • d’autre part d’une végétation dense de broussailles qui se développe en rebord de falaise et couvre tout ou partie de celle-ci. Ces maçonneries rendent inaccessibles une grande partie du littoral arradonnais, par très urbanisé depuis la seconde moitié du XIXe siècle, et dans une
  • , probablement disparu sous les effets de l’érosion. Les seules structures reconnues consistent en un niveau de terre brun-foncé livrant de petits débris d’augets et une fosse dont le comblement contient des nodules d’argile rubéfiée et des charbons de bois. Sur l’Ile-aux-Moines, la plupart
  • directement sur le substrat granitique et une fosse creusée dans le même terrain naturel. Aucun autre site n’a été identifié sur les côtes de Baden (anses du Moustran et de Toulindac, baie de Locmiquel et anse de Baden entre les pointes de Toulvern et du Blair) en dehors de ceux de
  • Toulindac déclaré en 2008 et de la pointe du Blair en 2010. On attirera l’attention sur une accélération de l’érosion pour le four et l’atelier de Toulindac, déclaré en 2008, qui semble consécutive à l’aménagement d’un sentier côtier au sommet de la falaise. En effet, la végétation qui
  • couvrait et protégeait le site a pratiquement disparu l’exposant aux intempéries (ruissellement des eaux de pluies) mais aussi aux marées de vives eaux. Ce site fera l’objet d’un suivi attentif dans les prochaines années car il présente un grand intérêt sur le plan technologique. En
  • effet, il se distingue de l’essentiel des sites de production de sel recensés sur les rivages du golfe du Morbihan par la mise en œuvre d’augets à bords parallèles ou « barquette » et non d’augets troncprismatiques profonds. - La période antique : La principale découverte pour cette
  • période est celle faite à Crann sur la commune de Treffléan. Le long de la façade ouest d’une enceinte trapézoïdale de 3500 m² délimitées par des talus assez imposants et bien conservés, un édifice maçonné probablement carré a été reconnu suite à un débroussaillement. Ainsi l’arase
  • d’un mur a été mise au jour. Large de 0,45 m et construit en moellons de petit appareil, il a été suivi sur une longueur de 6 m. Le niveau d’apparition de ce mur se situe environ 1 m au-dessus du sol actuel de l’enceinte. Il faut aussi noter qu’il est environné de gravats issus de
  • et de mortier de chaux ont été recueillis indiquant une construction de qualité. Par contre, il faut noter l’absence complète de fragments de tuiles. Les indices dont nous disposons plaident pour une construction de cet édifice à la période antique. D’autres reliefs perceptibles à
  • des bas-plateaux littoraux où se développe notamment la ville antique de Vannes. Une prospection pédestre après labours (janvier 2011 et janvier 2012), dans des conditions de visibilité optimales, a pu être effectuée dans les parcelles : YE 25, 27 et 28, situées immédiatement à
  • l’est de l’enceinte de Kerfloc’h et où se localise le sanctuaire de Goh-Ilis. Celle-ci a permis de mettre en évidence plusieurs concentrations très nettes de fragments de tegulae et d’imbrices, associés ou non à des tessons de céramique. La plus forte concentration correspond au
  • fanum octogonal de Goh-Ilis fouillé en 1892. Il faut remarquer que les vestiges se marquent au sol par un cercle de débris de matériaux de construction de 25 m de diamètre. Cette mesure est nettement supérieure aux dimensions du temple et témoigne donc d’une dispersion relativement
  • 1989 et daté de la première moitié du Ier siècle. Deux autres fortes concentrations ont été mises au jour le long de la clôture avec la parcelle YE 20. Elles se situent de part et d’autre de la voie antique reliant Vannes à Carhaix. Des déchets de verre et des éléments de four
  • même distance du carrefour déjà évoqué et en bordure de l’axe se dirigeant vers Carhaix. Concernant les voies de communication, un tronçon préservé de la voie allant de Vannes à Corseul a été mis en évidence sur une centaine de mètres de long dans un taillis, 1 km au nord du site de
  • vallée de l’Arz. Il couvre une superficie de 1000 m² et a produit une gamme complète de terres cuites architecturales : tegulae, imbrices, briques, tubuli. On notera que la situation topographique de cet atelier présente de grandes similitudes avec celle de l’atelier de Kerblay situé
RAP02610.pdf (VANNES (56). Bohalgo. rapport de sondage)
  • Vannes (Morbihan) Bohalgo site archéologique n° 56 260 037 Arrêté d'autorisation n° 2010/246 Rapport de sondage archéologique Alain Triste et Sébastien Daré avec la collaboration d'Isabelle Brunie Centre d'Etudes et de Recherches Archéologiques du Morbihan Service régional de
  • l'Archéologie de Bretagne décembre 2010 esvaa c Liberté • Egalité * Fraternité era rr^ Centre d'Etudes et de Recherches Archéologiques du Morbihan RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Vannes (Morbihan) Bohalgo site archéologique n° 56 260 037 Arrêté d'autorisation n° 2010/246 Rapport de sondage
  • archéologique Alain Triste et Sébastien Daré avec la collaboration d'Isabelle Brunie Centre d'Etudes et de Recherches Archéologiques du Morbihan Service régional de l'Archéologie de Bretagne décembre 2010 Vannes « Bohalgo » - site n° 56 260 037 FICHE SIGNALETIQUE LOCALISATION DE
  • L'OPERATION Région : Bretagne Département : Morbihan (56) Commune et Code INSEE : Vannes - 56260 Lieu-dit ou adresse: Bohalgo - Avenue du général Delestraint Année du cadastre: 1977 Seetion(s) et parcelle(s) : BL n° 1016 - 1112 - 1173 Coordonnées Lambert Zone: X = entre 220 035 et
  • 220 095 Altitude : entre 22 et 19 m NGF Y = entre 2307 965 et 2307 941 IDENTITE DE L'OPERATION Autorisation n° : 2010-246 du 5 avril au 5 mai 2010 Responsable scientifique : Triste Alain Organisme de rattachement : C.E.R.A.M. Propriétaire du terrain : Office public : Vannes Golfe
  • Habitat (juillet 2009) Société Espacil résidences (avril 2010) 1 avenue P. Mendès France BP 704 - 56607 Lanester Cedex Nature et intitulé de F opération : Sondage archéologique Raison de l'intervention : construction de quatre immeubles de logements Surface décapée et/ou fouillée
  • .)) indéterminée - Vestiges immobiliers : Tène finale : fossés (enclos), trous de poteau définissant un probable grenier, puits gallo-romain : bâtiment sur cave, silo, puits, fossés parcellaires non datés : enclos, fossés et fosses - Vestiges mobiliers : Tène finale : céramique, amphores
  • italiques, lingotière, culot de forge serpette en fer, torchis rubéfié gallo-romain : céramique, verre, lithique : meule, bloc architectural, éléments de dallage en calcaire, mortier en granité, tuiles, tubuli Commentaire : Le site s'étend dans les parcelles situées au sud et à l'ouest
  • . Lieu de dépôt du matériel archéologique : dépôt archéologique du Morbihan (Vannes) ; des fonds documentaires: Service Régional de l'Archéologie de Bretagne (Rennes) REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES DU RAPPORT Armée: 2010 Auteur(s) : Triste Alain et Daré Sébastien Collaborateur(s
  • ) : Isabelle Brunie (étude du mobilier) Titre : Bohalgo (Vannes - Morbihan) - rapport de sondage archéologique Nombre de volumes : 1 nombre de pages : 100 nombre de fig. : 31 nombre de photos : 27 REPUBLIQUE FRANÇAISE MINISTERE DE LA CULTURE ET DE LA COMMUNICATION liberté * Égalité
  • • Fraternité PREFECTURE DE LA REGION BRETAGNE RÉPUBLIQUE FRANÇAISE LE PREFET DE LA REGION BRETAGNE PREFET D'ILLE-ET-VILAINE Officier de la Légion d'honneur, Commandeur de l'Ordre national du mérite N° 2010 -246 VU le code du patrimoine notamment son livre V ; VU le décret n° 65-48 du 8
  • janvier 1965 modifié pris pour l'exécution du livre II du Code du travail (hygiène et sécurité sur les chantiers de travaux); Vu le décret n°2010-146 du 16 février 2010 modifiant le décret n°2004-374 du 29 avril 2004 relatif aux pouvoirs des préfets,à l'organisation et à l'action des
  • services de l'Etat dans les régions et les départements ARRETE Article 1er : M. TRISTE Alain est autorisé(e) à procéder à, en qualité de responsable scientifique, à une opération de sondage à partir de la date de notification du présent arrêté jusqu'au 07/05/2010 concernant la région
  • BRETAGNE Intitulé de l'opération : Vérification de présence de vestiges sur un réseau de fossés fer et antique Département: MORBIHAN Commune : VANNES Cadastre : 2010. BL. 1112.1173 Lieu-dit: LE BOHALGO Numéro(s) de site (s) : 56 260 0037 Coordonnées Lambert : x = y= Programme
  • déroulement scientifique de l'opération. A l'issue de l'opération, le responsable scientifique remettra au conservateur régional de l'archéologie l'ensemble de la documentation et, en double exemplaire, un rapport accompagné des plans et coupes des structures découvertes et des
  • photographies nécessaires à la compréhension du texte. Il donnera un inventaire de l'ensemble du mobilier recueilli et signalera les objets d'iimportance notable. Il joindra éventuellement les fiches détaillées établies pour chacun des nouveaux sites découverts. Le responsable scientifique
  • de l'opération tiendra régulièrement informé le conservateur régional de l'archéologie de ses travaux et découvertes. Il lui signalera immédiatement toute découverte importante de caractère mobilier ou immobilier et les mesures nécessaires à la conservation provisoire de ces
