Rechercher sur le site

  • Chercher les documents contenant un mot OU un autre : tapez simplement les mots à la suite => bracelet bronze
  • Chercher les documents contenant un mot ET un autre : utilisez le mot-clef AND => bracelet AND bronze
  • Chercher les documents contenant une expression exacte : taper l'expression entre guillemets => "bracelet en bronze"

Limiter votre recherche

Auteur
Type d'opération
Commune
Département
Date (Année)

3988 résultats Exporter les résultats

Trier par Titre : ascendant / descendant
RAP03659 (Corpus des signés gravés néolithiques. Rapport de PCR 2018)
  • programme collectif de recherche
  • Corpus des signés gravés néolithiques. Rapport de PCR 2018
  • données ont été ainsi transférées pour un premier dépôt. Ce mode de transmission passe aussi par la médiation, à l’image de notre participation à la Fête de la Science 2018 et à la Nuit des Musées. 7 Entre avril et novembre 2018, 9 tombes à couloir, 11 stèles, 1 sépulture à entrée
  • résultats. Les modèles tridimensionnels produits avec ces différentes techniques sont consolidés dans un même système de coordonnées et traités suivant le protocole d'exploitation des représentations tridimensionnelles en archéologie (PETRA). Certains objets sont passés par toutes les
  • étapes de la chaîne opératoire à la date du 15 décembre 2018, d'autres sont en cours de traitement et les résultats reportés dans le rapport 2019. Après une année budgétaire difficile, le redressement de la subvention 2018 du CD56 doit être salué (montant demandé obtenu), compensant
  • une subvention moindre de la Région Bretagne dans le cadre de son appel à projet. Soulignons que le LARA a encore une fois investi dans du matériel d’acquisition et de traitement (achat d’un scanner Leica BLK360) dont le PCR a intégralement bénéficié. 8 Avertissement Ce rapport
  • passer du statut de rapport à celui de publication scientifique. S’agissant d’une opération en train de se réaliser, des conclusions et un bilan seront nécessaires. Certains sites sont en cours de traitement, d’une année à l’autre, et ce travail d’ajustement et de correction va
  • avec attention notre dossier faisant suite à l’appel à projet régional (« Mégalithes de Bretagne »). Le Musée de Préhistoire Miln/Le Rouzic (Mairie de Carnac) a largement contribué au succès du programme d'expérimentation de gravures déroulé sur 3 journées en 2018 : on regrettera
  • ........................................................................................ 63 Chapitre 4. Sites enregistrés et traités en 2018 (ou en cours de traitement)............91 4.1. Tossen Keller (Penvenan, Côtes-d’Armor)...............................................................................93 4.2. Crampozic (Saint-Mayeux, Côtes-d’Armor
  • ...........................................................................................................521 Annexe 8. Acquisitions XRF en 2018.............................................................................................523 Annexe 9. Nuit des musées 2018.....................................................................................................527 Annexe 10
  • état des lieux (plutôt qu’un état sanitaire nécessitant d’autres compétences) qui résume, notamment par cartographie, l’aspect du support et son environnement immédiat. On s’attache en outre à poursuivre les investigations sur l'historique du fonds de moulages des différents musées
  • devient également nécessaire pour transmettre l’objet (médiation, conservation) ; les expériences d’impression plastique menées à partir de l’orthostate L6 de Gavrinis pourraient être poursuivies. Avec, pour perspective, une proposition de mise à l'abri en musée de certaine stèles
  • patrimoine (Solan 2008) n’envisagent pas, il y a peu de temps encore, l’objet tridimensionnel au sein de la chaîne opératoire qui nous intéresse, de l’acquisition à la conservation numériques, en passant par la représentation. Les expériences menées ces 5 dernières années sur le site de
  • sorte que l’ensemble puisse être manipulable au sein d’une représentation tridimensionnelle autorisant toutes les déclinaisons visuelles possibles. Cette étape technique d’acquisition des données profitera aussi bien aux chercheurs qu’au gestionnaire du site (restitution virtuelle
  • , réalité augmentée, simulation d’hypothèses, etc.). Pour cela, le programme d'enregistrement bénéficie des avancées techniques récentes (depuis 2011) en termes de : − photomodélisation/photogrammétrie et lasergrammetrie selon les cas, afin de restituer la morphologie tridimensionnelle
  • traitement des données nécessite une expertise archéologique et sémiotique pour effectuer des choix importants (sélection des contrastes, suivi des anomalies à la palette graphique) et pour mettre en œuvre la suite des différents logiciels (Agisoft Photoscan, Meshlab, Blender, Geomagic
  • l'objet archéologique à sa valorisation auprès des publics. − La composante recherche assure la démarche scientifique des processus d'enregistrements et de traitements des données, démarche devant aboutir à une classique information archéographique (plans, élévations, programme
  • et d'objets communs pour lesquels ils définissent des procédures et standards numériques partagés (méthodes, outils, partages d'expériences). Ils formulent un programme d'actions pluriannuel pour lequel ils s’engagent à apporter une partie des moyens nécessaires (en particulier en
  • aimablement obtenue de Michel Errera (Musée royal de l’Afrique centrale, Belgique) pour comprendre les mesures au Raman faites sur le monument de Goërem. Dominique Sellier (géomorphologie, Univ. Nantes) a d’ores et déjà aidé au processus de reconnaissance de l’anomalie sur C1 traitée à
  • œuvre par Emilie Heddebaux, a permis d'inspirer cette cartographie des désordres. Emmanuelle Vigier et Cyrille Chaigneau (conservation des originaux et des empreintes, et expérimentation, Musée Carnac) et Marie Vourc’h (expérimentation et états de surfaces, LARA, Nantes) 23 Corpus
  • des signes gravés – 2018 ont été fortement impliqués dans le programme d’expérimentation sur différents matériaux, grâce à la contribution de la Mairie de Carnac. Par ailleurs, 5 musées conservent des originaux et des empreintes, et les premiers contacts ont été pris pour en
  • constituer l’inventaire : − Musée de Carnac (E. Vigier) ; − Musée de Vannes (M.F. Le Saux, C. Le Pennec) ; − Musée de Bretagne, Rennes (Marie-Noëlle Fauvon) ; − Musée Dobrée, Nantes (L. Barthet) ; − Musée Penmarc’h (G. Querré). 3 dépôts de fouilles archéologiques conservent des originaux
RAP03523 (Corpus des signes gravés néolithiques. Rapport de PCR 2017)
  • projet collectif de recherches
  • Corpus des signes gravés néolithiques. Rapport de PCR 2017
  • départements bretons, correspondant à 33 supports gravés. La lasergrammétrie et la photogrammétrie ont été associées à des lots d’images compilées sous éclairages obliques (protocole ICEO) et à la décorrélation d'image afin d’obtenir les meilleurs résultats. Les modèles tridimensionnels
  • produits avec ces différentes techniques sont consolidés dans un même système de coordonnées et traités suivant le protocole d'exploitation des représentations tridimensionnelles en archéologie (PETRA). Certains objets sont passés par toutes les étapes de la chaîne opératoire à la date
  • du 31 décembre 2017, d'autres sont en cours de traitement et les résultats reportés dans le rapport 2018. Soulignons que la diminution (-30%) de la subvention espérée en 2017 du CD56 (comparée à 2016) a mécaniquement réduit de 16% la subvention de la Région Bretagne dans le cadre
  • d’un parcours qui permettrait de passer du statut de rapport à celui de publication scientifique. S’agissant d’une opération en train de se réaliser, des conclusions et un bilan seront nécessaires. Certains sites sont en cours de traitement : ce travail d’ajustement et de correction
  • réduit la participation de la région Bretagne. Pascale Delmotte (Région Bretagne, Service de la valorisation du patrimoine) a également suivi avec attention notre dossier faisant suite à l’appel à projet régional (« Mégalithes de Bretagne »). Le Musée de Préhistoire Miln/Le Rouzic
  • ............................................................................................................... 47 Chapitre 4. Sites enregistrés et traités en 2017 (ou en cours de traitement).................................123 4.1. Goërem..........................................................................................................................................125 4.2. Men
  • du fonds de moulages des différents musées qui permettent dans certains cas de mesurer le degré d’érosion de certains supports en l’espace de 150 ans. Le mode de transmission de ce Corpus fait aussi partie, dans le PCR, de la réflexion accompagnant l’enregistrement et la
  • de mise à l'abri en musée de certaine stèles gravées à l'air libre, actuellement hors contexte. Nous aimerions par ailleurs améliorer le rapport constant en archéologie, et notamment dans toute étude iconographique, entre représentation et interprétation. Une première exigence est
  • d’un cahier des charges de numérisation du patrimoine (Solan 2008) n’envisagent pas, il y a peu de temps encore, l’objet tridimensionnel au sein de la chaîne opératoire qui nous intéresse, de l’acquisition à la conservation numériques, en passant par la représentation. Les
  • ou tertre/structure externe. En sorte que l’ensemble puisse être manipulable au sein d’une représentation tridimensionnelle autorisant toutes les déclinaisons visuelles possibles. Cette étape technique d’acquisition des données profitera aussi bien aux chercheurs qu’au
  • /photogrammétrie et lasergrammetrie selon les cas, afin de restituer la morphologie tridimensionnelle des supports, volumes dans lesquels seront rapportés les signes gravés levés par… ‐ photographies compilées sous éclairages tournants obliques, voire, dans certains cas favorables, détectés
  • immédiatement communicables et compréhensibles par les chercheurs et le public. Le traitement des données nécessite une expertise archéologique et sémiotique pour effectuer des choix importants (sélection des contrastes, suivi des anomalies à la palette graphique) et pour mettre en œuvre la
  • recherche fondamentale au sein d'un processus conservatoire, tout en préparant l'objet archéologique à sa valorisation auprès des publics. ‐ La composante recherche assure la démarche scientifique des processus d'enregistrements et de traitements des données, démarche devant aboutir à
  • sein du Consortium 3D SHS1 dont le LARA est membre fondateur (représentant l’UMR 6566) depuis 2013, comme 9 autres laboratoires français (UMR et UMS). Les consortiums2 réunissent plusieurs unités et équipes de recherche autour de thématiques et d'objets communs pour lesquels ils
  • ) a conduit plusieurs enregistrements de dalles gravées et assure, selon ses disponibilités (40 journées PAS au total, traitements informatiques inclus), la gestion d’une partie du corpus retenu. Nous avons prolongé et signé fin 2017 la constitution d’un dossier de Journées PAS afin qu’un
  • temps pour l’acquisition, le traitement des données photographiques et le suivi de réunions lui soit accordé en 2018. Dans le cadre des désordres affectant plusieurs supports, des colorations devront être qualifiées, et la collaboration de Guirec Querré et Mikaël Guiavarc’h (géologie
  • . Rennes) en vue de datations au radiocarbone. Une expertise a été très aimablement obtenue de Michel Errera (Musée royal de l’Afrique centrale, Belgique) pour comprendre les mesures au Raman faites sur le monument de Goërem. Dominique Sellier (géomorphologie, Univ. Nantes) a d’ores et
  • expérimentation, Musée Carnac) et Marie Vourc’h (expérimentation et états de surfaces, LARA, Nantes) ont été fortement impliqués dans le programme d’expérimentation sur différents matériaux, grâce à la contribution de la Mairie de Carnac et celle tout aussi décisive de la Compagnie des Ports
  • par l'intermédiaire du gestionnaire du site de Gavrinis, Yves Belenfant. Par ailleurs, 5 musées conservent des originaux et des empreintes, et les premiers contacts ont été pris pour en constituer l’inventaire : − − − − − Musée de Carnac (E. Vigier) ; Musée de Vannes (M.F. Le
  • Saux, C. Le Pennec) ; Musée de Bretagne, Rennes (Marie-Noëlle Fauvon) ; Musée Dobrée, Nantes (L. Barthet) ; Musée Penmarc’h (G. Querré). 3 dépôts de fouilles archéologiques conservent des originaux et des empreintes : − Centre Départemental d'Archéologie du Faou (M. Fily) ; − Dépôt
RAP03801 (Corpus des signes gravés néolithiques, Art rupestre néolithique en Armorique. Rapport PCR.)