  • vestiges devront être prises en accord avec lui. Article 3 : destination du matériel archéologique découvert. Le statut juridique et le lieu de dépôt du matériel archéologique découvert au cours de l'opération seront réglés conformément aux dispositions légales et réglementaires et aux
  • , le ... -5 2010 Pour le Préfet de région Et par délégation Jean-Yves LE CORRE Pour le directeur régional des affaires culturelles Stéphane DESCHAMPS Conservateur régional de l'archéologie COPIES A : [ ] Intéressé(e) [ ] Préfet de région [ ] Mairie(s) [ ] Direction régionale
  • des affaires culturelles [ ] Organisme de rattachement [ ] Préfet(s) du(des) département(s) concerné(s) [ ] Gendarmerie [ ] Sous-direction de l'archéologie [ ] Propriétaire(s) du(des) terrain(s) [ ] Département des recherches archéologiques sous-marines et subaquatiques (si
RAP02675.pdf (VANNES (56). le Boizy. rapport de fp 2010, 2011, 1, 47)
  • Vannes (Morbihan) Le Boizy site archéologique n° 56 260 035 Arrêté d’autorisation n° 2010/200 Rapport de fouille programmée annuelle Alain Triste et Sébastien Daré Centre d’Etudes et de Recherches Archéologiques du Morbihan Service régional de l’archéologie de Bretagne août
  • 2011 Cé r a m Centre d'Etudes et de Recherches Archéologiques du Morbihan Vannes (Morbihan) Le Boizy site archéologique n° 56 260 035 Arrêté d’autorisation n° 2010/200 Rapport de fouille programmée annuelle Alain Triste et Sébastien Daré Volume 1 : texte Centre d’Etudes et de
  • Recherches Archéologiques du Morbihan Service régional de l’archéologie de Bretagne août 2011 Vannes – Le Boizy – site n° 56 260 035 FICHE SIGNALETIQUE LOCALISATION DE L’OPERATION Région : Bretagne Département : Morbihan (56) Commune et Code INSEE : Vannes – 56 260 Lieu-dit ou
  • adresse: Le Boizy Année du cadastre: 1977 Numéro de l’entité archéologique : 56 260 0035 Section(s) et parcelle(s) : DM n° 419 Coordonnées Lambert II zone étendue : X = 215534 Y = 2309291 Altitude : entre 39 et 40 m NGF IDENTITE DE L’OPÉRATION Autorisation n° : 2010-200 Responsable
  • scientifique : TRISTE Alain Organisme de rattachement : C.E.R.A.M. Propriétaire du terrain : M. Bertrand de Longvilliers Manoir du Boizy 56000 Vannes Nature et intitulé de l’opération : fouille archéologique programmée annuelle Raison de l’intervention : menace par les travaux de remise en
  • état des dépendances du manoir Surface décapée et/ou fouillée : 570 m² Surface estimée du site : plusieurs hectares Fouille menée jusqu’au substrat: OUI NON Sinon, altitude du fond de fouille : RÉSULTATS SCIENTIFIQUES DE L’OPERATION Mots clés : - Chronologie : Antiquité romaine
  • : Haut-Empire, Bas-Empire, époque médiévale (XIIIe-XVe s.) Temps modernes et époque contemporaine - Vestiges immobiliers : gallo-romain : bâtiment d’habitation sur solins, mur de clôture, sol, villa foyer, chambre de fumage, alandier, trou de poteau, perches d’échafaudage époque
  • ) REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES DU RAPPORT Année : 2011 Auteur(s) : Triste Alain et Daré Sébastien Collaborateur(s) : Jean-Luc Daré (plans et relevés) Isabelle Brunie (inventaire du mobilier) Titre : Vannes (Morbihan), le Boizy – rapport de fouille programmée Nombre de volumes : 1 nombre de
  • pages : 90 nombre de fig. : 18 nombre de photos : 41 0 Vannes – Le Boizy – site n° 56 260 035 SOMMAIRE Fiche signalétique Copie de l’arrêté d’autorisation Sommaire Liste des figures Liste des photographies 1. Le cadre de l’intervention et objectifs scientifiques 2
  • . L’environnement naturel et archéologique du site 2.1 Le contexte géographique et géologique 2.2 Le contexte archéologique 3. Méthodologie 4. Communication 5. Description des vestiges : 5.1 Phase I : un bâtiment sur solins de pierres Datation, interprétation et comparaisons 5.2 Phase II : un
  • mur de clôture Interprétation et datation 5.3 Phase III : le corps de logis 5.3.1 Les murs 5.3.1.1 Le mur de façade ouest MR 1 5.3.1.2 Le mur pignon nord MR 2 5.3.1.3 Le mur de façade est MR 3 5.3.1.4 Le mur pignon sud MR 4 5.3.1.5 Le mur de refend longitudinal MR 5 5.3.1.6 Le mur
  • 29 30 30 33 33 1 Vannes – Le Boizy – site n° 56 260 035 5.3.3.2 Le secteur III 5.3.3.3 Le secteur IV 5.3.4 Interprétation, datation et comparaisons : 5.3.4.1 Etat I du corps de logis 5.3.4.2 Etat II : des transformations limitées 5.4 Phase IV : du Moyen Age à la période
  • contemporaine 5.4.1 Les vestiges médiévaux 5.4.1.1 Les fosses 5308 et 5366 5.4.1.2 Les couches de terre 5501 et 5601 5.4.2 Les vestiges de la période médiévale à contemporaine 5.4.2.1 Le bâtiment des dépendances 5.4.2.2 Le chemin creux 5.4.2.3 Les fosses 5.4.2.4 Une tombe animale 5.4.2.5 Un
  • enclos transformé en hangar 6. Conclusion 7. Bibliographie 33 34 35 35 37 38 38 38 38 41 41 41 42 42 42 44 46 2 Vannes – Le Boizy – site n° 56 260 035 Liste des figures Fig. 01 : localisation du site à l’échelle régionale et sur fond de carte IGN au 1/25000ème : Bretagne. Fig
  • . 02 : localisation sur fond de carte IGN et sur clichés aériens de la fouille archéologique programmée réalisée en 2010 au Boizy. Fig. 03 : localisation sur fond cadastral de la zone de fouille. A noter que le hangar agricole accolé aux dépendances du manoir est encore figuré. Fig
  • . 04 : plan général de la villa et des structures archéologiques découvertes Fig. 05 : plan général de la villa et des structures archéologiques découvertes sur le cadastre de Vannes de 1844 (section I dite du Bondon – 2ème feuille / ADM cote 3 P 297/49 – source : www.morbihan.fr
  • rouge). Fig. 08 : situation sur fond topographique et le parcellaire actuel des vestiges de la villa du Boizy (cercle rouge) par rapport à la ville antique de Vannes et aux voies principales. Fig. 09 : anciens axes de circulation autour de la villa du Boizy sur le cadastre primitif
  • de Vannes (section H dite du Bondon 2ème feuille – ADM 3 P 297/19 – source : www.morbihan.fr). Fig. 10 : plan d’ensemble de la fouille. Fig. 11 : coupe stratigraphiques ABCD, EF, GH, IJ, KL et élévations des murs MR 1, 6 et 12. Fig. 12 : plans des vestiges des phases I et II. Fig
  • . 13 : plans des vestiges des phases III et IV. Fig. 14 : joints regarnis de l’U.S. 5014, fragments d’enduits peints de l’U.S. 5152, tuile et brique de l’U.S. 5361, briques quart-de-rond de l’U.S. 5510, petite hache polie et manche de clé en bronze de l’U.S. 5615. Fig. 15
  • : céramiques gallo-romaines des U.S. 5105, 5361, 5412 et 5615. Fig. 16 : céramiques médiévales et modernes produites par les ateliers de Saint-Jean-laPoterie et jambe de verre à boire de l’U.S. 5501. Fig. 17 : céramique onctueuse de l’U.S. 5501, céramiques médiévales de l’U.S. 5601. Fig. 18
RAP01437.pdf (CESSON-SÉVIGNÉ (35). la chapelle. villa et ateliers de verriers. rapport de fouille préventive)
  • CESSON-SÉVIGNÉ (35). la chapelle. villa et ateliers de verriers. rapport de fouille préventive
  • I s i ï CESSON-SEVIGNE. "La Chapelle" 35.051.004. A.H. Ille et Vilaine D.F.S de fouille préventive 2 8 / 1 0 / 1 9 9 6 - 2 0 / 0 6 / 1 9 9 7 Par Dominique Pouille Volume 1 A.F.A.N Rennes : S.R.A de Bretagne. t=ca CESSON-SEVIGNE. "La Chapelle" 35.051.004. A.H. Il le et
  • ...• Lieu dit ou adresse : ..la OEpelle Année cadastre : 1977 Coordonnées Lambert Zone : .1 Section(s) et parcelle(s): Altitude ..?l. a . xl =..307.250 x2= yl= .lO^.-. 1 ^ y 2= 79ti ^7107^1^3-54^55-^0 - x3= .... y3= I D E N T I T E DE L ' O P E R A T I O N Autorisation n° : 19
  • ..96../1QQ.. valable du 2 8 / 1 0 au ?.8/p5l997 TITULAIRE (nom et prénom) :B?uille Dçmirdgue. Propriétaire du terrain HE. I l l e .et .Vilaine Nature: ffî ^ll SP Organisme de rattachement Protection juridique : Motif de l'opération : I t o œ . r a ^ e r . . . Maître
  • , - Vestiges mobiliers : ... .Céramiques,. . w i e , . déttets. artisanat.veniec,. .éléients. d'epus. sectile. COMMENTAIRE: LIEU DE DEPOT : du mobilier : Rares.dépôt fouille. des fonds documentaires: J3&. Bretagne... N° des 10 à 20 diapo. les plus représentatives fouille et mobilier) : cf
  • r c h e s et f o r m a t i o n aux arts verriers. Plate forme verrière. Rue de la liberté. 54112 Vannes-le-Châtel. INTERVENANTS TECHNIQUES Equipe de fouille: François Briand (AFAN, technicien) Philippe Cocherel (AFAN, technicien) Catherine Hervé (AFAN, assistant d'étude) Stéphan
  • u a r a n t a i n e d e b é n é v o l e s étudiants en histoire et histoire de l'art de l'Université de Haute Bretagne, Rennes Photographies: Hervé Paitier (AFAN, assistant d'étude) Equipe de post-fouille: Jean Michel Goy (bénévole) V é r o n i q u e Guitton ( b é n é v o l
  • , assistant d'étude) Communication: Frédérique d'étude) Fromentin (AFAN, chargé Dessin: Stéphane supérieur) Jean (AFAN, technicien Gestion et étude du mobilier: Françoise d'étude) Labaune Restauration (AFAN, assistant du mobilier: Laboratoire Arc'Antique-Nantes Prélèvements
  • magnétiques: et étude Louis Goulpeau (CNRS, d'archéométrie; UMR 65 66) Yannick Garcia (CNRS, d'archéométrie; UMR 65 66) Préléments et étude archéoLaboratoire Laboratoire anthracologique: Dominique Marguerie (CNRS, Laboratoire d'anthropologie-centre d'archéo-botanique; UMR 65 66
  • ) Prélèvements et analyses du matériel de l'atelier de verrier: Maurice Picon (CNRS, UPR 7524) Moulages des fours de verrier: A r m a n d V i n ç o t t e (laboratoire A r c ' A n t i q u e , Nantes) Remerciements à: Patrick Maguer, Régis Bernard et J e a n - N o ë l H e r m e r t ( A F
  • (conservateur) DDE d'Ille et Vilaine. Sommaire. 1-1. 1-2. n-i. n-2. m. in-i. ffl-i-i. ffl-l-2. m-2. m-2-1. III-2-l-a. m-2-l-b. ni-2-i-c. ra-2-l-d. ffl-2-l-e. 111-3. m-3-i. m-3-2. m-3-3. m-3-4. ra-3-5. ffl4. ra-5. IV. IV-î. IV-2. IV-3. IV-4. IV-5. IV-6. rv-7. IV-8. IV-9. V. V-l. V-l
  • -a. V-l-b. V-l-c. V-l-d. V-2. V-2-a. V-2-b. V-2-c. V-3. VI. Cadre matériel et motifs de l'intervention. Localisation géographique. Les vestiges archéologiques. Problématiques abordées pendant la fouille et exploitation des données recueillies. Etude analitique des vestiges. Le
  • bâtiment 1. Le « fossé » 2097. Premiers éléments de chronologie. Le bâtiment 2. L'aile froide. La salle 4. Eléments de chronologie. La salle 5. La liaison entre S4 et S5. Eléments de chronologie. L'aile chaude. La salle 6. La canalisation 1205. Eléments de chronologie. La chaufferie. La
  • salle 7. La salle 8. Les témoignages d'occupation antique présents sur le reste du site. Tentative d'approche synthétique de l'évolution chronologique du site et interprétation des vestiges. Phase 1. Phase 2. Phase 3. Phase 4. Phase 5. Phase 6. Phase 7. Phase 8. Phase 9. L'atelier de
  • verrier. Les structures de chauffe. Les fours. Le cas du four 2001. Les tranchées-foyer. Les structures 2043 et 2102. Le mobilier archéologique directement lié à l'artisanat du verre. Le matériel en verre. Le matériel en céramique. Le matériel en verre indirectement lié à l'atelier de
  • . Fig. 1. Localisation du site de "La chapelle" sur le fond I.G.N. (carte I.G.N. 1218 Est au 1:25000). Fig. 2. Localisation, sur le cadastre récent,du décapage,de l'emprise autoroutière et des vestiges repérés par prospection aérienne. Fig. 3. Plaque en schiste scupltée représentant
  • des armes défensives (trophé ?). La Touche Martin, CessonSévigné. Prêt de M. Tardif, (d'après catalogue d'exposition Nos ancêtres les Riedones, p. 25). Fig. 4. Plan général toutes structures confondues. Fig. 5. Sections dans les fossés 1172 et 1010 (Est du bâtiment). Fig. 6
  • . Sections dans les fossés 1210, 1148 et 1182. Fig. 7. Tracé du fossé 1148, figuré sur le plan général toutes structures confondues. Fig. 8. Phase 3.+fig. 8 bis. Fig. 9. Section dans le fossé 2097 Fig. 10. Plan de détail du bâtiment 2 ou balnéaire. Fig. 11. Phase 4. Fig. 12. Plan et coupe
  • 1014 et 1010 sont figurés à titre indicatif, mais ne fonctionnent plus à cette époque. Fig. 15. Plan et coupe de la salle S.5. Fig. 16. Phase 5. Fig. 17. Détail de l'élévation des maçonneries de la salle S6. Fig. 18. Phase 6. Fig. 19 . Détail de l'évolution du tunnel de chauffe et
  • de la succession des surfaces d'entretien des feux. Fig. 20. Phase 6. Fig. 21. Détail de l'élévation du mur M4 et restitution du positionnement des vestiges les uns par rapport aux autres. Fig. 22. Plan du balnéaire et détail de la canalisation 1205 /1246. Fig. 23 . Coupe
  • restituée de l'une des parois et du fond du tunnel de chauffe. Fig. 24. Principe de chauffe d'un hypocauste dont l'eau de la baignoire chaude est chauffée par testudo { d'après J.-M. Degbomont Hypocaustes). Fig. 25. Testudo alvei de plomb découvert à Djamila (Algérie). Fig. 26. Plan de
RAP03896 (RIEUX (56). Le Clos Macé. Rapport de sondages archéologiques)
  • Rieux (Morbihan) le Clos Macé Arrêté d’autorisation n° 2014-007 Rapport de sondages archéologiques Isabelle BRUNIE Centre d’Etudes et de Recherches Archéologiques du Morbihan Service régional de l’archéologie de Bretagne Février 2020 Cé r a m Centre d'Etudes et de Recherches
  • d’Études et de Recherches Archéologiques du Morbihan Service régional de l’archéologie de Bretagne Février 2020 CERAM – Manoir de Champ-Gauchard, ruelle de Champ-Gauchard – 56000 Vannes ceram56@orange.fr Avis au lecteur Le présent rapport comporte les résultats d’une opération de
  • application, ils pourront donc être consultés en respect des droits de propriété littéraire et artistique possédés par les auteurs et des contraintes qui en résultent. La prise de notes et les photocopies sont autorisées pour un usage exclusivement privé et non destinées à une utilisation
  • collective (article L122-5 du code de la propriété intellectuelle). Toute reproduction de texte, accompagnée ou non de photographies, cartes ou schémas, n’est possible que dans le cadre de la courte citation, avec les références exactes et complètes de l’auteur et de l’ouvrage. Par
  • application de la loi n° 78-753 du 17 juillet 1978 modifiée et portant diverses mesures d’amélioration des relations entre l’administration et le public. L'accès à ces documents administratifs s’exerce auprès des administrations qui les ont élaborés ou qui les détiennent, au choix du
  • demandeur et dans la limite de leurs conditions d’accueil. La mise en ligne des rapports par le SRA Bretagne a pour objectif de faciliter cette consultation. La consultation et l’utilisation de ces rapports s’effectuent dans le respect des dispositions du code de la propriété
  • intellectuelle relatives aux droits des auteurs. Notamment en application de l'article L.122-5 du code de la propriété intellectuelle, cela implique que : 1) les prises de notes et les copies ou autres formes de reproduction sont autorisées dans la mesure où elles sont strictement réservées à
  • l’usage privé du copiste et non destinées à une utilisation collective; 2) toute reproduction du texte, accompagnée ou non de photographies, cartes ou schémas, n’est possible que dans le cadre de courtes citations qui doivent être justifiées, par exemple par le caractère scientifique
  • de l’œuvre à laquelle elles sont incorporées, et sous réserve de l’indication claire du nom de l’auteur et de la source (références exactes et complètes de l’auteur, de son organisme d’appartenance et du rapport); 3) la représentation ou la reproduction d’extraits est possible à
  • des fins exclusives d’illustration dans le cadre de l’enseignement et de la recherche, dès lors que le public auquel elle est destinée est majoritairement composé d'élèves, d'étudiants, d’enseignants ou de chercheurs directement concernés, et que son utilisation ne donne lieu à
  • aucune exploitation commerciale. Le non-respect de ces règles constitue le délit de contrefaçon prévu et sanctionné par les articles L.335-2, L.335-3 et suivants du code de la propriété intellectuelle. Renseignement : DRAC Bretagne : http://www.culture.gouv.fr/Regions/Drac-Bretagne
  • SIGNALÉTIQUE GÉNÉRIQUE DE L’OPÉRATION COPIE DE L’ARRÊTÉ PRÉFECTORAL DE L’OPÉRATION DE SONDAGE N°2014-007 16 1. Introduction 16 1.1. Les motifs et le déroulement des sondages 24 1.2. La post-fouille 25 1.3. Les opérations de médiation et de valorisation 26 1.4. Les contextes
  • topographique et géologique 27 1.5. Le contexte archéologique 16 19 21 22 22 25 25 1.1.1. Introduction et objectifs 1.1.2. Méthodes d’intervention 1.1.3. Recouvrement des vestiges, perturbations et aménagements récents 1.1.4. Le site à l’issue du décapage : état de conservation
  • et nature de l’occupation antique 1.1.5. Méthodes d’enregistrement et de relevé 1.3.1. Porte-ouverte et expositions grand public 1.3.2. Communications scientifiques 27 27 32 32 34 1.5.1. L’environnement du site avant la période antique 1.5.2. L’occupation antique de Rieux
  • -Fégréac 1.5.3. Le territoire à la période antique 1.5.4. L’occupation à la période médiévale 1.5.5. Le franchissement de la Vilaine 36 2. Résultats archéologiques 36 2.1. Sondage 1 : les vestiges antiques 36 2.1.1. Les fosses FS5340-1 et FS5340-2 36 36 40 42 2.1.1.1
  • . La fosse FS5340-1 2.1.1.2. La fosse FS5340-2 2.1.2. Une première unité construite sur solin : SO5 2.1.3. Une deuxième phase de construction sur solins : SO1, SO2, SO3 et SO4 42 Contour des fosses FS5340-1 et FS5340-2 44 2.1.3.1. Le bâtiment 1 46 2.1.3.2. Le bâtiment 2 48
  • 2.1.3.3. L’espace de séparation entre les bâtiments 1 et 2 50 2.1.4. La structure excavée ST5410 51 2.2. Sondage 1 : Les traces de l’époque médiévale ou moderne ? 6 Céram - Rapport de sondages archéologiques 52 2.3. Sondage 2 : les vestiges antiques 62 3. Étude du
  • FR6500 2.3.3. Le trou de poteau PO6610 et le fossé FO6600 2.3.4. La structure excavée ST6410 2.3.5. Le fossé FO6400 2.3.6. Les fossés FO6250 et FO6256 2.3.7. La fosse FS6282 2.3.8. La fosse FS6260 2.3.9. Le puits PT6810 3.1.1. Description du mobilier céramique par unité
  • bouteilles 3.2.1.3. Les récipients de forme indéterminée 3.2.1.4. Le verre à vitre 119 3.2.1. Typologie 121 3.2.2. Analyse générale 122 3.3. Catalogue des objets métalliques et des scories 125 3.4. Catalogue des objets lithiques 128 4. Synthèse et conclusion 128 128 128
  • 129 129 129 4.1. Évolution de l’occupation antique 4.1.1. Phase 1 : des fosses d’extraction de matériaux (courant Ier s.) 4.1.2. Phase 2 : première trace d’une architecture légère et développement d’activités artisanales (courant Ier s.) 4.1.3. Phase 3 : deuxième phase de
RAP02960_1.pdf ((56). autour du golfe du Morbihan, Landes de Lanvaux et sud de la vallée de la Vilaine. rapport de pd 2013)
  • (56). autour du golfe du Morbihan, Landes de Lanvaux et sud de la vallée de la Vilaine. rapport de pd 2013