  • programme collectif de recherche
  • Corpus des signes gravés néolithiques, Art rupestre néolithique en Armorique. Rapport PCR.
  • tridimensionnelles en archéologie (PETRA). Certains objets sont passés par toutes les étapes de la chaîne opératoire à la date du 15 novembre 2019, d'autres sont en cours de traitement (jusqu’en février 2020) et les résultats seront reportés dans un éventuel rapport 2020 si le PCR était prolongé
  • détectés (chrome, zinc, baryum, plomb) invalident une date néolithique des peintures. Les modèles tridimensionnels produits avec ces différentes techniques sont consolidés dans un même système de coordonnées et traités suivant le protocole d'exploitation des représentations
  • montant qui avait été alloué en 2017 et 2018 dans le cadre de son appel à projet. Le ministère de la Culture/DRAC Bretagne a fort heureusement suivi et intégralement attribué l’enveloppe demandée. Le LARA a encore une fois investi dans du matériel d’acquisition et de traitement (2
  • sites sont en cours de traitement, d’une année à l’autre, et ce travail d’ajustement et de correction va naturellement modifier le contenu du rapport final, qui lui-même ne sera toujours pas une publication. Des discussions sont par ailleurs ouvertes et offertes au lecteur au terme
  • patrimoine) a également suivi avec attention notre dossier faisant suite à l’appel à projet régional (« Mégalithes de Bretagne »). Le Musée de Préhistoire Miln/Le Rouzic (Mairie de Carnac) a largement contribué au succès du programme d'expérimentation de gravures déroulé sur 3 journées en
  • Chapitre 4. Sites enregistrés et traités en 2019 (ou en cours de traitement). 83 4.1. Tossen Keller (Penvenan, Côtes d’Armor)...............................................................................85 4.2. Prajou Menhir (Trebeurden, Côtes d’Armor
  • du fonds de moulages des différents musées qui permettent dans certains cas de mesurer le degré d’érosion de certains supports en l’espace de 150 ans. Le mode de transmission de ce Corpus fait aussi partie, dans le PCR, de la réflexion accompagnant l’enregistrement et la
  • de mise à l'abri en musée de certaine stèles gravées à l'air libre, actuellement hors contexte. A ce titre, 2 dalles ont pu être transférées sur le musée de Carnac en 2019 (Kerpenhir et Roguedas)  ; il est symptomatique de constater que ces blocs sont issus des estrans où la
  • d’un cahier des charges de numérisation du patrimoine (Solan 2008) n’envisagent pas, il y a peu de temps encore, l’objet tridimensionnel au sein de la chaîne opératoire qui nous intéresse, de l’acquisition à la conservation numériques, en passant par la représentation. Les
  • des supports : affleurement, stèle, orthostate/structure interne et cairn ou tertre/structure externe. En sorte que l’ensemble puisse être manipulable au sein d’une représentation tridimensionnelle autorisant toutes les déclinaisons visuelles possibles. Cette étape technique
  • /photogrammétrie et lasergrammetrie selon les cas, afin de restituer la morphologie tridimensionnelle des supports, volumes dans lesquels seront rapportés les signes gravés levés par… photographies compilées sous éclairages tournants obliques (réels ou virtuels), voire, dans certains cas
  • restituer l'information offrent des visuels immédiatement communicables et compréhensibles par les chercheurs et le public. Le traitement des données nécessite une expertise archéologique et sémiotique pour effectuer des choix importants (sélection des contrastes, suivi des anomalies à
  • d'enregistrements et de traitements des données, démarche devant aboutir à une classique information archéographique (plans, élévations, programme iconographique). La composante conservatoire permettra non seulement une aide à la décision quant aux nouvelles mesures de protection et de
  • et UMS). Les consortiums réunissent plusieurs unités et équipes de recherche autour de thématiques et d'objets communs pour lesquels ils définissent des procédures et standards numériques partagés (méthodes, outils, partages d'expériences). Ils formulent un programme d'actions
  • expériences menées à Gavrinis. A Gavrinis, au Manio 2 et à Tumiac, des déterminations de charbons ont été faites par Nancy Marcoux (Laboratoire d'Archéosciences, Univ. Rennes) en vue de datations au radiocarbone. Une expertise a été très aimablement obtenue de Michel Errera (Musée royal de
  • cartographie des désordres. Emmanuelle Vigier et Cyrille Chaigneau (conservation des originaux et des empreintes, et expérimentation, Musée Carnac) et Marie Vourc’h (expérimentation et états de surfaces, LARA, Nantes) ont été fortement impliqués dans le programme d’expérimentation sur
  • différents matériaux, grâce à la contribution de la Mairie de Carnac. Par ailleurs, 5 musées conservent des originaux et des empreintes, qui nous ont permis d’en constituer l’inventaire : – – – – – Musée de Carnac (E. Vigier) ; Musée de Vannes (C. Le Pennec) ; Musée de Bretagne, Rennes
  • (Marie-Noëlle Fauvon) ; Musée Dobrée, Nantes (V. Dupuy) ; Musée Penmarc’h (G. Querré). 3 dépôts de fouilles archéologiques conservent également des originaux et des empreintes : – – – Centre Départemental d'Archéologie du Faou (M. Fily) ; Dépôt archéologique du Morbihan, Vannes (V
  • lasergrammétrique et/ou photogrammétrique terrestre de l’architecture (densité sub-millimétrique) et des abords (densité centimétrique), ensuite le traitement des données (reconstruction et consolidation des maillages), enfin la production géométrale et la qualification des structures
  • , Département Morbihan, Région Bretagne) a couvert les frais engagés pour : – – – 26 un contrat d’ingénieur d’étude sur 11 mois ; les déplacements et hébergements des partenaires pour mener à bien les missions d’acquisition sur terrain et en musée ; des consommables. 1. Rappel sur les
RAP02794.pdf (LARMOR-BADEN (56). Gavrinis : à la recherche des représentations d'une tombe à couloir du IVe millénaire. rapport d'opération)
  • LARMOR-BADEN (56). Gavrinis : à la recherche des représentations d'une tombe à couloir du IVe millénaire. rapport d'opération
  • Gavrinis 2012 - Rapport d’opération - Levés d’architecture et d’art pariétal 1- La méthode de levé par éclairages tournants 1.1- Protocoles 1.2- Traitements et résultats 2- La méthode de levé par détection de teintes 2.1- Protocoles 2.2- Traitements et résultats 2.3- Enregistrement
  • constitution graphique du corpus des signes gravés 1- Mailler les orthostates 1.1- Ouverture du nuage de points 1.2- Lecture des points 1.3- Création des maillages 2- Dessiner les gravures 2.1- Principe 2.2- Traitement préliminaire aux dessins des gravures 2.3- Note préliminaire sur la
  • production des images 2.4- Le maillage sans aucun traitement 2.5- Les cartes d’écarts 2.6- Les éclairages rasants 2.7- Création des MNT des orthostates (les courbes de niveau) 2.8- Organisation du fichier Illustrator 3- Le catalogue des orthostates gravés 4 Gavrinis 2012 - Rapport
  • auprès de l’université. Dans le cadre des enquêtes sur l’historiographie du monument et sur les investigations des XIXe et XXe siècles, nous remercions Philip de Jersey (Guernsey Museums & Galleries) pour la numérisation des archives Lukis 1860 ; Cyrille Chaigneau (Musée de Carnac) et
  • Vigier et Cyrille Chaigneau (Musée de Carnac) pour leur disponibilité permanente, Marie Vourc’h (LARA et Musée de Carnac) ayant à cet égard très efficacement synthétisé la collaboration en cours ; David Menier (Vannes, Géosciences Marines et Géomorphologie du Littoral), enfin
  • étude iconographique, entre représentation et interprétation. Douze campagnes de terrain ont été menées entre janvier et septembre 2012 ; en fait, aucune rupture n’a été introduite dans la chaîne du traitement des données depuis la remise du rapport au début décembre 2011. La
  • photomodélisation a été testée avec différents outils logiciels sur différents supports. Une campagne systématique de clichés numériques sur les orthostates et dalles de couverture a permis de constituer un corpus éclairé en « lumière du jour », autorisant un traitement par un logiciel de
  • mises en évidence grâce aux nuages de points de la lasergrammétrie. Ces derniers ont fait l’objet de traitements préalables (« cartes des écarts ») afin de souligner le tracé en creux ; une vectorisation des contours obtenus de différents plans de coupe arbitrairement choisis
  • d'exposition figurant ces symboles, aussi bien en musée (Carnac, Bougon, Saint-Germain-en-Laye, etc.) que sur le site lui-même. Il n'est pas excessif d'affirmer que nous sommes arrivés en limite d’utilisation et d’exploitation de cette information visuelle, tandis que l’interprétation
  • des levés 3D des orthostates (structure interne) puis du cairn (structure externe), afin que l’ensemble soit manipulable au sein d’une représentation tridimensionnelle autorisant toutes les déclinaisons visuelles possibles en vue d’un transfert vers l'archéologue et le public
  • traitement des images numériques. La campagne 2012 partait donc sur cette base documentaire entièrement renouvelée, mais qu’il convenait de compléter à plusieurs niveaux. 1.4- Les résultats attendus La programme 2012 s’engageait dans ses attendus (cf. réunion de programmation 2011, Vannes
  • péninsule ibérique, notamment grâce aux excellents travaux de F. Carrera Ramírez en Galice (cf. bibliographie), mais nous n’y reviendrons pas dans le détail, ces analyses et photographies n’étant pas systématiquement couplées à des relevés tridimensionnels, le monument de Dombate étant
  • levé lasergrammétrique (Laporte et al. 2010) mais l’information extraite des nuages de points se limite pour l’instant à quelques représentations générales. • Nos essais en restitution tridimensionnelle ont débuté en 2003 (Cassen, Merheb 2004 et 2005, Cassen et al. 2005 et 2006
  • ), tout d’abord par le biais de la photogrammétrie (couples de photographies numériques sur la dalle de chevet de la Table des Marchands) avec l’aide d’un logiciel de l’IGN (mais d’une manipulation lourde et d’un temps de traitement très long), puis par lasergrammétrie sur les
  • permettront pas d’achever le travail à peine entamé. Pour sortir de ce mauvais pas et faire aboutir le chapitre consacré aux restitutions tridimensionnelles de cette dernière tombe, un travail reprenant les levés classiques au 1/10e (plan et élévations dessinés entre 1986 et 1988) sera
  • traitement des données scanner à Stonehenge était achevé. http://www.stonehengelaserscan.org/ En 1993 déjà, un levé photogrammétrique avait permis d’obtenir un modèle satisfaisant, à 2 cm de précision. Une résolution annoncée de 0,5mm permettra cette fois d’accéder aux surfaces des
  • par une collaboration effective entre amateurs et institutions. • Moins utilisée, la stéréophotographie permet, on le sait, une restitution tridimensionnelle des objets pourvu que l’opérateur ait des bons yeux et/ou un équipement adapté (lunettes, etc.). On notera ainsi une visite
  • : http://www.dicoruna.es/deputacion/patrimonio/dolmen-dombate/catalogo-dombate.pdf Un centre d’interprétation – tout juste inauguré au mois de juillet 2012 - utilisera probablement ces données tridimensionnelles dans la présentation classique, virtuelle ou recomposée du site. Autre
  • mais les gravures restituées se semblent pas relever d’un traitement spécifique à partir des données spatiales (Cabrejas Domínguez et al. 2009). http://estudiosgallegos.revistas.csic.es/index.php/estudiosgallegos/issue/view/4 • A Forneiriña et Laxe das Procesións (Pontevedra), non
  • montagne, a nécessité un enregistrement sous tente de protection et à l’aide de batteries (40 scans par un dispositif SmartSCAN3D system, logiciel ArteCore de NESPOS - www.nespos.org). La stèle circulaire de Zurita, également datée du Chalcolithique, est conservée au musée de
RAP03333.pdf ((22)(29)(35)(56). Corpus des signes gravés néolithiques. Rapport de PCR)
  • projet collectif de recherches
  • (22)(29)(35)(56). Corpus des signes gravés néolithiques. Rapport de PCR
  • décorrélation d’image afin d’obtenir les meilleurs résultats. Certains objets sont passés par toutes les étapes de la chaîne opératoire à la date du 6 décembre 2016, d’autres sont encore en cours de traitement. 7 Remerciements Remerciements Ce programme n’aurait pu aboutir sans le
  • ������������������������������������������������������������������������������������������������������������� 49 3.2. Traitements ���������������������������������������������������������������������������������������������������������������������� 55 11 Corpus des signes gravés néolithiques - 2016 3.3. Représentations
  • sur l’historique du fonds de moulages des différents musées qui permettent dans certains cas de mesurer le degré d’érosion de certains supports en l’espace de 150 ans. Le mode de transmission de ce Corpus fait aussi partie, dans le PCR, de la réflexion accompagnant l’enregistrement
  • perspective, une proposition de mise à l’abri en musée de certaine stèles gravées à l’air libre, actuellement hors contexte – Guib (Ploemel), Kervazic (Erdeven), etc. Nous aimerions par ailleurs améliorer le rapport constant en archéologie, et notamment dans toute étude iconographique
  • numérisation du patrimoine (Solan 2008) n’envisagent pas, il y a peu de temps encore, l’objet tridimensionnel au sein de la chaîne opératoire qui nous intéresse, de l’acquisition à la conservation numériques, en passant par la représentation. L’expérience menée ces 5 dernières années sur le
  • permettent des levés numériques 2D/3D des gravures et des levés 3D des supports : affleurement, stèle, orthostate/structure interne et cairn ou tertre/structure externe. En sorte que l’ensemble puisse être manipulable au sein d’une représentation tridimensionnelle autorisant toutes les
  • techniques récentes (depuis 2011) en termes de : − photomodélisation/photogrammétrie et lasergrammetrie selon les cas, afin de restituer la morphologie tridimensionnelle des supports, volumes dans lesquels seront rapportés les signes gravés levés par… − photographies compilées sous
  • offrent des visuels immédiatement communicables et compréhensibles par les chercheurs et le public. Le traitement des données nécessite une expertise archéologique et sémiotique pour effectuer des choix importants (sélection des contrastes, suivi des anomalies à la palette graphique
  • , articule l’exigence d’une recherche fondamentale au sein d’un processus conservatoire, tout en préparant l’objet archéologique à sa valorisation auprès des publics. − La composante recherche assure la démarche scientifique des processus d’enregistrements et de traitements des données
  • 2016, dans la continuité des conventions passées avec la DRAC de Bretagne quand au versement et à la gestion des subventions. H. Paitier (INRAP) a conduit plusieurs enregistrements de dalles gravées et assure, selon ses disponibilités (20 journées PAS au total, traitements
  • informatiques inclus), la gestion d’une partie du corpus retenu. Nous avons prolongé et signé dès septembre 2016 la constitution d’un dossier de Journées PAS afin qu’un temps pour l’acquisition, le traitement des données photographiques et le suivi de réunions lui soit accordé en 2017. Dans
  • monuments du secteur UNESCO, dont elle a eu l’initiative et qui a été mis en œuvre par Emilie Heddebaux, a permis d’inspirer cette cartographie des désordres. Emmanuelle Vigier et Cyrille Chaigneau (conservation des originaux et des empreintes, et expérimentation, Musée Carnac) et Marie
  • gestionnaire du site de Gavrinis, Yves Belenfant . Par ailleurs, 5 musées conservent des originaux et des empreintes, et les premiers contacts ont été pris pour en constituer l’inventaire : − − − − − Musée de Carnac (E. Vigier) ; Musée de Vannes (M.F. Le Saux, C. Le Pennec) ; Musée de
  • Bretagne, Rennes (Marie-Noëlle Fauvon) ; Musée Dobrée, Nantes (L. Barthet) ; Musée Penmarc’h (G. Querré). 3 dépôts de fouilles archéologiques conservent des originaux et des empreintes : − Centre Départemental d’Archéologie du Faou (M. Fily) ; − Dépôt archéologique du Morbihan
  • des abords (densité centimétrique), ensuite le traitement des données (reconstruction et consolidation des maillages), enfin la production géométrale et la qualification des structures. Soulignons qu’en juillet 2016, le LARA a fait l’acquisition de 2 scanners à main Creaform (le
  • pour mener à bien les missions d’acquisition sur terrain et en musée ; − des consommables. 21 Corpus des signes gravés néolithiques - 2016 22 Expérimentation (tracé gravé et état de surface) 2. Expérimentation (tracé gravé et état de surface) Par définition une gravure
  • CORPUS DES SIGNES GRAVÉS NÉOLITHIQUES Projet Collectif de Recherche 2016 CREAAH Corpus des signes gravés néolithiques Programme collectif de recherche (PCR) relatif à l’enregistrement et à la restitution de l’art rupestre néolithique en Armorique en vue de son étude et de sa
  • conservation numérique Phase de test : avril 2016/mars 2017 Serge Cassen, Valentin Grimaud avec Hervé Paitier et Christine Boujot, Emmanuelle Vigier, Marie Vourc’h Cyrille Chaigneau, Nancy Marcoux, Guirec Querré, Dominique Sellier Laboratoire de recherches archéologiques (LARA
  • ) Université de Nantes rue Censive du Tertre, BP 81227 | 44312 NANTES cedex 3 Résumé Résumé Un nouveau corpus néolithique des représentations symboliques sur dalle dans l’ouest de la France (gravure, éventuellement peinture) a été entrepris depuis avril 2016. L’opération intéresse
  • aussi bien l’archéologue (la recherche fondamentale, la conservation et la protection du patrimoine) que le gestionnaire de site (la commune, le département, l’association, la société d’économie mixte, le propriétaire privé, etc.). Ces objets archéologiques, le plus souvent hors-sol
RAP02901.pdf (LARMOR-BADEN (56). Gavrinis : à la recherche des représentations d'une tombe à couloir du IVe millénaire. rapport de fp 2013)
  • LARMOR-BADEN (56). Gavrinis : à la recherche des représentations d'une tombe à couloir du IVe millénaire. rapport de fp 2013
  • traitements par photomodélisation 3- Le levé des gravures par éclairages tournants 2.1- Protocoles 3.2- Moyens et données 3.3- La station 1 3.4- La station 2 3.5- Synthèse graphique 6.3.4- Description de P10. Achèvement du modèle tridimensionnel - Levé et restitution des gravures. 1- Le
  • Marcoux, François Pustoc’h (Archéosciences, Rennes) Dominique Sellier (Géolittomer, Nantes) Barbara Trichereau (LRMH, Champs-sur-Marne) Panoramique de couverture : extrait de la visite virtuelle (traitement MGDesign, Nantes). 2 Sommaire Remerciements Résumé de l’opération 1
  • méthode de levé par compilation d’images sous éclairages tournants 3- La méthode de levé par détection de teintes 3 3.1- Protocoles 3.2- Traitements et résultats 3.3- Commentaires 4- Conclusions sur R7 6.3.3- Description de P2. Levé et restitution des gravures. 1- Le bloc 2- Les
  • pétrographique des blocs 6.8- L’analyse géomorphologique des orthostates et dalles 6.9- Les analyses sur les colorations 6.9.1- Les analyses du Centre de Recherche et de Restauration des Musées de France 6.9.2- Les analyses du Laboratoire de recherches des Monuments historiques 7- Le
  • (séquence 1) 3.3. 2. Gravure d’arcs concentriques (séquence 3-1 à 3-3-9) 3.3.3. Gravure de l’arc et de la corde (séquence 2-1-1 et 2-1-2) 3.3.4. Gravure des chevrons (2-2-1 et 2-2-2) 4. Perspectives pour 2014 5. Lexique 8- Analyse tracéologique tridimensionnelle préliminaire des haches
  • comparaison sur le monument de l’Île Longue ; Emmanuelle Vigier (Musée de Carnac) pour sa disponibilité permanente et toute l’aide apportée. Christine Oberlin (laboratoire du radiocarbone, Lyon) a suivi notre demande d’analyse AMS auprès d’Artemis et lui en sommes reconnaissants. Le Centre
  • de Recherche et de Restauration des Musées de France (Thomas Calligaro) ainsi que le Laboratoire de Recherche des Monuments Historiques (Stéphanie Touron) ont répondu très favorablement à nos demandes, qu’ils en soient encore remerciés, ainsi que Henri Masson, conservateur
  • interprétation. Dix-huit missions de terrain ont été menées entre janvier et octobre 2013 ; en fait, aucune rupture n’a été introduite dans la chaîne du traitement des données depuis la remise du rapport au début décembre 2012. Un premier volet de terrain a porté sur l’enregistrement
  • des jeux vidéos ; le résultat est très encourageant dans une perspective d’acquisition tridimensionnelle à moindre coût. L’ensemble des tableaux de mesures permet par ailleurs de calculer les volumes et donc les masses des monolithes, ou encore le volume 3 du cairn dont la
  • gravures opéré entre 1968 et 1969, puis publiés en langue anglaise au début des années 80 (Shee-Twohig 1981). C’est sur cette base graphique que sont aujourd’hui produits les panneaux d'exposition figurant ces symboles, aussi bien en musée (Carnac, Bougon, Saint-Germain-en-Laye, etc
  • en spectrométrie portative devaient permettre d’identifier les colorants détectés sur certaines de ces surfaces, et d’en évaluer l’étendue par le traitement des images numériques. La campagne 2012 est partie sur cette base documentaire entièrement renouvelée, mais qu’il convenait
  • envisagée dès 2011 à Gavrinis et entamée en 2012 puis 2013 en collaboration avec le musée de Carnac. France Nos collègues de l’université de Rennes 1 sont également revenus au dernier congrès Digital Heritage Marseille 2013 sur leur « Conservatoire numérique de l’ouest », en présentant
  • constructives, phases néanmoins toutes théoriques étant donné l’absence de fouille de contrôle et de validation (Barreau et al. 2013). Japon Bien que situé en dehors de notre zone de compréhension européenne, l’expérience de levé tridimensionnel menée sur le tumulus Iwayayama au Japon