  • Autour du golfe du Morbihan, Landes de Lanvaux et sud de la vallée de la Vilaine Arrêté d'autorisation n° 2013-025 Rapport de prospection diachronique 2013 volume 1/2 Sébastien Daré, Yann Dufay-Garel avec la collaboration d'Isabelle Brunie, de Bruno Régent Centre d'Etudes et
  • de Recherches Archéologiques du Morbihan Service régional de l'archéologie de Bretagne avril 2014 Autour du golfe du Morbihan, Landes de Lanvaux et le sud de la vallée de la Vilaine Arrêté d'autorisation n° 2013-025 DRAC~SRA 2 3 a\/ C°uRRIEr ArRi\/Ee Rapport de prospection
  • diachronique 2013 volume 1/2 Sébastien Daré, Yann avec Dufay-Garel la collaboration d'Isabelle Brunie et de Bruno Régent Centre d'Etudes et de Recherches Archéologiques du Morbihan Service régional de l'archéologie de Bretagne avril 2014 CERAM1 — siège social : 6 rue de la Tannerie
  • — 56000 Vannes / Bureau : manoir de ruelle de Champ-Gauchard - 56000 Vannes - www.ceram56.fr - Champ-Gauchard, ceram56@orange.fr • Égalité • Fraternité République Française Liberté PREFET DE LA REGION BRETAGNE le Préfet de la Préfet région de Bretagne, d'IlIe-et-Vilaine
  • , ARRETE n° 2013-025 VU le code du patrimoine, notamment son livre V et en particulier les articles L531-9 et L531-15 VU le décret n° 65-48 du 8 travail (hygiène et sécurité janvier 1965 modifié pris les chantiers de travaux) ; l'exécution du livre II du Code du sur VU le décret
  • n° 94-423 du 27 mai 1994 portant d'archéologie nationale pour ; création des organismes consultatifs en matière ; VU le décret n° 2010-146 du 16 février 2010 modifiant le décret n° 2004-374 du 29 avril 2004 relatif et pouvoirs des préfets, à l'organisation et à l'action
  • : Monsieur DARE Sébastien est autorisé à procéder, en qualité de responsable scientifique, à une opération de prospection diachronique à partir de la date de notification du présent arrêté jusqu'au 31/12/2013 : Intitulé de l'opération : autour du golfe du Morbihan - landes de Lanvaux et
  • et le contenu sont définis par les dispositions de l'arrêté du 27 septembre 2004. Le rapport remis en trois exemplaires au format A4 papier, documents pliés inclus et un exemplaire au format PDF sur support numérique. II donnera un inventaire de l'ensemble du mobilier recueilli et
  • signalera les objets d'importance notable. Il indiquera les études complémentaires envisagées et le délai prévu pour la publication. régional de L'ensemble des documents relatifs à ...) sera remis au l'opération (notes, photographies, relevés, correspondances, conservateur régional
  • de l'archéologie. Le responsable scientifique de l'opération tiendra régulièrement informé le conservateur régional l'archéologie de ses travaux et découvertes. Il lui signalera immédiatement toute découverte importante de caractère mobilier ou immobilier et les mesures
  • nécessaires à la conservation provisoire de ces vestiges devront être prises en accord avec lui. de Article 3 : destination du matériel archéologique découverte Le statut juridique et le lieu de dépôt du matériel archéologique découvert au cours de l'opération réglés conformément aux
  • dispositions légales et réglementaires et aux termes des conventions passées avec les propriétaires des terrains concernés. seront Article 4 : prescriptions / motivations / recommandations particulières à l'opération Néant. Article 5 : Le Directeur régional des affaires culturelles
  • 80 fiches de découvertes d'entités archéologiques : 66 nouvelles et 14 sites pour lesquels il s'agit de données complémentaires ; portant sur 26 communes La différentes. D'un point de vue chronologique, les déclarations se répartissent de la façon suivante : 18 pour la
  • protohistoire (plus précisément l'Age du Fer), 17 pour la période antique, 6 pour les périodes médiévale et moderne, 35 pour lesquels la chronologie reste indéterminée et 4 qualifiées de transchronologiques car elles s'inscrivent sur la longue durée couvrant plusieurs périodes
  • 017 Bignan Marmater 1 à 6 017 Bignan La lande de Moréac 1 à 5 017 Bignan Quelvo 017 Bignan ZI du Barderff 017 Bignan Kerpadirac 028 Caden La Ville-ès-Cart 030 Camoël Camoëlin 030 Camoël Kermarin 030 Camoël La Ville Laurent 3 et 4 054 Erdeven Kerhillio
  • 062 Gâvres La grande 070 Guégon Lescouët Centre d'Etudes et de Recherches Champ-Guy plage Archéologiques du Morbihan, association loi de 1901 créée en 1977. N° INSEE Commune Lieu-dit 116 Locmariaquer Le Lehuie - Er Hastel 116 Locmariaquer Ancien cimetière - Le
  • théâtre 126 Marzan Château de l'Isle - moulin 140 Moréac Bodam 1 et 2 140 Moréac Goueh-er-Vran 140 Moréac Kermeno 140 Moréac Keroret 140 Moréac Le Croëzo 140 Moréac Marécamie 155 Pénestin Le 155 Pénestin Tréhiguier - Gourvinais 1 155 Pénestin Tréhiguier
  • - Gourvinais 1 155 Pénestin Le 157 Plaudren Kerfloc'h 164 Ploeren Assénac 172 Plumelec Château-Blanc 174 Plumelin Golidec 1 à 3 174 Plumelin Lingohou 1 à 3 174 Plumelin Corn-er-Hoët 1 et 2 174 Plumelin Goh-Ler-Vraz 174 Plumelin Lann Gostrevel 1 à 5 175 Plumergat
  • % 5 % 6.25 % - : ■ nouvelles découvertes données complémentaires Transchronologique : nouvelles découvertes - Rapport de prospection diachronique 2013 (arrêté 2013-025) 80 entités archéologiques sur 26 communes Répartition géographique et par grande période chronologique
  • des découvertes effectuées pendant la prospection diachronique de annee 2013 (DAO : S. Daré) c e£ ajtl Centre d'Etudes et de Recherches Archéologiques du Morbihan cartographie des découvertes montre deux secteurs privilégiés : la basse vallée de la zone centrale du Morbihan
RAP03941 (RENNES (35). 6 ru e de Robelin. Rapport de fouille)
  • , rue Robelin concerne la périphérie nord-ouest de la ville antique de Rennes, et plus précisément le versant ouest, à proximité de l’ancien cours de l’Ille. L’opération se situe à quelques dizaines de mètres du complexe thermal découvert à la fin des années 70 lors de la
  • construction du collège rue d’Échange. À l’époque, les archéologues étaient intervenus alors que la moitié du site avait déjà été dévastée par les pelles mécaniques. La fouille de la rue Robelin a donc permis de compléter les données issues de la fouille du CES Échange, et surtout de
  • situant donc dans l’angle nord-ouest de l’espace clos. À partir de la première moitié du second siècle de notre ère, ce dernier a servi dans un premier temps d’aires de gâchage, avant la mise en place d’un égout en provenance des thermes et traversant le mur de clôture ouest en
  • direction de l’Ille. Les maçonneries ont en grande partie été récupérée, toutefois, une partie du mur ouest préservée encore sur 80 cm de haut (hors fondation) montre une architecture massive et soignée de cette enceinte. Dans ce même mur, une entrée, probablement de service, a été
  • années 260. À partir de cette date, les thermes sont détruits et les matériaux récupérés servent probablement à la construction du rempart de la ville. Les éléments de démolition sont alors étalés sous forme de remblai. Un mur effondré sur le site de la rue Robelin et préservé de la
  • récupération massive, est conservé sur une hauteur de 3 m. Il présente une mise en œuvre en opus mixtum alternant trois assises de briques et trois assises de moellons de schiste. Ses parements présentent un enduit au mortier de tuileau sur lequel des traces de peinture ont été mis en
  • évidence. Sa provenance reste inexpliquée puisqu’aucun massif de fondation n’a été découvert au sein même de l’emprise fouillée. Il devait probablement venir d’un bâtiment situé plus à l’est. Au regard de l’épaisseur des stériles recouvrant les derniers niveaux archéologiques, et des
  • résultats de la fouille du CES Echange, le quartier semble abandonné suite à l’édification du castrum, à l’instar d’autres quartiers se situant en dehors de la ville du Bas Empire. Les lieux seront de nouveau occupés à la fin du XVIIIe siècle et encore plus à partir du milieu du XIXe
  • siècle avec la canalisation du cours de l’Ille. Ille-et-Vilaine, Rennes, 6, rue Robelin  : La cour de service des thermes publics de Condate Sujets et thèmes Édifice public, Bâtiment, Voirie, Hydraulique, Urbanisme, Fosse, Fossé Ille-et-Vilaine, Rennes, 6, rue Robelin Rapport
  • d’opération Chronologie Antiquité romaine, Empire romain, HautEmpire, Bas-Empire, Époque médiévale, bas Moyen Âge, Époque moderne, Époque contemporaine Ille-et-Vilaine, Rennes, 6, rue Robelin La cour de service des thermes publics de Condate sous la direction de Rozenn Battais Inrap
  • Grand Ouest octobre 2020 Fouille archéologique Rapport d’opération La cour de service des thermes publics de Condate 35238 Code INSEE Ille-et-Vilaine, Rennes, 6, rue Robelin — F120942 2017 - 296 Système d’information Code Inrap Arrêté de prescription sous la direction de
  • un document administratif communicable au public dès sa remise au service Régional de l’Archéologie, suivant les prescriptions de la Loi n° 78-753 du 17 juillet 1978 modifiée, relative à l’amélioration des relations entre l’administration et le public. Aux termes de la circulaire
  • du 26 mars 1993, il pourra être consulté ; les agents des Services Régionaux de l’Archéologie rappelleront à tout demandeur les droits de la propriété littéraire et artistique possédés par les auteurs et les contraintes qui en résultent pour tout consultant. Les prises de notes et