  • par ailleurs assuré l’étude géologique des dalles. Des prélèvements de colorants ont également été analysés par Thomas Calligaro au Centre de Recherche et de Restauration des Musées de France (Musée du Louvre, Paris) ainsi que par Barbara Trichereau du Laboratoire de Recherche des
  • Géographie et d'Aménagement Régional à l’université de Nantes. Enfin tout les travaux d’expérimentation de dressage des surfaces et de gravures ainsi que la médiation autour de ce projet ont été conduits par Marie Vourc’h (LARA, Nantes) et Cyrille Chaigneau (Musée de Carnac), tâche qui
  • =1416 16 Thomas Calligaro Centre de Recherche et de Restauration des Musées de France 14 quai François Mitterrand 75001 Paris thomas.calligaro@culture.gouv.fr Cyrille Chaigneau Musée de Carnac 10 Place de la Chapelle 56340 Carnac http://www.museedecarnac.com c.chaigneau
  • surface totale. Enfin un prélèvement supplémentaire de colorant noir au creux de P2 a permis de compléter le prélèvement antérieur, dont le poids (0,95mg) s’est révélé insuffisant après traitement pour espérer une date AMS correcte (réponse Lyon 1 janvier 2013). 18 5.2- 8 Mars 2013
  • Naexus. 5.4- 20-22 Mars 2013 La mission du 19 au 22 mars avait pour objet principal l’analyse tracéologique sur la dalle L6. Hugues Plisson (CNRS), accueilli à Nantes, s’est rendu dans un premier temps au musée de Carnac pour prendre connaissance du référentiel préparé par Marie
  • Vourc’h (LARA) et Cyrille Chaigneau (Musée de Carnac) pour comparer un jeu de cupules actuel avec les « perforations » soupçonnées sur les lames polies de l’orthostate en question. Puis une journée d’observations sur la dalle à Gavrinis a permis l’enregistrement des anomalies et des
  • . Cribellier) et le musée de Carnac (E. Vigier) accompagné du programmiste en charge de la conception du futur musée de Préhistoire, se sont rendus dans le laboratoire GERSA de l’Ecole nationale supérieure d’architecture de Nantes pour une présentation des résultats 2012 au sein du Naexus
RAP00894.pdf (HÉNON (22). la Touche Rouault. rapport de fouille préventive)
  • HÉNON (22). la Touche Rouault. rapport de fouille préventive
  • Objet en dépôt provisoire au siège de la circonscription dans l'attente du dénoueront de négociations en cours pour acquisition par le Musée des Antiquités Nationales, le Musée de Bretagne ou le Département des Cites-du-Nord • " CONTENU DU Rapport scientifique • DOSSIER Plans
  • ? prospection systématique de contrôle, soit un total de 490 pièces) est actuellement déposé au siège de la Circonscription, pour étude en collaboration entre M. J. BRIARD et C,.-T. LE ROUX. Parallèlement, des négociations sont en cours avec le Département des Côtes-du-Nord, le Musée de
  • disposées tangentiellement au bord de la fosse creusée dans le substratùm qui les contenait ; pratiquement aucune n'était très éloignée de la position horizontale de sorte que l'on peut penser a un arrangement sommaire plutôt qu'à une disposition spontanée d'objets mis en vrac. La fosse
  • semble donc, sauf imprévu, que l'étude de terrain de cette découverte doive s'arrêter 1§ ; par contre se pose le problème de la longue étude typologique, technologique et métallurgique, avec couverture photographique et dessin, traitement informatique, etc..., qui s'impose sur une
  • " classiques de ces haches non fonctionnelles qui devaient servir d'objets de troc standardisé ou de formes "normalisées" de stockage du métal. La plupart (environ les deux tiers) sont du type robuste et anguleux â la ligne sévère dit "type de Dahouet". Environ un tiers appartiennent au
  • 1 - CIRCONSCRIPTION ARCHEOLOGIQUE DE BRETAGNE 1 DIRECTION DES 894 ANTIQUITES PREHISTORIQUES 3- « . T O Date d'envoi •'ft ( RAPP0RT DE, - LIEU S Â Ô ^ S E PROGœiÊ'- Département CStee-du-îîord Commune HEHOîf Lieudit 1« Touche-Eouault Cadastre • D 110
  • Autorisation (n°, date) DATES 78 - 0? du 02.05.18 Intervention (début et fin) 2 au 29 mai 1978 Années antérieures d'intervention 1 INTERVENTION Séant Responsable C.«*ï. LE ROOX et Motif d'intervention Découverte fortuite suite à labours Surface fouillée Estimation de l'étendue
  • du gisement . BRIARD 25 M2 Fouille intégrale Nature du gisement SITE Dépôt de haches à douille en bronae Nature des découvertes effectuées Périodes chronologiques Fosse d'enfouissement contenant 412 haches en place, 78 haches dispersées Age du Brosse final OBSERVATIONS t
  • et coupes Planches de dessins Photographi es 1égendées 1 5 pages de texte 4 planches 4 planches (7 iti ¿¿N /#/•'" TV W\ /#/ ^ ^ V \ cr^/f/ H X^tïiil/ C.-T. LE ROUX et J. BRIARD RAPPORT SCIENTIFIQUE SUR LA FOUILLE DE SAUVETAGE D'UN DEPOT DE HACHES A DOUILLE ARMORICAINES
  • DU BRONZE FINAL A LA TOUCHE-ROUAULT, COMMUNE DE HENON (COTES-DU-NORD) En décembre 1977, M. G. JOUVE, Docteur-Vétérinàire à Moncontour (C.-d.-N.) et Correspondant du Directeur 'es 'ntiquités Historiques, nous si- gnalait que des "haches de bronze" avaient été découvertes
  • sporadiquement depuis une quarantaine d'années dans un champ près de la Touche-Rouault, com- mune de Hénon, par l'exploitant qui n'y avait jusque là pas attaché d'importance et les avait soit rejetées, soit distribuées à différents amis comme curiosité, soit même mêlées à des matériaux
  • d'empierrement dans la cour ou les dépendances de sa ferme. Une visite sur place après le dernier labour lui permit de recueillir en surface, avec 1'exploitant, 39 haches dans une zone assez bien circonscrite de 10 x 10 m environ, au milieu de la parcelle N° 110, section D Lambert I : X
  • « 771,1 ; Y = 87,4) feuille I. V (Coordonnées . Moncontour 3-4. Une rapide estimation des pièces déjà dispersées montrant qu'elles devaient vraisemblablement avoisiner la centaine, il apparaissait probable qu'un important dépôt puisse se trouver enfoui I cet endroit. Sur
  • proposition de sauvetage programmé faite le 27 janvier, une intervention F7I.A.S. fut décidée pour le printemps ; elle eut lieu du 2 au ' mai 1978 avec la participation de : MM. J. BRIARD, Maître de Recherche au C.N.R.S., C.-T. LE ROUX, Directeur des Antiquités Préhistoriques de Bretagne
  • , Y. LECERF, Agent Technique des Antiquités Préhistoriques, F. LE PROVOST et M. GAUTIER, Correspondant des Antiquités Préhistoriques, - 2 G. JOUVE, Correspondant des Antiquités Historiques, M. JOUAN, Instituteur. Les moyens mis en oeuvre ont été ceux d'une fouille par décapage
  • classique, aidée par une prospection au détecteur de métaux menée avec deux appareils, l'un du type émetteur-récepteur basse fréquence, appartenant 5 la Circonscription, et l'autre du type "poêle à frire" prêté par le laboratoire de Physique de l'Université de Rennes par l'aimable
  • entremise de M. LANCOUÈT, Maître-Assistant. Après la fouille, une prospection electro-magnétique complémentaire menée par C.-T. LE ROUX et 0. JOUVE, le ?ri- ^ai, T permis de retrouver 3 e autres haches dispersées dans la terre arable. Un décapage effectué, de 4 x 4 m, a été recomblé à la
  • fin de notre intervention, le remblai en terre végétale autorisant une réouverture la demande, pour prise d'empreintes par exemple ; L'ensemble des haches récupérées (39 lors de la prospection préliminaire du Dr JOUVE, 41? au cours de la fouille et 39 à nouveau lors de 1
  • Bretagne, le "usée des Antiquités Nationales, le propriétaire et 1'exploitant-inventeur pour la dévolution définitive de l'ensemble. xxxxxxx Le site occupe le flanc nord d'une colline bien dégagée montrant un assez large panorama centré sur le bourn de Ménon ; le substratum est fait
  • d'argile d'altération assez compacte et la pente du terrain, assez forte, implique une érosion superficielle non négligeable, même avant V a r a s e r e n t systématique des talus. Les premières haches ont été rencontrées dans la terre arable, soit visibles en surface, soit repérées au
RAP03383.pdf (RENNES. Église Toussaints : la sépulture de Louis du Plessis (†1661). Rapport de sondage)
  • RENNES. Église Toussaints : la sépulture de Louis du Plessis (†1661). Rapport de sondage
  • 13 Arrêté de désignation 14 II. Résultats 17 1. Présentation de l’opération 19 1.1. Origine et mise en place de l’opération 19 1.2. Problématiques : le traitement des cadavres aristocratiques à l’Époque moderne 19 1.3. Le contexte archéologique
  • déshabillage du corps et le traitement des vêtements 30 2.4. L’autopsie 31 2.5. L’opacification post-mortem des vaisseaux 31 2.6. L’étude des fibres textiles 2.6.1. Le lin et le chanvre 31 2.6.2. La soie 32 2.6.3. Le tissage 32 2.7. L’analyse
  • familles aristocratiques rennaises 64 3.6.1. Le choix du lieu de sépulture 64 3.6.2. Le traitement du corps 66 3.6.3. Le costume funéraire 68 3.6.3.1. La chemise 68 3.6.3.2. Le scapulaire 71 3.7. Conclusion générale et perspectives 73
  • : vue de l’extrémité céphalique par l’ouverture présente dans la cuve. © R. Colleter 1.2. Problématiques : le traitement des cadavres aristocratiques à l’Époque moderne Le traitement post-mortem des corps humains est une pratique connue quelles que soient les cultures et les
  • Châtillon-sur-Colmont) ou de bâtiments qui ont perdus leur fonction originelle et/ou sont détruits (Saint-Germain à Flers, église conventuelle des Jacobins à Rennes et à Dinan, ancienne église Saint-Aubin et Saint-Yves à Rennes) ou encore de collections muséographiques (musée de Bretagne
  • , musée Dobrée). L’histoire de ces sépultures est liée à de grands personnages pour lesquels les sources historiques précisent parfois les parcours et transferts de ces dépouilles à la manière de véritables reliquaires. Il en est ainsi des cardiotaphes de Richard Ier d’Angleterre
  • déshabillage du corps et le traitement des vêtements Le corps a été déshabillé dans une salle d’autopsie. Afin d’enregistrer le maximum d’informations, un dispositif vidéo a été installé au dessus de la table pour capter l’ambiance de la salle. Le photographe du laboratoire d’anthropologie
  • Mobilier Objet métallique, Habillement, Inscription La conservation exceptionnelle de corps bien préservés dans des cercueils en plomb permet d’appréhender la chaîne opératoire intégrale de l’intervention post-mortem grâce à une approche pluridisciplinaire autour des questions
  • liées à l’embaumement et l’exérèse des organes. Ainsi, l’étude de la sépulture trouvée dans l’église Toussaints a-t-elle été une opportunité de croiser les données pour mieux comprendre les rites funéraires de l’aristocratie bretonne à l’Époque moderne, mais aussi permettre une
  • approche biologique du défunt. La sépulture de Louis du Plessis (†1661) dans l’église Toussaints sous la direction de Rozenn Colleter Inrap Grand-Ouest 37 rue du Bignon CS 67737, 35577 Cesson-Sévigné cedex Tél. 02 23 36 00 40, grand-ouest@inrap.fr Mars 2017 Rapport final de
  • fouille Rozenn Colleter L’étude du costume funéraire du défunt, comme les recherches archivistiques, permettent enfin de replacer la découverte dans son contexte historique, celui de la ville de Rennes au XVIIe siècle. Evaluation archéologique Sujets et thèmes Edifice religieux
  • , Stucture funéraire, Sépulture La découverte fortuite et isolée, pendant les travaux de réfection des sols de l’église Toussaints de Rennes, d’un cercueil en plomb, a entrainé la mise en place d’une intervention de sauvegarde des données. Affleurant sous le dallage de l’église, le
  • cercueil était partiellement endommagé et présentait des ouvertures par lesquelles des pièces en textiles et un corps étaient reconnaissables. Une procédure d’urgence mise en oeuvre sous le contrôle du SRA Bretagne a permis d’éviter une altération des matières organiques et une première
  • étude du corps à l’Institut Médico-légal de Rangueil Toulouse, avec un prélèvement optimal d’échantillons pour permettre des études complémentaires postérieures. Rennes (Ille-et-Vilaine) La sépulture de Louis du Plessis (†1661) dans l’église Toussaints Bretagne, Ille-et-Vilaine
  • , Rennes, Chronologie Epoque moderne Inrap Grand-Ouest 37, rue du Bignon, 35577 Cesson-Sévigné Tel. 02 23 36 00 40 Mars 2017 Evaluation archéologique Rapport d’opération La sépulture de Louis du Plessis († 1661) dans l’église Toussaints sous la direction de avec la contribution
  • de Rozenn Colleter Fabrice Dedouit Véronique Gendrot Klervia Jaouen Fatima-Zorha Mokrane Pierre Poilpré 2015-151 _ _ 35238 Arrêté de prescription Système d’information Code Inrap Code INSEE RENNES, Ille-et-Vilaine Inrap Grand Ouest 37 rue du Bignon CS 67737 35 577 Cesson
  • -Sévigné Tél. 02 23 36 00 40  grand-ouest@inrap.fr Mars 2017 Sommaire I. Données administratives, techniques et scientifiques 7 Fiche signalétique 9 Mots-clefs des thesaurus 10 Intervenants 11 Notice scientifique 12 Localisation de l’opération
  •  : Rennes moderne et l’histoire de l’église Toussaints 22 1.4. Les données techniques : localisation de la tombe et relevés 25 2. Méthodes et protocoles d’intervention 27 2.1. Le protocole d’ouverture du cercueil 27 2.2. Un premier scanner du corps 29 2.3. Le
  • anthropologique 3.3.1. Le déshabillage du corps 36 3.3.2. Autopsie et virtopsie (examens tomodensitométriques) 39 3.3.2.1. Examen externe 39 3.3.2.2. Examens radiologiques 41 3.3.2.3. L’autopsie 42 44 3.3.2.4. L’opacification post-mortem des vaisseaux
  • 3.3.3. L’alimentation 46 3.4. Étude des éléments textiles 47 3.4.1. Le linceul 1 47 3.4.2. Le linceul 2 48 3.4.3. Le suaire 1 49 3.4.4. Le suaire 2 49 3.4.5. Le scapulaire ou reliquaire 49 3.4.6. La chemise 51 3.4.7
RAP03661 (HOEDIC (56). Les derniers chasseurs-cueilleurs côtiers d'Europe atlantique et la mort : étude interdisciplinaire de la nécropole mésolithique de Hoedic)
  • HOEDIC (56). Les derniers chasseurs-cueilleurs côtiers d'Europe atlantique et la mort : étude interdisciplinaire de la nécropole mésolithique de Hoedic
  •  courte monographie 20 ans après la fouille. Saint‐Just avait été fusillé à la  libération et c’est sa femme et sa fille qui se chargèrent de cette opération, alors que les notes  et croquis avaient pour certains disparus. La dispersion volontaire des collections entre les  musées
  •   puis  la  destruction  de  certains  éléments  ne  facilitent  pas  l’étude  aujourd’hui.  En  particulier, l’industrie lithique – ce qu’il en reste à l’IPH et au Musée de Carnac ‐ n’apporte  guère  plus  d’informations  que  les  dessins  publiés,  dans  la  mesure  où  les
  •   soigneusement  re‐datée,  compte  tenu  de  la  présence de consolidants utilisés sur les vestiges soit à la suite de fouilles, soit, comme nous  le  soupçonnons,  depuis  leur  longue  durée  de  conservation  dans  divers  musées.  Cela  permettrait dʹutiliser la modélisation bayésienne
  •   conservée à l’Institut de Paléontologie Humaine (pour les squelettes) et au Musée de Carnac  pour  le  mobilier.  Leurs  conservateurs  respectifs  étaient  impliqués  dans  le  programme  CIMATLANTIC.  Les  photographies  et  les  films  ont  été  numérisés  et  référencés  ;  ils  sont
  •  de traitement.    Ce  programme  s’est  accompagné  d’une  révision  des  parures  (S.  Rigaud),  de  l’outillage  osseux (E. David), de l’industrie lithique (G. Marchand, A. Little), des structures funéraires  (E. Vigier, A. Vialet, P. Fontan, J.‐M. Large, B. Boulestin, G
  • ,  entre  axe  longitudinal  et  axe  transversal,  qui  couvrait  de  manière  représentative  la  zone  étudiée.  De  plus,  trois  profils  supplémentaires ont été réalisés dans le cadre de la campagne pour obtenir des sections.    Le traitement et lʹanalyse des données ont permis
  • ). Les données ont été traitées à  lʹaide du programme RADAN (Geophysical Survey Systems, Inc., GSSI).     Les  phases  suivantes  ont  été  suivies  pour  le  traitement  des  données  de  terrain  (radargrammes) :    A. Le traitement 1D et la correction du temps zéro (ajustement du
  •  temps zéro) ont été  effectués.    B.  Un traitement 2D a été réalisé :  i. Correction de lʹarrière‐plan.  ii. Filtre passe‐bande (coupure basse : 200 MHz, coupure haute : 800 MHz).  iii. (iii) Gain linéaire dans certaines amplitudes.  iv. Migration de Kirchhoff à la vitesse moyenne
  •  calculée (0,079 m/ns).  v. vi) Conversion du temps en profondeur à la vitesse calculée de 0,070 m/ns    C. Le traitement 3D s’est fait par :  i. L’établissement  de  cartes  dʹamplitude  à  partir  des  sections  horizontales  du  modèle  3D  dans  la  zone  où  le  maillage  du  profil
  •  la haute  résolution de lʹéchelle à laquelle il a été travaillé, il a été possible de développer un modèle  tridimensionnel de lʹinversion Schlumberger, ce qui facilite grandement son interprétation.  Ceci fait suite à lʹattribution dʹune série de fourchettes aux types de
  • Les derniers chasseurscueilleurs côtiers d'Europe atlantique et la mort Etude interdisciplinaire de la nécropole mésolithique de Hoedic (Morbihan, France) Rapport de prospections géophysiques sur le site mésolithique de Hoedic « Port-Neuf » - Année 2018 Grégor Marchand
  • (Université de Rennes / CNRS) Pablo Arias (Université de Cantabria) Autorisation n° 2018-192 Prospections géophysiques    Hoedic, 2018      2    Conditions d’utilisation des documents Les rapports d’opération archéologique (diagnostic, fouille, document final de synthèse
  • , sondage, sauvetage…) sont des documents administratifs communicables au public, en application de la loi n° 78-753 du 17 juillet 1978 modifiée et portant diverses mesures d’amélioration des relations entre l’administration et le public. L'accès à ces documents administratifs s’exerce
  • auprès des administrations qui les ont élaborés ou qui les détiennent, au choix du demandeur et dans la limite de leurs conditions d’accueil. La mise en ligne des rapports par le SRA Bretagne a pour objectif de faciliter cette consultation. La consultation et l’utilisation de ces
  • rapports s’effectuent dans le respect des dispositions du code de la propriété intellectuelle relatives aux droits des auteurs. Notamment en application de l'article L.122-5 du code de la propriété intellectuelle, cela implique que : 1) les prises de notes et les copies ou autres formes
  • de reproduction sont autorisées dans la mesure où elles sont strictement réservées à l’usage privé du copiste et non destinées à une utilisation collective; 2) toute reproduction du texte, accompagnée ou non de photographies, cartes ou schémas, n’est possible que dans le cadre de
  • courtes citations qui doivent être justifiées, par exemple par le caractère scientifique de l’œuvre à laquelle elles sont incorporées, et sous réserve de l’indication claire du nom de l’auteur et de la source (références exactes et complètes de l’auteur, de son organisme d’appartenance
  • et du rapport); 3) la représentation ou la reproduction d’extraits est possible à des fins exclusives d’illustration dans le cadre de l’enseignement et de la recherche, dès lors que le public auquel elle est destinée est majoritairement composé d'élèves, d'étudiants, d’enseignants
  • ou de chercheurs directement concernés, et que son utilisation ne donne lieu à aucune exploitation commerciale. Le non-respect de ces règles constitue le délit de contrefaçon prévu et sanctionné par les articles L.335-2, L.335-3 et suivants du code de la propriété intellectuelle
  • . Renseignement : DRAC Bretagne : http://www.culture.gouv.fr/Regions/Drac-Bretagne Service Régional de l’Archéologie - Centre de documentation archéologiqu Campus universitaire de Beaulieu - Avenue Charles Foulon - 35700 Rennes 01/09/2018 Prospections géophysiques    Hoedic, 2018  Table
RAP01176.pdf (SAINT-MALO (35). bastion de Solidor (cité d'Alet). rapport de fouille programmée)
  • SAINT-MALO (35). bastion de Solidor (cité d'Alet). rapport de fouille programmée
  • Vilaine et Municipalité de SAINT M A L O . remer1981 ou à celle le Conpar la Nous remercions le Conservateur du Musée des Cap-Horniers qui a facilité notre travail en mettant une partie de ses locaux à notre disposition, en condamnant une partie de la circulation pour notre
  • Conservateur les vestiges des bennes dégqgés,les des Musées de déblais ont été mis à notre disposition .Ainsi durant de fouille ,1e terrain est resté propre et les visiteurs du Musée ont p u suivre les travaux. • • • On trouvera ci-après le plan de fouille avec les
  • , Musée, il a été aisé de se brancher sur le secteur . Dans chaque carré (par exemple A 2-1 ou C 2-3),chaque fouilleur faisait mesurer les trois coordonnées spatiales de chaque découverte mobilière.Des équipes de mesureurs étaient affectées à ce rôle,ce qui n'interompait pas
  • : BAGUE INDETERMIN: a a Statistiques portant sur 1200 objets de la disquette 1 ** * * * * * -s * COUCHE ARCHED * •ï * * * $•£«•&
  • fin la fouille .Divers programmes la de l'étude et nous la recherche archéologique ne s'arrête pas quelques de traitement des données mois sont à attendons actuellement une imprimante très performante pour ex- ploiter les données stockées sur disquettes magnétiques .Par
  • sont précisées militaire s'était trouvé conservé dans la couche d'incendie. Un existe.Outre une présenter au projet de Musée Municipal aménagé à partir de nos fouilles mise en valeur des vestiges spectaculaires,il doit permettre de public les vestiges de la machinerie
  • Ì Ministère de la Cultu re Direction des Antiquités Historiques de Bretagne Date d'envoi rjt : Octobre 1981 Rapport de Fouille Programmée Lieu Département 111e et Vilaine Commune Saint Malo Lieu-dit Bastion de Solidor Cadastre Dates Autorisation 31 Mars 1981
  • Intervention(début et fin) 6-31 Années antérieures d'intervention 1973 et 1980 Responsable Loïc L A N G O U E T Motif d'intervention Fouille Programmée Surface fouillée 56 m2 Estimation du gisement 200 m2 Nature du gisement gallo-romain et médiéval Nature des découvertes
  • oui Photographies légendées oui FOUILLES 1981 DU BASTION DE SOLIDOR (Cité d'ALET - SAINT MALO) Centre Régional Archéologique d'Alet Directeur : Loïc L A N G O U E T Fort de la Cité - 35400 - SAINT M A L O Remerciements Le Centre Régional Archéologique d'Alet tient à