  • les photocopies sont autorisées pour un usage exclusivement privé et non destiné à une utilisation collective (article L122-5 du code de la propriété intellectuelle). Toute reproduction de texte, accompagnée ou non de photographies, cartes ou schémas, n’est possible que dans le
  • cadre du droit de courte citation, avec les références exactes et complètes de l’auteur et de l’ouvrage. Par ailleurs, l’exercice du droit à la communication exclut, pour ses bénéficiaires ou pour les tiers, la possibilité de reproduire, de diffuser ou d’utiliser à de fins
  • commerciales les documents communiqués (Loi n° 78-753 du 17 juillet 1978, art. 10). Le non-respect de ces règles constitue un délit de contrefaçon puni par l’article 425 du code pénal. » Sommaire Données administratives, techniques et scientifiques 9 Fiche signalétique 10 Mots
  • l'opération 47 1.1 Cadre de l’intervention 50 1.1.1 Introduction 1.1.2 Le contexte topographique et géologique 1.1.3 Le contexte historique et archéologique 52 1.2 47 49 Résultats du diagnostic et problématiques de l’opération 54 1.2.1 Résultats du diagnostic
  • 1.2.2 La prescription archéologique et problématiques de fouilles 54 1.3 52 54 56 56 56 60 62 63 64 Descriptif technique et scientifique de l’opération 1.3.1 Aspects techniques du décapage 1.3.2 Le terrain au terme du décapage 1.3.2.1 Les perturbations
  • contemporaines 1.3.2.2 État des vestiges 1.3.3 Stratégie de fouille 1.3.4 Contraintes et difficultés rencontrées 1.3.5 Enregistrement et archivages des données 1.3.6 Exploitation des données en post-fouille 65 2. Description des résultats 65 2.1 Phase 1 : Les premiers
  • signes d’occupation 70 2.1.1 Description des vestiges 2.1.2 Synthèse et éléments de datation 71 2.2 66 Phase 2 : un espace extérieur clos 90 2.2.1 État 1 : la phase de construction 2.2.1.1 Les murs de clôture 2.2.1.2 Remblais et niveaux de chantier 2.2.1.3
RAP02921.pdf (TORCÉ (35). Mauzé. rapport de fouille préventive)
  • RAPPORT FINAL D’OPERATION - FOUILLE ARCHEOLOGIQUE LGV Le Mans-Rennes Commune de Torcé (Ille-et-Vilaine, 35) Lieu-dit Mauzé © France Archéologie, août-octobre 2012 Sous la direction de Béatrice Robert, Avec la collaboration de Loïc Daverat, David Aoustin, Marielle Bernier
  • , sondage, sauvetage…) sont des documents administratifs communicables au public, en application de la loi n° 78-753 du 17 juillet 1978 modifiée et portant diverses mesures d’amélioration des relations entre l’administration et le public. L'accès à ces documents administratifs s’exerce
  • auprès des administrations qui les ont élaborés ou qui les détiennent, au choix du demandeur et dans la limite de leurs conditions d’accueil. La mise en ligne des rapports par le SRA Bretagne a pour objectif de faciliter cette consultation. La consultation et l’utilisation de ces
  • rapports s’effectuent dans le respect des dispositions du code de la propriété intellectuelle relatives aux droits des auteurs. Notamment en application de l'article L.122-5 du code de la propriété intellectuelle, cela implique que : 1) les prises de notes et les copies ou autres formes
  • de reproduction sont autorisées dans la mesure où elles sont strictement réservées à l’usage privé du copiste et non destinées à une utilisation collective; 2) toute reproduction du texte, accompagnée ou non de photographies, cartes ou schémas, n’est possible que dans le cadre de
  • courtes citations qui doivent être justifiées, par exemple par le caractère scientifique de l’œuvre à laquelle elles sont incorporées, et sous réserve de l’indication claire du nom de l’auteur et de la source (références exactes et complètes de l’auteur, de son organisme d’appartenance
  • et du rapport); 3) la représentation ou la reproduction d’extraits est possible à des fins exclusives d’illustration dans le cadre de l’enseignement et de la recherche, dès lors que le public auquel elle est destinée est majoritairement composé d'élèves, d'étudiants, d’enseignants
  • ou de chercheurs directement concernés, et que son utilisation ne donne lieu à aucune exploitation commerciale. Le non-respect de ces règles constitue le délit de contrefaçon prévu et sanctionné par les articles L.335-2, L.335-3 et suivants du code de la propriété intellectuelle
  • est régie par les dispositions du code de la propriété intellectuelle concernant la propriété littéraire et artistique. Les prises de notes et les photocopies sont autorisées pour un usage exclusivement privé et non destiné à une utilisation collective (article L.122-5 du code de
  • la propriété intellectuelle). Toute reproduction du texte accompagné ou non de photographies, cartes ou schémas, n’est possible que dans le cadre de courtes citations, avec les références exactes et complètes de l’auteur de l’ouvrage. Toute utilisation des données du rapport à des
  • fins lucratives est interdite en vertu de l’article 10 de la loi modifiée du 17 juillet 1978 relative à l’amélioration des relations entre l’administration et le public. Le non1 respect de ces règles constitue un délit de contrefaçon puni par l’article 425 du code pénal ». 1
  • « Loi n°78-753 du 17 juillet 1978, article 10 « Les documents administratifs sont communiqués sous réserve des droits de propriété littéraire et artistique. L’exercice du droit à la communication (…) exclut, pour ses bénéficiaires ou pour les tiers, la possibilité de reproduire, de
  • diffuser ou d’utiliser à des fins commerciales les documents communiqués ». REMERCIEMENTS Pour la réalisation et le bon déroulement de l’opération archéologique menée sur le site de Mauzé, commune de Torcé, nous tenons à remercier les intervenants suivants : - le Service Régional de
  • l’Archéologie de Bretagne, représenté par Stéphane Deschamps (Conservateur Régional de l’Archéologie), Yves Menez (Adjoint au Conservateur Régional de l’Archéologie) et Anne Villard-le-Tiec (Conservateur du Patrimoine) ; - François Poggio (Chargé de Mission Archéologie Préventive – Eiffage
  • Rail Express) ; - France Archéologie pour les moyens mis en œuvre au bon déroulement de l’opération ; - Françoise Labaune (Inrap) pour sa disponibilité et ses conseils en céramologie ; - Véronique Montembault (Gestionnaire du mobilier) pour sa rigueur dans le conditionnement
  • (Arkemine Sarl) pour ses conseils et sa disponibilité dans l’étude des TCA ; - les techniciens de fouille, notamment Guillaume Gutel, Maud Labalme et Laurence Seneray pour leur travail et leur conscience professionnelle ; - plus particulièrement, nous remercions Laurence Seneray pour
  • l’ensemble de son investissement dans l’enregistrement des données et le travail post-fouille ; - les conducteurs d’engins (Aubert Denis, Lequertier Alexandre, Cosson Franck, Beaunol Frédéric, Dyvrande Patrick, Boiseau Stéphane, Girard Pierre Yves, Villette Jean-François, Serée Nicolas
  • , Hay Nicolas, Lebrenne Christophe, Lecoq Patrick, Joulain Cédric : chauffeurs de pelles et de tracto-bennes) ; - Marie-Caroline Daverat pour son travail de relecture. 1 SOMMAIRE Remerciements 1 1. DONNEES TECHNIQUES ET ADMINISTRATIVES 11 1.1. Fiche signalétique 13 1.2
  • . Copie de l’arrêté n° 2012-009 modifiant l’arrêté n° 2011-161 25 1.5.5. Copie du cahier des charges scientifiques 27 1.5.6. Copie de l’arrêté n°2012-104 portant autorisation d’une opération de fouille préventive 2. DETAIL DE L’OPERATION ET RESULTATS 2.1. Etat des connaissances
  • du site 33 35 37 2.1.1. Localisation du site 37 2.1.2. Contexte environnemental et géologique 37 2.1.3. Contexte historique et archéologique 42 Contexte historique 42 Données archéologiques 45 2.1.4. Rappel des circonstances de l’intervention 47 2.1.5. Rappel des
RAP03720 (LANGROLAY-SUR-RANCE (22). La villa de SDU les Vaux. Rapport de fouille)
  • Sujets et thèmes Édifices religieux, structure funéraire, voirie, hydraulique, bâtiment, habitat rural, villa, bâtiment agricole, structure agraire, maison, foyer, fosse Mobilier Industrie lithique, industrie osseuse, céramique, restez, végétaux, faune, objet métallique, outil
  • , monnaie, verre, peinture, inscription La fouille, réalisée durant l’été 2016, a permis de dégager les vestiges de la partie résidentielle de la villa ainsi qu’une partie de ses aménagements annexes et les traces d’occupations antérieures. Cet important domaine rural occupe le sommet
  • d’un plateau et dispose d’un magnifique panorama sur le fleuve. Propriété d’une riche famille gauloise romanisée appartenant au peuple gaulois des Coriosolites, la villa est à la fois un lieu de villégiature et le centre d’un important domaine foncier. Organisée autour d’une cour
  • toiture en tuile et des murs recouverts de fresques. L’opulence de cette villa se retrouve également dans son édifice thermal. Avec 430 m² et 22 pièces, les thermes forment un ensemble architectural qui se singularise par le luxe de ses équipements. On y trouve quatre pièces chauffées
  • par le sol, deux baignoires d’eau chaude et deux piscines (dont une chauffée). Les sols sont revêtus de plaques de schiste et de marbre et les murs sont peints. Fouille archéologique L’opération archéologique au lieu-dit « Sur les Vaux » à Langrolay-sur-Rance (22) a été réalisée
  • dans le cadre du projet d’aménagement d’un lotissement initié par la mairie et réalisé par la société ARPI. La parcelle concernée était référencée depuis 1978 sur la carte archéologique comme un gisement antique. Elle avait en effet livré de nombreuses tuiles gallo-romaines qui
  • remontaient du sous-sol lors des labours. Suite au dépôt du projet d’aménagement, et conformément aux lois sur la sauvegarde du patrimoine archéologique, une opération de diagnostic a été effectuée en 2014 qui a révélé la présence d’une villa gallo-romaine. Devant l’ampleur de la
  • découverte, une fouille a été prescrite sur une surface de 2,5 hectares et sa réalisation confiée à l’Inrap, conformément à l’arrêté de prescription établi par le service régional de l’archéologie de Bretagne. Rapport d’opération Chronologie Antiquité, temps modernes Langrolay-sur
  • d’opération Volume 1 À l’issue de la fouille, les terrains ont été rendus à l’aménageur, mais l’édifice thermal a été préservé et fait l’objet, en 2019, d’une demande d’inscription et de classement au titre des monuments historiques. Protégé par du sable, les thermes de Langrolay
  • constituent un témoignage exceptionnel de la romanisation de la péninsule armoricaine entre le Ier et le IVe s apr. J.-C. et sont parmi les plus grands édifices de bains privés découverts actuellement en Gaule. sous la direction de Avec la collaboration de Bastien Simier Laura Barataud
  • Hervé Morzadec Patrick Pihuit Stéphanie Raux Laure Simon Inrap Grand Ouest Mars 2019 Sommaire I. Données administratives, techniques et scientifiques 10 11 12 14 15 16 17 18 26 28 Fiche signalétique
  • 48 50 52 57 58 58 60 61 61 61 63 1.1 1.2 1.3 1.4 1.5 1.6 Le contexte d’intervention Le contexte géographique, topographique et géologique Les résultats du diagnostic Le contexte archéologique La prescription de fouille Descriptif technique de l’opération 1.7
  • L’aile ouest 70 2.1.1.1 La galerie 74 2.1.1.2 La pièce AO-1 et l’abside AO-2 82 2.1.1.3 La pièce AO-3 86 2.1.1.4 Les pièces AO-4, AO-5 et AO-6 87 2.1.1.5 Les pièces AO-7, AO-8 et AO-9 89 2.1.1.6 Les pièces au sud de l’aile ouest : AO-10, AO-11, AO-12, AO-13, AO-14 et AO15
  • 94 2.1.1.7 La pièce AO-16 et les structures S. 2145 et 2195 105 2.1.1.8 Les fossés associés à l’aile ouest 106 2.1.1.9 Analyse métrologique 110 2.1.1.10 Synthèse : les différentes phases de construction de l’aile ouest 118 118
  • 2.1.2.1 Le corps de bâtiment 122 2.1.2.2 La galerie 126 2.1.2.3 Le mur gouttereau nord : les fondations MR 2097, 2136 et 2911 127 2.1.2.4 Le pignon occidental : MR 2671 et MR 2163 127 2.1.2.5 Le pignon oriental : MR 2098 127 2.1.2.6 La fondation MR 2122 127 2.1.2.7 La fondation MR 2129
  • 130 2.1.2.8 Les fondations MR 2761 et 2769 131 2.1.2.9 Les fondations MR 2130, 2132 et 1494 132 2.1.2.10 Les fondations MR 2069, 2133, 2916 132 2.1.2.11 Les fondations MR 2135 et 2674 134 2.1.2.12 Les structures bâties antérieures à l’aile nord 138 2.1.2.13 Les vestiges
  • de l’aile nord 157 2.1.2.18 Les fossés postérieurs à l’aile nord 160 2.1.2.19 Synthèse et phasage de l’aile nord 169 2.1.2.20 Analyse métrologique de l’aile nord 172 172 2.1.3.1 La galerie 173 2.1.3.2 La pièce AS -1 178 2.1.3.3 La pièce AS -2 180 2.1.3.4 L’aile
  • sud : l’habitat de l’intendant ? 182 2.1.2 2.1.3 2.1.4 L’aile nord L’aile sud Les bâtiments annexes à la pars urbana 184 2.1.4.1 Le bâtiment 1 185 2.1.4.2 Le bâtiment 2 190 2.1.4.3 Le bâtiment 3 193 2.1.4.4 Analyse métrologique 193 2.1.4.5 Phasage et synthèse
  • sur les bâtiments annexes 198 2.1.5 Le mur de clôture et la cour résidentielle 206 2.1.6 Les édifices religieux et funéraires 206 2.1.6.1 Le bâtiment 2005 : fanum ou mausolée ? 208 2.1.6.2 Le bâtiment F 2663 : un laraire ? 210 2.1.6.3 Un espace funéraire
  • pièce T-8 266 La pièce T-9 274 La pièce T-10 276 La pièce T-11 280 La pièce T-12 et le canal 1364/2965 287 La pièce T-13 288 La pièce T-14 300 La pièce T-15 309 La pièce T-16 312 La pièce T-17 314 La pièce T-18 320 La pièce T-19 et T-20 326 La pièce T-21 et T
RAP03090.pdf (VANNES (56). campen bernus : une ferme antique périurbaine à l'ouest de darioritum. rapport de fouille)
  • Rapport final d’opération Volume 1 Vannes (56) 29 - Finistère Campen Bernus SAINT-BRIEUC 35 - Ille-et-Vilaine 22 - Côtes-d'Armor RENNES QUIMPER Une ferme antique périurbaine à l’ouest de Darioritum 56 - Morbihan VANNES Jenny SÉLÈQUE (sous la responsabilité de) et
  • section II. Résultats Scientifiques ����������������������������������������������������������������������������������������� 35 1. Cadre de l'intervention �����������������������������������������������������������������������������������������������������������36 1.1. Organisation et
  • contraintes �������������������������������������������������������������������������������������� 36 1.2. Localisation et contexte géographique ��������������������������������������������������������������������� 37 1.3. Contexte historique et archéologique
  • ��������������������������������������������������������������������������������������� 43 1.3.4. Moyen Âge ������������������������������������������������������������������������������������������������������ 47 1.4. Contexte et étude géologique (Piana J.) �������������������������������������������������������������������48 2. Observations archéologiques
  • ������������������������������������������������������������������������������������������� 129 2.2.6. La cave et le puits ������������������������������������������������������������������������������������������� 129 2.2.7. La carrière ����������������������������������������������������������������������������������������������������� 133 2.2.8. Les bâtiments
  • données ��������������������������������������������������������������������������������� 179 3.2.5. Etude statistique et approvisionnement (période antique) ����������������������������������182 3.2.6. Conclusion
  • ���������������������������������������������������������������������������������������������������� 184 3.3. Le fragment de figurine en terre cuite (Mavéraud-Tardiveau H.) ��������������������������185 3.4. La terre cuite architecturale (Sélèque J. et Vorenger J.) �����������������������������������������185 3.5. Le mobilier métallique (Bière Y
  • .) ����������������������������������������������������������������������������� 189 3.6. Le verre (Briand E.) ��������������������������������������������������������������������������������������������������197 3.6.1. Le verre creux ������������������������������������������������������������������������������������������������ 198 3.6.2. NMI et attributions
  • ����������������������������������������������������������������������� 209 3.6.5. Répartition et considération morpho-fonctionnelles �������������������������������������������210 3.6.6. Le verre creux indéterminé ������������������������������������������������������������������������������ 211 3.6.7. Le verre plat
  • �������������������������������������������������������������������������������������������������� 211 3.7. Les monnaies (Dieulafait F.) ������������������������������������������������������������������������������������ 212 3.8. Les meules et pièces lithiques (Mens E.) ����������������������������������������������������������������214 3.9. Les ossements calcinés (Vorenger J
  • blocs de granite et de l’arène granitique (Mens E.) ����������������������������227 4.3. L’étude micromorphologique (Leblé G.) �����������������������������������������������������������������250 4.3.1. Analyse
  • ��������������������������������������������������������������������������������������������������������� 250 4.3.2. Synthèse et conclusions de l’étude �������������������������������������������������������������������� 256 5. Synthèse générale �����������������������������������������������������������������������������������������������������������������257 6. Conclusions
  • - Nature et référence de l’opération Type d’intervention : fouille préventive Numéro d’opération archéologique : 4137 Numéro de l’arrêté de prescription : 2011-123 Titulaire de l’autorisation : Jenny SÉLÈQUE - Maître d’ouvrage des travaux : Nexity Eprim-ouest et Unimo - Nature de
  • l’aménagement : projets immobiliers (7 immeubles d’habitations et 25 maisons individuelles) - Opérateur : ArchéoLoire - Responsable scientifique : Jenny SÉLÈQUE - Dates d’intervention : du 29 août au 30 novembre 2011 Nature des découvertes - Mots clefs Sur la chronologie : Protohistoire et
  • Antiquité Sur la nature des vestiges immobiliers : Habitat, artisanat Sur la nature des vestiges mobiliers : céramique, terre cuite architecturale, tête de déesse mère en céramique, métal, monnaies, pied et poignée de coffre en bronze, bague en bronze, ossements calcinés, outils
  • . Générique des intervenants Intervenants phase préparatoire et suivi administratif - Service régional de l’archéologie Stéphane DESCHAMPS - Conservateur régional Yves ROUMEGOUX - Ingénieur d'études ; Christian CRIBELLIER - Conservateur - ArchéoLoire Jenny SÉLÈQUE - Responsable
  • - céramologue ; Justine VORENGER - archéozoologue, archivage ; Emmanuel MENS - étude de fragments de meule et d’une zone d’extraction de granite (Archéo Atlantica, membre associé à l'UMR 7055 Préhistoire et Technologie, Paris 10) ; Francis DIEULAFAIT, étude des monnaies (Hadès, chercheur