  • sincèrement cier toutes les personnes qui ont aidé à la réalisation de cette fouille qui ont apporté leur soutien à notre projet.Des aides , complémentaires du Conseil Supérieur de la Recherche Archéologique,ont été apportées par seil Régional de Bretagne , par le Conseil Général d'Ille et
  • implantation et en assurant avec le service de nettoiement de la Ville l'enlèvement des déblais au fur et à mesure de la fouille. Il est n écessaire s'associer aux résultats de cette c a m p a g n e de fouille toutes les personnes qui ont travaillé sous notre direction sur le chantier du
  • bastion de Solidor.Sans eux , cette campagne n'aurait pas pu être menée à bien et je tiens à citer leurs noms en gage de remerciements sincères : Stephane P E N N E C Gilles HOGREL Bernard L E P R E T R E Thierry B O U Y A U X Frédéric L E M A R I E Fabienne B A U C H E Anne CHATELL1ER
  • Daniel M O U T O N Maurice HOUEIX Michel GALLOU Claudine H O L L E N D E R Jocelyn PETIT . Mathieu BURIE Michel BRAND'HONNEUR Philippe M A R T I N Michèle TRINQUART Didier B01USS0N Anne BECDELIEVRE Yannick FAUVEL Gaëlle DE LA P O R T B A R R E Laurence B R E T A G N E Marcel BIGOT
  • Servanne DE B O R E L Y Je souhaite que ce rapport témoigne de notre reconnaissance et que les résultats archéologiques que nous avons obtenus tous ensemble constituent la récompense de l'effort général d'autant mieux supporté que l'ambiance au sein de l'éouipe a été excellente et
  • ardente. LE PLAN DE FOUILLE Pour Solidor,nous organiser disposions partir de l'excavation - des cette deuxième campagne résultats de la première de fouille dans le bastion campagne en menée 1980.A (dénommée B) nous avons opéré deux extensions : l'une , à l'est
  • , composée de quatre carrés de 2 mètres sur 2 mètres et destinée à l'exploration du bâtiment médiéval et du bâti- ment gallo-romain antérieurement décelé, ( A ï - l'autre 2 mètres , à l'ouest et destinée , composée à de dix l'exploration des carrés de 2 mètres
  • structures sur carolingiennes et du bâtiment médiéval, (C.) Le code adopté pour repérer les différents carrés a été comman- dé par l'emploi de l'informatique sur le terrain (Cf chapitre suivant).Les coordonnées X étaient vers le sud.L 'altitude N.G.F.Tout repSrées
  • ^, dans de ces repérages chaque chaque l'est et les coordonnées objet était calculée par l'ordinateur sont destinés aux jet découvert (cartographie et coupes Nous carré, vers en Y , niveau utilisations ultérieures de chaque ob- stratigraphiques) avions plusieurs
  • problèmes à résoudre lors de cette campagne de fouille : d'aqueduc ne le canal , pré-romain d'origine, qu'il est possible de qualifier , conduisait l'eau depuis une source jusqu'à la machinerie gallo-romai- découverte en 1971 .L 'extension de 4 mètres vers l'ouest nous
  • laissait espérer la localisation précise de cette source. - le mur carolingien , dont l'abandon doit se situer dans la pre- mière moitié du Xème siècle,dont la largeur de 1,10 mètre laissait entrevoir une destination militaire nécessitait un complément de plan.De même les
RAP03290.pdf (LAMPAUL-PLOUDALMEZEAU (29). Sondages, suivi et études archéologiques du site de l'île du Bec. Rapport de sondage 2016)
  • LAMPAUL-PLOUDALMEZEAU (29). Sondages, suivi et études archéologiques du site de l'île du Bec. Rapport de sondage 2016
  • structures dégagées en coupe de falaise dans l’estran et les structures associées localisées dans la bande intertidale (pêcheries). Le présent document propose une synthèse de ces opérations de terrain et des résultats des analyses et traitements en laboratoire. 1. PRÉSENTATION DU SITE
  • (Observatoire des Sciences de l’Univers de Rennes, Université de Rennes 1). Figure 6 – L’opération de Scan 3D à l’île du Bec, par Y. Bernard et L. Quesnel (cl. M.Y. Daire). 15 Figure 7 – Relevé au scanner 3D de l’île du Bec à Lampaul-Ploudalmézeau et traitement des coupes C-C’ et D-D
  • ’, par Y. Bernard et L. Quesnel (doc. Y. Bernard, CNPAO). 16 Figure 8 – Traitement du scan 3D de l’île du Bec, vue de détail du secteur du site de l’âge du Fer (doc. CNPAO). 17 Figure 9 – Relevé au scanner 3D de l’île du Bec à Lampaul-Ploudalmézeau et traitement des coupes
  • position relative à un espace tridimensionnel (x, y, z) ainsi que des informations de couleur (r, v, b) et d'intensité. Pour faciliter l'assemblage des différentes stations, des cibles sont disposées sur site. Ces cibles amovibles peuvent être des sphères fixées sur des trépieds ou sur
  • des piquets. Il peut également s'agir de damiers imprimés collés sur des supports articulés ou posés directement sur site. Figure 10 – Traitement des données du relevé scan 3D du secteur du site de l’âge du Fer, île du Bec (Lampaul-Ploudalmézeau) (doc. CNPAO, Y. Bernard). 19
  • Les « nuages de points » collectés sur le terrain constituent des données brutes qu'il est nécessaire de retravailler afin d'en extraire des documents exploitables. Les outils logiciels de post-traitement sont : pour l’acquisition des données brutes, assemblage et exportation
  • vestiges de l’âge du Fer, du fait du calendrier des marées qui ne nous permettait pas de prolonger notre séjour sur place. Un relevé total de l’île au GPS resterait donc à réaliser (la solution d’un traitement de la couverture Lidar est également envisagée). Même partiel, ce relevé
  • quelques vestiges d'objets en fer et les éléments sont extrêmement corrodés. Seul un élément (fig. 25) peut être identifié comme un fragment de clou d’environ 6 cm de long, recourbé à l’une de ses extrémités. Figure 25 – Élément en fer, probable clou (cl. M.Y. Daire). 2.6.4. Le
  • Site n° 29 099 00006 Opération n°2015-169 Sondages, suivi et études archéologiques du site de l’île du Bec Lampaul-Ploudalmézeau (Finistère) Sous la direction de Marie-Yvane Daire UMR 6566 CReAAH « Centre de Recherche en Archéologie, Archéosciences, Histoire » Rennes 1
  • Site n° 29 099 00006 Opération n°2015-169 Sondages, suivi et études archéologiques du site de l’île du Bec Lampaul-Ploudalmézeau (Finistère) Sous la direction de Marie-Yvane DAIRE, avec les contributions de Jean-Baptiste BARREAU, Yann BERNARD, Loïc LANGOUËT, Pau OLMOS et Laurent
  • QUESNEL, et la collaboration de Jean-Yves ANDRÉ, Hubert ARZEL, Chloë MARTIN, Meritxell MONRÓS, et Nicolas MOTHAY UMR 6566 CReAAH « Centre de Recherche en Archéologie, Archéosciences, Histoire » Rennes 2 3 SOMMAIRE page Introduction 5 1 – PRÉSENTATION DU SITE ET DES RECHERCHES
  • 5 1.1. Présentation générale 5 Fiche signalétique 5 1.2. Le contexte géographique et archéologique 7 1.2.1. Localisation et description de l’île du Bec 1.2.2. Le contexte archéologique et historique des découvertes 7 7 1.3. Problématique de la vulnérabilité du site et
  • conditions des opérations 8 1.3.1. La problématique de recherche 1.3.2. Évaluation de la vulnérabilité du site archéologique et de son évolution 1.3.3. Les moyens mis en œuvre et le calendrier des opérations 8 8 10 2 – RÉSULTATS ET BILAN DE L’ÉTUDE de 2015 14 2.1. Le scan 3D et
  • suivi de l’évolution du trait de côte 14 2.2. Le relevé au GPS différentiel 19 2.3. La prospection magnétique du site 20 2.4. Emprise et organisation générale des vestiges et structures archéologiques 22 2.5. La coupe stratigraphique 22 2.6. Le mobilier archéologique 25
  • 2.6.1. La céramique domestique 2.6.2. Des vestiges faunistiques 2.6.3. Le mobilier métallique 2.6.4. Le mobilier lithique 2.6.5. Les éléments de briquetages 25 32 33 33 34 CONCLUSIONS 36 Références bibliographiques 36 Annexe 1 : Projet ALeRT, présentation résumée 41 Annexe 2
  • : Les pêcheries de l’île du Bec 43 4 5 Introduction Le site archéologique de l’île du Bec, sur la commune de Lampaul-Ploudalmézeau (Finistère ; fig. 1), bien connu des archéologues de la région, fait l’objet d’un suivi irrégulier depuis de nombreuses années, et plus récemment
  • dans le cadre du projet ALeRT (Archéologie, Littoral et Réchauffement Terrestre) (Annexe 1), compte tenu de sa position très exposée et de sa dégradation régulière. La vulnérabilité de ce site face aux dégradations naturelles a conduit les chercheurs à engager une opération de
  • « sondages » et relevés, destinée à sauvegarder un certain nombre d’informations avant la disparition totale des vestiges visibles, pendant l’année 2015. Les principales opérations réalisées ont été une série de relevés (manuel, au GPS différentiel et scanner 3D), notamment sur les
  • ET DES RECHERCHES 1.1. Présentation générale Fiche signalétique Commune : Lampaul-Ploudalmézeau Département : Finistère Lieu dit : île du Bec N° de site : 29 099 00006 Coordonnées Lambert Zone II X = 83,945 Y= 2420,905 Références cadastrales : section A3, parcelle n°3
  • . Propriétaire du terrain : Conservatoire du Littoral et DPM Adresse du propriétaire : Conservatoire du Littoral. Délégation régionale Quai G. Péri, 22000 - PLÉRIN. Nature des opérations : Sondages archéologiques. Date : 26-28 septembre 2015, 27-29 octobre 2015 Programme : (2006) 25
RAP01459.pdf (ERDEVEN (56). le tertre de lannec er gadouer. rapport final de fouille programmée 1995-1997)
  • ERDEVEN (56). le tertre de lannec er gadouer. rapport final de fouille programmée 1995-1997
  • se substituer à un enregistrement tridimensionnel par objet aussi lourd qu'inutile. A la différence de ce dernier site, l'enregistrement graphique des structures ne fut pas cette fois dépendant de relevés manuels sur feuilles millimétrés mais de relevés assistés par image
  • imprimée telle quelle ou après un traitement infographique destiné à accentuer les contrastes ou les contours ; une imprimante portable convient tout à fait, utilisant tout type de papier. Les feuillets servent de documents de terrain (cahier de fouilles) pour y noter toute indication
  • sédiments sont actuellement stockés en attendant leur traitement hivernal dans la colonne de triage du laboratoire d'Anthropologie de Rennes I. Sur ce niveau plan, jonché de tessons en position horizontale, souvent en connexion, ressort une meule complète portant elle aussi des traces de
  • Erdeven (Morbihan) - (1995-1997) Le tertre néolithique de Lannec er Gadouer (Document de synthèse d'une fouille programmée trisannuelle) par Christine Boujot et Serge Cassen 1997 Service Régional de l'Archéologie, Rennes UMR 6566 du CNRS, Laboratoire de Préhistoire, Nantes
  • Commune d'Erdeven Département du Morbihan N° de site : 56 0 54 0 21 AP Autorisation préfectorale du 9 mai 1995 CD LTJ Erdeven (Morbihan) - (1995-1997) Le tertre néolithique de Lannec er Gadouer (Document de synthèse d'une fouille programmée trisannuelle) par Christine Boujot et
  • Serge Cassen 1997 Service Régional de l'Archéologie, Rennes UMR 6566 du CNRS, Laboratoire de Préhistoire, Nantes Commune d'Erdeven Département du Morbihan N° de site : 56 0 54 0 21 AP Autorisation préfectorale du 9 mai 1995 Sommaire merciements 3blématique de la recherche