  • à sept immeubles d’habitations (150 logements) et à vingt-cinq maisons individuelles, initié par les maîtres d’ouvrage Nexity Eprim-ouest et Unimo. Diagnostiqués du 15 au 25 mars 2011 par l’INRAP (Villard 2011), les terrains en question (cadastre : CY 42 partielle) avaient livré
  • des indices d’occupations gallo-romains bien cernés (Fig.5), au lieu-dit «Campen Bernus». Le rapport de diagnostic met en relief la présence d’un établissement périurbain antique, caractérisé par un enclos rectangulaire fossoyé, des constructions fondées sur solins de pierres et
  • sablières basses à l’intérieur de cet enclos (dont un grand bâtiment d’habitation), de réseaux de fossés périphériques. La fouille du site de «Campen Bernus» a bien révélé une occupation principale relevant des Ier et IInd siècles de notre ère, mais également une petite occupation
RAP01747.pdf ((29). processus de néolithisation et néolithique dans le Finistère. rapport de prospection thématique. deuxième et troisième rapports sur l'archipel de Molène)
  • (29). processus de néolithisation et néolithique dans le Finistère. rapport de prospection thématique. deuxième et troisième rapports sur l'archipel de Molène
RAP02643.pdf ((29) inventaire des monuments du néolithique et de l'âge du bronze dans le finistère. arrondissements de morlaix, chateaulin et quimper)
  • (29) inventaire des monuments du néolithique et de l'âge du bronze dans le finistère. arrondissements de morlaix, chateaulin et quimper
RAP02410.pdf (RENNES (35).étude documentaire place Saint-Germain)
  • dispositions du code de la propriété intellectuelle concernant la propriété littéraire et artistique. Les prises de notes et les photocopies sont autorisées pour un usage exclusivement privé et non destiné à une utilisation collective (article L 122-5 du code de la propriété intellectuelle
  • ). Toute reproduction du texte accompagnée ou non de photographies, cartes ou schéma, n'est possible que dans le cadre de courte citation, avec les références exactes et complètes de l'auteur et de l'ouvrage. Toute utilisation des données du rapport à desfins lucratives est interdite en
  • I - Le cadre de l'étude 5 1.1 - L'identité et l'emprise de la paroisse Saint-Germain 1.2 - Les objectifs 5 6 1.3 - La méthodologie et le cadre générale d'intervention 6 II - Les résultats de l'étude 8 II. 1 - Le parcellaire II. 1.1 - Introduction II. 1.2 - Les limites
  • référence Nord référence Nord référence Nord 8 8 8 12 12 12 12 0° 80° 60° 70° 11.2 - Paléo-relief et paysages anciens de la vallée fluviale de Rennes 16 n.2.1 - Les traces fossiles d'un paléo-chenal de la Vilaine II.2.2 - Les indices d'occupations antérieures à la dynamique urbaine
  • et le potentiel archéologique du secteur de Saint-Germain 59 III. 1 L'évolution conjointe de la ville et de son fleuve 111.2 - La topographie antérieure aux aménagements des quais du XIXe siècle 111.3 - Impact des constructions modernes et contemporaines sur les vestiges et la
  • topographie médiévaux 111.4 - La chronologie du pont et de la porte Saint-Germain Conclusion 59 60 61 62 63 La ville et son La porte Saint-Germain La dynamique urbaine fleuve 63 63 64 ETUDE DOCUMENTAIRE 1 ligne b de Métro automatique Bibliographie Iconographie Références
  • : La pompe Saint-Germain (1613) 5 : Comptes des miseurs (1425 - 1491), série CC. Finances et contributions 77 79 95 96 799 (3 août 1425 - 12 mai 1427) (47 f ) * 800 (10 mai 1427 - 12 avril 1428) * 801-1 (7 juin 142 8-) 808/2 (2 février 1442- 2 février 1444 (v. st.) 805 (purif ND
  • 1444 -1445) (Thomas le Vallays et Guillaumet Jehan) (49 f°) * 806 (chandeleur 1445 v. st. - Chandeleur 1446 v. st.) (Jehan Gourdel et Denis Loaysel) 846 (cahier du conterolleur) 847/1 (compte thomas brullon et georges lize, 2 février 1489 - 1er février 1490 vst) 848/1 (compte
  • francoys de brie et jacques meilleur, 2 fevrier 1490 au 1er fevrier 1491 vst) 96 100 109 110 111 115 116 117 117 CC CC CC CC CC CC CC CC CC Annexe 6 : Comptes des miseurs (1425 - 1491), Série EE. Affaires militaires 118 EE 160 118 EE 143 118 RENNES (35) Place Saint-Germain
  • secteur largement méconnu concerné par la construction de la future ligne b du métro automatique. Outre l'inventaire et l'étude des sources d'archives, la complexité de l'espace étudié a justifié la mise en place de trois autres méthodes complémentaires fondées sur le même principe
  • d'analyse régressive du paysage urbain : géo-morphologie, morphogénèse et prospection archéologique. La première information inédite qui ressort de l'étude géo-morphologique est la mise en valeur d'un paléo-chenal fossilisé par le tracé de la rue du Vau Saint-Germain et de la rue
  • l'époque antique. Deux axes de communication principaux émergent de cette trame parcellaire orientée Nord 80°/Nord 170° : une voie cardine et une voie décumane. La voie décumane a perduré au Moyen Age classique comme chemin public et correspond partiellement à l'actuelle rue Saint
  • Toussaint et Saint-Germain. Pour le Moyen Age, l'étude a révélé une occupation altomédiévale associée à la paroisse Saint-Pierre-du-Marché située entre le castrum et le quartier Saint-Germain. Cette paroisse est attestée par les textes au XIe siècle. Corroborée par d'anciennes
  • découvertes archéologiques funéraires place de la Mairie, l'existence d'un pôle d'occupation est confortée par l'analyse du parcellaire et des limites paroissiales d'Ancien Régime. Quant au secteur de l'église Saint-Germain proprement dit, il s'est urbanisé de façon lâche dès lafinde la
  • période carolingienne. Il s'inscrit dans un développement continu d'un suburbium et se structure tardivement en paroisse, probablement au XIIe siècle, avec l'édification d'une église près de l'axe médiéval du Vau Saint-Germain. La troisième et dernière information issue de la
  • corrélation entre l'étude du parcellaire, l'étude des sources écrites et la prospection archéologique, est la mise en valeur de deux phases de fortifications médiévales inédites. La première se structure entre le XIe et le XIIe siècle autour de cinq mottes castrales disposées de part et
  • d'autre de l'enceinte urbaine. La seconde phase datable du XIIIe et le XIVe siècle voit la construction d'un château à l'emplacement de la « tour du Comte » dans l'angle nord-ouest du castrum. L'enceinte est alors probablement renforcée par la construction d'une deuxième ligne de
  • défense concentrique implantée sur la contrescarpe du fossé du Bas-Empire. Ces deux phases de fortifications installées à l'intérieur et à l'extérieur de la ville antique posent plus généralement le problème de la reprise partielle ou intégrale du castrum pendant toute la durée du
  • Moyen Age. Endommagée par le siège de la ville en 1356-1357, les deux lignes de défense du front oriental sont détruites et leurs fossés remblayés par les travaux de construction de la « ville Neuve » entre 1418 et 1425. La porte SaintGermain élevée en trois phases très rapprochées
  • s'intègre dès lors dans une nouvelle organisation défensive bien documentée. En conclusion, l'église primitive Saint-Germain, la fortification et le bâti privé qui se développent en bordure de voirie s'inscrivent selon la trame parcellaire antique reconnue dans le cadre de cette étude
RAP01091.pdf (VANNES (56). 10-12 avenue Favrel-Lincy. rapport de sondage)
  • 10-12, AVENUE FAVREL ET LINCY 56 260 74 - VANNES RAPPORT DE DIAGNOSTIC Michel BAILLIEU Maud LECLINCHE Rennes : S.R.A. Bretagne Mai 1994 SOMMAIRE 1. CIRCONSTANCE DE L'OPERATION 2. LE CONTEXTE HISTORIQUE ET ARCHEOLOGIQUE 3. IMPLANTATION ET LOCALISATION DE LA FOUILLE 4
  • . CONCLUSION LISTE DES ILLUSTRATIONS Fig. 1 Plan cadastral Fig. 2 Plan d'ensemble Fig. 3 Localisation de la fouille Fig. 4 Coupes (A) et (B) Fig. 5 Coupes stratigraphiques de Tl, T4 et T6 1) CIRCONSTANCE DE L'OPERATION: C'est dans le cadre d'un projet de construction immobilière
  • au lieu dit: 10-12 avenue Favrel et Lincy, qu'une étude de diagnostic a été réalisée du 25 avril au 27 mai 1994 par deux archéologues contractuels de l'A.F.A.N sous le contrôle scientifique du Service régional de l'Archéologie. La construction d'un immeuble avec cave et parking
  • souterrain entraînait la destruction de l'ensemble des sédiments et nécessitait de fait une étude archéologique préalable, les parcelles 380 et 59 section AO se trouvant dans la zone périphérique du centre urbain gallo-romain de Vannes. Le financement de l'opération a été assuré par la
  • société "Allians promotion", maître d'ouvrage de l'opération. (Photo 1. Vue d'ensem6k. Extrait du plan cadastral Section AO 2) LE CONTEXTE HISTORIQUE ET ARCHÉOLOGIQUE: Le site du n° 10 et 12 avenue "FAVREL ET LINCY", situé au sud ouest de la gare est établi sur les parties hautes
  • de la colline du boismoreau dans un secteur périphérique de la ville du haut-empire, au nord ouest de celle-ci. Cette zone périurbaine est inégalement occupée et semble laisser de vastes espaces non bâtis ce qui semble être le cas du site qui nous concerne. C'est ce qu'indique les
  • différents plans de la ville de Vannes (Plan" Vannes-époque romaine", plan de 1841, plan de 1860), où ces parcelles sont situées plus au nord car le tissu urbain n'existe pas encore. Les quartiers résidentiels tels que les sites de Saint-Symphorien et de la rue du four se situent