  • ; Bref historique des recherches. L'environnement archéologique médiat ; le complexe régional des tertres funéraires p. 4 mstitution de l'équipe ; moyens financiers mis en oeuvre ; Enregistrement des objets et des jctures p.8 iplorations du tertre ; les tranchées latérales de
  • reconnaissance ; la tranchée axiale ; la fosse n° le parement et le fossé nord ; le décapage de l'angle nord-ouest ; le décapage du secteur sud -X/35-39) ; la « façade » du monument .p. 10 ! caveau principal ; le sondage externe sur le talus p. 19 séquence stratigraphique p.23 Lan
  • scientifique ; perspectives .p.26 ;s analyses C14 des charbons et semence. icromorphologie et palynologie ; lieux de prélèvements ode technologique des orthostates hliographie ste des figures DAO ; coupes stratigraphiques ; liste des dessins au trait .p.29 p.30 p.31 .p34 p.37
  • Remerciements Les campagnes de fouille programmée sur le tertre de Lannec er Gadouer, réalisées entre 1995 et 1997, se sont déroulées dans des conditions tout à fait satisfaisantes grâce en particulier au soutien et aux contributions de différentes personnalités et institutions que nous
  • tenons ici à remercier : M.M. Vaginay, Kayser et Ballu, du Service Régional de l'Archéologie (SRA) à Rennes, pour nous avoir soutenu à l'origine de ce programme et pour avoir facilité en temps voulu l'attribution des subventions d'Etat ; M. Nabat, Maire d'Erdeven, pour nous avoir
  • accueilli avec chaleur et pour être toujours intervenu auprès du Conseil municipal afin de réduire le coût financier de notre séjour ; M. Claudel, pour avoir compris tout l'intérêt d'une mise en valeur du patrimoine archéologique et environnemental des terrains appartenant au département
  • du Morbihan, et pour avoir bien voulu plaider en faveur d'une subvention consacrée aux recherches de terrain ; M. Couvin, de l'Office National des Forêts, pour avoir fait preuve d'attentions à notre encontre afin que les travaux d'entretiens des bois de Lann er Croc'h ne nous
  • gênent en rien et nous soient au contraire bénéfiques pour dégager le monument ; M.M. Guillotin et Vellet (Sagemor - Vannes) pour avoir donné leur accord afin qu'un véhicule de service nous soit prêté durant tout le temps nécessaire à cette nouvelle intervention, assurant ainsi le
  • transport des fouilleurs dans les meilleures conditions de sécurité ; M. Bailloud pour nous avoir fait connaître plusieurs documents souvent inédits de F. Gaillard et Z. Le Rouzic ; M. Audren, géologue au CNRS, pour avoir examiné avec intérêt les nouvelles découvertes et nous faire
  • profiter sur le terrain de sa grande connaissance du sous-sol morbihannais ; Mme Anderson, CRA du CNRS, pour avoir accepté de se pencher sur les micro-polis d'utilisation décelables sur les lames en silex ; M. Marguerie, palynologue au CNRS, pour avoir accepté de prendre en charge
  • l'étude des paléosols ; M. Querré, ingénieur au Palais du Louvre, pour s'être chargé d'analyses non destructrices sur des objets de parure ; M. Eastoe, Laboratoire 14C de Tucson (USA), pour avoir établi un dialogue permanent lors des analyses faites dans son institut ; M. Burnez pour
  • avoir démontré l'intérêt de la CIRA en nous visitant à deux reprises ; Mlle Riskine, M. Le Roux, Laure Salanova et Philippe Chambon, la Société lorientaise d'Archéologie pour nous avoir fait l'amitié d'une rencontre sur le site ; M. L'Helgouac'h pour avoir permis que du matériel
  • topographique du Laboratoire de Préhistoire soit utilisé durant ce programme trisannuel ; Enfin, nous ne saurions terminer cette page de remerciements sans citer les chercheurs et étudiants bénévoles expérimentés qui ont bien voulu participer à tous les travaux de fouille et d'enregistrement
  • , parfois dans de difficiles conditions atmosphériques... : Alexandre Alves, Maxence Bailly, Claire-Hélène Blanquet, Stéphane Bobée, Mylène Bussy, J. et A. Cassen, Cécile Dardignac, Maria Jésus Darriba, Daniela Fiorini, Pascale François, Annie Gauthier, Yves Grudé, Jean-Noël Guyodo
RAP01381.pdf (OUESSANT (29). mez notariou. rapport intermédiaire de fouille programmée 1996-1998)
  • OUESSANT (29). mez notariou. rapport intermédiaire de fouille programmée 1996-1998
  • découverts, et en cours de traitement, sont parfaitement datables bu Bronze moyen. Ils sont de grande taille et ont été détruits sur place. S'ils nécessitent un travail de restauration très long, ils n'en constituent pas moins des repères extrêmement intéressants. Les premières
  • constituer des repères de l'organisation générale du site. Le système de relevé général en trois dimensions mis en oeuvre permettra de les intégrer dans la représentation graphique tridimensionnelle du site et donc dans l'analyse des structures' d'h^bit^its encore perceptibles par
  • représentation Ce lot a été confié à J. Roussot-Larroque, en vue de son étude approfondie et de sa publication. Un mois complet a donc été réservé au dessin minutieux du matériel, Madame Roussot-Larroque étant aidée dans sa tâche par L. Ilioukov archéologue-conservateur du Musée régional et
  • LE SITE ARCHEOLOGIQUE DE OUESSANT "Mez-Notariou (29 155 0022 AP) (Finistère) RAPPORT INTERMEDIAIRE DE FOUILLE PROGRAMMEE ANNEE 1996 Sous la direction de Jean-Paul LE BIIIAN CONSEIL GENERAL DU FINISTERE collaborations : S.D.A. CENTRE DE RECHERCHE ARCHEOLOGIQUE DU FINISTERE
  • Rennes : S.R.A. de Bretagne 1996 LE SITE ARCHEOLOGIQUE DE OUESSANT "Mez-Notariou (29 155 0022 AP) (Finistère) RAPPORT INTERMEDIAIRE DE FOUILLE PROGRAMMEE ANNEE 1996 Sous la direction de Jean-Paul LE BIHAN CONSEIL GENERAL DU FINISTERE collaborations : S.D.A. CENTRE DE RECHERCHE
  • ARCHEOLOGIQUE DU FINISTERE Rennes : S.R.A. de Bretagne 1996 1 Ch.l INTRODUCTION 1. SITUATION Département : Finistère Commune : Ouessant Lieu-dit : Mez-Notariou Programme : H. 15 Inventaire : 29 155 002 A P Carte I.G.N. :l/25 000 ème F. 11 7-8 Ouessant Cadastre : 1974, Section E
  • , parcelles 2125 à 2134, 2202 à 2233, 2245 à 2247, 2310 à 2334, 2345 à 2414. 1.1. M I L I E U N A T U R E L ET L ' I N S U L A R I T E Située à la pointe nord-ouest de la Bretagne, Ouessant occupe une position exceptionnelle. Terre la plus occidentale de la métropole, elle émerge à la
  • rencontre des eaux de l'Océan Atlantique et de la Manche. Distante de 20 km du continent l'île possède un caractère insulaire très fortement marqué même s'il faut tenir compte du niveau de la mer et du dessin des côtes aux différentes époques concernées par l'étude archéologique (Le
  • Bihan, D.F.S., 1995). La distance effective entre les îlots qui se succèdent entre Ouessant et le continent a pu varier de manière assez importante. Le climat océanique est particulièrement marqué. La question de la végétation a été longuement abordée au cours des années précédentes
  • ( L e Bihan, D.F.S., 1995). La présence de grands arbres, de chênes en particulier, n'est pas attestée dans l'état actuel des connaissances pour les périodes anciennes. En revanche il faut constater que les défrichements de l'île ont été très précoces et très importants dès le
  • Néolithique. 1.2. LE SITE DE M E Z - N O T A R I O U En position relativement centrale par rapport à l'ensemble de l'île, le site de MezNotariou est implanté sur le flanc sud-ouest de la colline Saint-Michel, sur un replat délimité au sud par le vigoureux talweg qui traverse l'île d'est en
  • dominants du sud-ouest. L'assiette du site archéologique est établie sur un banc arénitique (Us. 17) d'une centaine de mètres de large du nord au sud, calé entre deux zones de roches granitiques. Ceci explique la formation du replat par érosion différentielle. L'arène granitique est
  • recouverte par deux couches de formation naturelle et stériles en ce qui concerne la période de l'âge du Fer, même si quelques tessons ont pu s'y infiltrer par percolation. Les analyses micro-morphologiques et sédimentologiques révèlent, dans ces couches comme dans les niveaux
  • archéologiques postérieurs et dans la terre végétale actuelle, une forte proportion de limons issus de dépôts loessiques post-glaciaires. Colluvionnement et érosion éolienne ont entraîné la formation de ces épais dépôts sédimentaires périglaciaires. i L'étendue du site est assez difficile à
  • déterminer car aucun indice immédiatement apparent ne nous renseigne à ce sujet. Trois éléments d'appréciation existent cependant : - La zone fouillée et l'espace compris entre les sondages positifs : 5000 m 2 . 13 - Les prolongements évidents des structures dans presque toutes les
  • directions hors de la zone maîtrisée administrativement dans le cadre du projet archéologique ; ces extensions sont certaines vers le nord et vers l'ouest. - La topographie générale des lieux et la terrasse sur laquelle s'assoit le site archéologique suggèrent une superficie totale
  • d'environ 2 ha. 2 LE PROJET TRISANNUEL DE FOUILLE PROGRAMMEE 2.1. LES DONNEES A R C H E O L O G I Q U E S EN 19% Les rapports annuels et les publications parues ou en cours d'édition soulignent l'importance des résultats archéologiques. Rappelons, brièvement, les principaux traits des
  • découvertes : - De nombreux éclats de silex et plusieurs haches en pierre polie ressurgissent dans tous les niveaux archéologiques. Malheureusement, l'implantation du village du 1er âge du Fer a totalement détruit les structures éventuelles d'époque néolithique qui auraient pu être piégées
  • dans les couches limoneuses profondes du site. - L'âge du Bronze moyen est représenté par des vestiges d'activités artisanales, peutêtre d'un atelier de bronzier. Les installations, découvertes et identifiées depuis 1991 ne sont fouillées que partiellement. Un lot important de
  • mobilier céramique est mis au jour. Il présente des caractères morphologiques et décoratifs qui le situent dans la mouvance des production de l'ensemble de la France et de domaines nettement continentaux (alpin notamment). Le caractère exceptionnel et l'intérêt de tels vestiges sont
RAP03438 (BADEN (56). Rue du Lannic : installation funéraire à l’âge du Bronze et occupation domestique de la Tène au début de l’époque romaine. Rapport de fouille)
  • opération de sauvegarde par l'étude
  • BADEN (56). Rue du Lannic : installation funéraire à l’âge du Bronze et occupation domestique de la Tène au début de l’époque romaine. Rapport de fouille
  • traitement par photogrammétrie. Un étiquetage non putrescible, faisant apparaître les informations nécessaires à l'archivage du mobilier (code matière, n° d'inventaire, secteur, n° de structure et d'US, auteur et date de la découverte, références cadastrales), a été utilisé. Des
  • vue de sa redistribution auprès des spécialistes lors de l’étude post-fouille. Son traitement (lavage et préinventaire), de même que le tamisage des prélèvements sédimentaires, est intervenu dans les jours qui ont suivi la fin de l'opération, sous la supervision de la gestionnaire