  • nettement plus au sud en périphérie immédiate du coeur de la ville antique. L'ensemble des documents consultés aux archives départementales et municipales (plans, gravures, etc..) indique une zone non construite jusqu'à la fin du 19 ème siècle avant l'apparition du quartier Saint
  • -Symphorien, extension de la ville au nord est. La rue Favrel et Lincy apparaît en fait sur plusieurs plans à partir de 1890 tel que: plan "Vannes" -voies ouvertes de 1860 à 1895", plan "Vannes-1906-domesticité", plan "Vannes-1906"(Bourgeoisie rentière et croissance urbaine. Vannes 1860
  • -1910, Bernard André. A partir de 1925, l'extension de la ville se poursuit dans les quartiers nord, nord ouest et nord est, dans la continuité du lotissement Saint-Symphorien. L'avenue de la gare, dénommée le 24 juin 1863 soit un an après l'arrivée du chemin de fer devient l'Avenue
  • Favrel et Lincy le 26 juillet 1946. (Photo 2. Vue orientale du site. 3) IMPLANTATION ET LOCALISATION DE LA FOUILLE: Les parcelles 380 et 59 section AO forment un espace constructible de 1200 m2 dont 800 m2 environ ont été sondés, les parties restantes correspondent aux périmètres
  • des maisons construites à partir de 1925 et situées à l'extrémité nord-est du site. Au nord, parallèlement à l'avenue Favrel et Lincy et à l'ouest en limite de parcelle, des garages et appentis ont été aménagés contemporainement aux maisons situées au nord (cffig2). Une première
  • série de tranchées, Tl, T3, T5,et T7 réparties d'est en ouest et du nord au sud a mis en évidence une faible épaisseur de sédiment et surtout l'absence de niveaux ou structures archéologiques. Par conséquent, quatres nouvelles tranchées ont été implantées T2, T4, T6 et T8 afin de
  • couvrir l'ensemble du site et de vérifier l'absence de contraintes archéologiques. La zone sondée (tranchées de 10 à 12m de long x 2m de large) représente 170 m2 soit 20% de la surface totale (cf. fig 3). L'épaisseur des sédiments varie du nord au sud de 0,20m à 0,70m. A l'extrémité
  • nord ouest du site, au niveau de T7 et T8 le substrat rocheux (granit) affleure à - 0,20m du sol actuel à la côte N.G.F. de 17,30m. Il est recouvert de façon homogène par une couche de terre végétale 1001, présente sur l'ensemble du site mais nettement plus épaisse dans la partie
  • sud. Les tranchées T7 et T8 n'ont pas révélé de structures particulières pas plus que du mobilier archéologique. (Photo 3. Vue sud des tranchées T4, ¥5 et T6. ' ^ ' ' ' ' AVENUE ' ' ' FAVREL s Z ET Z Z Z Z 2 Z Z Z ^ ~ fig.3 LINCY TRANCHEES 5626074
  • IMPLANTATION DE LA FOUILLE, Dans la partie orientale de la fouille, les tranchées Tl, T2 et T4 ont mis en évidence un niveau de cour 1002, aménagé à partir de la roche granitique qui a été vraisemblablement excavée et nivelée par le remblai de noyaux de granit recompactés 1002. Ce niveau
  • de cour apparaît parfaitement nivelé en Tl et T2 , il est beaucoup plus irrégulier en T'4 ce qui doit correspondre à la limite occidentale de la zone aménagée en cour. En effet, on ne retrouve pas ce cas de figure dans les autres tranchées situées dans la partie sud ouest de la
  • fouille. Le remblai d'occupation 1002, est scellé par la couche de terre végétale 1001 (cf. fig 5 et photo 5). A l'extrémité sud de T4, une rigole de drainage 1004 orientée est ouest à été mise au jour. Son remplissage, terre noire organique et très humide, contenait quelques tessons
  • de verre bouteille ainsi que des fragments de faïence à pâte blanche, un mobilier datable de la seconde moitié du 20ème siècle. 1004 est recouvert par les remblais successifs du site, 1001 et 1002, dans lesquels on a retrouvé un mobilier identique en petite quantité. Ces
RAP01657.pdf (LILLEMER (35). la Fontaine Blanche. rapport de diagnostic)
  • LILLEMER La Fontaine Blanche 003 AH Diagnostic Sous la direction de Rennes : Service Regional de 1999 BLANCHET DE Stephane d'operation et ET de Catherine BIZIEN (CeRAA) Alain NOSLIER (CeRAA) et Stephane de terrain : ET Anne SRA Bretagne) assures par la de Nous
  • tenons a personnes et de cette operation : institutions qui ont contribue au bon , Maire de Lillemer ainsi R. Garin et - Joseph collaboration. Nous la qui a mis un a notre disposition. - Le Service - Catherine P. Le Coguic pour de de de en pour nous avoir confie cette operation
  • . Alain nous ont apporte aide Anne le terrain. 1 - PRESENTATION DU SITE do Le projet de construction d'habitation au nord du bourg de (La Fontaine Blanche) a donne lieu a un diagnostic archeologique au niveau des parcelles A et A 1007 (figures 1 et 2). Ces parcelles sont. en
  • situees dans un perimetre archeologique sensible correspondant a un vaste de la periode neolithique materialise au sol par des concentrations lithique et des decouvertes de caracteristiques de cette pouvant nous eclaircir sur la nature exacte des periode. L'absence etat de conservation
  • un vestiges enfouis dans le sous-sol et diagnostic archeologique sur ce secteur. FIGURE 1 : Localisation du diagnostic to Cadre La commune de est dans fond du Marais de Mont-Saint-Michel, le et Rocher de Lillemer correspond a du bedrock qui forme un rocheux (schistes et
  • phyllades de Saintun de dolerite) et qui le marais a une altitude de 13 m NGF. Le marais sous le environnant se situe a une altitude variant entre 3 et 4 m NGF. niveau des plus hautes Le marais correspond a un en cours de formation depuis la fin de la derniere glaciation sous
  • (transgression holocene). Cette sedimentation s'est et palustre ainsi infuence marine. Neanmoins, des horizons d'origine des tourbieres sont presents. Au sud du marais, au pied de de rivage, des formations importantes et diverses I'ancienne points couches de tourbes integrees dans la
  • stratification occupent plus bas. Contexte archeologique (figure 2) les prospections pedestres sur Lillemer il y a annees par qu'en et a la suite des G. Faguet avaient livre une petite serie lithique, ce prospections assidues effectuees par Alain Noslier et Pascal Madioux que le site a En ces
  • contre. les En ont les series deja recueillies en 1995 prospections et surtout de recueillir un lot de ceramiques dans les parois du bief separant les sont presque completes et sont au parcelles 732 et 744. Neolithique Elles situees dans couche de tourbe est homogene et livre des
  • affleurant a la base de la couche de labour. col Sieve et legerement eversee. En relation bouteilles ventrues a fond que directe avec la des elements de bois ont ete observes strati horizontalement dans la couche de tourbe. les prospections au sol ont permis du site a de En nouvelles
  • parcelles et plus dans les zones tourbeuses du marais. du lithique recueilli pres de 4000 artefacts. en un diagnostic archeologique au pied du bourg de Lillemer en evidence un niveau de sol neolithique (Pre du Chapitre) a permis de par une tourbiere. parfaitement bien conserve et
  • Conditions Le archeologique tres sensible, la presence important gisement du projet ont conduit le Service Regional de surface neolithique a a un diagnostic archeologique finance par I'etat. Les tranchees de sondage ont ete effectuees a I'aide d'un mis a notre disposition par la de Elles
  • ont ete realisees sur la 2 Parcclles de 1996 Prospcction dc 1997 ttvrc 2 : Localisation dans des parcclles par (realisation de construction. I'emprise du projet, la vestiges - la correspond a travaux lies fondations de la menagaient est de toutes facons inexploitable
  • carriere (figure 3). a ete a journee de terrain puisque les La duree de Une a ete necessaire a resultats se sont reveles ont ete la realisation des tranchees. En complement, des sondages dans les rares structures en creux l_. FIGURE 3 : Implantation des de Resultats du diagnostic
  • Deux paralleles ont ete realisees a la (figure 4). 1 Profondeur A Au A la ; la : de la tranchee : nord-ouest tie la tranchee ; 0,60 m Le front de taille de la situee a est visible a I'extremite sud-esi de la et phyllades de tranchee. Dans la moitie sud-est de la tranchee, le
  • sur le bedrock et au fur et a que descend vers le marais. Cette horizon sableux correspond a une plage ancienne d'origine marine ou estuarienne. Deux structures en creux ont ete identifiees : Fosse apparait sous une trentaine de centimetres de terre vegetale et n'a ete Cette fosse
  • a ete creusee dans le schiste altere. Son reconnue que est constitue d'un sediment brun Fosse elle n'a ete reconnue que sableux. Son remplissage est identique a Elle a ete realisee dans I'horizon de la fosse 1. Tranchee 2 profondeur - A sud-est de la tranchee : 0,30 m ; Au milieu
  • de la A nord-ouest de la : 0,90 me pour la tranchee le bedrock apparait sur partie sud-est. Quant a la nord-ouest, I'horizon sableux qui apparait sous le niveau de terre ete identifiees. vegetale. Deux fosses ont Elle a ete creusee dans le niveau sableux. Sa dimension est
  • de ceramique des fragments de secondaire une et quelques eclats de Fosse presente a merries caracteristiques que la fosse 1. La fouille d'une un ensemble de voire schiste decompose sable Figure 3 : des Les seules structures dans deux tranchees de sondages front de taille
  • de la et les quatre fosses decrites La des fosses indique un et un nature du relativement La realisation de fosses pourrait ne pas depasser quelques decennies. En effet, plusieurs personnes agees de la commune en visite sur le site so rappellent avoir extrait des sur ce secteur et