  • maillage triangulaire des points et une reconstruction de la texture via le logiciel Meshlab. Enfin, tous les fichiers tridimensionnels sont enregistrés sous le format .ply (Polygone File Format). Fig. 6 – Miniatures des relevés photogrammétriques effectués pendant la fouille. Clichés
  • et traitement : S. Lemaître © Éveha, 2017 RÉSULTATS SCIENTIFIQUES 3 PRÉSENTATION GÉNÉRALE DU SITE 3.1 Cadres géographique, géologique et topographique Marine Laforge 3.1.1 Contexte géomorphologique et géologique de l'occupation Le site de la rue du Lannic à Baden est
  • VOL. 1/1 Le troisième coffre de forme oblongue (1,60 m par 0,80 m) a quant à lui été mis au jour au sud du monument. Partiellement endommagé, il n'a livré que des éléments datables de la Protohistoire récente ou de l'Antiquité. En effet, d'autres occupations sur l'emprise ont
  • succédé à cet ensemble funéraire notamment des aménagements fossoyés domestiques (enclos, habitations, foyers,…) attribuables au milieu du second âge du Fer puis au début de l'époque romaine. Aménageur CONSORT ROBERT Arrêté de prescription 2015/293 DU 12 OCTOBRE 2015 VOL. 1/1 Numéro
  • de l'entité archéologique 56 008 020 La surface sondée, environ 1 400 m2, a permis d'étudier un ensemble funéraire composé de trois sépultures aménagées en ciste de pierres témoignant d'une longue occupation funéraire de ce lieu. Deux de ces coffres quadrangulaires sont insérés
  • dans un niveau empierré partiellement conservé sur une superficie de 16 m2 environ. Cette circonférence pourrait être le vestige d'un monument de type cairn ou tout du moins la base d'un tertre. Malgré l'absence de restes osseux et de mobiliers contemporains, ces deux tombes sont
  • datées au radiocarbone, pour l'une, de l'âge du Bronze ancien (2120-2090 av. J.-C.) et pour la seconde de la fin de cette période (825-790 av. J.-C.). Code INSEE de la commune 56 008 Le projet d’aménagement du lotissement la Résidence de la Baie se situe à l'extrémité orientale du
  • bourg de Baden (56) sur une pointe avançant dans le Golfe du Morbihan. Ce projet a fait l'objet d'un diagnostic archéologique par l'Inrap en mai 2015, et a donné lieu à la prescription d'une opération de fouille préventive réalisée par le bureau d'études Éveha en septembre 2016
  • , sépulture, trou de poteau. couverture Responsable : Sébastien TORON. AOÛT 2017 Opérateur archéologique : sas Éveha SRA Bretagne Aménageur : Consort ROBERT. BADEN (56), RUE DU LANNIC RAPPORT FINAL D'OPÉRATION ARCHÉOLOGIQUE Prescription n° 2016/244 du 25 juillet 2016. RUE DU
  • LANNIC Fouille préventive du 29/08/2016 au 28/09/2016. BADEN Bretagne, Morbihan (56) Vue du cairn en cours de fouille et détail du coffre de l'âge du Bronze. S. Toron © Éveha, 2017 RUE DU LANNIC 56 008 BADEN (56), INSTALLATION FUNÉRAIRE À L'ÂGE DU BRONZE ET OCCUPATION
  • DOMESTIQUE DE LA TÈNE AU DÉBUT DE L'ÉPOQUE ROMAINE Auteurs SÉBASTIEN TORON (DIR.), ANNE-MARIE LOTTON (RS) Code INSEE de la commune 56 008 Numéro de l'entité archéologique 56 008 020 Arrêté de prescription 2015/293 DU 12 OCTOBRE 2015 Aménageur CONSORT ROBERT VOL. 1/1 FOUILLE
  • PRÉVENTIVE RAPPORT FINAL D'OPÉRATION ARCHÉOLOGIQUE AOÛT 2017 SRA Bretagne BADEN (56), RUE DU LANNIC INSTALLATION FUNÉRAIRE À L'ÂGE DU BRONZE ET OCCUPATION DOMESTIQUE DE LA TÈNE AU DÉBUT DE L'ÉPOQUE ROMAINE Auteurs SÉBASTIEN TORON (DIR.), ANNE-MARIE LOTTON (RS), GUILLAUME BRON, KLET
  • DONNART, MARINE LAFORGE, OCÉANE LIERVILLE Utilisation des données d'un rapport de fouille L'utilisation des données du rapport de fouilles est régie par les dispositions du code de la propriété intellectuelle (CPI) concernant la propriété littéraire et artistique : « toute
  • représentation ou reproduction intégrale ou partielle faite sans le consentement de l'auteur ou de ses ayants droit ou ayants cause est illicite » (article L122-4). Toutefois sont autorisées : - Les photocopies ou reproductions destinées à un usage exclusivement privé et non à une utilisation
  • collective (article L 122-5, 2° ). - Les reproductions du texte, accompagnées ou non de photographies, cartes ou schémas, réalisées dans le cadre d'analyses ou de courtes citations, si elles sont justifiées par le caractère (…) critique, scientifique ou d'information de l'oeuvre à
  • laquelle elles sont incorporées et sous réserve que soient indiqués clairement le nom de l'auteur et la référence de l'ouvrage dont elles sont issues (article L 122-5, 3°, a). Bien qu'un rapport de fouille soit un document reçu par l'État, il n'est communiqué que sous réserve des droits
  • de propriété littéraire et artistique. Les informations qui y sont contenues ne sont pas considérées comme des informations publiques pouvant être librement réutilisées quand des tiers détiennent sur ce document des droits de propriété intellectuelle (articles 9 et 10 de la loi n
  • ° 78-753 du 17 juillet 1978 modifiée relative à l'amélioration des relations entre l'administration et le public). Le non respect des règles qui précèdent peut constituer un délit de contrefaçon passible de trois ans d'emprisonnement et de 300 000 euros d'amende (articles L335-3 et
RAP02222.pdf (Les haches à douille de type armoricain. rapport intermédiaire 2006 de projet collectif de recherches 2006-2008)
  • projet collectif de recherches
  • Les haches à douille de type armoricain. rapport intermédiaire 2006 de projet collectif de recherches 2006-2008
  • inventaires des musées des quatre départements bretons. Y sont privilégiés : le relevé des noms des sites, les conditions de découvertes, les associations de toute nature, les lieux de conservation, les types de haches, leur nombre, leur état et la présence d'éventuels objets associés
  • . Cette publication a pour objectif de placer le phénomène des haches à douille de type armoricain dans l'ensemble des dépôts d'objets en bronze et des haches à douille de l'ouest atlantique afin de caractériser leur originalité culturelle, de préciser leur contexte chronologique et
  • travail nécessitera aussi la recension de nombreux autres documents publiés ou non : archives, cadastres, fiches d'inventaire, écrits anciens, détenus notamment dans des musées, des sociétés savantes. L'étape suivante de ce travail nécessitera la collaboration d'une équipe
  • perspective paléoenvironnementale et archéologique, en les positionnant à l'échelle du site. Le traitement de ces résultats via un SIG devrait permettre de nouvelles interrogations multiscalaires et à variables multiples. Grâce à la base de données en cours de réalisation, il va être
  • important de haches à douille inventoriée dans de nombreux musées français et européens mérite une mention particulière. En effet, ces collections proviennent de découvertes locales mises là à l'abri, mais aussi elles sont le reflet du goût de nombreux collectionneurs pour ces petits
  • l'intérieur. In L'Atelier du bronzier en Europe du XXe au Ville siècle avant notre ère, Paris, CTHS, 1998, 223-234. De l'Age du Bronze à l'Age du Fer aux marges de l'Armorique. Les dépôts hallstattiens de haches à douille. Exposition Musé Dobrée, Nantes, 1999, 16. Fragments du dépôt de
  • haches à douille de Treillières (Loire-Atlantique), Exposition Musée Dobrée, Nantes, 1999, 18. BRIARD J., BASTIEN G., Haches à douille et pointe de lance en Bronze draguées dans la Loire (Indre-et-Loire), Bull. Amis du Musée Préhistorique du Grand Pressigny, 1972, 23, 43-47. BRIARD J
  • ), Annales de Bretagne, 1973, LXXX, 21-33. BRIARD J., BOURHIS J., Analyse spectrographiques d'objets préhistoriques et antiques, 4 S série, Trav. Labo. Anthrop., Rennes, 133 p., sd. BRIARD J., BOURHIS J., VIVET J.B., nouvelles séries d'analyses spectrographique sur le Bronze armoricain
  • Mauves à Nantes, Trav. Labo. Anthrop., Rennes, 59 p. BRIARD J. LE ROUX C.T., Dépôts de l'Age du Bronze inédits ou mal connus du Finistère, Annales de Bretagne, 1970, LXXVI, 37-56. BRIARD J., MARECHAL J.R., Etude technique d'objets métalliques du Chalcolithique et de l'Age du Bronze de
  • Bretagne, BSPF, 1958, LV, 7-8, 422-430. BRIARD J., ONNEE Y, VEILLARD J. Y, L'Age du Bronze au Musée de Bretagne, Musée de Rennes, 1977, 170 p. BRIARD J., ONNEE Y, L'Age du Bronze du Poudouvre au Clos-Poulet, dossiers Centre Régional Archéologique d'Alet, 1980, 45-98. BRIARD J
  • Langoëlan, Morbihan, Rennes, Laboratoire d'Anthroplologie, sd. CHEVILLOT C, COFFYN A., L'Age du Bronze atlantique : ses faciès, de l'Ecosse à l'Andalousie et leurs relations avec le bronze continental et la méditerranée. Association des musées du Sarladais, 1990, 193-202. CORDIER G
  • ., GOMEZ J., VERRON G., BOURHIS J., Nouvelles recherches sur le dépôt d'Auvers, Manche (Bronze final III), BSPF, 1988, 85, 1, 15-31. GIOT P. R., A propos des analyses d'objets métalliques du Chalcolithique et de l'Age du Bronze en Bretagne, L'Anthropologie, 1957, LXI, 167-168. GIOT P.R
  • ., Le dépôt de haches à douille de La Bellière en Loudéac (C. du N.), Trav. Labo. Anthrop., Rennes, 1958, 42-45. GIOT P.R., BOURHIS J., BRIARD J., Analyses spectrographiques d'objets préhistoriques et antiques, Trav. Labo. Anthrop. Préh., Rennes, 2 e série, 1970, 124 p. e GIOT P.R
  • ., BOURHIS J., BRIARD J., Analyses spectrographiques d'objets préhistoriques et antiques, 2 série, Trav. Labo., Anthropo., 1969, 124 p. GIOT P.R., BRIARD J., HALLEGOUËT B., Habitat et dépôt de l'Age du Bronze au Lividic, en Plonéour-Trez (Finistère), Annales de Bretagne, 1971, LXXIII, 59
  • , 15, 1998, pp. 59-1 14. LELONG A., Une cachette de métallurgiste à Nottonville (Eure-et-Loir), Revue archéologique du Centre de la France, 1991, 30, 159-161. LETOR A., Problèmes de méthodologie lors de l'étude d'objets muséaux anciens : le cas des haches à douille armoricaines de
  • ). Nos ancêtres les Gaulois aux marges de l' Armorique, Nantes, Musée Dobrée, 1999, p. 20 BRIARD J., VERRON G., Typologie des objets de l'Age du Bronze en France, fasc. III, haches, SPF, 1976, Paris, 122p. WARMENBOL E., L'Escaut et l'Age du Bronze: un coup d'épée dans l'eau?, Les
  • Cahiers de Préhistoire du Nord, 1989, 6, 2, 4958. WATTE J.P., Les objets du Bronze au musée d'Elbeuf (Seine-Maritime), BSPF, 1986, 83, 5, 156-160. WOUTERS H., Metalen gebruiksvoorwerpen uit de late Bronstijd uit de Maasvallei: een analytische en metallurgische benadering van de dépôts
  • 6566 du CNRS et à l'Université de Nantes. Morgane PRIET-MAHEO Est doctorante à l'Université de Rennes 2, titulaire d'un master 2 de géoenvnonnement et de paléoenvironnement. Antoine VERNEY Est conservateur du Musée de Bayeux, Mairie de Bayeux, et grand connaisseur des haches à
  • ^ * hache à douille " ^Département ,19 Pays F Typologie Décoration Collection Y Lambert Cu 88,7 N°analyse Cu 59,5 Sn 6,9 Sn 3,6 Pb 2,5~ Pb 31,5 As 0,15 Sb 0,20 Ag 0,07 Ni 0,10 Bi 0,015 Fe tT Chronologie Zn Mn Décoration Chronologie Mn tr Si Lieu de conservation^ Musée
  • Saint Raymond Toulouse X Umbert Ylambert Si Lieu de conservation Musée Saint Raymond Toulouse x Lambert Y Lambert nalyy Cu 193 Sn ef inv Commune 0196 Césarin Pb 14,0 3l37~ l 'Saint Bugan Commune 14,5 As 0,05 Dépa rtement Sb 0,01 19 Ag 0,025 Pays F Ni